Navigation – Plan du site
Maghrébins en Europe

L’islam de France par les urnes : retour sur les élections du Conseil français du culte musulman(2003-2005)

Franck Frégosi
p. 491-497

Entrées d'index

Géographie :

France
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Frégosi Franck, « France : le culte musulman et la République, la régulation publique de l’islam d (...)

1Avec le lancement par Jean-Pierre Chevènement de la Consultation des musulmans de France en novembre 1999, le processus d’institutionnalisation de l’islam a connu un tournant décisif1. Un partenariat aux accents républicains allait peu à peu se mettre en place entre, d’une part, l’administration du ministère de l’Intérieur, en charge de la question sensible des cultes, et les différentes composantes fédératives et associatives de l’islam religieux en France, d’autre part.

  • 2  Terrel Hervé, « L’État et la création du Conseil français du culte musulman (CFCM) », in Zarka Yve (...)

2Ce processus, ponctué par différentes crises et tensions, a débouché quatre années plus tard, en avril 2003, sur l’élection du premier Conseil français du culte musulman (CFCM) dont le mandat fut fixé à deux ans2. Son renouvellement est intervenu en mai 2005.

3Dans cet article nous tenterons de présenter, à partir des résultats des deux scrutins communautaires successifs, les contours actuels de l’islam de France tel qu’ils se dessinent à l’issue de ces deux élections.

  • 3  Brouard Sylvain et Tiberj Vincent, Français comme les autres ? Enquête sur les citoyens d’origine (...)

4Compte tenu du mode d’élection retenu (élection par les délégués des lieux de culte désignés par les associations gestionnaires), cet islam est un islam institutionnel de notables qui reflète davantage le résultat d’un rapport de forces entre divers opérateurs musulmans nationaux (les fédérations et les mosquées) et extra-nationaux (États étrangers, bailleurs de fonds, courants idéologiques…) qu’il n’est la traduction statistique des attentes des fidèles de base ou de l’ensemble des personnes de confession musulmane vivant dans l’Hexagone3.

Représentation du culte musulman auprès des pouvoirs publics ou représentation de l’État auprès des musulmans ?

5La victoire de la droite aux élections présidentielles puis législatives en 2002 présageait d’une remise à plat totale du processus d’institutionnalisation du culte musulman amorcé par la gauche en 1999. A-t-on réellement assisté à une totale réorientation de la politique gouvernementale en direction du culte musulman ?

La régulation publique de l’islam à l’heure de l’alternance politique

6Durant la campagne des présidentielles, nombreuses furent en effet les voix, dans et en dehors de la communauté musulmane, qui utilisèrent la présence de l’UOIF au sein de la consultation des musulmans de France comme un repoussoir pour dresser le portrait d’un islam de France malade de l’islamisme. Le risque de voir l’organisation du culte revenir aux seules composantes fondamentalistes était dans tous les esprits. L’Institut musulman de la mosquée de Paris (IMMP) escomptait, par le retour de la droite au pouvoir, redevenir l’unique interlocuteur des autorités. Le nouveau ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy nommé en mai 2002, à peine installé, fait savoir aux membres de la Consultation que, s’il reconnaît le travail accompli, les circonstances selon lui ne sont pas favorables pour la tenue des élections prévues en mars. Elles sont donc reportées au mois de juin. Il lui apparaît en effet plus urgent de trouver un accord sur les statuts des futures instances nationales et locales, et de diversifier les partenaires musulmans du ministère, en ouvrant le groupe de la consultation aux femmes et aux « savants » jusque là tenus à l’écart, plutôt que de donner la parole aux fidèles des mosquées. En agissant de la sorte, le ministre semble faire droit aux supplications récurrentes de certains membres de la Consultation.

7Les notables algériens, qui craignaient de se voir désavoués par la base des fidèles, souhaitaient en effet, comme la direction de la Grande Mosquée de Paris, l’abandon pur et simple du principe des élections, là où d’autres, comme le libéral Soheib Bencheikh, défendaient l’idée d’une représentation élitiste, reposant sur la maîtrise de connaissances savantes plus que sur la gestion pratique des lieux de culte.

Le compromis de Nainville-les-Roches

8Nicolas Sarkozy ne tarda pas à faire entendre sa différence en faisant preuve d’un investissement personnel dans ce dossier et en cherchant à infléchir le processus au profit d’un État davantage acteur de l’islam de France que simple spectateur.

9Sa réalisation majeure sera d’obtenir la désignation, pour une durée de deux ans, du bureau du CFCM, avant même la tenue des élections. Le ministre va, de lui-même, en décembre 2002, fixer les contours du futur CFCM. Après avoir consulté les ambassadeurs d’Algérie, du Maroc et de Tunisie, Nicolas Sarkozy dévoile la composition interne du CFCM qui fait la part belle à la Grande Mosquée de Paris (liée à l’Algérie), à l’Union des organisations islamiques de France (proche des Frères musulmans et des États du Golfe), ainsi qu’à la Fédération nationale des musulmans de France (liée au Maroc). Ces trois composantes se répartissent les postes clefs du bureau du CFCM. À la première, revient de droit la présidence et, aux secondes, deux vice-présidences.

  • 4  Ternisien Xavier, La France des mosquées, Paris, Albin Michel, 2002.

10Ce partage est entériné par les autres composantes de la Consultation le 20 décembre 2002 et consigné dans l’accord dit de Nainville-les-Roches. Durant un séminaire de deux jours, aux allures de grand Sanhédrin napoléonien4, entièrement organisé par les services de l’Intérieur dans une propriété dudit ministère en région parisienne, les différentes composantes de la Consultation sont invitées à se réunir afin de conclure le processus de création du CFCM. Dans un laps de temps limité sont créées les conditions propices, y compris matérielles (préparation de repas halal, aménagement d’un espace de prière…), afin que les participants puissent, avec force théâtralisation, se mettre d’accord sur le projet proposé par le ministère.

11Il reste simplement à manœuvrer de telle manière qu’aucune des composantes n’ait le sentiment d’avoir été lésée dans l’accord final. Aussi les conseillers du ministère et le ministre usent-ils de tous les moyens de persuasion afin de conférer à cet évènement une portée historique, multipliant les apartés avec les uns et les autres, agitant tour à tour la carotte et le bâton en direction de notables musulmans soumis à de multiples pressions extérieures.

12Une fois l’accord scellé, le ministre vient féliciter ses partenaires musulmans et peut passer à la postérité comme celui qui a réussi à arracher aux responsables musulmans un accord historique.

  • 5  « Qu’est-ce que L’Union des Organisations Islamiques de France ? », Paris, L’Archipel, coll. « L’i (...)

13La composition du Conseil entérine les appétits des puissances étrangères comme l’Algérie et le Maroc, sans froisser pour autant les tenants du conservatisme religieux et leur relais hexagonal, l’UOIF5.

14Cette dépendance à l'égard de l’État surprend dans un régime de laïcité où l’État est supposé ne pas interférer dans l’organisation et le fonctionnement des cultes. Elle est, en même temps, l’aveu de la relative incapacité des responsables musulmans à faire émerger entre eux un véritable consensus sur des objectifs communs.

L’élection du premier CFCM ou l’islam à l’épreuve des urnes : désaveu de la Grande Mosquée de Paris et avancées des courants orthodoxes

15Les 6 et 13 avril 2003, les 4 000 délégués des mosquées de France passèrent enfin aux votes pour désigner les membres du premier Conseil français du culte musulman (CFCM) ainsi que les membres des 25 Conseils régionaux du culte musulman (CRCM).

16Quels enseignements peuvent être tirés de ce scrutin, une première dans l’histoire des relations parfois problématiques entre la République et l’islam ?

  • 6  Maréchal Brigitte (dir.), L’Islam et les Musulmans dans l’Europe élargie : radioscopie. A Guide Bo (...)

17En premier lieu, la composante religieuse de l’islam en France dispose désormais d’un organe central représentatif. Malgré les appels au boycott et les sévères critiques formulées par les associations de jeunes musulmans, les délégués ont participé à hauteur de 88,5 %. La formule d’une désignation de représentants du culte musulman par voie électorale, auparavant déjà expérimentée en Belgique et pratiquée en Autriche6, semble avoir rencontré un large assentiment. Les tenants d’une représentation exclusivement savante n’ont pas été suivis.

18Les électeurs n’ont donné la majorité absolue à aucune organisation. Ils confirment ainsi le choix d’une représentation religieuse pluraliste de l’islam en France. C’est là un signe de maturité des musulmans de France, réfractaires à la perspective d’un islam monolithique.

19Les résultats d’avril 2003 ont toutefois donné un net avantage aux courants rigoristes, comme l’UOIF, mieux implantés territorialement et plus efficaces que les réseaux algériens. La Grande Mosquée de Paris, y compris dans les régions à forte population algérienne (région PACA, Rhône-Alpes, Île-de-France…), a subi un sérieux revers électoral qui s’est amplifié avec les élections des présidents des conseils régionaux du culte musulman en mai 2003. Les électeurs ont marqué leur rejet de l’islam consulaire algérien et la disqualification d’une prétention ancienne à la représentation exclusive de l’islam sans réelle assise sur le terrain. Ce revers sanctionne aussi plus largement l’attitude défiante qui a toujours été celle des représentants de la Grande Mosquée de Paris vis-à-vis du processus électoral de désignation du CFCM.

20En revanche, les bons résultats obtenus par l’UOIF témoignent du poids réel de cette composante néo-fondamentaliste au sein de l’islam de France. L'UOIF combine conservatisme social et fondamentalisme religieux, avec l’efficacité d’un tissu associatif présent dans tous les secteurs de la société et sur l’ensemble du territoire. Pour autant, sa progression ne doit pas être surévaluée, ni faire conclure à l’étouffement systématique des autres sensibilités islamiques. Présente partout, l’UOIF n’est pas toujours majoritaire. L’essentiel de son avantage électoral s’explique par une large stratégie d’union avec d’autres courants. C’est la raison pour laquelle ses listes comportent par endroits des représentants de l’islam piétiste du Tabligh, des militants turcs du Millî Görüs dans le grand Est, ou des fidèles de mosquées indépendantes comme la mosquée Islah de Marseille.

21L’autre leçon du premier scrutin réside dans la percée des listes de la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF), liée au Maroc, qui sont arrivées en tête. Cette victoire reflète assez bien la sociologie de l’islam de France. Elle témoigne du dynamisme religieux des Marocains, plus investis dans la gestion et la pratique du culte que les Algériens. Elle ne doit cependant pas non plus être surévaluée. Cette fédération, apparue en 1985 sous la forme d’un ensemble hétérogène de toutes les sensibilités ethniques et idéologiques opposées à l’hégémonie algérienne sur l’islam en France, a vu, durant la décennie 1990, sa base sociale se réduire comme une peau de chagrin. Elle est parvenue à présenter des listes dans la plupart des régions grâce aux pressions exercées par les consulats marocains afin d’inciter les associations marocaines à rallier son panache. Elle a, de plus, souvent dû mettre en avant des personnalités non affiliées, généralement proches des milieux piétistes.

22Le scrutin de mai 2003 revêtait également une dimension locale, avec l’élection des membres des conseils régionaux du culte musulman. Or, l’élection des présidents desdits conseils a montré qu’en dépit des accords de désistement réciproque passés à la hâte, juste après les premières échéances électorales, entre quelques fédérations à l’échelon national (accords de soutien entre la Grande Mosquée de Paris, la FNMF, et le Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF), les délégués régionaux se sont plutôt prononcés en fonction d’enjeux locaux dans lesquels les conflits de personnes ont joué un rôle non négligeable. Ainsi, en Alsace, l’unique représentant de la Grande Mosquée de Paris élu au bureau du conseil régional du culte musulman a-t-il voté pour le représentant local de l’UOIF, au lieu de favoriser l’élection de son challenger marocain indépendant. De même, en région PACA, en dépit des accords nationaux, les élus marocains ont préféré faire élire le candidat de la liste d’union UOIF-Islah en lieu et place d’un candidat algérien.

Le second CFCM, un islam sous influence marocaine

23Le dimanche 19 juin 2005, pour la seconde fois, 5 200 grands électeurs, délégués de 1 300 mosquées et salles de prière de l’Hexagone, ont procédé à l’élection des membres du CFCM et des CRCM. Les élections se suivent, sans nécessairement se ressembler.

24C’est la FNMF qui l’emporte nettement avec 44 % des sièges du conseil d’administration du CFCM, la Grande Mosquée de Paris en obtient 23 % et fait jeu égal avec l’UOIF, le CCMTF obtient 2,3 % des suffrages.

25Ces résultats confortent l’ascendant indéniable de l’islam marocain sur le paysage officiel de l’islam organisé en France, via le succès remporté par la FNMF et ses diverses expressions régionales. Celle-ci s’est désormais durablement installée en France comme la vitrine officielle de l’islam marocain, emportant dans son sillage de nombreuses mosquées qui, jusque là, avaient veillé à ne pas trop s’afficher sous le label officiel marocain, cherchant à incarner une alternative face à l’influente UOIF et à l’islam trop ethnique de la Grande Mosquée de Paris.

26Les urnes ont aussi permis précisément à la Grande Mosquée de Paris, vitrine historique de l’islam officiel algérien, de faire oublier la défaite cuisante qu’elle avait subie deux ans auparavant. Elle est désormais au coude à coude avec sa rivale, l’UOIF. Sa remontée tient sans nul doute à un travail mené auprès de sa base sociale mais aussi à un deal passé avec les Marocains pour court-circuiter la progression de l’UOIF. L’islam jacobin algérien a préféré s’entendre avec l’islam de Rabat plutôt que de devoir composer avec l’islam des Frères, son rival de toujours.

  • 7  À la suite d'un recours en contentieux et de nouvelles élections du bureau du CRCM, la présidence (...)

27L’UOIF a pâti de ce dernier scrutin. En effet, elle n’a pas pu réitérer les listes d’unions avec d’autres groupes musulmans. Elle a par exemple dû renoncer à faire liste commune avec les Turcs du Millî Görüs, lesquels ont souhaité aller cette fois aux élections sous leurs propres couleurs. Ce défaut d’alliance a fait notamment perdre à l’UOIF la présidence de la région Alsace qui est revenue à un franco-marocain7. Il lui appartient de prendre la mesure de son recul et de réviser sa stratégie par rapport à un processus d’institutionnalisation du culte dont elle avait jusque là su tirer profit. Il est cependant exagéré de crier comme certains analystes à la débâcle de l’UOIF, à la défaite des « fondamentalistes » au profit des musulmans modernes et modérés. La modernité n’est pas a priori la caractéristique qui convient le mieux pour décrire l’islam marocain en France, davantage piétiste et traditionaliste.

28Alors que pendant des décennies c’est Alger qui prétendait donner l’heure à l’islam de France, il semble que ce temps soit révolu. C’est désormais à l’heure de Rabat que devront se mettre les musulmans de France.

29L’islam de France peine à s’émanciper d’une logique de sujétion à des intérêts ethniques et nationaux qui ne perçoivent dans l’islam en France, qu’un marchepied pour afficher leur patriotisme étroit. La route est encore longue qui verra les musulmans de France prendre en mains leur destin et l’avènement d’un islam débarrassé de toutes les tutelles extérieures. Le veulent-ils ou le peuvent-ils ? Là est vraiment la question.

30Les élections du CFCM ont eu le mérite de confronter les organisations musulmanes dites représentatives au verdict des urnes et aux jeux subtils des alliances qui font les grandes heures du système démocratique. C’est sans nul doute encore insuffisant, eu égard au fait que l’immense majorité des fidèles n’ont pas directement voix au chapitre, mais c’est déjà un pas fait dans le sens d’une démocratisation progressive de la représentation religieuse de l’islam. Si ce conseil aspire réellement à défendre les intérêts des fidèles du culte musulman, encore faut-il trouver le moyen de leur donner la parole et de respecter leur choix.

31Tous les clivages tranchés entre les tenants d’un islam réputé moderne et les tenants du fondamentalisme, entre les partisans supposés d’un islam républicain et leurs challengers communautaristes ont été bousculés par le jeu électoral. Sinon comment expliquer que la Grande Mosquée de Paris a, en Limousin, fait liste commune avec des fondamentalistes turcs ou qu’en PACA, plutôt que de favoriser la réélection d’un indépendant à la tête du CRCM, l’UOIF a préféré opter pour le candidat algérien lors des dernières élections communautaires ?

  • 8  C’est ainsi qu’en 1993, en pleine crise scolaire du foulard, le Recteur de la Grande Mosquée de Pa (...)

32Il existe incontestablement des différences et même des divergences fortes dans la lecture de l’islam entre les fédérations nationales, mais les jeux d’alliance et les ambitions ont tôt fait de réfréner les prétentions les plus réformatrices et les ambitions les plus gallicanes. La perspective de conquérir des postes clefs peut conduire certains esprits « éclairés » à se rallier aux tenants du rigorisme8, et amener les fondamentalistes à se rapprocher des « modérés » le temps d’une élection.

33Le maintien de Dalil Boubakeur à la présidence du nouveau CFCM montre que cette instance se joue du principe de l’alternance. Le dispositif de Nainville-les-Roches a été donc tacitement reconduit sans que cela ne soulève la moindre protestation de la part des autres organisations musulmanes.

34Tout se passe comme si elles s’étaient finalement résignées à ce que le Recteur de la Grande Mosquée de Paris demeure le représentant naturel ad vitam du culte musulman. Ni la FNMF, pas encore remise de sa victoire, ni l’UOIF, groggy de son recul, n’ont en effet fait mine de contester le leadership de facto du Recteur de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris sur la représentation du culte. Une stricte logique arithmétique aurait pourtant voulu que la présidence du CFCM échoie cette fois à la FNMF, sortie victorieuse des élections, mais c’était sans compter sur le fait que la construction de la représentation de l’islam de France défie les lois de la rationalité. Les gouvernants recherchaient une Église musulmane, ils ont fini par lui trouver un pontife.

Haut de page

Notes

1  Frégosi Franck, « France : le culte musulman et la République, la régulation publique de l’islam dans un cadre laïque », in Leveau Rémi, Mohsen-Finan Khadija et Wihtol de Wenden Catherine (dir.), L’Islam en France et en Allemagne. Identités et citoyennetés, Paris, La Documentation française, 2001, p. 63-71.

2  Terrel Hervé, « L’État et la création du Conseil français du culte musulman (CFCM) », in Zarka Yves-Charles, Taussig Sylvie et Fleury Cynthia (dir.), L’Islam en France, Cités, Hors Série, Paris, PUF, 2004, p. 67-92.

3  Brouard Sylvain et Tiberj Vincent, Français comme les autres ? Enquête sur les citoyens d’origine maghrébine, africaine et turque, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, coll. « Nouveaux débats », 2005.

4  Ternisien Xavier, La France des mosquées, Paris, Albin Michel, 2002.

5  « Qu’est-ce que L’Union des Organisations Islamiques de France ? », Paris, L’Archipel, coll. « L’information citoyenne », 2006.

6  Maréchal Brigitte (dir.), L’Islam et les Musulmans dans l’Europe élargie : radioscopie. A Guide Book on Islam and Muslims in the Wide Contemporary Europe, Bruxelles, Academia Bruylant, 2002.

7  À la suite d'un recours en contentieux et de nouvelles élections du bureau du CRCM, la présidence de la région Alsace est assurée par un représentant de la Grande Mosquée de Paris.

8  C’est ainsi qu’en 1993, en pleine crise scolaire du foulard, le Recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, n’avait pas hésité à cosigner un texte élaboré par l’UOIF prenant fermement la défense du foulard !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Frégosi, « L’islam de France par les urnes : retour sur les élections du Conseil français du culte musulman(2003-2005) », L’Année du Maghreb, II | 2007, 491-497.

Référence électronique

Franck Frégosi, « L’islam de France par les urnes : retour sur les élections du Conseil français du culte musulman(2003-2005) », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 06 juillet 2010, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/157 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.157

Haut de page

Auteur

Franck Frégosi

Chargé de recherche CNRS - UMR Prisme, Université Robert Schuman (Strasbourg I), Institut d’études politiques, Aix-en-Provence

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page