Navigation – Plan du site
Maroc
L'année politique

Le Mouvement du 20 février et le régime marocain : contestation, révision constitutionnelle et élections

Thierry Desrues
p. 359-389

Entrées d'index

Géographie :

Maroc
Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . 37 000 selon le ministère de l’Intérieur, plus de 200 000 selon le site web géré par des membres (...)

1Le 20 Février 2011, des milliers de Marocains ont manifesté dans la plupart
des villes du pays1. Ils ont répondu à l’appel lancé initialement sur internet par des jeunes appartenant à divers réseaux sociaux créés sur le web 2.0. Ceux-ci demandaient une série de réformes dans divers domaines : l’instauration d’un régime démocratique issu d’une assemblée constituante, l’application des principes de la bonne gouvernance dans les affaires publiques, la reconnaissance du pluralisme social et identitaire de la société marocaine, l’élargissement de l’accès de la population à la santé, l’éducation et l’emploi.

2La date des premières manifestations a donné son nom au mouvement contestataire : le Mouvement du 20 février (M20F). Depuis lors, les manifestations se sont reproduites périodiquement au cours de l’année 2011, généralement chaque dimanche avec une mobilisation plus prononcée lorsque ce jour s’approchait de la date du 20 de chaque mois.

3Un peu plus de dix ans après l’intronisation de Mohamed VI, l’amélioration des conditions de vie de la plupart des marocains, la réduction des inégalités socio-économiques, ainsi que la lutte contre la corruption et les atteintes aux libertés publiques et individuelles sont des revendications héritées du règne de Hassan II. Les nombreuses protestations publiques, qui ont eu lieu autour de ces questions, au cours de la dernière décennie, témoignent de leur actualité. Ce faisant, la contestation reste soumise à de fortes contraintes (Pomerrolle et Vairel, 2009) qui peuvent varier en fonction de la localisation, des protagonistes, des répertoires d’action et de leurs registres revendicatifs. Concernant les revendications, certaines « lignes rouges » – la monarchie, l’Islam, l’intégrité territoriale et les forces de sécurité – ne peuvent être franchies sans risquer de voir s’abattre la répression des appareils d’État – plus particulièrement celles des ministères de l’Intérieur et la Justice – et l’opprobre de la plupart des forces politiques incorporées aux dispositifs officiels de représentation et de participation sociales et politiques. Ces dernières sont souvent promptes à montrer leur conformisme politique, en dépit des critiques récurrentes que leur adresse le monarque.

  • 2 . Différents aspects de cette trajectoire ont été analysés notamment par Bennani-Chraïbi (2003), Va (...)

4Au delà de son auto-proclamation médiatique en tant que mouvement de jeunes sans affiliations partisanes, disséminés à travers l’ensemble du pays et qui se coordonnent grâce aux connections internet et à la téléphonie mobile (Desrues, 2012), dans quelle mesure le M20F est un mouvement social inédit ? Quels sont les éléments qui sont, en partie, issus de cette trajectoire protestataire ?2 Pour répondre à ces questions, on reconstruira la dynamique de la version marocaine du « printemps » arabe autour de quatre séquences temporelles marquées par l’interaction entre les mobilisations et les initiatives prises par la monarchie et le gouvernement pour neutraliser le potentiel subversif de la contestation.

5Dans une première partie, on abordera l’émergence du M20F, sa composition, ses revendications et ses répertoires d’action collective, ainsi que la gestion préventive mise en place par le gouvernement marocain pour éviter une contagion des « révolutions » tunisienne et égyptienne. Dans une seconde partie, on analysera les réponses apportées par la monarchie aux revendications du mouvement protestataire, en se concentrant sur l’offre de révision constitutionnelle, et sur l’attitude des principaux acteurs politiques et sociaux. Ensuite, dans une troisième partie, on centrera notre attention sur la poursuite des mobilisations et sur les modalités de leur répression dans le contexte du processus de révision constitutionnelle et de ratification de la nouvelle loi fondamentale du pays. Dans une quatrième partie, on analysera les élections à la Chambre des représentants et l’essoufflement du M20F. Enfin, en guise de conclusion, on ébauchera un bilan provisoire de l’évolution de la contestation. On s’interrogera également sur la portée des changements induits par le texte constitutionnel et la formation, pour la première fois dans l’histoire du Maroc, d’un gouvernement dirigé par un leader islamiste.

Le surgissement du Mouvement du 20 février et l’attitude des divers acteurs sociaux et politiques

6La composition du M20F est marquée par une grande hétérogénéité et un dualisme structurel entre les jeunes, d’une part, et les organisations et les personnalités qui les ont rejoints, d’autre part.

L’émergence du M20F : la réalité du virtuel

7Au cours du mois de janvier 2011, les manifestations de solidarités avec le peuple tunisien ont été interdites par les autorités marocaines. Les chaînes de télévision étatiques et l’agence officielle de presse ont fait l’impasse sur ce qui se passait en Tunisie. Les chaînes satellitaires telles que Al Jazeera ont donc joué de nouveau leur rôle de médias de substitution en informant sur les mobilisations en cours dans le pays voisin.

  • 3 . Cf. un des premiers appels réclamant des réformes lancé sur le blog de Rachid Spiritzata. http:// (...)
  • 4 . Une réplique à la campagne de dénigrement de l’appel a été diffusée via une vidéo sur la plate-fo (...)
  • 5 . Dans le contexte international de la chute du régime de Ben Ali et de contestation populaire du r (...)

8Ce faisant, quelques jeunes militants, appartenant souvent aux organisations associatives et politiques, qui avaient convoqué ces manifestations de soutien, discutaient de l’évolution des événements en Tunisie avec d’autres jeunes sans affiliations connues à travers des blogs, des chats et les réseaux sociaux de la plate-forme « Facebook ». Le départ du président tunisien Ben Ali, le 14 janvier et le début des manifestations contre le régime du président Moubarak en Égypte, le 25 janvier, ont confirmé le sentiment partagé par ces jeunes que le Maroc ne pouvait pas rester à l’écart de la dynamique de changement enclenchée dans la région. Ces débats ont débouché sur des appels à la mobilisation qui ont été lancés sur internet dans des blogs et des forums de discussion sur « Facebook » (« Les jeunes discutent avec le roi » ; « Liberté et démocratie maintenant » ; « Le peuple veut le changement », etc.). Tant les modalités de communication que le contenu de l’agenda revendicatif ont interpellé directement le roi3. Le 27 janvier, ces « effrontés » ont appelé la population à manifester le 27 février. La coïncidence de ce rendez-vous avec la date anniversaire de la fondation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) a jeté l’opprobre sur les promoteurs de l’appel que la presse aux ordres a accusés d’être des agents du Front Polisario et de l’Algérie. La date de convocation des manifestations a alors été avancée au 20 février4. La polémique autour de l’appel à manifester s’est développée surtout sur internet. Le web s’est affirmé comme l’espace d’information, de discussion et de débat alternatif aux supports traditionnels, en particulier, parmi les jeunes, ses principaux usagers5. Pour les promoteurs de l’appel, l’enjeu consistait dès lors à passer de la mobilisation « virtuelle » à la mobilisation « physique » dans la rue.

La composition hétérogène du M20F : « jeunisme », militantisme et expérimentation de l’action collective

9Le premier groupe qui compose le M20F est formé par les « jeunes du M20F ». On y retrouve des individus sans affiliation politique ou associative préalable qui côtoient des militants associatifs (Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne – ATTAC, Association marocaine des droits humains – AMDH, Mouvement alternatif pour les libertés individuelles – MALI, Union nationale des étudiants marocains basistes – UNEM, etc.) et politiques engagés généralement au sein de la gauche non-gouvernementale (Parti socialiste unifié – PSU, Parti de l’Avant-garde démocratique et socialiste – PADS, La Voie démocratique, etc.). Sont aussi présents des membres des sections de jeunesse de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) et du Parti de la justice et du développement (PJD) qui n’ont pas tenu compte des réticences, voire du boycott exprimé par leurs dirigeants vis-à-vis de l’appel à manifester. Aux côtés des « gauchistes » et des jeunes plutôt proches des idées libertaires qui sont à l’origine des appels à manifester, se sont rassemblés des militants des associations culturelles amazighes et de jeunes islamistes qui appartiennent à des organisations illégales telles que Justice et Bienfaisance (al-Adl wal-Ihsan), l’Alliance civilisationnelle (al-Badil al-Hadari) ou encore le Mouvement pour la Communauté (al-Harakat lil-al-Oumma).

  • 6 . Entretiens de l’auteur auprès de jeunes militants du PSU, Rabat, mars 2011.

10Parmi ces derniers, l’incorporation de jeunes islamistes de Justice et Bienfaisance n’allait pourtant pas de soi. Le principe de leur participation à titre exclusivement individuel et citoyen sur la base de l’acceptation de la charte revendicative – et donc de la reconnaissance de l’« État civil » comme forme légitime d’organisation politique –, a permis de dépasser les réticences initiales des « gauchistes » suscitées par les antagonismes idéologiques et la mémoire d’affrontements parfois violents6.

  • 7 . Pour une description du fonctionnement interne de la coordination du M20F de Rabat, on renvoie à (...)

11Au nom de la paternité de la mobilisation, le groupe des jeunes a conservé jalousement le contrôle du mouvement. En insistant sur l’identité et le rôle différenciés des « Jeunes du Mouvement du 20 février » au sein de la contestation, il a résisté, avec plus ou moins de succès, selon les lieux, aux tentatives d’infiltration ou de récupération conduites par certains individus ou formations politiques. L’autonomie de chaque coordination locale a été maintenue en recourant au fonctionnement délibératif des assemblées, à la rotation des fonctions au sein des commissions là où elles existent (slogans, relations avec les médias, coordination, suivi des manifestations, etc.) et au refus de la reconnaissance de leaders ou de porte-parole officiels7. Par ailleurs, le consensus a été un autre mot d’ordre qui a régi le fonctionnement des coordinations, ce qui évidemment n’a pas exclu les tensions, les négociations en coulisse et les inégalités de pouvoir entre les différentes tendances lors des débats dans les assemblées.

12Le M20F a eu un prolongement dans la diaspora marocaine. Particulièrement actives à Paris et Bruxelles, les coordinations ont assuré la circulation de l’information, le développement de blogs et de réseaux sociaux et ont organisé des manifestations publiques d’information et de protestation, afin de dénoncer, par exemple, la complaisance des autorités françaises vis-à-vis du discours officiel du régime marocain sur « l’exception marocaine ».

Les organisations qui appuient le M20F et les réactions des acteurs sociaux et politiques

13On peut diviser l’attitude des organisations de la « société civile » et des formations politiques marocaines vis-à-vis du lancement du M20F en deux grandes tendances : celle qui a appuyé officiellement ses revendications et celle qui a fait preuve d’un certain attentisme, de réserves, voire d’une franche opposition.

14Le Comité national de soutien au mouvement des jeunes du 20 Février (CNSAM) a réuni un nombre important de collectifs qui ont déclaré partager les revendications émises par les jeunes et qui les ont rejoints lors des mobilisations. Dans ce sens, ils font partie du M20F. Le CNSAM présente son rôle comme celui d’un simple appui logistique et financier auprès des jeunes en se joignant aux marches dominicales et aux autres manifestations publiques, mais en laissant les premiers rôles aux jeunes.

15Parmi les premiers soutiens aux jeunes du M20F, on retrouve les petits partis de la gauche non-gouvernementale, tels que le PSU, La Voie démocratique, le PADS, le Comité national Ittihadi (CNI) qui se sont identifiés avec une liste de revendications à l’origine de laquelle ont contribué certains de leurs jeunes militants.

  • 8 . « Officiellement, l’USFP n’a pas participé aux manifestations du 20 février. Cela n’a pourtant pa (...)
  • 9 . « L’ancien secrétaire d’État Said Saâdi du PPS a affirmé qu’il était pour la manifestation, alors (...)
  • 10 . « Mustapha Ramid, Lahbib Choubani et Abdelali Hamieddine n’ont pas très bien accueilli la positio (...)

16En revanche, le reste des formations politiques qui siègent au parlement ont montré une certaine réserve, l’attentisme et leur soumission aux consignes du gouvernement cédant le pas soit à une certaine condescendance paternaliste, soit à une opposition ouverte vis-à-vis des jeunes contestataires. Parmi les formations politiques qui ont été secouées par des controverses internes, on signalera qu’officiellement l’USFP n’a pas participé aux premières manifestations, mais que des militants, notamment parmi sa jeunesse, ont pris part aux défilés8. De même, le secrétaire national du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Nabil Benabdallah, a nié la légitimité des manifestations comme moyen de communication politique, reprenant à son compte le discours officiel diffusé notamment par le ministre de la Communication issu du même parti, Khalid Naciri, qui a fustigé les risques de récupération du M20F par des formations extrémistes9. Quant à Abdellilah Benkirane, le secrétaire général du PJD, il s’est opposé lui aussi au M20F. En décidant de façon unilatérale la non-participation du parti aux manifestations, il a provoqué la démission de trois membres du secrétariat général10. En participant aux manifestations de ce « moment historique », les démissionnaires ont mis sur la sellette l’autorité de Benkirane et ont avalisé l’intégration au sein du M20F du groupe « Baraka » issu de la section de jeunesse du PJD.

  • 11 . Dans une lettre ouverte, le cheikh Yassine, son leader charismatique, a appelé à la mise sur pied (...)

17En dehors des partis qui siègent au gouvernement ou au parlement, les islamistes de l’organisation Justice et Bienfaisance ont su profiter de la fenêtre d’opportunité qui s’ouvrait pour dénoncer, dès le début du mois de février, la « benalisation » du pays11. En donnant son feu vert aux jeunes de l’organisation, ses dirigeants ont mis l’accent sur les valeurs de la jeunesse marocaine qui serait prête à se mobiliser et à démontrer qu’elle reste consciente des véritables problèmes qui la touchent malgré la politique de divertissement développée par le régime à travers la multiplication ces dernières années des festivals de musique que la morale islamiste condamne.

18Enfin, bien qu’elles ne semblent pas s’être intégrées au sein des coordinations locales du Mouvement des jeunes du M20F, on doit rappeler la présence de nombreuses personnes arborant des références salafistes lors des marches dominicales. Celles-ci semblent surtout retenir des revendications du M20F la libération de leurs coreligionnaires emprisonnés, condamnés dans le sillage des attentats terroristes qui ont touché le Maroc depuis l’année 2003.

La gestion préventive de la menace contestataire

  • 12 . Comme l’explique à RFI, Hassan Benaddi, membre du Parti authenticité et modernité (PAM): « Je sup (...)

19Dès le début du mois de janvier, le gouvernement a pris une série de mesures visant à éviter que les mobilisations en Tunisie ne produisent un effet « domino » sur le Maroc. Des mesures préventives de désamorçage du potentiel de mécontentement social ont ciblé les classes populaires appauvries à travers l’importation de céréales (12 janvier) et l’augmentation des subventions aux produits alimentaires de base (1 400 millions d’euros le 15 février) ; le mouvement des diplômés chômeurs a reçu des promesses d’embauches dans la fonction publique (10 février) ; les syndicats n’ont pas été en reste puisque qu’ils ont été assurés de la reprise du dialogue social avec le gouvernement (12 février) et le Conseil économique et social (CES) a enfin été installé (21 février) ; les organisations de défense des droits de l’Homme ont vu la transformation du très critiqué Conseil consultatif des droits de l’Homme en Conseil national des droits humains (CNDH) (1er mars) dont les prérogatives ont été élargies ; les partis politiques ont été convoqués par le Premier ministre dans sa résidence pour évaluer la situation (14 février)12 ; et un des dirigeants du PJD, le principal parti de l’opposition parlementaire, a été libéré (19 février), après avoir passé trois ans en prison pour une affaire de terrorisme (Desrues et Kirhlani, 2009), et, nommé aussitôt au sein du CES. Ces mesures ont permis de réintégrer dans le jeu « makhzénien » certaines organisations sociales et politiques, qui auraient pu être tentées de rejoindre officiellement le M20F, et, en quelque sorte, d’isoler ce dernier.

  • 13 . MAP, « Rencontre. Le ministre de l’Intérieur souligne la nécessité du respect des dispositions lé (...)

20Par ailleurs, une fois l’appel à manifester lancé, les mesures d’intimidation contre ses promoteurs et leur entourage familial se sont multipliées pour qu’ils renoncent et annulent la convocation. Aux menaces proférées par des coups de téléphone anonymes, se sont ajoutées les convocations aux commissariats de police et les visites des agents de police à leur domicile. Certains responsables d’organisation de défense des droits de l’Homme et de partis de la gauche non-gouvernementales soupçonnés de contrôler les jeunes ont été convoqués pour qu’ils annulent les manifestations13.

  • 14 . Entretiens de l’auteur auprès de jeunes membres du M20F, Rabat, mars 2011.

21À côté de ces mesures, la désinformation a été une autre technique utilisée pour discréditer le M20F. Des organes de presse proches du gouvernement ou des services de sécurité ont lancé une campagne hostile contre le M20F. Internet n’a pas échappé à cette offensive. Des particuliers et des blogueurs sans affiliation politique connue se réclamant du patriotisme monarchique, des militants et des personnalités politiques tels que le ministre de la Jeunesse et des Sports ont eu recours aux blogs, aux réseaux sociaux tel « Facebook » et aux forums de discussion de divers sites internet pour disqualifier le M20F. Des photos-montages et des films-vidéos truqués ont été mis en ligne sur les plateformes « Youtube » et « Daily Motion ». Certains assignaient aux partisans du M20F des comportements que la religion musulmane condamne (buveurs d’alcool) ou qui les situent en dehors de la communauté des musulmans (convertis au christianisme) ou des patriotes (soutien au Front Polisario et à l’Algérie). Cette campagne a atteint son paroxysme la veille du 20 février, lorsque l’Agence maghrébine de presse (MAP) a diffusé un communiqué annonçant l’annulation des défilés prévus le lendemain. Ce communiqué signé par trois jeunes, qui faisaient partie des promoteurs du premier appel revendicatif lancé sur internet, dénonçait l’influence au sein du M20F d’organisations extrémistes et affirmait la nécessité de mener des réformes sous le patronage du roi. Le contenu du communiqué dont la paternité a été attribuée par ses détracteurs aux services de sécurité14, ne ferme pas la porte aux réformes, mais il les situe et les subordonne au processus réformateur qu’aurait initié Mohamed VI depuis son avènement en 1999.

22Des éléments qui appuient cette thèse sont contenus dans le discours prononcé par le roi au lendemain des manifestations. Le 21 février 2011, profitant de l’installation du CES, Mohamed VI a parlé de la continuité des réformes et a prévenu que ce processus ne serait pas soumis à « la démagogie » et « à l’improvisation ». En d’autres termes, chaque chose devrait être abordée au moment opportun, c’est-à-dire quand le monarque en prend l’initiative et dans les termes qu’il choisit, sans qu’on puisse en retirer l’impression qu’il agirait sous la pression des événements et qu’il ferait des concessions à des revendications inédites. En accord avec le discours royal, la plupart des acteurs politiques ont reconnu la nécessité d’accélérer le processus de réforme dans la continuité du « modèle » marocain que d’aucuns ont qualifiés « d’exception marocaine ».

  • 15 . On reprend ici la notion de « sectorisation » développée par M. Dobry pour analyser les situation (...)

23Les mesures prises par le régime politique marocain pour éviter un « effet domino » et gérer la contestation ont été diversifiées et ont varié selon la pression de la conjoncture. La logique qui a prédominé visait à empêcher le décloisonnement des principaux clivages de la société marocaine en « re-sectorisant »15 les espaces et les groupes sociaux qui les articulent et en empêchant la mise en place des conditions de possibilité d’une mobilisation massive des populations autour du M20F.

Les manifestations publiques du M20F

24Les défilés dominicaux ont incarné la principale activité du M20F, même si des manifestations spontanées, des spectacles et des débats ont été organisés à d’autres moments. Un intérêt particulier a été porté par les coordinations locales à la préparation des manifestations qui se sont déroulées autour de la date symbolique du 20 de chaque mois.

25Les slogans déclamés ont été très divers. Scandés par des jeunes « armés » de mégaphones, ils en appelaient au peuple, se réclamaient du peuple et au nom du peuple (« ach-chaab yourid… », « le peuple veut… »), ils énonçaient des revendications politiques (une constitution démocratique, la fin du Makhzen, la chute du gouvernement, la fin de la corruption, le droit de vote des marocains résidents à l’étranger, etc.), économiques (non à la gestion privée des ressources naturelles, non à la patrimonialisation de l’économie marocaine par les entreprises liées aux cercles royaux, etc. ), sociales (l’accès à la santé, à l’éducation et à l’emploi, etc.), identitaires (la culture et la langue amazighes, la liberté de conscience, l’égalité hommes-femmes, etc.), corporatistes (jeunes avocats, etc.) et médiatiques contre le contrôle gouvernemental des moyens d’information audio-visuelle (« 2M dégage »). Certains slogans ont appelé au départ de la scène politique de certains dirigeants : Fouad Ali El Himma et Ilyas El Omari du Parti authenticité et modernité (PAM), le Premier ministre, Abbas El Fassi, ainsi que des membres de la famille du ministre des Affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri ou encore le secrétaire particulier du roi, Mounir Majidi, dénoncé pour son affairisme. Les principaux responsables des services de sécurité et de la gendarmerie ont eux aussi été vilipendés (les généraux Hamidou Laanigri, Hosni Benslimane). Au fil des événements, d’autres slogans sont apparus pour refuser une constitution octroyée, appeler à l’instauration d’une monarchie parlementaire dès maintenant, réclamer l’attribution à des fins sociales des fonds destinés aux festivals de musique et au projet de train à grande vitesse, etc.

  • 16 . « Manifestations à Tanger : dérapages incontrôlés », Le Journal de Tanger, 25 Février 2011. http: (...)
  • 17 . À El Ayoune une centaine de personnes aurait manifesté le 20 février. Plusieurs hypothèses peuven (...)

26L’hétérogénéité du mouvement s’est répercutée aussi sur les revendications, les slogans généralistes à portée nationale côtoyant les revendications à caractère local. Ainsi, à Tanger, on a trouvé des slogans de nature diverse dénonçant aussi bien la corruption, la mauvaise gestion administrative et communale, le chômage, les dysfonctionnements des départements de l’Enseignement, de la Justice et de la Santé, que la délégation de gestion accordée à la compagnie de l’eau et de l’électricité, Amendis, filiale du groupe français Veolia16. À Casablanca, c’est la Lydec, filiale du groupe Suez environnement, qui a été visée, tandis qu’à Khourigba les manifestants exigeaient la distribution équitable des emplois et de l’argent du phosphate17. À Al Hoceima, plus fréquemment qu’ailleurs, des manifestants ont arboré des portraits du résistant rifain contre le colonialisme et fondateur de l’éphémère République du Rif, Abdelkrim El-Khatabi. Dans cette ville, ainsi qu’à Agadir ou Khénifra, la visibilité du caractère amazigh des revendications a rappelé les aspirations des populations à l’officialisation de la langue amazighe et à la gestion durable des ressources de ces régions.

  • 18 . « Ces actes criminels ont consisté à mettre le feu et à endommager 33 établissements et édifices (...)

27Les déclarations du ministre de l’Intérieur, lors d’un point de presse à la suite des manifestations du 20 Février, au-delà de la comptabilité détaillée des débordements, ont fait ressortir une volonté de non-criminalisation de la contestation. Ledit ministre a rappelé que les manifestations avaient pris plusieurs formes (sit-in, marches et rassemblements) et qu’elles avaient été, dans l’ensemble, empreintes «  de sérénité et de discipline  ». Toutefois, le ministre a mis un bémol à ses propos apaisants en faisant valoir qu’après » la fin des manifestations, les villes de Tanger, Tétouan, Larache, Al Hoceima, Séfrou, Marrakech et Guelmine ont connu des actes de sabotage auxquels se sont livrés des fauteurs de troubles, dont des mineurs et des repris de justice ». Ces agissements auraient été suivis d’actes de pillage et de cambriolage s’en prenant aux biens d’autrui. À Fez et Tanger, ce seraient les supporters des équipes de football qui, une fois les matchs terminés, auraient rejoint les manifestations et commis les débordements18. Enfin, à Séfrou un militant de La Voie démocratique aurait décédé à la suite de ses blessures.

28La décentralisation des coordinations explique les écarts d’influence, d’un endroit à l’autre, entre les différentes composantes du M20F. De même, la trajectoire de la relation de ces dernières avec les autorités diffère selon leur localisation. Partant, les dynamiques contestataires et leur gestion de la part des autorités ont varié d’un lieu à un autre. Ce faisant, la capacité des promoteurs des mobilisations à éviter les débordements des participants était fondamentale, afin de projeter l’image d’un mouvement pacifique, civique et responsable. Comme l’avait déjà remarqué Frédéric Vairel (2005b), au Maroc, depuis les années 1990, autant la discipline que le nombre des manifestants sont révélateurs de la démonstration de force des promoteurs des mobilisations. Ce faisant, le 20 février, il s’agissait d’attirer une population démobilisée et craignant les conséquences potentiellement négatives de sa participation au M20F. Les promoteurs du mouvement étaient conscients que l’intervention des forces de l’ordre réactiverait les critiques virulentes des opposants au mouvement qui ont surgi, dès les premiers appels à manifester. C’est en ce sens qu’ils ont essayé d’encadrer les participants et de sélectionner les slogans en organisant un service d’ordre étoffé à Rabat et à Marrakech, tandis que des membres des coordinations locales se chargeaient de vérifier que les slogans coïncidaient avec des mots d’ordre qui avaient fait l’objet d’un consensus lors des réunions préparatoires.

  • 19 . Observations de l’auteur et entretiens auprès de jeunes du M20F, Rabat, mars 2011.

29D’ailleurs, et non sans rappeler des répertoires d’action utilisés en Tunisie, pour contrer la publicité faite autour des actes de vandalisme ayant entaché le bon déroulement de certaines manifestations le 20 février 2011, et pour écarter les craintes survenues après la répression de sit-in à Tanger et Casablanca les 6 et 13 mars, à la veille des défilés prévus pour le 20 mars, des jeunes du M20F à Rabat ont mené des actions citoyennes, telles que la distribution de fleurs aux forces de l’ordre postées devant le parlement sur le boulevard Mohamed V, tout en expliquant aux passants leur démarche, tandis que d’autres se sont rendus dans les hôpitaux pour donner du sang19. À la fin de la marche du 20 mars à Rabat, des jeunes ont nettoyé les rues parcourues.

30Les jeunes qui ont impulsé le M20F ont fait preuve d’une grande vigilance afin de maintenir leur contrôle sur le mouvement et ont réussi à diffuser dans un premier temps une image de virginité politique auprès des médias. On peut y voir une demande de reconnaissance de leur rôle en tant qu’acteur social et politique. Bien que seulement une minorité des jeunes marocains ait rejoint le M20F ou que certaines organisations, comme le mouvement des diplômés chômeurs, aient montré une présence plutôt discrète, leur conception « avant-gardiste » de leur rôle a fait ressortir les brèches générationnelles qui traversent la vie politique et sociale marocaine : elles ont d’ailleurs, eu un impact sur les relations entre jeunes et activistes plus âgés qui contrôlent les organisations associatives et partisanes (Desrues, 2012). Les désaccords entre les responsables des sections de jeunesse et les dirigeants de partis, tels que l’USFP et le PJD ont démontré que ce fossé traversait le champ politique indépendamment des options idéologiques.

31L’hétérogénéité due à la coexistence dans un même mouvement d’acteurs affiliés et d’autres non-engagés, certains étant des activistes multi-positionnés dans le champ associatif et partisan, a été renforcée par la décentralisation et l’autonomie des coordinations locales. Bien que cela n’ait pas empêché des tendances politiques parfois éloignées idéologiquement de collaborer et que d’autres aient fait preuve de visées hégémoniques sur le M20F, la cohésion interne de ce dernier va être remise en question par des dissensions se rapportant notamment aux revendications, aux modalités du changement constitutionnel ou à la forme du régime qui devrait en sortir.

L’initiative monarchique de révision constitutionnelle : innovations du processus de réforme et maintien de la monopolisation du pouvoir constituant

32Les manifestations du 20 février ont eu un succès mitigé en termes quantitatifs, mais elles ont été un succès d’un point de vue symbolique, ce qui a encouragé la poursuite des mobilisations. Pendant les deux semaines qui ont suivi le discours royal du 21 février, le silence du monarque a alimenté les rumeurs sur ses intentions. Enfin, le 9 mars, Mohamed VI a prononcé le discours tant attendu. Il a annoncé une révision constitutionnelle qui a reçu l’approbation des principales forces sociales et politiques, tandis que le M20F, d’abord partagé sur la position à adopter, s’est décidé à appeler au boycott de celle-ci.

La feuille de route de la révision constitutionnelle

33Le roi a inscrit le processus de révision constitutionnelle dans la nécessaire mise à niveau de la loi fondamentale dans le cadre des « avancées » réalisées depuis le début de son règne et du nouveau projet de régionalisation qui venait de lui être remis. Ce faisant, il niait implicitement avoir agi sous la contrainte.

34La feuille de route présentée dans son discours est articulée autour de 8 points :
1) la consécration constitutionnelle du patrimoine culturel et linguistique amazigh ;
2) la consolidation de l’État de droit, l’ampliation des libertés publiques et le renforcement des droits de l’Homme ;
3) l’indépendance de la justice ;
4) la séparation et l’équilibre des pouvoirs, à travers un parlement ayant de plus grandes compétences et un gouvernement dont le Premier ministre est issu du parti vainqueur des élections et voit ses prérogatives augmentées ;
5) la constitutionnalisation du Conseil du gouvernement, la définition et la clarification de ses compétences ;
6) le renforcement du rôle des partis politiques et de la société civile ;
7) la moralisation de la vie publique et la reddition des comptes des responsables publics ;
8) et, enfin, la constitutionnalisation des instances chargées de la bonne-gouvernance et la protection des libertés.

35Une Commission consultative pour la réforme de la constitution (CCRC) a été instaurée sous l’égide du juriste A. Mennouni. Les dix-neuf membres qui la composent ont été nommés par le roi qui leur a laissé un délai de trois mois pour élaborer un texte. On retiendra l’absence de personnalités soutenant ouvertement le M20F, même si une partie importante des membres de la CCRC est plutôt proche des idées de la gauche réformiste Celles-ci sont issues du monde académique (Amina Messaoudi, Mohamed Tozy, Abdallah Saaf) et de la société civile (Driss El Yazami, Amina Bouayache) et certains ont une expérience préalable des consultations auprès du gouvernement et des commissions royales (Mohamed Berdouzi, Omar Aziman) ou ont occupé des fonctions de responsabilité au sein du gouvernement marocain (Omar Aziman, Abdallah Saaf). La publicité autour des membres, exclusivement marocains de la CCRC et la mission de consultation des forces vives du pays, M20F compris, qui lui est attribuée sont autant d’innovations par rapport aux processus précédents de rédaction des textes constitutionnels dont Hassan II assumait seul la paternité (1962, 1970, 1972, 1992 y 1996).

36Aux côtés de la CCRC, un Mécanisme politique de suivi et de concertation, dirigé par le conseiller royal M. Moatassime, a été chargé d’associer les partis politiques et les syndicats. Ces derniers ont été conviés à transmettre leurs opinions concernant les versions successives du texte constitutionnel que le CCRC élaborera.

  • 20 . Le premier communiqué en date du 27 janvier appelant à manifester le 20 février, lancé par le « M (...)

37Le roi dans son discours du 9 mars a montré qu’il était à l’écoute de la société et qu’il avait entendu certaines revendications. Cependant, en écartant la question de l’élection démocratique d’une assemblée constituante20, il entendait conserver le contrôle du processus de réforme constitutionnelle.

Les réactions positives à l’offre monarchique de révision constitutionnelle

38Cette feuille de route pour la révision de la constitution a été interprétée par beaucoup comme satisfaisant aux revendications du M20F. En effet, les promoteurs du M20F n’étaient-ils pas invités à formuler leurs propositions devant la CCRC ?

  • 21 . Après avoir raté le rendez-vous du 20 février, un mois plus tard, l’USFP a pris le train en march (...)

39Les manifestations du 20 Mars qui ont suivi le discours ont réuni, aux côtés des jeunes, de nouveaux venus qui présentaient leur participation comme un soutien à une feuille de route qui répondait à leurs aspirations ou à leurs revendications face aux possibles résistances au sein de l’appareil d’État et de la société. L’USFP a justifié sa participation au nom des demandes « historiques » réitérées il y a peu dans un mémorandum adressé au roi – le renforcement des pouvoirs du Premier ministre et de la Chambre des représentants21. Les militants qui luttent pour la reconnaissance de la langue et la culture amazighes y ont vu l’avènement prochain de l’officialisation de leur langue. Quant aux associations qui réclament l’égalité entre les hommes et les femmes, elles espéraient que le féminisme d’État dont a fait preuve Mohamed VI, lors de la réforme de la Moudawwana, permettrait de nouvelles avancées.

40Ces militantismes semblent se situer dans une position de dépendance par rapport au monarque qui apparaît comme étant le seul acteur possédant l’autorité et la capacité nécessaires pour faire avancer leurs causes dans le sillage des initiatives qu’il a prises concernant la réhabilitation de la langue et la culture amazighes (2001) ou la réforme du Code de statut personnel (2004). Partant d’une évaluation des rapports de forces au sein de la société en leur défaveur, nombreux sont ceux qui pensent que l’inscription de leurs revendications dans la loi fondamentale est un préalable à leur future acceptation sociale et qui acceptent ainsi un modèle de changement incrémental et cumulatif sous la tutelle du roi.

L’attitude du M20F : de la satisfaction première à l’appel au boycott et à la poursuite des mobilisations

41La première réaction des jeunes après le discours du roi semble avoir été celle de la « victoire ». Le roi les avait entendus, même si dans son discours il n’avait fait aucune référence aux mobilisations. Or, l’enchantement a été de très courte durée et un désaccord a surgi au sein du M20F. Contrairement à la vision des partisans de la feuille de route qui se sont appuyés sur une évaluation des avancées en termes de trajectoire historique, ses détracteurs ont considéré le « moment historique » actuel de mobilisations nationales et internationales pour juger l’initiative du roi en deçà des revendications portées par le M20F. Les modalités de la réforme annoncée reproduiraient à leurs yeux la mise sous tutelle monarchique de la société en vigueur depuis 1962. Le premier point de désaccord a donc concerné la participation au processus de consultation.

  • 22 . Cf. AFP, « Maroc. Manifestations le 20 mars, un test après le discours du roi », L’Express, 18 ma (...)

42Comme le porte-parole du gouvernement l’a signalé à plusieurs reprises22, la reconnaissance du M20F se référait seulement aux jeunes « avec des revendications de bonne foi ». Ceux-ci étaient légitimes tant qu’ils échappaient à la tutelle du courant de gauche incarnée par La Voie démocratique, et à celle de la composante Justice et Bienfaisance de l’islamisme. Cette dénonciation par le régime de mouvements qualifiés d’« extrémistes » et de « nihilistes » a tracé une ligne de démarcation entre ces formations en question et d’autres forces de la gauche telles que le PSU, le PADS et le CNI. Bien que celles-ci soutiennent elles aussi le M20F, elles avaient pris part aux élections de 2007 et 2009 et ne fondent pas leur opposition sur la forme du régime, mais sur sa gouvernance autoritaire. Au sein des jeunes du M20F, la répression de la manifestation du 13 mars à Casablanca a convaincu la majorité que le risque était grand de voir la révision constitutionnelle déboucher sur une réforme cosmétique. Ils ont été convaincus qu’il ne fallait surtout pas lâcher prise, soit parce que la réponse du roi n’avait pas encore de contenu et que rien ne laissait présager qu’elle satisferait les revendications du mouvement, soit qu’en écartant l’élection démocratique d’une assemblée constituante, celle-ci se situait dans le cadre des constitutions octroyées. Ils ont donc décidé le boycott du processus tout en reconduisant les mobilisations afin que la CCRC soit amenée à tenir compte de leurs revendications. Cette position a provoqué une série de désertions d’indépendants et des sections de jeunesse appartenant aux partis qui ont décidé d’appuyer la démarche du monarque. Ce faisant, les responsables démissionnaires des organes dirigeants de l’USFP et du PJD sont rentrés dans le rang.

  • 23 . C. Rivière, « Reportage. Tanger capitale du M20 », Tel Quel, 30 juillet au 5 août 2011. http://ww (...)

43Faisant suite au discours du roi, les manifestations du 20 mars et du 24 avril 2011 ont été un succès. Elles ont réussi à mobiliser selon les organisateurs, plus de 300 000 participants répartis dans plus de 80 lieux situés dans les différentes régions du pays. Or ce chiffre s’est réduit notablement lors des manifestations suivantes fluctuant selon les localités, les itinéraires prévus et la conjoncture sociale et politique du moment. Ainsi, à Rabat, les tentatives de mobilisations des populations des quartiers populaires de la périphérie de la ville ont échoué, sans que l’on puisse précisément en déterminer les causes. L’absence d’une revendication sociale phare et d’une identification territoriale, culturelle, économique et sociale des habitants avec les jeunes du M20F constitue une variable qui demanderait à être vérifiée. En revanche à Tanger, le maintien d’un nombre élevé de manifestants n’est probablement pas étranger à l’implantation du M20F au sein des quartiers populaires tels que Beni Makada, relayé par la forte participation des islamistes et des salafistes et à la thématique de revendications centrées sur la cherté de la vie et sur la dénonciation des prix affichés par la compagnie française de gestion de l’eau et de l’électricité, « Amendis »23. Par ailleurs, de nombreuses personnes soutenant certaines des demandes inscrites dans la charte revendicative des jeunes du M20F, en rejetaient d’autres et refusaient probablement d’être associés, par leur présence dans les manifestations, avec des organisations dont elles ne partageaient pas les référentiels idéologiques. Ainsi, l’évolution du M20F a pu déconcerter ceux qui n’ont pas compris les raisons du refus des jeunes de participer aux consultations prévues par le processus de révision de la constitution. Plus tard, d’autres se sont retirés par crainte d’être victime de la répression des forces de l’ordre. En fait, on manque d’informations systématiques pour évaluer les motivations de ceux qui se sont retirés. D’ailleurs, pour certains ce choix s’est avéré définitif, tandis que pour d’autres un retour demeurait envisageable en fonction de l’évolution du mouvement.

44En ce sens, on ne peut perdre de vue que la stratégie de discrédit du M20F menée par ses opposants a pu porter ses fruits. Surtout, la réponse du roi qui s’est traduite par une offre de révision constitutionnelle a changé la donne. Le mouvement a voulu parler au nom de la population dans son ensemble et il s’est auto-proclamé porte-parole des sans voix, mais il n’a pas réussi à imposer l’idée que la légitimité de ses revendications était supérieure à l’autorité dont jouit la monarchie pour mener les changements à venir. En proposant une révision constitutionnelle, Mohamed VI a repris l’initiative et s’est réapproprié les attentes de changement d’une partie de la population tout en contrôlant ses modalités, son contenu et son étendue.

L’élaboration du texte constitutionnel, la tension avec le M20F et le référendum constitutionnel

45La formule et le rythme de la révision constitutionnelle imposés par le roi ont laissé peu de temps aux acteurs politiques et sociaux pour tergiverser. Ils ont empêché l’instauration d’un véritable débat public autour de l’élaboration du texte. Entre le 28 mars et le 7 avril, la CCRC a reçu près de 200 documents dont les mémorandums des différents partis, des organisations de jeunes et de divers acteurs associatifs, culturels et scientifiques « qualifiés ». C’est à partir de ces auditions et de ces documents que la CCRC a élaboré sa proposition de texte. Cependant, l’élaboration de la mouture finale du texte constitutionnel est restée confidentielle.

Les propositions des partis politiques

  • 24 . Cf. F. Iraki et M. Boudharam, « Ils n’ont rien compris ! », Tel Quel, 9-15 avril 2011.

46Les propositions des partis politiques ont souvent été rendues publiques sous forme de synthèse que la presse a diffusée. Le manque d’audace les a caractérisées. En se maintenant généralement dans le cadre défini par la feuille de route établie par Mohamed VI, elles ne portaient pas de réelles innovations qui auraient contribué à faire évoluer significativement la monarchie marocaine vers un régime démocratique de monarchie parlementaire24. Seul le PADS, une petite formation de gauche, a inscrit ses propositions dans un projet de régime démocratique, civil et parlementaire instaurant une séparation et un rééquilibrage des trois pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Il a proposé que la réalité du pouvoir soit transférée entre les mains d’un parlement élu démocratiquement et que les prérogatives religieuses du monarque soient clairement séparées de la gestion de l’État. L’USFP s’est limitée à actualiser ses mémorandums précédents et à inscrire une plus grande indépendance de la justice, sans doute en accord avec le projet de réforme de la justice conçu par son secrétaire national lors de son récent passage au gouvernement. Bien qu’ayant des aspirations à gouverner, le PJD s’est montré un peu plus hardi que le reste des partis aspirant à gouverner, sans pour autant sortir des clous. Il a ménagé la monarchie en espérant ainsi vaincre les dernières réticences prêtées au roi à leur égard. Enfin, on mentionnera que seuls le PPS et le Mouvement populaire ont revendiqué l’officialisation de la langue amazighe.

47La consécration constitutionnelle du principe de la suprématie du droit international et, par conséquent, des conventions internationales relatives aux droits de l’Homme sur le droit national a été retenue par le PADS et l’USFP, tandis que les formations islamistes et conservatrices y ont vu le risque d’une remise en question de la place « des constantes de la nation marocaine », et plus particulièrement de la nécessaire conformité du droit national aux préceptes de l’Islam.

  • 25 . Mohamed Jaabouk, « Constitution : le PSU rend sa copie », Le Soir, 5 avril 2011.

48Dans le camp du boycott, le PSU a tenu à présenter son projet à la presse. Il a proposé que le président du Conseil supérieur de la magistrature soit élu et non plus nommé directement par le roi25, que soit inscrit dans le texte que « le Maroc est une monarchie, sa religion est l’islam » et que la sacralité du monarque soit remplacée par l’inviolabilité de la personne du roi tout en maintenant la commanderie des croyants. Il a introduit dans le texte la référence explicite au caractère parlementaire de la monarchie. Enfin, il a accordé lui aussi la primauté du droit international sur le droit interne, s’agissant des traités et conventions internationales concernant les droits de l’Homme et la protection de l’environnement.

La stratégie de la CCRC 

  • 26 . Entretiens de l’auteur auprès de membres de la CCRC, Rabat, novembre 2011.
  • 27 . A. Saaf, « Une nouvelle constitution au Maroc : sortie de monarchie exécutive ». Publié le 6 juil (...)

49La stratégie de la CCRC a consisté à travailler en partant de l’hypothèse selon laquelle Mohamed VI serait disposé à accepter certaines réformes qui iraient au-delà de la feuille de route, telle que l’inscription de la liberté de conscience dans la nouvelle constitution, mais qu’il fallait respecter le principe selon lequel à aucun moment le roi ne pourrait apparaître comme étant acculé à prendre des mesures sous la pression de la rue26. La feuille de route leur laissait une large marge de manœuvre, mais ils prenaient à leur compte le fait que le roi n’avait pas été défait par la contestation, qu’une partie importante du M20F se retrouvait autour du mot d’ordre de « monarchie parlementaire » et qu’il ne fallait pas sous-estimer les résistances au sein de l’appareil de l’État qui pouvaient bloquer des velléités réformatrices jugées aventureuses ou risquées pour leurs intérêts27.

  • 28 . Cf. J. Canonne, « Maroc : La révolution tranquille ? Rencontre avec Mohamed Tozy », Scienceshumai (...)
  • 29 . Idem.

50Selon des déclarations faites par des membres de la CCRC28, le texte devait rendre impossible l’introduction de révisions postérieures qui remettraient en cause les choix démocratiques et les acquis dans le domaine des droits de l’Homme. Il s’agissait aussi de repenser le statut de la monarchie qui deviendrait une institution constitutionnelle comme les autres et dont les pouvoirs seraient tirés exclusivement de la constitution. Ce faisant, cette approche était en contradiction avec les visées de certains courants qui tentent de justifier les pouvoirs temporels du roi en faisant valoir leur origine religieuse. Or, la commanderie des croyants est acceptée autant par des forces conservatrices que par des forces issues de la gauche. Comme le soutient Mohamed Tozy29, membre de la CCRC, les premières espèrent, à travers le roi, consacrer la suprématie du religieux face aux dérives « occidentalisées » imprimées par les élites francisées, tandis que les secondes pensent que la constitutionnalisation de la commanderie des croyants revient à la soumettre à la loi fondamentale et, par conséquent à en faire une protection vis-à-vis des islamistes.

  • 30 .Cf. A. Tourabi, « Réforme constitutionnelle au Maroc : une évolution au temps des révolutions », A (...)
  • 31 . Ainsi, la magistrature aurait refusé l’autonomie du pouvoir judiciaire et demandé le maintien de (...)

51Méfiante vis-à-vis de la capacité des partis politiques à assumer de plus amples responsabilités que celles contenues dans leurs mémorandums et circonspecte à l’égard de l’aventurisme découlant d’une démocratisation précipitée qui profiterait à l’islamisme messianique de Justice et Bienfaisance, la CCRC a privilégié l’affirmation et la protection du pluralisme et des droits et des libertés au détriment de la parlementarisation effective du régime30. Bien qu’elles aient respecté la feuille de route tracée par le roi, les propositions de la CCRC ont pu rencontrer la résistance de certains corps ou représentants de groupes sociaux et professionnels31. Partant, on peut estimer que la démarche de la CCRC a consisté à élaborer un texte posant les jalons d’une future évolution vers un État de droit et un régime parlementaire démocratique dont l’issue serait paradoxalement garantie par le maintien transitoire de la tutelle monarchique.

Fuites et polémiques autour du texte constitutionnel et du Mécanisme politique de suivi et de concertation

52À la fin du mois de mars, le conseiller royal, M. Moatassime, a convoqué les chefs des partis et des organisations syndicales pour échanger des points de vue sur la méthodologie à suivre afin que le Mécanisme de suivi et de concertation puisse réagir à l’avancement des travaux de la CCRC. Le rôle joué par le conseiller royal a été remis en question à plusieurs reprises. D’abord, quand deux partis (PADS et CNI) et un syndicat (CDT) ont claqué la porte du Mécanisme de suivi et de concertation, le 7 juin. Ils ont refusé de discuter oralement du projet de la nouvelle constitution, sans avoir pris préalablement connaissance de sa version écrite pour pouvoir avoir le temps de l’étudier. Les autres partis et organisations syndicales se sont contentés d’un débat après l’exposé oral du texte, dont les conclusions devaient être remises au roi trois jours plus tard. Ce même jour, le 10 juin, A. Mennouni a présenté le projet de réforme constitutionnelle à Mohamed VI.

  • 32 . R. Benzine, « Autrement : Adieu à la liberté de conscience », Aujourd’hui le Maroc, 28 juin 2011. (...)
  • 33 . Lors d’un meeting organisé par la jeunesse du parti, au cours duquel Benkirane a exhorté le roi à (...)

53Des fuites faisant état de l’abandon de l’expression « le Maroc est un État musulman », et inscrivant l’officialisation de la langue amazighe au même titre que la langue arabe, ainsi que la mention de la liberté de conscience dans la loi fondamentale du pays ont provoqué des réactions contradictoires. À la différence des commentaires publiés dans certains organes de presse en Europe et sur des sites sur internet qui ont vanté l’inspiration libérale prêtée à cette version du texte constitutionnel, le Mouvement pour la réforme et l’unité (MUR) et le PJD ont réagi avec véhémence contre celle-ci. Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, a proclamé haut et fort que la reconnaissance de la liberté de croyance aurait « des conséquences néfastes sur l’identité islamique » du pays32. Il a menacé d’appeler à voter contre le texte lors du référendum si celui-ci était maintenu en l’état33. L’Istiqlal et quelques petites formations ont partagé le malaise du PJD.

  • 34 . D. Bennani et M. Boudarham : « Mohamed Moâtassim. La Constitution (et la politique royale), c’est (...)
  • 35 . Cf. A. Menouni, le président de la CCRC, a déclaré que le « Mécanisme politique de suivi de la ré (...)
  • 36 . N. Rerhaye, « La liberté de culte et de croyance fait partie des libertés individuelles : Attenti (...)

54S’agissait-il, comme l’a avancé l’hebdomadaire Tel Quel, de fuites orchestrées par le Makhzen pour mesurer les rapports de forces au sein de l’opinion34 ? D’aucuns ont soupçonné M. Moatassime, considéré comme un homme pieux, prudent et peu enclin aux profonds changements institutionnels, d’être à l’origine des informations qui ont circulé. Des négociations entre des dirigeants du PJD et de l’Istiqlal et le conseiller royal auraient conduit ce dernier à amender la première version du texte35. Ce faisant, les militants amazighes et les libre-penseurs y ont vu une attaque contre la diversité, les libertés individuelles et in fine la démocratie, tandis que les partisans du boycott restaient à l’écart d’une polémique issue d’un processus qu’ils n’ont eu de cesse de dénoncer36. Pour les tenants d’une modernisation sociétale et politique consensuelle avec le Palais, cette polémique autour de la place de l’Islam et de la langue arabe dans la constitution a confirmé leur crainte de risques de polarisation idéologique autour des questions identitaires entre les différentes composantes de la société marocaine. Ils ont ainsi été confortés dans l’idée que l’élection d’une assemblée constituante aurait conduit à des débats à l’issue incertaine.

  • 37 . Pour une analyse du texte constitutionnel, on renvoie au gros plan d’O. Bendourou publié dans la (...)

55Le 17 juin, Mohammed VI s’est adressé à la nation pour exposer les grandes lignes du texte qu’il allait soumettre au référendum fixé au 1er juillet37.

Les nouveautés du texte constitutionnel

56Malgré les polémiques qui ont entouré les jours précédents la présentation du texte et les modifications qui ont été introduites au dernier moment, force est de constater que le texte constitutionnel contient des changements importants dans les domaines de la définition de l’identité marocaine, de l’égalité entre les hommes et les femmes, des instances de « bonne gouvernance » et, dans une moindre mesure, dans les attributions du gouvernement et du parlement, notamment en matière de législation et de contrôle de l’action gouvernementale. Le chef du gouvernement voit ainsi ses prérogatives élargies et sa présence associée à une série d’instances nouvellement créées telles que le Conseil supérieur de sécurité qui aura pour mission de « gérer les questions sécuritaires internes, structurelles et imprévues ». Un rôle accru est octroyé aux partis politiques et à l’opposition parlementaire. Le fait que désormais le parti vainqueur des élections est assuré de diriger le gouvernement, que ce même gouvernement ne peut être démis par le roi et que le pouvoir législatif du parlement est élargi, consacrerait un type particulier de parlementarisme qui, certes, ne permet pas de qualifier le régime de démocratie parlementaire, mais qui selon, Abdallah Saaf, membre de la CCRC, marquerait la sortie du régime de monarchie exécutive.

57Néanmoins, la situation du champ partisan officiel laisse planer des doutes sur la capacité des partis politiques à remplir leur rôle et à profiter des ouvertures que le texte leur offre pour élargir leurs domaines de compétences. D’ailleurs, la capacité législative du gouvernement et du parlement sera testée au cours de la législature, car tout un arsenal de lois organiques devra être élaboré et soumis au parlement, afin de préciser les dispositions contenues dans la loi fondamentale. Ce faisant, le droit de regard dont jouit le roi sera lui aussi un indicateur de sa vision de la nature du régime politique à institutionnaliser.

  • 38 . DRI, « Maroc. Le projet de constitution : quels changements ? », Briefing Paper nº13, Juin 2011. (...)
  • 39 . D. Bennani, M. Boudarham et F. Iraqi, « Nouvelle constitution. Plus roi que jamais », Tel Quel, 2 (...)

58Comme le remarque le rapport de l’organisation, Democracy Report International (DRI)38, une première lecture du texte laisse ouverte la possibilité d’un relâchement de l’emprise formelle du monarque sur la vie publique, politique et administrative. En éloignant le roi de la gestion politique quotidienne qui incombe désormais au gouvernement, la constitution établit un écran entre l’institution monarchique dont la personne du roi est inviolable et les mouvements contestataires. Toutefois, la suprématie de la monarchie est maintenue puisqu’elle conserve un large pouvoir sur les domaines régaliens (défense, justice, diplomatie) et un droit de regard sur la plupart des décisions importantes (Cf. le gros plan de Omar Bendourou dans le présent volume). L’enracinement de la pratique absolutiste développée sous Hassan II, prolongée par la conception exécutive de la monarchie de Mohamed VI font que le rôle de la monarchie, même s’il a été précisé, s’apparente à un droit de veto sur le reste des domaines ministériels. Ainsi, l’article 49 stipule que la première des prérogatives d’un conseil des ministres présidé par le roi n’est autre que de délibérer des « orientations stratégiques de la politique de l’État ». Le projet constitutionnel prévoit en effet de faire examiner par le conseil des ministres les lois les plus importantes et de nommer aux hautes fonctions de l’administration publique39. Quid de l’allégeance de la technocratie, des grandes corporations de l’État, de l’armée et des forces de sécurité, ou encore de la patrimonialisation de l’économie par le Palais ?

La répression du M20F et la campagne du référendum constitutionnel : la contestation désavouée par le processus de révision

59Les deux semaines laissées au déroulement de la campagne référendaire ont représenté un laps de temps très court pour pouvoir développer un débat public contradictoire autour d’un texte comprenant 180 articles. En appelant le peuple à voter en faveur de cette réforme et en spécifiant qu’il voterait « oui », le roi a biaisé les discussions. Les opposants au texte l’ont accusé d’être sorti de son rôle d’arbitre et d’avoir transformé le référendum en un plébiscite autour d’un projet identifié à sa personne. Par ailleurs, les fortes tensions politiques entre partisans et opposants au processus constitutionnel qui se manifestaient sur la voie publique étaient peu propices à des échanges sereins et empreints de pédagogie.

60Bien que les interpellations, les arrestations ou les convocations aux commissariats de police de membres du M20F se soient répétées depuis les débuts de la contestation, les interventions violentes des forces de l’ordre contre les manifestants lors des défilés ou l’occupation de lieux publics ont été beaucoup plus fréquentes au cours des mois de mai et juin 2011. L’intensité de la répression a varié en fonction des villes, du type de regroupement, des itinéraires des manifestations et des institutions ciblées. Elle n’a pas toujours été massive, visant parfois de façon sélective des activistes reconnus du M20F. De même, des opposants au M20F par conviction ou soupçonnés d’être financés par les services de sécurité ou par leurs homme liges ont menacé, insulté et parfois, frappé des activistes.

  • 40 . Cf. les déclarations d’un haut fonctionnaire de la sécurité à Rabat à l’hebdomadaire Tel Quel. D. (...)

61Les forces de l’ordre sont intervenues, semble-t-il, de façon systématique, pour disperser divers sit-in. Ces interventions contre une modalité pacifique de protestation, qui fait partie du répertoire d’action des mobilisations depuis plus d’une décennie au Maroc (Vairel, 2005b), ont montré la crainte des autorités face à l’éventualité de la reproduction d’un phénomène similaire à l’occupation de la place « Tahrir » dans la capitale égyptienne du Caire40. Il s’agissait d’éviter à tout prix l’identification du M20F avec un lieu de regroupement qui aurait pu acquérir une valeur symbolique et concentrer l’attention des médias et de l’opinion publique.

  • 41 . Cf. le rapport d’Amnesty International, Au Maroc, les personnes soupçonnées d’activités liées au (...)
  • 42 . Le 28 avril, l’attentat du café Argana à Marrakech a fait 17 morts et 20 blessés.
  • 43 . Cf. M. Jaabouk, « La marche tourne à la bastonnade », Le Soir, 17 de mai 2011. M. Jaabouk, « Ça c (...)

62Le 15 mai 2011, le M20F a convoqué un sit-in aux alentours du siège de la direction de la Surveillance du Territoire (DST) à Témara, ville située non loin de Rabat. Il comptait ainsi dénoncer le fait que les services de sécurité marocains utiliseraient ce lieu pour mener des interrogatoires et recourir à la torture de présumés terroristes dans le cadre de la lutte initiée depuis le 11 septembre 200141. Dans le contexte de l’attentat terroriste récemment perpétué à Marrakech le 28 avril42, la remise en question de la DST, à propos de pratiques que les autorités ont toujours déclaré qu’elles appartenaient au passé, a signifié le franchissement d’une ligne rouge. Qui plus est, la date choisie pour le sit-in n’a échappé à personne. À la veille de l’anniversaire des attentats du 16 mai 2003, cette manifestation a été perçue comme une provocation intolérable. La dispersion brutale des manifestants, qui ont tenté de rejoindre Témara, a inauguré un cycle de répression des manifestations du M20F, notamment à Rabat, qui a duré jusqu’à la tenue du référendum le 1er juillet43.

  • 44 . Par référence à la terminologie égyptienne qui désigne des voyous et des hommes de main recrutés (...)
  • 45 . Certains n’ont pas hésité à poursuivre jusque dans les hôpitaux des membres du M20F qui s’y étaie (...)

63L’usage de la pression et la répression à l’encontre le M20F n’a pas été le monopole des forces de l’ordre. À plusieurs reprises, des groupes de personnes ont organisé des contre-manifestations, sont entrés de façon impromptue dans les cortèges du M20F pour insulter, menacer et voire frapper des manifestants, généralement sous le regard passif des forces de l’ordre. Ses contre-manifestants, que les membres du M20F appellent les « baltagies »44, sont soupçonnés de recevoir des rémunérations de la part des services de sécurité ou de leurs obligés45.

  • 46 . M. Jâabouk, « Les anti-20 février se manifestent », Le Soir, 21 juin 2011.
  • 47 . « Des dizaines de milliers de Bouchichis dans les rues de Casablanca », Akhbar al-Yaoum, 28 juin (...)

64Cependant, toutes les contre-manifestations n’ont pas été organisées dans le but de semer la « terreur » au sein du M20F. Après la présentation du texte constitutionnel le 17 juin, plusieurs manifestations en faveur du « oui » ont été organisées46. Elles se sont vite transformées en clameur appuyant le roi et critiquant le M20F. Ce dernier a dénoncé les moyens mis à disposition par les autorités pour mobiliser les manifestants. Parmi ses manifestations, on retiendra celle du 26 juin à Casablanca, qui a réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes (200 000 selon les organisateurs), qui ont répondu à l’appel de la Tariqa Bouchichiya – une confrérie religieuse proche du Palais47. En mobilisant une des plus importantes confréries du Maroc, il ne s’agissait pas seulement de montrer publiquement l’appui de celle-ci au nouveau texte constitutionnel, mais aussi et surtout d’affirmer que le M20F n’était pas représentatif de la population et que les islamistes de Justice et Bienfaisance ne monopolisaient pas le référent religieux.

65Cet échantillon de mesures serait incomplet si l’on ne mentionnait pas la persécution d’activistes sur internet et sur les réseaux sociaux du web 2.0. Le piratage des profils sur « Facebook », des blogs et des adresses électroniques ont touché les « haktivistes » les plus virulents. Enfin, Rachid Niny, l’éditorialiste en chef du journal al-Massae, le quotidien le plus lu du pays, a été incarcéré le 28 avril et condamné à un an de prison le 9 juin pour avoir « remis en cause une décision judiciaire », « tenté d’influencer la justice » et « dénoncé de fausses infractions pénales ». D’aucuns considèrent qu’il a été arrêté pour avoir dénoncé les méthodes employées par les services de sécurité et l’existence du centre secret de détention de Témara, ainsi que la corruption qui règnerait parmi les responsables du gouvernement.

66À côté de ces mesures, les autorités ont usé de l’argument du respect de la loi pour justifier les dispersions des sit-in et des marches. Ce répertoire a fonctionné comme une formule de désaveu du discours citoyen du M20F.

La force de la loi et les mobilisations du M20F

  • 48 . Y. Aít Akdim, « Manif ce que dit la loi », Tel Quel, 28 mai-3 juin 2011.
  • 49 . Entretiens de l’auteur auprès de jeunes du M20F, Rabat, mars 2011.

67La loi marocaine régule la liberté de manifestation sur la voie publique. Les limites qu’elle apporte à ce droit sont souvent renforcées par les interprétations restrictives qu’en font les juges (Bendourou, 2011). L’article 11 du dahir royal de 1958 relatif aux libertés publiques48 soumet à une déclaration préalable tous « les cortèges, défilés et d’une façon générale, toute manifestation sur la voie publique ». Il faut préciser qu’une jurisprudence de la cour suprême exclut les sit-in de cette obligation de déclaration. Il n’en demeure pas moins que le M20F ne remplissait pas les conditions légales requises pour solliciter un droit à manifester, puisqu’il ne correspond à aucune des figures juridiques autorisées à organiser des manifestations sur la voie publique, à savoir : les partis politiques, les syndicats, les organisations professionnelles et les associations régulièrement déclarées. Cependant, les jeunes contestataires auraient pu recourir à une organisation légalement constituée du CNSM20F qui aurait présenté à sa place une déclaration préalable auprès des autorités locales. Pour justifier cette attitude de refus, les coordinations du M20F ont soutenu que le contexte de mobilisations et le processus de réforme en cours depuis le 9 mars annulaient de fait les restrictions légales envers la liberté de manifestation49. Le respect du droit à manifester sans déclaration préalable a ainsi été considéré par le M20F comme une mise à l’épreuve de la sincérité de ce processus de réforme. En revanche, au cours du mois de mai, qui a été marqué par la violence de la répression, les autorités ont annoncé et prévenu certains militants du M20F que la prochaine manifestation qu’ils avaient convoquée n’était pas autorisée.

68Enfin, l’argument de la marche « non-autorisée » a été accompagné de raisonnements liés aux dommages causés aux commerçants des avenues parcourues par les manifestants. Dans le cas du rassemblement aux abords du « centre secret de détention » de Témara, la formation d’une commission d’investigation menée par le CNDH a tenté de pousser les jeunes du M20F à renoncer à leur entreprise.

69L’analyse de la répression du M20F montre les limites établies par la monarchie. Le M20F ne devait pas avoir recours à certains modus operandi : les sit-in ; viser certaines cibles comme les services de sécurité ; continuer à s’acoquiner avec les organisations ostracisées par la monarchie, i.e. La Voie démocratique et Justice et Bienfaisance ; et menacer le succès du processus de ratification du texte constitutionnel. Or, la répression n’a pas entamé la fermeté du M20F. Celui-ci a dénoncé l’appel à voter « oui » lancé par le roi qui serait ainsi sorti de sa fonction de neutralité arbitrale, les moyens déployés par les autorités pour mobiliser la population et la campagne d’ostracisme des partisans du boycott et du « non » de la part des médias « officiels ».

Le référendum du 1er juillet 2011 : un succès relatif

  • 50 . Cf. le rapport du Collectif associatif pour l’observation des élections qui a mis en exergue un a (...)
  • 51 . M. Jâabouk, « Benkirane dépassé par ses déclarations », Le Soir, 6 juillet 2011.

70Après une campagne référendaire tendue, la nouvelle Constitution a finalement été adoptée par 98,50 % des électeurs. Or, la sincérité du scrutin aurait été compromise par les pressions exercées sur de larges secteurs de l’électorat, par l’utilisation des mosquées et des biens publics comme plates-formes de propagande, ainsi que par l’achat de votes et l’usage, d’arguments fallacieux et diffamatoires. Ces méthodes ont été dénoncées par leur principale victime, le M20F qui appelait au boycott du référendum50. Puisque l’issue positive du vote ne faisait aucun doute, c’est le taux de participation qui est devenu un véritable enjeu. En obtenant un taux de participation de 72,36 % des inscrits, qui est certes inférieur aux résultats obtenus lors des consultations précédentes – 97,3 % en 1992 et 82,6 % en 1996 – mais qui est largement majoritaire, le ministère de l’Intérieur pouvait s’estimer satisfait. Néanmoins, une polémique a surgi après la proclamation des résultats. Elle n’a pas tant concerné les critiques du M20F que les déclarations d’A. Benkirane, le secrétaire général du PJD qui avait appuyé le « oui » au référendum. Connu pour ses déclarations à l’emporte- pièce, il a contesté les chiffres officiels du taux de participation51 dans un entretien donné au journal économique britannique The Financial Times. Il y estimait que le taux de participation était « probablement aux alentours de 50 % ». Bien qu’il nuançât ses propos en ajoutant que ce taux de participation était « suffisant pour admettre la constitution et poursuivre le combat contre la prévarication », ses déclarations rejoignaient les critiques des partisans du boycott qui laissaient sous-entendre la récurrence de la fraude. De même, d’aucuns n’ont pas manqué de remettre en question l’étalon de référence pris en compte par le ministère de l’Intérieur pour calculer ce taux, à savoir les 13 millions de marocains inscrits sur les listes électorales. Partant de l’estimation que près de 21 millions de marocains sont en âge de voter, le texte aurait été approuvé par seulement 45 % du corps électoral potentiel. Malgré cette polémique, les résultats du référendum de ratification du texte constitutionnel ont apporté la légitimité populaire recherchée par la Monarchie et contribué à désavouer la stratégie exclusivement contestataire du M20F.

L’essoufflement du M20F et les élections du 25 Novembre 2011

71La tenue d’élections anticipées, qui pourraient avoir lieu en octobre, a été annoncée aux partis politiques à la fin du mois de mai par M. Moatassime lors d’une réunion du Mécanisme politique de suivi et de concertation. Ceux-ci ont réagi de différentes manières selon leur situation interne. Le PPS et le MP qui avaient organisés leurs congrès en 2010 semblaient être prêts. L’Istiqlal a pu penser que l’anticipation des élections le dédouanait de présenter son bilan gouvernemental et renvoyait à plus tard la question de la succession d’Abbas El Fassi au secrétariat national. L’USFP se trouvait face à un dilemme quant à la tenue d’un congrès qui ne manquerait pas d’exposer de nouveau au grand jour ses divisions internes. Le RNI optait finalement pour l’annulation de son prochain congrès prévu initialement en juin. Par-delà le positionnement des partis politiques, les préparatifs du scrutin par le ministère de l’Intérieur ont donné l’image d’élections organisées dans la précipitation.

  • 52 . Au mois d’août, plusieurs sections des jeunesses des partis politiques (Istiqlal, PPS, USFP, PAM, (...)

72L’augmentation du nombre de sièges attribué aux femmes et l’instauration d’un système de quotas pour assurer la présence de jeunes de moins de quarante ans au sein de l’hémicycle52 ont été les principales nouveautés qu’a présentées un scrutin finalement fixé au 25 novembre 2011. Cela n’a pas empêché l’hebdomadaire Tel Quel, fidèle à son goût de la provocation, de s’interroger sur l’utilité de voter ?

La formation du G8 pour contrer le PJD

  • 53 . Fouad Ali El Himma, l’« ami du roi », avait fait ses classes en tant que secrétaire délégué au mi (...)
  • 54 . A. Guandouli, « Huit Partis politiques annoncent “la coalition pour la démocratie” », La Vie Écon (...)

73Les manifestations depuis le 20 février n’ont eu de cesse de vilipender Fouad Ali El Himma et le parti qu’il incarne, le PAM53. Or, depuis sa naissance, ce parti a affirmé sa vocation à traduire la politique voulue par le monarque et à se poser en alternative à l’unique parti ayant une base sociale suffisamment large pour pouvoir présenter un projet politique différencié et arriver en tête des élections, i.e. le PJD. La nouvelle conjoncture a remis en cause le scénario – déjà éprouvé lors des élections communales – d’une future victoire de ce parti aux élections qui devaient se tenir en 2012, selon le calendrier électoral initial. Pour faire face à cette situation critique, Fouad Ali El Himma a démissionné de ses postes de responsabilité au sein du PAM. Puis, en octobre, le RNI et le PAM ont impulsé la formation d’une coalition regroupant huit mouvements politiques54, appelée le G8. Ce dernier regroupe d’autres partis dits de « l’administration », composés de technocrates et de notables soutenant la monarchie sous couvert d’idéologie vaguement libérale, démocratique et sociale (l’Union constitutionnelle et le Mouvement populaire), ainsi que des petites formations créées autour de personnalités en dissidence avec l’USFP (le Parti travailliste), le PJD (Parti de la renaissance et de la vertu), le CNI (Parti socialiste) ou le PSU (Parti de la gauche verte). Ces derniers espéraient à travers cette coalition grapiller quelques sièges de députés.

La situation et la position des principaux partis politiques à la veille de l’échéance électorale

74Suite à des résultats encourageants en 2002 et 2007, le PJD était conscient qu’il pouvait arriver en tête des résultats électoraux si le scrutin était transparent et en dépit d’un découpage électoral qui le défavorisait de nouveau. Il demeurait aux yeux de nombreux Marocains disposés à aller voter une alternative crédible, fondée sur sa « virginité » gouvernementale.

75L’Istiqlal pâtissait du bilan de la gestion gouvernementale et de l’image négative de son secrétaire national Abbas El Fassi, même si la machine électorale du parti était toujours bien huilée. L’USFP n’étant plus que l’ombre d’elle-même, minée par la stratégie de participation gouvernementale et les divisions internes, elle risquait de perdre un peu plus son enracinement urbain auprès des classes moyennes au profit du PJD (Desrues et López García, 2008 ; Desrues et Kirhlani, 2010).

76Le PSU et le PADS, qui avaient participé aux élections de 2007 et de 2009 dans le sillage des conclusions de l’IER appelant à des réformes, ont décidé de rejoindre le camp du boycott. En revanche, le CNI qui est leur allié au sein de l’alliance de la gauche, s’est prononcé pour la participation. La Voie démocratique s’est vue confortée dans son choix traditionnel de boycott par la position adoptée par le M20F. Quant à Justice et Bienfaisance, qui n’a toujours pas de statut associatif légalement reconnu, elle a appelé au boycott du rendez-vous électoral considérant ces élections, à l’instar de celles qui l’ont précédé, comme un non-événement.

L’attitude des jeunes du M20F

  • 55 . À partir de l’été 2011, certains slogans attribués aux militants islamistes ont réclamé la chute (...)
  • 56 . Le 9 septembre, un rappeur de Casablanca, Mouad Belghouat, alias Lhaqued, a été incarcéré pour av (...)

77Dans les semaines qui ont suivi le référendum, les jeunes du M20F ont débattu de la poursuite ou de la suspension des manifestations durant le mois de Ramadan et des actions à mener à la rentrée. En son sein, les partisans d’une radicalisation de la contestation – que la presse hostile au M20F n’a pas manqué d’identifier à la mouvance de Justice et Bienfaisance – ne semblent pas avoir obtenu gain de cause, même si on a pu constater un certain laissez-faire des coordinations locales face à l’apparition dans les défilés de slogans qui n’ont pas été l’objet de consensus lors des assemblées préparatoires55. Malgré la reprise des mobilisations autour de nouvelles causes dont la mobilisation autour du procès du rappeur Lakhed (l’enragé)56, la participation à la journée mondiale des indignés organisée le 15 octobre et, surtout, le boycott des élections, le M20F n’a pas réussi à retrouver un second souffle. Les convocations aux commissariats et les arrestations de ses membres se sont poursuivies. Certaines manifestations ont continué à être réprimées, tandis que d’autres étaient tolérées. Le 13 octobre, lors de l’évacuation d’un sit-in de diplômés chômeurs à Safi organisé sur le toit du siège de l’ANAPEC, un jeune a fait une chute mortelle, ajoutant son nom à la liste des « martyrs » du M20F. Durant la campagne électorale, le mot d’ordre des jeunes du M20F « Mamsawtinch” (Nous ne voterons pas) a été accompagné de slogans désavouant la classe politique et d’activités palliant leur impossible accès aux médias audiovisuels et visant à informer la population de leur choix du boycott.

La victoire du PJD aux élections du 25 novembre ou la clôture d’un cycle de circulation des élites initié avec le gouvernement de « l’alternance »

  • 57 . Cf. B. López García, Marruecos. La relativización del triunfo islamista y las perspectivas del go (...)
  • 58 . Cf. J. Gattioui, « Victoire incontestable du PJD », Le Matin, 26 novembre 2011.

78Le 25 novembre 2011, 31 des 34 partis officiellement reconnus ont concouru aux élections à la chambre des représentants. 19 d’entre eux ont présenté des listes nationales réservées aux femmes et aux jeunes de moins de 40 ans. À la suite de la récente polémique sur le taux de participation du référendum constitutionnel (72,98 %) et en raison du fort taux d’abstention aux élections de 2007 (63 % des inscrits), le taux de participation électoral était perçu de nouveau comme l’un des principaux enjeux du scrutin. Il permettrait de mesurer l’impact de la révision constitutionnelle et la réhabilitation de la politique qu’elle était supposée induire. Le taux de participation des inscrits qui a été finalement obtenu (45,5 %) a progressé de huit points par rapport aux élections de 2007, mais il reste faible. Si l’on suit le raisonnement du politologue espagnol, B. López García (2011), seuls 28 % des marocains en âge de voter auraient participé au scrutin. Le reste des marocains, âgés de plus de 18 ans, soit ne se sont pas inscrits sur les listes électorales (38 %), soit, quand ils sont inscrits, se sont abstenus (34 %)57. Parmi cette minorité de participants, 22,3 % ont déposé un bulletin blanc ou ont vu leur vote annulé pour divers motifs. Avec le taux de bulletins nuls ou blanc le plus élevé depuis l’indépendance, c’est une minorité qui a rassemblé le plus grand nombre de voix exprimés. Partant, même si la victoire du PJD est incontestable58, puisqu’il a doublé le nombre de voix obtenues par rapport aux précédentes élections (503 396 à 1 080 914) et qu’il a devancé largement le reste des formations politiques, on doit admettre qu’il demeure un parti à l’audience minoritaire au sein de la société marocaine, puisqu’il n’a attiré que 5 % des personnes en âge de voter.

79Loin derrière les 107 représentants du PJD, l’Istiqlal (60) se situe à la deuxième place (+ 8). Tout comme le RNI (52) (+ 13), il augmente sa présence à la chambre par rapport à 2007. Le PAM (47) a réalisé un score important, si on tient compte de ses déboires internes et du retrait de son mentor, Fouad Ali El Himma. En revanche, si on se remémore sa vocation à se convertir en parti dominant de l’échiquier partisan marocain, on doit conclure à un échec du « parti de l’ami du roi ». L’échec est aussi patent pour l’USFP (39, + 1) et le PPS (18, + 1) qui n’ont pas progressé malgré l’augmentation du nombre de sièges à pourvoir qui est passé de 325 à 395.

  • 59 . « Le ministre de l’Intérieur Taieb Cherkaoui a exprimé sa grande satisfaction du déroulement de l (...)

80À la vue de ses résultats, la victoire inédite du PJD a été présentée comme la poursuite du processus de changement engagé au cours de l’année, l’arrivée à la primature d’un dirigeant islamiste s’inscrivant dans la « nouvelle » normalité institutionnelle59. Cependant, les résultats électoraux ont montré que le roi est toujours le seul acteur capable de rassembler une légitimité amplement majoritaire. Il ne peut guère compter sur une classe politique ayant peu d’emprise sur la société et dont il considère qu’elle n’a pas le niveau requis pour remplir les fonctions qui lui sont attribuées. Qui plus est, il n’éprouve pas de grande sympathie pour le PJD. Il l’a fait savoir en recevant son secrétaire général, A. Benkirane, non pas au Palais royal d’une ville impériale, mais dans la petite ville de Midelt. Celle-ci avait défrayé la chronique une année auparavant quand le président de la commune élu sous les couleurs du PJD, avait été destitué pour une affaire de corruption. La charge symbolique du lieu n’a échappé à personne, quand on sait que le parti des islamistes se veut le champion de la moralisation des affaires publiques.

  • 60 . Cf. Y. Aït Akdim, « Maroc : Fouad Ali El Himma dans un cabinet royal XXL », Jeune Afrique, 14 déc (...)
  • 61 . Au début du mois de janvier 2012, le roi nommera Taïeb Fassi Fihri, l’ancien ministre des Affaire (...)

81Pendant que le nouveau chef du gouvernement se consacrait aux négociations pour former une majorité, le roi nommait de nouveaux conseillers royaux. Après l’incorporation en août d’A. Mennouni, puis en octobre de M. Sahel, au lendemain des élections, ce sont O. Azziman, Y. Zenagui et F. A. El Himma qui ont rejoint ce que le magazine Jeune Afrique a appelé un véritable « shadow cabinet »60. Ces personnalités sont connues pour leurs services rendus à la monarchie, voire leur proximité avec le roi et pour le peu de sympathie qu’elles éprouvent pour le PJD. En étoffant le nombre de ses conseillers, après avoir nommé un nombre important d’ambassadeurs à la veille du rendez-vous électoral, Mohamed VI laissait entrevoir ses intentions relatives au partage des domaines régaliens et à l’autonomie du prochain gouvernement61.

  • 62 . « Selon M’hammed Grine, membre du conseil de la présidence du PPS, « le Parti du livre a perdu le (...)

82Le nouveau chef du gouvernement a invité les partis du Bloc démocratique à rejoindre son équipe. Logiquement, le parti de l’Istiqlal, un habitué des portefeuilles gouvernementaux, qui partage une certaine proximité avec le PJD dans ses référents arabiste et islamique, a accepté une participation qui n’a suscitée des réticences internes qu’au moment de la distribution des postes. L’USFP a refusé l’invitation et a décidé de rejoindre les rangs de l’opposition parlementaire. Elle a été remplacée dans la coalition gouvernementale par le Mouvement populaire. La surprise est venue du PPS. En choisissant d’entrer au gouvernement62, l’actuelle direction des anciens communistes a privilégié les bénéfices et la visibilité qu’octroient au parti les postes au sein des ministères au grand dam du secteur critique emmené par Saïd Saadi. C’est donc de nouveau une majorité parlementaire hétérogène et prompte avant tout à se soumettre aux directives de la monarchie qui soutient le PJD. Dès lors, on voit mal comment les ministres de la formation islamiste pourraient s’autonomiser de la tutelle monarchique sans courir le risque de mettre en danger la solidarité gouvernementale et ses appuis parlementaires. En fait la victoire des islamistes du PJD, quatorze ans après leur première participation électorale, donne l’impression de clore un cycle de circulation au sein de l’appareil de gestion de l’état des élites politiques marocaines issues des différentes tendances de l’opposition initié avec le « gouvernement de l’alternance » en 1998.

83Pour le M20F, la victoire du PJD a été un nouveau coup dur, puisque le nouveau chef du gouvernement a été un de ses adversaires de la première heure. Dans les semaines qui ont suivi le scrutin, Justice et Bienfaisance a annoncé son retrait du M20F. Ce faisant, le mouvement a gagné en cohérence idéologique ce qu’il a perdu en capacité de représentation et de mobilisation.

84L’analyse du M20F, de la révision constitutionnelle et des élections montre que l’action collective est possible au Maroc et qu’elle peut peser sur la conduite des affaires du pays. Mais elle fait ressortir dans le même temps qu’elle est soumise à de sérieuses contraintes.

85Même si l’apparition du M20F est étroitement liée à la contestation en Tunisie et en Égypte et si sa composition situe le mouvement dans la trajectoire des mobilisations qui ont jalonnées les années 2000 au Maroc, ce mouvement présente de nombreux éléments inédits. Bien que les jeunes du M20F aient exprimé les frustrations d’une partie de la jeunesse marocaine, ils n’ont pu mobiliser qu’une minorité de leurs pairs. Les défilés se sont banalisées dans un pays où des manifestations de tout ordre sont presque quotidiennes. En fait, la contestation du régime politique est autant révélatrice des segmentations qui traversent la société marocaine que des possibles passerelles qui existent entre les forces sociales et politiques. Cependant, ces dernières sont fragiles et le régime a su instrumentaliser les clivages pour neutraliser, autant que faire se peut, le M20F.

86Le régime a fait preuve d’une grande capacité à s’ajuster sous la pression des conjonctures critiques qui ont surgi au cours de l’année 2011. Il a su recourir à des répertoires d’action qui appartiennent autant aux registres démocratique (ratification populaire du référendum constitutionnel et tenue d’élections) et de l’État de droit (révision constitutionnelle et rappel de la force de la loi dans la gestion des manifestations) qu’aux méthodes autoritaires (caractère discrétionnaire de l’initiative de révision constitutionnelle et répression du M20F).

87Le nouveau texte constitutionnel affirme, comme les précédents, que le régime est une monarchie constitutionnelle, démocratique et sociale. Bien que cette définition ait été complétée par la référence à sa dimension parlementaire, les avancées les plus significatives dépendent de leur future traduction législative. Ce faisant, la monarchie continue à exercer un contrôle sur les dispositifs démocratiques.

88Pour les jeunes du M20F et le CNSM20F, la lutte doit continuer jusqu’à l’instauration d’un véritable changement de régime et de gouvernance des affaires publiques. Dans un contexte national et international marqué par de graves difficultés économiques et financières, ils considèrent que le gouvernement du PJD sera incapable de freiner la détérioration des conditions de vie des marocains. Ils sont donc convaincus que les conditions objectives du malaise social et économique qui ont constitué le terreau du printemps arabe n’ont pas disparues. Les jeunes du M20F prévoient au contraire qu’elles vont empirer. Dans ce type de configuration sociale et économique, l’inexpérience gestionnaire du PJD, sa majorité parlementaire peu fiable et le contrôle du Palais font que le chef du gouvernement ne disposerait que d’une marge de manœuvre réduite. Le Premier ministre pourrait alors être tenté de jouer la carte du référentiel identitaire sachant qu’une telle politique pourrait entrainer des dérives populistes et une polarisation idéologique contre certains secteurs du M20F.

89Bien que l’évolution du M20F au cours de l’année 2011 projette l’image d’une minorité agissante d’irréductibles autour du slogan «  Mamfakinch  » (On ne lâche pas), le mouvement conservera sa raison d’être tant qu’il pourra peser sur le répertoire des revendications légitimes, la perception du contexte social, économique et politique par l’opinion publique, ainsi que sur l’orientation des politiques publiques. Dès lors, les jeunes du M20F gardent l’espoir que, dans un avenir proche, tel le Phénix, la mobilisation contestataire renaîtra de ses cendres.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bendourou O., 2011, « La evolución de las libertades públicas en el reinado de Mohamed VI », Desrues T. et Larramendi M., Mohamed VI. Política y cambio social, Córdoba, Almuzara, p. 177-209.

Bennani-Chraïbi M., 2003, «  Parcours, cercles et médiations à Casablanca. Tous les chemins mènent à l’action associative de quartier  », in Bennani-Chraïbi Mounia et Fillieule Olivier, Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Presses de Sciences Po, Paris, pp. 293-352.

Chapouly R., 2011, Le « mouvement du 20 février » au Maroc, une étude de cas de la coordination locale de Rabat, Institut d’études politiques de Lyon, mémoire de Master 2, http://www.memoireonline.com/03/12/5508/Le-mouvement-du-20-fevrier-au-Maroc-une-etude-de-cas-de-la-coordinationlocalederabat.html#id =I1_1339495377312&parent =http %3A %2F %2Fwww.memoireonline.com&rpctoken =419666711&_methods =onPlusOne %2C_ready %2C_close %2C_open %2C_resizeMe %2C_renderstart [consulté : le 7 mai 2012].

Cheynis E., 2008 «  L’espace des transformations de l’action associative au Maroc. Réforme de l’action publique, investissements militants et légitimation internationale  », Thèse pour le doctorat de sciences sociales, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, discipline sociologie, 3 décembre.

Combes H., 2009, « Répression », in Fillieule O., Mathieu L. et Péchu C. (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Les Presses de Sciences Po, p. 462-468.

Desrues T., 2012, « Moroccan Youth and the Forming of a New Generation: Social Change, Collective Action and Political Activism », Mediterranean Politics, 17 (1), p. 23-40.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Desrues T. et Larramendi M., 2011, « Initiatives souveraines, attentisme partisan et protestation au Sahara : une année politique transitoire au Maroc », L’Année du Maghreb, VII, Paris, CNRS éditions, p. 305-332.
DOI : 10.4000/anneemaghreb.1267

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Desrues T. et Kirhlani S., 2010, « Dix ans de monarchie exécutive et citoyenne : élections, partis politiques et défiance démocratique », L’Année du Maghreb, VI, Paris, CNRS éditions, p. 319-354.
DOI : 10.4000/anneemaghreb.920

—, 2009, « Gérer la politique des autres : les vieux problèmes et les vieilles recettes de Mohamed VI pour animer un champ politique désactivé », L’Année du Maghreb, V, Paris, CNRS éditions, 307-341.

Desrues T. et López García B., 2008, « Maroc. L’institutionnalisation des élections et la désertion des électeurs : le paradoxe de la monarchie exécutive et citoyenne », L’Année du Maghreb, IV, Paris, CNRS éditions, p. 281-307.

Dobry M., 1986, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la FNSP.

Emperador Badimon M., 2011, Les mobilisations des diplômés chômeurs au Maroc  : usages et avatars d’une protestation pragmatique, Thèse de doctorat de l’Institut d’Études Politiques, Université Paul Cézanne, Aix-en-Provence.

López García B., 2011, « La relativización del triunfo islamista y las perspectivas del gobierno Benkiran », Análisis del OPEMAM. http://www.aish.es/files/lauramadrid/AE-Marruecos_2011_Relavitizacion_del_ triunfo_ islamista.pdf [consulté : le 15 mars 2012].

Pommerolle M.-E. et Vairel F., 2009, « S’engager en situation de contrainte », Genèses, 2009/4, n° 77, p. 2-6.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tourabi A. et Zaki L., 2011, « Maroc : une révolution royale ? », Mouvements, 2/66, numéro spécial, Du Maghreb au Machrek : l’effet domino en question, p. 98-103.
DOI : 10.3917/mouv.066.0098

Vairel F., 2005a, Nouveaux contextes de mise à l’épreuve de la notion de «  fluidité politique  »  : l’analyse des conjonctures de basculement dans le cas du Maroc, Thèse de doctorat de l’Institut d’Études Politiques, Université Paul Cézanne, Aix-en-Provence.

—, 2005b, « L’ordre disputé du sit-in au Maroc », Genèses, 59, p. 47-70.

Haut de page

Notes

1 . 37 000 selon le ministère de l’Intérieur, plus de 200 000 selon le site web géré par des membres du M20F, « Mamfakinch ». Cf. http://www.mamfakinch.com

2 . Différents aspects de cette trajectoire ont été analysés notamment par Bennani-Chraïbi (2003), Vairel (2005a), Cheynis (2008) et Emperador Badimon (2011).

3 . Cf. un des premiers appels réclamant des réformes lancé sur le blog de Rachid Spiritzata. http://befree.over-blog.org/article-declaration-du-mouvement-liberte-et-democratie-maintenant-t-au-maroc-66861559.html .

4 . Une réplique à la campagne de dénigrement de l’appel a été diffusée via une vidéo sur la plate-forme Youtube dans laquelle plusieurs personnes revendiquaient leur marocanité (ana maghrebi) et expliquaient les motivations qui les conduisaient à rejoindre les manifestants.

5 . Dans le contexte international de la chute du régime de Ben Ali et de contestation populaire du régime de Moubarak, l’appel à manifester des jeunes a suscité une effervescence nationale inédite. Il faudrait sans doute remonter aux controverses concernant le projet de Plan national pour l’intégration de la femme pour le développement élaboré par le gouvernement Youssoufi en 1999 pour renouer avec un débat aussi mobilisateur.

6 . Entretiens de l’auteur auprès de jeunes militants du PSU, Rabat, mars 2011.

7 . Pour une description du fonctionnement interne de la coordination du M20F de Rabat, on renvoie à Chapouly (2011).

8 . « Officiellement, l’USFP n’a pas participé aux manifestations du 20 février. Cela n’a pourtant pas empêché des militants du parti d’y prendre part. Plusieurs membres du bureau politique ont ainsi manifesté dimanche dernier à Rabat. Il s’agit notamment de Mohamed Boubekri et Ali Bouabid. Ces derniers avaient déjà annoncé le gel de leurs fonctions au sein du bureau politique en compagnie de Larbi Ajjoul et l’ancien ministre de la Culture, Mohamed Achâari. Hassan Tarik et Abdelhadi Khairat ont été également aperçus lors des manifestations. Pour sa part, la « chabiba Ittihadie » était également présente. De nombreux jeunes usfpéistes ont manifesté même si le secrétariat général de la Chabiba a démenti sa participation dans un communiqué publié la veille du 20 février ». M. Badrane, « Partis. Les usfpéistes montent au créneau », Le Matin, 24 février 2011.

9 . « L’ancien secrétaire d’État Said Saâdi du PPS a affirmé qu’il était pour la manifestation, alors que le parti s’était prononcé officiellement contre. À noter cependant que Saâdi avait, quelques semaines auparavant, gelé ses fonctions au sein du bureau politique, après des divergences avec la nouvelle direction ». M. Badrane, « Le parti de la lampe ébranlé », Le Matin, 22 février 2011.

10 . « Mustapha Ramid, Lahbib Choubani et Abdelali Hamieddine n’ont pas très bien accueilli la position du secrétaire général du Parti de la Lampe Abdalilah Benkirane de ne pas prendre part à la manifestation qui a eu lieu dimanche 20 février dans différentes villes. « Notre « frère » le secrétaire général a pris la décision de boycotter les manifestations du 20 février de manière unilatérale. Les membres du secrétariat général se sont alors retrouvés devant le fait accompli et n’ont eu d’autres alternatives que d’adopter la même position », déclare Mustapha Ramid, dont l’alternative était la présentation de sa démission avec fracas du secrétariat général. M. Badrane, « Le parti de la lampe ébranlé », Le Matin, 22 février 2011.

11 . Dans une lettre ouverte, le cheikh Yassine, son leader charismatique, a appelé à la mise sur pied d’une assemblée constituante où toutes les sensibilités seraient présentes afin d’élaborer une nouvelle constitution. Il y dénonçait « l’accaparement des richesses nationales et la mainmise de l’institution monarchique et de son entourage privé sur l’économie nationale et les deniers publics ». Il demandait également des solutions réelles aux problèmes sociaux du peuple. M. Sehimi, « Les Islamistes d’Al Adl Wal Ihsane se positionnent », Maroc-Hebdo International, 9 février 2011.

12 . Comme l’explique à RFI, Hassan Benaddi, membre du Parti authenticité et modernité (PAM): « Je suppose que la réunion du Premier ministre – eh bien – il faut la placer dans le contexte, effectivement, des événements qui se passent dans la région. Et je suppose que le Premier ministre a annoncé sa façon de voir aux éventuels problèmes qui pourraient se poser. Aucun pays n’est à l’abri. Les problèmes existent, les manifestations de mécontentement existent. Je ne veux pas parler d’exception marocaine ». RFI, « Au Maroc, le Premier ministre rencontre les chefs des partis », http://www.rfi.fr/afrique/20110214-maroc-le-premier-ministre-rencontre-chefs-partis, 14 février 2011.

13 . MAP, « Rencontre. Le ministre de l’Intérieur souligne la nécessité du respect des dispositions légales régissant les manifestations », 25 février 2011.

14 . Entretiens de l’auteur auprès de jeunes membres du M20F, Rabat, mars 2011.

15 . On reprend ici la notion de « sectorisation » développée par M. Dobry pour analyser les situations de crise politique et les relations entre l’action collective et la transformation des régimes politiques (2010).

16 . « Manifestations à Tanger : dérapages incontrôlés », Le Journal de Tanger, 25 Février 2011. http://www.lejournaldetanger.com/article.php?a=3296

17 . À El Ayoune une centaine de personnes aurait manifesté le 20 février. Plusieurs hypothèses peuvent être posées pour comprendre l’absence du M20F au Sahara : le traumatisme du démantèlement récent du campement de Gdeim Izik (Desrues et Larramendi, 2011), la crainte d’une instrumentalisation du registre indépendantiste par les autorités ou encore l’idée parmi les indépendantistes que le M20F est une affaire « marocaine » qui ne les concerne pas. Toutefois, la région a été rattrapée par l’actualité de la contestation, même si c’est en marge du cadre du M20F, puisqu’une semaine à peine après la fameuse marche du 20 février, de violentes émeutes ont éclaté à Dakhla, alors que la ville accueillait une nouvelle édition de son festival culturel « Mer et désert ». Les confrontations ont opposé des habitants d’origine sahraouie à d’autres originaires d’autres régions du pays. Quelques mois plus tard, les 25 et 26 septembre, après un match de football, des heurts violents qui ont fait sept morts se sont à nouveau produits entre originaires du territoire et Marocains venus du nord. Cf. D. Bennani « Sahara. Quand Dakhla s’embrase », Tel Quel, 1-7 octobre 2011. http://www.telquel-online.com/archives/490/index_490.shtml

18 . « Ces actes criminels ont consisté à mettre le feu et à endommager 33 établissements et édifices publics, 24 agences bancaires, 50 commerces et édifices privés, 66 véhicules et deux vélomoteurs ». « À Larache, des fauteurs de troubles ont investi un immeuble relevant de l’Administration des douanes où ils se sont emparés de quantités de drogues et de boissons alcoolisées saisies par ladite administration, et à Al Hoceima, les corps calcinés de cinq personnes ont été retrouvés à l’intérieur d’une agence bancaire incendiée ». « Le 20 Février ville par ville », Tel Quel, 26 février-4 mars 2011.

19 . Observations de l’auteur et entretiens auprès de jeunes du M20F, Rabat, mars 2011.

20 . Le premier communiqué en date du 27 janvier appelant à manifester le 20 février, lancé par le « Mouvement pour la liberté et la démocratie, maintenant », virtuellement constitué sur internet et Facebook, réclamait d’annuler « la constitution actuelle, et de nommer une commission fondatrice parmi des compatriotes intègres et qualifiés, qui établirait une nouvelle constitution remettant la royauté à sa place naturelle ». C’est dans un second communiqué en date du 14 février signé par le Mouvement du 20 février qu’apparaît la mention explicite à « une constitution démocratique votée par une assemblée constituante élue démocratiquement ». Cf. le blog de Rachid Spiritzata, personnage devenu polémique après avoir dénoncé la manipulation du Mouvement du 20 février à la veille des premières manifestations. Suite au discours royal du 9 mars, il appellera les jeunes à participer au projet de révision constitutionnelle. Cf. http://befree.over-blog.org/article-declaration-du-mouvement-liberte-et-democratie-maintenant-t-au-maroc-66861559.html .

21 . Après avoir raté le rendez-vous du 20 février, un mois plus tard, l’USFP a pris le train en marche et a accordé sa bénédiction aux manifestations du 20 mars allant jusqu’à justifier ce changement d’attitude en rappelant que la réforme constitutionnelle était une revendication historique du parti et qu’elle avait adressé au roi un mémorandum pour des changements institutionnels, à la veille des élections communales de juin 2009. Elle a ainsi satisfait quelques-uns de ces dirigeants et une partie de sa base qui réclamaient, depuis l’arrivée à la primature de l’istiqlalien Abbas El Fassi en 2007, une révision de la ligne politique de la direction et des réformes institutionnelles visant à renforcer le pouvoir du Premier ministre et du parlement. Elle n’a pas réduit cependant les tensions préexistantes au sein de la section de jeunesse du parti à la rose dont une tendance réclame toujours la tenue de son congrès.

22 . Cf. AFP, « Maroc. Manifestations le 20 mars, un test après le discours du roi », L’Express, 18 mars 2011.

23 . C. Rivière, « Reportage. Tanger capitale du M20 », Tel Quel, 30 juillet au 5 août 2011. http://www.telquel-online.com/archives/484/actu_maroc1_484.shtml

24 . Cf. F. Iraki et M. Boudharam, « Ils n’ont rien compris ! », Tel Quel, 9-15 avril 2011.

25 . Mohamed Jaabouk, « Constitution : le PSU rend sa copie », Le Soir, 5 avril 2011.

26 . Entretiens de l’auteur auprès de membres de la CCRC, Rabat, novembre 2011.

27 . A. Saaf, « Une nouvelle constitution au Maroc : sortie de monarchie exécutive ». Publié le 6 juillet sur le site du Nouvel Observateur. Consulté le 11 mars sur
http://www.abdallah-saaf.net/index.php?option=com_content&view=article&id=98:une__-nouvelle-constitution-au-maroc-sortie-de-monarchie-executive&catid=37:articles&Itemid=59

28 . Cf. J. Canonne, « Maroc : La révolution tranquille ? Rencontre avec Mohamed Tozy », Scienceshumaines.com, 24 octobre 2011. http://www.scienceshumaines.com/maroc-la-revolution-tranquille-rencontre-avec-mohamed-tozy_fr_27622.html

29 . Idem.

30 .Cf. A. Tourabi, « Réforme constitutionnelle au Maroc : une évolution au temps des révolutions », Arab Reform Initiative, Novembre 2011 http://www.arab-reform.net/IMG/pdf/Morocco_FR.pdf

31 . Ainsi, la magistrature aurait refusé l’autonomie du pouvoir judiciaire et demandé le maintien de la tutelle du pouvoir monarchique. Entretiens avec de membres de la CCRC, Rabat, novembre 2011.

32 . R. Benzine, « Autrement : Adieu à la liberté de conscience », Aujourd’hui le Maroc, 28 juin 2011. http://www.aujourdhui.ma/actualite-details83216.html

33 . Lors d’un meeting organisé par la jeunesse du parti, au cours duquel Benkirane a exhorté le roi à intervenir pour introduire des modifications au document élaboré par la CCRC, accusée par le secrétaire général du PJD d’être composée d’ « agents du colonialisme » qui œuvrent à fragiliser la langue arabe. Cf. M. Jaabouk « Les mises en garde du MUR et du PJD », Le Soir, 14 juin 2011.

34 . D. Bennani et M. Boudarham : « Mohamed Moâtassim. La Constitution (et la politique royale), c’est lui ! », Tel Quel, 16 juin 2011.

35 . Cf. A. Menouni, le président de la CCRC, a déclaré que le « Mécanisme politique de suivi de la réforme constitutionnelle » avait modifié le texte proposé. Cité par O. Bendourou, cf. infra.

36 . N. Rerhaye, « La liberté de culte et de croyance fait partie des libertés individuelles : Attention à l’interprétation idéologique de la Constitution », Libération, 15 Juin 2011.

37 . Pour une analyse du texte constitutionnel, on renvoie au gros plan d’O. Bendourou publié dans la rubrique Maroc.

38 . DRI, « Maroc. Le projet de constitution : quels changements ? », Briefing Paper nº13, Juin 2011. http://www.democracyreporting.org/files/dri_briefing_paper_13_revue_projet_de_constitution_du_royaume_du_maroc_juin_2011.pdf

39 . D. Bennani, M. Boudarham et F. Iraqi, « Nouvelle constitution. Plus roi que jamais », Tel Quel, 25 juin 2011.

40 . Cf. les déclarations d’un haut fonctionnaire de la sécurité à Rabat à l’hebdomadaire Tel Quel. D. Bennani, « Manifs. Tabassage, mutinerie et vidéos », et le dossier « Le Makhzen contre-attaque », Tel Quel, 28 mai-3 juin 2011.

41 . Cf. le rapport d’Amnesty International, Au Maroc, les personnes soupçonnées d’activités liées au terrorisme continuent d’être victimes d’atteintes aux droits humains, Synthèse, MDE 29/013/2010, 16 juin 2010. http://www.amnesty.org/en/library/asset/MDE29/013/2010/en/ceaa7630-50a5-4618-bd4c-47e75caf3718/mde290132010fra.pdf .

42 . Le 28 avril, l’attentat du café Argana à Marrakech a fait 17 morts et 20 blessés.

43 . Cf. M. Jaabouk, « La marche tourne à la bastonnade », Le Soir, 17 de mai 2011. M. Jaabouk, « Ça cogne le dimanche », Le Soir, 24 mai 2011. L. Hallaoui, « Marches cauchemars », Le Soir, 27 mai 2011. M. Boudharam, « Reportages. Un après-midi en enfer, dossier Le Makhzen contre-attaque », Tel Quel, 28 mai-3 juin 2011.

44 . Par référence à la terminologie égyptienne qui désigne des voyous et des hommes de main recrutés par les forces de l’ordre pour régler des comptes avec des opposants ou provoquer des manifestants.

45 . Certains n’ont pas hésité à poursuivre jusque dans les hôpitaux des membres du M20F qui s’y étaient rendus pour faire soigner leurs blessures. Des personnalités emblématiques de la lutte pour la défense des droits de l’Homme, du syndicalisme et des partis appelant au boycott du référendum ont été prises à partie lors des manifestations.

46 . M. Jâabouk, « Les anti-20 février se manifestent », Le Soir, 21 juin 2011.

47 . « Des dizaines de milliers de Bouchichis dans les rues de Casablanca », Akhbar al-Yaoum, 28 juin 2011. M. Badrane, « Grande Marche de Soutien à travers les villes du royaume. Le « oui » au projet de constitution clamé haut et fort », Le Matin, 27 juin 2011.

48 . Y. Aít Akdim, « Manif ce que dit la loi », Tel Quel, 28 mai-3 juin 2011.

49 . Entretiens de l’auteur auprès de jeunes du M20F, Rabat, mars 2011.

50 . Cf. le rapport du Collectif associatif pour l’observation des élections qui a mis en exergue un accès aux médias publics et privés « inégal, sinon inéquitable et tendancieux privilégiant l’accès aux partisans du « oui» par rapport aux points de vue adverses » ; un appui des autorités publiques envers les mobilisations en faveur du « oui » et un certain laissez-faire de celles-ci face aux actes de violence, aux insultes, aux propos diffamatoires et aux menaces formulés à l’encontre des tenants du boycott et du non. Les partisans du « oui » auraient bénéficié de moyens publics et certains d’entre eux auraient été rémunérés. Des mosquées auraient été mises à contribution en appelant à voter pour le « oui ». Le Collectif associatif pour l’observation des élections (CAOE), Rapport préliminaire d’observation du referendum du 1er juillet 2011, Rabat, 5 juillet 2011.

51 . M. Jâabouk, « Benkirane dépassé par ses déclarations », Le Soir, 6 juillet 2011.

52 . Au mois d’août, plusieurs sections des jeunesses des partis politiques (Istiqlal, PPS, USFP, PAM, MP, etc.) ont lancé un appel en faveur de l’institutionnalisation d’un quota réservé aux candidatures des jeunes. Ils demandaient que la liste nationale féminine passe de 30 à 90 sièges et que la moitié de ceux-ci soient réservés aux jeunes. Malgré le contexte des mobilisations du M20F, la réforme constitutionnelle et le discours du roi du 20 août 2011 qui réitèrent la nécessité de laisser une place plus importante aux jeunes au sein des partis politiques, ces derniers se sont montrés réticents face aux propositions du ministre de l’Intérieur. Cf. « Partis politiques: les jeunes tirent sur les aînés », Aujourd’hui le Maroc, 18 août 2011. http://www.aujourd’hui.ma/nation-details83939.html

53 . Fouad Ali El Himma, l’« ami du roi », avait fait ses classes en tant que secrétaire délégué au ministère de l’Intérieur de 1999 à 2007 où il avait été en charge des questions politiques avant de se présenter aux élections à la chambre des représentants en 2007 (Desrues et López García, 2008) et de créer une année plus tard le PAM (Desrues et Kirhlani, 2009).

54 . A. Guandouli, « Huit Partis politiques annoncent “la coalition pour la démocratie” », La Vie Économique, 5 octobre 2011

55 . À partir de l’été 2011, certains slogans attribués aux militants islamistes ont réclamé la chute du régime « Achaâb Yourid Iskat Annidham » (« Le peuple veut la chute du régime »). Au cours du mois de novembre 2011, on a pu lire et écouter des slogans lors des manifestations à Rabat qui incriminaient directement le roi et qui n’étaient pas prononcés par des militants islamistes (« Pourquoi le Commandeur des croyants vend-il de l’alcool ? »; « Bouge ou quitte le pays »).

56 . Le 9 septembre, un rappeur de Casablanca, Mouad Belghouat, alias Lhaqued, a été incarcéré pour avoir frappé un jeune membre de « l’alliance royaliste », lors d’une altercation après une manifestation. Reconnu pour ses textes virulents qui réclament un changement rapide et radical et ses critiques envers la révision constitutionnelle, son arrestation l’a promu au rang d’artiste symbole de la voix du M20F que le régime veut faire taire. Les incongruités du plaignant et les contradictions des déclarations des personnes présentes lors du supposé échange de coups ont donné corps à la thèse du complot. Un comité de soutien a été formé pour obtenir la libération de ce rappeur irrévérencieux envers le monarque et le régime. Cf. Z. Choukrallah, « Mouvement du 20 février. Qui veut la peau de L7a9ed », Actuel, 16 septembre 2011.

57 . Cf. B. López García, Marruecos. La relativización del triunfo islamista y las perspectivas del gobierno de Benkiran, OPEMAM, Análisis eventual, 22 décembre 2012, http://www.aish.es/files/lauramadrid/AE-Marruecos_2011_Relavitizacion_del_triunfo_islamista.pdf

58 . Cf. J. Gattioui, « Victoire incontestable du PJD », Le Matin, 26 novembre 2011.

59 . « Le ministre de l’Intérieur Taieb Cherkaoui a exprimé sa grande satisfaction du déroulement de l’opération électorale, rappelant les efforts déployés tant par le gouvernement que par les partis politiques afin de réussir cette étape cruciale après l’adoption de la nouvelle Constitution. Il a signalé que l’arsenal juridique mis en place comprenant 26 textes législatifs permettait d’atteindre plusieurs objectifs, dont le renouvellement de l’élite, l’encouragement de la représentation des femmes et des jeunes, la garantie de la transparence, grâce notamment au processus de l’observation… » Cf. J. Gattioui, « Victoire incontestable du PJD », Le Matin, 26 novembre 2011. On renvoie à El País et au quotidien Le Monde pour un aperçu des réactions de la presse étrangère. Editorial « “Triunfo islamista. Las elecciones de Marruecos permiten un avance limitado hacia la monarquía parlamentaria », El País, 27 novembre 2011. I. Mandraud « Maroc : la large victoire des islamistes aux législatives se confirme », Le Monde, 26 novembre 2011.

60 . Cf. Y. Aït Akdim, « Maroc : Fouad Ali El Himma dans un cabinet royal XXL », Jeune Afrique, 14 décembre 2011. http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2657p020.xml0/#ixzz1yzF1qhED

61 . Au début du mois de janvier 2012, le roi nommera Taïeb Fassi Fihri, l’ancien ministre des Affaires étrangères.

62 . « Selon M’hammed Grine, membre du conseil de la présidence du PPS, « le Parti du livre a perdu les voix de ceux qui sont mécontents du gouvernement ainsi que celles des électeurs anti-islamistes en raison du rapprochement entre le PJD et la Koutla ». Cf. J. Gattioui, « Victoire incontestable du PJD », Le Matin, 26 novembre 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Desrues, « Le Mouvement du 20 février et le régime marocain : contestation, révision constitutionnelle et élections », L’Année du Maghreb, VIII | 2012, 359-389.

Référence électronique

Thierry Desrues, « Le Mouvement du 20 février et le régime marocain : contestation, révision constitutionnelle et élections », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1537 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1537

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page