Navigation – Plan du site
Mauritanie
Chronique politique

Mauritanie : une révolution de Palais sur fond d’odeur de pétrole

Ali Bensaâd
p. 323-336

Entrées d'index

Géographie :

Mauritanie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Il a mis fin à plus de vingt ans de pouvoir sans partage du président Mouaouia Ould Taya.

1Bouleversant le cours de la vie politique de la Mauritanie, le coup d’État survenu le 3 août 20051 est l’évènement capital de l’année 2005. Intervenu après une série de trois tentatives avortées depuis juin 2003 et des campagnes récurrentes de répression au sein de l’armée et dans divers milieux politiques de l’opposition supposés servir de relais civils aux tentatives de putsch, le coup d’État réussi du 3 août était prévisible. En revanche, il était nettement moins attendu que celui-ci émane du cœur même du système sécuritaire du régime, constitué par les proches du président, eux-mêmes responsables des purges au sein de l’armée et des services de sécurité.

  • 2  Voir Hindou Mint Aïnina, « Chronique politique. Une année mouvementée : de la répression des islam (...)

2Le colonel Ely Mohamed Vall, qui a dirigé le putsch et qui préside dorénavant l’État mauritanien, a justement été l’un des hommes clés du coup d’État qui avait porté en 1984 Mouaouia Ould Taya au pouvoir. En tant que chef de la région militaire de Nouakchott, il y avait joué un rôle central. Promu à cette occasion directeur général de la Sûreté nationale, (DGSN), il restera à ce poste pendant plus de 20 ans, confirmé et conforté par des pouvoirs de plus en plus élargis. Il était l’homme de confiance de Mouaouia Ould Taya. En réussissant à organiser la riposte à la tentative de coup d’État de juin 2003, il avait sauvé le régime qui avait perdu sérieusement le contrôle de la situation pendant 2 jours devant des insurgés qui avaient réussi à s’emparer des centres de pouvoir les plus névralgiques dont la présidence et l’état-major2. C’est lui qui, pour ce premier voyage de Taya à l’étranger depuis cette tentative, coordonnait la « veille sécuritaire » et était en contact permanent avec le président qui se trouvait en Arabie Saoudite pour les obsèques du roi Fahd.

  • 3  C’est le principal argument des tenants d’un coup d’État qui a, par ailleurs, été mené avec une gr (...)

3Par conséquent, ce coup d’État s’apparente à une « révolution de palais » menée par la personne la plus proche du président déchu et celle qui a survécu à toutes les recompositions et les évolutions du régime. Le colonel Val est d’ailleurs le dernier officier en activité parmi ceux qui s’emparèrent du pouvoir en 1984, au profit d’Ould Taya. Mais il est aussi celui qui, de par ses fonctions de « premier policier » de Mauritanie depuis plus de 20 ans, mesurait probablement le mieux l’état de détérioration de la situation politique, l’effritement de l’assise sociale du pouvoir et le caractère durable du cycle de violence armée ouvert depuis plus de deux années. Enfin, aux risques imminents d’effondrement du système3, s’ajoutaient le mécontentement populaire et l’inquiétude grandissante des chancelleries. L’ensemble de ces variables a contribué à faire accepter ce coup d’État dans un contexte international apparemment défavorable aux coups de force militaires. Alors que le coup d’État a été accueilli par des expressions populaires de soutien, les condamnations de principe formulées par les diverses chancelleries – pas toujours fermes en dehors des États-Unis – ont vite fait place à l’acceptation du fait accompli, voire, comme pour les pays européens, à des encouragements et un soutien au nouveau pouvoir, en partie, à la demande de l’opposition. Cette dernière, convertie au fil des répressions à l’idée d’un impossible changement par la voie pacifique, a soutenu le coup d’État et est allée jusqu’à déléguer collectivement ses représentants à Bruxelles pour plaider la nécessité de reconnaître et d’aider le nouveau pouvoir. En retour, celui-ci a rassuré les opposants et les partenaires étrangers en fixant rapidement les modalités d’une « transition démocratique » par le biais d’une « feuille de route » électorale dont l’élément principal répond à une vieille revendication de l’opposition appelant la mise en place d’une commission électorale indépendante et d’élections à court-terme.

  • 4  Nom de l’instance issue du coup d’État qui désormais dirige le pays.

4Par ailleurs, pour donner des gages de neutralité, le nouveau pouvoir a décidé d’interdire aux membres du Conseil militaire pour la justice et la démocratie (CMJD)4 et aux membres du gouvernement, désignés par ledit Conseil de briguer tout mandat électif. Un gouvernement dont la composition, voulue par le CMJD « technocratique », a déçu une opposition qui souhaitait un « gouvernement d’union nationale ». La désignation au poste de Premier ministre d’un ancien dignitaire du régime ayant assumé la même fonction de 1992 à 1996 a suscité la déception la plus forte.

5Mais l’élément essentiel du contexte dans lequel est intervenu le coup d’État concerne l’exploitation des premiers gisements pétroliers dont le démarrage était prévu quelques mois avant le coup de force. La découverte de pétrole en 2001 et, surtout, les dernières mises à jour de gisements importants susceptibles d’alimenter une exportation conséquente, ont nourri phantasmes et appétits autour d’une rente pétrolière à venir. Avant même le début de l’exploitation, des tensions sont apparues entre les principaux groupes oligarchiques, à base tribale, autour des marchés de services aux compagnies pétrolières.

6L’arrestation de l’ex-ministre des Pétroles, le seul dignitaire de l’ancien régime inquiété et accusé d’avoir favorisé certaines compagnies pétrolières étrangères, atteste, a posteriori, du poids des enjeux pétroliers dans les luttes et les lignes de clivages qui traversent le pouvoir. La confirmation, l’année précédente, de la rentabilité des gisements a affecté sensiblement le positionnement géopolitique du pays, mais aussi l’équilibre des forces politiques internes. Ces nouvelles ressources, parce que pouvant être un instrument de stabilisation au profit des détenteurs de la rente, ont exacerbé les luttes au sein du pouvoir mais aussi entre les puissances occidentales. Elles expliquent, pour une part, le remarquable « activisme » américain déployé envers la Mauritanie.

Un coup d’État tranquille

7Le coup d’État commence au petit matin du 3 août alors que le président Ould Taya se trouvait depuis la veille en Arabie Saoudite pour les obsèques du Roi Fahd. Ces dernières représentent pour lui l’occasion d’effectuer son premier voyage à l’étranger depuis la tentative de coup d’État du 8 juin 2003 et d’afficher ainsi une image de stabilisation du régime profitant d’un évènement très médiatisé dans le Monde arabo-musulman et en Mauritanie même.

8Dès 5 heures du matin des éléments du Bataillon de la sécurité présidentielle (Basep) prennent le contrôle du siège de l’état-major de l’armée mauritanienne. Le Basep, sorte de garde prétorienne, a été transformé après les dernières tentatives de Putsch en une unité d’élite autonome renforcée et suréquipée. Ses éléments sont rejoints par des unités de l’armée et se déploient simultanément autour des points névralgiques de la capitale avec des véhicules équipés en armements lourds, ainsi que des batteries anti-aériennes : palais présidentiel, ministère de la Défense, Radio-Télévision, casernes du centre ville et principales administrations sont bloquées. Vers 10h, l’aéroport international de Nouakchott est fermé au trafic civil, de même que la frontière avec le Sénégal. Des hommes clés du dispositif militaire sont mis aux arrêts : le chef d’état-major de l’armée, celui de la garde nationale et celui de la gendarmerie. Les seuls coups de feu de ce putsch sont entendus vers 10h15 : ils s’avèreront être des tirs de sommation. La situation s’éclaircit et, dès la fin de matinée, le déploiement militaire apparaît comme un coup d’État contre le président Taya en même temps que circulent les noms des deux principaux leaders du coup de force : Ely Ould Mohamed Vall et Mohamed Ould Abdelaziz, commandant du Basep. Ces deux colonels, hommes de confiance du président et membres du premier cercle du pouvoir, appartiennent tous les deux au même ensemble tribal, les Ouled Bou Sbaâ, et sont cousins germains. L’avion du président Taya se pose à 13h à Niamey et après un entretien avec son homologue nigérien, le président déchu est installé dans une villa proche de la présidence du pays hôte. Le coup d’État est consommé.

9Le Black-out est enfin levé et, dans un communiqué lu à 14h par une speakerine à la télévision d’État qui vient de reprendre ses émissions, les putschistes annoncent que le CMJD (Comité militaire pour la justice et la démocratie) s’est emparé du pouvoir. Ils y déclarent que :

« Les forces armées et de sécurité ont unanimement décidé de mettre fin aux pratiques totalitaires du régime dont notre peuple a tant souffert ces dernières années. [… Ils s’engagent à] créer les conditions favorables d’un jeu démocratique ouvert et transparent sur lequel la société civile et les acteurs politiques auront à se prononcer librement » et assurent ne pas vouloir « exercer le pouvoir au-delà d’une période de deux ans, jugée indispensable pour la préparation et la mise en place de véritables institutions démocratiques. »

10Un deuxième communiqué à 17h donne la composition du CMJD qui comprend 17 membres parmi lesquels, outre les deux colonels Vall et Ould Abdelaziz, figurent le chef du renseignement militaire (Ould Gazouani), le chef d’état-major adjoint (Ould Boubaker), l’aide de camp de Ould Taya (Ould Abdi), le commandant de la région de Nouakchott (Ould Zenagui) et le commandant de la région de Atar (Félix Negri) qui avait joué un grand rôle dans la mise en échec de la tentative de coup d’État de juin 2003 en intervenant en renfort aux forces loyalistes à Nouakchott.

11Entre les deux communiqués du CMJD, à 15h, des centaines de Mauritaniens étaient descendus dans la rue manifestant leur joie. Plusieurs défilés ont sillonné dans l’après-midi les principales artères de la capitale mauritanienne, scandant des slogans favorables aux nouveaux dirigeants de la Mauritanie, avant même qu’ils aient dévoilé leurs identités. Plusieurs groupes de manifestants, venus pour la plupart des quartiers pauvres, sont passés devant le bâtiment de la présidence mauritanienne et ont salué les militaires de la garde présidentielle postés devant les locaux de la présidence. Aucun couvre-feu n’a été imposé et la soirée a été calme. L’aéroport est réouvert et le dispositif sécuritaire allégé. Le coup d’État a réussi sans effusion de sang.

12Tout accrédite que le complot était prêt depuis un certain moment. La rapidité avec laquelle les putschistes ont réussi à prendre Nouakchott, notamment les centres névralgiques, alors que Ould Taya venait à peine de s’absenter suppose une préparation et une projection exceptionnelles : les putschistes n’avaient pas de calendrier précis, la mort du roi Fahd n’étant pas programmable.

13Les putschistes ont certainement tiré des enseignements du ratage du coup d’État de juin 2003. Grâce à l’apport des forces spéciales marocaines, notamment des unités de blindés mobiles et des parachutistes, et l’encadrement israélien, relayés par les moyens d’écoutes, de télécommunication et de localisation américaine, Ould Taya avait réussi à protéger sa vie et sauvegarder son pouvoir. Le coup d’État du 3 août en se déroulant alors qu’Ould Taya se trouvait à l’étranger, a évité aux putschistes une possible effusion de sang et une condamnation unanime et rapide de la communauté internationale.

14En évitant la mort à Ould Taya, les putschistes voulaient également éviter une opération militaire internationale du type de juin 2003 qui les aurait forcés à s’engager dans des combats fratricides. La proximité du colonel Vall avec Ould Taya et sa connaissance intime des rouages du pouvoir lui a permis, en partie, de mener un coup d’État pacifique qui lui a procuré l’estime d’un large éventail de la population.

Les retombées internationales et les impacts régionaux

15À l’annonce du coup d’État, la communauté internationale a unanimement condamné le changement militaire en Mauritanie. L’Union africaine (UA) qui a fait du bannissement des coups d’État un credo de son action en y consacrant particulièrement l’essentiel de son sommet d’Alger en 1999, a été la plus ferme dans sa condamnation et a fait part de son « rejet total de tout changement anticonstitutionnel de gouvernement ». Ainsi le président de la Commission de l’UA, Alpha Oumar Konaré, a condamné « fermement toute prise de pouvoir ou toute tentative de prise de pouvoir par la force ». De son côté, le secrétaire général de l’ONU s’est dit « profondément troublé par les évènements » et a condamné « toute tentative de changement inconstitutionnel de gouvernement qui surviendrait dans quelque pays que ce soit ».

16Mais le contraste est patent dans les réactions au coup d’État entre Américains et Européens. Les premiers ont eu, au début, les mots les plus durs à l’égard du coup de force dirigé contre Ould Taya devenu leur allié privilégié dans la région et ont exigé le retour de ce dernier tout en parlant de « situation trouble » et en demandant un « retour à l’ordre pacifique ». Certes, l’Union européenne, par la voix de l’Angleterre qui en assurait la présidence, a dénoncé la « prise du pouvoir par la force » en Mauritanie, mais elle s’est contentée, dans le même temps, d’appeler « toutes les parties au respect des règles démocratiques et des droits de l’Homme ». Le commissaire européen au Développement et à l’Aide humanitaire, Louis Michel, tout en déplorant « la prise du pouvoir par la force » et en appelant « au respect de la démocratie et du cadre institutionnel légal » a affiché une attitude prudente et ouverte : « La Commission continuera à suivre très attentivement l’évolution des événements et, le moment venu, appréciera la situation en fonction des dispositions applicables de l’accord de Cotonou dont la Mauritanie est signataire. » L’attitude de la France est, quant à elle, très marquée par la « prudence », voire la « discrétion » qui masquerait, selon les observateurs, sa satisfaction d’assister au départ d’Ould Taya avec lequel les relations s’étaient beaucoup distendues au profit des États-Unis. Dans une première réaction prudente au coup d’État survenu plus tôt dans la journée, le ministère français des Affaires étrangères a d’abord indiqué qu’il suivait « avec attention » l’évolution des évènements en Mauritanie.

  • 5  Les ambassadeurs américains et français ont été parmi les premiers reçus.

17Répondant à cette condamnation unanime mais nuancée du coup d’État par la « communauté internationale », le nouvel homme fort a tenu à rassurer à la fois les pays voisins et les principaux partenaires de la Mauritanie en recevant, dès le lendemain du putsch leurs ambassadeurs ou émissaires5. Sa démarche revient, d’une part, à justifier l’intervention militaire par la détérioration du climat politique et le cycle de violence dans lequel était rentré le pays et, d’autre part, à rassurer sur les perspectives d’une transition démocratique et surtout sur le respect des alliances nouées.

  • 6  AP, 08/8/2005.
  • 7  Programme de coopération militaire américaine regroupant pays sahéliens (Mauritanie, Sénégal, Mali (...)
  • 8  International Crisis Groupe, « La transition politique en Mauritanie : bilan et perspectives », Ra (...)
  • 9  Le Monde, 10 août 2005.
  • 10  Entretien avec un diplomate israélien, Washington, ibid.
  • 11  Le Monde, 23 novembre 2005.

18Après avoir condamné fermement le coup d’État et demandé le retour du président déchu, les américains ont renoncé, dès le lundi 8 août, à leurs exigences : « Nous œuvrerons de concert avec l’UA pour nous assurer que le gouvernement répond aux critères internationaux et respecte la volonté de la population. Nous n’exigeons rien de plus que le retour à l’ordre constitutionnel », devait déclarer Adam Ereli, l’un des porte-parole du département d’État6. Depuis lors, les États-Unis ont suspendu la coopération militaire, l’African Growth and Opportunity Act (AGOA), i.e. l’accord économique préférentiel et la majeure partie de l’assistance non humanitaire. Ils exigent la tenue d’élections libres et l’avènement d’un gouvernement civil élu. Ils ont en particulier suspendu la participation de la Mauritanie à la Trans-Saharan Counterterrorism Initiative (TSCTI)7 dont elle était devenue un élément clé. Cela étant, des contacts ont été établis, notamment la visite du 7 au 9 février 2006 d’une délégation américaine dirigée par M. Bobby J. Pittman, premier adjoint du sous-secrétaire d’État américain pour les Affaires africaines, dans laquelle se trouvaient aussi des responsables du ministère de la Défense et du Congrès. Les États-Unis soutiennent désormais le processus et se sont même engagés à verser une aide à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), conditionnant cependant leur coopération au respect des engagements démocratiques pris par les autorités8. Si les Américains perdent avec ce coup d’État le rôle d’allié privilégié et subissent un rééquilibrage des relations au profit de la France, ils continuent à faire l’objet d’attentions de la part des nouvelles autorités mauritaniennes qui multiplient les signes pour rassurer sur le maintien d’une alliance privilégiée, notamment dans la lutte anti-terroriste malgré la suspension de la Mauritanie de l’initiative américaine « Pan Sahel ». À plusieurs reprises, les nouvelles autorités se sont engagées publiquement à maintenir leurs engagements dans la lutte anti-terroriste. Ainsi, lorsque le nouveau pouvoir, voulant donner un signal à la population, libère 21 islamistes parmi la soixantaine incarcérée, le ministère des Affaires étrangères est chargé d’expliquer aux chancelleries que la libération ne concerne que des érudits poursuivis injustement et dont le dossier judiciaire était vide. Par conséquent, l’engagement anti-terroriste de la Mauritanie est aussi fort que par le passé : « Sachez […] que nous nous inscrivons toujours dans une politique de lutte contre le terrorisme. »9 Les nouvelles autorités ont également tenu à maintenir une relation forte avec Israël, dont des représentants ont été étonnés par l’attitude positive du nouveau pouvoir10. Le colonel Vall qui, par le passé, a effectué plusieurs missions secrètes à Tel-Aviv et à Jérusalem pour le compte de l’ancien président déchu, a décidé de maintenir, contre l’avis d’une partie importante de la population, les relations avec Israël instaurées en 1999. Au Sommet mondial sur l’information à Tunis, il s’est d’ailleurs affiché aux côtés du ministre israélien des Affaires étrangères et du président de l’Autorité palestinienne. « Cette rencontre à trois […] n’a rien d’extraordinaire » a-t-il assuré dans une déclaration à Radio France Internationale11. Mais le signal le plus fort émis par le nouveau pouvoir aux Américains et Israéliens est assurément la nomination au poste de ministre des Affaires étrangères et de la Coopération de Mohamed Ould Sid Ahmed qui fut l’artisan du rapprochement avec Israël et qui a des attaches dans l’administration américaine.

19La réaction discrète de la France et le profil du nouveau chef d’État, francophone formé à l’école française, ont conduit certains à prêter d’emblée au nouveau régime des intentions de rapprochement avec la France alors qu’Ould Taya s’était rapproché des États-Unis faisant du pays un relais de la politique américaine en matière de lutte contre le terrorisme. La nomination comme Premier ministre d’un ancien ambassadeur en France francophone, connu pour ses liens avec la classe politique française, est venue confirmer cette intention de rapprochement et le désir d’une politique extérieure plus équilibrée prêtée au colonel Vall. Mais au-delà de la France, cette nomination visait à rassurer tout le monde occidental.

  • 12  Il s’agit d’accords commerciaux et de développement liant l’Union européenne (UE) et 70 pays ACP ( (...)

20Après avoir condamné le putsch, l’Union européenne (UE) a déclaré qu’elle observerait le comportement du nouveau pouvoir avant de décider de l’arrêt ou non des programmes de coopération en cours avec Nouakchott, en conformité avec les accords ACP-UE12. Pour lever ces appréhensions, le nouveau pouvoir a dépêché une délégation à Bruxelles pour rencontrer des représentants de l’UE, ainsi que le président du groupe ACP. La délégation composée de quatre ministres était renforcée par les leaders de huit partis de l’opposition parmi les plus importants et une myriade de représentants de la société civile. L’objectif est alors de prouver que le pouvoir de transition à Nouakchott s’est résolument engagé dans un retour à la légalité institutionnelle dans des délais raisonnables et que, durant la période de transition, les autorités honoreront leurs engagements de promotion de l’État de droit, de la bonne gouvernance et des droits et libertés fondamentales. La présence des leaders de l’opposition apparaît comme une caution destinée à appuyer la demande de maintien des aides pour consolider le processus de transition et à attirer l’attention sur les régressions qu’engendrerait leur suppression. À l’issue de cette rencontre, les relations avec l’UE étaient en grande partie normalisées. En février 2006, l’UE annonçait qu’elle accordait à la Mauritanie une enveloppe de 6 millions d’euros en soutien à la « transition démocratique » en cours.

21L’alignement sur les États-Unis et l’alliance stratégique entre les deux pays, du temps du président déchu, avait eu comme impact régional le renforcement d’une alliance avec le Maroc, dans le sillage américain, avec une marginalisation de l’influence algérienne et la fin de l’exercice d’équilibrage entre les deux puissances régionales rivales, Maroc et Algérie. Mais sur la question saharienne, la Mauritanie maintenait pourtant une neutralité entre les deux parties et entretenait même une relation, d’État à État, avec les représentants sahraouis. Au-delà de l’impératif géopolitique d’une relation équilibrée entre les deux puissances régionales et les risques de déstabilisation que la Mauritanie a déjà vécus au milieu des années 1970 en s’impliquant dans le conflit sahraoui, la question traverse la société mauritanienne même. En effet, plusieurs tribus mauritaniennes, notamment les Réguibates, ont des ramifications des deux côtés, mauritanien et sahraoui, et donnent à la société mauritanienne une particulière sensibilité à la question. Le premier coup d’État de l’histoire mauritanienne, en 1978, qui avait renversé le pouvoir civil du premier président Mokhtar Ould Daddah, était justement motivé par l’engagement, aux côtés du Maroc, dans le conflit autour du Sahara occidental. Et lorsque Ould Taya a mené son coup d’État contre Haidallah qui, non seulement désengagea la Mauritanie du conflit mais, alla jusqu’à reconnaître la République arabe sahraouie démocratique (RASD), c’est au nom d’un déséquilibre dans le traitement de la question. En effet, ayant du côté maternel une origine sahraouie, Haiddalah était accusé par ses détracteurs d’avoir eu une politique étrangère trop favorable à l’Algérie et au Front Polisario.

22Le colonel Vall devrait maintenir la politique de rapprochement avec le Maroc. Celle-ci avait abouti à la constitution d’une sorte d’« axe Nouakchott-Rabat » dont la consolidation avait été favorisée par les Américains tout au long du règne d’Ould Taya. La permanence de cette politique de rapprochement procède d’une démarche globale qui vise à rassurer les principaux partenaires de la Mauritanie : il s’agit d’afficher une volonté de reconduction des alliances tissées par le régime précédent. En outre, avant d’accéder au pouvoir, le nouveau chef d’État mauritanien était considéré comme très proche des marocains et faisant partie du cercle des décideurs favorable à une relation plus étroite entre les deux pays. Il avait reçu, à l’Académie militaire de Meknès, une formation militaire. Il a quitté ladite Académie comme commandant de zone de guerre, à une époque où la Mauritanie était engagée aux côtés du Maroc dans la guerre contre le Polisario. Enfin, tout comme le deuxième homme du régime, le Colonel Ould Abdelaziz, son cousin germain, il est issu de la tribu des « Ouled Bousbaâ », originaire du Maroc. Cette dernière, qui y dispose toujours d’un terroir important, est réputée proche de la monarchie marocaine. Or la Mauritanie demeure un pays où l’origine tribale imprègne encore les comportements politiques, car elle donne l’assise sociale la plus sûre aux trajectoires politiques individuelles.

  • 13  Les deux accords les plus significatifs concernent les hydrocarbures et le projet de construction (...)

23Il n’a échappé à aucun observateur que le premier hôte officiel, au lendemain du putsch, a été l’envoyé spécial de Mohamed VI, Yassine Mansouri, le chef de la DGSE (sécurité extérieure). Le pouvoir de transition a poursuivi sa coopération privilégiée avec le royaume en signant une série d’accords portant sur l’eau potable, la pêche et le développement agricole le 21 novembre 2005. Toutefois, les nouvelles autorités ont donné des signes de volonté d’équilibrer ces relations, puisque au début de l’année 2006, elles ont signé une série d’accords avec l’Algérie13.

  • 14  International Crisis Groupe, op. cit.

24Par ailleurs les déclarations d’Ely Ould Mohamed Vall sur le dossier du Sahara occidental ont été marquées par la modération et le souci de ne pas froisser ses partenaires, conscient que tout déséquilibre dans le traitement de ce dossier est susceptible de créer de fortes tensions internes. Toutefois, la mise à l’écart de l’armée du colonel Sidi Ould Riha, ancien chef d’état-major de la gendarmerie pourrait déboucher sur un glissement diplomatique en faveur du Maroc et aux dépens du Polisario et de l’Algérie qui le soutient. Cet officier supérieur, très proche des Sahraouis, et qui avait refusé de participer au putsch a été mis en retraite anticipée. Par conséquent, sa mise à l’écart peut être interprétée comme une perte d’influence de la RASD dans les cercles dirigeants mauritaniens14.

Promesses et limites d’un processus de transition

25Accueilli de façon quasi-unanime avec enthousiasme par la population et les élites qui, après 21 ans de règne d’Ould Taya n’espéraient plus une alternance pacifique, le coup d’État n’en a pas moins suscité des réserves. En effet, le complot a été initié par des hommes clés du « système Taya ». Aussi certains s’interrogent-ils sur la capacité du nouveau pouvoir à réformer le régime politique mis en place par l’ex-président.

  • 15  Voir Hindou Mint Aïnina, « Chronique politique… », op. cit. ; Ali Bensaâd, « Mauritanie… », op. ci (...)

26La fuite en avant répressive observée ces dernières années et la menace qu’elle faisait peser sur la cohésion et la stabilité du pays15 ont fait passer, auprès de l’opinion publique, le coup de force comme un « mal nécessaire » pour désamorcer une situation devenue explosive. Mais la satisfaction tenait plus au départ d’Ould Taya qu’à l’arrivée des nouveaux dirigeants. Aussi l’opposition, tout en condamnant pour le principe le coup d’État, lui a reconnu une certaine utilité. Mais, dans le même temps, elle a posé certaines conditions à son soutien au nouveau pouvoir. L’opposition a notamment réclamé le retour rapide à un régime civil, le bannissement des dispositions et pratiques anti-démocratiques et la rupture des relations diplomatiques avec Israël. Si les premiers communiqués du CMJD visaient justement à rassurer sur ses « intentions démocratiques » et devancer les attentes de l’opposition, ils rappelaient trop que depuis le premier putsch en 1978 jusqu’à celui de Ould Taya en 1984, les militaires n’avaient eu de cesse, dans un souci de légitimation de leur coup de force, d’afficher les mêmes intentions démocratiques. C’est l’entrevue accordée aux leaders des principaux partis politiques, 3 jours après le putsch, qui a rassuré véritablement l’opposition sur les intentions des initiateurs du coup d’État. Pour cette dernière l’élaboration d’un calendrier de retour au régime civil doit constituer le test des engagements démocratiques réitérés par les militaires.

27Les nouveaux détenteurs du pouvoir ont semblé tout au long de cette année tenir leurs engagements démocratiques avec comme point d’orgue la révision de la Constitution, la mise en place d’une commission électorale indépendante et surtout l’interdiction faite aux membres du CMJD et du gouvernement de se présenter aux futures élections. Mais ils ont également perpétué les politiques et pratiques du précédent régime en mettant en avant le besoin de stabilité de la Mauritanie et la prise en compte des inscriptions géopolitiques héritées.

  • 16  Voir les déclarations de Mohamed Ould Maouloud, président de l’UFP, PANA, 11/8/2005.

28La décision de nommer comme Premier ministre un ancien dignitaire du régime qui avait occupé la même fonction sous Ould Taya, a été perçue par une partie de l’opposition et de la population comme le signe d’une continuité avec le régime précédent, même s’il ne leur échappait pas qu’elle était surtout motivée par le souci de rassurer les partenaires étrangers. Ainsi un certain nombre de partis regretteront que la solution d’un gouvernement de rupture ou d’un gouvernement d’union nationale tel qu’ils l’avaient réclamé n’ait pas été retenu16. Messaoud Ould Boulkheir, leader Hartani de l’Alliance populaire progressiste (APP) sera plus amer :

  • 17  Cité in International Crisis Groupe, op. cit.

« Notre réaction est une réaction de déception et de scepticisme extrême. Je pensais que la transition voulait dire des nouveaux hommes, mais à une ou deux exceptions près, ce sont tous des hommes d’Ould Taya... Pour moi, je ne vois pas de rupture avec l’ancien régime.17 »

29Mais si par ailleurs, une bonne partie des membres du gouvernement est issue de l’entourage de l’ancien parti au pouvoir, il s’agit pour l’essentiel de technocrates, d’hommes de second plan. L’autre nomination qui a suscité de l’émoi au sein de l’opposition est celle de Mohamed Ould Sid Ahmed au poste de ministre des Affaires étrangères et de la Coopération. La nomination de l’artisan du rapprochement avec Israël constitue un signal fort lancé aux États-Unis et à Israël : le gouvernement issu du coup d’État n’entend pas remettre en cause ses relations avec ces deux pays, bien que ce soit une revendication unanime de l’opposition et un facteur essentiel dans la rupture et l’affrontement entre la population et le régime déchu. Depuis 1999, date de l’établissement des relations diplomatiques avec Israël, les manifestations de rue, violentes, et de plus en plus massives, éclatent à chaque signe de rapprochement avec l’État hébreu.

30La dernière visite du ministre israélien des Affaires étrangères, Silvyan Shalom, 3 mois avant le putsch réussi, a indéniablement induit un processus de maturation dans ce coup d’État. Les observateurs avaient déjà noté que malgré l’exceptionnel déploiement militaire mauritanien, supervisé par les agents israéliens qui craignaient un attentat spectaculaire contre Silvyan Shalom, des manifestants protestant contre cette visite avaient pu, durant trois jours, exploiter certaines failles inhabituelles dans ce type de dispositif. Des murs proches du palais présidentiel ont été tagués d’inscriptions anti-israéliennes, et la garde présidentielle qui avait ordre d’intervenir en cas de coup dur n’aurait pas été insensible à l’ampleur de ces manifestations qui avaient drainé pratiquement toutes les sensibilités.

31L’opposition a violemment dénoncé cette visite et la plupart des partis ont signé un communiqué commun pour demander la rupture des relations diplomatiques avec Israël.

« Cette visite est totalement inopportune, et constitue un défi à l’engagement des Mauritaniens vis-à-vis des frères palestiniens. Nous mettons en garde les autorités contre un tel mépris des aspirations de notre peuple », déclarait Ahmed Ould Daddah, président de Rassemblement des forces démocratiques (RFD), alors que l’Union des forces du progrès (UFP) estimait que cette visite risquait de « nuire plus qu’elle ne pourrait servir la Mauritanie […] Les relations entre notre pays et Israël sont tout à fait prématurées, la normalisation passe d’abord par le recouvrement des droits de chacun, à commencer par la création d’un État palestinien avec Jérusalem comme capitale et le retour des réfugiés. »

  • 18  RFI, 04/05/2005

32L’opposition, traduisant le sentiment de la population, est outrée par « l’exploitation » faite par Tel-Aviv de cette visite et plus généralement des relations entretenues avec Nouakchott « pour améliorer son image aux dépens de la Mauritanie et de ses relations avec ses frères arabes ». La Mauritanie est devenue, à la fin de 1999, le troisième pays arabe, après l’Égypte et la Jordanie, à accueillir une ambassade israélienne sur son territoire. Derrière cette nouvelle relation il existe la volonté de donner un signal fort et de montrer l’exemple aux pays voisins. « La Mauritanie nous a ouvert une porte amicale, nous serons les derniers à la refermer », assure t-on du côté israélien18.

  • 19  Ali Bensaâd, op. cit.

33Le rapprochement volontariste avec Israël, s’il a été un des éléments qui ont permis au régime mauritanien de revenir dans le giron occidental et de s’ouvrir notamment les portes de Washington, reste également l’élément le moins accepté par la population : l’éloignement du champ d’affrontement israélo-palestinien justifie encore moins, à ses yeux, que le régime mauritanien soit plus empressé à l’égard d’Israël que des États arabes tels l’Égypte ou la Jordanie. La présence d’Israël dans les services de sécurité de l’armée, particulièrement la garde présidentielle, le rôle joué par l’État hébreu dans l’échec des tentatives précédentes de coup d’État et les répressions qui s’en sont suivis, ont alimenté les rancœurs au sein de l’armée et ont contribué à creuser le fossé entre celle-ci et Ould Taya19. Aussi, le désir affiché par le nouveau pouvoir de maintenir des relations privilégiées avec Israël, s’il rassure les partenaires occidentaux de la Mauritanie, hypothèque ses relations avec l’opposition et une partie importante de la population.

  • 20  Le Monde, 9 août 2005.

34La nomination la mieux accueillie a été celle d’une personnalité connue pour son indépendance vis-à-vis de l’ancien pouvoir au poste de ministre de la Justice : l’ancien bâtonnier Mahfoud Ould Bettah. C’est sur ce terrain d’ailleurs que le CMJD va donner le plus de gages. Dès le 7 août, il procède à la libération de 21 militants islamistes – sur une soixantaine –, incarcérés depuis la fin avril 2005 pour appartenance à des organisations non autorisées. Depuis le coup d’État, leurs familles et leurs sympathisants s’étaient rassemblés devant la prison où ils étaient détenus, brandissant des banderoles exigeant leur libération20. Cette libération était un signal lancé à une population excédée par le harcèlement dont faisaient l’objet certains prédicateurs et érudits, souvent apolitiques et populaires, même s’ils pouvaient être critiques sur des questions comme la corruption ou s’opposer aux relations avec Israël au nom de la solidarité avec les Palestiniens. À l’image du Cheikh Sidi Yahia ou du prédicateur Ould Dedew, ils bénéficient d’une grande audience et d’une grande estime pour leur érudition dans un pays où la dimension religieuse imprègne toute la vie sociale.

  • 21  Moussa Ould Hamed « Les islamistes mauritaniens : un nouveau pôle de contestation politique ? », A (...)
  • 22  Jeune Afrique, n° 2338, 30 octobre 2005.
  • 23  Le Monde, 23 novembre 2005.
  • 24  El Watan, Alger, 4 octobre 2005.

35Au cours des dix dernières années, Ould Taya a voulu légitimer sa politique répressive par une succession de campagnes de répression voulant accréditer une menace islamiste. Celle-ci est mise en doute par de nombreux observateurs, la nébuleuse islamiste mauritanienne étant dominée d’une part par des prédicateurs « apolitiques » tels Sidi Yahia et Ould Dewdew et, d’autre part, par les adeptes d’un réformisme fortement inspiré par le mouvement des Frères Musulmans égyptiens et ses variantes marocaine et tunisienne et dont la figure de proue est Jemil Mansour figurant parmi les emprisonnés libérés par le CMJD21. Toutefois celui-ci reste intransigeant à l’égard des jeunes gens présumés « djihadistes » et soupçonnés de connexion avec les réseaux terroristes internationaux notamment algériens. Alors que les personnes libérées sont décrites comme des érudits injustement poursuivis, pour les seconds, le pouvoir écarte tout soupçon de manipulation d’une menace islamiste pourtant largement pratiquée par le régime précédent22. Par ailleurs, il reste également intransigeant sur le refus de reconnaître un parti islamiste comme le Parti de la convergence démocratique (PCD). Le pouvoir confirme ainsi l’engagement mauritanien dans la « lutte contre le terrorisme » et dans la gestion sécuritaire du phénomène islamiste. Justifiant la présence d’islamistes dans les prisons mauritaniennes, M.Vall assume l’interdiction du PCD en déclarant au journal Le Monde : « Je préfère radicaliser un ou deux islamistes que de radicaliser toute la Mauritanie. »23 Il avait été tout aussi intransigeant un mois plus tôt dans sa déclaration au journal algérien El Watan : « Nous ne pouvons en aucun cas tolérer l’existence d’un parti islamiste qui prétendrait détenir l’expression politique de la religion. Ce serait inacceptable et inconstitutionnel. »24

  • 25  Voir Hindou Mint Aïnina, « Chronique politique… », op. cit. ; Ali Bensaâd, « Mauritanie… », op. ci (...)

36En septembre, le pouvoir lève toutes les réticences en promulguant un décret d’amnistie graciant 115 opposants politiques, notamment les très populaires « cavaliers du changement » issus de la mouvance des jeunes officiers subalternes à l’origine de la tentative de coup d’État de juin 2003 et qui avait sérieusement ébranlé le régime ; les partisans de Ould Haïdallah internés lors des élections présidentielles qui avaient opposé celui-ci à Ould Taya en novembre 200325 ; les partisans de Chbih Ould Cheikh Melaïnine ex-ministre de Ould Taya, qui se présenta contre lui aux élections présidentielles de 1997 et fut ensuite emprisonné pendant deux années ; des leaders de l’opposition en exil tel que Jemal Ould Yessa, le dirigeant de « Conscience et Résistance ».

37L’action la plus tangible pour concrétiser les engagements de « transition démocratique » des autorités s’est déroulée dans le cadre de « journées de concertation nationale » tenues du 25 au 29 octobre, regroupant plus de 500 participants : hommes politiques, représentants de la « société civile », de la sphère intellectuelle et des milieux d’affaires. Étaient également présents, des représentants d’organisations internationales telles que les Nations-Unies, l’UA, l’Organisation internationale de la francophonie et l’Organisation de la conférence islamique. Ces journées ont été vécues par les participants comme un signe de changement et un désir sincère de transition démocratique. En effet, c’est dans ce cadre qu’ont été fixées les modalités concrètes de ladite transition.

  • 26  Panapress, 9 novembre 2005.
  • 27  Cet article prévoit le maintien transitoire de tout un arsenal de lois répressives et attentatoire (...)

38La décision la plus importante a été d’installer, préalablement aux journées de concertation, une Commission électorale nationale indépendante (CENI), vieille revendication de l’opposition. Selon l’ordonnance, cette dernière est une « autorité administrative indépendante dotée de la personnalité juridique et de l’autonomie financière et composée de quinze personnalités indépendantes, reconnues pour leur intégrité morale, leur neutralité, leur honnêteté intellectuelle et leur impartialité26 ». La CENI a été bien accueillie tant dans la classe politique que dans l’opinion publique dans la mesure où ses membres sont connus comme des personnes intègres et indépendantes bénéficiant d’une réelle crédibilité. Le processus électoral lui-même, écourté de 5 mois par rapport à celui initialement fixé par le CMJD au lendemain de sa prise de pouvoir, a eu l’aval de toute l’opposition, car, tout en réduisant la période de transition, il lui permet de s’organiser pour faire face aux échéances. Le calendrier du processus prévoit d’abord de réviser la Constitution dont les amendements seront soumis à référendum en juin 2006. Le nouveau texte constitutionnel devrait instaurer un mandat présidentiel de 5 ans renouvelable une fois et voir un certain nombre de ses dispositions répressives abrogées, notamment l’article 104.  Ce dernier approuvé par référendum en 1991 est emblématique du dispositif répressif de l’ancien régime27.

39Le référendum sur la Constitution devrait être suivi par des élections municipales en octobre 2006 et par une série de scrutins en 2007 – législatif en avril, sénatorial en mai et présidentiel en juin. Par ailleurs, le processus électoral devrait être précédé, sous l’autorité de la CENI, par la mise à jour du fichier d’état civil afin de permettre à l’ensemble des citoyens mauritaniens de s’inscrire sur les listes électorales. Il est, en effet, courant que les personnes « potentiellement opposantes » (essentiellement celles appartenant à la communauté négro-mauritanienne ou Hartanie) n’aient pas accès aux papiers d’identité.

  • 28  Estimée entre le quart et le tiers de la population, cette communauté dénonce sa marginalisation, (...)

40L’ensemble de ces mesures concrètes a suscité une dynamique de confiance autour de la volonté du CMJD de parachever un processus de transition. Cette dynamique reste cependant hypothéquée par la question des réfugiés et, plus généralement, par celle de la marginalisation de la communauté négro-africaine qui constitue un « abcès de fixation » de la vie politique en Mauritanie28. Les différentes répressions subies par cette communauté ont profondément atteint la cohésion nationale. Si aucune solution n’est apportée à la question de la place des Négro-africains dans la société mauritanienne, il est difficile d’envisager un processus de démocratisation, voire la viabilité de la Mauritanie en tant qu’entité nationale.

  • 29  Cité in International Crisis Groupe, op. cit.
  • 30  Le Monde, 23 novembre 2005.

41Ould Taya, qui avait en son temps rejeté toutes les revendications des réfugiés leur proposant seulement un retour individuel et sans dédommagement ni reconnaissance de leur statut de victime, avait fait voter une loi d’amnistie en faveur des responsables d’exactions (tortures, assassinats, mauvais traitements, contraintes à l’exil). L’ensemble de l’opposition a souligné l’importance et l’urgence toute particulière à donner à ce sujet qui pourrait faire capoter la « transition démocratique ». Or, les autorités ne semblent guère pressées de traiter cette question. Le Premier ministre Ould Boubacar a affirmé que rien ne s’opposait au retour de Mauritaniens, se contentant de reprendre ainsi les thèmes du discours officiel sous la présidence d’Ould Taya29. Quant au président Vall, dans une déclaration au journal Le Monde, il s’est montré encore plus affirmatif sur son refus de se pencher sur cette question : « On ne peut pas régler ces problèmes dans le cadre d’une transition qui quelque part fragilise le pouvoir30. »

Haut de page

Notes

1  Il a mis fin à plus de vingt ans de pouvoir sans partage du président Mouaouia Ould Taya.

2  Voir Hindou Mint Aïnina, « Chronique politique. Une année mouvementée : de la répression des islamistes à la réélection du président Ould Taya », Annuaire de l’Afrique du Nord 2003, Paris, CNRS Éditions, 2005, p. 255-277 ; Ali Bensaâd, « Mauritanie : les répliques d’un coup d’État manqué », L’Année du Maghreb 2004, Paris, CNRS Éditions, 2006.

3  C’est le principal argument des tenants d’un coup d’État qui a, par ailleurs, été mené avec une grande efficacité et sans aucune effusion de sang.

4  Nom de l’instance issue du coup d’État qui désormais dirige le pays.

5  Les ambassadeurs américains et français ont été parmi les premiers reçus.

6  AP, 08/8/2005.

7  Programme de coopération militaire américaine regroupant pays sahéliens (Mauritanie, Sénégal, Mali, Niger et Tchad) et pays du Maghreb (Maroc, Algérie et Tunisie). La TSCTI, dont le budget s’élève à 125 millions de dollars par an, a officiellement débutée en juin 2005. Son objectif est d’empêcher l’établissement de bases terroristes en Afrique.

8  International Crisis Groupe, « La transition politique en Mauritanie : bilan et perspectives », Rapport Moyen-Orient/Afrique du Nord, n° 53, 24 avril 2006.

9  Le Monde, 10 août 2005.

10  Entretien avec un diplomate israélien, Washington, ibid.

11  Le Monde, 23 novembre 2005.

12  Il s’agit d’accords commerciaux et de développement liant l’Union européenne (UE) et 70 pays ACP (d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique). Selon les différentes conventions signées (Conventions de Lomé et de Cotonou), la prise illégale du pouvoir peut entraîner une suspension des accords liant l’UE avec le pays concerné.

13  Les deux accords les plus significatifs concernent les hydrocarbures et le projet de construction d’une route reliant Tindouf à Choum qui offrira à l’Algérie un débouché sur l’Atlantique.

14  International Crisis Groupe, op. cit.

15  Voir Hindou Mint Aïnina, « Chronique politique… », op. cit. ; Ali Bensaâd, « Mauritanie… », op. cit.

16  Voir les déclarations de Mohamed Ould Maouloud, président de l’UFP, PANA, 11/8/2005.

17  Cité in International Crisis Groupe, op. cit.

18  RFI, 04/05/2005

19  Ali Bensaâd, op. cit.

20  Le Monde, 9 août 2005.

21  Moussa Ould Hamed « Les islamistes mauritaniens : un nouveau pôle de contestation politique ? », Annuaire de l’Afrique du Nord 2003, Paris, CNRS Éditions, 2005.

22  Jeune Afrique, n° 2338, 30 octobre 2005.

23  Le Monde, 23 novembre 2005.

24  El Watan, Alger, 4 octobre 2005.

25  Voir Hindou Mint Aïnina, « Chronique politique… », op. cit. ; Ali Bensaâd, « Mauritanie… », op. cit.

26  Panapress, 9 novembre 2005.

27  Cet article prévoit le maintien transitoire de tout un arsenal de lois répressives et attentatoires aux libertés publiques : « la loi de 1960, relative à l’assignation à résidence surveillée ; les lois restrictives et répressives de 1964 et 1973, en matière de libertés d’association ; les lois répressives, en matière de réunions publiques, de 1973 ; la restriction des libertés d’expression, par l’application de l’article 11 de l’ordonnance 91 021 relative à la presse et l’exigence des récépissés, délivrés par le ministère de l’Intérieur, préalablement à toute diffusion de journaux ; le refus d’octroi de toute autorisation de diffusion audiovisuelle et le maintien d’un monopole exclusif du gouvernement sur la Radio et la télévision nationales ». Voir à ce sujet le « Rapport alternatif du forum des organisations nationales de défense des droits de l’Homme (FONADH) », Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, 65e session, 2-20 août 2004, Genève, ONU.

28  Estimée entre le quart et le tiers de la population, cette communauté dénonce sa marginalisation, notamment depuis 1966 où une réforme scolaire introduisant l’arabe aux dépens du français a défavorisé cette communauté francophone. La réforme foncière de 1983 a créé les conditions d’une appropriation des terres communautaires traditionnelles par les hommes d’affaires maures. En 1987, en raison de soupçons se rapportant à une éventuelle tentative de coup d’État, le pouvoir a procédé à une purge au sein de l’armée accompagnée de liquidations physiques évaluées à 500. En 1989, la tension entre Maures et Négro-africains aboutit à l’expulsion, au Sénégal, de 100 000 citoyens mauritaniens de la communauté négro-africaine qui perdront tous leurs biens.

29  Cité in International Crisis Groupe, op. cit.

30  Le Monde, 23 novembre 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Bensaâd, « Mauritanie : une révolution de Palais sur fond d’odeur de pétrole », L’Année du Maghreb, II | 2007, 323-336.

Référence électronique

Ali Bensaâd, « Mauritanie : une révolution de Palais sur fond d’odeur de pétrole », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/131 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.131

Haut de page

Auteur

Ali Bensaâd

Maître de conférences, UFR de Géographie, Université de Provence (Aix-Marseille I) et enseignant-chercheur à l’IREMAM, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page