Navigation – Plan du site

VIII | 2012
Dossier : Un printemps arabe ?

La période inaugurée par la chute du régime de Ben Ali constitue une rupture dans l’histoire des régimes autoritaires arabes. Le souffle des protestations sociales, qui est parti de Tunisie, a emporté le régime de Ben Ali le 14 janvier 2011, puis celui de Moubarak en Égypte un mois plus tard, et enfin celui du colonel Kadhafi, en Libye, le 20 octobre de la même année. Le départ du despote tunisien a ainsi ouvert la voie à un cycle protestataire sans précédent au Maghreb et au Moyen-Orient.
L’Année du Maghreb ne pouvait ne pas s’intéresser au « printemps » ou aux « révolutions » arabes, d’autant plus que les dynamiques politique et sociale qui ont ébranlé les bases des régimes autoritaires de la région et ont remis « en cause un certain nombre de présupposés scientifiques sur le caractère inéluctable de l’autoritarisme ». Le dossier de recherche, coordonné par Vincent Geisser, s’attèle justement à déconstruire un certain discours des sciences sociales tout en montrant que le « processus de fissuration des régimes autoritaires n’a pas commencé avec le Printemps arabe de 2010-2011 ». Dans le même temps, les articles de ce numéro mettent l’accent sur le rôle joué par les divers acteurs dans les processus de mobilisation et fournissent aussi des éléments de compréhension des nouvelles réalités sociopolitiques qui émergent des mouvements protestataires et de leur gestion par les différents régimes autoritaires.

Éric Gobe,
Rédacteur en chef et responsable scientifique de L’Année du Maghreb