Navigation – Plan du site
Dossier de recherche :
Le Maghreb avec ou sans l'Europe ?
Le partenariat euro-maghrébin

L’économie tunisienne face à la crise de la dette des subprimes et la crise des dettes souveraines européenne

The Tunisian economy, the subprime crisis and European sovereign debt
Zied Akrout et Adel Khadimallah
p. 77-101

Résumés

La crise des crédits hypothécaires à risque a déboussolé le système financier et plongé l’économie réelle en récession. En prolongation de cette crise, la détérioration massive des finances publiques a lourdement frappé plusieurs Etats membres de la zone euro et compromis la crédibilité de la monnaie unique européenne. Cette conjugaison de la crise financière internationale et de la crise de la dette souveraine européenne a fortement impacté la croissance économique tunisienne. La balance commerciale extérieure de la Tunisie pour juillet 2012 est déficitaire. Elle enregistre un solde de -6 366,4 millions de dinars (MD) (-4 136,2 en 2011 et -4888,1 en 2010), soit une perte de 2 230,2 MD par rapport à 2011 et de 1 478,3 MD par rapport à 2010.

Haut de page

Texte intégral

1La crise financière et économique qui a éclaté en août 2007 constitue une bonne illustration de la concrétisation et de la propagation du risque systémique. La crise bancaire a culminé en septembre 2008, avec la faillite de Lehman Brothers et le soutien apporté par la suite au système financier. La diffusion internationale des crises est vue en grande partie comme le résultat de la globalisation financière. Les pays en développement, bien qu’ils ne soient pas à l’origine de la crise économique et financière mondiale actuelle, n’ont pas étaient épargnés. Eux aussi ont été frappés de plein fouet par les répercussions de la crise.

2Ces pays ont été victimes de plusieurs crises dont les plus remarquables ont été la crise de la dette bancaire début des années 1980, puis les crises de change des années 1990 et la succession de chocs consécutifs à la crise asiatique fin des années 1990. L’ouverture financière est apparue comme un accélérateur et transmetteur de toutes ces crises. La dimension financière a fait un retour remarqué dans la littérature économique sur le développement alors qu’elle en avait été largement absente jusqu’aux années 1970, sauf si on fait l’exception des travaux de Gurley et Shaw (1955) ensuite de McKinnon (1973) et, avant eux, de Schumpeter au début du siècle. Mais la plus grave crise jamais vécue est la crise financière qui a débuté en août 2007 d’abord aux États-Unis pour affecter ensuite conjointement plusieurs pays et marchés. En réponse, les États et les banques centrales ont aidé les systèmes bancaires à hauteur de plus de 14 000 milliards de dollars, selon les estimations, pour éviter les faillites et la crise systémique. Mais cette injection massive n’a pu empêcher une crise du crédit, qui a provoqué une crise économique, avec une chute importante de la croissance dans la plupart des pays développés. Enfin, la crise économique s’est transformée à son tour en crise des dettes souveraines. La conjonction des plans de sauvetage financiers, des programmes de relance budgétaire et de la baisse des recettes fiscales ont entraîné une détérioration spectaculaire de la situation budgétaire et des ratios d’endettement public, sans précédent en période de paix dans les pays industrialisés.

  • 1 Jacques Attali, 2010, Tous ruinés dans dix ans, Paris, édition Fayard.

3L’ampleur de cet endettement varie néanmoins d’un pays à l’autre, selon la situation budgétaire antérieure et les marges de manœuvre dont disposent les États pour faire face à la crise. La détérioration des finances publiques est, sans doute, commune à l’ensemble des pays industrialisés, mais les dettes publiques des dix-sept pays de la zone euro ne bénéficient d’aucune garantie institutionnelle, contrairement aux dettes américaine ou japonaise. En 2010, le ratio de la dette publique des pays développés par rapport à leur PIB est en moyenne de 80% pour les pays les plus riches du G20, alors qu’il n’est que de 40% pour les pays émergents membres du même club1. Cette crise de la dette souveraine en Europe a dévoilé cette fragilité de la zone euro d’une manière spectaculaire, elle menace l’existence de la monnaie unique et présente pour la politique européenne un défi sans précédent.

4À l’heure actuelle, les États membres sont confrontés à la fois à un risque et à une opportunité : ou bien la zone euro éclate, ou bien de nouveaux progrès sont effectués allant dans le sens d’un approfondissement de l’intégration européenne qui donnerait un fondement politique légitime au partage des risques financiers. Ainsi, sous la pression des circonstances, sans plan d’ensemble, est relancé le débat autour du fédéralisme européen après l’échec, en 2004, du traité établissant une Constitution pour l’Europe et l’abandon par les élites politiques nationales de toute référence à un quelconque avenir « fédéral » de la construction européenne.

5Pour cela, on peut dire que l’étude de la transmission de cette nouvelle crise à d’autres pays du monde et surtout les pays en développement est nécessaire. Concernant la Tunisie, le faible taux d’intégration financière aux marchés financiers internationaux a relativement protégé son économie des effets directs de la crise financière. Elle s’est ainsi retrouvée à l’abri de l’impact direct de la crise des « subprimes » de 2007 et de la crise bancaire de l’été 2008, ce qui lui a permis d’éviter les effets néfastes et destructeurs d’une crise systémique et financière qui a ébranlé les marchés financiers internationaux. Mais puisque la crise financière s’est transformée en une crise de dettes souveraines et a touché principalement l'Europe premier partenaire de la Tunisie, le rythme de croissance de l'économie tunisienne risque de se ralentir. On pourra donc se poser ici la question suivante : la Tunisie peut-elle continuer à se protéger des conséquences de la crise de la dette souveraine localisée actuellement en Europe ?

6Cette étude se divise en deux parties. La première décrit l’impact de la crise de la dette souveraine en Europe sur les principaux indicateurs économiques de la zone et les canaux de transmission à travers lesquels ces chocs se transmettent aux autres pays du monde. La deuxième présente l’impact de cette crise sur l’économie tunisienne.

Impact de la dette publique européenne sur les principaux indicateurs de la zone

7Face à ces circonstances, de nombreux pays ont bien réagi à la crise économique et aux risques liés à la dette souveraine que court l’Europe. Les économistes démontrent clairement que l’impact de la crise peut varier d’une région à l’autre, suivant le degré de dépendance par rapport aux marchés européens.

Évolution de la dette publique et du déficit budgétaire

  • 2 Zied Akrout, 2012, « Crise de la dette souveraine en Europe », Revue assurance et gestion des risqu (...)

8La crise financière mondiale a provoqué une détérioration massive des finances publiques dans la zone euro. La récession de 2009 a fortement réduit les recettes publiques et a pesé lourd sur l’État-providence. De plus, les États se sont engagés dans des sauvetages de banques et des plans de relance coûteux. En 2010, aucun pays appartenant à la zone euro n’a pu respecter le Pacte de Stabilité et de Croissance. La dette publique dans la zone euro est passée de 65% à 85% du PIB entre 2007 et 2010 (voir figure 1 et 2)2.

Figure 1. Dette publique en % PIB dans la zone euro

Figure 1. Dette publique en % PIB dans la zone euro

Source : FMI, World Economic Outlook, Octobre 2010.

Figure 2. Déficit budgétaire en % PIB

Figure 2. Déficit budgétaire en % PIB

Source : FMI, World Economic Outlook, Octobre 2010.

Évolution des taux de croissance et de chômage de la zone

9La crise économique européenne se confirme. Après une petite reprise qui a suivi un ralentissement de la croissance due à la crise financière mondiale, la récession est de retour. En effet et après le sursaut de 2010, la croissance dans cette zone devrait fléchir en 2011 pour passer de 1,8% à 1,6%.

10Dans l’ensemble de la zone euro, le taux de chômage a atteint le niveau record de 9.9% en 2011, et les niveaux dans les économies les plus affectées par la crise sont alarmants. En Grèce, en Irlande et en Espagne, le taux de chômage est supérieur de plus de dix points à ce qu’il était en 2007.

Tableau 1. Croissance du PIB et du taux de chômage en %

2007

2008

2009

2010

2011

Croissance du PIB dans la zone euro

3,0

0,4

-4,2

1,8

1,6

France

2,2

0,2

3,0

1,6

1,7

Allemagne

3,4

0,8

-5,1

3,6

3,1

Grèce

3,0

-0,2

-3,2

-3,5

-6,9

Irlande

5,2

-3,0

-7,0

-0,4

0,7

Espagne

3,5

0,9

-3,7

-0,1

0,7

Taux de chômage dans la zone euro

7,4

7,5

9,4

9,9

9,9

France

8,0

7,4

9,2

9,4

9,3

Allemagne

8,7

7,6

7,8

7,2

6,0

Grèce

8,4

7,8

9,6

12,7

17,9

Irlande

4,7

5,8

12,2

13,9

14,6

Espagne

8,3

11,4

18,1

20,2

21,8

Source : Perspectives économiques de l’OCDE n°90.

Évolution du taux d’intérêt des emprunts publics

11Face à la détérioration des finances publiques, on voit que la confiance des marchés en la solvabilité de quelques pays de la zone euro s’est érodée de façon rapide. Ces pays en question doivent payer des intérêts beaucoup plus importants du moment qu’ils veulent se refinancer sur les marchés. En effet, les taux sur les emprunts publics divergent considérablement, notamment à partir d’avril 2010.

Figure 3. Taux d’intérêt à long terme

Figure 3. Taux d’intérêt à long terme

Source : Statistiques de la Banque centrale européenne.

12La situation des pays comme le Portugal, l’Irlande, l’Italie, la Grèce et l’Espagne est considérée comme étant réellement problématique. En 2010, le taux d’intérêt de la Grèce (9,1%) est presque quatre fois plus élevé que celui de l’Allemagne (2,7%) ; celui de l’Irlande (6%) qui correspond environ au triple du taux allemand. La divergence des taux d’intérêt est en partie imputée aux spéculateurs misant sur une défaillance souveraine, mais elle est aussi l’expression de doutes importants émanant des investisseurs à long terme sur la viabilité financière des États en question.

Évolution du taux de change EUR/USD

13La crise de la dette publique européenne semble avoir amplifié les mouvements de dépréciation de l’euro vis-à-vis du dollar américain. Toutefois, et depuis la mise en place récente du Fonds Européen de Stabilisation Financière (FESF) doté d’un budget de sauvetage sans précédent d’un montant de 440 milliards d’euros, conjuguée au programme de rachat des titres de dette publique par la Banque Centrale Européenne (BCE), les prévisions espèrent une reprise d’un mouvement d’appréciation à partir du dernier trimestre de 2011.

Figure 4. Taux de change EUR/USD

Figure 4. Taux de change EUR/USD

Source : Eurostat.

14En outre, les effets prévisibles de l’appréciation de l’euro ont été accentués suite au deuxième plan de sauvetage de la Grèce confirmé par les chefs d’États de la zone euro lors du conseil de l’Union Européenne de Juillet 2011. Ce plan prévoit, en effet, de résoudre la crise de la dette publique de ce pays par des mesures sans précédent de renflouement afin de couvrir entièrement son déficit public qui s'élève à un montant évalué à 109 milliards d'euros.

Les mécanismes de transmission de la crise des dettes souveraines

15La crise financière et économique du pays en défaut peut se transmettre aux autres pays par différents canaux :
• Contagion par le biais des échanges commerciaux. C’est le cas notamment des régions intégrées commercialement, même si les taux d’ouverture y sont plus réduits ;
• Contagion par les taux d’intérêt du fait d’un climat de défiance qui se généralise à l’ensemble des zones émergente, à risque ou à non risque. Dans ce cas, les pays les plus fragiles risquent d’entrer à leur tour en crise.

16Du coté des banques ou des institutions financières qui détiennent une partie importante de leurs actifs sur des pays en défaut, la détérioration de la qualité des créances bancaires du fait du défaut peut entraîner une crise systémique du système financier international.

17Pour cela, il est nécessaire de gérer cette crise de la dette souveraine pour voir comment les chocs sur les marchés souverains vont affecter en profondeur les marchés financiers, les systèmes bancaires et donc l’économie réelle. Les principaux canaux de transmission sont :

Les taux d’intérêt à long terme

18Théoriquement les emprunts d’État sont considérés comme des actifs sans risques. Ils sont généralement constitués par des taux planchers et une référence pour la valorisation de presque tous les autres titres. Ainsi, un accroissement des rendements souverains entraîne mécaniquement une hausse des coûts de financement pour tous les agents du secteur privé. On s’attend donc sur les marchés financiers à une hausse progressive des taux d’intérêt à long terme des pays en difficulté ce qui affectera nécessairement le niveau de la croissance économique.

Le système bancaire

19Du côté du passif, la crise de la dette souveraine provoque une intensification des tensions sur les financements des banques européennes en raison de la contagion des écarts de rendement souverains aux écarts de rendement bancaires. Ce processus reflète la croyance traditionnelle selon laquelle les institutions financières domestiques ne peuvent pas être moins risquées que les institutions souveraines. Du côté de l’actif, les banques sont exposées à une diminution brutale des prix de la dette souveraine provoquée par des pertes en valeur de marché sur les portefeuilles de négociation de titres d’emprunt public qu’elles conservent à titre de réserve de liquidité.

L’économie réelle

20Les entreprises seront confrontées dans les pays en difficulté à des coûts de financement plus élevés, hausse des taux d’intérêt des crédits bancaires due à la hausse des coûts de financement obligataires des banques et à la hausse du taux de la BCE. Ceci va affaiblir l’investissement et la croissance économique dans les pays en difficulté avec leur dette publique.

Impact de la crise de la dette publique européenne sur l’économie tunisienne

Le Tourisme

  • 3 Variation effectuée entre 2011 et 2006 calculée par les auteurs.
  • 4 Variation effectuée entre 2011 et 2006 calculée par les auteurs.
  • 5 Variation effectuée entre 2011 et 2006 calculée par les auteurs.
  • 6 Variation effectuée entre 2011 et 2006 calculée par les auteurs.
  • 7 Variation effectuée entre 2009 et 2008 calculée par les auteurs.

21Les principaux indicateurs du secteur touristique ont connu, au cours de la période 2006-2011, deux secousses considérables. Au niveau des flux des touristes étrangers, le nombre est passé de 6 549 549 en 2006 à 4 781 896 en 2011 soit une variation négative de presque 27%. Ceci est dû à un fléchissement marquant de 30% du nombre des touristes étrangers entre 2010 et 2011. Ce constat s’explique par une régression des flux des européens, en particulier les Italiens (-73%3), les Allemands (-50%4), les Français (-34%5) et les Britanniques (-35%6) malgré l’accroissement du nombre des Britanniques en 2009 qui a enregistré une reprise par rapport à 2008 (8,13%7).

Tableau 2. étude de l’évolution des entrées des non résidents par nationalité

2006-2007

2007-2008

2008-2009

Total

0,03242315

0,04245741

-0,02093815

Français

0,08154366

0,04481473

-0,03623567

Allemands

-0,06094778

0,01453778

-0,0716358

Britaniques

-0,10812876

-0,18496162

0,08131899

Autriches

-0,03065172

-0,18323563

-0,16759531

Belges

0,01912344

0,00966299

-0,00563702

Italiens

-0,04274826

0,00015074

-0,13652284

2009-2010

2010-2011

2006-2011

Total

0,00013012

-0,30720293

-0,26988927

Français

0,0301897

-0,41743227

-0,3463913

Allemands

-0,0527167

-0,40991342

-0,50560739

Britaniques

0,28162321

-0,35604701

-0,35129301

Autriches

-0,1169914

-0,5527839

-0,73974835

Belges

-0,0296476

-0,15472892

-0,16078417

Italiens

-0,0774363

-0,65851517

-0,73955845

Source : Calcul des auteurs.

  • 8 Variation effectuée entre 2009 et 2008 calculée par les auteurs.
  • 9 Données fournies par la Banque centrale de la Tunisie 2009.

22Quant aux nuitées touristiques, elles ont connu une chute brutale en 2011 annoncée par une baisse progressive en 2009. Cette baisse a touché la plupart des zones touristiques, avec un repli variant entre 4,4%8 dans la zone de Tunis-Zaghouan et 10,3% dans celle de Djerba-Zarzis en 20099. Ce fléchissement a concerné toutes les nationalités, particulièrement les européennes.

Figure 5. évolution des nuitées touristiques

Figure 5. évolution des nuitées touristiques

Source : Représentation des auteurs.

23Corrélativement, le taux d’occupation relatif est passé de 51,5% en 2006 à 31,8% en 2011. En conséquence, les recettes touristiques en devises ont diminué de 2825 MDT à 2364 MDT après avoir atteint les 3522 MDT en 2010.

Tableau 3. évolution du taux d’occupation et des recettes touristiques

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Taux d’occupation relatif

51,5

51,7

52,7

50,2

50,7

31,8

Recettes (MDT)

2825

3077

3390

3471

3522

2364

Source : Office national du tourisme tunisien.

Figure 6. Recettes (MDT)

Figure 6. Recettes (MDT)

Source : Représentation des auteurs.

  • 10 À l’exception des recettes touristiques.
  • 11 Selon l’organisation mondiale du tourisme (OMT), les arrivées de touristes dans le monde et les rec (...)

24En 2009, la baisse des principaux indicateurs10 de l’activité touristique (les entrées des non résidents, les nuitées touristiques et le taux d’occupation) est expliquée exclusivement par un choc exogène de la crise des subprimes étendue à l’échelle internationale conjuguée à la propagation de la grippe A(H1N1)11. Ce secteur est fortement vulnérable aux facteurs conjoncturels. En effet, la conjoncture défavorable qui a prévalu dans les principaux pays pourvoyeurs de touristes (principalement l’Union européenne) a influencé cette baisse.

  • 12 Les entrées et les nuitées des Européens ainsi que les recettes qui s’y affèrent se sont contractée (...)

25Par ailleurs, la décélération des indicateurs de l’activité touristique en 2011 est la résultante d’un choc exogène expliqué par la crise des dettes publiques de la zone euro et d’un choc endogène expliqué par l’instabilité de l’environnement à l’échelle nationale et régionale et de la fragilité de la situation sécuritaire dans le pays. Les indicateurs touristiques du marché européen ont enregistré des baisses significatives en 201112.

La remise de fonds des émigrés 

26Durant la période 2006 – 2009, les apports reçus par les Tunisiens résidents à l’étranger ont connu une hausse mais à un rythme peu accéléré. En effet, ces flux ont enregistré une augmentation de 9,4% en 2007 puis 10,8% en 2008 et une décélération en 2009 avec un taux de 8,9% pour passer de 2 436 MDT à 2 653 MDT. La décélération enregistrée s’explique par les retombées de la crise financière internationale qui a fortement affecté en 2009 les économies des principaux pays hôtes. Malgré cette décélération, ce résultat s’avère positif dans un contexte de crise économique et financière internationale qui a, dans d’autres pays, fortement affecté les transferts effectués à ce titre par leurs résidents à l’étranger. (Voir tableau n° 4 ci-dessous)

Tableau 4. Les apports des émigrés par mode de transfert

Année

Total

Apports en espèces

Apports en nature

En MDT

Variation en %

En MDT

En % du total

En MDT

En % du total

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2010

2199

2436

2653

2953

2822

9,4

10,8

8,9

11,3

-4,4

1537

1681

1929

2104

2333

2165

76,5

76,4

79,2

79,3

79

76,7

473

518

507

549

620

657

23,5

23,6

20,8

20,7

21

23,3

Source : Statistiques de la Banque centrale de la Tunisie. Les variations sont calculées par les auteurs.

27Entre 2009-2010, les apports reçus par les tunisiens résidents à l’étranger se sont inscrits en hausse. En effet, ces flux ont enregistré une augmentation de 11,3% en 2010 pour passer de 2 653 MDT à 2 953 MDT.

28En 2011, ces transferts effectués par les travailleurs tunisiens à l’étranger ont reculé de 4,4% pour se situer à 2 822 MDT, baisse qui a concerné uniquement les revenus en espèces (-7,2%) alors que ceux en nature continuent à afficher une tendance haussière et ce, en dépit de la conjoncture qui a prévalu en 2011.

  • 13 Malgré une légère baisse des transferts en nature de 2,1% en 2008.

29L’analyse de ces flux par mode de transfert fait apparaître la progression des flux en devises et en nature13. (Voir figure n° 7)

Figure 7. évolution des apports des émigrés par mode de transfert

Figure 7. évolution des apports des émigrés par mode de transfert

Source : Représentation des auteurs.

30La répartition des revenus transférés par la colonie tunisienne à l’étranger, qui dénombre près de 1,2 million de personnes, au terme de 2011, reste marquée par la prédominance des flux en provenance des pays européens où résident près de 1 million de personnes. Ces flux ont accusé une baisse de 3,3% en 2011 pour se situer à 2 487 MDT, soit 88,1% du total.

Tableau 5. Revenu du travail par groupe de pays (en MDT)

Pays

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Europe dont :
UE
France
Allemagne
Italie
Pays arabe, dont :
UMA
Libye
Autres pays

1784

994

298

275

177

48

49

1953

1071

335

310

196

52

50

2150

2078

1172

368

340

224

60

47

62

2323

2245

1271

399

357

262

64

50

68

2572

2485

1396

446

401

309

71

56

72

2487

2405

1363

437

378

270

49

35

65

Total

2010

2199

2436

2653

2953

2822

Source : Statistiques de la Banque centrale de la Tunisie.

Tableau 6. Variation des revenus transférés par groupe de pays

Pays

Variations en %

2007/2006

2008/2007

2009/2008

2010/2009

2011/2010

Europe dont :
UE
France
Allemagne
Italie
Pays arabe, dont :
UMA
Libye
Autres pays

9,5

7,7

12,4

12,7

10,7

8,3

2

10,1

9,4

9,9

9,7

14,3

15,4

24

8

8

8,5

8,4

5

17

6,7

6,4

9,7

10,7

10,7

9,8

11,8

12,3

17,9

10,9

12

5,9

-3,3

-3,2

-2,3

-2

-5,7

-12,6

-30,1

-37,5

-9,7

Total

9,4

10,8

8,9

11,3

-4,4

Source : Calcul des auteurs.

31Les transferts effectués par les Tunisiens résidant en France, premier pays hôte avec une communauté de près de 649. 000 personnes, se sont contractés en 2011. Leur part dans le total des transferts s’est néanmoins inscrite en légère hausse pour se situer à 48,3%. Des reculs similaires ont été relevés pour les transferts en provenance des autres pays européens dont, notamment, l’Allemagne et l’Italie, deuxième et troisième pays hôte, où résident près de 83 000 et 184 000 personnes. Les revenus de travail transférés de ces pays se sont situés à 437 000 000 DT et 378 000 000 DT pour représenter 15,5% et 13,4% du total.

  • 14 Baisse des envois de fonds en provenance de la Libye en relation avec le retour de près de 40 000 T (...)

32Les transferts au titre des revenus de travail émanant des pays arabes, ont, également, baissé suite, essentiellement, au repli des transferts effectués à partir des pays de l’UMA (l’Union du Maghreb Arabe) sous l’effet de la chute des envois de fonds en provenance de la Libye qui était, durant les années antérieures, la première destination arabe des travailleurs tunisiens avec une communauté de plus de 90 000 personnes (impact de la crise libyenne)14.

33De même, les transferts effectués par les Tunisiens à partir des pays du Golfe où résident plus de 45 000 Tunisiens, ont diminué de 6,8% pour se situer à 218 000 000 DT contre 234 000 000 DT en 2010. L’Arabie Saoudite demeure la première destination avec une communauté de près de 15 000 Tunisiens et a été à l’origine de transferts de 111 000 000 DT suivie par les Émirats Arabes Unis (48 000 000 DT) et le Qatar (21 000 000 DT).

34Les envois de fonds sont majoritairement issus de travailleurs tunisiens installés dans l’Union européenne. Cependant, avec l’augmentation du chômage en Europe, le risque d’une diminution des envois de fonds devient de plus en plus grand.

La balance commerciale

35La période 2006-2011 a été marquée par le recul de la demande extérieure émanant des principaux pays partenaires de la Tunisie.

36Le solde de la balance des échanges commerciaux de la Tunisie avec l’extérieur a été marqué pour la période 2006-2011 par une régression de 94%. Cette régression a induit un fléchissement du taux de couverture de 3 points de pourcentage pour s’établir à 74,5% en 2011, un recul du taux d’effort à l’exportation, du taux de dépendance et du taux de pénétration respectivement de 5 ; 8,5 et 5,7 points de pourcentage durant la période 2006-2011.

Tableau 7. évolution des indicateurs des échanges commerciaux

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Importations

20003,5

24437,3

30241,2

25877,6

31816,7

33702

Exportations

15558,1

19409,6

23637

19469,2

23519

25092

Solde

-4445,5

-5029,1

-6604,2

-6408,4

-8297,7

- 8610

Taux de couverture
(en %)

77,8

79,4

78,2

75,2

73,9

74,5

Taux d’ouverture
(en %)

77,7

87,9

97,4

77,3

87,4

91,1

Taux d’effort à l’exportation (en %)

34

38,9

42,7

33,2

37,1

38,9

Taux de dépendance
(en %)

43,7

49

54,7

44,1

50,2

52,2

Taux de pénétration
(en %)

42,9

48,1

53,1

42,9

47,7

48,6

Source : Institut national de la statistique.

37En effet, si la compétitivité-prix des exportations n’est que peu altérée par le change, c’est plutôt la baisse de la demande étrangère liée à la récession dans la zone euro qui risque d’être handicapante.

38En outre et du fait de la forte dépendance de la demande européenne et des dettes souveraines, les tendances prévisibles de récession dans la zone euro, comme en témoignent les révisions à la baisse de sa croissance selon les différentes institutions internationales, risquent d’impacter négativement les exportations tunisiennes.

39L’étude de la variation des importations et des exportations durant la période 2006-2011 révèle une baisse attractive entre 2009-2008 et une forte décélération durant 2010-2011.

Tableau 8. Variation des importations et des exportations

2007-2006

2008-2007

2009-2008

2010-2009

2011-2010

Importations

22,17%

23,75%

-14,43%

22,95%

5,92%

Exportations

24,76%

21,78%

-17,63%

20,80%

6,69%

Source : Calcul des auteurs.

40S’agissant des exportations, l’étude de l’évolution en volume affirme la baisse des quantités exportées en 2009 par rapport à 2008 et la forte baisse en 2011 par rapport à 2010. Toutefois l’effet prix en 2011 a masqué cette détérioration de la quantité exportée.

Tableau 9. Évolution des volumes et des valeurs d’exportation

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Quantité

12449,5

14630,5

14222,2

14034,2

14973,3

10389,8

Valeur

15558,1

19409,6

23637,0

19469,2

23519,0

25091,9

Source : Institut national des statistiques.

41La réduction des exportations en 2009 a concerné la baisse de la valeur des ventes de tous les groupes de produits à l’exception de celle des biens d’équipement.

Tableau 10. évolution des exportations par groupe de produits

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Alimentation
humaine

1599,0

1615,5

1849,9

1631,2

1651,2

2126,3

Energie

2017,6

3137,8

4079,9

2637,7

3313,9

3649,5

Matières premières et demi- produits

4062,8

5032,7

7474,6

5467,8

6966,0

7004,7

Biens
d'équipement

1686,3

2278,2

2622,2

2629,9

3442,3

3525,7

Biens de
consommation

6192,4

7345,4

7610,4

7102,6

8145,6

8785,7

Source : Institut national des statistiques et statistiques de la Banque centrale de la Tunisie.

42Les exportations des biens d’équipement ont, en effet, subi l’impact négatif de la crise économique et financière internationale accusant une quasi-stagnation en 2009 après avoir progressé d’une manière soutenue au cours des années précédentes. La régression des ventes de ce groupe de produits révèle, en fait, la baisse de 8,9% des exportations du secteur textile, habillement et cuirs qui a subi l’impact du repli de la demande étrangère, notamment, celle des pays de l’UE.

43La diminution des ventes du secteur énergétique de 35,3%, a touché essentiellement le pétrole brut en raison de la baisse des prix.

44En 2011, les exportations ont été fortement affectées par le recul de la demande provenant des partenaires européens, en raison des retombées négatives de la crise de la dette souveraine en Europe.

45Par ailleurs, l’arrêt provisoire des chaînes de production de certaines unités opérant dans le secteur des industries extractives en raison des revendications sociales, a réduit le volume des ventes du secteur des mines, phosphates et dérivés et celui de l’énergie en 2011. L’augmentation des indices des prix à l’exportation relatifs à ces secteurs a permis toutefois d’atténuer la baisse de la valeur.

46Le fléchissement du rythme des exportations a été, cependant, compensé par l’accroissement du volume des ventes du secteur de l’agriculture et pêche et des industries agro-alimentaires de 25,7% (37,9% aux prix courants). Le redressement de la production agricole nationale s’est, en effet, conjugué à une demande plus soutenue de la part du marché libyen et à une hausse des prix de ces produits.

47Les échanges commerciaux de la Tunisie avec l’étranger reflètent la prédominance des échanges avec les pays de l’Union européenne.

Tableau 11. Part de l’Union européenne dans les exportations
de la Tunisie

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Union
européenne

13111

15761

17028

14367

17211,9

19163,7

77,2%
du total des exportations

79,3%

72%

73,8%

73,2%

76,4%

Source : Institut national des statistiques et pourcentages calculées par les auteurs.

48Les exportations de la Tunisie vers les pays de l’Union Européenne, se sont, en effet, inscrites en baisse en 2009 et ce, en relation avec le fléchissement de la demande émanant de cette zone. Prés de 85% de la baisse des exportations vers les pays de l’Union Européenne est attribuable à la contraction des ventes vers la France, l’Italie et l’Espagne alors que les exportations vers l’Allemagne, troisième partenaire commercial de la Tunisie, ont enregistré une augmentation.

Tableau 12. évolution des exportations vers les principaux pays
de l’Union européenne

2006

2007

2008

2009

2010

2011

France

4 512

5 233

6 735

5 771

6 749,8

7 695,4

Italie

3 858

4 710

4 884

4 095

4 674,5

5 432,3

Allemagne

1 572

1 931

1 637

1 712

1 987,4

2 271,4

Espagne

930

1 143

1 157

656

912,2

1079,4

Source : Institut national des statistiques et statistiques de la Banque centrale de la Tunisie.

49En 2011, avec les pays de cette zone, l’accroissement des exportations a concerné les 4 principaux partenaires de la Tunisie en l’occurrence la France, l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne avec des taux de progression respectifs de 14%, 16,2%, 14,3% et 18,3%.

Les Investissements directs étrangers

50Les flux des IDE reçus ont contribué au financement du déficit courant et à l'amélioration des avoirs de réserve pour atteindre un niveau record en 2008 qui a permis à la Tunisie de procéder à des remboursements par anticipation destinés à alléger le poids de la dette extérieure.

51Outre son impact positif sur le financement de l’économie et l’équilibre du secteur extérieur, l’investissement direct étranger a favorisé le transfert technologique et la création d’emploi.

Figure 8 : Evolution des IDE

Figure 8 : Evolution des IDE

Source : Représentation des auteurs.

52La chute des IDE entre 2008 et 2011 est expliquée par un contexte international défavorable (crise financière internationale et crise de la dette publique européenne) qui a fortement réduit les profits des entreprises d’investissements directs et a provoqué une contraction de la liquidité internationale.

Tableau 13. évolution des recettes au titre des investissements
étrangers en Tunisie

2006

2007

2008

2009

2010

2011

IDE

4403

2071

3399

2279

2165

1616

Energie

Tourisme et immobilier

Industries manufacturières

Secteur financier

Secteur des télécommunications

Autres

940

18

347

22

3056

20

1359

72

486

0

80

74

1934

199

642

371

40

213

1234

85

772

0

154

34

1317

95

574

43

127

9

1063

23

331

0

194

5

Investissements de portefeuille

159

87

198

78

253

102

Source : Institut national des statistiques et statistiques de la Banque centrale de la Tunisie.

53L’analyse des recettes au titre des investissements étrangers en Tunisie montre qu’en 2006, l’opération de cession de 35% du capital social de la Société Tunisie Télécom a été à l’origine de 65,1% des flux reçus au titre des investissements étrangers. Ces flux ont permis de couvrir le déficit courant et de consolider les réserves en devises du pays. Par ailleurs, des remboursements anticipés ont été effectués afin d’alléger le poids de la dette extérieure.

54En 2007, les flux reçus au titre des investissements directs étrangers ont connu, en dehors de l’opération de Tunisie Télécom, un accroissement de 44,7% pour passer à 2 071 MDT permettant ainsi de financer le déficit courant et de consolider le niveau des avoirs de réserve du pays.

55La répartition des flux des investissements directs étrangers par secteur bénéficiaire fait apparaître un renforcement des flux bénéficiant aux secteurs de l’énergie et des industries manufacturières. En revanche, les flux destinés au secteur des services ont considérablement baissé en comparaison avec ceux enregistrés en 2006.

56En 2008, Les IDE bénéficiant à la Tunisie, ont augmenté de 64,1%, en 2008, pour atteindre 3 399 MDT. Cette performance qui s’inscrit dans un contexte de crise et de manque de liquidité, témoigne de l’intérêt croissant des investisseurs étrangers pour le site tunisien qui offre un environnement d’affaires favorable et compétitif.

57En 2009, les IDE bénéficiant à la Tunisie, se sont redressés de 33% pour s’élever à 2 279 000 DT en 2009. Le niveau de ces flux demeure, toutefois, appréciable malgré l’absence d’opérations de cessions d’envergure à l’instar de celles effectuées en 2008.

58La répartition sectorielle des flux des investissements directs étrangers fait apparaître une baisse considérable des investissements réalisés dans le domaine de l’énergie et de ceux au profit du secteur des services. En revanche, les flux destinés au secteur des industries manufacturières se sont inscrits en hausse et ce, en dépit d’un contexte international défavorable qui a fortement réduit les profits des entreprises d’investissements directs et provoqué une contraction de la liquidité internationale et une vive montée de la concurrence notamment, de la part des pays asiatiques et de l’Europe de l’Est.

59En 2010, ces flux d’investissements directs étrangers se sont inscrits en baisse, pour la deuxième année consécutive, pour se situer à 2 165 MDT en 2010, ces flux n’ont permis de couvrir que partiellement le déficit courant (72%).

60La ventilation des flux d’IDE par secteur bénéficiaire fait apparaître une reprise des flux bénéficiant au secteur de l’énergie dont la part dans le total des IDE s’est davantage consolidée au cours des dernières années passant d’une moyenne de 30% (2000-2006) à près de 60% (2007-2010). Cette situation reflète, en fait, une plus grande rentabilité des investissements dans ce secteur en relation avec l’accroissement des prix des hydrocarbures sur les marchés internationaux.

61En 2011, les flux des investissements directs étrangers ont été sont marqués par une baisse de 25,4% pour se situer à 1 616000 DT reflétant ainsi la conjoncture nationale et régionale difficile. Ces flux n’ont contribué qu’à hauteur de 33,9% seulement au financement du déficit courant. Il faut rappeler que les IDE ont, par le passé, permis de couvrir totalement le déficit courant.

62Concernant la répartition sectorielle des flux d’IDE, elle fait apparaître une prédominance des IDE dans le secteur de l’énergie avec près de 66% du total en 2011 et ce malgré leur repli par rapport à 2010 (-19,3%).

Tableau 14. Création des postes d’emploi par les IDE

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Postes d’emploi

14769

19156

17000

15138

15000

10839

Nombre des sociétés

2895

2966

3070

3135

3283

Source : Statistiques de la Banque centrale de la Tunisie.

63Outre son impact positif sur le financement de l’économie et l’équilibre du secteur extérieur, les IDE ont favorisé le transfert technologique et la création de nouveaux emplois qui ont atteint, 14 769 postes en 2006 et 19 156 postes en 2007 et ce, corrélativement avec l’accroissement du nombre de sociétés qui s’est élevé à la fin de 2007 à 2 895 unités.

64Cette forme de financement a permis la création de 17 000 postes en 2008 dont plus de 15 000 dans le secteur industriel. Quant au nombre de sociétés à participation étrangère établies en Tunisie, il a été en constante augmentation pour s’élever, à la fin de l’année 2008, à 2 966 unités.

65En 2009, cette forme de financement a permis la création de 15 138 postes d’emploi dont près de 13 000 dans le secteur industriel. S’agissant du nombre de sociétés à participation étrangère établies en Tunisie, il s’est élevé à près de 3 070 unités à la fin de 2009.

66Par ailleurs, cette forme de financement a participé à la création de 15 000 nouveaux postes pour un cumul de l’ordre de 325. 000 postes recensés à la fin de 2010 sachant que le nombre de sociétés mixtes et étrangères opérant en Tunisie s’est situé, au terme de l’année 2010, à 3 135 unités.

67En 2011, ces flux ont permis la création de 148 nouvelles entreprises et la réalisation de 150 opérations d’extension permettant de créer 10 839 postes, niveau qui demeure, toutefois, en deçà de celui enregistré les années antérieures.

Les investissements en portefeuille

Tableau 15. Création des postes d’emploi par les IDE

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Investissements en portefeuille reçus en MDT

158,8

87,1

198,5

78,3

252,7

102,4

Investissements en portefeuille versés en MDT

72,5

48,7

246,6

198

289,8

164

Solde

86,3

38,4

-48,1

-119,7

-37,1

-61,6

Variation relative des soldes

-0,555040

-2,252604

1,48856549

-0,69005

0,6603773

Source : Institut national de la statistique et les variations sont calculées par les auteurs.

68Après avoir connu un accroissement en 2006, l’excédent de la balance des investissements de portefeuille a nettement baissé en 2007 revenant à 38,4 MDT. Ce résultat s’explique, essentiellement, par le repli des recettes à un rythme plus accéléré que celui des dépenses, soit 45,1% et 32,8% respectivement.

69Egalement, l’émission par Attijari bank de la deuxième tranche d’un emprunt obligataire convertible en actions a porté sur un montant de 24 MDT mobilisé en 2007 contre une première tranche de 43 MDT réalisée en 2006. Le montant global de cette émission est de 87 MDT dont 67 MDT sont souscrits par des non-résidents.

70En s’élevant à 198,5 MDT en 2008, les recettes au titre des investissements de portefeuille se sont, pourtant, accrues de 127,6% sous l’effet de la consolidation des acquisitions des parts sociales par des non-résidents au niveau de la Bourse des valeurs mobilières de Tunis (BVMT). Parmi les opérations effectuées dans ce cadre, il y a lieu de signaler la cession des parts sociales de la société « ARTES » pour une valeur de 74 MDT et la participation des non résidents à l’introduction en bourse de la société PGH (groupe Poulina) portant sur 50 MDT.

71Malgré l’absence d’actifs sophistiqués et hautement risqués et en dépit de la faible part détenue par les investisseurs étrangers dans la capitalisation boursière, la place de Tunis n’a pas échappé aux effets pervers de cette crise dont la portée demeure, toutefois, relativement limitée en comparaison avec d’autres places puisque l’indice TUNINDEX a clôturé l’année 2008 avec un taux d’accroissement de 10,7%. Par ailleurs et outre l’effet psychologique, certains investisseurs ont procédé à la cessation de leurs positions en recherche de liquidités.

72En 2010, les flux reçus au titre des investissements de portefeuille se sont accrus de plus de 200% pour atteindre 252,7 MDT, évolution qui s’explique, principalement, par l’augmentation de capital de la société « Carthage Ciment » (73 MDT) et la participation de non-résidents dans le capital de la société « Ennakl-Automobiles » sur la bourse de Tunis.

73Le solde de la balance des investissements en portefeuille en 2011 a été détérioré de nouveau portant ainsi le déficit à 61,6 MDT. Cette détérioration est due à la baisse des investissements en portefeuille reçus de 59,4% et une baisse des investissements en portefeuille versés de 43,4%.

74Cette détérioration s’explique par la hausse exceptionnelle des dépenses en relation avec l’impact de la crise financière internationale couplée avec la crise de la dette de la zone euro qui ont provoqué un désengagement important opéré par des actionnaires non-résidents.

75Fortement affectée par le climat d’incertitude, la Bourse des valeurs mobilières de Tunis a affiché un fléchissement de ses indicateurs d’activité. En effet, les acquisitions des non-résidents ont accusé une baisse de 59,7% pour se situer à 102,4 MDT, fléchissement qui n’a été que partiellement compensé par la baisse de 43,4% des cessions à ce même titre qui ont porté sur 164 MDT.

Conclusion

76Considérant la part importante des échanges commerciaux entre la Tunisie et l’Union européenne, la chute du niveau de la production dans la zone euro se répercute négativement sur la demande de leurs voisins de la rive sud de la Méditerranée. Par ailleurs, la dégradation du pouvoir d’achat des ménages européens, suite à la crise des dettes souveraines, aura un double effet négatif sur l’économie tunisienne. La dégradation de la situation de l’emploi en Europe associée à des instruments en vue d’assainir les finances publiques, a affecté le comportement des consommateurs européens. Ce qui se traduit par la chute du niveau des exportations tunisiennes et par la réduction des recettes touristiques.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta Michel, 2008, « Comprendre la crise du crédit structuré », Lettre du CEPII, n° 275, février.

Akrout Zied, 2012, « Crise de la Dette Souveraine en Europe », Revue assurance et gestion des risques, Vol. 80 (1).

Artus Patrick, Betbeze Jean-Paul, De Boissieu Christian et Capelle-Blanchard Gunther, 2008, « La crise des subprimes », La Documentation française, Rapport CAE n° 78, septembre.

Boone Laurence, LAURENT Fransolet et SOREN Willemann, 2010, « Dette publique et interactions avec les marchés dérivés : le cas européen », Revue de la stabilité financière, n°14, Banque de France.

Borio Claudio et Shim Ilhyock, 2007, « What can (macro-)prudential policy do to support monetary policy? »,Working Papers, n° 242, December.

Cohen Daniel et Portes Richard, 2003, « Crises de la dette: prévention et résolution », Rapport du Conseil d’Analyse Economique, La Documentation française.

Crozet Matthieu, 2012, « Les défis de l’hétérogénéité de l’union européenne », Regards croisés sur l’économie, n°11.

Dervis Kemal, 2009, «La crise économique mondiale : enjeux et réformes », Politique Etrangère 2009/01, Printemps, p. 11-22.

Direction des études économiques, 2009, « Alerte sur la dette publique en Europe », Crédit Agricole, Eclairages.

Diop Samba, 2009, « La crise du crédit à risque américain : une interprétation par l’Hypothèse d’Instabilité Financière de Minsky », Revue de la régulation 1er semestre / Spring 2009.

Dooley Michael P., 2000, « Can output losses following international financial crises be avoided? », NBER Working Paper, n° 7531.

Galal Ahmed et al., 2009,   Les pays partenaires méditerranéens face à la crise, Rapport du Femise sur le partenariat Euro-méditerranéen 2008/2009.

Gianviti François, 2002, « The Design and Effectiveness of Collective Action Clauses », The Legal Department, in Consultation with PolicyDevelopment and Review and the International Capital Markets Departments, 6 juin.

Huberdeau Philippe, 2012, « La dette souveraine est-elle assurable ? », La Fondation Robert Schuman.

La Documentation française, 2011, « Crises de la dette : menaces sur l’euro ? », Problèmes économiques, n°3029.

Laurent Pouillet, 2001, « Risque de marché, risque de crédit et défaut : la problématique particulière de la dette souveraine émergente », Étude Marchés Émergents, CDC-Ixis, n° 2, septembre.

Kregel Jan, 2008, « Minsky’s Cushions of Safety : Systemic Risk and the Crisis in the US Subprime Mortgage Market », Public policy brief, n° 93 the Jerome Levy Economics Institute of Bard College.

Orlean André, 2004, « Efficience, finance comportementale et convention : une synthèse théorique », in Robert Boyer, Mario Dehove et Dominique Plihon, Les crises financières, Rapport du CAE, n° 50, Paris, La Documentation française.

Paulo Sébastian, 2011, « L’Europe et la crise économique mondiale : Réponse-bilan», Document de travail, Fondation Robert Schuman.

Plihon Dominique, 2011, « Le capitalisme et ses crises : peut-on comparer les grandes crises de 1873, 1929, 2008 ? », Les temps nouveaux, n°2, janvier.

Rose Andrew, 2002, « One Reason Countries Pay their Debts: Renegotiation and International Trade », NBER, Working paper, N° 8853, mars.

Roubini Nouriel, 2001, « Why should the foreign creditors of Argentina take a greater hit/haircut than the domestic ones : On the economic logic, efficiency, fairness and legality of ‘discriminating’ » Stern, School of Business, New York University, 14 décembre.

Slama Ines, Belhedi Mohamed et Labidi Moez, 2011, « La crise des dettes souveraines peut elle affecter l’économie tunisienne ? », Economie Appliquée et Simulation, http://www.rencontremed.com

Wyplosz Charles, 2011, « The Greek Crisis: An Open Letter to Dr Jens Weidmann », VOX, 18 November. (http://www.g24.org/wyplosz.pdf).

Haut de page

Annexe

Les entrées des non résidents par nationalité

Source : Représentation des auteurs.

Répartition des nuitées des non résidents par nationalité

2006

2007

2008

2009

2010

2011*

Total

34086

34546

35049

31557

32136

12456

Français

8197

8557

9158

8451

8701

3099

Allemands

6372

6015

6099

5656

5336

1780

Britaniques

3274

1970

2529

2730

3359

1501

Autriches

572

521

358

317

289

103

Belges

1697

1724

1625

1553

1503

778

Italiens

3200

3013

3010

2397

2216

333

*9 mois. Source : Office national du tourisme tunisien.

Étude de l’évolution des nuitées des non résidents

2006-2007

2007-2008

2008-2009

2009-2010

2010-2011

Français

0,04391851

0,0702349

-0,07720026

0,0295823

-0,64383404

Allemands

-0,05602637

0,01396509

-0,07263486

-0,05657709

-0,66641679

Britaniques

-0,39828955

0,28375635

0,07947805

0,23040293

-0,55314082

Autriches

-0,08916084

-0,31285988

-0,11452514

-0,08832808

-0,64359862

Belges

0,01591043

-0,05742459

-0,04430769

-0,03219575

-0,4823686

Italiens

-0,0584375

-0,00099569

-0,20365449

-0,07551106

-0,84972924

Source : Calcul des auteurs.

Les importations par principaux pays

2006

2007

2008

2009

2010

2011

France

4500.1

5232.6

5585.7

5334.1

6010.9

6184.5

Italie

3687

4710.2

5213.4

4184

5555.4

5339.8

Allemagne

1560.8

1930.5

2109

2250.9

2429.7

2487.7

Royaume-Uni

340.4

459.9

560.1

459.3

540.7

461.2

Espagne

929.1

1143

1168.3

1166.9

1461.5

1584.6

Source : Institut national de la statistique.

Évolution des importations par principaux pays

Source : Représentation des auteurs.

Les exportations par principaux pays

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Espagne

4949.2

6239.2

6735.3

5770.7

6749.8

7695.4

Espagne

3378

4519.2

4883.9

4095.1

4674.5

5432.3

Espagne

1203.8

1596.7

1637.1

1711.8

1987.4

2271.4

Espagne

418.6

835.5

1099.4

925.5

1181

702.2

Espagne

960.7

1002.7

1157.6

656.2

912.2

1079.4

Grèce

31

36.7

43.3

24.2

23.4

22.6

Source : Institut national de la statistique.

Évolution des exportations par principaux pays

Source : Représentation des auteurs.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Jacques Attali, 2010, Tous ruinés dans dix ans, Paris, édition Fayard.

2 Zied Akrout, 2012, « Crise de la dette souveraine en Europe », Revue assurance et gestion des risques, vol. 80 (1).

3 Variation effectuée entre 2011 et 2006 calculée par les auteurs.

4 Variation effectuée entre 2011 et 2006 calculée par les auteurs.

5 Variation effectuée entre 2011 et 2006 calculée par les auteurs.

6 Variation effectuée entre 2011 et 2006 calculée par les auteurs.

7 Variation effectuée entre 2009 et 2008 calculée par les auteurs.

8 Variation effectuée entre 2009 et 2008 calculée par les auteurs.

9 Données fournies par la Banque centrale de la Tunisie 2009.

10 À l’exception des recettes touristiques.

11 Selon l’organisation mondiale du tourisme (OMT), les arrivées de touristes dans le monde et les recettes qui s’y affèrent ont baissé de 4,3% et 9,6% respectivement en 2009.

12 Les entrées et les nuitées des Européens ainsi que les recettes qui s’y affèrent se sont contractées.

13 Malgré une légère baisse des transferts en nature de 2,1% en 2008.

14 Baisse des envois de fonds en provenance de la Libye en relation avec le retour de près de 40 000 Tunisiens sachant que la colonie tunisienne en Libye comptait, à la fin de l’année 2010, près de 92 000 personnes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Dette publique en % PIB dans la zone euro
Légende Source : FMI, World Economic Outlook, Octobre 2010.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 2. Déficit budgétaire en % PIB
Légende Source : FMI, World Economic Outlook, Octobre 2010.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 3. Taux d’intérêt à long terme
Légende Source : Statistiques de la Banque centrale européenne.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 4. Taux de change EUR/USD
Légende Source : Eurostat.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 5. évolution des nuitées touristiques
Légende Source : Représentation des auteurs.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1852/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 6. Recettes (MDT)
Légende Source : Représentation des auteurs.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1852/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 7. évolution des apports des émigrés par mode de transfert
Légende Source : Représentation des auteurs.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1852/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 8 : Evolution des IDE
Légende Source : Représentation des auteurs.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1852/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1852/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1852/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1852/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zied Akrout et Adel Khadimallah, « L’économie tunisienne face à la crise de la dette des subprimes et la crise des dettes souveraines européenne  », L’Année du Maghreb, IX | 2013, 77-101.

Référence électronique

Zied Akrout et Adel Khadimallah, « L’économie tunisienne face à la crise de la dette des subprimes et la crise des dettes souveraines européenne  », L’Année du Maghreb [En ligne], IX | 2013, mis en ligne le 21 octobre 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1852 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1852

Haut de page

Auteurs

Zied Akrout

Docteur en sciences économiques, maître assistant et directeur du département d’économie appliquée à la gestion à l’Institut supérieur d’administration des affaires de Sfax (ISAAS), Tunisie.

Adel Khadimallah

Docteur en sciences économiques à l’Institut supérieur d’administration des affaires de Sfax (ISAAS), Tunisie.

Haut de page