Navigation – Plan du site
Dossier : Villes et urbanités au Maghreb
Mobilisation et action collective

Évolution des registres de l’action, de la ruse à la mobilisation de la notion « droit » par les habitants des bidonvilles au Maroc 

Are slum dwellers using the concept of “law” as an instrument of social protest?
Habiba Essahel
p. 115-135

Résumés

À partir d’un travail empirique, l’article propose d’identifier les modes de contestation et les répertoires d’action mobilisés par les habitants des bidonvilles pour intégrer leur quartier à la ville ou contester une transformation urbaine.

Deux bidonvilles de Rabat serviront de support à notre démonstration : les douars El Kora et Dlim à Rabat (Maroc) concernés par une opération de relogement. Le premier ne subit qu’un léger déplacement d’une partie de ses habitants, par une opération de relogement in-situ alors que le second voit sa population relogée en lointaine périphérie de la ville.

Contrairement à la passivité qui leur a été longtemps attribuée, les bidonvillois démontrent une capacité d’organisation et une capacité à se mettre en scène à des temporalités bien précises pour engager des mobilisations. Ainsi, leurs répertoires d’action se sont diversifiés et intensifiés. En effet, les émeutes urbaines qui qualifiaient les années 1980 puis 1990, comme moment de contestation sociales et moment de déclenchement de nouveaux postulats dans les politiques urbaines laissent place à des revendications vers le registre du droit ; le droit qui « émerge » comme répertoire majeur depuis la fin des années 1990 jusqu’à nos jours dans un contexte particulier, celui des Printemps arabes. Cet angle d’approche représente une manière innovante d’aborder le terrain des bidonvilles marocains, au demeurant largement documenté par les sciences sociales et la recherche urbaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Voir à ce sujet de nombreux travaux entre autres : Ferrié Jean-Noël et Santucci Jean-Claude (2006 (...)
  • 2 . Non pas qu’elle ait été inexistante et invisible auparavant, mais parce qu’elle fait davantage se (...)
  • 3 . Selon divers auteurs, le terme de société civile s’est propagé par un effet d’ampliation dans les (...)
  • 4 . Voir par exemple les thèses récentes sur les mobilisations autour de la question des « années de (...)

1Au Maroc, les années 1990 se sont révélées être un tournant majeur : le pluralisme et l’alternance1 réclamés par les politiques néo-libérales des organisations financières permettent en partie l’émergence2 d’une contestation pluri-forme de plus en plus audible et visible Les termes de « citoyen » et de « société civile3 » commencent à cette période à figurer dans les agendas de l’ensemble des institutions internationales et à retentir dans les manifestations de rue. Le début des années 2000 correspond à une diversification et une transformation des mouvements sociaux, théâtre de nouvelles formes d’inscription de la société civile dans le champ politique : il s’agira principalement de mobilisations collectives, ponctuelles, de « mouvements sociaux » fédérant dans des structures plus ou moins formelles, des associations et acteurs s’associant pour défendre une cause4.

  • 5 . Le Maroc est engagé depuis 2003 dans un programme « Villes sans bidonvilles » (PVSB) de grande en (...)

2À l’échelle des bidonvilles, l’ouverture politique des années 1990 a également transformé les rapports de force locaux et contribué au développement de mobilisations plus collectives et plus frontales (Bennani-Chraïbi, 1994 ; Zaki, 2005), qui ont en partie motivé le lancement depuis le début des années 2000 de nouveaux programmes de relogement, et en particulier du Programme « Villes sans bidonvilles5 » (PVSB). En effet, ce programme visait notamment à désamorcer la protestation croissante des habitants des bidonvilles, de plus en plus enclins à se mobiliser collectivement pour réclamer leur(s) droit(s). Ainsi, depuis le milieu des années 1990, au Maroc comme ailleurs, les mobilisations s’accompagnent aussi d’un vocabulaire relatif au(x) droit(s) humain(s) (Rollinde, 2004), au droit au logement et en particulier dans les bidonvilles pour la conquête du droit à la ville pour tous (Parnell, Pieterse, 2010) ; d’abord usités et relayés par les bailleurs internationaux, ensuite par les collectifs et les Organisations non gouvernementales (ONG), puis largement repris par la société civile pour se faire entendre.

3La multiplication des conflits exprimés par les habitants des bidonvilles de la capitale, reste en partie la conséquence de la rente urbaine mais aussi et surtout, parce que le foncier se raréfiant, les quartiers informels les mieux situés ont fait l’objet de nouvelles convoitises (Navez-Bouchanine, 2002). Il constitue pour les acteurs institutionnels comme pour les habitants des quartiers concernés par certains aménagements urbains, un enjeu considérable, une ressource ultime pour laquelle ils se mobilisent.

  • 6 . Nous développons plus loin dans le texte les principaux travaux qui ont été entrepris au Maroc et (...)
  • 7 . Ce texte s’appuie sur notre travail de thèse (2011), ainsi que sur plusieurs terrains menés depui (...)

4Compte tenu du nombre important de travaux6 parus récemment sur les mobilisations au Maroc, notre article entend apporter un éclairage sur les formes directes et indirectes des mobilisations conduites par les bidonvillois pour contester un ordre urbain, en l’occurrence ici, des opérations visant à les reloger dans de l’habitat collectif. Ainsi, en privilégiant une approche « par le bas » et en s’intéressant aux formes d’actions collectives dans un contexte où, d’une part les projets urbanistiques se multiplient et, d’autre part, où des types de mobilisation protestataires ont pris de l’ampleur, nous tenterons de comprendre les enjeux des mobilisations en question. Nous nous interrogerons sur les moteurs de l’évolution des registres : le contexte international, comme le contexte politique local permet d’expliquer cette configuration. Mais c’est aussi et surtout l’évolution de la société bidonvilloise dont il est question dans cet article, d’où l’intérêt de cette étude empirique7.

5Deux bidonvilles de Rabat serviront de support à notre démonstration : les douars El Kora et Dlim concernés par une opération de relogement. Pour le premier, il s’agit d’un ancien bidonville, dont l’apparition remonte à 1930, qui, rattrapé par l’urbanisation, a fini par se « centraliser ». Situé dans la commune de Yacoub El Mansour de Rabat, il est le plus grand et le plus ancien bidonville de la capitale. Vivant sur la corniche de Rabat, la population du bidonville est enserrée dans un tissu urbain relativement dense. En 2004, il est l’objet d’une opération de relogement in situ, en trois tranches donnant lieu qu’à un léger déplacement d’une partie de ses habitants. La particularité du douar El Kora tient à sa position géographique centrale et à son ancienneté.

  • 8 . Le mot « recasement » désigne une opération de déplacement de bidonvillois vers des lots aménagés (...)

6Le second, douar Dlim, est un bidonville périphérique apparu en 1965 et situé à la limite des communes de Rabat et de Témara. Sa population est amenée à être relogée en lointaine périphérie de la ville (à Mers El Kheir, à 15 km). Les habitants acceptent mal ce déplacement, a fortiori lorsque le recasement8(modèle du passé) se trouve remplacé par celui du relogement en collectif. La particularité de ce bidonville réside dans le dynamisme associatif de ses habitants.

7Notre propos s’organisera en trois temps : nous verrons d’abord comment les bidonvillois passent de l’émeute à l’organisation structurée ; puis nous nous attacherons à montrer les différents répertoires d’action développés par ces habitants pour enfin analyser la manière dont la notion de « droit » est saisie et comment elle devient aujourd’hui le répertoire d’action majeur des populations bidonvilloises.

Entre attente et résistance. Ou comment les bidonvillois passent de l’émeute à l’organisation structurée

8Comptant parmi les éléments centraux du paysage urbain des villes marocaines au cours du XXsiècle, les bidonvilles constituent une matérialisation parmi d’autres d’un manque drastique de solution de logement suite à un mouvement d’expansion urbaine mal maîtrisé tout au long du siècle passé. Face à cette situation, les responsables urbains sont restés très souvent impuissants. Il faut reconnaître que les programmes menés jusqu’à la fin des années 1990 ont été dans l’incapacité d’enrayer l’augmentation du nombre de bidonvillois. Il a été établi par des chercheurs et analystes que durant les années 1990, le succès des interventions avait été sérieusement compromis par le manque de collaboration entre les acteurs clés : des projets préparés « d’en haut » à destination « du bas », souvent corsetés et hors de portée des habitants pauvres à cause de l’absence d’une quelconque dimension sociale et économique (Navez-Bouchanine, 2004).

  • 9 . L’INDH vise le développement humain et la lutte contre la pauvreté, la précarité et l’exclusion s (...)
  • 10 . Le projet de valorisation de la corniche prévoit de nombreux programmes luxueux destinés à des po (...)
  • 11 . L’exception évoquée ici, tient au fait que d’après les principaux acteurs du relogement :« Il ne (...)

9Ce n’est qu’à partir de 2003, au moment où est lancé le Programme VSB complété, en 2005, par l’Initiative nationale de développement humain9 (INDH) que les planificateurs s’attaquent à éradiquer la pauvreté et les bidonvilles. Ils envisagent la résorption du douar El Kora, principalement en raison de son emplacement sur la côte et parce qu’il gêne la valorisation éventuelle de la corniche10. Douar El Kora fait figure d’exception11 dans une politique où les pouvoirs publics ont fait le choix stratégique et majoritaire d’éloigner des centres-villes les bidonvillois, en les installant en périphérie lointaines dans de grands ensembles d’habitat collectif comme c’est le cas pour le douar Dlim. Le site du relogement prévu pour les habitants de Dlim, sur la commune de Mers El Kheir, correspond à une nouvelle zone ouverte à l’urbanisation et récemment intégrée au périmètre urbain de la ville de Témara, ville voisine de Rabat, devenue en quelques décennies sa banlieue. Cette opération de reconquête dont fait l’objet le douar Dlim, se solde par le déplacement de la population.

10Avant de se pencher sur la question des mobilisations et des formes de résistance que les habitants des deux bidonvilles développent aujourd’hui, il nous semble nécessaire de revenir sur la situation antérieure, au milieu des années 1990, date charnière selon nous, dans l’évolution des modes de contestation dans les milieux bidonvillois et des mouvements sociaux de manière générale. Ceci s’explique en partie par le fait que le Maroc entre dans une ère de « changement » marquée par une série de profondes transformations économiques, sociétales et politiques (Hibou, 2005).

Le bidonville, un territoire « explosif »

11Au Maroc, la période qualifiée par certains politistes d’« années de plomb », sous le règne d’Hassan II (Bennani-Chraïbi, 2002), correspond à un système autoritaire, avec de fortes tensions et où la pratique de la répression était monnaie courante. Les bidonvilles étaient volontairement écartés de la ville et entourés par de grands murs afin de les dissimuler. Paradoxalement, bien que ces quartiers aient été délaissés par les autorités, ils étaient fortement contrôlés car considérés comme des lieux de la dissidence (bled sîba) et politiquement dangereux – il fallait donc les maîtriser. Ainsi, dans ce contexte répressif, les tensions latentes pouvaient générer des crises violentes, des soulèvements populaires que les populations bidonvilloises comme les autorités désignent du terme de fawda. Les affrontements directs qui en découlaient étaient dans la plupart des cas vécus par les bidonvillois comme une forme de protestation. Les revendications comme les mobilisations existaient, et en général, elles s’achevaient dans la répression, la pression, la torture, etc. (Rachik, 2009).

12Les autorités publiques ont souvent considéré les bidonvillois comme des ensembles aliénés sans capacités d’organisation et d’action. La « non-
organisation » que nous évoquons ci-dessus est cependant toute relative, car les mouvements observés dans les bidonvilles étaient bien souvent orchestrés par des leaders ou par des partis politiques (Arrif, 1991 ; Zaki, 2005). Des auteurs comme Lamia Zaki (2005) ou Abdelrahmane Rachik (2005) – pour n’évoquer que des situations marocaines – ont montré que les élites politiques attribuaient aux bidonvillois des attitudes contestataires et violentes, qui s’exprimeraient en « réaction à la marginalité sociale et spatiale ; la fawda serait le révélateur des haines accumulées contre l’ordre de la ville. Elle traduirait également l’impuissance des bidonvillois à développer d’autres formes de mobilisation et de résistances collectives que celle du déchaînement brutal et soudain, à exprimer le mécontentement social autrement que par l’insurrection ouverte » (Zaki, 2005, p. 79). Le bidonville a souvent été décrit comme un lieu de survenue d’émeutes et de révoltes urbaines. Certains écrits, notamment sociologiques (Rachik, 1995 ; Clément, 1992), présentent le territoire bidonvillois comme « explosif ». Les travaux plus récents, tels ceux d’A. Arrif (1999) ou d’A. Rachik (1999) ont montré que les formes de résistance des populations pouvaient s’exprimer également par le biais de l’émeute et que ces formes-là n’étaient pas étrangères aux bidonvilles.

  • 12 . Au lendemain des émeutes urbaines de 1981, les agences urbaines ont fait leur apparition dans le (...)

13Les émeutes sont des moments de discrédit de l’Etat qui autorisent les individus à manifester, à ouvrir des espaces de mobilisations. On ne peut parler d’émeute sans rappeler les émeutes urbaines de juin 1981, de 1984 puis celles de 1990 qui éclatèrent à Casablanca et dans les grandes agglomérations marocaines. Ces moments de contestation sociale n’ont pas été sans effet en termes de gouvernance : ils ont permis le déclenchement de nouveaux postulats12 dans les politiques publiques urbaines.

14Bien que la fawda ait été l’une des principales expressions du mécontentement des populations bidonvilloises durant ces années, les manifestations, comme les mobilisations observées aujourd’hui ne semblent plus s’inscrire dans une continuité temporelle et symbolique par rapport aux formes précédentes de violences urbaines des années 1980-1990. Un changement s’est amorcé à partir de la fin des années 1990. Cette évolution peut être liée à un contexte politique et social plus favorable à l’émergence d’actions collectives, d’expressions de protestations et de mobilisations sous des formes plus ou moins organisées, notamment sous la forme associative. Dans ce nouveau contexte, la fawda peut toujours éclater, mais elle est devenue plus rare.

Vers des mobilisations de plus en plus organisées. Les associations de quartier, un nouvel espace démocratique

15Les années 1990 marquent un réel tournant dans les luttes des habitants des quartiers sous-équipés au profit d’une organisation accrue. En effet, la mise en place d’associations de quartier connaît un engouement général à l’échelle du Maroc et particulièrement des villes (Abouhani, 2000, Saâf, 1998). C’est surtout par référence à l’échec ou à l’absence de l’État dans les quartiers populaires, que des collectifs émergent et se constituent en associations ou en amicales pour répondre aux besoins en équipements des quartiers (eau potable, électricité, voirie, égout, etc.) et au fort désir d’intégration à la ville de leurs habitants (Ameur, 1995). Certains auteurs notent que les bidonvilles n’ont, pendant longtemps, pas été concernés par ce mouvement (Navez-Bouchanine, 2000 ; Ameur, 1993), pour des raisons qui tiennent, selon eux, à l’incapacité des ménages bidonvillois à se coordonner autour d’une structure associative. Lamia Zaki (2005), quant à elle, adopte un autre positionnement en indiquant que c’est sans doute le caractère « illisible » des initiatives de ces habitants qui ont conduit de nombreux chercheurs à considérer comme insignifiantes, voire à en regretter l’absence, leurs mobilisations collectives. Selon elle, les habitants des bidonvilles ont souvent réussi, malgré des actions atomisées, à obtenir des résultats bien réels que les pouvoirs publics n’ont pu empêcher. Elle affirme que le mouvement associatif était certes timide, voire inexistant dans certains bidonvilles, mais qu’il était cependant compensé par des organisations traditionnelles (j’maâ), qui géraient la vie sociale des quartiers (Navez-Bouchanine, 2003).

16Il est vrai que les publications récentes des chercheurs traitant de la question des mobilisations dans le monde arabe se focalisent encore largement sur la question de la sociologie de la protestation combinée au prisme politique (Madani, Belghazi, 2001) ou aux mouvements islamistes pour la grande majorité des travaux (Benanni-Chraïbi, 1994 ; Haenni, 2001 ; Vairel, 2005 ; Ben Néfissa, 2006), délaissant ou marginalisant de fait toutes les autres modalités de protestation. Il faut aller chercher au sein de travaux de géographes ou de sociologues parus il y a peu, dans les années 2000, pour voir apparaître le terme de « mobilisation » dans le champ des recherches portant sur les pays du Maghreb et du Moyen-Orient. Ces mobilisations y sont étudiées à travers une réflexion sur la participation des habitants (Singerman, 1995, Bayat, 1997, 2010), les « compétences » et les « apprentissages » des citadins « ordinaires », notamment dans leurs implications dans la construction et la reformulation de la ville (Berry-Chickhaoui et Deboulet, 2001 ; Navez-Bouchanine, 2001 ; Essahel, 2008 ; Iraki, 2009 ; Florin, 2012). Ils montrent les divers procédés et tactiques dont les habitants des quartiers populaires et/ou sous-équipés usent pour résister, se mobiliser, revendiquer et négocier. Ces travaux replacent l’individu au cœur de l’analyse spatiale et le considèrent donc comme un acteur essentiel de la production de l’espace.

  • 13 . Les « bonnes pratiques » regroupent certaines notions qui sont dans « l’air du temps », telles qu (...)
  • 14 . Amine Allal (2007) montre très justement comment les politiques de développement promues par le r (...)

17De plus, les institutions internationales productrices de la doxa internationale, s’en préoccupent sous couvert d’un discours moralisateur et incitent à l’application des « best practices »13. Au Maroc, les acteurs internationaux ont favorisé l’introduction de nouveaux principes d’action publique, davantage fondés sur la participation de la société civile. Ainsi, les recommandations des bailleurs de fonds internationaux – comme les exhortations du roi à travers ses différents discours du Trône (2001, 2003, 2004, 2005, 2008), conduisent les autorités à les « appliquer14 » au niveau local en établissant des contacts avec le citoyen par le dialogue et la concertation.

  • 15 . Pour plus de précision sur ce sujet voir les travaux de Yasmine Berriane (2013) d’Irène Bono (201 (...)

18Le mouvement associatif permet aux habitants des bidonvilles d’investir de nouveaux espaces démocratiques15 dans lesquels ils peuvent désormais discuter et débattre entre eux, définir et conduire une stratégie commune, négocier avec les autorités, comprendre les enjeux, souvent techniques, mobiliser des réseaux pour disposer d’aides, de relais médiatiques, etc.

19À partir de cas contextualisés, nous mettrons la focale sur des actions que les bidonvillois mettent en scène pour légitimer leurs positionnements et donner du poids à leur mobilisation. Nous tenterons de proposer une « typologie » des mobilisations ayant eu lieu dans les douars Dlim et El Kora en cherchant à voir ce que cette observation peut apporter à l’analyse du champ des mobilisations en termes d’émergence de nouveaux répertoires d’action et de protestation en milieu bidonvillois.

Des répertoires d’action et de protestation diversifiés et originaux

20Si les répertoires d’action au Maroc se sont renouvelés, quelles significations peut-on donner à ces nouvelles modalités ? Poser la question de la nouveauté aboutit à envisager celle de la mondialisation, de la globalisation et du sens donné à cette dernière comme toile de fond des mouvements transnationaux. Les institutions internationales offrent aussi des éléments de défense de cause à des individus qui à leur tour forgeront des sociabilités et des réseaux qui investiront la contestation.

21Les observations menées sur le terrain mettent en évidence plusieurs répertoires d’actions : ceux qui se sont banalisés et que nous appelons les répertoires « classiques » ; ceux qui ont pour fondement la ruse ou la stratégie, et enfin, ceux qui utilisent l’espace public, comme une scène de théâtre, dans laquelle les individus jouent une pièce et se donnent en spectacle.

Les répertoires d’action et de protestations « classiques »

  • 16 . Dans d’autres contextes les rumeurs ont donné lieu à toute une série de travaux classiques, depui (...)
  • 17 . Voir F. Navez-Bouchanine (2004), A. Arrif (1992) ou L. Zaki (2005).

22La rumeur, est un élément « classique » parmi d’autres du répertoire d’action des bidonvillois. Le nombre restreint de travaux consacrés à la rumeur16 dans les recherches urbaines et sociologiques traitant du Maghreb en général, et du Maroc en particulier, prouve que le sujet n’a pas intéressé grand monde, même si quelques rares chercheurs17 l’ont abordé, de manière très fragmentaire, à travers leurs études sur les quartiers populaires. Néanmoins, des travaux plus centrés sur la rumeur ont été entrepris par Fadia Nassif Tar Kovacs au Liban (pendant la guerre), travaux par lesquels l’auteure a cherché à montrer que la circulation des rumeurs servait à ressouder la cohésion d’une communauté et qu’elle servait d’« exutoire pour l’angoisse » (1998, p. 352).

23Bien que l’on ne soit jamais très sûr de ses origines, la rumeur constitue fréquemment un élément déclencheur d’une agitation collective en bidonville. Elle a parfois constitué la première cause de contact, l’occasion de premières rencontres entre certains services (institutions) et les populations, notamment quand des personnes affolées venaient à la « pêche aux informations ». Dans les bidonvilles, comme il y a beaucoup de « non-dits » ou de « sous-entendus », pour pouvoir déceler la part de vérité, dans des annonces dont personne ne sait si elles sont officielles ou non, pour pouvoir discerner l’ambigu dans les « bruits » qui circulent, les habitants, inquiets, s’affairent et cherchent à vérifier l’information à différentes sources. La plupart du temps, des « délégations » d’habitants se forment et se chargent de manière quasi spontanée de vérifier auprès des acteurs locaux les plus accessibles si l’information est fondée ou si elle est une rumeur. Cela se produit aussi lorsque les autorités locales ou des services extérieurs (ministériels par exemple) viennent effectuer des sondages, des relevés, des enquêtes, dans le quartier. La rumeur s’installe dès qu’une action vise un quartier sans qu’il y ait eu au préalable présentation et vulgarisation de l’information par un acteur « officiel ». Alors la rumeur se répand comme une traînée de poudre et enflamme le quartier.

24Au douar El Kora comme au douar Dlim, elle a été lancée par des bidonvillois à maintes reprises tout au long de la mise en place des projets de relogement comme une stratégie, pour démêler le faux du vrai, faire avancer les débats ou les discussions. Bien souvent, elle est alimentée par l’absence d’informations ou par leur opacité. En effet, le contexte institutionnel dans lequel les projets de relogement s’inscrivent favorisent ce type de procédé : la multiplicité des centres de décision, les diverses versions que les habitants entendent, l’incertitude et les interprétations qu’ils s’en font, provoquent des suspicions. Ainsi, ses objectifs sont divers : elle permet à la fois de lutter contre la désinformation, de produire et d’aller chercher de l’information. Elle fonctionne d’une certaine manière comme une « soupape de décompression » (Cefaï, 2007) de l’angoisse collective.

  • 18 . La notion de « spontanéité » est à utiliser avec prudence, particulièrement dans notre cas, car, (...)
  • 19 . D’après nos enquêtes (2004), il s’agit de personnes qui n’habitent plus le bidonville, mais qui y (...)

25La rumeur est peut-être un registre d’action, mais elle peut aussi constituer une forme de « manipulation » permettant de débloquer une situation de « non-dit », en faisant réagir ceux qui en prennent connaissance. C’est ainsi qu’avec l’annonce de l’arrivée du programme de relogement au douar El Kora en 2003, avant même qu’il ne soit médiatisé et que ses habitants ne soient convoqués par les services du relogement, des rumeurs commencent à circuler : « Le quartier va être rasé », « Les personnes qui ont de quoi payer s’installeront dans des appartements et ceux qui n’ont pas d’argent se retrouveront sous des tentes » (à ce moment-là, pourtant, la construction des immeubles destinés au relogement avait commencé). Au fur et à mesure que se propageait la rumeur, les habitants, de manière « spontanée18 » se sont regroupés et ont convergé en cortège vers la municipalité pour manifester leur désaccord. Cette rumeur aurait été propagée par certains propriétaires de baraques, « extérieurs »19 au douar El Kora et qui souhaitent maintenir le bidonville en l’état parce qu’ils y auraient des intérêts privés à défendre ou à protéger. Il s’agit dans ce cas d’un processus rumoral (Cefaï, 2007) où le récit est élaboré, puis diffusé dans un but précis. Propager une rumeur permet de faire réagir l’opinion publique et de provoquer la mise en scène d’actions collectives.

26Pour construire une action collective les habitants s’appuient sur des relations de proximité et de familiarité ou cherchent des soutiens (politiques, associatifs) pour faire en sorte que la mobilisation soit effective ou que la stratégie développée fonctionne. L’attention centrale est donnée à l’organisation comme un élément qui structure le groupe, rassemble les ressources pour la mobilisation. Le poids d’un groupe dans un mouvement dépend d’un capital de moyen, de ressources. Ces dernières ne sont qu’un potentiel qu’il importe d’activer dans une visée d’action stratégique, autour d’organisations ou de dirigeants. Ce qui donne lieu à des formes de mobilisations organisées et structurées.

27Les pétitions, les grèves, comme l’waqfâ (sit-in) sont des modes d’actions qui se sont banalisés dans le bidonville, alors que leur existence est pourtant récente dans ce milieu. Ils constituent un temps fort qui permet aux bidonvillois de passer à l’étape supérieure, de manifester publiquement leur mécontentement lorsque les pourparlers n’aboutissent pas. Aujourd’hui, ces modes d’actions semblent se banaliser, notamment devant les lieux symboliques du pouvoir (Palais) et les centres de décisions entre autres (Wilaya, Régies d’eau et d’électricité type REDAL, etc.). La place des femmes dans ces mobilisations n’est pas anodine, dans la mesure où leur présence est minutieusement calculée. Ainsi, ce sont elles, avec les enfants, que l’on retrouve en première ligne des grandes massiras, (marches). Leur présence permet d’éviter les possibles répressions policières.

Le registre des ruses et des stratégies

28Les habitants des bidonvilles usent de diverses tactiques pour alerter l’opinion publique et imposer aux autorités des négociations. Si la tactique découle de la stratégie, elle se distingue néanmoins par son caractère plus ponctuel ; elle concerne en effet les comportements et les moyens spécifiques qui doivent être adoptés à des moments précis. Dans le registre des ruses – qui s’apparente à la tactique selon Michel de Certeau (1980) et qu’il appelle les « ruses des arts de faire » – les habitants déploient toute une gamme de stratégies que nous allons développer. Nous distinguons les résistances que nous qualifions de « passives » ou de « douces » dans la mesure où celles-ci sont volontaires et rappellent les « bouderie » décrites par Olivier Féneyrol (2000) ou rejoignent encore la notion de « the quiet encroachment of the ordinary » développée par Asef Bayat (2010) lorsqu’il décrit l’attitude quiétiste des populations non engagées dans la confrontation directe. Ces comportements expriment à la fois le refus et marque une certaine défiance sans toutefois risquer d’encourir la vindicte. Ces résistances passives ont été pratiquées par les habitants des deux bidonvilles. Elles ont consisté à se désintéresser et à boycotter les projets de relogement. Cela s’est traduit par le refus de déposer un dossier administratif ou de s’engager dans une demande de prêt auprès des banques. Les habitants jouent ainsi sur les lenteurs administratives, donnant l’impression qu’ils se désintéressent du projet alors qu’en réalité, c’est une tactique, une ruse qui leur permet d’ajuster leurs réclamations et de mieux orienter leurs revendications.

29Dans le même ordre d’idée, la résistance passive peut également être décidée en réponse à des situations anodines et quotidiennes. Ce cas de figure a été observé au douar El Kora alors que la première tranche du projet de relogement était bien entamée et que les baraques étaient détruites au fur et à mesure du départ des populations dans le cadre du relogement. Néanmoins, certaines familles continuaient à apporter des améliorations au quartier (à l’échelle de la ruelle), repeignant leur baraque, rafistolant leurs volets comme si de rien n’était alors que leur environnement proche n’était que ruine. Ainsi, ce désintéressement sert la revendication dans la mesure où il est un moyen fort de montrer aux acteurs du projet leurs résistances. Concrètement cette tactique se traduit par un blocage du projet. Ces comportements ont été observés chez les habitants les plus récalcitrants voulant ainsi montrer leur désaccord et défier les acteurs du relogement.

30La simulation de mésententes familiales peut aussi figurer au sein du registre des ruses et des stratégies mises en place par les habitants. Ces mésententes permettent de ralentir les procédures administratives dans le cadre du montage du dossier d’attribution ; elles ont également pour effet d’opacifier le déroulement des procédures et de ralentir la transmission du dossier leur permettant ainsi de pousser les négociations au maximum. Celles-ci sont redoutables dans la mesure où le phénomène de la « contagion » gagne le bidonville et de ce fait paralyse le projet.

31La troisième catégorie d’action développée par les bidonvillois, concerne la stratégie d’intervention dans l’espace public. Le rôle que joue l’espace dans la contestation est essentiel puisqu’il est régulièrement utilisé par les habitants comme une « scène de théâtre », à travers laquelle une succession de pièces (manifestations, mobilisations, sit-in, etc.) se jouent. C’est ce que nous appelons les « dispositifs scéniques ». La ville, comme l’espace ou le lieu (quartier), sont des enjeux et le citadin ordinaire en a bien conscience. Michel Lussault (2000) précise à ce propos que l’espace physique constitue le « support de l’action (ou de l’agir) » et qu’il représente un instrument essentiel de la construction de la légitimité des acteurs (instrument de la praxis). Il rend visible les actions.

La mobilisation de l’espace public comme lieu de la mise en scène « de la vie quotidienne »

32On souhaite ici mobiliser la définition de l’espace public proposée par Louis Quéré (1992) pour qui, l’espace public est « une réalité qui advient et qui se manifeste comme un phénomène sensible, à travers un ensemble de pratiques sociales » (1992, p. 80). Cette définition permet de prendre en compte la dimension scénarisée de l’espace public et de caractériser la présence symbolique des acteurs en son sein : l’espace public est ce qui « apparaît » comme réalité et qui s’institue par des pratiques, par incorporation de médiations symboliques. Ainsi, les acteurs doivent « apparaître » pour intégrer les cadres de l’espace commun et pouvoir ensuite « exposer » leurs arguments au collectif. Cette approche permet de prendre en compte la dimension de la « mise en scène » de l’action. On peut illustrer cette scénarisation de l’espace public à travers deux exemples observés au douar Dlim, et au douar El Kora.

  • 20 . Au départ, il s’agit d’une rumeur, car l’annonce n’a pas été faite de manière officielle.
  • 21 . Une dizaine de femmes, les plus impliquées dans la mobilisation contre le relogement mettront en (...)
  • 22 . Extrait d’une interview accordée par Fatna (42 ans, mariée, 5 enfants) et Rabeha (38 ans, mariée, (...)
  • 23 . C’est ainsi qu’elles qualifient leur mobilisation.

33Le premier exemple est un sit-in organisé par les femmes du bidonville d’Ouled Dlim, à la fin du mois d’août 2005, suite à la décision de la Compagnie Générale Immobilière (CGI)20 de scolariser les enfants des familles bidonvilloises sur le site d’accueil à Mers El Kheir, à une quinzaine de kilomètres du bidonville, alors que le déménagement n’avait pas encore commencé. Les familles bidonvilloises du douar Dlim concernées refusent catégoriquement cette éventualité du fait de l’éloignement de l’école, de la dangerosité de la rue mais également du temps nécessaire qu’il leur faut pour emmener les enfants à l’école – et s’organisent pour exprimer leur désaccord. Mécontentes de cette décision, les femmes21 du bidonville décident de marquer le coup et d’effectuer des manifestations symboliques, par des actions « spectaculaires » dans le but de provoquer et de susciter des émotions (auprès des médias, des passants, des autorités locales, de la police, etc.). Elles se sont couchées sur le sol barrant la route aux automobilistes. Ce geste (s’allonger) traduisait leur sentiment immédiat : si elles « acceptaient la proposition d’être relogées en périphérie de Rabat, c’était comme si on (les) tuait22 ». Cette manière de faire s’apparente à la méthode du « die-in », méthode théâtrale courante au sein de l’organisation Act up où les manifestants s’allongent sur le sol pour simuler leur mort. Ainsi, les femmes bidonvilloises sont porteuses de renouveau, de créativité et de prise de risque alors qu’elles ne disposent pas d’une organisation très « structurée »23. Face à cette nouvelle configuration, la sociologie de la diffusion et de la communication nous est utile pour analyser ces nouvaux registres d’action. Ces femmes ont découvert cette manière de faire en regardant les médias étrangers depuis leurs téléviseurs branchés aux paraboles. Elles ont compris que par ces actions spectaculaires, elles pouvaient médiatiser leur action comme substitut d’une structure de coordination, jouant sur des moments de mobilisation dramatisé.

  • 24 . On peut y lire : « Protestons contre la destruction non annoncée de nos boutiques » ou encore « N (...)
  • 25 . Les travaux portant sur les mobilisations collectives considèrent généralement l’émotion comme un (...)
  • 26 . Hamid, Mostafa, Brahim et Fatine, rencontrés en 2005 au douar El Kora.

34Le deuxième exemple, se situe au Douar El Kora avec les commerçants de la joutya (marchés) du douar. Les pourparlers n’aboutissant pas entre les acteurs du projet et les commerçants concernant la délocalisation des commerces, les forces de police reçoivent l’ordre en décembre 2005 de détruire la joutya au petit matin. Dès le lendemain, certains commerçants, notamment les couturiers se s’installent sous un parasol de plage parmi les décombres, machine à coudre à la main, slogans et banderoles affichés24. La scène renvoie divers messages : ils sont à la fois dans une procédure d’énonciation, de dénonciation, de protestation et d’interpellation. Ils se « donnent en spectacle ». Les commerçants, par leurs pratiques inventives, prouvent qu’ils ne sont ni obéissants, ni passifs. Les commerçants pratiquent volontairement l’interpellation éthique dans le face à face et utilisent le registre de la compassion et des émotions25 en squattant leurs anciens commerces détruits. Cette tactique leur permet d’arriver à leurs fins par des solutions détournées, c’est-à-dire en usant de subterfuges et de confrontations indirectes. Leur démarche consiste à penser que pour ne pas disparaître mieux vaut se montrer, se mettre « en scène » afin d’interpeller plus efficacement les responsables de leur situation. Les couturiers rencontrés26 nous confirment qu’ils veulent « rester visibles » dans le paysage urbain ; toutefois, ils « ne veulent pas protester verbalement », car ils souhaitent conserver « une attitude calme, mais qui interpelle en même temps ». Ainsi, à travers cette mise en scène, les manifestants silencieux cherchent à susciter des émotions, notamment un sentiment de honte de la part des autorités locales et de compassion chez les passants. Ils cherchent en quelque sorte à sensibiliser les passants et leur voisinage à leur cause.

35Le travail empirique nous a permis de montrer qu’il y a une panoplie d’actions dans les modes de contestations et que les répertoires d’action des bidonvillois se sont diversifiés et densifiés allant même jusqu’à utiliser des modes de faire, novateurs, inédits, voire « originaux ». Il est intéressent de croiser cela avec le glissement des revendications vers le registre du(es) droit(s).

De la mobilisation du(es) droit(s) : un répertoire d’action majeur qui émerge dans les années 1990 au bidonville

  • 27 . Car c’est en partie toujours le Makhzen qui impulse et conduit les changements et qui, par conséq (...)
  • 28 . Un tournant majeur s’effectue dès les années 2000 par l’entrée en scène à l’échelle locale de fem (...)
  • 29 . Pour plus de précisions sur ce sujet, voir les travaux de’Aziz Iraki et Mohamed Tamin (2009) sur (...)
  • 30 . Le courant d’études des structures opportunités politiques (SOP) s’intéresse aux contraintes et a (...)

36La notion du droit ou le recours au(x) droit(s) s’est installée depuis la fin des années 1990 dans le paysage revendicatif marocain en général (Rollinde, 2004). Cette tendance d’user du droit comme d’une ressource politique favorise une relecture de la situation sociale, économique et politique des bidonvillois. Toutefois, si l’on veut analyser la question du/des droit(s) au Maroc, il apparaît difficile de ne pas poser la question à la fois de la libéralisation du régime politique – Makhzen27 – et des acteurs politiques et sociaux – à l’échelle nationale comme internationale – qui contribuent aux transformations sociétales. C’est aussi sans compter sur l’évolution de la société bidonvilloise elle-même : le rôle et la nouvelle place des femmes28, celui des jeunes, des nouvelles compétences des diplômés, des diplômés-chômeurs, des militants, des élites associatives, des associations de défenses des droits de l’Homme qui transforment le discours et insufflent de nouveaux répertoires d’action. Se pose la question de la reconfiguration des rapports de force, des rapports de pouvoir qu’entraîne le renouvellement des acteurs politiques29. Cela renvoie aussi aux débats maintenant bien documentés autour de la notion de structure d’opportunités politiques30 en sociologie de l’action collective.

37Ces premiers éléments de réflexion positionnent cette partie de l’article dans l’étude de l’utilisation du registre du ou/et des « droit(s) » par les bidonvillois comme un instrument de contestation sociale, et par extension, comme une ressource de légitimation de la citadinité. Nous verrons que les discours et les actes s’organisent autour de deux principaux axes et qu’ils correspondent à des temporalités spécifiques : tout d’abord les droits comme principes légitimes et ensuite l’utilisation du droit dans sa détermination « classique » juridique.

La montée des revendications des « droits » comme principes élémentaires, légitimes et comme ressource opérationnelle, stratégique et symbolique

  • 31 . De nombreux témoignages d’habitants bidonvillois recueillis entre le début des années 2000 et 200 (...)

38La référence au « droit » ou au « houqoûq » apparaît au début des années 1990 dans le discours des bidonvillois (Zaki, 2005), mais c’est un terme qui a pris un sens et un poids nouveau depuis l’arrivée au pouvoir de Mohamed VI. C’est surtout le discours du roi du 21 août 2001 sur la prise en considération des aspirations des populations démunies qui modifiera le cours des choses. Cette nouvelle attitude prolonge ce qui avait déjà été observé avec l’arrivée du gouvernement de gauche (1998), initiant des bouleversements sensibles et un processus d’ouverture politique. Des changements de ce type ne passent pas inaperçus auprès des populations pauvres, qui n’hésitent plus à reprendre et à revendiquer « leurs droits », confortées désormais par un climat politique les avantageant. Plusieurs témoignages d’habitants du douar El Kora par exemple, montrent qu’ils revendiquent toujours cette idée du « droit » en relation avec leurs histoires passées, leur vécu et les sacrifices que cela leur a coûté de vivre pendant des années dans l’ombre (fi d’lâm) et dans la honte (‘hchouma). Ils considèrent donc « être en droit » de revendiquer à vivre dans la décence31.

39Le droit est surtout utilisé en tant qu’il cristallise un certain nombre d’objectifs partagés, mais également comme procédé d’objectivation des demandes bidonvilloises et comme facteur d’unification du groupe. Cette forme de référence au droit caractérise la revendication des bidonvillois en quête de reconnaissance (du quartier, de leur statut d’urbain), et que d’une certaine façon le droit y est mobilisé pour leur permettre d’acquérir certains principes élémentaires et fondamentaux. Cette initiative nécessite une grande mobilisation collective organisée notamment dans le cadre de mouvements revendicatifs réguliers. Les exemples dans ce sens abondent. C’est le cas lorsque les habitants des bidonvilles réclament le droit à détourner l’électricité, le droit à disposer de bornes fontaines, ou d’autres droits ayant trait à la décence. Cela donne le droit aux autres bidonvilles de la ville d’imiter ces mouvements, et ce droit lorsqu’il s’impose à la majorité des bidonvilles devient une norme. Les droits y sont revendiqués et une fois acquis, ils participent au processus de reconnaissance.

40À la fin des années 1990, apparaît dans le vocable des bidonvillois mobilisés un tout nouveau discours relatif au registre des houquouq el insân (Droits de l’homme). Celui-ci est mobilisé en réponse à une situation manifeste de détresse sociale que les bidonvillois cherchent à soulager. En effet, selon Lamia Zaki (2005), le pouvoir central a eu recours à de nouveaux registres de légitimation, celui de la référence aux droits de l’homme qui est devenue omniprésente dans les discours officiels pour justifier les actions de l’Etat. De ce fait, à l’échelle des bidonvilles, les habitants se sont réapproprié ce nouveau lexique, pour justifier des revendications sociales de plus en plus larges, placées au-dessus des normes juridiques. Ils instrumentalisent les « droits humains » pour justifier ce que seraient les « droits des bidonvillois » (Zaki, 2005). La protection de ces droits découle, pour l’essentiel, de la déclaration universelle des droits de l’Homme et du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Les rhétoriques de justification peuvent, elles aussi, constituer une ressource importante pour leurs actions. Ils revendiquent largement un droit de cité, un droit à la décence et à la dignité. Ce sont ces valeurs qu’ils regroupent sous l’appellation de houqoûq el insân.

  • 32 . Le plan national de 2008-2015 comporte l’amorce de projets structurants qui, pour la plupart d’en (...)

41Un nouveau cran sera atteint, au cours des années 2000, alors que la ville de Rabat connaît une « révolution » urbanistique à travers un vaste projet « d’embellissement »32. Les habitants des bidonvilles se sentent exclus d’une ville qui prend forme sous leurs yeux et qui ne leur est pas dédiée. Ils ont conscience des enjeux que procure l’espace qu’ils occupent. Car, en dépit d’un relogement, les bidonvillois et tout particulièrement ceux d’El Kora savent qu’ils perdent au change : des terrains à forte valeur ajoutée qui seront valorisés et avec lequel l’État s’enrichira contre des logements semi-finis construits à la hâte et sans âme, un espace de vie réduit, des sociabilités et des amitiés anéanties ; un crédit sur plus d’une vingtaine d’années, un amoncellement de factures (eau, électricité, etc.) ; des logements qui se dégradent à peine investis par leurs habitants (fissures, humidités, canalisations qui éclatent, etc.) ; et un relogement qui met en lumière des inégalités sociales (entre « ceux qui peuvent » et « ceux qui ne peuvent pas »).

42Les bidonvillois des douars El Kora et Dlim se saisissent de l’opportunité qui leur est offerte par le Mouvement 20 Février, né au Maroc dans le contexte politique et social des mouvements des Printemps arables en 2011. Les revendications principales du mouvement sont d’ordre politique et font appel à des réformes constitutionnelles qui remettent en cause le fonctionnement du régime du Roi Mohammed VI. Le mouvement porté par les bidonvillois apporte des preuves quant aux effets ambivalents voire contre-productifs de la politique urbaine conduite par les autorités depuis 2003, à savoir démolir et reloger à grande échelle.

  • 33 . Dès le milieu des années 1990, certaines associations de quartier dans les bidonvilles marocains (...)

43Les mécontentements exprimés par les résidents des bidonvilles, rejoints par d’ex-bidonvillois déçus du relogement, se « greffent » au mouvement du 20 février. En effet, ceux-ci sont une partie active du mouvement dénonçant les élus, les carences des politiques urbaines, réclamant une accession au logement et aux principaux services urbains à savoir des revendications pour un droit à la ville, au logement décent, à la citadinité, à la sécurité ou encore à la citoyenneté. Ce mouvement porté par une masse de bidonvillois descendus dans la rue, traduit par ailleurs les frustrations engendrées par les effets d’affichage des pouvoirs politiques par la mise en avant des stratégies de développement – économique, social, et « humain » par le biais de l’INDH – aux résultats mitigés voire parfois inexistants dans le quotidien des populations. Les bidonvillois accusent ainsi l’État (dawla), mais aussi ses structures administratives décentralisées, d’incompétence et d’ingérence dans les opérations de relogement. Ils dénoncent les injustices et les traitements de faveur (au bénéfice de certaines familles qui ont pu « obtenir » ce qu’elles souhaitaient et d’autres non) et les dérives qui en découlent. Ces revendications sont d’autant plus visibles qu’elles s’expriment dans un contexte où, désormais, peuvent agir et se montrer des organisations telles que l’Agence marocaine des droits de l’homme (AMDH) ou la Ligue marocaine des droits de l’homme (LMDH). Ces associations nationales sont en outre de plus en plus sollicitées par des associations de quartiers qui agissent dans les bidonvilles. Ainsi, la montée des revendications des « droits », dans l’ensemble des grandes villes du pays, doit beaucoup à ces associations qui ont fait du droit au logement un leitmotiv33 bien avant le mouvement du 20 Février. Les bidonvillois savent que ce mouvement d’envergure nationale, à retombées internationales est une véritable aubaine qu’ils ne peuvent laisser échapper. Ce qui est toutefois relativement nouveau, c’est le fait qu’un nombre non négligeable de familles bidonvilloises s’adressent désormais directement à l’AMDH à titre personnel. Ainsi, ne devrait-on pas considérer que ces discours et revendications sont les expressions formalisés de droit aux droits dont par ailleurs des pratiques d’installation et d’investissement de l’espace étaient déjà les expressions ?

44Au cours de ces dernières années, dans le contexte des printemps arabes les habitants des bidonvilles ont acquis d’autres droits comme ceux liés aux différentes formes de mobilisations. On pense bien entendu aux nouvelles manières de manifester dans la rue (sit-in), de revendiquer des droits nouveaux, comme le droit au logement, au travail, etc. Le registre juridique – comme le recours devant les tribunaux – est également évoqué dans la revendication de la citoyenneté et de la liberté d’expression. Les médias, jouent un rôle considérable notamment comme catalyseurs du changement.

La mobilisation du droit dans sa détermination « classique » juridique

45En termes de droit, la judiciarisation des conflits constitue dans les milieux bidonvillois la véritable nouveauté dans les mobilisations qui ont été observées au cours des années 2000. Ceci est en partie dû à l’évolution de la société bidonvilloise qui insuffle de nouvelles formes d’organisation et induit des mobilisations individuelles et collectives.

46Cette question du champ juridique soulève deux questions qui sont au centre de la réflexion. La première porte sur les conditions dans lesquelles les dynamiques protestataires peuvent se saisir du droit. La seconde porte sur l’effectivité du recours au juridique. Se pose ainsi de manière sous-jacente la question du rôle des juristes mais également d’autres « catégories d’acteurs » (associations, diplômés, militants, etc.) dans la transformation des pratiques protestataires des bidonvillois.

47Nous avons vu dans la partie précédente que le contexte politique et social des années 2000 a rendu possible diverses actions par la mobilisation du droit. Les bidonvillois, collectivement ou de manière isolée, n’hésitent pas à engager des procédures judiciaires à l’encontre des collectivités locales ou parfois même à intenter des procès à l’État, aux opérateurs et aux banques. On rejoint ainsi les analyses de Patrice Melé, selon lequel

« le droit joue un rôle (de plus en plus) important dans les conflits (…) non seulement comme ressource, mais comme cadre cognitif. Il ouvre un canal pour la judiciarisation des différends (…), il contribue à construire des attentes, à déterminer des positions et constitue une ressource argumentative » (Melé, 2006, p. 160).

  • 34 . À notre connaissance, aucune décision positive n’avait encore abouti en 2010.

48Nos propos doivent toutefois être modérés car tous les bidonvillois ne se saisissent pas de l’arène juridique. En effet, il y a ceux qui disposent de ressources financières, cultuelles, politiques, relationnelles, etc. et ceux qui n’en disposent pas ; ceux qui ont des contentieux en cours avec l’État et ceux qui n’en n’ont pas. Nous pensons particulièrement aux habitants du douar El Kora qui ont donné des avances d’argent pour une ancienne opération de recasement dans les années 1980. Ceux-là se saisissent de la justice pour refuser totalement tout relogement en appartement et exiger des lots de terrains au même titre que les bidonvillois précédemment partis. Ces habitants estiment que des dossiers ont été constitués pour bénéficier d’un lot de recasement et que de ce fait ils sont lésés. De ce fait, le relogement a un goût amer. Eux aussi n’hésitent pas à porter plainte et à intenter des procès aux opérateurs et aux banques. Ils saisissent donc la justice, honorent les services d’un juriste qui leur indique les procédures à suivre. En mai 2008, une dizaine de procès ont été identifiés et sont tous à des stades plus ou moins avancés34.

  • 35 . Maître Jamal, Rabat, 2010.

49Les juristes ont une part de responsabilité dans l’engagement des populations bidonvilloises vers une judiciarisation des conflits, dans le sens où ils les encouragent à s’engager dans la voie du contentieux. Certains juristes rencontrés en 2008, dévoués à la « cause » bidonvilloise offrent parfois gratuitement leur service parce qu’ils jugent injuste la situation dans laquelle certaines familles se retrouvent, en particulier, « celles lésées et de surcroît pauvres, ne pouvant se défendre correctement contre un État fort35 ». Aidés par le milieu associatif, les bidonvillois tentent le tout pour le tout, à l’image de Rabha, une veuve de 55 ans du douar Dlim. Elle porte plainte en 2008 contre la municipalité pour avoir dans les années 1980 versé une somme d’argent pour un lot de recasement qu’elle n’a jamais obtenu. « Non seulement, on nous a menti, mais en plus on nous vole puisque les autorités actuelles font table rase des opérations fictives passées. Alors, grâce à l’association, je porte plainte. Nous sommes nombreux à l’avoir fait. Nous verrons bien ce que cela donnera, mais nous ne nous laisserons pas faire » nous confiait-elle en 2008. On observe donc un changement dans les pratiques individuelles, changement qui se traduit par la mobilisation de ce que Patrice Melé (2006) appelle les « savoirs organisés » qui vont de l’établissement de contentieux à la mobilisation des tribunaux.

  • 36 . Il s’agit d’un agent de l’administration, chef d’un ou de plusieurs douars.
  • 37 . Khalid, douar El Kora, 2008.
  • 38 . Fatiha et Rabeh, douar El Kora, 2008.

50Ce qui a changé également, c’est que parmi les habitants des bidonvilles, de jeunes diplômés, issus du bidonville et souvent chômeurs, les encouragent aussi à porter plainte. Au douar El Kora, par exemple, un collectif d’habitants aidé par deux jeunes diplômés-chômeurs (en droit et économie) a porté plainte contre les moqadem36 du quartier les accusant « de népotisme et de concussion 37». Certaines familles ne comprenant pas pourquoi « on leur a retiré les clés du logement que le roi lui-même leur avait délivrés lors d’une visite officielle »38.

51Il y a aussi parmi ceux qui portent plainte, des habitants qui ont quittés le bidonville pour la cité de relogement et qui se sentent abandonnés par l’État, le Makhzen, voire, pour les plus mécontents d’entre eux, un « Roi qui ne (les) a pas respectés ». Face à ce constat, les familles du douar Dlim qui se sentent lésées parce qu’elles ont tout quitté pour habiter la périphérie, revendiquent et exigent une nouvelle qualité de vie dans les nouveaux espaces urbanisés. L’expérience acquise au bidonville pour formuler des revendications, enclencher des mobilisations collectives, entamer des négociations, leur a d’évidence servi ici pour contester et réclamer ce qu’ils considèrent devant être dû et comme leur droit. Faisant désormais partie de la ville « légale », l’accession à la propriété leur confère une légitimité supplémentaire. Ils utilisent de ce fait la justice pour se territorialiser et atteindre la citadinité. Des collectifs représentés par d’anciens habitants du douar Dlim se sont constitués et se sont organisés afin d’engager des procédures judiciaires à l’encontre des banques (du Crédit Immobilier et Hôtelier essentiellement). Ils se sont d’abord tournés vers des organisations telles que l’AMDH, qui les a réorientés vers des juristes prêts à les aider sans contrepartie financière. Ainsi, l’acquisition du nouveau logement « légitime » les actions des relogés et transforme leur discours. Pour l’heure, aucune décision favorable ne leur a été accordée.

  • 39 . En 2008, près de 900 familles du douar El Kora étaient dans ce cas et avaient dépassé les neufs m (...)

52Toutefois, la technicisation comme la judiciarisation dépossède certains habitants, qui se retrouvent dans l’impasse et ce, à plusieurs niveaux : le premier tient au fait que le contact avec le monde du droit et de ses représentants est une nouveauté. Il y a tout un processus d’apprentissage du langage du droit avec lequel ils ne sont guère familiers. Le second réside dans le fait que la judiciarisation des conflits met à mal certaines familles bidonvilloises, et notamment celles en situation de fragilité financière. Nombre d’entre elles s’endettent pour honorer les frais de justice. Parce qu’elles ont décidé de geler le paiement de leurs créances (soit par contestation, soit pour des raisons d’insolvabilité), celles-ci se retrouvent en situation de recouvrement judiciaire39. Enfin, les habitants mobilisés font l’expérience de l’importance et de la lourdeur des procédures judiciaires. Ils se retrouvent confrontés à la spirale juridique et à la puissance des banques et des opérateurs publics qui disposent de moyens financiers importants pour contrer leur action.

53On observe depuis l’ouverture des années 1990 jusqu’aux printemps arabes, la transformation de l’action publique couplée à la montée en puissance des mobilisations dans les bidonvilles. Ainsi, la politique de l’État a créé des attentes fortes qui favorisent l’élaboration de registres communs de légitimation aux populations, mobilisant en particulier les références aux Droits Humains. Ainsi, dans une nouvelle conjoncture caractérisée par un processus d’ouverture du système politique, les mouvements éparpillés des protestataires dans l’espace public participent à un processus de « politisation » d’une population marginalisée qui se sent capable de prendre la parole sans trop de risque. Les bidonvillois démontrent une capacité d’organisation et une capacité à se mettre en scène à des temporalités bien précises pour engager des mobilisations. Ils revendiquent et inventent de nouveaux espaces de liberté et aspirent à une démocratisation de la société. Les habitants montrent qu’ils disposent de compétences multiples et variées, qu’ils peuvent formuler des revendications, organiser des mobilisations susceptibles de prendre des formes diverses et de s’entourer de soutiens d’envergure notable. Ils mettent en place de véritables stratégies communicationnelles, adoptent un répertoire de plus en plus large et novateur ; les registres de mobilisation évoluent, se superposent selon les cas et se déploient dans l’espace. Ils usent de stratégies diverses étant entendu que les relations clientélistes et les arrangements parfois douteux demeurent encore des manières de faire assez fréquentes dans les systèmes d’acteurs établis autour des projets d’aménagement des bidonvilles.

54Néanmoins, ces mobilisations montrent, par leur existence, que le temps de l’émeute mêlant à la fois spontanéité et violence, est passé – même si elle peut toujours resurgir – et que de nouvelles formes d’actions revendicatives ont émergé, plus « modernes » et sans doute plus efficaces. Intenter un procès à l’État est aussi la preuve que celui-ci ne peut plus agir sans impunité, d’une manière autoritaire et répressive, mais qu’il est susceptible de rendre des comptes à sa population.

55Comme nous l’avons vu, la « mobilisation » du droit peut être entendue de diverses façons et son usage l’est tout autant. Ce qui est constaté dans les bidonvilles marocains, n’est en somme que le reflet des mouvements sociaux urbains observés à l’échelle planétaire et qui se sont constitués sous la bannière du « droit à la ville », dans un contexte de mondialisation de l’urbain et d’amplification des inégalités socio-spatiales.

Haut de page

Bibliographie

Abouhani Abdelghani (dir.), 2000, Enjeux et acteurs de la gestion urbaine : redistribution des pouvoirs dans les villes marocaines, Rabat, CODESRIA.

Allal Amin, 2007, « « Développement international » et « promotion de la démocratie » : à propos de la « gouvernance locale » au Maroc », L’Année du Maghreb, Dossier : Justice, politique et société, p. 275-296.

Ameur Mohamed, 1993, Fès où l’obsession du foncier, Fascicule de recherche n°25, Tours, URBAMA.

Arrif Abdelmajid, 1999, « Les compétences citadines à l’épreuve de l’exclusion, l’exemple du bidonville Ben M’sik à Casablanca », in El Kadi Galila et al., L’urbain dans le monde arabe. Politiques, instruments et acteurs, CNRS, Paris, p. 297-317.

Bayat Asef, 2010, Life as Politics. How Ordinary People Change the Middle East, Stanford, Stanford University Press.

Bayat Asef, 1997, Street Politics. Poor People’s Movements in Iran, New York, Columbia University Press.

Bennani-Chraïbi Mounia, 2003, « Parcours, cercles et médiations à Casablanca. Tous les chemins mènent à l’action associative de quartier », in Bennani-Chraïbi Mounia et Fillieule Olivier (dir.), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po, p. 293-352.

Bennani Chraïbi Mounia, 2002, « Maroc : images et réflexions sur la monarchie. Monarchies arabes. Transitions et dérives dynastiques », in Leveau Rémy et Hammoudi A. (dir.), Monarchies arabes : successions et dérives dynastiques, La Documentation Française, p. 177-195.

Ben Nefissa Sarah, 2006, « Monde Arabe : les acteurs civils de la revendication démocratique », Alternatives Sud ; État des résistances dans le Sud 2007, Point de vue du Sud, Centre tricontinental, Paris, Syllepse, p. 131-136.

Berriane Yasmine, 2011, La féminisation des associations locales au Maroc : vers une reconfiguration des rapports de pouvoir ?, thèse de doctorat, Institut d’études politiques de Paris.

Berry- chikhaoui Isabelle et Deboulet Agnès, 2002, « Les compétences des citadins : enjeux et illustrations à propos du monde arabe », L’Homme et la Société, n° 143-144, p. 65-85.

Bono Irène, 2010, « Le « phénomène participatif » au Maroc à travers ses styles d’action et ses normes », Les Études du CERI, n°166.

Catusse Myriam, 2002, « Le charme discret de la société civile. Ressorts politiques de la formation d’un groupe dans le Maroc « ajusté », Revue internationale de politique comparée, n° 2, p. 297-318.

Catusse Myriam et Vairel Frédéric, 2003, « “Ni tout à fait le même ni tout à fait un autre” : métamorphoses et continuité du régime marocain », Maghreb-Machrek, printemps, n° 175, p. 73-91.

Cefaï Daniel, 2007, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte, Collection « Recherches ».

Cefaï Daniel et Trom Danny (dir.), 2001, Les formes de l’action collective. Mobilisations dans les arènes publiques, Paris, EHESS.

De Certeau Michel, 1990, L’Invention du quotidien. L’art de faire, Tome 1, Paris, Éditions Gallimard.

Elias Norbert et Scotson John L., 1997, Logiques de l’exclusion. Enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Paris, Fayard.

Emperador Montserrat, 2011, La mobilisation des diplômés chômeurs au Maroc : usages et avatars d’une cause pragmatique, thèse de doctorat, Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.

Essahel Habiba, 2008, « Interventions publiques et actions collectives dans les quartiers périphériques de Rabat », in Legros Olivier (dir.), Participations citadines et action publique, Paris, Yves Michel, p. 69-92.

Feynerol Olivier, 2001, « Réaménagement urbain et actions citadines en Tunisie. L’action Bab Souika-Halfaouine », in Berry-Chikhaoui Isabelle et Deboulet Agnès (dir.), Les compétences des citadins dans le monde arabe : Penser, faire et transformer la ville, Tunis, IRMC, Paris, Karthala, Tours, Urbama, p. 255-287.

Ferrié Jean-Noël et Santucci Jean-Claude (dir.), 2006, Dispositifs de démocratisation et dispositifs autoritaires en Afrique du Nord, Paris, CNRS.

Florin Bénédicte, 2012, « Quand les chiffonniers du Caire osent ! Mobilisations, contournements et résistances d’une communauté stigmatisée », in Marc Lavergne (dir.), Une société en quête d’avenir. Egypte, an 2 de la révolution, L’Harmattan, p. 77-94.

Ghazali Ahmed, 1991, « Contribution à l’analyse du phénomène associatif au Maroc », in Camau Michel (dir.), Changements politiques au Maghreb, Paris, CNRS, Collection études de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, p. 243-260.

Haenni Patrick, 2001, Banlieues indociles ? Sur la politisation des quartiers péri-urbains du Caire, Thèse de Doctorat, Science Politique, I.E.P. de Paris

Hibou Isabelle, 2005, « The « privatization » of the State: North Africa in Comparative Perspective », Schlichte K. (dir.), The Dynamics of the State, Farnham, Ashgate, p. 71-97.

, 1996, « Les enjeux de l’ouverture au Maroc. Dissidence économique et contrôle politique », Les Études du CERI, n° 15, avril.

Iraki Aziz et Tamim Mohamed, 2009, « Organisation des populations et place des élites locales dans la gestion politique d’une périphérie du Grand Casablanca : le cas de Dar Bouazza (Maroc) », Les Cahiers d’EMAM, n° 17, Tours, p. 85-114.

Iraki Aziz, 2003, Des notables du Makhzen à l’épreuve de la « gouvernance ». Élites locales, territoires, gestion urbaine au Maroc : cas de trois villes moyennes de la région Nord-Ouest, Paris, L’Harmattan.

Lussault Michel, 2000, « La ville des géographes », in Paquot Thierry et al. (dir.), La ville et l’urbain, L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 21-35.

Marcus Georges E., 2008, Le Citoyen sentimental. Émotions et politique en démocratie, Paris, Presses de Sciences Po.

Melé Patrice, 2006, Pour une géographie de l’action publique. Patrimoine, environnement et processus de territorialisation, Habilitation à Diriger des Recherches, Université François-Rabelais de Tours, volume 1.

Navez-Bouchanine Françoise, 2004, « Les politiques publiques entre rapports de force, « participation » et négociations dans les projets urbains au Maghreb et au Liban », Gouverner les villes du Sud. Défis pour la recherche et pour l’action, Actes du colloque international du PRUD, UNESCO, Paris, 5-7 mai, p. 143-151.

, 2004, L’entre deux des politiques institutionnelles et des dynamiques sociales, Liban, Maroc, Algérie, Mauritanie, Synthèse du projet de recherche PRUD, CNRS, CITERES, EMAM, Tours.

(dir.), 2004, « La maîtrise d’ouvrage sociale au Maroc : un état des lieux », Les Cahiers d’Al Omrane, n° 19-20, Rabat, Al Maouil.

, 2003, « Les chemins tortueux de l’expérience démocratique marocaine à travers les bidonvilles », Espaces et sociétés n° 112, « Ville et démocratie ».

Nassif Tar Kovacs Fadia, 1998 (réédition), Les rumeurs dans la guerre du Liban : les mots de la violence, Paris, CNRS Éditions.

Olson Mancur , 1978, Logique de l’action collective, Paris, PUF.

Paine Robert, 1967, « What is gossip about? An Alternative Hypothesis », Man, n° 2, vol. 2, p. 278-285.

Parnell Susan et Pieterse Edgar, 2010, « The Right to the City : Institutional Imperatives of a Developmental State », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 34, p. 146-162.

Quéré Louis, 1992, « L’espace public : de la théorie politique à la métathéorie sociologique », Quaderni, n° 18, p. 75-92.

Rachik Abderahmane, 2002, « Casablanca : Politiques urbaines et pressions sociales », Naqd, n° 16, p. 57-65.

Rollinde Marguerite, 2004, « L’alternance démocratique au Maroc : une porte entrouverte », Confluences Méditerranée 4/n° 51, p. 57-67.

Singerman Diane, 1995, Avenues of Participation: Family, Politics, and Networks in Urban Quarters in Cairo, Princeton, University Press of New Jersey.

Tilly Charles, 1986, La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, collection L’espace du politique.

Tozy Mohamed, 1999, « Réformes politiques et transition démocratique », Maghreb-Machrek, n° 164.

Traïni Christophe (dir), 2009, Émotions… Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po.

Vermeren Pierre, 2001, Le Maroc en transition, Paris, La Découverte.

Vairel Frédéric, 2005, Espace protestataire et autoritarisme. Nouveaux contextes de mise à l’épreuve de la notion de fluidité politique : l’analyse des conjonctures de basculement dans le cas du Maroc, Thèse de doctorat, Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.

Zaki Lamia, 2005, Pratiques politiques au bidonville, Casablanca (2000-2005), Thèse de Doctorat, Science Politique, IEP de Paris.

Haut de page

Notes

1 . Voir à ce sujet de nombreux travaux entre autres : Ferrié Jean-Noël et Santucci Jean-Claude (2006) ; Hibou Béatrice, (1996), Tozy Mohamed (1999).

2 . Non pas qu’elle ait été inexistante et invisible auparavant, mais parce qu’elle fait davantage sens dans le contexte politico-social actuel.

3 . Selon divers auteurs, le terme de société civile s’est propagé par un effet d’ampliation dans les discours politiques puisqu’il figurait, parmi d’autres, dans les agendas du changement. Voir à ce sujet, Catusse Myriam (2002).

4 . Voir par exemple les thèses récentes sur les mobilisations autour de la question des « années de plomb » (Vairel, 2005), sur les mobilisations de diplômés-chômeurs (Emperador, 2011) ou de militantes dans des associations de quartier (Berriane, 2011).

5 . Le Maroc est engagé depuis 2003 dans un programme « Villes sans bidonvilles » (PVSB) de grande envergure qui touche près de 1,6 million d’habitants dans plus de mille bidonvilles répartis au Maroc.

6 . Nous développons plus loin dans le texte les principaux travaux qui ont été entrepris au Maroc et dans le Monde arabe de manière générale ; ils ont donné lieu à une littérature aussi riche que foisonnante depuis la décennie 2000.

7 . Ce texte s’appuie sur notre travail de thèse (2011), ainsi que sur plusieurs terrains menés depuis auprès des habitants des bidonvilles et des acteurs des politiques de relogement au Maroc.

8 . Le mot « recasement » désigne une opération de déplacement de bidonvillois vers des lots aménagés et équipés, généralement destinés à l’auto-construction.

9 . L’INDH vise le développement humain et la lutte contre la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale.

10 . Le projet de valorisation de la corniche prévoit de nombreux programmes luxueux destinés à des populations aisées.

11 . L’exception évoquée ici, tient au fait que d’après les principaux acteurs du relogement :« Il ne pouvait en être autrement pour le bidonville d’El Kora parce que d’une part, c’est un quartier bien inséré dans le tissu urbain de la capitale et que d’autre part, le quartier est réputé pour être sensible car il connaît régulièrement des soulèvements assez virulents. Nous avons voulu jouer dès le départ la carte de l’apaisement pour minimiser les conflits avec la population » (Extrait d’une interview accordée par un cadre de la Compagnie Générale et Immobilière en 2005).

12 . Au lendemain des émeutes urbaines de 1981, les agences urbaines ont fait leur apparition dans le paysage institutionnel marocain dans la mouvance des réformes administratives qui ont été expérimentées à Casablanca. Les agences urbaines ont une double dimension : politique (assurer un meilleur contrôle social) et technique (résoudre les principaux problèmes d’aménagement de la ville).

13 . Les « bonnes pratiques » regroupent certaines notions qui sont dans « l’air du temps », telles que celles de gouvernance, de « démocratie » participative ou encore de « partenariat public-privé ». Voir l’article de Myriam Catusse et Frédéric Vairel (2003) sur les conséquences de l’introduction du lexique démocratique dans le champ politique marocain.

14 . Amine Allal (2007) montre très justement comment les politiques de développement promues par le roi s’inspirent d’une terminologie et d’objectifs développementalistes empruntés à des organisations internationales comme la Banque mondiale et les Nations Unies.

15 . Pour plus de précision sur ce sujet voir les travaux de Yasmine Berriane (2013) d’Irène Bono (2010), ou encore ceux de Amin Allal (2007) qui montrent que l’émergence de ces espaces de démocratisation est un processus complexe.

16 . Dans d’autres contextes les rumeurs ont donné lieu à toute une série de travaux classiques, depuis les études d’Allport et Postman (1947) pendant la seconde guerre mondiale jusqu’aux enquêtes d’Edgar Morin (1982) et son équipe sur les fameuses rumeurs d’Orléans.

17 . Voir F. Navez-Bouchanine (2004), A. Arrif (1992) ou L. Zaki (2005).

18 . La notion de « spontanéité » est à utiliser avec prudence, particulièrement dans notre cas, car, dans les bidonvilles, les mouvements de mécontentement peuvent être spontanés en apparence et être menés par les habitants de manière rationnelle. En effet, de nombreux travaux, en l’occurrence ceux d’Edward Thompson, ont montré que le recours à l’émeute et à l’action spontanée pouvaient être le fruit d’un choix rationnel face à un État répressif. Toutefois, les mécontentements peuvent aussi être exploités et organisés en mobilisation par un (ou des) tiers, qui, dans la majorité des cas, reste souvent difficile à saisir pour le chercheur extérieur au quartier. Voir à ce sujet les travaux de E. Thompson (1974) et de C. Tilly (1986). Voir aussi les travaux de R. Paine (1967), de N. Elias et J. L. Scotson (1997), où ces auteurs essayent de comprendre comment les tactiques et les attentes individuelles du « ragoteur » s’articulent avec les logiques du groupe auquel il appartient.

19 . D’après nos enquêtes (2004), il s’agit de personnes qui n’habitent plus le bidonville, mais qui y ont conservé une baraque ou des locaux commerciaux parfois vides.

20 . Au départ, il s’agit d’une rumeur, car l’annonce n’a pas été faite de manière officielle.

21 . Une dizaine de femmes, les plus impliquées dans la mobilisation contre le relogement mettront en place cette manifestation. Elles seront bien entendu imitées par d’autres femmes, jeunes et enfants du quartier.

22 . Extrait d’une interview accordée par Fatna (42 ans, mariée, 5 enfants) et Rabeha (38 ans, mariée, 3 enfants) quelques jours après les faits à leur domicile au douar Dlim, 2005.

23 . C’est ainsi qu’elles qualifient leur mobilisation.

24 . On peut y lire : « Protestons contre la destruction non annoncée de nos boutiques » ou encore « Nous ne sommes pas opposés à la destruction, mais à l’absence de solutions urgentes pour régler notre situation de petits commerçants ».

25 . Les travaux portant sur les mobilisations collectives considèrent généralement l’émotion comme un débordement qui se situe aux sources mêmes de la mobilisation collective, ou comme un pathos relevant de la société du spectacle. Voir les travaux de Marcus George E. (2008) et de Traïni Christophe (2009) qui ont tenté de réinterroger le modèle défendu par Mancur Olson (1978), selon lequel l’engagement résulte d’un calcul rationnel en termes de rétributions et de biens privatifs. Pour Traïni, le concept de « sensibilisation » concerne « l’ensemble des supports matériels, des mises en scène, que les militants déploient afin de susciter des réactions affectives qui prédisposent ceux qui les éprouvent à s’engager ou à soutenir la cause défendue » (2009, p. 13).

26 . Hamid, Mostafa, Brahim et Fatine, rencontrés en 2005 au douar El Kora.

27 . Car c’est en partie toujours le Makhzen qui impulse et conduit les changements et qui, par conséquent, en modèle les contours et en limite la portée.

28 . Un tournant majeur s’effectue dès les années 2000 par l’entrée en scène à l’échelle locale de femmes bidonvilloises qui revendiquent un « droit à la ville » et non ce qu’on souhaite leur imposer à travers les programmes de relogement (Essahel, 2008). L’émergence et l’affirmation des femmes sur la scène publique voire politique (Berriane, 2011) dans les quartiers populaires sont encouragées par le monarque lui-même par ses discours et par la promulgation en 2004 de la réforme du code du statut personnel (Moudawana).

29 . Pour plus de précisions sur ce sujet, voir les travaux de’Aziz Iraki et Mohamed Tamin (2009) sur la question du renouvellement des élites politiques et de proximité.

30 . Le courant d’études des structures opportunités politiques (SOP) s’intéresse aux contraintes et aux opportunités politiques caractéristiques du contexte dans lequel s’insèrent les mouvements sociaux, qui seront eux-mêmes façonnés par ce contexte. Dans la sociologie des mouvements sociaux, le contexte constitue le principal outil théorique qui permet de faire le lien entre mouvements sociaux et systèmes politiques. Voir plus précisément les travaux de Mc Adam et al. ( 1996), de Peter Eisinger (1973), de Cefaï et Trom (2000).

31 . De nombreux témoignages d’habitants bidonvillois recueillis entre le début des années 2000 et 2009 vont dans ce sens.

32 . Le plan national de 2008-2015 comporte l’amorce de projets structurants qui, pour la plupart d’entre eux, promeuvent un « concept urbain de luxe », tels que le projet de la réhabilitation de la vallée du Bouregreg ou celui de la création d’un port atlantique avec l’agencement d’une marina fluviale.

33 . Dès le milieu des années 1990, certaines associations de quartier dans les bidonvilles marocains ont grâce à l’AMDH noués des contacts à l’échelle nationale comme internationale avec des associations de défense au droit au logement comme le mouvement Droit au Logement (DAL) à Paris par exemple.

34 . À notre connaissance, aucune décision positive n’avait encore abouti en 2010.

35 . Maître Jamal, Rabat, 2010.

36 . Il s’agit d’un agent de l’administration, chef d’un ou de plusieurs douars.

37 . Khalid, douar El Kora, 2008.

38 . Fatiha et Rabeh, douar El Kora, 2008.

39 . En 2008, près de 900 familles du douar El Kora étaient dans ce cas et avaient dépassé les neufs mois de créances non-impayées, selon un banquier du CIH interrogé à ce sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Habiba Essahel, « Évolution des registres de l’action, de la ruse à la mobilisation de la notion « droit » par les habitants des bidonvilles au Maroc  », L’Année du Maghreb, 12 | 2015, 115-135.

Référence électronique

Habiba Essahel, « Évolution des registres de l’action, de la ruse à la mobilisation de la notion « droit » par les habitants des bidonvilles au Maroc  », L’Année du Maghreb [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2415 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2415

Haut de page

Auteur

Habiba Essahel

Géographe, UMR7324 CITERES-Emam

Haut de page