Navigation – Plan du site
Dossier : Villes et urbanités au Maghreb
Pratiques urbaines et lien social

L’arrivée des centres commerciaux dans les marges urbaines de Rabat : Des lieux inédits de sociabilité et de déambulation urbaine

The emergence of shopping centers in the urban outskirts of Rabat:
new forms of sociability
Tarik Harroud
p. 75-89

Résumés

La contribution porte sur l’analyse des recompositions spatiales et socioculturelles induites par la multiplication des centres commerciaux dans la périphérie de Rabat. Apparus au cours de la décennie 90, ces espaces marchands se sont fortement multipliés au cours de ces dernières années au point de constituer l’un des pôles les plus attractifs à l’échelle de la capitale. Il suffit d’observer l’importance des flux qui y convergent à la fin de la semaine pour attester de l’importance qu’ils occupent désormais dans les pratiques spatiales et sociales d’une frange considérable des Rbatis.

Avec une offre commerciale diversifiée et bien mise en scène, ces lieux sont de plus en plus plébiscités par un public hétérogène, pour une pluralité d’usages non marchands rappelant les pratiques déambulatoires des rues publiques (rencontre, déambulation, lèche-vitrine, etc.). Sur la base d’une série d’investigations conduites dans ces lieux (quatre malls de Rabat) mêlant observation dense des modalités de leur usage social et analyse des représentations qui leur sont associées par un échantillon d’usagers, la contribution montre l’émergence en leur sein de nouvelles formes de sociabilité révélatrices d’un rapport inédit à la ville et ses fondements caractéristiques (espace public, centralité urbaine, identité urbaine, etc.). Incarnant des valeurs et des images renvoyant à l’Occident et la culture de consommation, ces lieux sont surtout investis par les jeunes Rbatis qui en font des espaces privilégiés de rencontre, de côtoiement mixte et d’affichage social où le paraitre et les biens de consommation (accessoires et objets signés) occupent une place prépondérante.

Haut de page

Texte intégral

L’avènement d’une nouvelle forme commerciale à Rabat

  • 1 . Les malls sont des appellations anglophones issues de l’expression américaine Shopping mall qui s (...)

1Méga Mall1, Morocco Mall, Arribat Mall, Anfa Mall, etc., sont autant d’appellations par lesquelles sont désignés ces centres commerciaux géants qui ne cessent de s’implanter dans les grandes villes du royaume. Conçus sur le modèle des malls américains et des pays du Golfe arabe, ces nouvelles concentrations commerciales structurent de plus en plus le paysage de la plupart des villes marocaines et de leurs périphéries urbaines au point de figurer parmi leurs pôles commerciaux les plus attractifs. Il suffit d’observer le nombre considérable des flux humains et carrossables qui y convergent à la fin de la semaine pour témoigner des fortes dynamiques de polarisation qu’ils induisent au niveau des espaces de leur implantation.

  • 2 . Une bonne partie de ces investigations ont été conduites dans le cadre d’une thèse de doctorat qu (...)

2L’ouverture d’un nouveau centre commercial est à cet effet une occasion idéale pour observer l’ampleur de l’engouement social affiché pour ce type d’équipements2. Ainsi, l’inauguration en 2005 du Méga Mall, premier mall à vocation récréative au Maroc, a constitué un événement très médiatisé à Rabat. Un public considérable (tous profils confondus), s’est amassé dans son parking et devant ses portes principales, créant une scène spectaculaire. À en croire les témoignages des responsables locaux et des récits médiatiques commentant cet événement, jamais le quartier huppé de Souissi n’avait connu une telle agitation.

3Au regard de leur rythme de multiplication et de la taille grandissante des flux qu’ils drainent, ces équipements représentent un véritable phénomène social émergent au Maroc. Ils constituent des lieux « révélateur(s) de l’occidentalisation des modes de vie locaux et de l’ouverture de [la] population aux nouvelles formes de la société de consommation». (Barthel et Smida, 2002)

4Une observation régulière des modes de fréquentation des principaux centres commerciaux de la capitale montre à quel point ces « vitrines de l’Occident » (Bennani-Chraibi, 2008), sont plébiscitées par un public nombreux et hétérogène. Des femmes comme des hommes, des solitaires comme des groupes de chalands, s’y côtoient dans une grande diversité d’usages sociaux. Au-delà des pratiques d’achat et d’approvisionnement, on y observe, aussi, différentes formes de socialisation et de coprésence allant de la déambulation à la rencontre sociale.

  • 3 . Les travaux sur la notion de sociabilité remontent aux premières réflexions conduites par Simmel (...)

5Autant de pratiques qui invitent à se demander, au regard de l’abandon progressif des boulevards et rues publiques, lieux jadis privilégiés pour la déambulation urbaine des différentes couches sociales, si ce n’est pas dans ces équipements marchands et importés que s’inventent de nouvelles formes de sociabilité3.

  • 4 . La présente contribution ne prétend nullement apporter des définitions à cette notion complexe et (...)

6Nous inscrivons l’analyse des formes de sociabilité à l’œuvre dans ces malls dans le prolongement d’un ensemble de travaux conduits sur le monde arabe et le Maroc en particulier depuis le début des années 80. Ces travaux se sont intéressés aux rapports sociaux et aux formes d’être ensemble qui se déploient dans différents types d’espaces publics4 à commencer par les analyses pertinentes faites par Françoise Navez-Bouchanine sur les formes de sociabilités à l’œuvre dans des espaces communs particuliers comme les jardins et les parcs récréatifs notamment par les jeunes marocains (Navez-Bouchanine, 2005). Dans la même lignée s’inscrivent les travaux réalisés par Gillot et Monqid sur l’accès des femmes à l’espace public en général et particulièrement aux jardins publics de Rabat qui ont montré, à partir des observations fines, l’émergence de sociabilités mixtes et juvéniles dans ces espaces « parenthèses » dans la ville (Gillot, 2007 ; Monqid, 2011). Enfin Hannah met en exergue de nouvelles facettes du rapport des Marocains et particulièrement des femmes marocaines à un nouveau type d’espaces marchands en émergence dans les grandes villes marocaines : les fast-foods américains. Elle montre comment les symboles occidentalisés de ces espaces « importés » favorisent le déploiement de pratiques et de représentations inédites de l’espace commun par les femmes marocaines.(Hannah, 1995) Concernant l’accès des femmes aux nouveaux espaces marchands comme les centres commerciaux, il faut retenir particulièrement les travaux d’Obaza en Égypte et de Le Renard en Arabie Saoudite qui ont analysé finement les modalités d’investissement de ces espaces par les femmes et les formes de sociabilité qui y émergent. (Obaza, 2009 ; Le Renard, 2009)

7Tout en s’inscrivant dans le sillage de ces réflexions, la présente contribution tente par ailleurs d’apporter d’autres éclairages sur la manière avec laquelle les femmes et plus généralement les jeunes investissent ces structures marchandes en mettent l’accent davantage sur l’importance qu’occupent désormais le consumérisme, l’image, l’hédonisme et le paraitre, dans leur rapport au soi, à l’autre et plus généralement à la ville.

  • 5 . Cet outil s’est avéré très adapté pour l’étude des centres commerciaux dans lesquels les vigiles (...)
  • 6 . Il s’agit d’un échantillon qualitatif et exploratoire composé d’une vingtaine d’usagers aux profi (...)

8C’est à partir du cas spécifique de Rabat, première ville du Maroc ayant connu l’implantation de ces malls à la fin des années 1990 que cette contribution tente d’explorer quelques-unes des recompositions sociales et culturelles induites par ces équipements commerciaux. Elle mettra l’accent particulièrement sur les sociabilités et les formes d’être ensemble qui émergent dans ces lieux. Pour ce faire, des investigations principalement qualitatives ont été conduites sur quatre malls les plus importants de la capitale (situées dans ses zones péricentrales et périphériques de Rabat) combinant des séances d’observation5 des modalités de leur utilisation sociale avec des entretiens réalisés auprès d’un échantillon exploratoire de leurs usagers et promoteurs commerciaux6.

La mise en scène de « lieux de vie » attractifs : Favoriser des sociabilités autour de la consommation

  • 7 . Premier centre commercial à vocation alimentaire au Maroc, associant une grande surface alimentai (...)
  • 8 . En l’espace seulement de quelques années, précisément entre 2004 et 2010, Rabat a connu l’implant (...)
  • 9 . Ne dépassant pas les 20% au cours des années 1990, le taux de motorisation avoisine à la fin des (...)

9Si l’apparition des premiers centres commerciaux dans la capitale administrative remonte à la fin des années 1980 avec la création du Marjane Bou Regreg7, la multiplication proprement dite de ces espaces et leur diversification par l’apparition de malls géants n’ont été observées qu’à partir de la fin de la décennie 20008. La concomitance d’une conjoncture économique et politique favorable à l’investissement privé (impulsée avec l’arrivée du nouveau Roi) conjuguée à l’amélioration sensible des pouvoirs d’achat des Rbatis et l’augmentation remarquable des taux de motorisation9, justifie une telle multiplication qui va s’accompagner de l’émergence de grands centres commerciaux.

  • 10 . Il d’agit en général, pour les malls les plus récents installés à Rabat, d’investisseurs issus de (...)
  • 11 . Il faut y ajouter l’intérêt majeur qui leur a été porté par les pouvoirs publics qui leur ont acc (...)

10Initiés pour la plupart d’entre eux par des promoteurs étrangers10 en association avec des investisseurs locaux (Holdings financiers, grandes entreprises immobilières), ces équipements colossaux offrent un programme dense et diversifié, justifiant la taille considérable des investissements mobilisés pour leur réalisation11. L’analyse de leur offre commerciale révèle par ailleurs la diversité et la pluralité des activités commerciales et récréatives qu’ils proposent.

  • 12 . A l’instar des shoppings malls américains, l’aménagement des malls de Rabat repose sur cette noti (...)

11Shopping, approvisionnement, distraction, divertissement, sport, culture, animation autant d’activités par lesquelles leurs promoteurs entendent multiplier et diversifier leur usage social. Aux espaces marchands d’achat et de consommation s’ajoutent des lieux « non marchands » de détente et de rencontre (placettes, bancs, galeries), le tout agencé dans des espaces très bien mis en scène, favorables aux pratiques de flânerie et de rencontre. Il s’agit de configurations déambulatoires agrémentées par du mobilier urbain et des éléments de décoration qui rappellent le plus souvent les ambiances des lieux publics de la ville12. (Lemarchand, 2008)

  • 13 . Extrait d’une note de présentation du Méga mall publiée sur son site Internet (www.megamall.ma)

12Les discours de leurs promoteurs et les spots publicitaires qu’ils affichent, mettent souvent l’accent dans ce sens sur la vocation sociale et culturelle de leurs équipements comme lieux d’animation, de sociabilité et de détente. C’est ce qu’indique le directeur du Méga Mall lorsqu’il souligne que « Le Méga Mall a été conçu comme un projet d’envergure réhabilitant les grands aménagements urbains avec comme souci la réalisation d’un véritable lieu de vie à la fois esthétique, convivial et ouvert sur son environnement. Malgré sa taille, le Méga Mall demeure à dimension humaine… [Il] s’adapte parfaitement à l’idée que les centres commerciaux sont beaucoup plus que de simples lieux commerciaux. La pratique commerciale se double souvent d’une pratique de curiosité et de balade. Il y a également une pratique de socialisation qui correspond à un besoin de contacts sociaux »13.

Photographie n°1. Exemples de nouveaux malls implantés à rabat, Méga mall et Rabat Galery

Photographie n°1. Exemples de nouveaux malls implantés à rabat, Méga mall et Rabat Galery

(cliché : T. Harroud, 2009)

  • 14 . Le nombre assez limité de ces bancs, le nombre de places qu’ils contiennent (maximum deux places) (...)
  • 15 . Le rassemblement des foules, les occupations prolongées des bancs et des axes de circulation, les (...)

13Une observation récurrente des modalités d’accès et d’utilisation de ces espaces laisse entrevoir toutefois des logiques sélectives et restrictives qui révèlent leur vocation marchande et mercantile. Les stratégies de ciblage d’une clientèle aisée et solvable, la prédominance d’une offre commerciale de luxe, l’adoption de dispositifs de contrôle et de surveillance, sont autant d’indications qui témoignent de leur vocation marchande. Ces stratégies limitent, ainsi, le déploiement d’une sociabilité libre en favorisent plutôt des rencontres affinitaires et homogènes axées sur la consommation. En effet les pratiques de sociabilité qui y sont privilégiées sont associées aux capacités de consommation des usagers. Consommer les produits et services qui sont offerts donne le droit à leurs consommateurs de bénéficier d’un ensemble d’avantages dont la possibilité de s’y côtoyer et de se distraire plus librement. C’est ainsi que les espaces de consommation (cafés, fast-food, espaces de loisirs, de jeux, etc.) sont mis en scène pour favoriser les pratiques de rencontre, tandis que les espaces non marchands de distribution (galeries, placettes, bancs14 etc.) propices aux pratiques de rencontre et de déambulation, sont configurées pour limiter ou réduire les pratiques de leur appropriation comme lieux de rencontre, d’attroupement et déambulation15. La responsable commerciale du Méga Mall le confirme bien dans ce propos : « Si l’on tolère parfois la présence de pratiques de promenade dans notre mall cela ne doit pas prendre une ampleur importante car à la longue ça va nuire à notre image, ces pratiques sont autorisées mais pour une certaine limite » (d’après l’entretien réalisé avec A. Iraki, 2010, responsable commerciale de l’enseigne). Face aux divers dispositifs de contrôle et normalisation de l’usage social de ces malls, il sera opportun de s’interroger comment les usagers, dans leurs divers profils sociaux, parviennent à se balader et se côtoyer dans ces univers « surveillés ».

Des lieux très prisés : des formes de mixité et des pratiques sociales diversifiées

  • 16 . Selon les études marketing publiées par la chaîne Marjane (propriétaire du plus grand réseau de c (...)

14Si les discours de la plupart des promoteurs des malls de Rabat, à travers les sondages de fréquentation qu’ils réalisent régulièrement, insistent sur la prédominance d’une clientèle aisée composée essentiellement de cadres moyens et supérieurs16, nos propres observations des fréquentations, faites sur une longueur d’une journée ou d’une semaine, montrent l’hétérogénéité des profils sociaux de leur clientèle. Bien que quasi dominante, la proportion des catégories aisées n’exclut pas toutefois la présence (bien que marginale) d’autres profils sociaux aux faibles revenus, constituées notamment de retraités, d’étudiants, de femmes de foyers, d’ouvriers, etc., dont la présence est remarquable à la fin de la semaine et pendant les périodes des soldes.

  • 17 . Il s’agit d’un espace de restauration partagé et entouré de plusieurs restaurants thématiques.

15Si les familles élargies et modestes viennent en masse, notamment en fin de semaine et les jours des vacances, pour investir les grandes surfaces alimentaires, les jeunes privilégient surtout les après-midi pour fréquenter les aires de jeux et le food-court17, tandis que les femmes accompagnées de leurs enfants viennent le mercredi après-midi dans les salles des jeux et les fast-foods. Enfin les jeunes couples constitués essentiellement de cadres moyens et supérieurs privilégient les temporalités tardives de la journée pour investir les restaurants et les cafés de luxe. Les rythmes de fréquentation de ces malls sont diversifiés selon les profils, révélant ainsi une sorte de mixité sociale qui peut être qualifiée de « désynchronisée » (Allain, 2009), dans laquelle les moments et les lieux de fréquentation tendent à se distinguer d’un individu et d’un groupe à l’autre.

Photographie n°2. Vue de la galerie commerciale du Marjane Ryad servant comme espace de déambulation

Photographie n°2. Vue de la galerie commerciale du Marjane Ryad servant comme espace de déambulation

(cliché : T. Harroud, 2013)

  • 18 . C’est ce que pointe également Michèle Jolé dans son observation d’un lieu public qui représentait (...)

16On pourrait même avancer que ces équipements figurent parmi les rares espaces communs de Rabat où des formes spécifiques de mixité sociale sont observées, ce qui contraste avec la désaffection croissante des lieux publics de la ville en tant que lieux de rencontre et de déambulation par les classes moyennes et supérieures18.

17La fin de la semaine, les périodes de fête et des promotions restent les moments opportuns pour observer la pluralité de ces usages sociaux, incluant des pratiques de consommation et de récréation. Les axes de distribution sont utilisés comme lieux de flânerie et de lèche-vitrines notamment par les jeunes et les familles modestes. Tandis que les placettes et les bancs qu’ils comportent, servent d’aires de récréation, de rencontre et de côtoiement pour les adolescents et les personnes âgées.

18Malgré les dispositifs dissuasifs des agents de sécurité, il est intéressent d’observer à ce sujet comment les jeunes et les adolescents occupent de façon prolongées les marches des escalators et les espaces interstitiels de ces malls pour se rencontrer et scruter les foules. Certaines familles y viennent juste pour découvrir ces ambiances de luxe et prestige qui y sont mises en scène sans que leur fréquentation se solde systématiquement par des achats, d’autres combinent leurs pratiques d’approvisionnement pour faire des balades de découverte dans la galerie marchande. C’est le cas de la famille Razzouk qui effectue ses courses hebdomadaires au centre commercial de Marjane : « Si l’on vient ici pour s’approvisionner chaque semaine c’est parce qu’il y a une diversité de choix et des produits de qualité mais surtout parce que c’est l’occasion pour tous les membres de la famille de déambuler ensemble et se distraire dans ces moments d’approvisionnement » (d’après l’entretien réalisé avec R.Razzouk, infirmier, 35 ans, 2012).

  • 19 . Il s’agit d’une galerie commerciale traditionnelle qui a marqué autrefois les pratiques d’achat e (...)

19Considérées comme des usages utilitaires, ces pratiques d’approvisionnement deviennent, alors, dans certaines circonstances spécifiques (soldes et animations), des sources de distraction et des possibilités d’exploration des lieux qui rappellent les pratiques d’autrefois de fréquentation des souks hebdomadaires et des kissariates19 de la Médina. Cet usage déambulatoire que font les couches populaires des grandes surfaces commerciales de Rabat, « n’est pas sans parenté avec l’usage fait du souk intra-médinal : on n’y va pas nécessairement pour faire des achats précis, mais pour se promener» (Navez-Bouchanine, 2005, p.113).

20Les jeunes adolescents dont une grande partie est issue des quartiers périphériques de Rabat font de ces malls des lieux très appréciés de rencontre et de détente « gratuite ». Ils y effectuent le plus souvent des allers-et-retours en se contentant parfois de glaces et rafraîchissements. Ces cheminements déambulatoires sont l’occasion de repérer, de façon assez visible, des formes plus ou moins intenses d’appropriation des axes de circulation qui leur servent d’espaces de repos, d’attroupement et d’exploration des lieux. Enfin dans les périodes de fêtes et des vacances, la plupart de ces malls organisent des manifestations culturelles et musicales ouvertes au public qui attirent des foules hétérogènes. Ces événements festifs sont l’occasion d’observer de façon plus remarquable des pratiques de rencontre et de sociabilité qui rappellent les ambiances de festivité ayant marqué autrefois le centre-ville de Rabat.

Des lieux de rencontre et de sociabilité juvéniles

21Parmi les pratiques sociales qui attirent l’attention des visiteurs de ces malls, figurent plus particulièrement les pratiques de rencontre et de coprésence faites le plus souvent par leur clientèle juvénile. Les entretiens effectués avec un échantillon d’entre eux montrent à quel point ces profils juvéniles identifient ces centres commerciaux à des lieux de rencontre et de retrouvaille entre les membres de leurs réseaux tant familial ou amical, que professionnel ou conjugal. Ces fréquentations collectives (en famille, en bandes, en couple, etc.) peuvent être affinitaires et électives, dans la mesure où elles s’établissent entre des intimes partageant un ensemble de caractéristiques et de valeurs communes. Les possibilités de nouer des contacts et des interactions verbales avec l’autre, « différent » ou étranger, semblent très réduites. Ce sont toutefois des interactions visuelles et corporelles qui dominent les liens entre les usagers anonymes.

22Dans ces équipements mis en scène autour du luxe et du paraitre, il est, en effet, frappant de constater la prédominance des sociabilités discrètes dominées par un jeu de corps et de regards.

23Des groupes spécifiques d’usagers (principalement les jeunes et les femmes) font souvent de ces malls des lieux d’exploration et d’affichage corporel. De par l’anonymat et l’ambiance occidentalisée de ces espaces, l’apparence physique et vestimentaire deviennent, alors, les principales informations qui s’imposent au regard des passants pour juger, catégoriser et rentrer en contact avec autrui.

24Le paraître devient, dans ces mises en scène, un élément capital afin de s’intégrer et se faire accepter dans ces centres commerciaux importés. De telles attitudes restent très perceptibles chez les jeunes adolescents, qui font de ces lieux des espaces privilégiés d’exhibition de leurs singularités individuelles. Ils ne cherchent pas seulement « à être vus », mais aussi « à être bien vus ». Dans le cadre de ces mises en scène du paraître, nous avons observé que certains groupes d’adolescents font de véritables « parades » et « défilés » au sein de la galerie marchande du Méga Mall. Ils font le tour de cette galerie en manifestant de façon ostentatoire leur paraître. Un jeu très visible et théâtralisé de corps et de regards, caractérise leur déambulation : « Cela fait une demi-heure qu’une bande de quatre adolescents font des allers et retours dans cet axe principal du Méga Mall. La façon dont ils ont mis en scène leur paraître attire les regards et la curiosité de ceux qui les croisent. En basket avec une casquette signée sur la tête, des tenues de sport d’Adidas ainsi que des coupes de cheveux très insolites rappellent les uniformes revêtus par les stars américaines de Rapp. À travers leurs façons de déambuler dans la galerie, de parler entre eux, de regarder les autres, d’établir des gestes relativement synchronisés, ces jeunes donnent l’impression qu’on est dans un véritable spectacle de Rapp ». (Extrait du notre de Journal de bord pour l’observation du Méga Mall, 2009).

25Mais à côté de ces sociabilités « muettes » du paraître, s’observent de façon plus fréquente des sociabilités affinitaires et verbales qui se tissent entre les jeunes. Des groupes de jeunes se donnent rendez-vous souvent aussi bien dans le hall principal du mall que dans le food-court et ses espaces de jeux. Ces lieux leur servent souvent d’espaces de retrouvaille avant de faire une déambulation collective dans la galerie marchande. Le food-court et le bowling du Méga Mall par exemple sont des lieux de plus en plus considérés comme des espaces réservés aux les jeunes et aux adolescents pour s’y côtoyer librement. Ces espaces ont acquis une réputation de lieux de rendez-vous et de mixité. Il est en effet rare d’y trouver des tables ou des places occupées par des profils autres que cette clientèle juvénile.

26Le caractère fermé et sécurisé de ces équipements est souvent mobilisé pour justifier l’ampleur et l’intensité des sociabilités juvéniles observées dans ces lieux. Mais c’est de côté des femmes et des jeunes filles qu’il convient d’apprécier ce type de sociabilités.

27Qualifiés, souvent par la plupart de femmes que nous avons interrogées, de hauts-lieux de modernité où se concentrent les marques et les enseignes internationales à l’échelle de Rabat, ces équipements restent des destinations très prisées par les jeunes « chalandes ». Les images et les valeurs qu’ils affichent correspondent parfaitement aux attentes et aspirations de cette clientèle en quête de lieux moins normés socialement dans lesquels elles peuvent interagir librement avec leurs amis des deux sexes.

28Les témoignages faits par un ensemble de jeunes (des deux sexes) interrogés à ce sujet révèlent que ces espaces sont souvent perçus comme « des parenthèses dans la ville » (Gillot, 2002) des sas entre l’extérieur et l’intérieur (Barthel et Smida, 2002) qui leur permettent de se détacher symboliquement de leur contexte urbain et de se « brancher » (ne serait-ce que virtuellement) à des contextes symboliques plus valorisants. Un tel constat est confirmé par la sociologue marocaine Bennani Chraïbi à propos des discours des jeunes marocains et égyptiens sur l’Occident. Elle indique que « la glorification de l’Occident qui structure souvent les discours des jeunes constitue fréquemment le paravent à une contestation de tout ce qui compose le lieu d’appartenance » (Bennani-Chraïbi, 1997). Les récits qu’ils mobilisent et les répertoires symboliques qu’ils utilisent, se rapportant souvent à l’idée de l’étranger (Kharij) et de l’extérieur (Barra), en attestent largement. Ainsi Saad (jeune étudiant) qui avait toujours rêvé d’émigrer à l’étranger et particulièrement aux USA perçoit sa visite régulière du Méga Mall comme une possibilité de se brancher à ce continent : « À chaque fois que je fréquente le Méga Mall, j’ai eu l’impression comme si j’étais dans une île américaine. La présence de ces équipements exceptionnels comme la patinoire et le bowling et la concentration de grandes marques américaines me procurent des sensations particulières». (M. Saad, étudiant en Droit, 22 ans).

29Bref, ces équipements, comme l’a bien souligné Obaza dans le contexte égyptien, constituent pour des jeunes Rbatis des pôles d’attraction dans lesquels ils « peuvent se rencontrer ou simplement déambuler. [Ils] peuvent venir des Ashwaiyyat (bidonvilles, zones d’habitat informel) mais une fois dans [le centre commercial] circonscrit et luxueux, la simulation et la revalorisation sociales (à travers l’habillement) deviennent disponibles, tout comme le sentiment qu’ils peuvent prendre part au monde meilleur, même si ce n’est qu’en faisant du lèche-vitrines » (Obaza, 2011, p.146)

30En ce qui concerne la présence remarquable des femmes dans ces équipements, il est reconnu aujourd’hui que l’accès de ces profils à l’espace public est un phénomène de plus en plus observé au Maroc (Monqid 2006). Ce qui est nouveau toutefois dans ces malls, c’est l’ampleur que prend une telle présence et surtout l’existence remarquable de groupes exclusivement féminins et de groupes mixtes de jeunes célibataires. Que ce soit dans les grandes surfaces alimentaires ou dans les espaces de shopping et de loisirs, on remarque la présence manifeste de groupes homogènes de femmes qui se côtoient et déambulent avec aisance. Le caractère fermé et occidentalisé de ces équipements branchés sur la mondialisation et surtout la présence d’un public plus ou moins filtré (en raison de leur faible accessibilité automobile etdu niveau des prix plus ou moins élevés des services et des biens qui y sont offerts) leur accordent une plus grande liberté de s’afficher socialement et de se côtoyer plus aisément.

  • 20 . C’est ce que pointe Davis Hannah à propos de la fréquentation des femmes marocaines des McDonalds (...)

31Leurs tenues vestimentaires, leurs postures plus ou moins décontractées et, parfois, les comportements sociaux de certaines d’entre elles (fumer une cigarette, y rester tardivement, discuter librement avec son copain) en sont les principales manifestations. Ces complexes marchands s’érigent ainsi en véritables « enceintes » de protection qui permettent aux jeunes filles de se libérer voire de « transgresser », les normes et les codes socialement imposés dans l’espace public et domestique (Hannah, 1995). Le propos suivant de Leila, une jeune étudiante d’une vingtaine d’années et cliente fidèle du Méga Mall, est éloquent : « C’est là où je me retrouve par rapport aux autres lieux que je fréquente dans la ville. Je m’y sens plus à l’aise. Les gens ici sont plus selects, plus « civilisés » et respectueux des femmes » (d’après l’entretien réalisé avec F. Leila, étudiante, 20 ans, 2010)20.

32En plus de ces coprésences strictement féminines, des côtoiements mixtes, réunissant des jeunes usagers de sexe distinct, sont également observés dans ces lieux marchands. De jeunes pairs célibataires se rencontrent librement dans les divers espaces de récréation et de loisirs. Leur côtoiement devient plus visible durant les heures tardives de la journée où les cafés et restaurants « branchés » deviennent moins peuplés et moins mélangés socialement.

33Ces rencontres mixtes sont tolérées, voire valorisées, par les gérants et les promoteurs des lieux récréatifs et ludiques (bowling, patinoire, cafés, salons de thé). Dans certains cafés du Méga Mall, on trouve des coins discrets et intimes qui sont réservés à de telles rencontres. De même, les animations et les manifestations musicales, organisées par certaines enseignes, favorisent la sociabilité et la danse entre les deux sexes.

34Dans un café « branché » du Méga Mall, nous avons pu observer, à l’occasion d’une soirée musicale, comment des garçons et des filles (épaules dénudées, pantalons serrés ou minijupes) s’amusent et dansent sur une piste qui leur a été aménagée. Une telle scène, qui peut être jugée choquante à l’extérieur du mall, prend, dans cette ambiance de fête, d’autres significations. À l’inverse du regard souvent codifié socialement adressé aux coprésences mixtes dans l’espace public « traditionnel », nous retrouvons, ici, un autre regard qui peut être indifférent, par certains profils sociaux comme les jeunes, à l’égard de ces côtoiements mixtes. C’est ce que pointe encore une fois Leila lorsqu’elle fait savoir que : « les gens admettent facilement qu’on se voit (elle et son copain) dans le centre commercial que de se rencontrer dans la rue. À aucun moment je me sens gênée dans ce food-court avec mon copain ». (D’après l’entretien réalisé avec F.Leila, étudiante, 20 ans, 2010)

35Enfin il est frappant de remarquer la présence, au sein de ces malls, d’autres types de sociabilités centrées sur les biens de consommation et les accessoires des marques et des boutiques franchisées. Un ensemble d’usagers (essentiellement des jeunes adolescents et des jeunes femmes), au regard de leur fréquentation régulière voire exclusive d’un ensemble de lieux de shopping, finissent progressivement par se connaître, se reconnaître dans un style vestimentaire particulier et constituer, au fil du temps, un réseau de passionnées. Un réseau qui peut se solder, dans certaines circonstances, par la formation de véritables liens de sociabilité et d’amitié.

36Ces sociabilités établies autour de ces produits de marque sont caractérisées par des formes de coprésence affinitaires qui ne sont pas basées sur les caractéristiques d’âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle, etc., mais plutôt sur les critères liés au style, au goût et à une affinité spécifique. Il s’agit de coprésences « émotionnelles » qui sont fondées autour d’une passion pour un objet de consommation. Celui-ci devient le ciment principal autour duquel se nouent et se tissent leurs sociabilités et leurs échanges.

37L’analyse des échanges verbaux qui s’établissent entre ces chalands « passionnés » montre que ces objets de consommation structurent et dominent le contenu de leurs discussions.

38À Marjane Ryad, il existe une importante enseigne internationale d’articles de sport qui attire un nombre considérable de jeunes et d’adolescents arborant le plus souvent des articles et des tenues sportives portant le nom de cette marque. Nous pouvons observer comme leur fréquentation de cette enseigne est marquée par cet échange de salutations qui s’instaure le plus souvent entre certains d’entre eux. Un échange furtif qui peut signifier une connaissance déjà établie comme il peut signifier (pour ceux qui ne se connaissent pas) une sorte de reconnaissance mutuelle.

Photographie n°3. Les cafés branchés du Méga Mall, lieux mixtes de rencontre des jeunes.

Photographie n°3. Les cafés branchés du Méga Mall, lieux mixtes de rencontre des jeunes.

(cliché : T. Harroud, 2010)

  • 21 . Il s’agit d’un centre commercial appartenant au groupe Chaabi, en référence à son patron Miloud C (...)

39Dans le même registre, la présence au centre commercial d’Aswak Assalam du Hay Ryad21, de boutiques commercialisant des uniformes dits « islamiques », justifie la présence d’un ensemble de jeunes femmes voilées qui plébiscitent ces magasins et finissent par former un réseau de passionnées et d’amies intimes autour de ces accessoires de consommation.

40Bref ces lieux, de par leurs ambiances occidentalisées et leurs configurations fermées, mettent en exergue de façon plus accentuée, des formes de sociabilité inédites qui sont révélatrices d’une urbanité en émergence dans ces lieux marchands.

Conclusion : des lieux d’urbanité en émergence

41L’analyse des modes de fréquentation des centres commerciaux implantés à Rabat et les usages sociaux qui s’y déploient, montre à quel point ces équipements sont le reflet de mutations sociales et culturelles touchant la société Rbatie (fragmentation socio-spatiale, consumérisme, occidentalisation des styles de vie, mobilité et motorisation grandissante, émancipation des femmes, etc.).

42Apparus juste au milieu de la décennie 2000, ces équipements parviennent à attirer un public nombreux et hétérogène qui y effectue une pluralité de pratiques qui ne sont pas strictement marchandes. Ils sont le théâtre à des pratiques sociales de rencontre et de flânerie qui mettent en avant la fonction récréative et déambulatoire que jouent désormais ces équipements auprès d’une frange considérable de ménages Rbatis.

  • 22 . Qui sont souvent qualifiés par un bon nombre d’usagers interrogés à ce sujet, défaillants et inca (...)

43Bien qu’ils soient de création récente (si l’on les compare, bien entendu, avec les espaces marchands enracinés de Rabat) et axés sur une vocation strictement marchande qui tend parfois à des pratiques implicites de sélectivité sociale, ces nouveaux équipements remplissent de plus en plus un ensemble de fonctions caractéristiques des lieux publics de Rabat (flânerie, rencontre, animation culturelle, sociabilité, etc.). Leurs promoteurs privés ont su, à la différence des gestionnaires publics22, mettre en scène des lieux communs attractifs qui répondent parfaitement aux nouvelles attentes hétérogènes et contradictoires d’une frange considérable de ménages Rbatis. Ces espaces forment ainsi de véritables espaces « ressources » auprès particulièrement des jeunes et des femmes qui leur permettent d’expérimenter des formes inédites de côtoiement et d’être ensemble.

44Les pratiques d’appropriation et de sociabilité assez intenses et les représentations fortes qui leur sont associées (en tant que lieux d’identification urbaine) invitent à se demander si ce n’est pas dans ces lieux privés et mondialisés qu’il faut observer l’émergence de nouvelles formes d’être ensemble à Rabat, particulièrement pour les franges juvéniles. Il est intéressant de relever à ce titre comment ces structures commerciales assument des rôles qui étaient l’apanage des lieux publics et des espaces de centralité, au niveau de la capitale. Si certains ménages Rbatis affirment que leurs pratiques de centralité et de rencontre à l’échelle de la ville se réduisent de plus en plus à l’intérieur de ces malls « polyfonctionnels » au détriment des centralités traditionnelles ( centre-ville et Médina), d’autres confient le fait que ces équipements représentent pour eux les destinations principales qu’ils font découvrir à leurs invités issus des autres villes. Ce ne sont ni le centre colonial et ses boulevards emblématiques ni les monuments historiques de Rabat qui structurent leurs pratiques de découverte de la ville, ce sont désormais ces équipements qui assument des fonctions symboliques dépassant leur vocation marchande et utilitaire.

45Bref ces malls représentent des lieux révélateurs de l’introduction des populations Rbaties, dans cette ère de consommation qui induit un rapport renouvelé à la ville et à ses fondements (centralité et espaces publics). Ils jouent désormais, nous pouvons l’affirmer à la suite de Navez-Bouchanine, « un rôle dans la construction des urbanités maghrébines » (Navez-Bouchanine, 2002, p. 182).

Haut de page

Bibliographie

Agulhon Maurice, 1977, Le cercle dans la France bourgeoise : 1810-1848. Étude d’une mutation de la sociabilité, Paris, A. Colin.

Allain Jean-Marie, 2007, « La mixité sociale à l’épreuve des nouvelles temporalités », Espace populations sociétés, n° 2-3, p. 299-304.

Barthel Pierre-Arnaud et Smida Nabil, 2002, « Nouveaux lieux communs et modernité urbaine dans l’espace résidentiel Nord de Tunis », Correspondances n°69, IRMC.

Bennani-Chraïbi Mounia, 2008, « Jeunes Égyptiens et jeunes Marocains face à l’Occident », Égypte/Monde arabe, Première série, www.ema.revues.org/index1605.html.

Capron Guénola, 1998, « Les centres commerciaux à Buenos Aires. Les nouveaux espaces publics de la ville de la fin du XXe siècle », Les Annales de La Recherche Urbaine, n° 78.

Forsé Michel, 1991, « Les réseaux de sociabilité : un état des lieux », L’Année sociologique, n° 41.

Gillot Gaëlle, 2007, Espaces populaires, pratiques intimes, les jardins publics au Caire, à Rabat et à Damas, Thèse de doctorat en géographie, université de François Rabelais, Tours.

Hannah Davis-Taieb, 1995, « Là où vont les femmes» notes sur les femmes, les cafés, et les Fast Food au Maroc », Cahiers de recherche, n° 4, p. 11-18.

Harroud Tarik, 2013, Émergence de nouvelles centralités commerciales à Rabat : sociabilités, représentations et restructurations socio-spatiales, Thèse de doctorat en géographie Université Mohammed V, Rabat.

Jolé Michèle, 2000, « Une ville recomposée, Rabat-Salé », Méditerranéens, Voices from Morrocco, n° 11.

Joseph Isaac, 1999, la ville sans qualités, la Tour d’Aigues, éd de l’Aube.

Lemarchand Nathalie, 2008, Géographie du commerce et de la consommation : les territoires du commerce distractif /partie 2/ Habilitation à Diriger des Recherches /Volume Inédit Page 80.

Le Renard Amélie, 2011, « pratiques du shopping mall par les jeunes Saoudiennes, Sociabilité et consumérisme  à Ryad », in Mermier F. et Peraldi M. (dir.), Les Mondes et places du Marché en Méditerranée, CJB-Karthala-IFPO.

—, 2009, Styles de vie citadins, réinvention des féminités. Une sociologie politique de l’accès aux espaces publics des jeunes Saoudiennes à Riyad, Thèse de doctorat en Sciences Politiques, Institut d’Études politiques de Paris.

Lestrade Sophie, 2002, « Les centres commerciaux dans la recomposition économique et culturelle des territoires urbains », Flux n° 50, Octobre – Décembre.

Monqid Safae, 2006, Les femmes Marocaines et la modernité Urbaine (le cas de la ville de Rabat), Thèse de doctorat en sociologie, Univ.de Tours.

Navez-Bouchanine Françoise, 2005, « les espaces publics des villes maghrébines, enjeu et prenante de l’urbanisation », in Arnaud J.-L. (dir.), L’urbain dans le monde musulman de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose.

—, 2002, La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation spatiale ?, Paris, l’Harmattan.

OBAZA Mona, 2011, «les centres commerciaux du Caire et la reconfiguration urbaine », in Mermier F. et Peraldi M. (dir.), Les Mondes et places du Marché en Méditerranée, CJB-Karthala-IFPO.

—, 2009, «Egyptianizing the American dream, Nacer city’s shopping mall, public order, and the privatize military», in Singerman D., Amar P. (dir.), Cairo Hegemonic: State, Justice, and Urban Social Control in the New Middle East, Cairo, American University of Cairo Press.

Rivière Carole-Anne, 2004, « La spécificité française de la construction sociologique du concept de sociabilité », Réseaux, 2004/1, n° 123.

Sabatier Bruno, 2006, La publicisation des espaces de consommation privés. Les complexes commerciaux récréatifs en France et au Mexique, Thèse de doctorat en géographie, Université de Toulouse 2 le Mirail.

Simmel Georg, 1981, Les questions fondamentales de Sociologie, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 . Les malls sont des appellations anglophones issues de l’expression américaine Shopping mall qui signifie des centres commerciaux articulés autour d’un mail (axe piétonnier) dédié à la déambulation et au lèche-vitrines. Ces appellations sont de plus en plus utilisées par les promoteurs commerciaux de Rabat pour véhiculer une image particulière sur leurs centres commerciaux en relation avec les nouvelles générations de malls américains.

2 . Une bonne partie de ces investigations ont été conduites dans le cadre d’une thèse de doctorat que nous avons soutenue en avril 2013 et intitulée « émergence de nouvelles centralités commerciales à Rabat : sociabilités, représentations et restructurations socio-spatiales ».

3 . Les travaux sur la notion de sociabilité remontent aux premières réflexions conduites par Simmel depuis le début du siècle dernier qui appréhendait cette notion comme une forme ludique de socialisation. Elle est constituée d’êtres qui souhaitent établir exclusivement entre eux des actions réciproques entièrement pures, qui ne soient perturbées par aucune référence matérielle (Simmel, 1981). Il faut attendre la fin des années 70 pour que cette notion commence à être généralisée dans les sciences sociales en France à la suite des travaux des historiens comme Emmanuel Le Roy Ladurie et Maurice Agulhon (Le Roy Ladurie, 1981 Agulhon, 1977). Depuis lors les réflexions conceptuelles sur cette notion ne cessent de se multiplier. Parmi ces définitions, on retient, celle qui a été proposée par Forse selon laquelle cette notion renvoie à « l’ensemble des activités qu’un individu entretient avec un autre compte tenu de la forme que prennent ces relations » (Forse, 1991)

4 . La présente contribution ne prétend nullement apporter des définitions à cette notion complexe et controversée d’espace public tant les définitions proposées par les différentes sciences sociales et ses acceptions socioculturelles dans chaque contexte social et politique sont hétérogènes. À l’instar d’un ensemble de travaux sur le sujet, nous dissocions totalement cette notion de son acception juridique et institutionnelle pour nous intéresser à son contenu social relatif aux pratiques sociales et aux significations qui leur sont associés par les usagers. (Joseph, 1999 ; Capron 1998). C’est au prisme des représentations et des pratiques sociales que nous envisageons d’apprécier le statut des centres commerciaux de Rabat tel qu’il est perçu par les différents profils sociaux qui le fréquentent.

5 . Cet outil s’est avéré très adapté pour l’étude des centres commerciaux dans lesquels les vigiles se sont montrés très hostiles aux échanges établis directement avec leurs «clients». Ces séances d’observations ont porté entre autres sur l’exploration des profils sociaux fréquentant ces lieux (au niveau de leurs apparences physiques et vestimentaires), des usages sociaux effectués, des rapports qu’ils entretiennent avec leur corps, le centre commercial, les biens de consommation, les vigiles et les autres usagers, etc.

6 . Il s’agit d’un échantillon qualitatif et exploratoire composé d’une vingtaine d’usagers aux profils sociaux diversifiés. Les entretiens ont porté sur les modalités de fréquentation du centre commercial ainsi que les images et les significations qui lui sont associées.

7 . Premier centre commercial à vocation alimentaire au Maroc, associant une grande surface alimentaire à une galerie marchande

8 . En l’espace seulement de quelques années, précisément entre 2004 et 2010, Rabat a connu l’implantation d’une dizaine de centres commerciaux de grande taille qui proposent des programmes denses et diversifiés. Si à la fin des années 80, c’était les grandes surfaces et les centres commerciaux à vocation alimentaire qui dominaient le paysage commercial de la ville notamment dans ces zones péricentrales et périphériques (Marjane Bouregreg 1990, Aswak Assalam 1998). À partir de la moitié de la décennie 2000 avec l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages Rbatis, on assiste à l’arrivée de malls géants à vocation récréative (Marjane Ryad 2001, Méga mall 2005, etc.) qui s’implantent dans les zones centrales de la ville dans le cadre de grands projets immobiliers et tertiaires (projet de l’aménagement de la vallée du Bouregreg, du réaménagement de la zone centrale du Hay Ryad, du centre de l’Agdal, etc.). Une nouvelle géographie se dessine progressivement sous l’effet de ces structures commerciales qui attirent quotidiennement une dizaine de milliers de visiteurs.

9 . Ne dépassant pas les 20% au cours des années 1990, le taux de motorisation avoisine à la fin des années 2009 les 37% selon une enquête réalisée en 2009 dans le cadre de la mise en place du Tramway de Rabat et publiée sur le site de l’agence de l’aménagement de la vallée du Bouregreg, in www.bouregreg.com.

10 . Il d’agit en général, pour les malls les plus récents installés à Rabat, d’investisseurs issus des pays du golfe arabe qui cherchent à reproduire le concept de malls ludiques dans le contexte marocain (tels que Méga Mall, Morroco Mall).

11 . Il faut y ajouter l’intérêt majeur qui leur a été porté par les pouvoirs publics qui leur ont accordé une série d’avantages fiscaux et financiers.

12 . A l’instar des shoppings malls américains, l’aménagement des malls de Rabat repose sur cette notion de mail (ou Mall en anglais), une galerie commerciale conçue comme lieu de flânerie. Il s’agit d’un axe couvert et climatisé, jalonné par des boutiques commerciales et embellis par des mobiliers et des objets de décoration.

13 . Extrait d’une note de présentation du Méga mall publiée sur son site Internet (www.megamall.ma)

14 . Le nombre assez limité de ces bancs, le nombre de places qu’ils contiennent (maximum deux places), leur emplacement au milieu de passages des flux (mettant leurs occupants en face des regards des passants et des vigiles), leur faible niveau de confort (rendant moins aisée une occupation de longue durée) et leur disposition spatiale, réduisent ensemble leur occupation prolongée par les chalands.

15 . Le rassemblement des foules, les occupations prolongées des bancs et des axes de circulation, les lèche-vitrines longs et récurrents, la forte promiscuité des flux, les conversations et les échanges fréquents qui pourraient s’établir dans ces espaces, toutes ces formes de regroupement (qui pourraient constituer des occasions propices pour susciter des échanges entre les chalands) sont en effet, encadrées et normées.

16 . Selon les études marketing publiées par la chaîne Marjane (propriétaire du plus grand réseau de centres commerciaux alimentaires et récréatifs au Maroc), la clientèle principale a un revenu mensuel qui dépasse 10 000 DH et un pouvoir d’achat important (avec un panier qui dépasse les 1 000 DH) et un taux de motorisation assez élevé. Tandis que les résultats des enquêtes publiées dans la revue périodique du Méga Mall révèlent la présence d’une clientèle composée de femmes (57%), ayant un revenu moyen estimé à 21 300 DH/mois, composée essentiellement des catégories A et B (25% A, 48% B), motorisée (plus de 90%) et résidant essentiellement dans les quartiers huppés de la ville (plus de 60%).

17 . Il s’agit d’un espace de restauration partagé et entouré de plusieurs restaurants thématiques.

18 . C’est ce que pointe également Michèle Jolé dans son observation d’un lieu public qui représentait jusqu’à un certain moment le lieu de mixité par excellence à Rabat. En évoquant la question de la mixité dans le centre-ville de Rabat, elle indique que « les nouvelles classes moyennes supérieures [à Rabat] ont commencé à délaisser l’espace public des rues. Par exemple, la gare a perdu de sa noblesse et de sa centralité, et peut-être tout simplement de son centre. Le centre est de plus en plus populaire. Jeunes, moins jeunes, hommes, femmes, en djellabas en foulards, en habit banalement moderne le fréquentent, mais ce n’est pas là que se trouve l’élite, la bourgeoisie, les intellectuels. Le centre est masse » (Jolé, 2000).

19 . Il s’agit d’une galerie commerciale traditionnelle qui a marqué autrefois les pratiques d’achat et de déambulation des Rbatis dans l’ancienne Médina.

20 . C’est ce que pointe Davis Hannah à propos de la fréquentation des femmes marocaines des McDonalds de Casablanca. « À l’abri de la critique et du harcèlement masculins, ici [au Mcdo et par extension le Mall], une femme marocaine peut être vue, sans être mal vue » (Hannah, 1995, p. 19).

21 . Il s’agit d’un centre commercial appartenant au groupe Chaabi, en référence à son patron Miloud Chaabi. À la différence de ses concurrents qui mettent l’accent sur le registre de la modernité et de l’occidentalisation de l’offre commerciale, ce propriétaire a privilégié, dans le cadre d’une approche marketing, le concept de marocanisation de la distribution qui consiste à proposer une offre commerciale « plus adaptée » à la culture marocaine : centrée sur la famille marocaine et marquée par l’interdiction de la commercialisation des produits alcoolisés et porcins.

22 . Qui sont souvent qualifiés par un bon nombre d’usagers interrogés à ce sujet, défaillants et incapables d’assurer l’entretien, l’embellissement et la sécurité des espaces publics à l’image des promoteurs des centres commerciaux. En mobilisant une équipe dédiée à l’animation et la mise en scène régulière de leur galerie marchande, ces derniers ont su rendre leur espace très attractif auprès d’une frange considérable des Rbatis (particulièrement les familles et les femmes).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie n°1. Exemples de nouveaux malls implantés à rabat, Méga mall et Rabat Galery
Crédits (cliché : T. Harroud, 2009)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2391/img-1.png
Fichier image/png, 4,6M
Titre Photographie n°2. Vue de la galerie commerciale du Marjane Ryad servant comme espace de déambulation
Crédits (cliché : T. Harroud, 2013)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2391/img-2.png
Fichier image/png, 9,2M
Titre Photographie n°3. Les cafés branchés du Méga Mall, lieux mixtes de rencontre des jeunes.
Crédits (cliché : T. Harroud, 2010)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2391/img-3.png
Fichier image/png, 5,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tarik Harroud, « L’arrivée des centres commerciaux dans les marges urbaines de Rabat : Des lieux inédits de sociabilité et de déambulation urbaine », L’Année du Maghreb, 12 | 2015, 75-89.

Référence électronique

Tarik Harroud, « L’arrivée des centres commerciaux dans les marges urbaines de Rabat : Des lieux inédits de sociabilité et de déambulation urbaine », L’Année du Maghreb [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2391 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2391

Haut de page

Auteur

Tarik Harroud

Chercheur à l'Institut National d'Aménagement et d'urbanisme, Rabat, Maroc

Haut de page