Navigation – Plan du site
Culture et société

Le conte populaire dans ses pratiques en Algérie

Rahmouna Mehadji
p. 435-444

Entrées d'index

Géographie :

Algérie
Haut de page

Texte intégral

1Si le conte existe partout, il n’en demeure pas moins que d’une culture à une autre, il diffère dans ses pratiques. Le présent article vise justement à donner un aperçu sur cet usage au Maghreb, plus précisément en Algérie, un usage sérieusement compromis de nos jours. Les observations relatives à ce patrimoine culturel résultent d’une collecte de contes, menée dans la région d’Oran (Nord-ouest algérien) au cours des années 1998-2005 avec pour objectif la réalisation d’un corpus en vue d’une étude sur les images féminines dans les contes populaires algériens.

2Ces matériaux peuvent servir à une redéfinition du rôle et du statut des conteurs, professionnels, amateurs ou conteuses. Pourquoi ces dernières, probablement les seules aujourd’hui encore à pratiquer cette activité, ont-elles rarement eu l’aura qui entoure généralement les conteurs hommes ? Un aperçu sur le rituel narratif dans l’espace féminin témoigne de l’originalité et des spécificités d’une performance capable de susciter un véritable envoûtement de l’auditoire. Enfin, l’impact du discours « contique » féminin, montre comment à travers cette pratique séculaire, les conteuses contribuent à la préservation d’un savoir traditionnel et à la mise en œuvre de valeurs communes participant d’une mémoire collective. Il s’agit de voir également comment, paradoxalement, ce même discours va dévoiler les failles d’un système fondé sur la suprématie masculine.

Les initiateurs de la tradition

Les conteurs professionnels

3Dans la société traditionnelle algérienne, la pratique du conte est remarquable dans le sens où chaque rassemblement donne l’occasion à la narration d’une histoire : toutes les rencontres sont un prétexte pour transmettre un savoir à travers une parole. Aujourd’hui encore, dans certaines régions, il ne peut y avoir un groupement de personnes sans qu’il n’y ait motif à raconter des histoires.

4Pour les hommes, les occasions sont nombreuses : djemaât, réunions de clans ou de quartiers, occasions de travaux agricoles, rencontres dans les cafés, les mosquées, assemblées sur les places publiques à proximité des souks, tous ces lieux sont propices à l’échange verbal qui s’organise autour de légendes, de contes, de proverbes, de paraboles, de devises et d’histoires de familles ou de villages.

5Les épopées et les généalogies sont surtout le domaine des professionnels de la parole qui représentent une authentique mémoire sociale. Le talent artistique nécessaire à ce registre exige des facultés exceptionnelles, d’où le prestige et les honneurs dont jouissaient ces conteurs professionnels, quasi inexistants de nos jours. L’opinion générale leur reconnaît tous les mérites : talent oratoire, qualités et art du récit, mais surtout vertu de la démarche dans le sens où ils contribuent à la pérennité de l’ordre traditionnel.

6Reconnus depuis des siècles au Maghreb, les conteurs ont conscience d’exercer un métier pour lequel ils ont toujours été rémunérés, car l’art de conter est souvent leur principale source de revenus. En véritables artistes-orateurs, ils ont le don de tenir en haleine les auditeurs-spectateurs, principalement de sexe masculin. Ces derniers sont toujours prêts à témoigner leur intérêt et à exprimer leur souhait de voir le récit se poursuivre, en offrant quelques pièces d’argent en contrepartie.

7Les conteurs se produisent en plein air, dans les lieux publics où se constituait une halqa, cette ronde que forment les auditeurs autour d’un conteur pour savourer ses mots : les gens du premier rang sont accroupis ou assis par terre, ceux des derniers rangs sont debout ; le conteur prend sa place au centre du cercle, accompagné d’un ou deux apprentis, qui assurent le fond musical du spectacle au moyen d’instruments traditionnels et rudimentaires. 

8Spécialistes de la parole, ils savent adapter leurs histoires en fonction du moment, du lieu et de l’auditoire ; car s’ils se produisent principalement dans la halqa, il n’est pas rare qu’ils soient invités à animer de leur verbe, des réunions familiales festives. Leurs prestations sont alors rétribuées par les invitants qui par ce cachet, plus ou moins généreux, s’acquittent d’un dû et expriment dans le même temps un statut social.

9Au cours de leur errance de village en village, les conteurs enrichissent leur répertoire tout en le transmettant aux autres. La parole du conte se trouve ainsi largement impliquée dans le processus de transfert des connaissances au même titre que d’autres moyens susceptibles d’inculquer les règles régissant la vie sociale des individus. Le conte fait partie des moyens en usage dans la pédagogie sociale

10L’on comprend dès lors pourquoi l’activité de conteur professionnel, une activité exclusivement masculine, jouissait jadis d’un statut social avéré : le conteur n’était pas seulement perçu comme un homme de spectacle dont le but était de divertir un auditoire, mais comme un sage au véritable sens du terme, un homme dont la faculté et la volonté étaient de transmettre des messages didactiques destinés à perpétuer les valeurs ancestrales garantes de l’ordre social de la communauté. L’histoire algérienne de la période coloniale et de la guerre de libération nationale fournit de multiples exemples où le conte a été utilisé et a servi à véhiculer des mémoires, des idéaux et à galvaniser des espérances.

Les conteurs amateurs

11Même s’ils disposent des mêmes facultés que les conteurs professionnels, les conteurs amateurs évoluent d’une manière différente. Contrairement aux premiers, qui font un métier de leur talent et qui sont généralement rattachés à un maître lorsqu’ils ne sont plus eux-mêmes disciples, les conteurs amateurs ne dépendent de personne. Ils content pour le plaisir, dirions-nous, dans le sens où ils ne considèrent pas cette activité comme un métier, et de ce fait, ils n’attendent aucune rémunération de leur prestation, le plus souvent spontanée. Ils se produisent d’ailleurs le plus souvent le soir, après une journée de travail, et ce, dans des cercles privés, intimistes ou dans les cercles de famille où chacun peut intervenir à condition toutefois de respecter le protocole de distribution de la parole : commencent d’abord ceux qui ont la parfaite maîtrise du texte à conter, viennent ensuite les femmes, et enfin les plus jeunes qui tentent d’apprendre le style d’élocution et l’art de la composition du conte.

12Les conteurs amateurs ne sont pas spécialisés dans un registre particulier de la tradition orale et ne cherchent pas à le devenir. Ils pratiquent plusieurs genres à la fois et parfois avec un égal bonheur : contes ou fables, épopées ou généalogies, proverbes ou devinettes et énigmes.

13Hélas ! Force est de constater aujourd’hui, que conteurs professionnels et conteurs amateurs ne sont plus que de vieilles reliques pour quelques-uns, de pâles souvenirs pour les autres, une réalité totalement inconnue pour les moins chanceux. Même les vieillards qui représentent la tradition et la sagesse de la société ne savent plus ou ne veulent plus conter de nos jours. Ce qui n’est pas le cas des conteuses.

Les conteuses

14La parole du conte est traditionnellement féminine, c’est pourquoi parmi la corporation des conteurs, les femmes sont indéniablement majoritaires. Cependant, même si leur talent s’avère exceptionnel, jamais celles-ci ne passent à la catégorie des professionnels puisque les espaces publics leur demeurent irrémédiablement fermés. L’espace à l’intérieur duquel elles pratiquent leur talent est à l’image de la condition à laquelle elles sont soumises : elles exercent cette activité dans leur milieu naturel que représente l’espace familial fermé, restreint et protégé par les hommes,

15Contrairement aux conteurs professionnels qui s’adressent à un large public et qui disposent de ce que l’on appelle « le carré du conteur », où ils peuvent se tenir debout, et déployer davantage leur corps pour l’élaboration d’une mise en scène plus dynamique, aux conteuses l’usage impose la position assise, ce qui rend impossible tout mouvement d'ensemble. C’est pourquoi elles vont travailler beaucoup plus sur les modulations vocales et sur les gestes du visage, c’est-à-dire les regards et les mimiques, et les gestes des membres supérieurs la tête et le buste. 

16Néanmoins, ces femmes n’ont rien à envier aux conteurs professionnels donnant des représentations dans une halqa. En véritables comédiennes, elles ont l’art de transformer le conte en récit-spectacle, car généralement elles jouent plus qu’elles ne récitent.

17L’absence de mobilité à laquelle elles sont astreintes, va trouver une compensation dans la théâtralisation du récit qui va les amener à libérer, le temps de la narration, toutes les frustrations contenues. Cette parole théâtralisée permet aux conteuses de s’octroyer des instants de liberté à travers les aventures des protagonistes dont elles ne vont pas hésiter à s’approprier tous les sentiments et les émotions.

18Ainsi, confinées dans des espaces clos et limités, cependant intimes, les femmes maghrébines, en véritables artistes, vont exploiter toutes les ressources de l’imaginaire et de l’oralité afin de séduire leur auditoire ; cela n’est pas sans nous rappeler Chahrazad, le modèle de la femme qui a pu survivre grâce à ce don exceptionnel.

  • 1  Il en est de même pour les hommes qui se réservent des contes que les femmes connaissent mais ne r (...)

19L’on sait que ce sont souvent les femmes qui content et surtout les grands-mères : ces dernières, moins chargées de travaux domestiques, ont plus de temps à consacrer à cette activité, de plus, l’âge leur a normalement conféré une expérience qu’elles vont s’atteler à transmettre aux plus jeunes. Ainsi, elles racontent des histoires aux enfants, des histoires aux adultes, et en même temps quelquefois aux deux : comme la plupart des contes, le conte populaire maghrébin peut être appréhendé selon différents niveaux de compréhension, et si l’auditoire est hétérogène par rapport à la classe d’âge, cela importe peu, puisque chacun lui donnera un sens selon son vécu et ses préoccupations. En revanche, il y a des contes que les femmes n’ont pas le droit d’évoquer lorsque les hommes sont présents, parce que ces contes sont généralement considérés comme des récits farfelus, grivois ou puérils1.

20Le répertoire féminin est surtout composé de contes sur la famille, la vie de femme, le mariage, la sexualité ; liés aux informations sur la vie de tous les jours, les récits ne manquent pas cependant de s’ouvrir sur le surnaturel, le merveilleux... Leurs thèmes de prédilection sont relatifs à la condition de la femme dans une société patriarcale et patrilignagère ; ils ont trait aux peines, aux inquiétudes et aux angoisses de l’être féminin confronté à un ordre social et moral rigoureux. Par conséquent, à travers ce type de récit, les conteuses vont avertir des dangers ou remettre dans le droit chemin des consciences égarées.

21C’est pourquoi sans mésestimer l’aspect ludique du conte, lorsqu’elles racontent, les femmes vont avoir des visées beaucoup plus importantes sur l’aspect pédagogique de cette production : elles vont tenter de faciliter à leur auditoire la compréhension et la mémorisation des règles régissant la vie sociale à travers des modèles pour les comportements des uns et des autres.

Le rituel narratif

Les circonstances d’énonciation

22Les occasions qui se présentaient étaient nombreuses dans la famille traditionnelle car celle-ci ne se limitait pas au père, à la mère et aux enfants : elle comptait également, la grand-mère paternelle puisque la résidence des fils mariés était obligatoirement patriarcale, et de ce fait elle pouvait rassembler un effectif conséquent de conteuses éventuelles. Gardiennes de la tradition, les femmes assumaient ce rôle lors des longues veillées d’hiver ou des soirées de ramadhan, veillées collectives qui représentaient un véritable moment de rencontre et de parole.

  • 2  Abdelhamid Bourayou a répertorié les différentes occasions de la récitation du conte, autant pour (...)

23La pratique de la narration trouvait également des moments privilégiés lors des occasions festives comme les mariages, les circoncisions, les fêtes religieuses2, autant de circonstances qui réunissaient non seulement la famille élargie, mais le clan tout entier. Lors de ces soirées, l’on chantait, l’on dansait, l’on parlait, et dans ce contexte, où la parole coulait à flot et où les femmes se libéraient quelquefois de leurs inhibitions, il y avait des histoires à rire, des histoires à pleurer, des histoires fantastiques, des histoires qui avaient toutes, quelque part, une finalité moralisatrice. Les travaux de tissage, les veillées funèbres, offraient aussi des moments intimes – ni hommes, ni enfants – pour partager les tourments intérieurs au travers de contes s’interrogeant sur l’existence féminine dans une société basée sur une ségrégation sexuelle, où les inégalités des sexes jouent un rôle fondamental.

24Ainsi, il n’y a pas si longtemps, le conte avait sa place grâce à tout un ensemble de conditions tout à fait favorables. Aujourd’hui, la narration orale tend à disparaître, des grandes villes du moins, ce qui n’est pas le cas dans les villages algériens où la tradition orale reste tout de même ancrée dans les usages puisqu’elle a gardé sa place et son cérémonial au moins dans les occasions officielles.

25Tout comme la parole, la littérature orale doit suivre des règles quant à la profération, à cet égard, si les règles sont moins strictes pour les hommes, il n’en est pas de même pour les femmes. En effet, du fait que les hommes peuvent conter dans des espaces ouverts et publics, ils ont tout le loisir de s’adonner à cette pratique de jour, ce qui n’est pas le cas pour les femmes ; toutefois, les hommes profitent eux aussi du moment propice du soir pour conter, mais c’est généralement pour des raisons pratiques : la journée ils vont vaquer à leurs travaux et ce n’est que le soir après une journée de travail, que le corps et l’esprit détendus, ils trouvent l’occasion de se réunir pour partager des histoires.

26Pour les femmes, la récitation des contes est vécue comme un rite magique, elle a un caractère presque sacré et de ce fait, il est interdit de conter le jour, la conteuse ayant dans ce cas le sentiment d’accomplir un acte dangereux. Cette superstition n’est pas particulière à l’Algérie, elle est commune à la mentalité populaire maghrébine où l’infraction à cette interdiction est :

  • 3  Charles Pellat, « Hikaya », Encyclopédie de l’Islam, Paris, Maisonneuve & Larose, 1991, p. 383.

« […] sanctionnée par un châtiment surnaturel dont la nature varie avec les régions. Ici la femme qui conterait dans la journée mettrait au monde des enfants minuscules ou des monstres ; là, la progéniture serait tuée par des animaux sauvages ; ailleurs, elle serait menacée d’avoir des enfants teigneux »3.

27C’est pourquoi la récitation ne peut avoir lieu que la nuit.

Les formules propitiatoires

28Le contexte de la narration lié à la magie tient également du rituel qui l’accompagne à travers la dramatisation du moment. Lorsque dans le clair-obscur de la nuit tout le monde est installé autour de la conteuse et qu’on aura choisi le conte à écouter, celle-ci va ajouter du mystère en introduisant le récit par des formules propitiatoires.

29Selon leur contenu, les formules introductives sont censées éloigner les mauvais esprits ou appeler la bénédiction divine, quelquefois elles vont fournir des indices sur le thème de l’histoire qui va suivre. Le but non avoué de ces formules semble être en fait l’acte par lequel la conteuse s’engage à raconter l’histoire, dans le même temps qu’elle demande l’attention de son auditoire. En effet, celui-ci est quelquefois sollicité à donner la répartie, surtout lorsque l’expression fait référence à Dieu ou au Prophète. Quelquefois la formule se limite à : « Priez sur le prophète ! », et l’assemblée répondra alors : « Que la bénédiction et le salut de Dieu soient sur lui ! ». D’autre fois, elles sont plus élaborées et représentent de véritables pièces poétiques dans le sens où elles sont rythmées et rimées, comme par exemple :
هَلاَلْ يَا هْلاَلْ » « Croissant, ô croissant !
يَا لِي دَاخَلْ وْخَارَجْ فِي بِيتْ الله، Toi qui entres et sors dans la demeure divine,
سَلَّمْ عَلَى الحْبِيبْ Salue le bien aimé,
سِيدِي رَسُولْ اللّه! Notre Seigneur et envoyé de Dieu »Ou encore :
بَسْم اللهَ بْدِيتْ، « Au nom de Dieu j'ai commencé,
وَعْلَى النَّبِي صَلِّيتْ، Et sur le Prophète j'ai prié !
حَجِيتَكْ كَانْ ومَا كَانْ، Je te conte ce qu'il y avait,
الْحْبَقْ وَ السُوسَانْ، Et il y avait le basilic et le lys,
فِي حْجَرْ النَبِي. Dans le giron du Prophète.
الصْلاَة وَ السْلاَمْ عْلِيهْ! Sur lui, prière et salut ! »

30Ainsi, lorsque les conteuses prononcent ces sentences, elles vont saisir l’attention de l’auditoire qui, par sa réplique toujours à l’identique, « Sur lui, prière et salut ! », s’engage lui aussi à être tout ouïe. Lorsqu’elles font référence à Dieu ou au Prophète, ces formules destinées à introduire le récit révèlent peut-être le désir profond d’être en communion avec l’auditoire qui est censé partager les mêmes idées et les mêmes sentiments religieux ; se rappeler les instances suprêmes en ces moments particuliers ne peut qu’attirer les bénédictions divines sur l’assemblée.

31Cependant, les formules ne sont pas toutes relatives au domaine sacré, certaines tournures se rapportent à la vie en général, aux comportements humains. Dans ce cas, les sentences proférées représentent de véritables apophtegmes au point de passer en proverbes parfois, tel l’exemple suivant :
كَانْ ياَمَكَان « Il y avait, oh ce qu’il y avait !
فِي قَدِيمِ الزَمَانْ... Dans les temps lointains…
كَانْتْ العَمْيَة تْخَيَّطْ الكْتَانْ، Il y avait l’aveugle qui cousait les tissus,
مْقْوصُوصةْ الكْرَاع ْتْنَقَّزْ الحِيطَانْ،    كَانْتْ Il y avait la boiteuse qui sautait les murs,
كَانْتْ ْالطَرْشَة تْجِيبْ الخْبَرْ وِينْ مَا كَانْ. Il y avait la sourde qui rapportait
les nouvelles d’où qu’elles soient »

32Ces paroles mémorables expriment bien des choses en quelques mots… Elles témoignent d’une pensée précise quant aux conduites et aux agissements féminins qui peuvent dépasser l’entendement ; c’est pourquoi lorsque les formules d’entrée ne font pas référence au monde céleste, mais sont plutôt relatives à un thème particulier, la plupart du temps elles vont servir à installer l’auditoire dans l’ambiance du sujet. Quoi qu’il en soit, les formules introductives indiquent l’imminence de la révélation d’un monde secret, mystérieux et plus ou moins redoutable.

33Les formules de clôture, quant à elles, semblent viser le but inverse : elles sont destinées à vouloir libérer l’auditoire de l’envoûtement dans lequel il a été plongé durant la narration. En effet, pendant toute la profération du conte, l’assemblée baignait dans un monde imaginaire et pourtant si proche de la réalité quelquefois, que la distance entre l’un et l’autre n’est plus tout à fait palpable ; c’est pourquoi la sentence conclusive vient, en quelque sorte, délivrer l’auditoire du sortilège auquel il a été soumis durant la séance : alors que la conteuse et l’auditoire étaient à l’intérieur du conte faisant corps avec lui, la citation de la formule finale les met brusquement à l’extérieur du conte. Ici, les procédés discursifs utilisés par les conteuses sont pratiquement invariables : si le contenu de la formule change, il annonce toujours la même situation, c'est-à-dire le retour à la réalité, au quotidien possible, avec en plus une focalisation sur la narratrice elle-même. La conteuse va ainsi déplacer toute l’attention sur sa propre personne :
وْهَدِي هِيَ خُِِرفْتي، « Et voilà mon histoire !
هِيَ مْشاَتْ مْعَ الوَادْ، الوَادْ Elle est partie le long de l’oued,
واَنَا جِيتْ مْعَ لَجْوَادْ. Et moi je suis revenue avec les généreux. »
وَأَنَا نْوَلي مْعَ الطْرِيقْ الطْرِيق.ْ « Et moi je reprends le chemin
وْهُومَا يَمْشُوالحْرِيقْ الحْرِيقْ. Tandis que eux s’en vont en fumée. »

  • 4  « Le conte, dit A. Bouhdiba, donne l’impression alors d’en revenir toujours et cycliquement au mêm (...)

34Que l’histoire se perde le long d’un cours d’eau, ou que les personnages s’évanouissent en fumée, le but est le même puisqu’il s’agit de dissiper un monde magique au profit de la réalité, avec un « je » qui s’affirme à travers des actions qui se répètent, se renouvellent : revenir, reprendre, sont des verbes qui suggèrent l’éternel recommencement de la destinée humaine4.

35Les formules propitiatoires largement usitées qui constituent de véritables rites d’entrée et de sortie du monde « contique » participent pleinement du protocole narratif dans ce type de production, décernant ainsi une originalité propre aux contes populaires algériens.

L’impact du discours « contique »

36Quant à l’impact du discours « contique » à travers la parole féminine, il se révèle par rapport aux multiples fonctions que le conte peut assurer. À travers la diffusion du modèle culturel dominant, les conteuses algériennes vont s’engager à témoigner et à contribuer à la pérennité d’un savoir traditionnel. Cependant, dans le même temps, leur discours va révéler les problèmes principaux qui se posent à la société, mettant en exergue quelquefois les déséquilibres qui affectent tant l’individu que le groupe tout entier. Sous couvert de l’anonymat du conte populaire, les femmes conteuses vont se faire les rapporteuses de vérités individualisées à travers des histoires qu’elles présenteront comme authentiques à un auditoire éprouvant davantage d’intérêt pour des problèmes concrets – même si ceux-ci sont le plus souvent édulcorés par l’aspect fantasmagorique du conte –, que des questions spéculatives et abstraites. Très souvent d’ailleurs, les conteuses ouvrent le récit en disant : « Je vais vous raconter une histoire vraie, elle s’est passée il y a longtemps de cela ».Quitte à exagérer, elles ne vont pas hésiter à superposer dans le récit « contique » des éléments du fantastique, du merveilleux et de la réalité, car en enjoignant des détails de la vie quotidienne, elles savent qu’elles donnent bien plus de crédibilité à l’histoire racontée.

37Le recours à des situations coutumières est peut-être destiné à rendre le récit plus vivant, mais il semble qu’il soit surtout révélateur de préoccupations personnelles relatives au vécu des conteuses. En effet, si le discours « contique » féminin semble participer pleinement à la fixation d’un schéma culturel idéal, il n’en demeure pas moins qu’ici et là sont disséminées des récriminations par rapport à l’ordre établi. Aussi, ce n’est pas seulement le témoignage de situations vécues que les conteuses vont nous donner à voir, mais une réflexion profonde sur la représentation antagoniste des rapports entre les sexes ; c’est pourquoi le discours « contique » peut se révéler comme un authentique moyen de pouvoir et d’action aux mains de celles qui le manient comme instrument et comme verbe.

38Ainsi, la fonction initiatique du conte va s’organiser autour de la langue codée spécifique à ce type d’expression : à travers des images et le plus souvent sous une forme symbolique, des sujets délicats vont être livrés à l’auditeur. On parlera d’amour, un sentiment qui ne peut s’exprimer ouvertement dans une société où la pudeur et la discrétion apparaissent comme les vertus cardinales. En effet, l’amour est un sujet qui provoque la hchouma, un sentiment qui renvoie dans la culture algérienne, à la pudicité, la réserve, mais qui se confond également avec l’impudence et l’effronterie, et de ce fait, l’amour reste un sujet tabou qu’on ne saurait évoquer d’une manière explicite et franche, en dehors de certains contextes comme le conte. La sexualité aussi est liée à ce sentiment équivoque qui est chargé, de plus, d’une autre notion, celle de harâm, l’interdit par excellence. Elle reste une question censurée dans la vie quotidienne, tandis que le conte va prendre en charge l’éducation sexuelle des jeunes gens. Ils apprendront que cette pratique entretenue dans un cadre exclusif et réglementaire, soit le mariage, n’est plus objet de honte, bien au contraire puisqu’elle est vivement encouragée par la mentalité patrilignagère très présente dans ce type de récit.

39Une autre fonction non moins importante se réserve une place de choix dans ce type de production : elle est d’ordre politique. En mettant en scène les problèmes quotidiens, comme la hiérarchie, les rivalités, les conflits de génération, les inégalités entre les sexes, la parole assure le maintien du groupe qui doit se plier à un ordre traditionnel, fondé sur une idéologie patriarcale et conforté par l’idéologie religieuse. Pour exemple, la soumission et l’humilité féminines seront présentées comme les qualités suprêmes, et la virilité, synonyme de rigueur, de force et de violence, comme une nécessité pour la sauvegarde du groupe. De même que les problèmes liés à la polygamie et à la fécondité révèlent une discrimination flagrante, que le discours « contique » justifiera par l’importance du prestige familial dont l’hégémonie dépend du nombre d’enfants mâles, promesse de puissance économique, politique et sociale.

  • 5  « La catharsis par le conte n’est guère moins importante que la catharsis par le drame. Et cela es (...)

40Par ailleurs, la fonction thérapeutique apparaît lorsque le conte met en scène des détails de la vie quotidienne, car les drames exposés par les conteuses ont comme un effet cathartique sur l’auditoire qui va se libérer de ses propres angoisses et de ses affects refoulés5. Le discours du conte va en quelque sorte atténuer les tensions liées aux contraintes de la société traditionnelle qui seront relativisées dès lors qu’il s’agit de la préservation de valeurs ancestrales dont dépend l’harmonie du groupe.

  • 6  « L’identité virtuelle qui, dans l’expérience de la parole, s’établit un instant entre le récitant (...)

41Quant à la fonction fantasmatique, elle se rapproche du rôle thérapeutique de cette production orale, dans le sens où la parole du conte est une parole nocturne, une parole de désir, c’est pourquoi lors de ces séances, les conteuses vont se permettre d’exprimer la réalisation, l’accomplissement de désirs plus ou moins conscients6 : l’on verra les inégalités le plus souvent renversées au profit de femmes se jouant parfois des principes et des valeurs qui les assujettissent à l’ordre masculin. À travers le discours du conte, les femmes s’abandonnent ainsi à des fantasmes, en même temps qu’elles dévoilent les failles d’un système.  

42Véritable cours d’éducation morale, il n’est plus besoin de démontrer le rôle social et pédagogique du conte. Néanmoins, ce qui est remarquable pour les contes populaires algériens, c’est que le caractère didactique n'est pas réservé aux enfants uniquement : nombreux sont les récits qui s’adressent exclusivement aux adultes, et plus particulièrement les histoires où il semble que le système soit remis en cause. En mettant en évidence, les points faibles de l’idéologie patriarcale, le conte populaire algérien engage toute la communauté à montrer de la prudence et de la vigilance envers les normes sociales en vigueur qui garantissent la stabilité du système.

43Aujourd’hui l’on se plaît à rappeler que la tradition orale se meurt, qu’un héritage se perd, et on a sans doute raison. Négligence, indifférence, impuissance… L’oubli s’installe insidieusement, lorsqu’il ne va pas jusqu’au reniement. Si le milieu traditionnel a su se montrer d’une fidélité à toute épreuve envers les us et les coutumes qui fondent son existence, et si les contes recueillis ici et là restent toujours vivants, il n’en demeure pas moins que le bouleversement de la structure familiale traditionnelle est peut être le facteur principal de la disparition d’une pratique ancestrale. Les grands-mères partageant rarement le toit de leurs fils mariés ne trouvent plus l’occasion de raconter des histoires aux petits-enfants, et même si par hasard elles continuent de vivre avec eux, d’autres facteurs ont contribué à leur confisquer ce moment de parole : parmi eux, la télévision est le concurrent le plus redoutable. En s'érigeant comme pôle incontournable des veillées familiales dans une structure qui connaît un éclatement à l'occidental, ce patrimoine se trouve aujourd’hui sérieusement menacé par l'importante pénétration du petit écran.

44Toutefois, il faudrait préciser que si les conteurs professionnels ou amateurs tendent à disparaître, les conteuses, bien qu’elles soient rares, n’ont pas encore complètement abandonné ce rôle. Il est vrai qu’il est difficile de les rencontrer aujourd’hui dans les grandes villes, mais, il n’en va pas de même pour les villages et les hameaux où les femmes pratiquent encore cette activité. Il y a encore des grands-mères, des dames âgées et des moins vieilles qui préservent cette pratique ancestrale, et il suffit de les solliciter pour qu’elles retransmettent un conte tel qu’il a été entendu il y a bien longtemps.

Haut de page

Bibliographie

Bouhdiba Abdelwahab, 1994, L’imaginaire maghrébin, Tunis, Cérès.

Bourayou Abdelhamid, 1993, Les contes populaires algériens d’expression arabe, Alger, OPU.

Pellat Charles, 1991, « Hikaya », in Encyclopédie de l’Islam, Paris, Maisonneuve & Larose.

Zumthor Paul, 1983, Introduction à la poésie orale, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1  Il en est de même pour les hommes qui se réservent des contes que les femmes connaissent mais ne racontent pas, ce sont les contes d’hommes nobles et virils qui eux, sont qualifiés de contes sérieux.

2  Abdelhamid Bourayou a répertorié les différentes occasions de la récitation du conte, autant pour les conteurs professionnels que pour les conteurs amateurs, et il nous dit que les journées sacrées donnent le prétexte à des rassemblements permettant de donner une signification à chacune de ces cérémonies et ce, à travers des histoires qu’on se plaît à répéter chaque année aux enfants (Abdelhamid Bourayou, Les contes populaires algériens d’expression arabe, Alger, OPU, 1993, p. 22).

3  Charles Pellat, « Hikaya », Encyclopédie de l’Islam, Paris, Maisonneuve & Larose, 1991, p. 383.

4  « Le conte, dit A. Bouhdiba, donne l’impression alors d’en revenir toujours et cycliquement au même point. La progression du conte est retour à l’initial car le drame ici comme dans le mythe est un éternel recommencement. Le propre du conte et du mythe est de substituer au temps linéaire le temps cyclique de l’éternel retour » (Abdelwahab Bouhdiba, L’imaginaire maghrébin, Tunis, Cérès, 1994, p. 28).

5  « La catharsis par le conte n’est guère moins importante que la catharsis par le drame. Et cela est d’autant plus intéressant que la société traditionnelle a ignoré le théâtre. Le conte est-il le substitut fonctionnel musulman du théâtre grec ? Nous le penserions volontiers » (Abdelwahab Bouhdiba, L’imaginaire maghrébin, op. cit., p. 24).

6  « L’identité virtuelle qui, dans l’expérience de la parole, s’établit un instant entre le récitant, le héros et l’auditeur engendre selon la logique du rêve une fantasmagorie libératrice. […] Le conte offre à la communauté un terrain d’expérimentation où, par la voix du conteur, elle s’essaie à tous les affrontements imaginables. » (Paul Zumthor, Introduction à la poésie orale, Paris, Seuil, 1983, p. 53).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rahmouna Mehadji, « Le conte populaire dans ses pratiques en Algérie », L’Année du Maghreb, II | 2007, 435-444.

Référence électronique

Rahmouna Mehadji, « Le conte populaire dans ses pratiques en Algérie », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 23 avril 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/151 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.151

Haut de page

Auteur

Rahmouna Mehadji

Maître de conférences, Université d’Oran Es-Sénia, Chercheur au CRASC (Patrimoine immatériel en Algérie)

Haut de page