Navigation – Plan du site

Dossier de recherche 14 | 2016-I : 
Musiques et sociétés au Maghreb

Yvan Gastaut, Hadj Miliani et Naïma Yahi

Calendrier du dossier 

- 15 décembre 2014 : publication de l’appel à communication (échéance : 1er février 2015)
- 16 février 2015 : sélection à partir des résumés de communication et (10-15 propositions)
- 1er juillet 2015 : réception des contributions et début du processus d’évaluation (15 juillet)
- 15 décembre 2015 : limite de renvoi par les auteurs de la version définitive des articles
- 15 mars 2016 : Envoi du numéro à l’éditeur
- 15 juin 2016 : parution du numéro 14 de l’Année du Maghreb (avec des varia)

Argumentaire

La chanson de variété au Maghreb nous raconte des histoires de migrations et de circulations. Nombreuses sont les figures du Panthéon de la chanson populaire maghrébine à avoir chanté les affres de l’exil. Ces dernières années, de multiples productions scientifiques ont tenté de retracer ces circulations musicales et linguistiques, notamment en contexte de migration coloniale et postcoloniale, à travers le parcours de vedettes des années 1950-70 mettant l’accent sur leurs identités complexes.

Dans la mesure où la chanson irrigue les imaginaires, il apparaît essentiel de mesurer sa propension à illustrer la diversité et à la valoriser dans l’espace public à différentes périodes.

Dans le contexte maghrébin, l’héritage des écoles arabo-andalouses croise le dynamisme de la tradition orale berbère, le savoir-faire des grands maîtres de l’Andalou de confession juive, et la chanson de variété moderne qui naît en terre d’exil. Il s’agira alors de cerner les trajectoires des artistes qui mènent à l’hybridation de la chanson maghrébine en Méditerranée, espace interculturel de prédilection, qui bouleversent les traditions musicales maghrébines au xxe siècle. En tenant compte du contexte socio-politique et linguistique qui préside à faire de la chanson de variété un miroir des enjeux de la décolonisation de ces territoires, les contributeurs sont invités à réfléchir également au devenir de ces patrimoines musicaux mis en tension par le renouvellement générationnel qui s’opère notamment au sein de la communauté juive du Maghreb, durablement exilée, ou auprès des descendants d’immigrés qui se réapproprient – ou non – ce patrimoine venu d’outre-Méditerranée. Au sein des sociétés d’origines, il s’agira également de mettre en perspective ce qui procède d’une part, de ce dialogue intra-maghrébin et ce qui procède d’autre part d’une réinterprétation des fondamentaux de la tradition classique – Maalouf, Chaabi, Arabo-andalou, Hawzi, etc... – à la lumière des dynamiques d’émancipation propres aux sociétés du Maghreb et qui donnent naissance par exemple au rock arabe des années 1970 ou à la déferlante « Raï » des années 1980-1990.

Ce numéro s’attachera également à réfléchir au processus de production et à la question du marché du disque tout au long de la période, permettant de cerner les grandes séquences qui favorisent l’émergence de ces générations d’artistes, notamment en situation d’exil, mais aussi dans les pays d’origine qui bénéficient à l’époque coloniale de la présence de succursales de grandes maisons de disques occidentales. Ce marché des biens culturels pourra également être envisagé du point de vue des publics et du droit d’auteur qui reste une notion juridique fragile à mobiliser au Maghreb. Il pourra être aussi envisagé du point de vue des scènes émergentes et des festivals.

Plusieurs champs d’investigation historique seront distingués : parcours et destinées d’artistes, études des textes et de la musique avec leur mise en image (scopitones et clips), réception d’œuvres particulièrement significatives ou ensemble d’œuvres situées dans une période donnée, événements particuliers, investissement des artistes dans le champ politique, histoire de l’édition phonographique, dimension économique de la production des œuvres, ou mise en valeur de fonds d’archives originaux.

Aux chanteurs qui ont vécu l’expérience migratoire mais dont l’identité artistique est dissolue dans l’appellation « chanson de l’exil», viendront s’ajouter ceux qui produisent un répertoire typiquement maghrébin, non exempt des influences de la mondialisation. Comment définir ce répertoire maghrébin en perpétuelle circulation et hybridation notamment désormais grâce au renouveau des médias arabes qui permettent de décloisonner le vedettariat en dehors de la seule sphère occidentale ? (cf. Arab Idol etc…). Le parcours de ces artistes, riche de ses entrelacs avec l’histoire, donne à lire certains aspects du processus de patrimonialisation des répertoires diasporiques incluant les communautés juives : quel transmission et devenir pour ce répertoire au sein de la communauté juive exilée ? Ce dossier fera sa place à l’analyse des corpus de chansons : il s’agira de montrer comment une chanson, à travers son texte, son succès et son interprétation multiple avec sa mise en scène sous forme clip ou en « live » est susceptible d’améliorer la connaissance du rapport à la société maghrébine et son imaginaire quant à l’immigration, les rapports amoureux, l’identité ou les aspirations de la jeunesse. L’ambition sera de replacer des textes dans leur contexte et dans la manière dont ils s’élaborent et de voir en quoi, dans leur période, ces chansons sont significatives d’une ambiance et d’un état d’esprit vis à vis des mœurs d’une société.

Procédure de soumission

Pour soumettre un projet de contribution, merci de bien vouloir
cliquer sur le lien vers le formulaire de soumission.
Les propositions sont ouvertes jusqu’au 1er février 2015