Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Sahara en mouvement
Le Sahara dans l'histoire

Les réseaux transsahariens de la traite de l’or et des esclaves au haut Moyen Âge : VIIIe-XIe siècle

The trans-Saharan networks of gold and slave trade in the early Middle Ages: eighth through eleventh centuries
Roger Botte
p. 27-59

Résumés

Du VIIIe au XIe siècle, sous l’impulsion des Berbères ibâdites, le commerce transsaharien de l’or et des esclaves prend son essor. Les Berbères mettent en place un vaste « écran schismatique » grâce à la création de grandes cités commerciales : Zawîla, Wârgla, Tâhert, Sijilmâsa, etc. Ils détiennent le monopole sur les trois grands faisceaux de routes transsahariennes nord-sud reliant le Maghreb à l’Afrique. Simultanément, une chaîne ininterrompue de communautés juives épouse presque parfaitement l’arc schismatique ibâdite. L’organisation des flux commerciaux impliquait l’existence d’États ou de villes marchandes aux débouchés nord et sud de chaque axe transsaharien et une complémentarité mutuelle irremplaçable entre produits du Nord et du Sud. Les problèmes logistiques auraient sans doute compromis ce commerce s’il n’y avait eu des oasis-relais entre le Soudan et le Maghreb. Des indices convergents dessinent une traite déjà bien affirmée dès le milieu du VIIIe siècle, mais les sources restent discrètes sur le nombre d’esclaves déportés et leur utilisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dawâ’ al-gharab al-qatrân, dawâ’ al faqr as-Sûdân : proverbe saharien (Daumas et Ausone de Chancel, (...)

« Contre la gale [du chameau], un seul remède : le goudron ; contre la misère, un seul remède : le Sûdân »1.

  • 2 Pour Desanges (1991, p. 254), les témoignages sur des relations par des voies transsahariennes sont (...)
  • 3 De la chute de Carthage en 146 avant notre ère à l’arrivée des Vandales en 439 de notre ère.
  • 4 En nombre considérable. Ainsi, pour l’inauguration de l’amphithéâtre Flavien à Rome (le Colisée) en (...)
  • 5 Encore signalé par Pline (Histoire naturelle, V, 26 et VIII, 32) dans le Sud tunisien, l’éléphant a (...)

1Les exportations d'esclaves en provenance d’Afrique subsaharienne remontent à la plus haute Antiquité. Au deuxième millénaire avant notre ère, les captifs noirs rentraient dans les livraisons fournies régulièrement par la Nubie au pharaon d'Égypte. L'empire de Méroé, qui lui succéda sur le Nil, poursuivit la même pratique et, au IIe siècle de notre ère, le Périple de la mer Érythrée, une espèce de guide nautique écrit par un marchand grec, faisait état d'exportations depuis la côte de Somalie (Mauny, 1968). En revanche, en ce qui concerne le commerce transsaharien, si quelques échanges s’effectuaient probablement de proche en proche par l'intermédiaire des Garamantes – ces chasseurs de Troglodytes dont parle le célèbre passage d’Hérodote (IV, 183) –, ils demeuraient insignifiants2. Ainsi, lors de la période romaine en Afrique du Nord3, rien ne permet d’étayer sérieusement quelque commerce d’importance d’une rive à l’autre du Sahara (Swanson, 1975) : ni négoce aurifère – le Soudan n’est jamais cité comme région productrice dans les textes latins –, ni trafic d’esclaves – nombreux à travailler dans les latifundia, ils provenaient des peuples sur place (Numides ou Gétuliens) –, ni achat de fauves – l’Afrique du Nord suffisait à pourvoir les jeux du cirque en bêtes sauvages4 –, ni importation d’ivoire5 – il venait principalement d’Asie et transitait par la mer Rouge et l’Égypte.

2Des objections puisées dans les données de la numismatique montrent de même que ni les Romains, ni les Vandales, ni les Byzantins ne disposaient des moyens nécessaires à l’organisation et à l’exploitation, à travers le Sahara, d’un commerce à longue distance. Ce dernier impliquant – aussi bien en amont qu’en aval – un contrôle direct ou indirect sur les voies d’accès. Or, dès la fin du IIIe siècle, le limes romain excluait les sites de Ghadamès, de Wârgla, de Tâmdult et de Sijilmâsa, points vitaux pour toute stratégie de commerce transsaharien ; les Barbares, de leur côté, n’occupèrent qu’une portion congrue de cette Afrique du Nord déjà rétrécie ; quant aux Byzantins, constamment en butte à la résistance berbère et en relations conflictuelles avec les tribus implantées le long des voies de communication, ils ne pouvaient compter sur aucune aide pour s’aventurer dans le Sahara (Mrabet, 1994, p. 221-222).

3De fait, un commerce proprement dit implique une certaine continuité dans le temps – douze siècles pour la traite transsaharienne –, un volume assez significatif, des réseaux de transport, des points de vente au sud et des marchés de redistribution au nord, le contrôle politique enfin des espaces, des différentes aires de parcours et des entrepôts par des tribus ou des États qui en assurent la sécurité.

  • 6 Je rends hommage ici aux travaux du grand historien polonais Tadeusz Lewicki. Ils ont permis de red (...)
  • 7 Même idée chez Devisse (1972, p. 54). Voir infra cependant les échanges avec al-Andalus. Lorsqu’on (...)
  • 8 L’historiographie classique, de Braudel à Devisse, obsédée par l’or du Soudan n’a pendant longtemps (...)

4Jusqu’au XIIIe siècle, on peut distinguer deux périodes dans l’évolution du commerce transsaharien. D’abord, la mise en place, du début du VIIIe siècle au XIe siècle, par les Berbères ibâdites6 – principaux artisans de l’expansion du commerce à longue distance – de tous les éléments constitutifs de ce négoce avec l’ouverture de diverses voies caravanières et le contrôle des terminaux caravaniers tant au nord qu’au sud du Sahara. Pendant cette première phase, les échanges dans l’ensemble restèrent confinés au Maghreb à l’exception notable de la « filière » égypto-fâtimide (Abitbol, 1979, p. 178)7 et, dans une moindre mesure, des exportations vers al-Andalus. Simultanément, les États soudanais fournisseurs d’esclaves, d’or et d’autres produits, prirent conscience dès le début de la période de la portée décisive pour leurs économies du commerce transsaharien8. Ils se préoccupèrent alors constamment de conserver la maîtrise des transactions, afin d’éviter toute mainmise sur les échanges par les marchands venus du nord.

  • 9 Au XIIIe siècle la décadence almohade se trouve largement compensée par le dynamisme de Mâlî.
  • 10 Voir les épitaphes des stèles funéraires en marbre retrouvées à Sané dans le style alphabétique cou (...)
  • 11 À partir du XIIIe siècle, au plus tard, il y eut des esclaves noirs dans les pays de la Couronne d’ (...)
  • 12 En 1240, les Banû Zayyân (originaires du Gurâra) se séparent violemment de l’empire almohade. Tlemc (...)

5La deuxième période, jusqu’au milieu du XIIIe siècle, correspond à la formation des empires sunnites almoravide (1053-1147) et almohade (1147-1269)9. Dès la fin du XIe siècle ou le début du XIIe, l’Afrique intérieure se trouvait intégrée à l’économie méditerranéenne et européenne, avec l’ouverture d’une voie transcontinentale allant des rives du Sénégal et du Niger à celles du Guadalquivir et de l’Ebre au cœur de l’Espagne musulmane et d’Alméria à Gao10. Cette voie se trouvait annexée au vaste circuit commercial et culturel qui reliait toutes les régions du monde musulman entre elles : de Tanger au Soudan, de l’Égypte à la Chine en passant par la Perse, l’Inde et les îles Maldives, de la Méditerranée aux côtes de l’Océan indien… Les voyages d’Ibn Battûta, dans la première moitié du XIVe siècle, symbolisent parfaitement ce vaste circuit commercial et culturel. Mais, pour l’essentiel, il ne sera question ici que de la première période. L’installation par les marchands européens (Génois, Catalans, Pisans, Vénitiens, Marseillais…) de bases commerciales, à l’époque almohade, dans un certain nombre de ports maghrébins, de Ceuta à Tunis, introduisit une nouvelle phase du commerce circumméditerranéen11 tandis que la montée en puissance de Tlemcen12 au Maghreb central, l’arrivée des Marinides entre Taza et Fès dans la première moitié du XIIIe siècle et l’expansion de l’empire de Mâlî provoquaient une réorganisation des échanges transsahariens.

6C’est donc au début du VIIIe siècle, à la suite de la conquête par les Arabes de l'Afrique du Nord et sous l’impulsion des Berbères ibâdites que le commerce transsaharien prend son essor. À cette époque, la conversion des Berbères à l’islam marque la fin de leur mise massive en esclavage : il devient de moins en moins juridiquement acceptable d’asservir ce butin devenu illicite d’un point de vue musulman et des sources alternatives doivent être trouvées afin de satisfaire l’insatiable demande orientale (Savage, 1992, p. 361). Au demeurant, le renoncement aux esclaves berbères ne se fit pas sans difficultés. Lorsqu’en 754 le gouverneur de l’Ifrîqiya, Abd-al-Rahmân b. Habîb, écrivit au calife ‘abbâsside, Abû Ja’far al-Mansûr, pour lui expliquer que l’Ifrîqiya étant devenue une terre musulmane, y faire des esclaves n’était plus possible, la lettre excita la colère du calife qui y répondit par des menaces (an-Nuwayrî in Ibn Khaldûn, 1925, I, p. 367).

7Un auteur du IXe siècle, Zaydân, affirme que les Arabes ont d’abord envisagé les conquêtes en Afrique du Nord comme un moyen d’acquérir plus d’esclaves (Pipes, 1985, p. 168) et, de fait, lors du jihâd, le Maghreb fut considéré comme une terre de butin et de prédation, une « pépinière d’esclaves » (Ibn ‘Idhârî, 1901, I, p. 40-41, 43, 54). L’accord arabo-berbère de Barqa en Cyrénaïque, la première ville conquise au-delà de l’Égypte (643-644), initie cette politique en imposant aux Berbères de la tribu des Lawâta, non (encore) convertis, un énorme tribut (jizya) de treize mille dinars et, surtout, en permettant la convertibilité de ce tribut monétaire en esclaves. Une clause exceptionnelle, en effet, – qui ne manqua d’embarrasser par la suite les juristes – stipulait que les Lawâta, s’ils ne pouvaient réunir la somme exigée, pouvaient vendre tels de leurs fils ou filles pour s’acquitter de cette jizya (Thiry, 1995, p. 30-51).

  • 13 Hady Roger Idris, « Le récit d’al-Mâlikî sur la conquête de l’Ifrîqiya (Extrait du Riyâd an-Nufûs(...)

8Dès ce moment, l’ensemble de l’Afrique septentrionale fit l’objet de violences extrêmes et subit au fil des ans une véritable hémorragie humaine. En témoignent les récits des auteurs musulmans : d’après al-Mâlikî et an-Nuwayrî (in Ibn Khaldûn, 1925, I, p. 342), lorsque Hassân Ibn an-Nu‘mân al-Ghassânî quitta l’Afrique du Nord pour rejoindre l’Orient, en 698, il emportait avec lui un butin énorme dont trente-cinq mille Berbères réduits en esclavage (Idris et Ibn Khaldûn)13. Ibn ‘Idhârî (1967, vol. I, p. 40) écrit que Mûsâ Ibn Nusayr dépêcha cinq cents cavaliers contre les Berbères de Zaghwân (au sud de Tunis) où ils firent dix mille prisonniers. Mûsâ envoya encore contre d’autres groupes berbères son fils aîné, ‘Abd Allâh, qui les défit et ramena cent mille prisonniers. Son second fils, Marwân, envoyé d’un autre côté, fit de même. An-Nuwayrî (in Ibn Khaldûn, 1925, I, p. 343-344) ajoute que Mûsâ lui-même fit également cent mille captifs. Ces chiffres sont à l’évidence absolument fantaisistes, tandis que la mise en rapport des données d’ensemble fait apparaître de grandes discordances parmi les chroniqueurs arabes. Ainsi, Ibn Khaldûn hésite lui-même entre soixante-dix mille et cent mille captifs(Trabelsi, à paraître). En réalité, en moins de soixante-dix ans, de ‘Uqba b. Nâfi‘ à Mûsâ b. Nusayr, Mohammed Talbi affirme que ce sont au total quatre cent quinze mille Berbères qui auraient été réduits en esclavage (Talbi, 1966, p. 32). Il est vrai, selon Ibn Khaldûn (1925, I, p. 28, 215, 198), que

« Abû Muhammad, fils d’Abû Yazîd, raconte que depuis Tripoli jusqu’à Tanger, les populations berbères apostasièrent douze fois, et que l’islam ne fut solidement établi chez elles qu’après la conquête du Maghreb… ».

  • 14 Au Xe siècle à Cordoue les esclaves blanches étaient présentées comme franques, galiciennes et berb (...)

9Mais la résistance acharnée des Berbères n’explique pas seule une œuvre de pacification si longue et si pénible (Thiry, 1995, p. 44). Robert Brunschvig (1942-1947, VI, p. 137) a montré à propos d’un récit de l’historien ‘Abd al-Hakam comment celui-ci avait justifié de manière apocryphe la mise en esclavage de Berbères musulmans par ‘Uqba b. Nâfi‘. Par la suite, la prise d’esclaves parmi les populations berbères fut autant la cause de leurs révoltes que le produit d’une chasse délibérée afin de satisfaire la demande umayyâde puis ‘abbâsside en esclaves, en particulier en jeunes filles berbères jawârî, réputées d’une beauté sans pareille14. En définitive, des témoignages montrent comment de fausses accusations d’apostasie justifièrent les asservissements (Savage, 1992, p. 361).

  • 15 Même notation chez Ibn Khaldûn (1925, I, p. 168).

10Ces assujettissements s’effectuaient d’autant plus facilement que les Arabes, selon Al-Muqaddasî (1950, p. 59), méprisaient chez les Berbères des gens « avares et durs », à la langue « incompréhensible15 » et que, au moins jusqu’au Xe siècle, ils étaient classés parmi les descendants de Cham et considérés comme des Noirs (Botte, 2010, p. 44). Des hadîths fabriqués pour la circonstance véhiculaient volontiers ces préjugés :

  • 16 Voir Yâqût, Mu’gam al-Buldan…. Variante dans al-Qazwînî (p. 164), le Prophète aurait dit : « Je pré (...)

« On rapporte que le Prophète – que la Bénédiction et le salut de Dieu soient sur lui ! – a dit : “Il n’existe pas sous les cieux ni sur terre de plus méchantes créatures que les Berbères. Quand même je n’aurais rien à donner en aumône dans la voie de Dieu, si ce n’est la poignée de mon fouet, il me serait encore plus agréable de donner cette poignée plutôt que d’affranchir un Berbère”16. »

11Finalement, une fois taries les sources maghrébines d’esclaves en raison de la conversion des Berbères à l’islam, les marchands vont commencer à subvenir aux besoins en main-d’œuvre servile par la fourniture d’esclaves noirs subsahariens en remplacement des Berbères. Or, ce sont les Berbères eux-mêmes qui saisirent l’opportunité de faire venir des esclaves du Bilâd as-Sûdân ou « Pays des Noirs », nouvelle source d’approvisionnement qui vint s’ajouter au commerce déjà existant des Nubiens, des Éthiopiens, des Somalis et des Zanjs de la côte orientale d’Afrique. Le commerce transsaharien des esclaves, de l’or et des autres produits devint ainsi, à partir du milieu du VIIIe siècle, un quasi-monopole des Berbères khârijites ibâdites qui transformèrent leur statut antérieur d’esclaves potentiels en celui d’esclavagistes (Savage, 1992, p. 351).

  • 17 Demougeot (1960) relève une diffusion tardive du dromadaire au Sahara, particulièrement au Sahara o (...)

12Cette traite va leur permettre de répondre à la demande de plus en plus considérable suscitée par le monde musulman en expansion. Les communications transsahariennes et les échanges seront rendus possibles par la généralisation du dromadaire aux IIIe et IVe siècles17 : plus résistant aux rigueurs du désert, il remplace le cheval. La diffusion de cet animal favorisait, en effet, un élevage qui fournissait la viande, le lait, le poil et le cuir et rendait ainsi les nomades extrêmement autonomes et mobiles. En ce qui concerne le trafic caravanier, le dromadaire, d’une sobriété surprenante grâce à l’« eau métabolique » secrétée par son organisme, correspondait parfaitement aux exigences d’un commerce pondéreux à longue distance puisqu’il permettait aux marchands de couvrir avec cette bête de somme des espaces arides d’une longueur nord-sud de 1 500 à 2 000 km. Il fallait également des relais dans les oasis et des pistes jalonnées de points d’eau. Or, les Berbères, à la fois marchands et armateurs de caravanes, convoyeurs spécialisés, maîtres des oasis-relais, contrôleurs des régions traversées et des terminaux caravaniers maîtrisaient toute la chaîne du commerce transsaharien.

  • 18 Voir Avraham L. Udovitch, art. « Kîrâd », EI2, V, p. 132-133.
  • 19 Voir, par exemple, pour le commerce transsaharien entre le Tuwât et le Caire le plus ancien documen (...)

13Enfin, la diffusion de la commandite (qirâd), moyen habile pour contourner l’interdiction coranique de l’usure, constituait un instrument bien adapté au commerce à longue distance18, facilitait la mobilisation des capitaux et l’association entre différents partenaires : des membres d’une même famille, des coreligionnaires installés à différentes étapes des voies caravanières et, fréquemment aussi, des musulmans et des juifs19.

  • 20 À l’exemple du père du fameux révolté Abû Yazîd (cf. infra).
  • 21 Les « risques courus » sont probablement ceux que l’on encoure à commercer avec des païens comme l’ (...)

14Voici, par exemple, un des très rares textes qui nous soit parvenu concernant une commandite en relation avec le commerce transsaharien. Cet écrit révèle au passage le long séjour effectué au Bilâd as-Sûdân par un commerçant et le fait, courant à cette époque, de se marier localement, généralement avec une esclave20. Il s’agit avec ce texte d’une fatwâ d’al-Qabîsî (m. 1012) – il dirigea l’école mâlikite kairouanaise – consulté au sujet d’un quidam en ayant commandité un autre pour aller à Tâdmekka, comme le stipule le contrat établit entre eux devant témoins. L’agent (‘âmil) part à Tâdmekka mais de là il se rend à Ghâna, puis à Âwdâghust où il se marie et a des enfants. Il y demeure onze ans, s’endette, et le qâdî d’Âwdâghust vend ses biens pour en répartir le montant entre les créanciers. Or, le commanditaire revendique le droit de concourir avec ces derniers. Dans sa réponse, Al-Qabîsî indique que le commanditaire peut concourir avec les créanciers de l’agent en question. Surtout, il réprouve la nature du commerce transsaharien21 : l’agent n’a pas respecté les consignes qui lui ont été données ; mais, de toute façon, vu les risques courus, on ne doit pas conclure de qirâd pour le Soudan (al-Mi‘yâr, 1981, t. IX, p. 116 ; Lagardère, 1995, p. 382, n° 28).

15Par ailleurs, Ibn Hawqal, dans un passage bien connu (1964, p. 58, 97-98), indique avoir vu une reconnaissance de dettes pour la somme inouïe de 42 000 dinars, contresignée par les témoins instrumentaires, de la part d’un commerçant de Sijilmâsa, Muhammad Ibn Abû Sa’dûn, résidant à Âwdâghust, à l’égard d’un autre Sijilmâsien. Ce dernier, Abû Ishâq Ibrâhîm, bénéficiaire de ladite reconnaissance, était connu sous le nom de Faragha Shugluhu (« quelqu’un qui a fini d’accomplir ses affaires »). Ce surnom permet de penser qu’il s’agit d’un homme riche, retiré des affaires et plaçant ses capitaux, probablement dans un contrat de qirâd (Devisse, 1970, p. 113). Plus tardivement, au XIIe siècle, al-Idrîsi relève que les notables de Kâw-Kâw (Gao), des Sûdân par conséquent, fréquentent les commerçants étrangers (Berbères), s’associent à leurs entreprises commerciales et investissent de l’argent dans leurs marchandises contre rétribution (al-muqârida).

Les acteurs du commerce

  • 22 Une vulgate fautive mais fort répandue ajoute : « fut-il un esclave abyssin ». Affirmation singuliè (...)

16Le statut religieux des Berbères d’Afrique du Nord revêt une extrême importance dans la mise en place du système caravanier. La plupart rejetèrent le sunnisme auquel ils avaient d’abord adhéré pour se rallier au khârijisme (de kharaja, « sortir », sous-entendu de la vraie religion), le plus ancien mouvement politico-religieux de l’islam né d’une controverse sur la légitimité du califat à l’époque d’‘Alî. Les khârijites insistaient sur la liberté de choix de tout musulman pour la nomination du calife ; ils s’opposaient ainsi aux visées politiques de la famille de Muhammad. L’une de leurs doctrines principales, en effet, concernait l’imâmat, c’est-à-dire la dévolution du pouvoir. Ils réfutaient toute prérogative généalogique exclusive pour prétendre au califat, soit des lignées kuraysh en général (sunnites), soit de celle d’‘Alî en particulier (shî‘ite). Les khârijites professaient également l’égalité ethnique devant la foi : tout musulman, arabe ou non arabe, quelle que fût sa condition sociale22, pouvait être élu à la tête de la communauté s’il possédait les qualités requises : piété, rigueur morale, savoir religieux et vie pieuse, ardeur au travail. C’est d’ailleurs ainsi que tout khârijite méritait son salut. L’oisiveté et la prodigalité étaient condamnées.

  • 23 Pour les différences religieuses entre ces sous-sectes (firaq), voir Fekhar (1971, p. 361-372).
  • 24 L’apparition de la secte date de 684-685. Les ibâdites se donnent eux-mêmes le nom de as-shurât («  (...)
  • 25 Parmi les autres petits groupes on trouvait les fartiyya à Wârgla, les nafâthites dans le Jarîd tun (...)
  • 26 Lewicki (1970) avance la date de 735/736-739/740 pour le début du processus d’islamisation de ces t (...)

17Les khârijites ne tardèrent pas à se fragmenter en de nombreuses sous-sectes ; les hérésiographes n’en comptent pas moins d’une vingtaine, aux conceptions divergentes mi-politiques, mi-théologiques. Au Maghreb et au Sahara23, plusieurs d’entre elles trouvèrent un terrain accueillant à leurs doctrines parmi les Berbères, en particulier au sein de la grande famille zanâta, mécontents du régime d’oppression des Umayyâdes (661-750) (Lewicki, 1958) : les ibâdites24 – la branche la plus nombreuse et la plus modérée –, les nukkârites (« Renieurs ») – qui organisèrent l’imâmat dissident de Tâhert – et les sûfrites – qui fondèrent (757-758) la principauté théocratique de Sidjilmâsa (Berbères miknâsa) et contrôlèrent ainsi tout le commerce transsaharien de la voie occidentale jusqu’au milieu du Xe siècle25. Ces deux États échappèrent à l’autorité du gouvernement central ‘abbâsside (750-1258) comme à celui des gouverneurs aghlabîdes de l’Ifrîqiya jusqu’à leur destruction, au Xe siècle, par les Fâtimides. Pendant près de trois siècles, les ibâdites dominèrent un territoire immense, monopolisant le commerce du Sûdân, des esclaves et de l’or, avec le monde musulman méditerranéen. De leur côté, les Berbères sahariens sanhâja (Lamtûna, Massûfa et Ghuddâla), musulmans, mais seulement de nom, dès le VIIIe siècle26, ne devinrent orthodoxes que vers le milieu du XIe siècle lors de la propagande almoravide.

  • 27 Au milieu du XIIe siècle, al-Idrîsî, décontenancé, donne une description de leur extrême souci de p (...)
  • 28 Sous la domination romaine et byzantine, les Berbères christianisés manifestaient déjà des tendance (...)

18Aujourd’hui, les ibâdites se trouvent encore au Mzâb et à Wârgla, dans l’île de Djerba27, en Tripolitaine (Jabal Nafûsa et Zwâgha) ainsi qu’à ‘Umân et à Zanzibar. Les tendances démocratiques des khârijites, en particulier le principe d’égalité de tous les croyants, leur « calvinisme islamique » selon le mot de Dozy, entraient en résonance avec les structures sociales berbères et leurs traditions démocratiques et égalitaires28. C’est pourquoi la lutte des Berbères contre l’oppression politique et fiscale d’une bureaucratie étrangère ne prit pas la forme d’une résistance militaire, mais se traduisit de manière bien plus redoutable par leur adhésion massive à l’islam khârijisme. Bref, par le « refus dans la foi » (Thiry, 1995, p. 128) en tant qu’« arme idéologique » de résistance populaire contre la domination arabe orthodoxe et les califes umayyâdes puis ‘abbâssides.

  • 29 On a étendu arbitrairement la révolte à toute l’Afrique du Nord. En réalité, elle mit en effervesce (...)

19Il aura fallu soixante-dix-sept ans aux Arabes pour islamiser l’Afrique du Nord : de la conquête de Barqa (643) à l’adoption en masse de l’islam par les Berbères (entre 718-720), quatre-vingt-douze jusqu’à la conquête définitive du Sûs al-Aqsâ (735). Or, la révolte berbère khârijite de Tanger, à l’appel d’un ancien vendeur d’eau sûfrite, Meysara as-Saqqâ Madghûri, qui embrasa l’Afrique du Nord presque tout entière29, eut lieu dès 739-740 (Ibn al-Athîr, 1897, p. 185 ; Ibn ‘Abd al-Hakam, 1948, p. 125).

  • 30 Ibn Khaldûn (1925, I, p. 216) : « Les Berbères […] se soulevèrent bientôt, quand ils eurent appris (...)
  • 31 Beaucoup de tribus berbères avaient d’abord adopté le judaïsme, comme les Nafûsa, pour se convertir (...)
  • 32 On y trouvait également beaucoup de juifs à l’instar du grammairien hébreu Judah ibn Quraysh (Shina (...)

20Les révoltés tuèrent le gouverneur de Tanger, ‘Umar Ibn ‘Abd Allâh, qui avait décidé de prélever le quint sur les Berbères islamisés pour en faire des esclaves30. Jusqu’alors, seuls ceux qui n’avaient pas répondu à l’appel de l’islam étaient frappés par une telle mesure. C’est à la suite de la dissidence khârijite au Maghreb que les Nafûsa, farouches opposants aux envahisseurs arabes, abandonnèrent le christianisme31 pour se convertir aux doctrines ibâdites (Lewicki, 1955, p. 54-55). Ces populations anciennement donatistes, comme celles du Jarîd et du Nafzâwa, rejoignirent d’autant plus facilement le combat des khârijites que les deux doctrines professaient des valeurs communes : égalité sociale, rigorisme religieux, droit de démettre celui qui dirige la communauté s’il est indigne et un même rejet de la religion officielle et de maîtres du pays venus de l’étranger (Prévost, 2007, p. 468). Par ailleurs, sous les premiers imâms rustumides de nombreux commerçants d’origine romane et chrétienne, les ‘Agham des sources arabes, jouèrent un rôle notable à Tâhert32, en particulier dans le négoce transsaharien. À la chute de cet émirat, certains d’entre eux accompagnèrent l’imâm à Wârgla (id., p. 465-466), plaque tournante du commerce transsaharien central et oriental.

21On assiste donc avec les Berbères khârijites à la constitution d’une grande ligne de rocade du commerce ou, sur le plan religieux, d’un vaste « écran schismatique » grâce à la création de grandes cités commerciales : Zawîla dans le Fâzzan, Wârgla, Tâhert, Sijilmâsa, etc. Cet « écran schismatique » s’inscrit dans une stratégie de contrôle des axes caravaniers, stratégie pour laquelle le peuplement des régions est indispensable. C’est ainsi que le mouvement social berbère qui se cristallise dans un chapelet de villes-États et de principautés ethno-religieuses « devait trouver dans le commerce avec le Soudan, notamment celui des esclaves, la base économique de sa survie et de son indépendance » (Abitbol, 1979, p. 178). Il y a là d’ailleurs une certaine ironie alors que la secte est fondée sur la croyance en l’égalité des hommes devant Dieu quelle que soit leur race. Mais, évidemment, cela ne concernait que les seuls musulmans et autorisait, par conséquent, la mise en esclavage des païens et autres mécréants africains.

22La fusion entre les missionnaires khârijite venus d’Orient (Arabes, Persans…) et les Berbères convertis à l’ibâdisme incorporait tous les éléments pour le succès d’un réseau de commerce à longue distance grâce à l’expertise commerciale khârijite associée à la maîtrise des itinéraires par les tribus berbères et la connaissance des points d’eau par les conducteurs de caravanes, comme les Massûfa (des non ibâdites), qui avaient un quasi-monopole sur des itinéraires donnés.

  • 33 À l’époque qui nous intéresse la sebhka d’Ijîl n’était pas encore en activité. Mauny (1967, p. 327) (...)
  • 34 Supplanté au XIIIe siècle par Tamentît à la suite des brigandages des nomades.

23Les Massûfa détenaient également la mine de sel de Tâghazza – principal produit d’échange contre l’or et les esclaves –, exploitée par leurs esclaves, avant d’en être dépossédés par les Berabîsh au IXe siècle. Dans la partie méridionale de l’actuelle Mauritanie, une autre tribu sanhâja, les Ghuddâla, contrôlait la mine de sel d’Awlîl sur le littoral du Trarza33. Le minéral débité en barres, seule forme sous laquelle le sel gemme pouvait supporter sans grandes pertes pour les convoyeurs et les marchands les aléas d’un transport terrestre par caravanes – signalé au XIe siècle par al-Bakrî – ou par barques – décrit plus tard par al-Idrîsî (Robert-Chaleix, 1991) –, parvenait ainsi sans déchets appréciables jusqu’aux marchés des zones pluvieuses du sud. Du côté des pistes orientales, le Kawâr possédait plusieurs sites producteurs de sel dévolus au commerce avec les pays soudanais (Lange et Berthoud, 1977, p. 28 et suiv.). Dans la première moitié du XIe siècle cependant le sel de Tâghazza se substitue progressivement à celui d’Awlîl car le chargement de cette marchandise à Awlîl imposait un important détour aux caravanes venues du nord. Le commerce désormais se réorganise et se déplace vers l’est pour suivre un axe caravanier qui favorise les marchés du Tuwât (Bûdâ34) et de Tawdenni, entraînant le déclin du terminal d’Âwdâghust au profit de celui de Walâta (fondée en 1224) et l’abandon d’une partie de la piste de l’ouest (Devisse, 1972, p. 60-61). Walâta, carrefour fréquenté par les commerçants, tête de pont pour tout trafic avec l’Ouest du Bilâd as-Sûdân, étape obligée pour les pèlerins se rendant aux lieux saints joua dès lors un rôle véritablement « international » (Cuoq, 1984, p. 90).

  • 35 Comme le remarque Dufourq (1966, p. 141) pour une période un peu plus tardive, la route de l’or et (...)

24Simultanément, lors de la mise en place des faisceaux des routes transsahariennes, on constate qu’une chaîne ininterrompue de communautés juives épousait presque parfaitement l’arc schismatique ibâdite. Ces communautés juives s’égrenaient du Maghreb septentrional jusque sur les rivages du Sahara : à Biskra, dans le Tuwât, à Tuggûrt et Wârgla, dans les régions prédésertiques du sud tunisien et de la Tripolitaine (Ghadamès abritait une vieille communauté juive), à Ifrane dans l’Anti-Atlas où vivait une des plus vieilles communautés juives de la région35, etc. On trouvait, enfin, des juifs au cœur du Tâfîlâlt, dans la ville de Sijilmâsa, véritable centre commercial juif, une cité disputée tout au long du Moyen Âge par tous les pouvoirs maghrébins.

  • 36 S’applique aux écrits venant du dépôt de la « Synagogue des Palestiniens » à al-Fustât et, dans une (...)
  • 37 Goitein (I, p. 211) précise qu’un certain nombre d’activités ne sont pas représentées dans les papi (...)

25Ces communautés se trouvaient souvent implantées dans les localités les plus excentrées, au débouché des grandes pistes caravanières et au cœur du dispositif commercial même si les Juifs ne traversaient pas le Sahara (sauf ceux du Tuwât qui y vivaient). Les Juifs contrôlaient une partie du marché de l’or et s’intéressaient tout autant à la plupart des biens en circulation dans le commerce transsaharien, puisque la non-spécialisation dans telle ou telle marchandise était la règle au Moyen Âge. Les documents de la Geniza du Caire36 publiés par Goitein illustrent les opérations de ce réseau fondé sur des liens religieux et de parenté entre les ports caravaniers en bordure du désert et la Méditerranée37. Des relations personnelles entre des partenaires à Alméria, Fès et Sijilmâsa pour l’une des routes et entre Fustât [Le Caire], Kayrawân et Sijilmâsa, pour l’autre, aidaient à résoudre les problèmes de crédit et de confiance (Levtzion, 1982, p. 256).

  • 38 La première apparition de ce catalogue date de 1867 dans un texte de Ab. Cahen (voir bibliographie) (...)
  • 39 Je reprends l’idée à Valensi et Udovitch (1980, p. 774) à propos de la revendication par les Juifs (...)
  • 40 On se souvient de la lettre adressée par le vizir d’origine juive de ‘Abd ar-Rahmân III, Hasday b.  (...)
  • 41 Hirschberg (1963), pour qui les Juifs ne faisaient pas de prosélytisme, considère que s’il y eut ja (...)
  • 42 Plus exactement, l’auteur, acquis à la représentation de l’historiographie classique, parle de « pr (...)
  • 43 Une autre fut construite en 725, voir Lewicki (1990, p. 329).

26En ce qui concerne les origines possibles des Juifs des régions nord-sahariennes et sahariennes, leur dispersion et leur multiplication, l’impossibilité pour les historiens à donner consistance à aucune des différentes hypothèses expliquant leur présence en Afrique du Nord : dispersion des dix tribus formant l’ancien royaume d’Israël ; arrivée d’Hébreux lors de la fondation des villes phéniciennes ; immigration forcée de juifs en Égypte et en Cyrénaïque sous la dynastie grecque des Lagides (vers 320 avant notre ère) ; immigration de juifs en Arabie, puis au Yémen puis en Éthiopie et expansion vers le Sahara ; déportation par Titus, en 70, lors de la destruction de Jérusalem, de juifs palestiniens en Libye et à Cyrène ; etc.38, toutes ces hypothèses – ou ce « mensonge sociologique » pour reprendre l’expression de Sahlins39 – traduisent le fait qu’il n’y eut jamais de migration de juifs palestiniens vers l’Afrique du Nord (Wexler, 1996, p. 35-36). Comme pour la conversion au judaïsme des Khazars de la Basse Volga au VIIIe siècle (Sand, 2008, p. 296-332) – bien connus des auteurs arabes40 – il faut conclure à une conversion massive des Berbères par des Juifs prosélytes41. Selon Lewicki (1990, p. 329), la judaïsation des Berbères sahariens « commença probablement » au IIe siècle de notre ère. Elle fut la conséquence du massacre de milliers de Grecs en Cyrénaïque (en 115) par les Juifs, suivis de la répression romaine ordonnée par Trajan (118) et de la dispersion des survivants juifs vers le Jebal Nefûsa. De fait, Jacob Oliel (1994, p. 162) signale les premières arrivées de Berbères judaïsés au Touat en l’an 13242 où ils construisirent, en 517, à Tamentît, la première synagogue43.

  • 44 En fait, la prétendue origine cananéenne des Berbères conserve le souvenir de l’ancienne expansion (...)

27Pour Gabriel Camps (1982, p. 66), « la liaison entre les Juifs maghrébins et les Berbères principalement zénètes […] paraît donc indéniable ». C’est de Cyrénaïque et de Tripolitaine que « vinrent nécessairement les ferments sinon les groupes qui contribuèrent à judaïser une partie de la population des régions prédésertiques du Maghreb ». Et le vecteur principal de cette judaïsation fut l’apparition, à la fin du Ve siècle, des groupes chameliers des nomades zenâta. On sait, par ailleurs, que les auteurs arabes s’accordent pour donner une origine orientale (cananéenne ou himyarite) aux Berbères44 ; ainsi, Ibn Khaldûn (1925, I, p. 208-209) rapporte qu’« une partie des Berbères professait le judaïsme, religion qu’ils avaient reçue de leurs puissants voisins, les Israélites de la Syrie ».

  • 45 Sahlân b. Abraham, le chef de la communauté juive irakienne au Caire se maria, le 9 septembre 1037, (...)
  • 46 Voir Shinar (1982, p. 86) qui note qu’il y a d’importantes affinités doctrinales entre le khârijism (...)

28Quoi qu’il en soit, les Juifs ou les Berbères judaïsés facilitaient les liaisons entre l’Orient et l’Espagne musulmane, notamment lorsqu’il s’agissait de dominations opposées (Umayyâdes contre Fâtimides) (Lombard, 1971, p. 81). D’une manière générale, le commerce international était conduit sur la base de relations d’amitié ou grâce à des mariages « diplomatiques » entre familles de pays éloignés les uns des autres. Ainsi le chef de l’une des importantes familles juives d’Espagne au XIe siècle, Samuel Lukhtûsh, un nom berbère précise Goitein (1967, I, p. 48), était-il marié à une femme appartenant à une grande maison du vieux Caire45. De même, l’érudit juif Farah b. Dunash – autre nom berbère – de Sijilmâsa était-il marié à une femme de Tibériade sur la mer de Galilée (Id., p. 49). Et voici, au XIe siècle toujours, un pèlerin originaire du royaume de Castille transportant un compendium de lexicographie hébraïque de Jérusalem à Wârgla (Id., p. 49), où existait une importante communauté juive de tendance qaraïte46.

29Les Juifs favorisaient aussi les relations entre l’Espagne musulmane et les pays chrétiens du nord ; un réseau de communautés juives jalonnait la vallée du Rhône et les pays rhénans. Elles se livraient activement au grand commerce international des esclaves, depuis les bords de l’Elbe jusqu’au Bilâd al-Andalus. Enfin, le réseau juif s’étendait depuis l’Espagne jusqu’au Sûs al-Aqsâ’. Ainsi, on sait que les énigmatiques marchands juifs, les Rhâdânites, maintes fois évoqués à partir de l’œuvre d’Ibn Khurradâdhbih (1967, p. 114-115) – un écrit du milieu du IXe siècle –, spécialisés dans la traite des esclaves slaves (saqâliba) et des eunuques en direction du monde musulman (Verlinden, 1983), circulaient sur des itinéraires terrestres depuis Canton, en passant par l’Occident chrétien, jusqu’à leur base du Sûs al-Aqsâ’ (Khurradâdhbih, 1949, 117-118). On peut supposer que les négociants rhâdânites allaient au Sûs al-Aqsâ’ pour y chercher des esclaves provenant du Sûdân (un article encore exotique à cette époque), d’abord conduits à Sijilmâsa puis à Massâ, le principal port de la région (Senac, 2004, p. 98-99). À Massâ, situé aux marges du Sahara, se tenait une « foire qui [réunissait] beaucoup de monde (al-Bakrî, 1913, p. 306) ». Au IXe siècle (avant 891), al-Ya‘qûbî, qui décrit Massâ, précise : « C’est près de la mosquée de Bahlûl que viennent mouiller ces navires cousus, fabriqués à Ubulla, qui voguent jusqu’en Chine [sic] » (Wiet, 1937, p. 226).

  • 47 « Les marchands qui partent de l’Espagne ou de la France se rendent au Sous al-Akça (le Maroc actue (...)
  • 48 Appelées mawâsim, littéralement « à date fixe » (comme pour les foires périodiques), elles passaien (...)

30L’un des itinéraires suivis par ces Rhâdânites partait du Sûs al-Aqsâ’ – dont faisait partie la grande ville commerciale de Sijilmâsa avec son importante communauté de Berbères juifs –, rejoignait Tanger, gagnait ensuite l’Ifrîqiya, puis l’Orient47. L’existence de deux caravanes annuelles, effectuées à des époques déterminées48 en ligne directe, reliant le port saharien de Sijilmâsa à l’Égypte indique un volume commercial suffisant – mais malheureusement nous ne savons rien des marchandises transportées – pour rendre profitable une telle liaison. Au Caire (Fustât), l’important négociant (wakîl tujjâr) juif, Abû Zikrî Judah b. Joseph Kohen al-Sijilmâsî, originaire de Sijilmâsa comme son nom l’indique, dirigeait les activités de ses compatriotes maghrébins à la fois en Égypte et, au-delà, sur la route commerciale vers l’Inde (Goitein, Id., p. 192, 195, 212, 213, 276, 279).

  • 49 D’al-Andalus on importait de l’huile d’olive en échange de blé, d’orge, de fèves, de pois et de bes (...)

31Il faut évoquer brièvement une espèce de bretelle, largement ignorée, des pistes transsahariennes à partir de Sijilmâsa vers la région du Sûs al-Aqsâ’ et le sud marocain maritime. Al-Bakrî signale, dès le milieu du IXe siècle, l’implication commerciale des Andalous à Arzîla où les Berbères nomades avaient installé un ribât (en 843-844) pour se défendre contre les incursions des Vikings (Majûs). Il s’y tenait trois fois par an une grande foire (al-Bakrî, 1965, p. 219-220 ; Picard, 1998, p. 476-477). Al-Bakrî note également un trafic côtier au ribât de Qûz, le port d’Aghmât, où des « bateaux viennent de partout jeter l’ancre » (Id., p. 292 ; Monteil, 1968, p. 48). Au Xe siècle, Ibn Hawqal (1964, p. 89), dit clairement qu’un axe commercial reliait Sijilmâsa à Aghmât : « une ville très florissante et ayant un commerce soutenu avec Sijilmâsa et d’autres lieux ». Al-Idrîsî confirme, pour le XIe et le début du XIIe siècle, le caractère de plus en plus répétitif des voyages directs ou par étapes effectués par des Andalous entre les ports atlantiques du sud de la péninsule ibérique et le Sûs al-Aqsâ49. L’ouvrage d’hagiographies d’at-Tâdilî parle même d’une liaison régulière entre Huelva et Azammûr via Salé (Picard, 1998, p. 477-479).

32Je fais donc l’hypothèse de l’existence possible d’un commerce d’esclaves noirs par l’Atlantique – on ne peut pas encore parler de traite –, en relation avec les économies ibériques et méditerranéennes, anticipant de plusieurs siècles les voyages des caravelles portugaises. De fait, az-Zûhrî (m. entre 1154-1161), géographe arabe originaire de l’Espagne musulmane, évoque l’activité des marins de Cadix (Gadès) dans les mêmes conditions, jusqu’aux limites du Sahara, où ils embarquent esclaves, poudre d’or, ébène, défenses d’éléphants, boucliers lamta, etc. :

  • 50 Le même az-Zûhrî signale le passage dans al-Andalus de chefs de Ghâna se rendant en pèlerinage à La (...)

« C’est de la région du Sûs al-Aqsâ que partent les exportations du Sahara en serviteurs (khadam), en esclaves (‘abîd), en ‘akbar c’est-à-dire en poudre d’or (tibr)… » (Cuoq, 1984, p. 115)50. »

  • 51 Ceuta était spécialisé dans la fabrication de perles de corail dont la majeure partie était exporté (...)

33Az-Zûhrî parle, en outre, de Zâfûn, un État soudanais où affluent, nous dit-il, les caravanes de commerçants du Sûs al-Aqsâ (Lewicki, 1971, p. 511). Enfin, on sait par al-Idrîsî (il écrivait en 1154) qu’Aghmât (Urîka), grande ville commerçante habitée par des Berbères huwwâra, et distante de huit jours de marche de Sijilmâsa, se livrait à un intense commerce avec le Bilâd as-Sûdân. Les habitants d’Aghmât, commerçants opulents, s’y rendaient avec un grand nombre de chameaux chargés de cuivre rouge et de cuivre coloré, de manteaux, de vêtements de laine, de turbans, de caleçons (mâzir), toutes sortes de colliers de verres, de coquillages et de pierres51, de diverses espèces de drogues et de parfums, et d’ustensiles en fer. Il n’y a pas un homme qui n’y envoie ses propres serviteurs (righâl) et ses esclaves (‘abîd) et qui ne dispose de caravanes de cent, quatre-vingt ou soixante-dix chameaux chargés (Dozy et De Goeje, 1968, p. 76 ; Cuoq, 1984, p. 164). Les habitants d’Aghmât rapportaient du Soudan de l’or et des esclaves vendus aux marchands « par douzaines » et dont il sortait « annuellement un nombre considérable destiné au Sûs al-Aqsâ » (Dozy et De Goeje, 1968, p. 3, 7).

Les voies transsahariennes du commerce des esclaves52

  • 52 Pour une vue complète des itinéraires sahariens, voir Thiry (1995, p. 399-431).
  • 53 J’emploie ailleurs par commodité l’expression « auteurs arabes » sachant que s’ils écrivaient en ar (...)

34Le Bilâd as-Sûdân émerge à la connaissance du monde musulman essentiellement pour des raisons commerciales (routes des esclaves, de l’or et d’autres produits), mais les sources en arabe53, fragmentaires, présentent de graves lacunes et ne fournissent aucune vue d’ensemble sur l’organisation du commerce transsaharien. L’écrasante majorité des auteurs n’a aucune connaissance directe du Sûdân. Ibn Hawqal est le seul des écrivains médiévaux, avec Ibn Battûta, à avoir visité l’Afrique subsaharienne dont les travaux nous sont parvenus. Il voyage pendant trente-cinq ans à partir de 943 et passe à Sijilmâsa en 951. C’est le premier voyageur connu à avoir atteint le Sûdân (Âwdâghust). Pour certains auteurs, leur œuvre, perdue, ne nous est connue qu’à travers des compilateurs postérieurs comme celle de l’Égyptien al-Muhallabî (m. 990) qui disposait d’informations très précises – il écrit entre 975 et 990 – sur la situation géographique du Kânem et le mode de vie de ses habitants. Dans l’ouvrage qu’il termine en 1068, al-Bakrî, qui passe toute sa vie en Espagne, tente une première description générale du Sûdân. Al-Bakrî a eu accès à des documents de première main sans doute dans les archives officielles de Cordoue, comptes rendus de voyageurs et d’ambassadeurs. Mais sa source principale est l’historien kairouanais Muhammad ibn Yûsûf ibn al-Warrâq (m. 973-974), auteur de plusieurs ouvrages aujourd’hui disparus. Fuyant l’Ifrîqiya des Fâtimides, il s’était fixé à Cordoue.

35Ces auteurs utilisent également des sources orales recueillies auprès de marchands, de voyageurs, de pèlerins ou d’autres informateurs. Ce sont aussi des agents politiques, les représentants de puissances rivales qui se déterminent dans leurs écrits en fonction de leur allégeance : Fâtimides d’Égypte pour al-Muhallabî et Ibn Hawqal, Umayyâdes d’Espagne pour al-Warrâq et al-Bakrî. Ou bien encore, au XIIe siècle, un peu en dehors de ma période, al-Idrîsî, Arabe espagnol, au service de Roger II qui occupe alors Tripoli. Si les critiques de ces auteurs contre les Berbères en général sont peu amènes, celles dirigées contre les Berbères ibâdites sont, à l’exception d’al-Ya‘qûbî, virulentes (Thiry, 1995, p. 330-331).

36En ce qui concerne la traite des esclaves, les données demeurent fragmentaires, et, surtout, jamais chiffrées. Peut-être les marchands tenaient-ils des livres de compte, nous le savons pour le XIXe siècle, mais rien ne nous en est parvenu. Il faut attendre le XIVe siècle et Ibn Battûta pour avoir la seule indication médiévale chiffrée. Le Tangérois, lors de son retour de Mâli par Tâkadda et le Hoggar, en septembre 1353, partit en effet de Tâkadda en compagnie d’une « caravane considérable » qui « renfermait environ six cents filles esclaves (1968, IV, p. 445) » dont, au demeurant, ce grand voyageur ne donne aucun autre détail à leur sujet. Et, de fait, les textes ne renseignent en rien sur la manière dont on faisait voyager les esclaves à travers le Sahara à l’époque médiévale.

37Les sources cependant mettent clairement en évidence le fait suivant : du VIIIe au XIe siècle, les Berbères ibâdites détinrent le monopole sur les trois grands faisceaux de routes transsahariennes nord-sud reliant le Maghreb à l’Afrique : à l’est, au centre et à l’ouest. C’est seulement à partir du VIIIe siècle qu’apparaissent des informations significatives sur ces axes commerciaux transsahariens. L’antériorité des contacts avec le Sûdân revient incontestablement à la voie qui, passant par Zawîla au Fezzân, traversait le Jabal Nafûsa – dont la ville principale, Jâdû, comportait une nombreuse population juive – et rejoignait le lac Tchad et le Niger par le Kawâr et le Kânem. Les routes translibyennes à partir de la profonde échancrure du golfe de Syrte permettaient un immense gain de temps : 2 100 kilomètres de Surt au lac Tchad, soit mille kilomètres de moins que les routes Tâhert-Gao et Fès-Ghâna, et encore plus de cinq cents kilomètres de différence au départ de Tripoli en faveur de cette voie (Thiry, 1995, p. 447).

  • 54 En réalité le chiffre était probablement supérieur. Ainsi le fameux baqt imposé aux Nubiens en vert (...)

38Déjà, avant l’époque musulmane, les Fezzânais (c’est-à-dire les anciens Garamantes) entretenaient des contacts avec les pays de l’intérieur de l’Afrique qui leur fournissaient des esclaves, de l’ivoire, des pierres précieuses, etc., sans que l’on puisse véritablement parler d’un trafic régulier. L’imposition, selon Ibn ‘Abd al-Hakam, par ‘Uqba Ibn Nâfi‘ al-Fihrî, lors de son expédition au Kawâr en 666-667, d’un tribut de trois cent soixante esclaves54, de même qu’à Waddân et à Jarma, montre qu’au moins au VIIe siècle les Fezzânais importaient des esclaves provenant du Kawâr, du Tibesti et du Kânem (Lewicki, 1955, p. 65 ; Cuoq, 1985, p. 45-46 ; Thiry, 1995, p. 108). En outre, le célèbre conquérant arabe, ‘Uqba Ibn Nâfi‘, aurait pu difficilement pénétrer jusqu’au Kawâr « si le tracé de la route n’avait pas été établi avant lui par des commerçants, soit berbères, soit zaghâwa » (Lange, 1990, p. 367). Mais, l’établissement d’un commerce régulier et d’une traite proprement dite entre Zawîla et la région du lac Tchad commence à une époque ultérieure sous l’impulsion des commerçants berbères ibâdites.

  • 55 Des notables ibâdites du Jabal Nafûsa parlaient la langue du Kânem. Il en fut ainsi de Abû ‘Ubayda (...)

39De fait, le nom des esclaves les plus connus sur cette artère, celui de Zaghâwa, est aussi ancien chez les auteurs arabes que celui de Sûdân. On le trouve pour la première fois – dès avant 728 – chez le traditionaliste Wahb b. Munabbih qui le cite parmi les « races » de Sûdân à côté des Nûba, des Zanj et des Hâbasha (Cuoq, 1985, p. 41). Outre les Zaghâwa, les commerçants exportaient principalement des esclaves pris parmi les Mîrî, les Murrû et d’autres peuples soudanais. Plus tard, à la fin du IXe siècle, l’historien al-Ya‘qûbî (872) soulignera la cohabitation au Kawâr même d’une population mixte, composée de musulmans de toutes provenances : une majorité de commerçants berbères ibâdites originaires du Fezzân, du Jabal Nafûsa55 et du Waddân ; des commerçants de souches très variées, originaires du Khurâsân en Iran, de Basra et de Kûfa en Irak – des gens que l’on retrouve d’ailleurs à tous les autres terminaux des axes transsahariens – ; et, à côté des musulmans, la population autochtone appartenant au groupe tubu (Teda-Daza). Tous ces commerçants pratiquaient la traite des esclaves zaghâwa, marawiyyûn et autres (Cuoq, 1985, p. 49, 65) que les rois des Sûdân réduisaient en captivité, ainsi que d’autres tribus, « sans raison et sans (le motif) de la guerre [jihâd juste] » (Wiet, 1937).

  • 56 Également signalé par Ibn al-Faqhî en 903 (Hadj-Sadok, 1949).
  • 57 Appelées al-khadim al-samrâ’ al-muwallada. Des Berbères étaient issus de mariages mixtes avec des B (...)

40Al-Ya‘qûbî, haut-fonctionnaire dans le service de la poste (barîd) des ‘Abbâssides – dont on sait qu’il fonctionnait aussi comme un service de renseignements – connaît bien le Dâr-al-Islâm. Il indique deux voies d’accès vers le Sûdân : à l’Occident, celle de Sijilmâsa et Âwdâghust, l’autre, à l’est, par Zawîla. Il mentionne également un itinéraire d’Égypte à Ghâna par l’Aïr et Kâw-Kâw (Gao)56, abandonné un demi-siècle plus tard (Ibn Hawqal, 1964, I, p. 58). Parmi les exportations du Maghreb, outre « les belles et jolies mulâtresses [Berbères]57 qui sont devenues les favorites des ‘Abbâssides et autres grands personnages », les « beaux esclaves de l’Europe », les « esclaves provenant de la région des Slaves par le canal de l’Espagne », Ibn Hawqal note, enfin, les « esclaves importés du pays des Noirs (Ibid., p. 95) ». Déjà, avant 951, al-Istaqhrî parle des esclaves noirs amenés à Zawîla puis exportés du Maghreb (Cuoq, 1975, p. 65).

41La diversité des sources d’approvisionnements serviles du milieu à la fin du Xe siècle, en Europe et en Asie, fait que les esclaves noirs – quoique déjà très nombreux –, ne constituaient pas encore l’essentiel des effectifs mis sur le marché. Il reste que la route de l’est par le lac Tchad, le Kawâr et Zawîla avait été surnommée la « route des esclaves ». Ici, en effet, l’or est absent et, en dehors de l’alun exporté vers l’Égypte et jusqu’au Maghreb al-Aqsâ, les esclaves représentaient le principal article de commerce entre le Kânem et la Méditerranée et la source principale de richesse des habitants. Du Kawâr au Fezzân, la route était contrôlée par un État africain subsaharien, le Kânem (fondé à la fin du VIe siècle), devenu par la suite Kânem-Bornû. Au Fezzân, les commerçants revendaient leurs marchandises à Zawîla qui, pendant des siècles, constitua l’un des principaux entrepôts d'esclaves du monde musulman et le plus grand marché d’esclaves du Sahara. De là, des convois se dirigeaient vers l'Égypte et le Proche-Orient ; d'autres aboutissaient en Tunisie (al-Ya‘qûbî, 1937, p. 205 ; al-Bakrî, 1968, p. 29 ; al-Istaqhrî, 1870, p. 40 ; Cuoq, 1975, p. 49, 65, 81). Ainsi, dès le milieu du VIIIe siècle la traite apparaît non comme un commerce occasionnel mais comme une activité économique pérenne, soumise aux exigences des marchés maghrébin, égyptien et, plus largement, méditerranéen, c’est-à-dire à la loi de l’offre et de la demande.

42C’est également par la voie du Kânem-Bornû que transitaient les eunuques exportés de chez les Zaghal et les Zaghâwa, une spécificité reconnue dès 966 par Maqdîsî et reprise au milieu du XIe siècle par al-Bîrûnî (Cuoq, 1975, p. 66 ; Kamal, 1987, III, p. 712). Aux XIXe et XXe siècles, les eunuques esclaves qui servaient aux grandes mosquées de La Mecque et de Médine provenaient toujours de cette région (Botte, 2010, p. 120).

43Après Wahb b. Munabbih et les réseaux ibâdites vers le Kânem, la chronique d’Ibn as-Saghîr, un commerçant ou un espion ou les deux à la fois (on ne sait pas au juste) qui résida à Tâhert, décrit la situation de cette ville, aux environs de 776-780. Il y arrivait des pays les plus éloignés des ambassades et des caravanes et « les routes menant au Soudan […] s’ouvrirent au négoce et au trafic » (Cuoq, 1975, p. 55). C’est la première indication précise, en dehors du Kânem sur des relations établies avec le Bilâd as-Sûdân, quelques dizaines d’années seulement après la première incursion arabe d’‘Ubayd Allâh ibn al-Habhâb dans le Sûs al-Aqsâ en 734 – dont il ramena notamment comme butin des femmes berbères.

  • 58 Al-Ya‘qûbî (872) est le premier auteur arabe à mentionner Gao. Il parle d’un itinéraire unissant l’ (...)
  • 59 C’est par cette voie que l’on exportait les dattes du Zâb au Soudan. En outre, Wârgla était relié, (...)
  • 60 La ville est mentionnée pour la première fois à l’époque du calife umayyâde Hicham b. Abî al-Mâlik (...)
  • 61 Selon le texte d’Ibn as-Saghîr, un commerçant qui résidait à Tâhert. Il écrit vers 902-903 (Cuoq, 1 (...)

44L’axe Tâhert-Kâw-Kâw (Gao)58 passant par les villes de Tenes (Ténès), Milyâna, al-Masîla, ainsi que par le district de Zâb, par Biskra, puis Wârgla59, carrefour ibâdite des voies du nord60, par le Wâdî Rîgh et, enfin, par Tâdmakka (ruines d’as-Sûq au nord de Gao) (Lewicki, 1962, p. 531-534) constitue la seconde voie commerciale la plus ancienne dont nous ayons connaissance, ouverte aux environs de 776-780 sous le règne du premier imâm ibâdite ‘Abd ar-Rahmân b. Rustem. Cette date, révélée par Ibn as-Saghîr61, quant aux premiers rapports commerciaux entre le Maghreb et le Soudan, est antérieure de plus de cent ans de l’époque où le géographe al-Ya‘qûbî traitait, vers 891-892, des relations commerciales entre Sijilmâsa et le Soudan occidental. Jusqu’à l’article de Lewicki, le témoignage d’al-Ya‘qûbî était considéré comme la plus ancienne information connue sur le commerce transsaharien à l’époque musulmane.

45La voie au départ de Tâhert englobait les échanges économiques entre l’immense territoire des Rustémides ibâdites et le royaume de Gao sur le moyen Niger. Cet itinéraire reliait le Soudan occidental aux importants centres de commerce de l’Ifrîqiya et de la Tripolitaine : un embranchement à partir de l’oasis de Wârgla conduisait en effet vers la ville de Kayrawân (Kairouan), un autre menait par l’oasis de Ghdâms (Ghadamès) et par le Jabal Nafûsa à la ville de Tripoli. Comme le rapportera, en 1162, l’Andalou Abû Hâmid al-Gharnâtî, les Sûdân dits Kawkaw (de Gao) posaient des problèmes au monde musulman de son époque : non seulement ils étaient les plus méchants, avaient une odeur répugnante et lançaient des flèches empoisonnées mais alors que tous les autres Noirs « sont employés comme domestiques et travailleurs […] ceux de Kûkû (Kawkaw) […] sont bons seulement pour faire la guerre (Cuoq, 1975, p. 170) ».

  • 62 Abû Yazîd Makhlad Ibn Kaydâd appelé communément Abû l-himâr, l’« homme monté sur l’âne ». Sa couleu (...)

46Gao apparaît par ailleurs comme le plus ancien centre urbanisé dans l’Ouest africain et dès la fin du VIIIe siècle la ville entre dans le circuit de l’économie internationale vers le Maghreb et la Méditerranée. Avant même l’envoi d’une ambassade rustémide à Gao (entre 864-868), il existait déjà une présence berbère ibâdite importante, détenant sans doute le monopole du commerce vers le nord, preuve de communications plus anciennes. Nous savons, par exemple, que le père du fameux Abû Yazîd62, le chef de la grande révolte khârijite anti-fâtimide en Ifrîqiya au Xe siècle – elle ne fut pas loin de détruire entièrement l’État fâtimide –, s’était rendu plusieurs fois à Gao, avant la naissance de l’enfant, pour ses activités commerciales. Or, Abû Yazîd naît à Tâdmakka entre 880 et 885 d’une mère esclave sûdân. La ville de Tâdmakka dans l’Adrâr des Ifoghas, dirigée par des Berbères Banû Tânmaka, était devenue l’un des centres majeurs des activités missionnaires des commerçants ibâdites en direction des populations soudanaises.

47Ces relations ne peuvent se comprendre sans un bref retour sur quelques points d’histoire. Dès 759, une campagne de répression est lancée, par le calife ‘abbâsside al-Mansûr, contre les Berbères ibâdites qui s’étaient emparés de Tripoli et de Kairouan. Ces Berbères, des Hawwâra, des Nafûsa et des Zanâta avaient fondé, en 748, un petit imâmat dans le nord-ouest de la Tripolitaine sous la direction de l’imâm Abû l-Khattâb Abd Allâh ibn al-Samh al-Ma’âfirî (Lewicki, 1990, p. 311). Après leur défaite, certains se réfugièrent au Fezzân. Mais, en 761-762, les forces ‘abbâssides s’avancèrent jusqu’à Zawîla où elles vainquirent et mirent à mort l’imâm ibâdite, Abû-l-Khattâb. Cependant, la traite déjà si bien organisée au IXe siècle se développe encore au Xe siècle sous l’impulsion des Banû Khattâb de la tribu des Hawwâra, installés depuis longtemps dans la région de Barqa en Cyrénaïque. Au début du Xe siècle, à la suite de revers, les Banû Khattâb émigrent vers le sud, s’emparent de Zawîla en 918 où ils fondent une dynastie. Cette dynastie ibâdite des Banû Khattâb va ainsi dominer pendant deux siècles l’extrémité nord de la grande route commerciale reliant la Libye au bassin du lac Tchad (Zeltner, 1980, p. 45 ; Lewicki, 1990, p. 307).

  • 63 En 909, par l’armée fâtimide, en particulier grâce aux éléments de Berbères kutâma de Kabylie conve (...)
  • 64 Les ibâdites du Mzâb vinrent de Wârgla ainsi que le premier noyau juif (Shinar, 1982, p. 88, note 3 (...)

48Après la défaite du petit imâmat de Tripolitaine devant les forces ‘abbâssides, le gouverneur ibâdite de Kayrawân, ‘Abd ar-Rahmân b. Rustum, d’origine persane, dut s’enfuir à son tour devant l’armée arabe qui avait repris l’Ifrîqiya. Il vint chercher refuge dans l’Ouest de l’Algérie actuelle, où il fonda la ville de Tâhert (Tiaret) qui devint bientôt le centre politique, religieux et économique de tous les ibâdites du Maghreb. En 776-777, ‘Abd ar-Rahmân b. Rustum fut élu imâm par la totalité des tribus berbéro-ibâdites de l’Afrique du Nord et Tâhert devint la capitale d’un État considérable contrôlant la partie méridionale et occidentale de l’Algérie actuelle, le Sud tunisien et toute la Tripolitaine et peut-être même le Fezzân, en tout cas un espace immense allant de Tlemcen à Tripoli. Toute la boucle du Niger se trouvait être par ailleurs le « vis-à-vis » du sud de l’État des Rustumides. Cet État rustumide de Tâhert se maintiendra jusqu’au début du Xe siècle, jusqu’à ce que ce territoire tombe à peu près totalement sous l’autorité des Fâtimides shî‘ites ismaïliens (Lewicki, 1962). Plusieurs régions d’Afrique du Nord cependant échappèrent toujours à l’autorité des Fâtimides : toute la bande longeant la bordure septentrionale du Sahara resta entre les mains des Zanâta. Après la prise de Tâhert63, le dernier imâm rustumide se réfugia avec son peuple à Wârgla et à Sadrâta où les ibâdites restèrent indépendants et s’étendirent même jusqu’au Mzâb64. Le Jabâl Nafûsa, ancienne forteresse des ibâdites, ne fut jamais conquis et fut, pendant toute la durée du Xe siècle, le centre d’un petit État indépendant.

  • 65 Il indique, en particulier, que la piste fit l’objet d’aménagements à l’époque du gouverneur umayyâ (...)

49Enfin, à l’ouest, Sijilmâsa (fondée en 757) dans le sud marocain, à dix ou douze jours de marche de Fès, constituait le grand port d’entrée vers le Bilâd as-Sûdân. Un itinéraire, le trîq lamtûnîya, que décrit avec beaucoup de précisions al-Bakrî avec ses points d’eau65 et ses étapes, mais aujourd’hui difficile à rétablir, allait de Sijilmâsa à Âwdâghust. Sur cette voie, Tâmdult, avec ses mines d’argent et de cuivre, exploitées sûrement à la fin du IXe siècle, et sans doute antérieurement – peut-être par « des Juifs, ou des populations judaïsées » (Rosenberger, 1970, p. 125) – représentait le dernier point habité avant la traversée du désert et probablement la véritable tête de ligne des caravanes à destination du Bilâd as-Sûdân (Id., p. 123). Sijilmâsa et Tâmdult, comme toutes les autres oasis-relais, permettaient aux marchands d’obtenir des renseignements sur l’état des routes (eau, sécurité), sur les conditions des marchés : cours pratiqués, marchandises disponibles à l’exportation ou demandées au Bilâd as-Sudân, etc.

Mais où donc passaient les esclaves au Nord du Sahara ?

50Selon Savage (1992, p. 358), les esclaves noirs subsahariens apparaissent sur les marchés nord-africains seulement à la fin du VIIe siècle (Savage, 1992, p. 358), soit malgré tout très peu de temps après la campagne militaire d’‘Uqba Ibn Nâfi‘ au Kawâr (voir supra). On pourrait dater les premières traites proprement dites du début du VIIIe siècle à partir des informations sur le Sahara contenues dans les ouvrages de Wahb ibn Munabbih (avant 728) ou d’al-Fazârî (seconde partie du VIIIe siècle). À dire vrai, ces deux auteurs énumèrent seulement, pour l’un, un certain nombre d’ethnies qui, par la suite, figureront parmi les ethnies les plus soumises au commerce négrier et, pour l’autre, des villes (Sijilmâsa) ou des États (Anbiya, Ghâna).

  • 66 Il se rendit en Ifrîqiya probablement entre 876 et 889.

51En réalité, al-Ya‘qûbî (m. 891)66 est le premier, à la fin du IXe siècle, à mentionner explicitement des razzias d’esclaves dans le Bilâd as-Sûdân au départ d’Âwdâghust (Cuoq, 1975, p. 48), côté Sahara occidental ; puis la traite des esclaves par les ibâdites à partir du Kawâr, précisant que les rois du Sûdân vendent des « Sûdân sans raison et sans le motif du jihâd (Id., p. 49). » Al-Istaqhrî (avant 951) signale de même les ventes d’esclaves à Zawîla (Id., p 65). Ventes confirmées par Maqdîsî (vers 966). Ibn Hawqal (988), dont on sait qu’il a visité Âwdâghust, ne dit rien de la traite alors qu’il s’étend longuement sur les ventes d’esclaves au Khurâsân ou en Transoxiane, vaste réservoir il est vrai d’esclaves turcs. Al-Muhallabî (m. 990) confirme la traite des Zaghâwa conduits à Zawîla et remarque que l’autorité du roi « est absolue sur ses sujets. Il fait esclave qui il veut (Id., p. 78). » Al-Bîrûnî (973-1050), signale, sans autres commentaires, le Bilâd as-Sûdân comme le pays « d’où l’on exporte des esclaves (Id., p. 80). » Enfin, pour rester dans les limites chronologiques que je me suis fixées, al-Bakrî (1068), note que l’on exporte de Zawîla des esclaves en Ifrîqiya et dans les contrées voisines. Il précise que les ventes s’y font au moyen de « courtes pièces d’étoffe rouge » (Id., p. 82).

52Quant à Âwdâghust, al-Bakrî indique que l’on y trouve « des négresses (sûdâniyyât), qui sont d’excellentes cuisinières, dont chacune vaut au marché, au moins cent mithqâl. C’est qu’elles savent préparer d’exquises pâtisseries : nougats aux noix, gâteaux au miel et autres sucreries (Monteil, 1968, p. 53) ». Il ajoute : « On y rencontre (aussi) des jeunes filles au beau visage, au teint clair, au corps souple, aux seins bien droits, à la taille fine, aux épaules larges, à la croupe abondante, au sexe étroit : celui qui a le bonheur d’en posséder une y prend autant de plaisir qu’avec une vierge (Id.) ». Al-Bakrî, qui n’a jamais quitté Cordoue, célèbre ainsi un des canons féminins de la concubine, fantasme du maître d’esclaves, celui de la Vénus noire callipyge.

53C’est la première fois dans les sources arabes concernant le Bilâd as-Sûdân que l’on trouve l’indication d’un prix, ici celui des cuisinières. Sans aucun doute parce qu’il s’agit d’un prix exceptionnel pour ces esclaves très qualifiées. Leur renommée persistera d’ailleurs au Maroc, où elles étaient exportées, jusqu’au XXe siècle. Ces précisions sur Âwdâghust, al-Bakrî les tient d’une chaîne d’informateurs dont, à la source (au Xe siècle), Abû Rustam, originaire du Jabal Nafûsa, un ibâdite par conséquent. Quant à son informateur direct, Abû Muhammad ‘Abd al-Mâlik ibn an-Nakhkhâs al-Garfa, qui le renseigne notamment sur Tâdmekka (al-Bakrî, 1913, p. 337), il était, comme son nom l’indique (an-Nakhkhâs, « marchand d’esclaves »), fils de marchands d’esclaves et se livrait vraisemblablement lui aussi à cette occupation (Lewicki, 1965, p. 11). C’est la première fois, à ma connaissance, quoique de manière indirecte, qu’allusion est faite à un marchand d’esclaves. Commerce trop ordinaire pour être signalé ?

  • 67 Mais selon la généalogie des protagonistes, les faits remontent au milieu du XIe siècle (Lewicki, 1 (...)

54Plus tard, al-Wisyânî, un auteur ibâdite de la deuxième moitié du XIIe siècle67, dépeindra de façon pittoresque, dans son Kitâb as-Siyar, les dures réalités du métier de marchand d’esclaves et l’embarras que causait aux marchands le transport de la marchandise humaine par les voies transsahariennes. Le texte mérite d’être cité en entier :

  • 68 Litt., des « biens silencieux » (sâmit), voir Fekhar (1971, p. 101, 102).

« On tient d’Abû Muhammad ‘Abd Allâh b. Muhammad al-Sadrâtî, oncle maternel d’Abû Muhammad ‘Abd Allâh b. Muhammad al-Lawâtî, (le fait suivant) : « Mon oncle maternel, entreprit un voyage vers le Sud pour y faire le commerce de l’or68. Il acheta un chameau pour s’y rendre. Il se trouva en compagnie d’un citadin. Ce dernier approcha de mon oncle et lui dit : “Prends donc mon métier”. “Je ne saurais le faire, lui répondit mon oncle”. Le citadin se mit à son commerce d’esclaves. Puis, tous deux prirent la caravane pour retourner chez eux. Abû Muhammad était tout à son aise et sans préoccupations : si la caravane partait, il montait sur son chameau ; si elle faisait halte, il installait sa tente et se reposait. Mais notre citadin était harassé et accablé (de soucis) par sa troupe d’esclaves : l’un dépérissait, l’autre avait faim, celui-ci s’enfuyait, celui-là s’égarait dans l’erg. Quand la caravane faisait halte, chacun s’occupait de ses affaires. Notre citadin était fatigué au plus haut point. Il regardait durant ce temps vers Abû Muhammad, qui était assis tranquillement à l’ombre, avec sa fortune, bien rangée (sac sur sac) et se tenant là en toute quiétude : “Gloire à Dieu, s’écria le citadin, d’avoir mis ‘Abd Allâh à l’abri d’une telle épreuve !” » (Cuoq, 1975, p. 167-168).

  • 69 Par exemple, ‘Abd ar-Rahmân Ibn Rustem (776-777-784-785) à Tâhert avait des esclaves noirs (Abû Zak (...)

55Des indices convergents, comme je l’ai montré, dessinent une traite déjà bien affirmée dès le milieu du VIIIe siècle69. Or, on vient de le voir, les textes fournissent peu d’éléments quant aux achats d’esclaves au Sud du Sahara. Ils sont tout autant laconiques sur l’utilisation des esclaves à cette époque. C’est pourquoi, le tableau que nous avons de l’esclavage musulman pour cette période avec les figures convenues de la concubine, du domestique et du soldat – aussi importantes soient-elles – pourrait plus refléter le biais des sources qu’une réalité autrement plus diverse. Essayons cependant une reconstruction.

56En Ifrîqiya, le premier usage des esclaves subsahariens devait être d’abord leur emploi à la fois comme domestiques et employés dans l’agriculture puis, ensuite, comme gardes militaires à partir du début du IXe siècle. En ce qui concerne l’agriculture, Ibn ‘Idhârî (1901, p. 126-127 ; Talbi, 1966, p. 177 et suiv.), qui relate des événements datant de 825, rapporte que lors de la révolte du corps militaire sous le troisième aghlabîde, Ziyâdat Allâh Ier, ‘Amir b. Nafi’ recruta à Qastîliya (Jerîd) mille noirs armés de haches et de pelles. Pour Lazreg (1995, p. 151, 220-221), l’équipement de ces Sûdân ne laisse aucun doute sur leur statut d’esclaves attachés aux travaux agricoles et, plus particulièrement, aux différentes activités dans les oasis – entretien des palmiers, irrigation, jardinage.

57Il y aurait eu ainsi, dès le début du IXe siècle, présence d’une importante main-d’œuvre agricole noire non seulement dans le Jerîd – les mille Sûdân recrutés ne représentaient probablement qu’une partie de cette population – mais sans doute ailleurs en Ifrîqiya. La plupart des commerçants ibâdites qui fréquentaient le Bilâd as-Sudân venaient de ces régions, comme le père du fameux révolté Abû Yazîd, originaire de Tozeur (voir supra) et il semble vraisemblable qu’ils y aient introduit par infiltration continue, à chacun de leurs voyages, de nombreux esclaves. Des concubines et des domestiques bien sûr, mais pas seulement. Ces marchands possédaient des propriétés et les esclaves qu’ils ramenaient du Bilâd as-Sudân participèrent au développement de l’agriculture. Du premier quart du VIIIe siècle jusqu’au début du Xe siècle, le Jerîd a joué un rôle très important dans le commerce transsaharien : venant du Kânem via Zawîla ou de Gao via Wârgla les esclaves transitaient par le Jerîd et une partie d’entre eux y restait.

58En effet, comme l’a souligné Brett (1969, p. 355-356, 367), les importations d’esclaves à destination militaire, plusieurs milliers (voir infra), ne représentaient qu’une partie d’une traite négrière régulière et conséquente. Certains esclaves étaient réexportés, d’autres, dans le cadre d’une économie prospère, spécialement dans l’agriculture, étaient vraisemblablement employés sur place.

  • 70 Al-Bakrî (Id., p. 117) décrit la même maladie épargnant les Noirs dans la ville de Bône. La précisi (...)

59Ibn Hawqal (1964, p. 69-70) écrit ainsi que dans certaines parties de la péninsule du Cap Bon (ancienne Abû Sha’ik), l’eau polluée rendait malades tous les étrangers « à part les Noirs qui conservent une bonne santé. Ces Noirs sont d’une serviabilité à toute épreuve et accomplissent leur service avec bonne humeur ». Al-Bakrî (1913, p. 176)70 fait une notation semblable à propos du Nord du Maroc et du Safded [actuel oued Loukkos] : « fleuve sur les bords duquel les hommes blancs ne sauraient demeurer sans être atteints d’une maladie presque toujours mortelle ». Selon Brett (1969, p.355, 357-358) ces deux références suggèrent la colonisation par les Sûdân de terres marginales et malsaines, à la fois comme hommes de peine ou comme squatters. Leur présence au Cap Bon où l’on trouvait une importante communauté ibâdite met en évidence leur diffusion au-delà du Jerîd et signale leur présence probablement dans toute l’Ifrîqiya.

  • 71 Musca (1978, p. 70-71) émet des doutes sur la capacité de deux navires à transporter 3 000 captifs. (...)

60Quoi qu’il en soit, pour Talbi (1982, p. 193, 195, 200), au IXe siècle, les esclaves faisaient partie du paysage agraire : les grands et moyens domaines étaient mis en valeur surtout par des esclaves ; et seules les petites propriétés faisaient appel à une main-d’œuvre de condition libre. Mais, pour l’essentiel, après le tarissement des sources locales (les Berbères), cette main-d’œuvre fut compensée par des esclaves chrétiens, notamment par des captifs provenant de la conquête de la Sicile par les Aghlabîdes. Un témoin oculaire, le moine franc Bernardi Monachi (Toblet et al., 1879, p. 310-311), qui fit le pèlerinage aux lieux saints en 870 avec deux compagnons, raconte qu’ils s’embarquèrent à Bari, alors aux mains des Aghlabîdes, sur deux bateaux71 qui transportaient 3 000 prisonniers chrétiens en Égypte (pour y être vendus comme esclaves). Quatre autres navires allant à Tripoli (d’Afrique) avaient 6 000 captifs à bord.

61Ainsi, selon Talbi, l’Ifrîqiya, jusqu’à la fin du IXe siècle ne manqua pas d’une main-d’œuvre servile abondante et peu coûteuse sans avoir besoin d’une importation massive de Sûdân. Cependant, la thèse de Talbi (art. « Mu‘izz Bâdîs », EI2, VII, p. 481-484) sur l’importance de l’esclavage chrétien dans l’économie rurale de l’Ifrîqiya et son déclin après l’époque aghlabîde en raison, en particulier, de la prépondérance croissante des chrétiens en Méditerranée, qui aurait privé les structures économiques de l’apport de la main-d’œuvre servile, sous-estime fortement l’importante présence d’une main-d’œuvre noire servile. Toutefois, au moins pour le Jerîd, Talbi (1982, p. 212) reconnaît que les esclaves noirs semblent y avoir été particulièrement appréciés.

62Par ailleurs, on sait que l’Ifrîqiya, et en particulier le Jerîd, exportait des dattes, des céréales, des pistaches, des tissus et des produits de luxe pour ses commerçants « expatriés » dans les terminaux sud-sahariens, et plus largement pour les dirigeants et les marchands locaux. Entre autres produits, les fouilles de Tegdaoust (Âwdâghust) ont montré la présence en grand nombre de fragments de céramiques émaillées et de cols de balsamaires, dans les strates inférieures du site, caractéristiques des productions de l’Ifrîqiya aghlabîde (Robert, 1970, 488-489, 491). Enfin, al-Mâlikî (Riyâd, I, p. 117 ; 1935, p. 305) nous parle d’un orfèvre, le Kairouanais Sakan as-Sâ’ig, qui fabriquait des chaînes de cuivre doré pour faire des mors de chevaux et qui les faisait vendre au Soudan. Al-Mâlikî, indique également (Id. ; Talbi, 1982, p. 212) que ‘Ali b. Humayd, le vizir de Ziyâdat Allah Ier, avait bâti une très confortable fortune acquise en grande partie dans le commerce de l’ivoire.

  • 72 Le calife al-Mu‘izz aurait fait produire une fatwâ qui accordait à tout esclave converti au shî‘ism (...)
  • 73 Au début de l’invasion hilâlienne ce corps de troupe aurait été porté à 30 000 esclaves (mamlûk) (I (...)

63Plus facilement identifiables et mieux documentés sont les Sûdân esclaves-soldats. Tandis qu’à cette période le mot abîd (esclaves) renvoyait encore à un terme technique sans connotation de couleur (Brett, 1969, p. 354 ; Botte, 1990, p. 47) et alors que les Aghlabîdes et surtout les Fâtimides72 en Ifrîqiya possédaient à la fois des troupes blanches et noires, le recrutement d’esclaves-soldats noirs, attesté pour la première fois au début du IXe siècle représenta l’amorce d’un corps de soldats soudanais qui se maintint jusqu’au milieu du XIe siècle sous les Zîrîdes73. An-Nuwayrî (in Ibn Khaldûn, 1925, I, p. 400) rapporte que le fondateur de la dynastie aghlabîde, Ibrâhîm Ier (800-812), fut le premier à s’entourer d’une garde noire (al-aghnâd wa-l-‘abîd) en raison des révoltes de sa propre armée (ghund) en qui il n’avait plus confiance. Il procéda à l’achat d’un grand nombre d’esclaves noirs, près de 5 000 ; il les affranchit et en fixa le cantonnement dans la ville d’‘Abbâsiya qu’il venait d’édifier (Talbi, 1966, p. 136 ; Lazreg, 1995, p. 228 ; al-Balâduri, 1958, p. 328). Ces esclaves étaient destinés à un double usage, tout à la fois main-d’œuvre servile et auxiliaires militaires, puisque an-Nuwayrî (Id., p. 400) dit qu’il les acheta :

« sous le prétexte d’en former des ouvriers en tout art et métier, afin de n’avoir plus recours au service [forcé] de ses sujets, et ensuite il en acheta d’autres, destinés à porter les armes de ses soldats auxquels il fit accroire qu’en les allégeant d’un tel fardeau il leur donnait une grande marque d’honneur ».

  • 74 Slane, le traducteur d’an-Nuwayrî (note 1, p. 425), pense que ces mawâlî « étaient probablement les (...)

64Son successeur, Ziyâdat Allah Ier, poursuivit les achats d’esclaves noirs (Talbi, 1966, p. 187-188 ; ‘Ibn ‘Idhârî, 1901, I, p. 101) et, notamment, on a vu plus haut qu’il fit recruter dans le Jerîd mille Noirs armés de haches et de pelles. Plus tard, Abû Ibrâhîm Ahmâd (856-863) augmenta encore les effectifs de la garde noire, grâce à de nouveaux achats. Lors du règne d’Ibrâhîm II (875-902), en 877-878, les mawâlî (affranchis)74 se révoltèrent, une partie d’entre eux fut massacrée, d’autres furent emprisonnés, d’autres enfin se réfugièrent en Sicile. Les mawâlî durent être remplacés par des achats massifs d’esclaves noirs auxquels Ibrâhîm II « fournit des habillements et des montures, et qu’il employa dorénavant dans ses guerres (an-Nuwayrî, in Ibn Khaldûn, 1925, I, p. 425-426). »

  • 75 Il meurt au combat, en 894, contre les Nefûsa (an-Nuwayrî, p. 430).

65Les auteurs ne font état d’aucune difficulté pour effectuer ces achats, preuve désormais de la capacité de la traite transsaharienne à fournir d’importants contingents d’esclaves. Le même Ibrâhîm II, selon an-Nuwayrî, (Id., p. 428), en 891-892 : « acheta et habilla des esclaves nègres, au nombre de cent mille, et les plaça sous les ordres des [eunuques] Meimoun et Rached ». Chiffre démesuré bien entendu, mais ‘Ibn ‘Idhârî (1901, I, p. 238) confirme la forte présence des Noirs dans les armées aghlabîdes et il signale (1904, II, p. 161-163) qu’un des chefs de l’armée aghlabîde était un noir nommé Maymûn Habashî75.

66Enfin, il indique (Id., 1901, I, p. 349), confirmant la présence des Noirs par la suite dans les armées ‘abbâssides, qu’à la fin du Xe siècle, en 983-984, le gouverneur d’Ifrîqiya, ‘Abd Allah b. Muhammad al-Kâtib, acheta des milliers d’esclaves noirs qu’il fit installer à al-Mansûriyya. Il exigea de chaque gouverneur (‘âmil) le versement d’une quote-part équivalent à l’achat de trente esclaves ou d’un nombre moindre. Les collecteurs du fisc (percepteurs du kharâg) et les riches propriétaires furent aussi mis à contribution.

  • 76 Les soldats sûdân de l’armée fâtimide, partie à la conquête de l’Égypte, étaient d’ailleurs appelés (...)
  • 77 Nous savons qu’en 893 Ibrâhîm II enleva aux Berbères du Qamuda leurs chevaux, peut-être pour monter (...)

67Toutes ces données démontrent à quel point l’Ifrîqiya avait des relations suivies avec le Bilâd as-Sûdân. Le plus gros des esclaves provenait du Kânem par l’itinéraire le plus actif via le Fâzzan et Zawîla76. Les esclaves-soldats, appelés Zawîla justement, qui formaient la garde rapprochée et l’escorte du sultan étaient montés77, mais la majorité d’entre eux appartenait à un corps spécial d’infanterie, nommé raghghâla. Encadrés par un officier des leurs, ils formaient les troupes de choc (Dachraoui, 1981, p. 370-371).

  • 78 Ce fut seulement en 839 que les Aghlabîdes réussirent à rompre le blocus rustamide et à occuper par (...)

68Je remarque, alors que les ibâdites encerclaient de tous côtés l’État des Aghlabîdes78 – représentants de l’autorité suprême des califes ‘abbâssides en Afrique du Nord –, contrôlaient les routes depuis le milieu du VIIIe siècle et avaient la mainmise sur le commerce transsaharien que cet afflux constant d’esclaves permet de relativiser les relations entre les deux groupes : rapports politiques et religieux conflictuels certes, mais relations économiques suivies et intenses. Peut-être, est-ce pour cette raison d’ailleurs, préserver leur approvisionnement en esclaves, que les Aghlabîdes n’ont pas cherché à s’étendre à l’ouest en entrant en conflit avec les ibâdites.

  • 79 On trouvera dans Tangi (1994) de très nombreuses et précieuses indications.

69Du côté des voies transsahariennes en direction du Maroc par Sijilmâsa les premières arrivées significatives d’esclaves Sûdân sont plus difficiles à déterminer79. Certes, un texte d’Ishâq b. al-Husayn, signale la présence de Sûdân (des affranchis ?) lors de la conquête de l’Espagne, en 711, parmi les guerriers de Târiq b. Zayyâd, et qualifie leur participation d’étonnante :

« Quand Târik », dit-il, « eut passé la mer, il se rendit sur le rocher qui porte son nom [Gibraltar]. Alors des Sûdân avancèrent pour combattre. À la vue de leur forme terrifiante, les Goths furent pris de panique. Les Sûdân s’emparaient des Goths prisonniers, les égorgeaient et faisaient semblant de les manger, ce qui augmentait la peur et l’effroi. » (in Tangi, 1994, p. 80).

70Mais ces guerriers sûdân appartenaient aux troupes envoyées depuis l’Orient et avaient été acquis par d’autres circuits de traite que les voies sahariennes.

71C’est, semble-t-il, à partir du IXe siècle que l’on voit apparaître dans l’appareil militaire hispano-umayyâde des milices, formées principalement de Berbères et, dans une moindre mesure, de Sûdân achetés sur les marchés du commerce transsaharien. Lévi-Provençal (1953, III, p. 177) remarque que les souverains umayyâdes eurent à toutes les époques une garde noire et qu’elle était « spécialement nombreuse et richement équipée sous le règne d’al-Hâkam II [961-976] ». Une partie de ce corps était à cheval, l’autre à pied. L’un de ses successeurs, al-Mansûr (981-1002), « augmenta les effectifs de cette garde noire et recruta des Soudanais, réputés pour leur endurance et leurs qualités de marcheurs émérites, pour constituer un corps de courriers (rakkas) qui le suivaient dans toutes ses expéditions (Id.) ».

  • 80 Ces boucliers, spécialité des Berbères sahariens, représentaient un gros article d’exportation. D’a (...)

72Enfin, lors du « Vendredi de Zallâqa [Sagrajas] » – la victoire almoravide qui freina la Reconquista en 1086 –, la garde sûdânaise, près de quatre mille hommes selon Ibn Khalliqân, portant le fameux bouclier rond lamta en peau d’oryx80, est présentée comme un élément déterminant du succès musulman. En effet, le fantassin qui rencontra en combat singulier Alphonse VI, le blessa et l’obligea à se retirer du champ de bataille, était un Sûdân (Cuoq, 1975, p. 197 ; Lagardère, 1989, p. 212 ; Tangi, 1994, p. 88, 318-319). De manière plus étonnante pour cette époque des Sûdân étaient également présents dans l’armée d’Alphonse VI.

Les oasis-relais : points stratégiques des voies commerciales

  • 81 Le citadin Ibn Khaldûn (1925, I, p. 193) donne sa définition du Sahara : « vaste région qui s’étend (...)

73Le commerce transsaharien était une économie d’échanges lointains qui mobilisait des moyens énormes en hommes, en animaux pour le transport, en marchandises, en capitaux, etc. Cette économie d’échanges lointains était fondée sur l’existence d’un marché d’appel ou de consommation de certains produits qui ne pouvaient venir que d’ailleurs (sel, cuivre, or, esclaves, etc.) (Devisse, 1972, p. 397). En effet, le commerce transsaharien, vu les conditions de traversée difficiles, voire périlleuses81, n’a pu exister que dans la mesure où il y avait une complémentarité mutuelle irremplaçable entre produits du Nord et du Sud, chaque côté encourageant simultanément la montée en puissance de l’autre. Ainsi, parce que les ibâdites avaient leurs bases principales en Ifrîqiya, le commerce transsaharien et l’économie de l’Ifrîqiya se développèrent de concert (Brett, 1969, p. 359).

74L’organisation des flux commerciaux impliquait en outre l’existence d’États ou de villes marchandes aux débouchés nord et sud de chaque axe transsaharien. Au nord, on peut citer parmi ces pôles très actifs, même s’ils furent variables dans le temps : Fès, Marrakech, Tlemcen et son port Huneyn près d’Oran, Kairouan, Tripoli, Le Caire. Au sud, on comptait également des pôles et des États très actifs : Takrûr, Diafûn(u), Ghâna, Mâli, Gao, Kano, les capitales du Bornû, Agadès, Tombouctou (créée au XIIe siècle par les Touaregs), etc. La création de grandes villes relais ibâdites au haut Moyen Âge (Tâhert, Wâdî Rîgh, Sadrâta, Sijilmâsa, Ghadamès, Zawîla…) constitue entre le milieu du VIIIe siècle et le milieu du XIe siècle un des éléments du prodigieux mouvement urbain que connaît alors la Berbérie.

75En effet, les problèmes logistiques auraient sans doute compromis le commerce transsaharien s’il n’y avait eu des étapes-relais sur les routes commerciales entre le Bilâd as-Sudân, d’une part, et le Maghreb d’autre part. C’était des havres, des lieux de repos, des endroits où changer éventuellement de caravaniers, de guides ou d’escortes, des stations où s’approvisionner en eau et en vivres frais, etc. On y trouvait en effet des ressources en eau abondantes, les dattes fournissaient un aliment appréciable pour le voyageur et l’animal de transport. C’était aussi parfois des points de rupture de charge des caravanes en provenance du Bilâd as-Sûdân, avant leur régulation vers les ports caravaniers du nord – ainsi le Tuwât a-t-il joué un rôle majeur dans la redistribution tous azimuts des esclaves. Les marchands pouvaient aussi acquérir dans ces oasis-relais les produits du Bilâd as-Sûdân, notamment les esclaves, sans avoir à y aller. C’est d’ailleurs une des caractéristiques du commerce du Sahara tout entier de ne se faire que par des centres jouant le rôle d’intermédiaires successifs.

76Ces oasis-relais pouvaient être éclatés en grappe lorsque les conditions le permettaient, grappes dans lesquelles la plupart des villages contribuaient à la logistique des caravanes. C’était le cas des oasis du Tuwât, en fait un véritable archipel d’oasis s’étendant sur presque 600 kilomètres et comprenant en réalité le Gourâra (Bellil, 1999), le Tuwât – surnommé « la rue des palmiers » (plus de 200 kilomètres entre Bûdâ et Tawrirt) – et le Tidîkelt avec pour capitales Timimoun et In-Salah, cette dernière ville se trouvant à vingt-six ou vingt-huit jours de marche de Tombouctou. C’était également le cas du couloir d’oasis du Kawâr – s’étendant sur une longueur de quatre-vingt kilomètres orienté nord-sud, mais d’un à cinq de large seulement – qui occupent une position idéale à mi-chemin entre le Tibesti et l’Aïr, d’une part, et entre le Fazzân et le bassin du lac Tchad, d’autre part. Cette voie était la plus belle route caravanière du Sahara, malgré une zone de dunes qui se trouve entre Bilma et Dibela. Elle bénéficiait sur un tiers de son parcours, entre le 18° et le 21° degré de latitude, de l’existence d’une nappe d’eau à faible profondeur. En certains endroits cette eau affleure en sources abondantes qui s’épanchent en mares, ailleurs elle est aisément atteinte par des puits rudimentaires (Lecœur, 1985, p. 5 ; Lewicki, 1990, p. 317 ; Thiry, 1995, p. 425).

77Certains de ces relais se situaient dans la frange septentrionale (Tabelbala, al-Goléa, les oasis du Sûf, Ghadamès), d’autres sur la frange méridionale (Tâdmekka, Bilma), d’autres enfin en plein du cœur du désert, à mi-distance entre nord et sud (Adrâr, Tuwât, Tuggurt-Wâdî Rîgh, In Salah, Fezzân, Kufra). Si Biskra et Ghadamès (la Cydamus des Anciens) préexistaient depuis fort longtemps au commerce transsaharien, la plupart des grandes oasis ont été aménagées comme relais par les ibâdites durant la phase de mise en place du système caravanier.

  • 82 Pour Desanges (1962, p. 16), des Éthiopiens sont encore signalés sur la bordure saharienne du Maghr (...)

78Je n’ai pas l’intention de discuter ici de l’antériorité de l’établissement d’un système économique fondé sur la culture du palmier – qu’il s’agisse des Bafûrs des oasis du Sahara occidental (Lucas, 1931), des Garamantes, des Harâtîn ou de populations plus anciennes82. Cependant, s’agissant de la main-d’œuvre servile objet principal (avec l’or) du commerce transsaharien, il me semble indispensable – sans parler du dur travail d’exhaure – d’évoquer brièvement l’emploi de cette main-d’œuvre dans les systèmes d’alimentation en eau et de cultures.

  • 83 Les oasis irriguées par des foggâras forment un ruban long de quelque 1 200 kilomètres entre l’Atla (...)
  • 84 Ils en étaient en tout cas les maîtres d’œuvre, employant pour ce faire le travail des esclaves (Ol (...)

79En dehors des oasis, groupées au pied de l’Atlas – qui sont le domaine des puits artésiens –, les villages et les palmeraies des oasis, comme au Tûwât, irriguées par des foggâras83 ont été fondés par « différentes fractions ibâdites, mu‘tazilites ou même juives de la grande branche berbère des Zanâta (Lewicki, 1990, p. 321) ». Ce système hydraulique est attesté à une époque relativement tardive – presque deux siècles après les débuts du commerce transsaharien – puisque Echallier (1972) date du Xe siècle les plus vieilles installations dans le Tûwât. Elles se développent entre les Xe et XIe siècles selon une chronique locale (Lô, 1953, p. 144) : un Arabe, venu d’Égypte en passant par al-Andalus, aurait été le premier homme à creuser une foggâra à Tamentît. Par la suite les foggâras se multiplièrent pour atteindre le nombre de trois cent soixante en 900, selon le chroniqueur ; il ajoute qu’elles furent appropriées par les Juifs de Tamentît (Id., p. 142)84.

80On peut raisonnablement faire coïncider la mise en place de ce système d’irrigation avec l’arrivée dans les palmeraies d’un nombre significatif d’esclaves ramenés du Bilâd as-Sûdân. En effet, les foggâras nécessitent une main-d’œuvre abondante pour effectuer des travaux de terrassement gigantesques : elles vont capter l’eau à des distances qui varient entre 3 et 10 kilomètres ; la profondeur de certains puits va au-delà de 40 mètres ; les galeries permettent au minimum la circulation d’un homme debout et, au début du XXe siècle, vers la fin de la traite des esclaves, leur longueur additionnée dépassait les 3 000 kilomètres. Les foggâras représentaient une entreprise collective sous forme d’association : les propriétaires qui désiraient faire une foggâra groupaient leurs moyens, c’est-à-dire leurs esclaves. Le partage de l’eau s’effectuait au prorata du travail investi, donc du nombre d’esclaves mis en chantier (Id., p. 144-166). Ensuite, la foggâra imposait un entretien constant, curage et autres travaux, également dispendieux en main-d’œuvre servile.

81Toutefois, l’accès à l’eau et le travail de mise en œuvre des systèmes d’irrigation variaient fortement d’une oasis à l’autre. Ainsi dans les oasis du Sûf, les palmiers étaient plantés dans des bas-fonds sableux où leurs racines puisaient l’eau de la nappe toute proche. La solution adoptée consistait, non à monter l’eau à la surface du sol pour en irriguer les arbres, mais à abaisser le niveau du sol, donc à creuser un trou ou un entonnoir (ghut). Ailleurs, comme au Mzâb, atteindre la nappe phréatique nécessitait le creusement de puits à très grande profondeur – soixante à quatre-vingt mètres. Parfois, comme à Kufra, la solution technique pour utiliser la ressource en eau ne demandait aucun effort. Dans ce dernier cas, on rencontrait partout, à une profondeur variant d’un à trois mètres, une nappe aquifère abondante. Ces eaux souterraines suffisaient à entretenir une végétation abondante et variée. Ce que je veux mettre en évidence ici, c’est le fait que les solutions techniques d’accès à l’eau n’ont pas été sans incidences sur le volume de la main-d’œuvre servile importée et l’ont même probablement conditionné. Nul hasard dès lors si la population servile la plus abondante se trouvait dans les palmeraies à foggâras. Bien sûr au Sûf, par exemple, le travail de remontée du sable des entonnoirs supposait également une importante main-d’œuvre. Mais, dans ce cas, il semble que l’emploi de salariés à la tâche libres ait été fort ancien en lieu et place des esclaves. Il en allait de même dans la ville ibâdite de Sadrâta (Wârgla) où existait un ingénieux système d’irrigation (source artésienne ‘ayn sfa) : des puisatiers expérimentés creusaient contre rémunération des puits de captage d’eau à très grande profondeur (Anonyme, 1900, p. 208).

Trois remarques en guise de conclusion

Première remarque

  • 85 Zerouki (1987) relativise la division classique établie par Ibn Khaldûn entre Sanhâja et Zanâta et (...)

82Au Maghreb, à partir du milieu du Xe siècle, un État musulman s’est organisé au débouché de chaque grand faisceau de routes méridiennes, points d’arrivée de l’or, des esclaves et des autres produits et de leur redistribution vers la Méditerranée et vers l’Orient. Toute l’histoire politique et dynastique du Maghreb s’ordonne autour de ces terminaux qui sont l’objet de luttes féroces pour en acquérir le contrôle : lutte des Idrîsides, des Rustémides et des Aghlabîdes au IXe siècle ; lutte des Idrîsides contre les Fâtimides au Xe siècle ; lutte des Fâtimides et des Umayyâdes… (Lombard, 1971, p. 62, 115). Les luttes sont à la fois idéologiques, politiques, économiques et tribales. Les luttes idéologiques opposent sunnites, shî‘ites et ibâdites ; les luttes politiques et économiques opposent les Umayyâdes d’Espagne aux Fâtimides d’Ifrîqiya ; les luttes tribales, économiques et religieuses opposent les Berbères sanhâja aux Berbères zanâta85. En outre, la fondation d’un État shî‘ite en Ifrîqiya, celui des Fâtimides en 909, avait scellé la scission du monde musulman en trois empires hostiles : le califat ‘abbâsside à Bagdad, le califat fâtimide en Ifrîqiya et l’émirat umayyâde de Cordoue (Hrbek, 1990, p. 346).

83Dans le Maghreb central, les Zanâta (et les plus redoutables d’entre eux, les Maghrâwa) étaient les éléments avancés de la politique d’expansion des Umayyâdes d’Espagne qui, dans leur péninsule, atteignent leur apogée avec ‘Abd ar-Rahmân III (912-961) et al-Hakam II (961-976). Les Sanhâja (par ex., les Banû Zîrî, les Kûtama de Kabylie), de leur côté, étaient « les fidèles soutiens des Fâtimides dont l’idéologie donne la nausée aux Umayyâdes, foncièrement anti-shî‘ites (Pellat, 1950, p. IX). » De fait, la rivalité traditionnelle qui opposait les Berbères zanâta aux Berbères sanhâja en raison des différences entre leurs modes de vie (Ibn Hawqal, 1964, p. 80, 99, 101), leurs intérêts commerciaux et leur allégeance religieuse, devint bientôt partie intégrante du duel auquel se livrèrent les deux grandes puissances de l’islam de l’Ouest : Umayyâdes d’un côté, Fâtimides de l’autre.

84Certes, ces deux empires n’avaient pas de frontières communes, mais ils n’en menèrent pas moins une lutte mortelle pour l’hégémonie des pistes caravanières par l'intermédiaire de leurs alliés berbères. C’est à Sijilmâsa, le point d’arrivée situé le plus à l’ouest, que les Fâtimides s’efforcèrent d’intercepter le flux d’or soudanais si nécessaire à leur monnayage et à la constitution de leur trésor de guerre pour la conquête de l’Égypte (Lombard, 1971, p. 65). De leur côté, les Umayyâdes utilisaient l’or du Soudan pour acheter des esclaves slaves réexportés vers l’Orient (Id., p. 85). Les Zîrides sanhâja, qui succédèrent aux Fâtimides, poursuivirent la lutte contre les Zanâta qu’ils refoulèrent sur le Maroc, atteignant Sijilmâsa et s’emparant, finalement, mais pour peu de temps d’une grande partie du Maroc, soumis depuis quelques années aux Umayyâdes. Il est impossible d’esquisser ici toutes les péripéties historiques de ces luttes (Lévi-Provençal, 1950-1953, II, p. 78-110 ; Terrasse, 1949, I, p. 135-192 ; Idris, 1962, p. 743 et suiv. ; Devisse, 1970, p. 141-150 ; Hrebk, 1990, p. 350). Quoi qu’il en soit, au cours du Xe siècle, toute la bordure septentrionale du Sahara resta entre les mains des Zanâta, qui contrôlaient toujours les points d’arrivée du commerce caravanier, en particulier des esclaves, avec la région du lac Tchad et Gao. D’ailleurs, dès la fin du Xe siècle, les Zîrides se désintéressèrent de l’Ouest maghrébin et il est probable qu’ils traitèrent avec les ibâdites pour assurer l’approvisionnement de leur corps d’armée en esclaves (voir supra). Au milieu du XIIe siècle, az-Zuhrî indique encore que c’est par Wârklân (Wârgla) que « passent les exportations du Sahara en esclaves (‘abîd) et serviteurs (khadam) […] » (Cuoq, 1975, p. 116).

  • 86 Toutefois aux Xe-XIe siècles, les ibâdites des Banû Barzal instaurèrent un imâmat dans al-Andalus ( (...)

85Finalement, au XIe siècle, les Lamtûna sanhâja, sous le nom d’Almoravides, furent les premiers à lever toutes les barrières politiques, religieuses, commerciales en établissant un empire allant du Sud du Sahara jusqu’à l’Al-Andalus86. À l’origine de ces transformations géopolitiques, se trouve indéniablement le commerce saharien qui fut le moteur de la promotion politique et religieuse des Lamtûna. Ils s’emparent du terminal sud d’Âwdâghust (1054-1055) (la « Cité des cités »), ils s’emparent du relais de Sijilmâsa (1056) et, enfin, ils s’emparent de toute la voie extrême occidentale, sans cependant détruire Ghâna (Moraes Farias, 1967 ; Conrad et Humphey, 1982-1983) comme certains le croient encore.

Deuxième remarque

86La grande contribution des marchands-missionnaires berbères ibâdites à l’islam fut d’introduire la religion musulmane au Sud du Sahara bien avant les sunnites. Il convient d’insister sur ce point dans la mesure où des manuels tardent encore à reconnaître le prosélytisme ibâdite (Triaud, 1973, 1995). Selon az-Zuhrî, dès le milieu du VIIIe siècle les habitants de la ville de Zâfûn seraient devenus musulmans, mais, dit-il, d’une « secte (madhhab) qui les fit sortir de la Loi » (Cuoq, 1985, p. 121-122), c’est-à-dire l’ibâdisme. Dans l’ouvrage ibâdite le plus ancien que nous connaissions (vers 1106-1107), celui d’Abû Zakarîyâ’ al-Wârghlânî, l’auteur évoque le rôle joué dans la conversion du roi de Mâli par un pieux ibâdite originaire du Sud tunisien, son arrière-grand-père, ‘Alî b. Îklaf ad-Darghînî. Attribution fausse selon Schacht (1954, p. 22) qui, cependant, considère que la première forme d’islam introduite à Mâli, et plus largement au Soudan, était effectivement ibâdite. La prétendue conversion des populations soudanaises attribuée aux Almoravides par la tradition sunnite dominante a consisté en fait à leur imposer l’islam mâlékite orthodoxe.

87Schacht fait la démonstration par l’architecture de l’antériorité de la propagation de l’islam par les ibâdites. Ainsi, la diffusion au Soudan du « minaret à escalier » dit « saharien » est due à leur influence. Ce minaret typique provient du Sud tunisien par la voie de Wârgla. L’absence de minbar (chaire) à l’intérieur de la mosquée représente une infraction à la doctrine mâlékite stricte, mais s’explique parfaitement par la doctrine ibâdite. En effet, si les ibâdites n’ont pas de minbar dans leurs mosquées, c’est pour une bonne raison :

« ils ne peuvent pas faire la prière du vendredi, qui se distingue des autres prières rituelles obligatoires par la khot’ba [sermon délivré par l’imâm] du haut du minbar, parce que depuis la chute de leur imâmat, ou État indépendant de Tâhert en 296/908 [en fait, en 297/909], ils n’ont pas d’imâm, chef plutôt politique que religieux de leur communauté, sous les ordres duquel la prière rituelle du vendredi doit être faite. » (Id., p. 16).

88Et Schacht extrapole et conclut que la dynastie songhay sous le règne de Sonni Alî Ber, au XVe siècle par conséquent, était probablement ibâdite. Une idée reprise et développée par Rey (1994) et réfutée par Hunwick (1999, p. 8, note 4), qui résume la position déjà ancienne des historiens sur ce point : une des accusations proférées par l’auteur du Tarikh es-Sûdân pour noircir la mémoire de Sonni Alî, le déconsidérer et justifier le renversement de sa dynastie.

Troisième remarque

89L’étude des rapports de force entre groupes venus du Nord et sociétés africaines subsahariennes devrait, comme pour les deux remarques précédentes, faire l’objet d’un autre article. J’en esquisse les grandes lignes. Lorsque les négociants du Nord arrivent au Bilâd as-Sudân, ils se trouvent en présence d’États déjà constitués, bien organisés, pourvus de centres urbains et maîtrisant des échanges inter-africains à longue distance grâce à une classe de marchands spécialisés, les Wangara. C’est pourquoi, contrairement à une idée reçue, l’expansion musulmane n’a pas été à l’origine de la formation de l’État au Sud du Sahara.

90Certes, le réseau des échanges vers le nord est une création des Berbères ibâdites et le trafic transsaharien provoqua un essor inédit du commerce des esclaves et des autres produits, mais les États soudanais conservèrent l’entière maîtrise de leurs échanges extérieurs. Le contrôle par Ghâna jusqu’au XIe siècle du terminal caravanier d’Âwdâghust et la nomination d’un gouverneur soninké chargé de superviser le pouvoir des commerçants berbères en constitue un bon exemple. Par ailleurs, il est très probable que tous ces États – dont seules les élites étaient islamisées – limitèrent ou freinèrent les conversions des animistes à l’islam afin de ne pas créer de difficultés économiques pour le pays et de pouvoir ainsi continuer à alimenter le lucratif commerce des esclaves. On le sait avec certitude pour le Kânem dont le roi et l’aristocratie zaghâwa au tout début du XIe siècle cessèrent d’encourager l’islamisation – un musulman ne peut être réduit en esclavage – parce qu’ils peinaient à rassembler des esclaves en quantité suffisante à cause de la conversion d’un nombre trop important de païens. Or, l’essentiel des échanges commerciaux du Kânem, son poumon économique, dépendait d’une demande régulière d’esclaves. Le même Kânem, afin de surveiller les intermédiaires et limiter le nombre des courtiers, étendit à plusieurs reprises son contrôle sur les oasis qui jalonnaient la voie orientale du Sahara vers Zawîla.

91Finalement, la stricte division du travail entre tous les acteurs du commerce transsaharien, en particulier entre producteurs d’esclaves au Sud, convoyeurs au Sahara et vendeurs d’esclaves aux terminaux nord mettait, en principe, les États africains à l’abri d’une intervention étrangère. Et de fait, c’est seulement très tardivement, au XVIe siècle, en 1591, que les Marocains conduisirent une expédition victorieuse contre l’empire songhay afin de prendre le contrôle des routes du sel, de l’or et des esclaves.

Haut de page

Bibliographie

Abitbol Michel, 1979, « Juifs maghrébins et commerce transsaharien (VIIIe-XVe siècles) », Revue française d'Histoire d'Outre-Mer, lxvi, 242-243, p. 177-193.

Anonyme, 1900, L’Afrique septentrionale au XIIe siècle de notre ère, extraits du Kitab al-Istibsar…, trad. par E. Fagnan, Constantine, D. Braham fils.

Al-Bakri [El Bekri] Abou Obeïd, 1913, Description de l’Afrique septentrionale, trad. par Mac Guckin de Slane, Alger, Adolphe Jourdan. [Voir également Monteil].

Bellil Rachid, 1999, Les oasis du Gourara (Sahara algérien). I. Le temps des saints, Paris/Louvain, Éditions Peeters.

Botte Roger, 2010, Esclavages et abolitions en terres d’islam. Tunisie, Arabie saoudite, Maroc, Mauritanie, Soudan, Bruxelles, André Versaille éditeur.

Brett Michael, 1969, « Ifriqiya as a Market for Saharan Trade from the Tenth to the Twelfth Century A.D. », Journal of African History, 10 (3), p. 347-364.

—, 1983, « Islam and Trade in the Bilâd Al-Sûdân, Tenth-Eleventh Century A.D. », Journal of African History, 24 (4), p. 431-440.

Brunschvig Robert, 1940-1947, La Berbérie orientale sous les Hafsides des origines à la fin du XVe siècle, 2 vol., Paris, A. Maisonneuve.

—, 1942-1947, « Ibn ‘Abd al-Hakam et la conquête de l’Afrique du Nord par les Arabes : étude critique », Annales de l’Institut d’études orientales, VI, p. 108-155.

Cahen Ab., 1867, « Les Juifs dans l’Afrique septentrionale », Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine, XI, p. 102-208.

Camps Gabriel, 1979, « Les Numides et la civilisation punique », Antiquités africaines, 14, p. 43-54.

—, 1982, « Réflexions sur l’origine des Juifs des régions nord-sahariennes », in Abitbol Michel (dir.), Communautés juives des marges sahariennes du Maghreb, Jérusalem, Institut Ben-Zvi, p. 57-67.

Conrad David et Fisher Humphrey, 1982-1983, « The Conquest That Never Was : Ghana and the Almoravids, 1076. I. The External Arabic Sources », History in Africa, 9, p. 21-59 ; 10, p. 53-78.

Crone Patricia, 1994, « “Even an Ethiopian Slave” : The Transformation of a Sunnî Tradition », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 57 (1), p. 59-67.

Cuoq Joseph, 1975, Recueil des Sources arabes concernant l'Afrique occidentale du VIIIe siècle au XVIe siècle, Bilad-al-Sudan, Paris, Éditions du CNRS.

—, 1984, Histoire de l’islamisation de l’Afrique de l’Ouest : des origines à la fin du XVIe siècle, Paris, P. Geuthner.

Dachraoui Farhat, 1981, Le Califat fatimide au Maghreb, 296-362/909-973. Histoire politique et institutions, Tunis, SDT.

Daumas Eugène et Ausone de Chancel Charles, 1848, Le Grand désert ou itinéraire d’une caravane du Sahara au pays des Nègres (Royaume de Haoussa), Paris, N. Chaix.

Demougeot Émilienne, 1960, « Le chameau et l’Afrique du Nord romaine », Annales ESC, 2, p. 209-247.

Desanges Jehan, 1962, Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique à l’Ouest du Nil, Macôn, Protat frères.

—, 1991, « L’iconographie du Noir dans l’Afrique du Nord antique », in L’Image du Noir dans l’art occidental. I. Des pharaons à la chute de l’Empire romain, Paris, Gallimard (1re éd. 1976), p. 246-268, p. 308-312.

Desanges Jehan et Camps Gabriel, 1985, « Aethiopes », Encyclopédie berbère, II, A71, p. 168-181.

Devisse Jean, 1972, « Routes de commerce et échanges en Afrique occidentale en relation avec la Méditerranée : un essai sur le commerce africain médiéval du XIe au XVIe siècle », Revue d'Histoire économique et sociale, 50 (1), p. 42-62 ; 50 (3), p. 357-397.

—, 1990, « Commerce et routes du trafic en Afrique occidentale », in Histoire générale de l’Afrique, id., p. 397-463.

Dufourcq Charles-Emmanuel, 1966, L’Espagne catalane et le Maghrib aux XIIIe et XIVe siècles. De la bataille de Las Navas de Tolosa (1212) à l’avènement du sultan mérinide Abou-l-Hassan (1331), Paris, PUF.

Echallier Jean-Claude, 1972, Villages désertés et structures agraires anciennes du Touat-Gourara : Sahara algérien, Paris, Arts et métiers graphiques.

Fekhar Brahim Ben Moussa, 1971, Les communautés ibadites en Afrique du Nord (Libye, Tunisie et Algérie) depuis les Fatimides, Paris, Université Paris-III, thèse d’État.

Goitein Shelomoh Dov, 1967, Mediterranean Society, vol. I, Economic foundations, Berkeley, University of California Press.

Hirschberg Hayyim Ze’er-Joachim W., 1963, « The Problem of the Judaized Berbers », Journal of African History, 4 (3), p. 313-339.

Hrbek Ivan, 1990, « La diffusion de l’Islam en Afrique au sud du Sahara », in Histoire générale de l’Afrique. III. L’Afrique du VIIe au XIe siècle, Paris/Dakar, UNESCO/NEA, p. 92-116.

—, 1990 « L’avènement des Fatimides », in Histoire générale de l’Afrique, id., p. 341-363.

Ibn Abd al-Hakam, 1948, Conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne (Futah Ifriqiya Wa’l’Andalus), texte et trad. fr. par Albert Gateau, Alger, Carbonel.

Hunwick John Owen, 1999, Timbuktu and the Songhay Empire. Al-Sa’dî’s Ta’rîkh al-Sûdân down to 1613 & other Company Documents, Leiden, Brill.

Ibn Battuta, 1968, Voyages d’Ibn Battuta, trad. par C. Defrémy et B. R. Sanguinetti, 4 vol., préface et notes de Vincent Monteil, Paris, Éditions Anthropos, (Ire éd. 1853-1858).

Ibn Hauqal (ou Hawqal), 1964, Configuration de la terre (Kitab Surat al-Ard), trad. par J. H. Kramers et G. Wiet, Paris, Maisonneuve et Larose.

Ibn ‘Idhârî, 1901-1904, Histoire de l’Afrique et de l’Espagne intitulée al-Bayân al-mughrib fî akhbâr al-andalus wa-l-maghrib, trad. de E. Fagnan, Alger, P. Fontana.

Ibn Khurradâdhbih, 1949, Description du Maghreb et de l’Europe au IIIe/IXe siècle, éd. et trad. par Hadj Sadock, Alger, Carbonel.

Idris Hady Roger, 1962, La Berbérie orientale sous les Zirides, Xe-XIIe siècles, Paris, Maisonneuve et Larose, 2 vol.

Laforgue Pierre, 1940, « Notes sur Aoudaghost ancienne capitale des Berbères Lemtouna (Mauritanie saharienne) », Bulletin de l’IFAN, II (1-2), p. 217-236.

Lagardère Vincent, 1989, Le Vendredi de Zallâqa (23 octobre 1086), Paris, L'Harmattan.

—, 1995, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge : analyse du « Mi‘yâr » d’al-Wansharîsî, Madrid, Casa de Velázquez.

Lange Dierk, 1978, « Progrès de l’Islam et changement politique au Kanem du XIe au XIIIe siècle : un essai d’interprétation », Journal of African History, XIX (4), p. 495-513.

—, 1990, « La région du Tchad en tant que carrefour », Histoire générale de l’Afrique. III. L’Afrique du VIIe au XIe siècle, UNESCO/NEA, p. 465-488.

Lange Dierk et Silvio Berthoud, 1977, « Al-Qasaba et d’autres villes de la route centrale du Sahara », Paideuma, 23, p. 19-40.

Lazreg Mohamed, 1995, Le rôle économique du Djerid à partir du IIIe siècle de l’Hégire/IXe siècle après J. C., Paris, Université Paris-I Panthéon Sorbonne, thèse de doctorat.

Le Cœur Marguerite, 1985, Les oasis du Kawar, une route, un pays. I. Le passé précolonial, Niamey, Institut de recherches en sciences humaines (Études nigériennes, n° 54).

Le Tourneau Roger, 1953, « La révolte d’Abû-Yazîd au Xe siècle », Les Cahiers de Tunisie, 2, p. 103-125.

Lévi-Provençal Évariste, 1950-1953, Histoire de l’Espagne musulmane. 3 vol., Paris, Maisonneuve et Larose.

Levtzion Nehemia, 1982, « The Jews of Sijilmasa and the Saharan Trade », in Communautés juives des marges sahariennes…, p. 253-263.

Lewicki Tadeusz, 1955, Études Ibâdites nord-africaines. I. Liste anonyme des shaykhs ibâdites…, Varsovie, Panstwowe wydawnictwo.

—, 1958, « Les subdivisions de l’Ibâdiyya », Studia Islamica, 9, p. 71-82.

—, 1960, « Quelques extraits inédits relatifs aux voyages des commerçants et des missionnaires ibadites Nord-Africains aux pays du Soudan Occidental et Central au Moyen Age », Folia Orientalia, t. II, p. 1-27.

—, 1962, « L’État nord-africain de Tahert et ses relations avec le Soudan occidental à la fin du VIIIe siècle et au IXe siècle », Cahiers d’études africaines, II (8), p. 513-535.

—, 1965, « L’Afrique noire dans le kitâb al-masâlik wa’l-mamâlik d’Abû ‘Ubayd al-Bakrî (XIe s.) », Africana Bulletin, 2, p. 9-14.

—, 1970, « Les origines de l’Islam dans les tribus berbères du Sahara occidental : Mûsâ ibn Nusayr et ‘Ubayd Allâh ibn al-Habhâb », Studia Islamica, 32, p. 203-214.

—, 1971, « Un État soudanais médiéval inconnu : le royaume de Zâfûn(u) », Cahiers d’études africaines, 11, 44, p. 501-525.

—, 1983, Études maghrébines et soudanaises. II, Varsovie, Éditions scientifique de Pologne.

—, 1990, « Le rôle du Sahara et des Sahariens dans les relations entre le Nord et le Sud », in El Fasi Mohamed (dir.), Histoire générale de l’Afrique. III. L’Afrique du VIIe au XIe siècle, Paris/Dakar, UNESCO/NEA, p. 303-339.

Lô capitaine, 1953-1954, « Les foggaras du Tidikelt », Travaux de l’Institut de recherches sahariennes, 1953 (2), 10, p. 139-179 ; 1954 (1), 11, p. 49-74.

Lombard Maurice, 1971, L’Islam dans sa première grandeur : VIIIe-XIe siècle, Paris, Flammarion.

Lucas A.-J. (Dr), 1931, « Considération sur l’ethnique maure et en particulier sur une race ancienne : les Bafours », Journal de la Société des Africanistes, I (II), p. 151-194.

Mauny Raymond, 1961, Tableau géographique de l'Ouest africain au Moyen Âge. D'après les sources écrites, la tradition et l'archéologie, Dakar, Institut français d'Afrique noire (« Mémoires de l'IFAN » 61).

—, 1968, « Le périple de la mer Érythrée et le problème du commerce romain en Afrique au sud du Limes », Journal de la Sociétés des Africanistes, 38 (1), p. 19-34.

Medeiros François de, 1990, « Les peuples du Soudan : mouvements de populations », in Histoire générale de l’Afrique, id., p. 143-164.

Meouak Mohamed, (à paraître 2012), « Esclaves noirs et esclaves blancs en al-Andalus umayyade et en Ifrîqiya fâtimide : couleurs, origines et statuts des élites sûdân et saqâliba », in Botte Roger et Stella Alessandro (dir.), L’esclavage : en noir et blanc ou en couleurs ? Méditerranée, du Moyen Âge au XIXe siècle, Paris, Karthala.

Monteil Vincent, 1968, « Al-Bakrî (Cordoue 1068), Routier de l’Afrique blanche et noire du Nord-Ouest », Bulletin de l’IFAN, XXX, sér. B, 1, p. 39-116.

Moraes Farias Paulo Fernando De, 1967, « The Almoravides : some questions concerning the caracter of the movement during its periods of closet contact with the Western Sudan », Bulletin de l’IFAN, XXIX, sér. B, 3-4, p. 794-878.

Mrabet Abdellatif, 1994, « Numismatique et histoire : les débuts du trafic transsaharien de l’or », in Redon Odile et Rosenberger Bernard (dir.), Les Assises du pouvoir. Temps médiévaux, territoires africains, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, p. 213-223.

Muqaddasi (Al-), 1950, Ahsan at-taqâsîm fî ma‘rifât al-aqâlîm, trad. par Charles Pellat, Description de l’Occident musulman aux IVe et Xe siècle, Alger.

Musca Giosuè, 1978, L’Emirate di Bari : 847-871, Bari, Dedalo libri.

Oliel Jacob, 1994, Les Juifs au Sahara. Le Touat au Moyen Âge, Paris, CNRS Éditions.

Pérès Henri, 1937 « Relations entre le Tafilalet et le Soudan à travers le Sahara, du XIIe au XIVe siècle », in Mélanges de géographie et d’orientalisme offerts à E. F. Gautier, Tours, impr. de Arrault.

Picard Christophe, 1998, « La présence des gens d’Al-Andalus dans l’Occident maghrébin aux Xe et XIe siècles. Les raisons économiques », in Balard Michel et Ducellier Alain (dir.), Le partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 475-483.

Pipes Daniel, 1985, « Mawlas : freed slaves and converts in early Islam », in Willis John Ralph (dir.), Slaves and Slavery in Muslim Africa, Londres, F. Cass, vol. I, p. 132-177.

Prévost Virginie, 2007, « Les dernières communautés chrétiennes autochtones d’Afrique du Nord », Revue de l’histoire des religions, 224 (4), p. 461-483.

—, 2008, « Une tentative d’histoire de la ville ibadite de Sadrâta », Mélanges de la Casa de Valázquez, 38 (2), p. 129-147.

Rey Pierre-Philippe, 1994, « La jonction entre réseau ibadite berbère et réseau ibadite dioula du commerce de l’or, de l’Aïr à Kano et Katsina au milieu du XVe siècle, et la construction de l’Empire songhay par Sonni Ali Ber », in Bridel L., Morel A. et Ousseini I. (dir.), Au contact Sahara-Sahel : milieux et sociétés du Niger, vol. I, Grenoble, Institut de géographie alpine, p. 111-136.

Robert [Chaleix] Denise, 1970, « Les Fouilles de Tegdaoust », Journal of African History, 11 (4), p. 471-493.

—, 1991, « Sel, coquillages et jarosite : à propos de la saline médiévale d’Awlil », Journal des Africanistes, 61 (2), p. 169-185.

Rosenberger Bernard, 1970, « Tamdult, cité minière et caravanière présaharienne, IX-XIVe siècles », Hespéris-Tamuda, XI, p. 103-139.

Salama Pierre, 1980, « Le Sahara pendant l’Antiquité classique », in Histoire générale de l’Afrique. vol II, Paris/Dakar, UNESCO/NEA, p. 553-574.

Sand Shlomo, 2008, Comment le peuple juif fut inventé. De la Bible au sionisme, Paris, Fayard.

Sauvaget Jean, 1950, « Les épitaphes royales de Gao », Bulletin de l’IFAN, XII (2), p. 418-440.

Savage Elisabeth, 1990, « Survival through Alliance : The Establishment of the Ibadiyya », British Society for Middle Eastern Studies, 17 (1), p. 5-15.

—, 1992, « Berbers and Blacks : Ibâdi Slave Traffic in Eight-Century North Africa », The Journal of African History, 33 (3), p. 351-368.

Schacht Joseph, 1954, « Sur la diffusion des formes d’architecture religieuse musulmane à travers le Sahara », Travaux de l’Institut de recherches sahariennes, XI, p. 11-27.

Senac Philippe, 2004, « Le Maghreb al-Aqsâ et l’Occident chrétien (VIIIe-IXe siècles) », Studia Islamica, 98-99, p. 29-48.

Shinar Pessah, 1982, « Réflexions sur la symbiose judéo-ibâdite en Afrique du Nord », in Communautés juives des marges sahariennes…, p. 81-114.

Slouschz Nahum, 1908, Hébraeo-Phéniciens et Judéo-Berbères, introduction à l’histoire des Juifs et du judaïsme en Afrique, Paris, E. Leroux.

Swanson John T., 1975, « The Myth of Trans-Saharan Trade during the Roman Era », The International Journal of African Historical Studies, 8 (4), p. 582-600.

Talbi Mohammed, 1966, L’Émirat aghlabide, 184-295/800-909. Histoire politique, Paris, A. Maisonneuve.

—, 1982, « Droit et économie en Ifrîqiya au IIIe/IXe siècle. Le paysage agricole et le rôle des esclaves dans l’économie du pays », in id., Études d’histoire ifriqiyienne et de civilisation musulmane médiévale, Tunis, Publication de l’Université de Tunis, p. 185-229.

Tangi Majda, 1984, Contribution à l’étude des « Sudan » au Maroc au début de l’islamisation jusqu’au début du XVIIIe siècle, Paris, Université de Panthéon-Sorbonne, Paris-I, thèse de doctorat (Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq).

Terrasse Henri, 1949, Histoire du Maroc, vol. I, Casablanca, Éditions Atlantides.

Thiry Jacques, 1995, Le Sahara libyen dans l’Afrique du Nord médiévale, Louvain, Uitgeverij Peeters en Departement oosters studies.

Tobler Titus, Kohler Charles et Molinier Auguste (dir.), 1879, Itinera Hierosolymitana et descriptions Terrae Sanctae…, Genève, J.-G. Fick.

Trabelsi Salah, (à paraître 2012), « Commerce et esclavage dans le Maghreb oriental : VIIe-Xe siècles », in Botte Roger et Stella Alessandro (dir.), L’esclavage : en noir et blanc ou en couleurs ? Méditerranée, du Moyen Âge au XIXe siècle.

Triaud Jean-Louis, 1973, Islam et sociétés soudanaises au Moyen Age. Étude historique, Paris/Ouagadougou, Éd. du CNRS/CVRS.

—, 1995, « L’expansion de l’islam en Afrique », in Garcin Jean-Claude et al., États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, Xe-XVe siècle. Vol. I. L’évolution politique et sociale, Paris, PUF, p. 397-429 (chap. XIV).

Vanacker Claudette, 1973, « Géographie économique de l’Afrique du Nord selon les auteurs arabes IXe siècle au milieu du XIIe siècle », Annales ESC, 3, p. 659-680.

Verlinden Charles, 1983, « Les Radaniya et Verdun. À propos de la traite des esclaves slaves vers l’Espagne musulmane aux IXe et Xe siècle », in Estudios en homenaje a Don Claudio Sánchez Albornoz en sus 90 años, vol. II, Buenos Aires, Instituto de historia de Espanã, p. 105-132.

Valensi Lucette et Udovitch Avraham L., 1980, « Communautés juives en pays d’Islam : identité et communication à Djerba », Annales ESC, 3-4, p. 764-783.

Wexler Paul, 1996, The non-Jewish origins of the Sephardic Jews, New York, State University of New York Press.

Al-Ya‘qûbî, 1937, Kitâb al-Buldân, Les pays, trad. par G. Wiet, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale.

Zeltner Jean-Claude, 1980, Pages d’histoire du Kanem. Pays tchadien, Paris, L’Harmattan.

Zerouki Brahim, 1987, L’Imamat de Tahart. Premier État musulman du Maghreb. 1 Histoire politico-socio-religieuse, 144-296, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Dawâ’ al-gharab al-qatrân, dawâ’ al faqr as-Sûdân : proverbe saharien (Daumas et Ausone de Chancel, 1848, p. 5).

2 Pour Desanges (1991, p. 254), les témoignages sur des relations par des voies transsahariennes sont si rares, tant pour l’époque punique que pour l’époque romaine, « qu’on ne peut considérer ces relations comme un fait historique de quelque importance ».

3 De la chute de Carthage en 146 avant notre ère à l’arrivée des Vandales en 439 de notre ère.

4 En nombre considérable. Ainsi, pour l’inauguration de l’amphithéâtre Flavien à Rome (le Colisée) en 80 de notre ère, neuf mille bêtes furent combattues (Salama, 1980, p. 567).

5 Encore signalé par Pline (Histoire naturelle, V, 26 et VIII, 32) dans le Sud tunisien, l’éléphant a disparu d’Afrique du Nord vers la fin du Ier siècle de notre ère.

6 Je rends hommage ici aux travaux du grand historien polonais Tadeusz Lewicki. Ils ont permis de redécouvrir les sources ibâdites tenues dans l’ombre pendant des siècles par l’orthodoxie sunnite.

7 Même idée chez Devisse (1972, p. 54). Voir infra cependant les échanges avec al-Andalus. Lorsqu’on sait que dès le XIe siècle un produit comme la gomme (samgh) était récolté et exporté depuis Âwdâghust vers al-Andalus (al-Bakrî, 1968, p. 52), qu’en était-il des esclaves ?

8 L’historiographie classique, de Braudel à Devisse, obsédée par l’or du Soudan n’a pendant longtemps considéré que ce seul produit et superbement ignoré les esclaves.

9 Au XIIIe siècle la décadence almohade se trouve largement compensée par le dynamisme de Mâlî.

10 Voir les épitaphes des stèles funéraires en marbre retrouvées à Sané dans le style alphabétique coufique almoravide de la région d’Alméria. La plus ancienne dédiée à Abû ‘Abd Allâh Muhammad est datée du 6 novembre 1100 (Sauvaget, 1950, p. 419).

11 À partir du XIIIe siècle, au plus tard, il y eut des esclaves noirs dans les pays de la Couronne d’Aragon (Dufourcq, 1966, p. 138).

12 En 1240, les Banû Zayyân (originaires du Gurâra) se séparent violemment de l’empire almohade. Tlemcen, où se trouvent établies dans des fundûqs toutes les nations commerçantes de la Méditerranée (les Génois fréquentent la ville dès le XIIe siècle), devient l’entrepôt obligé des caravanes venant de Fès et de Sijilmâsa. Al-Idrîsî parle de cette ville richissime comme de la « clef du Maghreb occidental ». Les marchands chrétiens y achetaient des esclaves noirs qu’ils allaient revendre à Tunis, à Tripoli ou en Égypte.

13 Hady Roger Idris, « Le récit d’al-Mâlikî sur la conquête de l’Ifrîqiya (Extrait du Riyâd an-Nufûs) », Revue des études islamiques, XXXVII, I, p. 147.

14 Au Xe siècle à Cordoue les esclaves blanches étaient présentées comme franques, galiciennes et berbères (Lévi-Provençal, 1953, III, p. 314).

15 Même notation chez Ibn Khaldûn (1925, I, p. 168).

16 Voir Yâqût, Mu’gam al-Buldan…. Variante dans al-Qazwînî (p. 164), le Prophète aurait dit : « Je préfère faire l’aumône de ma seule part de nourriture que de libérer un esclave berbère » (cité par Thiry, 1995, p. 323).

17 Demougeot (1960) relève une diffusion tardive du dromadaire au Sahara, particulièrement au Sahara occidental.

18 Voir Avraham L. Udovitch, art. « Kîrâd », EI2, V, p. 132-133.

19 Voir, par exemple, pour le commerce transsaharien entre le Tuwât et le Caire le plus ancien document connu, une lettre du 15 mai 1235 (Oliel, 1994, p. 71-77).

20 À l’exemple du père du fameux révolté Abû Yazîd (cf. infra).

21 Les « risques courus » sont probablement ceux que l’on encoure à commercer avec des païens comme l’avertissait déjà son prédécesseur, Abî Zayd al-Qayrawânî (m. 996) : « Il est blâmable (yukrahu) d’aller faire du commerce en territoire ennemi et au Sûdân (cité par Thiry, 1995, p. 467). » Probablement parce que les commerçants musulmans étaient astreints, en toute illégalité islamique, comme à Âwdâghust ou à Ghâna, à une position dépendante par rapport à des chefs animistes (Triaud, 1995, p. 398).

22 Une vulgate fautive mais fort répandue ajoute : « fut-il un esclave abyssin ». Affirmation singulièrement erronée parce qu’un esclave n’est pas maître de lui-même. Crone (1994) tord magistralement le cou à cette fausse interprétation. En revanche, le premier imâm de Sijilmâsa, ‘Îssâ b. Yazîd al-’aswad, comme l’indique son nom, était de mère soudanaise et de père ibâdite (Fekhar, 1971, p. 86).

23 Pour les différences religieuses entre ces sous-sectes (firaq), voir Fekhar (1971, p. 361-372).

24 L’apparition de la secte date de 684-685. Les ibâdites se donnent eux-mêmes le nom de as-shurât (« Les vendeurs », réf. coranique : ceux qui ont vendu leur âme pour la cause de Dieu). Les premières tribus berbères gagnées à l’ibâdisme furent les Zanâta de la Tripolitaine occidentale et les Nafûsa.

25 Parmi les autres petits groupes on trouvait les fartiyya à Wârgla, les nafâthites dans le Jarîd tunisien, vis-à-vis de l’île de Djerba, et dans le Jabal Nefûsa, les khalafites (surtout parmi les Berbères zawâga) en Tripolitaine où d’ailleurs ils existent encore.

26 Lewicki (1970) avance la date de 735/736-739/740 pour le début du processus d’islamisation de ces tribus berbères, processus se poursuivant jusqu’au milieu du XIe siècle avec la constitution définitive de la fédération almoravide.

27 Au milieu du XIIe siècle, al-Idrîsî, décontenancé, donne une description de leur extrême souci de pureté, mais constate « néanmoins » l’hospitalité des Djerbiens ibâdites à l’égard des étrangers (Dozy et De Goeje, 1968, p. 152).

28 Sous la domination romaine et byzantine, les Berbères christianisés manifestaient déjà des tendances schismatiques : donatistes et circumcellions.

29 On a étendu arbitrairement la révolte à toute l’Afrique du Nord. En réalité, elle mit en effervescence le Maroc septentrional et l’ouest du Maghreb, jusque vers Tlemcen.

30 Ibn Khaldûn (1925, I, p. 216) : « Les Berbères […] se soulevèrent bientôt, quand ils eurent appris que le vainqueur les regardait eux-mêmes comme un butin acquis aux musulmans et qu’il se proposait en conséquence de prendre le cinquième de leur nombre [pour en faire des esclaves] ». De même, parmi les motifs du soulèvement l’obligation de « fournir des prestations composées de belles esclaves berbères, de toisons couleur de miel et des produits du Maghreb les plus rares » (Id., p. 237 ; an-Nuwayrî, id., p. 359-360).

31 Beaucoup de tribus berbères avaient d’abord adopté le judaïsme, comme les Nafûsa, pour se convertir ensuite au christianisme (M. Talbi, art. « Al-Kâhina », EI2, IV, p. 440-441).

32 On y trouvait également beaucoup de juifs à l’instar du grammairien hébreu Judah ibn Quraysh (Shinar, 1982, p. 86).

33 À l’époque qui nous intéresse la sebhka d’Ijîl n’était pas encore en activité. Mauny (1967, p. 327) situe le début de son exploitation entre 1068 et 1455.

34 Supplanté au XIIIe siècle par Tamentît à la suite des brigandages des nomades.

35 Comme le remarque Dufourq (1966, p. 141) pour une période un peu plus tardive, la route de l’or et des esclaves était aussi une route juive : de Barcelone, de Valence, de Majorque, en passant par Tlemcen, jusqu’aux oasis du Sahara. En 1353, lorsque fleurit l’école cartographique juive des Baléares, Angelino Dulcert est en mesure d’inscrire sur son planisphère la piste reliant Sijilmâsa à Walâta dans le Hodh mauritanien, via Bûdâ dans le Tuwât.

36 S’applique aux écrits venant du dépôt de la « Synagogue des Palestiniens » à al-Fustât et, dans une moindre mesure, du cimetière d’al-Basâtîn, près de cette ancienne ville.

37 Goitein (I, p. 211) précise qu’un certain nombre d’activités ne sont pas représentées dans les papiers de la Geniza, comme la traite des esclaves : « The slave trade, in the ninth century still partly in Jewish hands, is not represented in the “classical” Geniza at all. »

38 La première apparition de ce catalogue date de 1867 dans un texte de Ab. Cahen (voir bibliographie), grand rabbin de la province de Constantine. Voir également Oliel (1994, p. 13-18) qui emploie volontiers le terme de Judéo-berbères (1994, p. 17, 28, 29, 138…).

39 Je reprends l’idée à Valensi et Udovitch (1980, p. 774) à propos de la revendication par les Juifs de Djerba d’une « migration initiale collective [qui] constitue le groupe et donne à l’individu, de manière irrévocable, l’obligation et le sentiment d’appartenir à ce groupe. » Par ailleurs, Bellil (1999, p. 71) note que la distinction radicale établie par l’islam entre juifs et non juifs a produit une situation dans laquelle « il devient impensable d’affirmer en même temps son appartenance au groupe ethno-culturel berbère et au judaïsme ».

40 On se souvient de la lettre adressée par le vizir d’origine juive de ‘Abd ar-Rahmân III, Hasday b. Saprût, au roi des Khazars.

41 Hirschberg (1963), pour qui les Juifs ne faisaient pas de prosélytisme, considère que s’il y eut jamais des Berbères judaïsants, ils ne représentèrent qu’une infime minorité.

42 Plus exactement, l’auteur, acquis à la représentation de l’historiographie classique, parle de « premières arrivées de Juifs et de Berbères ». Slouschz (cf. bibliographie) fut le premier, dès 1908, à employer le terme de Berbères juifs, tout en restant cependant un « sioniste ethnocentriste » (Sand, 2008, p. 288).

43 Une autre fut construite en 725, voir Lewicki (1990, p. 329).

44 En fait, la prétendue origine cananéenne des Berbères conserve le souvenir de l’ancienne expansion phénicienne en Afrique (Camps, 1979).

45 Sahlân b. Abraham, le chef de la communauté juive irakienne au Caire se maria, le 9 septembre 1037, avec la fille du juge en chef juif de Sijilmâsa, etc. (Goitein, id.).

46 Voir Shinar (1982, p. 86) qui note qu’il y a d’importantes affinités doctrinales entre le khârijisme et le qaraïsme dues à une même source d’inspiration, le mu‘tazilisme.

47 « Les marchands qui partent de l’Espagne ou de la France se rendent au Sous al-Akça (le Maroc actuel) et ensuite à Tandja (Tanger), d’où ils se mettent en marche pour Ifrykia (c’est-à-dire al-Kairawân) et la capitale de l’Égypte. De là, ils se dirigent vers ar-Ramla, visitent Damas, al-Koufa, Bagdad et al-Baçra, traversant l’Ahwâz, Fâris (la Perse), le Kirmân, le Sind, le Hind et arrivent à la Chine (Ibn Khurradâdhbih, 1967, p. 115). » Les renseignements d’Ibn Khurradâdhbih, chef de la poste et du renseignement à Bagdad puis à Samarra, peuvent être considérés comme très fiables.

48 Appelées mawâsim, littéralement « à date fixe » (comme pour les foires périodiques), elles passaient en janvier et en août à Qayrawân en Ifrîqiya. Les Rhâdânites se rassemblaient dans un sûq près du Sûq al-Yahûd (marché des Juifs).

49 D’al-Andalus on importait de l’huile d’olive en échange de blé, d’orge, de fèves, de pois et de bestiaux (Dozy et De Goeje, 1968, p. 83-84), de bétail, de laine, de cuirs, de cire, de miel et de cuivre (Lombard, 1971, p. 71). Al-Idrîsî ne parle pas d’esclaves, mais il est probable qu’au moins certains d’entre eux transitaient par cette voie.

50 Le même az-Zûhrî signale le passage dans al-Andalus de chefs de Ghâna se rendant en pèlerinage à La Mecque (Cuoq, 1984, p. 56-57). Or, on le sait, tous les pèlerins à cette époque voyageaient avec des esclaves utilisés pour leurs dépenses comme des sortes de… travellers chèques.

51 Ceuta était spécialisé dans la fabrication de perles de corail dont la majeure partie était exportée vers le Soudan (al-Idrîsî, 1999, p. 249).

52 Pour une vue complète des itinéraires sahariens, voir Thiry (1995, p. 399-431).

53 J’emploie ailleurs par commodité l’expression « auteurs arabes » sachant que s’ils écrivaient en arabe ils n’étaient pas tous « Arabes », à l’instar d’Ibn Battûta, un Berbère, ou musulman, comme Yâqût né en territoire byzantin de parents grecs.

54 En réalité le chiffre était probablement supérieur. Ainsi le fameux baqt imposé aux Nubiens en vertu de la trêve conclue avec eux se composait de 365 esclaves, plus 40 esclaves pour le gouverneur de l’Égypte, 20 pour son délégué à Assouan, chargé de la perception de ce baqt, cinq pour le juge de cette ville qui assiste le délégué à la réception, enfin 12 pour les douze notaires qui servent d’assesseurs au juge en cette occasion (al-Mas‘ûdî, 1971, p. 333, § 882), soit au total 442 esclaves.

55 Des notables ibâdites du Jabal Nafûsa parlaient la langue du Kânem. Il en fut ainsi de Abû ‘Ubayda ‘Abd al-Hamîd al-Ghannâwnî, gouverneur de Nafûsa sous les Rustamides, qui vécut à la fin du VIIIe et au début du IXe siècle (Lewincki, 1960, p. 13 ; Fekhar, 1971, p. 89).

56 Également signalé par Ibn al-Faqhî en 903 (Hadj-Sadok, 1949).

57 Appelées al-khadim al-samrâ’ al-muwallada. Des Berbères étaient issus de mariages mixtes avec des Byzantins. Ainsi, la fameuse al-Kâhina aurait contracté mariage avec un Grec.

58 Al-Ya‘qûbî (872) est le premier auteur arabe à mentionner Gao. Il parle d’un itinéraire unissant l’Égypte à Gao par Maranda.

59 C’est par cette voie que l’on exportait les dattes du Zâb au Soudan. En outre, Wârgla était relié, dès la seconde moitié du VIIIe siècle, avec Sijilmâsa (Lewicki, 1983, p. 88, 89).

60 La ville est mentionnée pour la première fois à l’époque du calife umayyâde Hicham b. Abî al-Mâlik (724-743) sous le nom de Wârklân (Lewicki, 1990, p. 308).

61 Selon le texte d’Ibn as-Saghîr, un commerçant qui résidait à Tâhert. Il écrit vers 902-903 (Cuoq, 1985, p. 55).

62 Abû Yazîd Makhlad Ibn Kaydâd appelé communément Abû l-himâr, l’« homme monté sur l’âne ». Sa couleur devait être notable puisqu’il était surnommé al-Habashi al-aswad [l’Abyssin noir]. Il est mort le 20 août 947. Son père était un Berbère zanâta des Banû Ifran, originaire de Taqyûs (ancienne Thiges non loin de Tozeur) dans le Jerîd. Voir notamment, Le Tourneau (1953), Dachraoui (1981, p. 165-182).

63 En 909, par l’armée fâtimide, en particulier grâce aux éléments de Berbères kutâma de Kabylie convertis au shî‘isme.

64 Les ibâdites du Mzâb vinrent de Wârgla ainsi que le premier noyau juif (Shinar, 1982, p. 88, note 34). Les villes étaient déjà habitées par des mu‘tazilites. Certains groupements juifs se convertirent à l’ibâdisme (Fekhar, 1971, p. 20, 216).

65 Il indique, en particulier, que la piste fit l’objet d’aménagements à l’époque du gouverneur umayyâde de l’Ifrîqiya, ‘Abd ar-Rahmân b. Habîb. Ce dernier fit creuser trois puits sur cet itinéraire, preuve de l’intérêt étatique pour le commerce transsaharien.

66 Il se rendit en Ifrîqiya probablement entre 876 et 889.

67 Mais selon la généalogie des protagonistes, les faits remontent au milieu du XIe siècle (Lewicki, 1960, p. 17, note 21). Texte arabe dans Id., p. 10-11.

68 Litt., des « biens silencieux » (sâmit), voir Fekhar (1971, p. 101, 102).

69 Par exemple, ‘Abd ar-Rahmân Ibn Rustem (776-777-784-785) à Tâhert avait des esclaves noirs (Abû Zakarîyâ’, 1985, p. 105 et 107, trad. p. 146 et 148).

70 Al-Bakrî (Id., p. 117) décrit la même maladie épargnant les Noirs dans la ville de Bône. La précision se révèle particulièrement intéressante car c’est une des très rares notations sur la présence de Noirs dans une ville du Nord.

71 Musca (1978, p. 70-71) émet des doutes sur la capacité de deux navires à transporter 3 000 captifs. Quant à ces captifs, il s’agit probablement du produit de la razzia menée pendant le carême 867 dans la principauté de Bénévent et de Campanie intérieure.

72 Le calife al-Mu‘izz aurait fait produire une fatwâ qui accordait à tout esclave converti au shî‘isme le statut juridique d’homme libre (Idris, 1962, p. 576). Pour une micro-prosopographie des hauts fonctionnaires noirs dans l’administration fâtimide d’Ifrîqiya (Xe siècle), comme le général des armées Fâtik al-khâdim al-aswad, voir Mohamed Meouak (2011).

73 Au début de l’invasion hilâlienne ce corps de troupe aurait été porté à 30 000 esclaves (mamlûk) (Idris, 1962, p. 211, 530). Peut-être en partie par recrutement forcé de la main-d’œuvre agricole (et d’affranchis ?), car on signale l’existence d’un agent recruteur, appelé hâshîd as-Sûdân, chargé d’enrôler de force des Sûdân.

74 Slane, le traducteur d’an-Nuwayrî (note 1, p. 425), pense que ces mawâlî « étaient probablement les descendants des esclaves nègres que le premier souverain aghlebide [Ibrâhîm Ier] avait installés » dans la ville d’‘Abbâsiya (voir supra).

75 Il meurt au combat, en 894, contre les Nefûsa (an-Nuwayrî, p. 430).

76 Les soldats sûdân de l’armée fâtimide, partie à la conquête de l’Égypte, étaient d’ailleurs appelés Zawîla, du nom du marché où ils étaient achetés, et leur cantonnement dans la nouvelle capitale du Caire reçut le même nom.

77 Nous savons qu’en 893 Ibrâhîm II enleva aux Berbères du Qamuda leurs chevaux, peut-être pour monter sa garde noire (Vanacker, 1973, p. 674).

78 Ce fut seulement en 839 que les Aghlabîdes réussirent à rompre le blocus rustamide et à occuper partiellement le couloir ibâdite qui liait Tâhert avec la Tripolitaine (Lewicki, EI2, III, p. 676) et à s’imposer en Tunisie méridionale. Voir également Thiry (1995, p. 162-164).

79 On trouvera dans Tangi (1994) de très nombreuses et précieuses indications.

80 Ces boucliers, spécialité des Berbères sahariens, représentaient un gros article d’exportation. D’abord signalés par Ibn Hawqal (1964, p. 91), ils apparaissent ensuite régulièrement dans les textes parmi les ventes vers le Nord. Ibn al-Faqîh (vers 903), qui en rapporte la fabrication (Cuoq, 1975, p. 54), dit qu’ils n’ont pas leur pareil. Ces boucliers, appelés adargas en espagnol (de l’arabe daraq), ont été immortalisés par Cervantes aux premières lignes de son Don Quichotte (Monteil, 1968, p. 107).

81 Le citadin Ibn Khaldûn (1925, I, p. 193) donne sa définition du Sahara : « vaste région qui s’étend jusqu’au pays des Noirs et consiste en déserts où l’on s’expose à mourir de soif. »

82 Pour Desanges (1962, p. 16), des Éthiopiens sont encore signalés sur la bordure saharienne du Maghreb par Ammien Marcellin au IVe siècle et par Paul Orose au Ve siècle et « il n’est pas impossible que certains Noirs des oasis du Djerid, du Souf ou du Fezzan, soient leurs descendants ». Camps (1985, p. 180) opte pour une « origine étroitement autochtone des Haratin descendants des Éthiopiens, plus ou moins métissés au cours des derniers millénaires avec des éléments méditerranéens dans le nord et le centre du Sahara et avec les négroïdes soudanais dans la partie méridionale et occidentale ».

83 Les oasis irriguées par des foggâras forment un ruban long de quelque 1 200 kilomètres entre l’Atlas saharien de Figîg d’une part et le Tidîkelt d’autre part.

84 Ils en étaient en tout cas les maîtres d’œuvre, employant pour ce faire le travail des esclaves (Oliel 1994, p. 44, 66, 143). Ibn Battûta est le premier à mentionner le Tûwât. Ses prédécesseurs n’en parlent pas.

85 Zerouki (1987) relativise la division classique établie par Ibn Khaldûn entre Sanhâja et Zanâta et reprise par l’historiographie. Il relativise de même l’équivalence Zanâta égale khârijisme : au début, les Berbères rejoignirent en masse le nouveau mouvement religieux ; les distinctions ne s’établirent véritablement qu’à partir des Fâtimides.

86 Toutefois aux Xe-XIe siècles, les ibâdites des Banû Barzal instaurèrent un imâmat dans al-Andalus (Carmona, Ecija et Almodovardelrio) qui restait en relation avec les ibâdites sahariens (Fekhar, 1971, p. 75-76, 79-80). Au XIe siècle, des Zenâta cherchèrent à réintroduire l’ibâdisme dans la région de Saragosse et les seigneurs zenâta de Carmona étaient célèbres par leur ibâdisme (Pérès, 1953, p. 94, 95).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Botte, « Les réseaux transsahariens de la traite de l’or et des esclaves au haut Moyen Âge : VIIIe-XIe siècle », L’Année du Maghreb, VII | 2011, 27-59.

Référence électronique

Roger Botte, « Les réseaux transsahariens de la traite de l’or et des esclaves au haut Moyen Âge : VIIIe-XIe siècle », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1106 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1106

Haut de page

Auteur

Roger Botte

Centre d’études africaines EHESS-IRD.

Haut de page