Navigation – Plan du site
Libye
Gros plan

La position des pays de l’ALBA et de l’UNASUR face à la guerre en Libye

The position of ALBA and UNASUR countries against the war in Libya
Hortense Faivre d'Arcier-Flores
p. 341-355

Résumés

Pour comprendre cette condamnation ferme de l’intervention militaire de l’OTAN en Libye de la part des pays bolivariens et leur soutien à la légitimité du Guide de la Révolution, Mouammar Kadhafi, il convient d’étudier le contexte latino-américain, depuis l’émergence de la Révolution cubaine jusqu’à l’instauration d’un nouvel équilibre géopolitique régional. Au-delà de l’aspect factuel, cet article se propose de rechercher au travers des discours politiques des dirigeants latino-américains les filiations idéologiques qui se sont maintenues depuis les années 1960 dans les principes fondateurs et les déclarations communes des organisations régionales actuelles dont l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA) est politiquement la plus affirmée.

Haut de page

Texte intégral

1« La mort du chef d’État libyen Mouammar Kadhafi, – affirmait gravement le président Hugo Chavez le 20 octobre 2011 – ne représente pas la fin du conflit en Libye mais bien le commencement d’un acharnement de l’empire et de ses alliés pour dominer le monde. Ils veulent le contrôler mais ne pourront pas le faire et devront reculer, ils devront respecter les peuples ». Et d’ajouter : « Au-delà de tout, je veux seulement plaider pour la paix dans le monde […] Sa mort est une atteinte de plus à la vie. Cette histoire en Libye commence à peine car là-bas il y a un peuple, là-bas il y a une dignité […] lamentablement dans son acharnement à dominer le monde, l’empire et ses alliés sont en train de le mettre à feu et à sang »1.

  • 2 . La Résolution 1973 autorisait « à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les civils (...)

2Le 17 mars 2011, le Conseil de sécurité de l’ONU (CSNU) votait la résolution 1973 qui permettait aux pays qui le souhaitaient d’instaurer une zone d’exclusion aérienne en Libye destinée à protéger la population civile. Elle ouvrait en réalité la voie aux frappes de l’OTAN2. De l’autre côté de l’Atlantique, l’Amérique latine dans son ensemble se démarquait, par sa retenue et sa réprobation, des discours et des attitudes bellicistes de la France, de la Grande Bretagne, de l’Allemagne et des États-Unis, entraînant dans leur sillage une grande partie de la communauté internationale, les États africains du CSNU et la Ligue arabe. Mais, parallèlement aux avancées de la guerre qui se déroulait en terre africaine, s’affirmait progressivement une position politique indépendante, portée par les pays de l’Alliance bolivarienne et de façon plus modérée par les pays de l’Union des nations sud-américaines (UNASUR).

  • 3 . Le site Mémoire des luttes retrace au travers de la publication de ces nombreux articles le débat (...)

3Comment comprendre cette condamnation ferme de l’intervention militaire de l’OTAN en Libye de la part des pays bolivariens et leur soutien à la légitimité du président Mouammar Kadhafi, quitte à susciter la désapprobation d’une très grande partie de la gauche en France ?3 Nous chercherons à savoir à quelle logique et stratégie politique elle obéit dans un monde qui a encore bien du mal à affirmer sa multipolarité. 

  • 4 . L’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique – Traité de commerce des Peuples (ALBA (...)

4L’étude du contexte latino-américain, depuis l’émergence de la Révolution cubaine jusqu’à l’instauration d’un nouvel équilibre géopolitique régional, nous permettra d’apporter des éléments de réponses expliquant les positions adoptées par les pays latino-américains face au conflit Libyen. Au-delà de l’aspect factuel, nous rechercherons, au travers les discours politiques des dirigeants latino-américains, les filiations idéologiques qui se sont maintenues depuis cette époque dans les principes fondateurs et les déclarations communes des organisations régionales actuelles dont l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA)4 est politiquement la plus affirmée.

L’exemple emblématique de Cuba

  • 5 . Par la VIe Résolution, adoptée lors du 8e Sommet à Punta del Este (Uruguay), Cuba fut exclue de l (...)

5Lorsqu’en janvier 1959 triomphait la Révolution cubaine, personne n’aurait imaginé que les valeurs éthiques sur lesquelles se forgeait la construction du socialisme dans l’île caribéenne seraient devenues, cinquante ans plus tard, d’une actualité aussi brûlante. Isolée du reste du monde durant toutes ces années de la Guerre froide5 et encore plus dans la période postcommuniste de la décennie 1990, dominée par l’ère du néolibéralisme triomphant, Cuba est aujourd’hui plus présente que jamais sur la scène régionale, au sein d’une Amérique latine qui a le vent en poupe et qui réaffirme son entière autonomie politique.

  • 6 . L’Union des nations sud-américaines (UNASUR) est un organisme régional qui regroupe les douze pay (...)

6Trois concepts pourraient résumer à eux seuls l’axe central de la politique cubaine, mais également du bloc de l’ALBA et, de façon moins radicale, des pays de l’UNASUR6 : l’anti-impérialisme, la souveraineté nationale et la solidarité entre les peuples. Essayons d’en expliquer la teneur à la lumière d’un bref aperçu historique.

  • 7 . La stratégie de lutte contre « l’ennemi intérieur » a été expérimentée au Guatemala pour renverse (...)

7Il n’est sans doute pas inutile de rappeler ici que Cuba a dû toujours faire face à l’hostilité ouverte des États-Unis, dès les premières heures de la Révolution, alors que le gouvernement procédait aux mesures de nationalisations des secteurs vitaux de l’économie et de redistribution des richesses. Le Mouvement du 26 juillet qui avait porté les barbudos au pouvoir incarnait le succès d’une guerre de libération nationale. La victoire du gouvernement révolutionnaire sur la tentative d’invasion soutenue par la CIA en avril 1961 (l’épisode de la Baie des Cochons) devait lui octroyer un prestige incontestable auprès des peuples du Tiers-monde qui combattaient pour leur autodétermination. Par ailleurs, l’expérience cubaine pouvait représenter un modèle de développement pour les autres pays pauvres d’Amérique latine, un exemple subversif dans le contexte géopolitique de l’époque où tout mouvement de revendication de justice sociale était taxé de communiste par les classes dirigeantes, ce qui légitimait les interventions extérieures étasuniennes (Lamrani, 2006, p. 26-29)7.

  • 8 . Discours de Fidel Castro prononcé en honneur aux victimes des bombardements (16 avril 1961) http: (...)

8Tandis que la Havane s’était ralliée officiellement au camp socialiste8, à la suite de la décision étasunienne de ne plus acheter le sucre cubain en septembre 1961, elle avait affirmé également son choix du non-alignement lors de la convocation de la Conférence de Belgrade. La création du Mouvement des non-alignés dont Cuba était l’un des membres fondateurs, instaurait un nouvel équilibre mondial avec l’émergence de nouveaux États souverains sur la scène internationale dont l’objectif était de s’opposer à toutes formes d’impérialisme et de néocolonialisme. Désormais les pays du Sud représentaient potentiellement une troisième force possible. Éclipsant presque le clivage idéologique Est-Ouest, Cuba était devenue l’emblème de la confrontation Nord-Sud.

  • 9 . La politique internationaliste de Cuba en Afrique dès 1963 s’est exercée sous les deux aspects : (...)
  • 10 . Dans son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU le 11 décembre 1964 à New York, Che Guevar (...)
  • 11 . Dans son discours prononcé à l’occasion du Deuxième Séminaire économique afro-asiatique (24 févri (...)

9« Premier territoire libre d’Amérique » comme elle aime à le rappeler, Cuba entendait maintenir l’indépendance de sa ligne politique extérieure. Ses engagements en Afrique, dès 1963, témoignaient, dans ces années là, d’une velléité réelle d’autonomie face à la bipolarisation du monde et du jeu des deux superpuissances, mais aussi de sa volonté de faire de « l’internationalisme prolétarien » son cheval de bataille (Gleijeses, 2002)9. L’assassinat du leader indépendantiste congolais Patrice Lumumba en janvier 1961 et la guerre du Vietnam en 1965 avaient montré la nécessité d’une solidarité internationale (Guevara, 1964)10. Ernesto Che Guevara, dans son Discours d’Alger11, invoquait l’urgence d’élaborer une stratégie globale d’extension de la lutte révolutionnaire par la multiplication des foyers de guérilla destinés à affaiblir les forces ennemies. C’est une idée majeure qu’il reprendra dans son célèbre mot d’ordre : « Créer deux, trois Vietnam » (Guevara, 1965, p. 70-85).

  • 12 . Dans sa Deuxième Déclaration de La Havane du 4 février 1962, Fidel Castro, en évoquant les liens (...)

10La Havane devenait ainsi l’épicentre d’une nouvelle internationale aussi bien pour l’Amérique latine avec laquelle elle aspirait à un destin commun (Castro, 1962)12, que pour le reste du monde, accueillant en octobre 1960 l’Institut cubain d’amitié avec les peuples (ICAP).

11Et c’est en 1966, lors de la célèbre Conférence Tricontinentale, qu’ont vu le jour dans la capitale cubaine, l’Organisation de solidarité des peuples d’Afrique, Asie et Amérique latine (OSPAAAL) puis, en 1967, l’Organisation latino-américaine de solidarité (OLAS).

Une convergence de principes avec la Libye révolutionnaire de Kadhafi

  • 13 . La bonne entente entre les deux chefs d’État ne doit pas cacher les différends qui ont pu les opp (...)
  • 14 . Il est sans doute intéressant de rappeler que la Libye en 2010 était à la 53e place dans le class (...)
  • 15 . Fidel Castro, « La guerre inévitable de l’OTAN », 2 mars 2011.

12C’est en 1969, sur la rive africaine de la Méditerranée, que Mouammar Kadhafi renversait le régime monarchique de la dynastie al-Sanussi et proclamait la République arabe libyenne. Sa proximité idéologique avec le nassérisme, son projet d’union d’une « nation arabe » (panarabisme) et au-delà, du continent africain tout entier (panafricanisme), enfin son combat contre la domination des puissances occidentales dans la région, sa défense de la cause palestinienne et celle de l’African national congress contre l’Apartheid ou du Front Polisario faisaient du leader libyen une figure de l’indépendance nationale et un exemple pour les peuples de la région (Burgat, 2003). Sa politique radicalement anti-américaine (fermeture des bases étasuniennes) et profondément nationaliste (contrôle par l’État des grandes entreprises), s’appuyant sur un modèle de développement endogène, le « socialisme arabe », explique sans nul doute l’amitié qui existait entre la Libye de Kadhafi et la Cuba de Fidel Castro, une amitié qui ne fut toutefois pas dénuée d’ambiguïté13. Son Livre vert, auquel il a donné le nom de « Troisième théorie universelle », pose les fondements de sa pensée politique sur la conception de la démocratie et du socialisme. Il y proposait une autre voie qui se voulait être une alternative au capitalisme et au communisme et instaurait, en 1977, la doctrine de la « Jamahiriya arabe libyenne », un « État des masses » gouverné par le biais de la démocratie directe. Faisant fi de la tournure totalitaire et répressive du régime, les communistes cubains retiendront essentiellement de la révolution libyenne, la portée progressiste des réformes sociales financées par les revenus de la manne pétrolière dans les secteurs du travail, du logement, de la santé et de l’éducation, ainsi que la ligne autonome et originale de sa politique extérieure14, une richesse du sous-sol dont ont su profiter avantageusement les pays occidentaux, écrit Fidel Castro le 2 mars 2011, grâce aux immenses réserves en devises convertibles déposées dans les banques occidentales15.

13La Libye chercha, comme le fit Cuba toujours victime d’un embargo depuis 1962, à contrebalancer les effets de l’ostracisme dont elle était la cible : en 1982, l’administration Reagan imposait un embargo commercial unilatéral touchant essentiellement le secteur du pétrole, renforcé en 1986 en raison de son soutien aux réseaux terroristes anti-impérialistes et indépendantistes à travers le monde. De 1984 à 1986, la Libye fut la cible de raids aériens, notamment sur les villes de Tripoli et Benghazi (Pliez, 2004, p. 56-57). Kadhafi tenta d’établir des alliances stratégiques avec les pays du Maghreb et l’Égypte, qui restèrent malgré tout fragiles et, plus largement, avec les pays d’Afrique subsaharienne qu’il abreuva d’aides et d’investissements (Pinta, 2006).

  • 16 . L’intervention anglo-américaine en Irak en 2003 et la chute du régime baasiste ont probablement e (...)

14Menacée sur le plan intérieur par une opposition islamiste virulente et isolée sur le plan international par les sanctions économiques imposées par le Conseil de sécurité de l’ONU suite aux deux attentats du vol 103 Pan Am en 1988 (Lockerbie) puis du vol 772 d’UTA en 1989, la Libye tenta un rapprochement diplomatique, en faisant amende honorable, avec les États-Unis et les puissances européennes à partir du milieu des années 1990, et plus particulièrement, dans les années 2000. Cette normalisation des relations internationales permit l’ouverture de ses marchés aux entreprises étrangères présentes partout dans le pays et la mise en place d’une coopération multilatérale active dans la lutte contre le terrorisme islamiste et l’immigration illégale, une « expertise » que Kadhafi avait su vendre, monnayant son « rôle de police des frontières de l’Europe » (Haddad, 2011). Profitant de cette détente, le leader libyen renforça son potentiel militaire par des commandes d’armement impressionnantes avec l’Italie, la France et la Russie, pays avec lesquels il affichait des liens de plus en plus étroits. Mais il accepta en contrepartie d’éliminer les armements interdits par la communauté internationale et annonça son renoncement aux armes de destruction massive (ADM)16.

15Or, parallèlement à ces accords, le colonel Kadhafi menait l’ambitieux projet de création des « États-Unis d’Afrique » qui prévoyait l’établissement d’une monnaie unique et d’une armée régionale avec l’aide d’institutions financières panafricaines indépendantes du FMI : le Fond monétaire africain (FMA), la Banque centrale africaine et la Banque africaine d’investissements. (Nazemroaya, 2011).

  • 17 . L’acte constitutif de l’Union africaine (UA) fut signé en 2002 à Durban (Afrique du Sud). En 2003 (...)

16Alors que l’Amérique latine amorçait « une seconde indépendance » politique et économique par l’accélération de son processus d’intégration régionale à partir de 2001, Kadhafi rêvait, lui aussi, à une union des nations africaines affranchie des puissances étrangères dont la Libye serait le fer de lance. En 1999, la Déclaration de Syrte conduisait à la création de l’Union africaine (UA) qui proposait une intégration politique de l’Afrique sur la base des idéaux du panafricanisme des « pères fondateurs », promouvant l’unité, la solidarité et la coopération entre les peuples et les États17. L’objectif était de constituer « une Afrique forte et unie » dans un continent en paix, conformément à la Charte de l’OUA et aux dispositions du Traité d’Abuja de 1991 instituant la Communauté économique africaine.

  • 18 . Conçue dans les années 1980, l’initiative de la Grande rivière artificielle fut très controversée (...)

17Ainsi, la titanesque et très coûteuse réalisation de la Grande rivière artificielle (GRA) destinée à fournir en eau les villes côtières du pays par l’extraction d’eau fossile des nappes phréatiques situées dans le désert de la Libye orientale avait pour finalité d’encourager le développement agricole et industriel du pays en vue d’une autosuffisance alimentaire (Ndiaye, 2011)18. En 2006, dans un même souci d’accélérer le développement et l’émancipation des pays de la région, Kadhafi finançait en grande partie le lancement du premier réseau de satellites africains, la Regional African Satellite Communication Organization (Organisation régionale africaine de communications par satellite, RASCOM) qui devait assurer une autonomie du continent en ce domaine (Pougala, 2011).

  • 19 . « Pour Kadhafi, l’Union pour la Méditerranée est humiliante », Le Figaro, 10/06/2008. « Kadhafi p (...)

18C’est en raison de cette volonté de former un bloc régional élargi que Mouammar Kadhafi avait rejeté catégoriquement en 2008 le projet de l’Union pour la Méditerranée (UPM) inspiré par le président français, Nicolas Sarkozy, qui faisait suite au Processus de Barcelone de 1995 déjà moribond. Le Guide de la Révolution voyait dans ce projet de coopération entre les pays des deux rives de la Méditerranée dans les domaines économique, sécuritaire et d’immigration, un risque de concurrence et de division entre les organisations déjà existantes de la Ligue arabe et de l’Union africaine19.

Le discours à l’ONU de septembre 2009 et la constitution d’un axe anti-hégémonique

19En février 2009, Mouammar Kadhafi était élu président de l’Union africaine lors d’un sommet de l’organisation à Addis-Abeba, et c’est fort de cette légitimité que le chef libyen allait s’exprimer pour la première fois le 26 septembre de la même année à la tribune des Nations Unies. Les grands thèmes de son discours ne pouvaient qu’attirer la sympathie d’une Amérique latine passée majoritairement à gauche depuis les années 2000 : rappel du principe d’égalité des droits de toutes les nations, petites ou grandes, du préambule de la Charte, remise en cause du fonctionnement du Conseil de sécurité dominé par les cinq pays membres permanents et de leur droit de veto, demande de l’annulation de la dette extérieure des pays africains (Kadhafi, 2009).

  • 20 . En octobre 2009, Lula da Silva avait déclaré que le « Conseil de sécurité était un fruit mûr sur (...)
  • 21 . Evo Morales, « El Consejo de la ONU es una vergüenza para la humanidad”,
    http://mexico.cnn.com/mu (...)

20Son discours clairement anti-impérialiste faisait écho notamment aux revendications du président brésilien, Lula da Silva, qui n’avait de cesse de réclamer une réforme du Conseil de sécurité, briguant pour son pays un siège de membre permanent au sein de ce dernier20, une revendication réitérée par l’actuelle présidente Dilma Rouseff. « Le Conseil de sécurité ne nous a pas procuré la sécurité mais la terreur et les sanctions » (Kadhafi, idem), ces propos du dirigeant libyen n’étaient pas non plus sans évoquer les diatribes enflammées du président vénézuélien, Hugo Chavez, dans sa mémorable harangue à l’Assemblée générale des Nations Unies sur la nécessaire refondation d’une organisation devenue obsolète au regard des nouvelles réalités politiques et économiques du monde. Le nouveau siège de l’organisation devrait – selon lui – être situé non plus à New York mais « au Sud » (Chavez, 2005). Kadhafi le proposa, lui, à Syrte et c’est en tant que militant anti-impérialiste qu’il évoqua « l’inutilité d’une ONU » qui n’a pas pu s’opposer aux interventions étrangères en Irak ou en Afghanistan. Et c’est au tour du président bolivien, Evo Morales, de déclarer en septembre 2011, à propos du Conseil de sécurité , « qu’il est une honte pour l’humanité » ajoutant qu’il s’agit plutôt d’un « Conseil d’insécurité » pour « avoir autorisé les attaques contre la Libye dans le but de faire tomber le régime de Kadhafi et autres violations du droit international sans sanctionner les coupables »21. Ce fut en tout cas une condamnation partagée par une grande majorité des pays d’Amérique latine qui souhaitaient voir une ONU capable d’imposer un cessez le feu en Libye et d’œuvrer pour la paix dans le monde.

Le Sommet Amérique du sud / Afrique (ASA) ou la nouvelle alliance sud-sud

21En 2009, tout allait s’accélérer, les pays d’Afrique et d’Amérique latine qui souhaitaient un nouvel équilibre mondial s’étaient rejoint dans une sorte d’alliance pour construire un axe sud-sud reposant sur les grands principes du non-alignement : la défense de la multipolarité, la souveraineté nationale et la solidarité entre les peuples du tiers-monde.

22Les premiers pas de ce rapprochement avaient été effectués en août 2009 au sommet de l’Union africaine à Tripoli qui célébrait le 40e anniversaire de la Révolution de Libye. Invité le président vénézuélien y avait réaffirmé les principes forts de la politique de l’UNASUR et de l’UA qui font dorénavant parti de la nouvelle carte géopolitique du monde : « Le monde du xxie siècle sera multipolaire. On ne parlera plus de monde bipolaire. L’Afrique sera un grand pôle du xxie siècle. Elle commence déjà à l’être et l’Amérique du Sud aussi. Nous formerons de véritables puissances et notre union contribuera à l’équilibre du monde » (Chavez, 2009). Il avait rappelé le destin historique commun partagé par l’Afrique et l’Amérique latine, unis dans la douleur de l’esclavage et de la servitude, une Amérique latine des veines de laquelle coule le sang africain : « Je crois fermement qu’il n’y aura pas de futur pour l’Amérique latine sans l’Afrique, de même qu’il n’y aura pas de futur pour l’Afrique sans l’Amérique latine […]. Nous partageons ensemble le rêve d’un monde meilleur, de peuples libres et égaux ».

23Un mois plus tard, sur l’île Margarita au Venezuela, était convoqué le IIe Sommet Amérique du Sud/Afrique, les 26 et 27 septembre 2009. C’était au cœur de cet espace symbolique de la Caraïbe, « ce pont historique, géographique et culturel le plus solide jeté entre l’Amérique latine et l’Afrique », dira la président vénézuélien, qu’allait se concrétiser cette union intercontinentale impulsée par Hugo Chavez et Mouammar Kadhafi. En tant que président pro tempore de l’UNASUR, Rafael Correa prononça un discours qui fut très applaudi : « l’Afrique et l’Amérique latine constituent un espace de dialogue récent, très jeune, bien que nous partagions le même sang depuis des siècles, et que la plus grande distance qui existe entre nos peuples fut imposées par nos bourreaux respectifs et nos vainqueurs, ceux qui nous ont pillés et ont inventé notre solitude et notre séparation antinaturelle. […] Mais il est urgent de nous unir, de créer un espace de travail commun pour effacer les inégalités et l’exclusion. […]. Ensemble, nous représentons la 6e partie de l’humanité » (Correa, 2009). Les trente mandataires présents dont les présidents d’Argentine (Christina Kirchner), du Brésil (Lula da Silva), de Bolivie (Evo Morales), d’équateur (Rafael Correa), du Paraguay (Fernando Lugo), de l’Uruguay (Tabaré Vasquez) et du Venezuela (Hugo Chavez) ont signé l’acte constitutif de la création de la Banque du Sud (Banco del Sur) avec un capital initial de 20 milliards de dollars. L’objectif était de permettre que tous ces pays y versent leurs réserves et leurs richesses, qu’ils cessent de dépendre ainsi des ressources du Nord afin de combattre les effets de la crise économique. Le nom de « Banco de ASA » ou « Bancasa » avait même été proposé pour désigner cette nouvelle entité avec des structures financières africaines22. Par ailleurs, s’était constitué un groupe de travail permanent qui devait tracer une stratégie de développement bi-régionale 2010-2020 à la recherche de mécanismes qui rendent possible la souveraineté alimentaire et énergétique, la mise en place d’un fond d’investissement commun pour générer les conditions techniques et scientifiques en vue d’une « production de médecine de base » et la création d’un « espace monétaire commun »23.

  • 24 . Dans une lettre du 20 septembre 2011 adressée à Ban Ki-moon, Hugo Chavez avait écrit que l’admiss (...)

24Ce fut également à cette occasion là que le dirigeant libyen proposait la constitution d’une alliance militaire du sud (OTAS) avec des objectifs non bellicistes, comme contrepoids à l’OTAN, une idée chère à son homologue vénézuélien, Hugo Chavez, qui en avait déjà fait la proposition à Lula da Silva en 1999. La nécessité pour la région de construire un système défensif intégral s’est finalement matérialisée en décembre 2008 avec la création du Conseil de sécurité de l’UNASUR, tandis qu’en décembre 2011, la fondation de la Communauté des États latino-américains et caribéens (CELAC) destinée, à terme, à remplacer l’OEA, témoignait d’une velléité d’aller plus loin encore dans l’intégration proprement latino-américaine. Toutes ces initiatives, comme les sommets Amérique du Sud/Pays arabes (ASPA) lancés dés 2005 par le président Lula da Silva, l’accord tripartite avec la Turquie et l’Iran que le Brésil signait le 17 mai 2010 sur l’échange d’uranium enrichi, ou encore la reconnaissance de la Palestine par les pays de l‘UNASUR et de l’ALBA comme État indépendant et membre de plein droit de l’ONU, participaient de la même politique de promotion du multilatéralisme et de cette volonté de construire un monde pluri-polaire24.

25Puis, en octobre 2010, lors de son investiture comme docteur honoris causa par l’Académie d’études supérieures de Tripoli et devant un parterre de personnalités libyennes du monde universitaire et de la recherche, le Chef de l’État vénézuélien avait condamné le système capitaliste libéral, source d’inégalités et responsable de l’augmentation de la faim dans le monde, en soulignant que les changements viennent désormais du sud : d’Afrique et d’Amérique latine, « le nord sera sauvé par le sud » affirmait-t-il, expliquant que le socialisme devait être compris non seulement comme politique, mais aussi et surtout, comme éthique et spiritualité (Chavez, 2010) .

26Au moment donc où prenait forme la constitution d’un nouvel axe du sud éclataient les événements en Libye qui allaient plonger le pays dans une guerre entraînant l’intervention des puissances européennes et des États-Unis et allaient mettre fin brusquement à cette promesse d’avenir que représentait cette nouvelle alliance de l’Afrique et de l’Amérique latine. Alors que la Libye de Kadhafi n’était plus, le 3 avril 2012 entrait en vigueur l’accord pour la création de la nouvelle Banque du Sud à Caracas, consolidant ainsi une nouvelle architecture financière régionale qui permettrait la promotion de projets de développement à caractère social en donnant une impulsion aux secteurs clés de l’économie de ces pays, comme le développement technologique, des infrastructures et la complémentarité productive interrégionale.

La non-ingérence : un principe inaliénable

27En parlant de l’OTAN, dans une de ses réflexions, Fidel Castro écrivit le 23 octobre 2011 : « Cette brutale alliance militaire s’est transformée en instrument de répression, l’un des plus perfides de l’histoire de l’humanité ». 

  • 25 . Fidel Castro « El plan de la OTAN es ocupar Libia », 21/02/2011

28Dès février 2011, Fidel Castro et, à sa suite, les dirigeants de gauche des pays latino-américains avaient déjà annoncé l’imminence de la menace, le coût humain irréparable et les risques de déstabilisation régionale qu’entraînerait une intervention militaire de l’OTAN en Libye25.

  • 26 . Intervention de Hugo Chavez, 13 septembre 2011.

29Le recours à la notion des droits de l’Homme pour justifier ces attaques de l’OTAN, selon les pays de l’ALBA, n’a été utilisé que comme prétexte pour frapper un pays aux immenses ressources en hydrocarbures qui s’engageait dans une voie de normalisation de ses relations diplomatiques avec la signature d’importants contrats internationaux et au moment où se scellait une nouvelle alliance entre les pays du sud. Ce fut, d’après eux, une raison d’ingérence d’autant plus grande que cette vague de contestation et de révolutions dans les pays arabes (Tunisie, égypte, Bahreïn, Yémen) aurait pu bouleverser la donne dans la région et menacer les intérêts des puissances occidentales alliées aux oligarchies de ces pays, de l’Arabie Saoudite et du Qatar, alors même que l’Europe et les États-Unis restent en proie à une crise financière et économique sans précédent. Le gel des avoirs libyens – presque deux cent milliards de dollars – appartenant à la Banque centrale et aux fonds souverains a été perçu comme une autre forme de spoliation des biens des peuples du Tiers-monde.26

30Difficile de croire aussi, pour ces pays, à une motivation humanitaire dans l’adoption de la résolution 1973 par le Conseil de sécurité qui autorise le recours à la force par des raids aériens dont il est rare que la population civile en sorte indemne. Enfin, les pays de l’ALBA ne cessent de s’interroger sur cette politique « deux poids deux mesures » au sein de l’organisation internationale : « Quelles sanctions le Conseil de sécurité a-t-il imposées à ceux qui ont ordonné le bombardement meurtrier en décembre 2008 contre le peuple palestinien de Gaza, à ceux qui ont tué plus d’un million de civils en Iraq et à ceux qui assassinent tous les jours des hommes, des femmes et des enfants en Afghanistan. […] Si le droit à la vie est le droit humain essentiel, le Conseil de sécurité serait-il prêt à ôter sa qualité d’État membre à un État qui déclencherait une guerre ? » écrivait Fidel Castro, le 9 mars 2011, dans une des ses « Réflexions » publiées par la presse cubaine. « La conscience humaine condamne la mort de personnes innocentes dans n’importe quel lieu et circonstance. Cuba partage pleinement la préoccupation mondiale pour les pertes humaines de civils en Libye et souhaite que son peuple trouve une solution pacifique et souveraine à la guerre civile qui se livre là-bas, sans aucune ingérence étrangère, et qu’elle garantisse l’intégrité de cette Nation » ajoutait-t-il.

  • 27 . La Bolivie et le Venezuela avaient expulsé simultanément le 11septembre 2008 les ambassadeurs des (...)
  • 28 . « Cristina agradece a Perú el apoyo por Malvinas y llama a tener una América del Sur desmilitariz (...)

31C’est contre ce concept de « droit d’ingérence » destiné à légaliser une intervention étrangère dans un pays, mis en pratique dans les années 1980 et auquel la France a eu recours dans la guerre du Kosovo, que vont s’élever majoritairement les pays latino-américains qui, en matière d’interventions extérieures, savent de quoi ils parlent. Au regard de l’histoire récente de l’Amérique latine, on comprend mieux l’adoption des positions fermes de ces pays en ce qui concerne « le respect de la souveraineté, de l’intégrité et l’inviolabilité territoriale des États », des principes inaliénables rappelés dans le traité constitutif de l’UNASUR et dans la plate-forme politique de l’ALBA. Ce sentiment très fort s’est traduit, il n’y a pas si longtemps encore, en Équateur par le refus d’accepter sur son sol des bases militaires américaines, par la condamnation unanime du Conseil de sécurité de l’UNASUR de la violation de la frontière lors de l’attaque colombienne du camp du guérillero Raul Reyes en territoire équatorien en mars 2008, et de la tentative de coup d’État contre le président Rafael Correa en septembre 2010, ou encore par la dénonciation de toutes formes d’ingérences étasuniennes dans les affaires intérieures des pays latino-américains comme ce fut le cas en Bolivie lors des événements de mai 200827. La défense de la souveraineté nationale s’illustre aussi par la voix de la présidente argentine, Christina Kirchner, plaidant à l’ONU contre la « militarisation » de l’Atlantique sud par l’Angleterre. Appelant de ses vœux à la paix dans une « Amérique latine démilitarisée » elle ajoutait : « nous ne voulons pas de problèmes de guerre, les grandes puissances ont déjà suffisamment militarisé le monde […] elles ont détruit l’économie du monde et provoqué les désastres des guerres civiles et des occupations »28.

  • 29 . Rafael Correa a décidé de ne pas participer au Sommet des Amériques du 14 et 15 avril 2012 à Cart (...)
  • 30 . Déclaration de M. Chavez, 28 février 2011, Teatro Teresa Carreño (Caracas). http://www.youtube.co (...)
  • 31 . Le coup d’État du 11 avril 2002 au Venezuela, destiné à renverser Hugo Chavez, fut fomenté par l’ (...)

32Ce qui est particulièrement novateur et fait la force de l’Amérique latine aujourd’hui, c’est la solidarité dont font preuve tous les pays membres de l’UNASUR, que ce soit à l’égard de l’Argentine dans le cas des Malouines ou de Cuba, toujours exclue par les États-Unis du Sommet des Amériques29. Et c’est cette conviction d’une nécessaire union entre pays frères qui animait Hugo Chavez lorsqu’il prenait la défense d’un chef d’État d’un pays allié : « Je vais le dire avec beaucoup de respect à tous les gouvernements du monde, mais moi, je ne suis pas une girouette […] qui tourne en fonction du vent qui souffle. Je ne vais pas condamner Kadhafi. Je serai un lâche de condamner celui qui a été mon ami depuis si longtemps, sans savoir ce qui se passe exactement en Libye »30. Ce furent également les premières réactions de Fidel Castro qui écrivit le 21 février 2011 : « On peut être d’accord ou non avec Mouammar Kadhafi. Le monde est bombardé de nouvelles de toutes sortes, produites essentiellement par les grands médias. Il faudra attendre le temps nécessaire pour connaître réellement ce qu’il y a de vrai et de mensonges ou de semi-vérités dans ce qu’on nous dit de la situation chaotique en Libye ». Il est vrai que personne en Amérique latine, n’a oublié le rôle qu’ont joué la désinformation et le mensonge médiatique dans le coup d’État avorté en avril 2002 au Venezuela31.

33Refusant de se joindre à la protestation de la communauté internationale, Hugo Chavez proposait dès le 1er mars 2011 sa médiation pour tenter d’apporter une solution pacifique au conflit dans le pays et demandait une commission internationale humanitaire pour la paix et pour l’intégrité de la Libye afin d’éviter toute intervention de l’OTAN, une demande de dialogue réclamée également par l’UA. La proposition vénézuélienne, à peine considérée, fut finalement refusée par le fils du dirigeant libyen, Saif al-Islam Kadhafi, alors que l’Amérique latine était sans doute le meilleur interlocuteur pour tenter d’établir un arbitrage entre les belligérants. Contrairement aux rumeurs colportées, Kadhafi ne se sauva pas au Venezuela et dans une lettre adressée au « frère et combattif président Hugo Chavez », il y dénonçait le danger d’une reconnaissance du Conseil national de transition (CNT) pour « la souveraineté de la Libye, son intégrité territoriale et son unité nationale », un Conseil qui n’a été « ni désigné, ni autorisé ou élu » par le peuple libyen32. La bataille de Tripoli en août 2011 avait accéléré le processus de reconnaissance de cette instance représentée officiellement à l’ONU, le 16 septembre, et, l’UA, extrêmement réticente, avait fini par y consentir à son tour ; seuls, les pays de l’ALBA l’ont rejetée catégoriquement parce qu’elle constituait à leurs yeux une violation aux principes du droit international et pouvait créer un dangereux précédent dans les relations entre les États. Et Chavez de le rappeler : « Nous devons être respectueux du droit international, de la légitimité reconnue de la Nation et du gouvernement indépendamment de son origine, que cela nous plaise ou non »33. Reconnaitre le CNT, serait pour ces pays bolivariens une légitimation du recours à la force, alors même que l’ensemble de la communauté internationale s’accordait à reconnaître que les pays de l’OTAN avaient outrepassé le mandat de la résolution 1973 du Conseil de sécurité en raison de l’aide militaire accordée aux insurgés et de leur participation à la guerre civile, un abus que le président sud-africain Jacob Zuma avait qualifié sans ménagement « d’assassinats politiques » et « d’occupation militaire étrangère »34.

  • 35 . Presidente del Ecuador Rafael Correa, intervención segunda Jornada ASA 27/09/2009 http://www.yout (...)

34Le 3e Sommet de l’ASA aurait dû se tenir à Tripoli en novembre 2011… il aura lieu finalement à Malobo, en Guinée Equatoriale en 2012. La mort tragique de Mouammar Kadhafi a sans doute mis un frein à la grande impulsion qui avait été donnée en 2009 et 2010 dans la construction de cet espace sud-sud porté par l’UA et de l’UNASUR qui visait à établir une coopération stratégique, financière, énergétique et commerciale entre les deux continents, « pour un monde multipolaire, équilibré et juste dans lequel prime l’égalité souveraine des États et l’intérêt des peuples, où la logique financière est remplacée par la logique de développement et où la compétitivité est remplacée par la solidarité et la conscience sociale », comme le rappelait Rafael Correa lors de la dernière rencontre de l’ASA35.

35Aujourd’hui, alors même que des violences ethnico-religieuses et politiques menacent l’équilibre géopolitique régional et font craindre un éclatement des frontières des États africains, il est plus que jamais nécessaire pour les pays pauvres, vulnérabilisés par les conséquences du changement climatique, les crises énergétiques et alimentaires prévisibles, de renforcer leur alliance politique depuis le sud et de tendre à une plus grande convergence diplomatique. Rechercher les valeurs et les intérêts communs et complémentaires dans des relations bilatérales durables c’est ce vers quoi aspire et travaille l’Amérique latine, représentée par les pays de l’ALBA et de l’UNASUR.

Haut de page

Bibliographie

Burgat François, Laronde André, 2003, La Libye, Paris, Presses universitaires de France.

Castro Fidel, 2008, La Première et Deuxième Déclarations de La Havane, éd. Livres Pathfinders.

- discours prononcé en honneur aux victimes des bombardements 16 avril 1961, consulté le 19/03/2012. URL: http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1961/esp/f160461e.html

- « El Plan de la OTAN es ocupar Libia », 21 février 2011, consulté le 28/03/2012.
URL: http://www.cuba.cu/gobierno/reflexiones/2011/esp/f210211e.html

- « Danza macabra de cinismo », 23 février 2011, consulté le 28/03/2012.
URL: http://www.granma.cubaweb.cu/secciones/ref-fidel/033.html

- « La guerra inevitable de la OTAN », 2 mars 2011, consulté le 28/03/2012.
URL: http://www.cuba.cu/gobierno/reflexiones/2011/esp/f020311e.html

- « La OTAN, la guerra, la mentira y los negocios », 9 mars 2011, consulté le 28/03/2012. URL: http://www.cuba.cu/gobierno/reflexiones/2011/esp/f090311e.html

- « El papel genocida de la OTAN », 23 octobre 2011 - 1 novembre 2010, consulté le 15/3/2012. URL: http://www.cuba.cu/gobierno/reflexiones/2011/esp/f231011e.html

- Chavez Hugo, Discours à l’Assemblée générale de l’ONU, 24 septembre 2005, consulté le 20/03/2012. URL:http://www.taringa.net/posts/info/3492964/Discurso-de-Hugo-Chavez-en-la-ONU-24_09.html

- Discours à Tripoli, Sommet de l’UA (1 septembre 2009), consulté le 22/03/2012. URL : http://www.youtube.com/watch?v=necL8vh-7qs http://www.youtube.com/watch?v=K9R8LSZ2z1w

- « Chavez visita la Academia de Estudios Superiores », 23 septembre 2010, consulté le 13/03/ 2012. URL:http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&NR=1&v=kmDrl_Eh7us

- « Chavez no condena a su amigo Kadafi », 28 février 2011, consulté le 27/03/2012. URL: http://www.youtube.com/watch?v=XxKXxqZrY1U

- « Chavez parle des révoltes dans le monde arabe », 28 février 2011, consulté le 27/03/2012. URL : Teatro Teresa Carreño (Caracas). http://www.youtube.com/watch?v=sqcwc0FDqhk

- Discours du 12 mars 2011, consulté le 13/03/2012. URL : http://www.youtube.com/watch?v=JaD0GUcmy-U

- « Chavez sur la lettre qu’il a reçue de Kadhafi », 13 septembre 2011, consulté le 21/03/2012. URL : http://www.youtube.com/watch?v=F9Je9hoAOHU

- « Lettre à l’ONU : reconnaitre la souveraineté de la Palestine est un acte de justice historique », 20 septembre 2011, consulté le 20/03/2012. URL :http://www.cubadebate.cu/opinion/2011/09/20/carta-de-chavez-a-la-onu-reconocer-soberania-palestina-es-acto-de-justicia-historico/

- Déclaration du président Hugo Chavez le 20 octobre 2011, consulté le 15/03/2012. URL : http://www.youtube.com/watch?v=AJCtKHMBUaI

Che Guevara Ernesto, Discours à l’ONU, 11 décembre 1964, consulté le 10/03/2012.
URL:http://es.wikisource.org/wiki/Discurso_en_la_ONU,_11_de_diciembre_de_1964

- « le discours d’Alger », Le socialisme et l’homme à Cuba, Paris, Librairie François Maspero, 1976, p. 70-85.

- « Mensaje a los pueblos del mundo a través de la Tricontinental », avril 1967. Consulté le 10/03/2012. URL: www.filosofia.cu/che/.

Correa Rafael, Intervención segunda Jornada Cumbre ASA 27/09/2009, consulté le 25/03/2012. URL : http://www.youtube.com/watch?v=j6GiLiqbtwc

« Cumbre ASA apuesta por la unidad Sur-Sur », 28/09/2009, consulté le 24/03/2012. URL: http://www.infolatam.com/2009/09/27/cumbre-asa-suramerica-respalda-integracion-conafrica-hacia-un-nuevo-orden-mundial/

Déclaration de Syrte, 1999, consulté le 15/03/2012. URL : http://www.africa-union.org/Official_documents/Assemblee%20fr/ASS99b.pdf

Gleijeses Piero, 2002, Misiones en conflicto: La Habana, Washington y África (1959-1976), La Habana, Ed. Ciencias sociales.

Haddad Saïd, 2011, « Libye: Kadhafi a monnayé son rôle de police des frontières européennes », 11 mars 2011, consulté le 14/03/2012. URL : http://www.temoignagechretien.fr/

—, 2006, « Fruits et défis de la normalisation libyenne », L’Année du Maghreb, 2004. URL : http://anneemaghreb.revues.org/307.

—, 2006, « Les implications internes de la normalisation libyenne », L’Année du Maghreb, 2005-2006, consulté le 14 avril 2012. URL : http://anneemaghreb.revues.org/117

Intervention du président Zuma Jacob, « L’UA ne soutient pas la guerre », 4/07/2011, consulté le 20/03/2012. URL : http://news.abidjan.net/h/403360.html

Kadhafi Mouammar, Le Livre vert, consulté le 12/03/2012, URL : http://aymard.files.wordpress.com/2011/08/le-livre-vert-de-mouammar-kadhafi.pdf

- Discours à la 64e Session de l’Assemblée générale des Nations unies le 23 septembre 2009, consulté le 21/3/2012. URL: http://aymard.wordpress.com/2011/10/14/texte-integral-du-discours-de-mouammar-kadhafi-a-la-64eme-session-de-lassemblee-generale-des-nations-unies-le-23-septembre-2009/

« Kadhafi prédit l’échec de l’Union pour la Méditerranée », Courrier international, 10/7/2008.

Kirchner Christine, « Cristina agradece a Perú el apoyo por Malvinas y llama a tener una América del Sur desmilitarizada », 20 mars 2012. Consulté le 26/03/2012.
URL : http://radiodelasosc.blogspot.fr/2012/03/cristina-agradece-peru-el-apoyo-por.html

Lamrani Salim, 2006, Cuba face à l’empire, Genève, Timeli, .

Lechini Gladys, 2009, « La cooperacion sud-sud y la búsqueda de autonomía en América latina: ¿mito o realidad? », Relaciones internacionales, Geri-UAM, 12 oct.

Lemoine Maurice, 2002, « Dans les laboratoires du mensonge au Venezuela », Le Monde diplomatique, août.

Le texte de la Résolution sur la Libye, consulté le 25/03/2011. URL: http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/03/18/le-texte-de-la-resolution-sur-le-libye_1494976_3212.html

Lula da Silva Luiz Inacio, discours à l’ONU, 15 octobre 2009, consulté le 20/3/2012, URL: http://www.elnuevoempresario.com/noticias_14061_lula-da-silva-considera-que-consejo-de-seguridad-de-la-onu-requiere-una-reforma-que-lo-haga-ms-representativo.php

Morales Evo, « El Consejo de la ONU es una vergüenza para la humanidad », URL: http://mexico.cnn.com/mundo/2011/09/19/evo-morales-el-consejo-de-seguridad-es-una-verguenza-para-la-humanidad

Nazemroaya Mahdi Darius, « Mouammar Kadhafi et le projet libyen de redistribution de la richesse », 29 octobre 2011, consulté le 20/03/2012. URL : www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=27363

Ndiaye Khadim, « Un héritage de Kadhafi : La Grande Rivière artificielle », 28/10/2011, consulté le 18/03/2012. URL : http://www.afriqueexpansion.com/la-revolution-libyenne-/3060-un-heritage-de-kadhafi-la-grande-riviere-artificielle.html

Otayek René, 1986, La politique africaine de la Libye, Paris, éd. Karthala.

Pinta Pierre, 2006, La Libye, Paris, Karthala.

Pliez Olivier, 2004, La nouvelle Libye, sociétés, espaces et géopolitique au lendemain de l’embargo, Paris, Karthala-Iremam.

Pougala Jean-Paul, « Libye : les vraies raisons de la guerre », 5 mai 2011, consulté le 21/03/2012. URL : http://www.algeria-watch.org/fr/article/tribune/libye_raisons_guerre.htm

Traité constitutif de l’UNASUR, consulté le 23/03/2012. URL : http://www.comunidadandina.org/unasur/tratado_constitutivo.htm

Traité instituant la Communauté économique africaine, Abuja, 3 juin 1991, consulté le 22/03/2012. URL : http://www.wipo.int/ wipolex/fr/other_treaties/text.jsp?doc_id=129239&file_id=200846

Haut de page

Notes

1 . Déclaration du Président Hugo Chavez du 20 octobre 2011, http://www.youtube.com/watch?v=AJCtKHMBUaI

2 . La Résolution 1973 autorisait « à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les civils et les zones peuplées menacés par une attaque » du gouvernement libyen. Seules la Russie, La Chine, l’Inde et l’Afrique du Sud ont protesté aux Nations Unies, considérant que ces bombardements allaient nettement au-delà du mandat de l’ONU. (Le texte intégral de la Résolution est publié sur le site du journal Le Monde.)

3 . Le site Mémoire des luttes retrace au travers de la publication de ces nombreux articles le débat de fond qui a été engagé par les intellectuels de gauche en France sur le dossier libyen et les discordances avec la gauche latino-américaine (Cf. articles de I. Ramonet, M. Lemoine, B. Cassen, G. Lalieu, E. Sader, S. Amin, S. Naïr)

4 . L’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique – Traité de commerce des Peuples (ALBA-TCP) est une initiative qui fut lancée officiellement en 2005 par Cuba et le Venezuela. Elle se présentait comme une alternative à l’instauration d’une zone de libre-échange promue par Washington. C’est une organisation politique, sociale et économique destinée à promouvoir la coopération – fondée sur des principes de solidarité et de complémentarité – entre les pays d’Amérique latine et de la Caraïbe. Elle compte aujourd’hui huit pays membres (Cuba, Venezuela, Bolivie, Nicaragua, équateur, la Dominique, Saint-Vincent et les Grenadines, Antigua et Barbuda) et autres pays observateurs. Cf. http://www.alianzabolivariana.org/

5 . Par la VIe Résolution, adoptée lors du 8e Sommet à Punta del Este (Uruguay), Cuba fut exclue de l’OEA en janvier 1962 en raison de son ralliement au camp socialiste. Seul le Mexique avait voté contre l’exclusion et d’autres pays se sont abstenus : l’Argentine, l’Équateur, le Brésil, le Chili, la Bolivie. Le choix d’un régime communiste constituait un handicap majeur à sa participation aux institutions internationales (FMI, Banque mondiale, Banque interaméricaine de développement) et privait l’île d’une aide multilatérale au développement.

6 . L’Union des nations sud-américaines (UNASUR) est un organisme régional qui regroupe les douze pays de l’Amérique du Sud. Elle est née en 2004 (Déclaration de Cuzco) dans un contexte d’opposition à la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA) conçue par les États-Unis. Le traité constitutif de l’UNASUR a été signé en mai 2008 à Brasilia et promeut la construction d’un espace intégré, politique, économique, social et culturel et au niveau de la défense, qui repose sur le dialogue politique et dont les objectifs prioritaires sont l’élimination des inégalités socio-économiques, l’inclusion sociale, la participation citoyenne et le renforcement de la démocratie. En octobre 2011, l’UNASUR, obtient le statut d’observateur à l’Assemblée générale de l’ONU.

7 . La stratégie de lutte contre « l’ennemi intérieur » a été expérimentée au Guatemala pour renverser le gouvernement progressiste de Jacobo Arbenz en 1954, mais également à Haïti, République dominicaine, et dans la plupart des pays d’Amérique centrale.

8 . Discours de Fidel Castro prononcé en honneur aux victimes des bombardements (16 avril 1961) http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/1961/esp/f160461e.html

9 . La politique internationaliste de Cuba en Afrique dès 1963 s’est exercée sous les deux aspects : militaire et civil. Parallèlement à l’envoi d’instructeurs confirmés et de combattants pour soutenir les foyers de guérilla, une aide médicale et technique destinée à promouvoir le développement des pays a été mise en place. Des Brigades de santé déployées en Algérie, au Mali, au Congo, en Guinée, puis en Namibie, au Burkina-Faso, au Botswana, en Angola et au Mozambique soignaient et formaient du personnel sur place dans des conditions d’environnement et de communication extrêmement difficiles. Par ailleurs, des bourses d’études étaient délivrées aux jeunes Africains pour se former dans les universités cubaines.

10 . Dans son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU le 11 décembre 1964 à New York, Che Guevara relançait la nécessité de la redéfinition du concept de « coexistence pacifique ». Cette notion, selon lui, ne pouvait être valide avec le maintien des agressions impérialistes contre les petits pays (République démocratique du Vietnam, Laos, Cambodge, Chypre). La paix durable dans le monde ne pouvait se faire tant que persistaient les conditions d’injustice et que les droits des peuples colonisés n’étaient respectés. Pour le Che, la véritable « coexistence pacifique » défendue par les soviétiques était donc inconcevable dans la relation didactique exploiteurs/exploités propre au système capitaliste.

11 . Dans son discours prononcé à l’occasion du Deuxième Séminaire économique afro-asiatique (24 février 1965), Che Guevara offrait la « solidarité inconditionnelle » de Cuba à ces « pays frères », le Vietnam et le Congo, avec « tous les moyens de défense dont ils ont besoin ». C’est dans l’ex-Congo belge qui venait d’accéder à l’indépendance et en proie aux déchirements de la guerre civile, qu’il s’est rendu clandestinement afin de reprendre le flambeau allumé par Patrice Lumumba. Se solidarisant avec la lutte du MPLA, il préparait déjà le terrain d’une future intervention en Angola.

12 . Dans sa Deuxième Déclaration de La Havane du 4 février 1962, Fidel Castro, en évoquant les liens qui unissaient l’île au reste du sous-continent y appelait au soulèvement « des masses exploitées d’Amérique ». Si la révolution était, selon lui, « inévitable » au vu des « conditions d’exploitation terribles dans lesquelles vivait l’homme américain », il tenait à dissocier le principe de la solidarité internationaliste de l’ingérence extérieure en affirmant que « la Révolution ne s’exporte pas » et que « ce sont les peuples qui la font ».

13 . La bonne entente entre les deux chefs d’État ne doit pas cacher les différends qui ont pu les opposer, notamment sur la conception de la neutralité des non-alignés. Une ligne de fracture s’était dessinée lors du sommet du MNA en 1973 à Alger, où Mouammar Kadhafi avait reproché à Fidel Castro son alignement sur la position soviétique. En 1972, Cuba avait d’ailleurs adhéré au COMECOM (CAEM).

14 . Il est sans doute intéressant de rappeler que la Libye en 2010 était à la 53e place dans le classement des pays selon l’indice humain de développement (IDH) du PNUD, loin devant tous les autres pays d’Afrique et avait la plus longue espérance de vie du continent (Cf. Discours de Chavez, 12 mars 2011).

15 . Fidel Castro, « La guerre inévitable de l’OTAN », 2 mars 2011.

16 . L’intervention anglo-américaine en Irak en 2003 et la chute du régime baasiste ont probablement eu une influence dans la signature par la Libye en janvier 2004 du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires et du Protocole additionnel au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) (Haddad, 2004).

17 . L’acte constitutif de l’Union africaine (UA) fut signé en 2002 à Durban (Afrique du Sud). En 2003, au sommet de Maputo (Mozambique) furent crées la Commission de l’Union africaine, le Parlement panafricain et le Conseil de paix et de sécurité (CPS).

18 . Conçue dans les années 1980, l’initiative de la Grande rivière artificielle fut très controversée, critiquée par certains, tant pour ses aspects anti-écologiques (épuisement d’une ressource non renouvelable) que pour son coût exorbitant et son efficacité mitigé. D’autres, considèrent au contraire que cette mesure fut cruciale, car, en plus d’acheminer l’eau et de contribuer au développement de l’agriculture (750 000 hectares de terres irriguées), elle était un moyen de réduire la dépendance technologique de la Libye, qui, à cette occasion, a formé une génération d’ingénieurs et d’hydrologues compétents, et se positionnait désormais comme un pays capable de vendre son expertise.

19 . « Pour Kadhafi, l’Union pour la Méditerranée est humiliante », Le Figaro, 10/06/2008. « Kadhafi prédit l’échec de l’Union pour la Méditerranée », Courrier international, 10/7/2008.

20 . En octobre 2009, Lula da Silva avait déclaré que le « Conseil de sécurité était un fruit mûr sur le point de tomber », considérant qu’il n’est plus représentatif des forces politiques, géographiques et économiques de ce monde. http://www.elnuevoempresario.com/noticias

21 . Evo Morales, « El Consejo de la ONU es una vergüenza para la humanidad”,
http://mexico.cnn.com/mundo/2011/09/19/

22 . « Cumbre ASA apuesta por la unidad Sur-Sur », 28/09/2009, http://www.infolatam.com/2009/09/27/cumbre-asa-suramerica-respalda-integracion-conafrica-hacia-un-nuevo-orden-mundial/

23 . Presidente del Ecuador Rafael Correa, intervención segunda Jornada ASA 27/09/2009 http://www.youtube.com/watch?v=OYjFv8KFMbA

24 . Dans une lettre du 20 septembre 2011 adressée à Ban Ki-moon, Hugo Chavez avait écrit que l’admission de la Palestine à l’ONU serait « un acte de justice historique ».

25 . Fidel Castro « El plan de la OTAN es ocupar Libia », 21/02/2011

26 . Intervention de Hugo Chavez, 13 septembre 2011.

27 . La Bolivie et le Venezuela avaient expulsé simultanément le 11septembre 2008 les ambassadeurs des États-Unis en raison de leurs tentatives de s’ingérer dans les affaires intérieures de leur pays. http://spanish.panama.usembassy.gov/pr091208.html

28 . « Cristina agradece a Perú el apoyo por Malvinas y llama a tener una América del Sur desmilitarizada”, 20 mars 2012. http://radiodelasosc.blogspot.fr/2012/03/cristina-agradece-peru-el-apoyo-por.html

29 . Rafael Correa a décidé de ne pas participer au Sommet des Amériques du 14 et 15 avril 2012 à Carthagène (Colombie) en raison de l’absence de la représentation cubaine qu’il considère comme un « boycott » de la part des États-Unis. http://www.telesurtv.net/articulos/2012/03/15/rafael-correa-confirma-que-no-participara-en-cumbre-de-las-americas

30 . Déclaration de M. Chavez, 28 février 2011, Teatro Teresa Carreño (Caracas). http://www.youtube.com/watch?v=XxKXxqZrY1U

31 . Le coup d’État du 11 avril 2002 au Venezuela, destiné à renverser Hugo Chavez, fut fomenté par l’action conjointe de certains hauts gradés militaires, des membres de l’oligarchie industrielle et de la fédération patronale et largement soutenu par les grands médias de communication qui avaient contribué à diffuser l’idée que la seule solution pour le pays était l’éviction de Chavez. Il a été reconnu, en effet, que les médias ont incité à la subversion, manipulé les images retransmises à la télévision faisant croire que les partisans de Chavez tiraient sur la foule, encouragé ouvertement les secteurs putschistes à user de la force pour renverser le président élu, et sont allés jusqu’à publier une fausse lettre de démission du président en place. Quarante huit heures plus tard, grâce à l’appui de la population et de l’armée nationale bolivarienne, le président fut rétabli dans ses fonctions. Cf. M. Lemoine, « Dans les laboratoires du mensonge au Venezuela », Le Monde diplomatique, 2002.

32 . « Chavez sur la lettre qu’il a reçue de Kadhafi », 13/09/2011 http://www.youtube.com/watch?v=F9Je9hoAOHU

33 . Idem.

34 . Intervention du président Jacob Zuma, « L’UA ne soutient pas la guerre », 4/07/2011, http://news.abidjan.net/h/403360.html

35 . Presidente del Ecuador Rafael Correa, intervención segunda Jornada ASA 27/09/2009 http://www.youtube.com/watch?v=OYjFv8KFMbA

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hortense Faivre d'Arcier-Flores, « La position des pays de l’ALBA et de l’UNASUR face à la guerre en Libye », L’Année du Maghreb, VIII | 2012, 341-355.

Référence électronique

Hortense Faivre d'Arcier-Flores, « La position des pays de l’ALBA et de l’UNASUR face à la guerre en Libye », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1521 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1521

Haut de page

Auteur

Hortense Faivre d'Arcier-Flores

Docteur et professeur agrégé à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Chercheur au GRIAHAL/CICC (Université de Cergy-Pontoise).

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page