Navigation – Plan du site
Dossier : Villes et urbanités au Maghreb
Cultures urbaines

Cinéma et urbanité à Tunis sous le protectorat français

Cinema and urbanity in Tunis under the French protectorate
Morgan Corriou
p. 181-195

Résumés

L’introduction du cinématographe à Tunis ne paraît pas, à première vue, révolutionner la géographie des loisirs dans la cité. Les salles se concentrent dans le centre, favorisant les quartiers les plus animés des nuits tunisoises. Pour autant, s’il évite les zones excentrées, le cinéma quadrille plus finement la ville : il s’immisce dans les quartiers et investit une médina en voie de marginalisation. Ainsi, les formes anciennes d’urbanisation ne semblent en rien incompatibles avec les nouveaux modes de vie citadins. La fréquentation des salles s’inscrit, d’abord, dans une géographie du proche. L’importance sociale de la salle de quartier et les barrières multiples qui restreignent les déplacements des habitants sont loin, toutefois, de circonscrire les pratiques des spectateurs. L’expansion du loisir cinématographique donne lieu à des circulations toujours plus vastes qui participent d’une appropriation de la ville et d’une rupture de l’entre soi. Les cinémas du centre-ville s’imposent dans l’après-guerre comme le lieu de sociabilité d’une jeune génération éduquée qui en fait la clé de son identité citadine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . D’après le titre du célèbre ouvrage de Georges Duhamel (1930).

1Disparus ou désertés, les cinémas tunisois semblent s’effacer peu à peu du paysage urbain. Seule l’animation ponctuelle des festivals leur redonne quelques jours durant leur vocation : la foule massée sur les trottoirs, la lumière s’échappant des halls, les vendeurs à la sauvette tournoyant près des guichets rappellent alors le rôle tenu par ces salles durant la première moitié du xxe siècle. Marqueurs déterminants d’une identité citadine, celles-ci ont participé à la structuration des villes maghrébines, imposant leurs « scènes de la vie future »1 dans les médinas comme dans les quartiers coloniaux.

  • 2 . Voir, notamment, Charney et Schwartz (1995).
  • 3 . Voir les travaux de James Burns, Odile Goerg, Brian Larkin ou Brigitte Reinwald.

2Le cinématographe s’est imposé naturellement comme une des clés d’appréhension de la modernité urbaine2. L’inscription des cinémas dans la ville a attiré l’attention des chercheurs qui ont examiné leurs formes architecturales nouvelles et la manière dont les lieux ont transformé la rue – par le jeu de l’éclairage électrique ou encore de la marquise empiétant sur le trottoir. Mais les usages des publics eux-mêmes, notamment leurs circulations dans des cités en pleine mutation, ont suscité peu de travaux. Il s’agit, il est à vrai, de s’attacher matériellement aux pas du spectateur. Dans son étude sur « les cinémas dans la ville », Renaud Chaplain (2007) met en valeur les clivages de la société lyonnaise dans la première moitié du XXsiècle. La problématique semble s’imposer plus aisément dans le contexte colonial qui voit une ségrégation sociale davantage marquée. Ainsi, les spécialistes de l’Afrique subsaharienne ont rendu indissociables sociologie des loisirs et histoire urbaine3.

  • 4 . Centre des Archives diplomatiques de Nantes, Archives nationales de Tunisie, Archives de la munic (...)

3Les travaux sur le cinéma en situation coloniale s’articulent le plus souvent autour de la distinction entre salles « européennes » et salles « indigènes ». Si cette bipartition recoupe une réalité certaine, elle ne rend que partiellement compte de la fréquentation, qui varie également selon le sexe, l’âge ou encore le genre de film privilégié. À la question « Quels publics fréquentent cette salle ? », doit donc nécessairement s’associer « Quelles salles fréquente ce public ? ». En nous appuyant sur les archives de la municipalité de Tunis et des renseignements généraux4, sur la presse de l’époque ainsi que sur des entretiens oraux, nous souhaitons interroger les circulations des spectateurs et l’impact du loisir cinématographique dans le vécu urbain sous le protectorat français.

Le développement du parc cinématographique tunisois

4En Tunisie, l’arrivée de l’image animée suit de très peu l’apparition des premières salles de spectacle. Le cinéma donne donc la véritable impulsion au divertissement de masse – au contraire de la France où théâtres et cafés-concerts étaient déjà solidement implantés. Ce développement se fait dans le cadre étroit d’une cité encore en construction, dissociée en deux entités (médina et ville nouvelle), et peut paraître peu intelligible au regard du schéma classique d’évolution du parc cinématographique (l’implantation en centre-ville, puis la conquête des périphéries). De fait, l’assèchement des zones marécageuses et le tracé viaire de la ville dite européenne s’achèvent à peine en 1914, le bâti ne se densifie véritablement qu’à partir de l’entre-deux-guerres (Ammar, 2011).

De la ruelle à l’avenue

  • 5 . À partir de 1907, les bandes Pathé ne sont plus vendues mais louées, véritable révolution qui don (...)

5Le cinéma a conquis sa place dans les fêtes foraines et les théâtres tunisois dès les premières années du xxe siècle. Le coup de force de la firme Pathé en 19075 favorise la sédentarisation du spectacle, en Tunisie comme en France. En octobre 1908, un Omnia-Pathé est inauguré à l’angle des rues Hannon et Amilcar ; quelques autres salles suivent, principalement érigées dans la ville nouvelle. À l’image d’Istanbul (Georgeon, 1997, p. 62), les cinémas ne s’implantent que dans un second temps dans les vieux quartiers. La guerre, la crise économique du début des années 1920 (Schaar, 2001), ainsi que les lenteurs de l’urbanisation freinent l’expansion du parc cinématographique. Ce n’est qu’à partir de 1922 que le spectacle prend son véritable essor : en moins d’une décennie (1922-1930), pas moins de quinze salles sont alors créées.

  • 6 . « I read the architectonics of cinema theaters and their location on the urban landscape as concr (...)
  • 7 . Ce dynamisme culturel est notamment mis en valeur par les travaux d’Omar Carlier (2009) et de Myr (...)
  • 8 . Sur les cinémas de la médina de Tunis, voir Corriou (à paraître).
  • 9 . Soit moins de 200 places.

6Cette expansion est largement redevable aux cinémas de la médina, où habite alors la majeure partie de la population musulmane (Sebag, 1998, p. 408). Dans son étude sur le nord Nigéria, Brian Larkin voit dans l’implantation du cinéma une allégorie de l’imposition de l’urbanisation coloniale6. Un tel schéma paraît simplificateur pour le Maghreb. Tenues à l’écart du développement urbain, les médinas rechignent manifestement à se voir transmuées en conservatoire des folklores indigènes. Traversées durant l’entre-deux-guerres par des courants modernisateurs, elles sont le foyer d’un important dynamisme culturel, longtemps ignoré des historiens7. Si, à Kano, les premiers cinémas sont soigneusement cantonnés dans les quartiers coloniaux, loin de la cité musulmane (Larkin, 1998), l’ouverture de salles dans la médina de Tunis ne rencontre aucune résistance. Celles-ci s’implantent surtout dans les faubourgs nord et sud (Bab Souika et Bab Jazira) qui accueillent une population plus fraîchement citadine et moins aisée que la médina centrale. Mais le cinéma prend également pied dans la zone des souks, où la fascination des exploitants pour une modernité clinquante, intrinsèque même au commerce du film, n’est pas sans hérisser l’orientalisme des administrateurs français – ces derniers ont mis en place des périmètres de protection pour préserver le caractère architectural de la ville arabe8. Ces cinémas contredisent par leur seule existence un discours enfermant les médinas dans un passé sclérosé. Ils se distinguent néanmoins de ceux de la ville nouvelle par leur taille extrêmement modeste9 et la précarité de leur situation économique.

  • 10 . Alors que la qualité du spectacle muet était largement tributaire de l’habileté de l’exploitant l (...)
  • 11 . Stephen P. Hughes (2006) a déjà pu faire le lien entre le développement du tramway et celui du ci (...)
  • 12 . Aujourd’hui avenue Habib-Bourguiba.
  • 13 . Trois théâtres y donnaient cependant des projections : le Théâtre Rossini (ou Teatro dell’Avenue) (...)

7La sonorisation les fragilise encore davantage. Corrélé à la « naissance d[’une] qualité cinématographique »10, le parlant tend à redéfinir la place des cinémas dans la ville. De 1930 jusqu’au déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale, dix-sept nouvelles salles voient le jour à Tunis. Mais cette croissance doit désormais moins aux petits cinémas éphémères de la médina et de ses faubourgs. Seules six salles s’implantent dans les vieux quartiers, principalement sur les grandes rues encadrant la médina (rue Bab Souika, rue Bab el-Khadra, place Bab Carthagina). Si les cinémas des années 1920 privilégiaient les impasses et les ruelles, une rupture se produit avec l’arrivée du parlant : dans la médina comme dans la ville coloniale, la tendance est désormais à la conquête des grandes artères. Ainsi, le cinéma suit de plus en plus directement les lignes de tramway11. L’exemple de l’avenue Jules-Ferry12 apparaît le plus frappant. Jusqu’en 1930, aucun cinéma à proprement parler n’y avait été érigé13. Entre 1930 et 1938, pas moins de six salles sont inaugurées sur l’avenue, dont le célèbre Colisée, niché au cœur de la galerie marchande d’un vaste immeuble Art déco. Le cinéma acquiert ainsi une plus grande visibilité dans l’espace urbain – une matérialité nouvelle qui s’accompagne chez les autorités d’une prise de conscience des enjeux politiques posés par l’image animée. Les salles de cinéma s’ancrent également dans le paysage grâce à leur longévité. Peu de nouveaux établissements naissent dans l’après-guerre, mais les salles érigées à partir de 1930 existent encore pour la plupart en 1956.

Carte n° 1 : Les salles de cinéma à Tunis en 1942

Carte n° 1 : Les salles de cinéma à Tunis en 1942

Source : Army Map Service, Town Plan of Tunis, Washington, Army Map Service US Army, 1943.

Chaque point correspond à une salle de cinéma. Le rectangle définit le quadrilatère avenue de Carthage / avenue Jules-Ferry / rue Thiers / rue de Serbie où se situent pas moins de sept salles en 1942.

La géographie des loisirs tunisois

  • 14 . La population active musulmane du contrôle civil de Tunis est alors largement dominée par les jou (...)

8Ces cinémas quadrillent la cité de manière plus serrée que ne laisse imaginer aujourd’hui la perpendiculaire avenue Habib-Bourguiba/rue Ibn Khaldoun – qui concentre, à peu de choses près, les dernières traces architecturales des plaisirs cinématographiques tunisois. L’arrivée du septième art bouleverse-t-elle pour autant la topographie des loisirs ? En 1908, l’Omnia-Pathé s’intègre dans un vieux quartier d’animation nocturne autour de la Porte de France. À cette date, il est vrai, la plupart des théâtres et autres lieux à la mode ont déménagé vers l’avenue Jules-Ferry. Le transfert de la salle à un exploitant musulman14 confirme bientôt le déclin du quartier : la salle se tourne alors vers la médina et un public moins aisé.

  • 15 . Aujourd’hui rue Ibn Khaldoun.
  • 16 . Aujourd’hui rue de Yougoslavie. Dans la petite rue Thiers, se côtoient le Théâtre Rossini (entrée (...)

9Au début des années 1920, le nouveau centre des nuits tunisoises est délimité par l’avenue de Carthage, l’avenue Jules-Ferry, la rue Thiers15 et la rue de Serbie16. Les salles de cinéma conquièrent rapidement le premier rôle dans l’animation du quadrilatère. Cet espace a pour principale caractéristique de se trouver à la rencontre entre les « Champs-Élysées » tunisois (l’avenue Jules-Ferry) et la Petite Sicile, quartier suspect par excellence, marqué par « la délinquance, […] la prostitution, […] la débauche, [l]es activités politiques et syndicales » (Giudice, 2003, p. 219), où un prolétariat italien subsiste dans des conditions miséreuses. Le quadrilatère des cinémas semble donc faire le lien entre le centre-ville élégant et un territoire socialement marginalisé. L’inauguration de salles sur l’avenue Jules-Ferry dans les années 1930 ne signifie pas l’abandon de la rue Thiers qui continue de prospérer. Mais le mouvement participe à la légitimation du loisir cinématographique qui tend à acquérir une dimension plus familiale (cf. infra).

10Dans la ville nouvelle, l’implantation des cinémas suit de près les grandes concentrations de cafés, brasseries, théâtres ou cafés-concerts, dont ils sont souvent les héritiers directs. Les cinémas donnent à leur tour naissance à des bars et restaurants qui prennent leur nom et sont parfois gérés directement par l’exploitant. Ces rues deviennent de hauts lieux de racolage (Taraud, 2003, p. 145 et 152). Dans la médina où aucun lieu n’était spécifiquement consacré au spectacle, le cinéma introduit une pratique radicalement inédite. Il ne semble pas pour autant donner naissance à de nouveaux quartiers de loisirs, mais raffermit la vocation récréative des faubourgs où se produisent traditionnellement les saltimbanques. Jouant sur l’attractivité des quartiers réservés, la plupart des salles se situent à quelques pas seulement des lieux de prostitution (Kerrou et M’halla, 1991, p. 220). Le faubourg nord, le plus réputé pour ses animations (autour, notamment, de la place Halfaouine), reste privilégié par les exploitants.

  • 17 . Aujourd’hui El-Omrane.
  • 18 . Archives nationales de Tunisie (ANT), E 621–14–99, fol. 146 : arrêté de la municipalité de Tunis, (...)

11La multiplication des établissements en dur est loin de mettre fin aux projections itinérantes. Durant les années 1920, une toile est encore dressée sur la place Halfaouine à chaque ramadan. Le cinématographe trouve manifestement sa place dans les diverses manifestations d’une culture urbaine moderne comme dans les pratiques plus traditionnelles liées aux célébrations religieuses. Ces séances de plein air ont également vocation à rapprocher le loisir des habitants, à l’image du chapiteau dressé par les dénommés Guérard et Collin dans le quartier italien de Montplaisir en 1924. En effet, si le cinéma progresse dans le centre de Tunis, il continue d’ignorer les marges de la ville. Marquées par leur faible densité (Ammar, 2011), les nouvelles zones urbanisées apparaissent peu propices au développement du septième art. En 1925, la Société d’habitations à bon marché (HBM) de Franceville17 fait ouvrir une salle de concerts et de cinéma qui doit attester le confort moderne de l’ensemble pavillonnaire18. Mais ce pari sur l’avenir apparaît pour le moins téméraire, tant la population du quartier établi au nord de la ville est modeste – en 1936, Franceville compte 206 habitations (Sebag, 1998, p. 438). De fait, la salle de spectacle voit son nom disparaître assez rapidement des archives.

12L’introduction du cinéma à Tunis ne semble pas, à première vue, révolutionner la géographie des loisirs. Les salles se concentrent dans le centre et semblent favoriser les quartiers les plus animés des nuits tunisoises : au contraire de l’agglomération lyonnaise étudiée par Renaud Chaplain (2012), la « décentralisation » apparaît relativement limitée. Pour autant, s’il évite les zones excentrées, le cinéma quadrille plus finement la ville : il s’immisce dans les quartiers et investit une médina en voie de marginalisation.

Carte n° 2 : Le quadrilatère avenue de Carthage / avenue Jules-Ferry / rue Thiers / rue de Serbie

Carte n° 2 : Le quadrilatère avenue de Carthage / avenue Jules-Ferry / rue Thiers / rue de Serbie

Source : J. Vanney et J. Cabaud, Tunis, Tunis, Imprimerie Ch. Weber & Cie, 1952.

À l’ombre du quartier

13Les circulations des spectateurs révèlent ce que la topographie ne laisse qu’entrevoir. Les palaces accentuent la centralité des vieux quartiers de spectacle, massifient et diversifient leur fréquentation. « Commerce de proximité » (Chaplain, 2012, p. 133), la salle de quartier participe en revanche d’une sociabilité plus locale.

Les portes de la nuit

  • 19 . D’après une expression de Simone Delattre (2004, p. 41).
  • 20 . Voir Corriou, 2010.
  • 21 . Entretien avec O. M. (tunisien, né en 1937), Le Bardo, 11 août 2009.

14Il est difficile d’évoquer les mouvements des spectateurs sans se pencher d’abord sur ceux qui ne franchissent jamais les portes des cinémas. Tunis est une ville quadrillée de frontières invisibles qui tiennent une partie du public potentiel éloigné des salles. Le premier obstacle est celui de l’obscurité. La sortie au cinéma s’inscrit dans le cadre d’un processus de domestication de la nuit publique19 qui est loin d’aller de soi. Ainsi, O. M. n’hésite pas à faire le lien entre l’ambiance surchauffée qui règne dans les salles populaires20 et la caractéristique même de ce public : les noctambules seraient, pour une large part, des hommes effrontés « qui n’ont pas peur »21. La notion de loisir, liée au nouveau mode de vie citadin, reste d’ailleurs contestée par les plus conservateurs.

  • 22 . Dans la revue Leïla, le chroniqueur Khaled (1937, p. 7) moque les spectatrices musulmanes qui pro (...)
  • 23 . Nous remercions ici Besma Ouraied qui nous a fait part de cette anecdote.
  • 24 . Quelques exemples relatifs aux villes de l’Intérieur sont mentionnés dans des rapports de l’admin (...)

15D’autres préventions touchent des catégories précises de la population, les femmes et les enfants, spectateurs considérés comme mineurs. La pression sociale se fait particulièrement sentir chez les Tunisiennes musulmanes pour beaucoup interdites de cinéma. On craint à la fois l’exposition dans un espace public qui ne respecte pas nécessairement la séparation des sexes et des classes sociales et l’obscurité de la salle qui dissimule et libère les comportements22. Les représentations véhiculées par les films eux-mêmes, américains en particulier, suscitent maintes appréhensions. L’étanchéité du foyer face à cette nouvelle culture urbaine reste pour autant bien incertaine et de nombreux exemples montrent que le cinéma étend son influence au-delà des spectatrices directes. Ainsi, de nombreuses Tunisiennes posent pour la photo dans des tenues directement inspirées des films égyptiens que des Maltaises colportent de maison en maison23. La TSF fait connaître les chansons de Mohamed Abdel Wahab ou Farid al-Atrache qui résonnent sur les écrans. Pour les plus audacieuses, fascinées par les récits de leurs frères ou envoûtées par les voix de la radio, la conquête du cinéma (et donc de la rue) se fait clandestinement, parfois dans des habits masculins24. C’est également en dehors du système de contrôle familial que la plupart des enfants tunisiens goûtent au septième art. Longtemps le cinéma est considéré comme un divertissement réservé aux adultes – quand le loisir est précocement investi par la jeunesse dans les milieux européens.

16À partir des années 1930 cependant, la fréquentation des salles tend à acquérir une dimension plus familiale. Chez les juifs comme chez les musulmans, les fêtes religieuses deviennent des occasions privilégiées pour se rendre ensemble au cinéma. L’apparition de films égyptiens sur les écrans joue un rôle majeur : plus accessibles par la langue, ils soulèvent également moins de suspicions quant à leur moralité. En 1939, un chroniqueur de la revue nationaliste et féministe Leïla note avec satisfaction que le développement de l’industrie cinématographique sur le Nil entraîne dans les salles aux côtés de « Si Ali, Tunisien moyen », « Madame Si Ali » et « Mademoiselle Si Ali » (Mamlouk, 1939, p. 10).

  • 25 . Bab Carthagina.
  • 26 . Rue des Maltais. « C’est le plus populaire, si vous voulez. […] Les jeunes, on va surtout dans ce (...)

17Le phénomène demande évidemment à être nuancé. Si le week-end est dévolu à la sortie familiale, le public de la semaine est généralement plus masculin. Certains cinémas qui pourraient être qualifiées de défouloirs restent, d’ailleurs, implicitement fermés aux femmes. L’Odéon25 et le Ciné-Soir26, fréquentés par une jeunesse aussi impécunieuse qu’enflammée, en sont les exemples les plus caractéristiques.

Des cinémas de proximité

  • 27 . « Sauf deux ou trois salles spécialisées à Tunis et au Maroc, les salles les plus fréquentées par (...)
  • 28 . Respectivement situés au 68 avenue Jules-Ferry et au 8 rue Saint-Vincent-de-Paul (aujourd’hui rue (...)
  • 29 . Respectivement situés avenue Roustan (aujourd’hui avenue Habib-Thameur) et rue d’Arles (aujourd’h (...)
  • 30 . « D’abord on a commencé près de notre quartier parce qu’on pouvait pas, je t’ai dit, on pouvait p (...)
  • 31 . Les « prépondérants » sont le nom donné aux groupes de pression colonialistes qui dominent la vie (...)

18La fréquentation cinématographique s’insère en premier lieu dans une sociabilité de quartier27. Les Tunisiens restent, durant toute la période, largement exclus des grandes salles du centre-ville qui pratiquent des tarifs trop élevés. Certes, quelques cinémas, comme le Midi-Minuit ou l’Apollo28, s’adressent à un public modeste ; très souvent, cependant, la salle populaire se confond avec la salle de quartier. Celle-ci se définit largement par la perception que les contemporains se font de l’espace urbain, de ses clivages et de ses distances. Ainsi, A. A. insiste longuement sur le trajet qui sépare son quartier de Bab Souika du lycée Carnot et du lycée Alaoui29 où il est successivement élève. Il utilise peu le tramway et effectue tous ses trajets à pieds. C’est donc spontanément dans les salles du quartier qu’il occupe ses loisirs30. Tahar Cheriaa (2010, p. 164), qui commence à fréquenter les cinémas dans les années 1940, évite les salles « de la zone française parce qu’elles étaient chères ». Il formalise l’opposition en distinguant les « salles prépondérants31 » et les « salles bicots ». De fait, cette discrimination sociale peut sembler recouper une discrimination ethnique. La situation n’est pas pour autant comparable avec la ségrégation mise en place dans le sud du continent africain (Burns, 2006, p. 75) : Maltais, Siciliens, Tunisiens juifs et musulmans continuent de se côtoyer dans les salles populaires tunisoises.

  • 32 . Entretien avec A. A., Hammam-Lif, 19 février 2009.

19Car l’attrait du cinéma de quartier répond également à des préférences cinéphiles. Les établissements de la médina et de la ville nouvelle se spécialisent dans des genres très différents. A. A. explique ainsi son dédain pour les cinémas des « quartiers francophones » : « parce que c’est plus cher, d’abord, et on perd beaucoup plus de temps pour aller là-bas, et les films ne nous intéressaient pas à ce moment-là32. » Les drames sentimentaux et les comédies que projettent les palaces du centre-ville ne passionnent guère le gamin de Bab Souika. Il marque sa préférence pour les petits films d’aventure (westerns, films exotiques, etc.) projetés dans les salles populaires et qui paraissent plus aisément accessibles à des spectateurs dont le français n’est pas la langue maternelle. La suppression du double programme en 1941 entraîne d’ailleurs une vive résistance des cinémas de la médina qui craignent de mécontenter un public particulièrement friand des films d’action de première partie (M. Corriou, à paraître).

Conquérir la ville

20La pratique cinématographique s’inscrit, d’abord, dans une géographie du proche. L’importance sociale de la salle de quartier et les barrières multiples qui restreignent les déplacements des habitants sont loin, cependant, de circonscrire les pratiques des spectateurs. L’expansion du loisir cinématographique donne lieu à des circulations toujours plus vastes qui participent d’une appropriation de la ville.

Les circulations des spectateurs

  • 33 . L’expression est de A. A. (Hammam-Lif, 19 février 2009).
  • 34 . La liste des victimes publiée par La Dépêche Tunisienne n’est qu’imparfaitement représentative, c (...)

21Les salles de quartier elles-mêmes, souvent implantées dans des espaces frontières – en « terrain mixte »33 –, drainent un public qui n’est pas nécessairement local. La tragédie du Cinéma Ben Kemla en 1919 offre un éclairage sur ces circulations. Trois cents spectateurs – dont une majorité d’enfants italiens et tunisiens – se pressent ce dimanche de décembre dans un établissement de fortune de la médina, quand une cloison en briques s’écroule, provoquant un mouvement de panique meurtrier. La plupart des victimes (morts et blessés) habitent dans la vieille ville et son faubourg nord (Bab Souika, Bab el-Khadra). Quelques-uns, cependant, sont domiciliés dans le quartier de la Petite Sicile34. Bien qu’absente des programmes publiés par la presse, la petite salle de la rue el-Karamed a manifestement établi sa réputation au-delà des remparts de la médina. Ses tarifs et, peut-être, sa programmation attirent une foule peu fortunée venue de la ville nouvelle. La préférence ainsi marquée par ces habitants de la Petite Sicile est d’autant plus remarquable que ceux-ci ont l’occasion de croiser plusieurs autres salles de spectacle, dont les deux cinémas Nunez, sur le chemin qui les mène à la Porte de France. Le phénomène reste, toutefois, difficile à généraliser. Les cinémas sont encore peu nombreux en 1919 et l’offre filmique médiocre. Les cinémas qui naissent après 1922 ont-ils continué à attirer ce public modeste résidant dans la ville nouvelle ? Rien n’est moins certain : le développement de Tunis tend à isoler et singulariser une médina qui se vide progressivement de sa population non musulmane.

  • 35 . Entretien avec L. L. (tunisienne), La Goulette, 9 février 2009.
  • 36 . Rue Thiers.

22En dépit de leurs tarifs, les établissements de l’avenue Jules-Ferry et du quadrilatère de la Petite Sicile sont ceux qui génèrent le plus de mouvements. Ils ont évidemment leurs publics d’habitués, mais l’assistance y paraît dans l’ensemble davantage mélangée. On s’y rend plus ponctuellement, pour un grand film, une occasion importante. Ainsi, les jeunes juifs de La Goulette, fidèles au Théâtre et au Rex les soirs de shabbat, célèbrent leur bar-mitsvah dans les cinémas de la capitale. Les couples privilégient également l’anonymat et la distinction des palaces du centre-ville. C’est le cas de L. L. et son mari qui délaissent une fois par mois les écrans de La Goulette pour admirer à Tunis la dernière production qui fait fureur35. Si la jeune femme n’hésite pas à se rendre seule dans les salles du quartier, il lui paraît impensable de quitter la chaleur familière et protectrice de sa banlieue pour s’asseoir sans chaperon à l’ABC36, au Royal ou au Palmarium.

  • 37 . Respectivement situées 15 rue Sidi Essourdou, 123 rue des Teinturiers et 28 rue al-Jazira.

23Le développement de la fréquentation cinématographique dans la médina et ses faubourgs favorise également les mouvements vers le centre-ville. Loin d’enfermer un public populaire dans un rassurant entre soi, ces salles minuscules créent de nouveaux besoins, poussant les plus cinéphiles à franchir quelques frontières symboliques afin de goûter leur spectacle préféré dans les cinémas de première vision de la cité coloniale. Un entrefilet publié dans La Dépêche Tunisienne du 9 octobre 1929 rapporte le décès soudain d’un spectateur tunisien dans une salle de la rue Thiers. Derrière le fait divers se profile l’émergence d’un autre public musulman : un ouvrier boulanger de la médina, exerçant rue du Persan, préfère aux salles plus proches et moins chères du Fouddah, de l’Idéal Cinéma ou même de l’Alhambra37, une séance dans la ville dite européenne, à une demi-heure de marche de son travail et, très probablement, de sa résidence. Le fait n’est pas de peu d’importance dans le contexte de ce Tunis extrêmement cloisonné décrit par Albert Memmi (1993). Si la proportion de spectateurs musulmans dans les cinémas du centre-ville reste sans conteste minoritaire, de nouvelles pratiques se font jour.

  • 38 . À l’image du Palmarium.
  • 39 . La Presse, 10 novembre 1950.
  • 40 . L’expression est de Tahar Cheriaa (2010, p. 165).

24La rupture se produit après la Deuxième Guerre mondiale. Le Royal de la rue de Serbie choisit de se spécialiser dans le genre égyptien, dédaigné pourtant par les cinémas les plus chics38 et cantonné jusqu’alors aux établissements des marges de la médina. Fréquentée par une bourgeoisie juive et musulmane39, la salle témoigne de l’existence d’un public tunisien de plus en plus à son aise dans la ville nouvelle. Approchant l’âge adulte, une minorité éduquée regarde également avec moins de timidité les ciné-clubs et les salles de l’avenue Jules-Ferry – qui projetteraient des films plus « exigeants » que les salles de quartier où ils ont dévoré du western durant toute leur enfance. Il ne s’agit pas seulement d’un bond intellectuel (le passage, à l’adolescence, de la pure « cinéphagie » à la cinéphilie40) mais aussi d’un bond dans l’espace. Certes, l’entrée au lycée, qui se trouve généralement dans la zone « européenne », a permis une première ouverture ; mais l’élève regagne son quartier, sa rue, sa communauté, dès que sonne la fin des cours – comme le constatait avant-guerre Albert Memmi (1993, p. 113-114), comme le constate encore Lucette Valensi (2006, p. 10) à la fin des années 1940. Plus que par l’école, c’est donc par ses loisirs que le lycéen finit par conquérir un nouvel espace. La transgression de cette frontière invisible est vécue de manière presqu’aussi intense que la découverte du « vrai cinéma » (selon une expression de A. A.).

Cinéma et identité citadine

  • 41 . Voir, par exemple, Bantigny, 2007.
  • 42 . Avenue de Paris.

25Cette lente conquête du centre-ville n’offre que peu de points de comparaison avec les luttes qui avaient agité en leur temps les cinémas tunisois, quand les fascistes italiens débarquaient armés de gourdins dans les salles (Corriou, 2010). Elle participe autant d’un mouvement national que de l’expression d’une culture jeune qui accorde une place majeure au cinéma. L’après-guerre voit la jeunesse s’autonomiser dans l’espace public41. Le père Michel Lelong (1957, p. 182) note qu’en Tunisie comme en Espagne, au Japon ou en Pologne, les jeunes arborent le « chandail rouge et les blue-jeans de James Dean ». Cette double affirmation (générationnelle et politique) trouve son paroxysme dans les années 1970, alors que les tensions entre la Fédération tunisienne des ciné-clubs (FTCC) et le pouvoir bourguibien sont au plus vif. Les séances à la maison de la culture Ibn Rachiq42 réunissent une foule de jeunes qui excède très largement le nombre de places dans la salle. De fait, les étudiants se donnent rendez-vous au ciné-club. En parallèle à la projection, une sociabilité se développe sur le trottoir et dans les cafés voisins, une manière d’occuper l’espace qui inquiète autant les autorités que les débats passionnés suscités par des films « progressistes ».

26Aux frontières de la Bulgarie, la salle de spectacle a pu avoir pour fonction de « policer culturellement une urbanité récente » (Capelle-Pogacean et Ragaru, 2013, p. 417). Pour les populations rurales déracinées qui affluent vers la capitale tunisienne, il s’agit également de faire sien un mode de vie urbain. Là encore, la microsociété du ciné-club peut sembler condenser le phénomène. Le cinéma a joué un rôle intégrateur pour les lycéens et, après l’indépendance, les étudiants venus du sud du pays. Un parcours classique revient tel un leitmotiv dans plusieurs témoignages : un bon élève, poussé par son professeur, découvre le ciné-club comme lycéen dans une ville de l’Intérieur, puis poursuit cette activité au sein du bureau fédéral en montant étudier à Tunis. Ainsi se nouent, à partir des années 1960, des liens entre les enfants de la vieille bourgeoisie tunisoise et les jeunes diplômés des classes moyennes, trouvant dans le cinéma un terrain d’entente et une culture commune.

  • 43 . La salle, nommée en référence au célèbre Studio 28 montmartrois, fait l’angle entre la rue Thiers (...)
  • 44 . « L’architecture de cinéma s’accommode de l’éphémère, du renouvellement et de la course à la mode (...)
  • 45 . Al-wardaẗ al-bayḍa’, de Mohamed Karim, Égypte, 1933. Avec Mohamed Abdel Wahab.

27Plus généralement, les spectateurs tunisois reconnaissent dans le cinéma une manière de témoigner leur modernité et leur inscription dans ce monde plus vaste que donne à voir le grand écran. Les salles cherchent moins, d’ailleurs, à prouver leur ancrage local qu’à se fondre dans la masse du divertissement mondialisé qu’est depuis ses origines le cinématographe, comme en témoignent leurs dénominations (Majestic, Olympia, Royal, Capitole, Colisée, Rialto, Apollo, Parnasse, etc.). Certaines salles se réfèrent aux mythes qui forgent déjà l’histoire du cinéma, tel le petit Roxy de Bab el-Khadra, hommage conscient ou inconscient au Roxy new yorkais célébré en 1927 comme la première « cathédrale de cinéma » (Lacloche, 1981, p. 68). L’exploitante Ilda Bondin a choisi quant à elle une désignation plus cinéphilique pour son Studio 3843. Les éclairages électriques, les décors en carton-pâte reflètent un paysage urbain en perpétuel mouvement. Pour Anne-Élizabeth Buxtorf, ce jeu sur l’éphémère est à lier au caractère intrinsèquement moderne du cinéma44. Quand le Théâtre municipal puise son prestige dans l’immuabilité de la pierre, le Palmarium qui le jouxte se fait un point d’honneur de ne jamais offrir la même façade au spectateur. Les références cinématographiques tendent également à s’inviter sur les devantures des magasins, ce dès les années 1930. Béchir Fehmi, qui vend des disques et des phonographes rue de la Kasbah, a baptisé sa boutique « La Rose Blanche », en hommage au film égyptien45. Un tailleur donne le nom de « Clark Gable » à son échoppe (Mamelouk, 2008, fol. 372). Le cinéma atteste à la fois l’identité citadine et offre un guide d’attitudes et de comportements nouveaux que symbolise la figure virile de l’acteur hollywoodien. Les films égyptiens, qui composent en permanence avec les références à une culture traditionnelle et les éléments de la vie moderne, procurent également une galerie de modèles de jeunes premiers en costume occidental, coiffés du fez, évoluant avec assurance dans le fracas de la grande ville.

Conclusion

28Le cinéma a participé à une rupture de l’entre soi, encourageant les circulations dans une cité cloisonnée. Si les pratiques varient fortement en fonction de l’âge, du sexe ou encore du niveau d’éducation, le film a servi sans conteste de ferment unificateur à une certaine culture urbaine. Les salles de spectacle ont donné, quant à elles, une matérialité à cette image évanescente qui devient enjeu politique. Dans la deuxième moitié des années 1970, l’interdiction du ciné-club de Gabès par le gouverneur provoque chaque semaine un rassemblement de la jeunesse protestataire devant le cinéma (Khélil, 2002, p. 419). En juin 2011, la projection de Laïcité, inch’Allah ! de Nadia El-Fani à l’Afric’art de Tunis est interrompue par l’intervention brutale de militants religieux. Nonobstant ce dernier exemple, l’image animée a perdu, à travers le développement de la télévision puis d’internet, une grande partie de la substance physique que la salle de cinéma lui conférait dans la ville.

  • 46 . « Ce n’est plus comme avant, maintenant tout le monde va partout » me confie en 2014 une amie sur (...)

29La révolution de 2011 a pu sembler mettre à bas les barrières psychologiques entravant encore les circulations des habitants – non sans susciter un sentiment d’insécurité46. L’appropriation de la ville demeure néanmoins un enjeu qui continue de mobiliser des pratiques de loisir, y compris via internet. Le tube planétaire de Pharrell Williams, Happy (We are from L. A.), repris et réinventé sur les cinq continents entre 2013 et 2014, est sans doute un symbole facile mais néanmoins révélateur de cette réinscription dans le local à travers une culture mondialisée : dans les multiples avatars tunisois du clip, des jeunes se déhanchent dans divers quartiers de la capitale et de sa banlieue, souriant au marchand du souk, au vieillard à la chéchia, à la mère de famille voilée, au touriste, au supporter du Club africain sous l’indispensable et unitaire sous-titre « We are from Tunis ».

Haut de page

Bibliographie

Ammar Leïla, 2011, Tunis d’une ville à l’autre : cartographie et histoire urbaine (1860-1935), Tunis, Nirvana.

Bacha Myriam, 2011, « La production architecturale dans la médina de Tunis de 1920 à 1956 réglementée par le décret du 3 mars 1920 : l’invention d’une architecture médinale ordinaire », in Myriam Bacha (dir.), Architectures au Maghreb (XIXe-XXe siècles). Réinvention du patrimoine, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, p. 133-160.

Bantigny Ludivine, 2007, Le plus bel âge ? : jeunes et jeunesses en France de l’aube des Trente Glorieuses à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard.

Burns James, 2006, « The African Bioscope. Movie House Culture in British Colonial Africa », Afrique & histoire, n° 5, p. 65-80.

Buxtorf Anne-Élizabeth, 2005, « La salle de cinéma à Paris entre les deux guerres : l’utopie à l’épreuve de la modernité », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 163, p. 117-144.

Capelle-Pogăcean Antonela et Ragaru Nadège, 2013, « La culture habitée aux frontières du socialisme (Gorna Džumaja) », Annales HSS, n° 2, p. 391-427.

Carlier Omar, 2009, « Médina et modernité : l’émergence d’une société civile “musulmane” à Alger à l’entre-deux-guerres », in Pierre Robert Baduel (dir.), Chantiers et défis de la recherche sur le Maghreb contemporain, Tunis, IRMC : Paris, Karthala, p. 199-227.

Chaplain Renaud, 2012, « Les cinémas des publics : la diversité de l’exploitation à Lyon (1905-1940) », in Morgan Corriou (dir.), Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale, Tunis, IRMC : CERES, p. 131-150.

Chaplain Renaud, 2007, Les cinémas dans la ville. La diffusion du spectacle cinématographique dans l’agglomération lyonnaise (1896-1945), thèse de doctorat, histoire, Lyon 2.

Charney Leo et Schwartz Vanessa R. (dir.), 1995, Cinema and the Invention of Modern Life, Berkeley : Los Angeles : Londres, University of California Press.

Corriou Morgan, à paraître, « “Le conte de deux villes”. Le développement du spectacle cinématographique dans la médina de Tunis durant l’entre-deux-guerres », in Christophe Gauthier et al. (dir.), Cinéma et modernité culturelle (1910-1939).

, 2011, Un nouveau loisir en situation coloniale : le cinéma dans la Tunisie du protectorat, thèse de doctorat, histoire, Paris 7.

, 2010, « Hourras, “hou hou” et tohu-bohu dans les cinémas de Tunisie à l’époque du protectorat », in Omar Carlier (dir.), Images du Maghreb, Images au Maghreb (XIXe-XXe siècles). Une révolution du visuel ?, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 203-236.

Delattre Simone, 2004, Les douze heures noires. La nuit à Paris au XIXe siècle, Paris, Albin Michel.

Georgeon François, 1997, « Le Ramadan à Istanbul : de l’Empire à la République », in François Georgeon et Paul Dumont (dir.), Vivre dans l’empire Ottoman : sociabilités et relations intercommunautaires : XVIIIe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, p. 31-113.

Giudice Christophe, 2006, La construction de Tunis, « ville européenne » et ses acteurs de 1860 à 1945, thèse de doctorat, histoire, Paris 1.

Giudice Christophe, 2003, « La Petite Sicile : inventaire avant disparition », IBLA, n° 192, p. 205-227.

Goerg Odile, 2012, « Entre loisir et contestation : le cinéma en Afrique occidentale française », in Morgan Corriou (dir.), Publics et spectacle cinématographique en situation coloniale, Tunis, IRMC : CERES, p. 65-89.

Goerg Odile, 2009, « Les cinémas en Afrique : de nouveaux lieux de sociabilité ? », in Laurent Fourchard et al. (dir.), Lieux de sociabilité urbaine en Afrique, Paris, L’Harmattan, p. 253-278.

Hughes Stephen Putnam, 2006, « Urban Mobility and Early Cinema in Chennai », in A. R. Venkatachalapathy (dir.), Chennai, Not Madras: Perspectives on the City, Mumbai, Marg Publications, p. 39-48.

Kerrou Mohamed et M’halla Moncef, 1991, « La prostitution dans la médina de Tunis aux XIXe et XXe siècles », Annuaire de l’Afrique du Nord, t. XXX, p. 201-221.

Lacloche Francis, 1981, Architectures de cinémas, Paris, Éditions du Moniteur.

Larkin Brian, 2002, « The Materiality of Cinema Theater in Northern Nigeria », in Faye D. Ginsburg et al. (dir.), Media Worlds: Anthropology on a New Terrain, Berkeley, University of California Press, p. 319-336.

Larkin Brian, 1998, « Theaters of the Profane: Cinema and Colonial Urbanism », Visual Anthropology Review, vol. 14, n° 2, p. 46-62.

Mamelouk Nadia, 2008, Anxiety in the Border Zone: Transgressing Boundaries in Leïla: revue illustrée de la femme (Tunis, 1936-1940) and in Leïla: hebdomadaire tunisien indépendant (Tunis, 1940-1941), PhD, French language and literature, University of Virginia.

Montebello Fabrice, 2005, Le cinéma en France depuis les années 1930, Paris, Armand Colin.

Reinwald Brigitte, 2006, « ‘Tonight at the Empire’: Cinema and Urbanity in Zanzibar, 1920s to 1960s », Afrique & histoire, n° 5, p. 81-109.

Schaar Stuart, 2001, « Economy and Politics in Tunisia 1920-1925 », in Actes du Xe colloque international sur les années vingt au Maghreb, Tunis, Publications de l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national, p. 47-70.

Sebag Paul, 1998, Tunis : histoire d’une ville, Paris, L’Harmattan.

Taraud Christelle, 2003, La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962, Paris, Payot.

Sources imprimées

Cheriaa Tahar, 2010, « Des ciné-clubs aux Journées cinématographiques de Carthage », Maghreb et sciences sociales 2009-2010, p. 163-174.

Duhamel Georges, 2003, Scènes de la vie future, Paris, Éditions Mille et une nuits, 1ère éd. 1930.

Khaled, 1937, « Soirée de première », Leïla, n° 4, p. 7-8.

Khélil Hédi, 2002, Le parcours et la trace : témoignages et documents sur le cinéma tunisien, Tunis, Éditions Médiacom.

Lelong Michel, 1957, « La vie intellectuelle et artistique en Tunisie : II – Le cinéma », IBLA, n° 80, p. 382.

Mamlouk Khelil, 1939, « À bâtons rompus… », Leïla, n° 1, p. 10.

Memmi Albert, 1993, La statue de sel, Paris, Gallimard. 1ère éd. 1953.

Valensi Lucette, 2006, « Préface », in Serge La Barbera, Les Français de Tunisie, 1930-1950, Paris, L’Harmattan, p. 7-11.

Haut de page

Notes

1 . D’après le titre du célèbre ouvrage de Georges Duhamel (1930).

2 . Voir, notamment, Charney et Schwartz (1995).

3 . Voir les travaux de James Burns, Odile Goerg, Brian Larkin ou Brigitte Reinwald.

4 . Centre des Archives diplomatiques de Nantes, Archives nationales de Tunisie, Archives de la municipalité de Tunis.

5 . À partir de 1907, les bandes Pathé ne sont plus vendues mais louées, véritable révolution qui donne un coup de fouet à l’exploitation sédentaire – le cinéma était jusqu’alors un spectacle essentiellement itinérant.

6 . « I read the architectonics of cinema theaters and their location on the urban landscape as concrete allegories of the imposition of colonial urbanization and the experience of modernity in colonial life » (Larkin, 1998, p. 46).

7 . Ce dynamisme culturel est notamment mis en valeur par les travaux d’Omar Carlier (2009) et de Myriam Bacha (2011).

8 . Sur les cinémas de la médina de Tunis, voir Corriou (à paraître).

9 . Soit moins de 200 places.

10 . Alors que la qualité du spectacle muet était largement tributaire de l’habileté de l’exploitant local façonnant ses programmes, le parlant permet une « mise en équivalence » de spectacles devenus identiques (Montebello, 2005, p. XI).

11 . Stephen P. Hughes (2006) a déjà pu faire le lien entre le développement du tramway et celui du cinéma à Chennai (Madras).

12 . Aujourd’hui avenue Habib-Bourguiba.

13 . Trois théâtres y donnaient cependant des projections : le Théâtre Rossini (ou Teatro dell’Avenue) avant 1923, le Palmarium et le Régent (lequel se dédie peu à peu au cinéma).

14 . La population active musulmane du contrôle civil de Tunis est alors largement dominée par les journaliers. L’étroitesse d’une classe moyenne commerçante et industrielle explique la place marginale des Tunisiens musulmans dans une corporation cinématographique dominée par les minorités juives et/ou italiennes (Corriou, 2011, p. 122-128).

15 . Aujourd’hui rue Ibn Khaldoun.

16 . Aujourd’hui rue de Yougoslavie. Dans la petite rue Thiers, se côtoient le Théâtre Rossini (entrée avenue Jules-Ferry), le Variétés Cinéma et le Palace, lorgnés par le Royal rue de Serbie.

17 . Aujourd’hui El-Omrane.

18 . Archives nationales de Tunisie (ANT), E 621–14–99, fol. 146 : arrêté de la municipalité de Tunis, 27 janvier 1925.

19 . D’après une expression de Simone Delattre (2004, p. 41).

20 . Voir Corriou, 2010.

21 . Entretien avec O. M. (tunisien, né en 1937), Le Bardo, 11 août 2009.

22 . Dans la revue Leïla, le chroniqueur Khaled (1937, p. 7) moque les spectatrices musulmanes qui profitent de l’obscurité pour se dévoiler et fumer en tapinois.

23 . Nous remercions ici Besma Ouraied qui nous a fait part de cette anecdote.

24 . Quelques exemples relatifs aux villes de l’Intérieur sont mentionnés dans des rapports de l’administration française durant les années 1940 (Corriou, 2011, fol. 342). Cette pratique, marginale, a pu également exister à Tunis.

25 . Bab Carthagina.

26 . Rue des Maltais. « C’est le plus populaire, si vous voulez. […] Les jeunes, on va surtout dans ces salles-là. Parce que là on peut faire du bruit […] Les familles vont dans d’autres salles, généralement. Là, c’est surtout les jeunes et les célibataires » (entretien avec O. M., Le Bardo, 11 août 2009).

27 . « Sauf deux ou trois salles spécialisées à Tunis et au Maroc, les salles les plus fréquentées par eux demeurent les cinémas de quartier » (Fondation nationale des sciences politiques, Archives d’histoire contemporaine, fonds Charles-André Julien, JU 12 : rapport n° 3, « Le cinéma en pays musulman et en Afrique du Nord », session de mars 1939).

28 . Respectivement situés au 68 avenue Jules-Ferry et au 8 rue Saint-Vincent-de-Paul (aujourd’hui rue Mohamed Aziz Taj).

29 . Respectivement situés avenue Roustan (aujourd’hui avenue Habib-Thameur) et rue d’Arles (aujourd’hui rue Tahar-Haddad).

30 . « D’abord on a commencé près de notre quartier parce qu’on pouvait pas, je t’ai dit, on pouvait pas aller dans d’autres quartiers. […] C’est à pied qu’on doit aller. Donc, c’est préférable de sortir de la maison et puis de voir le cinéma, juste à côté, tu comprends. Et comme nous, les enfants des quartiers arabes, sommes trop éloignés des quartiers européens où il y a les cinémas, où il y a les théâtres, il y a le Théâtre municipal, c’est loin pour nous, c’est un peu loin… », entretien avec A. A. (tunisien, né en 1926), Hammam-Lif, 19 février 2009.

31 . Les « prépondérants » sont le nom donné aux groupes de pression colonialistes qui dominent la vie politique et économique du protectorat.

32 . Entretien avec A. A., Hammam-Lif, 19 février 2009.

33 . L’expression est de A. A. (Hammam-Lif, 19 février 2009).

34 . La liste des victimes publiée par La Dépêche Tunisienne n’est qu’imparfaitement représentative, car la bousculade frappe d’abord les plus faibles, c’est-à-dire les enfants, spectateurs les moins mobiles, cantonnés aux salles de quartier.

35 . Entretien avec L. L. (tunisienne), La Goulette, 9 février 2009.

36 . Rue Thiers.

37 . Respectivement situées 15 rue Sidi Essourdou, 123 rue des Teinturiers et 28 rue al-Jazira.

38 . À l’image du Palmarium.

39 . La Presse, 10 novembre 1950.

40 . L’expression est de Tahar Cheriaa (2010, p. 165).

41 . Voir, par exemple, Bantigny, 2007.

42 . Avenue de Paris.

43 . La salle, nommée en référence au célèbre Studio 28 montmartrois, fait l’angle entre la rue Thiers et l’avenue Jules-Ferry.

44 . « L’architecture de cinéma s’accommode de l’éphémère, du renouvellement et de la course à la modernité. Elle ne se considère pas comme une construction aboutie et immortelle, mais davantage comme un lieu fluctuant, un moment d’illusion au cœur de la ville » (Buxtorf, 2005, p. 150).

45 . Al-wardaẗ al-bayḍa’, de Mohamed Karim, Égypte, 1933. Avec Mohamed Abdel Wahab.

46 . « Ce n’est plus comme avant, maintenant tout le monde va partout » me confie en 2014 une amie sur le ton de la mise en garde.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Les salles de cinéma à Tunis en 1942
Crédits Source : Army Map Service, Town Plan of Tunis, Washington, Army Map Service US Army, 1943.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2446/img-1.png
Fichier image/png, 971k
Titre Carte n° 2 : Le quadrilatère avenue de Carthage / avenue Jules-Ferry / rue Thiers / rue de Serbie
Crédits Source : J. Vanney et J. Cabaud, Tunis, Tunis, Imprimerie Ch. Weber & Cie, 1952.
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2446/img-2.png
Fichier image/png, 727k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgan Corriou, « Cinéma et urbanité à Tunis sous le protectorat français », L’Année du Maghreb, 12 | 2015, 181-195.

Référence électronique

Morgan Corriou, « Cinéma et urbanité à Tunis sous le protectorat français », L’Année du Maghreb [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2446 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2446

Haut de page

Auteur

Morgan Corriou

Bibliothèque nationale de France, département des Arts du spectacle

Haut de page