Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Sahara en mouvement
Marges et centres

Ancrage au sol et (nouvelles) mobilités dans l’espace saharo-sahélien : des expériences similaires et compatibles

Ground anchoring and (new) mobility in the Sahara-Sahel space
Charles Grémont
p. 177-189

Résumés

Depuis les années 1980, les populations dites « nomades » des régions nord du Mali et du Niger ont engagé un vaste processus d’ancrage au sol. Elles habitent aujourd’hui majoritairement dans des villages ou des « sites de fixation ». Mais dans le même temps, des individus et des petits groupes parmi ces mêmes populations, ont considérablement élargi leurs espaces de mobilité et accéléré le rythme et la valeur des échanges auxquels ils participent. Ces deux phénomènes pourraient, à première vue, relever d’un paradoxe. Mais l’observation des situations empiriques montre plutôt des compatibilités, des complémentarités, voire des similitudes, entre ces deux phénomènes concomitants. À partir de réflexions novatrices menées en géographie et en sociologie, cet article soumet l’hypothèse que l’édification de villages, de même que l’intégration dans des bases et des casernes militaires, participe de logiques (sociales) de la mobilité, tout autant que la transhumance, les voyages et la migration. Bien plus qu’un simple déplacement dans l’espace, le terme de mobilité pourrait décrire un « art de faire », une manière d’être aux autres et au monde.

Haut de page

Entrées d'index

Géographie :

Sahara

فهرس الكلمات المفتاحية :

الصحراء/الساحل, مالي, النيجر, تنقل, توطين
Haut de page

Texte intégral

1Dans les régions nord du Mali et du Niger, se déroulent et se renforcent, depuis les années 1980, deux phénomènes qui pourraient, à première vue, relever d’un paradoxe : d’un côté, les populations de pasteurs nomades (Touaregs, Arabes, Peuls) sont engagées dans un vaste mouvement de « sédentarisation » et se retrouvent aujourd’hui très majoritairement installées dans des villes et surtout des villages ou encore des petits « sites de fixation ». Elles n’ont jamais été aussi ancrées au sol et tentées d’affirmer une emprise territoriale à tendance exclusive, notamment depuis l’édification de nouveaux territoires communaux. De l’autre côté, des groupes parmi ces populations, constitués surtout par des hommes, ont considérablement élargi leur espace de mobilité et accéléré le rythme et la valeur des échanges qui le structurent. Il en va ainsi des migrants (souvent temporaires et « circulatoires ») à la recherche de travail dans les pays du Maghreb et du Golfe, ou vers le Sud, dans les pays côtiers ; des commerçants et des trafiquants (cigarettes, drogues, armes) ; des combattants en lutte contre l’État central ; ou encore, plus récemment, de quelques candidats à l’aventure mafieuse (et islamiste).

2De là à insinuer qu’il y aurait d’un côté des aspirations et des trajectoires « légales » qui agiraient en conformité avec le modèle sédentaire imposé par l’État-Nation, et de l’autre des forces alternatives et rebelles fondées sur la mobilité et la vitesse, il n’y a qu’un pas… qui ne saurait être franchi ici. En effet, quelques observations empiriques suffisent à nuancer une image certes attractive, mais simpliste. Ainsi, par exemple, des personnalités parmi les plus officiellement installées sur la scène politique locale et nationale ont, elles aussi, et dans le même temps, considérablement élargi leur espace de mobilité et augmenté le rythme de leurs déplacements. Tel député d’une circonscription du Nord du Mali ne se contente plus d’aller rendre compte une fois par an à la capitale. Il multiplie désormais les voyages dans les pays voisins, en Europe et dans les pays du Golfe également. À l’instar de ceux qui se positionnent ouvertement en lutte contre l’ordre établi, ce responsable officiel est obligé de recourir aux ressources extérieures (financières et symboliques) pour assurer les moyens de sa politique. Le bâton de pèlerin est (re)devenu un attribut du pouvoir.

3De façon plus générale, force est de constater aussi que les communes du nord du Mali et du Niger sont très largement dépendantes des aides extérieures. Les élus eux-mêmes endossent alors le costume de VRP/ambassadeur afin de pourvoir aux besoins de la commune. Par ailleurs, des activités licites (localisées et visibles) et illicites (à l’abri des regards et des contrôles) coexistent et s’entremêlent relativement souvent au sein d’un même groupe, d’une même famille, voire d’un même individu. Il arrive ainsi que des personnalités arborant tous les traits de l’exemplarité aux yeux des autorités « légales » et de l’opinion, participent activement aux échanges illicites qui traversent le Sahara. En restant sur (et en) place, par de simples appels téléphoniques, elles organisent la mobilité des convoyeurs de marchandises. Il est dès lors difficile, voire impossible, d’envisager une distinction entre ceux qui se fixent et opèrent au grand jour et ceux qui se déplacent et/ou se cachent pour échapper aux normes et aux règles imposées par les États.

4Ancrage au sol et nouvelles mobilités apparaissent donc, certes, comme des phénomènes différents et paradoxaux, mais certainement pas incompatibles. À tout le moins, le rapport dialectique entre mobilité et fixation dans les dynamiques sociales et politiques produites au Sahara et au Sahel convient d’être (ré)interrogé.

La mobilité dans tous ses états. Nouvelles approches en sciences sociales

5Les options différentes/paradoxales, élaborées par les sociétés du Sahara et du Sahel dans leur rapport à l’espace, émanent globalement des mêmes causes et participent des mêmes mutations contemporaines : changements environnementaux (induits notamment par les grandes sécheresses des années 1972-74 et 1984) ; programmes d’ajustements structurels entraînant le désengagement de l’État au niveau des politiques publiques et imposant des réformes institutionnelles (décentralisation) ; « globalisation » des échanges économiques et développement des outils de communication (voitures, téléphonie, Internet…) ; emprise des marchés (économiques) sur le fonctionnement des sociétés…

  • 1 Quelques références à titre d’exemple : Bayart (2004) ; Bourgeot (2000) ; Brachet (2009) ; Bredelou (...)
  • 2 Voir notamment, le dossier « Une histoire à l’échelle globale » de la revue Annales. Histoires, sci (...)
  • 3 Voici, à titre d’exemple, les intitulés de quelques axes de recherches proposés par des laboratoire (...)
  • 4 « Les mondes de la mobilité : exploration d’un paradigme », titre d’un séminaire organisé à Poitier (...)

6L’ampleur et les manifestations générales de ces phénomènes dans l’espace qui nous intéresse commencent à être abondamment décrites dans les littératures anthropologique, politiste et géographique1. Les historiens aussi ne restent pas en marge des débats. Ils rappellent ainsi, à juste titre, que la « mondialisation » ne date pas d’hier, loin s’en faut. Plus encore, ils proposent, depuis une dizaine d’années, de revisiter l’histoire des interdépendances mondiales à travers une nouvelle approche (ou courant), dite « connectée »2. En somme, on ne compte plus aujourd’hui les axes de recherches, les appels à projets et à candidature, les séminaires, les colloques et conférences, les publications centrées sur les questions de la migration, des frontières, des (nouveaux) territoires, de l’interaction entre le « local » et le « global », des organisations sociales en réseaux, des nouvelles formes de gouvernance3, etc. Et, à l’articulation de ces questionnements et de ces nouveaux champs de la recherche, le terme de mobilité(s) s’impose nettement comme un véritable dénominateur commun, voire comme un concept à part entière4.

  • 5 Des Touaregs ont une première fois pris les armes au Mali en 1963, puis de 1990 à 1996 c’est l’ense (...)

7La proposition faite ici d’interroger les reconfigurations sociales, économiques et politiques au Sahara, à travers les phénomènes simultanés d’ancrage au sol et de redéploiement dans l’espace, apparaît donc au cœur des préoccupations scientifiques actuelles. Les nomades sahariens ne sont-ils pas, parmi quelques autres, les parangons de ce « nouveau système globalisé » que les sciences sociales cherchent à appréhender ? Certaines caractéristiques tendraient effectivement à le penser : ils évoluent sur les marges (géographiques) d’États contre lesquels ils sont régulièrement en conflit armé (Mali, Niger)5, ils se jouent des frontières à vive allure (au volant de leur 4x4), ils se ravitaillent en carburant et en armes en plein désert et à l’abri de tous contrôles, ils communiquent et passent leurs ordres par téléphones satellites… Et, plus encore, les puissances de l’économie globalisée sont à leur porte (au seuil de leurs tentes), car ces « nomades » habitent un espace hyper-convoité, aussi bien par des États (sahariens et d’autres comme la France, les États-Unis, la Chine), que par des grandes compagnies minières et pétrolières, ou encore par des réseaux de trafiquants en tout genre, dont certains agissent sous couvert d’un islam jihadiste... ce dont les État-Unis, notamment, se saisissent pour justifier leurs interventions dans la zone.

8Mais ces dimensions, à la fois bien réelles et objets de nombreux discours fantasmés, ne constituent qu’une partie seulement des dynamiques à l’œuvre au Sahara et au Sahel. Comme il a été dit, la sédentarisation (ou plus exactement la fixation des habitations) est, de loin, la tendance la plus répandue parmi les pasteurs-nomades de cette région du monde. Aussi, les transformations contemporaines qui se jouent chez ces derniers, doivent-elles être appréhendées dans leur globalité. C’est là que résident l’intérêt, mais aussi la difficulté de l’approche. Il s’agit bien de comprendre la coexistence et l’articulation de ces deux mouvements simultanés que sont la mobilité et l’ancrage au sol. La mobilité ne prend sens que par rapport à l’immobilité.

  • 6 Georg Simmel est certainement l’un des premiers à avoir étudié les effets de la mobilité sur les in (...)
  • 7 Pour l’espace saharo-sahélien, voir, notamment, Rossi (2009) et Marfaing et Wippel (2003) ;.
  • 8 Voir Brachet (2009) ; Dureau et Hily (2009) ; Bredeloup et Pliez (2005) ; Pliez (2002) ; Knafou (19 (...)

9Il convient à ce stade de préciser ce que l’on entend par « mobilité ». Pour la tradition sociologique, la mobilité renvoie essentiellement à deux phénomènes : celui de la migration géographique, concernant d’abord les populations « nomades » qui circulent, au sens étymologique du terme, puis les migrations internationales, qui tantôt circulent et tantôt émigrent ; celui de la mobilité sociale6. Des travaux récents, sur des sociétés africaines notamment, ont interrogé le lien entre mobilité géographique et mobilité sociale7. Les géographes, aujourd’hui très impliqués dans les débats scientifiques sur les mobilités, s’intéressent particulièrement aux (nouveaux) territoires, aux localités, aux lieux que les hommes produisent dans leurs mouvements8.

  • 9 Les pistes théoriques de cet auteur (Retaillé, 1993, 1998, 2005, 2007) sont ici d’autant plus intér (...)

10Parmi les géographes qui travaillent la notion de mobilité, Denis Retaillé apporte une dimension particulière au débat, car il se place résolument dans une approche pluridisciplinaire en mobilisant aussi l’histoire, l’anthropologie, les sciences juridiques et la philosophie9. Il remonte ainsi au Contrat social de Rousseau pour montrer comment, en France, l’identité collective et le corps politique qu’elle se donne participe d’une fiction historique (du contrat), fondée sur la réalité de la terre : à la fois territoire et ressource, avec l’agriculture comme travail. L’espace du contrat social devient alors un espace topographique continu, et égal à lui-même en tout point. Dans cette optique, la convention fixe les lieux et la frontière, et donne un statut juridique (égal) aux personnes par le sol. Denis Retaillé (2007, p. 173) montre que pour Rousseau, « si le dépassement de l’état de nature est bien réalisé à l’intérieur de l’État, il ne l’est pas entre États ni pour les hommes en déplacement ». Le nomadisme devient, dès lors, résiduel par principe et appelé à disparaître. Tel est le procès historique intenté par les États modernes aux individus et aux groupes qui se déplacent. Force est de constater que les représentations (occidentales) dominantes n’envisagent toujours les identités collectives qu’en relation avec un territoire médiateur strictement délimité. Pourtant, comme le souligne Retaillé, le modèle de développement axé sur l’investissement foncier, sur l’établissement définitif, sur l’accumulation d’infrastructures techniques et onéreuses, sur la croissance locale enfermée, est aujourd’hui en crise et s’apparente à un « piège ». Il appelle alors de ses vœux un développement qui « passerait par un accroissement de la liberté de circuler, à l’inverse donc du processus spatial d’accumulation localisée » (2007, p. 181). Il propose ainsi de reconsidérer l’espace des représentations et invite à la reconnaissance d’un « espace mobile ».

  • 10 Deux catégories imposées par le colonisateur français qu’il déconstruit, bien évidemment.
  • 11 Texte de Denis Retaillé distribué lors de l’atelier « Nomades et migrants dans l’espace Sahara-Sahe (...)

11Sa théorie de l’espace mobile émane directement des observations empiriques qu’il a pu faire au Sahel (jusqu’en 1992), là où les « nomades » et les « sédentaires »10 se rencontrent et s’entremêlent. Les lieux ici deviennent mobiles, car ils sont définis, d’abord et avant tout, comme des « saillances », des moments de rencontres et d’interactions entre des champs différents. « Le lieu c’est là et quand il se produit quelque chose du fait de l’entrée en interaction réciproque d’éléments dispersés se trouvant réunis (le croisement) »11. C’est le site qui désigne le cadre matériel du lieu, et la localité renvoie à la « mémoire » des lieux attachée au site. Dans l’espace mobile,

  • 12 Idem.

« les lieux paraissent et peuvent disparaître ou se transformer ou se déplacer égaux à eux-mêmes (les mêmes se retrouvent ailleurs pour faire la même chose). Cette plasticité du lieu est une forme de résistance à l’incertitude »12.

12Les notions de circonstance, d’incertitude, de surgissement et d’effacement, quelles que soient les temporalités considérées, se retrouvent ainsi au fondement de l’espace mobile. « La centralité circule », comme le dit si bien Retaillé. Ainsi, les termes de mobilité et de mouvement pourraient-ils décrire bien plus qu’un simple déplacement dans l’espace : un « art de faire » (pour reprendre de Certeau), une manière de vivre et d’être aux autres et au monde. Nous y reviendrons avec des exemples à l’appui et après un détour par la sociologie.

13En effet, une autre piste, particulièrement stimulante, est apparue à la lecture d’un sociologue : Alain Bourdin. Dans un article intitulé « Les mobilités et le programme de la sociologie », paru en 2005 dans les Cahiers internationaux de Sociologie, cet auteur propose une rupture épistémologique (dans son champ disciplinaire) en faisant l’hypothèse que « la mobilité ne consiste pas à prendre une place dans un ordre, mais à s’approprier une ressource pour en faire usage. L’idée de ressource – qui renvoie plus à une offre qu’à un ordre – permet de rendre compte de phénomènes flexibles » (p. 8). Cette approche de la mobilité, en termes de ressources convoitées et de « phénomènes flexibles », correspond particulièrement bien, là aussi, à ce que vivent les sociétés du Sahara et du Sahel. Que l’on songe en premier lieu, évidemment, à l’activité pastorale fondée sur l’accès aux points d’eau et aux pâturages (dont la localisation varie d’une année à l’autre), mais aussi aux fruits du commerce (licites et illicites), aux postes rémunérés, aux fonctions politiques, aux réseaux de solidarité et aux arrangements quotidiens… Les ressources, poursuit Alain Bourdin,

« forment une nébuleuse qui se transforme en permanence (beaucoup plus vite que le système des positions), en fonction des évolutions du contexte, mais aussi des intentions ou des choix de l’acteur, qui lui-même définit ses ressources pertinentes » (p. 9).

14À la manière de Norbert Elias, Alain Bourdin recourt à des métaphores particulièrement éclairantes pour préciser son propos. Il distingue ainsi les parcours sociaux de (dans) la mobilité de ceux qui s’élaborent dans la sédentarité et qui consistent à occuper des cases dont la valeur serait définie par les règles du jeu (comme au Monopoly). Si dans un monde en mouvement, des individus se retrouvent à devoir également occuper des cases, la valeur de celles-ci est plus circonstancielle, fonction du jeu des autres acteurs (comme aux échecs). Dès lors, la mobilité n’apparaît plus « comme un déplacement fortement balisé et organisé entre des points fixes […], mais comme une construction plus libre, plus individuelle, plus conjoncturelle ». Elle pourrait ainsi être définie comme

« l’ensemble des techniques et des comportements qui permettent l’accès à des ressources sociales désirées. Plus celles-ci sont diverses et changeantes, plus l’acteur est demandeur de moyens pour les atteindre, plus la mobilité devient un phénomène central » (p. 9).

  • 13 Voir Grémont et al. (2004) ; Grémont (2009).

15Cette approche conceptuelle, qui privilégie les relations et les configurations sociales plutôt qu’une lecture à dominante spatiale, résonne particulièrement bien avec les situations contemporaines (et historiques) que j’ai pu observer (et interroger) dans les régions nord du Mali et du Niger13. Sous cet angle, les observations empiriques, résumées dès les premières pages de cet article, prennent un relief particulier. Et d’autres interrogations, plus analytiques, émergent à la lumière de cette conception de la mobilité. Il a déjà été souligné que la « sédentarisation » des pasteurs-nomades était un phénomène tout à fait compatible avec l’élargissement des espaces de mobilités et l’accélération des échanges. Mais ne pourrait-on pas aller plus loin encore et proposer l’hypothèse que la fixation des pasteurs-nomades participe des logiques sociales de la mobilité ? Le fait, pour une famille, un clan ou une tribu, de fonder un village en un lieu précis de leurs terrains de parcours, n’est-il pas un moyen de s’accaparer des ressources et le reflet d’une organisation sociale, politique et économique particulièrement flexible ? Cette intuition n’est pas une simple figure rhétorique. Elle fait écho à des observations de terrains et un suivi régulier et rapproché des évolutions politiques au Nord-Mali et au Niger depuis plus d’une quinzaine d’années.

Les villages des pasteurs-nomades de la région de Gao, des lieux visibles de « l’espace mobile »

16Deux exemples, illustrant le rapport dialectique entre mobilité et fixation, peuvent être donnés ici afin d’inscrire cette proposition d’analyse dans la réalité du terrain. Prenons d’abord celui qui concerne le plus grand nombre de populations : l’édification de villages (ou sites de fixation) depuis la fin des années 1970 et l’accélération de ce phénomène à partir de la fin des années 1990. Des enquêtes de terrain, menées depuis 1994 (et jusqu’à 2010) dans plusieurs villages de la région (administrative) de Gao, ont permis de montrer que le choix de fonder un village répondait à un ensemble de circonstances, bien plus qu’à la volonté d’adopter un mode de vie « sédentaire ».

17Les grandes sécheresses des années 1970 et 1980 ont d’abord poussé certains leaders à imaginer une évolution de leur système pastoral afin de mieux se prémunir des déficits pluviométriques. Il s’agissait alors de conserver une petite partie des membres de la tribu et des troupeaux (les femelles laitières surtout) en un endroit fixe où le ravitaillement en céréales était garanti. Le cas du village d’Anuzegren, situé sur la piste qui relie Ménaka à Ader-n-Bukar, créé au tout début des années 1980 sous l’impulsion de la fraction dirigeante des Iwellemmedan, est assez emblématique de cette petite révolution.

  • 14 Farok ag Hamatu, chef de la fraction Kel Talatayt, Anuzegren, le 25 mars 1997.

« En 1973, de nombreuses familles sont parties en exode. En les voyant, on s’est dit que s’il y avait une deuxième sécheresse nous risquions, nous aussi, de quitter notre territoire, et dix ans après nous n’existerions même plus. Pour éviter cela, et éviter de venir faire les mendiants devant des gens qui, hier, vivaient avec le crottin de nos animaux, il fallait changer nos modes de vie. Nous avons observé les villageois qui faisaient des fortunes avec nos animaux, nous avons vu comment ils étaient organisés. On s’est dit qu’il fallait aller vers la semi-sédentarisation, il fallait créer un petit village, faire d’autres activités parallèlement à l’élevage et montrer l’exemple au cercle de Ménaka. Donc on s’est réuni, on a discuté, en famille seulement, pendant deux nuits et deux jours et on a décidé la création de ce village d’Anuzegren. Des gens ont dit que ça ne marcherait jamais, mais nous leur avons répondu que nous allions faire un essai. Dans chaque fraction, il fallait qu’il y ait un noyau qui puisse s’occuper d’un magasin de ravitaillement, et qui essaie aussi d’attirer des ONG ou le gouvernement malien. Il fallait aussi qu’il y ait des écoles, or sans la sédentarisation on n’arriverait pas à scolariser les enfants. La première maison a été construite en octobre 1982, et chacun a pris sa place. On a créé un jumelage de coopération avec la commune de Saint-Agnant [département de la Saône-et-Loire, France]. En 1984, il n’y a pas eu de pluies. Et l’exemple a été donné parce que les populations sont venues entourer Anuzegren, et c’est ce magasin qui a ravitaillé toute la population »14.

18Dans la vallée de l’Anshawadj, au nord-est de Gao, un chef de fraction de la tribu touarègue des Shamanamas a, quant à lui, posé les premières briques d’un village au cours de l’année 1973-1974. La sécheresse avait poussé son groupe jusqu’au Niger, et, à son retour, il décida de ne plus jamais partir à l’extérieur. La vision des femmes en exode était trop insupportable à ses yeux. Seuls les hommes vaillants devaient continuer à suivre les animaux en transhumance, et, le cas échéant, à endurer les souffrances du départ.

19Plusieurs périodes peuvent déjà être repérées dans ce processus de fixation des pasteurs-nomades. La première couvre donc les années 1970 et le début des années 1980. Les chefs à l’initiative des premiers villages étaient alors des précurseurs et leurs motivations étaient essentiellement liées à la crise de l’activité pastorale déclenchée par une série de « mauvaises années » (déficits pluviométriques). Mais ce choix en faveur de la fixation était loin d’être unanime, et des débats souvent très virulents ont traversé l’ensemble des groupes. Dans ces années-là, à peine une dizaine de sites a vu le jour dans l’ensemble de la région de Gao.

  • 15 Mais, ironie du sort, comme le souligne un vieux du village de Tijerwen (dans la vallée du Tilemsi) (...)
  • 16 Il existe bien, au sein de ces organismes, des voix qui tentent de faire reconnaître l’importance d (...)

20À partir de 1985, une deuxième période s’ouvre, celle-ci sous l’impulsion des ONG et des projets de développement qui commencent à s’installer durablement dans la zone. Les personnes interrogées, très impliquées alors dans la création de nouveaux villages, sont unanimes sur le fait que « pour accéder aux aides de l’État et des ONG, il fallait pouvoir être visibles et accessibles »15. La visibilité et l’accessibilité se retrouvaient bien au centre de ce processus, car du côté de ceux qui venaient proposer (ou imposer) leur aide, il s’agissait aussi de voir pour concevoir, et d’accéder relativement facilement aux sites pour pouvoir suivre et contrôler les investissements réalisés. Pour l’État, les ONG et les projets de développement fondés sur des valeurs et des logiques d’actions sédentaires, il était plus simple et plus logique (plus « naturel » même) d’intervenir en un point fixe que sur des lignes faites de points plus ou moins mobiles dans l’espace16. On retrouve évidemment ici le champ du pouvoir et l’objectif intrinsèque de l’autorité centrale : contrôler les mouvements.

  • 17 La cérémonie de la « Flamme de la paix » organisée à Tombouctou en mars 1996, marque officiellement (...)
  • 18 L’importance d’occuper une localité pour y fonder un village relève donc autant d’une « mise à nive (...)

21Une troisième période peut enfin être considérée à partir de 1996 et la fin de la rébellion touarègue17. La logique de captation des ressources financières, déjà à l’œuvre depuis la fin des années 1980, s’est alors considérablement amplifiée. L’argent disponible était d’abord sans commune mesure, mais aussi, et surtout, les rapports sociaux et politiques entre les différents groupes et sous-groupes (jusqu’aux familles) ont été, si ce n’est complètement bouleversés, au moins remis à plat. Or, ces dynamiques, sous-tendues par des revendications et des concurrences souvent étouffées pendant de longues années, ont trouvé dans la création de sites ou de villages un terrain d’expression privilégié. Des logiques d’émulation réciproque se sont ainsi développées entre des groupes voisins, et surtout entre leurs leaders18. Résultat, le nombre de sites et de villages s’est trouvé démultiplié.

22Le désir d’autonomisation, exprimé par un leader local et, selon les cas, plus ou moins partagé par les autres membres de son groupe, se retrouve donc au centre du processus de fixation. Il s’agit là de phénomènes de scission bien connus dans les sociétés dites « segmentaires ». Un groupe d’alliés quitte un village préexistant, ou se constitue en dehors d’une première référence spatiale fixe, et s’installe sur un site où il peut faire valoir une certaine légitimité. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il ne va généralement pas très loin, au risque sinon de sortir de « ses » terrains de parcours et de perdre en légitimité. On ne fait pas « son trou » n’importe où (pour reprendre une expression de Marcel Détienne), même si ce ne doit être que de façon temporaire.

23Le choix du site (au sens topographique) s’inscrit également dans un contexte spatial densifié, du fait de l’accroissement démographique et du rapport toujours réajusté entre le nombre d’animaux et les ressources naturelles disponibles. Il s’élabore en outre, en fonction d’autres types de ressources que sont les réseaux de communication : les pistes empruntées par des voitures et des camions en nombre toujours croissant, et, plus récemment, les antennes qui permettent d’accéder au réseau téléphonique. Être à proximité d’une piste (voire sur une piste) et « avoir du réseau » (comme on dit sur place), sont des éléments essentiels pour qu’un site constitue véritablement un lieu, c’est-à-dire un moment de rencontres et d’interactions entre des champs différents. À mesure que les antennes relais du téléphone portable se multiplient, s’étendent aussi le choix des sites et la possibilité de bouger et de s’installer ailleurs. Le champ de la mobilité s’élargit et le rythme s’accélère.

24L’approvisionnement en eau demeure cependant la question la plus cruciale pour les gens qui décident de se fixer. Pas de village sans source d’eau pérenne. Pour ce faire, la réalisation d’un forage et/ou d’un puits moderne en ciment est souvent nécessaire. Ces ouvrages sont coûteux et requièrent donc, avant même les compétences techniques, un certain savoir-faire pour capter des financements. À ce niveau aussi, les chefs de fraction et autres leaders locaux se retrouvent en concurrence. Si les capacités de financement ont été relativement importantes ces dernières années, elles n’étaient pas non plus infinies. « Capital social et politique », volonté, patience, obstination, ruse, chance… doivent généralement être réunis pour avoir gain de cause.

25Les problèmes d’eau – approvisionnement insuffisant et/ou problème d’exhaure – sont d’ailleurs une des premières causes de l’abandon des sites. Les rivalités internes et les phénomènes de segmentation expliquent aussi, pour une grande part, le caractère transitoire et éphémère des sites et villages édifiées dans les vingt dernières années.

26Avant de clore ce trop bref aperçu du phénomène de fixation chez les pasteurs-nomades du Nord-Mali, il convient d’attirer l’attention sur le fait que les leaders politiques, à l’origine de la création des villages, sont généralement parmi les premiers à ne pas y vivre réellement. Celui qui a des ambitions politiques aujourd’hui réside généralement à la ville (au chef-lieu de région ou à la capitale). Et surtout, il passe son temps à bouger, de la ville au village, du village à la « brousse », de la capitale à l’étranger, etc. Comme le rapportent nombre de chefs que j’ai pu interroger, le village devient, pour eux tout au moins, une « vitrine », une « boîte aux lettres », un faire-valoir dans la concurrence et la reconnaissance politique.

Espace mobile et ouvert jusque dans les bases et les casernes militaires

  • 19 Plusieurs vagues d’intégration ont eu lieu, au Mali comme au Niger, entre 1992 et 2009. Au total, c (...)

27Le second exemple, qui pourrait illustrer particulièrement bien le rapport dialectique complexe entre fixation et mobilité, renvoie à l’attitude d’un certain nombre de combattants touaregs, constatée aussi bien au sein des mouvements rebelles que dans les rangs de l’armée nationale, pour ceux qui y ont été intégrés à la suite des accords de paix19. Là encore, des observations empiriques dans la durée permettent de caractériser les pratiques de nombre de ces combattants : libres, individuelles, conjoncturelles… au sein de corps et d’institutions pourtant peu réputés pour leur ouverture et leur tolérance à l’égard des comportements autonomes. Et, là aussi, l’histoire de ces vingt dernières années, au Mali et au Niger, démontre que les « guerriers nomades » ont su intégrer des corps militaires (rébellion et armée nationale) comme on s’approprie, le temps nécessaire, une ressource pour en faire usage et servir ses intérêts.

28Les mouvements incessants qui ont prévalu à l’égard de ces espaces militaires constitués (au moins par un nom et une hiérarchie – réelle ou de façade) ont ainsi pu être animés par différentes motivations ou « causes » : idéologie de l’honneur et de la réparation des souffrances endurées, pour les premiers rebelles qui ont constitué les premières bases ; renforcement des logiques tribales au moment de la division des fronts ; captation des postes et des sommes d’argent mis tardivement à disposition après les accords de paix ; enrichissement par l’occupation des places « juteuses » au sein des différents corps en uniforme ; utilisation des moyens de l’armée étatique à l’encontre de groupes voisins concurrents ; menaces de désertion et désertions réelles pour renforcer sa position vis-à-vis de l’autorité centrale ; retour dans le rang après avoir obtenu gain de cause ou au contraire après un aveu d’échec, etc.

  • 20 Voir Grémont (2010) pour le cas des Iwellemmedan Kel Ataram.
  • 21 Voir Richer (1924) ; Grémont (2010, épilogue p. 407-430).

29Cette manière de procéder des guerriers touaregs et maures, au sein de leurs propres structures combattantes comme à l’égard d’autres forces dont ils n’ont pas le contrôle, est ancrée dans la longue histoire. Bien avant la conquête coloniale, les armées levées au nord de la Boucle du Niger et plus à l’est jusqu’à l’Aïr, étaient avant tout des coalitions (souvent pluriethniques) organisées dans un but précis. Elles étaient le reflet d’alliances sans cesse réajustées et recomposées, et engendraient un paysage politique particulièrement nuancé et vivant20. La conquête coloniale française, au tournant des XIXe et XXe siècles, a ensuite bouleversé les règles locales du jeu politique et guerrier, car il fallait désormais compter et composer avec l’entremise d’un troisième terme dominant (du fait de sa supériorité militaire). Or, dès les premières heures de la conquête, des groupes de la région ont compris l’intérêt qu’il pouvait y avoir à s’approprier ces ressources militaires arrivées de l’extérieur. Le cas des massacres perpétrés par les Arabes Kunta sur les campements des Iwellemmedan est, à ce titre, bien connu21. Les stratégies développées par les Ifoghas de l’Adagh sont aussi bien renseignées et analysées dans l’ouvrage de Pierre Boilley consacré aux Kel Adagh (1999). Et bien évidemment, le pouvoir colonial, de son côté, a favorisé toutes les divisions susceptibles d’affaiblir les résistances locales et de renforcer son hégémonie. Les pratiques d’entrées et de sorties à l’égard des forces armées de l’autorité centrale ont été développées et rodées tout au long de la période coloniale.

  • 22 Voir Boilley (1999).

30Dans la période qui s’est ouverte juste après les Indépendances, ces mouvements se sont considérablement ralentis, surtout au Mali, du fait notamment de la chape de plomb imposée par l’État central sur les Touaregs, à la suite de la révolte de 1963 dans l’Adagh22. Mais ils ont repris avec force à partir de 1990 et des rébellions touarègues au Mali et au Niger.

  • 23 Cette règle était certainement aussi établie au sein des autres fronts, mais c’est essentiellement (...)

31L’histoire de la formation et de l’organisation interne des bases et autres fronts de la rébellion est encore loin d’être connue dans le détail. Des nombreux témoignages et récits que j’ai pu recueillir depuis 1994 (au Mali et dans une moindre mesure au Niger), il ressort cependant très nettement que les combattants jouissaient d’une grande liberté de mouvement. Les déplacements hors des bases étaient souvent induits par des intérêts liés au mouvement insurrectionnel lui-même (ravitaillement en produits de première nécessité, recherche de financements, d’armes et de moyens logistiques, contacts politiques, etc.), mais ils pouvaient aussi être animés par des raisons personnelles et privées (retour auprès des familles, voyages pour « affaires », rupture de ban avec les responsables hiérarchiques, ralliement à une autre base ou à un autre front, création d’un nouveau groupe, etc.). Les leaders des bases et des mouvements n’ont vraisemblablement pas cherché à restreindre à tout prix ces mouvements de va-et-vient. Au sein du Front populaire de libération de l’Azawad (FPLA), une règle était toutefois de mise : tous les combattants qui voulaient s’absenter ou quitter la base devaient laisser leur arme sur place23.

  • 24 Mouvements et fronts unifiés de l’Azawad, appellation qui fédérait les quatre principaux mouvements (...)
  • 25 Voir le Pacte national conclu entre le gouvernement de la République du Mali et les Mouvements et f (...)

32La question de l’intégration des ex-combattants touaregs et maures au sein des forces armées nationales (et autres corps en uniforme tels que la police et la douane) est, dans le cas du Mali, clairement exprimée et traitée dans le Pacte national signé en avril 1992. Tous les combattants (volontaires) des MFUA24 devaient pouvoir être intégrés dans les différents corps en uniforme de l’État25. Dans les faits, cette mesure a mis plusieurs années avant d’être appliquée et tous les combattants volontaires sont loin d’avoir été intégrés. Plusieurs milliers d’hommes sont tout de même entrés dans les rangs de ces corps militaires et paramilitaires, mais ce n’était pas forcément ceux qui avaient tenu les armes entre 1990 et 1995. Pour la simple raison que les listes présentant le nom des candidats ont été établies par les anciens chefs de mouvement en étroite collaboration avec les chefs de fraction et autres leaders politiques locaux. À partir de là, l’intégration dans ces fameux corps en uniforme est devenue une ressource à investir. Outre les salaires, qui, même modestes, procuraient à une famille un petit revenu fixe, les places au sein de l’appareil d’État, surtout au niveau des officiers, pouvaient être mis à profit pour accéder à l’information, aux lieux de prise de décision ou encore à des marchés économiques et financiers. Les forces politiques dominantes se sont donc majoritairement approprié cette nouvelle ressource.

33Ce système a engendré en retour le même phénomène que celui observé dans la « course aux villages et aux sites », à savoir des concurrences au sein des sociétés concernées, souvent entre des prétendants issus des mêmes groupes et sous-groupes sociaux. Comme tout le monde n’a pas pu accéder à cette manne, des jalousies et des rancœurs ont commencé à s’exprimer au cours des années 2000.

  • 26 D’autres motifs ont évidemment aussi sous-tendu ce mouvement armé, tels que la marginalisation écon (...)

34Ainsi, tout le monde s’accorde aujourd’hui sur le fait que la réactivation de la contestation armée au Niger, en 2007, sous l’égide du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ), émane, en partie, de la frustration d’ex-combattants de la révolte de 1990 qui s’estimaient évincés des bénéfices des accords de paix signés plus de dix ans auparavant. Les cadres du MNJ entendaient bien ainsi renégocier une meilleure place dans le système (étatique et international) de redistribution des postes et des marchés26.

35Au Mali également, la révolte enclenchée par l’attaque de Kidal le 23 mai 2006, pose la problématique de la mobilité à travers l’utilisation de l’État et de son armée comme ressource à investir. Dans ce cas, ce sont des officiers intégrés dans les rangs de l’armée malienne qui ont d’abord pris leurs distances à l’égard de leur hiérarchie, afin de dénoncer la méfiance et la stigmatisation dont ils se sentaient victimes. Un retranchement (géographique) de plusieurs mois dans les montagnes de l’Adagh (de février à mai 2006), regroupant plusieurs officiers et d’autres hommes sous l’égide du lieutenant-colonel Hassane Fagaga, a ainsi été mené afin d’exercer une pression sur l’autorité centrale de Bamako. Les doléances exprimées portaient alors sur les lieux d’affectation (ces officiers se plaignant de servir au Sud alors qu’ils voulaient intervenir plus proches de leurs zones, dans les régions du Nord), et sur le non-respect de leurs grades par d’autres officiers, originaires d’autres régions, établis de plus longue date dans l’armée et ayant suivi une montée en grade progressive. Puis, n’obtenant pas les résultats escomptés, ces officiers déserteurs ont finalement mis à exécution leur menace de reprendre les hostilités.

36Très vite (le 4 juillet 2006), des accords de paix ont été signés entre les rebelles de « l’Alliance démocratique du 23 mai pour le changement » et le président malien (Amadou Toumani Touré) avec la médiation de l’Algérie. Le texte des accords d’Alger prévoyait, entre autres choses, « l’intégration de nouveaux combattants au sein de l’armée nationale » et la création « d’Unités spéciales de sécurité » dans lesquelles les officiers insurgés devaient avoir une place de choix.

37Depuis lors, les combattants de l’Alliance se tiennent prêts et attendent la mise sur pieds de ces Unités spéciales. Dans un paysage saharo-sahélien particulièrement difficile à lire et aux couleurs du risque (avec la présence des grandes puissances internationales attirées par le pétrole, le gaz et l’uranium, de groupes mafieux agissant sous la bannière d’AQMI et de réseaux de narcotrafiquants), ils cherchent les moyens de préserver leur équilibre et d’assurer les conditions de la reproduction sociale et économique de leurs groupes. Une fois encore, les guerriers des sociétés pastorales élaborent leurs choix et leurs positionnements en fonction des évolutions du contexte et des ressources qu’ils considèrent pertinentes à ce moment précis.

38Interroger la notion de mobilité, en partant des expériences vécues par des populations « nomades » qui le sont de moins en moins, ou par des « nomades interrompus » pour reprendre la jolie expression de Henri Guillaume (en 1974 déjà), est apparu ici comme une proposition scientifique nécessaire. Non pas en tant que posture dans le champ académique, mais comme piste de compréhension de phénomènes cruciaux qui se déroulent actuellement dans cette zone de rencontre entre Sahara et Sahel.

39Pour le moment, force est de reconnaître, que le processus de fixation des pasteurs-nomades constituent un angle (presque) mort des études saharo-sahéliennes. Des auteurs évoquent bien quelques épisodes ici ou là, notamment celui des grandes sécheresses des années 1970 et 1980 qui a entraîné un exode vers les villes. Mais jamais encore, les phénomènes d’ancrage au sol n’ont été retenus comme principal objet d’étude, qui plus est dans le champ de l’histoire et de l’anthropologie politique. Est-ce à dire que les Touaregs, les Arabes, les Peuls, les Toubous... perdent de leur intérêt dès lors qu’ils ne sont plus en nomadisation et ne dorment plus sous la tente ? Il y a sans doute un peu de cela. Les titres des ouvrages à destination du grand public, mais aussi de quelques contributions scientifiques, révèlent ainsi plus d’intérêt pour les « derniers nomades » que pour les « nouveaux sédentaires ».

40L’intuition exprimée ici, qui consiste à appréhender la formation des villages, ou encore l’enrôlement dans des corps militaires, comme une forme de la mobilité, relève d’un décalage épistémologique. Il s’agit en effet de sortir du monopole tenu par une approche spatialisée des configurations sociales et politiques, qui plus est dans cette région du monde où les clichés des grands espaces et des nomades qui les traversent ont la vie dure.

41Le parcours des animaux, à la recherche des pâturages, des points d’eau et des terres salées, de même que le déplacement des dromadaires et des camions chargés de marchandises, sont des activités qui révèlent un rapport aux autres et à la nature bien plus global que la représentation visuelle qui en est faite et colportée. Ainsi, même en l’absence de références imagées évidentes et partagées collectivement, est-il possible de retrouver des formes d’organisation mobiles et flexibles là où, en apparence, les gens ne bougent pas (ou plus) dans l’espace ? Les apparences, ici plus qu’ailleurs, semblent trompeuses. Les ressources, on l’a vu, qu’elles soient naturelles, financières, politiques, symboliques… ne restent jamais en place, parce qu’elles se déplacent, se transforment et disparaissent, mais aussi, et surtout, parce qu’elles n’existent que dans les intérêts et les projets des hommes, toujours en mouvement eux aussi. Les « nomades » du Sahara et du Sahel vivent cela de l’intérieur et montrent que la mobilité est une manière à la fois de se prémunir, d’accepter et d’épouser les aléas climatiques, mais aussi l’ensemble des changements du monde. Ceux qui n’entrent pas dans cette catégorie « nomade » vivent-ils si différemment ? Ne savent-ils pas que les places qu’ils occupent et qu’ils considèrent souvent être les meilleures, ne sont aussi que des lieux et des moments de passage ? Dans un monde soumis à la raréfaction des ressources naturelles et vitales, il n’est peut-être pas inutile de le rappeler.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bayart Jean-François, 2004, « Le crime transnational et la formation de l’Etat », Globalisation et illicite en Afrique, Politique Africaine, n° 93, p. 93-104.

Boilley Pierre, 1999, Les Touaregs Kel Adagh. Dépendances et révoltes : du Soudan français au Mali contemporain, Paris, Karthala, 644 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdin Alain, 2005, « Les mobilités et le programme de la sociologie », Cahiers internationaux de Sociologie, volume CXVIII, p. 5-21.
DOI : 10.3917/cis.118.0005

Bourgeot André, 2000, « Le Sahara : espace géostratégique et enjeux politiques (Niger) », Autrepart, n° 16, p. 21-48.

Brachet Julien, 2009, Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Paris, Éditions du Croquant, 322 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bredeloup Sophie et Pliez Olivier, 2005, « Migrations entre les deux rives du Sahara », Autrepart, n° 36, p. 3-20.
DOI : 10.3917/autr.036.0003

Côté Marc (dir.), 2002, Le Sahara, cette autre Méditerranée, Méditerranée, n° 3-4, 108 p.

Dureau Françoise et Hily Marie-Antoinette (dir.), 2009, Les mondes de la mobilité, P.U. de Rennes, coll. « Essais », 189 p.

Fischer Anja et Kohl Ines (dir.), 2010, Tuareg Society within a Globalized World : Saharan Life in Transition, Londres/New-York, Tauris Adacemic Studies.

Grémont Charles, 2009, « Des Touaregs à l’épreuve de la frontière. Cohabitation et confrontation dans la zone de Tedjarert (Nord-est du Mali) », L’Ouest saharien, Hors Série n° 9-2, « La question du pouvoir en Afrique du Nord et de l’ouest », S. Caratini (dir.), p. 27-66.

, 2010, Les Touaregs Iwellemmedan (1647-1896). Un ensemble politique de la Boucle du Niger, Paris, Karthala, 553 p.

Grémont Charles et al., 2004, Les liens sociaux au nord du Mali. Entre fleuves et dunes. Récits et témoignages, Paris, Karthala, 264 p.

Guillaume Henri, 1974, Les nomades interrompus, Études nigériennes, n° 35, 145 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Keenan Jeremy, 2007, « The banana theory of terrorism: alternative truths and the collapse of the ‘second’ (Saharan) front in the War on Terror », Journal of Contemporary Africa Studies, vol. 25, n° 1, p. 31-58.
DOI : 10.1080/02589000601157055

Knafou Rémy (dir.), 1998, La planète « nomade » : les mobilités géographiques d’aujourd’hui, Paris, Belin, 247 p.

Lombard Jérôme, Mesclier Évelyne et Velut Sébastien (dir.), 2006, La Mondialisation côté Sud, Paris, IRD-ENS.

Marfaing Laurence et Wippel Steffen (dir.), 2003, Les relations transsahariennes à l’époque contemporaine, un espace en constante mutation, Paris, Karthala-ZMO, 486 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Marty André, 1993, « La gestion de terroirs et les éleveurs : un outil d’exclusion ou de négociation ? », Tiers-Monde, vol. 43, n° 134, p. 327-344.
DOI : 10.3406/tiers.1993.4756

Offner Jean-Marc et Pumain Denise (dir.), 1996, Réseaux et territoires, significations croisées, Paris, Éditions de l’Aube, coll. Territoire, 284 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pliez Olivier, 2002, « Vieux réseaux et nouvelles circulations entre les deux rives du Sahara », in Côte Marc (dir.), « Le Sahara, cette autre Méditerranée », Méditerranée, n° 3-4, vol. 99, p. 31-40.
DOI : 10.3406/medit.2002.3258

—, 2006, « Nomades d’hier, nomades d’aujourd’hui. Les migrants africains réactivent-ils les territoires nomades du Sahara ? », Annales de Géographie, n° 652, p. 48-67.

Portes Alejandro, 1999, « La mondialisation par le bas, l’émergence des communautés transnationales », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 129, p. 15-25.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Retaillé Denis, 1993, « Le besoin de parler autrement qu’en surface », Espaces Temps, n° 51-52.
DOI : 10.3406/espat.1993.3853

—, 1998, « Concepts du nomadisme et nomadisation des concepts », in Knafou R., La planète « nomade ». Les mobilités géographiques d’aujourd’hui, Paris, Belin, p. 37-58.

—, 2005, « L’espace mobile », in Antheaume B. et Giraut F. (dir.), Le territoire est mort : vive les territoires ! Une refabrication au nom du développement, Paris, IRD, p. 175-201.

—, 2007, « Quel est l’impact de la mondialisation sur le développement local ? Les échelles paradoxales du développement », Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 238, p. 167-183.

Retaillé Denis et Walther Oliver, 2008, « Le modèle sahélien de la circulation, de la mobilité et de l'incertitude spatiale », Autrepart, 47, p. 109-124.

Richer Dr. A.M.J., 1924, Les Touareg du Niger (Région de Tombouctou-Gao). Les Oulliminden, Paris, Larose, 359 p.

Rossi Benedetta, 2009, « Social and Physical Mobility in the Ader (Tahoua, Niger) », in Rossi B. (dir.), Reconfiguring Slavery, West African Trajectories, Liverpool University Press, 256 p.

Scheele Judith, 2009, « Tribus, États et fraude : la région frontalière algéro-malienne », Études rurales, n° 184, p. 79-94.

Simmel Georg, 1984, « Digressions sur l’étranger » [texte original 1908], in L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, anthologie réalisée et présentée par Y. Grafmeyer et I. Joseph, Paris, Aubier, p. 53-59.

—, 1999, [1908 1ère édition], Sociologies. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, (Traduit de l’allemand par Lilyane Deroche-Gurcel et Sybille Muller), 776 p.

Zuniga Jean-Paul, 2007, « L’Histoire impériale à l’heure de « l’histoire globale ». Une perspective atlantique », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 5, p. 54-68.

Haut de page

Notes

1 Quelques références à titre d’exemple : Bayart (2004) ; Bourgeot (2000) ; Brachet (2009) ; Bredeloup et Pliez (2005) ; Keenan (2007) ; Lombard, Mesclier et Velut (2006) ; Portes (1999) ; Retaillé et Walther (2008) ; Scheele (2009) ; Fischer et Kohl (2010).

2 Voir notamment, le dossier « Une histoire à l’échelle globale » de la revue Annales. Histoires, sciences sociales, 56, n° 1, 2001 ; Zuniga (2007) ; ainsi que le séminaire « Rencontres et croisements. Histoire des sociétés africaines en mondialisation (XVe-XXe siècle) » organisé en 2010-2011 par les doctorants du CEMAf (Paris).

3 Voici, à titre d’exemple, les intitulés de quelques axes de recherches proposés par des laboratoires (français) de sciences sociales qui s’intéressent au pays du Sud et à l’Afrique : « Territoires, rapports de pouvoir et mondialisation » (Prodig) ; « Territoires, mondialisation, espaces politiques locaux » (CEAF) ; « États, frontières, territoires, altérités » (URMIS).

4 « Les mondes de la mobilité : exploration d’un paradigme », titre d’un séminaire organisé à Poitiers par le laboratoire Migrinter, qui a ensuite donné lieu à une publication : Dureau et Hily (2009). Voir aussi le dossier « Mobilité et modernité » des Cahiers internationaux de sociologie, CXVIII, janvier-juin 2005, ainsi que le dossier « Nouvelles mobilités dans les Suds » de la revue Espace, populations, sociétés, coordonné par J. Lombard et O. Ninot, 2010/2-3.

5 Des Touaregs ont une première fois pris les armes au Mali en 1963, puis de 1990 à 1996 c’est l’ensemble des régions nord du Mali et du Niger qui s’embrase, et à nouveau en 2006-2009.

6 Georg Simmel est certainement l’un des premiers à avoir étudié les effets de la mobilité sur les interactions sociales, notamment à travers son texte « Digressions sur l’étranger ». Il a cherché, en particulier, à caractériser les formes de socialisation d’un groupe migrant au regard d’un groupe fixé dans l’espace (Voir Simmel, 1984 et 1999).

7 Pour l’espace saharo-sahélien, voir, notamment, Rossi (2009) et Marfaing et Wippel (2003) ;.

8 Voir Brachet (2009) ; Dureau et Hily (2009) ; Bredeloup et Pliez (2005) ; Pliez (2002) ; Knafou (1998) ; Offner et Pumain (1996).

9 Les pistes théoriques de cet auteur (Retaillé, 1993, 1998, 2005, 2007) sont ici d’autant plus intéressantes, qu’elles émanent d’observations empiriques réalisées dans des pays du Sahel, au Niger principalement.

10 Deux catégories imposées par le colonisateur français qu’il déconstruit, bien évidemment.

11 Texte de Denis Retaillé distribué lors de l’atelier « Nomades et migrants dans l’espace Sahara-Sahel : mobilités, ressources et développement » qui s’est tenu à Bamako les 26-29 janvier 2011.

12 Idem.

13 Voir Grémont et al. (2004) ; Grémont (2009).

14 Farok ag Hamatu, chef de la fraction Kel Talatayt, Anuzegren, le 25 mars 1997.

15 Mais, ironie du sort, comme le souligne un vieux du village de Tijerwen (dans la vallée du Tilemsi), c’est aussi cette visibilité qui a facilité la répression de l’armée sur les civils en 1990-91, lors de la rébellion touarègue. Les habitants de Tijerwen, de même que ceux Tin Awker (alors chef-lieu d’arrondissement) et ceux d’autres villages de la zone ont ainsi payé un lourd tribut dans cette répression. Ils sont alors partis se cacher « en brousse » et à leur retour (à partir de 1992-93), ils ont trouvé que toutes les maisons avaient été cassées et pillées.

16 Il existe bien, au sein de ces organismes, des voix qui tentent de faire reconnaître l’importance de la mobilité pastorale, mais elles sont malheureusement minoritaires et pas suffisamment relayées.

17 La cérémonie de la « Flamme de la paix » organisée à Tombouctou en mars 1996, marque officiellement, et surtout symboliquement, la fin des hostilités au Nord-Mali. À partir de là et en application des accords de paix signés depuis 1992, des sommes d’argent importantes ont été mobilisées pour le développement des trois régions du Nord (Tombouctou, Gao, Kidal).

18 L’importance d’occuper une localité pour y fonder un village relève donc autant d’une « mise à niveau » vis-à-vis des voisins que des projets de développement intrinsèques qui y sont associés. On retrouve là, la métaphore de l’occupation des cases, dans le jeu des échecs, utilisée par Alain Bourdin (op. cit.).

19 Plusieurs vagues d’intégration ont eu lieu, au Mali comme au Niger, entre 1992 et 2009. Au total, ce sont plusieurs milliers de combattants qui sont passés des bases de la rébellion aux casernes de l’armée nationale.

20 Voir Grémont (2010) pour le cas des Iwellemmedan Kel Ataram.

21 Voir Richer (1924) ; Grémont (2010, épilogue p. 407-430).

22 Voir Boilley (1999).

23 Cette règle était certainement aussi établie au sein des autres fronts, mais c’est essentiellement auprès des ex-combattants du FLPA que j’ai mené mes enquêtes.

24 Mouvements et fronts unifiés de l’Azawad, appellation qui fédérait les quatre principaux mouvements rebelles au Mali.

25 Voir le Pacte national conclu entre le gouvernement de la République du Mali et les Mouvements et fronts unifiés de l’Azawad consacrant le statut particulier du nord du Mali, 1992, Article 7 A (Titre II).

26 D’autres motifs ont évidemment aussi sous-tendu ce mouvement armé, tels que la marginalisation économique, sociale et identitaire d’une grande partie de la jeunesse des régions du Nord, l’emprise des puissances étrangères sur les ressources minières (et au premier rang la France avec Areva), la répression de l’armée nigérienne sur les civils.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Grémont, « Ancrage au sol et (nouvelles) mobilités dans l’espace saharo-sahélien : des expériences similaires et compatibles », L’Année du Maghreb, VII | 2011, 177-189.

Référence électronique

Charles Grémont, « Ancrage au sol et (nouvelles) mobilités dans l’espace saharo-sahélien : des expériences similaires et compatibles », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 23 décembre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1203 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1203

Haut de page

Auteur

Charles Grémont

Membre du Centre d'études des mondes africains (CEMAf, Aix-en-Provence).

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page