Navigation – Plan du site
Économies du Maghreb

Croissance économique et pauvreté : une application de l’indice de « croissance pro-pauvre » au cas du Maroc entre 1985 et 1999

Charles-L. Griffoni
p. 471-487

Entrées d'index

Géographie :

Maroc
Haut de page

Texte intégral

1L’évolution de l’économie mondiale au cours des deux dernières décennies nous amène à un constat paradoxal : en dépit d’une accumulation de richesse sans précédent, certaines régions demeurent ancrées dans des états de privations en tous genres. Ce paradoxe a conduit les économistes du développement à accorder à la question des inégalités une place centrale dans l’étude de la relation entre croissance économique et pauvreté. En effet, les échecs répétés des politiques d’ajustement structurel (PAS), puis, plus généralement, les résultats insuffisants produits par une libéralisation des échanges et un recours au marché accrus, ont fait apparaître une nouvelle controverse : la croissance est-elle une condition suffisante pour réduire considérablement la pauvreté ? En effet, si elle est une condition nécessaire pour accroître les ressources financières des individus des pays en développement, force est de constater qu’elle ne se diffuse pas toujours à l’ensemble de la population de manière équitable.

2Ceci est dû au biais « inégalités » présent dans le taux de croissance économique. De la façon dont les gains de la croissance économique sont répartis à l’ensemble de la population dépend l’efficacité des résultats en termes de lutte contre la pauvreté. Ainsi, certains pays en développement ont pu connaître des phases d’expansion économique durant lesquelles l’accroissement des inégalités était tel que la croissance se trouvait être accompagnée d’une augmentation de la pauvreté (Bhagwati, 1988).

3Dans le but d’évaluer plus précisément l’impact de la croissance économique sur les couches de la population les plus défavorisées, nous utilisons un indice de croissance pro-pauvre (pro-poor growth index) et nous l’appliquons à l’économie marocaine sur la période 1985-1999. De par sa construction, cet indice permet de comparer la réduction de la pauvreté observée suite à une augmentation du PIB avec la diminution de la pauvreté que l’on aurait observée si les gains de la croissance avaient été équitablement répartis. En d’autres termes, on quantifie et on compare les contributions de la croissance (facteur revenu) et de la redistribution des richesses (facteur inégalités) à la variation de la pauvreté. Le cas marocain fait apparaître que, durant la période étudiée, la croissance économique s’est accompagnée, en milieu urbain, d’une diminution des inégalités ayant contribué à améliorer les résultats en termes de réduction de la pauvreté. En revanche, en milieu rural, l’indice de croissance pro-pauvre montre que la croissance économique a faiblement profité aux couches de la population les plus démunies, et a ainsi eu des effets limités sur la diminution de l’ampleur de la pauvreté.

4La section 1 du présent article évoque succinctement le concept de croissance pro-pauvre à travers ses origines et ses sous-jacents théoriques. Dans la section 2, nous procédons à la construction de l’indice de croissance pro-pauvre et à son interprétation. Enfin, dans la section 3, nous appliquons cet outil à l’économie marocaine au cours de la période 1985-1991 dans le but d’évaluer l’impact de la croissance sur les pauvres en milieu urbain puis en milieu rural.

5Le concept de croissance pro-pauvre

6L’expérience du développement a montré que la croissance économique, résultant des forces du marché, profite en général davantage aux riches qu’aux pauvres. Ceci tient au fait que les riches bénéficient d’un avantage en termes de capital humain et financier qui leur permet de mieux capter les opportunités économiques qu’offre une croissance positive. C’est principalement pour cette raison que la plupart des programmes de développement se sont avérés inefficaces pour réduire la pauvreté. Ces programmes, fondés sur des modèles avec redistribution (trickle-down development), envisageaient le développement comme un flux de richesses allant des riches vers les pauvres (de haut en bas) : les riches étaient les premiers à bénéficier des fruits de la croissance, puis par un effet redistributif, (via les dépenses publiques ou privées), les pauvres pouvaient en profiter à leur tour. Dans une telle configuration, les bénéfices que les pauvres retirent de la croissance ne peuvent être qu’indirects et amoindris.

  • 1  On peut par exemple rapprocher ce potentiel de main-d’œuvre inexploité à la population qui dévelop (...)

7Le concept de croissance pro-pauvre est apparu en économie du développement comme la solution à ces résultats insatisfaisants, en termes de réduction de la pauvreté. Il peut être défini comme un processus qui permet aux pauvres de participer activement à la croissance économique et d’en être ainsi les premiers bénéficiaires. On parlera alors de croissance inclusive ; en d’autres termes, il s’agit de faire émerger la croissance par la base, puis d’en faire profiter l’ensemble de la population par un flux de bas en haut. La mise en place de tels projets nécessite une stratégie économique ouvertement orientée en faveur des pauvres. Concrètement, il s’agit d’identifier les régions et les secteurs d’activité caractérisés par de forts taux de pauvreté, constituant un potentiel de main d’œuvre inexploité1, et d’en améliorer la productivité. Ainsi, la croissance économique émane de la base et les pauvres sont les premiers à en retirer les fruits. La réussite de ces programmes est également conditionnelle au fait que les pauvres soient concertés et qu’ils aient un rôle actif dans la mise en place même de ceux-ci (Sen, 1998).

8Les programmes de développement avec croissance inclusive, aujourd’hui soutenus par la Banque mondiale, ont donné des résultats encourageants, notamment en Chine, en Inde, au Chili, au Costa Rica ou encore au Sénégal. Néanmoins, ils restent soumis à la critique qui voudrait que l’orientation de politiques économiques en faveur des populations pauvres crée des distorsions qui finalement réduisent le bien-être de la nation. C’est le traditionnel débat entre égalité et efficacité, qui dépend finalement de ce que l’on entend par bien-être social.

9D’un point de vue théorique, le concept de croissance pro-pauvre s’appuie sur les récents travaux portant sur le « triangle pauvreté – croissance – inégalités » (Bourguignon, 2003). Si l’on mesure la pauvreté de façon absolue à l’aide du taux de pauvreté (i.e. le pourcentage de la population se trouvant sous le seuil de pauvreté), que l’on définit la croissance comme étant le pourcentage de variation du revenu moyen, et que les inégalités sont approchées par les disparités dans les revenus relatifs de l’ensemble de la population, alors ces travaux montrent arithmétiquement que la variation de la pauvreté est une fonction du taux de croissance et de la variation de la distribution du revenu national. En d’autres termes, comme l’illustre la figure 1, la variation du taux de pauvreté peut être décomposée en deux effets : un effet « croissance », représenté par une translation de la distribution (I) vers la distribution (II), qui résulte de la variation du revenu moyen (indépendamment de la distribution du revenu national) et un effet « redistribution », représenté par une translation de la distribution (II) vers la distribution (III), qui résulte d’un changement dans la répartition du revenu national (indépendamment du revenu moyen).

Figure 1

Décomposition d’une variation du taux de pauvreté en deux effets « croissance » et « redistribution »

Décomposition d’une variation du taux de pauvreté en deux effets « croissance » et « redistribution »

10Ce type d’approche met en évidence le rôle majeur que jouent la croissance et les inégalités dans toute stratégie de lutte contre la pauvreté et permet de mesurer l’impact de chacune des deux variables sur la variation du taux de pauvreté. Ainsi, cette décomposition a le mérite d’expliquer pourquoi, dans certains cas, une phase de développement économique (c’est-à-dire une augmentation du revenu moyen) n’engendre pas forcément une réduction de la pauvreté, dès lors que la hausse des inégalités vient annihiler le bénéfice d’une croissance positive. Toutefois, l’application empirique de cette méthodologie a mis en évidence des résultats très différents entre les pays en termes d’impact des deux effets. Il semble en effet, que la contribution de la croissance économique à la réduction de la pauvreté soit corrélée positivement au niveau initial de développement et négativement au niveau d’inégalités prévalant dans une économie donnée.

Évaluation des effets de la croissance économique sur les pauvres à travers la construction d’un indice de croissance pro-pauvre

  • 2  Pour Sen, la pauvreté ne doit pas être appréhendée seulement comme une privation de revenus mais a (...)

11Il est très difficile d’élaborer un indicateur capable de mesurer en quoi la croissance économique favorise le bien-être des pauvres, dans la mesure où une multitude de capacités au sens de Sen2 doivent être prises en compte pour mesurer la qualité de vie des populations.  

  • 3  La décomposition donnant lieu à la construction de l’indice de croissance pro-pauvre est présentée (...)

12Néanmoins, à l’instar de McCulloch et Baulch (1999), nous pouvons élaborer un indice de croissance pro-pauvre (pro-poor growth index) en comparant la réduction de la pauvreté observée suite à une augmentation du PIB avec la diminution de la pauvreté qui aurait été observée si les gains de la croissance avaient été équitablement répartis. En d’autres termes, il s’agit de supprimer le biais « inégalités » présent dans le taux de croissance économique afin d’évaluer avec quelle force celle-ci a profité aux plus pauvres. Dans ce type d’approche, la réduction de la pauvreté dépend aussi bien du taux de croissance du revenu moyen que de la variation de la distribution des revenus. Pour analyser l’impact de la croissance économique sur la pauvreté, on mesure séparément son impact sur le revenu moyen (que l’on appellera le facteur revenu) et son impact sur la distribution des revenus (que l’on appellera le facteur inégalité). Du poids des deux effets dépendra la valeur de l’indice de croissance pro-pauvre3.

13Si l’on note P la variation de la pauvreté observée suite à une variation du PIB entre deux périodes, celle-ci peut être décomposée de sorte que P = FR + FI. Ainsi, on fait apparaître :

14- le facteur revenu,noté FR,qui mesure la part de la variation de l’indice de pauvreté imputable au seul effet de la variation du revenu moyen ; en d’autres termes, il s’agit de la variation de l’indice de pauvreté que l’on aurait constatée entre les deux périodes si la distribution des revenus était restée constante ;

15- le facteur inégalité, noté FI, qui mesure la part de la variation de l’indice de pauvreté imputable au seul effet de la variation de la distribution des revenus. En d’autres termes, il s’agit de la variation de l’indice de pauvreté que l’on aurait constatée entre les deux périodes si le revenu moyen était resté constant.

16Supposons que l’économie considérée connaisse un taux de croissance G positif ; l’accroissement du PIB se traduit par une augmentation du revenu moyen qui entraîne une réduction du taux de pauvreté. Donc, si l’économie connaît une phase d’expansion, l’effet revenu sera négatif. À l’opposé, un taux de croissance négatif qui implique une baisse du revenu moyen sera associé à un accroissement de l’indice de pauvreté, et l’effet revenu devient alors positif. Il existe donc une relation négative entre le facteur revenu et le taux de croissance de l’économie.

17La nature de la relation entre le facteur inégalités et le taux de croissance est plus complexe car elle dépend de la manière selon laquelle la variation du PIB modifie la courbe de Lorenz. Si la redistribution s’opère en faveur des plus démunis, c’est-à-dire si la richesse totale est répartie plus équitablement, alors le facteur inégalités FI sera négatif puisqu’il contribue à réduire la pauvreté. Inversement, si l’accroissement du PIB modifie la distribution des revenus en défaveur des plus pauvres, alors le facteur inégalités FI sera positif.

18À la manière de Kakwani et Pernia (2000), on peut à présent construire un indice de croissance pro-pauvre noté , tel que :

19À la lumière de l’équation ci-dessus, nous pouvons interpréter l’indice de croissance pro-pauvre, selon que l’économie connaît une phase d’expansion ou de récession économique.

20- Cas d’une phase d’expansion économique (G>0 et FR<0)

21- Si >1, l’augmentation du revenu moyen entraîne une baisse de l’indice de pauvreté, via le facteur revenu. Ce recul de pauvreté est amplifié par le facteur inégalités. En effet, FI est alors inférieur à 0, ce qui traduit une redistribution des richesses favorable aux pauvres, et provoque une baisse de l’indice de pauvreté. En d’autres termes, les deux effets jouent en faveur d’une diminution de l’indice de pauvreté. On parle alors de croissance pro-pauvre.

22- Si 0<<1, la baisse de l’indice de pauvreté induite par le facteur revenu, via la hausse du revenu moyen, est atténuée par le facteur inégalités du fait d’une redistribution des richesses défavorable aux pauvres (FI>0 eten valeur absolue, FI<FR). On parle alors de croissance faiblement pro-pauvre.

23- Si <0, la baisse de l’indice de pauvreté, liée au facteur revenu, est plus que compensée par une augmentation des inégalités de sorte qu’au final, l’indice de pauvreté augmente (FI>0 et en valeur absolue, FI>FR). On parle alors de croissance anti-pauvre.

24- Cas d’une phase de récession économique avec G<0 et FR>0

25Mutatis mutandis, l’interprétation est la suivante :

26- Si >1, la période est qualifiée de récession anti-pauvre.

27- Si 0<<1, la période est qualifiée de récession faiblement pro-pauvre.

28- Si <0, la période est qualifiée de récession pro-pauvre.

29L’interprétation de l’indice est synthétisée dans le tableau 1.

Tableau 1. Interprétation de selon le signe de G

Phase d’expansion économique

>1   croissance pro-pauvre

0<<1 croissance faiblement pro-pauvre

<0   croissance anti-pauvre

Phase de récession économique

>1   récession anti-pauvre

0<<1 récession faiblement pro-pauvre

<0   récession pro-pauvre

Application à l’économie marocaine entre 1985 et 1999

  • 4  À partir de données relatives à la distribution des richesses dans une économie donnée, le logicie (...)
  • 5  Pour une analyse détaillée de ces indices de pauvreté, voir Ravallion, 1996.

30Dans ce qui suit, nous analysons la variation de la pauvreté au Maroc entre 1985 et 1999, en milieu urbain et en milieu rural, à partir de la méthode décrite précédemment. Les indices de pauvreté présentés dans les tableaux 2 et 3 ont été estimés à l’aide du logiciel POVCAL4 (Chen et al., 1991) et d’Enquêtes sur le Niveau de Vie des Ménages (ENNVM) réalisées pour les trois périodes 1984-1995, 1990-1991 et 1998-1999. Afin de cerner le mieux possible la complexité de la pauvreté, nous utilisons trois indices5 : i) le taux de pauvreté qui mesure la proportion de la population vivant en deçà du seuil de pauvreté ; ii) l’indice d’écart de pauvreté qui rend compte de la distance moyenne qui sépare les pauvres du seuil de pauvreté et iii) l’indice d’écart de pauvreté ajusté dit de Forster – Greer – Thorbecke qui se définit comme le précédent à la différence près que la distance moyenne est pondérée par les distances elles-mêmes, en vue de tenir compte des inégalités entre les pauvres. Pour la suite, retenons simplement que le taux de pauvreté est un indicateur de l’ampleur de la pauvreté alors que les deux autres témoignent davantage de la sévérité de la pauvreté. Notons enfin que la valeur de l’indice de pauvreté considéré dépend 1) de la dépense annuelle moyenne par personne (DAMP) rapportée au seuil de pauvreté, 2) des paramètres de la courbe de Lorenz qui caractérisent la répartition des richesses pour les trois sous-périodes étudiées. Conformément à ce que nous avons évoqué à la section précédente, une variation positive de la DAMP rapportée au seuil de pauvreté entre deux dates t sera associée à une phase d’expansion économique ; a contrario, une variation négative de la DAMP sera associée à une phase de récession économique. 

Tableau 2. Évolution des indicateurs de pauvreté au Maroc en milieu urbain

1984-1985

1990-1991

1998-1999

Taux de pauvreté (en %)*

17.4

6.1

14.8

Sévérité de la pauvreté

- indice d’écart de pauvreté (en %)*

- indice de Forster – Greer – Thorbecke (en %)*

4.7

1.9

1.6

0.7

4.0

1.6

Seuil de pauvreté (en Dhs)**

1966.0

2725.0

3922.0

Dépense annuelle moyenne par personne (en Dhs)**

4915.0

9224.0

10154.2

Source : * POVCAL ; ** Direction de la Statistique

  • 6  Notons que, pour cette raison, les comparaisons entre les indices de pauvreté seront sans doute pl (...)

31Plusieurs éléments caractérisent le contexte économique marocain durant la période étudiée. La période 1986-1991 est marquée par l’arrivée à maturité du Programme d’Ajustement Structurel lancé au début des années 1980, une revalorisation des salaires particulièrement dans le secteur public et de bonnes performances agricoles contribuant à l’accroissement de la demande interne et du PIB marocain. Ces éléments expliquent en partie la diminution des indicateurs de pauvreté que l’on peut observer dans les tableaux 2 et 3, entre 1985 et 1991, tant au niveau rural qu’au niveau urbain. En effet, d’après nos calculs, la pauvreté, de par son ampleur ou sa sévérité, a connu une diminution très encourageante, liée à : i) une conjoncture économique favorable (expliquée en grande partie par une pluviosité adéquate) ayant fortement contribué à l’amélioration des niveaux de revenus, notamment en milieu rural ; ii) une probable surestimation des dépenses de consommation par l’ENNVM de 1990-19916 (liée au faible nombre de ménages composant l’échantillon), qui a indubitablement conduit à une sous-estimation des indices de pauvreté. N’omettons pas enfin d’évoquer le rôle majeur joué par le secteur informel durant cette phase de l’ajustement. De par son expansion, il a sans nul doute contribué à amortir le choc économique et social de la transition.

32Malheureusement, ces résultats positifs ne se sont pas confirmés entre 1991 et 1999, où la pauvreté a connu une recrudescence dramatique. Les performances économiques durant cette période offrent une première explication à ce constat. En effet, la sécheresse récurrente a considérablement affecté l’activité agricole, encore trop dépendante des aléas climatiques, entraînant une baisse du PIB et du revenu réel qui a fragilisé la situation de nombreuses familles. L’insuffisance de la politique publique fournit une seconde explication à l’augmentation de la pauvreté : la sortie du cycle d’ajustement, accentuant la pression de la dette extérieure, a contraint l’État marocain à restreindre considérablement sa politique sociale et donc sa marge de manœuvre dans la lutte contre la pauvreté (Femise, 2004). Enfin, il faut évoquer les tendances démographiques qui renforcent un sous-emploi structurel au Maroc et contribuent à détériorer le niveau de vie de ses habitants, dès lors que ce rythme d’accroissement de la population n’est pas accompagné d’une croissance économique suffisamment élevée.

Tableau 3. Évolution des indicateurs de pauvreté au Maroc en milieu rural

1984-1985

1990-1991

1998-1999

Taux de pauvreté (en %)*

32.7

19.4

31.1

Sévérité de la pauvreté

- indice d’écart de pauvreté (en %)*

- indicede Forster – Greer – Thorbecke (en %)*

9.0

3.8

3.7

1.0

10.9

5.3

Seuil de pauvreté (en Dhs)**

1760.0

2439.0

3037.0

Dépense annuelle moyenne par personne (en Dhs)**

2637.0

4624.0

5084.7

Source : * POVCAL ; ** Direction de la Statistique.

33Si l’on regarde à présent l’évolution globale de la pauvreté entre 1984 et 1999, on remarque, en milieu urbain comme en milieu rural, une diminution du nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Si cette réduction de la pauvreté reste vraie en milieu urbain du point de vue de sa sévérité, elle ne l’est plus en milieu rural où les indices d’écart de pauvreté et de Foster – Greer – Thorbecke sont en augmentation. Cela démontre que dans les campagnes marocaines, le niveau de vie des populations pauvres s’est détérioré. Ce résultat nous amène à constater que globalement, l’incidence de la pauvreté au Maroc est nettement plus forte en milieu rural qu’en milieu urbain. Ainsi, en 1999, la proportion de pauvres dans la population totale s’élève à 31,1 % en milieu rural contre 14,8 % en milieu urbain. Le fait de vivre en milieu rural est d’ailleurs l’une des principales caractéristiques des populations pauvres (65,8 % des pauvres sont des ruraux).

34Analysons à présent par quels canaux ces fluctuations économiques se sont répercutées sur les niveaux de pauvreté. Pour ce faire, nous utilisons la décomposition de la variation des indices de pauvreté formalisée dans la section précédente à travers l’indice de croissance pro-pauvre. Ainsi, on pourra apprécier les effets des variations du PIB marocain, et donc de la DAMP sur les couches de la population les plus défavorisées. Les décompositions sont présentées dans les tableaux 4 et 5.

Tableau 4. Décomposition de la variation de l’indice de pauvreté au Maroc en milieu urbain

Période

Variation de l’indice de pauvreté*

Facteur revenu*

Facteur inégalités*

Résidu*

Indice de croissance pro-pauvre

Taux de pauvreté

1985-1991

1991-1999

1985-1999

-11.3

8.7

-2.6

-9.6

7.1

-1.4

-3.0

1.2

-1.4

1.3

0.4

0.2

1.2

1.2

1.9

Indice d’écart de pauvreté

1985-1991

1991-1999

1985-1999

-3.1

2.4

-0.7

-2.8

1.9

-0.4

-0.9

0.2

-0.3

0.6

0.3

0

1.1

1.2

1.8

Indice de Forster – Greer – Thorbecke

1985-1991

1991-1999

1985-1999

-1.2

0.9

-0.3

-1.1

0.7

-0.2

-0.3

0

-0.1

0.2

0.2

0

1.1

1.3

1.5

* en points de pourcentage.

35Comme nous l’avons évoqué plus haut, le milieu urbain marocain a connu, entre 1985 et 1991, une phase d’expansion économique, caractérisée par une augmentation de la DAMP rapportée au seuil de pauvreté (W) de l’ordre de 36 %. Dans le même temps, le taux de pauvreté a chuté de 11,3 points. Si l’on s’en tient à cet indice, on remarque que la diminution de la pauvreté est due principalement à l’augmentation de la DAMP ; en effet, si le seul facteur revenu avait joué (c’est-à-dire, si la distribution des revenus était restée constante), la baisse de l’indice de pauvreté aurait été de 9,6 points. De son coté, le facteur inégalités a contribué à la réduction du taux de pauvreté, et bien que son effet soit marginal par rapport au facteur revenu, il montre que la répartition des richesses a, durant cette période, favorisé les déciles inférieurs de la distribution. En effet, si la DAMP était restée inchangée, le taux de pauvreté aurait chuté de 3,0 points. Au final, l’indice de croissance pro-pauvre prend la valeur 1,2 et met en évidence une période de croissance pro-pauvre. Notons que la valeur de l’indice diffère très peu pour les deux autres indices de pauvreté, ce qui montre que la croissance a eu des effets similaires tant du point de vue de l’ampleur que du point de vue de la sévérité de la pauvreté.

36Au cours de la période 1991-1999, la DAMP rapportée au seuil de pauvreté a chuté de 23,5 %, mettant en évidence une phase de récession économique qui s’est logiquement traduite par une augmentation de la pauvreté. En effet, le taux de pauvreté s’est accru de 8,7 points et la décomposition effectuée fait apparaître que le facteur revenu a ici encore été dominant. En effet, à redistribution neutre, la chute de la DAMP aurait entraîné une hausse de l’indice de pauvreté de 7,1 points. Le facteur inégalités, dont la valeur met en évidence une redistribution des richesses défavorable aux pauvres, a quant à lui provoqué une hausse du taux de pauvreté de 1,2 point. La valeur de obtenue (1,2) traduit donc bien une phase de récession anti-pauvre. Notons toutefois que l’effet du facteur inégalités s’estompe lorsqu’on utilise les indices de sévérité de la pauvreté (sa valeur est nulle pour l’indice de Foster – Greer – Thorbecke) ; ceci semble indiquer que les inégalités entre les pauvres ne se sont pas accrues durant cette période.

37Enfin, si l’on analyse globalement la variation des indices de pauvreté en milieu urbain, sur la période 1985-1999, la décomposition fait apparaître une phase de croissance économique (avec accroissement de la DAMP de 4 %) favorable aux déciles inférieurs de la distribution des richesses, qui s’est traduite par une baisse du taux de pauvreté de 2,6 points. Du point de vue de l’indice d’écart de pauvreté qui a enregistré une diminution de 0,7 point, on remarque que la seule redistribution des richesses (si la DAMP était restée constante) a permis de réduire la sévérité de la pauvreté de 0,3 point. De son côté, le facteur revenu explique à lui seul une diminution de l’indice de pauvreté de 0,4 point. Au final, l’indice de croissance pro-pauvre qui prend la valeur 1,8 traduit une période de croissance favorable aux pauvres.

38Toutefois, ces résultats ne doivent pas masquer l’insuffisance des résultats de l’économie marocaine en termes de lutte contre la pauvreté. Sur l’ensemble de la période étudiée, l’importance relative de l’effet inégalités par rapport à l’effet revenu conduit par construction à l’obtention d’un indice de croissance pro-pauvre élevé, mais la faible diminution des indices de pauvreté nous oblige à minimiser la baisse des inégalités réellement survenue en milieu urbain.

39En ce qui concerne le milieu rural, l’analyse du tableau 5 met en évidence une situation largement différente. Au cours de la période 1985-1991, le milieu rural a connu une phase d’expansion économique caractérisée par une augmentation de la DAMP rapportée au seuil de pauvreté de 26,6 % et une diminution du taux de pauvreté de 13,2 points. La valeur du facteur revenu montre que si la variation de la DAMP s’était opérée sans modification de la courbe de Lorenz, le taux de pauvreté aurait chuté de 14,2 points. Le facteur inégalités a donc joué en défaveur des plus pauvres, puisque à DAMP constante, la redistribution des richesses aurait provoqué une augmentation du taux de pauvreté de 1,8 point. L’indice de croissance pro-pauvre prend la valeur 0,9 et traduit une croissance faiblement pro-pauvre dans la mesure où l’effet de l’augmentation de la DAMP sur la baisse du nombre de pauvres a été limité par une augmentation des inégalités durant cette période. En revanche, si l’on examine les deux indices de sévérité de la pauvreté, ce résultat ne tient plus. On peut conclure, en effet, que les effets revenu et inégalités (FR et FI) ont tous deux joué en faveur d’une réduction de la pauvreté. D’où un indice de croissance pro-pauvre supérieur à 1 qui traduit une phase de croissance favorable aux déciles inférieurs de la distribution. Ce deuxième résultat semble montrer que la croissance économique a davantage contribué à réduire la sévérité de la pauvreté que son ampleur. En d’autres termes, ceteris paribus, la redistribution des richesses entre 1985 et 1991 aurait entraîné une hausse du nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté mais aurait réduit l’écart qui sépare les pauvres du seuil de pauvreté. Ce résultat nous permet de conclure que c’est le décile de la distribution qui se situe juste au-dessus du seuil de pauvreté qui a connu la plus forte dégradation en termes de niveau de vie.

40Entre 1991 et 1999, la DAMP a enregistré, en milieu rural, une baisse de 12,1 % ; cette phase de récession économique a entraîné une augmentation du taux de pauvreté de 11,7 points. Le facteur revenu a contribué à augmenter ce taux de 7,5 points (à redistribution neutre), alors que de son coté, le facteur inégalités a entraîné une hausse du nombre de personnes pauvres de 6,2 points (à DAMP constante). L’indice traduit donc une phase de récession anti-pauvre. À l’inverse de la période 1985-1991, ce résultat s’accentue avec les indices de sévérité de la pauvreté. En effet, de ce point de vue, le facteur inégalités devient, en valeur absolue, supérieur au facteur revenu, ce qui signifie, que la hausse des inégalités a été durant cette période davantage préjudiciable aux pauvres que la chute de la DAMP. Au final, la redistribution des richesses a, toutes choses égales par ailleurs, contribué non seulement à accroître le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, mais avec un effet plus massif encore, elle a contribué à accroître l’écart entre le niveau de vie moyen des pauvres et le seuil de pauvreté. Ce résultat traduit le fait que ce sont les déciles de la distribution qui se situent sous le seuil de pauvreté qui ont le plus souffert de l’accroissement des inégalités.

Tableau 5. Décomposition de la variation de l’indice de pauvreté au Maroc en milieu rural

Période

Variation de l’indice de pauvreté*

Facteur revenu*

Facteur inégalités*

Résidu*

Indice de croissance pro-pauvre

Taux de pauvreté

1985-1991

1991-1999

1985-1999

-13.2

11.7

-1.6

-14.2

7.5

-7.2

1.8

6.2

3.9

-0.8

-2.0

-1.7

0.9

1.6

0.2

Indice d’écart de pauvreté

1985-1991

1991-1999

1985-1999

-5.3

7.2

1.9

-4.4

2.2

-2.3

-0.6

4.9

4.3

-0.3

0.1

-0.1

1.2

3.3

-0.8

Indice de Forster – Greer – Thorbecke

1985-1991

1991-1999

1985-1999

-2.8

4.2

1.5

-1.8

0.7

-1.0

-1.0

3.0

2.8

0

0.5

-0.3

1.5

6

-1.5

*en points de pourcentage.

41Si l’on analyse à présent la décomposition de la variation des indices de pauvreté au cours de la période 1985-1999, on peut dire que globalement, la croissance économique (caractérisée par une hausse de la DAMP de 11,3 %) a été défavorable aux pauvres. En effet, si le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté a diminué de 1,6 point, la sévérité de la pauvreté s’est quant à elle accrue, si l’on se réfère à l’indice de Foster – Greer – Thorbecke, de 1,5 point. Du point de vue du taux de pauvreté, le facteur revenu fait apparaître qu’à redistribution neutre, le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté aurait diminué de 7,2 point. Malheureusement, la redistribution a été telle qu’à DAMP constante, le nombre de pauvres aurait augmenté de 3,9 point, c’est-à-dire que le facteur inégalités a réduit les effets bénéfiques de la croissance en termes de lutte contre la pauvreté. Au final, l’indice prend la valeur 0,2 et traduit une période de croissance très faiblement pro-pauvre. En ce qui concerne la sévérité de la pauvreté, ce résultat s’accentue, dans la mesure où, en valeur absolue, le facteur inégalités devient supérieur au facteur revenu, ce qui traduit une période de croissance anti-pauvre (<0). En effet, la baisse des indices de pauvreté impulsée par la hausse de la DAMP (caractérisée par un facteur revenu négatif) est plus que compensée par la hausse des inégalités (caractérisée par un facteur inégalités positif), entraînant in fine une hausse de la pauvreté. Ce résultat est intéressant dans la mesure où il montre que la croissance ne permet pas toujours de réduire la pauvreté ; encore faut-il que les couches les plus défavorisées de la population bénéficient de ces gains de richesse. De plus, il valide la thèse qui veut que la croissance réduise l’ampleur de la pauvreté mais augmente sa sévérité.

42En résumé, on peut dire que la décomposition de la variation de la pauvreté au Maroc, entre 1985 et 1999, fait apparaître que la croissance économique ne s’est pas diffusée de la même manière à l’ensemble de la population. En différenciant le milieu rural du milieu urbain, on trouve que pour ce dernier, la croissance économique a globalement été profitable aux pauvres. En dépit d’un niveau de croissance économique relativement faible sur l’ensemble de la période, la redistribution des richesses a été assez favorable aux populations défavorisées, et a permis de réduire la pauvreté au-delà de ce que la seule croissance du revenu moyen ne l’aurait fait. En effet, l’indice de croissance pro-pauvre fait apparaître que l’effet inégalités a eu un impact quasiment aussi fort sur la réduction de la pauvreté que le facteur revenu. En revanche, au niveau rural, on constate que la hausse des inégalités a été telle qu’elle a grandement réduit les effets bénéfiques de la croissance économique sur la diminution du nombre de pauvres. Plus grave encore, en dépit d’un taux de croissance positif, la sévérité de la pauvreté a même augmenté dans les zones rurales entre 1985 et 1991. En d’autres termes, si la croissance économique a permis de réduire le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, elle a eu un effet néfaste sur le niveau de vie moyen des populations pauvres.

43Enfin, la décomposition en sous-périodes, montre que c’est durant la phase de récession (1991-1999), que les inégalités ont le plus augmenté au Maroc. Ceci explique les résultats catastrophiques obtenus en termes de lutte contre la pauvreté durant cette période, dès lors qu’à la baisse de la dépense moyenne par personne s’est ajoutée la diminution de la part de la richesse nationale détenue par les déciles inférieurs de la distribution.

44Si ces résultats confirment l’importance de distinguer pauvreté urbaine et pauvreté rurale dans les effets à attendre de la croissance économique, ils démontrent aussi que les populations rurales sont plus sensibles aux dégradations de niveaux de vie et à l’accroissement des inégalités.

45Durant la phase de récession (1991-1999), la baisse de la consommation moyenne a touché différemment les diverses couches de la population. On remarque en effet, qu’en milieu urbain, ce sont les ménages situés juste au-dessus du seuil de pauvreté qui ont été les plus touchés alors qu’en milieu rural, ce sont les 20 % de la population les plus pauvres qui ont été les plus exposés. Ceci explique pourquoi c’est plus en termes de sévérité que la pauvreté rurale s’est accrue. Plusieurs facteurs explicatifs peuvent être évoqués ici.

46Le premier tient à la structure du PIB marocain dans lequel le secteur agricole qui représente 16 % en 1998 et emploie 44 % de la population active, reste trop dépendant des conditions climatiques. De par l’importance relative des actifs ruraux, la sécheresse récurrente des années 1990 a eu des effets considérables sur l’augmentation de la pauvreté dans les zones rurales. De plus, les répercussions de la baisse des dépenses dans le monde rural ont des conséquences sur la demande globale qui vont au-delà de ce que pourrait laisser anticiper la part de l’agriculture dans le PIB.

47Le second concerne l’efficacité de la politique sociale mise en place par les autorités marocaines en vue de faciliter la transition économique. La sortie du cycle d’ajustement structurel à partir du début des années 1990 et la pression de la dette extérieure ont fortement contraint les capacités budgétaires de l’État marocain. La réduction des dépenses allouées à la politique sociale, qui demeure un instrument essentiel dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, explique en partie la tendance à la détérioration des niveaux de vie des ménages marocains les plus vulnérables. De plus, si l’on analyse la répartition des dépenses publiques octroyées au titre de la politique sociale, on remarque que le milieu urbain en a été bénéficiaire. En effet, le montant moyen des transferts par ménage en milieu urbain est 2,4 fois plus important qu’en milieu rural (direction de la Statistique). Plus généralement, la protection sociale tant du point de vue de sa fréquence que de son importance, ne semble pas favoriser les ménages à revenu limité. Enfin, le dispositif de filet de sécurité connaît de nombreuses limites liées notamment à un ciblage peu sélectif et à la faiblesse des populations rurales qui en profitent.

48Enfin, la forte propension à l’inégalité en milieu rural tient sans aucun doute à sa forte hétérogénéité. D’abord, cette hétérogénéité est la cause principale de la moindre efficacité du ciblage de la politique sociale évoquée plus haut, mais elle contribue également à exacerber la diversité des situations vécues par les ménages ruraux marocains, notamment en ce qui concerne l’inégal accès aux infrastructures de base. Ainsi, la proportion des populations pauvres rurales ayant accès aux services de santé est de 6 % contre 21 % chez les ménages aisés. En ce qui concerne l’accès à l’éducation, la part de la population pauvre vivant à proximité d’une école primaire est de 58 % contre 74 % pour les ménages aisés. Ces disparités se retrouvent également dans l’accès à l’eau potable, à l’électricité ou aux transports en commun. Les inégalités de revenu en milieu rural découlent également d’inégalités face à l’emploi. En effet, les pauvres résident majoritairement (85 %) dans des zones où l’agriculture et/ou la pêche sont l’activité principale, contrairement aux plus aisés qui jouissent d’un contexte économique plus diversifié (notamment le commerce et les services).


***

49Après avoir brièvement rappelé le concept de croissance pro-pauvre, nous avons construit un indicateur capable de mesurer avec quelle force la croissance économique profite aux plus démunis. En distinguant la variation de la pauvreté induite par une modification du revenu moyen de celle induite par la modification de la distribution des revenus, cet indice permet d’éliminer le biais « inégalités » présent dans le taux de croissance économique. De ce point de vue, son apport est intéressant pour mieux cerner la relation entre croissance et pauvreté. En revanche, nous devons noter qu’il ne retient de la pauvreté que son aspect monétaire, en laissant de côté bon nombre d’aspects qui caractérisent la situation des plus pauvres (Sen, 1998).

50L’application de cet indice à l’économie marocaine entre 1985 et 1999 fournit néanmoins des résultats intéressants. Sur l’ensemble de la période, il montre qu’en dépit d’une croissance relativement faible, la diminution des inégalités a permis en milieu urbain de réduire la pauvreté tant du point de vue de son étendue que de sa sévérité. En revanche, en milieu rural, la redistribution des richesses s’est opérée en défaveur des pauvres, et a ainsi considérablement limité les effets de la croissance en termes de réduction du taux de pauvreté. Si l’on considère les indicateurs de sévérité de la pauvreté, on constate même que la hausse des inégalités a plus que compensé l’effet de la hausse de la dépense moyenne, pour aboutir finalement à une situation aggravée. Notons enfin que c’est la phase de récession économique observée entre 1991 et 1999 qui a généré la plus forte augmentation des inégalités, en milieu rural comme en milieu urbain. La montée des inégalités qui s’est ajoutée à la diminution de la dépense moyenne a en effet eu des répercussions désastreuses sur le niveau de vie des couches les plus vulnérables de la population.

51De plus, cette analyse empirique confirme la nécessité de différencier la pauvreté urbaine de la pauvreté rurale. La répartition spatiale du phénomène montre en effet que les poches de pauvreté les plus vastes se situent dans les zones rurales et les résultats obtenus indiquent que c’est aussi dans ces zones que les inégalités se sont le plus accentuées. Globalement, selon la Direction de la Statistique, ce sont les 40 % des ruraux les plus défavorisés qui se sont appauvris au cours de la période étudiée. Ces résultats mettent ainsi en évidence l’échec de la politique sociale vis-à-vis de ces zones défavorisées. En effet, la composition et l’affectation des dépenses publiques au Maroc au cours des vingt dernières années montrent que les milieux urbains en ont perçu une grande part et que l’allocation de ces fonds publics était peu ciblée en faveur des zones rurales (Femise, 2004).

52En termes de politique économique, cette étude suggère que le processus de transition de l’économie marocaine doit s’accompagner d’une politique sociale efficace, fondée sur un ciblage adéquat des populations nécessiteuses, notamment en milieu rural, en vue de les prémunir contre les risques de dégradation des niveaux de vie. De plus, les résultats obtenus mettent en évidence l’importance de maintenir un niveau de croissance soutenue en vue de favoriser l’emploi des populations défavorisées, via notamment des projets de développement avec croissance inclusive. Au Maroc, une frange du secteur informel (en milieu urbain) et le secteur agricole (en milieu rural) pourraient faire l’objet de programmes de ce type. En effet, certaines petites et moyennes entreprises du secteur non structuré ont montré des vertus non négligeables durant la phase d’ajustement et présentent à long terme de réelles opportunités d’emplois stables pour peu qu’elles soient incitées à se structurer davantage. De son coté, le secteur agricole doit également être encouragé : développer les moyens des petites sociétés agricoles en favorisant notamment l’irrigation de certaines zones pourrait permettre d’améliorer la productivité de ce secteur et de le rendre ainsi moins dépendant des aléas climatiques.

53Quoi qu’il en soit, en vue d’améliorer l’efficacité de ce type de projet, une analyse plus fine du marché du travail marocain sera nécessaire pour rendre compte de sa complexe segmentation, que d’aucuns jugent être un facteur explicatif important des niveaux d’inégalité et de pauvreté. Dans cette optique, il serait intéressant d’utiliser l’indice de croissance pro-pauvre sur les différents secteurs d’activité de l’économie marocaine.

Haut de page

Bibliographie

Bhagwati J.N., 1998, « Poverty and Public Policy », World Development 16 (5), p. 539-654.

Banque Mondiale, 2002, Aux frontières de l’économie et du développement : le futur en perspective. Ed. Eska.

Bourguignon F., 2003, « The Poverty-Growth-Inequality Triangle », Conference on Poverty, Inequality and Growth, Agence Française de Développement / EU Development Network, Paris, 13 novembre.

Chen S., Datt G. et Ravallion M., 1991, « POVCAL: A Program for Calculating Poverty Measures from Grouped Data », Policy Research Department, Washington DC, World Bank.

Datt G. et Ravallion M., 1992, « Growth and Redistribution Component of Changes in Poverty Measures : A Decomposition with Applications to Brazil and India in the 1980’s », Journal of Development Economics, 38, p. 275-295.

Datt G., 1998, « Computational Tools for Poverty Measurement and Analysis », FCND Discussion Paper n° 50.

Direction de la Statistique, 2001, Analyse du profil et de la dynamique de la pauvreté, Royaume du Maroc, ministère de la Prévision économique et du plan.

— 2002, Répartition des niveaux de vie au Maroc, Royaume du Maroc, ministère de la Prévision économique et du plan.

Femise, 2004, Country Profile Morocco, mimeo.

Kakwani N. et Pernia E.M., 2000, « Pro-Poor Growth and Income Inequality », Asian Development Bank.

McCulloch N. et Baulch B., 1999, « Assessing the Poverty Bias of Economic Growth : Methodology and an Application to Andra Pradesh and Uttar Pradesh », Institute of Development Studies Working Paper, University of Sussex,Royaume-Uni.

Ravallion M., 1996, « Comparaisons de la pauvreté, concepts et méthodes », LSMS, Enquête sur la mesure des niveaux de vie, document de travail n° 122.

Sen A.K., 2000, Un nouveau modèle économique, Paris, Odile Jacob.

Haut de page

Annexe

Annexe – Construction de l’indice de croissance pro-pauvre

Soit un indice de pauvreté Pt qui dépend du revenu moyen par personne wt, du seuil de pauvreté zt, et de la distribution des revenus Lt(p), définie par les paramètres p de la courbe de Lorenz.

(1)

Notons que, dans la mesure où zt peut être considéré comme un indice du coût de la vie, Wt peut être interprété comme une variable proxy du revenu réel moyen par personne. Si cette variable Wt s’accroît, on peut raisonnablement supposer que l’indice de pauvreté Pt va diminuer (∂P/∂W<0). En ce qui concerne la variable Lt(p), on considère que si la variation des paramètres p de la courbe de Lorenz traduit une redistribution des richesses plus équitable, alors la valeur de l’indice de pauvreté Pt doit baisser. Inversement, si la redistribution des richesses contribue à accroître les inégalités alors l’indice de pauvreté doit augmenter.

La variation P de l’indice de pauvreté entre deux périodes t =0 et t =1 peut s’écrire :

(2)

∆P = P(W1,L1(p)) − P(W0,L0(p))

Cette variation P peut être décomposée de sorte que :

(3)

∆P = [P(W1,L0(p)) − P(W0,L0(p))] + [P(W0,L1(p)) − P(W0,L0(p))]+R

avec :

(4)

R = [P(W1,L1(p)) − P(W0,L1(p))] – [P(W1,L0(p)) – P(W0,L0(p))]

Ainsi, on décompose la variation de l’indice de pauvreté selon deux facteurs :

- le facteur revenu noté FR, dont le calcul est donné par l’équation (3a), qui mesure la part de la variation de l’indice de pauvreté imputable au seul effet de la variation du revenu moyen.

(3a)

FR = P(W1,L0(p)) – P(W0,L0(p))

- le facteur inégalités noté FI, dont le calcul est donné par l’équation (3b), qui mesure la part de la variation de l’indice de pauvreté imputable au seul effet de la variation de la distribution des revenus.

(3b)

FI = P(W0,L1(p)) – P(W0,L0(p))

Cette décomposition fait apparaître un résidu R, donné par l’équation (4), qui s’explique par le choix de la période t =0 comme date de référence7. Ce résidu existe du fait de l’interdépendance entre le revenu moyen et la distribution des revenus (exprimée par la courbe de Lorenz). Notons enfin que R peut être interprété comme la différence entre la valeur du facteur « revenu » calculée avec la distribution des revenus de la période finale (t =1) et la valeur du facteur « revenu » calculée avec la distribution des revenus de la période initiale (t =0).

Supposons que l’économie considérée connaisse un taux de croissance G positif ; l’accroissement du PIB doit se traduire par une augmentation du revenu moyen W, de sorte que W1 > W0. Au final, d’après l’équation (3a), le facteur revenu FR est négatif traduisant une baisse de l’indice de pauvreté P. Il existe donc une relation négative entre le facteur revenu et le taux de croissance de l’économie.

Le signe du facteur inégalité FR dépend de la manière selon laquelle la variation du PIB modifie la courbe de Lorenz. Si la redistribution s’opère en défaveur des plus démunis, alors le facteur inégalités FI, tel qu’il est défini dans l’équation (3b), sera positif, car à revenu moyen constant W0, on observera une hausse de l’indice de pauvreté P. A contrario, si l’accroissement du PIB modifie la distribution des revenus en faveur des plus pauvres, alors le facteur inégalités FI sera négatif.

Ces résultats théoriques sont synthétisés dans le tableau suivant.

Signe des facteurs FR et FI

Signe de FR

Si G>0, alors FR<0

Si G<0, alors FR>0

Signe de FI

Si G entraîne une redistribution anti-pauvre, alors FI>0

Si G entraîne une redistribution pro-pauvre, alors FI<0

On peut à présent construire un indice de croissance pro-pauvre noté , tel que :

(5)

Ω = ∆P/FR

En supposant R =0, peut s’écrire aussi :

(6)

Ω = (FR+FI)/FR

Haut de page

Notes

1  On peut par exemple rapprocher ce potentiel de main-d’œuvre inexploité à la population qui développe des stratégies de survie dans les sphères informelles de l’activité économique, quand on sait que, dans les pays en développement, le secteur informel est un acteur économique à part entière, de par son ampleur (il représente souvent plus de 50 % du PIB) et son dynamisme (il crée en général plus d’emplois que le secteur privé).

2  Pour Sen, la pauvreté ne doit pas être appréhendée seulement comme une privation de revenus mais aussi comme une privation de capacités (ou de libertés) élémentaires qui permettent aux individus de mener la vie qu’ils souhaitent.

3  La décomposition donnant lieu à la construction de l’indice de croissance pro-pauvre est présentée en annexe.

4  À partir de données relatives à la distribution des richesses dans une économie donnée, le logiciel paramétrise la courbe de Lorenz puis estime les indices de pauvreté. POVCAL est disponible sur le site Internet de la Banque mondiale.

5  Pour une analyse détaillée de ces indices de pauvreté, voir Ravallion, 1996.

6  Notons que, pour cette raison, les comparaisons entre les indices de pauvreté seront sans doute plus pertinentes pour les périodes 1984-1985 et 1998-1999, où les ENNVM furent réalisées auprès d’un nombre plus important de ménages.

7  Pour une analyse détaillée du résidu, voir Datt et Ravallion, 1992.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Décomposition d’une variation du taux de pauvreté en deux effets « croissance » et « redistribution »
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/155/img-1.png
Fichier image/png, 5,4k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/155/img-2.png
Fichier image/png, 1,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles-L. Griffoni, « Croissance économique et pauvreté : une application de l’indice de « croissance pro-pauvre » au cas du Maroc entre 1985 et 1999 », L’Année du Maghreb, II | 2007, 471-487.

Référence électronique

Charles-L. Griffoni, « Croissance économique et pauvreté : une application de l’indice de « croissance pro-pauvre » au cas du Maroc entre 1985 et 1999 », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 21 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/155 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.155

Haut de page

Auteur

Charles-L. Griffoni

Doctorant au Centre d’économie et de finances internationales (CEFI), CNRS – Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II)

Haut de page