Navigation – Plan du site
Tunisie
Note

Les nouveaux défis du secteur textile en Tunisie

Hajer Bettaïeb
p. 419-425

Entrées d'index

Géographie :

Tunisie
Haut de page

Texte intégral

1Sur le plan mondial, comme sur le plan national le secteur du textile est un facteur de croissance économique pour de nombreux pays. Toutefois, l’activité textile est marquée depuis quelques années à la fois par des opportunités nouvelles pour les uns et par une forte incertitude pour les autres.

2Le textile-habillement en Tunisie, qui jusque-là avait connu une relative prospérité, n’est pas épargné par les nouvelles dynamiques du secteur. Il tente de s’adapter en mettant en place des stratégies de réactivité.

  • 1  Certaines informations sont issues du rapport : Les entreprises délocalisées en Tunisie (cas du se (...)

3Nous présenterons rapidement les principales caractéristiques du marché textile-habillement tunisien et ses évolutions récentes. Ensuite, nous citerons les principaux facteurs qui ont engendré ces deux dernières années un début d’essoufflement du secteur et enfin nous analyserons les mesures prises par le gouvernement afin de maintenir et consolider la position du secteur dans les années à venir1.

4Le secteur textile-habillement occupe une place de choix dans l’économie tunisienne :

  • il représente 46,7 % des exportations des industries manufacturières ;

  • il a généré en 2003 des exportations pour une valeur de 4 245 milliards de DT ;

    • 2  Cettex : Centre national technique du textile. La majorité des données proviennent de ce centre.

    il compte près de 2 0332 unités industrielles employant plus de 206 000 personnes, représentant 47 % des emplois des industries manufacturières ;

  • sur les 2 033 entreprises, 797 sont totalement étrangères et 118 à capitaux mixtes ;

    • 3  Les avantages majeurs sont :

    l’industrie du textile-habillement est encadrée par une législation très favorable aux investisseurs3 ;

  • le secteur est composé essentiellement de petites unités employant moins de 50 personnes ;

  • la majorité de l’offre concerne des produits de gamme moyenne ;

    • 4  Le coût/minute intègre tous les coûts d’exploitation (salaires + charge, énergie, amortissement, m (...)

    le point fort du secteur a résidé, jusqu’à présent, dans la vente du coût-minute4 ;

  • le taux d’intégration est très faible. En effet, les industriels se sont positionnés comme des sous-traitants vis-à-vis des donneurs d’ordre ;

  • les coûts salariaux sont plutôt faibles comparativement à la France (le salaire minimum horaire est de 0,66 centimes d’euros en Tunisie contre 7,19 en France ;

  • au niveau international, la Tunisie occupe la cinquième position des principaux fournisseurs de l’Union européenne en produit d’habillement. Si sa part de marché est de 6 %, celle de la Chine est la plus importante avec 19 % (2004).

5Cependant, malgré l’ancienneté, le savoir acquis dans le secteur et l’attention particulière du gouvernement, les principaux indicateurs relatifs au secteur montrent un essoufflement touchant à la fois la production, les exportations et les investissements.

Quelques indicateurs

La production

6Ainsi, après une période de croissance soutenue entre 1997et 2001, la production du secteur textile et habillement, connaît une quasi-stagnation. Le taux de croissance moyen est passé de 10 % pour la période 1997-2000, à 1 % pour la période 2001-2003. Les plus fortes régressions ont été observées dans les branches de la filature et du tissage.

Les exportations

7Les exportations du secteur textile-habillement ont connu une progression régulière et notable depuis de nombreuses années. Après une croissance exceptionnelle de 23,4 % en 2001 par rapport à l’année 2000, les exportations du secteur semblent suivre désormais une évolution plus timide. Ainsi, en 2002 et 2003 le taux d’accroissement des exportations a été inférieur à 3 % et en 2004 il a été de 1,3 %. Ces taux de croissance exprimés en dinars tunisiens ne sont positifs qu’en raison de l’effet de change. En effet, les exportations tunisiennes exprimées en euros ont baissé respectivement de 1,3 % et 2,9 % au cours des deux dernières années. En d’autres termes, n’eut été la dépréciation du taux de change du dinar par rapport à la monnaie européenne, les exportations en dinars du secteur auraient connu une régression.

Évolution des investissements

  • 5  Soit environ 279 millions de dollars.

8Forts d’une croissance annuelle régulière entre 1997 et 2001, les investissements ont culminé en 2001 avec un volume de 215 millions de dinars tunisiens (MD)5. En 2002, ils sont passés à 140 MD enregistrant une chute de près de 35 %. Une légère reprise a tout de même été observée en 2003, avec un volume de 145 MD.

  • 6  « Quel avenir pour le secteur de l’habillement ? » Réalités, n° 955 du 15 au 21/4/2004.

9Au cours des années 2003-2004, 14 entreprises ont fermé, sans préavis préalable conformément aux dispositions législatives inscrites dans le Code du travail. Ces fermetures auraient entraîné la perte de plus de 1 000 emplois6.

10Nous assistons aujourd’hui à l’amorce d’une nouvelle ère, caractérisée par une redistribution des cartes sur le marché mondial en général et sur le marché européen en particulier, qui constitue le principal débouché des produits tunisiens.

  • 7  Avis recueillis au moment des entretiens en 2004.

11Cette nouvelle configuration met le secteur textile-habillement dans une forte incertitude quant à son évolution. Le ralentissement de la croissance des exportations tunisiennes s’explique en partie par les effets conjugués des divers bouleversements que le marché mondial du textile commence à connaître. Certains responsables craignent l’essoufflement des exportations et la perte des « acquis réalisés par la Tunisie au prix de plus de trente années d’efforts et de sacrifices »7 dans les années à venir. Sans minimiser les nouvelles donnes internationales, les causes de ce ralentissement sont doubles. En effet, nous pouvons relever des raisons conjoncturelles mais aussi structurelles.

Raisons conjoncturelles

Démantèlement des Accords multifibres

12Les événements majeurs, qui sont de nature à restructurer de façon durable le marché mondial du textile et habillement, sont principalement le démantèlement des Accords multifibres (AMF) et la montée en puissance de la Chine. Ces derniers mis en place, dès 1974, à l’initiative des grands pays industrialisés ont permis une protection contingentaire du marché tunisien, contre la pénétration massive des grands pays producteurs de textile et habillement.

13La Tunisie, pays non-signataire des AMF, a vu les portes de l’Europe s’ouvrir devant elle, en particulier à partir de 1976, en vertu des accords préférentiels. À deux articles près, les produits originaires de la Tunisie, étaient admis sans restrictions quantitatives et exonérés de droits de douanes.

14Avec la création de l’OMC et l’arrivée à échéance des accords préférentiels, la situation a totalement changé. Ainsi, les avantages dont bénéficiait la Tunisie n’étaient reconductibles, que dans le cadre d’un Accord d’association et sous la condition de la réciprocité.

15Par ailleurs, les pays de l’OMC ont décidé, dans le cadre de l’Accord sur les textiles et vêtements (ATV), de démanteler graduellement les AMF de façon à lever tous les obstacles contingentaires à l’orée de 2005. Il est clair, que l’abolition des contingents constitue un changement profond dans le secteur du textile-habillement tunisien, aussi bien dans la production que dans la commercialisation.

Adhésion de la Chine à l’OMC

  • 8  « L’avenir du secteur du textile et de l’habillement dans l’union européenne élargie », communicat (...)
  • 9  Dans le cadre de la troisième phase de l’ATV.

16L’adhésion de la Chine à l’OMC en 2001, constitue un autre événement majeur pour le marché mondial du textile-habillement. Conformément aux ATV, les effets positifs pour la Chine de la suppression progressive des quotas ne se sont pas faits attendre. Ainsi, selon une étude de la Commission des Communautés européennes8, les importations européennes des catégories de produits libéralisées pour la Chine9, ont progressé de 46 % en valeur et de 192 % en volume. Pour ces mêmes produits, les importations européennes du reste du monde ont baissé de 13 % en valeur et de 11 % en volume avec une diminution de seulement 2 % des prix unitaires. En termes de valeur, la part de la Chine dans ces produits est passée de 25 % en 2001 à 38 %, au premier semestre 2003. En volume la part de la Chine pour la même période est passée de moins de 14 à 37 %.

17Sur de nombreux créneaux, en particulier sur les produits basiques, la Tunisie a peu de chances d’être compétitive face à la Chine

  • 10  Propos recueillis au moment des entretiens en 2004 auprès d’un chef d’entreprise.

« […] d’autant plus que ce pays pratique souvent le dumping en plus des bas salaires et du travail des enfants. Ceci est d’autant plus inquiétant, que l’OMC a considéré que le non-respect des normes internationales du travail, ne relevait par de ses compétences, rejetant par la même le concept de “dumping social”. Selon cette dernière, ces problèmes relèvent de la seule compétence de l’Organisation internationale du travail et du Bureau international du travail10. »

18Compte tenu de ses programmes d’investissements, la Chine devrait d’ici 2010, plus que doubler sa part de marché en habillement sur l’Union européenne, qui passerait de 17,4 % en 2002 à 40 %, voire plus en 2010.

  • 11  Étude réalisée par le Cettex 2004.

19Pour maintenir ses parts de marché, et compte tenu de l’évolution de la consommation européenne, la Tunisie, devrait accroître ses exportations en habillement au taux annuel de 6 %11. À noter que ce rythme d’évolution ne semble plus atteint par les exportations tunisiennes depuis 2002.

Élargissement de l’Union européenne

20Le mouvement de délocalisation de l’industrie européenne devra se poursuivre au profit des pays nouvellement entrés et des pays candidats. Le gain en différentiel de coûts de main d’œuvre restera pour quelques années encore supérieur à la perte en productivité. À plus long terme, cet avantage risque de s’effriter sous l’effet conjugué de l’élévation du niveau des salaires et des coûts engendrés par la mise en conformité des industries textiles aux normes européennes relatives à l’environnement, à la santé et à la sécurité.

21Sur un autre plan, les nouveaux adhérents, en devenant membres à part entière de l’Union européenne élargie, auront à supporter la concurrence étrangère venant de l’Asie et d’ailleurs. L’élargissement de l’UE menace la Tunisie au plan des IDE dans la mesure où les nouveaux membres exerceront une forte attraction sur les investisseurs européens dans la perspective d’une délocalisation. De même les nouveaux membres qui ont fait passer le nombre de personnes travaillant dans le secteur au sein de l’UE de 2 millions à 2,7 millions, vont tenter de consolider leur stratégie de recherche de co-traitance.

22Sur ce plan, les pays nouvellement adhérents et les pays candidats, à l’exception de la Turquie, se positionnent de façon comparable à la Tunisie. La menace de voir les investisseurs européens se détourner de la Tunisie est réelle.

Raisons structurelles

Dépendance des donneurs d’ordre européens

  • 12  25 % des entreprises sont françaises et 10 % italiennes.

23Depuis de nombreuses années, les exportations du secteur sont fortement concentrées sur un nombre limité de marchés des pays de l’Union européenne, principalement la France, l’Allemagne, l’Italie et la Belgique. Cette concentration des exportations serait en rapport avec la nationalité des investisseurs étrangers12. La branche habillement reste largement tributaire des partenaires européens aussi bien au plan de l’approvisionnement qu’à celui de la commercialisation.

De la sous-traitance à la co-traitance

24L’activité de sous-traitance, demeure le métier industriel le plus exporté, en témoigne le niveau excessif des importations du secteur. Les donneurs d’ordre sous traitent à des entreprises tunisiennes les tâches les plus répétitives et disqualifiées du processus. La vraie garantie de survie des entreprises de textile tunisiennes aujourd’hui est de pouvoir vendre un produit fini (made in Tunisia) avec le maximum de matières premières produites localement.

25Pour s’orienter vers un partenariat débouchant sur la co-traitance et le produit fini, des programmes de mise à niveau (PMN) et d’assistance technique ont été encouragés par l’État, ainsi que la certification dans les divers labels de qualité.

  • 13  « Le textile, un secteur à risque ! » Réalités, n° 997 du 3 au 9/2/2005.

26Depuis le début du PMN, le nombre d’adhésion dépasserait 1 300 entreprises soit la quasi-totalité des entreprises de plus de 20 emplois13, ce qui témoigne du degré de conscience des industriels tunisiens face aux défis à relever. À moyen et long terme, cette mise à niveau devrait permettre à certaines entreprises de relever le défi de la création de sa propre collection ainsi que de l’implantation à l’étranger.


***

  • 14  À l’occasion de la journée consacrée à l’évaluation de la première année de l’exécution du plan tr (...)

27En 2005, le secteur du textile-habillement tunisien a souffert mais a résisté. C’est le principal constat retenu par le ministre de l’Industrie14. En effet, certains chiffres laissent entrevoir un taux de réactivité assez notable du secteur. Il continue d’attirer les investissements directs étrangers malgré l’engouement suscité par les pays asiatiques. En effet, en 2005, les IDE dans le secteur ont totalisé 95 projets dont 48 créations nouvelles et 47 extensions. La plupart des entreprises bien structurées ont eu de bons résultats, en revanche bon nombre de petites entreprises, restées sous-traitantes exclusivement, n’ayant pas fait d’efforts suffisant de modernisation, ont connu des difficultés.

28Le 15 mars 2006 plusieurs mesures ont été retenues pour renforcer la position stratégique du secteur textile-habillement en Tunisie :

  • le développement du finissage ;

  • la promotion du secteur sur les marchés extérieurs ;

  • le financement des programmes de mise à niveau pour les petites entreprises.

29L’accord conclu entre la Chine et l’UE en juin 2005, pour limiter le taux de croissance des importations chinoises jusqu’à fin 2007, donne un délai au secteur textile-habillement tunisien pour consolider davantage sa compétitivité. La Tunisie compte sur la consolidation d’un espace euro-méditerranéen de production, seule à même de permettre au Sud, mais également au Nord de la Méditerranée, de faire face aux autres ensembles régionaux. Selon M. Zenaïdi, ministre du Commerce, « ce n’est pas seulement le textile tunisien qui est en cause c’est l’ensemble du système productif euro- méditerranéen, car la concurrence asiatique ne se limite pas au textile, nous sommes sur le même bateau ».

Haut de page

Notes

1  Certaines informations sont issues du rapport : Les entreprises délocalisées en Tunisie (cas du secteur du textile) : historique, évolution et perspective,Conseil Régional, PACA, Juin 2005, H. Bettaïeb, M. Péraldi.

2  Cettex : Centre national technique du textile. La majorité des données proviennent de ce centre.

3  Les avantages majeurs sont :

- L’exonération de taxes sur les produits importés pour leur transformation dans les entreprises « off shore ».

- Une exonération totale des taxes d’imposition sur le revenu, chiffre d’affaire et bénéfices, pour une durée de dix ans renouvelable à partir de la première opération d’exportation.

- La suspension de l’impôt indirect sur les biens, services et matières premières achetées localement.

- La suppression, pour les entreprises à capitaux 100 % étrangers, de l’autorisation préliminaire de l’institution préposée au contrôle, en l’occurrence la Commission supérieure aux investissements.

- Une exonération partielle de charges sociales, des services infrastructurels, en cas d’installation dans les zones franches.

4  Le coût/minute intègre tous les coûts d’exploitation (salaires + charge, énergie, amortissement, matières, etc.) rapportés à la minute de travail offerte à la main-d’œuvre directe. Ce coût prend donc également en compte la productivité, l’absentéisme.

5  Soit environ 279 millions de dollars.

6  « Quel avenir pour le secteur de l’habillement ? » Réalités, n° 955 du 15 au 21/4/2004.

7  Avis recueillis au moment des entretiens en 2004.

8  « L’avenir du secteur du textile et de l’habillement dans l’union européenne élargie », communication de la commission au conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social européen et au Comité des régions, octobre 2003.

9  Dans le cadre de la troisième phase de l’ATV.

10  Propos recueillis au moment des entretiens en 2004 auprès d’un chef d’entreprise.

11  Étude réalisée par le Cettex 2004.

12  25 % des entreprises sont françaises et 10 % italiennes.

13  « Le textile, un secteur à risque ! » Réalités, n° 997 du 3 au 9/2/2005.

14  À l’occasion de la journée consacrée à l’évaluation de la première année de l’exécution du plan triennal du textile (2005/2007) organisée mercredi 15 mars 2006 par le ministère de l’Industrie, de l’Énergie et des PME, le CETTEX (Centre national technique du textile), l’API (Agence de promotion de l’industrie), le FENATEX (Fédération nationale du textile), l’UTICA (Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat) et le CEPEX (Centre de promotion des exportations).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hajer Bettaïeb, « Les nouveaux défis du secteur textile en Tunisie », L’Année du Maghreb, II | 2007, 419-425.

Référence électronique

Hajer Bettaïeb, « Les nouveaux défis du secteur textile en Tunisie », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 23 avril 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/146 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.146

Haut de page

Auteur

Hajer Bettaïeb

Chercheur associé au Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES), Aix-en-Provence

Haut de page