Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Printemps arabe : une « révolution » pour les sciences sociales ?

La révolution tunisienne : interactions entre militantisme de terrain et mobilisation des réseaux sociaux

The Tunisian Revolution : interactions between grassroots activism and mobilization of social networks
Zeineb Touati
p. 121-141

Résumés

Sans réduire la révolution tunisienne à une révolution 2.0 et sans nier le rôle des réseaux sociaux dans la montée de la mobilisation d’une tranche importante de la société tunisienne, nous analysons, dans cet article, les modalités pratiques de la mobilisation et les usages des réseaux sociaux et des TIC. Nous mettons en lumière l’évolution du rôle de ces réseaux sociaux tout au long des protestations en Tunisie entre le 17 décembre 2010 (date des premiers rassemblements) et le 14 janvier 2011 (date de départ de Ben Ali) en réponse aux besoins de la mobilisation sur le terrain et de l’évolution de l’implication des militants et des manifestants. En présentant les raisons et les finalités du recours aux réseaux sociaux, nous pointons les différences avec la révolte du bassin minier de Gafsa de 2008.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Nous avons commencé cette veille le 19 décembre 2010 (2 jours après l’immolation par le feu de Mo (...)
  • 2 . Les facebookers ont été informés de notre opération d’archivage et d’impression du contenu et his (...)
  • 3 . Nous avons traduit en langue française certains mots de ces SMS. Nous les faisons apparaître dans (...)

1Les récentes révolutions dans certains pays arabes sont l’occasion d’observer
d’un autre œil les populations arabes et musulmanes jugées jusque-là comme dépourvues de toute ambition et de toute capacité à agir politiquement. Ces révolutions pourraient également offrir un terrain d’étude propice pour analyser les formes de mobilisation, la construction des mouvements sociaux et d’envisager autrement l’action collective en présence de nouvelles ressources et d’outils performants et disponibles. La révolution tunisienne, qui a donné le coup d’envoi des soulèvements dans d’autres pays, a suscité depuis le printemps 2011 l’intérêt des chercheurs dans diverses disciplines qui la traitent sous différents angles, mais tous se rejoignent en questionnant le rôle d’Internet et des réseaux sociaux (cf. Lecomte en sciences politique, Ferjani, Hammami, en sciences de l’information et de la communication). Plusieurs experts et journalistes présentent les TIC et notamment les réseaux sociaux comme le moteur de la révolution tunisienne. Certains la réduisent à une révolution numérique ou virtuelle. Des qualificatifs comme « Twitter revolution » ou « Facebook revolution » utilisés par la CNN et d’autres médias transnationaux sont repris à souhait en réduisant la révolution tunisienne à une e-revolution. D’autres experts nient le rôle des TIC et rappellent que la bataille a été gagnée sur le terrain et au prix de grands sacrifices. Sans réduire la révolution tunisienne à une révolution 2.0 et sans nier le rôle des réseaux sociaux dans la montée de la mobilisation d’une tranche importante de la société tunisienne et en essayant de dépasser l’opposition réseaux sociaux/sociabilités classiques fortement débattue depuis le printemps dernier, nous analyserons les modalités pratiques de la mobilisation et les motivations des jeunes manifestants. Pour les besoins de cette contribution, nous nous référerons à une vingtaine d’entretiens semi-directifs avec deux avocats de la ville de Sousse (membres de l’Association tunisienne des jeunes avocats), deux chômeurs de Tunis, un enseignant de Sfax (sympathisant de la gauche) et 15 jeunes de Tunis (médecins, étudiants, employés). 15 d’entre eux ont participé à au moins trois manifestations (dont celle du 14 janvier). Ils disposent tous d’un compte Facebook, 7 sont sur Twitter. Ils disposent tous d’un téléphone avec caméra et/ou appareil photo et 8 disposent d’un abonnement 3G. Nous nous baserons également sur les résultats d’une veille active conduite sur Facebook et à un degré moins assidu sur Twitter tout au long de la révolution et la période de transition qui a suivi1. Nous avons stocké et imprimé toutes les données figurant sur les profils de quatre facebookers vivant en Tunisie (Tunis et Sousse)2. Membre de la diaspora tunisienne en France, les informations reçues et échangées sur notre propre profil notamment avec d’autres membres de la diaspora (en France et au Qatar) et avec des contacts tunisiens (de Tunis, Sousse, Gabès et Sfax) viennent compléter ce corpus. Par ailleurs, ce corpus est enrichi par les SMS que nous ont transmis deux des facebookers que nous avons suivi et l’un des enquêtés. Il s’agit de tous les SMS qu’ils ont échangés entre le 11 et le 16 janvier (220 SMS)3. Dans cette contribution, nous nous focalisons sur 80 SMS échangés entre le 13 et le 16 janvier particulièrement pertinents pour notre problématique.

2Nous mettrons en lumière l’évolution du rôle de ces réseaux sociaux tout au long des protestations en Tunisie entre le 17 décembre 2010 (date des premiers rassemblements couverts le soir même par la chaîne satellitaire Al Jazeera) et le 14 janvier 2011 (date de départ de Ben Ali). Pourquoi et comment les réseaux sociaux ont-ils été mobilisés lors de ces évènements ? En quoi leur usage et leur rôle sont-ils différents de la période de la révolte du bassin minier de Gafsa en 2008 ? Nous tenterons également de montrer l’évolution de la mobilisation des réseaux sociaux (plus particulièrement Facebook) et des TIC d’une façon générale en fonction des besoins de la mobilisation sur le terrain et de l’implication des militants et des manifestants.

  • 4 . Notre objet ne sera pas de faire une chronologie de la révolution. Notre propos ne se veut pas ex (...)

3Dans une première partie, nous présenterons le paysage médiatique tunisien réputé pour son verrouillage quasi permanent et la mainmise de l’État et dans une deuxième partie nous dresserons un état des lieux des TIC. La troisième partie sera consacrée aux TIC en tant qu’alternative aux médias classiques : nous pointons les usages contestataires développés bien avant la révolution et les réponses autoritaires et répressives qu’ils ont entrainées. Dans la quatrième et dernière partie, nous présenterons la corrélation entre mobilisation sur le terrain et sur Internet et ceci en montrant le soutien offert par les réseaux sociaux et la téléphonie mobile aux différentes phases de la mobilisation4.

Le paysage médiatique tunisien avant la révolution

  • 5 . Il n’y a pas de changement notable depuis la révolution. Toutefois, l’Instance nationale pour la (...)
  • 6 . Il s’agit de la première chaîne nationale devenue Canal 7 en 1992 (le chiffre 7 fait référence à (...)
  • 7 . Créée en 2008 et contrainte à la clandestinité, Kalima a diffusé depuis 2009 par voie satellitair (...)

4Le paysage médiatique tunisien se distinguait par la mainmise directe et indirecte de l’État mais aussi par sa pauvreté en termes quantitatif et qualitatif comparé aux pays de la région. Avant la chute du régime de Ben Ali, le pays comptait 4 chaînes de télévision5 dont 2 chaînes publiques Tunisie 76 et Tunis 21 et 2 chaînes privées Hannibal TV (2005) et Nessma TV (2007). En plus des chaînes tunisiennes, la majorité écrasante de la population recevait les programmes de plus de 500 chaînes satellitaires regardées à divers degrés. Les chaînes arabes d’information (Al Jazeera et Al Arabiya en premier lieu) et de divertissement (notamment les chaînes des bouquets Rotana et ART) étaient les plus regardées. Le choix des radios était plus important, puisqu’on recensait 4 stations de radios nationales, 5 régionales et 5 privées. À ces stations officielles s’ajoutaient des stations clandestines, notamment la station Kalima7.

  • 8 . Voir le rapport de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme, Médias sous surveillance, mai 2004 (...)

5Les Tunisiens avaient le choix entre 265 titres de journaux et revues généralistes et spécialisées éditées dans les deux langues arabe et française. Détenus à plus de 90 % par des groupes privés ou des indépendants, ces titres se limitaient majoritairement à copier le discours gouvernemental et se contentaient de reproduire les dépêches de la TAP (Tunis Afrique Presse). Les quelques exceptions provenaient des titres émanant de l’Union générale des travailleurs tunisiens (Achaab) et de quelques partis de l’opposition (Attariq aljadid, Al-Maoukif ou encore Mouwatinoun). Nous précisons ici que l’existence de chaînes de télévision, de radios et de titres de presse détenus par des privés ou des indépendants n’était absolument pas garante de liberté d’expression, c’était même une manifestation de la mainmise du régime de Ben Ali. L’annonce par Ben Ali le 7 novembre 2003 de l’ouverture de l’audiovisuel tunisien n’explicitait pas les modalités, ni les rouages de cette opération. Dans le contexte tunisien, ouverture et privatisation rimaient avec amitié et allégeance. D’une part, on accorde les autorisations à des proches du pouvoir, d’autre part les accords signés stipulent que le responsable et le directeur du média en question seront nommés en accord avec le gouvernement. C’est ainsi que « le propriétaire de Mosaïque FM, ex-journaliste à Ech Chourouk s’était fait remarquer par son allégeance totale et zélée à l’égard du pouvoir »8. Il en est de même pour le directeur de la seconde radio privée Jawhara (ancien directeur de la station publique Radio Jeunes), ainsi que la station à vocation religieuse Zitouna dont la licence fut accordée en 2010 au gendre du président Ben Ali. La télévision n’est pas en reste avec la nomination par Ben Ali lui-même de l’homme d’affaires, proche du pouvoir, Larbi Nasra à la tête de la première chaîne privée Hannibal TV.

  • 9 . Quotidien indépendant lancé par le journaliste Omar Shabou exilé pendant presque 10 ans en France
  • 10 . Répartis entre quotidiens, hebdomadaires, bi-mensuels, mensuels et revues.

6Depuis la chute du régime de Ben Ali, le paysage médiatique tunisien a connu plusieurs changements avec notamment la parution de journaux comme l’hebdomadaire Al-Fajr du parti Ennahdha, ou le quotidien El-Maghreb (Le Maghreb)9. Par ailleurs, au 20 septembre 2011, 187 périodiques10 ont obtenu leur récépissé légal. À l’inverse, les quotidiens Le Renouveau et Al-Horriya organes de presse du RCD (ex-parti au pouvoir) ont tiré leur révérence. Ce fut aussi le sort de l’Agence tunisienne de communication extérieure (ATCE), longuement décriée par les journalistes et les défenseurs des droits de l’Homme et officiellement dissoute le 1er février 2011. À noter également une évolution considérable qui affecte tous les domaines de l’information et de la communication et qui consiste en la mise en place d’un nouveau code de la presse entré en vigueur le 4 novembre 2011. Parmi les principaux apports de ce code : le renforcement des droits et des garanties des journalistes, l’accès à l’information, la protection de la confidentialité des sources et la suppression de la peine privative de liberté en matière de diffamation.

Les TIC : état des lieux

  • 11 . Première connexion en 1991 avec des applications dans le domaine de la recherche.
  • 12 . Une sorte de cybercafés.
  • 13 . Source : Agence Tunisienne d’Internet, http://www.ati.tn (Dernière consultation le 14 janvier 201 (...)
  • 14 .« Engagement de Tunis », article 2, Sommet mondial sur la société de l’information, disponible (...)
  • 15 .« Engagement de Tunis », op. cit., article 5.
  • 16 .Opération consistant à favoriser l’équipement des familles avec des ordinateurs à 1 000 dinars (en (...)
  • 17 .Source : l’Agence Tunisienne d’Internet (ATI) : http://www.ati.tn/ (régulièrement consulté). Derni (...)
  • 18 .Précisons ici que sur les 4 millions d’internautes, il n’y avait qu’environ 577 475 abonnés selon (...)

7Les TIC et notamment Internet ont également attiré l’attention du régime de Ben Ali qui en a très tôt fait un étendard de sa politique et un outil de propagande. En effet, la Tunisie a été le premier pays africain à disposer d’une connexion à Internet11. Très rapidement l’État met en place une stratégie d’action pour assurer l’accès à Internet notamment avec la création de l’Agence tunisienne d’internet (ATI) en 1996 et le lancement en octobre 1998 du projet des Publinets12 pour généraliser l’accès à Internet dans toutes les régions. Cette politique a aussi bénéficié aux structures de l’enseignement et de la recherche puisque le taux de connexion a atteint selon les statistiques de 2011, 100 % pour les universités, les laboratoires de recherche et les lycées secondaires et 70 % pour les écoles primaires13. L’État tunisien a aussi joué la carte Internet à l’international notamment en organisant, en novembre 2005, la seconde phase du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) à l’issue duquel le régime rappelait son « engagement et détermination à édifier une société de l’information à dimension humaine, solidaire »14 et considérait que « Le Sommet de Tunis constitue […] une occasion unique de faire prendre conscience des avantages que les technologies de l’information et de la communication (TIC) peuvent apporter à l’humanité et de la manière dont elles peuvent transformer les activités, les relations et la vie des personnes et, par conséquent, renforcer la confiance dans l’avenir »15. Plusieurs des engagements annoncés à la fin du sommet n’ont pas été respectés. Toutefois, la politique de l’État Tunisien a facilité, dans les grandes villes, l’accès à Internet et aux TIC d’une façon générale. Ainsi et grâce, entre autres, à l’opération de l’ordinateur familial16 et à la baisse des tarifs des abonnements à Internet, 13 % de la population tunisienne était équipée en ordinateurs et en mai 2011 environ 4 millions17 de Tunisiens, sur une population estimée à 10 673 800 habitants, sont internautes à divers degrés18. Notons ici que ces taux d’équipement et de connexion ne laissent pas paraître une forte disparité entre grandes et petites villes et entre le nord du pays, d’un côté, et le sud et le centre, de l’autre. L’augmentation du nombre d’internautes (régulièrement ou épisodiquement connectés) a été, entre autres, expliquée par le besoin de s’informer et de communiquer.

  • 19 .Il s’agit d’une révolte populaire dans la zone du bassin minier de Gafsa. La population locale réc (...)
  • 20 . Ces reportages ont valu à leur auteur une peine de prison de six ans, réduite à quatre ans en app (...)
  • 21 . Al Hiwar Attounsi (Le dialogue Tunisien) : chaîne de télévision considérée comme dissidente qui é (...)
  • 22 . Les chiffres et taux présentés sont le fruit d’une veille régulière sur Check Facebook, http://ww (...)
  • 23 .Source : ISTIS, Sondage d’opinion sur la situation politique et l’impact de la révolution sur les (...)

8La censure que subissent les médias nationaux classiques, le blocage de certains sites internet, le contrôle des informations diffusées par les médias étrangers font partie des explications avancées de l’intérêt grandissant pour Internet et de l’explosion du nombre de comptes Facebook, notamment depuis 2008 année de la révolte du sud-ouest19 tunisien (Ferjani et Mekki, 2011). Violemment réprimée et totalement ignorée par les médias tunisiens, cette révolte populaire a été essentiellement médiatisée grâce aux vidéos filmées sur téléphone portable par Fahem Boukaddous20 diffusées par Al Hiwar Attounsi21 et postées, entre autres, sur YouTube et Dailymotion. Si Ben Ali et la cyberpolice avaient conscience de la puissance du Web 1.0, il nous semble qu’ils ont, pendant des années, plutôt négligé l’influence du Web participatif dont ils ont réellement pris conscience après les évènements du bassin minier. En effet, censurer les sites n’était pas suffisant pour contrôler cette « force de la désobéissance » dont parlent Larbi Chouikha et Éric Gobe (2011). Dans les mois qui ont suivi ces évènements, nous notons une explosion du nombre de comptes Facebook actifs qui passe de 16 000 utilisateurs début 2008 à presque 100 000 en septembre 2008, à plus de 800 000 en octobre 2009 pour atteindre les 2 millions début janvier 2011, avec environ 77 % des profils composés par des internautes entre 16 et 34 ans. Le nombre d’utilisateurs est stable depuis quelques mois avec 2 181 320 utilisateurs actifs en janvier 201222. Par ailleurs, le manque de confiance dans les médias nationaux classiques amène les Tunisiens à se tourner vers Internet pour s’informer sur la vie politique. Selon un sondage publié en avril 2011, environ 58 % des jeunes entre 18 et 29 ans utiliseraient souvent Internet pour s’informer. Questionnés sur les supports d’informations les plus utilisés avant la révolution, les Tunisiens citent à hauteur de 36,9 % Internet (Facebook et Twitter) et à hauteur de 25,9 % les journaux électroniques et sites d’actualité23. Internet est donc, entre autres, utilisé et reconnu, par une partie de la population, comme outil d’information et de communication.

9C’est un outil prisé pour accéder à des informations émanant de sources autres que les médias nationaux ou locaux. Toutefois, nous ne nous limitons pas à cette lecture politiquement déterministe qui explique l’évolution d’Internet en Tunisie par des visées idéologiques ou des usages politiques contestataires et ceci pour plusieurs raisons. D’abord parce que l’évolution d’internet et du recours aux sites de partage était prévisible et s’inscrivait dans la logique des usages développés également dans les pays voisins, comme le Maroc. Le nombre d’utilisateurs d’Internet devait, selon les spécialistes, augmenter de façon exponentielle vers 2008/2009. Ensuite, les premiers usages des Tunisiens consistaient dans le divertissement, la création et le maintien des liens de sociabilité ou encore l’affirmation de leurs singularités identitaires face au manque d’espaces culturels et de sociabilité en Tunisie. En effet, la multiplication des comptes Facebook n’était pas synonyme d’une politisation des discours qui y sont diffusés ou partagés. Les syndicalistes dissidents, les jeunes opposants ou les quelques cyberactivistes qui en avaient un usage contestataire et de contournement de la censure classique étaient minoritaires (Touati, 2012b). En témoigne le nombre limité de profils personnels et de pages censurés. La majorité des pages et des comptes étaient souvent apolitiques ou pro-Ben Ali, et ce jusqu’aux jours précédant la révolution. Des internautes tunisiens « ordinaires » avec des usages « classiques », n’utilisant pas prioritairement Facebook pour discuter de questions politiques, en sont venus ponctuellement à s’exprimer ou encore à être informés, sans le rechercher activement, sur ces questions via le mur de contacts plus engagés. Le besoin d’information et de communication sur la chose publique était certes présent mais il n’était pas majoritaire et ne peut que faire partie d’un ensemble de facteurs indépendants du politique qui expliquent cet intérêt pour Internet. L’année 2008 et la révolte du Bassin minier sont, à notre avis, importantes à souligner dans cette contribution parce qu’elles marquent un moment décisif de l’histoire du pays, révélateur d’un début d’exaspération sociale et d’un basculement tant dans le discours politique que dans l’attitude des contestataires.

  • 24 . Il existe trois opérateurs qui sont dans l’ordre de création : Tunisie Telecom (1995), Tunisiana (...)

10D’autres TIC sont fortement présentes en Tunisie notamment la téléphonie mobile équipée d’appareil photo et de caméra. Les Tunisiens en sont friands : en mars 2011, on comptait 11,3 millions d’abonnements et de cartes. Ainsi sur le plan national, le taux d’équipement en téléphonie mobile dépasse les 90 % et les 100 % dans certaines grandes villes. L’usage et l’offre de la téléphonie mobile sont en train de s’élargir à la 3G encore exclusive chez un seul opérateur (Orange) sur les 3 existants24. Depuis début 2011, l’utilisation de clés 3G se développe progressivement, notamment grâce à la baisse des tarifs des abonnements et à une meilleure couverture réseau.

L’alternative des TIC et des médias transnationaux

Les chaînes transnationales : un espace d’information et d’expression

  • 25 . Les enjeux stratégiques, la nature du traitement des informations concernant la Tunisie et les ra (...)

11Face à l’absence de liberté d’expression, de médias libres et d’informations neutres, les Tunisiens se sont progressivement tournés vers d’autres sources d’information que les médias nationaux. Les médias transnationaux fortement présents depuis quelques années en Tunisie et renforcés par la présence de chaînes telles que Al Jazeera ou Al Arabiya ont permis l’accès à une information autre que celle produite par la propagande étatique et ont, par conséquent, largement contribué à rompre les stratégies de censure. Ces médias ont contribué à faire émerger un regard critique et des espaces d’échanges dans lesquels une majorité de Tunisiens découvrait les opposants, les militants des droits de l’Homme et les dissidents exilés. Ces catégories bannies dans les médias tunisiens, trouvaient en Al Jazeera une tribune leur permettant de toucher les Tunisiens, de se faire connaître, d’expliquer leur engagement et de dénoncer la politique et le régime de Ben Ali. Dès les premiers jours, Al Jazeera a largement couvert la révolution tunisienne et a ainsi permis au monde, mais surtout aux Tunisiens de suivre les évènements et de se mobiliser par la suite. Le rôle d’Al Jazeera dans la médiatisation de cette révolution et dans le contournement de la censure locale a été considérable (Ferjani, 2011). Cet engagement d’Al Jazeera qui dépassait celui des autres médias transnationaux n’est pas uniquement dicté par la volonté de couvrir et d’être au plus près de l’évènement. Des enjeux stratégiques et les implications géopolitiques du Qatar pourraient être des éléments d’explication de la couverture permanente de la révolution sur la chaîne et du type de traitement qui lui a été consacré25. À cela, s’ajoutent les chaînes françaises fortement regardées notamment dans les grandes villes et le nord du pays.

Internet : du privé au public et de l’information/divertissement à la contestation

12La majorité des internautes avait d’internet des usages de divertissement, d’information généraliste et d’échange de courriels, alors que les militants politiques et associatifs ainsi que les syndicalistes dissidents y ont rapidement trouvé un moyen de contourner la censure et de médiatiser leurs causes en dehors des frontières (Touati, 2012a)26. L’espace virtuel tunisien s’est progressivement politisé avec les blogs et forums des initiés, des militants engagés et des membres de la diaspora (notamment avec la création en 2004 de Nawaat27 qui deviendra incontournable dans la blogosphère tunisienne et plus récemment sur les réseaux sociaux). Les premiers signes de politisation sont apparus dès la fin des années 1990 avec la création de la newsletter Tunisnews28 animée par des islamistes exilés. D’autres sites, comme Takriz (1998),
Tunezine29 (2001) créé par Zouhair Yahyaoui30 ou encore RévéilTunisien31 (2002) se sont déployés sur la toile.

  • 32 . Voir Touati Zeineb, « Les réseaux sociaux et la parole des femmes tunisiennes entre espace de lib (...)
  • 33 . Enseignante à l’Université de Tunis et blogueuse, elle a obtenu le Prix du Meilleur Blog 2011, lo (...)
  • 34 . « Nightclubbeuse » a été à un moment aussi intitulé « Crazy thoughts ».

13Les tunisiens vont progressivement découvrir les blogs et les forums – qui se multiplient à partir de 2006 avec comme nouveauté le référencement des blogs en Tunisie en plus de ceux hébergés par des serveurs étrangers – et développeront pendant un moment des usages réservés et anonymes fortement marqués par l’autocensure dans les propos, dès qu’il s’agira de parler de politique ou de libertés. Malgré cette réserve et cette méfiance, les internautes seront directement ou indirectement confrontés à des informations dissonantes, à des critiques ouvertes et même à des contestations qui ne tarderont pas à être formalisées et organisées sur Internet pour se transformer en actions sur le terrain. L’année 2008 – marquée par le soulèvement du bassin minier et la forte répression qui s’en est suivie, mais aussi par le renforcement de la cyber-censure et l’élargissement des prérogatives et méthodes de la cyberpolice – représente un tournant important dans l’évolution de l’espace numérique tunisien et sa transformation en un espace public bis remplaçant l’espace public classique miné par la censure et vidé de toute forme d’expression, de régulation ou de négociation. Nous avons d’ailleurs, dans le cadre d’une recherche parallèle mis l’accent sur le tournant qu’ont connu les trajectoires des blogueuses tunisiennes qui sont passées en l’espace de quelques années du récit personnel à l’action militante, de l’expression de l’intime et du quotidien à des revendications politiques et idéologiques (Touati, 2012b)32. C’est le cas d’Arabica (Fatma de son vrai nom) ou encore de Lina Ben Mhenni33, qui a rebaptisé son blog « Nightclubbeuse »34 créé en 2007 en « Tunisian girl » dans lequel le récit de la vie intime s’entremêle à la parole politique. Ce mélange des genres, constant chez L. Ben Mhenni, est également présent chez de nombreux blogueurs tunisiens. L’influence d’un environnement familial politisé et la confrontation des points de vue avec des amis politisés et syndiqués, ont amené Lina à s’engager dans des causes diverses.

  • 35 . Avant même les débuts de la révolution tunisienne, le changement de nom du blog de L. Ben Mhenni (...)

14Là aussi le changement de trajectoire se situe vers la fin de 2008 (dénonciation de l’attaque israélienne contre Gaza et de la politique de l’État Tunisien, soutien aux étudiants de l’UGET)35. C’est aussi l’année où elle a créé un autre blog plus politique avec son compagnon opposant Sofiane Chouarbi, intitulé « Farda Welkat Oukkhtha » (Les deux paires d’une chaussure). Sa couverture de la révolution de 2011 s’inscrit dans la suite de son engagement. L’année 2008 marque aussi la prise de conscience de plusieurs blogueurs et internautes de l’importance de la censure subie d’où l’engagement de certains très rapidement dans des actions anti-censure. Ces actions sont importantes à relever parce qu’elles témoignent du rôle de l’espace virtuel dans l’expression des contestations et dans le transfert des revendications de la toile à la rue et dans le dépassement des condamnations habituelles des transgressions du régime de Ben Ali.

  • 36 . À titre d’exemple le rapport « Fausse liberté : la censure sur le Net au Moyen-Orient et en Afriq (...)

15Début 2005, plusieurs ONG36 relevaient déjà la répression subie par les cyberactivistes et surtout les cyberdissidents. En novembre 2006, Reporters sans frontières (RSF) a classé la Tunisie sur la liste des « 13 ennemis d’Internet ». La cybercensure témoignait d’une ambivalence de la politique tunisienne et de son rapport à Internet. Cette ambivalence s’exprime d’un côté dans une volonté manifeste de rendre l’outil matériellement et culturellement accessible à tous (dans une optique purement économique) et de l’autre de réprimer les usages qui peuvent en être faits et le façonner à sa manière. Le régime a fait preuve de prouesses techniques au niveau de la généralisation de l’accès mais aussi du contrôle et du filtrage. Plusieurs méthodes et outils étaient à la disposition de la cyberpolice. Le panel est large : de l’obligation faite aux fournisseurs d’accès de communiquer les listes de leurs abonnés, à l’intimidation des gérants de Publinets obligés de surveiller leurs clients (en plus de l’interdiction d’accès à certains sites et de l’impossibilité de téléchargement à partir du poste de consultation) à l’utilisation de moyens techniques développés bloquant les noms de domaines et les URL et filtrant les adresses IP afin d’empêcher l’accès à certaines adresses ou encore le repérage de mots-clés (des logiciels scrutent en continu les flux et les échanges et bloquent l’accès dès qu’un mot de la liste apparaît).

  • 37 . Littéralement hameçonnage.

16Avec l’engouement pour les réseaux sociaux et la prise de conscience du danger que représentait le web participatif, le régime tunisien s’est attaqué à la censure des sites de partage et des réseaux sociaux. Nous avons déjà souligné l’interdiction d’accès depuis 2007 à Dailymotion et Youtube. D’autres comme Wat.tv et Blip.tv ont subi le même sort tout comme le site de partage de photos Flicker. Par ailleurs, plus d’une centaine de profils Facebook étaient bloqués en plus de la suspension de l’espace lui-même pendant quelques jours en août 2008. Des opérations de phishing37 ciblaient depuis 2008 les opposants et les cyberdissidents qui se voyaient piraté les identifiants et mots de passe de leurs messageries électroniques et plus tard de leurs comptes Facebook. La cyberpolice pouvait par la suite accéder aux contenus, les lire et/ou les supprimer. Par ailleurs, le 28 avril 2010 a été l’une des pires journées des internautes et blogueurs avec le verrouillage de plusieurs blogs comme Trapboy, Bent 3ayla, Patriote tunisien ou Arabsta. Asdrubal, Mochageb, enne9ed, For Gafsa, et bien d’autres étaient déjà inaccessibles.

  • 38 . Cf. son ouvrage L’Invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1re éd. 198 (...)

17Pour lutter contre les stratégies du régime de Ben Ali, les internautes tunisiens ont mis en place des tactiques de contournement et d’adaptation avec tout ce que comportent les notions de stratégie et de tactique, dans le référentiel de Michel de Certeau38, de créativité et de ruse permanentes de la part des usagers internautes sur un terrain et des contraintes établies par l’État. Les internautes tacticiens se sont aussi dotés de plusieurs ruses des plus simples aux plus techniques. Ils ont commencé par contourner le repérage des mots-clés en adoptant un langage codé (en utilisant Ammar pour censeur, Khali ou Tonton pour Ben Ali) ou en ajoutant un point, un tiret ou une virgule dans les mots afin d’empêcher leur repérage automatique (dic.tature). Par ailleurs, plusieurs ont dû s’approprier des logiciels de contournement de la censure en utilisant des proxys tels que VPN ou TOR pour accéder aux pages interdites.

18D’un autre côté, la caricature détenait depuis plusieurs années une place de prédilection dans la blogosphère tunisienne. Ceci nous rappelle la présence de la satire et de la caricature dans les premiers journaux nationaux qui ont participé à l’émergence de l’espace public tunisien. Parmi les cibles favorites des internautes et des blogueurs, le président Ben Ali, sa femme Leila – déjà objet de plusieurs blagues populaires – et Ammar 404. Cette cybercaricature s’exprime principalement dans les bannières et dans les logos. Nous donnons ci-dessous en exemple : une affiche représentant les Benali’s Angels publiée notamment sur Nawaat et visant les trois directrices successives de l’ATI et une création représentant le couple présidentiel dans la position du censeur et Leila Trabelsi Ben Ali côté conducteur.

  • 39 . En référence au message d’erreur « Error 404 Not Found » qui s’affiche lorsqu’une page est inacce (...)

19Le personnage du censeur, sujet d’indignation récurrent parmi les internautes tunisiens, Ammar 40439 a aussi son lot de caricatures.

  • 40 . La manifestation prévue a été annulée suite à l’arrestation des principaux organisateurs. Elle a (...)

20La récurrence de la cybercensure a permis de concrétiser le passage de la cyberdissendence au militantisme de terrain. Les internautes ont commencé par organiser plusieurs opérations, plus ou moins bien relayées sur le net, comme la campagne « Ammar Sayeb Salah » (Ammar lâche-moi la grappe/Ammar lâche-moi les baskets). Cette opération marque le passage de l’engagement en ligne à l’expression dans la rue (hors ligne et à visages découverts) du « ras le bol » des internautes. Le 22 mai 2010 constitue un tournant dans les relations Internet/rue avec la planification sur internet par des blogueurs tunisien de ce qui devait initialement être la première manifestation anti-censure intitulée « Nhar 3la 3ammar » (Dure journée pour Ammar/Sale journée pour Ammar)40. Les initiateurs Yassine Ayari (ingénieur réseaux) et Slim Amamou (technicien supérieur en informatique industrielle) étaient parmi les blogueurs les plus actifs et qui ont fait bénéficier la blogosphère de leur maîtrise de l’outil informatique et de leur expertise.

21Cette tentative modifiera le rapport de force parce qu’elle montrera aux internautes, mais aussi aux gouvernants que la contestation virtuelle peut se traduire sur le terrain et surtout qu’une revendication bien orchestrée que l’on pensait inimaginable pouvait exister en Tunisie.

22Bien avant la révolution, l’outil Internet avait déjà prouvé les usages qu’il peut offrir et la dimension contestataire qu’il peut porter et communiquer même dans un contexte comme celui de la Tunisie de Ben Ali. Nous allons à présent essayer de décortiquer le rôle joué par les TIC tout au long de la révolution.

Interactions entre TIC et terrain pendant la révolution

23Nous tenons ici à préciser que nous n’adhérons nullement à l’hypothèse qui fait d’Internet le déclencheur de la révolution et son principal moteur. Il s’agit pour nous d’une lecture déterministe et techniciste. Cette idée largement débattue dans les médias, comme dans les revues spécialisées, suppose la négation du contexte social, politique et économique et de la colère qui couvait depuis quelques années dans certains secteurs (révolte de Gafsa, grève des enseignants, création du Syndicat des Journalistes Tunisiens, etc.). C’est aussi nier le rôle des autres médias, la mauvaise gestion du régime et sa panique face à un mouvement populaire qu’il n’avait pas prévu malgré tous les signes avant-coureurs, etc. Il serait simpliste aujourd’hui d’évacuer le rôle de la rue et la réalité de la contestation physique. La révolution a bien démarré dans la rue suite à des actions de terrain en réaction à la répression policière qui a suivi l’immolation par le feu de M. Bouazizi. Premier constat : l’étincelle de la révolution était malheureusement bien humaine. Second constat : les populations qui se sont soulevées en premier sont exclues du développement. Les villes concernées sont loin d’être bien connectées à Internet et pour les jeunes qui le sont les priorités se situent hors ligne. D’ailleurs, l’analyse à chaud de Ayari et Geisser met l’accent sur l’origine sociale des contestataires. Ils pointent deux dimensions spécifiques à cette révolution. « […] une dimension générationnelle et culturelle rappelant le mai 68 français ainsi qu’une dimension émeutière portée par un sous-prolétariat exclu et humilié » (Ayari et Geisser 2011). C’est justement ce sous-prolétariat, ces Nouzouh qui sont loin d’être connectés à Internet qui ont lancé et conduit la révolution.

24Après cette première mise au point, nous précisons également que nous ne traiterons pas du rôle de Wikileaks que nous estimons marginal au regard du contexte de la révolution tunisienne. En effet, tout comme le livre « La régente de Carthage », les câbles de Wikileaks n’ont rien révélé aux Tunisiens. Ils ont permis au monde de découvrir ce que les Tunisiens savaient déjà.

25Nous nous intéressons ici aux interactions entre action sur le terrain et Internet – particulièrement Facebook – ainsi que la téléphonie mobile que nous considérons comme des outils importants de l’organisation de l’action collective et des supports opérationnels et performants de la mobilisation sur le terrain.

26Internet et particulièrement Facebook – seule plateforme accessible en décembre 2010 et début janvier 2011 – a joué un rôle considérable dans la médiatisation des évènements de Sidi Bouzid et la dénonciation de la répression policière. Son rôle a été important parce qu’il était multiple et a assuré cette mission à plusieurs niveaux. Nous relevons un premier niveau national en relation avec la prise de conscience des internautes tunisiens, privés d’autres sources d’informations sur le début du soulèvement étant donné le silence absolu des médias nationaux. Les jeunes et les citadins qui forment le socle des internautes en Tunisie ont découvert grâce à Internet l’ampleur de la répression à Sidi Bouzid. Associée à d’autres facteurs, cette prise de conscience contribuera progressivement à la mobilisation dans les grandes villes y compris la capitale.

27Héla poste le 26/12 (en interpelant un contact par rapport au contenu de son mur): « Je n’en reviens pas. C’est horrible. […] J’ai honte, je me prenais la tête en faisant mes courses à Carrefour, mais je savais pas que c’était à ce point. T’es sûr de l’authenticité des images ? ».

28Dans ce contexte, l’intérêt et la force de Facebook résident dans son fonctionnement. La nature même du dispositif technique en a fait l’intérêt en multipliant l’information par les renvois vers les amis ou contacts qui a leur tour transfèrent à d’autres contacts, sans forcément commenter. Les vidéos, photos ou textes postés par quelques internautes et témoins se retrouvent échangés par des milliers de personnes. Un sentiment de solidarité nationale exprimé par plusieurs de nos enquêtés se serait manifesté au fil des posts et des échanges. Plusieurs facebookers, pourtant apolitiques ou sans aucune culture politique, se sont mis à chercher et à transférer les informations. Jihène, qui n’avait aucune appartenance partisane, nous a parlé d’un devoir envers les morts et les jeunes qui risquaient leurs vies. « C’est la première fois de ma vie que je ressens une appartenance aussi forte. Je me suis sentie proche de ces jeunes des villes intérieures, pour lesquels je n’avais dans un passé proche aucune sympathie et dont je me moquais parfois (pour leur accent et leur conservatisme) ». Plusieurs internautes ont, quelques jours après le début des évènements de Sidi Bouzid, changé leur photos de profils par des photos du drapeau national ensanglanté, des colombes en signe de paix et de liberté ou encore le V de la victoire. Le sentiment de solidarité nationale a entraîné des actions engagées et militantes inhabituelles pour certains de nos enquêtés. Ceci rejoint ce que nous avons brièvement présenté concernant l’évolution de certains blogueurs.

29Le second niveau se situe à l’international parce qu’Internet – et surtout Facebook par la complexité des interconnexions et des renvois des liens hypertextes – ont permis la sensibilisation de l’opinion publique internationale et sa mobilisation dans certains pays comme la France, la Belgique, l’Italie ou la Suisse. Plusieurs manifestations de condamnation ont réunis citoyens européens et membres de la diaspora tunisienne fortement impliqués dans la rue et sur la toile. Il est vrai que la révolte du bassin minier avait déjà entrainé la mobilisation de la diaspora (manifestations, collecte de fonds, création du Collectif Redeyef à Nantes), mais l’implication de la diaspora sur la toile a été plus importante et mieux organisée en 2011. Les membres de la diaspora ont eu entre autres un rôle de relais. Certains recevaient les vidéos et se chargeaient de les diffuser le plus largement, d’autres tenaient directement des espaces au sein desquels ils essayaient de collecter et de centraliser toutes les informations afin de les diffuser par la suite. L’expérience acquise par certains membres de la diaspora lors de la mobilisation pour Redeyef, une meilleure maîtrise des outils informatiques et l’ampleur de la répression policière seraient des facteurs qui expliqueraient l’engagement marqué de la diaspora et son efficacité lors de la révolution de 2011. C’est ce qui ressort d’un entretien et de l’analyse des données d’un profil. Notre expérience personnelle et nos échanges avec plusieurs Tunisiens de France vont dans ce sens. Notre observation de la mobilisation du Collectif Redeyef à Nantes prouve également une plus grande implication des Tunisiens de Nantes ainsi que la mobilisation de beaucoup de Maghrébins plus sensibles à ces évènements qu’à ceux de Redeyef.

30Le troisième niveau est celui des médias transnationaux. Par l’intermédiaire des vidéos filmées par téléphones portables et postées sur Facebook ou envoyées directement à plusieurs rédactions, Internet s’est transformé en agence de presse qui fournit des chaînes comme Al Jazeera ou France 24 en matière première. Il a permis à ces médias de pallier à l’inaccessibilité du terrain. Par ailleurs, certains blogueurs comme Lina Ben Mhenni ont aussi provisoirement porté la casquette de l’envoyé spécial ou du reporter pour certaines chaînes comme France24 en transmettant les informations et témoignages collectés par internet et téléphone portable et en les croisant pour en vérifier l’authenticité. Jihène nous explique que ses parents découvraient grâce à Al Jazeera les horreurs de la répression. « Ils avaient un petit temps de retard car j’avais vu les mêmes images plusieurs heures auparavant sur FB et ne comprenaient pas pourquoi j’étais déjà au courant ». Les rôles se sont inversés et Internet est devenu fournisseur en informations chaudes et documentées avec des vidéos et des témoignages à l’appui.

31Les usages et les contenus que nous avons relevés ont évolué au fur et à mesure des évènements sur le terrain. En effet, nous observons que pendant les premiers jours, Facebook relaie surtout des informations et des vidéos de ce qui se passe et de l’évolution de la situation dans les villes concernées. Ceci grâce notamment au travail de plusieurs citoyens qui filmaient avec leurs téléphones portables et diffusaient par la suite via une connexion internet. Ainsi que certains blogueurs comme L. Ben Mhenni qui, en recoupant les données sur Facebook et Twitter et les informations communiquées par téléphone par des informateurs dans plusieurs villes, diffusait des informations et commentaires sur la situation. Dans un billet intitulé « Sidi Bouzid brûle », publié le 19 décembre, elle met l’accent sur le rôle des réseaux sociaux « Certains de ces incidents sont médiatisés et par médiatisés, je parle des médias sociaux (blogs, Facebook et Twitter) puisque nos médias officiels se contentent de présenter les activités du président, du parti au pouvoir, […] des nouvelles internationales reprises ». Elle écrit « Sur Twitter, ≠sidibouzid devient le plus utilisé sur le net et pas seulement en Tunisie ».

32De récepteur de l’information, Internet est très rapidement source émettrice d’information. La nature même des informations a évolué. Des témoignages des premiers jours, nous sommes passés à la mobilisation et aux échanges concernant les manifestations organisées et les circuits à suivre. Le 25 décembre, Lina poste un billet sur la première manifestation organisée par l’UGTT à Tunis. Après la manifestation du 27, elle écrit « le nombre de manifestants était cette fois-ci supérieur ». On s’informe sur l’évolution de la situation à Sidi Bouzid, Thala ou Kassrine mais on organise ou on participe à la tenue d’une manifestation à Tunis ou à Sousse. Najoua, l’avocate de Sousse, informait le 6 janvier du déroulement de la grève des avocats après avoir appelé à suivre la grève. Le 10 janvier, elle relaie un article de Takriz « Les avocat libres contre le dictateur Ben Ali ». Après le discours de Ben Ali du 10 janvier, le ton monte et elle appelle à ne pas croire « la propagande du régime ». Le 11 elle relaie un lien sur « Les Trabelsi vendent leurs part et s’apprêtent à fuir ». À la fin de la journée, elle appelle l’armée à « dégager la police et de s’assurer de l’installation d’un gouvernement provisoire de transition ». Après avoir publié des photos de la répression, elle enchaîne « L’image que j’ai publiée il y a quelques minutes est devenue indisponible ! Il parait que notre cher Ammar a pensé aux âmes sensibles ». Le 12 alors que la gronde monte dans les rues des grandes villes, elle écrit « Quelques heures nous séparent de la liberté dont on a longtemps rêvée. Nous assistons à la chute de la pire dictature de l’histoire ». Elle remercie l’armée et appelle à descendre plus nombreux le lendemain en donnant quelques lieux de rendez-vous pour différentes villes. Comme beaucoup de facebookers engagés, le 13, elle relaie l’appel à la grève lancé par les avocats et publie le texte de l’appel. Le soir même et après le discours de Ben Ali, elle met en garde ses amis et contacts et rappelle un fait historique « En 1864, les tunisiens se révoltèrent contre le bey et son régime tyrannique. Voyant son royaume proche de la fin, le bey accepta toutes les demandes de ses citoyens et promit le changement. Une fois la révolte apaisée et les armes déposées,...... le bey envoya le général Zarrouk massacrer les insurgés et exécuta le chef Ali Ben Ghdhehom ! ».

33Les échanges s’intensifiaient systématiquement après les trois interventions télévisées de Ben Ali. À défaut de discuter au téléphone par peur d’être sur écoute, plusieurs internautes commentent et discutent les allocutions sur Facebook. Le 13 janvier Olfa écrit sur sa page « surprise surprise : tout internet est ouvert, youtube et dailymotion sont accessibles. Serait-il à la hauteur de son discours ou est-ce encore un coup de blufff?!! ». Le post entraîne plusieurs commentaires et l’échange de deux vidéos satiriques.

34Les usages faits de Facebook vont suivre les besoins de la rue. Appel à la mobilisation, précisions sur les horaires des manifestations. Ils suivront la montée en puissance des évènements jusqu’au départ de Ben Ali le 14 janvier. Plusieurs de nos interviewés ne connaissaient les lieux et horaires des manifestations que grâce à Facebook. À peine le choc passé, les vidéos de la liesse populaire mais aussi les questions sur la destination de Ben Ali alimentent les murs et les échanges. Quelques heures après, Facebook devient un QCM de droit constitutionnel. Les questions, les réponses et les commentaires fusent concernant les articles 56 et 57 de la constitution déterminants dans la gestion de la transition. Avec les agressions et les attaques que subira la population entre les 14 et 16 janvier de la part de bandes armées qui ont semé la terreur en pillant biens publics et privés et en tirant sur des civils, Facebook suit le mouvement et répond au besoin du moment. Comme la principale chaîne nationale qui a ouvert l’antenne aux appels des citoyens qui demandent l’intervention de l’armée ou dénoncent des bandes armées ou de mouvements suspects dans le quartier, les posts sur Facebook assurent le même rôle. La même internaute que nous avons précédemment citée, Olfa qui est chirurgien de profession écrit, à partir de son smartphone, sur son mur le 14 janvier à 23h36 : « svp contacté qui de droit ils sont en train d’attaquer l’hopital charles nicole et s’aprètent à rentrer dans les autres hopitaux ». Par « ils », elle entend les familles des victimes qui voulaient récupérer les dépouilles de leurs proches. Interdits de rentrer dans la morgue et l’hôpital, ils sont devenus très violents et se sont attaqués au personnel des urgences. Elle relance à 23h49 : « aucun des numéro d’urgence ne marche et les résidents et les internes sont en train de paniquer. svp que le premier ki arrive à joindre les unités militaires le signale aux autres ». Le lendemain elle annonce qu’elle se rend à l’hôpital Mongi Slim suite au post d’un autre médecin réclamant du renfort parce que les urgences étaient débordées de cas assez graves. Elle précise, aux médecins amis qui pourraient venir, de se débrouiller pour trouver du sang qui commence à manquer. Pour ces médecins amis sur Facebook, le média devient aussi un outil de travail en situation de crise.

35D’autres facebookers dénoncent des actes de dégradation et des tentatives d’anéantir des documents importants. « SVP prévenir l’armée, des hommes sont en train de brûler beaucoup de papiers dans le local RCD […] ils détruisent des preuves ». Facebook a réellement été en phase avec l’évolution de la mobilisation de la rue et ses usages correspondaient aux besoins du terrain. Cela s’applique aussi aux antirévolutionnaires qui ont également utilisé Facebook suivant l’évolution de la rue. Deux exemples illustrent nos propos. Le premier : le jeudi 13 janvier moins d’une heure après le dernier discours de Ben Ali, des commentaires et des vidéos postés montrent des manifestations de joie dans l’avenue Habib Bourguiba (lieu de ralliement des manifestants anti Ben Ali), des femmes et des enfants qui scandent le nom du président et le remercient. Des témoignages signalent que des milliers de citoyens se dirigent vers le centre-ville pour exprimer leur gratitude et leur reconnaissance au président Ben Ali. Des scènes du même type passaient en boucle sur la chaîne nationale. Facebook sert la propagande et fait partie des outils de la stratégie de la dernière chance. Le deuxième exemple date de la semaine de flou et d’instabilité qui a suivi le départ de Ben Ali. Plusieurs messages alarmants et visant à semer la panique concernant des coupures générales de l’électricité ou encore des contaminations de l’eau dans plusieurs villes étaient relayés par Facebook. Les militants du RCD et l’ancienne cyberpolice visaient la déstabilisation du pays et ils y sont en partie parvenus puisque les premiers posts alarmistes sur Facebook se sont retrouvés dans les médias nationaux et ont été par la suite sources de rumeurs pendant plusieurs jours.

36En réaction à cette vague de panique, plusieurs facebookers essayaient de rassurer leurs amis en postant des témoignages ou des commentaires mettant en cause les anciens du régime. « Ne croyez pas tout ce ki é dit. Ils mentent, ils veulent nous fair peur ». « Ne cédez pas à la panique ».

37Même si nous consacrons la principale partie de cette contribution à Facebook, nous signalons que Twitter a également été, mais dans une moindre mesure, un outil de médiatisation de la révolution mais aussi un moyen de communication rapide et efficace entre manifestants clients de la 3G ou encore pour les blogueurs qui, ont directement ou par l’intermédiaire d’un internaute, tweeté pendant les manifestations.

38La téléphonie mobile est aussi un support important de cette révolution grâce à la panoplie d’usages qu’elle permet : communication, photographie, vidéos et pour les clients 3G et les détenteurs de smartphones une possibilité d’intervenir, d’informer ou de témoigner quasi instantanément sur la toile. En effet, 9 de nos interviewés qui ont participé à plus de 3 manifestations, dont celle du 14 janvier à Tunis, n’ont pas lancé d’appel à la mobilisation sur leurs profils, mais ont principalement échangé par SMS. Comme sur Facebook, le 13 janvier après le discours de Ben Ali, plusieurs SMS sont échangés :

Olfa écrit à 23h55 à sa cousine en France « Sur Tunis7 c’est du bluff, y a pas bcp de monde dans la rue. Regardes vidéos FB, tu vas voir ke c truqué. C le RCD qui a envoyé ses hommes »

Réponse à 00h « Espère ke t’a raison. Mon frère dit la meme chose. Bcp de gens descendent de la banlieu ouardia, kabaria »

SMS Olfa à 00h08 « C sur, des amis confirment kil y a pas bcp de gens, c juste pour impressionner »

Des amis s’organisent le 13/01, SMS émetteur 23h40 « On va kan meme à la manif 2m1. espère ke les gens n’ont pas gobé ses promesses »

Réponse 23h43 « bien sur, RDV 10h30 devant UGTT »

SMS émetteur 23h45 « passe l’info autour de toi, 2m1 çà passe ou ça casse»

Les mêmes interlocuteurs le 14 janvier

SMS émetteur 10h45 « T où ? Suis Bathat Med Ali face syndicat »

Réponse destinataire 10h48 « À kel niveau, te vois pas, bcp de monde »

Expéditeur 10h51 « Bouge pas je viens vers toi »

  • 41 . Ben Mhenni L., 2011, Tunisian Girl. Blogueuse pour un printemps arabe, Montpellier, Indigènes Édi (...)

Pendant cette manifestation du 14 janvier, certains des blogueurs et activistes présents avenue Habib Bourguiba combinent SMS et Facebook pour s’organiser rapidement et faire une minute de silence à la mémoire des martyrs et de la partager avec tous les présents. « Minute propagée et diffusée par SMS, sur Twitter et sur Facebook (versions mobile) »41.

De son côté, Olfa qui manifeste avec plusieurs de ses collègues médecins, informe sa cousine en France :

SMS émetteur 11h « C énorme, bcp de monde devant UGTT et se dirige vers avenue »

Réponse 11h05 « les flics vous laissent passer ? »

SMS émetteur 11h10 « pour le moment pas de violence, je t’appelle pour te faire écouter, c énorme »

Réponse 11h12 « fais attention a toi »

Après deux appels pour la France afin de faire partager l’ambiance de la manifestation et une interruption de plus d’une heure, Olfa écrit à 14h12 « ça chauffe, peux plus écrire »

Réponse 14h20 « Si c’est chaud rentres chez toi, tes parents savent même pas que t’es a la manif »

SMS émetteur 15h30 « Ss chez moi, t’inquiete pas, g vécu 1 grand moment, inoubliable, pas 1 mot aux parents stp»

Toujours Olfa en contact avec sa cousine :

SMS émetteur 17h30 « Vite regardes TV7 ou jazira, il se passe kke chose »

Réponse 17h33 « il part ? t’a des infos ? »

SMS émetteur 17h45 « Des amis disent quil est parti, les généraux ont arrangé son départ, j’attends les infos TV ».

Réponse 17h50 « j’appelle mes parents pour voir s’ils savent kke chose ».

Olfa relance : SMS 19h « Tahya tounès (Vive la Tunisie), c 1 jour historique, les gens crient et applaudissent dans la rue ». Elle continue à 19h15 « Mon père est furieux après Ghannouchi, il parle d’1 pbl d’article de la constitution, tu m’explique ? »

39Comme pour Facebook, les SMS échangés suivent l’action sur le terrain et la servent. Ils permettent de s’organiser, de mobiliser, de témoigner mais aussi de faire partager le moment à ceux qui n’ont pas pu y assister notamment les membres de la diaspora. Après la surprise du départ de Ben Ali et l’expression de la joie, les SMS servent aussi à commenter ou expliquer les articles 56 et 57 relatifs à la vacance du pouvoir et au risque de récupération par les pro-Ben Ali.

40Dans les nuits du 14 et du 15, les SMS vont permettre de signaler des violences et des agressions. Ils permettront aux citoyens de dénoncer les pillages de certains magasins ou établissements publics. Ils seront également utilisés par les pro-Ben Ali pour semer la peur pendant quelques heures en lançant des rumeurs sur l’eau empoisonnée, sur la présence de snipers, etc. Les SMS, comme Facebook, ont servi de différentes manières pendant la révolution et pendant les heures d’incertitude qui ont suivi le départ de Ben Ali.

Conclusion

41Difficiles à contrôler, peu coûteuses, offrant des usages variés et complémentaires mais aussi par leur convergence, les TIC ont été un support opérationnel et efficace pour les différentes phases de la mobilisation. Elles ont, notamment grâce à leur convergence et leur complémentarité (téléphones portables et Smartphones pour photographier et filmer, Internet et les réseaux sociaux pour la transmission et la circulation de l’information et des contenus), accompagné le « processus révolutionnaire ». Les usages ont été adaptés au rythme de la rue et aux besoins des manifestants et des militants. Toutefois, les TIC n’auraient pas suffi à elles-seules à assurer une telle médiatisation. La comparaison avec la révolte du bassin minier permet de placer les TIC dans un ensemble d’éléments convergents qui leur ont permis de contribuer à structurer une « révolution » sans leader politique, ni syndical. Le régime de Ben Ali avait, malgré le recours aux TIC en 2008, réussit à mater la révolte du bassin minier. Mais les usages des TIC ont été différents en 2011. Ils étaient aussi plus efficaces et plus pertinents parce que leur utilisateurs ont tiré profit de l’expertise acquise notamment par plusieurs blogueurs et cyberactivistes dont certains sont informaticiens ou techniciens en informatique. Les TIC ont aussi bénéficié de l’élargissement de la base d’internautes et de facebookers qui a permis de toucher plus de citoyens. Ces citoyens internautes et facebookers sont plus familiers des outils du web participatif (sans être professionnels) et pouvaient plus facilement servir de relais de la médiatisation. Par ailleurs, le va-et-vient et les échanges mutuels entre TIC et médias classiques étrangers ont élargi le public touché à toutes les classes sociales et ont contribué à mobiliser les villes du nord du pays qui étaient restées indifférentes au conflit du bassin minier. Médias classiques étrangers et médias électroniques ont collaboré étroitement. Les réseaux sociaux ont permis aux rédactions des médias classiques étrangers de disposer d’informations fiables. Par ailleurs, les tensions sociales, économiques et politiques, le ras-le-bol général perceptible depuis quelques années, ainsi que les différents mouvements qui avaient lieu dans différents corps de métiers ont donné à cette révolution le souffle que n’avait pas eu la révolte de Redeyef. Par leur complexité et leur interconnexion, les TIC ont limité l’impact de la censure qui ne s’était pas vraiment adaptée aux exigences du Web participatif. Rappelons toutefois que le recours aux TIC n’est pas réservé aux contestataires. Le régime a aussi essayé de bénéficier de la convergence Internet et médias classiques en diffusant et postant les mêmes scènes de soutien et de liesse. Les partisans de Ben Ali ont également eu recours de différentes manières et à différents moments à Facebook et à Twitter. Ce n’est d’ailleurs pas spécifique à la Tunisie puisque nous retrouvons de fortes ressemblances avec les usages développés en Égypte (El-Chazli, 2011) et au Maroc (Benchenna, 2011).

42L’étendue des usages et des outils offerts par le Web participatif et sa capacité à fédérer et à interagir avec d’autres médias a dépassé l’appareil sécuritaire du régime Ben Ali. Les évolutions sont fulgurantes et alors même que nous sommes encore à analyser les usages et les effets du Web participatif, le web 3.0 ou web sémantique sera lancé avec tout ce qu’il pourrait apporter en termes de nouveautés et d’apports pour les mouvements sociaux, les mobilisations, mais aussi pour les recherches en sciences humaines et sociales.

Haut de page

Bibliographie

Ayari Michaël et Geisser Vincent, 2011, « Tunisie : la révolution des “Nouzouh” n’a pas l’odeur du jasmin », temoignagechretien, 25 janvier. URL: http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/International/Tunisie-la-Revolution-des-%c2%abNouzouh%c2%bb*-n%e2%80%99a-pas-l%e2%80%99odeur-du-jasmin/Default-36-2370.xhtml

Benchenna Abdelfettah, 2011, « Fragiliser la contestation : les fidèles du Makhzen à l’assaut des réseaux sociaux », Médias, n°30, « Médiamorphoses, Monde arabe : les révolutions 2.0 n’ont pas eu lieu », p. 87-90.

Ben Mhenni Lina, 2011, Tunisian Girl Blogueuse pour un printemps arabe, Montpellier, Indigènes Éditions.

El-Chazli Youssef, 2011, « Du “mur” à la rue : la révolte des “jeunes de Facebook” en Égypte », Médias, n°30, « Médiamorphoses, Monde arabe : les révolutions 2.0 n’ont pas eu lieu », p. 83-86.

Chouikha Larbi et Gobe éric, 2011, « La force de la désobéissance : retour sur la chute du régime de Ben Ali », Tiers monde, numéro spécial, mai, p. 219-226.

Chouikha Larbi et Geisser Vincent, 2010, « Retour sur la révolte du bassin minier. Les cinq leçons politiques d’un conflit social inédit », L’Année du Maghreb, VI, p. 415-426.

Ferjani Riadh, 2011, « De l’ivresse éditoriale : la révolution tunisienne racontée par Al Jazeera », Médias, n°30, « Médiamorphoses, Monde arabe : les révolutions 2.0 n’ont pas eu lieu », p. 75-78.

Ferjani Riadh et Mekki Thameur, 2011, « Révolution et contre révolution en Tunisie : le virtuel miroir du réel », Médias, n°30, « Médiamorphoses, Monde arabe : les révolutions 2.0 n’ont pas eu lieu », p. 79-82.

Habermas Jurgen, 1978, L’espace public, Paris, Payot.

Lecomte Romain, 2009, « Internet et la reconfiguration de l’espace public tunisien : le rôle de la diaspora », tic et société [en ligne], vol. 3, n°1-2. Disponible sur :
http://ticetsociete.revues.org/702

Touati Zeineb, 2012 a, « TIC et nouvelles formes de militantisme en Tunisie », Actes de colloque Usages et pratiques des publics dans les pays du Sud : Des médias classiques aux TIC, Agadir, avril, p.137-144.

—,  2012 b, « Les réseaux sociaux et la parole des femmes tunisiennes entre espace de libération et exutoire virtuel », Actes de colloque Usages et pratiques des publics dans les pays du Sud : Des médias classiques aux TIC, Agadir, avril, p. 311-316.

Haut de page

Notes

1 . Nous avons commencé cette veille le 19 décembre 2010 (2 jours après l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi) et nous continuons depuis avec la même régularité. Le corpus constitué est utilisé pour plusieurs travaux relatifs à la mobilisation pendant la révolution, les usages des réseaux sociaux pendant les élections de l’Assemblée constituante et l’analyse des nouvelles formes d’engagement et de marketing politique qui émergent en Tunisie.

2 . Les facebookers ont été informés de notre opération d’archivage et d’impression du contenu et historique de leurs profils et des usages de recherche développés.

3 . Nous avons traduit en langue française certains mots de ces SMS. Nous les faisons apparaître dans le texte en y laissant abréviations, fautes, etc.

4 . Notre objet ne sera pas de faire une chronologie de la révolution. Notre propos ne se veut pas exhaustif mais il répondra aux besoins de l’exemplification et de l’argumentation.

5 . Il n’y a pas de changement notable depuis la révolution. Toutefois, l’Instance nationale pour la réforme de l’information et la communication (INRIC), créée en mars 2011, a recommandé l’attribution de cinq licences pour des chaines de télévision privées et généralistes et une licence pour un canal sportif public.

6 . Il s’agit de la première chaîne nationale devenue Canal 7 en 1992 (le chiffre 7 fait référence à la date de la prise du pouvoir par le président Ben Ali, le 7 novembre 1987), puis Tunis7 en 1997. Dès le 21 janvier 2011, elle devient Al Wataniya1 (Télévision Tunisienne 1).

7 . Créée en 2008 et contrainte à la clandestinité, Kalima a diffusé depuis 2009 par voie satellitaire. Elle a été reconnue en juin 2011.

8 . Voir le rapport de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme, Médias sous surveillance, mai 2004, p. 17. Disponible sur : http://www.iris.sgdg.org/actions/smsi/hr-wsis/ltdh04-media-fr.pdf

9 . Quotidien indépendant lancé par le journaliste Omar Shabou exilé pendant presque 10 ans en France.

10 . Répartis entre quotidiens, hebdomadaires, bi-mensuels, mensuels et revues.

11 . Première connexion en 1991 avec des applications dans le domaine de la recherche.

12 . Une sorte de cybercafés.

13 . Source : Agence Tunisienne d’Internet, http://www.ati.tn (Dernière consultation le 14 janvier 2012).

14 .« Engagement de Tunis », article 2, Sommet mondial sur la société de l’information, disponible sur : http://www.itu.int/

15 .« Engagement de Tunis », op. cit., article 5.

16 .Opération consistant à favoriser l’équipement des familles avec des ordinateurs à 1 000 dinars (environ 500 euros).

17 .Source : l’Agence Tunisienne d’Internet (ATI) : http://www.ati.tn/ (régulièrement consulté). Dernière consultation le 14 décembre 2012.

18 .Précisons ici que sur les 4 millions d’internautes, il n’y avait qu’environ 577 475 abonnés selon l’ATI. Ce qui nous amène à nuancer le terme « internaute » pour préciser que les internautes tunisiens n’ont pas forcément un usage quotidien étant donné que certains ne se connectent que sur le lieu de travail et pour des besoins professionnels et d’autres épisodiquement à partir des publinets n’offrant pas beaucoup d’intimité, ni de liberté.

19 .Il s’agit d’une révolte populaire dans la zone du bassin minier de Gafsa. La population locale réclamait plus de justice sociale et l’accès à l’emploi pour les jeunes de la région. Le conflit, parti de revendications sociales, s’est progressivement transformé en un soulèvement populaire de toute la région de Gafsa (connue par son historique contestataire) auquel ont pris part différentes classes sociales. Le soulèvement qui n’a pas été à ses débuts pris au sérieux par les autorités et les analystes politiques comme les syndicalistes et l’opposition, a montré les limites du régime et a laissé transparaître les premières failles du système en place. Quelques observateurs de terrain y ont toutefois décelé les prémisses d’un mouvement de contestation qui pourrait toucher le pays à moyen terme. Parmi ces observateurs nous citons Ammar Amroussia, porte-parole du POCT qui le formulait dans « Le soulèvement des habitants du bassin minier : un premier bilan », Rapport publié par le Parti communiste des ouvriers tunisiens le 12/01/2009 sur Albadil Express (liste de diffusion). Le rapport est disponible sur : http://bellaciao.org/fr/IMG/pdf/Tunisie_Soulevement_bassin_minier.pdf

20 . Ces reportages ont valu à leur auteur une peine de prison de six ans, réduite à quatre ans en appel.

21 . Al Hiwar Attounsi (Le dialogue Tunisien) : chaîne de télévision considérée comme dissidente qui émet sur le canal de la chaîne italienne Arcoiris permettant son accès aux Tunisiens.

22 . Les chiffres et taux présentés sont le fruit d’une veille régulière sur Check Facebook, http://www.checkfacebook.com. La dernière consultation, le 8 janvier 2012, donne 2 181 320 utilisateurs dont 58,5 % d’hommes et 41,5 % de femmes. Les principales tranches d’âge des utilisateurs se répartissent comme suit : les 16-17 ans 9,7 %, les 18-24 ans 38,7 %, les 25-34 ans 29,1 % et les 35-44 ans 8,7 %.

23 .Source : ISTIS, Sondage d’opinion sur la situation politique et l’impact de la révolution sur les médias-presse, Tunis, avril, 2011. Même si le sondage a été réalisé après la révolution, les taux présentés sont relatifs aux pratiques avant janvier 2011 et permettent justement un comparatif entre l’avant et l’après révolution. Le rapport est disponible sur : http://www.istis-tunisie.com/medias/rapport-situation-politique-media-presse.pdf.

24 . Il existe trois opérateurs qui sont dans l’ordre de création : Tunisie Telecom (1995), Tunisiana (1er opérateur privé créé en mai 2002 et entré en service en décembre 2002) et Orange Tunisie (mai 2010).

25 . Les enjeux stratégiques, la nature du traitement des informations concernant la Tunisie et les rapports entre le pouvoir en Tunisie et Al Jazeera ont été longuement étudiés par Atef Khayat notamment dans une thèse intitulée « La télévision comme vecteur d’évolution politique: une lecture critique d’un modèle médiatique émergeant en zone arabophone : la chaîne qatarie Al-Jazira », Dijon, 2009, 410 p.

26 . Voir Touati Zeineb, « TIC et nouvelles formes de militantisme en Tunisie », Actes du colloque Usages et pratiques des publics dans les pays du Sud : des médias classiques aux TIC, Agadir, avril 2012, p. 137-144.

27 . http://www.nawaat.org

28 . Ouverte à des contributions de tous bords sans restriction d’appartenance politique. Elle publie quotidiennement des articles et commentaires en arabe et en français en relation principalement avec l’actualité tunisienne, mais aussi arabe. Elle reprend fréquemment des articles publiés dans des journaux reconnus comme Al Qods ou Al Hayat. Disponible sur : http://www.tunisnews.net

29 . http://www.tunezine.com

30 . Zouhair Yahyaoui est considéré comme le premier cyberdissident tunisien. Il a été le premier Tunisien condamné à la prison en 2002 pour ses activités et ses écrits sur Internet. Il a obtenu en 2003 le premier prix Cyberliberté de Reporters sans frontières – Globenet.

31 . http://ww.reveiltunisien.org

32 . Voir Touati Zeineb, « Les réseaux sociaux et la parole des femmes tunisiennes entre espace de libération et exutoire virtuel », Actes du colloque Usages et pratiques des publics dans les pays du Sud : Des médias classiques aux TIC, Agadir, avril 2012, p. 311-316.

33 . Enseignante à l’Université de Tunis et blogueuse, elle a obtenu le Prix du Meilleur Blog 2011, lors de la septième édition du grand concours international des blog, les BOB’s.

34 . « Nightclubbeuse » a été à un moment aussi intitulé « Crazy thoughts ».

35 . Avant même les débuts de la révolution tunisienne, le changement de nom du blog de L. Ben Mhenni s’est accompagné d’un nouveau contenu engagé. D’abord en 2008, elle y dénonce la cyber-censure après l’avoir subie. Fin décembre 2008, en pleine attaque israélienne de la bande de Gaza, le blog dénonce les crimes israéliens. Elle y dénonce aussi la répression, par la police tunisienne, des manifestations de soutien au peuple palestinien et questionne l’attitude du régime tunisien. En février 2009, le blog est consacré à la médiatisation de la grève de la faim de cinq étudiants tunisiens exclus de l’université en raison de leur appartenance à l’Union générale des étudiants tunisiens (UGET). L. Ben Mhenni a aussi utilisé son blog comme outil de mobilisation pour organiser, le 22 mai 2010 avec d’autres blogueurs, une manifestation de lutte contre la censure.

36 . À titre d’exemple le rapport « Fausse liberté : la censure sur le Net au Moyen-Orient et en Afrique du Nord », établi en 2005 par Human Rights Watch ou encore les rapports sur « Les ennemis d’Internet » publiés par RSF en novembre 2006 et en mars 2009.

37 . Littéralement hameçonnage.

38 . Cf. son ouvrage L’Invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1re éd. 1980).

39 . En référence au message d’erreur « Error 404 Not Found » qui s’affiche lorsqu’une page est inaccessible.

40 . La manifestation prévue a été annulée suite à l’arrestation des principaux organisateurs. Elle a été remplacée dans la foulée par le plan B réunissant les internautes vêtus du tee-shirts et dispersés dans différents cafés.

41 . Ben Mhenni L., 2011, Tunisian Girl. Blogueuse pour un printemps arabe, Montpellier, Indigènes Éditions, p. 23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zeineb Touati, « La révolution tunisienne : interactions entre militantisme de terrain et mobilisation des réseaux sociaux », L’Année du Maghreb, VIII | 2012, 121-141.

Référence électronique

Zeineb Touati, « La révolution tunisienne : interactions entre militantisme de terrain et mobilisation des réseaux sociaux », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1426 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1426

Haut de page

Auteur

Zeineb Touati

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, université du Havre, CIRTA/UMR IDEES 6266.

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page