Navigation – Plan du site
Relations internationales

La compétition transatlantique face à l’enjeu maghrébin

Aomar Baghzouz
p. 585-607

Entrées d'index

Géographie :

Europe, Maghreb
Haut de page

Texte intégral

1Depuis quelques années, la compétition que se livrent les États-Unis et l’Union européenne (UE) s’est élargie au Maghreb, sous l’effet du nouveau déploiement américain dans la région, perçu comme un défi, ou tout au moins avec défiance, par les Européens notamment du sud. Profitant des brèches ouvertes dans le dispositif euro-méditerranéen de Barcelone et des errements de la politique maghrébine d’une Europe davantage tournée vers l’Est, les Américains se sont infiltrés dans une région, certes moins riche que le Golfe, mais qui les intéresse à plusieurs titres. Marché de cent millions de consommateurs, le Maghreb occupe une position géostratégique capitale entre l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient. Ouvert sur la Méditerranée et l’Océan atlantique, il recèle de grandes potentialités en hydrocarbures et matières premières. Depuis le 11 septembre 2001, l’expérience des pays maghrébins en matière de lutte anti-terroriste est aussi très sollicitée par Washington. Ce nouveau positionnement américain au Maghreb marque-t-il la fin du partage des rôles avec les Européens dans une logique transatlantique, et annonce-t-il le début d’une longue rivalité autour de l’enjeu maghrébin et des sous-enjeux qui le structurent ? Comment les pays maghrébins, en tant qu’acteurs concernés par cette rivalité, et la nourrissant d’une certaine manière, la mettent-ils au service de leurs intérêts collectifs et individuels ?

Problèmes conceptuels

2Lorsqu’on aborde l’étude des relations transatlantiques (et transméditerranéennes), on mobilise une série de notions polysémiques comme rivalité, Europe, Maghreb, qu’il convient d’abord de clarifier.

Quelle rivalité ?

3Qu’entend-on par « rivalité » entre puissances ? S’agit-il de la concurrence économique qui est l’essence même du libéralisme, des divergences diplomatiques qui ont de tout temps caractérisé les relations internationales, même entre pays amis, ou encore d’antagonismes politiques profonds pouvant entraîner des ruptures, voire des situations conflictuelles dangereuses ? En fait, on a tendance à mélanger tout cela lorsque l’on parle des rapports États-Unis/Europe. Du simple désaccord concernant l’attitude à l’égard de l’Irak ou de l’Iran, au grand malentendu sur le rôle de l’OTAN après la guerre froide, en passant par le litige Boeing/Airbus ou la compétition au Maghreb, tout est mêlé. À telle enseigne que tout ce qui est entrepris d’un côté de l’Atlantique est suspect de l’autre.

4Selon le Petit Robert, le terme de rivalité désigne une situation où deux personnes (et par extension deux ou plusieurs entités politiques) se disputent quelque chose, notamment la première place (le leadership pour les États). À partir de cette définition, on perçoit, à propos des relations américano-européennes, toute la difficulté à distinguer les tensions conjoncturelles et les vicissitudes diplomatiques des fractures transatlantiques assimilées à des failles géologiques sur des fissures anciennes. En effet, un simple accord commercial conclu par les Américains ou par les Européens avec un pays tiers peut cacher une rivalité profonde et peut facilement passer pour un vieux règlement de comptes par le truchement du commerce.

5Par ailleurs, les rivalités peuvent être aussi intra-européennes, par exemple entre Français, Allemands et Britanniques à la tête de l’Europe ; ou intra-américaines, comme entre le Congrès et le gouvernement, ou encore intra-maghrébines à l’image de la rivalité entre l’Algérie et le Maroc sur la politique à mener envers les puissances qui les courtisent. Malgré cette difficulté, nous tenterons de discerner autant que possible les actions par lesquelles Américains et Européens se disputent un leadership, des simples conflits sectoriels qui se seraient produits au sein d’une alliance soudée.

6Il faut aussi souligner que la rivalité n’exclut pas la coopération. Le premier terme peut recouvrir des rapports de coopération voire de partenariat parfois denses, dictés par des intérêts mutuels. On peut même dire que rivalité et coopération sont l’avers et l’envers d’une même médaille. C’est le fait de privilégier l’une ou l’autre option qui permet de s’inscrire soit dans une perspective de compétition et de conflit, soit dans une perspective de coopération et d’interdépendance.

Quelle Europe ?

7Le second mot qui appelle une clarification est celui d’Europe. S’il est clair que, sous ce terme, nous entendons l’Europe communautaire, il faut délimiter la portion de l’Union qui est vraiment impliquée dans la rivalité avec les États-Unis. Trois observations peuvent être faites à ce sujet.

8Premièrement, il est évident que si l’Europe économique est une réalité incontestable, l’Europe politique parlant d’une seule voix peine à voir le jour. Rappelons la boutade d’Henri Kissinger, qui se plaignait, du temps où il était secrétaire d’État, de ne pas pouvoir joindre l’Europe par téléphone, faute de numéro unique. Après le 11 septembre 2001, Washington a eu des contacts diplomatiques, non pas avec Bruxelles, mais avec Paris, Londres, Berlin…

9Deuxièmement, le déploiement américain au Maghreb ne revêt pas la même importance pour les pays de l’Europe septentrionale – Allemagne, Grande-Bretagne notamment – et pour ceux de l’Europe méridionale, comme la France et l’Espagne. Mais le facteur géographique n’explique pas tout. Les États-Unis comptent des alliés solides aussi bien au nord de l’Europe, où ils ont, avec le Royaume-Uni, une « relation spéciale, forte et féconde » (Vaiss, 2002), qu’au sud où ils pouvaient compter sur le soutien de l’Italie. La passion qu’a mis le Premier ministre britannique Tony Blair à défendre l’alliance euro-américaine et à réfuter toute idée de contrepoids à la puissance américaine n’a eu d’égal que l’alignement de l’ex-Président du Conseil Silvio Berlusconi sur les thèses de George W. Bush concernant la guerre contre le terrorisme et les pays de « l’axe du mal ». Il est vrai que pour l’Italie comme pour l’Espagne, les changements électoraux ont sérieusement remis en cause cette solidarité.

10En troisième lieu, on doit constater que l’élargissement de l’UE à 25 membres, encouragé par les Américains, est synonyme pour ces derniers d’une plus grande influence au sein de l’Europe, grâce au tropisme américain des nouveaux arrivants de l’ancien « bloc de l’Est » qui avaient souffert du totalitarisme soviétique. Verluise (2005) a raison d’affirmer à ce propos que « plus l’Europe va vers l’Est, moins elle peut se poser en rivale des États-Unis ». Il faut aussi souligner que l’Europe élargie n’a pas une seule perception de l’idée d’« Europe-puissance ». Certains pays s’en méfient, préférant le parapluie américain à une puissance européenne structurée autour des trois pays les plus puissants – l’Allemagne, la France et l’Angleterre – lesquels, par ailleurs, sont en rivalité plus ou moins forte. Que reste-t-il donc de cette Europe rivale des États-Unis sinon le fameux axe du refus de la guerre d’Irak, en l’occurrence le tandem franco-allemand ? C’était la première fois que l’Allemagne, handicapée jusque là par son passé, prenait des distances avec son protecteur américain, contrairement à la France, qui faisait depuis longtemps figure de noyau dur des tensions euro-américaines. Mais il convient de ne pas succomber à des conclusions hâtives, et de réduire à un ou deux pays européens la rivalité avec les États-Unis. En fait, les petites anicroches ou les grandes querelles transatlantiques affectent, bon gré mal gré, l’Union européenne dans son ensemble, ce qui nous amène à considérer quand même celle-ci comme une entité.

Quel Maghreb ?

11Ce n’est pas le cas du Maghreb qui est davantage un concept sentimental ou velléitaire qu’une réalité. Il nous permet néanmoins d’appréhender le problème de la rivalité euro-américaine sur un espace particulier. L’Union européenne n’ayant pas de politique maghrébine distincte de sa politique méditerranéenne, ce sont les accords bilatéraux d’association qui la lient d’une façon individuelle aux trois pays du Maghreb central (Algérie, Maroc, Tunisie). La Libye reste toujours en marge du partenariat euro-méditerranéen alors que la Mauritanie relève du cadre de la convention de Lomé de 1975 et des accords de Cotonou de 2003. Dans la perception européenne, le Maghreb est donc réduit aux trois pays du centre, alors que le Traité de Marrakech du 17 février 1987 fonde l’Union du Maghreb Arabe (UMA) sur cinq pays. Les Américains ne sont pas en reste puisqu’ils ont du Maghreb une vision surtout construite en termes d’intérêts géopolitiques et géoéconomiques à distance. Ils s’accommodent parfaitement d’un Maghreb divisé malgré leurs discours protocolaires en faveur de l’intégration maghrébine. Quant aux Maghrébins eux-mêmes, ils évoquent l’unité dans leurs discours mais regardent plutôt outre-Méditerranée et outre-Atlantique. C’est pourquoi l’union du Maghreb, dont les membres se comportent plus en compétiteurs qu’en partenaires, fait tellement figure aujourd’hui d’Arlésienne.

Une vieille rivalité transatlantique

12On peut schématiquement distinguer trois étapes dans l’évolution de la relation transatlantique : la période de la guerre froide (1945-1989) ; celle qui va de la chute du mur de Berlin aux attentats de New York (1989-2001) ; et enfin celle de l’après-11 Septembre 2001. Cette histoire a évidemment été ponctuée par des périodes de détente, de convergences et d’unions, mais en même temps la rivalité n’a jamais été totalement absente, oscillant entre simples malentendus et crises profondes.

La période de la guerre froide : L’Alliance tranquille ?

13Beaucoup d’écrits concernant la guerre froide s’accordent sur le fait que cette période fut celle de l’entente cordiale entre les deux rives de l’Atlantique. Cimentée par l’existence d’un ennemi commun (l’ex-URSS), cette alliance se manifesta, côté américain, par le soutien à l’Europe occidentale, tant dans sa reconstruction dans l’immédiat après-guerre (plan Marshall et OECE), que dans son processus d’intégration régionale (CECA et CEE). Côté européen, on consentit à être la pièce centrale de la stratégie américaine d’endiguement du communisme en contrepartie d’une protection militaire sous la bannière de l’OTAN. Les Américains reconnaissent que l’Europe les a aidés à poser les fondements de leur puissance mondiale et à remporter la guerre froide (Smyser, 2004). Mais en tant que vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, les Américains manifestèrent leur volonté de conserver un leadership stratégique en Europe, ce qui n’était pas pour plaire à tous les Européens. Les dissonances au sein de l’Alliance furent surtout le fait de la France. Ce pays se retira, en 1966, du commandement intégré de l’OTAN, à cause d’un différend sur le projet d’une force nucléaire propre à la France, et au-delà, sur une réforme de l’Organisation dont l’objectif était de mettre fin à l’hégémonie américaine en son sein. Plus que l’anti-américanisme du président Charles de Gaulle, cette décision de retrait montre en fait de profondes dissensions franco-américaines. Le Général avait certes une véritable ambition pour une « Europe européenne », contrairement à la préférence britannique pour une « Europe atlantiste » sous leadership américain. Mais la France, qu’elle soit de droite ou de gauche, s’est toujours opposée frontalement à la stratégie hégémonique de son allié d’outre-Atlantique. En particulier, elle a mal perçu l’intrusion des Américains en Méditerranée et au Maghreb (Balta, 2003), et a toujours eu le souci d’empêcher toute puissance hégémonique extérieure de lui disputer son influence dans sa « chasse-gardée ».

14En somme, il n’y eut guère d’harmonie durable au cours de cette période entre Américains et Européens, comme en témoignent les tensions autour de l’affaire de Suez, la guerre d’Algérie, la guerre du Vietnam, la création d’Airbus en 1970, le refus de la CEE de s’associer, en 1982, aux sanctions américaines contre l’Union soviétique ou à l’Initiative de défense stratégique (IDS) présentée par Reagan en 1983. L’Europe des années 1980, ayant gagné en cohésion et en puissance économique à l’ombre de la tutelle américaine, commençait à voir grand et aspirait à disposer d’une armée autonome, mais la préoccupation majeure des États-Unis était de l’en dissuader.

L’après-guerre froide : Superpuissance versus « Europe-puissance »

15Avec la fin de la guerre froide, l’Europe perdit sa centralité stratégique pour devenir un théâtre d’autant plutôt secondaire (Moreau Defarges, 2005) que ses acteurs n’arrivaient pas à parler d’une seule voix. En revanche, les avancées de l’intégration économique européenne (Marché unique, Union économique et monétaire…) suscitèrent quelques craintes de l’autre côté de l’Atlantique. La fin de la bipolarité a en effet consacré la prédominance du facteur économique et a relégué au second plan les facteurs stratégique et idéologique. Sur ce terrain, les Européens commencèrent à montrer les « muscles » d’une entité capable de rivaliser avec les États-Unis comme le montrent leur poids et leur rôle au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Percevant mal que l’Europe leur fasse concurrence sur les plans économique et commercial, les États-Unis sont conscients qu’à moyenne ou longue échéance, elle pourrait leur disputer le leadership dans le domaine politique et menacer leurs privilèges sur le Vieux Continent. Ils sont favorables à l’élargissement de l’UE mais pas à son approfondissement, synonyme pour eux d’une « Europe puissance » qui gênerait la réalisation de leurs desseins dans le monde. Pour les dirigeants américains, il n’y a pas d’ambiguïté : l’Europe peut être à la limite une force économique, mais sa sécurité doit rester une affaire américaine (Vulic, 2004). C’est le même constat fait par C. Durandin (2004) dans son ouvrage Les États-Unis, une grande puissance européenne.

L’après-11 septembre 2001 : vers un divorce transatlantique ?

16Les événements du 11 Septembre ont constitué un tournant dans les relations Amérique-Europe. Loin de souder une alliance qui avait, jusque-là, plutôt résisté aux disputes et soubresauts, ils ont au contraire précipité sa cassure. Pour combattre le terrorisme, le gouvernement américain avait donné l’illusion un moment qu’il revenait au multilatéralisme cher aux Européens. Mais ces derniers, tout comme le reste du monde, ont vite déchanté lorsque l’administration Bush a engagé une guerre comme elle l’entendait, avec ou sans le soutien des Alliés, et s’appuyant, tout au plus, sur des coalitions à la carte.

17Outre les nombreux contentieux commerciaux qui éclatèrent au cours de cette période (différend sur les sociétés de vente à l’étranger [Foreign Sales Corporations–FSC] en 2001 ; guerre de l’acier en 2002), des désaccords virulents sont apparus au sujet de l’Irak. Le couple franco-allemand s’opposa à la stratégie américaine, ce qui provoqua le courroux des Républicains. Et comme pour exprimer l’exaspération de Washington à l’égard des Européens, le secrétaire d’État à la défense, Donald Rumsfeld, a tenté, dans un discours de décembre 2003, de jouer sur le clivage « Vieille Europe »/« Nouvelle Europe », en accablant et culpabilisant la première, et en exprimant sa reconnaissance à la seconde. Les néo-conservateurs américains ne semblent pas craindre le divorce avec L’Europe. Ils estiment que c’est l’Europe qui a davantage besoin des Américains que les Américains de l’Europe (Kupchan, 2003). La rivalité transatlantique était devenue alors tellement aiguë qu’on était « quasiment revenu d’un certain point de vue à un monde bipolaire », observe Guilhaudis (2002).

18Mais comme l’affirme Guedry (2005), l’inflexion brusque des relations euro-américaines à laquelle on a assisté au lendemain du 11 Septembre ne tient pas uniquement à la doctrine Bush, ni à la position de la France et de l’Allemagne à l’égard de la crise irakienne, mais à des causes plutôt structurelles. Robert Kagan (2003), l’éminence grise de la Fondation pour la paix internationale, la fameuse « Carnegie Endowment », soutient crûment que les Américains et les Européens sont aux antipodes les uns des autres. Sur les grands problèmes qui se posent aujourd’hui au monde, les premiers viennent de Mars et les seconds de Vénus, constate t-il en ajoutant que rares sont les points sur lesquels ils s’entendent et que l’incompréhension entre eux ne fait que croître. Est-ce à dire que le divorce transatlantique est bel et bien consommé ou qu’un renouveau de ces rapports puisse être envisagé ? Quand on évalue (avec Cloos, 2004) les « plaques tectoniques » de la relation transatlantique, on constate que les failles sont plus nombreuses et plus profondes que les éléments de cohésion. Parmi ce qui oppose, on relève notamment un déséquilibre en termes de forces et de dépenses militaires, une culture politique différente (droit et compromis versus rapports de force), des différences sociétales (perception de la religion, de la peine de mort…). Il y a certes des intérêts communs et des valeurs démocratiques partagées du fait que les États-Unis ont été fondés par des Européens en rupture avec le Vieux Continent. Mais les divergences culturelles se sont creusées depuis deux siècles et les nombreux désaccords qui persistent sont tels qu’ils risquent, à tout moment, d’agrandir la faille transatlantique.

19C’est en tenant compte de ce contexte général que l’on peut mieux comprendre la confrontation transatlantique au Maghreb. L’analyse des enjeux autour desquels se cristallise la compétition américano-européenne sur cet espace aide à saisir le degré de cette rivalité, que d’aucuns veulent minimiser, et à s’interroger sur la persistance du phénomène dans les années à venir.

L’économie et le commerce, terrains essentiels de la compétition transatlantique

20C’est sur le front économique que l’on peut véritablement parler d’une compétition américano-européenne au Maghreb, les forces en présence étant comparables. Avec une part de 26 % du PIB mondial, contre 31 % pour les États-Unis, le deuxième potentiel agricole mondial, une forte assise industrielle et financière, l’UE a les moyens économiques de ses ambitions. Conscients de la montée en puissance de l’Europe sur ce terrain, les États-Unis ont cherché d’abord à affirmer leur hégémonie sur l’économie pétrolière de cette région, à partir de l’Algérie et de la Libye, et ensuite à nouer des rapports de partenariat avec les pays maghrébins à travers notamment les accords de libre-échange (ALE), comme l’accord conclu avec le Maroc en 2004.

21Pour des raisons liées à la proximité géographique et à l’histoire, les Européens sont fortement présents économiquement au Maghreb. De loin les premiers fournisseurs et les premiers clients des pays maghrébins, ils représentent globalement entre 65 et 75 % du commerce extérieur de la Tunisie, de l’Algérie et du Maroc. Des accords d’association de portée globale lient l’UE et les pays méditerranéens (PM) dans le cadre du Processus de Barcelone dont le bilan, dix ans après son lancement, est toutefois mitigé. Les États-Unis, éloignés géographiquement de la région, absorbent tout de même 34 % des exportations totales des trois pays du Maghreb central grâce aux hydrocarbures algériens, et assurent 22 % des importations de ces pays. Mais les dernières offensives commerciales américaines en direction des pays du Maghreb central sont mal perçues par l’UE qui entend que cet espace relève de sa nouvelle politique de voisinage. Avec des objectifs et des instruments similaires (partenariat, libre-échange, développement), les projets de coopération américano-maghrébins peuvent être assimilés par certains à de la compétition déloyale dans une zone traditionnellement sous influence européenne. Cependant, Washington ne prête pas beaucoup d’attention à ces « fantasmes » européens. Comme disait déjà le président Calvin Coolidge, quelques six ans avant la crise économique de 1929, « l’affaire de l’Amérique, ce sont les affaires ». Cette citation reste aujourd’hui d’actualité même si George W. Bush semble donner une priorité à la lutte anti-terroriste, à la suite des événements du 11 septembre 2001. En fait, les tensions transatlantiques dans le domaine économique sont la conséquence de la lutte pour les marchés, l’énergie, les matières premières et la main-d’œuvre bon marché que se livrent les grandes multinationales qui dominent une économie de plus en plus mondialisée. Guidé par l’intérêt national, le gouvernement américain ne peut que s’inscrire dans cette logique de compétition libérale, soutenu par les puissants lobbies d’affaires qui exercent une pression permanente sur les policy makers.

22Ressource énergétique vitale et enjeu politique majeur, le pétrole a toujours suscité les convoitises des puissances mondiales. La flambée des prix du baril du pétrole, qui ont dépassé en 2005-2006 le seuil de 70 dollars, et la pénurie annoncée pour 2015, selon certaines projections, affolent les grands pays consommateurs en même temps qu’elles ravivent la rivalité euro-américaine. Tout en recherchant des sources alternatives d’énergie (biocarburants, hydrogène…) afin de réduire leur dépendance, ces deux entités veulent garantir la sécurité de leur approvisionnement à moyen et long termes en ayant le contrôle sur les gisements les plus productifs du monde. C’est la raison pour laquelle le Sahara maghrébin fait l’objet d’un intérêt accru de leur part. En s’y disputant les marchés, le souci commun des Américains et des Européens est d’obtenir les meilleurs contrats avec les États maghrébins pétroliers (notamment l’Algérie et la Libye), afin d’avoir accès aux ressources pétrolières à des conditions satisfaisantes (Kepel, 2003).

23Le Maghreb peut être considéré comme une scène et un acteur importants de la géopolitique du pétrole, dans la mesure où il assure, à lui seul, la moitié de la production du continent africain dont les réserves en hydrocarbures représentent 10 % des réserves mondiales. Avec une part respective de 22,5 % et 13,7 %, la Libye et l’Algérie sont particulièrement convoitées, tant par les anciens colonisateurs que par les États-Unis qui ont raflé ces dernières années des marchés intéressants dans les deux pays. Bien qu’ils soient également producteurs de pétrole, les Américains veulent constituer des stocks de sécurité. L’Europe reste un parent pauvre en énergie malgré les richesses de la Norvège (3e exportateur mondial) et à un degré moindre de la Grande-Bretagne. Elle est mise à rude épreuve par la politique énergétique de plus en plus active des États-Unis, qui sont les plus grands investisseurs dans ce secteur, et par la diminution globale au niveau mondial des réserves d’hydrocarbures, ce qui accentue la tension. Pourtant, l’UE gagnerait peut-être à intégrer la dimension énergétique dans le partenariat avec ses fournisseurs maghrébins, surtout si les prix du gaz et du pétrole étaient indexés sur l’euro au lieu du dollar. Mais elle n’a pas jugé opportun de remettre en question l’hégémonie américaine sur ce secteur, préférant laisser au marché jouer son rôle régulateur. Cependant, la compétition reste ouverte entre les Américains et les Européens autour des hydrocarbures libyens et algériens. Depuis le retour progressif de la Jamahiriyya dans le concert des nations, les chefs d’État et de gouvernement occidentaux courtisent Tripoli. Tony Blair, Silvio Berlusconi, Gerhard Schröder et Jacques Chirac se sont relayés chez Kadhafi entre 2003 et 2005, pour se réconcilier avec lui au nom de l’or noir. De son côté, l’administration Bush permet aux pétroliers américains de retourner en Libye après la levée des sanctions contre ce pays. Ce véritable chassé-croisé diplomatique aux relents de pétrole vise aussi l’Algérie dont de nouveaux gisements ont été découverts entre 1995 et 2003. Elle est désormais reclassée par les experts internationaux comme un futur détenteur majeur de réserves pétrolières, avec 10 milliards 200 millions m3 d’hydrocarbures liquides.

24C’était déjà le cas pour le gaz naturel algérien dont les réserves sont estimées à 5 000 milliards de m3 de réserves, soit 70 % des ressources du continent africain. Au niveau mondial, l’Algérie se place à la cinquième position des producteurs et à la quatrième position des exportateurs du gaz naturel. Pour l’accès au gaz maghrébin, l’Europe semble mieux lotie que les États-Unis. Les deux gazoducs transméditerranéens reliant l’Algérie et l’Europe via le Maroc et la Tunisie semblent en effet sceller des liens durables d’interdépendance euro-maghrébins. Le projet de gazoduc sous-marin Libye-Sicile va aussi dans ce sens. Aujourd’hui, 90 % du gaz algérien sont destinés à l’Europe, part qui pourrait être augmentée avec le GNL. Lors de sa visite en février 2006 dans la capitale européenne, le chef du gouvernement algérien Ahmed Ouyahia était fier de rappeler que « même durant les années de tragédie, il n’y pas une seule journée d’interruption de livraison du gaz algérien à l’Europe ».

25L’Europe veut cependant sécuriser ses approvisionnements. Pas tant par rapport aux États-Unis, bien qu’une concurrence avec eux soit autorisée par la technologie du GNL qui approvisionne le marché nord-américain, mais par rapport aux crises qui peuvent affecter le marché gazier international. Le conflit gazier russo-ukrainien de janvier 2006 a montré au grand jour la dépendance de l’Europe et sa vulnérabilité, même si cette dernière a fait de la diversification des partenaires un principe cardinal. Malgré les assurances algériennes, l’Europe se méfie d’un scénario à la russe, et redoute même la constitution d’un cartel gazier algéro-russe. Toujours est-il que l’application du principe de diversification est de nature à atténuer la rivalité euro-américaine autour des hydrocarbures maghrébins.

26Cependant, les Américains tentent d’imposer leur hégémonie en Méditerranée, tout comme ils le font en mer Caspienne et dans le Golfe arabe où se trouvent l’essentiel des réserves pétrolières et gazières du monde. Quant à l’UE, elle n’a jamais réussi à adopter une véritable politique énergétique commune pour contrebalancer l’emprise croissante des États-Unis sur le marché pétrolier.

27Depuis la fin des années 1990, les États-Unis veulent conférer à leurs relations commerciales avec les pays du Maghreb un cadre bien balisé, à l’instar des rapports euro-maghrébins. Mécontents de ne pas avoir été associés à la Conférence euro-méditerranéenne historique de Barcelone en 1995, les Américains ont répondu en proposant aux trois États du Maghreb central un partenariat similaire à bien des égards, à travers notamment le projet Eizenstat en 1998 et des accords bilatéraux de libre-échange dont le premier a été signé avec le Maroc en 2004. Même s’ils ont mis en avant des arguments purement économiques pour expliquer ce regain d’intérêt pour une région traditionnellement acquise à l’Europe, les États-Unis peuvent difficilement occulter le fait qu’il s’agit d’une manifestation de rivalité qui dépasse le cadre strictement commercial. Le projet, qui porte le nom du sous-secrétaire d’État au trésor de l’époque Stuart Eizenstat, consiste en une coopération économique basée sur le commerce et l’investissement et visant l’accélération des réformes structurelles dans chaque PM et l’encouragement du secteur privé. Mais il s’agit d’un partenariat conditionnel dans le sens où il pose comme préalable le démantèlement des barrières douanières intra-maghrébines, les Américains voulant un marché régional intégré pour permettre à leurs grandes entreprises de réaliser des économies d’échelle optimales. Or, le décloisonnement des marchés maghrébins demeure tributaire d’une réactivation du projet de l’Union du Maghreb arabe (UMA) aujourd’hui « sur cale » à cause de l’éternel problème du Sahara occidental et de l’absence d’une réelle volonté politique. Dans ce contexte, l’initiative d’Eizenstat paraît irréaliste et irréalisable à moins que les Américains s’investissent davantage sur le terrain politique pour aider au règlement de la question sahraouie. Au demeurant, la modicité des sommes proposées au titre de ce programme (à peine 2 milliards de dollars) est un motif supplémentaire qui explique pourquoi le projet d’Eizenstat est resté un vœu pieu. Ce n’est pas avec un tel engagement que les Américains peuvent concurrencer des Européens fortement ancrés dans le Maghreb.

28Cependant, face à l’offensive de ses partenaires-rivaux, l’UE n’a pas caché son inquiétude par la voix de Bruxelles et surtout de Paris. Il est vrai que le processus d’établissement d’une ZLE américano-maghrébine, concurrente de celle qui est projetée entre l’UE et les PM, a bel et bien commencé avec l’entrée en vigueur, le 1er janvier 2006, de l’accord États-Unis-Maroc. Même si certaines voix tentent de le relativiser, le processus de libre-échange proposé aux pays maghrébins par Washington heurte inévitablement les intérêts européens dans cette région. Dans une étude consacrée à cet accord de libre-échange, White (2005) montre comment la perspective d’un tel accord était perçue par les Européens au fur et à mesure que les négociations entre Washington et Rabat progressaient. Le ministre français du Commerce, François Loos, avait averti le Maroc sur un ton assez dur : « Vous ne pouvez pas dire que vous voulez un partenariat étroit avec l’UE et en même temps signer un accord de libre-échange avec les États-Unis. Il faut choisir. » En rétorquant indirectement, le secrétaire d’État américain au Commerce, Robert Zoellick, qui a mené les négociations pour son pays, a rappelé que le Maroc n’était plus une colonie française. Les responsables américains n’omettent pas de rappeler aux Européens que le Royaume alaouite a été le premier pays à reconnaître l’indépendance des États-Unis en 1777 et qu’un traité de paix et d’amitié lie les deux pays depuis 1787. Les officiels marocains pour leur part s’évertuaient à démontrer que les accords avec les États-Unis et l’UE n’étaient pas contradictoires.

29Du côté des experts français, les travaux de Regnault (2003) ont comparé le libre-échange États-Unis/Maroc et le partenariat euro-marocain dans le cadre du processus de Barcelone. Pour lui, l’ALE Maroc-États-Unis est basé sur « le marché, rien que le marché, tout le marché », c’est-à-dire qu’il s’agit d’une offre excluant toute politique d’assistance ou de dons. En revanche, plaide-t-il, le régionalisme européen est fondé sur « le marché mais régulé par des politiques communes et des transferts budgétaires ». Contrairement à la quasi-inexistence d’une aide américaine (civile et militaire) aux trois pays maghrébins (à peine 0,41 % du total de l’aide destinée à la zone méditerranéenne), le programme européen d’aide MEDA est, selon Regnault, relativement généreux malgré ses insuffisances. La conclusion à laquelle il parvient est que « le Maroc n’a pas grand chose à attendre d’un accord que les Américains veulent probablement instrumentaliser pour bloquer l’évolution des rapports entre l’UE et le Maroc ». Le régionalisme économique impliquant, selon cet auteur, une relation unique, centrée sur un espace donné, le Maroc ne pourra plus passer en union douanière avec l’UE, une fois engagé dans une ZLE avec les États-Unis. « Si le Maroc signe avec les États-Unis, c’est un aller simple […] ; l’accord américain ne sera pas tant un complément à la relation d’aujourd’hui avec l’Europe qu’un éloignement de l’Europe de demain » renchérit-il. En lui emboîtant le pas, le Cercle des économistes a, dans un document assez percutant diffusé en décembre 2003, mis l’accent sur les avantages d’une « association renforcée » euro-maghrébine pour les partenaires des deux rives, rejetant implicitement toute autre voie qui éloignerait le Maghreb de l’Europe.

30On ne peut mieux rendre compte d’une inquiétude essentiellement française face au déploiement économique américain au Maghreb. Certes, sur le plan commercial, l’ALE États-Unis/Maroc porte sur des parts hors hydrocarbures très modestes comparativement à la dépendance des pays maghrébins vis-à-vis de l’Europe. Mais cette dissymétrie ne doit pas occulter le fait que l’objectif prioritaire des Américains au Maghreb est d’ordre politique et stratégique et que l’économie en constitue une porte d’entrée.

Les limites de la stratégie d’endiguement mutuel : la proximité géographique et humaine

31Par Maghreb interposé, les Américains et les Européens semblent s’adonner à un jeu d’endiguement mutuel. Face au PEM, les États-Unis lancent le projet du Grand Moyen-Orient (GMO), auquel l’Europe tente de riposter en inventant d’autres formules de partenariat.

32Il apparait bien que le Maghreb n’est devenu important aux yeux des États-Unis qu’en fonction de l’intérêt qu’ils portent au Moyen-Orient, et dans la mesure où il leur permet de réaliser leurs desseins stratégiques. C’est là un nœud de la rivalité euro-américaine dans toute la Méditerranée. « Le malentendu est que pour les Américains, la Méditerranée n’est qu’un pion dans leurs stratégies mondiales, alors qu’elle est vitale pour la France et l’Europe » (Balta, 2003). Ce qui distingue notamment les Européens des Américains est que le Sud et l’Est de la Méditerranée représentent pour les premiers une proximité humaine qu’il leur faut, quoiqu’il arrive, assumer et tenter de gérer.

33L’Europe cherche à constituer un pôle puissant incluant sa zone de proximité et rivalisant avec les grandes puissances. Afin de renforcer sa place et son rôle au sein de la triade, l’UE veut être le noyau dur autour duquel gravitent des « cercles concentriques » sur le même modèle que le régionalisme américain. C’est toujours la France qui est à l’avant-garde de telles ambitions qui la mettent au cœur de la rivalité avec Washington. Ayant beaucoup d’intérêts dans ses anciennes colonies du Maghreb, l’Hexagone veut s’y appuyer pour guider l’Europe vers le statut d’une puissance mondiale. Le rêve français est illustré par Delbecque (2006) en ces termes : « Notre nation doit redevenir une puissance d’influence mondiale dont la mission est d’inciter l’Europe à se hisser au rang de “troisième force”, capable de faire face aux États-Unis et à la Chine. » Mais le partage des rôles du point de vue géographique étant désormais révolu sous les effets de la mondialisation, chaque puissance s’autorise à chasser sur le « territoire » de l’autre. Aujourd’hui, les États-Unis s’intéressent au Maghreb, alors qu’à partir des années 1990, c’est l’UE qui est allée « narguer » les États-Unis sur leur aire d’influence, en concluant des accords de libre-échange avec les pays d’Amérique latine. Elle veut établir avec des pays comme le Chili, le Mexique, le Mercosur et les pays andins et centre-américains un « partenariat stratégique » faisant pièce dans une certaine mesure à l’influence nord-américaine. Des deux côtés de l’Atlantique, on protège des chasses gardées régionales, tout en essayant de pénétrer dans celles des autres. C’est en quelque sorte une stratégie d’endiguement mutuel qui ne dit pas son nom, même si cela est plus évident du côté américain. Les États-Unis la pratiquent ailleurs pour « refouler » les Russes à l’intérieur de leurs terres slaves et « endiguer » les Chinois qui montent en puissance (Biarnes, 2002). Cependant, la proximité humaine euro-maghrébine, comme celle des Amériques, constitue une limite objective à cette double stratégie d’endiguement. Façonnée par l’histoire et la géographie, cette dimension s’impose aux acteurs et peut résister aux assauts des rivaux, même si dans l’espace maghrébin, la rivalité américano-européenne semble appelée à perdurer, sous l’effet des initiatives réciproques.

34Les États-Unis veulent s’appuyer sur des alliés sûrs au Maghreb pour concrétiser des objectifs stratégiques plus globaux. Pour eux, l’ALE États-Unis/Maroc n’est qu’une étape dans le processus d’instauration d’une mosaïque de ZLE à l’échelle du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Dans le cadre de l’initiative du « Grand Moyen-Orient » (Greater Middle East), lancée à l’automne 2003 par l’administration Bush, des mesures de démocratisation, d’ouverture économique et de soutien à l’initiative privée ont été prises. Elles concernent une vaste zone s’étendant de la Mauritanie au Pakistan, en passant par la Turquie, l’Arabie Saoudite, l’Afghanistan et Israël et fixe à l’horizon 2013 l’échéance d’accomplissement du projet.

35Ce projet de restructuration multidimensionnelle du monde arabe et de l’espace méditerranéen est l’objet de critiques virulentes, que ce soit dans les pays arabes ou en Europe. Les premiers reprochent à Washington de vouloir leur imposer un modèle qui fait l’impasse sur le processus de paix israélo-palestinien, mais qui insiste sur la sécurité d’Israël et la nécessité de son insertion dans la région. Les seconds perçoivent plutôt le GMO comme une menace sur un partenariat euro-méditerranéen déjà mal en point. De Nouakchott aux confins du Moyen-Orient, d’importantes parts de marché sont disputées entre les Américains et les Européens. Mais surtout, la nouvelle configuration géopolitique imposée par l’administration Bush tend à marginaliser une Europe qui n’est présente au Proche-Orient qu’en tant que principal bailleur de fonds et qui se voit « confisquer » progressivement son voisinage maghrébin.

36Les Américains ont une conception extensive de la Méditerranée et restrictive du Maghreb réduit à ses trois pays centraux. Mais dans le cadre du GMO, la Mauritanie et la Libye sont également incluses. Cela a été sans doute dicté par les impératifs de l’après-11 Septembre puisque dans la nouvelle conception stratégique des États-Unis, la lutte contre le terrorisme international et la démocratisation doit concerner aussi bien les États du Machrek que ceux du Maghreb. Ces derniers constituent même une pièce maîtresse dans leur nouvel échiquier. Ce faisant, ce plan empiète sur le Dialogue « 5+5 » qui constitue pour les Européens de la Méditerranée occidentale un espace de repli pour un partenariat privilégié échappant à la fois aux tempêtes du Moyen-Orient et à une trop lourde influence américaine (Henry, 2006). Certains Européens craignent que la faiblesse politique de l’UE l’empêche de conserver, à l’égard du Maghreb, une capacité réelle d’influence, d’aide et de pressions qui lui permettent de limiter l’emprise américaine. Cette crainte est d’autant plus justifiée que la nouvelle politique de voisinage mise en place pour dépasser les lacunes du partenariat de Barcelone montre à son tour ses insuffisances.

37Il est cependant significatif de constater que l’Europe a réagi aux initiatives américaines en mettant au point, en mars 2004, un partenariat stratégique avec la Méditerranée et le Moyen-Orient, quasi similaire au projet américain du GMO. Bien que la Commission ait pris le soin de préciser dans ses objectifs et principes qu’elle « coopérera étroitement avec les États-Unis […] dans la poursuite de ces objectifs », il est difficile de dissocier ce plan de son pendant américain et de cacher cette dimension de la rivalité transatlantique. S’agissant d’une région vitale pour l’UE, Bruxelles semble déterminé à y accroître son engagement et à y appliquer une stratégie complémentaire mais distincte de celle de Washington. La question qui se pose, dès lors, est de savoir comment garantir cette complémentarité dans un contexte marqué par la concurrence et la dualité euro-américaine.

La prééminence américaine en matière de sécurité

38Peut-on parler de rivalité entre les États-Unis et l’Europe dans un domaine où le Vieux Continent reste largement sous protectorat américain (Vulic, 2004) ? Malgré le déséquilibre des forces, il faut cependant admettre que l’Europe, menée par une France frondeuse, n’a jamais totalement accepté ce statut d’assistée et qu’elle entend marquer sa différence par rapport à ceux qui se sont autoproclamés ses tuteurs-protecteurs. En outre, la superposition de plusieurs cadres de sécurité en Méditerranée (OTAN, dialogue « 5+5 »…) prend parfois l’allure d’une compétition euro-américaine pour le leadership dans cette zone stratégique (Dufourcq, 2005b). Sur l’arène maghrébine plus spécifiquement, la différence de perception se situe au niveau du concept de sécurité en général, de la lutte anti-terroriste en particulier et de la relation avec l’OTAN.

39Les problèmes du Maghreb relèvent-ils de la hard ou de la soft security ? La réponse à cette question devrait nous permettre en principe de savoir qui des États-Unis et de l’UE contrôle cette région. Partant de la division classique des tâches entre une puissance mondiale qui s’occuperait essentiellement de la hard security et une puissance régionale qui se définit davantage comme une puissance civile (Charillon, Leveau, 2003), et sachant que la Méditerranée occidentale n’a guère constitué une priorité américaine, on peut penser que la sécurité au Maghreb se décline plutôt en termes civils et est d’abord l’affaire de l’UE. Si l’on suit Kagan (2003), l’Europe est faible en raison de ses capacités militaires limitées et ne peut, par conséquent, exercer qu’un soft power dans sa zone de proximité. Le partenariat euro-maghrébin qui comporte un volet politique et de sécurité répond à cette capacité. Mais tout en reconnaissant ses limites par rapport à la puissance globale symbolisée par la VIe flotte américaine en Méditerranée, l’Europe affiche de grandes ambitions régionales. Son domaine est fixé par les objectifs d’Helsinki, c’est à dire un rayon de 4 000 km à partir de Bruxelles, qui englobe le Maghreb et une partie de l’Afrique noire, du Moyen Orient et du Caucase, en somme tout le grand voisinage dont dépend sa sécurité (Gueldry, 2005). Or, les choses paraissent plus complexes dans la réalité parce que ce voisinage intéresse aussi les États-Unis. Le Maghreb est, depuis les événements du 11 septembre 2001, un espace sous « haute surveillance » et le soft power est devenu subitement une autre façon d’exercer leur puissance pour les Américains, comme le montrent les initiatives qu’ils ont prises dans le cadre de la lutte globale contre le terrorisme. Désormais, la dichotomie hard et soft security semble s’estomper devant le concept de global security qui paraît répondre mieux aux impératifs de la riposte américaine. Du coup, la rivalité euro-américaine à l’échelle maghrébine reprend sous l’effet, d’une part, d’un engagement plus prononcé des États-Unis dans la région et, d’autre part, d’une demande de sécurité des pays maghrébins définie sur un mode classique, c’est-à-dire essentiellement en termes de sécurité militaire, d’intégrité territoriale et de stabilité des régimes (Charillon, Leveau, 2003). Le moment est ainsi propice pour l’administration Bush de régler ses comptes avec la « vieille Europe » sur la scène maghrébine.

40La forte demande de présence américaine au Maghreb est formulée à un moment où Washington veut intégrer les États maghrébins dans son nouveau système régional de sécurité. Ces pays sont invités à rejoindre le Dialogue méditerranéen de l’OTAN (DMO), une initiative américaine conçue en 1994 et mise en œuvre en 1995, au moment même où le PEM est lancé. Coïncidence ou pas, ce forum ouvert aux États du Maghreb (sauf la Libye pour le moment), à la Jordanie, à l’Égypte et à Israël est un instrument entre les mains des États-Unis. Washington utilise l’Alliance atlantique non seulement pour contrôler l’action de l’UE au sein de cette structure mais aussi pour endiguer son désir de puissance. À travers le Dialogue méditerranéen de l’OTAN, l’Amérique traite directement avec les pays maghrébins. Jouant sur leur crainte de menaces réelles ou supposées émanant de la rive nord, elle leur propose le parapluie de l’OTAN. Pour les pays maghrébins, une coopération avec une telle organisation ne se refuse pas.

41L’Europe, qui n’a eu de cesse d’œuvrer pour un pilier autonome de défense, perçoit ce dialogue méditerranéen comme une nouvelle occasion pour les États-Unis d’accroître leur capacité d’influence et leur prééminence dans la région. Elle craint que ceci se fasse au détriment du dialogue politique et de sécurité prévu dans le cadre du processus de Barcelone et des accords d’association euro-maghrébins, et surtout aux dépens du rôle que l’UE veut jouer en Méditerranée occidentale et au Maghreb. Cette inquiétude est d’autant plus justifiée que les États-Unis, en tant qu’acteur extérieur à la région, disposent d’un avantage comparatif par rapport aux pays européens dont le passé colonial au Maghreb constitue un handicap et nourrit encore pour une part les malentendus euro-maghrébins en matière de perception mutuelle des menaces. Mais en réalité le discours sur les menaces du Sud émane aujourd’hui de tout l’Occident, et c’est moins une convergence idéologique qui pousse les pays maghrébins à se rapprocher des États-Unis et de l’OTAN que la prise en compte d’un nouveau rapport de forces à l’échelle régionale et internationale. De leur côté, les Européens sont conscients que le dialogue méditerranéen de l’OTAN ne peut être neutre du point de vue stratégico-sécuritaire. Ils s’empêchent cependant de le critiquer ouvertement, puisque beaucoup d’entre eux font partie de l’Alliance et participent donc au dialogue. L’Europe, qui est plus concernée que les États-Unis par la stabilité du Maghreb, peut, certes, tirer profit du DMO dans la mesure où celui-ci tend vers la réalisation de cet objectif. Mais avoir des intérêts communs avec les États-Unis au Maghreb ne signifie pas pour les Européens qu’ils doivent être marginalisés à travers le DMO. Ils préfèrent être partie prenante et acteurs des processus de sécurité qui concernent la Méditerranée occidentale. Certains d’entre eux considèrent même que « plus on donne à l’OTAN, moins on donne à l’Europe » (Verluise, 2005).

42La lutte contre le terrorisme tend, depuis le 11 septembre 2001, à structurer les relations entre les États-Unis et le Maghreb, d’une part, et l’UE et le Maghreb, d’autre part. Ayant été frappés les uns et les autres par le terrorisme, il ne devrait pas y avoir théoriquement de divergence entre eux sur le principe de cette lutte. Or il apparaît que les Américains et les Européens n’ont pas la même perception ni de la menace, ni de la manière dont il conviendrait de mener la riposte. En somme, les premiers se considèrent en guerre, voire en croisade contre le terrorisme, alors que les seconds travaillent à les éviter (Boisgrollier, 2004). Dans le cadre de cette riposte globale, les États-Unis ne pouvaient plus négliger une région aussi importante que le Maghreb. L’Algérie déjà meurtrie par le terrorisme de la « décennie noire », devenait subitement une priorité américaine. Une coopération sécuritaire entre Washington et Alger, voire avec toutes les capitales maghrébines, s’avérait nécessaire. Après les attentats de Djerba, Casablanca, Lemgheity, et Benghazi, tous les pays maghrébins sont concernés par le phénomène terroriste et se tournent vers les États-Unis qui ne peuvent refuser d’aide dans ce domaine, fut-elle proposée par un rogue state tel que la Libye.

43Sur ce terrain, la présence américaine avec sa hard security devient un facteur rassurant pour les États du Maghreb. Les Européens eux, restent quelque peu empêtrés dans une politique sécuritaire ambiguë. On se souvient qu’ils avaient, au nom de la démocratie, accablé les autorités algériennes à l’occasion de l’interruption du processus électoral en 1992, qui a fait basculer le pays dans le chaos terroriste. Il a fallu que des attentats ciblent le Vieux Continent à partir de 1994 pour que les Européens prennent conscience du caractère transnational du terrorisme et du danger qu’il représente pour la paix et la sécurité internationales. Ils ont essayé de développer une coopération sécuritaire avec les pays maghrébins, dans les cadres multilatéraux de Barcelone, de l’Union de l’Europe occidentale (UEO), ou du Dialogue « 5+5 », ou à travers des accords bilatéraux. Sur ce registre, il y a apparemment moins de rivalité américano-européenne que d’actions parallèles qui convergent, in fine, vers le même objectif déclaré : neutraliser le terrorisme. Mais la superposition de plusieurs cadres de sécurité en Méditerranée prend parfois l’allure d’une compétition euro-américaine pour le leadership de cette zone stratégique dont le Maghreb est l’épicentre (Dufourcq, 2005).

Fuite en avant et égocentrisme maghrébins

44Quel est le positionnement du Maghreb par rapport à la rivalité États-Unis/Union européenne ? Les États qui le composent vont-ils entrer eux-mêmes en compétition pour prétendre en tirer, chacun, le meilleur profit ? Ou bien sauront-ils saisir l’opportunité qui leur est offerte pour s’affirmer comme un acteur collectif dans un jeu triangulaire ?

45 Manifestement, les pays maghrébins semblent avoir opté pour la stratégie du « chacun pour soi », en cherchant isolément à faire fructifier à leur profit la rivalité euro-américaine au Maghreb. Pourquoi donc cette « fuite en avant » solitaire ? Et surtout, pourquoi cette réorientation vers les États-Unis ?

46Une réponse réside dans le désenchantement et la méfiance à l’égard du partenaire européen. Les États maghrébins sont globalement déçus du bilan très mitigé du partenariat avec l’UE. Celle-ci n’a pas tenu ses promesses, et ils sont libres, pensent-ils, de diversifier leurs partenaires. C’est un peu la réponse du berger à la bergère : « L’UE nous a lâchés au profit des pays de l’Est, alors nous la lâcherons au profit du maître du monde », semblent penser les dirigeants du Maghreb. En effet, entre être une « arrière-cour », voire une périphérie de l’Europe (Charillon et Leveau, 2003), et être des partenaires protégés des États-Unis, ces pays seraient tentés par la seconde alternative. Les arguments avancés sont d’ordre économique, stratégique et sécuritaire.

47L’espoir déçu de Barcelone a aggravé le climat de méfiance qui régnait déjà entre les pays maghrébins et leurs anciens colonisateurs, et qu’on n’a jamais pu vraiment balayer. Si le Maghreb est perçu par l’Europe comme source de menaces (terrorisme, immigration clandestine, etc.), ce qui n’est pas pour plaire aux États concernés, ces derniers sont aussi effrayés par l’idée d’une Europe puissance à leurs portes. Cette crainte, ils l’ont déjà exprimée au milieu des années 1990, lorsque certains pays de la rive nord ont voulu renforcer leurs capacités militaires terrestres et aéro-maritimes en Méditerranée, en créant l’Eurofor et l’Euromarfor. Plus généralement, la construction d’une Identité européenne de défense et de sécurité (IEDS) au sein de l’OTAN ou de l’UE apparaît pour les Maghrébins comme une menace potentielle, du moins pour les régimes autoritaires en place au Maghreb. Dans cette optique, le dialogue direct avec les États-Unis permet de neutraliser un éventuel accord euro-américain sous-traitant à l’Europe le contrôle de la sécurité commune en Méditerranée occidentale (Leveau, 2001). Le contrepoids américain dans la région est aussi une stratégie des régimes maghrébins. Les dirigeants de ces pays estiment que certaines clauses de conditionnalité (droits de l’Homme, démocratie…) figurant dans les accords d’association euro-méditerranéens sont une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes, et peuvent s’avérer attentatoires à leur maintien au pouvoir et à la souveraineté nationale.

48Pour certains États maghrébins (Algérie, Libye), la fin de l’empire soviétique leur a ôté un parapluie de protection. Par réflexe d’autodéfense, ils ont cherché à développer de nouveaux partenariats. L’Europe n’ayant pas vocation à jouer ce rôle puisqu’elle dépend elle-même de l’OTAN (à l’exception de la France) et qu’elle est perçue comme une menace, ils se sont naturellement tournés vers la superpuissance mondiale. Mais cette recherche de sécurité auprès de l’oncle Sam est aussi la résultante d’un climat de méfiance, voire d’hostilité entre les États du Maghreb. Ces derniers ont des motivations individuelles qui expliquent la stratégie du « chacun pour soi ».

L’Algérie : devenir l’État-phare du Maghreb

49L’Algérie, tout comme le Maroc et la Libye, caresse l’ambition de devenir une puissance régionale au Maghreb, objectif qu’elle avait revendiqué jusqu’à la descente aux enfers des années 1990. Pendant cette « décennie noire », l’Algérie était isolée sur le plan international et Washington pouvait se satisfaire d’un État islamique, gardien et garant des ressources pétrolières, et prêt à évincer les intérêts français de la région (Chauprade et Thual, 2001). Mais les Américains, dans un pragmatisme qui leur est reconnu, ont progressivement changé de perception à l’égard de l’Algérie qui est devenue un partenaire important après la tragédie de New York. Saisissant cette occasion, l’État algérien a d’abord cherché à intégrer son combat contre le terrorisme et l’intégrisme dans le cadre de la guerre globale menée par l’administration Bush contre ces phénomènes. Depuis, les relations américano-algériennes ont connu un développement spectaculaire dans plusieurs domaines. Les atouts énergétiques et géostratégiques de l’Algérie font d’elle un État-pivot dans la nouvelle doctrine de Washington. Hormis les grands marchés conclus dans le secteur des hydrocarbures, on a même évoqué l’installation d’une base militaire américaine dans le sud du pays pour traquer les terroristes dans le cadre de la coopération sécuritaire, mais également et surtout pour surveiller la route du pétrole africain. À cette fin, l’Algérie, à l’instar de la Mauritanie, est associée à l’Initiative Pan Sahel (IPS), puis à l’initiative trans-sahélienne contre le terrorisme (TSCTI), à laquelle participent le Maroc et la Tunisie comme observateurs ainsi que d’autres pays africains.

50Ce rapprochement avec les États-Unis, s’il marque nettement le retour de l’Algérie sur la scène internationale, n’a pas manqué de déclencher une certaine hostilité aussi bien de la France que du Maroc. Pour la France, les enjeux sont énormes et vont de la sphère économique à la sphère culturelle. Chaque nouveau pas dans le développement des rapports américano-algériens (et américano-maghrébins) est perçu à Paris, et à un degré moindre dans les autres capitales de l’Europe latine, comme autant de terrain perdu dans différents domaines. Par exemple, l’Algérie qui n’est pas membre de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) (tout en collaborant activement à certaines de ses instances et de ses activités) a su attiser la rivalité franco-américaine autour de l’enjeu linguistique, et pousser les Français, autant que les Américains, à la courtiser. C’est ainsi qu’en 2003, à la faveur d’incessants ballets diplomatiques entre Paris et Alger, a été annoncé un traité d’amitié entre les deux pays, dont la signature est aujourd’hui retardée sine die. Mais les initiatives diplomatiques de l’Algérie ne se limitent pas à cette rivalité. Il est significatif que l’Algérie ait choisi de conclure, en mars 2006, un important contrat d’équipement militaire d’un montant de 7,5 milliards de dollars avec la Russie, son fournisseur d’armes traditionnel. Cet accord entre, avec la coopération énergétique, dans le cadre d’un partenariat global et stratégique entre Alger et Moscou. Encouragée par l’embellie financière (60 milliards de dollars de réserves de change), l’Algérie ne cache pas son ambition d’être l’État-phare du Maghreb. Ce qui n’est pas sans susciter l’inquiétude des autres États du Maghreb et risque de relancer la course aux armements avec le Maroc et la Libye.

Le Maroc : mettre plus de pression sur l’UE

51Le Maroc est, sur le plan géostratégique, un « allié non otanien des USA » (Non-Nato Ally of the US), au même titre que les alliés israélien et jordanien. Profitant d’une amitié séculaire avec les États-Unis, le Royaume alaouite recherche un soutien américain plus prononcé contre les menaces que constitueraient l’Algérie d’une part, et l’affaire du Sahara occidental, d’autre part. Ce pays s’efforce de pratiquer une politique d’équidistance envers l’Amérique et la France avec laquelle il est lié par un « partenariat d’exception ». Mais depuis la signature de son ALE avec les États-Unis, le Maroc donne l’impression de vouloir jouer la carte américaine pour amener l’UE à être à la hauteur de ses attentes. Du point de vue économique, ce « virage » s’explique par le fait que le Maroc a beaucoup pâti des conséquences de ses rapports avec l’Europe communautaire, de la CEE à l’UE. Les pertes de marché subies par les produits agricoles marocains consécutivement à l’élargissement de la CEE à l’Espagne et au Portugal en 1986, les nombreux contentieux dans le domaine de la pêche avec Madrid et Bruxelles (UE), le problème du secteur du textile marocain (et tunisien) encouragé puis abandonné par les Européens, après la rude concurrence exercée par le textile chinois qui a envahi le Maghreb, autant de dossiers sensibles qui ne peuvent laisser Rabat insensible. Il faut aussi rappeler que le Maroc reste déçu par la fin de non-recevoir que l’Europe lui avait opposée quand il avait demandé officiellement en 1987 et en 1994 d’adhérer à l’UE. Dès lors, l’ALE Maroc/États-Unis prend une dimension autant géopolitique que purement économique. Ainsi, le Royaume alaouite s’est montré disposé à monnayer des rapports privilégiés avec les États-Unis contre la satisfaction d’exigences de Washington, notamment la normalisation des relations avec Tel-Aviv. Un bureau de liaison a été ouvert à Rabat depuis longtemps mais ses activités sont supposées gelées depuis l’an 2000. Le Maroc a aussi longtemps accueilli des bases militaires américaines (Berramdane, 1992 ; Daoud, 2004).

La Libye : éviter un scénario à l’irakienne

52Pour la Libye, le rapprochement spectaculaire avec l’Occident, en général, et les États-Unis, en particulier, vise essentiellement la sauvegarde du régime du colonel Kaddafi. Inscrit sur la liste américaine des « États voyous », ce régime était menacé de disparition comme l’était le régime de Saddam Hussein en Irak. La Jamahiriya qui n’a pas encore de relation contractuelle avec l’UE, a décidé de jouer la carte américaine à fond. En indemnisant en 2003 les victimes de l’attentat de Lockerbie, et en renonçant à son programme d’ADM, la Libye sort de l’embargo et réintègre la communauté internationale. Mais c’est aussi au prix d’une offre libyenne en matière de coopération contre le terrorisme et d’une plus grande ouverture aux compagnies pétrolières américaines (Mattéos, 2005). Pour Tripoli, il fallait parer au plus pressé, en dissipant le sentiment anti-libyen, avant de pouvoir espérer revendiquer à nouveau le statut d’un leadership au Maghreb, voire en Afrique par le biais de l’Union africaine (UA).

53À côté de cette révolution dans les rapports américano-libyens, il faut noter qu’une normalisation lente est en train de s’opérer entre la Libye et l’UE. Le 26 avril 2004, le président Kaddafi a effectué une visite historique à Bruxelles où il a déclaré que l’Europe et la Libye, après s’être combattues par le passé, avaient désormais des ennemis communs. L’allusion aux groupes islamistes était évidente et Tripoli est prêt à offrir son expertise en matière de lutte anti-terroriste (ainsi le rôle joué dans la libération des touristes allemands enlevés dans le Sahara algérien), et à sous-traiter pour le compte de l’UE le problème des migrations clandestines, dans la mesure où la Libye voit transiter sur son territoire un grand nombre d’émigrants subsahariens vers l’Europe. S’il joue la carte américaine à fond, le régime libyen ne veut donc pas s’aliéner l’Europe (il participe au renouveau du dialogue « 5 + 5 » mais a refusé de rejoindre le processus de Barcelone), d’autant que ses relations avec les États-Unis restent incertaines malgré leur évolution positive.

La Tunisie : le succès d’une politique équilibriste

54La Tunisie, en ce qui la concerne, est ce pays relativement stable du Maghreb qui s’est toujours efforcé d’avoir des relations privilégiées tant avec la France qu’avec les États-Unis. Déjà à l’époque de l’emblématique Habib Bourguiba (1956-1987), l’attachement de la Tunisie à l’Occident était proclamé avec ténacité. Une longue entente qui n’a connu qu’un contentieux sérieux à la suite du soutien américain au raid israélien contre le QG de l’OLP à Hammam-Chott, le 1er octobre 1985. Depuis la déposition de Bourguiba en 1987, son successeur Ben Ali a cherché plus de protection et d’appuis à l’extérieur afin de légitimer un pouvoir malmené par l’opposition des démocrates et des islamistes. Pour maîtriser la poussée islamiste, Ben Ali s’est tourné vers les États-Unis qui ont fermé les yeux sur les nombreuses violations des droits de l’Homme, estimant que c’était le prix à payer pour la stabilité de la Tunisie. En réalité, les Américains jouissent d’un certain nombre de privilèges dans ce pays comme en témoignent les facilités d’entraînement accordées à l’armée américaine sur le sol et dans l’espace maritime tunisiens. Sur le plan économique, la présence américaine est en nette progression et l’on évoque même une proche signature d’un ALE similaire à celui conclu entre Washington et Rabat. Ces développements ne peuvent cependant être dissociés du rôle joué par les dirigeants tunisiens dans la normalisation des rapports avec Israël. Sous la pression de Washington, Tunis a accepté l’ouverture, dès 1996, de bureaux d’intérêts de l’État hébreu. Cependant la Tunisie tient à ménager l’Europe et surtout l’ancienne puissance coloniale en entretenant avec elles des relations intenses et multidimensionnelles. Cette politique lui a valu des éloges contestés du président français Jacques Chirac qui, lors de sa visite à Tunis en décembre 2003, a déclaré que la Tunisie était « en avance sur beaucoup d’autres pays » et que « le caractère respectueux des libertés y est de plus en plus affirmé ». Ben Ali qui s’est taillé une Constitution sur mesure pour briguer un quatrième mandat s’est avéré en fin de compte un excellent équilibriste en jouant les cartes américaine et européenne.

La Mauritanie : à la recherche d’un rôle émancipé au Maghreb

55Last but not least, la Mauritanie est un cas atypique. Pays pauvre du nord-ouest africain bordant l’Atlantique, il entretient des relations étroites avec l’Europe dans le cadre de la convention de Lomé de 1975. Le regain d’intérêt américain pour le Maghreb ne pouvait pas exclure ce pays important sur le plan géostratégique, puisqu’il a des frontières avec le Maroc, l’Algérie, le Sahara occidental, le Sénégal et le Mali. Bien qu’elle soit sous protectorat économique de l’UE, la Mauritanie a répondu aux sollicitations des États-Unis, en reconnaissant notamment l’État hébreu (il y a un ambassadeur d’Israël à Nouakchott), mais en s’attirant les foudres des nationalistes et des islamistes mauritaniens. Washington a par la suite cautionné le coup d’État du 3 août 2005 contre l’ex-président Mouaouiya Ould Sid’Ahmed Taya, les putschistes du Comité militaire pour la justice et la démocratie (CMJD), dirigés par le colonel Ely Ould Mohamed Val, s’étant engagés à établir la démocratie. Mais ce qui importait surtout aux États-Unis était le respect des engagements de son prédécesseur vis-à-vis d’Israël. En outre, la Mauritanie est devenue, après l’attaque terroriste contre la caserne de Lemgheity le 4 juin 2005, une pièce importante aux yeux de Washington dans la guerre anti-terroriste. À ce titre, elle fait partie de l’IPS. De son côté, la Mauritanie veut profiter du regain d’intérêt américain pour cette région pour s’émanciper du carcan du groupe ACP. À ceci s’ajoutent les perspectives de découverte de riches gisements de pétrole qui permettront peut-être à ce pays pauvre de rejoindre le club envié de l’OPEP.

Vers un « jeu d’acteurs à trois » : UE-UMA-USA ?

56Le Maghreb a-t-il les moyens de se constituer en acteur capable de donner un sens à un pôle triangulaire UE-UMA-USA ? Si à l’épreuve du terrain, il apparaît clairement que les Maghrébins n’arrivent pas à transcender leurs contradictions, les atouts dont ils disposent plaident pourtant pour une démarche commune et concertée, afin de tisser des rapports équilibrés et mutuellement profitables, tant avec les États-Unis qu’avec l’Union européenne.

Rivalité intra-maghrébine

57Jusqu’ici, les États maghrébins ont, par leurs attitudes fragmentaires, favorisé l’émergence de deux rivalités qui parfois interfèrent : une rivalité américano-européenne et une rivalité inter-maghrébine. Mais si les États-Unis et l’Europe ont su, malgré tout, gérer leur rivalité et surmonter plusieurs conflits qui les ont opposés, les États du Maghreb, du fait d’une vulnérabilité et d’un processus de démocratisation boiteux ou inachevé, risquent, en revanche, de se précipiter dans des crises profondes et durables. Le déficit démocratique de ces régimes, qui les conduit à rechercher leur légitimation de l’extérieur, est en lui-même un facteur d’implosion et de conflits interétatiques, dans la mesure où les dirigeants les plus puissants, ou se considérant comme tels, peuvent être tentés par des aventures contre le(s) voisin(s).

58Du fait de leur rivalité, les pays maghrébins n’ont pas su tirer profit collectivement de l’opportunité que leur offre le double intérêt américain et européen pour leur région. Les quelques subsides que les Maghrébins peuvent séparément tirer de leur « fidélité » à l’un ou l’autre camp, ne représentent rien devant le manque à gagner du non-Maghreb. Tiraillés entre le modèle classique européen et le modèle américain new look, ils ont rarement su adopter des attitudes concertées face à leurs interlocuteurs d’outre-Méditerranée et d’outre-Atlantique. Ces derniers n’en demandent pas tant, puisqu’en approchant les pays du Maghreb individuellement, il leur est plus aisé de servir leurs propres intérêts et de les dominer. À ces difficultés d’émerger en tant qu’acteur unique, il faut ajouter le fait que les États maghrébins doivent affronter leurs opinions publiques, qui rejettent globalement la politique étrangère américaine, tout en étant fascinées par le progrès technologique et le développement économique des États-Unis.

Un Maghreb-acteur, une utopie ?

59Pourtant, les pays maghrébins ne manquent pas d’atouts à faire valoir pour établir des relations équilibrées avec les deux puissances mondiales. Avec un PIB moyen par habitant de 5 095 (PPA) en 2003, une population de 90 millions d’habitants dont 60 % ont moins de 25 ans, et beaucoup de richesses réelles et potentielles, l’espace maghrébin possède tous les attributs d’une entité régionale homogène face aux pôles existants. Il s’agit moins de choisir entre deux options stratégiques que de les combiner au service des objectifs du Maghreb. Celui-ci peut et doit s’unir pour mieux affronter les défis de la mondialisation. Tout en cherchant à s’arrimer solidement aux pôles européen et américain de la triade et à diversifier les partenaires (Russie, Chine…), il est urgent de leur « opposer » plus de Maghreb, un Maghreb parlant d’une seule voix et sachant ce qu’il veut dans la future relation triangulaire. Sans prétendre jouer le peer competitor avec les États-Unis et l’UE, un acteur maghrébin pourrait s’affranchir progressivement de la double tutelle américano-européenne. La rivalité entre ces deux pôles pourrait être un élément fédérateur autour duquel se cristalliseraient les ambitions maghrébines communes. Avec un pouvoir de négociation accru, les États du Maghreb pourraient par exemple obtenir de l’UE la redéfinition du partenariat dans un sens plus équitable. Vis-à-vis de la puissance américaine, ils pourraient négocier de vrais accords de partenariat et non pas seulement de simples « accords d’épicier » bâtis sur le principe trade not aid. Au moment où les États-Unis accordent, à Israël et à l’Égypte, une aide annuelle de 7 milliards de dollars (Moisseron, 2005), marquant ainsi leur préférence pour le Moyen-Orient, n’est-il pas légitime pour les pays maghrébins de revendiquer leur juste part en contrepartie des « concessions » qu’ils sont en train de faire aux Américains ?

60Sur le plan sécuritaire, un Maghreb-acteur pourrait demander une meilleure participation dans les mécanismes de dialogue, les systèmes et les stratégies de sécurité en Méditerranée, dans la perspective d’un triangle OTAN-UMA-UE. Par ailleurs, cette entité virtuelle pourrait être un élément de stabilisation de la rivalité existante entre les États-Unis et l’Europe et contribuer à une plus grande cohérence des initiatives qui le concernent. Un Maghreb uni pourrait enfin, grâce à son marché unique débarrassé des barrières commerciales, mieux profiter du partenariat proposé tant par les États-Unis (projet Eizenstat, ALE) que par l’UE (ZLE euro-maghrébine).

61Un tel scénario, qui peut paraître aujourd’hui utopique, ouvrirait aux pays maghrébins des perspectives nouvelles de coopération renforcée et de partenariat étroit avec l’UE, les États-Unis et l’OTAN. Mais ceci reste conditionné d’une part par une véritable mobilisation des cinq pays qui doivent se démocratiser et dépasser leurs divergences en mettant l’accent sur les facteurs unitaires, et d’autre part par l’attitude qu’adopteront les deux autres pôles du triangle par rapport au rêve maghrébin et à la question du Sahara occidental. C’est à ces conditions que le Maghreb peut prétendre jouer dans la cour des Grands et moins subir la rivalité entre les États-Unis et l’Union européenne.


***

62La rivalité transatlantique semble s’inscrire dans la durée compte tenu de l’ambition de leadership qui anime les États-Unis et la vieille Europe, et du décalage dans leur perception des relations internationales. Quant à l’avenir de cette rivalité au Maghreb, elle dépendra d’une part, de ce que feront les Américains et les Européens en direction de cet espace, et d’autre part, de ce que feront les Maghrébins pour eux-mêmes, et envers les deux pôles de puissance.

63Les États-Unis vont vraisemblablement poursuivre, dans un unilatéralisme qui leur est propre, leur déploiement géostratégique, économique, et militaire au Maghreb. Ils s’efforceront de mener à terme les projets du GMO et des zones de libre-échange avec les PM, tout en renforçant la « coopération » militaire bilatérale et multilatérale (DMO).

64L’Europe des 25, en butte à des problèmes internes après les refus français et néerlandais de ratifier le projet de Traité constitutionnel, aura du mal à se concentrer sur son voisinage du sud qui risque d’apparaître comme une périphérie de plus en plus éloignée. Alors que la Politique européenne de voisinage, qui est censée combler les lacunes de Barcelone, demeure un projet aux contours incertains, avec le risque de dilution du Maghreb dans un ensemble disparate, le dialogue « 5+5 » reste un cadre informel dominé par les questions sécuritaires. En outre, l’UE semble toujours privilégier la dimension économique au détriment de la dimension humaine dans ses rapports avec le Maghreb, alors qu’il s’agirait de donner à cette dernière une place centrale (Henry, 2006).

65Le Maghreb, quant à lui, reste un « objet incertain et flottant » (Sur, 2004b). Ses États, ravis que deux puissances mondiales les courtisent, semblent faire des concessions à l’une et à l’autre, avec une certaine prééminence pour les États-Unis. Ils paraissent obnubilés par l’hyperpuissance américaine et oublier que dans les relations internationales il n’y a point de philanthropie. Le réalisme commande pourtant qu’ils s’unissent, afin de renforcer leur pouvoir de négociation, et qu’ils mènent une politique extérieure conforme aux intérêts supérieurs du Maghreb. Tout en assumant leur proximité géographique, historique et humaine avec la rive nord, les pays maghrébins ont besoin d’avoir des rapports équilibrés avec la lointaine Amérique.

Haut de page

Bibliographie

Balta P., 2003, « Entretien ». Diplomatie, n° 4, juillet-août.

Benanta A., 2005, La dimension méditerranéenne de la sécurité nationale algérienne : l’Algérie, l’Europe et l’Alliance atlantique, Alger, La librairie contemporaine.

Biarnès P., 2002, Les États-Unis et le reste du monde : les chemins de la haine,Paris, L’Harmattan.

Boisgrollier N. (de), 2004, « Les relations transatlantiques », Questions internationales, n° 9, septembre-octobre, La Documentation française.

Charillon F. et Leveau R., 2003, « La sécurité en Méditerranée », in Leveau R. (dir.), Afrique du Nord, Moyen-Orient : espaces et conflits, Paris, La Documentation française.

Chauprade A., Thual F., 2001, Dictionnaire de géopolitique, Paris,Ellipses.

Cloos J., 2004. « États-Unis/Union européenne : divorce ou renouveau ? ». Actes de la VIIe chaire Glaverbel d’études européennes 2002-2003, in Dumoulin M. et Duchenne G., L’Union européenne et les États-Unis, Bruxelles, Éd. PIE-Peter Lang.

Daoud Z., 2004. « Les diplomaties du Maghreb : une réorientation stratégique vers les États-Unis », Questions internationales, n° 10, novembre-décembre, La Documentation française.

Delbecque E., 2006, L’Europe puissance ou le rêve français, Paris, Éd. Syrtes.

Dufourcq J., 2005, « Quel voisinage stratégique en Méditerranée ? », in Dufourcq J (dir.), Le Maghreb stratégique, Rome, collectif de défense de l’OTAN, Reaserch Branch.

Dufourcq J., non daté, « Allergie transatlantique : partenariat ou contrepoids stratégique », http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/Pdf/AFRI%206.Pdf.

Durandin C., 2004, Les États-Unis, une grande puissance européenne, Paris, Armand Colin.

Fufuyama F., 1992, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion.

Gueldry M., 2005, Les États-Unis et l’Europe face à la guerre d’Irak, Paris, L’Harmattan.

Guilahaudis J.F., « Les relations transatlantiques après le 11 septembre 2001 », http://www.upmf-grenoble.fr/espace-europe/acad2000/textes/guilhaudis.htm.

Helms J., 1996, Entering the Pacific Century, Washington DC,Heritage Foundation.

Henry J.-R., 2006, « La Méditerranée occidentale en quête d’un destin commun», L’Année du Maghreb 2004, Paris, CNRS Éditions.

Huntington S., 1997, Le choc des civilisations, Paris, Éd. Odile Jacob.

Kagan R., 2003, La puissance et la faiblesse. Les États-Unis et l’Europe ont-ils un avenir commun ?, Paris, Plon.

Kagan R., 2002, « Power and Weakness. Why the United States and Europe see the Word differently », Policy Review, n° 113, juin-juillet.

Kepel G., 2003,« Frontières politiques et religion en Méditerranée », Tribuna Mediterrâna, n° 5, IEMed. Barcelone.

KupchanC.A., 2003,« Géopolitique», Libération,5 mars.

Leveau R., 2001,« États-Unis/Europe/Maghreb : nouveaux champs de forces», Revue Le Banquet.com,http://www.revue-lebanquet.com/fr/art/2001/297.htm.

Matteos E.S., 2005,« Libya’s Return to the International Scene », Mediterranean Politics, n° 3, vol. 10, novembre.

Moisseron J.Y., 2002, Le Partenariat euroméditerranéeen. L’échec d’une ambition régionale, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Moreau Defarges P., 2005, Où va l’Europe ?, Paris, Éd. Eyrolles.

Regnault H., 2003, « Libre-échange USA-Maroc et construction euroméditerranéenne », mars.

Smyser W.R., 2004, « Les États-Unis et l’Europe : une relation turbulente », Questions internationales, n° 9, septembre-octobre, La Documentation française.

Sur S, 2004, « Le Maghreb : un objet incertain et flottant », Questions internationales, n° 10, novembre-décembre, La Documentation française.

Vaiss P., 2002, Les relations entre les États-Unis et la Grande-Bretagne depuis 1945 : entre mythe et réalité, Paris, Ellipses.

Verluise J., 2005, « Les relations Europe/États-Unis en 2005 », http://www.diploweb.com/forum/ueusaeu.htm.

Villepin (de) X., 2005, Un nouveau monde des relations internationales, Paris, Ellipses.

Vulic A., 2004, « L’Europe sous protectorat en matière de sécurité », Questions internationales, n° 9, septembre-octobre, La Documentation française.

White G.W, 2005, « Free Trade as Strategic Instrument in the War on Terror ? The US-Morrocan Free Trade Agreement », The Middle East Journal, n° 4, vol. 59, Washington, automne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aomar Baghzouz, « La compétition transatlantique face à l’enjeu maghrébin », L’Année du Maghreb, II | 2007, 585-607.

Référence électronique

Aomar Baghzouz, « La compétition transatlantique face à l’enjeu maghrébin », L’Année du Maghreb [En ligne], II | 2005-2006, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 22 avril 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/171 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.171

Haut de page

Auteur

Aomar Baghzouz

Chargé de cours en science politique, Université de Batna (Algérie), détaché à l’IREMAM (France)

Articles du même auteur

Haut de page