Navigation – Plan du site
Varia

Le patrimoine architectural colonial dans la région du Hodna, un héritage en voie de disparition. Cas de la ville de M’sila en Algérie

Colonial Archtectural Heritage in the Hodna Region, a vanishing legacy: the case of the city of M’sila, Algeria
Hynda Boutabba, Abdallah Farhi et Mohamed Mili
p. 269-295

Résumés

En choisissant de conserver certains éléments de leurs passés, les sociétés attestent de leurs valeurs symboliques (Poulot, 2006, p. 15). Or pour les sociétés qui ont fait l’objet d’une colonisation, la mémoire collective a du mal à reconnaître le legs du colonisateur. Ce denier représente un épisode douloureux de son existence, rappelant généralement l’hostilité et le bras de fer politico-
économico-socio-culturel. Ayant vécu avec le colonialisme français un affrontement entre sa propre civilisation et celle de l’occident, l’Algérie rapproche la notion de patrimoine à celle de l’authenticité1 et va même à la considérer comme un système de protection à l’égard de l’autre (Mechta, 1991, p. 43 ; Gharbi, 2001) et de ce fait, l’ex-ville coloniale trouve du mal à se placer parmi les objets reconnus comme patrimoine culturel de la ville actuelle. À l’instar des villes des pays émergents, et sous l’effet d’une urbanisation accéléré e et incontrôlée, les anciennes villes coloniales ou les centres historiques des villes moyennes algériennes actuelles offrent des images urbaines hétérogènes, difficiles à lire et à maîtriser dans lesquelles s’oppose au style architectural colonial, un renouvellement tendanciel qui s’est opéré par substitution sans renvoi aux spécificités de cette architecture et de cet urbanisme coloniaux. Le présent papier se basera sur l’étude du centre-ville colonial de M’sila : le quartier Edhahra. Il présentera ses spécificités urbaines et architecturales, tentera d’expliquer la problématique du renouvellement urbain actuel et essayera d’identifier les causes de l’effacement conceptuel et stylistique de l’architecture et l’urbanisme coloniaux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 2 . D’après Despois (1953, p. 352) des centres du Hodna, d’origine antique ou médiévale qui ont pu ré (...)

1De constitution romaine, la ville de M’sila a été le long des siècles, un lieu de brassage de plusieurs civilisations qui marquèrent son urbanisme et ses modèles d’habiter. Ainsi, sur la rive Est de l’oued Ksob se développa la médina2 (vieille ville) en suivant des modèles urbains et architecturaux endogènes, et ce, jusqu’à l’apparition de la première greffe urbaine (ville coloniale) au milieu du xixe siècle (Despois, 1953, p. 353), aux alentours de 1868 (Sebhi, 1987, p. 105).

2Matérialisée par un urbanisme nouveau par rapport à ce qui se faisait jadis, la ville coloniale introduisit de nouveaux modèles d’habiter exogènes et de nouveaux équipements qui usurpèrent à la vieille ville tous ses atouts socio-économiques. Et l’on distingua alors deux types de tissus nettement différents par leurs formes et leurs paysages, qui se juxtaposèrent mais ne se mêlèrent guère; deux systèmes socioculturels, l’un « indigène », l’autre étranger et deux modes de vie, l’un « traditionnel » et l’autre conquis par le modernisme.

3Cinquante et un ans après l’indépendance algérienne, le quartier colonial Edhahra, cet héritage architectural, demeure pour la population locale, une des parties les plus attractives de la ville de M’sila de par sa position stratégique à la croisée de deux axes routiers importants (les routes nationales 60 et 45. Paradoxalement à cette attractivité fonctionnelle, son cadre architectural, à l’instar des autres centres coloniaux algériens, souffre des aléas d’une crise identitaire (Sriti et al., 2002) matérialisée par l’effacement progressif des spécificités conceptuelles et stylistiques originelles dues à un renouvellement tendanciel par substitution et sans renvoi aux spécificités de cette architecture coloniale.

4Dans le présent papier, nous allons essayer à travers une analyse typo- morphologique, de mettre sous la loupe :
- Dans un premier temps :Les spécificités architecturales conceptuelles et typologiques de l’habitat colonial.
- Dans un second temps :Les spécificités architecturales du renouvellement urbain contemporain.

5Pour enfin démontrer les causes qui sont à l’origine de la dégradation de ce patrimoine ainsi que celles qui entravent sa conservation.

Présentation de la zone d’étude 

  • 3 . La permanence de cette médina est, d’après Ibn Khaldoun, expliquée par l’importance de son site d (...)
  • 4 . La dachera est le nom indigène donné au quartier, c’est le synonyme de Houma dans les villes du n (...)
  • 5 . Connus en Algérie par le terme Korghli : enfants parfois illégitimes issus de l’union de soldats (...)
  • 6 . À l’exception des quartiers d’El Argoub et d’El Kouche qui ont gardé, jusqu’à présent leurs tracé (...)

6En retrait des côtes méridionales de la Méditerranée, s’étale d’un seul tenant, l’un des plus vastes ensembles steppiques qui existe au monde. Au cœur même de cette steppe algérienne située au-delà du tell maritime et en deçà du désert saharien se trouve la région du Hodna (Sebhi, 1987, p. 01). La ville de M’sila est sa capitale. Située dans la partie centrale du pays à 250 Km d’Alger, M’sila fut le lieu de brassages de plusieurs civilisations. Faisant partie du royaume de Massinissa, c’était une terre Berbère, mentionnée par Ibn Khaldoun. La ville a été fondée par les Fatimides33, dynastie d’Ifriqiya en 925/6 (Despois, 1953, p. 352) à 3.5 Km au Nord Ouest de l’antique Zabi, la ville romaine (Poulle, A, 1961, p. 122) « comme poste avancé de leur domination et base militaire à L’intérieur de la Berberie » (Brunshvig, 1947, p. 205). En 1015 et sur le même site, les Hamadites édifièrent le premier noyau urbain de M’sila, un Ksar d’aspect saharien connu sous le nom de Kherbet Tellis auquel s’est accolé plus tard un autre quartier la Dacherra44 de Chettaoua. L’arrivée des Turcs en 1516 se matérialisa, d’un point de vue urbain, par la naissance d’un troisième quartier érigé selon le modèle autochtone, situé au Nord-Ouest de la route de Selmane: la Dacherra de Kraghla et Rass El Hara destiné à l’habitation des Kul-Oghli (Huart, 1936, cité par Despois, 1953, p. 354)5. Sous le triple effet de la croissance démographique, de l’insuffisance spatiale de l’enceinte de la vieille médina à abriter cette croissance ainsi que la vétusté du cadre architectural de ces anciens groupements urbains, les nouveaux ménages autochtones décidèrent la construction de maisons dans leurs vergers, respectivement, sur les rives Nord-est et Sud-ouest de l’Oued Ksob, de part et d’autre de la route de Selmane. C’est ainsi que naquirent plus tard, probablement au xviiie siècle, les dachera d’El Kouch et d’El Argoub (Despois, 1953, p. 355). El Argoub avait connu une expansion urbaine aux environs de 1840 suite à son occupation par les éléments les plus aisés de la population de Chettaoua  et notamment la majorité de la communauté juive (Boutabba et al., 2007). Ces groupements urbains étaient caractérisés par un tissu organique (Voir Fig. 1), un tracé irrégulier, une ramification des ruelles étroites et tortueuses permettant de filtrer l’étranger au quartier (Doudou et al., 1990)6. Avec l’arrivée des Français en Algérie et à l’instar des autres médinas algériennes, M’sila allait connaître une greffe urbaine, la ville coloniale.

Fig. 1. La zone d’étude situation géographique et formation spatiale

Fig. 1. La zone d’étude situation géographique et formation spatiale

Fig. 2. La première installation urbaine coloniale aux abords du quartier d’El Argoub aux alentours de 1895

Fig. 2. La première installation urbaine coloniale aux abords du quartier d’El Argoub aux alentours de 1895

Carte réalisée par l’auteur selon les indications de Despois, 1953. Cliché www.Delcampe.net

La ville coloniale : Historique et formation

7La mise en place de la politique de colonisation officielle en Algérie s’est traduite, entre 1830 et 1870, par la création d’un réseau de points stratégiques, de places fortes, voire de nouveaux centres et même de véritables villes, disposées sur l’ensemble du territoire de manière à servir de base aux opérations militaires, appelées communément « villes coloniales ». Le choix des sites de leurs implantations dépendait du gouverneur général, qui confia leurs tracés urbains au service technique de l’armée (les ingénieurs du génie urbain militaire) dont le rôle s’élargissait, non seulement, à la distribution des concessions terriennes, mais aussi à la construction des équipements et des logements pour les colons (Picard-Malverti, 1989, p. 215).

  • 7 . Le Senatus-Consulte du 22 avril 1863 fut promulgué par Napoléon III connu, d’après Sebhi (1987), (...)
  • 8 . Les deux grandes tribus Hodnéennes les Ouled Derraj et les Ouled Madhi furent scindées, entre 186 (...)
  • 9 . Le sentiment d’une provenance commune a entraîné les différentes tribus du Hodna à se grouper en (...)

8Par cette action systématique sur l’espace, la colonisation a fortement œuvré, à travers de nouvelles lois foncières, à l’introduction dans la société rurale algérienne notamment celle du Hodna, d’un esprit nouveau, celui de l’individualisation de la relation à la terre et des formes de rivalités, inconnues jusque-là dans un pays où la primauté du collectif et de l’esprit tribal « El açabiyaa » étaient des plus forts (Ibn Khaldoun, 1869 cité par Sebhi, 1987, p. 139). En effet et par l’intermédiaire du sénatus-consulte7qui opéra de véritables schismes au sein des tribus, conduisant ainsi à leur décomposition en plusieurs douars8 ; et plus tard, par la promulgation de la loi Warnier (1873), qui rendit aliénable la terre arch9.  L’administration coloniale finit par détruire définitivement les fondements socio-économiques de la société traditionnelle en instituant une structure inégalitaire de la propriété dans cette région. Les écarts fonciers et sociaux s’approfondirent graduellement et laissèrent place aux rivalités et à l’individualisation (Bernard et Lacroix, 1906 ; Côte, 1979, p. 57 ; Sebhi, 1987, p. 108).

  • 10 . Dans la logique administrative coloniale, les communes mixtes sont celles qui regroupaient à la f (...)

9De cette désintégration tribale naquit en 1868 «Douar Msila» qui s’est transformé en 1881 en commune indigène, puis en 1883 en commune mixte (Sebhi, 1987, p. 105)10. D’un point de vue urbanistique, l’administration coloniale avait choisi la rive ouest de l’Oued Ksob comme lieu de son implantation. La première installation civile coloniale date de 1895, elle comprenait une dizaine de maisons (Despois, 1953, p. 355). Elle prenait appui sur les abords de la cité ancienne, associée aux vergers qui terminaient le quartier d’ El Argoub, le long de la route de Boussaâda.

10Les deux organisations urbaines étaient donc juxtaposées, mais pas directement mêlées. Cette nouvelle implantation se développa en bordure ouest de la dechra d’El Argoub, au sud de la route de Bordj et du jardin de la commune mixte Djenane El Hakem. (Voir Fig. 2).

  • 11 . D’après Esclangnon-Morin (2006) dés 1841 le général Bugeaud concéda, entre 1851 et 1861, 50 000 h (...)

11Cette installation urbaine s’était accompagnée d’une expansion sociale. De 300 maisons et 1200 habitants au milieu du xxe siècle comprenant sept ou huit familles juives (Daumas, 1845, p. 206 ; Vayssettes, 1861, p. 99-100), elle atteignit en 1895, 3458 habitants dont 67 européens et 79 juifs. Cependant, la véritable extension socio-urbaine qui a permis de promouvoir M’sila d’une ville de garnison à un centre de colonisation était bien la décision politique de 1920, qui a autorisé la cession de 24 lots s’étendant sur 2 550 hectares pour l’exploitation agricole11. Cette concession terrienne donna lieu à une nouvelle division spatiale méconnue jusqu’alors dans cette localité et permettant l’apparition d’un nouvel ordre de tracé urbain, caractérisé par des rues droites et larges, se coupant à angle droit :Le plan en damier.

12Idéologiquement, la ligne droite qui représente la spécificité majeure du plan en damier, était adoptée pour renforcer, entre autres, l’idée de mission civilisatrice qui devait, d’une certaine manière, oeuvrer à discipliner le chemin des ânes de la vieille ville, longtemps définie et présentée par la tradition descriptive coloniale comme « barbaresque » et « insalubre » (Bensmaine, 1995). Refusant toute association ou assimilation avec la société indigène et son support urbain la médina, les architectes européens officiant en Algérie, trouvèrent naturel et plus rationnel d’importer les formes urbaines et architecturales, alors à la mode, dans la métropole (Bacha, 2011, p. 24). L’architecture de la nouvelle ville coloniale, via son habitat, ses placettes et ses statuettes, était conçue pour paraître comme un symbole de suprématie, glorifiant ainsi le « style du vainqueur » (Béguin et al., 1983). Quant à son urbanisme, il était appelé à concrétiser de nouvelles rationalités économiques qui ne devaient pas, pour reprendre l’allocution de Carrabelli (2005, p. 36) « Ouvrir une place de partage » avec les structures d’ordre tribal, mais devraient inévitablement, passer par l’immolation des formes urbaines et architecturales indigènes définies par le quartier Dacherra et la maison autochtone El beyt. Jusqu’au début du xxe siècle, les mesures en matière d’urbanisme semblaient, si l’on se réfère aux lois édictées dans les colonies au xixe siècle tel que le régime du code civil et la loi communale de 1885, être guidées par la séparation des différentes communautés raciales et sociales. La ville coloniale s’est construite au coup par coup, selon les besoins de la population coloniale européenne de l’époque.

13De sa première installation en bordure Ouest de la Dechra dEl Argoub jusqu’aux bordures Sud de la Dechra dEl Kouche, l’administration coloniale décida à la fin des années 1930 d’édifier un quartier colonial à part, un nouveau centre-ville destiné principalement, à héberger les familles des colons européens. Cependant, comme la colonisation française de l’Est algérien n’était pas une colonie de peuplement (Côte, 1983), la population européenne qui restait faible numériquement (voir tableau 1) avait besoin de nombreux intermédiaires pour faire fonctionner l’appareil. Par conséquent, elle autorisait l’accès et le logement aux « évolués » représentés par les fonctionnaires arabes de l’administration française, par quelques familles indigènes nobles qui voulaient profiter des atouts économiques du nouveau centre colonial, ainsi que par une grande majorité de familles juives.

Tableau 1. Évolution des différentes fraction de la population de M’sila
(xixe-xxe)

Tableau 1. Évolution des différentes fraction de la population de M’sila(xixe-xxe)

Réalisé par l’auteur, selon Despois 1953

Naissance d’un nouvel ordre urbain et architectural : le quartier Edhahra

14Le nouveau centre-ville colonial de M’sila ou le quartier Edhahra a été érigé sur une grille orthogonale, un tracé « qui représente, depuis l’antiquité, le schéma géométrique le plus fréquemment utilisé pour l’organisation des territoires colonisés » (Malverti, 1997). Ce choix répondait non seulement à un souci d’efficacité et de rationalité de l’organisation de l’espace, mais en plus à une gestion et un contrôle rigoureux de la circulation.

  • 12 . Ce verger avait été cédé par l’administration coloniale à Mr Jean Louis. Il comprenait une habita (...)

15S’étalant sur une superficie de 12,51 hectares, son tracé urbain était guidé par deux voies principales non perpendiculaires; l’une orientée vers le Nord menant à Bordj Bou Arréridj et l’autre vers le Nord-Ouest menant à Taghmount. L’inclinaison de cette dernière avait donné naissance à un angle aigu au lieu d’un angle droit, peu fréquent dans les tracés urbains coloniaux. L’explication semble liée à l’importance de cette route et des équipements qui la bordaient et notamment le siège de la commune mixte ainsi que le jardin de l’administrateur civil. Cette contrainte n’était d’ailleurs pas la seule puisque les jardins Boudia12, appartenant à un propriétaire terrien et situés au Nord du quartier, déforment la régularité de la grille orthogonale. Ces deux déformations avaient défini des îlots réguliers de trois principales formes : rectangulaire, trapézoïdale et triangulaire qui restaient majoritairement longiformes et dont l’épaisseur est celle de deux maisons accolées l’une contre l’autre. Quant au tracé parcellaire des îlots trapézoïdaux et triangulaires, il coïncidait avec ce qui se faisait en métropole à l’image des principes de découpage de l’îlot Haussmannien à savoir :
- la bissectrice de l’angle des rues qui partage l’intérieur de l’îlot ;
- le tracé rigoureux des parcelles qui se fait perpendiculairement à la rue ;
- le principe d’exclusion des parcelles en profondeur telle que les parcelles en profondeur étirées en façade le long des voies (Voir Fig. 3).

16Le centre-ville colonial était érigé selon les mêmes techniques et outils urbains habituellement employés par la France dans ses colonies Nord africaines (Malverti, 1997 ; Almi, 2002) à savoir :
- L’usage des galeries le long des rues principales;
- La régularité, la proportion, la symétrie et l’ordre;
- Les plantations considérées comme outil indispensable pour la hiérarchisation des réseaux des voies.

17Les oppositions morphologiques entre la vieille ville et la cité coloniale étaient particulièrement marquées. À un tissu dense avec un lacis de ruelles, de rues de largeurs variables et un habitat continu fermé sur l’extérieur, s’opposait le plan régulier, géométrique, des artères larges et régulières ainsi qu’une architecture domestique particulière. Ce projet de ville visait à renforcer la présence française dans la région en favorisant l’installation des colons, en proposant d’établir des canalisations le long des rues, en orientant les voies en fonction des brises; Mais l’aménagement urbain ne se limitait pas à l’organisation d’un plan, il s’agissait donc d’édifier des équipements aussi bien militaires que civils ainsi que des habitations « dignes » des colons.

Fig. 3. Tracé parcellaire du centre colonial d’Eldhahra

Fig. 3. Tracé parcellaire du centre colonial d’Eldhahra

Réalisé par l’auteur. Cliché www.Delcampe.net

Les équipements militaires et civils de la ville coloniale

18L’administration coloniale marqua sa domination à M’sila par l’édification d’une caserne de gendarmerie. Les plans des bâtiments de défense étaient identiques à tous ceux des autres colonies françaises africaines. Leur conception architecturale se caractérisait par une file de pièces d’habitations séparées de la cour par des galeries faisant office de couloir, le but était d’assurer la meilleure ventilation par la moindre exposition au soleil.

19Les équipements civils étaient matérialisés par un hôpital, un cabinet de médecin de colonisation, les préoccupations sanitaires furent d’emblée présentes dans la politique coloniale, dans le souci notamment de préserver les vies européennes (De Barros, 2005), un juge de paix, un bureau de poste de télécommunication, deux hôtels, quatre cafés européens et un bain maure (Despois, 1953, p. 357). La ville coloniale faisait figure de petit centre intellectuel avec ses deux écoles primaires, l’une pour les garçons, l’autre pour les filles. Quant aux équipements religieux, la ville possédait une église et une synagogue (Voir Fig. 4).

Fig. 4. Les équipements de la ville coloniale

Fig. 4. Les équipements de la ville coloniale

Clichés www.Delcampe.net

20Les premiers équipements, tel l’hôtel principal du quartier lhôtel de lOasis ex Transatlantique était conçu dans un style néo-classique avec frontons, colonnes, balustrades et frises. En choisissant ce style, l’administration coloniale voulait présenter dignement la France, impressionner les colonisés et assurer l’ordre et le respect. « Le style du vainqueur » était présent avec force dans ce bâtiment prestigieux, dont l’emplacement aux portes de la ville coloniale de M’sila n’avait rien d’innocent. Mais ceci ne constituait pas la seule tendance de l’époque. En Algérie, à la fin du xixe siècle, une frange de « l’intelligentsia » créa le comité du vieil Alger pour inciter l’administration coloniale à penser la protection des centres historiques (Oulebsir, 2004, p. 240-247). À partir du début du xxe siècle, la France commença à introduire, dans ses colonies, une nouvelle image symbolique de la colonisation « se vouer à la conservation et à la mise en valeur d’un héritage urbain de la société colonisée, montrer un nouveau visage, celui d’une France paternelle, protectrice et respectueuse des traditions culturelles des autres » (Methasi, 2003). À vrai dire, ce n’est qu’après une meilleure compréhension de la culture locale que cette idée avait pu germer, aux yeux des spécialistes et politiques européens. Le passé islamique atteignit alors, un certain niveau de respectabilité (Bacha, 2011, p. 24), et depuis 1910, les monuments islamiques commencèrent à former le référent patrimonial à partir duquel les architectes européens étaient appelés à puiser leurs éléments architectoniques pour concevoir leurs projets en terre de colonisation. Le paysage architectural algérien se trouva alors imprégné par le style orientaliste avec ses déclinaisons mauresques et arabisantes (Oulebsir, 1998 ; Boulbene- Mouadji, 2012). Charles Célestin Jonnart, alors gouverneur général en Algérie, passionné d’orientalisme, encourageait le mouvement qu’il recommandait aux architectes de colonie de l’Algérie, en vue de mettre à l’honneur l’esthétique mauresque (Deluz, 1988, p. 168; Aiche et al., 2005) souhaitant ainsi distinguer l’architecture des colonies de celle de la métropole (Oulebsir, 2003, 2009). La mémoire bâtie était, en quelque sorte, manipulée pour servir d’idéologie identitaire du régime (Said, 1978 ; Poulot, 1998). Il s’agissait donc d’affirmer la nouvelle identité politique de l’Algérie Française. La formulation de ce style reposait sur l’empreinte de segments pertinents dans l’architecture arabo-islamique tels que les arcs outrepassés, les coupoles, les claustras et les baies géminées. Le siège de la commune mixte et le bain Hodna furent les meilleurs témoins de cette nouvelle tendance, révélatrice de l’architecture idéologico politique des autorités coloniales françaises (Voir Fig. 5).

Fig. 5. Les équipements coloniaux de type arabo-mauresque

Fig. 5. Les équipements coloniaux de type arabo-mauresque

Fig. 6. Exemple de maison coloniale à alignement appelée maison « sur rue »

Fig. 6. Exemple de maison coloniale à alignement appelée maison « sur rue »

Réalisé par l’auteur.

Fig. 7. Exemples de maisons coloniales à retrait appelées maisons « à véranda »

Fig. 7. Exemples de maisons coloniales à retrait appelées maisons « à véranda »

Réalisé par l’auteur.

La maison coloniale : des spécificités architecturales particulières

21En plus de son organisation spécifique, la ville coloniale se caractérisait par un modèle d’habitat résidentiel bien particulier dans la mesure où il différait aussi bien de l’habitat métropolitain que de l’habitat indigène. Dans l’imaginaire collectif, la maison coloniale en Algérie évoque une grande demeure, confortable et luxueuse (Cresti, 2003, p. 64-66), mais la réalité à Edhahra était souvent différente. C’était une sorte de « melting pot » de conception architecturale européenne qui devait répondre aux exigences d’un climat capricieux semi aride.

  • 13 . Ces deux types sont issus de l’architecture pavillonnaire européenne. La conception domestique in (...)

22Deux types sont à observer :la maison à l’alignement et la maison en retrait13, appelées respectivement selon la terminologie profane locale et même, spécialisée pour le deuxième cas, par maison « à pignon sur rue » et « à véranda ».

23La typologie conceptuelle de ces deux cas domestiques étaient pratiquement les mêmes. Elles se caractérisaient par une disposition arbitrairement simpliste dont l’axe est un couloir sur lequel s’ouvre le double alignement des pièces (Voir Fig. 6-7). La « maison à couloir » est un type architectural qui s’est imposé entre le xviie et le xixe siècle dans la presque totalité des régions françaises. Cette typologie fut adaptée aux matériaux et aux techniques constructives propres à chaque région. Elle est considérée comme l’extrême réduction de la distribution des châteaux classiques et marque, selon Alexendroff et al (1982, p. 143-146) « la fin du vernaculaire ».

24La maison coloniale à M’sila possédait impérativement deux compartiments :le premier couvert, le corps du logis ; l’autre découvert : la cour arrière et les dépendances. Le bloc couvert était généralement composé de quatre pièces :une pièce de réception dont les dimensions sont légèrement supérieures à celles des autres pièces, deux chambres à coucher (l’une pour les parents, l’autre pour les enfants) et une cuisine, quant au bloc sanitaire il était généralement relégué dans le bloc découvert et dans de rares cas annexé, au premier bloc.

25Nettement différente des vérandas des autres colonies française d’Afrique qui se résument habituellement à une galerie légère, protégeant contre le soleil, édifiée au pourtour de certaines habitations ; la véranda de la maison coloniale à M’sila désigna, selon la terminologie même des colons, l’espace extérieur à vivre, non couvert, généralement située dans le prolongement de l’habitation principale, en ouverture de la rue. Cet espace semi privé permettant la hiérarchisation spatiale, de l’espace public (la rue) vers l’espace privé (la maison), était quasiment inexistant dans le modèle d’habitat vernaculaire indigène. Il représentait le symbole par excellence de l’architecture coloniale. Par la faible hauteur de ses murs de clôture, ne dépassant pas les 1,20 m, la véranda symbolisait l’extraversion du logis à valeur très intime aux yeux des colonisés. En symbolisant le mode de vie du colon, cet espace spécifique permettait d’imprimer un style particulier à l’habitation coloniale, à valeur de modèle.

26La maison coloniale à M’sila était généralement de plain-pied, construite en brique crue dont les murs étaient enduits de pisé, le tout recouvert d’un toit de tuile à double pentes. La façade présentait une parfaite symétrie par rapport à un axe qui coïncidait avec le milieu de la porte de l’entrée principale de la maison, comprenant de part et d’autre des fenêtres allongées avec persiennes matérialisant une forme d’adaptation climatique du type résidentiel français au climat chaud et sec de l’Afrique du Nord. Quant au répertoire décoratif, il se limitait à l’apposition de certains éléments architectoniques inspirés de la production islamique locale (Voir tableau 2).

Tableau 2. Typologie des éléments architecturaux de l’époque coloniale

Tableau 2. Typologie des éléments architecturaux de l’époque coloniale

Le centre-ville colonial aujourd’hui : Un héritage en voie de dégradation

27Au lendemain de l’indépendance de l’Algérie et bousculés par la rapidité et l’ampleur de l’urbanisation, les acteurs politiques suggérèrent un urbanisme de l’improvisation et de l’urgence. Les acteurs urbains ne se sont, peut-être, pas doutés sur le champ que cette urbanisation à la va-vite allait se faire au détriment d’un patrimoine architectural et urbain d’une grande valeur culturelle. L’ancien centre colonial ou quartier Edhahra se présentait comme étant le lieu, par excellence, d’implantation des différents programmes d’équipements et d’infrastructure. Les principales institutions nationales avaient pris comme siège ceux des anciens équipements coloniaux, quant aux habitations des colons, elles furent occupées par les catégories sociales les plus aisées. Cependant, la promulgation de la loi 81.01 du 07 février 1981, qui avait autorisé l’achat des biens vacants par leurs occupants, ainsi que la libéralisation du commerce extérieur à la fin de cette décennie, marquèrent le début d’un changement irréversible qui allait affecter profondément les espaces urbain et architectural coloniaux. Edhahra fut le théâtre d’une profonde opération de densification urbaine et d’une métamorphose spatiale de son espace résidentiel.

28Devenus propriétaires, certains habitants, en l’absence d’une réglementation urbaine stricte, furent animés d’un mouvement d’investissement privé : l’espace résidentiel subi ainsi plusieurs opérations de réaménagements internes et parfois même des agrandissements externes empiétant sur l’espace du quartier. Ce qui produisit un espace hétérogène difficile à maîtriser. Edhahra se présentait comme le quartier le plus prisé de la ville de M’sila, où se côtoyaient activités tertiaires, fonctions libérales et activités commerciales, notamment le long de ses axes structurants à savoir la route de bordj, (l’actuelle RN 45) et celle de Taghmount (l’actuelle RN 60), un quartier où la multiplicité des fonctions et leur diversité atteignaient leur apogée (Boutabba, 2009), où les acteurs étaient multiples et leurs stratégies aussi. Ainsi au formel s’oppose l’informel, à l’ancien s’oppose le nouveau et au style colonial connu par son éclectisme, s’oppose un style contemporain sans aucun enracinement.

29Actuellement, cette urbanisation non contrôlée, guidée plutôt par les possibilités d’utilisation commerciales et libérale des lots, a structuré l’ancien centre colonial selon un patchwork de zonage répondant à des stratégies d’usage. Edhahra se trouve alors divisé fonctionnellement en deux parties, l’une plus au moins résidentielle, l’autre presque totalement tertiaire. Cette deuxième section est représentée par la troisième rangée d’îlots limitrophes au vieux quartier d’El Kouche,  le long de la rue de Bordj Bou Arréridj (Voir Fig. 8). En réalité, l’amorcement de la tertiarisation de cette zone n’est pas un phénomène nouveau, mais de longue date. Il s’est forgé, petit à petit, depuis la première décennie après l’indépendance. L’engouement de cette tertiarisation a fortement résulté de l’image portée par la ville, de la qualité des services environnants (mairie, poste, direction principale des impôts, hôpital, palais de justice, quelques sièges de sociétés) ainsi qu’aux conditions d’accessibilité. La Route de Bordj ou la RN 45 avait longtemps constitué une des artères principales de la ville de M’sila, vu qu’elle avait, depuis sa formation, recelé de bonnes opportunités de croissance. C’est un lieu où le mouvement avait toujours été présent. C’est un lieu qui avait rayonné, provoqué des échanges et permis une communication de parole et de mouvement.

Fig. 8. Situation de l’ancien centre ville colonial dans la ville actuelle de M’sila

Fig. 8. Situation de l’ancien centre ville colonial dans la ville actuelle de M’sila

Réalisé par l’auteur.

30Cette deuxième section se trouve actuellement occupée par des dizaines de services et de commerces qui gagnent d’un jour à l’autre plusieurs portions de maisons d’habitation notamment celles situées aux abords immédiats de cette route de Bordj. Cette situation a poussé les résidents à l’abandonner pour d’autres lotissements plus calmes, alimentant ainsi la spéculation foncière. Les coûts de location, d’achat et de vente tout le long des voies structurantes de ce vieux centre sont les plus élevés de la ville, après ceux du quartier OuaOua et de la rue Dubai. Cet important facteur économique qui seconde les litiges d’héritages pousse les propriétaires à vendre leurs biens immobiliers. Le dépeuplement et la tertiarisation des fonctions, deviennent très nocifs pour ce patrimoine, car d’énormes modifications architecturales partielles et des reconstructions à neuf sont opérées sur son cadre physique, sans aucun renvoi aux spécificités typologiques originelles. Ces opérations de rénovation et de modification touchent surtout les bâtisses coloniales situées sur la façade urbaine de la route de Bordj. Quant à celles qui sont enclavées à l’intérieur des îlots, de cette deuxième section, elles ne possèdent pas de grandes valeurs foncières et présentent plutôt des signes inquiétants de vieillissement, d’écroulement et de disparition.

  • 14 . 74% des 44,3 % qui datent de l’époque coloniale, soit 78 bâtisses.
  • 15 . L’état altérée renvoi à des bâtisses qui nécessitent de grosses réparations tels que le rétabliss (...)

31Sur l’ensemble des bâtiments que contient le quartier colonial Edhahra, seulement 44,3 % datent de l’époque coloniale. Parmi ces bâtiments, 74 %14 sont dans un état acceptable, 15 % dans un état moyen, alors que 11 % sont dans un état altéré (Mili et al., 2009, p. 54)15. L’enquête in situ, a démontré que l’état délabré des édifices pouvait être imputé aux raisons principales suivantes :
- L’abandon : bon nombre de bâtisses sont abandonnées en raison d’un contentieux juridique, suite à des affaires de succession. Parfois, les maisons sont propriétés d’émigrés en France qui ne se sont jamais manifestés.
- La reconversion : D’une fonction exclusivement résidentielle à une fonction libérale (cabinet d’avocat, notaire, expert comptable, etc.) ou à une activité commerciale. Il s’agit, le plus souvent, de maisons coloniales généralement louées depuis l’indépendance à des prix qui sont devenus dérisoires à l’heure actuelle. Des litiges concernant exclusivement des contrats de location à l’amiable (avec un seul engagement verbal), notamment le refus du locataire de payer un loyer supérieur que celui mentionné au début du contrat, font que le propriétaire refuse de faire des travaux de maintenance et d’entretien courant, espérant ainsi pousser le locataire à quitter les lieux. Ce dernier, sachant que le propriétaire ne possède pas un acte de propriété notarié (à l’image des personnes qui se sont emparés des biens vacants des colons à l’indépendance et dont la situation juridique n’est pas encore régularisée), s’abstient, en toute impunité, de procéder à ses travaux sous prétexte d’être juste locataire. Ces immeubles, objet de litige, connaissent un état déplorable avec des toitures, des murs et des fenêtres rongés par l’humidité et le lichen (voir Fig. 9).

Fig. 9. État des maisons coloniales à M’sila

Fig. 9. État des maisons coloniales à M’sila

Clichés de l’auteur.

  • 16 . Le Waqf appelé en Algérie Houbous est, dans le droit islamique une donation faite à perpétuité pa (...)
  • 17 . Le «Mossala» est une salle de prière, elle diffère de la mosquée. Elle peut accueillir les cinq p (...)
  • 18 . Biens immobiliers d’anciens colons, abandonnés à l’indépendance de l’Algérie, restés vacants. Ces (...)

32Quant à l’état moyen, l’enquête a dénombré deux cas de figure. Le premier concerne les maisons de vieux ménages, encore habitées. Le deuxième cas touche des bâtisses relevant du régime juridico-religieux de biens Waqf16. Il s’agit de l’ancienne synagogue qui a été convertie en Mossala17 dEl Anneba et un bien vacant18 récupéré, par l’association caritative Irchad wa lIslah.

Le renouvellement urbain actuel d’Edhahra : Mutilation d’un patrimoine

33Le renouvellement urbain est une forme d’évolution de la ville. C’est une notion large qui désigne une action de reconstruction de la ville sur elle-même (Bentayou, 2011, p. 69). Cela permet en particulier de traiter les problèmes sociaux, urbanistiques et architecturaux de certains quartiers anciens. « C’est un outil privilégié de lutte contre la paupérisation » (Le Garrec, 2006, p. 92). Or le renouvellement qui s’effectue actuellement à Edhahra repose sur deux opérations :

  • 19 . Par modifications illicites, sont entendues, les reconstructions faites, sans recours à la demand (...)

341. Lopération de modifications illicite19: communément appelés par les services d’urbanisme de « retapage » des anciennes bâtisses coloniales, par modifications des rapports des hauteurs et prolongement des façades, suite aux rajouts de nouveaux espaces domestiques ainsi que des éléments architectoniques dans les habitations. Cette réappropriation spatio-fonctionnelle des lieux est un essai d’adaptation de ce cadre physique aux besoins socio-physiques des usagers. En réalité il s’agit de transformations anarchiques et incontrôlées observées au niveau du plan et au niveau de l’élévation. Au niveau spatial, la récupération de la véranda est la transformation la plus courante. Deux cas sont à observer : celle-ci est, soit récupérée pour servir d’extension à l’espace habitable, généralement à l’espace de réception (22 %) (Voir Fig 10a), à un garage de stationnement de véhicule 14% ou bien pour servir à l’aménagement d’un local commercial (64 %) ; Soit au contraire, lorsque l’habitation se trouve dans une allée marchande, cet espace est créé, le plus souvent, d’une façon anarchique, afin de réaliser une certaine intimité pour ses habitants, empiétant ainsi sur l’espace urbain (Fig. 10b).

Fig. 10a. Récupération de la véranda

Fig. 10a. Récupération de la véranda

Réalisé par l’auteur.

Fig. 10b. Récupération de la véranda

Fig. 10b. Récupération de la véranda

Clichés de l’auteur.

35Le deuxième cas de figure est le rajout d’un étage. Cette opération s’effectue par étapes, en additionnant transversalement les pièces une à une jusqu’à l’occupation totale du niveau. Cette élasticité verticale est généralement le résultat d’un réajustement de l’espace par rapport à la taille de la famille ou à la libération totale du rez-de-chaussée à des fins lucratives (Fig. 11). De cette nouvelle morphologie issue de la surélévation, résulte le plus souvent, une incohérence des volumes et des ruptures d’échelles (Fig. 11) qui, parfois écrasent le profil des rues.

Fig. 11. Modification par rajout d’un étage

Fig. 11. Modification par rajout d’un étage

Clichés de l’auteur.

36Pareillement au niveau planaire, la façade subit les bouleversements les plus diversifiés allant de l’oblitération aux percements les plus variés en termes de formes et de dimensions jusqu’à l’excroissance. Pour le type domestique « maisons à véranda », la surélévation du mur de clôture et modification catégorique de son ornementation sont les opérations les plus comptabilisées. En effet, si la véranda coloniale, jugée par les habitants comme espace très découvert « qui ne sert finalement à aucune activité » (Boutabba, 2009) n’est pas annexée à l’espace habitable, elle sera transformée en une cour intérieure. Son mur extérieur est, pour des raisons sécuritaires et d’intimité, rendu aveugle, comportant comme seule ouverture la porte d’entrée principale (Fig. 12). Quant à la façade du type domestique d’alignement ou « sur rue », lorsque une partie ou la totalité du rez-de-chaussée est vouée aux activités lucratives, cette unité architecturale est sujette à une excroissance sur l’espace extérieur, (Redjem et al., 2011), où le mur est remplacé, sur toute la longueur de l’espace commercial par une vitrine rutilant de verre et d’aluminium, sans renvoi aux dimensions des ouvertures de l’époque coloniale ni aux matériaux de celle-ci.

Fig. 12. Surélevation des murs de clôture

Fig. 12. Surélevation des murs de clôture

Réalisé par l’auteur.

37Parfois on assiste à une occupation illégale qui dure depuis cinquante et un ans, non pas de maisons de colons, mais d’équipements de l’époque coloniale, tel le cas de l’ancien tribunal, où les nouveaux habitants, usent de tous les types de matériaux disponibles pour faire les séparations internes et les modifications externes sur façade. L’obstruction des portes et/ou de fenêtres s’effectue par des briques empilées les unes sur les autres, parfois, sans aucun souci d’habillage de revêtement extérieur (voir Fig. 13).

Fig. 13. Obstruction et/ou rajout d’ouvertures

Fig. 13. Obstruction et/ou rajout d’ouvertures

Cliché de l’auteur.

382. Lopération de construction à neuf ou rénovation : Face à l’indifférence, à la négligence et au manque d’entretien, bon nombre d’édifices coloniaux sont rasés pour laisser place à de nouvelles formes architecturales répondant à des tendances modernistes, s’intégrant mal dans l’ensemble urbain et qui semblent ignorer toutes les caractéristiques de l’architecture coloniale, allant des proportions proprement dites, aux rythmes, aux matériaux, à l’ornementation et même à la couleur.

  • 20 . Le Hodna oriental spécifiquement les localités de Belaiba, Magra, Berhoume et Barika sont considé (...)

39D’autre part, la saturation urbaine du quartier, vu l’inexistence de réserves foncières, et sous l’effet d’une forte spéculation, des lots voire des îlots entiers, sont rachetés et parfois remodelés notamment par les nouveaux richissimes commerçants du Hodna oriental20 venus des anciens douars de Magra, Belaiba et Barika communément connus à M’sila sous le nom des guebli. Ces derniers démolissent des habitations afin de reconstruire soit des sièges de bureaux de grandes entreprises, ou d’édifier un nouveau type d’habitat domestique méconnu dans cette région surnommé Diar Charpenti. Il s’agit d’un nouveau type de maisons individuelles de grand standing en forme de bloc imposant, gagnant en hauteur et dont les façades sont assimilées à un simple amas d’éléments architectoniques distincts : des habitations exogènes dans toutes leurs expressions formelles et stylistiques à l’architecture domestique autochtone de cette région et même à l’architecture coloniale. C’est un amalgame d’architectures diverses et variées, rappelant tantôt l’architecture occidentale moyenâgeuse des châteaux forts - suite à l’emprunt d’éléments architecturaux semblables aux donjons et aux tours pour abriter les cages d’escalier et aux barbacanes pour matérialiser l’entrée principale - tantôt à l’architecture asiatique particulièrement chinoise avec ses toits en pagodes (Voir Fig.14).

Fig. 14. Exemples de maisons de type « Diar Charpenti » commanditées par les Guebli dans les localités de Berhoum et de Magra

Fig. 14. Exemples de maisons de type « Diar Charpenti » commanditées par les Guebli dans les localités de Berhoum et de Magra

Réalisé par l’auteur.

40Une nouvelle architecture généralement commanditée, non pas par les anciens citadins de la ville, mais par une frange de la population rurale des régions environnantes de M’sila, dont les comportements sociaux s’organisent désormais principalement autour de la consommation et des apparences. Des « nouveaux riches », issus d’une nouvelle classe socio-spatiale, qui ont emprunté les emblèmes et les symboles d’une modernité affichée sous toutes ses apparences extérieures allant des modes de transport, aux moyens de communications jusqu’ à l’adoption de ce nouveau type de cadre bâti (Boutabba, 2013a, p. 199-200 et 204).

41Cette série d’initiatives individuelles qui se greffe à l’architecture et au tissu urbain coloniaux, crée des ruptures visuelles importantes car la reconstruction s’est faite avec des caractères architecturaux radicalement différents de ceux des bâtisses avoisinantes qui subsistent encore. Ce qui donne naissance à un conglomérat de types d’habitations d’une morphologie hétérogène engendrant dans certains segments urbains un anachronisme architectural élevé. Cette nouvelle logique architecturale de substitution, prise en l’absence de plan d’ensemble, vient ainsi transgresser un héritage et une mémoire urbaine.

Les difficultés de la sauvegarde entre enjeux mémoriels et idéologiques

42L’ancien centre colonial Edhahra présente actuellement un renouvellement anarchique et incontrôlé qui risque de défigurer irrémédiablement un patrimoine méconnu et abandonné.

  • 21 . Pour bon nombre de sociétés colonisées, le patrimoine fut recyclé dans un but politico idéologiqu (...)

43Source d’identité, le patrimoine permet de traduire les savoirs, les us et les valeurs d’une société. La crainte de perte d’une mémoire collective est restée, pendant longtemps, une des raisons de sa sauvegarde (Jeudy, 2001, p. 24)21. Or en Algérie, comme d’ailleurs pour la majorité des pays qui ont eu une présence coloniale (Carrabelli, 2005), la protection patrimoniale de cette période est restée trop longtemps liée à son introduction coloniale. Ainsi au lendemain de l’indépendance, la patrimonialisation ne s’est intéressée qu’aux composantes précoloniales : Hafsides, Hammadites et Mérinides, considérés comme authentiques et ayant eu un rôle majeur dans la construction de l’image de la nation et de l’identité nationale. Il y avait donc, aux yeux des politiques, un problème de reconnaissance et de légitimation de l’héritage urbano-architectural récent puisque sa valeur de témoignage, « la valeur la plus simple à valoriser » devait être radiée. Le souvenir douloureux de domination n’était pas encore évacué.

  • 22 . Loi 98-04 04 Safar 1419 correspondant au 15 juin 1998 relative à la protection du patrimoine cult (...)

44Alors que pendant les décennies 1980-1990, un regain d’intérêt pour le patrimoine récent s’est fait de plus en plus ressentir dans les projets de lois (Bouchet, Volait, Carabelli et Minnaert, 2005, p. 1) dans les autres pays maghrébins et Sud méditerranéens  telles la loi marocaine de 1981, la loi égyptienne de 1983 et le code du patrimoine tunisien de 1994, la législation algérienne en la matière reste lacunaire. En Algérie, ce legs ne semble avoir été reconnu comme un bien culturel national qu’après l’entrée en vigueur de la loi 98/ 04 du 15- 06- 199822 et de l’ordonnance 67, représentant ainsi une avancée significative. Cependant, l’article 41 continue à ne donner la priorité qu’à la conservation des centres historiques traditionnels. L’omission volontaire ou involontaire du produit durant les xixe et xxe siècles n’a fait qu’œuvrer dans le sens contraire de l’objectif principal de la conservation de ce patrimoine. Le nombre très faible de sites et monuments coloniaux classés en Algérie, malgré leur importante présence, aussi bien quantitative que qualitative dans les différentes villes algériennes, en constitue la meilleure preuve.

45Bon nombre de travaux (Choay, 1992, p. 145 ; Lebal et Zérouala, 1997, p. 285 ; Benazouz et Dahli, 2010) ont montré que le professionnalisme en matière de sauvegarde est garanti par la transversalité et l’échange de compétences entre les divers acteurs : professionnels de l’espace, acteurs publics, acteurs économiques et population locale. En Algérie, les choix en matière d’urbanisme n’ont pas intégré la protection du patrimoine colonial comme une des préoccupations de la gestion urbaine. À ce sujet, on note l’inexistence d’une politique municipale particulière, pire encore, à M’sila, il s’agit même d’une passivité des services d’urbanisme. Aucun article du règlement du Plan d’occupation du sol (POS) qui couvre le renouvellement de la ville coloniale ne s’intéresse à son cachet architectural, puisqu’aucune clause, lors d’une demande de permis de construire, ne stipule l’obligation du retour à l’architectonique initiale.

46Ayant procédé par identification sélective, la typologie des composantes classées dans cette wilaya s’est limitée aux vestiges Hamadite de la kalaa tel que le palais du Manar, la grande mosquée et le palais du lac, donnant ainsi la primauté aux seuls monuments ponctuels. L’intégration des centres urbains selon la loi 98-04 est carrément négligée, ce qui met l’application de cette dernière en contradiction avec les principes d’usages internationaux.

47En réalité, le fait que la protection du patrimoine en Algérie soit le monopole exclusif de l’État central (traduit essentiellement par une centralisation des prises de décision et des actions de patrimonialisation, de classification et de prospection) a fortement ralenti les mécanismes d’identification et de reconnaissance des sites et monuments qui peuvent avoir une valeur aux yeux de la population. Tel est le cas pour les monuments et ensembles urbains coloniaux dans plusieurs pays Sud-méditerranéens et même, d’une façon officieuse, dans quelques villes algériennes. Ce qui n’est pas le cas à M’sila où les maisons de l’ancien centre-ville colonial Edhahra ne présentent pas aux yeux des nouveaux propriétaires un support de mémoire et d’identité, mais « un fâcheux héritage qui reste lié à un souvenir douloureux de domination ». La convoitise envers ce quartier et l’engouement de la population aux fins d’y habiter viennent du fait qu’il présente, plutôt, une valeur foncière, commerciale et de services importantes. Il ne porte, semble-t-il, aucune valeur sentimentale.

  • 23 . Prétextes donnés par les guebli pour justifier leurs choix d’intervention, recueillis en 2009, lo (...)

48Cette situation expose Edhahra aux complexes altérations dont il fait l’objet aujourd’hui, et dont l’enjeu est la récupération de l’assiette foncière. La vitalité économique a fait que sa valeur foncière est devenue extrêmement élevée et a largement pris le dessus sur la valeur culturelle. En plus son cadre architectural jugé « démodé »23, se trouve dépassé par une architecture moderne qui glorifie le style international avec des jeux de volume complexes, de baies vitrées et des mini tours de verre et d’acier ce qui, en l’absence d’une réglementation urbaine stricte, n’incitent en aucune manière les propriétaires à le conserver. La tendance à vouloir créer du neuf sans se laisser accabler par les servitudes historiques semble être largement partagée par les brasseurs d’argents et même, par les services d’urbanisme qui ne sont pas conscients des valeurs touristiques potentielles que ce cadre bâti pourrait offrir, s’il était suffisamment pris en charge.

49Le désintérêt des pouvoirs publics se combine avec l’indifférence de la société civile. Alors que plusieurs associations de conservation du patrimoine et d’héritage culturel postulent la nécessité de patrimonialisation des vieux quartiers dEl Argoub ou dEl kouche, force est de constater qu’aucun d’elles ne s’est passionnée de la conservation du centre-ville colonial. La protection de cet héritage reste encore, semble-t-il dans cette ville, associée à une colonisation qui n’aurait pas encore disparu pour les uns, et un investissement inutile et improductif pour les spéculateurs fonciers qui placent la rentabilité des lieux au-dessus de toute autre considération.

Conclusion

50Le cadre bâti est, depuis un bon moment, dans un état alarmant. Beaucoup de traces architecturales et stylistiques de l’époque coloniale ont disparu alors que d’autres s’estompent lentement sous les regards indifférents de la société civile, des autorités publiques locales et nationales. Ces traces matérielles et culturelles sont, malheureusement, confondues avec la période historique de leur émergence. Cet amalgame entre séquelles du colonialisme et patrimoine colonial a fait que non seulement les pouvoirs politiques, mais aussi la société civile éprouvent, chacun à sa façon, des réticences envers ce legs. Les autorités publiques affichent une volonté claire de rupture avec tout ce qui se rapporte avec cette période en actionnant une politique de conservation sélective du patrimoine. De son côté, la société civile, soumise encore à des clivages idéologiques, nargue à travers son habitat résidentiel contemporain, la typologie décorative et parfois même conceptuelle de cette architecture coloniale (Boutabba, 2013b). Une architecture jugée tantôt importée, tantôt dépassée, ne répond pas aux nouvelles exigences économiques. Quant aux nouveaux groupes fonciers de pression, conscients des opportunités d’enrichissement que l’exploitation de cette ressource immobilière permet, ils adoptent un discours en apparence paternaliste à l’égard des habitants d’Edhahra en dénonçant, plutôt, l’inadaptation et la vétusté des bâtiments de ce quartier ainsi que la sous-utilisation du sol par des constructions de petites tailles jugées anti-économiques, ce qui leur donne le droit, de plaider en faveur des démolitions et de récupérations de terrains, afin de rentabiliser et de valoriser l’immeuble neuf par rapport au bâtiment colonial édifié de longue date.

  • 24 . Un grand déséquilibre est noté en matière de classement des sites et monuments historiques de l’h (...)
  • 25 . D’après Aich et al., (2006), L’examen détaillé des critères de classement des monuments et sites (...)

51À la différence de bon nombre de monuments et sites historiques coloniaux classés ces dernières années au sein de certaines métropoles et grandes villes algériennes24 tels que l’ensemble du monument château Neuf d’Oran, les établissements pénitenciers ou de la maison dite des « 22 », certains musées de la capitale25 ainsi que les ouvrages industriels et hydrauliques de Laghouat, de Foume El-Ghorza à Sidi-Okba et de Boghni, l’héritage colonial à M’sila n’est pas seulement mal perçu, il est aussi en train de subir l’altération du temps et de la spéculation foncière. Quelques monuments coloniaux qui présentent un grand intérêt architectural, tel que l’ancien hôtel de lOasis pourrait attirer l’attention des décideurs pour sa conservation, mais le patrimoine ordinaire sans caractère notable, telle l’architecture domestique, est vraiment le parent pauvre de la ville et se trouve, par conséquent réellement menacé.

52Des actes de sensibilisation des services d’urbanisme et de la direction du patrimoine aux possibilités de valorisation de ce legs architectural à des fins de développement économique, de pacification sociale et de marketing territorial pourraient être d’une grande utilité pour contrecarrer les effets destructeurs d’une spéculation foncière effrénée et sans scrupule.

53De même, des actes de sensibilisation de la société civile, ainsi que des actions d’incitation des politiques à des restaurations , réhabilitations spécialisées, respectant l’esprit du lieu, du site et des souvenirs, restent d’une grande urgence, car après plus d’une cinquantaine d’années, cette perception d’allogéneité n’a plus raison d’être.

Haut de page

Bibliographie

Alexendroff Georges et Alexendroff Jeanne-Marie, 1982, Architectures et climats : Soleil et énergies naturelles dans lhabitat, Paris, Berger-Levrault.

Aiche Boussad et Cherbi Farida, 2005, « Connaissance et reconnaissance du patrimoine 1830-1962 in Minnaert », in Jean-Baptiste Minnaert (dir.), Histoires darchitectures en Méditerranée xixe- xxe siècles, p. 97-130.

Aiche Boussad, Cherbi Farida et Oubouzar Leila, 2006, « Patrimoine architectural et urbain des xixe et xxe siècles en Algérie. Projet Euromed Héritage II. Patrimoines partagés », Revue Campus n°3, Septembre 2006, p. 5-17.

Almi Said, 2002, Urbanisme et colonisation présence française en Algérie, Paris, Pierre Mardaga.

Bacha Myriam, 2011, « Des influences traditionnelles et patrimoniales sur les architectures du Maghreb contemporain », in Architectures au Maghreb (xixe-xxe siècles), Presses universitaires François Rabelais, p. 1-33.

Beguin François et al., 1983, Arabisances, décor architectural et tracé urbain en Afrique du Nord, 1830-1950, Paris, Dunod.

Benazouz Boukhalfa Karima et Dahli Mohamed, 2011, « Les enjeux de la Patrimonialisation : Entre discours et réalité », colloque Le patrimoine bâti et naturel au regard de la question du développement durable et du lien social : ressources, pratiques, représentations  les 17 et 18 mars, université de Rouen.

Benkari Nadira, 2003, « La politique patrimoniale dans les pays du Maghreb : le cas de l’Algérie », in Maria Gravari-Barbas et Sylvie Guichard-Anguis (dir.), Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à laube du xixe siècle, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, p. 179-185.

Bensmail Sadri, 1995, « la ville comme lieu du changement des pratiques et de représentation idéologiques dialogue et affrontements interculturels en Algérie » in The third Nordic conference on Middle Eastern Studies , 19-22 juin, Finlande.

Bentayou Gilles, 2011, Le renouvellement urbain (2000-2006) Enjeux et enseignements dun programme de recherche, Paris, CERTU.

Bernard Auguste et Lacroix N, 1906, Lévolution du nomadisme en Algérie, Paris, Challamel.

Bouchet Armelle et al., 2005, « Premiers questionnements sur une base de données bibliographiques », in Jean-Baptiste Minnaert (dir.), Histoires darchitectures en Méditerranée xixe-xxe siècles, p. 1

Boulbene-Mouadji Ines Feriel, 2012, Le style néo-mauresque en Algérie fondement - portée - réception à travers quelques exemples dédifices à Annaba, Constantine et Skikda, Mémoire de magistère, faculté des sciences de la terre, de la géographie et de l’aménagement du territoire département d’architecture et d’urbanisme de Constantine.

Boutabba Hynda et Mili Mohamed, 2006, « Influence de la ville coloniale sur la ville actuelle, cas d’une ville d’Algérie M’sila », actes de la rencontre internationale euro – arabes : Geographical Linkages and Cross-Cultural Research Agendas organisée par Arab World Geographer (AWG) and Lebanese Américain University (LAU), Beyrouth, 7, 8 et 9 Décembre.

—, 2009, « Le patrimoine architectural colonial en Algérie un héritage en voie de disparition cas de la ville de M’sila », actes de la troisième rencontre internationale sur le patrimoine urbain et architectural méditerranéen (RIPAM3), 15, 16 et 17 Octobre, Lisbonne.

Boutabba Hynda et al., 2007, « La restructuration de la vieille ville de M’sila a-t-elle stoppée son agonie urbaine. Cas du quartier d’El Argoub », actes de la deuxième rencontre internationale sur le patrimoine urbain et architectural méditerranéen (RIPAM 2), 24, 25 et 26 Octobre, Marrakech.

Boutabba Hynda, 2013a, Spécificités spatiales et logiques sociales dun nouveau type dhabitat résidentiel du Hodna oriental, le type Diar Charpenti , Thèse de doctorat, Département d’architecture, Biskra, Algérie.

—, 2013b, « The Impact of Colonial Architectural and Urban principles on housing and Urban planning of the current Algerian Cities. Case of M’sila », Courrier du savoir scientifique et technique, n°17, Decembre 2013, p. 61-70

Brunshvig Robert, 1947, La Berberie orientale sous les hafsides des origines à la fin du xve siècle, Paris, Adrien Maisonneuve t I, publication de l’institut d’études orientales d’Alger, VIII.

Carabelli Roméo, 2004, « Sauvegarde du patrimoine et dynamiques territoriales : Une comparaison euro- méditerranéenne », in les actes du colloque Economie et Patrimoine du 2 au 5 novembre, Publication de l’université d’Orléans.

—, 2005, Héritage architectural récent en Méditerranée temporalités et territoires, Paris, Publibook.

Cohay Françoise, 1992, Lallégorie au patrimoine, Paris, Le Seuil.

Cote Marc, 1983, Lespace algérien les prémices dun aménagement, Alger, office des publications universitaires OPU.

—, 1979, Mutations rurales en Algérie : le cas des hautes plaines de lEst, Alger, OPU.

Cresti Federico, 2003, « Une façade pour Alger : le boulevard de l’impératrice », in Jean-Louis Cohen, Nabila Oulebsir, Youcef Kanoun (dir.), Alger, Paysages urbain et architecture, 1800-2000, Paris, L’imprimeur, p. 64-87

Daumas Melchior Joseph Eugenne, 1845, Le Sahara algérien, Paris, Langlois et Leclercq, Fortin, Masson et Cie.

De Barros Françoise, 2005, Des « Français musulmans d’Algérie » aux « immigrés » », Actes de la recherche en sciences sociales 4/2005, no 159, p. 26-53.

Deluz Jean-Jacques, 1988, Lurbanisme et larchitecture dAlger, aperçu critique, Alger, office des publications universitaires OPU et Pierre Mardaga.

Despois Jean, 1953, Le Hodna, Paris, Presse universitaires de France.

Doudou Omar et al., 1990, Rénovation urbaine dun ancien quartier de la médina de Msila. Cas dEl Argoub, Mémoire de fin de cycle pour l’obtention du diplôme d’architecte d’état, Institut d’architecture, Biskra, Algérie.

Esclangnon-Morin Valérie, 2006, «  Les Français d’Algérie ou la constitution d’une communauté française à partir d’une double migration  », colloque Pour une histoire critique et citoyenne. Le cas de lhistoire franco-algérienne, 20-22 juin, Lyon.

Gharbi Mohamed Lazhar, 2001, « le patrimoine colonial au Maghreb » Mémoires et histoires croisées des décolonisations. Maghreb-France, présentée aux journées d’études organisées par le cmcu Manouba - Paris VII,
http://www.hermes.jussieu.fr/rephisto.php?id=1

Huart Cl ,1936, « Kul-Oghli », Encyclopaedia of Islam, First Edition (1913-1936). Edited by M. Th. Houstama, T.W. Arnold, R. Basset, R. Hartmann. Brill Online, 2013. Reference. 24 september 2013 http://www.encquran.brill.nl/entries/encycloaedia-of-islam-1/Kul-oghli-SIM_4317.

Ibn Khaldoun, 2003, Histoire des berbères et des dynasties musulmanes de lAfrique septentrionale, Alger, Berti.

Jeudy Henri-Pierre, 2001, La machinerie patrimoniale, Paris, Sens & Tonka.

Lebaal Nourreddine et Zerouala Mohamed Salah, 1997, « Sauvegarde du patrimoine architectural dans les pays en voie de développement, cas de l’Algérie », actes du séminaire international en architecture, LArchitecture et la ville dans le contexte algérien, stratégies conceptuelles appropriées, Biskra le 10 et 11 Novembre, p. 281-289.

Le Garrec Sylvaine, 2006, le renouvellement urbain, la genèse dune notion fourre-tout, Plan Urbanisme Construction, Paris, Architecture(PUCA), CERTU, février.

Malvreti Xavier et Pinon Pierre, 1997, la ville régulière, modèle et tracés, Paris, Picard.

Mechta Karim, 1991, Maghreb : architecture et urbanisme : patrimoine, tradition et modernité, Paris, Publisud.

Metlasi Mohamed, 2003, « L’architecture de la France coloniale au Maroc », Quantara, n°48, Institut du monde arabe, Paris, p. 49-51

Mili Mohamed, Moussi Abdelkader, Bensaada Mourad, 2009, Revalorisation du centre ville colonial de Msila, Mémoire de fin de cycle pour l’obtention du diplôme d’ingénieur d’état, Institut de gestion des techniques urbaines, M’sila, Algérie.

Oulebsir Nabila, 1998, « Du politique à l’esthétique :l’architecture néo mauresque à Alger », in Dakhlia J. (dir.), Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit, Paris, Actes Sud, p. 299-321

—, 2004, Les Usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie, 1830-1930, Paris, La Maison des sciences de l’homme.

Oulebsir Nabila et al., 2003, Alger. Paysage urbain et architectures, 1800-2000, Paris/Besançon, L’Imprimeur

Oulebsir Nabila et Volait Mercedes (dir.), 2009, Lorientalisme architectural, entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard CNRS

Picard Malverti Aleth, 1989, « Lotissements et colonisation et colonisation en Algérie », Villes en Parallèle n° 14, juin.

Poulle A, 1861, « Ruines de Bechilga (ancienne Zabi) », Revue Africaine V.

Poulot Dominique, 1998, Patrimoine et modernité, Paris, l’Harmattan.

—, 2006, « Introduction », « Défendre le patrimoine, cultiver l’émotion », Culture et musée , Arles, Actes Sud, n°8, p. 13-25.

Redjem Sandra et al., 2011, La mutation spatio-fonctionnelle dun quartier résidentiel colonial. Cas du quartier Sidi Mabrouk, Mémoire de magister non éditée, Département d’architecture, Constantine, Algérie.

Said Edward, 1978, Orientalisme, New York, Vintages Books.

Sebhi Salim, 1987, Mutations du monde rural algérien, le Hodna, Alger, office des publications universitaires.

Sriti et al., 2002, « Le damier colonial de Biskra ou lhistoire de la marginalisation dun centre ville », Courrier du savoir scientifique et technologique, n° 06-02, juin, p.53-39

Vacher Hélène, 2003, « Villes et colonisation aux xixe-xxe siècles :approches et problématiques d’un avatar urbain depuis la seconde guerre mondiale », in Villes rattachées, villes reconfigurées:entre rupture et intégration, Denise Turrel (dir.), Tours.

Vayssettes E., 1861, « De Bou-Saada à Batna, par Msila, Bordj-Barika et Tobna », Revue Africaine V.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

2 . D’après Despois (1953, p. 352) des centres du Hodna, d’origine antique ou médiévale qui ont pu résister aux guerres et à la bédouinisation du pays tels que Barika, Ngaous et Mdoukal, seule M’sila doit à son ancienneté et à son passé d’être appelée médina

3 . La permanence de cette médina est, d’après Ibn Khaldoun, expliquée par l’importance de son site d’implantation qui se trouve sur la grande voie qui a toujours traversée les plaines du Hodna d’Est en Ouest au Nord de la Sebkha ainsi que sur les bords de l’oued le plus riche et le moins irrégulier, le Ksob

4 . La dachera est le nom indigène donné au quartier, c’est le synonyme de Houma dans les villes du nord algérien

5 . Connus en Algérie par le terme Korghli : enfants parfois illégitimes issus de l’union de soldats Turcs et de mères autochtones

6 . À l’exception des quartiers d’El Argoub et d’El Kouche qui ont gardé, jusqu’à présent leurs tracés urbains originels, le reste de la vieille ville notamment les quartiers de Kherbet Tellis, de Chettaoua et de Kraghla ont disparu après le séisme de 1965.

7 . Le Senatus-Consulte du 22 avril 1863 fut promulgué par Napoléon III connu, d’après Sebhi (1987), pour ses idées libérales et son désir de créer un royaume arabe.

8 . Les deux grandes tribus Hodnéennes les Ouled Derraj et les Ouled Madhi furent scindées, entre 1866 et 1904, en une vingtaine de douars.

9 . Le sentiment d’une provenance commune a entraîné les différentes tribus du Hodna à se grouper en tribus appelées Arch. La terre Arch est la propriété foncière de toute la tribu, elle ne s’individualise pas. La collectivité attribue à chaque chef de famille la parcelle à laquelle il a droit et dont il devient usufruitier perpétuel.

10 . Dans la logique administrative coloniale, les communes mixtes sont celles qui regroupaient à la fois des algériens indigènes et des européens, elles furent placées sous l’autorité d’un administrateur civil. Elles s’opposèrent aux communes de plein exercice dans lesquelles vivaient les populations européennes et qui jouissaient de quelques attributions dévolues aux communes de la métropole ; comme elles se distinguèrent des communes situées au Sahara, dirigées par un militaire au grade de capitaine, appelées les bureaux arabes.

11 . D’après Esclangnon-Morin (2006) dés 1841 le général Bugeaud concéda, entre 1851 et 1861, 50 000 hectares à 51 sociétés et 250 000 hectares à la petite colonisation.

12 . Ce verger avait été cédé par l’administration coloniale à Mr Jean Louis. Il comprenait une habitation de type villa et une exploitation agricole. Il fut vendu au début du xxe siècle à un français musulman un certain Bentoumi dit Baait. Plus tard, le verger a été acquis aux enchères par Mr Ali Boudia, aux environs des années 1925. La villa fut confisquée par l’administration coloniale qui la transforma en caserne militaire et siège du 2e bureau de renseignement et d’enquête (D’après le témoignage de Mr Said Arioua).

13 . Ces deux types sont issus de l’architecture pavillonnaire européenne. La conception domestique indigène précoloniale était toute différente. L’organisation spatiale était centrée autour d’une cour, qui prend l’appellation de Mrah dans cette région du Hodna, autour duquel s’agençaient les pièces d’habitation qui ne communiquent pas directement entre elles.

14 . 74% des 44,3 % qui datent de l’époque coloniale, soit 78 bâtisses.

15 . L’état altérée renvoi à des bâtisses qui nécessitent de grosses réparations tels que le rétablissement des murs, poutres et parfois même, de parties de couvertures. L’état moyen renvoi à des réparations des ouvertures (portes et fenêtres), ornementation, travaux sur véranda. Les édifices qui ne nécessitent que des travaux d’entretien sommaire ont été considérés comme dans un état acceptable.

16 . Le Waqf appelé en Algérie Houbous est, dans le droit islamique une donation faite à perpétuité par un particulier à une œuvre d’utilité publique, pieuse ou charitable. Le bien donné en usufruit est inaliénable.

17 . Le «Mossala» est une salle de prière, elle diffère de la mosquée. Elle peut accueillir les cinq prières journalières, mais pas la grande prière du vendredi.

18 . Biens immobiliers d’anciens colons, abandonnés à l’indépendance de l’Algérie, restés vacants. Ces biens sont, dès lors, inscrits au nom de l’Etat. Actuellement, ils sont des biens domaniaux. Selon le directeur des Domaines Mohamed Himour, seules les personnes, quelle que soit leur nationalité, qui n’ont pas quitté l’Algérie à l’indépendance ou dans les années soixante peuvent réclamer une restitution ou une indemnisation de leurs biens.

19 . Par modifications illicites, sont entendues, les reconstructions faites, sans recours à la demande de permis de construire.

20 . Le Hodna oriental spécifiquement les localités de Belaiba, Magra, Berhoume et Barika sont considérées comme ayant été, durant la période de l’instabilité politique en Algérie, une plaque tournante de la contrebande et du marché noir, grande zone de libre-échange illégal. Cette région a pris son essor économique par le développement de l’économie dite «informelle» et différents types de marchés parallèles, allant des matériaux de construction aux voitures d’occasion ou les pièces détachées, en passant même par l’importation de certains produits prohibés, au point de constituer un puissant soubassement socio-économique de toute cette région. Les riches guebli ou ex-trabendistes, les barons de l’informel, alléchés par la demande très forte de certains produits et leur rareté sur le marché algérien, utilisaient des réseaux d’approvisionnement et de distribution illégaux à peine imaginables. En agissant par groupes appartenant, parfois à la même grande famille élargie, ils occupaient les créneaux où l’État marquait un véritable déficit.

21 . Pour bon nombre de sociétés colonisées, le patrimoine fut recyclé dans un but politico idéologique. En Europe cette notion est depuis un certain nombre d’années corrélée à des questions d’industrie touristique et de qualité de vie.

22 . Loi 98-04 04 Safar 1419 correspondant au 15 juin 1998 relative à la protection du patrimoine culturel.

23 . Prétextes donnés par les guebli pour justifier leurs choix d’intervention, recueillis en 2009, lors d’une enquête menée par le biais de l’interview non directif, par les auteurs, dans le cadre d’un projet de recherche (CNEPRU) intitulé :Système morphologique de l’architecture coloniale cas du quartier colonial de la ville de M’sila.

24 . Un grand déséquilibre est noté en matière de classement des sites et monuments historiques de l’héritage récent des xixe et xxe siècles est observé en Algérie, d’une part entre les métropoles et, d’autre part entre les villes moyennes du Nord et celles du sud du pays. À titre d’exemples, la métropole d’Alger jouit du taux de classement le plus élevé qui avoisine 15% de l’ensemble des classements effectués depuis l’indépendance, la willaya de Constantine n’en a bénéficié que d’un seul, alors que 12 wilayates sur les 48 que compte le pays n’ont été investis d’aucun classement. De même, d’après Benkari (2003) 73% de l’ensemble des sites classés se trouvent sur le 1/6e Nord du territoire.

25 . D’après Aich et al., (2006), L’examen détaillé des critères de classement des monuments et sites historiques coloniaux classés depuis l’indépendance de l’Algérie, révèle que dans de nombreux cas, ces édifices ont été consacrés plutôt pour leur valeur symbolique (commémorant des événements historiques et obéissant avant tout à une volonté de reconnaissance des actes de résistances) que leur valeur architecturale ou artistique.

1 . Authenticité suggère par définition, selon Bacha (2011) exactitude et incontestabilité de l’origine, pourtant, dans les pratiques de patrimonialisation des États, le mot a, au contraire, été revendiqué pour des ensembles élaborés après sélection, manipulation de référents patrimoniaux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La zone d’étude situation géographique et formation spatiale
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 2. La première installation urbaine coloniale aux abords du quartier d’El Argoub aux alentours de 1895
Légende Carte réalisée par l’auteur selon les indications de Despois, 1953. Cliché www.Delcampe.net
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 1. Évolution des différentes fraction de la population de M’sila(xixe-xxe)
Légende Réalisé par l’auteur, selon Despois 1953
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 3. Tracé parcellaire du centre colonial d’Eldhahra
Légende Réalisé par l’auteur. Cliché www.Delcampe.net
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 4. Les équipements de la ville coloniale
Légende Clichés www.Delcampe.net
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 5. Les équipements coloniaux de type arabo-mauresque
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 6. Exemple de maison coloniale à alignement appelée maison « sur rue »
Légende Réalisé par l’auteur.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 7. Exemples de maisons coloniales à retrait appelées maisons « à véranda »
Légende Réalisé par l’auteur.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 2. Typologie des éléments architecturaux de l’époque coloniale
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 8. Situation de l’ancien centre ville colonial dans la ville actuelle de M’sila
Légende Réalisé par l’auteur.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 9. État des maisons coloniales à M’sila
Légende Clichés de l’auteur.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 10a. Récupération de la véranda
Légende Réalisé par l’auteur.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 10b. Récupération de la véranda
Légende Clichés de l’auteur.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 11. Modification par rajout d’un étage
Légende Clichés de l’auteur.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 12. Surélevation des murs de clôture
Légende Réalisé par l’auteur.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 13. Obstruction et/ou rajout d’ouvertures
Légende Cliché de l’auteur.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 14. Exemples de maisons de type « Diar Charpenti » commanditées par les Guebli dans les localités de Berhoum et de Magra
Légende Réalisé par l’auteur.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2113/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hynda Boutabba, Abdallah Farhi et Mohamed Mili, « Le patrimoine architectural colonial dans la région du Hodna, un héritage en voie de disparition. Cas de la ville de M’sila en Algérie », L’Année du Maghreb, 10 | 2014, 269-295.

Référence électronique

Hynda Boutabba, Abdallah Farhi et Mohamed Mili, « Le patrimoine architectural colonial dans la région du Hodna, un héritage en voie de disparition. Cas de la ville de M’sila en Algérie », L’Année du Maghreb [En ligne], 10 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2113 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2113

Haut de page

Auteurs

Hynda Boutabba

Maître de conférences en Architecture, Institut de gestion des techniques urbaines, université de M’sila/Algérie, hynda.boutabba@gmail.com

Abdallah Farhi

Professeur en Architecture, Département d’architecture, université de Biskra/Algérie

Mohamed Mili

Maître assistant en Architecture, Institut de gestion des techniques urbaines, université de M’sila/Algérie

Haut de page