Navigation – Plan du site
Dossier de recherche :
Le Maghreb avec ou sans l'Europe ?
Le partenariat euro-maghrébin

Comment approfondir la coopération entre rive nord et rive sud de la Méditerranée : Un renouveau économique tenant compte des effets de la rente sur le Sud de la Méditerranée

Deepening cooperation between north and south shores of the Mediterranean: an economic revival that takes into account rents on the southern Mediterranean
Hartmut Elsenhans
p. 19-38

Résumés

Une véritable coopération euro-méditerranéenne ne peut s’établir sans ouvrir au monde arabe l’accès au développement par l’industrialisation. Sans surplus agricoles, le monde arabe ne peut pas suivre la stratégie de l’Est asiatique de la dévaluation massive permettant de devenir compétitif en matière d’exportation de produits manufacturés. L’Union européenne pourrait remédier à ce manque de surplus agricoles en affectant ses propres surplus agricoles à la transformation économique du monde arabe. Elle y gagnerait un voisinage socialement stable et politiquement sûr à la base de l’avantage comparatif qui se révélera lorsque le monde arabe aura réussi son industrialisation. Afin de réaliser une telle stratégie, il faut rompre avec les oppositions simplistes entre le marché, le plan, l’exploitation et le développement autocentré.

Haut de page

Texte intégral

1L’espoir de permettre aux pays arabes du Sud de la Méditerranée la transition vers une croissance endogène résultant des mécanismes du marché repose sur l’idée que la régulation marchande conduit au plein emploi, la compétition imposant à tous les acteurs économiques, salariés et entrepreneurs, d’accepter les prix d’équilibre. Selon la théorie libérale, les marchés sont en équilibre entre l’offre et la demande lorsque ces prix sont atteints.

2Cette théorie donne lieu à controverses entre keynésiens et néoclassiques pour tous les pays industriels, développés et capitalistes. Cette théorie néglige les caractéristiques structurelles du sous-développement. Cette position ne tient pas non plus compte de la présence de rentes, notamment dans les circonstances des pays du Sud de la Méditerranée, qui ne peuvent pas simplement abandonner ces rentes à cause de leur importance pour leurs équilibres financiers extérieurs.

Pourquoi la libéralisation et l’introduction de rapports marchands n’entraînent-elles pas une disparition de la rente ?

3L’absence de rentes dans un système capitaliste est la conséquence de la flexibilité des prix, qui résulte de différences dans le développement physique de la productivité dans différentes branches, mais n’est pas liée au niveau absolu de développement économique. Les rentes émergent partout où les marchés ne sont pas parfaits.

4La transformation de la structure des prix conduisant à « l’homogénéisation » des revenus, dont le taux de profit, et la base de la flexibilité d’une économie capitaliste, peut être brièvement décrite de la manière suivante : ceux qui obtiennent des revenus (qui peuvent être aussi des rentes) supérieurs au taux de profit moyen sont contraints d’intensifier la production à cause de l’entrée d’entreprises rivales sur un marché prometteur. Si elles ont accès aux mêmes conditions de production, les entreprises rivales investissent parce qu’elles espèrent s’enrichir en exploitant de nouvelles possibilités de production. Elles procèdent à des investissements même si le taux de profit baisse dans la filière hautement compétitive aussi longtemps que ce taux de profit est plus élevé que dans le reste de l’économie. Les entreprises déjà présentes dans la branche investissent aussi, jusqu’à ce que la baisse des prix consécutive à l’augmentation de la production ne pousse leur taux de profit au-dessous du taux de profit ordinaire. En situation de plein-emploi, les entreprises dans la branche concernée attirent par l’augmentation des prix des ouvriers et d’autres facteurs de production. Les branches les moins innovatrices ne peuvent alors pas éviter la perte de leurs facteurs de production (par exemple de travailleurs). Ces branches doivent offrir des meilleurs salaires pour attirer des travailleurs, ce qui augmente les prix de leurs prestations, étant donné que leur productivité n’a pas augmenté. Leurs prix relatifs montent. L’exemple le plus évident est celui de l’augmentation des salaires des coiffeurs dans les pays industrialisés en situation de plein emploi alors même que la productivité des coiffeurs n’a pas augmenté depuis des siècles ; une telle augmentation n’a pas eu lieu dans les pays sous-développés ou le plein-emploi est absent. Le capitalisme dépend donc de niveaux élevés de l’emploi. Imaginons maintenant une société sous-développée (Elsenhans, 1994, p. 394-399 ; Elsenhans, 1995, p. 193-221) : Elle serait caractérisée par un pourcentage élevé d’actifs dans l’agriculture et des revenus faibles, les ménages pauvres consacrant entre 50 et 60 % de leurs revenus aux achats de produits alimentaires. Lorsque la population s’accroît, la production agricole ne s’accroîtra pas en parallèle étant donné que la surface agricole n’augmente pas. C’est ce qui a été décrit comme surplus de travail dès le début de la théorie de sous-développement. Plus il y a de surplus agricoles dans de telles sociétés, plus il y a de mécanismes de redistribution (solidarités locales, mais aussi pactes politiques entre ceux qui ont droit au surplus et la masse de la population pauvre).

5Le mécanisme d’égalisation des coûts des facteurs de production ne peut pas jouer si une innovation dans une branche ne conduit pas à la rareté de travail. Dans ce cas, l’innovation dans une branche dynamique ne conduirait pas à une augmentation du revenu moyen, mais serait appropriée par ceux qui sont politiquement en mesure d’accaparer le surplus. En l’absence d’une telle dynamique, et en situation de plein emploi, même les plus fortunés ne pourraient accaparer le surplus.

6Un surplus non accaparable ne serait plus produit. Les entreprises réduiraient l’emploi. En réponse au chômage qui en résulterait, une nouvelle instance émergerait. Elle se protégerait de la compétition et justifierait cette situation par sa contribution à l’augmentation de l’emploi. Avec l’assentiment des marginalisés elle affecterait ce surplus à sa propre consommation ou à une redistribution plus large. Les structures de solidarité font donc en sorte que la marginalisation et le sous-emploi ne disparaissent pas, bloquant ainsi la transition vers le capitalisme. L’innovation technique, générée localement ou importée ne pourra que contribuer à l’accroissement des rentes.

  • 1 Chiffre avancé lors d’un colloque organisé par l’Assemblée populaire nationale : « Le rôle des État (...)

7La rareté de travail qui permettrait aux travailleurs employés ou sous-employés, voire aux chômeurs, d’augmenter le prix de leur travail, n’est pas de mise dans les pays arabes. Il y existe de plus le secteur hautement productif des hydrocarbures, avec une élasticité-prix de la demande faible, de sorte qu’une baisse de prix ne contribuerait pas à l’emploi dans les pays pétroliers, seulement à la disparition d’un revenu devenu essentiel pour survivre. Même si les pays industriels, qui soutiennent aujourd’hui le cours élevé des hydrocarbures, changeaient de cap, la disparition de la rente pétrolière ne peut être l’objectif du développement du monde arabe étant donné le coût des importations alimentaires. Ainsi, l’Algérie devra payer une facture pour l’importation de biens alimentaires que certains chiffrent à 12 milliards de dollars, du moins à moyen terme1.

8Dans ma théorie des sociétés bureaucratiques de développement (Elsenhans, 1981 et 1996) j’ai insisté sur le caractère contradictoire de la rente. La rente crée des possibilités d’investissement tout en assurant l’aisance financière de ceux qui l’accumulent, permettant ainsi de ne pas devoir faire l’effort de développer des forces productives. J’ai mis en garde les pays rentiers, notamment l’Algérie à plusieurs reprises (Elsenhans, 1984, p. 4-47 ; Elsenhans, 1986, p. 5-52 ; Elsenhans, 1990, p. 43-84), contre un risque de dérapage, entre autres dans la préface que j’ai été invité à rédiger pour la traduction allemande de la Charte Nationale de 1976 (Elsenhans, 1979, p. 13-20). L’existence de la rente conduit les groupes qui y ont accès au gaspillage et à l’indiscipline, allant jusqu’à la création de structures de communication où l’illusion finit par prédominer sur la réalité (Elsenhans, 1987, p. 83-85).

9L’illusion des politologues est de croire qu’il est possible aux faibles institutions accompagnant les processus de démocratisation dans les sociétés du tiers-monde d’achever ce que le capitalisme a atteint dans les pays industrialisés non grâce à la force de leur institutions démocratiques mais par le marché, c’est-à-dire la compétition qui fait disparaître les rentes, et qui est devenu possible par la réduction du surplus suite à la rareté des travailleurs. Dès que les instances décentralisées qui émergent dans le processus de démocratisation sont limitées dans leur contrôle, par exemple à cause de leur insertion dans des réseaux de patronage, la libéralisation peut conduire à des gaspillages supplémentaires. Les débats sur les transitions et les démocraties imparfaites (Richards, 2001, p. 139 ; Herbst, 2001, p. 358) témoignent de l’importance des nouvelles structures de clientélisme basées sur la privatisation de rentes issues de processus qui avaient pour but original une démocratisation en profondeur (Guthrie, 1998, p. 255 ; Mbaku, 1995, p. 213 ; El-Kenz, 1997, p. 17-18 ; Zinecker, 2009, p. 302-331).

10Il ne s’agit pas seulement de diminuer le poids de l’État, ancien responsable de la rente, mais de domestiquer effectivement la rente. La domestication de la rente dépend de l’établissement du mécanisme capitaliste de l’augmentation du salaire moyen par la rareté des travailleurs. Dans une économie déformée du type d’économie sous-développée, ceci requiert un État réformé ayant assez d’autorité pour lutter contre les intérêts particuliers de ceux qui ont accès à la rente.

11Ces problèmes sont rarement discutés dans les théories de la démocratie et de la démocratisation dans les pays occidentaux, puisque leur lutte pour la démocratisation a historiquement eu pour but de détruire les « monopoles » constituant la base économique des rentiers, comme le montre l’exemple de la révolution bourgeoise en Grande-Bretagne (Brenner, 1973, p. 55 ; Croft, 1975, p. 25-26). L’augmentation du salaire moyen fut dans ce cas le résultat peut-être inattendu des poor laws (Elsenhans, 1992, p. 130-162).

12La lutte contre la rente peut être conduite de manière efficace par l’ouverture vers l’extérieur et la croissance de l’emploi grâce à la spécialisation dans l’exportation de produits manufacturés pour lesquels une économie encore peu avancée sur le plan technologique peut avoir un avantage comparatif. Je maintiens cependant que cette solution est difficilement envisageable pour les pays de la rive Sud de la Méditerranée sans le soutien de la part de certains pays industrialisés, en particulier les pays de l’Union européenne, leurs alliés naturels.

La stratégie des exportations de produits manufacturés basée sur la dévaluation

13L’exportation de produits manufacturés a constitué un levier important de création d’emplois dans les pays de l’Est et du Sud-est asiatique, ce qui a renforcé le pouvoir de négociation des populations grâce au pouvoir de négociation des travailleurs. Les sciences économiques sud-coréennes ont forgé la notion de turning point pour évoquer le moment où l’augmentation de la demande de travail dans le secteur exportateur ne conduisait plus seulement à l’augmentation des salaires dans ce secteur mais à une hausse dans l’ensemble de l’économie (Bai, 1982, p. 117-140). En Corée du Sud, une dizaine d’années après le turning point, des organisations de masse permirent aux ouvriers de mener des actions revendicatrices importantes, très souvent en association avec certaines franges des classes moyennes. Nous observons aujourd’hui l’éclosion de telles forces dans les centres urbains de la Chine. Les rapports des forces sociales à base de structures économiques prévalent sur les facteurs culturels.

14La compétitivité de ces économies n’est pas due à un soi-disant avantage compétitif (Porter, 1990), notion bâtarde issue de l’invasion des sciences économiques par les sciences de la gestion, mais elle est due à l’avantage comparatif tel qu’il a été défini par Ricardo (Ricardo, 1951, p. 135-151).

15Il y a toujours un avantage comparatif, et ce même dans le cas d’un pays qui n’aurait jamais connu de progrès technique. Le progrès technique dans des régions qui se développent sur le plan technique change aussi l’avantage comparatif d’une région qui ne connaît pas un tel développement. Avoir un avantage comparatif signifie pour un pays moins avancé que, par rapport à une économie plus avancée, le retard de productivité est moins important dans la branche concernée que dans d’autres branches. La productivité de toutes les branches de l’économie plus avancée peut être supérieure à la productivité de l’économie moins avancée, mais la première a intérêt à se spécialiser dans les filières où son avance en productivité est la plus élevée. La productivité de l’économie moins avancée est inférieure même dans les secteurs où cette économie a un avantage comparatif. L’avantage comparatif doit donc être transformé en compétitivité. Cette transformation se réalise par des différences de coûts des facteurs de production, dont notamment le coût du travail, plus bas dans l’économie la moins avancée.

16Je parle ici de coût du travail et non de salaires réels. Le coût du travail en monnaie internationale reflète la valeur en dollars US de quantités de travail identiques sur différents sites de production, donc à travers la médiation des taux de change. Le salaire réel mesure lui le salaire en monnaie nationale par rapport à un panier de produits que les salariés peuvent acheter.

17Le coût du travail sur le site de production d’une économie moins avancée peut être largement inférieur aux salaires réels que les travailleurs reçoivent si la production locale de biens-salaires non exportables, c’est-à-dire de biens destinés à la consommation populaire, est importante. Puisque les salaires réels n’augmentent normalement dans une société capitaliste qu’avec l’augmentation de la productivité moyenne, les bas salaires permettent à des économies moins avancées d’être compétitives uniquement dans les branches où l’augmentation de la productivité dans les économies plus avancées a été faible. Il n’y a que peu de secteurs produisant des biens exportables dont la productivité n’augmente pas dans les économies industrialisées, par exemple le secteur de l’habillement en ce qui concerne les dernières finitions.

18La transformation de l’avantage comparatif en compétitivité implique une dévaluation monétaire afin d’augmenter fortement les exportations de produits manufacturés (Elsenhans, 2006, p. 229-sq.). Dans un pays orienté vers une telle stratégie, le salaire payé dans l’industrie d’exportation va par définition valoir davantage en pouvoir d’achat sur le marché local que sur le marché mondial. Ainsi, au début de la croissance des exportations chinoises, le pouvoir d’achat des travailleurs chinois en monnaie locale était de dix fois supérieur à ce que leur pouvoir d’achat aurait représenté en dollars canadiens au Canada (Chen et al., 1994, p. 201-213). Les rapports de la Banque mondiale indiquent régulièrement que la parité de pouvoir d’achat est quatre fois plus élevée que le taux de change pour la majeure partie des pays sous-développés non-rentiers de l’Asie. Ainsi nos étudiants considèrent l’Inde comme un pays bon marché, parce qu’à la parité de change, ils peuvent y acheter avec leur argent un panier large de produit de consommation courante.

19En 1919, lors du lancement des offensives d’exportation en Orient, en Asie et en Afrique, le Japon lui-même connaissait une sous-évaluation de sa monnaie de l’ordre de 50 % (Morimotu, 1918, p. 44). Pourtant aussi développée sur le plan technique dans les industries textiles, l’Inde subissait alors la compétition du Japon à cause du taux de change élevé de la roupie indienne (imposée par les Britanniques). Ceci explique le retard pris par l’Inde dans l’entre-deux-guerres (Wolcott, 1991, p. 384 ; Wormser, 1971, p. 954 ; Tomlinson, 1976, p. 188).

  • 2 Philip Bruno et Ricard Phillippe, « La Chine résiste aux pressions de l’UE sur le yuan », Le Monde, (...)

20La différence entre le pouvoir d’achat des salaires en Chine, en Corée du Sud ou encore à Taïwan par rapport à celui des pays développés a été largement inférieure à la différence au niveau du coût de la main-d’œuvre, au moins dans les phases initiales de l’orientation des pays nouvellement industrialisés vers l’exportation des produits manufacturés (Lafay, 1996, p. 943-963 ; Guillaumont-Jeanneney et al., 1996, p. 851-860 ; Tzannatos, 1997 ; Narassiguin, 1995, p. 315-331). Le refus de la Chine de réévaluer le Yuan illustre bien cet argument (Bowles, 2006, p. 233-257)2.

21Avec un taux de change en-deçà de la parité de pouvoir d’achat, les salaires payés à cette main-d’œuvre de même que les parts des salaires dans les recettes d’exportation ne suffisent pas à financer l’importation des biens-salaires nécessaires à la survie de la main-d’œuvre supplémentaire dans les secteurs d’exportation. Il faut donc un surplus de biens-salaires issu de la production locale et, étant donné le pourcentage élevé de biens alimentaires dans la consommation des ménages (50 à 60 %), un surplus dans l’agriculture locale.

  • 3 Corée du Sud 100 % en 1961, Malaisie 48 % en 1980, Indonésie 92.6 % en 1990, Thaïlande 154 % en 200 (...)

22Tous les pays de l’Est ou du Sud-Est asiatique avaient atteint l’autosuffisance alimentaire lorsqu’ils se sont lancés dans l’exportation de biens manufacturés après avoir effectué une dévaluation en dessous de la parité du pouvoir d’achat3.

23Ce sont les pays où la révolution verte a réussi qui sont leaders dans l’exportation des biens manufacturés, non les pays à salaires réels très bas mais aux salaires nominaux en monnaies internationales relativement élevés, comme c’est le cas de l’Afrique Sub-saharienne.

24L’industrialisation par l’exportation de produits manufacturés permise par la dévaluation est basée sur une rente issue de l’agriculture, qui, par la dévaluation et l’emploi dans les industries d’exportation, est concentrée dans le secteur d’exportation alors que les frais administratifs, le gaspillage ou les malversations sont quasi-inexistants. Afin de réussir la dévaluation, il y a transfert de valeur à partir d’un autre secteur interne. Le coût du travail dans les secteurs d’exportation est couvert en partie par l’agriculture locale, d’une manière similaire au financement partiel du coût des esclaves par les sociétés qui fournissent les esclaves (et en couvrent les coûts d’« élevage ») (Elsenhans, 2007, p. 252-ss) ou à la contribution du travail dit reproductif au financement des travailleurs salariés dans les économies capitalistes (ABE, 1979 ; Chen et al., 1999, p. 603-610 ; Sehgal, 2005, p. 2286 ; Deere, 1976, p. 9-16). L’exploitation réside dans l’appropriation du surplus agricole local par le pays importateur à travers son utilisation pour la rémunération du travail autrement marginal.

25Cette exploitation élargie a pourtant la conséquence d’augmenter le pouvoir de négociation de l’ensemble de la force de travail par l’augmentation de l’emploi. De plus, ce mécanisme engendre une distribution des revenus plutôt égalitaire favorisant la petite industrie locale ainsi que les industries d’équipement, à la fois pour cette industrie locale et pour certains secteurs d’exportation.

26La construction de moyens de production pour ce type de produits finaux, initialement de faible qualité et/ou soumis à une forte demande provenant de la masse des ménages à revenu faible, est également moins demandeuse de technologies sophistiquées ou bien est facilitée par l’existence d’un grand nombre d’équipements identiques (Lo, 1998, p. 733-749 ; Amsden, 1977, p. 229).

27Dans les pays arabes, c’est le pétrole - et non les surplus agricoles – qui constitue la rente physique. Alors que les surplus agricoles peuvent être directement consommés par les ouvriers subventionnés, la valeur du pétrole doit être transformée en revenu. Cette transformation est effectuée par les organismes administratifs gérant et redistribuant la rente pétrolière. Dans le cas de la rente agricole, il suffit de dévaluer et de bloquer l’exportation de produits alimentaires (comme l’a fait le Vietnam) afin que par le jeu des prix sur le marché, des ouvriers supplémentaires puissent avoir accès à cette production sans autre intervention de structures étatiques dans le mécanisme du marché.

Arab Predicament : la malchance du monde arabe malgré des capacités techniques

28Le monde arabe ne dispose pas de surplus agricoles. L’augmentation des exportations de biens manufacturés à partir d’une dévaluation nécessitera un recours accru à l’importation de biens alimentaires. Ces derniers devront être vendus aux consommateurs à des prix inférieurs aux prix internationaux des produits alimentaires dans le cas d’une diminution des salaires en monnaie internationale suite à la dévaluation.

29Sa production alimentaire étant limitée, le monde arabe ne pourra être compétitif en matière d’exportation de produits manufacturés qu’en subventionnant l’industrie d’exportation en réduisant le coût du travail ou celui de la technologie utilisée dans les secteurs d’exportation. Cette réduction des coûts ne peut être achevée qu’en mettant à profit la rente pétrolière. Réduire le coût du travail ne semble pas une solution durable. Les concurrents du monde arabe ayant des surplus agricoles, ils pourraient diminuer leurs coûts de main-d’œuvre jusqu’à un niveau zéro à la charge des recettes extérieures tout en mobilisant les capacités de production internes de leur secteur agricole. Pour rester compétitif, le monde arabe devrait utiliser une large partie de la rente pétrolière, ce qui aurait un effet d’entraînement encore méconnu sur le reste de son économie.

30Deux raisons politiques interdisent cette solution : une préférence pour le financement de la technologie la plus performante à partir de la rente et le refus de céder sur les ressources financières disponibles pour l’accumulation notamment à l’égard des besoins de luxe des privilégiés dans le monde arabe. Les deux reflètent une conception de la croissance basée uniquement sur le volume des fonds accumulés. La rente pétrolière apparaît comme une source d’investissement qui donne un accès beaucoup plus direct à la technologie moderne que ne le sont les surplus agricoles des pays émergents affectés à la réduction des coûts internationaux de la main-d’œuvre. La rente pétrolière est beaucoup plus fonctionnelle que la rente agricole dans le sens où elle permet d’acquérir bien plus facilement la technologie moderne. Tout dépend de la question suivante : dans quelle mesure l’achat de machines permet-il de transformer les capacités des hommes à les recréer, dans quelle mesure ces hommes ne font l’apprentissage que par la participation à la construction des machines ? Le maniement de certaines machines ne révèle rien sur leur agencement technique : il ne faut penser qu’à la voiture.

31L’un des mécanismes aidant à maintenir une certaine discipline de classe dans les pays pétroliers étant l’accent mis sur l’investissement contre la consommation des privilégiés (les classes-États), il est difficile pour les milieux « idéalistes » de ces classes-État d’admettre qu’il y a des consommations, notamment la consommation de masse, qui entraînent l’amélioration des capacités techniques, même si les dépenses pour l’investissement sont plus limitées. Lors de mes études empiriques en Algérie, j’ai souvent constaté une aversion des éléments plus idéalistes à l’encontre de la consommation et du marché en tant qu’instrument de contrôle des puissants (Elsenhans et al., 2000).

32La stratégie proposée n’est pas une stratégie d’industrialisation au rabais. Si l’orientation de la construction de technologie vers la consommation de masse implique un coefficient de capital inférieur à celui d’autres technologies, ce qui est souvent le cas, d’avantage de consommation conduit à plus de capacité de production d’un même montant de capital. Un faible coefficient de capital est un élément essentiel de la supériorité du capitalisme par rapport aux économies planifiées caractérisées par l’exploitation par inefficacité (Elsenhans, 2000a, p. 1-16).

33Opter pour la spécialisation en fonction de l’avantage comparatif n’implique pas une dépendance irréversible. A la différence de la théorie du cycle de production (Vernon, 1966, p. 190-207), la relative indépendance des différentes filières de production fait qu’une économie en avance dans les technologies de pointe du fait d’un savoir-faire acquis dans la production dans une filière déjà existante n’aura pas forcément un avantage comparatif dans des technologies entièrement nouvelles qu’elle appliquerait au même moment qu’un pays en retard et avec la même expérience pratique, c’est-à-dire nulle au départ pour les deux économies. L’économie la plus avancée peut certes avoir de l’expérience grâce aux autres technologies de pointe qu’elle a déjà appliquées, contrairement à l’économie moins avancée, mais il serait fort surprenant que cet avantage par le « learning by doing » dans une branche déjà existante puisse être transféré intégralement dans une filière entièrement nouvelle créée simultanément dans les deux économies. L’économie en retard dispose de l’avantage comparatif dans la nouvelle technologie même si elle est en retard par rapport à l’économie plus avancée. La situation du Japon dans les années 1970 et 1980 illustre bien cette thèse (Watanabe, 1991, p. 58s.), tout comme celle de l’Allemagne de la fin du xixe siècle qui a été capable de dépasser l’Angleterre grâce à des innovations technologiques en chimie et dans la construction mécanique. Ces innovations eurent pourtant lieu pratiquement en même temps en Angleterre et en Allemagne, mais elles n’ont pas été exploitées en Angleterre du fait d’un revenu élevé dans ce pays résultant de ses exportations de produits traditionnels comme le textile (Broadberry, 1997, p. 165 ; Harhoff, 2008, p. 51).

34Ce mécanisme est pourtant modifié dans le cas de l’avantage comparatif entre l’utilisation de technologies et leur production. L’économie moins avancée demeure moins productive dans la construction de machine que dans leur utilisation, et donc reste dépendante sur le plan technologique. Ceci paraît être la base des théories sur la polarisation par la division internationale du travail. Dans le domaine des biens d’équipement, une innovation dans l’économie avancée est transférée à toutes les entreprises des filières utilisatrices de cette technologie, où qu’elles produisent. L’économie moins avancée n’a pas fait de progrès dans la construction de ce type de technologie, mais a accès à l’augmentation de la productivité que cette technologie procure. Elle augmente donc sa productivité en utilisant de nouvelles technologies, mais sans les produire. Elle acquiert donc l’avantage comparatif dans l’utilisation de technologies à condition que son retard dans l’utilisation de la technologie respective ne soit pas supérieur à son retard dans la construction de cette technologie (ce qui est probable). La seule possibilité d’éviter la dépendance repose dans sa capacité à les utiliser dans effort spécial afin de lancer sa production locale. Accepter la spécialisation en matière de biens produits avec des biens d’équipement au départ basiques est le seul moyen d’acquérir par la suite des capacités d’assimilation de technologies plus compliquées. Dans la mesure où l’on exporte des biens manufacturés, on augmente l’emploi local et donc la demande intérieure. Si l’on exporte en grandes quantités, on peut procéder à la production locale d’équipements destinée aux filières exportatrices.

35La Corée du Sud a bloqué les importations de machines textiles (Haggard, 1983, p. 283 ; Mytelka, 1986, p. 258 ; Dahlman et Sercovitch, 1984, p. 8 ; Kim, 1980, p. 273). Cela a augmenté les coûts de production des exportateurs de textiles sud-coréens, sans pour autant les rendre non-compétitifs vu les conditions sur le marché mondial. Ces producteurs ont dû se tourner vers leurs anciens fournisseurs de pièces de rechange auxquels ils ont donné accès à toutes leurs connaissances techniques afin que ces anciens fournisseurs deviennent capables de faire eux-mêmes des machines textiles, au départ plus chères, produites par toute une série d’entreprises en compétition mais protégées du marché mondial. Ceci a constitué un pilier essentiel de la croissance ultérieure du secteur des machines en Corée du Sud. Pratiquement tous les pays qui ont connu le succès dans l’exportation de produits manufacturés ont appliqué de telles interventions de soutien à la diversification.

Exportations de produits manufacturés et idéal du développement endogène

36La dévaluation en-dessous de la parité de pouvoir d’achat peut être considérée comme un échange inégal, et donc comme une forme d’exploitation. Mais les pays qui ont eu le courage de procéder à une telle dévaluation sont parvenus à une augmentation de l’emploi et de ce fait ont effectué la transformation sociale nécessaire à l’émergence du pouvoir de contestation des travailleurs. Par cet échange inégal, on importe un mécanisme de régulation sociale, le plein emploi, afin de créer les conditions économiques d’une croissance endogène. Mieux vaut être exploité que marginalisé, et ce même si par une telle marginalisation le revenu national total augmenterait.

37Par l’augmentation de l’emploi une spécialisation en fonction de l’avantage comparatif, se basant donc sur une production de biens initialement simples, peut contribuer décisivement à l’élargissement du marché intérieur. Cet élargissement est provoqué par l’accroissement des revenus moyens, l’accroissement de la production de biens simples destinés aussi bien à la demande de ces nouveaux consommateurs intérieurs qu’à l’exportation, et par le lancement d’industries de biens d’équipement pour le marché intérieur.

38Le marché intérieur est dynamique si la distribution des revenus est égalitaire (Elsenhans, 1975, p. 293-313 ; Ravallion et Datt, 2002, p. 381-400 ; Strassmann, 1956, p. 425-440 ; Furtado et Sousa, 1970, p. 463-488 ; Murphy et al., 1989, p. 537-564). Plus la demande finale est homogène, plus on peut employer de machines. Plus on emploie de machines, plus on peut mécaniser la production des machines ou rendre ces dernières plus performantes en les rendant plus spécialisées. Plus on produit des machines et invente de nouveaux modèles, plus on apprend. Le capitalisme dépend de la production de masse. Adam Smith (Smith, 1976, p. 351-368) a décrit comment la production de luxe (l’emploi de danseuses, etc.) appauvrit et comment la production de masse (Smith donne l’exemple des aiguilles fabriquées en série) enrichit. La baisse des salaires en monnaie internationale ne s’oppose nullement à cette nécessaire augmentation des salaires réels, pourvu que des taux de change réalistes permettent une satisfaction des besoins des masses à partir de la production locale des produits de grande consommation courante. Le lancement de filières appuyées sur la demande intérieure permet aussi d’atteindre rapidement aux normes techniques internationales et d’exporter.

39Une stratégie d’industrialisation basée sur la dévaluation rencontre d’importantes oppositions psychologiques dans les opinions publiques du tiers-monde, notamment de la part de ceux pour qui la valeur de la monnaie est un point d’honneur. Pour trouver une base politique solide soutenant la stratégie de l’industrialisation à partir d’une dévaluation, il faut donc essayer de présenter cette stratégie dans une perspective plus large que celle de ses avantages techniques et montrer que cette stratégie est potentiellement porteuse de transformations politiques et sociales. Une telle stratégie est compatible avec la prise en charge du développement de l’économie par la société, avec des idéaux du développement endogène et l’objectif de l’indépendance de la communauté nationale par rapport au système international.

40L’autonomisation de la société, but ultime des premières utopies socialistes, et pourtant réalisée beaucoup plus largement dans les économies capitalistes occidentales que dans tout autre type de société, peut très bien s’accompagner de l’extension des rapports marchands. Il n’y a pas d’opposition entre une planification intelligente et le marché. Avec le lancement de la demande extérieure et intérieure, de nombreuses entreprises privées émergeront et feront ce que l’on peut attendre d’une entreprise : investir et embaucher pour mieux produire. Ces entreprises seront certainement orientées vers le profit. Sur le plan micro-économique, le profit est un instrument de régulation dans une économie décentralisée similaire au volant d’une voiture. Pourquoi faire réguler par des fonctionnaires ce que le marché est mieux en mesure d’atteindre ? En revanche, là où le marché fonctionne mal, on peut avoir recours à la planification et y concentrer la ressource rare qu’est le travail administratif qualifié.

41L’idéal du développement économique autocentré ne suppose pas un degré plus ou moins élevé d’indépendance vis-à-vis du marché mondial. Plutôt, atteindre cet idéal suppose une capacité à réagir de manière flexible afin de pouvoir bénéficier de l’avantage de la spécialisation lié à un avantage comparatif sans devoir subir de contraintes, tout en ayant la possibilité de recourir à la production locale aux coûts d’opportunité limités et sans besoin de financement par l’apport de rentes extérieures. C’est la généralisation des technologies par l’homogénéisation de la demande finale qui entraîne la création de petites entreprises capables de fournir de telles machines. Ainsi, la Suisse est extrêmement spécialisée et dispose parallèlement de cette capacité, ce qui nous permet de la considérer comme une économie à croissance endogène et autocentrée malgré son degré élevé d’ouverture. Il est évident que l’existence de rentes compromet cette indépendance  : c’est pourquoi la Norvège « stérilise la rente » en l’investissant à l’étranger, à la différence des pays du Golfe riches en pétrole mais dépendants économiquement. En la réexportant, la rente ne peut pas entraîner une augmentation du taux de change norvégien, ce qui protège l’économie norvégienne d’une perte de compétitivité.

42En outre, une telle stratégie d’orientation vers l’extérieur peut permettre la promotion d’idéaux d’égalité sociale. Elle implique la disparition de la grande partie des privilèges de ceux qui ont bénéficié des situations rentières. Cette stratégie contribue au renforcement des tendances égalitaires par l’emploi et le pouvoir de contestation de la masse de la population en tant que producteurs/ouvriers. Les produits destinés aux plus privilégiés, qui proviennent dans une proportion plus large de l’extérieur, deviennent plus chers par rapport aux produits de bases localement produits et qui font partie de la consommation des ménages à revenus plutôt limités. Par la dévaluation, ces ménages voient leur pouvoir d’achat plutôt renforcé si les capacités de production locales de biens-salaires réagissent de manière flexible à la hausse des prix à l’importation.

43Un taux de change réaliste constitue la meilleure protection des plus faibles, de l’emploi et des capacités de production émergentes. Il n’y a pas de meilleure protection de la production nationale qu’un taux de change réaliste. Protégé par des soi-disant « barrières » douanières, un investisseur local doit toujours craindre la disparition de celles-ci ou bien l’arrivée sur le marché noir de produits concurrentiels. Il hésitera alors à commencer une production locale, tandis que s’il sait que le produit importé est plus cher que son propre prix de revient, il aura d’avantage confiance en ses propres capacités de production.

44Une stratégie d’industrialisation par la dévaluation à travers l’augmentation des exportations, notamment vers les pays « impérialistes » sera à coup sûr critiquée comme processus renforçant la dépendance des pays économiquement moins avancés. Nous avons déjà évoqué qu’une spécialisation qui est inégale au départ ne conduit pas nécessairement par la suite à sa propre reproduction, à l’exemple de l’Allemagne, de la Corée, de Taiwan et du Japon. J’ajoute que la théorie de la dépendance, théorie des classes moyennes et de l’aile marchante d’une proto-bourgeoisie dans les pays sous-développés en quête d’un projet qui lui garantisse un rôle privilégié de type rentier grâce à l’extension de l’État, a certes analysé les conditions internes de la dépendance (ceci se trouve in extenso dans l’œuvre par exemple de Furtado et de Felix (Furtado, 1965, p. 166 ; Felix, 1965, p. 137-153), mais les conditions de mise en place des stratégies réalistes capables de vaincre cette dépendance ont été bien plus rarement discutées. L’orientation vers les exportations de produits manufacturés contribue au mécanisme de l’expansion du marché interne avec accroissement de la production locale de biens d’équipement. C’est aussi le cas d’une libéralisation intelligente  : sont surtout performants dans cette stratégie les pays capables d’élargir leurs marchés de masse internes grâce à des réformes structurelles, notamment des réformes agraires, en libérant les producteurs agricoles afin que ceux-ci puissent pallier à la rareté de certains produits, augmentant ainsi leurs revenus (Page et al., 1993, p. 160 ; Grabowski, 1994, p. 535-544 ; Lee, 1979, p. 513). La libéralisation de l’agriculture chinoise en est un bel exemple. Elle a commencé par un droit à vendre des surplus sur le marché sans augmenter les minima de production imposés.

45Le succès de cette stratégie d’exportation de produits manufacturés ne dépend nullement de l’orientation idéologique : Taïwan et la République populaire de Chine ont successivement connu des résultats assez comparables. La Corée du Sud a poursuivi une stratégie similaire, la Thaïlande essaye aujourd’hui de faire de même. Les pays qui n’ont pas appliqué de telles restructurations se voient exposés à des difficultés supplémentaires comme c’est le cas des Philippines. La libéralisation économique du Brésil a été largement dynamisée par des mesures de politique sociale imposées par le gouvernement social-démocrate de Lula. Les économies qui ont été capables d’imposer des réformes agraires ont été même capables de baisser les coûts du travail de certaines catégories de travailleurs, telles les jeunes femmes dans les filières exportatrices qui ne doivent gagner que leurs coûts de subsistance pendant la période de leur travail salarié, et non ce qu’on appelle les coûts de reproduction (qui comprennent l’éducation des enfants et les coûts de prise en charge des personnes âgées qui sont payées par une rente dégagée sur les exploitations familiales) (Dasgupta, 1987, p. 177-178 ; Elsenhans, 2000b, p. 43-44). Ce mécanisme est assez comparable au mécanisme de croissance dans la région du Sud-ouest de l’Allemagne au début due du xxe siècle où des paysans pauvres, avaient travaillé dans des industries sans être pour autant complètement dépendants de la conjoncture économique.

46Résumons  : si on veut accélérer la transformation économique, l’ouverture vers l’extérieur est souhaitable afin de neutraliser l’impact politique de la rente, et cela d’autant plus que ces effets se sont déjà manifestés et tendent à se répéter. L’alternative serait au mieux une classe-État qui, tels les bédouins de Ibn Khaldoun (Ibn Khaldoun, 1967, p. 558-573), s’imposerait une discipline interne au moins à ses débuts (Sklar, 1967, p. 8). Dans l’état actuel du Maghreb on doit conclure que ces classes-États n’ont pas su éviter les dérapages, quelles que soient les qualités morales de leurs dirigeants.

Une solution courageuse : intensifier la coopération euro-arabe

47Dans le cas des pays arabes, c’est principalement le problème des biens alimentaires qui requiert une attention particulière. Les pays asiatiques ont eu la chance de bénéficier de la révolution verte, notamment à travers la riziculture. Au début de leur stratégie de rattrapage, ces pays avaient tous atteint l’autosuffisance alimentaire. L’Algérie ne pourra probablement pas arriver à une telle situation. Il faut donc combler ce manque jusqu’à ce que la hausse de la productivité dans l’industrie manufacturière d’exportation permette aux couches populaires voyant leurs salaires moyens augmenter de payer les importations alimentaires nécessaires au cours du marché mondial.

48La conjoncture actuelle de dégel politique dans le monde arabe pourrait créer des conditions favorables à la réalisation d’un projet de coopération euro-arabe intensifiée, projet que je propose depuis une dizaine d’années (Elsenhans, 1998, p. 289-292 ; Elsenhans, 1999, p. 233). Il s’agirait d’un projet de co-développement qui permettrait de faciliter les choix des forces politiques arabes prêtes au changement. À long terme, la richesse agricole de l’Europe fait d’elle le grenier de la Méditerranée. Une spécialisation euro-arabe, dans laquelle les importations de biens alimentaires d’origine européenne constitueraient la base de la dévaluation dans le monde arabe, permettrait de faire rentrer le long terme dans le présent. Une agriculture européenne importante serait maintenue même si les pauvres du Sud de la Méditerranée ne seraient pas encore en mesure de payer leurs importations agricoles au cours du marché mondial, ce qui deviendrait le cas lorsque la transition économique du Sud de la Méditerranée sera réalisée.

49La dévaluation serait possible sans toucher à la rente pétrolière si le monde arabe trouvait un partenariat avec l’Europe, qui lui céderait à des prix extrêmement favorables ses propres excédents alimentaires. L’Union européenne ne peut réduire ses excédents pour des raisons politiques. Ces surplus n’ont plus besoin d’être payés car ils sont déjà à la charge des contribuables européens. L’Union européenne céderait ses surplus agricoles aux pays du sud de la Méditerranée, peut-être même gratuitement, ceux-ci se chargeant toutefois du transport vers les pays arabes ainsi que de la distribution à des prix préférentiels de sorte que le salaire de subsistance en prix mondiaux de la main d’œuvre industrielle arabe devienne compétitif sur le marché mondial.

50Dans ce cas, des investisseurs internationaux, et pas seulement européens, développeraient, en compétition avec les exportateurs asiatiques, des filières de production orientées vers le marché mondial dans des pays du Sud de la Méditerranée. Ceci permettrait à l’Union Européenne de bénéficier d’une réduction des coûts de ces produits simples et d’intensifier la division internationale du travail en se spécialisant dans des produits plus intensifs en technologie, comme l’ont fait le Japon et les États-Unis en délocalisant les filières peu demandeuses en savoir-faire d’abord vers Taïwan et la Corée du Sud, puis par la suite, une fois le rattrapage de ces pays réussi, vers le reste du Sud-Est asiatique et vers la Chine continentale. Le tissu industriel qui émergerait au Sud de la Méditerranée serait subventionné par l’Europe. Celle-ci bénéficierait d’un élargissement de son marché pour des produits sophistiqués même si les nouveaux pays industriels du Sud de la Méditerranée réussissaient à s’engager dans la production de technologies. Dans la perspective d’une égalisation des niveaux de développement entre les deux rives de la Méditerranée, c’est l’Europe non-méditerranéenne qui conserverait les plus grandes potentialités agricoles et, vu ses rendements élevés, qui pourrait jouer sur le plan régional de l’Euro-Méditerranée un rôle comparable à celui joué par le Midwest américain dans l’approvisionnement du monde en denrées de base. Ni les États-Unis, ni un autre centre alimentaire régional, comme celui de l’ensemble indochinois (Thaïlande, Vietnam), n’ont souffert dans leur trajectoire technologique de leur capacité à exporter des biens alimentaires de base.

51De plus, la possibilité de délocaliser des productions industrielles simples vers le sud de la Méditerranée permettrait à l’Europe de renforcer sa position dans la course internationale vers le leadership technologique en bénéficiant de l’élargissement de ses débouchés technologiques par la proximité des régions d’accueil et des liens étroits de coopération avec ces régions, ce qui y favoriserait la préférence pour la technologie européenne, si celle-ci est compétitive.

52Un tel partenariat donnerait au rattrapage économique arabe un avantage naturel à travers la présence de ses greniers en Europe. Il demanderait une confiance réciproque à long terme.

53Une telle coopération se heurte aujourd’hui d’une part à l’aigreur arabe due à plus d’un siècle de brimades, d’exploitation et de promesses non tenues par les Européens, et d’autre part à la peur européenne à l’égard de la manifestation de l’identité arabe, qui, depuis l’échec des classes-État laïques à la fin des années 1980, ne prend plus la forme de la revendication d’une indépendance économique et politique, mais plutôt celle d’une identité culturelle musulmane. Celle-ci – à la différence des mouvements nationalistes laïcs – ne s’exprime plus en langues occidentales, mais en arabe, et ne se réfère plus aux valeurs de 1789 mais aux valeurs musulmanes. Il faut cependant se demander si les événements récents dans le monde arabe ne pourraient amener au pouvoir des forces qui apparaissent plus ouvertes à l’égard des Européens.

54Afin d’apaiser les craintes arabes, un tel projet de coopération à long terme ne devrait pas devenir un obstacle à une coopération voire à une intégration économique au sein du monde arabe. Il faudrait au contraire tout faire pour la faciliter.

55L’Union Européenne ne devrait pas empêcher la captation de la rente pétrolière. La coopération et l’intégration industrielles arabes devraient donner aux actuelles classes dirigeantes, et notamment aux entrepreneurs arabes qui naîtront de cette coopération, cette garantie d’accès à des revenus qui leur assurent la perpétuation de leur lien avec des classes-États toujours existantes. Lorsque la région du Sud aura évolué en un ensemble dynamique, cette rente, de plus en plus captée par des rentiers privés qui dominent largement les appareils productifs des pays du sud de la Méditerranée, serait transformée dans une large mesure en investissements productifs à la vue des ouvertures de débouchés possibles pour ces rentiers.

56Cette restructuration ne pourra se passer d’un certain interventionnisme étatique. La Corée du Sud et Taïwan ont poursuivi des politiques de diversification industrielle et notamment d’amélioration du niveau technologique, même si cela signifiait un certain protectionnisme.

57Cette stratégie contredit certains principes de base d’une zone de libre échange. La présence incontournable de la rente devrait être reconnue par l’Europe se démarquant ainsi du libéralisme à outrance qui au lieu d’abolir la rente crée des situations rentières pour des groupes aux intérêts particuliers échappant non seulement au contrôle du marché mais également à celui d’une autorité politique légitimée par des procédés démocratiques.

Quel partenaire pour une coopération à long terme avec l’Union européenne  ?

58Les classes-État arabes dominantes lors des indépendances sont aujourd’hui plus ou moins délégitimées. Elles ont perdu tout charisme révolutionnaire. De nouveaux mouvements mettant en avant l’identité islamique ont émergé. Cette émergence est tout autant irréversible que la montée du nationalisme culturel en Europe centrale lors de la crise de la fin du xviiie siècle (Brunschwig, 1947). Les couches montantes voyant les postes étatiques qu’elles visent déjà occupées par des « anciens » sont capables de s’appuyer sur des couches marginalisées sans perspectives, c’est-à-dire les jeunes, les hittistes, qui constituent les masses nécessaires aux manœuvres politiques des nouvelles couches émergentes.

  • 4 J’insiste sur le caractère plutôt bénin de la prise de conscience identitaire dans le monde arabe p (...)

59Les mouvements islamistes incluent aussi des modérés4 qui se sont ralliés à un identitarisme culturel à vocation non violente, à un rejet de l’étatisme économique et à une orientation vers des réformes économiques sociales modestes (Schwecke, 2011). C’est cette dernière tendance qui est représentée par les couches entrepreneuriales et peut-être aussi par d’autres couches que l’on pourrait considérer comme appartenant à la classe moyenne. On voit mal d’autres forces politiques que les islamistes modérés et les parties ouvertes parmi la classe-État laïque en mesure de promouvoir une stratégie politique alliant le marché et le plan, l’étatisme et le libéralisme. Ces forces sont au moins prêtes à une certaine ouverture politique afin de gérer les conflits sociaux de manière non-violente (Ouaissa, 2007, p. 31-41). Ces modérés ne pourront s’affirmer sur le plan politique sans une dynamique d’intégration des marginalisés par l’emploi et donc par la croissance économique.

60Dans leur mouvement vers le centre, ces modérés ont adopté des principes démocratiques pour des raisons similaires à celles des autres classes moyennes, qui, dans le cours de l’histoire, ont emprunté le chemin de la démocratisation. La démocratie formelle qui s’inspire de Locke (Macpherson, 1973, p. 173-ss) est la meilleure garantie des droits de propriété puisqu’elle empêche le règne absolu d’une « volonté générale » par le régime d’assemblée, régime absolu de la démocratie des comités populaires, des Soviets, un régime tel que Rousseau l’aurait voulu (Talmon, 1961).

61Dans leur marche vers le centre, ces modérés ont mis peu à peu de côté les anciennes revendications culturalistes et souvent égalitaristes et ont affiné leurs organisations en donnant plus de poids à des intérêts particuliers, même parfois en se différenciant en organisations diverses, et ont fini par accepter de n’être pas parvenus à tenir les promesses faites lors de leur ascension politique, notamment quand ils ont eu peur de créer les structures sociales nécessaires à une croissance capitaliste autocentrée à partir de l’expansion des marchés de masse. L’alliance avec les plus pauvres s’est donc fragilisée, notamment là où ces mouvements sont effectivement arrivés au pouvoir (Elsenhans, 2011, p. 642-651).

62Une gestion non violente des oppositions qui résultent de l’épanouissement de ces nouvelles forces politiques serait grandement facilitée par le succès économique.

  • 5 C’était lors de la recherche en association avec le ministère du Plan et le CeNEAP sur la petite in (...)

63Encore une fois, je considère l’exemple de l’Algérie comme important. L’échec des réformes politico-économiques de l’Algérie à la fin des années 1980 ne tient pas seulement à la polarisation extrême entre les forces laïques et les forces du nationalisme culturel. Cet échec tient surtout à l’absence d’un projet économique opérationnel. Cette absence est due à l’accord tacite entre marxistes (en Algérie par exemple le jeune Benachenhou) et néolibéraux (à cette époque Benissad) sur la priorité à l’investissement et non à la consommation de masse. J’ai constaté l’hostilité des deux camps d’économistes en Algérie sur cette stratégie5.

64Les politiques proposées pourraient non seulement accroître la densité du tissu industriel mais aussi élargir la diversité des classes moyennes, par exemple la bourgeoisie industrielle mais aussi les cadres, et renforcer cette base de classes moyennes qui paraît être à même de faire évoluer les mouvements identitaires vers la modération et vers la mise en avant des politiques économiques et sociales plutôt qu’en direction des politiques identitaires. Dans les domaines politique, économique et social, les compromis sont plus faciles que dans le domaine dit identitaire.

65Je peux aisément imaginer que les nouveaux mouvements de jeunes que nous observons dans la rue des villes arabes puissent être capables de s’affranchir des vieux mythes mobilisateurs des nationalismes laïc et culturaliste afin de ne réclamer que leurs droits individuels, notamment économiques.

66Reste le problème palestinien. Aussi malheureux que cela le soit pour les Palestiniens, le monde non-musulman soutient l’existence d’un État d’Israël protégé par des frontières sécurisées. La Palestine, israélienne et palestinienne, ne peut être l’enjeu d’un conflit international majeur. C’est pourquoi la partie prétendant être favorable à la paix, soutenant en fait le maintien du statu quo, bénéficie du soutien international du monde non-musulman. Un large consensus, à l’échelle mondiale, rejette toute revendication palestinienne de corriger l’histoire, mais est également disposé à contribuer par une sorte de compensation à une perspective d’avenir pour les Palestiniens à partir de ce dont ils disposent dans ce statu quo.

67Etant donné l’étroitesse de leur territoire, cette perspective ne sera envisageable que si s’établit un centre d’excellence industrielle dans cette région géographiquement charnière entre le Maghreb, l’Égypte et le Machreq Arabe.

68Dans le cadre de la proposition soutenue ici, il serait bon que l’Union Européenne concentre ses efforts sur le problème palestinien, d’une part en essayant de transformer les territoires de l’Autorité autonome en plate-forme d’exportation en soutenant l’abaissement des coûts de la main-d’œuvre, d’autre part et en y créant, avec l’aide extérieure, des centres de technologie de pointe afin de diffuser le savoir-faire industriel. Avec une dévaluation suffisamment importante, on pourrait parvenir à transformer cette région en une véritable plate-forme d’exportation puisqu’elle a la chance de se situer à proximité des voies de communication nécessaires à cette stratégie.

Haut de page

Bibliographie

Amsden Alice H., 1977, « The Division of Labour is Limited by the Type of the Market: The Case of the Taiwanese Machine Tool Industry », World Development, 5, 3 (Mars), p. 229.

Arbeitsgruppe Bielefelder Entwicklungssoziologen (ABE), 1979, Subsistenzproduktion und Akkumulation, Sarrebruck, Breitenbach.

Bai Moo-Ki, 1982, « The Turning Point in the Korean Economy », Developing Economies, 20, 2 (juin), p. 117-140.

Brenner Robert, 1973, « The Civil War Politics of London’s Merchant Community », Past and Present, 58 (février), p. 55.

Broadberry Stephen N., 1997, The Productivity Race: British Manufacturing in International Perspective, 1850-1990, Cambridge, Cambridge University Press, p. 165.

Brunschwig Henri, 1947, La crise de l’État prussien à la fin du XVIIIe siècle et la genèse de la mentalité romantique, Paris, Presses Universitaires de France.

Chen Haichun, Gordon M.J. et Zhiming Yan, 1994, « The Real Income and Consumption of an Urban Chinese Family », Journal of Development Studies, 31, 1 (Octobre), p. 201-213.

Chen Martha, Sebstad Jennefer et O’Connell Lesley, 1999, « Counting the Invisible Workforce: The Care of Homebased », World Development, 27, 3, p. 603-610.

Croft Pauline, 1975, « Free Trade and the House of Commons 1605-06 », Economic History Review, 28, 1, p. 25-26.

Dahlman Carl J., Sercovitch Francisco, 1984, Local Development and Exports of Technology. The Comparative Advantage of Argentina, Brazil, India, the Republic of Korea, and Mexico. World Bank Staff Working Paper 667, Washington, World Bank, p. 8.

Dasgupta Partha, Ray Debraj, 1987, « Inequality as a Determinant of Malnutrition and Unemployment », Economic Journal, 97, 385 (mars), p. 177-178.

Deere Carmen Diana, 1976, « Rural Women’s Subsistence Production in the Capitalist Periphery », Review of Radical Political Economics, 8, 1 (printemps), p. 9-16.

El-Kenz Ali, 1997, « L’alternative démocratique dans le monde arabe », Recherches Internationales, 48 (printemps), p. 17-18.

Elsenhans Hartmut, 1975, « Overcoming Underdevelopment. A Research Paradigm », Journal of Peace Research, 12, 4 (décembre), p. 293-313.

—, 1979, « Vorwort », in Nationale Befreiungsfront, Algeriens Charta 1976 (i.d.Übersetzung von Ali Oubouzar, mit einer Einleitung von Hartmut Elsenhans), Francfort sur le Main, New York, Campus, p. 13-20.

—, 1981, Abhängiger Kapitalismus oder bürokratische Entwicklungsgesellschaft. Versuch über den Staat in der Dritten Welt, Francfort sur le Main, New York, Campus.

—, 1984, « Le développement autocentré contradictoire », Cahiers du CREAD, 3 (juillet-septembre), p. 4-47.

—, 1986, « Rente, sous-développement et État dans le Tiers Monde », Cahiers du CREAD, 5 (janvier-février), p. 5-52.

—, 1987, « Dependencia, Underdevelopment and the Third World State », Law and State, 36, p. 83-85.

—, 1990, « Le conditionnement social du développement du capitalisme : trois exemples. La dimension du politique et du social dans une théorie historique de l’accumulation », Cahiers du CREAD, 21 (janvier-mars), p. 43-84.

—, 1992, « English Poor Law and Egalitarian Agrarian Reform in the Third World », in Hartmut Elsenhans, Equality and Development, Dhaka, Center for Social Studies, p. 130-162.

—, 1994, « Rent, State and the Market: The Political Economy of the Transition to Self-sustained Capitalism », Pakistan Development Review, 33, 4 (décembre), p. 394-399.

—, 1995, « Überwindung von Marginalität als Gegenstand der Armutsbekämpfung », in Hans Bernd Schäfer (ed.), Bevölkerungsdynamik und Grundbedürfnisse in Entwicklungsländern. Schriften des Vereins für Socialpolitik 246, Berlin, Duncker und Humblot, p. 193-221.

—, 1996, State, Class and Development, New Delhi, Londres, Columbia, Mo., Radiant, Sangam, South Asia Books.

—, 1999, « Globalisation and the European Integration Process », International Studies, 36, 3, p. 233.

—, 1998, « Option export-led et structures rentières dans les Pays du Sud de la Méditerranée », Annuaire de l’Afrique du Nord 1996, p. 289-292.

—, 2000a, « The Rise and Fall of Really Existing Socialism », Journal of Social Studies, 87 (janvier-mars), p. 1-16.

—, 2000b, « Globalisation in a Labourist Keynesian Approach », Journal of Social Studies, 89 (juillet-septembre), p. 43-44.

—, 2006, Globalization Between A Convoy Model and An Underconsumptionist Threat, Münster, LIT Verlag, p. 229ss

—, 2007, « Politische Ökonomie der Sklaverei vom 16.-18. Jh. », in Tobias Reichardt, M. Erdem (eds.), Unfreie Arbeit. Ökonomische und kulturgeschichtliche Perspektiven, Zurich/ NewYork/ Hildesheim, Georg Olms, p. 252 sq.

—, 2011, « The Rise of New Cultural Identitarian Movements in Africa and Asia in the Emerging Multipolar System », Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, 32,13 (hiver), p. 642-551.

Elsenhans Hartmut, Kleiner Elmar, Dreves Reinhart Joachim, 2000, Développement, équité et extension du marché des masses. Une autre alternative. Le cas algérien. L’enjeu des PME industrielles, Paris, Publisud.

Felix David, 1965, « Monetarists, Structuralists and Import Substituting Industrialization. A Critical Appraisal », Studies in Comparative International Development, 1, 10 (octobre), p. 137-153.

Furtado Celso, 1965, « Development and Stagnation in Latin America: A Structuralist Approach », Studies in Comparative International Development, 1, 11 (novembre), p. 166.

Furtado Celso, Sousa Alfredo de, 1970, « Los perfiles de la demanda y de la inversión », Trimestre Económico, 37, 147 (juillet-septembre), p. 463-488.

Grabowski Richard, 1994, « Import Substitution, Export Promotion and the State in Economic Development », Journal of Developing Areas, 28, 4 (juillet), p. 535-544.

Guillaumont-Jeanneney Sylviane, Hua Ping, 1996, « Politique du change et développement des exportations manufacturées en Chine », Revue économique, 47, 3 (Mai), p. 851-860.

Guthrie Douglas, 1998, « The Declining Significance of Guanxi in China’s Economic Transition », China Quarterly, 39, 154 (juin), p. 255.

Haggard Stephan Mark, 1983, Pathways from the Periphery: The Newly Industrializing Countries in the International System, Berkeley, Cal., Dissertation, p. 283.

Harhoff Dietmar, 2008, « Innovation, Entrepreneurship and Demographie », Perspektiven der Wirtschaftspolitik, 9, p. 51.

Herbst Jeffrey, 2001, « Political Liberalization in Africa after Ten Years », Comparative Politics, 33, 3 (avril), p. 358.

Ibn Khaldûn Abd-al-Rahman, 1967, Discours sur l’Histoire universelle. Al-Muqaddima. Traduction nouvelle, préface et notes par Vincent Monteil, Paris, Sindbad, p. 558-573.

Kim Linsu, 1980, « Stages of Development of Industrial Technology in a Developing Country: A Model », Research Policy, 9, 3 (juillet), p. 273.

Lafay Gérard, 1996, « Les origines internationales du chômage européen », Revue d’économie politique, 106, 6 (novembre-décembre), p. 943-963.

Lee Eddy, 1979, « Egalitarian Peasant Farming and Rural Development: The Case of South Korea », World Development, 7, 4/5 (avril-mai), p. 513.

Lo Dic, Chan Thomas M. H, 1998, « Machinery and China’s Nexus of Foreign Trade and Economic Growth », Journal of International Development, 10, 6 (septembre-octobre), p. 733-749.

Macpherson C.B., 1973, Die politische Theorie des Besitzindividualismus. Von Hobbes bis Locke, Francfort sur le Main, Suhrkamp, p. 173 sq.

Mbaku John Mukurn, 1995, « Democracy in Africa. Rent Seeking as a Constraint on Policy Reform », Australian Journal of Politics and History, 41, 2, p. 213.

Morimotu Kokichi, 1918, The Standard of Living in Japan. John Hopkins University Studies in Historical and Political Studies, Baltimore, Md., Johns Hopkins University Press, p. 44.

Murphy Kevin M., Shleifer Andrei, Vishny Robert, 1989, « Income Distribution, Market Size and Industrialization », Quarterly Journal of Economics, 104, 3 (août), p. 537-564.

Mytelka Lynn Krieger, 1986, « The Transfer of Technology: Myth or Reality? », in Cosgrove Carol, Jamar J. (ed.), The European Community’s Development Policy: The Strategies Ahead. Conference organised at the College of Europe, Bruges, 4-6 July 1985, Bruges, De Tempel, p. 258.

Narassiguin Philippe, 1995, « Croissance tirée par les exportations et politique de change  : le cas de l’île Maurice », Revue d’économie politique, 105, 2 (printemps), p. 315-331.

Ouaissa Rachid, 2007, « Islamistische Parteien im Maghreb. Der Maghreb zwischen moderatem und radikalem Islam », GTZ-Dokumentation, p. 31-41.

Page John et al., 1993, The East Asian Miracle. Economic Growth and Public Policy, Washington, World Bank, p. 160.

Porter Michael E., 1990, The Competitive Advantage of Nations, Londres, Macmillan.

Ravallion Martin, Datt Gaurav, 2002, « Why Has Economic Growth Been More Pro-poor in Some States of India than Others », Journal of Development Economics, 68, 2 (août), p. 381-400.

Ricardo David, 1951, On the Principles of Political Economy and Taxation. The Works and Correspondence of David Ricardo (1), Cambridge, Cambridge University Press, p. 135-151.

Richards Donald G., 2001, « The Poverty of Democracy in Latin America », Review of Radical Political Economics, 33, 2 (janvier), p. 139.

Schwecke Sebastian, 2011, New Cultural Identitarian Political Movements: The Bharatiya Janata Party between Cultural Identity and Middle Class Interests, London, New York, Routledge.

Sehgal Rakhi, 2005, « Social Reproduction of Third World Labour in the Era of Globalisation: State, Market and the Household », Economic and Political Weekly, 40, 22-23 (mai), p. 2286.

Sklar Richard L., 1967, « Political Science and National Integration - A Radical Approach », Journal of Modern African Studies, 5, 1, p. 8.

Smith Adam, 1976, The Wealth of Nations, Oxford, Clarendon Press, p. 351-368.

Strassmann W. Paul, 1956, « Economic Growth and Income Distribution », Quarterly Journal of Economics, 70, 3 (août), p. 425-440.

Talmon Jacob Leib, 1961, Ursprünge totaler Demokratie, Opladen, Westdeutscher Verlag.

Tomlinson James, 1976, « Some Vicissitudes of Imperial Power: Britain and India », Millennium: Journal of International Studies, 5, 2 (automne), p. 188.

Tzannatos P. Zafiris, 1997, International Competitiveness in East Asian Manufacturing: Unit Labor Cost Analysis for Selected Countries, Washington, Banque mondiale.

Vernon Raymond, 1966, « International Investment and International Trade in the Product Cycle », Quarterly Journal of Economics, 80, 2, p. 190-207.

Watanabe Susumu, 1991, « The Japanese Quality Control Circle: Why it Works », International Labour Review, 130, 1 (janvier-février), p. 58 sq.

Wolcott Susan, 1991, « British Myopia and the Collapse of Indian Textile Demand », Journal of Economic History, 51, 2 (juin), p. 384.

Wormser Olivier, 1971, « La roupie des Indes britanniques », Revue d’économie politique, 81, 6 (novembre-décembre), p. 954.

Zinecker Heidrun, 2009, « Regime-Hybridity in Developing Countries: Achievements and Limitations of New Research on Transitions », International Studies Review, 11, 2 (juin), p. 302-331.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Chiffre avancé lors d’un colloque organisé par l’Assemblée populaire nationale : « Le rôle des États et leur intervention dans les économies nationales » (Alger : Résidence Djenane El Mithaq, 17 Janvier 2009).

2 Philip Bruno et Ricard Phillippe, « La Chine résiste aux pressions de l’UE sur le yuan », Le Monde, 30/11/2007.

3 Corée du Sud 100 % en 1961, Malaisie 48 % en 1980, Indonésie 92.6 % en 1990, Thaïlande 154 % en 2002, Vietnam 123 % en 2002, http://www.faostat.fao.org

4 J’insiste sur le caractère plutôt bénin de la prise de conscience identitaire dans le monde arabe puisque l’on n’observe pas de nationalisme raciste du fait de la définition de cette identité à partir d’un « rôle sociologique acquis », c’est-à-dire à partir de la religion, et non à partir de quelque chose d’« inné ».

5 C’était lors de la recherche en association avec le ministère du Plan et le CeNEAP sur la petite industrie algérienne de 1984 à 1986, dont les résultats sont dans Elsenhans, Kleiner et Dreves 1990, op. cit., note 39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hartmut Elsenhans, « Comment approfondir la coopération entre rive nord et rive sud de la Méditerranée : Un renouveau économique tenant compte des effets de la rente sur le Sud de la Méditerranée  », L’Année du Maghreb, IX | 2013, 19-38.

Référence électronique

Hartmut Elsenhans, « Comment approfondir la coopération entre rive nord et rive sud de la Méditerranée : Un renouveau économique tenant compte des effets de la rente sur le Sud de la Méditerranée  », L’Année du Maghreb [En ligne], IX | 2013, mis en ligne le 21 octobre 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1820 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1820

Haut de page

Auteur

Hartmut Elsenhans

Professeur émérite de Science politique, université de Leipzig (GESI).

Haut de page