Navigation – Plan du site
Économies du Maghreb
Note

Les disparités économiques au sein du Tiers-Monde : quelques constats à propos du Maghreb et des pays de l’Asie du Sud-Est

Third World Economical Disparities
Ibtissem Omri
p. 439-445

Résumés

Les nettes disparités économiques observées aussi bien entre les pays à l’échelle internationale qu’entre les pays en développement remettent ainsi en cause les conclusions néoclassiques relatives à la convergence des nations. Une brève étude comparative entre les pays du Maghreb (Tunisie et Maroc) et le Sud-Est asiatique (Corée du Sud et Malaisie) montre clairement que les écarts de développement entre ces deux groupes tendent à s’aggraver au cours du temps.

Haut de page

Texte intégral

1La question de la divergence internationale en matière de croissance économique et de développement tient une place centrale dans les débats actuels. Les faits montrent clairement que les conclusions néoclassiques, relatives à la convergence des nations, se trouvent nettement démenties. D’ailleurs, selon les statistiques à notre disposition, il ressort que 70 % des pays en développement (PED) ont connu de 1961 jusqu’à nos jours, une croissance inférieure à la croissance médiane des pays riches, qui s’élève de 2,4 % par habitant. Ainsi, les pays du Tiers-Monde ont non seulement du retard, mais ils ne rattrapent pas les pays les plus riches (Sachwald, 2002).

2Même au sein des PED, on peut observer une flagrante disparité. Les pays du Sud ne représentent plus un groupe homogène, notamment depuis les années 1970. L’écart entre les pays du Tiers-Monde s’aggrave de plus en plus dans le temps. Le Rapport mondial du développement humain (2008) souligne que la pauvreté monétaire diverge selon les pays.

3Cette note vise à tester l’hypothèse de la divergence au sein des pays en développement (PED) à travers l’étude de deux zones géographiques : la première comprend deux pays du Sud-Est asiatique (Corée du Sud et Malaisie), tandis que la seconde rassemble deux États du Maghreb, en l’occurrence la Tunisie et le Maroc.

Des écarts de revenus à l’échelle internationale qui s’aggravent

4La question de la « convergence » a fait l’objet d’un débat intense depuis plusieurs décennies. Mais, lorsqu’on confronte les enseignements théoriques aux observations, on constate que les inégalités persistent, voire s’aggravent entre les nations. Dans une étude conduite au début de la décennie 2000, François Bourguignon et Christian Morrisson (2001) montrent, données empiriques en main, qu’à l’échelle mondiale, on n’observe pas de phénomène de convergence. Bien au contraire, les économies divergent dans la mesure où coexistent des pays aux taux de croissance très élevés, à l’instar des « dragons asiatiques », et d’autres où l’accroissement de la production est faible : les pays les plus dynamiques tendent à s’éloigner des autres PED.

5Le tableau 1 fait ressortir au niveau mondial les inégalités de niveau de vie et leur accentuation entre 1820 et 2005 : alors que les PIB par habitant japonais et canadien ont été respectivement multipliés par « 44 » et « 37 » entre 1820 et 2005, ceux du Bangladesh et du Pakistan n’ont fait que quadrupler durant la même période.

6Rapportés au PIB par habitant des États-Unis, les PIB par habitant des pays développés tournent autour de 1. Autrement dit, ces pays se caractérisent par une évolution quasi-identique de leurs niveaux de vie.

7Tableau 1. Evolution inégale du PIB par habitant entre 1820-2005

  • 1 Le coefficient multiplicateur du PIB/h= (PIB/h) 2005 /(PIB/h)1820.

Pays

Coefficient multiplicateur1
du PIB/h
entre 1820-2005

Rapport avec le PIB/h
des États-Unis en 1820

Rapport avec le PIB/h
des États-Unis en 1992

Rapport avec le PIB/h
des États-Unis en 2005

Pays Développés

États-Unis

32

1

1

1

Canada

37

1,4

1,18

1,25

France

24

1,05

1,2

1,37

Allemagne

26

1,15

1,11

1,42

Italie

26

1,17

1,32

1,46

Japon

44

1,82

1,1

1,33

Royaume-Uni

18

0,73

1,36

1,26

Pays en voie de développement

Argentine

10

0,98

2,83

2,93

Brésil

12

1,9

4,64

4,98

Mexique

14

1,69

4,21

3,89

Bangladesh

3,8

2,42

29,94

20,4

Inde

6,5

2,42

15,99

13,12

Indonésie

6

2,09

7,84

10,9

Pakistan

4

2,42

13,12

17,67

Thaïlande

12

1,79

4,59

4,8

Source : Calculs de l’auteur à partir des données issues de Maddison (1995) et du Rapport du développement humain (2008).

8Alors qu’en 1820, le PIB par habitant américain représentait presque le double du PIB par habitant de chaque PED (à l’exception de l’Argentine), en 1992, le niveau de vie des États-Unis est presque 30 fois plus élevé que celui du Bangladesh, et presque 5 fois plus élevé que celui du Brésil et de la Thaïlande.

Des écarts de revenus au sein des PED de plus en plus forts

9On distinguera trois groupes de PED : les pays primo-exportateurs, les nouveaux pays industrialisés à moyenne performance et les nouveaux pays industrialisés à haute performance. La population des PED représente presque 80 % de la population mondiale, mais seulement 44 % de la richesse mondiale (Rapport mondial sur le développement humain, 2008).

10Du XIXe siècle jusque dans les années 1970, les PED étaient spécialisés dans la production et l’exportation des produits primaires à faible valeur ajoutée (produits agricoles, minerais, énergie, etc.), alors que les pays industrialisés exportaient principalement des produits manufacturés à forte intensité en capital. Cette spécialisation traditionnelle à l’avantage des pays développés a cédé sa place à une « nouvelle division du travail » : certains PED ont commencé, dans un premier temps, à produire et à exporter des produits manufacturés banalisés, puis dans un second temps des produits à haute technologie.

11Mais cette nouvelle division internationale du travail n’a pas empêché la marginalisation des pays dits les moins avancés (PMA), qui demeurent confinés dans l’exportation des produits primaires à faible valeur ajoutée, et subissent le plus souvent une dégradation des termes de l’échange.

12Les pays du Sud se différencient par leurs politiques économiques et industrielles. On distinguera deux grands groupes au sein des PED (cf. tableau 2) : les pays primo exportateurs (PPE) et les nouveau pays industriels (NPI). Cette classification se base sur trois critères :
- le premier est la part des exportations manufacturées dans les exportations totales. Ce critère, retenu par l’OCDE pendant les années 1970, visait à caractériser les NPI. Cette part doit dépasser les 20 % pour que l’on puisse parler de NPI. Sous ce taux on qualifie les États de PPE spécialisés dans la production et l’exportation de produits primaires ;
- le second est le taux de croissance du PIB par tête durant la période 1990-2005 (g) ;
- et enfin, le troisième et dernier critère est l’Indicateur de développement humain (IDH) : les pays possédant un IDH faible sont en italique (0<IDH<0,5), ceux ayant un IDH moyen en gras (entre 0,5 et 0,8), et un IDH élevé en gras/italique (IDH>0,8).

  • 2 À cela s’ajoute l’histoire coloniale de chaque région, bien entendu.

13Les NPI à haute performance se concentrent chez les « dragons asiatiques ». Ces pays, dans les années 1950, devaient faire face à une forte croissance démographique associée à une faible croissance économique. Ils ont opté pour la valorisation des ressources humaines et la promotion des exportations manufacturières tout en régulant leur taux d’accroissement naturel. Ce modèle de développement asiatique, qui nous sert de référent dans l’évaluation des performances économiques des pays d’Afrique du Nord, s’oppose à celui du « Tiers-Monde occidental ». Les États de cette zone se sont engagés dans des spécialisations primo-exportatrices, en raison de la faible densité initiale de population. C’est tout au moins ce que soutient Bernard Cornevin (1997) qui s’appuie sur la théorie du « défi créateur » développée par l’anthropologue danoise Esther Boserup pour démontrer que le démarrage économique nécessite une densité minimale de peuplement2.

Tableau 2. Les PED selon leur degré éco-industriel (2005)

Le taux de croissance annuel moyen
du PIB/tête entre 1990-2005

Primo exportateurs

Les exportations des produits manufacturés

(en % du total des exportations)
< 20 %

Nouveaux pays industriels (NPI)

Les exportations des produits manufacturés
(en % du total des exportations)
> 20%

Total

NPI à moyenne performance

Les exportations des produits de haute technologie
(en % des exportations manufacturières)

< 20%

NPI à haute performance

Les exportations des produits de haute technologie
(en % des exportations manufacturières)

> 20%

g<0

Tadjikistan

Gabon

Zambie

Niger

Émirats arabes

Kirghizistan

Madagascar

Kenya

Ukraine

Côte d’Ivoire

Sierra Leone

0<g<1

Koweït

Arabie saoudite

Cameroun

Équateur

Colombie

Honduras

Afrique du Sud Swaziland

Jamaïque

Géorgie

1<g<2

Oman

Tonga

Kazakhstan

Ghana

Algerie

Syrie

Bolivie

Nigeria

Benin

Burkina-faso

Éthiopie

Tanzanie

Argentine

Bulgarie

Mexique

Brésil

Turquie

Jordanie

Philippines

Namibie

Maroc

Népal

Pakistan

Sénégal

Roumanie

2<g<4

Cuba

Panama

Iran

Uganda

Belize

Pérou

Belarus

Liban

Tunisie

Indonésie

Égypte

Bangladesh

Sri Lanka,

Hong Kong

Thaïlande

g>4

Chili

Maldives

Mozambique

Lettonie

Estonie

Albanie

Viet Nam

Botswana

Inde

Cambodge

Singapour

Corée du Sud

Malaisie

Chine

En % de la population des PED

12,46

51,87

28,51

92,84

En % de la population mondiale

9,78

41,52

22,83

74,13

NB : Les données sont issues du Rapport sur le développement humain (2008) et les calculs sont de l’auteur.

L’Asie de l’Est et l’Afrique du Nord : une nette divergence des trajectoires de développement malgré un point de départ commun

  • 3 À l'exception de Hong Kong.

14Les PED jusqu’en 1950 constituaient un groupe relativement homogène aux caractéristiques communes. Ils sortaient d’une phase de colonisation et connaissaient des conditions de vie semblables. Ils présentaient un état de pauvreté initial équivalent (tableau 3)3.

Tableau 3. Pauvreté initiale des PED

Pays

Voies ferrées par PED (en km de voies)

PIB par habitant

en 1950

En 1870

En 1910

Tunisie

nd

1 517

1 200

Maroc

nd.

nd

1 400

Corée du Sud

nd

1 031

1 000

Malaisie

nd

867

1 500

Algérie

265

3 277

1 500

Thaïlande

nd

869

900

Source : ONU (2008) et Berthélemy (2006).

15À la lecture du tableau, on constate que la Tunisie et le Maroc étaient, en 1950, plus riches que la Corée du Sud. Ce pays était dans les années 1950 en queue de peloton. La Corée du Sud était plus pauvre que le Sénégal (PIB par habitant/1 400 dollars), que la Namibie (PIB par habitant/2 300 dollars) et le Ghana (PIB par habitant/1 200 dollars).

16Le développement divergent entre les NPI et les autres s’affirme à partir des années 1960 et 1970. Certains pays décollent et voit leur croissance économique s’accélérer, tandis que d’autres tombent dans la trappe du sous développement. L’écart entre les pays asiatiques et les pays d’Afrique du Nord s’aggrave : en 1970, le PIB par habitant de la Corée du Sud représentait presque le double de celui de la Tunisie et du Maroc. En 2005, il représente plus de deux fois le PIB par habitant de la Tunisie et presque cinq fois celui du Maroc et de l’Égypte (cf. tableau 4).

Tableau 4. Aggravation des écarts en termes de niveau de vie entre les PED

  • 4 Le coefficient multiplicateur du PIB/h=(PIB/h) 2005/(PIB/h)1961.

Coefficient multiplicateur 4
du PIB/hab
entre 1961-2005

Rapport avec
le PIB/hab coréen
en 1961

Rapport avec
le PIB/hab coréen
en 2005

Corée du Sud

19,46

1,00

1,00

Hong-Kong

10,13

3,03

1,58

Malaisie

13,30

0,72

0,49

Tunisie

13,40

0,55

0,37

Maroc

7,37

0,54

0.20

Égypte

9,87

0,38

0.19

Source : Données issues de Rapport sur le développement humain (2008) et calculs de l’auteur.

17L’écart de niveau de vie entre la Corée du Sud et les autres pays ne cesse de s’aggraver. Le niveau de vie de la Tunisie ne représente que 0,37 % de celui de la Corée du Sud, alors qu’il en représentait 0,55 % en 1961. Ce recul est encore plus important pour le Maroc, dont le PIB par habitant ne représente plus en 2005 que le cinquième de celui de la Corée du Sud. En revanche, cette dernière est parvenue à réduire l’écart qui la séparait d’Hong Kong. L’écart de niveau de vie est le résultat d’un fort différentiel de croissance du PIB par habitant entre la Corée du Sud et les autre pays. Elle a réussi en 20 ans à dépasser la Tunisie, le Maroc et la Malaisie grâce à un taux de croissance annuel moyen de 5,8 % contre 2,8 % pour la Tunisie, 1,3 % pour le Maroc et seulement 0,3 % pour le Sénégal. Long paraît le chemin qui mène à la convergence.

18À la fin des années 1990, Pierre Judet (1997) s’interrogeait sur le caractère transférable du « succès asiatique ». Si sa réponse était affirmative, il n’en posait pas moins les conditions. En effet, il s’agit pour « les pays qui cherchent à reproduire les succès asiatiques » de ne pas tenter « de transplanter la culture asiatique sur un terrain qui lui est étranger, mais d'exploiter leurs propres traditions culturelles au profit des valeurs qui exaltent la discipline, le travail acharné et l'esprit d'entreprise ». Et d’ajouter que ces pays doivent mettre en œuvre des politiques publiques bien ciblées, sous la houlette d’un État qui doit intervenir pour favoriser le décollage économique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Berthélemy Jean-Claude, 2006, « Clubs de convergence et équilibres multiples : comment les économies émergentes ont-elles réussi à échapper au piège du sous-développement », Revue d’économie du développement, 14 (1).
DOI : 10.3917/edd.201.05

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourguignon François et Morrisson Christian, 2001, « Inequality among World citizens : 1820-1992 », Document de travail du Département et du laboratoire d’économie théorique et appliquée, ENS, n° 2001-18.
DOI : 10.1257/00028280260344443

Cornevin Bernard, 1997, « Le développement divergent des tiers-mondes après 1980 : les rentes, freins aux transitions socio-démographiques et économiques », DEES, 108, juin, 63.

Judet Pierre, 1997, Émergence asiatique ; un modèle planétaire, Paris, Éditions Diffusion Charles Léopold Mayer.

Maddison Angus, 1995, Monitoring the World Economy : 1820-1992, Paris, OCDE.

ONU, 2008, Histoire de l’humanité, 1789-1914, Paris, Éditions de l’UNESCO.

Rapport sur le développement humain, 2008, ONU, http://hdr.undp.org/en/media/HDR_2009

Sachwald Frédérique, 2002, « Comment évoluent les inégalités et la pauvreté dans le monde ? », compte rendu du séminaire Dynamique des inégalités mondiales (5mars 2002), IFRI, avril.

Haut de page

Notes

1 Le coefficient multiplicateur du PIB/h= (PIB/h) 2005 /(PIB/h)1820.

2 À cela s’ajoute l’histoire coloniale de chaque région, bien entendu.

3 À l'exception de Hong Kong.

4 Le coefficient multiplicateur du PIB/h=(PIB/h) 2005/(PIB/h)1961.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ibtissem Omri, « Les disparités économiques au sein du Tiers-Monde : quelques constats à propos du Maghreb et des pays de l’Asie du Sud-Est », L’Année du Maghreb, VII | 2011, 439-445.

Référence électronique

Ibtissem Omri, « Les disparités économiques au sein du Tiers-Monde : quelques constats à propos du Maghreb et des pays de l’Asie du Sud-Est », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1304 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1304

Haut de page

Auteur

Ibtissem Omri

Unité de recherche sur la dynamique économique et l’environnement (URDEE), université de Sfax, Tunisie.

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page