Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Sahara en mouvement
Marges et centres

Le corporatisme territorial contre l’État-nation ?
Politiques publiques et lien national au Sahara occidental

Territorial Corporatism against the Nation-State? Public Policy and National Bond in the Sahara
Abderrahim El Maslouhi
p. 191-210

Résumés

L’article a pour objet de saisir les dynamiques du lien national chez les populations du Sahara occidental. À défaut d’une solution acceptée par les protagonistes du conflit, l’État marocain mobilise ses dispositifs d’action publique pour produire du lien national et consacrer l’arrimage du Sahara à l’État-nation. De leur côté, les acteurs locaux usent avec succès de l’usure du conflit pour négocier leur rapport au pouvoir central, l’allocation des ressources étant au cœur des compromis tissés entre le local et le national. Empruntant à la théorie corporatiste et au registre des mobilisations protestataires, l’auteur rend compte de ces dynamiques par le concept de « corporatisme territorial ». Ce dernier s’entend d’une articulation spécifique entre l’État marocain et la société sahraouie où les compromis sont le produit d’une approche croisant logiques institutionnelles (top-down) et mobilisations informelles (bottom-up). Alors que la filière institutionnelle indique l’émergence de relais locaux accrédités par l’État avec comme mission la médiation territoriale des intérêts, la filière informelle serait à l’origine d’un corporatisme « par le bas » animé principalement par de nouveaux mouvements sociaux protestataires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur le volet institutionnel, voir El Maslouhi (2008, p. 83-94).

1L’inventaire des différentes mobilisations collectives qui ont agité ces dernières années les provinces sahariennes du Maroc permet d’identifier un triple enjeu : 1/ les demandes sociales articulées en termes de politiques publiques et d’allocation des ressources (emploi, logement, intérêts professionnels, accès aux biens économiques...) ; 2/ la revendication identitaire qui, loin de confiner au séparatisme, exprime une demande de reconnaissance du particularisme ethnoculturel des Sahariens ; et 3/ la dissidence territoriale qui en dit long sur la dimension internationale d’un conflit encore irrésolu. Le « corporatisme territorial » relève du premier type de mobilisations, celles ayant pour enjeu de mettre en équation les demandes sociales et les politiques publiques. Par « corporatisme territorial », il faut entendre ici une articulation spécifique entre État et société où les compromis sociaux sont l’aboutissement d’une approche croisée combinant logiques institutionnelles (top-down) et mobilisations informelles (bottom-up)1. Se détachant de la définition conventionnelle des auteurs néo-corporatistes plaçant l’État et ses « corps » au centre des transactions économiques et socioprofessionnelles quitte à réduire la médiation des intérêts à un jeu vertical et monopolistique, le concept de corporatisme territorial ici utilisé propose un prisme d’analyse infléchissant le regard du côté des mobilisations informelles et de leur impact sur les articulations majeures de l’État-nation (local/national, État/territoire, demandes sociales/action publique).

2De ce point de vue, le présent texte fait siens les griefs opposés aux approches top-down où le pouvoir central au Maroc se présente tout à la fois comme « l’unique initiateur, l’arbitre et le maître d’œuvre » (Catusse et Vairel, 2010, p. 6) de tous les processus concernant le développement et le gouvernement des territoires. Une abondante littérature a souvent péché par une espèce d’hobbesianisme intégral plaçant l’État marocain sous le signe d’une institution au « dessus » s’imposant plus par la coercition que par un quelconque pacte social. Derrière le terme indigène de Makhzen, les agents publics ont souvent été présentés comme ceux d’un Big Brother monopolisant et verrouillant les processus décisionnels sans que les dynamiques d’interpénétration entre l’État et sa société soient vraiment examinées (Idem, p. 7). Or, à la bien considérer, l’autonomie de l’État marocain vis-à-vis des forces sociales a toujours été relative. On en voudra pour illustration les tensions, mais aussi les accommodements noués ces dernières années, en des termes corporatistes, entre le pouvoir central marocain et les provinces sahariennes du Royaume.

3Notion idéal-typique, le corporatisme territorial suggère également un regard nuancé sur l’espace protestataire et ses recompositions au Sahara occidental. Il a, à ce titre, pour objet de revisiter les thèses développées par une certaine littérature empirique sur la centralité des enjeux politico-identitaires comme dimension structurante des mobilisations protestataires dans les régions sud du Royaume ; mobilisations qui, faute d’un traitement dépolitisé les cantonnant dans les limites des policies, risqueraient de basculer vers des expressions indépendantistes (Veguilla, 2009a). Accompagnées ou pas de manifestations protestataires, les demandes sociales portées par les mouvements sociaux locaux, la jeunesse sahraouie en particulier, posent des défis majeurs en termes de lien national et d’articulation centre/périphérie dans une aire géopolitique soumise à des influences multiples. De fait, le particularisme de l’espace protestataire au Sahara occidental est de s’imbriquer avec les enjeux stratégiques d’un conflit international vieux d’au moins un demi-siècle. Il en découle que la distinction, toujours mouvante, entre revendications socioéconomiques et revendications ethno-politiques (i.e. indépendantistes) est structurante ; et pour les autorités marocaines qui affichent plus de tolérance s’agissant des premières et pour les acteurs protestataires sahariens dont une bonne partie s’arrange de façon à ne pas heurter de front les sensibilités irrédentistes de l’État marocain. Les dynamiques de corporatisme territorial entretenues de part et d’autre pour amortir ces contraintes aménagent des espaces de compromis et, du coup, les intérêts respectifs du local et du national.

4Le jugement sévère porté par Laurent Pointier sur le « corporatisme intéressé » (Pointier, 2004, p. 10) à la base de l’échange territorial entre le Maroc et le Sahara occidental participe d’un préjugé faussement négatif sur « l’intérêt » comme ressort légitime des transactions entre un centre étatique et ses périphéries. Tout se passe dans l’analyse de cet auteur comme si les populations et le territoire sahariens devaient, au nom de leur statut juridique encore irrésolu, s’accommoder de leurs déficits structurels et ne compter que sur l’assistanat humanitaire aussi longtemps que le conflit perdure. Or, un constat s’impose à l’observation des dynamiques protestataires qui ont agité l’espace saharien ces dernières années. Qu’il s’agisse de l’affaire des pêcheries poulpières (Dakhla, janvier/avril 2005) ou de la problématique de l’habitat social soulevée lors des incidents de Gdim Izik (Laâyoune, novembre 2010), ce que les initiateurs des protestations avaient formulé comme doléances à l’adresse des pouvoirs marocains c’était bien de combler des « vides fonctionnels » en mobilisant des dispositifs d’action publique à même d’améliorer le sort des populations.

  • 2 Idem, p. 320. Cf. Béland et Lecours (2006, p. 138-139).

5Le présent texte prend enfin le contrepied de certaines variantes théoriques sur l’ethnonationalisme. Ce dernier, y compris dans sa déclinaison sub-étatique, a été à l’origine d’analyses concentrant le regard sur les facteurs culturels, ethniques ou linguistiques et presque jamais sur les politiques publiques comme site d’analyse pour rendre compte des interactions entre un État-nation et ses différentes ramifications territoriales. Comme le suggère une comparaison empirique Canada/Belgique, les politiques publiques, y compris dans leur dimension protestataire, ont tendance aujourd’hui à s’imposer comme un vecteur incontestable de lien national (Béland et Lecours, 2004). Dans ces deux pays à régionalisme ethnique et linguistique prononcé, les mobilisations subnationalistes (Flandre et Québec) au sujet de la politique sociale se sont révélé une « source de cohésion sociale pouvant augmenter l’attachement des populations envers la nation et ses élites politiques » (Béland et Lecours, 2004, p. 322). Cette articulation positive est repérable à un double plan : l’action des mouvements sociaux locaux a consacré la décentralisation de l’État social tout en favorisant la participation de ces mouvements au processus de mise sur agenda de la politique sociale tant au niveau étatique que local2.

6Telle qu’elle se coule dans le moule quotidien des politiques publiques et des échanges auxquels celles-ci donnent lieu, l’articulation entre le local saharien et le national marocain semble illustrer une expérience archétypale d’intégration nationale faite à la fois de contraintes et de promesses. La corrélation systématique, que nombre d’observateurs étrangers s’empressent d’établir entre mobilisations protestataires et sécessionnisme au Sahara, atteint ici ses limites. Ailleurs dans la Russie postsoviétique (Abkhazie, Tatarstan, Tchétchénie...), la géographie des violences ethniques (Toft, 2003) a montré que, par-delà les mobilisations armées, les intérêts respectifs de l’État russe et des différents groupes ethniques ont eu un effet modérateur sur les négociations entre les protagonistes, modération qui transparaît, entre autres, dans la consécration de « l’indivisibilité du territoire » comme plateforme à la base des négociations. Que les populations sahariennes s’expriment par doléances directes, par mobilisation contestataire ou par relais locaux interposés, le solde est souvent un arrimage encore plus puissant au centre national. Par-delà les formes d’expression et les aléas géopolitiques du conflit saharien, les compromis négociés autour d’intérêts tenant aux besoins fonctionnels des populations et du territoire ne cessent d’augmenter les espaces de coopération et de reconnaissance mutuelle entre le centre et ses marges. Ces dynamiques sont, au demeurant, appelées à s’amplifier et à prendre une certaine épaisseur institutionnelle dans le sillage de la régionalisation avancée et du Plan marocain d’autonomie interne pour les régions du Sahara. Ces deux chantiers institutionnels, lancés dans le cadre d’un vaste programme de reconfiguration territoriale de l’État marocain, ont vocation à gratifier le territoire saharien de nouveaux appuis en termes de subsidiarité, de consultation et de négociation territoriale. Les transferts de compétences et de ressources qui y sont projetés seront censés introduire un nouvel équilibre entre le centre et les régions Sud du Royaume, ce qui donnera encore davantage d’épaisseur au « pacte corporatiste » entre l’État central et les régions sahariennes.

7Pour des raisons de place, les développements qui suivent n’évoqueront qu’incidemment les recompositions territoriales bien profondes à l’œuvre aujourd’hui dans le Royaume. Une place de taille sera, en revanche, faite à la manière dont l’action publique territorialisée et les mobilisations protestataires locales s’articulent pour produire ce qui est dénommé ici corporatisme territorial. Le présent texte développe des hypothèses de travail en vue d’éventuelles entreprises empiriques qui auraient pour objet de capter, sous des angles pointus, les dynamiques de l’articulation État/société et État/territoire au Sahara occidental. Pour ce faire, trois interrogations majeures structurent notre démarche : comment les acteurs de l’échange territorial, en l’occurrence l’État et les acteurs locaux, négocient-ils leur pacte corporatiste ? En quoi la « corporatisation » émergente de l’espace politique saharien et son articulation sur des processus plus ou moins encadrés d’allocation des ressources sont-elles constitutives de lien national ? Sous quelles conditions les mobilisations protestataires éclatées dans certaines villes du Sahara et les compromis qui s’en dégagent se soldent-elles par une renégociation des termes de ce pacte corporatiste et, chemin faisant, par une réappropriation du lien national par les Sahariens ?

Corporatisme territorial et lien national au Sahara

8Il s’agira d’explorer ici trois caractéristiques majeures du corporatisme territorial au Sahara occidental. Un des premiers attributs serait à cet égard le caractère polymorphe et très peu systématique des dynamiques corporatistes à l’œuvre dans une aire géopolitique où, comme le Sahara occidental, l’institutionnalisation des échanges entre l’État et les sociétés périphériques n’est pas achevée. À la filière institutionnelle encadrée et entretenue par l’État, s’en ajouterait une seconde, non identifiée par la littérature classique, à savoir celle informelle car privilégiant les mobilisations protestataires comme mode d’interaction avec le centre pourvoyeur de ressources. C’est l’hypothèse du corporatisme « par le bas » ici évoquée. La deuxième caractéristique, elle, a trait à la marginalité des revendications ethno-identitaires comme enjeu du corporatisme territorial au Sahara occidental, lequel enjeu est centré sur les possibilités redistributives des politiques publiques et leur capacité à produire du lien national. La troisième caractéristique se rapporte enfin aux tentatives d’institutionnalisation du « pacte corporatiste » au Sahara occidental à travers notamment des organes de médiation territoriale créés par l’État – dont le CORCAS est l’archétype – et d’un jeu d’alliance avec les grandes familles du Sahara.

Une filière atypique de médiation des intérêts : le corporatisme « par le bas »

9Au rebours des théories pluralistes dont les tenants ramenaient la régulation des intérêts sociaux à la seule action libre et compétitive d’une multitude d’associations volontaires, le néo-corporatisme décrit un nouveau mode d’articulation des intérêts où les pouvoirs publics interviennent plus ou moins directement pour catalyser les forces sociales et structurer les relations entre le marché et l’État dans les sociétés industrielles avancées. Selon la définition qu’en donne Philippe C. Schmitter, le néo-corporatisme renvoie à un « système de représentation des intérêts dans lequel les unités constituantes sont organisées en un nombre limité de catégories singulières, obligatoires, non compétitives, reconnues ou agréées sinon créées par l’État, et auxquelles on a garanti un monopole délibéré de représentation au sein de leurs catégories respectives, en échange de l’observation de certains contrôles sur la sélection des leaders et l’articulation des demandes et des intérêts » (Schmitter, 1977, p. 13). Variable d’un État à l’autre, le degré de « corporatisation » se mesure, d’après Gerhard Lehmbruch, à l’existence d’un modèle institutionnalisé de négociation sociale impliquant des organisations puissantes, centralisées et reconnues par l’État, lequel modèle est articulé à une « scène globale de négociation » permettant la médiation des intérêts dans le cadre de l’élaboration des politiques publiques, de revenus notamment (Lehmbruch, 1979). Dans les pays à corporatisme fort, comme l’Autriche ou la Suède, cette médiation s’appuie sur des « organes » dotés du statut public avec adhésion obligatoire et la possibilité, pour ces organes de se prononcer sur les projets gouvernementaux avant leur soumission au parlement. Sans remettre en cause, au moins explicitement, la représentation démocratique comme on le reprochait au corporatisme historique (dans l’Italie fasciste, par exemple), le néo-corporatisme comme « politique d’État » signifie que celui-ci provoque et organise la participation de groupes structurés et puissants à la gestion de certains intérêts. L’objectif est de mieux gérer les forces sociales et d’éviter leurs résistances ou défections politiques. L’État y gagne ici en utilisant les intérêts collectifs des groupes sociaux pour créer et maintenir un ordre politique acceptable. Autrement dit, si l’État semble perdre certaines fonctions, il étend son pouvoir de régulation sur la sphère privée à travers les groupes d’intérêt (Streeck et Schmitter, 1985, p. 16), se donnant ainsi de puissants leviers pour segmenter, classer, mobiliser et soumettre les forces sociales.

10On observera plus loin que ces attributs se vérifient, incomplètement certes, dans le cas du Conseil royal consultatif des affaires sahariennes (CORCAS), organe de médiation territoriale créé par l’État pour assurer la représentation des populations sahariennes. On y reconnaît, particulièrement, les traits typiques d’une institution corporatiste telle que définie par Philippe C. Schmitter, à savoir le caractère non-concurrentiel, le statut public et la structure verticale qui permet à cette institution, comme à l’État, d’exercer un certain contrôle sur la sélection des leaders et la formulation des politiques. L’hypothèse du corporatisme territorial au Sahara occidental semble néanmoins passer outre ce schéma classique conçu, au demeurant, pour décrire les transformations de la relation ternaire entre l’État, le marché et la société civile dans les sociétés industrielles avancées. Elle ressortirait plutôt au mode de questionnement familier aux articulations de l’État et de la société dans l’aire arabo-musulmane. Allusion est faite ici à la littérature de facture corporatiste qui a été produite le long des vingt dernières années sur l’État et les différents segments sociaux dans le monde arabe contemporain. Et pour cause : le territoire saharien, comme, du reste, les espaces relevant de l’aire culturelle arabo-musulmane, est encore travaillé par la permanence des structures d’échange et de médiation traditionnelles qui donnent sa spécificité au fait corporatiste dans cette région du monde. Comme le fait observer Nazih Ayubi à ce sujet, les trajectoires des États-nations arabes ont apporté un vif démenti aux théories de la modernisation selon lesquelles l’intégration nationale ne trouvera à se réaliser qu’au prix d’une éradication des structures d’intermédiation et des solidarités traditionnelles (Ayubi, 1995, p. 183).

11Depuis bientôt un quart de siècle, nombreux sont les travaux qui ont investi les formes archétypales qui imprègnent les échanges corporatistes dans des sociétés arabes en transition. Dans cette veine, Khaldoun Al-Naqeeb a posé la question en termes de « corporatisme tribal » dans un contexte de réarticulation de l’État rentier du Golfe, lequel corporatisme repose sur la parenté, l’allégeance tribale, le rapport de clientèle à l’État et la fonction redistributive des politiques publiques (Al-Naqeeb, 1990). Pour le sociologue koweitien, il y a corporatisme tribal lorsqu’un segment de la société se reconnaît dans un rapport d’intimité et d’entente mutuelle avec l’État à travers ses leaders reconnus implicitement (Koweït) ou explicitement (Yémen) par celui-ci, si bien que la corporation tribale apparaît comme une extension de l’appareil d’État et un moyen efficace de contrôle sociétal pour son compte. En l’occurrence, les politiques redistributives (éducation, emploi, protection sociale...) ont rempli une fonction d’antidépresseur social et territorial qui n’est pas sans expliquer l’étonnante quiétude des relations État/tribus et État/classes sociales dans les monarchies pétrolières du Golfe. Al-Naqeeb considère que, par-delà ses connotations positive ou négative, le corporatisme tribal se solde néanmoins par des effets contre-performants en termes de lien national, l’obsession fonctionnelle de poursuivre et de défendre des intérêts matériels ayant pour corollaire d’affaiblir le loyalisme politique des populations envers l’État national et de confiner le pacte citoyen dans les enceintes de la tribu (Idem, p. 126-129). Notre propos prend le contrepied de cette assertion.

12Moins univoque, la typologie dressée par Nazih Ayubi identifie deux configurations corporatistes majeures qui empruntent visiblement à la distinction binaire, introduite par Philippe C. Schmitter, entre « corporatisme étatique » et « corporatisme sociétal ». De fait, ces deux configurations correspondent chacune à un mode spécifique de segmentation sociale et de production de l’État dans le monde arabe. La première modalité dite « stato-centrée » (Ayubi, 1995, p. 191-192) renvoie à un type de corporatisme autoritaire où le capitalisme d’État et sa technobureaucratie en arrivent à s’imposer aux différents segments de la société. Repérable dans les autoritarismes populistes de type nassérien et, d’une manière générale, dans les régimes arabes où un processus d’industrialisation tardive à été amorcé (Algérie, Irak...), ce type de corporatisme scelle une « alliance nationale » sur les décombres des classes traditionnelles, laissant ainsi entrevoir les rôles assignés à l’idéologie nationaliste comme levier d’intégration, de mobilisation, voire de dépolitisation (Gobe, 2006, p. 171-192 ; Gobe, 2008, p. 267-284) des groupes sociaux et des organisations intermédiaires. Reléguées à une fonction résiduelle d’articulation des demandes, celles-ci se voient forcées de composer avec les « règles du jeu » définies par les tenants de l’État et de s’intégrer aux circuits d’allocation des ressources fixés par lui. A contrario, le corporatisme « socio-centré » (group-centred) renvoie à une configuration où le pouvoir d’État, tout en continuant d’être au nœud des transactions politiques, estime, par nécessité ou par intérêt, qu’il lui appartient de s’appuyer sur les groupes sociaux porteurs de solidarités primordiales ou d’intérêts socioprofessionnels spécifiques pour asseoir sa dynamique d’intégration (Ayubi, 1995, p. 192-194). Dans sa variante communautaire (community-centred), le corporatisme « socio-centré » sert à décrire les situations des pays du Golfe et du Liban où la conscience et l’appartenance de classe s’éclipsent encore derrière des solidarités d’ordre clanique ou confessionnel et où les communautés de référence usent de ces solidarités pour négocier avec le pouvoir d’État. La variante sociétale (society-centred) du corporatisme s’appliquerait, comme paradigme analytique, aux situations où il s’agit d’amortir les crispations qui seraient nées d’une industrialisation tardive articulée à un État-providence émergent. Pour ce faire, le pouvoir politique se donne les instruments nécessaires pour organiser la coopération entre l’État, le capital et les catégories sociales segmentées sur la base de leur affiliation socioprofessionnelle, le corporatisme en tant que stratégie politique ayant ceci de particulier qu’il favorise les interactions collaboratives tout en faisant pièce aux mobilisations conflictuelles (Idem, p. 187-193).

  • 3 Idem, p. 188.

13Le travail typologique de Nazih Ayubi a beau être nuancé ; il n’en soulève pas moins des interrogations quant à sa capacité à restituer, dans toutes ses modulations, le spectre dédaléen des dynamiques corporatistes à l’œuvre dans le monde arabe. On fera d’abord grief à l’auteur de reprendre spontanément à son compte le point de vue de la littérature selon lequel les échanges relevant du registre corporatiste interviennent toujours sur le mode collaboratif, de l’encadrement, voire de la dépolitisation, comme si la négociation des intérêts et leur mise sur agenda étaient par définition exemptes de luttes de sens et de pouvoir. Comme le montre la trajectoire récente des provinces sahariennes du Maroc, le corporatisme trouve aussi son expression dans la rue ; un « corporatisme frondeur » où les demandes sociales accèdent à l’agenda public sur fond de mobilisations protestataires lorsque les arènes formelles de négociation sont inertes ou inaccessibles. De fait, l’irruption courante de mouvements sociaux plus ou moins organisés sur la scène politique locale avec des référentiels et des agendas autonomes semble entériner la routinisation d’une espèce de corporatisme « par le bas », battant ainsi en brèche les attributs classiques des mobilisations corporatistes à savoir : la verticalité, le monopole, le statut public et le patronage étatique. Ayubi lui-même, qui a explicitement exprimé ses réticences sur le « biais étatiste »3 à la base du concept schmitterien de corporatisme, ne semble pas avoir survécu à ce « biais » en plaçant l’État et ses appareils au centre de toutes les transactions dans leurs déclinaisons multiples, tribale, confessionnelle, associative et syndicale.

  • 4 Sur cette question, lire Della Porta (2006, p. 71-97).

14Considéré sous ce rapport, le concept de « corporatisme territorial » contribue à éclairer une dimension inédite du corporatisme où la médiation des intérêts trouve également à se décliner via des modus operandi non conventionnels (action protestataire, action horizontale, pluralisme...) ; laquelle dimension a fait formellement l’objet d’une fin de non recevoir de la part des théoriciens canoniques du néo-corporatisme4. Imbriquant des registres hétérogènes – allégeances tribales, raison technobureaucratique, engagement associatif, mobilisations de la rue –, la dynamique territoriale du Sahara occidental fournit une illustration achevée des transitions culturelles à l’œuvre aujourd’hui dans le monde arabe comme en Afrique subsaharienne. L’éclosion de nouveaux mouvements sociaux dans cette partie du monde a dès lors imposé aux articulations État/société et État/territoire de se réajuster et, chemin faisant, de s’accommoder de moins en moins des circuits institutionnels de contrôle et de coopération. L’adjonction délibérée du qualificatif « territorial » au corporatisme dans le contexte du Sahara occidental est significative de cette extension, le territoire renvoyant à la fois à des logiques top-down de maillage administratif et à des dynamiques de résistance et d’appropriation autonome de l’espace, lesquelles dynamiques ne sont pas sans rappeler le « politique par le bas » des politistes africanistes (Bayart, Mbembe, Toulabor, 2008). En identifiant une double filière – institutionnelle incarnée par le CORCAS et informelle animée par les mouvements protestataires –, le corporatisme territorial se démarque, au demeurant, du paradigme univoque de Khaldoun Al-Naqeeb axé exclusivement sur ce qu’il nomme « corporations tribales ».

Corporatisme, lien national et allocation des ressources

15Que des crispations territoriales secouent ici et là les formations étatiques postcoloniales, c’est là une réalité persistante dont il conviendrait de ne pas réduire la cause au seul réveil des identités sub-nationales ni à une quelconque « mal-intégration » postcoloniale. Dans bon nombre de cas, ces crispations ont partie liée à des déficits structurels en termes de capacités d’allocation des régimes en place. Au fil des années, le cumul de ces déficits finit par générer des remous protestataires rapidement investis et interceptés par des « minorités actives », ces professionnels de la politique locale dont tout l’art est de convertir en ressources politiques des demandes sociales négligées ou incomplètement satisfaites. C’est la raison pour laquelle Charles Tilly et Sidney Tarrow ont écarté, dans leur typologie des mobilisations contestataires, les motivations lourdement politiques pour n’en retenir que celles ayant trait à l’allocation des ressources et à la reconnaissance identitaire : les policy outcomes qui recouvrent l’ensemble des revendications portant sur les politiques publiques et leurs effets, et les identity claims centrées sur les revendications identitaires (Tilly et Tarrow, 2008).

16Au début des années 1960, Clifford Geertz observe, dans le sillage des thèses sur le primordialisme en Asie et en Afrique, que les modes basiques de loyauté (parochialisme, tribalisme, communautarisme) avaient encore tendance à l’emporter sur les autres liens acquis (de classe, professionnels, partisans, etc.), au point de faire sérieusement ombre à l’État-nation qui se projetait alors comme de la modernité postcoloniale (Geertz, 1963). Au terme d’un demi-siècle d’intégration politique et culturelle, la persistance des tensions dans les marges et au cœur même de l’État-nation postcolonial plaide pour de nouveaux prismes.

17Pour autant qu’on puisse en juger s’agissant du Maroc, les tensions entre le local et le national n’ont pas pour origine un relâchement des « attachements primordiaux » comme le voudraient les tenants du primordialisme, pas davantage qu’elles ne devraient être imputées à un quelconque « déficit territorial » hérité de la colonisation (Darbon, 1998, p. 62). Le rapport aux politiques publiques, comme système d’allocation des ressources et de médiation des intérêts, semble renfermer une part d’explication bien plus importante. Comme souligné par Éric Hobsbawm à propos des sub-nationalismes tamoul et cinghalais au Sri Lanka, le prisme identitaire n’est pas pertinent pour comprendre les formations étatiques postcoloniales, et encore moins pour rendre compte des rivalités intercommunautaires au sein de ces formations. Plutôt qu’une demande d’État territorial, l’enjeu majeur dans ces sociétés réside dans l’intégration communautaire et l’égale distribution des ressources. Et l’historien britannique de conclure : « le cas général est la coexistence compétitive, soutenue si nécessaire par diverses formes de décentralisation et d’autonomie » (Hobsbawm, 2002, p. 291).

18Rendre compte du « stress territorial » (Naciri, 1999, p. 25), dont le Sahara occidental a été le théâtre depuis la décolonisation espagnole, est dès lors justiciable d’une analyse complémentaire capable, par-delà le paradigme ethno-identitaire et les configurations géopolitiques du territoire, d’expliquer comment les populations locales et les autorités marocaines composent concrètement avec le couple national/local. Le « pacte corporatiste » entretenu par l’État marocain comme mode de patronage en direction des chefferies tribales et grandes familles du Sahara, d’une part, les politiques publiques et les échanges auxquels elles donnent lieu (pression du territoire/réactivité du politique), de l’autre, offrent dès lors un site d’observation des plus pertinents. Les pouvoirs marocains, pressés d’emporter la conviction de la communauté internationale, savent que l’arrimage des populations sahraouies à la nation – à la « mère Patrie », dirait-on selon la rhétorique officielle – passe par le ralliement des notabilités locales comme par l’action publique territorialisée. Les actions de proximité axées sur des programmes dédiés à l’animation socioéconomique du territoire se présentent alors comme un puissant levier de confiance et de socialisation civique des populations. Ces choix ont aussi fait leurs preuves comme antidote au séparatisme et à son amplification au sein de la société sahraouie. L’accès aux ressources de l’État et à ses conforts exerce sur les cadres du Polisario, les notables sahraouis et les activistes de la société civile locale un effet évident de modération, voire de divorce définitif avec les thèses sécessionnistes, comme en témoigne, du reste, la croissance des vagues de ralliement du Royaume ces dernières années. Côté populations, l’usure du conflit saharien semble engager les notables, les réseaux associatifs locaux et les habitants à mobiliser de nouvelles stratégies d’identification politique – par rapport au territoire disputé comme au pouvoir central – moins pour afficher des revendications indépendantistes ou ethno-identitaires que pour négocier leur relation au centre, pourvoyeur de ressources et d’opportunités d’épanouissement social. En effet, nombre de familles et chefs de tribus ont prospéré à la faveur de liens de patronage tissés avec le pouvoir central au fil des trois dernières décennies. Ceci a considérablement conforté l’État marocain dans son objectif de pénétrer le tissu social saharien et d’administrer, à faible frais politique, un ordre tribal et des réalités urbaines de plus en plus complexes. La segmentation du tissu démographique local et les hasards du jeu d’alliance avec les grandes familles du Sahara nourrissent l’émulation parmi les principaux segments et chefs de clan, si bien que le territoire évoquerait aujourd’hui un échiquier où chaque segment se taille une part plus ou moins importante en termes de vocations politiques et socioprofessionnelles. Alors que de puissantes familles comme les Khallihenna, les Birouk, les Joumani et les Dabedda s’illustrent pour leur vocation à s’investir dans la politique électorale et l’entrepreneuriat, d’autres ont cherché à conforter leur prestige social à partir de filières plus pointues, mais plus porteuses en termes de proximité au pouvoir central : les Tamek (officiers supérieurs), les Eddkhil (administration territoriale, action associative), les Douihi (carrières diplomatiques, administration territoriale), les Ma’alaynayn (sphère religieuse, haute fonction publique), etc.

  • 5 Sur le poids des allégeances tribales parmi les jeunes sahraouis par rapport à l’État marocain, voi (...)
  • 6 Portant sur plus de 30 000 mariages au Sahara de 1960 à nos jours, la récente enquête du sociologue (...)
  • 7 Geertz (2000, p. 246) cité d’après Cefai (2007, p. 175).
  • 8 Idem.

19Les intérêts croisés des uns et des autres donnent ainsi une trame particulière aux dynamiques de « corporatisme territorial » au Sahara occidental : une configuration gagnant/gagnant où centre et périphérie s’adossent implicitement l’un à l’autre pour gérer les contraintes d’une territorialité au statut géopolitique délicat. On ne peut en revanche forcer le trait jusqu’à diluer le corporatisme territorial dans une espèce d’appropriation « opportuniste » de la nation. Le lien national, inégalement étroit parmi les populations sahariennes5, prend appui sur une trame historique doublée d’affinités religieuses et sociologiques denses6. Saisi sous ce rapport, les dynamiques corporatistes ne sauraient se comprendre comme un relâchement du lien national qu’à la condition d’exprimer des revendications exclusivement indépendantistes ou ethno-identitaires. La question se pose également de savoir si le corporatisme territorial n’est au final qu’une expression édulcorée du parochialisme (i.e. localisme). Selon Clifford Geertz, la globalisation, supposant l’universel et le local, aurait supprimé l’opposition présumée entre cosmopolitisme et parochialisme7. Pour preuve, la fragmentation culturelle qui en est découlée s’est soldée par une réappropriation fétichisante du local et, du coup, l’émergence de mouvements sociaux de résistance voués à la défense des traditions et des intérêts locaux contre l’intrusion étrangère (Donald, 2009 ; Landau, 2006, p. 79). Considéré sous l’angle de l’État-nation, le parochialisme se déploie en discontinuité et par contraste avec le système politique central. Comme l’observent Almond et Verba à propos du Nigéria et du Ghana, la culture paroissiale est favorable à un type de culture civique où la connaissance et l’intérêt du citoyen pour la politique nationale sont limités (Almond et Verba, 1989, p. 17). N’ayant que vaguement conscience de l’existence du système politique national, le citoyen paroissial ne développe pas ou peu d’expectatives par rapport au gouvernement central8. Sa vie et ses intérêts se trouvent alors réglés à l’aune de la seule politique locale. Or, c’est cette absence d’expectatives envers les autorités centrales qui donne à mesurer toute la distance entre parochialisme et corporatisme territorial, ce dernier renvoyant plutôt à la capacité d’articuler des intérêts locaux et de les promouvoir auprès du pouvoir central.

Le corporatisme territorial : ébauche d’une institutionnalisation

20Comme le confirme la récurrence quasi cyclique des soulèvements au Sahara dit occidental, des mouvements sociaux fraichement cristallisés sont entrés en lice sur l’échiquier politique local. Mobilisant des référentiels naguère inédits, ces nouveaux mouvements sociaux ont souvent eu gain de cause, allant jusqu’à imposer une certaine réarticulation du trinôme citoyenneté/territoire/politiques publiques. Côté centre politique, le besoin s’est fait ressentir plus que jamais de renégocier la relation au territoire en ne l’appréhendant plus comme un « système de production localisé » (Courlet, 2006, p. 15 sq.) articulé sur de simples relations d’échange et de production, mais plutôt comme un espace de cohésion, de subsidiarité et de coproduction des politiques publiques territoriales. Selon cette optique, il ne s’agit plus de considérer le territoire national comme un substrat plus ou moins homogène, mais comme une articulation, sinon une juxtaposition de territoires spécifiques ayant chacun une perception particulière du « vivre-en-commun » national et des intérêts respectifs du centre et de la périphérie. Le territoire, réputé centralisé et sécurisé, devient alors un site pertinent pour décliner des espaces singuliers de contestation et d’action publique (Catusse et Vairel, 2010, p. 6).

21Pour s’y prendre à faible coût politique, les pouvoirs marocains se sont lancés ces dernières années dans un processus laborieux d’institutionnalisation du corporatisme territorial. Que ce soit au Sahara ou dans les autres provinces du Royaume, la médiation des intérêts locaux s’est enrichie de nouveaux espaces et de pratiques inédites faisant du territoire une véritable fabrique de citoyenneté. Chemin faisant, le territoire, la société civile, le capital social, l’économie solidaire, etc. ont fait irruption dans le lexique gouvernemental et local comme ressources mobilisables et objets de discours aux effets performatifs certains. Dans les provinces sahariennes, le détour par le local s’est révélé un outil efficace d’arrimage à la nation de populations dont la marocanité est encore disputée par le Polisario. Les particularités géopolitiques des provinces sahariennes ont porté les pouvoirs marocains à pousser plus loin l’application des principes de subsidiarité et de contrat territorial. L’institutionnalisation du corporatisme territorial est née d’une prise de conscience largement répandue chez les autorités marocaines que la conversion des allégeances tribales ou séparatistes en lien national passe par la multiplication des mécanismes de prise en charge des intérêts immédiats des populations. L’enquête empirique réalisée par Henri-Louis Védie sur l’ensemble des politiques menées au Sahara par le Maroc a donné la mesure de cette prise de conscience qui a fait que la volonté du politique soit « plus forte que les sables » (Védie, 2008). Selon cet économiste, le volume des investissements réalisés et leur ciblage au triple point de vue territorial, sectoriel et catégoriel en disent long sur la pression qu’exercent les demandes sociales déclinées en chantiers urbanistiques, en maillage routier, portuaire et aérospatial et en services publics sociaux de base (éducation, emploi, santé, réseaux hydrauliques et électriques, etc.).

22L’épanouissement des pratiques corporatistes à base territoriale est également inséparable de l’émergence de nouveaux modes de gestion de l’espace étatique et de leurs effets en termes d’articulation local/national. Un des effets immédiats de la gouvernance territoriale à cet égard est d’avoir accéléré le recul du centralisme étatique au profit de ce que la littérature experte désigne désormais sous le label « gouvernance multi-niveaux ». Prônant des articulations décentrées et plus contractuelles entre le centre et ses marges, les applications de la gouvernance territoriale se sont rapidement soldées par l’émergence de nouveaux acteurs publics et privés aux échelons de gouvernement infranationaux, ouvrant par là même de nouveaux espaces d’expression à la protestation et à la revendication de type corporatiste (Dupuy et Halpern, 2009, p. 701). Schématiquement, l’articulation des intérêts locaux se nourrit de deux filières majeures : la filière institutionnelle et la filière protestataire. Sans être totalement inertes, cette dernière filière souffre, à quelques rares exceptions, d’un certain déficit en termes de ressources et de capacités d’encadrement, et leurs composantes sont souvent en proie à des divisions profondes quant à la nature des intérêts à défendre et du rapport à entretenir avec le pouvoir central, le Polisario ou les organisations humanitaires. Animée par l’ensemble des organes et/ou programmes créés par l’État, la filière institutionnelle semble, en revanche, plus structurée et plus entreprenante en termes de maillage spatial et sectoriel des provinces sud. Le pouvoir central, soucieux de mobiliser des relais locaux capables d’agir en médiateurs institutionnels auprès des populations sahraouies, a créé ou réactivé ces dernières années tout un arsenal d’agences et de programmes dont le centre d’intérêt commun est l’animation socioéconomique du territoire. Pour ne citer que les plus agissants, il s’agit du Conseil royal consultatif des affaires sahariennes (CORCAS), de l’Agence pour la promotion et le développement des provinces du sud (APDS), du volet saharien de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), de deux Centres régionaux d’investissement (CRI) implantés à Laayoune et à Dakhla et des actions localisées de l’Agence de développement social (ADS).

  • 9 Discours royal du 25/3/2006 à Laâyoune.

23En donnant au corporatisme territorial une expression institutionnelle aussi élaborée, les pouvoirs marocains visent un triple objectif : capitaliser sur les investissements et chantiers de mise en valeur du territoire saharien tout le long des trois décennies passées ; préparer les populations et leurs structures locales à s’approprier la logique de l’autonomie interne comme solution de rechange au séparatisme ; entretenir le lien national et s’assurer des relais locaux indispensables à la médiation des politiques publiques dédiées au territoire. Une des figures marquantes de ce corporatisme territorial institutionnalisée reste incontestablement le Conseil royal consultatif des affaires sahariennes (CORCAS), instance réactivée en mars 2006 pour assurer la représentation des populations sahraouies. Siégeant et opérant depuis Rabat, symbole de son amarrage au centre national, ce Conseil possède officiellement le statut d’organe de « mobilisation et d’encadrement des citoyens et une force de proposition »9. Les affinités politiques et tribales de certains de ses dirigeants n’ont pas été sans susciter des débats au sein de la société sahraouie ; il se trouve que cet organe s’est révélé une véritable machine de médiation territoriale (El Maslouhi, 2008, p. 83), de par sa composition combinant à la fois appartenance tribale, fibre associative et méritocratie et ses missions qui embrassent le développement humain et économique, la promotion du patrimoine hassani et le concours à l’effort diplomatique pour la promotion des thèses marocaines sur le Sahara…

La filière protestataire ou le corporatisme « par le bas »

24À l’évidence, l’échange corporatiste et les conséquences positives des politiques publiques ne sauraient fournir à elles seules un indicateur fiable d’intégration nationale au Sahara. Croire que l’intégration se réduit à un problème économique que l’on pourrait résorber par des investissements massifs serait, en toute rigueur, théoriquement et politiquement inadéquat. L’arrimage à la nation suppose des flux plus profonds qui font la force du lien social entre les éléments d’un ensemble. Des indicateurs de ce genre sont repérables entre le Sahara atlantique et le reste du Royaume, qui se rapportent, en substance, à la croissance du mariage hétérogame entre Marocains du Sud et du Nord, l’intégration massive des cadres sahraouis dans les administrations centrale et territoriale du Royaume, la taille des investissements des Sahraouis dans d’autres régions du Maroc que le Sahara, les taux de participation des populations des provinces Sud aux élections locales et nationales, taux dont on sait qu’ils dépassent la moyenne nationale, etc. (Cherkaoui, 2003, p. 73).

  • 10 Pour un bilan exhaustif, voir Védie (2008).

25Face à la situation de pénurie et de dénuement dans laquelle se trouvaient les Sahraouis en 1975, le Maroc a dû élaborer et appliquer pendant les trois dernières décennies une politique de discrimination positive en utilisant des outils de redistribution diversifiés : redistribution fiscale, transferts et dépenses prises en charge par l’État dans des domaines comme l’éducation, la santé, le logement, les infrastructures et les interventions étatiques directes sur le marché du travail qui donnent une certaine priorité aux Sahraouis sur le marché de l’emploi10. En dépit de ses efforts, les pouvoirs marocains n’ont pu satisfaire toutes les demandes sociales dont ils étaient saisis. Si dans les années 1980 et le début des années 1990, l’État et le marché répondaient correctement à la demande, il n’en est plus ainsi depuis cette période marquée, entre autres, par une forte pression démographique dans les villes du Sud marocain. Les frustrations sociales nées de ces déficits – et amplifiées, du reste, par le statut géopolitiquement fragile du territoire saharien – ont été à l’origine des mobilisations protestataires qui ont agité certaines provinces Sud du pays. Saisies en termes de médiation des intérêts et d’articulation local/national, ces mobilisations se sont soldées par une renégociation du « pacte corporatiste ».

Mobilisations protestataires et frustration relative

26La théorie de la frustration relative s’intéresse aux mécanismes qui font naître chez les individus des sentiments de frustration et, par conséquent, des dispositions à la défiance ou à la contestation violente. La question qui se pose, dans le sillage de cette théorie, est de savoir pourquoi les gens ont plus tendance à protester là où leurs conditions sociales et économiques commencent à s’améliorer. On invoque, pour y répondre, le lien de causalité, empiriquement vérifié, entre une amélioration tendancielle des indicateurs socioéconomiques et l’amplification des attentes exprimées par les individus. Ce paradoxe, souligné entre autres par Alexis de Tocqueville à propos de la Révolution française, est basé sur le théorème de la « spirale inflationniste des attentes » (Cherkaoui, 2003, p. 67). Les théoriciens de la frustration relative rendent compte de cette spirale en soulignant la corrélation paradoxale observée entre le mécontentement général qui précède une mobilisation contestataire et la croissance économique doublée souvent d’une libéralisation politique. L’écart entre les attentes et les gratifications reçues devient de moins en moins toléré, une amélioration des conditions objectives ayant toujours tendance à générer des exigences de plus en plus élevées. Alexis de Tocqueville en a convenu pour expliquer le passage de l’Ancien régime à la Révolution. Peu avant 1789, la situation de la bourgeoisie s’améliorait tendanciellement, et il a suffi d’une petite crise économique pour que les insurrections embrasent toute la France.

27La théorie de la frustration relative, s’appuyant sur la psychologie sociale, suggère que c’est moins la condition sociale objective que le sentiment de privation subjective qui provoque les révoltes. La genèse du sentiment de frustration est simple à expliquer. Le sentiment d’être privé ou injustement traité se construit via des comparaisons que les individus établissent entre leur propre situation et celle d’autrui. Dans ce cas, un individu totalement démuni tend à être satisfait de son sort dès qu’il se compare à d’autres personnes qui vivent la même situation de privation. À l’inverse, une personne objectivement très à l’aise sur le plan économique peut éprouver un profond sentiment d’insatisfaction dès qu’elle se compare à d’autres qu’elle estime profiter d’une situation meilleure que la sienne. L’on comprend dès lors pourquoi, en période de mobilisation protestataire, les groupes critiques désignent souvent comme responsable de la crise la manière dont l’État gère ses relations avec les différents groupes sociaux. Comme nous le montre Anthony Oberschall (1973), moins un groupe social possède des voies d’accès aux centres du pouvoir pour faire entendre ses revendications, plus il a des chances de recourir à la contestation. Inversement, plus ces centres de pouvoir lui sont accessibles, moins il estime nécessaire de se lancer dans des mobilisations contestataires. Selon ce modèle, un groupe est réputé « intégré » au système national quand ses membres disposent de connexions stables leur donnant des chances d’être entendus des autorités de l’État (mécanismes de représentation, clientélisme, etc.). En revanche, un groupe est dit en « situation segmentée » lorsque ses membres, ne disposant pas de tels relais, s’estiment isolés par rapport aux autres groupes et aux centres de pouvoir. Le sentiment d’injustice envers le groupe ou la communauté augmente alors les chances de passer à l’action protestataire.

  • 11 Idem, p. 175.

28La question se pose donc en termes de « démocratisation » de l’accès aux réseaux d’État et de redistribution égalitaire des ressources publiques. L’on touche ici au fond des griefs formulés à l’encontre du gouvernement marocain par une partie des Sahariens qui se disent dans une situation inférieure à celle à laquelle ils estiment avoir droit. La critique vise formellement la politique notabiliaire de l’État qu’on présume coupable d’un mode inadapté de sélection des élites locales, la cooptation des notables sahraouis s’étant souvent basée sur leur seule capacité à mobiliser les membres de leur tribu en contrepartie d’avantages sous forme de nominations à des postes administratifs, de licences d’exploitation ou d’aides au logement (Cherkaoui, 2003, p. 174). À la vérité, les mobilisations protestataires à l’œuvre depuis une décennie dans les provinces Sud du Royaume renvoient à un conflit entre deux générations de Sahraouis : la première est composée d’individus originaires pour la majorité de la grande tribu des Rguibat. Installés depuis longtemps dans les principales villes du Sahara, cette catégorie bénéficie d’avantages énormes et entretient surtout des relations étroites avec les autorités locales. La deuxième génération compte des effectifs plus jeunes et bien scolarisés. Issue d’autres régions du Sahara (Guelmim et Tan Tan notamment), cette catégorie représente un creuset très propice à la frustration relative puisque ses membres ne parviennent pas ou difficilement à s’imposer sur l’échiquier économique et politique local, et ce en dépit de leur capital culturel relativement important. Cette deuxième génération fournit ainsi les éléments les plus contestataires. À en croire Mohamed Cherkaoui, ce sont les individus qui ont bénéficié d’une forte scolarisation et dont les chances de promotion sociale et professionnelle sont les plus grandes qui sont en fait les plus critiques envers l’État11. Ce paradoxe se vérifie à l’examen des indicateurs de développement humain dans les régions du Sahara. Comme l’indique le tableau ci-après, l’amélioration relative des taux de scolarisation et de pauvreté dans les provinces sahariennes (comparativement au reste du Royaume) semble diverger avec l’étonnante exacerbation, ces dernières années, des sentiments de frustration dans ces mêmes provinces :

Deux indicateurs de développement humain (2004-2005). Comparaison régions sahariennes/reste du Royaume

Deux indicateurs de développement humain (2004-2005). Comparaison régions sahariennes/reste du Royaume

Source : croisement de données statistiques d’après Cherkaoui (2003, p. 110 et 124).

  • 12 Coser (1956) se référant à Georg Simmel.

29Contestation n’est cependant pas synonyme de relâchement du lien national. Car, faut-il le souligner, une bonne intégration n’exclut pas la récurrence des conflits. Ces derniers représentent, à en croire une variante fonctionnaliste de la sociologie12, un facteur dynamique d’intégration. Dans la société marocaine traditionnelle comme dans la structure sociale sahraouie, les conflits entre segments ou entre tribus et pouvoir central étaient fréquents sans aller jusqu’à remettre en question la légitimité de l’ordre social global. Bien au contraire, les arrangements scellés au terme d’un conflit d’intérêt ou de perception avaient souvent pour effet de revigorer le lien entre les unités du système. Considérées sous ce rapport, les manifestations des jeunes Sahraouis s’analyseraient comme un indicateur d’intégration systémique dans la mesure où ils expriment une demande de prise en charge par l’État de leurs problèmes sociaux et économiques (Cherkaoui, 2003, p. 77).

Mobilisation des ressources et stratégies des acteurs

30Les pratiques de fétichisation du territoire saharien et du patrimoine hassani comme référents d’identification sociale et culturelle sont récurrentes dans les provinces sud du Royaume. Davantage que de simples manifestations banales d’un nombrilisme plus ou moins en latence, ces expressions en disent long sur le malaise identitaire de mouvements locaux en mal d’appropriation de l’État-nation comme siège légitime des allégeances citoyennes. L’on s’éloigne évidemment ici du célèbre credo habermassien : le « patriotisme constitutionnel » voulant que les allégeances du citoyen moderne aillent en priorité aux institutions démocratiques seules capables de donner corps à la citoyenneté rationnellement assumée. Pour le centre national, l’affichage ethnoculturel des mobilisations protestataires au Sahara s’accompagne de risques politiques lourds de conséquences : atténuées ou diluées dans des doléances censément sociales (emploi, logement,...), le travail d’ethnicisation de l’acte protestataire marque souvent un certain glissement du policy vers le politics. Le glissement vers le registre ethnoculturel fonctionne ainsi comme un mécanisme de politisation des mobilisations locales donnant par là même au corporatisme territorial une dimension contestataire bien plus radicale. Le « détour par le social » devient alors une ressource stratégique dans les mains des protestataires. Outre qu’il facilite l’expression par ricochet de velléités politiques (demande de reconnaissance identitaire et dissidence territoriale), il permet aux mouvements locaux d’atteindre un triple objectif : par rapport au gouvernement central, il s’agit de désarmer tout argument de répression, les mobilisations protestataires à objet social n’étant pas justiciables de répression ; par rapport aux populations locales, le caractère social des mobilisations et l’improbabilité relative des répressions ont pour effet d’augmenter l’affluence des manifestants et de rallier un plus grand nombre de Sahraouis, y compris ceux qui n’ont pas de penchant indépendantiste ; au regard des observateurs étrangers, la stratégie du « détour par le social » incite les milieux diplomatiques, humanitaires et médiatiques à étaler plus de solidarité et à s’impliquer davantage dans la prise en charge des doléances formées par les manifestants.

31Comparé au reste du Royaume, l’espace protestataire au Sahara atlantique présente un atypisme de taille. Le statut géopolitiquement sensible du territoire freine et favorise tout à la fois les velléités insurrectionnelles des populations. Dans nombre de cas, les acteurs protestataires s’imposent délibérément des contraintes organisationnelles pour ménager le gouvernement et gérer des manifestations dont ils mesurent le risque de dégénérer en un « conflit de souveraineté » (Veguilla, 2009a, p. 96) pour le moins capable d’entamer le pouvoir de négociation du Royaume. Acculés à la prudence, ils acceptent des accommodements tactiques, quitte à modifier le timing, le site, voire l’objet de l’acte protestataire. Dans d’autres cas, l’existence même d’une dimension internationale du conflit favorise les dispositions à protester chez les populations sahraouies. L’établissement du quartier général de la MINURSO à Laâyoune et la présence d’acteurs humanitaires et de médias étrangers à l’affût de la moindre mobilisation locale apportent aux protestataires un support psychologique et politique de premier ordre. Le « détour par l’international » (Öngün et Vairel, 2009, p. 222 sq) se révèle ainsi une ressource stratégique cruciale que les activistes sahraouis n’hésitent pas à mobiliser pour faire pression sur les autorités marocaines. L’on retrouve ici l’« effet boomerang » (Keck et Sikkink, 1998) souligné par deux sociologues américaines. Selon les tenants de cette grille, des réseaux d’activistes latino-américains arrivent sans peine à contourner leur vulnérabilité et à échapper à la répression en mobilisant des liens transnationaux de solidarité.

32Les réactions des autorités marocaines face aux situations protestataires diffèrent d’un contexte à l’autre, selon l’identité des protestataires, la nature des doléances et leur acuité par rapport à la problématique saharienne. De la simple posture de spectateur passif à la mobilisation des forces de l’ordre, le catalogue des réactions officielles fait alterner négociation avec les meneurs, limogeage de hauts commis de l’État, recrutements massifs dans la fonction publique locale ou centrale, régularisations sectorielles (habitat, licences de pêche, etc.). La littérature empirique note toutefois un glissement remarquable ces dernières années vers une forme de gestion « soft » et « dépolitisée » substituant à la gestion par l’interdiction et la répression un accompagnement distant des forces de l’ordre ; accompagnement centré davantage sur le contrôle des énoncés, des actes transgressives des manifestants et de leur relation au monde extérieur (presse étrangère, relais du Polisario, organismes humanitaires…) (Veguilla, 2009b, p. 7). Comme observé sur le terrain par Victoria Veguilla, les deux mobilisations protestataires survenues à Dakhla en janvier et avril 2005 ont été exemptes, malgré le déploiement des forces de l’ordre, de heurts violents entre ces derniers et les manifestants. Dans l’un et l’autre cas, tout en concédant en partie aux revendications des protestataires, les autorités marocaines ont veillé à désactiver les enjeux politiques de la manifestation, en ce en veillant à circonscrire celle-ci dans sa dimension strictement sectorielle.

33À la différence des mobilisations protestataires dans les grandes villes du Royaume, et avant que le « Mouvement du 20 février » n’ait donné à ces mobilisations le caractère d’un mouvement social structuré aux rendez-vous datés et aux antennes locales disciplinées, l’acte de protester dans les provinces du Sahara tranche généralement par son caractère désarticulé et faiblement organisé. Le caractère amateur des « coordinations » locales menées par une jeunesse auto-politisée souvent sans lien organique avec les organisations syndicales ou partisanes transparaît dans les formes de protestation : occupation de locaux, boycott du paiement des factures d’eau, piratage des lignes électriques (Catusse et Vairel, 2010, p. 7).

  • 13 Idem, p. 61.

34Il n’en est pas ainsi lorsque l’enjeu de la mobilisation est professionnel. L’hypothèse de l’amateurisme militant comme propriété des mouvements sahraouis semble fragile à l’examen des stratégies développées en janvier/avril 2005 par un lobby local opérant dans les industries de la pêche au poulpe dans la ville de Dakhla. Pour infléchir la politique du gouvernement en la matière – en l’occurrence les conditions d’octroi de licences pour la pêche poulpière ou d’agréments pour la construction d’usines – et faire ainsi équilibre aux intérêts grandissants des armateurs étrangers (européens, russes ou asiatiques), l’Association des Industries des Produits de la Mer de Oued Eddahab (Aipmod) a développé une stratégie d’action collective en s’appuyant sur son ancrage territorial (Veguilla, 2009c, p. 43 sq.). Alors que la filière hauturière fonde ses stratégies d’accréditation sur ses droits « historiques » arrachés à coup de longues négociations avec les pouvoirs publics marocains, les opérateurs de la filière artisanale apportent des contre-arguments invoquant tour à tour le rôle de la pêche locale dans le développement économique et social du territoire, le « droit de préemption » devant revenir aux populations d’une région toujours considérée par les Nations Unies comme une zone de conflit, la gestion responsable des ressources halieutiques conformément aux exigences du développement durable, etc. On le voit bien, tout l’art des protestataires locaux dans cette affaire a été de faire pression sur le gouvernement central en mobilisant une diversité d’arguments imbriquant des dimensions sociales, sectorielles, territoriales et internationales13.

  • 14 Aujourd’hui le Maroc, « Les clefs pour comprendre ‘‘Gdim Izik’’ », 14/1/2011, n° 2348.

35Ailleurs et plus récemment, l’affaire « Gdim Izik » (novembre 2010) met au jour une autre dimension de l’action protestataire articulée sur des demandes sociales, en l’occurrence : comment compenser sa vulnérabilité en mobilisant des ressources externes ? Dans cette affaire, la mise en scène et la coordination des actes protestataires n’ont pas été exemptes de difficultés organisationnelles. Les meneurs locaux de l’insurrection, dont la plupart font encore leur apprentissage du militantisme associatif, durent faire face à des difficultés organisationnelles (choix d’un mode d’action adapté, évitement des défections…), difficultés palliées grâce à des ressources apportées par des soutiens externes (infiltrations du Polisario, médias et agents humanitaires espagnols...) disposant d’un savoir pratique en matière d’action collective. À en croire les autorités marocaines relayées par les médias, des indices avérés attestent du lien direct d’une partie des insurgés avec l’Algérie et le Polisario. Les investigations à chaud sur le terrain ont permis d’identifier des moyens de communication sans fils de haute technologie, perquisitionnés au camp et des monnaies en devise étrangère, notamment en dinar algérien, en euro et en dollar14.

36À l’origine de l’insurrection, des doléances sociales liées au droit à l’habitat, à l’emploi et aux cartes de l’entraide nationale ; doléances portées par une partie des habitants de Laâyoune qui ont fait grief aux autorités locales de la ville de sombrer dans l’inertie et de tolérer le favoritisme dans la distribution des avantages sociaux. Les rumeurs entretenues sur les défaillances de certains secteurs et les rapports et les communications de certaines organisations locales sur les fraudes se rapportent à la distribution de près de 1 900 lots de terrain et près de 900 cartes de l’Entraide nationale, ainsi que des fraudes alléguées dans le secteur de l’habitat, l’empiétement sur le patrimoine foncier de l’État et des irrégularités dans le secteur de la pêche maritime. Les meneurs de l’insurrection, dont une partie est présumée avoir des connexions avec le front du Polisario, ont pris appui sur les réclamations d’une tranche sociale constituée de veuves et de divorcées (tranche sociale relativement importante), de personnes démunies, de chômeurs et de jeunes.

37Certes, ces émeutes ont creusé, plus profondément que les violences de 1999, le fossé entre les habitants se revendiquant de la marocanité du territoire saharien et ceux qui clament l’indépendance dudit territoire. Il se trouve que cette fois, l’intensité des mobilisations protestataires s’est nourrie d’un double mouvement : d’un côté, les infiltrations du Polisario ont pesé sur la conduite de l’action insurrectionnelle avec comme objectif explicite d’entretenir l’amalgame entre revendication indépendantiste et demandes sociales. De l’autre, une radicalisation des demandes sociales émanant des générations plus jeunes – dont une bonne partie est née après le cessez-le-feu de 1991, lassée par un conflit perdurant et donc prenant sa revanche sur les protagonistes du conflit.

En guise de conclusion

38Telles qu’elles se déclinent au Sahara occidental, les poussées centrifuges des mouvements sociaux condamnent l’État-nation à se reconfigurer pour s’adapter aux nouvelles demandes dont il est saisi. Axé sur les politiques publiques et leur capacité à construire des dispositifs d’intervention localisés, le corporatisme territorial se présente à la fois comme un espace d’interaction au sein duquel sont négociés les contenus de cette reconfiguration et un vecteur de citoyenneté et de réappropriation désenchantée de l’État-nation. Il ne s’agit donc pas de s’arrêter au seuil du constat tautologique en prophétisant que la récurrence des mobilisations protestataires conduira fatalement à la dissidence territoriale, laquelle déterminera à terme un certain dépérissement de l’État-nation, mais bien de comprendre comment ce dernier récupère, en les réinventant, ses capacités de socialisation civique et d’intégration territoriale dans un contexte géopolitique fragile. Et pour cause. Plusieurs facteurs font qu’aujourd’hui les espaces sahariens, y compris le Sahara atlantique, soient voués à des recompositions pour le moins difficiles. En sus de l’amplification des mouvements sociaux (protestataires, migratoires, religieux...) et de leur interpellation quotidienne de gouvernements aux capacités d’allocation manifestement limitées, on notera la mondialisation et ses effets érosifs sur l’État-nation, la gouvernance multi-niveaux et son travail de sape sur le centralisme étatique et la revalorisation stratégique des espaces sahélo-sahariens et ses incertitudes (AQMI, percées chinoises, militarisation des zones tampon...). Le territoire marocain et les provinces sahariennes sont, à l’évidence, bien loin d’être à l’abri de ces contraintes. Il se trouve que les transactions scellées dans le sillage du pacte corporatiste entre le local et le national ont joué un rôle amortisseur de premier ordre, ne serait-ce que parce qu’elles ont ouvert, aux autorités marocaines comme aux Sahariens, des espaces de négociation pour redéfinir les contours d’un État-nation en pleine recomposition territoriale et politique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Alliès Paul, 1989, « Territoire régional et représentation des intérêts », Politix. Revue des sciences sociales du politique, n° 2 (7-8), octobre/décembre, p. 63-71.

Almond Gabriel A. et Verba Sidney, 1989, The civic culture : political attitudes and democracy in five nations, Londres, Sage Publications.

Ayubi Nazih, 1995, Overstating the Arab State: Politics and Society in the Middle East, Londres/New York, I.B. Tauris Publishers, p. 191-192.

Bayart Jean-François, Mbembe Achille, Toulabor Comi, 2008, Le politique par le bas en Afrique noire, Paris, Karthala.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Béland Daniel et Lecours André, 2004, « Nationalisme et protection sociale. Une approche comparative », Canadian Public Policy, n° 30 (3), p. 319-331.
DOI : 10.2307/3552305

, 2005, « Nationalism, Public Policy, and Institutional. Development. Social Security in Belgium », Journal of Public Policy, n° 25 (2), p. 266-285.

, 2006, « Décentralisation, mouvements nationalistes et politiques sociales au Québec et en Écosse », Lien social et politiques, n° 56, p. 138-139.

Brouksy Omar, 2008, « Être jeune au Sahara occidental », Notes de l’IFRI, p. 4 sq.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Catusse Myriam et Vairel Frédéric, 2010, « Question sociale et développement : les territoires de l’action publique et de la contestation au Maroc », Politique africaine, n° 120, p. 5-23.
DOI : 10.3917/polaf.120.0005

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cefai Daniel, 2007, « Vers un nouveau désordre mondial. Politique comparée et anthropologie pluraliste selon Clifford Geertz », Critique internationale, n° 36, p. 169-180.
DOI : 10.3917/crii.036.0169

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cherkaoui Mohamed, 2003, « L’État et la révolution. Logique du pouvoir monopoliste et mécanismes sociaux dans L’Ancien Régime de Tocqueville », Revue européenne des sciences sociales, Tome XLI, n° 126, p. 61-79.
DOI : 10.4000/ress.536

, 2008, Le Sahara. Liens sociaux et enjeux géostratégiques, Oxford, The Bardwell Press.

Coser, Lewis A., 1956, The Functions of Social Conflict, Glencoe, Free Press of Glencoe.

Courlet Claude (dir.), 2006, Territoire et développement économique au Maroc. Le cas des systèmes productifs localisés, Paris, L’Harmattan.

Darbon Dominique, 1998, « Crise du territoire étatique et communautarisme. Les nouveaux enjeux idéologiques de l’intégration en Afrique noire », in Bach Daniel (dir.), Régionalisation, mondialisation et fragmentation en Afrique subsaharienne, Paris, Karthala, p. 61-76.

Della Porta Donatella, 2006, « From Corporatist Unions to Protest Unions ? On the (difficult) Relations between Organized Labour and new Social Movements », in Crouch Colin et Streeck Wolfgang (dir.), Diversity of Democracy: Corporatism, Social Order and Political Conflict, Cheltenham, Edward Elgar, p. 71-97.

Donald Stephanie (dir.), 2009, Branding cities: cosmopolitanism, parochialism, and social change, Londres, Taylor and Francis.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dupuy Claire et Halpern Charlotte, 2009, « Les politiques publiques face à leurs protestataires », Revue française de science politique, n° 59 (4), p. 701-722.
DOI : 10.3917/rfsp.594.0701

El Maslouhi Abderrahim, 2008, « Le CORCAS : médiation des intérêts et corporatisme territorial au Sahara », La Lettre du Sud marocain, p. 83-94.

Geertz Clifford, 1963, « The integrative revolution. Primordial sentiments and civil politics in the new states », in Geertz Clifford (dir.), Old societies, new states. The quest for modernity in Asia and Africa, New York, Free Press of Glencoe, p. 105-157.

, 2000, Available light: anthropological reflections on philosophical topics, Princeton University Press.

Gobe Éric, 2006, « Corporatismes, syndicalisme et dépolitisation », in Picard Élisabeth (dir.), La politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin, p. 171-192.

—, 2008, « Les syndicalismes arabes au prisme de l’autoritarisme et du corporatisme », in Dabène Olivier, Geisser Vincent et Massardier Gilles (dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au XXIe siècle. Convergences Nord-Sud, Paris, La Découverte, p. 267-284.

Hobsbawm Eric, 2002, Nations et nationalisme depuis 1780. Programme, mythe, réalité, Paris, Gallimard.

Keck Margaret E. et Sikkink Kathryn, 1998, Activist Beyond Borders. Advocacy Networks in International Politics, Ithaca et Londres, Cornell University Press.

Landau Alice, 2006, La globalisation et les pays en développement. Marginalisation et espoir, Paris, L’Harmattan.

Lehmbruch Gerhard, 1979, « Consociational Democracy, Class Conflit and New Corporatism », in Schmitter Philippe C. et Lehmbruch Gerhard (dir.), Trends towards Corporatist Intermediation, Beverly Hills, Sage Publications.

Naciri Mohamed, 1999, « Territoire : contrôler ou développer : le dilemme du pouvoir depuis un siècle », Monde arabe Maghreb/Machrek, n° 164, p. 9-35.

Al-Naqeeb Khaldoun Hassan, 1990, Society and state in the Gulf and Arab Peninsula: a different perspective, Londres, Routledge.

Oberschall Antony, 1973, Social Conflict and Social Movements, Englewood Cliffs, Prentice Hall.

Onana Onana, 2007, Les Afriques postcoloniales et leurs gouvernements, Paris, L’Harmattan.

Öngün Emre et Vairel Frédéric, 2009, « Mobilisations protestataires et ressources internationales : comparaison Turquie-Maroc », in Camau Michel et Massardier Gilles (dir.), Démocraties et autoritarismes. Fragmentation et hybridation des régimes, Paris, Karthala, p. 221-240.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Poncelet Marc et Pirotte Gautier, 2007, « L’invention africaine des sociétés civiles : déni théorique, figure imposée, prolifération empirique », Mondes en développement, n° 139 (3), p. 9-23.
DOI : 10.3917/med.139.0009

Pontier Laurent, 2004, Sahara occidental. La controverse devant les Nations Unies, Paris, Karthala.

Rousseau Isabelle, 2005, « Réforme de l’État et gouvernance dans les pays en voie de démocratisation », in Hermet Guy, Kazancigil Ali et Prud’homme Jean-François (dir.), La gouvernance: un concept et ses applications, Paris, Karthala, p. 119-147.

Schmitter Philipe C., 1977, « Modes of Interest Intermediation and Models of Societal Change in Western Europe », Comparative Political Studies, 10 (3), p. 13, trad. d’après Muller Pierre et Saez Guy, 1985, « Néo-corporatisme et crise de la représentation », in La représentation, François D’Arcy (dir.), Paris, Economica, p. 125.

Streeck Wolfgang et Schmitter Philipe C. (dir.), 1985, Private Interest Government: Beyond Market and State, Londres, Sage Publications.

Tilly Charles et Tarrow Sidney, 2008, Politique(s) du conflit. De la grève à la révolution, Paris, Presses de Sciences Po.

Toft Monica Duffy, 2003, The geography of ethnic violence. Identity, interests, and the indivisibility of territory, New Jersey, Princeton University Press.

Védie Henri-Louis, 2008, Une volonté plus forte que les sables. L’expérience du développement durable des régions sud-marocaines, Paris, Éditions Eska.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Veguilla Victoria, 2009a, « L’articulation du politique dans un espace protestataire en recomposition. Les mobilisations des jeunes Sahraouis à Dakhla », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS Éditions, p. 95-110.
DOI : 10.4000/anneemaghreb.526

, 2009b, « Mobilisations socio-économiques dans les provinces du Sud », Questions de recherche au Maghreb, Centre Jacques Berque, Rabat, n° 7, p. 7.

, 2009c, « Conflits et actions collectives autour de l’exploitation du poulpe au Maroc », Politique africaine, 116, p. 43-62.

Haut de page

Notes

1 Sur le volet institutionnel, voir El Maslouhi (2008, p. 83-94).

2 Idem, p. 320. Cf. Béland et Lecours (2006, p. 138-139).

3 Idem, p. 188.

4 Sur cette question, lire Della Porta (2006, p. 71-97).

5 Sur le poids des allégeances tribales parmi les jeunes sahraouis par rapport à l’État marocain, voir Brouksy (2008, p. 4 sq).

6 Portant sur plus de 30 000 mariages au Sahara de 1960 à nos jours, la récente enquête du sociologue Mohamed Cherkaoui (2008, , p. 137 sq) montre que l’échange matrimonial entre le sud et le nord du Royaume s’est révélé un vecteur important de lien national.

7 Geertz (2000, p. 246) cité d’après Cefai (2007, p. 175).

8 Idem.

9 Discours royal du 25/3/2006 à Laâyoune.

10 Pour un bilan exhaustif, voir Védie (2008).

11 Idem, p. 175.

12 Coser (1956) se référant à Georg Simmel.

13 Idem, p. 61.

14 Aujourd’hui le Maroc, « Les clefs pour comprendre ‘‘Gdim Izik’’ », 14/1/2011, n° 2348.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Deux indicateurs de développement humain (2004-2005). Comparaison régions sahariennes/reste du Royaume
Légende Source : croisement de données statistiques d’après Cherkaoui (2003, p. 110 et 124).
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abderrahim El Maslouhi, « Le corporatisme territorial contre l’État-nation ?
Politiques publiques et lien national au Sahara occidental
 », L’Année du Maghreb, VII | 2011, 191-210.

Référence électronique

Abderrahim El Maslouhi, « Le corporatisme territorial contre l’État-nation ?
Politiques publiques et lien national au Sahara occidental
 », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1211 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1211

Haut de page

Auteur

Abderrahim El Maslouhi

Professeur à l’université Mohammed V-Agdal, Rabat.

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page