Navigation – Plan du site
Dossier : Besoins d'histoire
III. Temps et histoires du Maghreb : Reconcevoir les cadres d’interprétation

Fille d’Octobre. Générations, engagement et histoire1

The daughters of October: Generations, engagement and hisory
Malika Rahal
p. 183-187

Résumés

Cet article a d’abord été publié comme un post sur le carnet de recherches Textures du temps. Il prend donc d’une réaction à chaud, et propose une réflexion d’ego-histoire. Affirmant son appartenance à la génération d’Octobre 1988 (date des émeutes de la jeunesse en Algérie), l’auteur réfléchit également sur le rapport des différentes générations d’Algériens aux grands événements de l’histoire contemporaine mais aussi à la possibilité d’appartenir à des générations algériennes dans le contexte de l’émigration. 

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Une première version de ce texte a été publiée en juillet 2013 sur Textures du temps : ce carnet (...)
  • 2 . C’est la traduction littérale de l’expression utilisée par Abdelaziz Bouteflika à Sétif, le 8 mai (...)

1L’absence longue du président Bouteflika, et la fin anticipée de son mandat – évoquée un temps – symbolise le passage de la génération dite tab jnanou, celle dont le jardin a déjà donné ses fruits2. Passage âpre qui nécessite la disparition biologique de ses acteurs, faute de leur retrait volontaire qui aurait permis l’arrivée aux responsabilités d’hommes et de femmes plus jeunes. Tab jnanou a été rendue indéboulonnable jusqu’à la mort par la légitimité herculéenne de la lutte pour l’indépendance. Ceux qui étaient trop jeunes pour avoir combattu se sont confrontés à une génération du feu capable d’instrumentaliser la sacralité révolutionnaire jusqu’au dégoût.

2Bien entendu, ces générations ne sont pas indifférenciées, et entre elles non plus le passage n’est pas toujours fluide. Il faudrait les distinguer, comme le font volontiers les historiens, par leurs expériences et les événements qu’elles ont traversés : ainsi, la génération qui a 20 ou 30 ans à l’indépendance et prend les responsabilités administratives au sortir de la guerre n’est pas celle qui a 15 ou 20 ans en octobre 1988, descend dans la rue pour s’affronter aux chars, et devient adulte dans la tourmente des années 1990. Cette question des générations de l’indépendance, bloquées ou grippées, dépasse le champ politique et se pose évidemment aussi pour les historiens.

  • 3 . Olivier Lecour-Grandmaison, universitaire spécialiste des questions de citoyenneté, a publié nota (...)

3Elle s’est posée pour moi d’une façon inattendue, à l’occasion de la rencontre organisée par El Watan Week-end et les éditions Barzakh, au mois de mars 2013, autour de la question de la repentance. Intervenaient Olivier Lecour-Grandmaison, Ismael-Selim Khazanadar et moi-même. Le débat était modéré par l’historien Madjid Merdaci3.

4Le public présent à l’hôtel Safir comptait moins de jeunes que ne l’espéraient sans doute les organisateurs (et moins certainement que la conférence autour de Tahar Djaout, écrivain et journaliste assassiné en 1993, organisée par les mêmes, au mois de juin 2013) : il ressemblait au public habituel de nos conférences d’historiens sur la période coloniale, avec des personnes de plus de cinquante ans dans leur majorité, d’anciennes combattantes au premier rang, et quelques plus jeunes parsemés dans la salle. Il ne s’agit pas de sombrer dans un jeunisme vain en notant cela ; plutôt de voir qui est intéressé par quel discours historique. Alors que la repentance pose la question du présent qui regarde le passé (voire du présent qui répare le passé), notre public était le même que celui qui vient d’habitude entendre parler de la période coloniale et de la guerre d’indépendance, entendre parler du passé.

5Par ailleurs, dans notre discussion, je nous ai trouvés enferrés dans la période coloniale, incapables de manœuvrer le débat vers ce qui compte tout de même le plus : le présent d’une société, et son avenir. Mais un petit incident m’a frappée ce jour-là.

6Au cours du débat, mon collègue et ami Madjid Merdaci s’est emporté en évoquant la question de la responsabilité des Algériens eux-mêmes face à leur histoire et leur incapacité à comptabiliser leurs propres victimes. Dans son élan, il affirmé qu’il était comme nous l’étions tous, « un fils du FLN, et un fils de 1962 ». Nous étions ramenés au FLN et à la guerre. Après quelques secondes de ce que je ne sais nommer autrement que sidération face à la force de cette revendication, une réponse s’est imposée à moi, qui m’a stupéfaite par sa virulence.

7S’il existe une génération historienne de « fils de ‘62 », alors je suis pour ma part, « une fille d’Octobre ‘88 ». L’affirmation sans ambages, sincère, et chargée d’émotion, de Madjid m’obligeait à formuler en retour une expression également lapidaire. Fille d’Octobre, donc.

  • 4 . Pour l’Algérie, il suffit de regarder un ouvrage collectif publié en 2012 pour prendre la mesure (...)

8Et, en fille d’Octobre, je suis fatiguée de cette histoire coloniale à laquelle l’histoire dominante veut invariablement faire porter, seule, tout le poids du présent. En Algérie, les départements d’histoire sont fermés à tout ce qui porte sur la post-indépendance ; en France, les thèses d’histoire débordant 1962 sont rares et récentes. Et dans le même temps, les recherches sur la période coloniale foisonnent4, mais ne peuvent avoir aujourd’hui le même caractère subversif qu’elles avaient il y a quinze ans.

9En fille d’Octobre, je n’en peux plus de compter les morts (car nous ne cessons malgré tout de compter et de nommer nos morts à l’angle de toutes les rues, de les enterrer, et de les ré-enterrer). Et j’exige qu’on me parle enfin de la suite, de mon histoire, de celle qui concerne mon propre temps car j’étouffe de la fin de l’histoire en 1962, comme ce pays crève d’avoir tant envie de vivre dans le présent et d’être enfoui sous les ossements du passé. Fille d’Octobre, encore. La repentance est l’opium du peuple, agitée comme un chiffon rouge pour nous empêcher de parler du présent. J’ai envie de fracasser les plaques des martyrs comme on détruit les idoles, ne serait-ce que pour faire de la place pour les nouveaux, ceux dont jour après jour pour les années à venir nous célèbrerons le vingtième anniversaire de la mort, et dont les visages deviennent, dans le monde informel de l’internet et de la (relative) jeunesse, le monde infra-tab jnanou, des icônes, Tahar Djaout en tête, Nabila Djahnine, Aziz Belgacem et d’autres, et d’autres.

10J’ai hurlé tout cela ce jour-là.

11Dans ma tête.

12Et je ne l’ai pas dit. Oh, bien sûr, j’ai essayé d’analyser le rapport des générations aux événements. J’ai dit deux-trois choses savantes qui n’étaient en rien à la hauteur de mon émotion et de ma frustration.

13Cette colère et cette frustration se situent-elles du côté de l’histoire ? Faute de mieux, disons qu’elles sont du côté de la vie, de l’action : c’est comme actrice de mon temps que j’exige le droit de ma génération à sortir de l’étouffement et à s’ouvrir à sa propre histoire pour exister. Ces deux positionnements, historien et acteur, ou historien et générationnel, sont évidemment liés. À l’hôtel Safir, en mars, il ne me paraissait pas utile de prendre position dans une « guerre des générations », j’ai préféré privilégier le débat d’historiens, fût-il un peu ronronnant. C’était à ce titre que j’avais été invitée, pensais-je, quelle était ma légitimité pour parler autrement ? Je ne suis pas sûre d’avoir eu raison.

14La seconde raison de cette réserve est d’un autre ordre.

15Elle aurait été paradoxale, cette identification à un événement algérien revendiquée, à Alger, par une enfant de l’émigration. Comment peut-on se définir comme appartenant à la génération du pays de (l’un de) ses parents quand on a grandi dans un autre ? Quelle connexion a-t-on avec la rue d’Alger, de Constantine ou d’Oran où les jeunes font face à l’Armée nationale populaire quand on a quatorze ans à Toulouse ? Et pourtant.

16Pourtant Octobre 1988 est pour moi un événement fondateur, comme l’est la guerre civile des années 1990. L’onde de choc de la violence démonstratrice – destinée à terroriser – nous a atteint finalement dans l’émigration par le biais des rumeurs, des images, des récits, des voyages. L’expérience est évidemment sans commune mesure avec celle de nos contemporains qui l’ont vécue en Algérie même, sous-entendre le contraire serait indécent. Mais force est de constater qu’elle pèse lourd dans les souvenirs, l’imaginaire, les rêves et les cauchemars, les terreurs et les colères. En regard de cela, d’autres événements sont également – pour ce qui me concerne – des références. La marche des Beurs de 1983, la montée du Front National, les manifestations de lycéens des années 1980 et 1990, la mort de Malik Oussekine, la guerre d’Irak, font génération en France, et pas seulement pour les enfants de l’immigration, loin s’en faut.

17Peut-on alors appartenir à une génération définie par des événements différents, de part et d’autre de la Méditerranée ?

18La question me rappelle un autre événement. J’avais écrit il y a presque trois ans, au sujet du film de Rachid Bouchareb, Hors-La-Loi, un texte agacé (Rahal, 2010) devant les réactions des historiens, qui tous exigeaient de lui davantage d’exactitude historique et le considéraient comme une « occasion manquée ». Suite au texte, j’ai eu avec l’une des historiennes critiques une discussion très intéressante : au fond, m’avait-elle confié, elle avait trouvé ce film un peu injuste, et trop dur à l’égard du FLN de la guerre. J’étais estomaquée. À mes yeux de fille d’Octobre, la dureté vis-à-vis du FLN était la moindre des choses, fût-elle injuste historiquement. Bien sûr que Bouchareb est dur avec le FLN, comment d’ailleurs pourrait-il en être autrement ? Si l’on admet que (ce serait à lui de le dire) Bouchareb appartient à une génération française mais aussi à une génération algérienne, comment un artiste né en 1953 et produisant un film en 2010 pourrait-il ne pas être critique vis-à-vis du FLN ?

19Bien sûr, en France, les débats sont différents : sans doute la défense du FLN de la guerre se confond parfois avec la défense de l’indépendance de l’Algérie contre ceux qui, aujourd’hui encore, la contestent ou mettent en avant ce qu’ils affirment être les aspects positifs de la colonisation. C’est sans doute ce qui explique que mon amie historienne s’inquiétait ainsi du sort fait au FLN dans le film.

20Ce qui manquait donc curieusement dans les critiques des historiens, c’était à mon sens le b-a-ba de l’analyse d’un document : étudier son contexte de production afin de comprendre la vision qu’il donne à voir de l’histoire. Contexte français ET contexte algérien (puisque Bouchareb peut revendiquer les deux), contexte migratoire, peut-être aussi, contexte international, pourquoi pas ? Quelle drôle d’idée que de sommer un artiste de produire une vérité historique ! Bouchareb nous dit naturellement moins de choses sur le FLN de France que sur sa façon à lui de voir le FLN d’hier et d’aujourd’hui. Et de la même façon, les historiens auraient aussi à réfléchir sur le contexte de production de leurs propres analyses, contexte français, et/ou contexte algérien, ou tout autre contexte dans lequel ils sont pris.

21J’assistai en juin 2013 à la soutenance de la très importante thèse de Linda Amiri sur la Fédération de France du FLN. L’un des membres du jury, Yvan Gastaut, spécialiste de l’histoire des migrations, remarquait dans son intervention à quel point cette thèse était fondamentale pour l’histoire de la France (par le biais de l’histoire de l’immigration et de la guerre d’Algérie en France), et pour l’histoire de l’Algérie (par le biais de l’histoire du nationalisme, du parti unique et de la violence). Une histoire politique qui – dans le cas de la thèse de Linda, tous les membres du jury l’ont remarqué – dépasse le politique pour devenir évidemment sociale, culturelle et tenter une histoire totale. Yvan Gastaut a posé aussi la question d’une nouvelle génération d’historiens. Et en l’écoutant, je me suis demandée s’il n’existait pas en effet une génération de chercheurs qui revendiquaient l’inscription non seulement double, mais multiple de leur travail portant sur l’Algérie dans son rapport à la France (et inversement) : parmi eux, les historiens anglo-saxons contribuent à faire éclater les cadres nationaux et l’étouffant face-à-face franco-algérien où beaucoup d’entre nous ne peuvent ni ne veulent se reconnaître.

22Et comment alors décliner, collectivement ou individuellement, dans le contexte migratoire qui est le nôtre, le rapport entre histoire(s), génération(s) et engagement(s) ? Car je me rends compte à mesure que j’avance dans mon travail actuel d’historienne que mon obsession (un brin agressive) de vouloir franchir le seuil de 1962 a une dimension existentielle ancrée dans le besoin d’affronter, bien en face, ce qui fut la guerre de ma génération.

23Certains verront là un biais méthodologique ou un travers scientifique.

24C’est aussi ce qui donne à cette quête sa force et la rend, je crois, inexorable.

Haut de page

Bibliographie

Amiri Linda, 2013, La Fédération de France du Front de libération nationale. Des origines à lindépendance (1926-1962), thèse sous la direction de Serge Berstein et Benjamin Stora, soutenue à Sciences Po (Paris) le 5 juin 2013.

Rahal Malika, 2010, « Hors-la-loi, un film dans l’histoire », Médiapart, 13 octobre 2010. http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/131010/hors-la-loi-un-film-dans-lhistoire.

—, 2012, « Comment faire l’histoire de l’Algérie indépendante ? », La Vie des Idées, 13 mars, http://www.laviedesidees.fr/Comment-faire-l-histoire-de-l.html.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 . Une première version de ce texte a été publiée en juillet 2013 sur Textures du temps : ce carnet de recherche en ligne trilingue (français, anglais, arabe) suit les travaux en cours de chercheurs qui plongent dans l’histoire de l’Algérie post-indépendance, leur permettant d’en expliciter les enjeux et les difficultés spécifiques. http://texturesdutemps.hypotheses.org/826

2 . C’est la traduction littérale de l’expression utilisée par Abdelaziz Bouteflika à Sétif, le 8 mai 2012, à la veille des élections législatives. « Jîlî tâb jnânû, tâb jnânû, tâb jnânû » avait alors martelé le président : « ma génération est usée, fatiguée. » « Tab jnanou » est devenu un slogan pour dénoncer des dirigeants vieillis et accrochés à leurs fonctions.

3 . Olivier Lecour-Grandmaison, universitaire spécialiste des questions de citoyenneté, a publié notamment un ouvrage devenu célèbre : Coloniser, Exterminer: Sur La Guerre et lÉtat Colonial, Paris, Fayard, 2005. Ismael-Selim Khazanadar est philosophe et mathématicien à l’Université Mentouri de Constantine. Il a dirigé l’ouvragé collective sur la repentance : Aspects de La Repentance (Alger, Barzakh, 2012). Enfin Madjid Merdaci est historien du contemporain : il a travaillé notamment Constantine et sur la musique. Il est l’auteur notamment de deux ouvrages : 1962, Les Chemins de Lindépendance (Alger, Éditions ANEP, 2012), et Dictionnaire des musiques citadines de Constantine (Constantine, Éditions du Champ libre, 2008).

4 . Pour l’Algérie, il suffit de regarder un ouvrage collectif publié en 2012 pour prendre la mesure de la recherche accumulée dans les dernières années : Abderrahmane Bouchène et al., Histoire de lAlgérie à la période coloniale 1830-1962.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malika Rahal, « Fille d’Octobre. Générations, engagement et histoire », L’Année du Maghreb, 10 | 2014, 183-187.

Référence électronique

Malika Rahal, « Fille d’Octobre. Générations, engagement et histoire », L’Année du Maghreb [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2069 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2069

Haut de page

Auteur

Malika Rahal

Historienne, chargée de recherche à l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS).

Haut de page