Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial : Communautés, réseaux et médiations

Frédéric Abécassis
p. 3-6

Texte intégral

1Avec ce premier numéro de 2014, L’Année du Maghreb fait peau neuve. La
nouvelle maquette de couverture intègrera désormais de façon systématique une photographie, manière de signifier l’ambition de la revue d’interroger le réel et ses représentations au prisme des sciences sociales, juridiques et économiques. Par sa palette de couleurs, elle conserve une partie de ce qui faisait l’identité visuelle de la revue dans sa forme ancienne, manière de rappeler ce « besoin d’histoire » qui parcourt les sociétés, particulièrement au moment des grandes ruptures qu’elles traversent.

Besoins d’histoire

2Les remerciements que cet éditorial voudrait adresser aux coordonnateurs du dossier, Isabelle Grangaud, Alain Messaoudi et M’hamed Oualdi, ainsi qu’à toute l’équipe rédactionnelle mobilisée pour sa fabrication, ne sont pas seulement de forme ou de circonstance. Ils voudraient surtout saluer une manière de travailler qui a su construire autour de ce numéro une véritable dynamique, participer de la constitution et de l’animation d’un réseau scientifique. L’histoire, « récit vrai qui a l’homme pour acteur », disait Paul Veyne, est cette discipline née de la médiation entre passé et présent, qui permet aux sociétés marquées par de profonds bouleversements, d’inventer un avenir. Les épisodes révolutionnaires du moment ne sont en rien la répétition de ceux du passé, pas plus qu’ils ne sont la simple imitation de ceux qui se sont déroulés ailleurs. Ils invitent au contraire à explorer le passé – et pas seulement le sien – à la recherche de tous les chemins manqués et de tout ce qu’on n’y avait pas vu, compris ni vu venir. Ce dossier entend contribuer à cette exploration et il invite à la poursuivre. La figure du peuple, qui fait irruption sur la scène politique en exprimant sa volonté avec détermination, demeure une énigme et celle-ci se prête à tous les transferts et à toutes les mythifications. L’invocation de grands ancêtres, qu’ils soient gaulois, arabes ou amazighs, pour se revendiquer de leur généalogie ou pour s’en désaffilier, n’est rien d’autre qu’une manière de nommer cette énigme et de tenter de la résoudre. Et c’est le grand mérite de toutes celles et ceux qui se sont employés à la réalisation de ce dossier, que d’avoir su prêter à ce questionnement le cadre et la rigueur d’une méthode scientifique, en mettant en œuvre ou en acceptant par avance les verdicts d’une communauté « ou au moins de certains de ses représentants » et d’en avoir, à tous les niveaux, accepté la médiation, aussi sévère soit-elle.

  • 1 . On pourra se référer au formulaire d’évaluation en ligne de la revue. Dans sa forme stabilisée, i (...)

3Dans la boîte noire d’une revue, l’évaluation des articles est en effet la première des médiations. Aux postures militantes, aux essais théoriques ou généralistes, L’Année du Maghreb préfère les enquêtes de terrain, étayées par un corpus et répondant à la problématique posée par un appel à contribution. Cela n’exclut en rien que d’autres problématiques puissent être soulevées : ce sera le rôle des varia et du Conseil scientifique de les faire émerger. Mais la présence d’un corpus et d’une problématique se rattachant à un questionnement scientifique plus large sont les deux critères essentiels de l’évaluation1. Partant de là, les auteurs ont souvent été invités à expliciter le caractère situé de leur point de vue, à étayer leur argumentation, à revoir tel ou tel argument. Ces débats internes, parfois tendus, peuvent se prolonger, donner lieu à plusieurs réécritures, parfois à plus de cinq lectures différentes et à des arbitrages toujours délicats. L’anonymat des premières lectures permet de préserver une totale liberté de parole aux évaluateurs et sert la qualité des débats. Ceux-ci sont nécessaires et passionnants : fondamentalement, l’évaluation vise à l’amélioration des textes qui lui sont soumis plutôt que leur mise à l’écart.

4Une partie des points aveugles du numéro s’explique par le fait que ces enquêtes de terrain et ces évaluations demandent beaucoup d’énergie et de temps. L’enquête lancée sur le magazine Zamane à la suite de l’appel à contribution a pris une ampleur qui a dépassé le cadre d’un simple article. Il est vrai que le succès éditorial de ce mensuel marocain né en novembre 2010, fruit d’une collaboration nouvelle entre journalistes et historiens, est peut-être à lui seul une illustration de ce « tournant historique » des sociétés du Maghreb : la version française a dépassé son quarantième numéro et est devenue, avec plus de 12 000 exemplaires, la première revue francophone du Maroc. Ce tirage a été atteint par la version arabe en seulement quatre mois, ce qui laisse espérer un très fort développement. L’Année du Maghreb ne joue évidemment pas sur le même registre ni la même temporalité. Tout au contraire, la rigueur de nos relectures nous a privés de contributions importantes en lien avec ce dossier, leurs auteurs n’ayant pu revoir leur article dans des délais qui demeurent toujours trop courts. Nous ne doutons pas qu’ils viendront rappeler à nouveau, dans une prochaine livraison de la revue, toute l’importance de ce besoin d’histoire.

Réseaux et partenaires

5L’évaluation entre pairs fait partie des règles de la communauté scientifique dans laquelle s’insère L’Année du Maghreb. Cette communauté se veut résolument transnationale, et la carte des lecteurs déclarés, véritables « abonnés virtuels » de L’Année du Maghreb, montre à quel point Revues.org a pu servir de caisse de résonance et constituer un moyen efficace d’étendre le lectorat de la revue.

Le lectorat de L’Année du Maghreb Europe-Afrique 2014

Le lectorat de L’Année du Maghreb Europe-Afrique 2014

Le lectorat de L’Année du Maghreb 2014

Le lectorat de L’Année du Maghreb 2014

6La sociologie de ce lectorat nous interroge sur le sens et la portée de notre travail. Sur 180 réponses, 82% relèvent du monde académique, dans des positions que seul l’âge différencie : étudiants, doctorants, chercheurs ou enseignants-chercheurs. Si l’on ne peut que se féliciter des promesses de renouvellement du milieu, il y a là un risque, si nous n’y prenons garde, que L’Année du Maghreb ne soit plus qu’un organe de régulation de l’accès au métier ou de la carrière des universitaires, fonctionnant en circuit fermé. Au risque de perdre le sens de ce qui fonde cette communauté et la légitime : être une instance de médiation entre savoirs produits et idées reçues, entre réflexion et action, entre science et société. Si la défense des libertés académiques est l’une des raisons d’être de ce réseau scientifique, et si celle-ci se paye d’un contrôle accru de la parole savante, on ne saurait perdre de vue la nécessité que celle-ci vienne infuser les représentations les plus communément partagées, ni qu’elle apporte des éclairages à tous ceux qui, au quotidien, sur place ou à l’étranger, sont en prise avec les sociétés du Maghreb, et prennent parfois des décisions qui engagent leur devenir. Les sciences sociales, économiques et juridiques peuvent et doivent jouer ce rôle d’instance d’élucidation des sociétés à elles-mêmes. Elles font partie des creusets où doivent se forger de nouvelles représentations et de nouvelles médiations.

7Passeur de savoir, L’Année du Maghreb assume pleinement l’héritage de l’Annuaire de l’Afrique du Nord et son ambition de rendre compte de la production culturelle, littéraire, artistique et scientifique du moment dans les pays du Maghreb et dans leurs diasporas. Mais les tourments et les incertitudes de la modernité dans les pays du Maghreb ne peuvent se dissocier de ce qui se joue dans d’autres parties du monde et les sciences sociales portant sur le Maghreb renvoient à l’universel de ces disciplines. C’est pourquoi L’Année du Maghreb vient de nouer un partenariat avec Lectures.revues.org. Au sein de la rédaction, c’est Katia Boissevain qui en assurera la coordination. Partageant avec cette revue de comptes rendus en ligne la conviction que ce sont les lecteurs qui font leur propre revue, L’Année du Maghreb entend proposer à son lectorat les ouvrages disponibles à la recension sur le portail Lectures ; et elle entend grâce à un réseau de lecteurs qui suivent l’actualité de l’édition scientifique, aider cette revue en ligne à étoffer son offre sur le Maghreb et à faire connaître cet espace dans le champ des sciences sociales. Elle a aussi vocation à travailler dans l’avenir en étroite collaboration avec l’équipe qui assume la responsabilité de la base de données Limag ou celle de l’Institut des Belles Lettres arabes et de sa revue Ibla, qui œuvrent davantage dans le champ littéraire. Présente avec Insaniyat sur un même « bouquet » de revues.org, elle s’inscrit par lui dans un réseau plus vaste de revues offrant autant de points de vue situés sur le monde arabe, le Moyen-Orient et les mondes musulmans : Égypte/Monde arabe, Arabian Humanities, l’Encyclopédie berbère, la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, Les Cahiers d’EMAM, les Cahiers de la Méditerranée, Confluences Méditerranée ou encore Maghreb-Machrek, sans oublier la place toute particulière que tiennent les instituts français de recherche à l’étranger (IFRE) dans ce dispositif. L’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain à Tunis et le Centre Jacques Berque à Rabat font partie des nœuds essentiels de ce réseau de recherche en sciences sociales, économiques et juridiques sur le Maghreb. Et, puisque dans cette livraison de L’Année du Maghreb, c’est l’histoire qui est à l’honneur, je tiens à remercier Véronique Ginouvès de nous avoir communiqué quelques notices présentes sur Aldebaran.revues.org, susceptibles de permettre aux chercheurs d’engager leurs enquêtes sur l’histoire du Maghreb contemporain : le lien vers la collection complète de la revue Hespéris, numérisée par la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc, ou les archives en ligne du web des révolutions arabes : North Africa & the Middle East 2011-2013. Qu’on me permette enfin de donner la parole aux lecteurs en signalant deux carnets de recherche dont la lecture a conduit à solliciter les auteurs pour donner naissance à deux contributions de ce numéro : Texture du temps et Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine. Merci à Malika Rahal et à Kmar Bendana d’avoir, par leur démarche réflexive, su donner corps à ce « besoin d’histoire ».

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 . On pourra se référer au formulaire d’évaluation en ligne de la revue. Dans sa forme stabilisée, il sert de pivot à ce travail.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le lectorat de L’Année du Maghreb Europe-Afrique 2014
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Le lectorat de L’Année du Maghreb 2014
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/1997/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Abécassis, « Éditorial : Communautés, réseaux et médiations », L’Année du Maghreb, 10 | 2014, 3-6.

Référence électronique

Frédéric Abécassis, « Éditorial : Communautés, réseaux et médiations », L’Année du Maghreb [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1997 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1997

Haut de page

Auteur

Frédéric Abécassis

Rédacteur en chef et responsable scientifique de L’Année du Maghreb, ENS de Lyon, LARHRA.

Articles du même auteur

Haut de page