Navigation – Plan du site

10 | 2014
Dossier : Besoins d'histoire

Historiographies et régimes d’historicité au Maghreb à l’aune des révolutions arabes

Le surgissement de la révolution en Tunisie, en Égypte puis en Libye, inonde depuis des mois nos agendas scientifiques. Dans cette profusion de discours, différentes références ont servi de grilles de lecture pour appréhender  l’événement. Les uns l’ont observé à la lumière de l’histoire des révolutions européennes, avec pour principale référence le printemps des peuples de 1848, les autres l’ont rattaché à des traditions et à des normes culturelles, à des cadres religieux. Ce numéro de L’Année du Maghreb s’inscrit dans ce courant d’interrogations, à sa manière, en faisant de l’histoire, de ses expressions et de ses usages, son fil rouge. Les multiples recours sociaux et politiques au passé qui, au Maghreb, accompagnent ou font écho à ce moment révolutionnaire, ont en effet des résonnances temporelles plus anciennes.

La saturation des mémoires, les usages politiques du passé font ressortir avec d’autant plus de force un Besoin d’histoire. Le temps révolutionnaire tend à bousculer les modèles des sciences sociales et le rapport aux sources de l’enquête. Les usages et appropriations de l’histoire témoignent de ce que, depuis les indépendances, les rapports au passé se sont sensiblement transformés, au gré des mutations du contexte politique et social. Ce numéro revêt enfin une dimension programmatique : l’impact profond et le caractère traumatique de l’expérience coloniale sur les sociétés maghrébines ne peut nous exonérer de la nécessité d’explorer l’histoire en amont et à l’aval du colonial. Cela afin de laisser ouvertes toutes les virtualités de l’avenir.