Navigation – Plan du site
Dossier : Villes et urbanités au Maghreb
Mobilisation et action collective

Les mobilisations sociales dans les territoires périphériques de Casablanca pendant les années 1990

Social mobilization in the peripheral area of southern Casablanca during the 90’s
Wafae Belarbi
p. 137-153

Résumés

Cette contribution s’interroge sur les formes, les visées et les modes organisationnels des mobilisations des habitants dans la périphérie sud de Casablanca pendant les années 1990. Ensemble de territoires d’habitat non réglementaire fragmentés, de formation urbaine récente, cette périphérie sud concentre une population reléguée socialement, privée d’influence et de relais avec les centres de pouvoirs métropolitains, qui a développé ses propres compétences d’intégration urbaine. Les mobilisations sociales se décomposent en deux catégories évolutives, qui s’intègrent dans le même registre conflictuel, et qui s’adaptent en fonction du degré d’ouverture et de fermeture du système politique local et central, mais aussi en fonction des enjeux mobilisateurs. Ce cas de figure démontre que les espaces sociaux qui relèvent de dérégulation et de violence, souvent considérés comme des microcosmes impuissants pour faire ressurgir de nouveaux ordres socio-politiques, rodent des stratégies d’intégration urbaine et se dotent de pouvoirs de changement et donc de reconfiguration de la ville métropole.

Haut de page

Entrées d'index

فهرس الكلمات المفتاحية :

ضواحي، حاضرة، حراك، نزاع
Haut de page

Texte intégral

1Cette contribution s’interroge sur les mobilisations sociales dans les territoires d’habitat non réglementaire périphériques de la ville de Casablanca. Nous partons du constat selon lequel, depuis les trois dernières décennies, une mutation semble s’être opérée dans les principes et les modes organisationnels de l’action collective dans les espaces d’habitat non réglementaire des villes marocaines. De sociabilités liées particulièrement au voisinage (Iraki et Rachik, 2005), on est passé à d’autres formes de mobilisations, formelles et informelles, de type associatif, politique ou religieux.

  • 1 . L’Association Marocaine des Droits Humains a été fondée en 1979. Elle n’a connue de véritable dyn (...)

2Cette dynamique est nourrie par un contexte politique autorisant davantage de liberté d’expression et incitant à la constitution de collectifs organisés pour la prise en charge des affaires communes. La culture du sit-in et des associations locales, développée à partir des années 2000, figure aussi comme prolongement de la forme pacifique d’action collective en milieu urbain. Inscrite dans un climat d’ouverture politique, d’ébauche des libertés d’expression et d’émergence de collectifs qui luttent pour les droits de l’Homme (AMDH1), ce type d’action collective a pris une grande place, comme manière de protester contre ce qui est perçu comme des injustices sociales. En 2005 avec l’avènement de l’INDH, initiative de régulation territoriale portée par les plus hautes sphères de l’État, le champ d’action collective s’est fortement institutionnalisé dans les quartiers d’habitat non réglementaire. Enfin, le mouvement du 20 février, qui a été considéré par les chercheurs comme une sorte de « révolte » (Baylocq et Granc, 2012) marocaine, a lui aussi affecté l’évolution des actions collectives dans ces types d’espaces à partir de 2011.

3Comment s’est opérée cette mutation dans la périphérie sud de Casablanca pendant les années 1990 ?

Cadre théorique : une question fortement interrogée en sciences sociales

4Les travaux empiriques sur la question des mobilisations des habitants dans les quartiers d’habitat non réglementaires dans les contextes du Sud (Goirand, 2003, p. 368 ; Nunez, 1987 ; Abouhani, 1999 ; Haenni, 2001), ont démontré que face aux formes de désengagement étatique, un engagement des populations émerge, s’organise afin de revendiquer la reconnaissance administrative, sociale et politique, mais aussi afin de défendre des positions, des acquis en termes d’ancrage dans des espaces informels. Ces derniers constituent des milieux propices à l’émergence de mouvements sociaux contestataires. Le sentiment d’exclusion du système urbain formel, le sentiment d’injustice sociale et la crainte d’expulsion se transforment le plus souvent en mouvements revendicateurs d’intégration, mais aussi dénonciateurs du politique.

5Ainsi, différents répertoires d’actions collectives émergent dans les quartiers et remettent en cause l’ordre politique et social régnant. Malgré le caractère imbriqué dans le temps et dans l’espace de ces répertoires au sein des quartiers d’habitat non réglementaire, nous pouvons les distinguer selon leurs formes organisationnelles.

6Il convient en premier lieu de rappeler que le répertoire des solidarités informelles, basées aussi bien sur les sociabilités communautaires que celles de voisinage, a depuis toujours été le socle des rapports sociaux dans ce type d’espaces. Les pratiques solidaires des habitants des quartiers d’habitat non réglementaire se manifestent nettement, aussi bien pour l’accès aux équipements de base que pour la réalisation et l’entretien des mosquées.

7En parallèle au répertoire d’actions solidaires, se sont déployés d’autres répertoires au fil du temps. Depuis la période coloniale jusqu’à nos jours, c’est le répertoire du conflit politique, suscité par les formations politiques, syndicales ou universitaires qui va de pair avec la violence collective dans les espaces de la marge urbaine. L’examen des territoires de l’émeute montre explicitement que c’est au niveau des quartiers périphériques que la violence collective se déclenche et occupe plus d’espace. L’émeute y a souvent été analysée comme sous-produit de mobilisations organisées et instituées, se déroulant à des échelles de pouvoirs plus élargies (Abouhani, 1995, p. 173). Le syndicalisme y a été l’un des principaux vecteurs de mobilisations, tout en suscitant d’autres formes d’actions politiques.

8Ce n’est qu’à partir du milieu des années 1980 que l’on a assisté à l’éclosion d’autres répertoires, basés essentiellement sur l’action collective institutionnalisée, sous forme d’amicales de quartiers (Ameur et Filali Belhaj, 1997) ou d’associations qui se sont substituées à l’État pour équiper les zones d’habitat non réglementaire. Cette montée en puissance des amicales de quartiers a coïncidé avec la prolifération massive de ce type d’espaces, notamment dans les villes moyennes, comme Fès et Salé. Par la mise en œuvre d’actions de mise en cause du système de la gestion urbaine, elles ont été les principaux acteurs de régulation territoriale, dont la tâche principale était de combler le déficit des équipements de base, d’améliorer l’environnement urbain ainsi que la sécurité des quartiers.

9Lors de cette même période, les répertoires basés sur les solidarités religieuses sont apparus dans les quartiers d’habitat non réglementaire. Certes, la sacralisation de la mosquée a toujours été manifeste dans ces quartiers, cependant ce n’est qu’au milieu des années 1980 que la montée du mouvement islamiste a été plus manifeste, avec la politisation d’une tranche de la population se considérant comme marginalisée et exclue du champ de prise de décision. L’étude des acteurs associatifs dans les quartiers d’habitat non réglementaire à Fès (El Bouaîachi, 2000), a révélé l’émergence d’organisations structurées de groupes de « leaders de tendance fondamentaliste. Ils symbolisent chez la population de cet espace, la résistance et la contre-stratégie à l’égard des pratiques publiques de démolition des constructions non réglementaires» (El Bouaîachi, 2000, p. 79).

10Malgré l’insuffisance des recherches sur les mouvements islamistes dans ces types de quartiers, plusieurs travaux de recherche ayant abordé en filigrane cette question (Tozy, 1999) ont affirmé que les mouvements basés sur les préceptes de la religion, et notamment la bienfaisance, subsistent et agissent sous diverses formes d’actions. Cette montée s’est manifestée dans la reconfiguration du champ politique du pays, avec l’émergence de formations religieuses organisées, notamment Al-adl Wal-ihssan (Justice et Bienfaisance), association à caractère religieux, qui s’est imposée pendant le milieu des années 1980, marquant ainsi « le passage à l’islamisme organisé» (Tozy, 1999). Les dimensions organisationnelles structurantes de cette formation se déploient autour de registres religieux, qui investissent, entre autres, le social et le spatial. Ce passage, selon les chercheurs, est tributaire d’un nouveau contexte de modernité qui a marqué la société marocaine (Tozy, 1999, p. 171). Ce processus de modernisation qui explique la structuration des mouvements islamistes est à notre sens porté non seulement par des changements socio-politiques, mais aussi par des changements spatiaux de la ville marocaine. L’étalement des villes, accentué à partir des années 1980, avec la fabrication de périphéries souvent non réglementaires, nous semble constituer un facteur de désaffection de la population vis-à-vis des formes conventionnelles de la pratique politique.

11Pendant les années 1990, l’impact des facteurs exogènes sur les formes d’actions collectives s’est fortement fait sentir sur la scène politique du Maroc. Les émeutes de 1990 suivies des mobilisations protestataires de la première guerre du Golfe constituent pour les spécialistes des mouvements sociaux au Maroc (Bennani Chraibi, 1994, p. 130), une transition vers une nouvelle ère de mobilisations politiques, essentiellement marquée par l’activisme et la légitimation politique de plusieurs formes d’actions collectives : développement du mouvement associatif, sit-in, marches… Ce climat général, marqué par la montée en puissance de ce qui est communément appelé la « société civile », n’est pas sans effet sur les configurations des quartiers d’habitat non réglementaire. Il accompagne et accentue le mouvement des amicales de quartiers.

  • 2 . L’Espace Associatif est un collectif fondé en 1996 dont l’objectif fondamental est de contribuer (...)

12La mise en réseau de certaines de ces associations constitue un tournant dans les formes d’actions collectives des années 90 à nos jours. L’exemple de L’Espace Associatif2 illustre cette réalité. Ce collectif, basé à Rabat, occupe à la fois une position centrale dans la scène associative du pays et souscrit entre autres à une logique de proximité, en intégrant en son sein plusieurs associations locales, qui œuvrent dans le social comme dans le spatial. Son rôle de contrepoids aux associations islamistes a été avéré (Otayek, 2004).

13Malgré les similitudes apparues dans la grande majorité des espaces d’habitat non réglementaire, ces derniers changent de configuration selon leur localisation géographique à l’échelle des villes et des régions, et selon les rapports de pouvoirs qui s’y exercent. Qu’en est-il de la périphérie sud de Casablanca ?

La périphérie sud de Casablanca : des territoires fragmentés fortement stigmatisés

Une histoire urbaine particulière

  • 3 . Le nombre des habitants qui a plus que triplé depuis 1992, passant de 16.135 habitants en 1992 à (...)
  • 4 . Enquête menée en 1996 par la direction régionale du plan à Casablanca. Voir le rapport final Enqu (...)

14L’habitat non réglementaire est une forme urbaine relativement récente à Casablanca. Dès les années 1930, elle a été essentiellement marquée par la concentration de grands bidonvilles : Carrières Centrales et Ben M’sik, qui ont été d’importants foyers des partis nationalistes à la fin du protectorat. A partir des années 1990, une nouvelle couronne périphérique a vu le jour sous forme de plusieurs concentrations d’habitat non réglementaire. La commune de Lahraouiyine représente l’une des zones périphériques les plus pauvres et les plus stigmatisées de cette périphérie. Elle est essentiellement marquée par son poids démographique3, la nature de sa composante sociale en majeure partie de provenance urbaine4, ainsi que sa situation géographique stratégique à l’échelle de la ville et de la région.

15Si pendant longtemps, la périphérie de Casablanca a pu être canalisée, contrôlée et gérée par les pouvoirs publics, la fabrication d’habitat non réglementaire a été vécue comme un « coup dur » par les acteurs institutionnels de l’urbain à Casablanca. Elle dévoilait les limites tant de la planification urbaine que de l’action de l’autorité locale. De fait, le peuplement massif qu’a connu la commune de Lahraouiyine depuis 1996 a provoqué des réactions coercitives de la part de l’autorité centrale, dans le but de contenir son accroissement urbain, tout aussi brusque qu’illégal. Elle constitue une zone symboliquement très importante pour l’État marocain. Sa localisation dans la périphérie métropolitaine est à l’origine de plusieurs formules de régulations territoriales.

16La réponse de la population à cette forte mobilisation étatique s’avère encore plus violente : la partie nord de la commune, et spécialement la zone de localisation de son siège, enregistrent alors des violences et des évènements qui affectent profondément le quartier.

17Appelée communément « Chichan » (Tchétchénie), Lahraouiyine est depuis lors, synonyme de violences, de coercitions et de conflits. C’est devenu un lieu-cible de contrôle social et politique. Une forte segmentation de Lahraouiyine s’est instaurée dans les rapports sociaux et cette situation conflictuelle s’est traduite par la mise en place de plusieurs enclaves socialement polarisées, régies chacune par une forme de notabilité. Il s’agit de formes fondées sur des réseaux, liés tantôt à la consanguinité ou à l’origine régionale, tantôt à des affinités politiques, tantôt à différents trafics, voire le trafic de drogue, qui vont progressivement évoluer vers des formes rationalisées comme les associations de quartier.

18Tout en exerçant un contrôle sur Lahraouiyine afin de surveiller les engagements idéologiques et politiques de ses habitants, le laisser-faire de l’État s’affiche clairement après les évènements de 1996. Plusieurs tentatives de restructuration sont alors initiées, mais elles ne se sont concrétisées qu’à partir de 2003, date qui coïncide avec les attentats du 16 Mai de Casablanca.

Les Chichanis5 : entre le rejet métropolitain et la relégation sociale

  • 5 . En effet, après les évènements de 1996, Lahraouiyine prendra le nom de Chichan. Littéralement le (...)

19Le processus d’occupation spatiale rapide et illégale qui a précédé les évènements de Lahraouiyine ne doit pas être pris en compte uniquement dans sa dimension rationnelle. Il sous-tend aussi des perceptions entremêlées qui constituent des facteurs psychologiques de l’action collective. Les orientations cognitives par rapport aux lieux, aux expériences individuelles et collectives et aux événements vécus, orientent les engagements des habitants et alimentent leurs forces mobilisatrices. Comment les nouveaux arrivants, appelés les «Chichanis», ont-ils été perçu à l’intérieur et à l’extérieur de Lahraouiyine ? Quels sont les effets de cette perception ?

20Après leur installation, les populations de « Chichan » ont été considérées, à la fois par les autochtones et par les autorités locales, comme des personnes sans identité, placées symboliquement dans une position sociale inférieure. Ce sont des « Mlaktin », selon un autochtone de Lahraouiyine. « Mlaktin » a une double signification : la première renvoie à la diversité de provenance, et la deuxième au déracinement régional et familial. Ce mot est aussi dérivé du terme « lakit », qui signifie un « bâtard ». Cette relégation sociale est en effet ressentie par les « Chichanis », selon deux échelles. La première échelle est celle de la métropole. Habiter dans la périphérie rurale à Casablanca signifie systématiquement le refoulement pour les habitants. Appartenir à une ville en mouvement, où chaque quartier est un centre, fait partie de la culture urbaine des Casablancais. Être Casablancais c’est vivre pleinement son urbanité. Mais, vivre dans une périphérie détachée du centre par sa configuration spatiale, administrative et sociale, signifie un rejet métropolitain. Comme l’évoque un habitant de Douar Mediouni:

« J’habitais avec ma famille dans une maison que je louais au quartier l’Oasis à 2000 dh/mois à Casablanca. Je travaillais comme chauffeur à l’ONA dans les sociétés de constructions, puis j’ai intégré la CTM. En 1974, j’avais acheté un terrain ici de 100m². C’était un terrain agricole. Après un problème de santé, on m’a expulsé de la CTM et je me suis retrouvé sans ressources. En 1996, dans le temps de « Chichan », j’ai entendu dire que tout le monde construisait à Lahraouiyine. Alors, j’ai dit à ma femme, la pauvre fassiya (issue de la ville de Fès) qui n’est pas habituée à Tbahdil (l’humiliation), on va aller à Lahraouiyine, construire notre maison et fuir la location ».

21Le premier adjectif utilisé pour décrire le déplacement du lieu de vie vers Lahraouiyine est Tbahdil. Tbahdil, provient de mot Bahdala et signifie à la fois, l’humiliation et la concession. Pierre Bourdieu (1972) a fait usage de ce terme pour décrire le système de reproduction de la société kabyle, ainsi que ses stratégies de maintien et d’augmentation du capital honneur. Nous pouvons en effet classer ce qualificatif dans le répertoire du capital honneur. Lorsque celui-ci se dégrade vers le bas de l’échelle symbolique il fait resurgir Tbahdil, qui signifie aussi, dans le cas de figure cité, la détérioration du niveau de vie, la marque d’appartenance à un ordre social plus bas. L’adjectif de Tbahdil est significatif d’une forme de déshonneur, ressenti par cet habitant lors de son arrivée en 1996 à Lahraouiyine. Il marque le sentiment de rejet du centre vers la périphérie.

22Le stigmate dépasse l’échelle sociale de la ville de Casablanca, pour se propager dans les sphères institutionnelles et politiques. Ce constat, décliné de différentes manières, est récurrent dans les propos des habitants :

« Je ne viens ici que pour dormir. Tous mes amis, ma famille et mon passé est à Ben Msik. Regarde ma carte d’identité, j’ai mon adresse là-bas et je ne la changerai pas. Tu sais, si un gendarme t’arrête en voiture et trouve Lahraouiyine comme adresse; il te colle un procès même si tu n’as rien fait… »

23La deuxième échelle du stigmate se situe à l’intérieur de Lahraouiyine. Pour les habitants résidant dans les douars les plus anciens et limitrophes du périmètre urbain, il existe deux zones différentes : Lahraouiyine, qui comprend les trois premiers noyaux, contenant une population Casablancaise bien ancrée dans l’espace urbain, et de l’autre côté, il existe « Chichan » qui comporte les douars apparus en 1996, regroupant des familles considérées comme intruses, pauvres, et greffées à l’espace de Lahraouiyine. Les anciens habitants sont persuadés de leur ancrage citadin et de leur appartenance à la ville de Casablanca.

24Tous ces regards stigmatisants se conjuguent aux sentiments d’insécurité, de marginalité et de peur. La vulnérabilité sociale est indéniablement suscitée par le sentiment collectif de la peur d’expulsion. Car l’illégalité de l’occupation est consubstantielle à la crainte de démolitions des logements. Les méthodes de marquage de l’espace, comme la délimitation par tranchées ou traçage, apparaissent comme des signes de cette méfiance, de la crainte de démolitions, mais aussi comme une manière de pallier l’absence de régulation.

Photo. Tracés des futures constructions : Marquage de l’espace approprié en 1996

Photo. Tracés des futures constructions : Marquage de l’espace approprié en 1996

(source AUC)

25Un autre registre explicatif ressort en effet de nos enquêtes de terrain. « Chichan » est plutôt assimilé à un espace d’anarchie. C’est le terme « Al-Faouda », qui ressort dans les discours comme qualificatif de ces territoires.

26Dans la langue arabe, la notion d’Al-Faouda est loin d’être univoque. Quoiqu’elle renvoie globalement à l’anarchie, au désordre et au Chaos, elle reste polysémique. Son sens oscille, dans le dictionnaire de la langue arabe, entre un état de brassage social et une organisation sociale sans autorité coercitive, sans structures de domination au sens weberien du terme.

27Dans les discours des habitants de Lahraouiyine, Al-Faouda signifie littéralement l’absence de régulation étatique, avec la résurgence de nouvelles légitimités fondées tantôt sur le crime, tantôt sur la religion. Ils qualifient Lahraouiyine comme un microcosme désordonné où règne la loi du plus fort, et ce, depuis l’émeute de 1996. En effet, Al-Faouda qualifie non seulement l’émeute, en tant qu’action de violence collective, mais aussi les rapports de sociabilité quotidiens qui se sont construits plus tard en dehors d’une norme sociale reconnue et homogène dans l’ensemble des territoires à Lahraouiyine.

28Al-Faouda est donc une signification sociale de l’espace « Chichan », mais aussi une réalité qui a structuré les rapports sociaux à Lahraouiyine, pendant les années post-évènements. L’intervention coercitive des pouvoirs publics s’est avérée une forme de régulation socio-politique insuffisante pour établir la règle à Lahraouiyine. Ce vide a instauré des conflits d’appropriation des territoires, qui figurent comme principaux processus d’Al-Faouda. Les micro-territoires de Lahraouiyine en viennent à représenter les seuls espaces d’appropriation et de régulation au sein desquels se gravent des empreintes collectives et individuelles. Ces micro-territoires sont presque hermétiques entre eux et les rapports de pouvoirs se nouent autour du crime, des incivilités et du trafic de drogue.

Les mobilisations informelles : de la violence collective aux sit-in

29Si l’implosion urbaine, allant du début des années 80 jusqu’au milieu des années 90, a constitué la caractéristique principale des métropoles du Sud, il n’en demeure pas moins, qu’elle est aussi productrice de scènes de luttes collectives qui revendiquent une justice spatiale. Que ce soit dans les bidonvilles de Buenos Aires, dans les Favellas du Brésil, ou dans les quartiers périphériques de Casablanca ou d’Alger, le recours à la violence collective pour l’occupation illégale du sol ou pour revendiquer l’amélioration de conditions de logement, a figuré comme l’une des principales formes d’action collective.

Des mobilisations informelles ancrées dans un système marqué par le clientélisme et le recours à la violence

30Le contexte global d’autoritarisme politique régnant à l’époque de la formation de la zone d’habitat non réglementaire (Frédéderic Vairel 2008) a été à l’origine plusieurs formules coercitives engagées par les pouvoirs publics à l’encontre de la population de Lahraouiyine. Ce climat général s’est répercuté et démultiplié sur des rapports de pouvoir locaux marqués par la loi du plus fort. Le pouvoir est conféré soit par le biais du clientélisme et de la corruption, soit par le recours à la force physique et à la violence. Souvent, ce sont les habitants qui ne pouvaient recourir ni à l’un ni à l’autre qui ont subi la démolition de leur logement.

31Les agents d’autorité locale, les élus locaux ainsi que les habitants sont les principaux acteurs du système clientéliste dans les quartiers d’habitat non réglementaire. Le domaine de l’urbanisme est régi par une police spéciale. La police de l’urbanisme étant une prérogative partagée entre la commune et l’autorité locale, constitue un outil important de domination, de négociation et de corruption. En tant que représentants du pouvoir exécutif dans leur circonscription, les agents d’autorité locale sont responsables du maintien de l’ordre et de la police administrative. Cette dernière leur permet de constater toute infraction à la loi et d’en chercher les auteurs dans tous les domaines. La police spéciale d’urbanisme permet à l’autorité locale et à l’administration communale de contrôler l’utilisation du sol et de réprimer tout usage qui s’écarterait du document d’urbanisme. Selon les dispositions de la loi 12-90 du 17 juin 1992, les infractions aux prescriptions des documents d’urbanisme et aux autorisations de construire, lotir ou morceler, sont constatées par les officiers de la police judiciaire et par les agents assermentés. Le texte prévoit aussi bien une action administrative qu’une action judiciaire. L’action administrative confère à l’autorité administrative le recours à la démolition du bâtiment si les gros œuvres ne sont pas achevés (Article 65 de la loi 12-90). La poursuite judiciaire s’engage au cas où « le contrevenant n’obtempère pas aux sommations de l’administration ou lorsque le constat de l’infraction est fait, une fois les travaux terminés. Saisi par le président du conseil communal conformément à la procédure en vigueur, le tribunal peut, selon les cas, condamner le contrevenant civilement ou pénalement. Selon la gravité de l’infraction, le jugement peut ordonner la démolition de la construction, infliger au contrevenant des sanctions qui varient entre une amende et une peine d’emprisonnement » (Dryef M’hammed, 1993, p. 311)

32Le pouvoir de démolir ou de signaler les infractions selon la procédure judiciaire, confère aux agents d’autorité locale, tels le Caïd, les Chioukhs et les Moqadems – qui remplissent auprès du Caïd le rôle d’agents de liaison avec la population – aux élus locaux et au personnel administratif de la commune, des outils de domination considérables vis-à-vis de la population. Ce pouvoir se transforme le plus souvent en compromis sociaux, dont l’enjeu principal réside dans la corruption des responsables par les habitants. Le flou instauré par cette loi confère un pouvoir considérable aux agents d’autorité et de contrôle communaux. Le fait que le recours à la procédure judiciaire ne puisse être déclenché qu’à l’achèvement de la construction, permet aux habitants de construire très vite leurs logements, et aux agents de contrôle de jouer sur le temps, afin de négocier leurs bénéfices. Au lieu de stopper la prolifération de l’habitat non réglementaire, cette loi en a activé la production et permet de ce fait d’asseoir un système clientéliste entre les agents de contrôle et les habitants.

33Ce système est identique dans toutes les configurations de l’habitat non réglementaire au Maroc. Cependant, la particularité de Lahraouiyine réside dans le pouvoir d’affrontement dont la population a su se doter pour arriver à fabriquer ses territoires. La source de ce pouvoir se condense dans les solidarités à la marge. Quelles que soient les rivalités ou les tendances idéologiques, les habitants de « Chichan » se montrent unis, solidaires, devant l’adversaire et déploient tous les moyens pour perpétuer les constructions. Cette loi de l’argent ou du bâton, imposée par les habitants, leur attribue le pouvoir d’occuper illégalement le sol.

34Pourtant, et vu l’ampleur démographique et l’emprise spatiale de la commune, certains espaces sont plus accessibles à la machine répressive. Dans les parties de la commune qui étaient proches de la route, des maisons ont été démolies. Des habitants qui avaient construit leur logement pendant la nuit, et n’avaient pas corrompu les responsables, se sont retrouvés face aux bulldozers qui n’ont pas hésité de démolir les constructions. Ces démolitions ont atteint uniquement la zone longeant la route principale.

35Habités par le sentiment d’injustice sociale, les habitants ont pu avoir recours à la force, puis à l’émeute, le 14 juillet 1996. Point d’orgue de la violence collective, elle contestait une différence de traitement de la part de l’autorité, qui avait épargné certains logements et en avait démoli d’autres. C’est à partir de ce jour-là que le recours à la violence collective a marqué la configuration sociale de Lahraouiyine et a constitué l’arme principale de ses habitants vis-à-vis des intrusions étatiques, érigées dès lors en adversaires. L’injustice sociale et spatiale figure comme principe de la représentation qu’ont les habitants de la domination exercée par l’État. Démolir certaines constructions et en garder plusieurs autres est un acte d’injustice aux yeux des habitants atteints par les démolitions. Mais en parallèle à cela, les habitants ont une autre perception de l’appareil étatique. Ils sont conscients de sa faiblesse. L’implication des agents d’autorité, des élus locaux et du personnel administratif de la commune dans l’habitat non réglementaire, démunis du poids symbolique de l’État, renforce l’identité violente et rebelle des habitants.

Les solidarités à la marge : quelles formes organisationnelles ?

36Une action collective repose sur l’enjeu de rendre efficaces ses ressources. Comment peut-on déployer ce processus lorsque les acteurs bénéficiaires de l’action collective sont caractérisés par une position de marginalité et de faiblesse dans le champ des ressources ? Que reste-il à déployer comme moyens organisationnels, lorsque les habitants n’ont que le recours à la corruption et à la violence collective pour survivre à Lahraouiyine ?

37Le recours à la force, comme outillage planificateur, a toujours constitué une stratégie d’action régnante à Lahraouiyine jusqu’à nos jours. Qui était sur scène? Comment se sont organisés les auteurs de ces événements?

38Si les destructions se faisaient déjà à l’intérieur de Lahraouiyine d’une manière sélective, le recours à un opérateur, Alhamla (une compagne de démolition) en a accentué le caractère subit et généralisé. Un événement déclencheur, lié à la destruction de la maison d’une femme enceinte, au bord de la route en juin 1996, a suscité un mouvement de foule, qui a réussi à mettre fin à la pénétration des forces de l’ordre à l’intérieur de la commune.

  • 6 . La description du déroulement des faits s’est essentiellement basée sur le recoupement des discou (...)
  • 7 . Un Chemkar est une appellation issue d’un construit social, qui qualifie un jeune homme faisant u (...)
  • 8 . La vulnérabilité est définie officiellement ainsi : « le concept de vulnérabilité appréhende la f (...)

39Le déroulement des faits6 montre que plusieurs catégories de personnes ont été impliquées dans l’événement : en premier lieu, les jeunes habitants de Lahraouiyine qui n’ont pas occupé le devant de la scène, mais qui étaient en arrière-plan pour stopper toute intrusion des forces de l’ordre. Hantés par la peur de l’expulsion, les jeunes « Chichanis » appuyés par certains autochtones, préparaient déjà le terrain à cette confrontation. Ils avaient recruté les Chemkara7 et les ont placés au-devant de la scène. Le recrutement des Chemkara était préparé et s’est basé sur la proximité sociale et géographique des quartiers de logement social comme Ben Msik, Lalla Myriem, Sbata et Moulay Rachid. Ces quartiers de la périphérie urbaine sud-est regroupent les populations les plus pauvres de la ville de Casablanca. Selon les données statistiques de 2004, les arrondissements de Moulay Rachid et de Ben Msik présentent respectivement des taux de pauvreté de l’ordre de 4,25% et de 4,19% et des taux de vulnérabilité8 de l’ordre de 11.15% et de 10.11%. La catégorie des Chemkara, vulnérable, par ses conditions sociales et économiques, provient souvent de ces quartiers.

40Ces « auxiliaires » ont été placés juste devant les forces de l’ordre pour les combattre et les empêcher d’avancer à l’intérieur de la commune. Les jeunes de Lahraouiyine, avec l’appui des Chemkara, ont créé toute une stratégie d’occupation des sols basée sur le relief et la topographie. Un habitant de « Chichan » raconte :

« Au moment où les militaires et les gendarmes venaient pour nous empêcher de construire, on descendait en bas de la colline et on les attaquait avec l’aide des Chemkaras qui utilisaient « Mkalaa » (des lance-pierres) pour les frapper de loin. Au moment où les batailles se déroulaient en bas, les gens construisaient leurs maisons en haut de la colline, tu vois Douars El Mediouni, et bien c’est comme ça qu’on l’a construit »

  • 9 . Groupe Urgence Sinistre.
  • 10 . Compagnies mobiles d’Intervention.

41Ces propos recueillis auprès d’un habitant de Lahraouiyine sont révélateurs des stratégies des habitants pour s’insérer dans le site : les habitants ont fait appel aux Chemkara pour les aider à combattre les forces de l’ordre (GUS9 et CMI10), en contrepartie de sommes d’argent dérisoires. Néanmoins, ce sont les solidarités de la marge qui ont prévalu et ont permis l’entraide entre les habitants ordinaires et les Chemkara. Le site de Lahraouiyine, étant enclavé et escarpé, a permis aux groupes solidaires d’affronter les forces de l’ordre et de se dissimuler par la suite à l’intérieur des enclos édifiés. Une guérilla urbaine s’est produite à l’intérieur des enclos non encore habités. Le lien social qui relie les habitants de Lahraouiyine avec les catégories sociales les plus marginales, telles les Chemkara, se base sur les sociabilités déjà nouées dans les quartiers de provenance.

Le conflit à la marge : quelles nouvelles coalitions ?

42Les habitants se sont montrés solidaires d’une part pour l’enjeu de l’accès au sol et d’autre part contre l’État, désigné comme principal adversaire. Le jour de l’émeute, tout ce qui pouvait être perçu comme relevant de l’État était banni à Lahraouiyine. Les habitants ont même brûlé le siège de la commune, institution qui correspond à leurs yeux au prolongement du Makhzen. C’est un autochtone de la région qui a été, parmi d’autres, accusé de cet acte. Il a passé dix ans en prison avant de devenir l’un des lotisseurs clandestins de la zone nord de Lahraouiyine.

43Après l’émeute, les forces de l’ordre ont procédé aux enquêtes judicaires et ont emprisonné des dizaines d’habitants. L’interdiction des constructions a aussi été une réponse immédiate des autorités. Des tranchées ont été réalisées au nord de la commune afin d’interdire le passage de tout type d’engins susceptibles de transporter les matériaux de construction. La commune a été encerclée des côtés accessibles par les forces de l’ordre après l’émeute. Bref, tous les moyens ont été déployés pour arrêter l’hémorragie de l’habitat non réglementaire. Or, « la machine à construire » a continué par le biais de la réactivité des habitants vis-à-vis des actions coercitives de l’État.

44Propos d’un habitant de Douar Mediouni :

« Il y a eu beaucoup d’emprisonnements des gens après Al Hamla Dlbni (compagne de construction illégale). Des photos ont été prises par les autorités ce jour-là, et par la suite on venait identifier les gens et les emprisonner. Une femme qui brandissait une porte et a poussé un youyou (zaghrtat) a été condamnée à dix ans de prison. »

45Le rôle de structuration sociale des conflits a souvent été souligné en sciences sociales. En tant que forme de socialisation positive, le conflit multiplie les interactions, structure les coalitions et définit les réseaux d’alliances. C’est le cas de la configuration post-évènements à Lahraouiyine. Le conflit entre les organes de l’État central et les habitants de Lahraouiyine a renforcé certaines formes de solidarités sociales qui ont perpétué les objectifs de l’émeute dans le temps et l’espace. Ces coalitions n’impliquent pas seulement les habitants de Lahraouiyine ; elles sont fortement alimentées par les organes de l’État.

46Durant un an après les évènements, Lahraouiyine est restée encerclée par les forces de l’ordre, pour empêcher toute tentative de construction illégale, mais aussi toute intrusion de matériaux de construction à l’intérieur de la commune. Malgré ces mesures draconiennes, l’adaptabilité des habitants à cette nouvelle situation s’est avérée importante. Leur pouvoir de contournement, d’affrontement mais aussi d’implication des agents de l’État dans le processus d’occupation illégale est indéniable.

47D’abord, l’action des Chemkara se transforme après l’émeute. En trois étapes distinctes, elle passe de la confrontation à la protection puis à une domination temporaire. Suite à la confrontation avec les forces de l’ordre lors des émeutes, ces jeunes issus des quartiers périphériques, sont à nouveau engagés par les habitants de Lahraouiyine pour les protéger contre les destructions, mais aussi pour surveiller toute tentative d’intrusion des forces de l’ordre à l’intérieur de la commune. Comme le relate un Habitant de « Chichan » :

«Les camions ramenaient les blocs (Lyajour) de tous les coins du pays. Un camion lorsqu’il arrive à Lahraouiyine, on devait lui donner 1 500 dh juste pour le transport. Le chauffeur du camion devait donner 500 dh aux Chemkara pour surveiller l’engin. Au moment de son arrivée, les gens se précipitaient pour chercher les matériaux, via les charrettes. On était bien organisés (…) Lorsque Le makhzen a encerclé Lahraouiyine du côté nord, en creusant de profondes tranchées pour interdire le passage des engins, on a fait parvenir les matériaux par le sud, via la route de Berrchid, même de Marrakech. Les camions de Yajour, venaient à Lahraouiyine de tous les coins du pays. À cette époque la citerne d’eau coûtait 120 dh. Il y avait des gens qui vendaient de l’eau utilisée ou polluée pour la construction. Le sac de ciment se vendait à 100 dh.»

48Tout un système organisé de rapports sociaux s’est mis en place après les émeutes, afin de continuer les constructions illégales. Un travail à la chaîne impliquant les Chemkara qui se positionnent en première ligne devant l’adversaire, les transporteurs des matériaux de construction qui utilisent les charrettes à l’intérieur de la commune, et les maçons, qui formaient à l’époque 7% de la population de Lahraouiyine, se met en place pour activer les constructions illégales.

Travail à la chaîne pour la fabrication de Lahraouiyine

Travail à la chaîne pour la fabrication de Lahraouiyine

49Ce système de fabrication s’est poursuivi après l’émeute et a engagé un processus organisé à des échelles régionales. En effet, et suite à la pénurie des matériaux de construction dans la zone de fabrication de parpaings d’agglomérés qui existait au nord de la commune, les habitants de Lahraouiyine ont eu recours à d’autres régions du pays pour s’approvisionner. Les ouvriers qui les fabriquaient ont quitté les dépôts pour se reconvertir en maçons.

50Ce travail à la chaîne a produit de nouvelles formes de prise de pouvoir. Le retrait de l’État a induit de nouvelles tentatives de domination, par les Chemkaras. Ces derniers ont essayé de prendre la relève de l’État après les émeutes, et ont commencé à proférer des menaces régulières à l’encontre des habitants afin de recueillir des sommes d’argent en échange d’une « protection » contre la démolition de leurs maisons. À partir de cette date des sit-in ont été organisés à Lahraouiyine. Cette résistance des habitants aux menaces de l’État relayées par les Chemkaras, fut violemment réprimée et ne dura pas. C’est à ce moment que le quartier fut nommé « Chichan ».

51D’autres types de solidarité ont aussi émergé après cette émeute : les solidarités féminines. Les femmes ont joué un rôle très important dans le processus de construction des maisons. Au moment où les gendarmes encerclaient le site pour empêcher les camions transportant les matériaux de construction de pénétrer à l’intérieur de Lahraouiyine, des femmes organisaient des fêtes fictives (surtout que la période d’été se prêtait à ce genre d’événements) faisant semblant de transporter des cadeaux de mariages dans des mini véhicules de transport (pick-up). Une femme raconte :

« On louait une troupe de DKAIKIA (troupe de musique), et on mettait l’agglo sur LHONDA (voiture de transport), ensuite on les couvrait de jolis draps de mariage, ensuite on mettait des TIAFERS (des supports où on met les cadeaux de mariage) vides et on se mettait à chanter et à danser, et on entrait à la maison tout simplement, le soir, les hommes avec l’aide des maçons construisent les SENDOUK (boites) »

52Dans ce processus d’insertion dans le site, certaines femmes ont pu resterà l’intérieur des maisons avec les enfants et les vieillards. Dès qu les autorités s’approchaient pour démolir, les femmes s’organisaient pour ne pas quitter les maisons. Ces événements ont souvent fini par obliger les autorités à s’éloigner et à leur céder.

Le sit-in : une forme d’action collective plus organisée

53À partir de la fin des années 1990, une nouvelle forme de mobilisation apparaît dans les territoires de Lahraouiyine; c’est le sit-in. Les sit-in organisés dans ces espaces, revendiquent publiquement des équipements de base, notamment l’eau et l’électricité. Le recours à ce type de contestation fait figure de solution alternative à la difficulté de se faire entendre et au déficit de légitimité politique, ressenti par les habitants comme par les élus locaux.

54Si la toute-puissance des autorités locales a duré plusieurs années, ce n’est qu’à partir de la destitution de l’ex-ministre de l’Intérieur Driss El Basri en 1999, que des mobilisations plus organisées et plus tolérées ont pu voir le jour. C’est aussi à partir de cette date que les demandes d’octroi des papiers administratifs ont commencé à être traitées avec plus de souplesse. Néanmoins, cette reconnaissance a été progressive, et fortement tributaire des enjeux électoraux locaux.

55Une fois que les habitants ont construit leurs maisons, ils s’organisent collectivement pour réclamer les équipements de base, et notamment l’accès à l’eau et à l’électricité. En cas de non satisfaction de ces revendications réclamées par le biais de la pétition collective adressée au président de la commune, les habitants recourent au sit-in devant le siège de la commune, avec souvent une médiatisation de l’événement. Vue la fréquence de ces sit-in depuis 1996, leur nombre est indéterminé. Ils représentent autant de micro-mobilisations, qui pèsent moins par leur ampleur ou leur caractère politique, que par leur récurrence et leur symbolique. Sachant pertinemment que l’effet médiatique des sit-in vis-à-vis de l’opinion publique, ainsi que la crainte d’Al-Faouda par les acteurs institutionnels locaux, et principalement le gouverneur, sont autant de signes négatifs, susceptibles de délégitimer ces acteurs, les habitants orientent leurs stratégies vers l’exposition de la contestation. C’est par l’usage de l’effet symbolique de la mobilisation que les habitants arrivent à obtenir certains acquis.

56Un habitant explique :

« Il suffit qu’on fasse un rassemblement et qu’on prononce le mot presse (Sahafa), pour que les gens d’Al-jamaâ (commune) acceptent de parler avec nous. On a appris à le faire depuis 1996, et ça marche. C’est vrai que ça prend du temps, mais on arrive quand même à avoir ce qu’on veut »

57Vis-à-vis des habitants, la commune ne représente pas seulement l’institution qui délivre le permis d’habiter et qui négocie les clauses des contrats avec l’ONE (office national d’électricité), elle est aussi le symbole du Makhzen. De ce fait, elle constitue le lieu privilégié des sit-in. Ces derniers se déroulent le plus souvent devant son siège ou à l’intérieur. En outre, un facteur symbolique de taille pousse les habitants à en faire le lieu de leurs mobilisations : c’est l’annexion du caidat de Lahraouiyine à la commune. En effet, de la création du caidat en 1997 à la création d’un bâtiment autonome au sud de Lahraouiyine en 2004, son siège était dans le même bâtiment que celui de la commune. La concentration des organes de l’autorité locale et de la commune en un même lieu est apparue comme une opportunité politique, à caractère territorial, pour les sit-in organisés. La situation des deux institutions au nord de la commune, sur la voie principale, dans un espace public exposé, où l’activité commerciale est très intense, était un facteur prépondérant pour les mobilisés qui par l’exposition de leurs mécontentements arrivent à faire pression sur les acteurs institutionnels.

58Il est significatif que les sit-in ne se déroulent presque jamais devant le siège de la province (wilâya). Les habitants, assistés par certains élus locaux, préfèrent exposer leurs revendications au sein de leurs territoires. La province, située en dehors de Lahraouiyine, ne constitue pas un repère physique et mental aisément accessible.

59Il faut enfin relever que pour tout ce qui touche à l’approvisionnement en eau, les formes épisodiques de l’action collective sont principalement portées par des femmes. L’usage quotidien de l’eau, étant considéré comme une affaire féminine, la contestation demeure aussi une affaire féminine. Les stratégies de mise en scène sont les mêmes ; Des groupes de femmes, souvent issues du même territoire, se dirigent vers la commune, munies de seaux et de bidons vides, et font un sit-in à l’intérieur de son siège. C’est un spectacle quotidien pendant la saison d’été, lorsque l’eau devient une denrée rare. En usant d’un registre de discours à résonnances affectives, comme « Nos enfants vont mourir de soif, on leur donne l’eau polluée qu’on achète à des vendeurs », ces femmes interagissent et développent des capacités discursives et pratiques, qui laissent perplexes les acteurs institutionnels locaux. La médiatisation de ces actions exerce sur eux une pression pour trouver des solutions.

60En l’absence d’un registre de mobilisation basé sur des liens étroits avec les sphères de pouvoirs les plus influentes, les habitants recourent au registre de l’exposition de leurs actions collectives, qui permet – épisodiquement – de réaliser les objectifs des mobilisations.

Conclusion

61Lahraouiyine représente un exemple de collectivité dite subalterne (Gramsci, 1978), exclue des canaux de mobilité ascendante et privée d’influence et de relais avec les centres de pouvoirs métropolitains, qui a développé ses propres compétences d’intégration urbaine. Les mobilisations sociales sont marquées par le registre conflictuel, qui ne sous-tend pas exclusivement des rapports dominés par la violence et la coercition. Ce registre est lui-même un mode de socialisation dynamique qui conduit à une forme d’unité entre les parties éclatées.

62Dans ces espaces c’est plutôt l’effet symbolique de la violence collective qui participe au changement. Dans les discours comme dans les pratiques, l’espace mental d’Al-Faouda, sert souvent d’argumentaire pour reconfigurer les rapports sociaux aux territoires. Il devient un alibi à toutes les pratiques illégales des acteurs locaux.

63Si l’émeute ne parvient qu’épisodiquement à imposer ses visées, et notamment pour l’accès au sol, les habitants recourent, dans ce même registre conflictuel, à de nouvelles formes de mise en scène de la revendication, reliées systématiquement à la reconnaissance administrative, au droit de citoyenneté, et à l’accès aux équipements de base.

64Les espaces sociaux qui relèvent de dérégulation et de violence, ont souvent été considérés comme des microcosmes impuissants à faire ressurgir de nouveaux ordres socio-politiques. Néanmoins, ce cas dans la périphérie de Casablanca montre que les attitudes de défiance à l’égard de l’autorité, notamment par le biais de l’illégalisme, doivent être saisies comme des actions politiques, dotées d’un pouvoir de changement, en totale interaction avec les types de territoires d’action et les structures d’opportunités politiques.

Haut de page

Bibliographie

Abouhani Abdelgnani, 1999, « Le rôle des amicales dans le fonctionnement et la restructuration des quartiers d’habitat clandestin au Maroc », in Signoles P., El Kadi G., Sidi Boumedine R. (dir.), L’urbain dans le monde arabe. Politiques, instruments et acteurs, Paris, Éditions du CNRS.

, 1995, « Mouvements syndicaux, émeutes urbaines et luttes politiques au Maroc », in Abouhani A. (dir.), L’État et les quartiers populaires au Maroc : de la marginalisation à l’émeute, Série des livres du CODESRIA, p. 163-173.

Ameur Mohamed, Filali Belhaj Abdelaziz, 1997, « Développement urbain et dynamiques associatives. Rôle des amicales dans la gestion des quartiers urbains », PNUD/CNUEH/Banque Mondiale, Programme de gestion urbaine, Collection dirigée par le Centre d’Études et de Communication de l’ANHI.

Baron Catherine et Belarbi Wafae, 2010, « Accès à l’eau, gouvernance locale et dynamiques participatives au Maroc : entre discours et pratiques. Le cas de la commune rurale de Lahraouiyine, périphérie sud de Casablanca », in Schneier-Madanes G. (dir.), L’eau mondialisée : la gouvernance en question, Paris, Éditions La Découverte.

Baylocq Cédric et Granc Jacopo, 2012, « 20 février ». Discours et portraits d’un mouvement de révolte au Maroc », L’Année du Maghreb. Dossier : un printemps arabe, p. 239-258.

Bennani Chraibi Mounia, 1994, « Le Makhzen pris au piège (le mouvement de Salé, été-automne 1991) », Kepel G. (dir.), Exils et royaumes, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques.

Belarbi Wafae, 2011, Mobilisations des habitants et régulations territoriales dans la périphérie Sud de Casablanca, Thèse nationale, département de géographie, faculté des lettres et des sciences humaines, université Med V. Rabat.

Bourdieu Pierre, 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique. Précédé de Trois études d’ethnologie kabyle, (Droz, 1972), Seuil, 2000.

Dryef M’hammed, 1993, Urbanisation et droit de l’urbanisme au Maroc, Paris, CNRS Editions, Éditions La Porte.

El Bouaiachi Amina, 2000, « Les acteurs de la gestion urbaine dans les périphéries de Fès : enjeux autour de la vie associative », in Abouhani A. (dir.), Enjeux et acteurs de la gestion urbaine, INAU, URBAMA, CESHS, Édition CORESRIA, p. 71-89.

Goirand Camille, 2003, « La politique des Favellas », Paris, Éditions Karthala.

Haenni Patrik, 2001, Banlieues indociles ? Sur la politisation des quartiers péri-urbains du Caire, Thèse de doctorat en sciences politiques, Institut d’études politiques de Paris.

Iraki Aziz et Rachik Abderrahmane, 2005, « Quartiers non réglementaires : intermédiation, élite de proximité et restructuration urbaine », in De Miras Claude (dir.), Intégration à la ville et services urbains au Maroc, Éditions de l’INAU et l’IRD, p. 97-144.

Nunez Oscar, 1987, « Les mobilisations populaires et la formation des quartiers périphériques de la ville de Mexico », in Ganne B. et Haeringer Philippe (dir.), Formes parallèles de régulations urbaines, Université de Lyon 2, Bron, GLYSI, (3), p. 219-250.

Otayek René (dir.), 2004, Les sociétés civiles du sud, Centre d’étude d’Afrique noire, Institut d’études politiques de Bordeaux, Direction générale de la coopération internationale et du développement, Ministère des affaires étrangères, France.

Tozy Mohammed, 1999, Monarchie et Islam politique au Maroc, Paris, Presses de sciences Po.

Haut de page

Notes

1 . L’Association Marocaine des Droits Humains a été fondée en 1979. Elle n’a connue de véritable dynamique qu’à partir de 1991. Elle qualifie cette période de phase d’ascension et de développement, avec la tenue régulière de congrès. Elle déclare avoir comme objectifs :

« - faire connaitre, diffuser et éduquer aux droits humains,

- œuvrer pour la ratification sans réserves par le Maroc de tous les pactes internationaux relatifs aux droits humains, pour l’intégration de leurs dispositions dans la législation marocaine, la mise en conformité de celle-ci avec ces pactes et pour la garantie de leur respect,

- relever, dénoncer et condamner toute violation des droits humains et œuvrer à leur cessation,

- apporter la solidarité et l’appui aux victimes des violations. ».

Cette association compte environ plus de 10 000 adhérents avec 91 sections locales.

2 . L’Espace Associatif est un collectif fondé en 1996 dont l’objectif fondamental est de contribuer au renforcement et à la promotion du mouvement associatif pour le développement démocratique.

3 . Le nombre des habitants qui a plus que triplé depuis 1992, passant de 16.135 habitants en 1992 à 52.861 habitants en 2004, soit un taux d’accroissement de 12,6%, nous révèle cette dynamique d’accroissement urbain spontané à Lahraouiyine et donc le poids important des habitants et des acteurs locaux en tant que co-acteurs de sa fabrication.

4 . Enquête menée en 1996 par la direction régionale du plan à Casablanca. Voir le rapport final Enquête sur la population de la commune de Lahraouiyine, 1996.

5 . En effet, après les évènements de 1996, Lahraouiyine prendra le nom de Chichan. Littéralement le toponyme de Chichan veut dire Tchétchénie. Ce toponyme a émergé en tant que construit social métropolitain, désignant spécialement les nouveaux douars qui ont été fabriqués au centre de Lahraouiyine, lors des implantations illégales massives dans la commune en 1996. Ces implantations ont engendré des confrontations meurtrières qui ont affecté la commune, produisant des dégâts matériels et humains importants. Si la signification de Chichan oscille, dans l’opinion publique, entre l’espace de résistance et l’espace de précarité et d’assujettissement, chez les habitants de Lahraouiyine, en l’occurrence les « Chichanis », le toponyme « Chichan » est porteur de stigmate social et politique. Pour ces nouveaux arrivants, il n’existe tout simplement pas de « Chichan », Il existe la région de Lahraouiyine (Mintakat Lahraouiyine).

6 . La description du déroulement des faits s’est essentiellement basée sur le recoupement des discours de plusieurs acteurs, à la fois institutionnels (les fonctionnaires de la commune, l’autorité locale et les responsables de l’agence urbaine) et non institutionnels (notamment les habitants), qui ont vécu cette scène ou qui y ont participé.

7 . Un Chemkar est une appellation issue d’un construit social, qui qualifie un jeune homme faisant usage de produits chimiques commercialisés sous forme de diluants, de silicium, de colle ou de forts alcools (90°) pour se droguer dans les espaces publics.

8 . La vulnérabilité est définie officiellement ainsi : « le concept de vulnérabilité appréhende la fraction de la population qui est au-dessus du seuil de pauvreté relative, mais qui risque de se trouver en-deçà de ce seuil si des aléas de différentes sortes affectent leur situation économique et sociale. Sur cette base et conformément à la banque mondiale, est dit vulnérable tout ménage dont la dépense totale se situe entre le seuil de la pauvreté relative et 1,5 fois ce seuil. », Rapport de la carte de pauvreté du Maroc, 2004, p. 6.

9 . Groupe Urgence Sinistre.

10 . Compagnies mobiles d’Intervention.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo. Tracés des futures constructions : Marquage de l’espace approprié en 1996
Crédits (source AUC)
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2423/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Travail à la chaîne pour la fabrication de Lahraouiyine
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2423/img-2.png
Fichier image/png, 730k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wafae Belarbi, « Les mobilisations sociales dans les territoires périphériques de Casablanca pendant les années 1990 », L’Année du Maghreb, 12 | 2015, 137-153.

Référence électronique

Wafae Belarbi, « Les mobilisations sociales dans les territoires périphériques de Casablanca pendant les années 1990 », L’Année du Maghreb [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2423 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2423

Haut de page

Auteur

Wafae Belarbi

Professeur à l’École nationale d’architecture de Rabat

Haut de page