Navigation – Plan du site

Devenez lecteur de L'Année du Maghreb

Depuis janvier 2013, L'Année du Maghreb est présente en ligne, dans le cadre du programme OpenEdition Freemium qui permet la prise de connaissance immédiate, et dans leur intégralité, des textes les plus récemment publiés. Ouverte à des contributions en français, en arabe ou en anglais, elle entend participer à l'animation et à la consolidation d'un réseau international de chercheurs en sciences sociales travaillant sur le Maghreb contemporain.
 
En vous inscrivant parmi ses lecteurs, vous contribuerez à constituer ce réseau. Vous serez tenu-e informé-e en temps réel des appels à contributions de la revue et de ses dernières parutions.
 
 
Les données inscrites dans ce formulaire sont strictement confidentielles et à usage exclusif du comité éditorial de L'Année du Maghreb. Elles ne seront jamais communiquées à des tiers. Vous disposez à tout moment d'un droit d'accès à vos données, de modification ou de suppression de celles-ci sur simple courrier adressé à lannee.dumaghreb@gmail.com
Les membres du comité éditorial et moi-même vous remercions par avance de votre intérêt et de votre participation.
 
Frédéric Abécassis
Rédacteur en chef

Dernier numéro en ligne
10 | 2014
Dossier : Besoins d'histoire

Historiographies et régimes d’historicité au Maghreb à l’aune des révolutions arabes

 Aux besoins d’histoire peut-on répondre par des images ?

Nabil Saouabi interroge la peinture, l’histoire et la peinture d’histoire, un genre dont les formes se sont diffusées au Maghreb tardivement, à l’âge de la photographie. C’est à partir d’un cliché du président Zine el Abidine Ben Ali visitant Mohamed Bou Azizi sur son lit de d’hôpital, réalisé le 28 décembre 2010 et immédiatement reproduit dans la presse tunisienne, que l’artiste a développé une série d’œuvres jouant avec des images qui se sont ancrées dans la mémoire visuelle collective. 

Fabriquées, propagées, elles sont suffisamment fortes, chargées de réel, pour échapper à leurs fabricants et à leur propagateurs, et pour qu’il soit utile de les interroger. L’artiste est inscrit dans le cadre du tableau, travaillé par des images d’un passé très récent (Kadhafi) ou un peu moins récent (Bourguiba, la guerre du Viêt-Nam), et travaillant sur elles, avec en mémoire les œuvres d’un passé plus ancien (Les Ménines de Velazquez, Le Désespéré de Courbet). Interrogeant la mise en scène, proposant une mise en abyme, superposant et télescopant ces images, Saouabi invite à renouveler le regard sur le passé. 

Cette réflexion sur la place de l’artiste dans la société, et son regard sur elle, présente dans l’œuvre de Nabil Saouabi avant la révolution, a pris un nouveau développement avec cette dernière : c’est en 2011 qu’il a réalisé sa première version du Peintre et les Bâillonnés. Cette démarche se poursuit jusqu’à aujourd’hui en interrogeant l’histoire en train de se faire. En témoigne l’exposition Sleeper(s) Awake / al-Nâs Niyâm… (« Dormeur(s) réveille-toi (réveillez-vous)/Les gens sont endormis »), présentée en avril 2014 à la galerie
El Marsa, près de Tunis.

Actualités

Actualités de l'IREMAM

Carnets de l'Iremam

Calenda | Afrique du Nord