Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : Printemps arabe : une « révolution » pour les sciences sociales ?

Sahara Occidental : quel scénario après Gdeim Izik ?

Western Sahara: What scenario after Gdeim Izik ?
Carmen Gómez Martín
p. 259-276

Résumés

À l’automne 2010, comme prélude aux protestations populaires du Maghreb et du Machrek, les Sahraouis accomplissent une action totalement inattendue : ils dressent le campement pacifique de Gdeim Izik afin de dénoncer leur situation sur les plans politique, économique et social au sein des territoires occupés par le Maroc au Sahara occidental. L’objectif de ce texte est de détailler le déroulement des protestations de Gdeim Izik et de fournir les éléments nécessaires à la compréhension des effets que cet événement a eu à court terme au sein des territoires occupés et dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf (Algérie). Ces effets se matérialisent dans la revitalisation du conflit par de nouvelles formes de protestation (l’établissement de campements en dehors des centres urbains), dans l’irruption de nouveaux acteurs dans l’espace de contestation sahraoui (notamment des jeunes chômeurs et des activistes des droits de l’Homme), dans la transition d’actions pacifiques vers des réactions plus radicales et violentes, ou encore dans la montée des tensions entre les différentes populations qui cohabitent dans la région.

Haut de page

Texte intégral

1À l’automne 2010, comme prélude aux protestations populaires du Maghreb
et du Machrek, les Sahraouis accomplissent une action totalement inattendue : ils dressent le campement pacifique de Gdeim Izik afin de dénoncer leur situation sur les plans politique, économique et social au sein des territoires occupés par le Maroc au Sahara Occidental. Plusieurs semaines après son établissement, le camp est violemment démantelé par les forces de sécurité marocaines. Cette opération provoque des émeutes dans la plupart des villes du Sahara Occidental. Le bilan est lourd : plusieurs centaines de blessés et de détenus et la mort de treize personnes (policiers marocains et civils sahraouis).

  • 1 . http://www.democracynow.org/2011/2/17/the_genies_are_out_of_the (...)

2Gdeim Izik est considéré par certains auteurs comme l’annonce du « printemps arabe ». Le premier à l’interpréter de la sorte, bien qu’il ne soit pas un expert en la matière, est le linguiste américain Noam Chomsky1. Son avis est corroboré, comme on le signalera plus tard, par des spécialistes du dossier comme le chercheur Bernabé López García. Cette révolte partage certains éléments avec les épisodes révolutionnaires déclenchés dans d’autres pays de la région mais, dans le même temps, elle présente des caractéristiques intrinsèques qui se reflètent, par exemple, dans la capacité des Sahraouis à combiner, au sein du campement, trois types de demandes : socio-économiques, de reconnaissance identitaire et de reconnaissance politique (ces dernières concernant le référendum d’autodétermination et l’indépendance du Sahara Occidental).

  • 2 . Cet article a été rédigé à partir d’une enquête qualitative réalisée entre l’été et l’automne 201 (...)

3L’objectif de ce texte2 est de détailler le déroulement des protestations de Gdeim Izik et de fournir les éléments nécessaires à la compréhension des effets que cet événement a eus, à court terme, au sein des territoires occupés et dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf (Algérie). Ces effets se matérialisent dans la revitalisation du conflit par de nouvelles formes de protestation (l’établissement de campements en dehors des centres urbains), dans l’irruption de nouveaux acteurs dans l’espace de contestation sahraoui (notamment des jeunes chômeurs et des activistes des droits de l’Homme), dans la transition d’actions pacifiques vers des réactions plus radicales et violentes, ou encore dans la montée des tensions entre les différentes populations qui cohabitent dans la région.

Chronologie des faits

4Gdeim Izik est le résultat de plusieurs essais infructueux de formation de camps pacifiques de protestation dans la périphérie des principales villes du Sahara Occidental (Laâyoune, Smara, Dakhla et Boujdour). Avec cette stratégie de lutte, les Sahraouis entendent dénoncer les mauvaises conditions sociales et économiques subies dans les territoires occupés, notamment leur marginalisation dans l’accès à l’emploi et au logement, la corruption endémique qui éclabousse les autorités locales (sahraouies et marocaines), la spoliation des ressources naturelles de la région et les politiques étatiques d’assistance qui sont accordées non pas sur des critères socio-économiques, mais selon les appuis obtenus auprès du régime alaouite.

  • 3 . Cette contestation se déclenche en conséquence de la mauvaise gestion politico-administrative de (...)
  • 4 . Les chiffres oscillent entre 20 000 à 25 000 personnes et 6 500 à 8 000 khaimas.

5Au début du mois d’octobre 2010, l’idée d’établir un nouveau camp dans la périphérie de la ville de Laâyoune se répand rapidement dans la population sahraouie. La gestion douteuse par les autorités locales de plusieurs dossiers sensibles, dont les fonds de développement et les aides sociales, fait exploser la contestation3. Le 10 octobre les premiers manifestants arrivent à Gdeim Izik, à 12 km de Laâyoune. Il s’agit de plusieurs dizaines de personnes, pour la plupart femmes et jeunes chômeurs. À ce moment, la police et la gendarmerie marocaines n’interdisent pas le rassemblement, encourageant alors l’arrivée d’un nombre croissant de participants4. D’après l’Organisation marocaine des droits de l’Homme (OMDH) (2011, p. 8), l’approche utilisée pour traiter les dossiers sensibles de la région divise les représentants de l’autorité locale à Laâyoune qui soutiennent l’installation du campement de Gdeim Izik. Dans son rapport, l’OMDH affirme également qu’un responsable local, avec l’appui des membres de sa famille et d’autres personnes proches, a encouragé l’installation du camp et a participé activement à son financement.

  • 5 . Sahara Thawra (novembre 2011, p. 5).

6L’affluence massive de Sahraouis complexifie la gestion du campement. Ainsi, quelques jours après sa constitution il devient nécessaire de former des comités d’organisation : sécurité interne, nettoyage, infrastructure, services primaires et comité de dialogue5. En outre, le camp est divisé en six « quartiers », chacun d’entre eux est placé sous la responsabilité d’un chef. L’installation incontrôlée des khaimas (tentes) amène les forces de sécurité marocaines à clôturer le camp au moyen d’une tranchée et de plusieurs murs de sable renforcés par des camions. Les voies d’accès sont aussi restreintes à une seule entrée, celle de la route connectant les villes de Laâyoune et de Smara, obstruée par trois barrages policiers.

  • 6 . La presse espagnole est la plus touchée par cette répression. Rabat accuse les journalistes espag (...)

7Arrive ainsi le 24 octobre. Ce jour-ci, une voiture avec six personnes à bord est mitraillée par l’armée, alors qu’elle essayait de contourner un poste de contrôle. Au cours de la fusillade un adolescent de 14 ans meurt sur le coup. Il est inhumé trois jours plus tard sans l’autorisation de sa famille et en l’absence de ses proches. Cette mort influe profondément sur la suite des évènements. À l’extérieur du camp le blocage médiatique se durcit. Les autorités marocaines empêchent les journalistes étrangers de se déplacer à Laâyoune, certains d’entre eux sont même expulsés du pays6. Plusieurs observateurs internationaux et parlementaires européens subissent le même sort, tels le parlementaire espagnol Willy Meyer, du parti politique Gauche unie, et le député français Jean-Paul Lecoq, du Parti communiste français. Sans présence d’observateurs, ni de la presse internationale, les informations deviennent invérifiables. La désinformation accroît alors les spéculations et les rumeurs, alors qu’à l’intérieur du camp, les esprits s’échauffent. Comme souligne Mawaba, participante à la contestation de Gdeim Izik :

  • 7 . Extrait d’un entretien réalisé à Madrid le 11 septembre 2011. Mawaba faisait partie d’un groupe d (...)

« Après la mort de El Garny Nayem la tension était palpable au sein des camps. Le comité de négociation et de nombreux Sahraouis installés dans le campement ont continué à parler des revendications sociales et économiques mais la rage engendrée par ce meurtre a fait réagir les manifestants. Le démantèlement du campement s’avérait imminent, alors nous avons commencé à parler ouvertement des revendications politiques, d’autodétermination et d’indépendance »7.

  • 8 . ASVDH (janvier 2011, p. 10).

8Malgré la tournure des événements, le dialogue se poursuit entre le comité de représentants du camp (composé de neuf membres) et les autorités marocaines. Les contacts s’établissent au début avec Mohamed Jelmous, wali (gouverneur) de Laâyoune, et plus tard avec une commission du ministère de l’Intérieur constituée par trois walis de l’administration centrale. Enfin, au dernier moment, les négociations sont dirigées par le ministre de l’Intérieur en personne, Taïeb Cherkaoui. Le 4 novembre 2010 un accord de principe est conclu, selon lequel l’État marocain s’engage à répondre progressivement aux demandes des manifestants relatives au logement et au travail. Un premier pas est franchi avec la constitution d’un comité mixte (représentants sahraouis et autorités marocaines) chargé d’entreprendre le recensement des personnes défavorisées à l’intérieur du campement. La mise en œuvre des mesures devait débuter le lundi 8 novembre, mais aucune ne sera réalisée car le démantèlement du camp est déclenché ce même jour8.

  • 9 . Elles font référence également à l’existence de groupes de jeunes violents proches du Front Polis (...)
  • 10 . C’est le cas du Collectif de défenseurs des droits de l’Homme (CODESA), l’Association sahraouie d (...)

9L’opération se produit à l’aube, après un appel confus des hélicoptères de la police survolant les lieux et ne laissant pas le temps d’organiser l’évacuation. C’est alors le chaos entre ceux qui essaient de fuir et ceux tentant d’organiser la résistance face aux forces de sécurité marocaines équipées de canons à eau, gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc. D’après les autorités marocaines l’intervention ne pouvait plus attendre, car le camp était tombé sous les mains de groupes de trafiquants et de criminels qui retenaient une partie de la population sahraouie contre sa volonté9. Or, les organisations sahraouies et marocaines de défense des droits de l’Homme mettent en cause ce discours10. Elles mettent en avant le fait que quatre walis du ministère et le ministre de l’Intérieur lui-même avaient négocié pendant des jours avec ces mêmes représentants censés êtres des criminels séquestrant la population.

  • 11 . http://elcomentario.tv/reggio/marruecos-sahara-y-autonomia-de-bernabe-lopez-garcia-en-la-vanguard (...)

10L’inconsistance du discours officiel laisse donc sans réponse la question principale. Pourquoi démanteler par la force le campement si le dialogue se poursuit encore entre les deux parties, et si une réunion entre le Front Polisario et les représentants marocains est programmée ce jour même à New York ? L’irruption violente dans le camp est fortement critiquée par certains participants, comme la députée sahraouie du Parti du progrès et du socialisme (PPS) et également membre du Conseil royal consultatif des affaires sahariennes (CORCAS). D’après Bernabé López García (2010)11, seules les pressions exercées par des personnalités influentes hostiles à la décentralisation de l’État et au projet d’autonomie élaboré par Rabat depuis 2007, confortées par le discours radical prononcé par Mohamed VI quelques jours auparavant, au cours de l’anniversaire de la Marche verte, peuvent expliquer le soudain changement d’avis et la violence déclenchée au cours du démantèlement du campement.

  • 12 . Plusieurs agents des forces l’ordre sont tués sur place dont au moins l’un d’entre eux égorgé p (...)
  • 13 . Parmi les bâtiments les plus touchés par les émeutes se trouvent la Cour d’appel, la direction de (...)

11L’assaut des forces de sécurité engendre une réponse très violente de la part des jeunes du camp12. Cette violence s’étend peu après à Laâyoune, où le manque d’information favorise la rumeur d’un massacre parmi la population sahraouie. Cette confusion et la faible présence policière entraînent le chaos au sein de la ville : blocage de routes, barricades, saccages et incendies des administrations publiques, des commerces, des banques, des bureaux et des voitures de citoyens marocains13. Au cours des émeutes, un jeune Sahraoui de nationalité espagnole meurt renversé par une voiture de police, attisant davantage les actions contre les établissements publics et les biens privés. L’arrivée du gros des forces de sécurité marocaines, jusqu’alors placées à Gdeim Izik, freine cette vague de violence. Pourtant, au cours de l’après-midi et de la soirée du 8 novembre, des civils marocains sous la protection de la police, voire encouragée par celle-ci, sont à la tête d’une contre-offensive au sein des quartiers à majorité sahraouie, reproduisant les scènes de pillage et de destruction de commerces et de maisons.

  • 14 . Les chiffres concernant le nombre de détenus sont imprécis, soulignant le climat de désinformatio (...)

12Le coût humain de l’opération de démantèlement et des émeutes postérieures est très important. À la fin de la journée les blessés, la plupart Sahraouis, se comptent par centaines, tandis que le chiffre des morts atteint treize personnes – onze Marocains appartenant aux forces de sécurité et deux Sahraouis. Par ailleurs, la chasse aux instigateurs de la révolte crée un climat de tension et de crainte qui maintient la ville de Laâyoune dans un état d’urgence non déclaré. Les intrusions dans les maisons sans mandat judiciaire, les passages à tabac et les mauvais traitements dans les commissariats de police, ou encore les détentions injustifiées, se poursuivent plusieurs semaines après le 8 novembre. Si des dizaines de détenus sont remis en liberté sans poursuites judiciaires quelques heures après leur arrestation, environ 130 personnes sont transférées vers la « Prison noire » de Laâyoune14 et 23 autres (parmi lesquelles se trouvent plusieurs militants des droits de l’Homme) sont transférées à la prison militaire de Salé (Maroc). Toutes les personnes appartenant au premier groupe sont libérées sous condition dans les six mois suivant leur interpellation. Pourtant, un an après Gdeim Izik le groupe de Salé demeure en prison sans avoir été jugé. Ils sont accusés de formation et d’appartenance à une bande criminelle, d’assassinat des agents des forces de l’ordre, de prise d’otages et de mise en danger de la sûreté de l’État ; des délits passibles d’un tribunal militaire.

Configuration du nouveau scénario de l’après automne 2010

  • 15 . Toutes les personnes originaires du Maroc.

13Gdeim Izik représente pour les Sahraouis un moment de rupture, notamment en ce qui concerne la participation massive de la population dans l’organisation de la contestation mais également dans la coexistence intercommunautaire entre Sahraouis et Dakhilis15. Pourtant, et malgré les graves problèmes sociaux qui expliquent le mécontentement des Sahraouis, l’État marocain demeure dans la continuité, privilégiant des mesures répressives, comme le renforcement de l’appareil sécuritaire. Quelques semaines après le démantèlement du campement un nouveau wali, Khalil Dkhil, d’origine sahraouie, est nommé à Laâyoune. Cette mesure n’est cependant pas accompagnée de changements plus profonds concernant l’accès au logement, aux services sociaux primaires, à l’emploi, etc.

14L’importance de Gdeim Izik ne réside pas tant dans la formation et le développement du camp, mais dans les changements que cette action imprévue introduit a posteriori au sein de la société sahraouie et dans l’ensemble de la région. Quatre phénomènes caractérisent le nouveau scénario survenu après les événements de l’automne 2010 :
1. La consolidation des revendications à caractère socio-économique comme moteur de la contestation.
2. L’irruption de nouveaux acteurs contestataires dans les manifestations, notamment des jeunes chômeurs et des activistes des droits de l’Homme.
3. La rupture de la fragile cohabitation entre Sahraouis et Marocains comme en témoignent les affrontements récurrents entre les deux communautés depuis novembre 2010.
4. Gdeim Izik opère également des changements au sein des camps de réfugiés sahraouis à Tindouf. La radicalisation des discours se reflète autant sur la question du retour aux armes que sur les demandes d’introduction de mesures démocratiques au sein des institutions gouvernementales sahraouies.

La transformation des formes de lutte au Sahara Occidental

15L’évolution du campement surprend tous les observateurs et même ses protagonistes sahraouis. Malgré le manque d’infrastructures et de moyens, ainsi que la situation difficile des premiers jours, la population déplacée parvient à organiser un événement de grande ampleur et à s’organiser rapidement. En ce sens, Gdeim Izik est un instrument qui permet de mesurer leurs forces, revitalisant et amplifiant les piliers de la mobilisation citoyenne.

16Une fois que l’Espagne signe en 1975 la cession de son ancienne colonie au Maroc et à la Mauritanie, les Sahraouis, qui ne fuient pas vers l’Algérie, deviennent en grand nombre membres de la résistance. Néanmoins, la construction au cours des années 1980 du mur défensif qui divise le Sahara Occidental entre les territoires occupés et les « territoires libérés », c’est-à-dire placés sous contrôle du Front Polisario, finit par isoler les villes sahraouies et leur population de tout contact avec la guérilla (Ruíz Miguel, 1995). Après la signature du plan de paix en 1991, une situation de « calme tendu » s’installe au sein des camps de réfugiés. La guerre est finie et, pourtant, le Maroc et la Communauté internationale continuent à faire converger leurs regards vers Tindouf, sans se rendre compte que ce sont les villes du Sahara Occidental, lieux que le Maroc estime bien contrôler, le véritable enjeu. Au cours de la dernière décennie, les altercations et les crises de cohabitation entre les Sahraouis et les Marocains ont été monnaie courante dans les villes du Sahara et même à l’intérieur du Maroc, là où des groupes de jeunes Sahraouis poursuivent leurs études universitaires. À ces moments de tension s’ajoutent trois événements importants qui contribuent à la transformation de la contestation sahraouie entre 1999 et 2010.

  • 16 . Par ailleurs, cette crise aura des conséquences politiques immédiates. Ainsi, Mohamed VI, profita (...)

17Le premier événement – le moins connu –, se déclenche en septembre 1999 et il est qualifié par les Sahraouis comme leur première « Intifada ». Le centre névralgique des protestations est la place d’Echdeira, en plein cœur de Laâyoune, et elles sont relayées par des étudiants, des jeunes chômeurs, des travailleurs des mines de phosphates de Boukraa et des anciens détenus (Sobero, 2010). Les revendications de nature socio-économique sont à la base des manifestations. En effet, à ce moment, les problèmes liés au chômage, la difficulté d’accès au logement ou les sentiments d’injustice provoqués par la concentration en très peu de mains des richesses de la région, apparaissent comme les principaux moteurs de la contestation. Pourtant, la question politique demeure implicite dans les revendications. Les références territoriales et les symboles indépendantistes surgissent dès que les manifestations commencent à être durement réprimées par les forces de sécurité marocaines sous la direction du ministre de l’Intérieur, Driss Basri. Il est nécessaire de rappeler, en outre, que cette crise se déclenche peu après l’intronisation de Mohamed VI. Elle est un avertissement clair au nouveau monarque que la lutte dans les territoires occupés n’a pas disparu avec son prédécesseur, Hassan II16.

  • 17 . Sur cet événement, consulter l’analyse de Toby Shelley (2005).
  • 18 . Sur le développement des manifestations en 2005 consulter: www.arso.org/intifada2005.htm. (...)
  • 19 . OMDH (octobre 2005).

18En mai 2005, démarre un nouveau cycle de protestations qui se prolonge jusqu’en 2006. La deuxième « Intifada » sahraouie comprend, dès son commencement, un caractère clairement politique17. La dispersion violente d’un groupe de personnes qui manifestaient contre le transfert d’un détenu sahraoui vers la prison d’Agadir provoque une vague de manifestations à Laâyoune, Smara et Dakhla. Celles-ci s’étendent peu après à plusieurs villes marocaines où les affrontements entre la police et des étudiants sahraouis causent la mort d’un jeune en octobre 2005. Au cours des altercations, une quarantaine de manifestants est arrêtée et accusée de troubles à l’ordre public, d’appartenance à des associations illicites, d’incitation à la formation d’émeutes et de dommages à la propriété publique. Les détenus, parmi lesquels se trouvent des activistes connus des droits de l’Homme comme Ali Salem Tamek, Brahim Noumria ou Aminatou Haidar, sont condamnés à six mois de prison. Ils sont relâchés au début 2006 à la faveur des pressions internationales18. Durant cette période, les activistes emprisonnés et plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme dénoncent à plusieurs reprises les tortures subies dans les commissariats de police et les prisons, les déplacements arbitraires de détenus et les conditions inhumaines d’incarcération19.

19Après 2005, le Sahara Occidental disparaît du paysage médiatique international. Cet effacement coïncide avec l’apaisement de la contestation qui cependant ne cesse pas totalement. En effet, les graves problèmes politiques, sociaux et économiques demeurent, et les seules mesures mises en œuvre par l’État marocain sont destinées à renforcer la sécurité de la région et la répression.

  • 20 . Après être expulsée de l’aéroport de Laâyoune, Haidar est renvoyée par la force et sans passeport (...)

20Une nouvelle crise se déclenche quatre ans plus tard, en novembre 2009. La grève de la faim menée par l’activiste des droits de l’Homme, Aminatou Haidar, à l’aéroport de Lanzarote20 met en évidence l’interminable confrontation entre le régime chérifien et les Sahraouis. Au cours de l’année 2010, et grâce au grand intérêt suscité par l’affaire Haidar au niveau international, les manifestations reprennent avec une intensité renouvelée. C’est le cas, par exemple, de la procédure judiciaire contre sept activistes des droits de l’Homme arrêtés le 8 octobre 2009 à l’aéroport de Casablanca lors de leur retour de Tindouf. Le jugement est repoussé pendant plus d’un an à cause des nombreux incidents entre populations sahraouie et marocaine qui émaillent les audiences (Gómez Martín, 2011, p. 159).

21En 2010, le mécontentement social explose chez les Sahraouis, engendrant une mutation des formes de la protestation. En ce sens, la création de villes-campements dans la périphérie des principaux centres urbains du Sahara change la perception des espaces traditionnels de la contestation. Les camps sont établis près des villes, dans des lieux qui facilitent leur approvisionnement, tandis que leur situation extra-urbaine les éloignent du contrôle des autorités locales. Plus important encore, ils symbolisent la réappropriation d’un espace fondamental pour l’identité et la culture sahraouies : le désert (Berona Castañeda, 2011, p. 6).

22Gdeim Izik est, par conséquent, la confirmation de la mise en place des nouvelles formes de lutte : l’utilisation du désert comme espace alternatif de localisation et de développement de la contestation, la considération de la khaima comme instrument de résistance, la mise en avant des questions socio-économiques afin de légitimer les revendications, etc. La révolte de 2010 entérine, en même temps, la violence accrue des altercations et la montée des attitudes racistes entre communautés. Il ne s’agit plus exclusivement d’affrontements entre des manifestants sahraouis et les forces de sécurité marocaines mais de confrontations directes, déclenchées au moindre incident, entre Sahraouis et Dakhilis.

Les acteurs de la contestation : le rôle de la jeunesse sahraouie au cours des manifestations de 2010 et 2011

  • 21 . La tranche d’âge 0-20 ans représente près de 45 % de la population totale des pays arabes, contre (...)

23Les révolutions démocratiques qui secouent le Maghreb et le Machrek depuis le début 2011 se caractérisent par la participation massive de la jeunesse en tant qu’acteur-moteur des manifestations. Ce leadership de la jeunesse des couches moyennes et populaires n’est pas un produit du hasard. Le facteur démographique (importante réduction des taux de fécondité dans les dernières décennies et extrême jeunesse de la population21) et la croissance des taux de scolarisation et du niveau d’éducation caractérisent un scénario marqué par la haute potentialité économique de cette population (Khader, 2011). Néanmoins, la jeunesse des pays arabes se heurte à la décadence et à la corruption des régimes dictatoriaux, contrôlés par des oligarchies qui sont parvenues à amasser de grandes fortunes et à se maintenir longtemps au pouvoir avec le consentement de l’Occident. En ce sens, la situation actuelle des pays touchés par les révolutions ne peut pas être déconnectée du contexte de crise économique mondiale, ni des contradictions sociales engendrées par le système néolibéral : spoliation des ressources naturelles par des multinationales étrangères, approfondissement de graves déséquilibres sociaux entre les classes moyennes et populaires et les élites au pouvoir, etc. (Massiah, 2011). La crise de l’économie familiale, le poids du secteur informel, l’incapacité du marché du travail à proposer des offres d’emploi en adéquation à la formation académique de plus en plus élevée de cette population, les barrières imposées par l’Europe à la migration, etc., incitent la jeunesse à considérer le renversement des vieux régimes dictatoriaux comme la seule possibilité de changer son avenir.

  • 22 . Ce processus est aussi l’une des conséquences indirectes des auditions de l’Instance Équité et Ré (...)

24Concernant le Sahara Occidental, les protagonistes de la contestation se sont considérablement diversifiés en ce début de siècle. Concrètement, entre 2005 et 2011, les activistes des droits de l’Homme et les jeunes chômeurs ont joué un rôle central dans la réorganisation du champ de contestation sahraoui22. Le manque de données sur la jeunesse n’empêche pas pour autant l’identification de caractéristiques communes avec celle des pays voisins : marginalisation sociale et politique, taux élevé de chômage, manque de libertés, perspectives futures incertaines, etc. À celles-ci il est nécessaire d’ajouter, dans le cas sahraoui, les dérives du conflit territorial et la montée des tensions ethniques avec d’autres populations habitant la région.

25Osman, un jeune sahraoui participant aux manifestations de Gdeim Izik et incarcéré pendant plusieurs mois après le 8 novembre 2010, signale les principaux facteurs du mécontentement de la jeunesse sahraouie des territoires occupés :

  • 23 . Extrait d’un entretien réalisé à Madrid le 11 septembre 2011. Osman se trouvait en Espagne pour p (...)

« Les jeunes sahraouis… deux mots liés au désespoir, au manque d’opportunités et au chômage. Nous n’avons pas de travail dans les mines de phosphates, ni dans la pêche, l’assistance sociale favorise les colons marocains, l’accès à l’éducation et, surtout, la formation universitaire est pleine d’entraves…Nous, les jeunes, nous avons l’impression que le but est de nous appauvrir, de nous marginaliser jusqu’au point d’accepter la situation. C’est un jeu de pouvoir et de résistance. Si tu veux manger, travailler, avoir une vie digne tu dois renoncer à tes idées. Si tu ne le fais pas, tu es destiné à la pauvreté, à passer toute ta vie en prison ou à la migration irrégulière. C’est facile de comprendre pourquoi la jeunesse sahraouie s’est révoltée, pourquoi elle est devenue le moteur des protestations »23.

  • 24 . Il s’agit principalement d’organisations, comme le CODESA, le CODAPSO ou l’ASVDH, composées major (...)

26La présence marginale du Front Polisario dans les territoires occupés et l’impossibilité de constituer des partis politiques opposés aux intérêts de l’État marocain par rapport au conflit territorial, oblige les jeunes sahraouis qui souhaitent participer aux décisions locales à s’inscrire au sein des partis marocains, ou à devenir militants des associations de défense des droits de l’Homme24 (Veguilla, 2009, p. 106-107). Bien que ces dernières ne soient pas légales, elles disposent d’appuis au sein de la société. Par ailleurs, la transformation de leurs figures les plus charismatiques en icônes de la résistance à l’occupation leur a procuré un capital politique spécifique au sein du mouvement sahraoui. Ce fait ouvre la porte de la représentation politique à d’autres acteurs, et déplace le Front Polisario en tant qu’organisation de référence, rôle qu’il a rempli de façon hégémonique entre la moitié des années 1970 et la fin des années 1990.

  • 25 . C’est le cas de l’association « La liste pour l’égalité », constituée en avril de 2005 à Dakhla. (...)

27La répression exercée par l’État Marocain à l’encontre des Sahraouis a joué, dans le même temps, un rôle fondamental dans la recomposition de l’espace politique de contestation. En ce sens, les acteurs engagés dans les protestations ont appris à bien fixer la limite entre des actes de mécontentement interdits et tolérés, c’est-à-dire, susceptibles d’engendrer ou non des actions répressives des autorités marocaines. C’est là que la contribution des jeunes Sahraouis a été la plus importante, car ils sont parvenus à substituer – au moins, dans le discours public –, les références ethniques et politiques par d’autres références empruntées au droit au développement économique et social de la région (Veguilla, 2009, p. 97-98). Cela explique, par exemple, la constitution d’associations composées par des jeunes sahraouis et tolérées par le régime, ayant pour but la défense d’intérêts spécifiques (économiques, sociaux) ou la dénonciation de certaines situations liées à l’emploi et considérées comme injustes25.

28Gdeim Izik est un exemple de ce type de mobilisation, en apparence dépolitisée et légitimée par l’ensemble des acteurs sociaux mais possédant, au fond, un caractère politique voilé mais incontestable tant pour les acteurs protestataires que pour les autorités marocaines. Comme l’indique l’OMDH:

  • 26 . OMDH (octobre 2005, p. 8).

« On ne peut pas parler des revendications sociales des citoyens en ignorant leurs revendications politiques. D’ailleurs, la question sociale est, au fond, politique, car elle est la conséquence de la discrimination et du pillage des richesses qui sévissent dans la région » 26.

29Enfin, à partir de 2005, les actions de contestation dans les territoires occupés ont été appuyées par l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication : Internet, blogs, réseaux numériques et sociaux. Bien que ces technologies soient encore rares dans les villes du Sahara Occidental, elles ont permis la participation croissante des citoyens dans l’élaboration et l’échange d’informations par le biais de la narration d’expériences personnelles, de vidéos ou de photographies diffusées instantanément sur le Web à l’aide des réseaux numériques. L’irruption de ces nouveaux instruments dans la vie quotidienne des jeunes sahraouis au début des années 2000 a contribué à changer leur perception sur leur participation à la politique. C’est le cas de Mohamed, étudiant de 22 ans à l’université Hassan II de Casablanca :

  • 27 . Entretien réalisé par le biais d’Internet le 17 octobre 2011.

« Depuis quelques années j’utilise Internet fréquemment. C’est un instrument qui a changé ma perception sur la façon dont les jeunes peuvent participer en faveur de la cause sahraouie. Je me suis mis en contact, en très peu de temps, avec des jeunes sahraouis installés en Espagne et maintenant on échange des informations, des réflexions, nous faisons arriver des vidéos enregistrées dans les universités marocaines, des vidéos enregistrées au cours des manifestations… C’est un peu compliqué et dangereux mais c’est le seul moyen pour faire sortir l’information hors du pays. Il faut s’accommoder aux nouveaux temps et utiliser les technologies qui sont à notre disposition pour effectuer des changements. Le problème, à mon avis, est que nous ne sommes pas tout à fait conscients de la potentialité de ces nouveaux instruments »27.

30Ces nouvelles technologies ne peuvent pas être considérées comme les déclencheurs des manifestations, mais elles jouent un rôle important en tant que moyens de socialisation politique, en renforçant le dialogue et l’échange d’idées entre les jeunes contestataires au sein des territoires occupés, d’une part, et entre ceux-ci et d’autres jeunes Sahraouis installés en Espagne ou dans les camps de réfugiés à Tindouf, d’autre part (Gómez Martín et Omet, 2009, p. 214). L’importance de la présence d’Internet et de l’usage des réseaux sociaux fût largement confirmée durant la crise de Gdeim Izik. Au cours des semaines d’existence du camp, les blogs et les réseaux sociaux se présentent comme les seules informations alternatives face au discours officiel diffusé par la presse marocaine.

La rupture du mythe de la cohabitation : l’arrivée de tensions ethniques

31Les émeutes, qui se déclenchent à Laâyoune le jour même du démantèlement du camp, marquent profondément les relations entre les différentes populations habitant les villes du Sahara Occidental. Néanmoins, ces confrontations intercommunautaires du 8 novembre 2010 ne sont pas nouvelles mais résultent d’un climat de tension qui s’aggrave depuis des années. Ce scénario brise, par conséquent, l’image de cohabitation pacifique que les autorités marocaines ont essayé de promouvoir à l’intérieur et à l’extérieur du territoire. Néanmoins, la situation actuelle est devenue plus dangereuse. D’une part, le clivage entre les populations dépasse largement le débat sur l’indépendance du Sahara ou de son annexion totale au Maroc, d’autre part, les désaccords et la méfiance entre communautés ont franchi la ligne rouge distinguant les disputes sans véritables conséquences du déclenchement d’affrontements violents dépassant le cadre local.

  • 28 . La thèse de Victoria Veguilla, Politiques du poulpe à Dakhla. Action publique, ressources naturel (...)

32Des explications de ce changement se trouvent, en partie, dans les politiques sociales et économiques mises en œuvre par l’État marocain depuis le début de l’occupation du Sahara Occidental. En ce sens, le journaliste Dris Benani (2011) a mis en évidence que les mesures prises dans la région ont contribué ultérieurement à la formation de barrières psychosociales difficiles à franchir entre les populations qui cohabitent dans les villes du Sahara. En effet, ces politiques, visant le développement de la région, ainsi que son occupation effective, auraient engendré à long terme des effets contraires à ceux poursuivis28.

  • 29 . Consulter Isaías Barreñada (2011).
  • 30 . United Nations Mission for the Referendum in Western Sahara.

33Tout d’abord, et afin de « marocaniser » le territoire, Rabat encourage l’arrivée de nouvelles populations provenant des régions du Nord grâce à l’application d’importants stimulants économiques et de généreuses politiques d’assistance29. À ces mesures s’en ajoutent d’autres destinées aux ex-combattants sahraouis ralliés au Maroc. La plupart d’entre eux ont obtenu des postes importants au sein de l’administration publique. Enfin, un troisième groupe, dénommé « habitants d’Al Wahda » complète les populations assistées par l’État marocain dans les principaux centres urbains du Sahara Occidental. Il s’agit de plusieurs milliers de personnes appartenant à des tribus sahraouies qui n’habitaient pas à l’intérieur du territoire en litige et qui, à partir de 1991, sont transférées par les autorités marocaines, tous frais payés, dans des bidonvilles provisoires des périphéries de Laâyoune, Smara, Boujduor et Dakhla pour faire partie des listes d’identification de la MINURSO30. Leur présence sur le territoire était programmée, en principe, pour quelques semaines mais le blocage du processus d’identification, opéré précisément par le surplus d’individus à identifier, et le fait qu’elles se trouvent assistées en permanence par l’État marocain les encourage à y rester, provocant ainsi la colère des Sahraouis natifs des lieux (Benani, 2011). En tout état de cause, la situation actuelle laisse penser que le véritable objectif d’une telle mesure était d’encourager le repeuplement de la région avec des éléments sahraouis favorables au discours sur la « marocanité » du Sahara Occidental.

34Cet ensemble de politiques d’assistance contribue à tendre les rapports sociaux, car elles sont un signe clair de discrimination adressé à l’égard des Sahraouis qui s’opposent à la présence du Maroc dans le territoire. Ainsi, ces derniers ont finit par se convaincre que l’accès à un logement correct, aux aides étatiques et aux services sociaux de base dépend entièrement de l’appui prêté au régime ou de l’appartenance à un groupe ethnique. Ce fait est confirmé par Ibrahim, jeune militant de l’Association sahraouie des victimes des violations graves des droits de l’Homme :

  • 31 . Extrait d’un entretien réalisé à Madrid le 15 septembre 2011.

« […] Dans la rue il y a une pensée généralisée qui engendre un lot de frustrations et des tensions… aujourd’hui deux conditions sont indispensables pour vivre au Sahara : soit tu es Marocain et donc tu bénéficies de toutes les facilités pour t’installer ici, soit tu es d’accord avec l’occupation et alors tu peux mener une vie plus au moins aisée si tu parviens à rejeter ton identité »31.

  • 32 . http://mideastsoccer.blogspot.com.es/2011/09/western-sahara-conflict-erupts-in.html (...)

35En définitive, les politiques sociales et économiques partielles, le sentiment d’injustice, et le manque total de compréhension entre populations ont conduit à de graves frictions entre communautés qui se définissent, avant tout, par leur appartenance ethnique. Un exemple symptomatique de l’irruption de ce type d’attitudes se trouve dans les confrontations qui ont lieu à Dakhla entre jeunes Dakhilis et Sahraouis au cours du festival de musique « Mer et Désert » en février 2011, ou les émeutes qui provoquèrent sept morts en septembre 2011, dans la même ville, après un match de football amateur32.

  • 33 . Sur cette question consulter le rapport de l’OMDH (2011) et les articles de Driss Benani (2010 et (...)

36Des journaux indépendants marocains, comme Tel Quel et des associations de défense des droits de l’Homme marocaines, comme l’OMDH, convergent pour signaler que la violence intercommunautaire qui est en train d’éclater au Sahara Occidental est le produit des dérives du conflit territorial encore non résolu mais, également des politiques sociales et économiques conduites depuis trois décennies sans prise en compte de la population native sahraouie face à d’autres populations originaires du nord du Maroc. Par ailleurs, ces deux observateurs mettent l’accent sur le fait que l’irruption du facteur ethnique en tant que nouvelle variable du conflit peut contribuer à la déstabilisation définitive de la région33.

Les effets de Gdeim Izik sur les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf

37Les événements de l’automne 2010 ont aussi des conséquences au sein des camps de réfugiés sahraouis à Tindouf, notamment en ce qui concerne la montée des tensions entre la population réfugiée et les autorités sahraouies. Le démantèlement du camp de Gdeim Izik et les émeutes postérieures à Laâyoune renforcent la pression des refugiés, particulièrement des jeunes, pour un retour aux actions armées. C’est la quatrième fois en une dizaine d’années que des moments de tension redoublent la crispation et enflamment le discours du retour aux armes.

  • 34 . Après le blocage du processus d’identification de la population sahraouie devant participer au ré (...)

38Le premier moment de rupture ou de perte de l’espoir renvoie à la fausse annonce de reprise de la guerre lors du passage du rallye Paris-Dakar 2001 par les « territoires libérés » sans consultation préalable des autorités sahraouies. La décision du Front Polisario de suspendre temporairement la reprise des activités militaires est mal accueillie par les Sahraouis ; et ce mécontentement est renforcé par l’échec du Plan Baker I quelques mois plus tard. Le second moment de perte d’espoir correspond au nouvel échec du Plan Baker II34. Plus concrètement, il est provoqué par l’acceptation du plan par le Front Polisario et l’Algérie, alors qu’une partie de la population sahraouie, notamment la jeunesse, rejetait les conditions d’un accord considéré fait en fonction des intérêts marocains, et que Rabat finit pourtant par refuser, au dernier moment, d’une façon inattendue (Hernando de Larramendi, 2008). Enfin, le début de la seconde « Intifada » en mai 2005 dans les territoires occupés suppose un nouveau moment de rupture, lié cette fois-ci à l’impasse créée par l’écroulement des plans de paix. La révolte prend place de façon inattendue de Dakhla à Tan-Tan en passant par Laâyoune. Elle secoue la société sahraouie dans son ensemble renforçant par effet de dominos la volonté des Sahraouis, notamment les jeunes, à reprendre les armes, (Gómez Martín et Omet, 2009, p. 210). Le Front Polisario se trouve alors dans une situation particulièrement difficile, car il n’est plus en mesure de relancer des actions armées, compte tenu de ses moyens militaires limités et du manque de support au niveau international. Dans le même temps, il est en train de perdre la confiance de sa propre population, ce qui l’oblige à réaffirmer sa position et à essayer de convaincre les réfugiés qu’il représente encore une possible menace militaire.

39Entre 2005 et 2011, la tension dans les camps de réfugiés continue de monter. L’absence de perspectives pousse un nombre grandissant de jeunes sahraouis à grossir les listes de l’armée, tandis que d’autres oscillent entre oisiveté et participation aux réseaux de contrebande (Caratini, 2007). Il n’est dès lors pas étonnant, face à ce panorama décourageant, que chaque fois que se produit une altercation dans les villes du Sahara Occidental, les jeunes des camps réagissent en faisant pression sur le gouvernement sahraoui afin qu’il abandonne l’infructueuse voie diplomatique. Malgré ces pressions, le jour même où est démantelé le camp de Gdeim Izik, les représentants du Front Polisario s’asseyent à nouveau à la table de négociation de Manhasset (New York). Ce fait représente un coup trop lourd à digérer pour les jeunes, voire une action incompréhensible qui confirme la profonde prise de distance d’une partie de la population sahraouie avec la politiquedu Front.

40Bucharaya Beyoun, représentant du Front Polisario en Espagne, confirmait lors d’un entretien, les difficultés éprouvées par les représentants sahraouis pour faire comprendre aux réfugiés leur position au sujet des négociations à Manhasset :

  • 35 . Extrait d’un entretien réalisé à Madrid le 21 septembre 2011.

« Je comprends très bien le sentiment de méfiance de nombreux Sahraouis envers les négociations, encore plus, après les événements de Gdeim Izik. Pourtant, en politique il faut savoir travailler… Je suis convaincu que le Front Polisario a bien réagi à ce moment, que notre positionnement était étudié, qu’il était correct. La réunion à Manhasset était pour nous une manœuvre politique avec un double objectif. D’abord, nous sommes parvenus à ne pas briser le processus de négociations, car nous pousser à abandonner le dialogue faisait partie des intérêts de Maroc. Ensuite, nous souhaitions utiliser le tour de négociations pour obliger les représentants marocains à donner une explication à la communauté internationale à propos de Gdeim Izik. Convaincre la population, notamment les jeunes, de notre décision n’a pas été facile mais je suis sûr que nous ne nous sommes pas trompés là-dessus »35.

41Le mécontentement envers la direction politique du Polisario n’est pas un fait nouveau. Les critiques commencent à s’entendre plus clairement à la fin des années 1990. Néanmoins, dans un contexte marqué par les désertions vers le Maroc d’anciens membres du Front Polisario, la suspicion de trahison à la « cause » finit par entacher toute objection dirigée contre le leadership sahraoui.

  • 36 . www.afrol.com/es/artículos/37531. (...)

42Gdeim Izik et le contexte révolutionnaire du Maghreb et du Machrek encouragent les voix critiques à exprimer leur mécontentement au sein des camps de réfugiés. Ainsi, le 5 mars 2011 une manifestation est organisée à Rabouni (centre politico-administratif des camps) profitant de l’élan des révolutions tunisienne et égyptienne et le début de la contestation au Maroc lors du mouvement dit du « 20 février ». L’appel est réalisé par le collectif « Jeunes Révolutionnaires » qui demande un appui plus fort du Front Polisario aux Sahraouis des territoires occupés et des réformes gouvernementales. Ils exigent, entre autres mesures, des changements au sein de l’administration de l’État et du pouvoir judiciaire, la fin de la corruption, la lutte contre la spoliation des fonds publics, une participation plus forte de la jeunesse dans la vie politique et la réforme du code électoral, permettant une participation plus directe des électeurs à la désignation des membres du parlement et du président de la République36. Bien que les autorités sahraouies n’interdisent pas cette contestation, elles essaient de la discréditer. D’après les mots de Bucharaya Beyoun : « La manifestation était clairement une tentative de manipulation de la part du Maroc, afin de confondre les Sahraouis et d’engendrer des dissensions internes au sein des camps ».

  • 37 . Les estimations les plus optimistes signalent la participation de 150 à 200 personnes.
  • 38 . République arabe sahraouie démocratique.

43En outre, la manifestation est secondée par le mouvement « Khat Achahid », constitué d’un groupe de dissidents du Front Polisario installés en Espagne. Son appui n’aide pas à diminuer les suspicions qui tenaillent le rassemblement, en entravant totalement la participation des jeunes37. Face aux pressions, et essayant de prendre de la distance avec la possible manipulation marocaine et la suspicion de trahison lancée par les autorités sahraouies, les jeunes réfugiés qui participent aux manifestations brandissent de nombreux drapeaux de la RASD38 et des symboles pro-Polisario.

44Bien qu’aucune action répressive ne soit menée, les évènements du 5 mars 2011 montrent les difficultés d’organiser un mouvement contestataire au sein des camps. La coercition ne prend pas la forme d’actions autoritaires et violentes de la part de l’appareil étatique envers sa population, comme cela peut être observé dans d’autres pays arabes. Elle est plus fine car psychologique et, en quelque sorte, auto-imposée. Autrement dit, c’est la société sahraouie elle-même, alimentée par le discours des dirigeants, l’organisation interne du Front Polisario et les 36 ans d’exil, qui exerce la coercition au nom de l’intérêt général et de la lutte contre un ennemi toujours omniprésent, le Maroc. Cette attitude a fini par appauvrir l’expérience démocratique de la RASD et l’importance qui a toujours été accordée à la liberté d’expression chez les Sahraouis. Les voix qui réclament des changements et une nouvelle impulsion démocratique de la RASD se heurtent, par conséquent, aux effets qu’une lecture critique du discours officiel peut engendrer au niveau politique. C’est-à-dire, soit favoriser les intérêts de Rabat, soit rompre avec le statu quo régnant après 36 ans dans les sphères du pouvoir du mouvement sahraoui.

Conclusion

45Malgré les changements engendrés par Gdeim Izik au sein des territoires occupés et de la société sahraouie dans son ensemble, cet événement doit être analysé comme le produit logique d’un processus de transformation sociale et politique plus large, qui s’esquisse à la fin des années 1990, après l’intronisation de Mohamed VI. En ce sens, Gdeim Izik entérine quatre phénomènes observés depuis le début des années 2000.

46Premièrement, la consolidation sur la scène sociale et politique de nouveaux acteurs, notamment des activistes des droits de l’Homme et des jeunes chômeurs, qui complexifie l’espace de contestation sahraoui. En deuxième lieu, le renforcement de nouveaux instruments de lutte. La formation des campements se présente comme le principal symbole d’une contestation de nature pacifique. Comme le signale Bernabé López García (2011), les « campements des jeunes », comme signe de protestation, se reproduisent a posteriori, et grâce aux images diffusées par la chaîne de télévision Al Jazeera, sur la place de la Kasbah à Tunis ou sur la place Tahrir du Caire. Troisièmement, les lieux des manifestations se déplacent des centres urbains vers des zones dépeuplées du territoire, loin du contrôle des autorités locales et étatiques. Cette stratégie permet des grands rassemblements de personnes, favorisant des coups de théâtre importants au niveau interne et externe, ainsi que la réutilisation du désert comme espace fondamental de l’identité et de la culture sahraouies.

47Enfin, les événements de Gdeim Izik confirment le glissement des formes de contestation du plan politique vers d’autres de nature socio-économique, plus tolérées par le régime chérifien. Les thématiques de la marginalisation des Sahraouis dans la distribution de la richesse, la corruption des élites locales (marocaines ou sahraouies) qui contrôlent toutes les sources de financement, la faible participation des Sahraouis dans la prise de décisions, etc., dessinent ainsi les vecteurs principaux des nouvelles manifestations. Pourtant, ce fait ne signifie pas que la question politique disparaît des revendications. Elle reste implicite mais revêtue de nouveaux discours et de nouvelles formes de contestation sociale qui complexifient encore plus le conflit.

48Le rôle joué par Gdeim Izik dans la revitalisation de la contestation est indéniable mais à la base, le problème principal demeure. Le blocage du conflit n’est pas seulement perceptible dans les mesures prises par le gouvernement marocain pour stabiliser la région – notamment celles visant au renforcement des dispositifs sécuritaires et de l’appareil répressif – mais dans la méfiance et l’impossibilité de dialogue qui engendrent les positions inamovibles des Marocains et des Sahraouis. De là, la pertinence de la question posée par le professeur López García dans un article du journal El Pais en mai 2011 : quel aurait été le résultat si la jeunesse sahraouie avait essayé de rejoindre les manifestations qui ont eu lieu au Maroc en 2011 lors du mouvement du « 20 février » ? Peut-être que les deux expériences contestataires auraient pu faire converger les intérêts des jeunes marocains et sahraouis. Pourtant, ce scénario n’est même pas pensé en tant que possibilité. Ni la population sahraouie ne se sent concernée par les manifestations des jeunes marocains, ni les demandes de réforme du « 20 février » ne font référence à la résolution du conflit sahraoui, car la jeunesse de ce pays n’a aucun doute sur la marocanité du Sahara. Il est pourtant surprenant que la connexion entre les deux situations ne soit pas établie, car l’autocratie, la corruption, les inégalités sociales ou le manque de libertés que dénonce la jeunesse marocaine ne peuvent pas être dissociés du fardeau le plus lourd qui compromet l’avenir du Maroc au niveau politique et économique : l’ajournement indéfini de la résolution du conflit du Sahara Occidental.

Haut de page

Bibliographie

Barona Castañeda Claudia, 2011, « Memoria histórica y resistencia cultural, de Zemla a Gdeim Izik », XXIII Simposio Electrónico Internacional. Medio Oriente y Norte de África. Estados alterados y la geopolítica de la transformación, Universidad Externado de Colombia y Centro de Estudios Internacionales para el Desarrollo.

Barreñada Isaías, « Bajo Redes transnacionales y redefinición de la identidad nacional. Una comparación entre los casos de Palestina y del Sahara Occidental », X Congreso AEPCA, Murcia, 7-9 de septiembre de 2011 www.aecpa.es/uploads/files/modules/congress/10/papers/562.doc

Caratini Sophie, 2007, « La Prison du temps, les mutations sociales à l’œuvre dans les camps de réfugiés sahraouis », Afrique contemporaine, n° 222, Février, p. 181-197.

Dedenis Julien, 2006, « La territorialité de l’espace des camps de réfugiés sahraouis en Algérie », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 83, n° 1, p. 22-34.

Fernandez Árias Carlos, 2005, « Sahara Occidental : un año después de Baker », Política exterior, nº 107, p. 73-82.

Gómez Martín Carmen et Omet Cédric, 2009, « Les cheminements de la politisation des jeunes dans le champ politique sahraoui. Étude comparative entre la diaspora et les camps de réfugiés », L’Année du Maghreb, V, p. 205-222.

—, 2011, La migración saharaui en España. Estrategias de visibilidad en el tercer tiempo del exilio, Saarbrücken, Alemania, Editorial Académica Española.

Hernando De Larramendi Miguel, 2008, « Intra-Maghrebi relations Unitary myth and national interests » in Zoubir Yahia H. et Amirah-Fernández Haizam (dir.), North Africa: Politics, Region , and the Limits of Transformation, London and New York, Routledge.

Khader Bichara, 2011, « La jeunesse, moteur des soulèvements démocratiques arabes », MEDEA.

López Bargados Alberto, 2000, « Ces orgueilleux seigneurs du désert saharien. Images coloniales et postcoloniales des sahraouis en Espagne », Annuaire de l’Afrique du Nord, 39, p. 363-377.

Massiah Gustave, 2011, « Les insurrections révolutionnaires : cinq premières leçons », Centre tricontinental.

Mohsen-Finan Khadija, 1997, Sahara Occidental. Les enjeux d’un conflit régional, Paris, CNRS Éditions.

Omet Cédric, 2008, « La politisation des jeunes dans les camps de réfugiés sahraouis », Notes de l’IFRI.

Ruíz Miguel Carlos, 1995, Sahara Occidental y España : historia, política y derecho. Análisis crítico de la política exterior española, Madrid, Editorial Dykinson.

Shelley Toby, 2005, « Sahara Occidental : esperando la conflagración », Papeles. Cuestiones Internacionales, nº 91, p. 69-76.

Sobero Yolanda, 2010, Sáhara. Memoria y olvido, Madrid, Editorial Ariel.

Veguilla Victoria, 2009, « L’articulation du politique dans un espace protestataire en recomposition. Les mobilisations des jeunes sahraouis à Dakhla », L’Année du Maghreb, V, p. 95-110.

—, 2011, Politiques du poulpe à Dakhla. Action publique, ressources naturelles et dynamiques sociales, Thèse, http://digibug.ugr.es/handle/10481/19552?mode=full

Wilson Alice, 2010, « Democratising elections without parties : reflections on the case of the Sahrawi Arab Democratic Republic », The Journal of North African Studies, vol. 15, n° 4, p. 423-438.

Articles journalistiques

Bennani Driss, 2010, « Sahara. Comment tout a basculé », Tel Quel.

—, 2011, « Sahara. La bombe à retardement », Tel Quel.

López García Bernabé, 2011, « El Sáhara Occidental en el nuevo tiempo árabe ». Tribuna. Diario el País.

Rapports

Amnesty International, Maroc-Équité et Réconciliation, une initiative limitée, mai 2007.

—, Right trampled : protests, violence and repression in Western Sahara, December 2010.

OMDH, Rapport relatif aux événements qu’a connus la ville de Laâyoune à la fin du mois de mai, octobre 2005.

—, Sahara Occidental. Les affrontements du 8 novembre 2010 à Laâyoune : Escalade dans un conflit qui s’éternise, mars 2011.

ASVDH, Sur le campement de Gdeim Izik et les événements qui ont suivi son démantèlement. Laâyoune/Sahara Occidental, janvier 2011.

Human Right Watch, Sahara Occidental. Palizas y maltrato por parte de las fuerzas de seguridad marroquíes, novembre 2010.

Sahara Thawra, Gdeim Izik, novembre 2011.

Documentaires

Silent Sahara rising : http://www.youtube.com/watch?v=eVq02iLq1eU

El grito de Agdaym Izik : http://vimeo.com/22019626

Haut de page

Notes

1 . http://www.democracynow.org/2011/2/17/the_genies_are_out_of_the

2 . Cet article a été rédigé à partir d’une enquête qualitative réalisée entre l’été et l’automne 2011. Ce travail s’appuie sur plusieurs types de sources : des entretiens (Sahraouis présents à Gdeim Izik, activistes des droits de l’Homme, observateurs internationaux et représentants du Front Polisario), des rapports rédigés par des associations des droits de l’Homme sahraouies et marocaines, des articles journalistiques et des vidéos diffusées sur le Web.

3 . Cette contestation se déclenche en conséquence de la mauvaise gestion politico-administrative de la distribution de 23 000 lots de terrain destinés à la construction de logements à Laâyoune. Ceux-ci sont accordés en s’appuyant avant tout sur des critères de nature tribale et politique. (Source : OMDH, mars 2011, p. 8).

4 . Les chiffres oscillent entre 20 000 à 25 000 personnes et 6 500 à 8 000 khaimas.

5 . Sahara Thawra (novembre 2011, p. 5).

6 . La presse espagnole est la plus touchée par cette répression. Rabat accuse les journalistes espagnols de mettre en place une campagne mensongère visant à nuire à l’image internationale du Maroc.

7 . Extrait d’un entretien réalisé à Madrid le 11 septembre 2011. Mawaba faisait partie d’un groupe de Sahraouis des territoires occupés invités par des associations espagnoles d’amis du peuple sahraoui à participer à des conférences sur Gdeim Izik en Espagne.

8 . ASVDH (janvier 2011, p. 10).

9 . Elles font référence également à l’existence de groupes de jeunes violents proches du Front Polisario.

10 . C’est le cas du Collectif de défenseurs des droits de l’Homme (CODESA), l’Association sahraouie des victimes des violations graves des droits de l’Homme (ASVDH), ou l’Organisation marocaine des droits de l’Homme (OMDH).

11 . http://elcomentario.tv/reggio/marruecos-sahara-y-autonomia-de-bernabe-lopez-garcia-en-la-vanguardia/26/11/2010/

12 . Plusieurs agents des forces l’ordre sont tués sur place dont au moins l’un d’entre eux égorgé par un des manifestants.

13 . Parmi les bâtiments les plus touchés par les émeutes se trouvent la Cour d’appel, la direction de l’Énergie et des Métaux, trois établissements scolaires, un dispensaire et le Centre d’investissement.

14 . Les chiffres concernant le nombre de détenus sont imprécis, soulignant le climat de désinformation. D’après des fonctionnaires du ministère marocain des Affaires étrangères il y a eu 77 personnes détenues ; des fonctionnaires du ministère de la Justice notifient 138 personnes détenues ; pour le directeur de l’Administration pénitentiaire leur nombre atteint 117 personnes ; enfin l’administration fiscale de Laâyoune fournit le chiffre de 115 détenus. (Amnesty International, décembre 2010, p. 10).

15 . Toutes les personnes originaires du Maroc.

16 . Par ailleurs, cette crise aura des conséquences politiques immédiates. Ainsi, Mohamed VI, profitant des émeutes de 1999, forcera à démissionner Driss Basri, l’homme fort sous le mandat de son père, renforçant ainsi l’image de réformateur qui l’accompagne pendant les premières années de son règne.

17 . Sur cet événement, consulter l’analyse de Toby Shelley (2005).

18 . Sur le développement des manifestations en 2005 consulter: www.arso.org/intifada2005.htm.

19 . OMDH (octobre 2005).

20 . Après être expulsée de l’aéroport de Laâyoune, Haidar est renvoyée par la force et sans passeport aux Iles Canaries. Sa décision de mener à terme une grève de la faim provoque une crise diplomatique d’envergure entre le Maroc et l’Espagne, dotant ainsi le conflit du Sahara Occidental d’une visibilité renouvelée.

21 . La tranche d’âge 0-20 ans représente près de 45 % de la population totale des pays arabes, contre 25 % de l’Union européenne (Khader, 2011).

22 . Ce processus est aussi l’une des conséquences indirectes des auditions de l’Instance Équité et Réconciliation créée par Mohamed VI sur recommandation du Conseil consultatif des droits de l’Homme (CCDH) en 2004. Cet organe a été chargé de faire la lumière sur les disparitions et les détentions arbitraires sous le règne d’Hassan II. Pourtant, il a été mis en question par des instances internationales comme le Comité des droits de l’Homme de Nations Unies, car même en reconnaissant le droit des victimes aux réparations, les responsables des exactions n’ont pas été poursuivis en justice. (Amnesty International, 2007)

23 . Extrait d’un entretien réalisé à Madrid le 11 septembre 2011. Osman se trouvait en Espagne pour participer à une série de conférences à propos des événements de Gdeim Izik.

24 . Il s’agit principalement d’organisations, comme le CODESA, le CODAPSO ou l’ASVDH, composées majoritairement par d’anciens prisonniers politiques, des activistes et des défenseurs sahraouis des droits de l’Homme.

25 . C’est le cas de l’association « La liste pour l’égalité », constituée en avril de 2005 à Dakhla. Elle a été créée par des jeunes chômeurs sahraouis afin de dénoncer la réduction du nombre de licences de pêche dans la zone et le faible poids de la population locale sahraouie dans la liste des bénéficiaires de ces concessions. Malgré l’existence d’une connexion directe entre ce problème et la question de la spoliation des ressources naturelles, les autorités et la presse marocaine ont considéré les faits comme un conflit d’ordre sectoriel éloigné de toute interprétation politique ou territoriale (Veguilla, 2009, p.96-97).

26 . OMDH (octobre 2005, p. 8).

27 . Entretien réalisé par le biais d’Internet le 17 octobre 2011.

28 . La thèse de Victoria Veguilla, Politiques du poulpe à Dakhla. Action publique, ressources naturelles et dynamiques sociales, 2011, fournit un exemple saisissant sur cette question. http://digibug.ugr.es/handle/10481/19552

29 . Consulter Isaías Barreñada (2011).

http://aecpa.es/uploads/files/modules/congress/10/papers/562.doc

30 . United Nations Mission for the Referendum in Western Sahara.

31 . Extrait d’un entretien réalisé à Madrid le 15 septembre 2011.

32 . http://mideastsoccer.blogspot.com.es/2011/09/western-sahara-conflict-erupts-in.html

33 . Sur cette question consulter le rapport de l’OMDH (2011) et les articles de Driss Benani (2010 et 2011) dans l’hebdomadaire Tel Quel.

34 . Après le blocage du processus d’identification de la population sahraouie devant participer au référendum d’autodétermination, les Nations Unies essaient, en la personne de son ancien envoyé spécial au Sahara, James Baker, de faire approuver deux accords-cadres pour la résolution du conflit du Sahara Occidental : le Plan Baker I (2001) et le Plan Baker II (2003). Ces accords contiennent un double processus. Premièrement, l’application d’une période de transition de cinq ans durant laquelle le territoire pourrait profiter d’une autonomie provisoire sous souveraineté marocaine. Plus tard, un processus référendaire serait mis en place afin de permettre la réalisation du référendum d’autodétermination.

35 . Extrait d’un entretien réalisé à Madrid le 21 septembre 2011.

36 . www.afrol.com/es/artículos/37531.

37 . Les estimations les plus optimistes signalent la participation de 150 à 200 personnes.

38 . République arabe sahraouie démocratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carmen Gómez Martín, « Sahara Occidental : quel scénario après Gdeim Izik ? », L’Année du Maghreb, VIII | 2012, 259-276.

Référence électronique

Carmen Gómez Martín, « Sahara Occidental : quel scénario après Gdeim Izik ? », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 24 avril 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1490 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1490

Haut de page

Auteur

Carmen Gómez Martín

Docteur en sociologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page