Navigation – Plan du site
Relations internationales

Les États-Unis et le Maghreb : primauté de la sécurité et marginalité de la démocratie

Yahia H. Zoubir
p. 563-584

Entrées d'index

Géographie :

Etats-Unis, Maghreb
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cécile Jolly, « Ambitions américaines en Méditerranée », Arabies, septembre 1999. L’auteur argue q (...)
  • 2  La presse maghrébine soutient la même thèse. Les exemples abondent dans la presse maghrébine. Voir (...)
  • 3  M. Saâdoune, « Estimant que face aux États-Unis, la France n’a pas le même poids, Bedjaoui confirm (...)
  • 4  Voir Yahia H. Zoubir, « Les États-Unis dans l’espace euro-méditerranéen : complémentarité, rivalit (...)

1Le déploiement américain au Maghreb ces dernières années a suscité de nombreuses interrogations. En effet, de nombreux observateurs en France1 et au Maghreb2 s’inquiètent de voir les États-Unis s’intéresser de trop près au Maghreb et suggèrent qu’ils veulent y supplanter l’influence française. Le ministre algérien des Affaires étrangères a même déclaré le 13 avril 2006 que la France n’avait pas « le même poids en Algérie » que les États-Unis, qui sont devenus le principal client de l’Algérie, avec 12 milliards de dollars d’échange en 20053. Cette phrase apparemment anodine sous-entend que les États-Unis sont appelés à jouer un rôle prépondérant dans la région. Mais qu’en est-il en réalité ? Quels sont les intérêts des États-Unis au Maghreb ? Comment a évolué la politique américaine ? Pourquoi le Maghreb est-il devenu une région stratégique ? Est-il vrai que les États-Unis souhaitent supplanter l’influence européenne à travers la Middle East Partnership Initiative (MEPI) et le Millennium Challenge Account (Compte du Millénaire) ? L’argument principal développé dans cet article est qu’il existe un intérêt incontestable des États-Unis pour cette région, devenue stratégique depuis le 11 septembre. Il est vrai aussi que malgré l’apparence d’une concurrence entre l’Europe et les États-Unis au Maghreb, les relations transatlantiques dans la région relèvent plus de la complémentarité que de la rivalité4. Cependant, on peut se poser la question de savoir si les États-Unis, dont la politique étrangère, surtout au Moyen-Orient, suscite un anti-américanisme certain – qui n'a pu que croître avec le soutien des États-Unis à la guerre menée par Israël contre les Palestiniens et les Libanais en juillet 2006 – pourront établir le même niveau d’influence qu’exerce l’Europe en général, et la France en particulier, sur les pays maghrébins et leurs opinions publiques. De plus, l’hégémonisme et l’unilatéralisme de la politique étrangère américaine sous le régime de George W. Bush constituent un obstacle au développement de relations autres que celles relevant du domaine de la sécurité et des intérêts énergétiques. La complicité israélo-américaine au Moyen-Orient a un impact certain au Maghreb. De plus, le soutien américain à des régimes autoritaires, malgré le discours du président Bush sur la diffusion de la démocratie dans le monde arabe ne fait que discréditer l’image des États-Unis dans la région.

2Les États-Unis prétendent qu’ils soutiennent la démocratie et les droits humains partout dans le monde et dans le monde arabe en particulier. Or, malgré cette rhétorique, on constate que les États-Unis semblent être de plus en plus effrayés par les perspectives démocratiques dans le monde arabe. Leur hantise aujourd’hui est que des élections libres auraient comme conséquence l'arrivée au pouvoir d’islamistes opposés à la politique américaine. La victoire du Hamas en Palestine ou la montée en puissance des Frères musulmans en Égypte lors des dernières élections parlementaires font craindre aux États-Unis que ces exemples soient suivis d’autres dans le monde arabe et fassent reculer la « lutte antiterroriste » en menaçant les intérêts des États-Unis et d’Israël. Il semble que les États-Unis aient à présent décidé que l’approche la plus prudente serait de soutenir les régimes autoritaires amis des États-Unis qui pourraient graduellement introduire des réformes « démocratiques » sans bouleversements majeurs. La preuve la plus éloquente est le rétablissement des relations avec la Libye sans qu’aucune pression réelle ne soit faite sur le régime en vue d’ouvrir le champ politique à la population libyenne. Or une telle politique ne fera que discréditer davantage la politique américaine, accusée, à juste titre, de soutenir des régimes illégitimes dès lors que ces derniers servent les intérêts des États-Unis.

Les origines d’une politique maghrébine des États-Unis

  • 5  Yahia H. Zoubir et Stephen Zunes, « United States Policy in the Maghreb », in Yahia H. Zoubir (dir (...)

3Historiquement, les États-Unis ont dans l’ensemble accordé assez peu d’importance au Maghreb, les dirigeants américains considérant que celui-ci faisait partie de la zone d’influence de l’Europe, notamment de la France. Néanmoins, certaines périodes ont suscité un regain d’intérêt des États-Unis pour cette région, tant sur le plan économique que politique. On peut distinguer au moins trois de ces périodes : la seconde guerre mondiale, la période de décolonisation dans les années 1950 et 1960 et, enfin, le conflit du Sahara occidental jusqu’aux années 1980. Pendant la guerre froide, et malgré sa position géopolitique, les États-Unis n’avaient jamais perçu le Maghreb comme entité régionale et préféraient des relations bilatérales avec chacun des États. Le Maghreb en tant que région n’avait de signification que par rapport aux conséquences que l’évolution dans cet espace pouvait avoir sur la stabilité de l’Europe méridionale, flanc sud de l’OTAN (NATO’s Southern Flank). Durant toute la période de la guerre froide, les États-Unis souhaitaient surtout endiguer l’influence communiste, celle de l’URSS en particulier, et promouvoir les intérêts occidentaux. Malgré des relations sécuritaires et politiques privilégiées avec le Maroc et la Tunisie, deux pays ouvertement pro-occidentaux, les Américains s’en étaient remis à la France, ancienne puissance coloniale, pour jouer un rôle prépondérant au Maghreb. Jusqu’au début des années 1990, il n’existait pas de politique régionale américaine au Maghreb5. Mais depuis la fin de la guerre froide et l’effondrement du bloc de l’Est, on a pu voir graduellement se dessiner une politique régionale, dictée par la stratégie globale de l’« hyper puissance » américaine. Ainsi, depuis la fin des années 1990, la politique américaine a été manifestement favorable à l’émergence d’un ensemble régional maghrébin intégré dans l’économie de marché – dans le cadre du système des « trading blocs » ou zones commerciales. Même si la Libye était exclue de ce schéma, il ne fait aucun doute que les États-Unis envisageaient son intégration éventuelle dans cet ensemble qui s’étend de la Libye au Maroc. La normalisation avec la Libye depuis décembre 2003 ainsi que le rétablissement en mai 2006 de relations diplomatiques complètes et la suppression de ce pays de la liste américaine des États sponsorisant le terrorisme est la démonstration concrète de cette constatation.

  • 6  Yahia H. Zoubir, « Algerian-Moroccan Relations and their Impact on Maghrebi Integration », Journal (...)

4Au cours de la période qui a suivi la guerre froide, l’intérêt américain pour le Maghreb s’est accru en raison d’abord de l’inévitable globalisation, mais surtout depuis les événements du 11 septembre 2001. Après les attentats anti-américains, les États-Unis ont accordé plus d’attention à la région, en partie sous le prétexte que certains membres du réseau terroriste al Qaeda, dénommés « arabes afghans », sont d’origine nord-africaine. Par ailleurs, les décideurs américains étaient très séduits à la fin des années 1990, par la vision d’une entité régionale maghrébine centrée sur le marché, même si la situation de ni paix ni guerre au Sahara occidental continue d’être une source de tensions dans la région et reste le principal point de discorde entre l’Algérie et le Maroc, qui forment l’axe du processus d’intégration régionale6. Depuis ses débuts en 1975, le conflit du Sahara occidental exacerbe les tensions dans les relations algéro-marocaines, en rendant laborieuse l’intégration économique maghrébine. Le soutien des États-Unis (et celui encore plus ferme de la France) au Maroc constitue un obstacle majeur à la résolution du conflit.

Les grandes lignes de la politique américaine au Maghreb

  • 7  U.S. National Security Strategy Document. The White House, Washington, DC, février 7, 2000.
  • 8  Stuart Eizenstat, entretien avec Doris McMillon sur WorldNet « Dialogue », 8 juin 1999, in United (...)
  • 9  Lors de son passage au Maghreb en septembre 2002, le secrétaire adjoint au Commerce Sam Bodman ne (...)

5En 2000, les États-Unis disaient favoriser un type de développement privilégiant la croissance économique durable au Maghreb. Officiellement, « les États-Unis recherchent la stabilité et la prospérité de l’Afrique du Nord » et souhaitent « renforcer (les) relations avec le Maroc, la Tunisie et l’Algérie et encourager les réformes politiques et économiques »7. Avant les événements du 11 septembre, le principal intérêt américain était avant tout économique ; avec pour indicateur l’Initiative Eizenstat ou Alliance économique entre les États-Unis et l’Afrique du Nord. Lancée en 1999 pour être ultérieurement renommée Programme économique américain pour l’Afrique du Nord, son objectif était de « resserrer les liens entre les États-Unis et les trois pays du Maghreb en matière de commerce et d’investissements ». Le but était double : d’une part « favoriser davantage le commerce entre nos pays, inciter un plus grand nombre d’entreprises américaines à investir dans la région, créer des emplois bien rémunérés […] » et, d’autre part, « favoriser la réduction des barrières internes entre les pays de l’Afrique du Nord qui ont freiné les flux de commerce normaux entre ces pays8. » Cette déclaration exprime implicitement un soutien aux trois pays du Maghreb central afin qu’ils raniment l’Union du Maghreb arabe (UMA) – notons cependant l’exclusion de la Libye et de la Mauritanie – et pousse à la réouverture de la frontière algéro-marocaine, fermée depuis août 1994. Le Programme économique américain pour l’Afrique du Nord – qui fait à présent partie de l’Initiative globale de Partenariat au Grand Moyen-Orient (BMEPI) – rappelle constamment que les États-Unis souhaitent que le Maghreb devienne une entité intégrée, qui finisse par s’étendre vers l’est. Il est fort probable qu’à long terme, les États-Unis souhaiteraient voir un ensemble nord-africain qui inclurait l’Égypte9 – occupant déjà un rôle d’observateur dans l’UMA – un allié proche des États-Unis qui servirait de maillon important dans la chaîne de normalisation avec Israël. Le rétablissement des relations entre la Libye et les États-Unis prouve que cette perspective n’est pas exagérée. L’insistance américaine sur l’intégration économique diffère, par conséquent, de la coopération économique, politique, sécuritaire et culturelle recherchée par l’Union européenne (UE) dans le cadre du processus de Barcelone.

  • 10  Yahia H. Zoubir, « Algeria and U.S. Interests : Containing Radical Islamism and Promoting Democrac (...)
  • 11  Voir Mourad Saouli, « Algérie Fuite des cerveaux », Arabies, octobre 2003. Même si le terrorisme i (...)

6Au cours de la plus grande partie des années 1990, le principal souci des États-Unis au Maghreb était la situation extrêmement instable en Algérie, un pays avec lequel les États-Unis avaient eu des relations politiques difficiles de 1963 jusqu’au milieu des années 198010. Aussi l’incertitude dans ce pays a-t-elle été la première raison pour laquelle les États-Unis, à l’instar des autres États, ont souhaité maintenir le statu quo dans le conflit du Sahara occidental. La forte émergence de l’islamisme radical, le chaos prévu par les analystes en cas de triomphe islamiste dans les urnes, aussi bien que les risques d’insurrection armée ont renforcé l’importance stratégique du Maroc. Aux yeux des Américains et de nombreux Européens, notamment les Français, le Maroc était perçu, jusqu’à une date récente, comme une forteresse en raison de sa « stabilité interne » et sa situation de « rempart géographique » contre l’islamisme radical. La crainte des États-Unis et de l’Europe était que la déstabilisation de l’Algérie ou du Maroc entraîne, par ricochet, des conséquences terribles pour l’Europe. Ainsi un régime marocain affaibli faciliterait-il l’ascension de l’islamisme radical au sein de ce pays, ce qui donnerait lieu à une émigration massive vers l’Europe. Durant la crise algérienne, particulièrement dans la période 1992-1996 où le terrorisme islamiste faisait ravage, plus de 400 000 cadres algériens (informaticiens, médecins…) auraient fui vers l’Europe et l’Amérique du Nord11. Et, c’est précisément durant ces années de la crise algérienne que le Maghreb est devenu important aux yeux des États-Unis. Comme on le verra plus loin, la mutation qu’ont connue les relations américano-algériennes illustre bien cette évolution globale de la politique américaine à l’égard du Maghreb. Cependant, la monarchie marocaine demeure toujours l’allié principal des États-Unis au Maghreb.

Le Maroc : l’allié traditionnel

  • 12  Voir sur ce point, Y. H. Zoubir, « Algeria and U.S. Interests… », op. cit.

7Dans la politique étrangère des États-Unis, le Maroc continue d’être un pilier de la présence américaine au Maghreb et au Moyen-Orient, notamment pour la sixième Flotte américaine en Méditerranée et à un degré moindre pour le« processus de paix » au Moyen-Orient. Pendant la guerre froide, le Maroc a servi d’« État par procuration » (proxy state) pour les États-Unis en Afrique sub-saharienne pour contrer les mouvements révolutionnaires opposés aux États-Unis. À la fin de la guerre froide, l’aide économique et militaire américaine avait relativement diminué. Toutefois, le Maroc a su regagner sa place d’allié important, pour plusieurs raisons. La première a été le soutien marocain à la guerre du Golfe de 1991, comprenant l’envoi de 2 000 soldats marocains en Arabie Saoudite. La seconde a été, comme on l’a vu, l’instabilité de l’Algérie. Au moment où le régime algérien luttait pour sa survie et où le spectre d’une révolution islamiste radicale planait sur l’Afrique du Nord, le Maroc retrouvait son rôle de « rempart » contre les forces extrémistes anti-occidentales, l’islamisme radical ayant remplacé aux yeux de certains décideurs américains le communisme comme menace sur leurs intérêts au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Le Royaume renouait ainsi avec le statut de protecteur des valeurs occidentales contre « l’obscurantisme islamiste » après avoir rempli cette fonction (« État par procuration ») contre le communisme au cours de la guerre froide. La capacité du roi Hassan II à réprimer les mouvements islamistes radicaux dans son pays lui a permis de devenir un partenaire particulièrement utile dans cette lutte. Il a su aussi institutionnaliser l’islamisme comme « commandeur des croyants », accepté en tant que tel par une partie de la population marocaine, et pratiquer envers certains islamistes, dans les limites qu’il a lui-même fixées, une tolérance qui a favorisé un semblant de stabilité. C’est d’ailleurs cette politique qui a servi de modèle pour les officiels américains, tels que Robert Pelletreau, pour encourager un compromis entre le régime algérien et les islamistes « modérés »12.

8La troisième raison du soutien américain au Maroc est liée à l’accélération des réformes économiques et à la libéralisation du marché, avec une privatisation à grande échelle coïncidant avec les objectifs idéologiques américains. Le soutien dont bénéficie le Maroc au sein du Congrès américain vient aussi du fait que ce pays est considéré comme moins hostile à l’égard d’Israël. Malgré les violations de droits de l’Homme, les États-Unis ont toujours maintenu leur politique envers le Maroc et le gouvernement de George W. Bush a renforcé les coopérations de tous ordres. Pour les États-Unis, le Maroc se distingue également en tant que « modèle de démocratie » au sein du monde arabe. L’ancien ambassadeur américain au Royaume chérifien déclarait en novembre 2000 « qu’en ce qui concerne le Maroc, nous sommes très enthousiasmés par l’expérience démocratique. Au ministère des Affaires étrangères, nous sommes persuadés que le Maroc est probablement la meilleure expérience démocratique en cours au Moyen-Orient »13. En novembre 2003, Bush annonçait que les « États-Unis allaient prendre de nombreuses et importantes mesures pour renforcer leurs relations avec le royaume [du Maroc], notamment des mesures visant le développement de la coopération économique et militaire, ainsi qu’en matière de lutte antiterroriste. Les États-Unis sont également sur le point de concéder au Maroc la considération d’allié de longue durée »14. Une année plus tard les États-Unis ont accordé au Maroc le statut « d’allié majeur non membre de l’OTAN »15.

  • 16  Ces chiffres on été calculés sur la base des documents du « US Department of State Congressional B (...)
  • 17  Voir la lettre de Robert B. Zelnick, « United States Trade Representative », au député Joseph R. P (...)

9Après l’Égypte, le Maroc a reçu, depuis son indépendance en 1956, plus d’aide financière américaine que tout autre pays arabe. À partir de 1975, début du conflit au Sahara occidental, le Maroc a obtenu plus d’un cinquième de l’aide totale américaine en Afrique, dont plus d’un milliard de dollars pour la seule aide militaire. En 2002, le Maroc a reçu 72 % de l’aide totale américaine aux 3 pays du Maghreb. En 2005, cette aide est montée à 81 % avec près de 58 millions de dollars16. L’aide militaire s’élève à présent à 20 millions de dollars et a pour but d’aider le Maroc non seulement à stopper l’immigration clandestine mais aussi, et surtout, à protéger ses frontières et poursuivre la lutte antiterroriste. En 2004, le Maroc et les États-Unis ont signé un accord de libre échange qui a pris effet en janvier 2006. Signalons cependant que malgré son soutien affirmé au Maroc, Washington refuse de reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental17, afin de ne pas se trouver en désaccord avec les congressistes américains partisans de l’organisation d’un référendum sur ce territoire. Mais il s’agit aussi et surtout d’éviter une franche inimitié avec l’Algérie. Les États-Unis ont clairement signifié au Maroc que l’accord de libre échange n’incluait pas le Sahara occidental. De plus, malgré l’insistance marocaine, les États-Unis ont refusé d’imposer une solution au Sahara occidental qui souscrirait au fait accompli marocain dans ce territoire occupé depuis 1975. Gordon Gray, sous-secrétaire pour le Moyen-Orient et les Affaires maghrébines a déclaré qu’en ce qui concerne le Sahara occidental :

  • 18  Gabriela González de Castejón, « Entretien avec Gordon Gray », Revue Afkar/Idées, n° 9, hiver 2006 (...)

« Les États-Unis continuent à rechercher une solution politique acceptable pour les deux parties [Marocains et Sahraouis] dans le cadre des Nations Unies, et ils n’ont pas le moindre désir d’imposer une solution… Le gouvernement du Maroc a exprimé récemment sa volonté de rédiger un plan d’autonomie pour le Sahara occidental, et les États-Unis l’ont encouragé à présenter une proposition convaincante pour que toutes les parties puissent l’examiner et l’analyser18. »

10L’évolution fulgurante des relations des États-Unis avec l’Algérie, principal soutien des Sahraouis, est aussi un élément majeur de cette position plus équilibrée des États-Unis.

La croissance vertigineuse des relations algéro-américaines

  • 19  Voir Rapport 298 (2001-2002) de la Commission des Affaires étrangères du Sénat français sur la Con (...)
  • 20  Entretiens de l’auteur avec de nombreux hauts responsables américains à Washington (en 1996 ; 2000 (...)

11Depuis l’an 2000, les relations entre les États-Unis et l’Algérie ont connu, à tous les niveaux, un essor considérable par rapport à ce qu’elles avaient été jusqu’alors. L’antagonisme politique et idéologique du passé s’est peu à peu dissipé même si l’analyse des conflits et autres sujets internationaux reste souvent en opposition. La meilleure illustration de cette évolution a été la visite officielle du président Abdelaziz Bouteflika aux États-Unis en juillet 2001, la première d’un président algérien depuis celle de Chadli Bendjedid en avril 1985. L’influence croissante de l’Algérie au sein de l’Organisation de l’unité africaine (OUA, devenue l’Union africaine), ainsi que l’importance grandissante de l’axe Algérie-Nigeria-Afrique du Sud, ne sont pas passées inaperçues à Washington que l’on soupçonne même d’en être un actif promoteur (comparé avec l’échec du plan Oméga défendu par le Sénégal et la France que le président sénégalais Abdoulaye Wade a tenté de lier au NEPAD)19. Quant à la résolution du conflit du Sahara occidental, les hommes politiques américains sont conscients qu’elle est impossible sans l’approbation de l’Algérie20.

  • 21  Pour plus de détails, on pourra consulter l’excellent reportage de Hani Rabah, « Algérie-États-Uni (...)
  • 22  Voir Richard Boucher, porte-parole du MAE américain, Daily Press Briefing, Washington, DC, 11 déce (...)
  • 23  Will Dunham, « US boosting Ties with Algeria : Rumsfeld », Reuters, 12 février 2006.
  • 24  Cité in Faycal Metaoui, « Visite de David Welch en Algérie », El Watan (Alger), 15 mars 2006.

12Sur un autre registre, les États-Unis avaient bien compris qu’il était nécessaire de coopérer avec l’Algérie en matière de terrorisme mondial et ce bien avant le 11 Septembre. Dès le mois de mars 2001, le directeur du FBI, Louis Freeh, s’était rendu en Algérie pour solliciter l’aide des autorités algériennes dans la lutte contre le réseau d’Oussama Bin Laden21. Néanmoins, les attentats du 11 septembre ont accéléré le rapprochement entre les deux pays, au moins en ce qui concerne la coopération sécuritaire. Malgré certaines réserves, l’Algérie a accepté de collaborer avec la coalition internationale menée par les États-Unis. Ainsi les autorités algériennes ont remis à Washington une liste de plusieurs centaines de suspects, militants islamistes algériens, réfugiés en Europe et en Amérique, et offert leur coopération en matière de sécurité et d’échanges d’information entre les services secrets. Le président Bouteflika a effectué une dernière visite à Washington le 5 novembre 2001. Au cours du voyage qui a principalement tourné autour de la lutte mondiale contre le terrorisme, les Algériens ont obtenu, de leur point de vue, des résultats politiques assez positifs : soutien à la lutte antiterroriste en Algérie, appui au manifeste de l’OUA à Alger sur la lutte contre le terrorisme, condamnation des prises de pouvoir par la violence en Afrique, et soutien à la diplomatie de l’Algérie en Afrique et en Méditerranée. La CIA, le FBI et la NSA (National Security Agency) continuent de solliciter l’aide des Algériens, qui ont acquis une grande expérience dans le domaine de la lutte antiterroriste. Plus important encore, et tout en refusant de vendre à l’Algérie des armes de guerre, les États-Unis ont accepté de fournir aux forces de sécurité algérienne un équipement efficace22, permettant d’éliminer les groupes « résiduels » de militants armés dans les zones rurales. Aujourd’hui, les États-Unis semblent prêts à étudier toute demande algérienne en matière d’armement, si l’on en croit les déclarations du secrétaire d’État à la Défense, Donald Rumsfeld à l’issue de sa visite en Algérie en février 2006 : « Ils [les Algériens] désirent certaines choses et nous avons des choses qui pourraient les aider23. » Le sous-secrétaire d’État pour le Moyen-Orient, David Welch confirmait de son côté, lors de sa visite à Alger en mars 2006, que « si l’Algérie souhaitait renforcer sa coopération militaire, achat d’armes inclus, la question serait étudiée sérieusement »24.

  • 25  À ce sujet, voir le chapitre de Daniel Volman, « Foreign Arms Sales and the Military Balance in th (...)

13S’il est vrai que l’Algérie est intéressée par l’achat de certains armements sophistiqués américains, ceci risque cependant de représenter assez peu de chose puisqu’elle vient de s’engager à acheter des armes en provenance de Russie, son fournisseur traditionnel, pour un montant de 4,7 milliards de dollars en contrepartie de sa dette envers ce pays. Cette affaire d’achat d’armes est intéressante quand on sait que, pendant presque une décennie, l’Algérie a été soumise à un embargo tacite sur les armes après l’annulation du processus électoral en janvier 1992. Elle a été contrainte de s’approvisionner sur les marchés alternatifs de l’ancien bloc communiste, en Afrique du Sud, et en Turquie25.

14Bien entendu, le rapprochement entre Washington et Alger n’aurait pas été aussi facile sans le rôle régional de plus en plus important que semble appelée à jouer l’Algérie dans la préservation de la sécurité en Méditerranée, une région vitale pour l’Alliance Atlantique. L’OTAN ayant reconnu l’importance de la relation qui existe entre la sécurité euro-atlantique et la « stabilité » en Méditerranée, les visites de Bouteflika au quartier général de l’OTAN en Belgique en décembre 2001 et en décembre 2002 ont donné lieu à l’établissement d’un programme de coopération, ainsi qu’à des manœuvres conjointes en Méditerranée entre les forces algériennes et celles de l’OTAN. Des nombreuses visites au QG de l’OTAN par des officiers supérieurs algériens de haut rang ont succédé à celle de Bouteflika.

15Sur le plan économique, les relations entre l’Algérie et les États-Unis ont connu une croissance remarquable. En juillet 2001, les deux pays ont signé un accord cadre sur le commerce et l’investissement, établissant une procédure consultative qui a donné lieu à un accord bilatéral d’investissement, des concessions commerciales mutuelles et un accord sur la double imposition fiscale, ouvrant plus largement les ressources pétrolifères et gazières algériennes aux entreprises multinationales. L’objectif de l’accord est de doubler le volume des échanges et de permettre aux entreprises américaines d’acquérir une plus grande part du marché algérien, notamment en matière d’hydrocarbures, en tenant compte du fait que les États-Unis sont actuellement les plus grands investisseurs dans ce secteur avec 4,1 milliards de dollars26, alors que la France, premier partenaire économique de l’Algérie, n’investit que 500 millions d’euros27. Durant sa visite à Washington en juillet 2001, Bouteflika espérait que cet investissement doublerait en 2005. Il semble toutefois que ces dernières années, les entreprises américaines se soient également intéressées à des secteurs autres que celui de l’énergie, comme par exemple, les finances, les produits pharmaceutiques, les télécommunications et l’informatique. Malgré cette évolution positive, les investissements américains hors des hydrocarbures demeurent faibles. L’instabilité de l’Algérie au cours des années 1990 explique en partie le faible niveau d’investissements étrangers directs (IED) américains ; de même, la lenteur des réformes économiques, la vétusté de certaines infrastructures et la bureaucratie sont autant de facteurs ayant maintenu les investisseurs américains à l’écart. Signalons, cependant, que l’Afrique du Nord en général bénéficie d’une part peu élevée du marché mondial d’IED. Mais, l’Algérie a tout de même réussi à attirer 3,4 milliards de dollars en 2004, soit le double de 2003, dont la majorité hors du secteur des hydrocarbures28. Il ne fait aucun doute que les relations économiques entre l’Algérie et les États-Unis se développent assez rapidement. En fait, les États-Unis sont devenus le premier client de l’Algérie et son troisième fournisseur au premier trimestre 200529, avec des échanges s’élevant à 12 milliards de dollars.

  • 30  Pour plus de détails sur la coopération législative, voir Ghada Hamrouche, « Les Américains contri (...)

16Il faut aussi souligner que la coopération algéro-américaine s’étend peu à peu à d’autres domaines comme l’activité parlementaire ou le fonctionnement des banques. En janvier 2006, par exemple, une délégation de la conférence nationale des institutions législatives des États américains (NCSL, National Conference of State Legislatures)a séjourné en Algérie. La délégation a eu pour mission d’évaluer, sur la base de ce qui a été accompli jusqu’à présent, les projets susceptibles de figurer au nouveau programme de coopération pour le biennum 2006-200730, dans le cadre de la MEPI.

  • 31  « Interview d’Abdelaziz Bouteflika », Arabies, n° 229, mai 2006, p. 13.

17Il est important de souligner que si les relations entre les États-Unis et l’Algérie ont connu un essor considérable, et même si ces relations semblent faire contrepoids à l’influence de la France en Algérie, il serait faux de croire que les Algériens se sont alignés sur les États-Unis. Les officiels algériens insistent sur le fait que les bons rapports avec les États-Unis ne se font pas au détriment des rapports avec d’autres pays, notamment avec la France. Donc, ce n’est pas un hasard si Abdelaziz Bouteflika a déclaré après la visite de son ministre des Affaires étrangères aux États-Unis en avril 2006 que « la France est un pays ami31. » L’analyse montre en fait que l’Algérie fait tout pour diversifier ses relations politiques, économiques et militaires, comme en témoigne l’accord de partenariat stratégique signé avec la Russie en mars 2006. Il faut aussi suivre les différents déplacements des dirigeants civils et militaires algériens pour comprendre cette volonté de diversification et d’équilibre dans les relations internationales. Les manœuvres militaires séparées avec les Français, Russes, et Américains illustrent cette détermination de non-alignement.

Tunisie : l’ami autoritaire

  • 32  L’ambassadeur américain à Tunis de l’époque, Peter Sebastian, révéla à l’auteur en 1987 que le Pré (...)

18Depuis son indépendance en 1956 et jusqu’en 2003, la Tunisie occupait une place privilégiée sur la liste des partenaires préférés des États-Unis. L’alliance exemplaire américano-tunisienne ne s’est vue menacée qu’une seule fois, à l’occasion du bombardement israélien du quartier général de l’Organisation pour la libération de Palestine (OLP) à Tunis en 198532. L’attitude pro-occidentale tunisienne s’est avérée extrêmement attrayante, de même que son modèle de développement politique, économique, et social. Dans les années 1990, les hommes politiques américains ont présenté la Tunisie comme un exemple de succès : réformes économiques et sociales, libéralisation du marché, laïcisme, promotion du statut des femmes, alphabétisation et contrôle des naissances. Même le mouvement islamiste tunisien a été présenté dans les années 1990 par le département d’État comme étant bien moins dangereux que le FIS algérien. De plus, les États-Unis apprécient la Tunisie pour des raisons de sécurité, ce qu’illustre le nombre de manœuvres militaires conjointes effectuées chaque année. Pendant la crise algérienne, la Tunisie, tout comme le Maroc d’ailleurs, a bénéficié d’un soutien américain ferme afin d’éviter que l’islamisme radical ne se propage et aussi pour dissuader la Libye de toute tentative de déstabilisation de son voisin tunisien. Compte tenu de son importance stratégique, la Tunisie a échappé aux critiques relatives aux graves problèmes de violation des droits de l’Homme, du moins publiquement. Contrairement au régime algérien critiqué par les États-Unis pendant les années 1990, la Tunisie a été épargnée, car comme pour le Maroc et l’Égypte, on a justifié cette répression au nom de la stabilité et de la survie du régime contre des forces islamistes hostiles à l’Occident. Les Tunisiens ont profité de l’instabilité en Algérie pour justifier leurs mesures répressives contre, non seulement l’opposition islamiste, mais aussi contre toute opposition. Deux exceptions notables à cette indulgence américaine envers le régime tunisien : en novembre 2003, l’ancien secrétaire d’État, Colin Powell, a critiqué les violations des droits de l’Homme au cours de sa visite en Tunisie. Et en février 2004, le président Bush ainsi que d’autres dirigeants ont déclaré à un Zine al Abidine Ben Ali déconcerté qu’il fallait entreprendre des réformes dans le domaine de la liberté de la presse, du système législatif, judiciaire et électoral. Toutefois, hormis ces réprimandes ponctuelles, la Tunisie continue de bénéficier du soutien de Washington, tout particulièrement du département de la Défense, qui souhaite la maintenir aux côtés des États-Unis. Bien entendu, à l’instar d’autres gouvernements arabes, ce pays a profité des circonstances qui ont suivi le 11 septembre pour conserver les faveurs des États-Unis : participation à la lutte globale contre le terrorisme, aide à l’Irak, reconnaissance du Conseil de gouvernement irakien et participation à des opérations de maintien de la paix. La Tunisie a su aussi utiliser la carte israélienne pour atténuer les critiques américaines. Ainsi, elle a invité en février 2005 le Premier ministre israélien Ariel Sharon à se rendre en Tunisie. Cette manœuvre rappelle celle utilisée en 1986 par le Roi Hassan II qui avait invité Shimon Pérès, Premier ministre d’Israël, à se rendre au Maroc pour regagner les faveurs américaines après la signature du Traité maroco-libyen d’Oujda, qui avait irrité Washington.

  • 33  John D. Banusiewicz, « Rumsfeld Meets with Leaders in Tunisia », American Armed Forces Press Servi (...)

19À Washington, la Tunisie bénéficie toujours de très bons soutiens non seulement au niveau du Congrès, impressionné par le système social, mais surtout au département de la Défense qui joue le rôle de lobby pour la Tunisie auprès du département d’État et de la Maison Blanche pour atténuer les critiques envers le régime autoritaire de Ben Ali. Ce soutien des États-Unis a été réitéré par Rumsfeld lors de sa visite au mois de février 2006 ; il a rendu hommage au « rôle clé » de la Tunisie dans la lutte contre l’islamisme radical, salué la modération de ce pays et loué les progrès socioéconomiques réalisés en Tunisie. Même s’il a fait allusion aux « libertés politique et économique qui doivent aller de pair, l’une dépendant de l’autre pour la stabilité à long terme »33, il n’en demeure pas moins que la Tunisie jouit d’un soutien conséquent qui s’illustre par une assistance militaire et une aide financière additionnelle pour la formation de cadres et d’officiers tunisiens. Bien évidemment, les questions de démocratie et de droits humains sont secondaires par rapport aux questions sécuritaires et militaires.

Avec la Libye : le blanchiment de l’État « voyou »

  • 34  Voir, Yahia H. Zoubir, « Libya in US Foreign Policy : From Rogue State to Good Fellow ?  », Third (...)
  • 35  Entretien de l’auteur avec un officiel américain au Département d’État à Washington, juin 2004.
  • 36  Voir Yahia H. Zoubir, « Libye : islamisme radical et lutte antiterroriste », Maghreb-Machrek, n° 1 (...)

20Ce sont les relations américano-libyennes qui ont connu l’évolution la plus extraordinaire ces trois dernières années. Après des décennies d’animosité et d’affrontements directs34, les deux pays ont beaucoup avancé dans le processus de normalisation en peu de temps. L’accord de 2003 sur l’attentat contre l’avion de la PanAm 103 a constitué le point de départ, suivi par l’annonce de la Libye fin décembre 2003 d’abandonner ses programmes d’armes de destruction massive (ADM). La coopération concernant ce type d’armes a ouvert la voie aux discussions bilatérales et, à terme, à la normalisation des relations diplomatiques. Les États-Unis et la Libye ont engagé des pourparlers pour élargir leurs négociations à la politique en Afrique, au terrorisme, aux droits de l’Homme et aux réformes économiques en Libye. Washington souhaiterait utiliser l’influence dont jouit la Libye en Afrique pour mener des actions dites positives35 : s’abstenir de s’ingérer dans les affaires intérieures de certains pays africains, modérer la politique de Mugabe au Zimbabwe, influer sur certains groupes d’opposition, et tempérer certains groupes islamistes, comme ce fut le cas lors de la libération, grâce à la médiation des Libyens, des otages occidentaux détenus par le groupe islamiste d’Abou Sayyaf sur l’île de Jolo aux Philippines. Les Libyens semblent avoir déjà agi dans ce sens36.

21Les États-Unis et la Libye discutent également de questions pétrolières et commerciales qui pourraient s’avérer extrêmement lucratives pour les compagnies américaines qui ont mené un lobby incessant auprès des autorités de leur pays durant toute la période de l’embargo afin que celui-ci soit levé et que les compagnies puissent reprendre leurs activités en Libye. Le retour des compagnies américaines en Libye s’est accéléré récemment. Ainsi, en décembre 2005, Exxon Mobil Corp. a signé des accords pour l’exploration et la production de pétrole avec la compagnie nationale libyenne de pétrole (National Oil Company, NOC)37.

22Cependant, malgré l’avancée positive des relations américano-libyennes, il a fallu attendre le 15 mai 2006 pour que les relations diplomatiques soient totalement rétablies et que Tripoli soit supprimé de la liste des pays qui soutiennent le terrorisme. L’inclusion de la Libye dans cette liste avait dérangé énormément les autorités libyennes soucieuses d’embellir l’image de leur pays sur le plan international. La Libye compte toujours de nombreux ennemis à Washington, surtout parmi les néo-conservateurs, qui auraient souhaité punir le gouvernement libyen pour ses actions passées. Certains d’entre eux pensaient sérieusement attaquer la Libye quelque temps après les événements du 11 septembre et alors que la décision avait été prise de renverser le régime de Saddam Hussein en Irak.

  • 38  Voir à ce sujet Yahia H. Zoubir, « The United States and Libya : From Confrontation to Cooperation (...)
  • 39  Cité par l’AFP (Tripoli), 31 août 2002.
  • 40  Voir, Ronald Bruce St John, « “Libya Is Not Iraq” : Preemptive Strikes, WMD and Diplomacy », Middl (...)
  • 41  Colin L. Powell, « Diplomacy Properly Understood », State Magazine, mai 2004, p. 2. www.state.gov/ (...)

23Conscient que les États-Unis pourraient attaquer les pays ayant aidé les groupes terroristes même dans un passé lointain, Kadhafi s’attela à dissocier son pays de toute collusion avec les terroristes et à normaliser ses relations avec les États-Unis, un projet qu’il poursuivait sans succès depuis des années38. Lors de son discours du 31 août 2002 célébrant l’anniversaire de ses 33 ans de pouvoir, Kadhafi avait déclaré : « Nous devons nous conformer à la légalité internationale même si celle-ci a été faussée et imposée par les États-Unis ; sinon nous serons anéantis39. » Cependant, la décision de la Libye d’abandonner les ADM en décembre 2003 et de normaliser ses relations avec les États-Unis et l’Europe n’était pas comme l’avait déclaré l’administration Bush le fait de la guerre en Irak40. Malgré les déclarations faites auparavant dans la ligne des autres annonces officielles de Bush, Colin Powell lui-même avait conclu après la décision de la Libye en décembre 2003 d’abandonner ses armes de destruction massive qu’ « aucun facteur ni aucun évènement isolé, ne suffirait à lui seul à expliquer les récentes positions de la Libye. La décision libyenne nous montre un élément intrinsèque d’une diplomatie réussie… Il fallut la persuasion américaine et britannique pour transformer la pulsion libyenne en victoire ». Reconnaissant l’interaction entre la diplomatie et la force, Powell a admis aussi que le processus avait duré plusieurs années, c’est-à-dire qu’il a fallu « en tout plusieurs administrations »41 pour atteindre ce résultat. Bien que le régime de Kadhafi ait réduit son aide aux groupes terroristes, il est évident qu’il a su user de ses relations et de son influence passées sur ces groupes pour servir les intérêts nationaux libyens et surtout préserver la survie du régime. C’est précisément son aptitude à influencer des groupes du mouvement islamiste international, notamment à travers l’association missionnaire, Dawa’al islamiyya, qui a permis à la Libye d’être incluse dans la liste des pays en lutte contre le terrorisme. À l’instar d’autres régimes arabes, la Libye a saisi l’opportunité de déclarer, à juste titre d’ailleurs, qu’elle combattait de tels mouvements sur son sol depuis trois décennies.

  • 42  Voir « US Diplomatic Relations with Libya », Secretary Condoleezza Rice, Washington, DC, 15 mai 20 (...)

24La décision libyenne d’abandonner ses armes de destruction massive est tombée à un moment propice : la demande croissante en hydrocarbures des économies asiatiques émergentes, les incertitudes géopolitiques dans les autres pays producteurs de pétrole, et la baisse des réserves pétrolières d’un grand nombre de pays producteurs, tous ces facteurs mettaient en valeur des réserves énergétiques inexploitées de la Libye. Pour les États-Unis (et la Grande-Bretagne), le revirement libyen a produit l’espoir qu’il pourrait servir d’exemple pour la Corée du Nord et l’Iran qui abandonneraient le développement des ADM contre le rétablissement de relations normales avec les États-Unis et des avantages économiques. Ainsi, le 15 mai 2006, Condoleezza Rice, déclarait-elle lors de l’annonce du rétablissement diplomatique avec la Libye : « Alors que 2003 a été un tournant pour le peuple libyen, 2006 pourrait également être un tournant pour les peuples d’Iran et de Corée du Nord. La Libye est un exemple important à un moment où les nations autour du globe exigent des changements de comportement de la part des gouvernements iranien et de Corée du Nord, des changements indispensables pour la paix et la sécurité internationale. Nous incitons les dirigeants iraniens et nord-coréens à prendre des décisions stratégiques similaires qui pourraient bénéficier à leurs citoyens42. » Face à l’interprétation très discutable de ceux qui considèrent que la décision libyenne est une résultante de l’invasion de l’Irak par les États-Unis, il est beaucoup plus plausible d’estimer que c’est cette même invasion qui a encouragé la Corée du Nord et l’Iran à accélérer leurs programmes nucléaires.

  • 43  Voir « Libya : Bright Outlook for Energy Investment », Oxford Analytical, 27 avril 2005.
  • 44  Masood Farivar, « Energy : Business Group Pressures U.S. to Take Libya off Terrorism List », The W (...)

25La Libye est un riche producteur de pétrole43 ; en janvier 2005, les réserves de pétrole avérées s’élevaient à 36 milliards de barils (les huitièmes plus grandes réserves du monde) et plus de 15 trillions de mètres cubes de réserves de gaz naturel44. L’annonce par la Libye qu’elle aurait besoin de 30 milliards de dollars d’investissement afin d’élever sa production à 3 millions de barils par jour d’ici 2010 a été un élément incitatif certain, non seulement pour les compagnies pétrolières américaines en quête de profits mais aussi pour le gouvernement américain résolu à s’assurer l’accès aux ressources énergétiques à travers le monde. Il faut souligner que les États-Unis n’ont pas exigé le respect des droits humains, des réformes politiques et sociales, la démocratisation, ou des élections libres comme condition préalable pour rétablir des relations diplomatiques avec la Libye ou pour supprimer de son nom de la liste des pays qui sponsorisent le terrorisme. Le résultat est que le régime libyen ne se sent pas obligé de faire des concessions sur le plan des libertés et de la démocratie dans le pays. La réhabilitation de la Libye ne sert en fin de compte que comme appât pour l’Iran et la Corée du Nord sur les questions stratégiques, telles que les ADM et la lutte contre le terrorisme anti-américain. Le message reçu par un dictateur comme Kadhafi est qu’il peut torturer, réprimer toute opposition sans être menacé par les États-Unis qui lui ont conféré une certaine légitimité par cette reconnaissance diplomatique et politique. Kadhafi ne se gênera pas, comme les autres régimes arabes, pour faire de la répression au nom de la lutte antiterroriste, qui est un objectif partagé avec les États-Unis. Pour les États-Unis, la reconnaissance de la Libye sert aussi, comme on l’a vu, à établir un contrôle aussi large que possible des ressources énergétiques à travers le globe.

Le Maghreb : une nouvelle zone de sécurité

  • 45  « George Bush appelle l’Algérie et le Maroc à faire preuve de créativité et de souplesse pour régl (...)

26Le principal objectif pour les États-Unis est de développer avec le Maghreb et en son sein une étroite coopération militaire et économique liée à la sécurité. Un examen des déclarations officielles, des conférences de presse et des documents montre que les États-Unis tentent de mettre en place un système de sécurité auquel seront associés tous les pays du Maghreb. Ils essaient également de mettre en place une alliance économique avec le Maghreb par le biais de l’accélération de réformes des structures au sein de chaque pays, en offrant un plus grand rôle au secteur privé et en démantelant les barrières intra-régionales représentant des obstacles pour le commerce et l’investissement. Les Américains sont également conscients de l’importance du pétrole et du gaz naturel dans la région, notamment en Algérie et en Libye. Dans ce contexte, le conflit au Sahara occidental acquiert une dimension nouvelle, car sa non-résolution signifie la persistance d’obstacles majeurs à la réalisation de la politique régionale américaine. C’est la raison pour laquelle Bush a insisté, en novembre 2003, sur la nécessité pour l’Algérie et le Maroc de trouver des « façons créatives et pragmatiques de résoudre leurs différends »45. Or, cette insistance, malgré la qualité des relations algéro-américaines, ne tient pas compte de la position algérienne pourtant basée sur la légalité internationale, ni du fait que le statu quo demeurera au Maghreb tant que les États-Unis et la France continueront à soutenir le Maroc. La contradiction principale réside dans le fait que les États-Unis insistent sur la résolution du conflit du Sahara occidental, obstacle majeur à une construction maghrébine qu’ils encouragent, mais, en même temps, ne font pas pression sur le Maroc pour se plier aux résolutions onusiennes. Or, il ne fait aucun doute qu’il faut résoudre le conflit du Sahara occidental d’une manière juste, équitable et rapide, pour permettre un développement du Maghreb.

  • 46  Giles Tremlett, « US Sends Special Forces into North Africa », The Guardian, 15 mars 2004.
  • 47  Yahia H. Zoubir, « Changement et continuité de la politique américaine au Maghreb », Afkar/Idées, (...)

27Il est certain que les États-Unis redoutent de voir le Maghreb devenir une base de recrutement et d’activités du réseau d’al Qaeda, constituant un véritable danger pour l’Europe puisque beaucoup de recrues d’al Qaeda viennent d’Afrique du Nord mais aussi des banlieues des villes européennes. Trois jours avant les attentats de Madrid le 11 mars 2004 à Madrid, le général Charles Wald, commandant adjoint de l’US European Command (EUCOM) déclarait sans ambages qu’al Qaeda était en train de s’implanter en Afrique du Nord46. Au niveau multilatéral, le signal le plus important d’un changement fut le lancement du programme de Dialogue méditerranéen (DM) qui rassemble des pays tels que l’Algérie, Israël, le Maroc, la Tunisie, l’Égypte, et la Mauritanie autour d’une même table. L’intégration de l’Algérie au DM représente un tournant de 180 degrés car il marque une métamorphose des principes que l’Algérie avait défendus résolument depuis son indépendance en 1962. Quant aux régimes tunisien et marocain, leurs relations avec les États-Unis se sont renforcées encore davantage47.

28En 2002, le président George W. Bush déclarait dans le United States National Security Strategy Report, 2002 :

  • 48  The White House,The National Security Strategy (Washington DC, The White House, septembre 2002), d (...)

« Nous continuerons d’encourager nos partenaires régionaux à entreprendre des efforts coordonnés afin d’isoler les terroristes. Une fois que la campagne régionale localise la menace contre un État en particulier, nous nous assurerons que cet État a les moyens militaires, les mesures légales, ainsi que les instruments politiques et financiers pour finir la tâche48. »

29L’exécution d’une telle décision consiste à établir des alliances et des bases logistiques à travers le globe. Ainsi, en 2004, le Commandant suprême des forces US en Europe et de l’OTAN, le général James Jones, affirmait que tout comme le Maroc et la Tunisie et les nouveaux membres d'Europe de l’Est de l’OTAN, d’autres nations pourraient nous fournir des bases précieuses pour l’entraînement des forces militaires américaines49. Ces bases même de caractère temporaire, simples, avec des pistes, casernes et électricité pourraient être utilisées par des forces expéditionnaires pendant plusieurs mois, s’il en est besoin. Des États précédemment isolés sur la scène internationale, comme l’Algérie (1992-99) recevraient des armes et des entraînements militaires et pourraient même devenir la pierre angulaire des intérêts militaires américains dans la région. « Nous souhaiterions pouvoir atterrir avec nos avions dans des bases en Algérie, ou avoir des exercices en commun… Nous pensons que nous avons beaucoup à apprendre des Algériens50 », déclarait le général Charles Wald. Cette déclaration est intervenue à un moment où les États-Unis ébauchaient des plans pour le déploiement de troupes à l’étranger, tout en envisageant une diminution substantielle des troupes stationnées en permanence en Allemagne et dans d’autres pays ouest-européens. Cette approche appartient à ce que les stratèges américains appellent la « forward posture » (avant-poste) et « forward presence » (présence avancée)51. Ceci fait aussi partie des plans censés améliorer les relations politiques et militaires avec le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord dans le cadre de la redéfinition par l’Alliance atlantique des nouvelles menaces (terrorisme, sécurité des frontières, trafic de drogue, immigration illégale, et instabilité régionale). L’intérêt américain pour le Maghreb est aussi lié à ce qui se passe au Sahel. Dans ce contexte, même la Libye se verra réhabilitée et pourra bénéficier d’une coopération militaire avec les États-Unis. Le général Wald n’affirmait-il pas, en avril 2005, qu’un rétablissement des relations militaires avec la Libye favoriserait grandement les États-Unis dans leurs efforts pour contrer les forces d’instabilité en Afrique du Nord52.

Les États-Unis et la sécurité de l’espace Maghreb/Sahel

  • 53  Zine Cherfaoui, « Les Américains réunissent les chefs des états-majors des armées des pays du Magh (...)

30Depuis les événements du 11 septembre, l’objectif principal des États-Unis au Maghreb est de développer, en plus du partenariat économique, une coopération militaire et sécuritaire étroite. Ces événements ont favorisé un développement des relations entre les États-Unis et les régimes maghrébins, notamment algérien (surtout depuis 2001), mauritanien (depuis 2002), marocain (depuis mai 2003, suite aux attentats de Casablanca), et libyen (après décembre 2003). Ainsi, en mars 2004 l’US Command Europe a organisé à Stuttgart une réunion de deux jours (22 et 23 mars) rassemblant les chefs des forces armées maghrébines (Algérie, Mauritanie, Maroc et Tunisie) et celles des pays du Sahel (Tchad, Mali, Niger et Sénégal) afin de coordonner la lutte contre le terrorisme. À bien des titres, ce fut là un vrai exploit des États-Unis qui ont réussi à regrouper autour d’une même table des pays dont les intérêts stratégiques et de défense sont diamétralement opposés et à les convaincre de coordonner leurs opérations antiterroristes53. Selon certaines sources, l’Algérie a autorisé des troupes d’élites américaines à pénétrer en territoire algérien pour traquer des groupes terroristes et poursuivre des opérations de surveillance. Il reste à savoir, si au-delà de ces exemples, les relations entre l’Algérie et les pays voisins du Maghreb comme du Sahel se renforceront dans des secteurs autres que la sécurité.

  • 54  « Eliminating Terrorist Sanctuaries : The Role of Security Assistance », William P. Pope (Acting C (...)
  • 55  Le site du ministère de la Défense américain fournit d’amples détails sur les allocations financiè (...)

31L’intérêt des États-Unis pour le Sahel, point de liaison entre l’Afrique du Nord et l’Afrique noire, revêt une double dimension sécuritaire et économique. La région du Sahel est perçue à Washington comme une région vulnérable en raison de sa faible densité géographique et de ses frontières facilement perméables. Les décideurs américains affirment que des groupes terroristes aussi bien indigènes qu’internationaux sillonnent la région, s’adonnant à tous genres de contrebande, armes incluses, et recrutent de nouveaux membres parmi les populations locales. Selon Washington, les groupes terroristes islamistes, dont le plus actif est le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) affilié à al Qaeda, représentent une menace pour cette région qui compte plus de cent millions d’habitants. La région est à présent considérée comme « le nouveau front dans la guerre globale contre le terrorisme ». L’objectif des États-Unis est donc de « faciliter la coopération entre les gouvernements dans la région (Algérie, Maroc, Tunisie, Mauritanie, Mali, Niger, Tchad, Sénégal et Nigéria) et de renforcer leur capacité à combattre les organisations terroristes54 » mais aussi d’empêcher les groupes terroristes d’établir des bases comme ils avaient réussi à le faire en Afghanistan avant le 11 septembre. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’a été lancée à la fin de 2002 l’Initiative Pan Sahel (IPS), un programme d’un peu plus de 8 millions de dollars, qui doit augmenter d’une manière substantielle, afin de former des troupes spécialisées dans la lutte antiterroriste en Mauritanie, au Mali, au Niger et au Tchad. En 2003-2004, des instructeurs américains des Forces spéciales du commandement européen (EUCOM) ont été détachés pour former les forces de sécurité de ces nations. En fait, ce sont des forces nigériennes et tchadiennes qui ont combattu dans leurs pays respectifs les éléments du GSCP algérien. Les décideurs américains estiment que le programme de l'IPS a été un véritable succès et qu’un suivi a été envisagé sous l’appellation d’Initiative antiterroriste transsaharienne (Trans-Sahara Counterterrorism Initiative, TSCTI), dont l’objectif est de renforcer les capacités antiterroristes dans la région et de consolider et institutionnaliser la coopération entre les forces de sécurité dans cette région55. La TSCTI a débuté officiellement en juin 2005 avec l’Exercice Flintlock 2005. La mission pour les forces spéciales américaines est de fournir un entrainement pour leurs homologues dans sept pays sahariens, en leur enseignant des tactiques militaires ; leur mission est aussi « d’empêcher les terroristes d’établir des refuges sécurisés dans la région ». Le coût initial de ce programme était de 100 millions de dollars.

32Le Centre d’études stratégiques de l’Afrique (Africa Center for Strategic Studies, ACSS), créé en 1999 au sein de l’Université de la défense nationale (NDU) à Washington, « en tant qu’instrument, pour les Africains et leurs partenaires internationaux, de réflexion collective sur les défis stratégiques essentiels auxquels l’Afrique est confrontée en matière de sécurité », a réuni à Washington, du 8 au 20 février 2004, 120 officiers supérieurs et responsables civils de la défense de pratiquement tous les pays africains (42 au total), mais aussi des Américains, des Européens et des représentants d’organisations régionales et internationales et de la société civile. Les questions de sécurité, la lutte antiterroriste, les relations civils/militaires, armée/démocratie, et l’économie de la défense ont constitué les sujets de cette importante rencontre. Dans son discours de bienvenue du 9 février, le vice-ministre de la Défense, Paul Wolfowitz, a rappelé que l’IPS ainsi que l’Initiative antiterroriste en Afrique de l’est constituent les éléments clés de la politique sécuritaire américaine en Afrique :

  • 56  Remarques du secrétaire d’État à la Défense Paul Wolfowitz, Africa Center for Strategic Studies, S (...)

« Nous envisageons notre capacité militaire réelle dans le contexte de notre collaboration avec beaucoup d’amis et d’alliés autour du globe. Lorsque les États-Unis agissent dans le monde, nous ne le faisons pas seuls mais dans le cadre d’une communauté de nations et c’est ainsi que la force des États-Unis est multipliée par la contribution des autres et que nous réalisons nos intérêts lorsque les autres eux aussi parachèvent les leurs56. »

  • 57  Tel que rapporté dans le programme de la National Public Radio américaine, All things considered, (...)

33Il est donc évident qu’il s’agit d’associer d’autres États aux opérations dans lesquelles les États-Unis sont impliqués et qu’une préparation et une harmonisation sont des conditions préalables nécessaires pour le succès de telles opérations. Des unités d’environ 200 hommes du 10e Groupe des forces spéciales de l’armée américaine ont été déployées au Mali, au Tchad, au Niger et en Mauritanie afin d’entraîner les armées de ces pays dans la lutte antiterroriste et d’améliorer leur coordination avec les forces armées américaines. C’est précisément ce type de coordination sur le terrain qui a abouti à la déroute du groupe de l’Algérien Abderrezak al « Para » au Tchad : le soutien des appareils de surveillance aérienne P-3 de la US Navy a permis aux troupes tchadiennes de détruire ce groupe et d'arrêter son leader57.

  • 58  Communiqué du porte-parole du ministère des Affaires étrangères d’Israël le 27 octobre 1999, http: (...)
  • 59  Testimony before the House Committee on International Relations, Subcommittee on Africa Hearing on (...)

34La nouvelle politique des États-Unis envers la Mauritanie est assez révélatrice. Les objectifs officiels du rapprochement mauritano-américain sont la « stabilisation » du Sahel et l’arrêt total des agissements des « groupes salafistes liés à al Qaeda ». Cependant, cette interprétation diffère non seulement de celle de l’opposition mauritanienne, mais de certains think tank aux USA. Pour l’opposition mauritanienne, il n’existe aucun danger terroriste menaçant la sécurité du pays. La Mauritanie, qui avait de très bons rapports avec le régime de Saddam Hussein, avait pris ses distances avec Bagdad afin de ne pas être dans la ligne de mire de Washington. C’est donc en signe de gage en faveur des États-Unis que le régime a décidé d’établir des relations diplomatiques avec Israël. Ceci fut fait officiellement à Washington en octobre 1999. Le ministère israélien des Affaires étrangères affirmait à l’époque que « le gouvernement américain et le gouvernement israélien voient dans cet accord un aiguillon pour la poursuite de la normalisation considérée aux yeux de tous comme la finalité du processus de paix depuis son lancement à la Conférence de Madrid58. » Mais en réalité, cette relation avec Israël est le principal facteur qui a rapproché les nationalistes arabes et les islamistes mauritaniens. C’est pour cela que le Council on Foreign Relations souligne, à propos des tentatives de coups d’État, qu’il ne faut pas confondre les revendications légitimes de l’opposition d’un côté et les terroristes et putschistes de l’autre. « Les États-Unis doivent faire particulièrement attention que nous ne soyons pas associés à un processus politique qui pousserait les gens à rejoindre les rangs des islamistes extrémistes.59 » En revanche, le régime du colonel Maaouya Ould Sid Ahmed Taya, renversé au mois d’août 2005, se sentait menacé et c’est donc, indirectement, pour le soutenir que Washington est intervenu.

  • 60  Louisa Aït Hamadouche, « Les engagements sécuritaires américains en Afrique », La Tribune, 2 mars (...)
  • 61  Jim Fisher-Thompson, « Le poids de l’Afrique dans la politique de sécurité des États-Unis », Washi (...)
  • 62  Moussa Hormat-Allah,« Les Américains et le Sahara (les dessous des cartes) », L’Opinion (Maroc), 1 (...)

35Le même constat peut aisément être fait pour les autres partenaires des États-Unis60. Les experts du Centre des relations civiles-militaires (CCMR) se sont déjà illustrés dans des pays tels que l’Angola, le Botswana, le Tchad, les Comores, le Congo, le Ghana, le Lesotho, le Malawi, le Mozambique, le Nigeria, la Guinée, le Sénégal et l’Afrique du Sud61. Le Pentagone vise l’obtention à long terme d’un accès à des bases au Mali et en Algérie, la conclusion d’accords pour réapprovisionner ses avions en carburant avec le Sénégal et l’Ouganda et, enfin, la mise en place de programmes d’assistance et de formation. La création de bases dans la région du Maghreb et du Sahel permettrait des interventions sur tout le continent africain et une maîtrise de « l’arc d’instabilité » qui va de l’Afghanistan au Golfe de Guinée en passant par les principaux champs pétrolifères de la planète. Lors de sa tournée en Afrique en 2001, Colin Powell a réaffirmé la volonté de son pays d’installer une base militaire américaine à Tessalit dans le Nord du Mali très exactement à cheval sur la frontière avec l’Algérie62

  • 63  Committee on International Relations. U.S. House of Representatives. Testimony, Karl Wycoff, Assoc (...)

36Au Maghreb, le Maroc et la Tunisie bénéficient eux aussi d’une assistance conséquente de la part des États-Unis. Le Maroc profite des programmes du Département d’État tels que l’Anti-Terrorism Assistance (ATA) et du Terrorist Interdiction Program (TIP). En 2004, les États-Unis avaient déjà octroyé au Maroc 6,5 millions de dollars pour la formation des Marocains dans la lutte et l’expertise antiterroristes. Le programme TIP doit être renforcé en 2005 afin d’aider les Marocains dans les domaines de la sécurité et de la protection des ports, aéroports, frontières terrestres et poreuses63. Comme on l’a vu, la coopération avec l’Algérie demeure un des aspects les plus importants des relations bilatérales surtout depuis le 11 septembre. Cette coopération s’articule autour du renseignement, de la collaboration dans les domaines militaires, et de la surveillance des mouvements de fonds. Il est toutefois difficile de confirmer ou d’infirmer que les États-Unis ont établi une base d’écoute de la NSA dans le désert algérien, même si aussi bien les Américains que les Algériens affirment qu’une telle base n’existe pas à l’heure actuelle. Il est certain que les États-Unis vont renforcer leurs relations sécuritaires avec le Maghreb (et le Sahel) et les pérenniser. Ainsi, lors de son allocution à la conférence sur le terrorisme tenue à Alger en février 2006, conférence co-parrainée par les États-Unis, l’Union africaine, et le Centre africain pour les études stratégiques, l’Ambassadeur américain pour le contre-terrorisme, Henry Crumpton, a déclaré:

« Nous envisageons une stratégie à multiples facettes, étalée sur plusieurs années, dont l’objectif est de vaincre les organisations terroristes en renforçant les capacités contre-terroristes régionales. Ceci se fera grâce au raffermissement et l’institutionnalisation de la coopération entre vos forces de sécurité et les nôtres et, plus important, à travers la promotion du développement économique, la bonne gouvernance, l’éducation, des institutions libérales, et la démocratie. Nous réussirons par le biais de cette vaste approche à discréditer l’idéologie terroriste et empêcher les terroristes de trouver les recrues dont ils ont besoin, tout en offrant aux recrues d’autrefois des chances et un espoir64. »


***

  • 65  Cette question est bien traitée in Abdel Mahdi Abdallah, « Causes of Anti-Americanism in the Arab (...)
  • 66  Voir à ce sujet, « Le Maroc à l’épreuve de la tragédie américaine », Abdellatif Mansour, Maroc Heb (...)

37Le 11 septembre a changé la donne au Maghreb, car il a non seulement favorisé un rapprochement des régimes maghrébins avec les États-Unis mais il a aussi permis à ces derniers de s’intéresser beaucoup plus à la région. Mais, alors que les gouvernements maghrébins ont vite accepté de participer à une coalition internationale informelle de lutte contre le terrorisme – qui leur sert aussi à justifier répression interne et violations des droits de l’Homme – ceci n’a fait qu’accroître un anti-américanisme latent dans la région65. Il ne faut donc pas occulter la division qui existe entre gouvernants et gouvernés en ce qui concerne l’image des États-Unis. Par exemple, alors que le gouvernement marocain avait condamné fermement les attaques du 11 septembre, la réaction populaire a été tout autre : bien que horrifiée par ces attaques l’opinion publique marocaine a blâmé les États-Unis en raison de leur politique au Moyen-Orient, notamment le soutien sans réserve à Israël contre les Palestiniens, ainsi que l’embargo et les attaques répétées contre l’Irak66. La guerre contre l’Irak n’a fait qu’accentuer cet anti-américanisme dans la région. Plus récemment, la visite de Rumsfeld dans la région n’a pas eu la même signification pour les régimes que pour les populations de la région. Aussi bien en Algérie qu’au Maroc, des citoyens se sont opposés à cette visite. La Coordination algérienne contre la normalisation avec l’État sioniste a déclaré que :

  • 67  Djamel B. « Une association algérienne contre la visite de Rumsfeld », Le Quotidien d’Oran, 13 fév (...)

« La présence de Rumsfeld au Maghreb est une véritable insulte aux peuples de la région quand on connait ses positions dans le conflit arabo-sioniste, son engagement inconditionnel aux côtés de l’État hébreu, les pressions qu’il exerce sur les Palestiniens, ainsi que le rôle qu’il a joué et les efforts qu’il a déployés pour pousser à la guerre et à la destruction de l’Irak. […] sous couvert de la lutte contre le terrorisme, les États-Unis veulent embrigader dans leur croisade contre l’Islam, les États du Maghreb.67 »

38Selon l’AFP, plus de 200 personnes ont manifesté à Rabat contre la visite de Rumsfeld. Les intentions du gouvernement américain de propager la démocratie dans le monde arabe à travers le plan du « Grand Moyen-Orient » sont perçues dans la région comme un plan visant à imposer une « démocratie clés en main » qui en réalité, selon cette même opinion, dissimule un seul objectif : l’assujettissement des peuples arabes et musulmans à l’hégémonie américaine et israélienne. De plus, soutenir des régimes dont les pratiques sont loin d’être inspirées des principes démocratiques ne fait qu’accroître les frustrations des populations maghrébines qui estiment que la région souffre d’un déficit de justice, de développement social, d’éducation, conditions nécessaires à la légitimité des gouvernements. Le dernier Rapport sur le développement humain dans le monde arabe (2004), publié au mois d’avril 2005, confirme cette constatation.

  • 68  Yahia H. Zoubir, « The Dialectics of Algeria’s Foreign Relations from 1990 to the Present », in Ah (...)
  • 69  Amine Goutali, « Iran-États-Unis : l’Algérie pour “désamorcer” la crise », L’Expression (Algérie), (...)

39Il est indéniable que les relations algéro-américaines ont connu un développement considérable ces dernières années. Cependant, malgré l’importance stratégique, économique et politique de l’Algérie pour la politique américaine au Maghreb, les États-Unis demeurent encore beaucoup plus sensibles aux intérêts marocains qu’à ceux de l’Algérie. Ceci s’explique par des raisons historiques, idéologiques, politiques et militaires. Le soutien des États-Unis à la France coloniale a influencé les relations entre les deux pays bien longtemps après l’indépendance de l’Algérie en 1962. Les malentendus et désaccords qui ont marqué les relations algéro-américaines pendant près de 30 ans ont créé une méfiance mutuelle entre les décideurs des deux pays qui n’a commencé à se dissiper que récemment. Le soutien de l’Algérie aux mouvements de libération nationale, ou les divergences sur les conflits en Palestine et au Sahara occidental ont empêché le développement de relations étroites entre les deux pays et expliquent en partie une certaine hésitation à œuvrer pour un rapprochement solide. Nonobstant le nouveau pragmatisme de la politique étrangère algérienne68, les positions de l’Algérie vont souvent à contre-courant de la politique américaine surtout en ce qui concerne le conflit israélo-palestinien ou celui au Sahara occidental à cause de l’expérience historique du nationalisme algérien, mais aussi pour des raisons de sécurité nationale en ce qui concerne le Sahara occidental. Cependant, quels que soient leurs différends, il existe un respect mutuel entre l’Algérie et les États-Unis. On se rappelle bien sûr le rôle joué par l’Algérie dans la libération en 1980 des otages américains détenus en Iran. Plus récemment, en avril 2005, l’Algérie a tenté de servir de médiateur entre les États-Unis et l’Iran pour résoudre leurs divergences sur la question nucléaire69.

  • 70  En effet, le Pentagone a lancé un site Web, Magharebia, sponsorisé par le US European Command, don (...)

40L’intérêt croissant des États-Unis pour le Maghreb a eu des retombées pour l’Europe mais aussi pour les États maghrébins qui peuvent peut-être à présent utiliser les États-Unis comme contrepoids dans leurs relations avec l’Union européenne, la France en particulier. Mais les pays européens, surtout la France et l’Allemagne, ont tout de même gagné des points au Maghreb, du moins au niveau de l’opinion publique, grâce à leur opposition à la guerre contre l’Irak et aussi à la politique française au Moyen-Orient qui semble plus équilibrée que celle des États-Unis. Si les relations entre les régimes maghrébins avec les États-Unis sont excellentes, il n’en est pas de même pour les populations maghrébines dont l’anti-américanisme ne fait aucun doute. Il est peu probable que les relations étatiques puissent engendrer d’autres sentiments au sein des opinions maghrébines malgré la campagne de relations publiques entamée par le Pentagone au Maghreb depuis février 2005 en vue de projeter une image positive de la politique américaine70. Le soutien inconditionnel des États-Unis à l’agression israélienne contre le Liban et Gaza n’a fait que ternir davantage l’image des États-Unis dans la région. Une promotion de la démocratie se résumant au soutien des régimes autoritaires illégitimes a déjà discrédité la politique américaine dans la région. On peut craindre que les plus grands bénéficiaires de cette politique soient les mouvements radicaux qui trouveront de nouvelles recrues pour leurs réseaux.

Haut de page

Notes

1  Cécile Jolly, « Ambitions américaines en Méditerranée », Arabies, septembre 1999. L’auteur argue que l’on s’avance peut-être vers un « Maghreb américain » et que « les Américains font tout pour écarter du Maghreb les Européens, partenaires traditionnels de cette région ».

2  La presse maghrébine soutient la même thèse. Les exemples abondent dans la presse maghrébine. Voir, notamment, Hamida Ben Salah, « le Maghreb suscite l’intérêt grandissant des États-Unis », Le Quotidien d’Oran (Algérie), 3 février 2004 ; Sarah Raouf, « Maghreb : les regards identiques de Paris et Washington », Le Quotidien d’Oran, 8 décembre 2003 ; Moussa Hormat-Allah, « USA-Maghreb : les dessous des cartes », L’Opinion (Maroc), 1re partie 16 janvier 2003 et 2e partie 11 février 2003.

3  M. Saâdoune, « Estimant que face aux États-Unis, la France n’a pas le même poids, Bedjaoui confirme le cap américain de l’Algérie », Le Quotidien d’Oran, 15 avril 2006.

4  Voir Yahia H. Zoubir, « Les États-Unis dans l’espace euro-méditerranéen : complémentarité, rivalité, et réajustement d’influence », Géoéconomie, n° 35, automne 2005, p. 65-83.

5  Yahia H. Zoubir et Stephen Zunes, « United States Policy in the Maghreb », in Yahia H. Zoubir (dir.), North Africa in Transition-State, Society, and Economic Transformation in the 1990s, Gainesville, Florida, University Press of Florida, 1999, p. 227-243.

6  Yahia H. Zoubir, « Algerian-Moroccan Relations and their Impact on Maghrebi Integration », Journal of North African Studies, vol. 5, n° 3, automne 2001, p. 43-74.

7  U.S. National Security Strategy Document. The White House, Washington, DC, février 7, 2000.

8  Stuart Eizenstat, entretien avec Doris McMillon sur WorldNet « Dialogue », 8 juin 1999, in United States Information Agency, Washington, DC, 16 juin 1999. Voir aussi, Stuart E. Eizenstat, « Undersecretary for Economic, Business, and Agricultural Affairs », Third Annual Les Aspin Memorial Lecture, Washington, DC : The Washington Institute for Near East Policy, 8 mars 1999.

9  Lors de son passage au Maghreb en septembre 2002, le secrétaire adjoint au Commerce Sam Bodman ne laissa aucun doute quant à la volonté des États-Unis d’intégrer l’Égypte et le Maghreb dans l’économie mondiale. En effet, il déclara que l’initiative de sa visite était « la preuve de l’engagement de l’administration Bush à un partenariat commercial fort et à l’investissement dans la région et de la réalisation de l’objectif d’intégrer l’Égypte et le Maghreb à l’économie mondiale » http://www.commerce.gov/opa/press/2002_Releases/Sept_20_Bodman_trip.htm. Cette volonté de créer un Maghreb intégré économique fut réitérée lors du passage de Karen Zens, un haut officiel du ministère américain du commerce. Voir, Fayçal Métaoui, « États-Unis : La théorie Burns », El Watan, 26 octobre 2003.

10  Yahia H. Zoubir, « Algeria and U.S. Interests : Containing Radical Islamism and Promoting Democracy »,Middle East Policy, vol. 9, 1, mars 2002, p. 64-81.

11  Voir Mourad Saouli, « Algérie Fuite des cerveaux », Arabies, octobre 2003. Même si le terrorisme islamiste était en grande partie responsable de cet exode, il ne faut pas non plus oublier des phénomènes endogènes tels que corruption, dégradation du niveau de vie de la classe moyenne, favoritisme, bureaucratie, et népotisme qui enveniment la société algérienne, ainsi que les autres pays du Maghreb.

12  Voir sur ce point, Y. H. Zoubir, « Algeria and U.S. Interests… », op. cit.

13  http://usembassy-israel.org.il/publish/peace/archives/2000/november/me1117a.html.

14  Associated Press, 20 novembre 2003.

15  http://www.whitehouse.gov/news/releases/2004/06/20040603-7.html.

16  Ces chiffres on été calculés sur la base des documents du « US Department of State Congressional Budget Justification for Foreign Operations, FY 2004 & 2005 ».

17  Voir la lettre de Robert B. Zelnick, « United States Trade Representative », au député Joseph R. Pitts, du 20 juillet 2004.

18  Gabriela González de Castejón, « Entretien avec Gordon Gray », Revue Afkar/Idées, n° 9, hiver 2006, p. 15.

19  Voir Rapport 298 (2001-2002) de la Commission des Affaires étrangères du Sénat français sur la Convention d’établissement entre la France et le Sénégal, http://www.senat.fr/rap/l01-298/l01-298_mono.html.

20  Entretiens de l’auteur avec de nombreux hauts responsables américains à Washington (en 1996 ; 2000 ; 2001 ; 2004 ; et 2006).

21  Pour plus de détails, on pourra consulter l’excellent reportage de Hani Rabah, « Algérie-États-Unis : le patron du FBI chez Bouteflika », Jeune Indépendant (Algérie), 25 mars 2001. Aussi bien des officiels algériens qu’américains ont révélé à l’auteur que les services secrets des deux pays échangeaient durant les années 1990 des renseignements sur les réseaux terroristes.

22  Voir Richard Boucher, porte-parole du MAE américain, Daily Press Briefing, Washington, DC, 11 décembre 2002. Voir aussi Steven R. Weisman, « US to Sell Military Gear to Algeria to Help It Fight Militants », New York Times, 10 décembre 2002.

23  Will Dunham, « US boosting Ties with Algeria : Rumsfeld », Reuters, 12 février 2006.

24  Cité in Faycal Metaoui, « Visite de David Welch en Algérie », El Watan (Alger), 15 mars 2006.

25  À ce sujet, voir le chapitre de Daniel Volman, « Foreign Arms Sales and the Military Balance in the Maghreb », in Y. H. Zoubir, North Africa in Transition…, op. cit., p. 220-221.

26  Ce chiffre est fourni par le ministère des Affaires étrangères américain : http://www.state.gov/r/pa/ei/bgn/8005.htm.

27  Alex Lefèvre, « Chirac Promotes French Interests in Algeria », 15 mars 2003,http://www.wsws.org/articles/2003/mar2003/alge-m15.shtml.

28  Economist Intelligence Unit, « Country Forecast », 21 mars 2005, http://www.economist.com/countries/Algeria/profile.cfm?folder=Profile-Forecast.

29  « Les États-Unis, premier client de l’Algérie au premier trimestre 2005 », AFP, 24 avril 2005.

30  Pour plus de détails sur la coopération législative, voir Ghada Hamrouche, « Les Américains contribuent à moderniser le processus législatif algérien », La Tribune (Alger), 22 janvier 2006 ; R.N., « Les délégations américaines se succèdent à Alger », Le Quotidien d’Oran, 15 janvier 2006.

31  « Interview d’Abdelaziz Bouteflika », Arabies, n° 229, mai 2006, p. 13.

32  L’ambassadeur américain à Tunis de l’époque, Peter Sebastian, révéla à l’auteur en 1987 que le Président Habib Bourguiba, pourtant proche des Américains, était sur le point de rompre les relations diplomatiques avec les États-Unis : « j’ai dû utiliser tout mon talent de diplomate pour l’en dissuader ».

33  John D. Banusiewicz, « Rumsfeld Meets with Leaders in Tunisia », American Armed Forces Press Service, 11 février 2006.

34  Voir, Yahia H. Zoubir, « Libya in US Foreign Policy : From Rogue State to Good Fellow ?  », Third World Quarterly, vol. 23, n° 1 (février 2002), p. 31-53 ; Ronald Bruce St John, Libya and the United States-Two Centuries of Strife, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2002.

35  Entretien de l’auteur avec un officiel américain au Département d’État à Washington, juin 2004.

36  Voir Yahia H. Zoubir, « Libye : islamisme radical et lutte antiterroriste », Maghreb-Machrek, n° 184, été 2005, p. 53-66.

37  Voir « Exxon Mobil signs PSA with Libya National Oil », http://ogj.pennnet.com/articles/article_display.cfm?Section=ONART&C=TOPST&ARTICLE_ID=243177&p=9.

38  Voir à ce sujet Yahia H. Zoubir, « The United States and Libya : From Confrontation to Cooperation », Middle East Policy, vol. 13, n° 2, été 2006, p. 48-70.

39  Cité par l’AFP (Tripoli), 31 août 2002.

40  Voir, Ronald Bruce St John, « “Libya Is Not Iraq” : Preemptive Strikes, WMD and Diplomacy », Middle East Journal, vol. 58, 3, été 2004, p. 391-92. L’auteur démontre de manière irréfutable que « le rôle de l’administration actuelle [G. W. Bush] était d’exécuter avec succès des démarches discutées depuis plus d’une décennie et finalement initiées dans les derniers jours de l’administration Clinton », p. 386. Voir aussi, Y. H. Zoubir, « The United States and Libya : From Confrontation to Cooperation », op. cit.

41  Colin L. Powell, « Diplomacy Properly Understood », State Magazine, mai 2004, p. 2. www.state.gov/documents/organization/32314.pdf, Powell déclara que « la diplomatie sans force est une vaine prière et que le pouvoir sans diplomatie est souvent sans effet ».

42  Voir « US Diplomatic Relations with Libya », Secretary Condoleezza Rice, Washington, DC, 15 mai 2006, http://www.state.gov/secretary/rm/2006/66235.htm.

43  Voir « Libya : Bright Outlook for Energy Investment », Oxford Analytical, 27 avril 2005.

44  Masood Farivar, « Energy : Business Group Pressures U.S. to Take Libya off Terrorism List », The Wall Street Journal, 11 avril 2006.

45  « George Bush appelle l’Algérie et le Maroc à faire preuve de créativité et de souplesse pour régler leurs différends », Associated Press (Rabat), 20 novembre 2003.

46  Giles Tremlett, « US Sends Special Forces into North Africa », The Guardian, 15 mars 2004.

47  Yahia H. Zoubir, « Changement et continuité de la politique américaine au Maghreb », Afkar/Idées, n° 5, hiver 2005, p. 55-58.

48  The White House,The National Security Strategy (Washington DC, The White House, septembre 2002), disponible sur http://www.whitehouse.gov/nsc/nss/2002.

49  Anthea Jonathan, « US eyes North Africa », Politics, 10 mars 2004, http://www.news24.com/News24/Africa/News/0%2C%2C2-11-1447_1496197%2C00.html.

50  Giles Tremlett, « US sends special forces into North Africa »,op. cit.

51  http://www.oft.osd.mil/library/library_files/document_377_National%20Military%20Strategy%2013%20May %2004.pdf.

52  Robert Burns, « General : U.S. Gains from Ties with Libya », Associated Press, 21 avril 2005.

53  Zine Cherfaoui, « Les Américains réunissent les chefs des états-majors des armées des pays du Maghreb et du Sahel », Le Quotidien d’Oran, 25 mars 2004.

54  « Eliminating Terrorist Sanctuaries : The Role of Security Assistance », William P. Pope (Acting Coordinateur for Counterterrorism Testimony Before the House International Relations Committee, Subcommittee on International Terrorism and Nonproliferation, Washington DC, 10 mars 2005, http://www.state.gov/s/ct/rls/rm/43702.htm.

55  Le site du ministère de la Défense américain fournit d’amples détails sur les allocations financières à chacun des États ainsi que les divers types d’équipement, http://64.233.167.104/search?q=cache:0bew7mgEiIAJ:www.up.ac.za/academic/cips/Publications/Col%2520CD%2520Smith%2520Jr.ppt+Pan-Sahel+Initiative&hl=en.

56  Remarques du secrétaire d’État à la Défense Paul Wolfowitz, Africa Center for Strategic Studies, Senior Leader Seminar, Washington DC, 9 février 2004, http://www.defenselink.mil/speeches/2004/sp20040209-depsecdef0863.html.

57  Tel que rapporté dans le programme de la National Public Radio américaine, All things considered, le 11 octobre 2004, http://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=4079474. Il est clair que ce n'est pas seulement la lutte anti-terroriste qui a dicté cette coopération mais aussi la protection des gisements pétroliers dans la région du Maghreb- Sahel.

58  Communiqué du porte-parole du ministère des Affaires étrangères d’Israël le 27 octobre 1999, http://www.mfa.gov.il/MFAFR/MFAArchive/1990_1999/1999/10/Etablissement%20de%20relations%20diplomatiques%20completes.

59  Testimony before the House Committee on International Relations, Subcommittee on Africa Hearing on « Fighting Terrorism in Africa », Princeton N. Lyman, Ralph Bunche, Senior Fellow and Director of Africa Policy Studies Council on Foreign Relations, 1 avril 2004, http://www.cfr.org/pub6912/princeton_n_lyman/the_terrorist_threat_in_africa.php.

60  Louisa Aït Hamadouche, « Les engagements sécuritaires américains en Afrique », La Tribune, 2 mars 2004.

61  Jim Fisher-Thompson, « Le poids de l’Afrique dans la politique de sécurité des États-Unis », Washington File, 2004

62  Moussa Hormat-Allah,« Les Américains et le Sahara (les dessous des cartes) », L’Opinion (Maroc), 17 janvier 2003.

63  Committee on International Relations. U.S. House of Representatives. Testimony, Karl Wycoff, Associate Coordinator, State Department Office of the Coordinator for Counterterrorism to the House International Relations, Committee Subcommittee on Africa « Fighting Terrorism in Africa », Washington DC, 1 avril, 2004, http://wwwc.house.gov/international_relations/108/Wyc040104.htm.

64  U.S. Official Praises African Union’s Counterterrorism Efforts, http://usinfo.state.gov/af/Archive/2006/Mar/03-70981.html.

65  Cette question est bien traitée in Abdel Mahdi Abdallah, « Causes of Anti-Americanism in the Arab World », Middle East Review of International Affairs (MERIA), vol. 7, n° 4, décembre 2003, http://meria.idc.ac.il/journal/2003/issue4/jvol7no4in.html. En ce qui concerne le Maghreb, voir Yahia H. Zoubir et Louisa Aït-Hamadouche, « Anti-Americanism in North Africa : Can State Relations Overcome Popular Resentment », Journal of North African Studies, vol. 11, n° 1, mars 2006, p. 39-58.

66  Voir à ce sujet, « Le Maroc à l’épreuve de la tragédie américaine », Abdellatif Mansour, Maroc Hebdo International, 21-27 septembre 2001.

67  Djamel B. « Une association algérienne contre la visite de Rumsfeld », Le Quotidien d’Oran, 13 février 2006.

68  Yahia H. Zoubir, « The Dialectics of Algeria’s Foreign Relations from 1990 to the Present », in Ahmed Aghrout (dir.) Algeria in Transition-Reforms and Development Prospects, Londres, Routledge, 2004, p. 151-182.

69  Amine Goutali, « Iran-États-Unis : l’Algérie pour “désamorcer” la crise », L’Expression (Algérie), 5 avril 2005.

70  En effet, le Pentagone a lancé un site Web, Magharebia, sponsorisé par le US European Command, dont l’objectif affiché sur le site est « de promouvoir la stabilité, la coopération et la prospérité dans cette région du globe », http://www.magharebia.com/cocoon/awi/xhtml1/fr/document/awi/footer/about/about.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yahia H. Zoubir, « Les États-Unis et le Maghreb : primauté de la sécurité et marginalité de la démocratie », L’Année du Maghreb, II | 2007, 563-584.

Référence électronique

Yahia H. Zoubir, « Les États-Unis et le Maghreb : primauté de la sécurité et marginalité de la démocratie », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 06 juillet 2010, consulté le 30 août 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/169 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.169

Haut de page

Auteur

Yahia H. Zoubir

Professeur de relations internationales et de management à EUROMED Marseille, École de management en France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page