Navigation – Plan du site

Appel à contributions, L'Année du Maghreb, XIII, 2015

Pratiques du Droit et propriété au Maghreb dans une perspective comparée

Coordinateurs scientifiques : Baudouin Dupret et Yazid Ben Hounet

L’étude du droit et des institutions judiciaires a été largement négligée, dans les mondes musulmans, à l’exception précisément de ce qui touche à la référence à l’islam. Il en résulte un certain nombre de biais ou de lieux communs sur le droit et la justice dans les mondes musulmans, qui sont source de nombreuses erreurs d’analyse. La survalorisation du référent islamique – et les erreurs d’interprétation qui l’accompagnent – est d’autant accentuée qu’elle est en quelque sorte validée par les acteurs politiques : les mouvements islamistes (et leur revendication d’« appliquer la sharî‘a islamique ») et les gouvernants (qui se sont alignés sur ce registre de revendication).

Il n’est pourtant pas imaginable de s’intéresser à ces pays sans chercher à comprendre les enjeux que le droit non seulement reflète, mais aussi organise et constitue en lui-même, tout comme on ne peut considérer le droit de ces pays sans prendre la mesure de tout l’éventail des pratiques qui entourent son élaboration, son administration, son application et son vécu.

Consulter l'appel à contributions...

Appel à contributions, L'Année du Maghreb, XII, 2015

Villes et urbanités au Maghreb

Coordinateurs scientifiques : Saïd Belguidoum, Raffaele Cattedra et Aziz Iraki

Ce dossier a pour ambition de faire le point sur les savoirs nouveaux apportés par la recherche et d’explorer différents champs et approches liées à la question urbaine dans les sociétés maghrébines. Cela passe par certains déplacements de l’analyse. Alors que la question des processus de fabrication de la ville a longtemps été centrale, l’analyse des pratiques urbaines en constitue une alternative en même temps qu’un prolongement et une interfacedont on cherchera à déployer et mettre en perspective différentes dimensions : « La ville est sans cesse fabriquée, détruite et recomposée » (Roncayolo).

Mais, plus qu’un changement d’angle de vue, le nouveau contexte ouvert par « les printemps arabes » a été, outre que politique, un fort révélateur de transformations socio-économiques et culturelles majeurs dans les sociétés maghrébines.Il nous interroge aussi bien sur le lien social (solidarités et sociabilités urbaines versus fragmentation, communautarisme) que sur les mobilisations habitantes dans des contextes d’ouverture de l’espace public,et ceen relation avec un certain ébranlement de systèmes politiques marqués jusque là par l’autoritarisme.

Dans l’idée de proposer un état de la question, les approches novatrices, expérimentales, ou celles qui reprenant les approches plus classiques, les renouvellent ou les prolongent auront leur place dans ce dossier. Celui-ci sera attentif à prendre en considération différentes modalités et objets pour étudier les villes du Maghreb dans leurs diversités, leurs complexités, leurs mutations en cours et leurs contradictions.

Consulter l'appel à contributions...

Devenez lecteur de L'Année du Maghreb

Depuis janvier 2013, L'Année du Maghreb est présente en ligne, dans le cadre du programme OpenEdition Freemium qui permet la prise de connaissance immédiate, et dans leur intégralité, des textes les plus récemment publiés. Ouverte à des contributions en français, en arabe ou en anglais, elle entend participer à l'animation et à la consolidation d'un réseau international de chercheurs en sciences sociales travaillant sur le Maghreb contemporain.
 
En vous inscrivant parmi ses lecteurs, vous contribuerez à constituer ce réseau. Vous serez tenu-e informé-e en temps réel des appels à contributions de la revue et de ses dernières parutions.
 
 
Les données inscrites dans ce formulaire sont strictement confidentielles et à usage exclusif du comité éditorial de L'Année du Maghreb. Elles ne seront jamais communiquées à des tiers. Vous disposez à tout moment d'un droit d'accès à vos données, de modification ou de suppression de celles-ci sur simple courrier adressé à lannee.dumaghreb@gmail.com
Les membres du comité éditorial et moi-même vous remercions par avance de votre intérêt et de votre participation.
 
Frédéric Abécassis
Rédacteur en chef

Dernier numéro en ligne
IX | 2013
Dossier: Le Maghreb avec ou sans l'Europe ?

Échanges, réseaux, nouvelles dynamiques infra et supra nationales

L’importance des relations euro-maghrébines justifie que L’Année du Maghreb, qui leur a déjà consacré plusieurs dossiers dans le passé, s’y intéresse à nouveau, dans le contexte changeant et incertain des révolutions arabes. Les différents projets euro-maghrébins, les accords d’association avec l’Union européenne et les multiples accords bilatéraux de coopération entre chacun des pays du Maghreb et chacun des pays européens constituent la trame d’un tissu de relations denses, prenant incontestablement l’allure d’un partenariat privilégié. Si ces nouvelles relations ont remplacé les anciens liens de domination coloniale, on peut néanmoins s’interroger sur la nature et les effets de ce partenariat non seulement sur chacun des pays maghrébins mais aussi et surtout sur le Maghreb comme ensemble régional encore à construire. La proximité avec l’Europe et les relations privilégiées entretenues ne compromettentelles pas l’intégration régionale du Maghreb et une meilleure insertion dans les échanges économiques internationaux ? La réflexion actuelle qui traverse l’espace public sur le degré de dépendance du Maghreb vis-à-vis de l’Europe et sur la possibilité de développer des relations ou des partenariats avec d’autres pays ou régions du monde méritait d’être interrogée. Tout d’abord, pour tenter de dresser un panorama, dans un certain nombre de domaines, des relations euromaghrébines, mais aussi pour établir un bilan prospectif des différents aspects des relations du Maghreb en dehors de l’Europe, qu’il s’agisse des principales puissances économiques ou des pays émergents, mais aussi des relations infra et supra-nationales. Le Maghreb et le partenariat euro-méditerranéen ont-ils encore leur place dans un monde globalisé ? Et si oui, laquelle ?