Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Justice, politique et société en Afrique du Nord
II- Justice et politisation

De l’ambigüité des rapports entre le président de la République et le pouvoir judiciaire en Algérie : de l’usage de la formule « le président de la République, Premier magistrat du pays »

Chérif Bennadji
p. 155-162

Entrées d'index

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

1En Algérie depuis de nombreuses années la presse nationale publie régulièrement des lettres ouvertes adressées au président de la République en sa qualité « de Premier magistrat du pays ». Si les thèmes traités par ces missives sont extrêmement divers l’immense majorité de ces lettres constitue un ultime recours contre des décisions jugées insatisfaisantes de l’appareil juridictionnel. Autrement dit, la plupart de ces lettres adressées par voie de presse au président de la République se rapportent à des affaires généralement déjà soumises aux juridictions algériennes. Dès lors l’association d’idées entre l’utilisation de la formule « le Premier magistrat du pays » et les dysfonctionnements de l’appareil judiciaire ne fait aucun doute.

2En témoigne cet exemple tiré du quotidien national El Moudjahid du 9 décembre 1999 : le journal a consacré ce jour là toute une page aux « lettres ouvertes à Monsieur le président de la République ». Sous le titre très significatif de « déni de justice », un habitant d’Alger, « après avoir eu recours à la justice et ayant trouvé toutes les portes fermées », s’adresse au chef de l’État en sa qualité de Premier magistrat du pays en ces termes : « Monsieur le président, je vous pose mon problème sur ce jugement afin de me rendre justice ». Sans rentrer dans les détails de cette affaire particulière, l’on retiendra que ce citoyen s’adresse au chef de l’État dans une sorte de voie de droit ultime pour lui demander de réformer une décision de justice. Dans l’esprit de ce citoyen, il est manifeste que le chef de l’État, en sa qualité de Premier magistrat du pays, est l’autorité judiciaire suprême ayant la prérogative de réformer toutes les décisions de justice, y compris celles émanant des hautes juridictions du pays.

3Un autre exemple, parmi tant d’autres, tiré du même quotidien El Moudjahid dans sa livraison du 19 janvier 2000 est sans doute encore plus significatif de cette conception du pouvoir faisant du chef de l’État le Premier juge du pays. Ainsi dans une lettre ouverte émanant d’un habitant des montagnes de Kabylie, il est demandé au chef de l’État de « rendre, [tout simplement] justice ».

4Si dans la plupart des lettres ouvertes, les citoyens utilisent l’expression « Premier magistrat du pays », dans certaines de ces missives le terme de « juge » est substitué à celui plus fréquent, il est vrai, de « magistrat ». Ainsi, dans une lettre envoyée par une société de surveillance se disant victime d’une injustice et publiée par le quotidien Le Matin du 27 octobre 2002, on pouvait lire « Monsieur le président de la République, le Premier juge du pays »

5L’on serait tenté de croire à la lecture de toutes les lettres publiées par la presse algérienne, que toutes émaneraient de citoyens dits ordinaires dont la culture juridique est sinon nulle, du moins des plus rudimentaires.

6En vérité, bon nombre de ces lettres sont adressées par des personnalités nationales ou des membres de l’intelligentsia contraints de saisir le chef de l’État au moyen d’un tel procédé.

7Ainsi, moins d’un mois après son élection, le président Bouteflika fut publiquement interpellé par « l’Association des cadres injustement incarcérés » créée pour défendre les victimes d’une campagne « mains propres » qui avait été lancée durant le mandat du président Zéroual. Sous le titre « un appel de détresse » cette association écrit :

  • 1  El-Watan, 13/05/1999, p. 2.

« Nous, cadres gestionnaires du secteur public, victimes d’arrestations et de détentions arbitraires dans le cadre de l’opération mains propres […] appelons Monsieur le président de la République à intervenir en sa qualité de Premier magistrat du pays pour rétablir l’injustice (sic) dont nous sommes victimes ». Pour terminer, ils demandent au chef de l’État de « rendre justice1. »

8De son côté, l’intellectuel Ali Bensaad victime d’une scandaleuse parodie de justice qui a failli lui coûter la vie, dans une tribune publiée par le quotidien El-Watan du 31 juillet 1999, s’adressant au président Boutéflika écrit : « Le président, en tant que Premier magistrat du pays, peut et doit intervenir pour assurer une investigation et un jugement transparent. »

  • 2  On soulignera que cet avocat donne à la notion de pouvoirs juridictionnels du chef de l’État un co (...)

9Plus explicite, l’avocat maître Bouzida dans une lettre ouverte adressée au chef de l’État, à propos de l’affaire Abane Ramdane, du nom de ce leader nationaliste accusé par certains de ses pairs de connivence avec l’ennemi, ce qui lui a valu d’être assassiné durant la guerre de libération nationale, écrit, tutoyant même à cette occasion le président de la République : « Sur ce chapitre de la justice, je te rappelle que tu es chef de l’État mais également Premier magistrat de la République. Aussi, en vertu des pouvoirs juridictionnels2 que te confère la Constitution, je te demande de déférer » l’un des accusateurs d’Abane Ramdane devant un tribunal d’honneur.

10Autre exemple qui mérite d’être cité : il est tiré d’une déclaration publiée par le quotidien El Moudjahid du 12 mai 2002 émanant de l’homme d’affaires Djillali Mehri qui, voulant jouer un rôle politique, a constitué une liste indépendante pour se présenter aux élections législatives du 30 mai 2002. L’administration ayant rejeté sa liste, Djillali Mehri commence dans sa déclaration par « constater qu’il y a une injustice » envers sa personne et les citoyens de la wilaya d’El-oued (sud-est du pays) avant de conclure : « Légaliste et ayant confiance en la justice de mon pays, j’ai saisi monsieur le président de la République en tant que Premier magistrat du pays, avec un dossier complet, espérant être rétabli dans ce droit fondamental, celui de me présenter devant les électeurs. Je fais confiance au jugement de monsieur le président de la République… ». Qu’un homme d’affaires comme Djillali Mehri que l’on peut imaginer être entouré d’une pléiade d’avocats écrive dans une formule paradoxale que c’est parce qu’il a confiance en la justice de son pays qu’il saisit le président de la République, voila qui est surprenant. Examinée attentivement, la formulation utilisée signifie tout le contraire de ce qu’elle énonce au premier abord. Son intérêt est donc évident : elle révèle bien que dans l’esprit de ce citoyen, homme d’affaires cultivé et dans celui de ses conseillers, le chef de l’État est bel et bien, en sa qualité de Premier magistrat du pays, la plus haute autorité judiciaire en Algérie. Même dans un contentieux aussi spécial que celui afférant aux élections, le chef de l’État aurait, en dernière instance, le pouvoir de réformation des décisions émanant tant des autorités administratives que des autorités judiciaires du pays.

  • 3  Pour tout observateur attentif de la vie politique algérienne, l’expression « en principe » est ma (...)

11Enfin et pour clore cette recension des exemples les plus significatifs relevés à travers la presse nationale et plus particulièrement le quotidien « officiel » El Moudjahid, l’on citera la lettre adressée par Hocine Ait Ahmed le leader du parti du Front des forces socialistes (FFS, le plus ancien parti de l’opposition en Algérie) au président Boutéflika. Le 13 avril 2002, suite à la tentative d’assassinat d’Ahmed Djeddai, premier secrétaire du FFS, Ait Ahmed a été amené à saisir le chef de l’État « par devoir moral et politique ». Après un rappel des faits, le leader du FFS écrit : « Je prends la liberté de vous rappeler que vous occupez, en principe, la magistrature suprême de notre pays. Vous êtes, par conséquent, tenu par les obligations juridique et politique de faire la lumière et de rendre justice dans cette affaire »3.

12On soulignera que cette lettre ouverte est formellement signée par un leader politique titulaire d’un doctorat en droit qui est à la tête d’un solide parti politique doté de compétences avérées. Aussi cette dernière lettre exprime-t-elle, sinon une conception, du moins une perception de l’organisation des pouvoirs publics en Algérie qui est très largement répandue au sein de la population, mais également au sein de l’intelligentsia et des acteurs de la vie politique. L’explication d’un tel constat doit être recherchée prioritairement dans le discours du pouvoir politique et dans l’image qu’il donne de lui-même.

13Dans le cadre d’une telle approche les discours à privilégier pour l’analyse sont ceux prononcés lors de l’ouverture de l’année judiciaire. Chaque année en effet, selon un rituel désormais codifié, le président de la République inaugure personnellement les travaux du pouvoir judiciaire censés avoir été interrompus par les vacances judiciaires. L’observateur aura remarqué que les chefs de l’État ne délèguent jamais à une autre personnalité politique la direction de ce cérémonial. Quitte à en retarder l’échéance légale et donc sa tenue, les chefs de l’État algérien tiennent à être présents personnellement et ainsi marquer fortement un événement qui est toujours largement médiatisé et auquel sont conviés tous les corps constitués. Quoi qu’il en soit, à l’occasion de cette cérémonie, le président de la République prononce toujours une allocution portant orientations adressées à l’appareil judiciaire. Cette allocution présidentielle est précédée par deux discours : celui du président de la Cour suprême et celui du ministre de la Justice. L’analyse de ces discours, notamment ceux prononcés depuis le début des années 1990 révèle qu’à l’adresse du chef de l’État, les représentants du secteur de la justice utilisent eux-aussi le plus souvent la formule « Monsieur le Premier magistrat du pays ». À ce stade, il n’est pas sans intérêt de rappeler que le secteur de la justice a été l’un des tous premiers à avoir été totalement arabisé. Aussi tous les discours énoncés à cette occasion sont-ils toujours formulés en langue arabe, langue officielle et première langue nationale.

14Or dans la langue arabe usitée en Algérie durant ces cérémonies, l’expression « le Premier magistrat du pays » est traduite par la formule el qadi al awal fi el bilad.

  • 4  Gérard Wolff, « Les magistrats », Revue du Droit Public, novembre-décembre 1991, p. 1641-1674.

15Pris au pied de la lettre, le terme arabe el qadi désigne le juge c’est-à-dire un magistrat chargé de dire le droit (juridiction). Dans la langue française le terme magistrat est susceptible de plusieurs acceptions comme l’a fort bien montré Gérard Wolff4. Au sens large, le magistrat est tout détenteur d’une fraction de l’autorité publique. C’est en ce sens, nous dit l’auteur, que l’on parle du président de la République comme « Premier magistrat de l’État » où que l’on désigne le maire comme le « Premier magistrat de sa commune ». Au sens restreint du terme, le magistrat désigne pratiquement le juge. Dans la langue française, malgré les interférences entre les deux termes, la nuance peut aisément être saisie.

  • 5  On consultera avec beaucoup de profit Ramdane Babadji, « Désarroi bilingue : note sur le bilinguis (...)

16Tel ne serait pas le cas dans la langue juridique arabe ou à tout le moins dans celle qui est utilisée actuellement en Algérie5. La langue arabe dispose, par exemple, du terme de hakem qui pourrait être utilisé en lieu et place de qadi. L’on aurait ainsi, pour traduire la formule « le Premier magistrat du pays », l’expression autrement plus juste de el hakem el awal fi el bilad. Ce n’est pas cette option qui a été retenue en Algérie ces dernières années même si, le lexique juridique officiel (francais-arabe) édité par le ministère algérien de la Justice en 1972 a bien pris soin de consigner les termes arabes de qadi et de hakem comme équivalent du terme français de magistrat.

  • 6  Journal officiel, n° 34, 16/06/1983, p. 1380.
  • 7  Nous avons relevé que déjà en 1989, M. Ali Benflis, alors ministre de la Justice, s’est adressé au (...)

17Pourtant dans la Constitution algérienne en vigueur, la formule « la magistrature suprême » exercée par le président de la République (article 72) est correctement traduite par l’expression essolta assamiya. Mais bon nombre de textes réglementaires désignent les magistrats par le terme de qodat qui est le pluriel de qadi. Le meilleur exemple est tiré de l’article 2 du décret n° 83-482 du 13 août 1983 portant statut particulier des commissaires principaux de police6. Aux termes de cette disposition, ces derniers « exercent les attributions de magistrats de l’ordre administratif et judiciaire qui leur sont confiées par la loi. La version en langue arabe et donc officielle de cette disposition utilise la formule qodat en nitham el idari wa el qadha’i. Quoi qu’il en soit, lors des cérémonies organisées à l’occasion de l’ouverture de l’année judiciaire, la formule le Premier magistrat du pays et donc el qadi el awal fi el bilad est utilisée très fréquemment dans les discours énoncés à l’adresse du président de la République7. Revêtue d’une certaine majesté, la formule participe du rituel d’une sorte de moubayaa ou allégeance renouvelée régulièrement par une corporation à l’endroit de son chef.

18L’observateur aura cependant remarqué que cette formule quasi-sacramentelle a progressivement pénétré les allocutions prononcées par le chef de l’État lui-même. S’appropriant en quelque sorte la formule, le président de la République s’installe dans le statut qu’elle infère.

19Cette dernière observation est surtout valable pour la période historique au cours de laquelle le général Zéroual fut « président de l’État » désigné puis « président de la République » après son élection au suffrage universel.

  • 8  El Moudjahid des 16 et 17/09/ 1994, p. 32.

20C’est ainsi qu’inaugurant les travaux du conseil supérieur de la magistrature, le président Zéroual fut amené à déclarer le 15 septembre 1994 : « en ma qualité de Premier magistrat du pays, je veille à la concrétisation du principe constitutionnel qui consacre l’indépendance de la magistrature »8.

  • 9  El Moudjahid du 17/01/1999, p. 3.

21Un peu plus tard, après avoir annoncé qu’il écourtait son mandat, le président Zéroual organisa les élections présidentielles qui devaient permettre à M. Boutéflika d’accéder à la magistrature suprême. Dans le cadre des préparatifs de ces élections, Liamine Zéroual a installé une commission nationale de surveillance du scrutin. Lors de la cérémonie d’installation de cette institution ad hoc, le président Zéroual a prononcé une allocution dans laquelle il fait référence aux pouvoirs constitutionnels qui lui sont conférés en sa qualité de Premier magistrat du pays et chef suprême de toutes les forces armées de la République9. Un mois après, dans un message à la nation à l’occasion de la convocation du corps électoral, le président rassure en affirmant que sa fonction de Premier magistrat du pays, lui permet d’« assurer la crédibilité du scrutin… » (El Moudjahid du 13 février 1999, p. 2).

22Enfin lors du dernier conseil des ministres qu’il présida le 21 avril 1999, son Premier ministre M. Smail Hamdani, juriste de formation, le remercia en faisant usage de la formule « Premier magistrat du pays » (El Moudjahid du 22 avril 1999, p. 3).

  • 10  Si à l’origine la formule el qadi el awal fi el bilad était exclusivement utilisée lorsque le chef (...)
  • 11  On rappellera que la Constitution algérienne de 1989 consacre de manière présomptueuse la justice (...)

23Elle connaît pendant la décennie 1990 un succès sans précédent. Prenant en quelque sorte le relais du discours politique officiel, le discours des médias et notamment du plus important d’entre eux, la télévision nationale, a également fait de cette expression, désormais convoquée à la moindre occasion10, un élément clé du « catéchisme » de l’État républicain. À ce stade de l’analyse il importe de préciser que durant cette décennie inaugurée par la Constitution libérale du 22 février 198911, un nouveau discours est énoncé faisant de la notion d’État de droit la clé de voûte d’une nouvelle conception de l’organisation des pouvoirs. Dès lors tout se passe comme si dans l’État de droit à construire (ou à consolider ? Sur ce point le discours politique algérien est des plus contradictoire), le chef de l’état tirerait sa nouvelle légitimité d’une fonction éminente, la réalisation de la justice pour tous grâce au règne de la loi.

  • 12  Notons que dans le discours officiel en arabe, l’expression État de droit est le plus souvent trad (...)

24Dans le nouveau « catéchisme », l’expression « État de droit »12 elle-même galvaudée à l’excès, fonctionne en couple avec la formule de « Premier magistrat du pays ». La redondance de cette dernière tend à conférer à un président non élu ou mal élu une certaine légitimité. Il est hautement significatif que cette dernière formule ait fait florès au cours d’une décennie qui a vu l’effondrement de la fonction présidentielle. Vue sous cet angle l’expression « le Premier magistrat du pays » a fonctionné au cours de ce que l’on appelle désormais la décennie noire comme une catégorie idéologique occultant le vrai statut de la présidence de la République et de sa place dans le système politique réel.

25L’accès au pouvoir du président Boutéflika a eu pour effet de modifier quelque peu cette situation. M. Boutéflika dont la culture est manifestement différente de celle de ses prédécesseurs n’a pas fait usage jusqu’à ce jour de la formule el qadi el awal fi el bilad pour désigner l’institution qu’il incarne. Mais la population à travers les lettres ouvertes ainsi que les médias continuent à faire usage de l’expression pour s’adresser au président de la République ou, tout simplement, pour le désigner.

  • 13  Article 13 du décret présidentiel n° 01-197 du 22 juillet 2001, Journal officiel, n° 40, 25/07/200

26Ayant fait de la réforme de la justice le premier et le plus important des chantiers qu’il a ouvert dès 1999, année de son accession à la magistrature suprême, le président Boutéflika a donné à la formule, sans le vouloir, une vigueur encore plus forte. Qui plus est, sitôt élu M. Boutéflika s’est empressé de supprimer la « Médiature de la République » créée par son prédécesseur, ce qui a eu pour résultat de faire de la présidence de la République l’adresse et le réceptacle de toutes les lettres et requêtes des citoyens. La présidence de la République a d’ailleurs été contrainte de se doter d’« une direction des requêtes et des relations avec les citoyens »13.

  • 14  Sous la plume de Fayçal Métaoui, le quotidien El-Watan/23/06/2001, p. 7, relate une visite faite p (...)

27Le résultat global de cette situation est tel que le président en personne est amené à manifester son exaspération lors d’une manifestation publique organisée à Adrar dans le grand sud le 12 juin 2001. Interpellé par un citoyen qui s’était plaint d’avoir été victime d’une injustice M. Boutéflika lui a répondu qu’il n’était pas responsable des dépassements de la justice et surtout qu’il n’était pas Omar Ibn al-Khattab ce compagnon du prophète de l’islam, connu pour son sens élevé de la justice14. L’évocation de ce grand nom de la culture et de la civilisation arabo-musulmane n’est pas fortuite. Il n’est pas sans intérêt de savoir qu’aussi bien dans l’enceinte de l’École supérieure de la magistrature à Alger que dans pratiquement toutes les juridictions du pays, est apposée à la vue de tous une célèbre citation de ce compagnon du prophète qui a également été amir al-mou’minine, commandeur de croyants et modèle incomparable en matière de justice humaine.

28Un tel fait, loin d’être anodin, pourrait révéler d’autres tenants et aboutissants de l’usage excessivement fréquent de l’expression. On peut avancer l’hypothèse que la redondance de cette formule procède en dernière instance d’une conception islamique du pouvoir. Dans cette conception, point de place pour la séparation des pouvoirs : la justice est à titre principal une fonction retenue. Même lorsqu’elle est déléguée, c’est le chef de l’État, fut-il président de la République, qui est le qadi el awal fi el bilad avant même le président de la plus haute juridiction du pays. La généralisation de l’usage de cette formule quasi-sacramentelle dans l’Algérie moderne est dès lors paradoxale : au moment ou l’Algérie décide de consacrer le principe de la séparation des pouvoirs à la faveur de la constitution du 22 février 1989, principe réitéré dans la constitution de 1996, le pays fonctionne concrètement avec une conception de la justice fondée sur l’unité du pouvoir d’État héritée du régime antérieur à la constitution libérale de 1989. L’on se souvient en effet qu’avant 1989, l’État algérien était constitutionnellement organisé autour d’un pouvoir unique comportant de simples fonctions : législative, exécutive, judiciaire, politique, de contrôle. Dans ce schéma, l’idée d’indépendance de la justice était récusée. La justice était une fonction spécialisée d’un pouvoir révolutionnaire unique, l’unité étant réalisée par le chef de l’État. À la lumière de ce rappel, l’on serait tenté de conclure que la formule el qadi al awal fi al bilad (eu égard aux conditions concrètes de son instrumentalisation) tend à perpétuer l’idée d’unicité du pouvoir d’État même si, formellement ou constitutionnellement, l’Algérie est organisée sur la base du principe de la séparation des pouvoirs.

29Qui plus est le large usage de cette expression quasi-sacramentelle lorsqu’elle est utilisée en langue arabe, tendrait objectivement à donner de l’État l’image, sinon d’un État islamique, du moins d’un État organisé selon les principes de l’islam conformément à l’acte fondateur de l’État algérien restauré, la déclaration du premier novembre 1954.

30Au total l’usage extrêmement fréquent de l’expression est source de nombreuses ambiguïtés. Dès lors qu’elle est énoncée surtout en langue arabe, elle tend objectivement à faire du chef de l’État le Premier juge du pays vidant de son contenu le principe de la séparation des pouvoirs consacré depuis février 1989. Nonobstant la consécration de ce principe, la justice en Algérie, loin d’accéder au statut de « pouvoir » continue d’exister comme « fonction » spécialisée d’un pouvoir unique. En tout état de cause l’usage de cette formule révèle que l’indépendance de la justice en Algérie, et c’est un truisme que de le rappeler, est encore une vue de l’esprit.

Haut de page

Notes

1  El-Watan, 13/05/1999, p. 2.

2  On soulignera que cet avocat donne à la notion de pouvoirs juridictionnels du chef de l’État un contenu excessivement large. Le recours au droit comparé et, plus précisément, à l’ouvrage de Maurice Duverger, Institutions politiques et droit constitutionnel, 11e édition, PUF, Paris, p. 698-701, permet de ramener ce contenu à des dimensions plus modestes. Sous l’intitulé « pouvoirs juridictionnels », M. Duverger écrit : « Le président de la République a trois pouvoirs qui touchent à la juridiction : les pouvoirs sur le Conseil constitutionnel, les pouvoirs sur la magistrature, le droit de grâce ». S’agissant des pouvoirs sur les magistrats, M. Duverger souligne que « pratiquement, le pouvoir du président (dans le cadre de Constitution française actuelle) est plus faible à cet égard que sous la IVe République ».

3  Pour tout observateur attentif de la vie politique algérienne, l’expression « en principe » est manifestement marquée du sceau de la perfidie. Tout en s’adressant à lui en tant que chef nominal de l’État, le leader du FFS. laisse entendre que le centre réel du pouvoir serait ailleurs qu’à la présidence de la République. L’allusion au pouvoir de la haute hiérarchie militaire est à peine voilée.

4  Gérard Wolff, « Les magistrats », Revue du Droit Public, novembre-décembre 1991, p. 1641-1674.

5  On consultera avec beaucoup de profit Ramdane Babadji, « Désarroi bilingue : note sur le bilinguisme juridique en Algérie », Droit et société, n° 15, 1990, p. 1-13.

6  Journal officiel, n° 34, 16/06/1983, p. 1380.

7  Nous avons relevé que déjà en 1989, M. Ali Benflis, alors ministre de la Justice, s’est adressé au chef de l’État lors de l’ouverture de l’année judiciaire 1989-1990 en utilisant la formule : « En votre qualité de Premier magistrat du pays », El Moudjahid, 24/10/1989, p. 2. Voir également La revue de la cour suprême, n° 4, 1990, p. 391. De même que lors de l’ouverture de l’année judiciaire 1992-1993, le président de la Cour suprême utilisera plusieurs fois la formule du qadi el awal fi el bilad, La presse, 25/10/1992.

8  El Moudjahid des 16 et 17/09/ 1994, p. 32.

9  El Moudjahid du 17/01/1999, p. 3.

10  Si à l’origine la formule el qadi el awal fi el bilad était exclusivement utilisée lorsque le chef de l’État rentrait en rapport avec l’appareil judiciaire, elle sera progressivement étendue aux diverses composantes de la fonction présidentielle.

11  On rappellera que la Constitution algérienne de 1989 consacre de manière présomptueuse la justice comme « Pouvoir » au moment ou de grandes et vieilles démocraties préfèrent encore utiliser la notion « d’Autorité judiciaire »

12  Notons que dans le discours officiel en arabe, l’expression État de droit est le plus souvent traduite par la formule Dawlat el qanoun wa al haqq. La translation de cette dernière formule vers la langue française correspond plus précisément à l’expression « l’État de droit et de justice ». Le concept de justice est ainsi adjoint à celui d’« État de droit » jugé insuffisant en lui-même.

13  Article 13 du décret présidentiel n° 01-197 du 22 juillet 2001, Journal officiel, n° 40, 25/07/2001

14  Sous la plume de Fayçal Métaoui, le quotidien El-Watan/23/06/2001, p. 7, relate une visite faite par M. Boutéflika dans le sud du pays au cours de laquelle il aurait déclaré qu’il n’était pas responsable en tant que Premier magistrat du pays des dépassements de la justice. Ghania Oukazi qui couvrait le même événement pour le quotidien d’Oran (23/06/2001, p. 3) ne reprend toutefois pas la formule. Signalons que lors de la cérémonie d’ouverture de la première année judiciaire de son règne, M. Boutéflika a, dans un important discours, tenté de bien distinguer les magistrats des juges en déclarant : « on a donné au pays beaucoup de magistrats, mais peu de juges ». Voir El Moudjahid/21/10/1999, p. 4. Pour le texte en langue arabe voir echaab, 21/10/1999, p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chérif Bennadji, « De l’ambigüité des rapports entre le président de la République et le pouvoir judiciaire en Algérie : de l’usage de la formule « le président de la République, Premier magistrat du pays » », L’Année du Maghreb, III | 2007, 155-162.

Référence électronique

Chérif Bennadji, « De l’ambigüité des rapports entre le président de la République et le pouvoir judiciaire en Algérie : de l’usage de la formule « le président de la République, Premier magistrat du pays » », L’Année du Maghreb [En ligne], III | 2007, mis en ligne le 01 novembre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1006 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1006

Haut de page

Auteur

Chérif Bennadji

Professeur à l’université d’Alger

Articles du même auteur

Haut de page