Navigation – Plan du site
Relations internationales

Le Maghreb entre les États-Unis et l'Europe : avant-propos

Jean-Robert Henry
p. 561-562

Entrées d'index

Géographie :

Maghreb, Etats-Unis, Europe
Haut de page

Notes de l'auteur

Les auteurs de ces contributions participent également à un numéro spécial, sous presse, de la Revue du CREAD (Alger) sur les États-Unis et le Maghreb.

Texte intégral

1Dans la précédente livraison de L’Année du Maghreb, le dossier de recherche, intitulé « L’espace euromaghrébin. Des hommes au péril des politiques », avait choisi de concentrer l’attention sur les riverains – hommes et gouvernants – de la Méditerranée occidentale, un espace où les tensions multiples héritées du passé ou engendrées par des processus plus contemporains n’empêchent pas l’existence de très denses imbrications économiques, humaines et culturelles. Ce faisant, nous avions délibérément marginalisé des considérations plus géostratégiques sur la place de cette région dans les enjeux planétaires, qui se traduisent notamment par l’intérêt qu’y portent les États-Unis au détriment des Européens.

2Sans céder à une vision américano-centrée ou euro-centrée du Maghreb, deux contributions apportent cette année des éclairages précieux sur cette question. Celle de Y. Zoubir est centrée sur l’évolution récente de la politique américaine qui fait de l’espace maghrébo-sahélien une carte majeure du dispositif de sécurisation du Grand Moyen-Orient. L’autre, de A. Baghzouz, s’intéresse davantage à la compétition entre Européens et Américains autour d’un Maghreb désuni qui peine à émerger comme acteur crédible. Cette désunion n’empêche pas les États du Maghreb de jouer leurs propres cartes. Ainsi, la tentation algérienne de renouer avec des aspirations de puissance régionale, la subtilité avec laquelle le Maroc use de ses atouts de pays « pro-occidental » ou les méandres de la stratégie libyenne nuancent la vision trop déterministe d’un Maghreb soumis sans frein à la toute-puissante influence américaine. Les convergences entre les gouvernements autour de la lutte anti-terroriste paraissent conjoncturelles et ambiguës, sans soutien de l’opinion publique. Surtout, elles répondent encore moins aux vrais défis que pose aux riverains de la Méditerranée la gestion de leur proximité humaine. Il s’agit d'un facteur difficile à cerner mais peut-être plus important au total que les considérations géostratégiques. Trop ignorée par le Processus de Barcelone, la dimension humaine est revenue sur le devant de la scène avec la multiplication de conférences sur le contrôle des flux migratoires, avec la mise en œuvre par plusieurs pays de procédures de régularisation des migrants « illégaux », et enfin avec la nécessité désormais reconnue par l'UE de définir une politique d'immigration globale. Aujourd'hui, c'est bien l'obligation pour les Européens de devoir assumer quoi qu'il arrive leur proximité humaine avec le Maghreb qui différencie le plus leurs enjeux dans cette région de ceux des États-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Robert Henry, « Le Maghreb entre les États-Unis et l'Europe : avant-propos », L’Année du Maghreb, II | 2007, 561-562.

Référence électronique

Jean-Robert Henry, « Le Maghreb entre les États-Unis et l'Europe : avant-propos », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/167 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.167

Haut de page

Auteur

Jean-Robert Henry

Directeur de recherche, IREMAM/CNRS

Articles du même auteur

Haut de page