Navigation – Plan du site
Tunisie

La Tunisie de la Constitution aux élections : La fin de la transition politique ?

Éric Gobe et Larbi Chouikha
p. 261-282

Entrées d'index

Mots-clés :

Tunisie, chronique, 2014
Haut de page

Notes de l'auteur

Cet article s’inscrit dans le cadre des résultats du projet de recherche : « Jeunesses, changement social, politique et sociétés en réseaux en Méditerranée : le cas des pays du Maghreb », financé par le Secrétariat d’État à la Recherche, le Développement et l’Innovation du Ministère espagnol de l’Économie et de la Compétitivité (CSO2011-29438-C05-04).

Texte intégral

  • 1 . Le gouvernement de coalition composé d’Ennahdha et de ses deux alliés « laïcs », le Congrès pour (...)

12014 est l’année de la finalisation de la seconde Constitution de la République de Tunisie et de la remise en marche du processus d’institutionnalisation. Pourtant à l’été 2013, à la suite des assassinats politiques du leader d’extrême gauche, Choukri Belaïd et du député nationaliste arabe Mohamed Brahmi, tous deux membres du Front populaire, les perspectives de sortie de crise politique de la Tunisie paraissaient bien sombres. Une partie de l’opposition avait alors appelé à la désobéissance civile, à la grève générale, à la chute du gouvernement de la Troïka1, à la dissolution de l’Assemblée nationale constituante (ANC) dominée par Ennahdha et ses alliés, ainsi qu’à la création d’un gouvernement de salut public.

2Les responsables d’Ennahdha avaient répondu à ces actions collectives de l’opposition séculariste en organisant des contre-mobilisations pour défendre la légitimité des institutions transitoires issues des « urnes » (l’ANC) et menacées, selon eux, par des « adeptes du coup d’État ». Les dirigeants du mouvement islamiste considéraient alors que, ce qu’ils dénomment l’« État profond », investi par les forces contre-révolutionnaires de l’ancien régime, voulait les empêcher de gouverner, voire éradiquer le parti, à l’instar de ce qui s’était passé sous Ben Ali.

3Pour sortir de cette bipolarisation génératrice de violences, l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), de concert avec l’Union tunisienne de l’artisanat et du commerce, la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme et l’Ordre national des avocats de Tunisie, avait proposé de parrainer un Dialogue national. Ce quartet d’organisations proposait de faire adopter par les principales formations politiques représentées à l’ANC et regroupées au sein du Dialogue national – sorte de mini-parlement informel – une feuille de route destinée à parachever la transition par l’organisation des élections législatives et présidentielle.

4Ce « plan » prévoyait trois étapes : la première, portait sur l’élection par l’ANC d’une nouvelle Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), la deuxième sur le choix d’un Premier ministre et d’un nouveau gouvernement composé de « technocrates » (supposés a-politiques), et enfin la troisième consistait à accélérer le processus de rédaction de la Constitution en adoptant une démarche « consensuelle ». Obsédé par un possible coup d’État sur le modèle de celui organisé le 3 juillet 2013 en Égypte par le général Sissi, conforté par l’attitude attentiste du CPR et encouragé par Ettakattol, Ennahdha a signé cette feuille de route le 5 octobre 2013.

5Non sans difficulté, les différents protagonistes du Dialogue national se sont entendus fin 2013 sur l’élection des membres de la nouvelle instance électorale. Ils se sont mis d’accord ensuite sur le choix du nouveau Premier ministre, Mehdi Jomaa, ancien ministre de l’Industrie dans le gouvernement dirigé par le nahdhaoui Ali Laarayedh.

6Aussi en janvier 2014, tout semble prêt pour que le processus institutionnel soit réactivé : la Constitution est votée et des compromis sont trouvés par les divers acteurs politiques pour élaborer une loi électorale consensuelle (1re partie), ce qui permet aux élections législatives et présidentielle de se dérouler normalement au dernier trimestre 2014 (2e partie).

Le compromis comme mode de gouvernement ou la force des arènes politiques informelles

  • 2 . Commission ad hoc créée par l’ANC au début de juillet pour dépasser les divergences des députés s (...)

7La voie choisie signifie que l’ANC a été largement dépossédée du contrôle de l’agenda politique (nomination du Premier ministre et examen de l’action gouvernementale) et de celui du processus de rédaction de la Constitution au profit du Dialogue national et de la commission des consensus2. In fine, l’incapacité des institutions formelles à surmonter la crise politique et l’affaiblissement concomitant de leur légitimité ont contribué à faire d’instances informelles et ad hoc des arbitres du jeu politique, voire des décideurs en dernier ressort.

L’adoption de la Constitution et le gouvernement de technocrates de Mehdi Jomaa

8Adoptée le 26 janvier à une majorité écrasante3, dans une ambiance d’euphorie et de concorde jamais vue à l’ANC, la Constitution paraît largement conforme aux normes énoncées par la doctrine démocratique et libérale des droits de l’Homme universels. Cependant, résultat d’un compromis entre sécularistes et tenants d’un conservatisme islamique, le texte constitutionnel passé, pour une large part, par les fourches caudines de la commission des consensus, présente des dispositions ambigües liées à l’attachement des constituants aux spécificités arabo-musulmanes de la Tunisie. Comme le note le juriste Rafâa Ben Achour (2014 : 785) « deux tendances presque contradictoires semblent se dégager de la nouvelle Constitution : d’une part, une large adhésion aux standards internationaux des droits de l’Homme [et, d’autre part,] une prudence à l’égard de ces même standards »4.

  • 5 . Organisations apparues sur la scène publique en 2012, les LPR sont investies majoritairement par (...)
  • 6 . L’autre revendication des sécularistes est la neutralisation des mosquées investies au lendemain (...)

9À peine la Constitution adoptée, le nouveau gouvernement de technocrates, dirigé par Mehdi Jomaa, obtient la confiance de l’ANC le 28 janvier. Sa principale mission consiste à conduire la transition politique jusqu’aux élections prévues fin 2014. Pour ce faire, le chef du gouvernement se propose de rétablir la sécurité et de restaurer un climat propice à la relance de l’économie. Mais pour la composante séculariste de la scène politique tunisienne, l’important est que le gouvernement, en accord avec la feuille de route des parrains du Dialogue national, prononce la dissolution des Ligues de protection de la révolution (LPR)5 et révise toutes les nominations partisanes dans la fonction publique, notamment celles des gouverneurs et des hauts fonctionnaires de l’administration, conditions nécessaires, selon elle, au bon déroulement des élections6.

10Ennahdha se conformera largement aux préconisations de la feuille de route en laissant Mehdi Jomaa s’engager dans la voie de la répression des LPR et de la révision de certaines nominations dans le secteur public.

  • 7 . Al Huffington Post, « La Justice tunisienne décide de dissoudre la “Ligue de protection de la rév (...)

11Les LPR sont d’ailleurs rapidement placées dans le collimateur du gouvernement : le dirigeant de la LPR du Kram, Imed Dghij est arrêté le 26 février après avoir violemment critiqué dans une vidéo les syndicats des forces de police en les qualifiant de « gangs politisés ». Trois mois plus tard, le 26 mai la Justice dissout les LPR au motif qu’elles contreviennent « aux lois relatives à l’organisation et la création des associations »7.

12Le gouvernement Jomaa s’engage également dans une politique de révision des nominations : le 28 février, il s’attaque plus particulièrement au corps des gouverneurs (l’équivalent des préfets) en en remplaçant 18 sur un total de 24. Un peu plus de 2 mois après, le 14 mai, lors d’une conférence de presse, Mehdi Jomaa annonce la désignation de nouveaux délégués (120 sur 164) et de secrétaires généraux des gouvernorats. Il précise par la même occasion que son gouvernement a réduit de 20 % le nombre des chargés de mission au sein des cabinets ministériels et a changé 40 responsables à la tête des entreprises publiques, répondant ainsi indirectement à l’appel des responsables de Nidaa Tounes8 et des partis de gauche à réviser les nominations partisanes à tous les échelons du secteur public9.

13Parallèlement à l’action du gouvernement, l’ANC continue à fonctionner. Sa principale mission est d’élaborer une nouvelle loi électorale pour élire l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et le président de la République, celle de 2011 se rapportant exclusivement au cadre juridique de l’élection de l’ANC. Le vote de la loi électorale apparaît d’autant plus urgent que la Constitution précise, dans ses dispositions transitoires, que ces premières élections doivent avoir lieu avant la fin de l’année 2014.

La loi électorale entre l’ombre d’Ennahdha et le spectre de l’ancien régime

14La nécessité d’adopter rapidement la loi électorale n’a pas empêché les confits de s’exprimer au sein de l’ANC. Les compromis étant particulièrement difficiles à trouver, il a fallu avoir recours à la commission des consensus et au Dialogue national pour finaliser le texte et préciser les dates des élections.

15Les débats ont été particulièrement vifs au sein même de la commission de législation générale qui, à partir du 13 février, entame ses travaux en vue de proposer un texte à soumettre au vote à l’ANC. Le point qui a présenté le moins de difficultés est celui du choix du mode de scrutin pour les élections législatives, les membres de la commission se mettant rapidement d’accord pour reconduire la proportionnelle aux plus forts restes et maintenir le découpage des circonscriptions de 2011. Les petits partis, tant au sein de l’ANC qu’au Dialogue national, ont poussé à l’adoption de ce mode de scrutin, supposé leur assurer la meilleure représentativité possible.

  • 10 . ANC, Rapport de la commission de législation générale concernant la proposition de loi organique (...)
  • 11 . La multiplication des candidatures indépendantes avait abouti à l’évaporation de près de 1 300 00 (...)
  • 12 . Le seuil des 3 % suscite le rejet de l’ensemble des petits partis en raison de leur faible audien (...)

16Toutefois, la commission décide d’innover en proposant l’introduction d’un seuil de 3 % des suffrages exprimés en dessous duquel une liste n’est pas prise en compte dans le calcul de la répartition des sièges10. L’objectif affiché est d’éviter l’éparpillement excessif des suffrages qui avait marqué les élections de 201111. Pour autant, ce dernier point est loin de faire l’unanimité : aussi, la commission des consensus le retire-t-il du texte12.

  • 13 . K. Euchi, « Nouvelle crise à propos de la loi électorale en raison du désengagement d’Ennahdha à (...)

17Une disposition mentionnée dans le texte élaboré par la commission de législation générale polarise tout particulièrement les conflits. Elle concerne la question de l’inéligibilité des responsables de l’ancien régime. Cette problématique constitue un enjeu complexe qui fait ressortir un clivage entre la direction du parti islamiste et une partie de ses députés à l’ANC13.

  • 14 . Composé de membres nommés par le Premier ministre selon des logiques corporatiste, associative et (...)

18En 2011, les membres de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et la transition démocratique14 avaient à la quasi-unanimité décidé d’exclure les anciens responsables du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) du droit à la candidature. Pour la majeure partie des acteurs politiques de 2011, les serviteurs de la « dictature de Ben Ali » ne pouvaient pas participer au processus constituant, première étape de la « transition vers la démocratie ». Aussi l’article 15 du décret-loi du 11 mai 2011 relatif à l’élection de l’ANC disposait que ne pouvait être candidat :

« Toute personne ayant assumé une responsabilité au sein du gouvernement durant l’ère du président déchu à l’exception de ceux qui n’ont pas appartenu au RCD ; toute personne ayant assumé une responsabilité au sein du RCD à l’ère du président déchu ; toute personne ayant appelé le président déchu à être candidat pour un nouveau mandat en 2014 ».

19Trois ans après le départ du président Ben Ali, la question de l’exclusion se déroule dans un contexte politique complètement différent : l’émergence en 2012 de Nidaa Tounes, seul challenger crédible d’Ennahdha et constitué, pour partie, d’anciens caciques du parti dissous du président Ben Ali a poussé à intervalle régulier Ennahdha, le CPR et ses dissidences à revendiquer l’exclusion des responsables du RCD de la vie politique.

  • 15 . ICG, Élections en Tunisie : vieilles blessures, nouvelles craintes, update briefing, 19 décembre, (...)

20Mais la position de la direction du parti islamiste a évolué sur cette question : après avoir soutenu en 2012, puis en 2013, la nécessité de voter un texte sur l’exclusion des responsables de l’ancien régime de la vie politique, intitulé « loi d’immunisation de la révolution », Rached Ghannouchi a déclaré, à plusieurs reprises, que son parti refusait l’adoption d’une proposition de loi aboutissant à une sanction politique contre une partie de la population. En dépit du traumatisme toujours présent de la répression sous Ben Ali, la crainte d’un possible coup d’État en Tunisie, à l’image de celui mené en Égypte par l’armée contre les Frères musulmans, a incité le dirigeant historique du mouvement à encourager les députés nahdhaouis à l’ANC et les militants du parti « au compromis politique et au mariage de raison avec les ennemis d’hier »15.

  • 16 . Il obtient 108 voix sur les 109 requises, c’est-à-dire la majorité absolue des constituants. Cf. (...)

21Les débats qui se déroulent pendant les séances plénières montrent qu’une partie des constituants d’Ennahdha, soutenus par les représentants du CPR, de l’Alliance démocratique, du parti Wafa et d’Ettakattol, renâcle à suivre les directives du chef du parti. Le 30 avril, l’article 167 mentionnant l’exclusion  est repoussé d’extrême justesse à une voix près16, avant d’être définitivement rejeté le lendemain.

  • 17 . Dans le cadre d’une parité verticale avec alternance, les listes de candidats comportent autant f (...)

22Sur bien des points, la nouvelle loi électorale est conservatrice : elle reconduit de nombreuses dispositions du texte de 2011, notamment celles qui se rapportent aux élections législatives. Tel est le cas en matière de parité, puisque les députés n’ont pas réussi à s’entendre sur un système de parité horizontale qui aurait assuré une réelle parité à l’Assemblée et ont repris la formulation de la loi électorale de 2011 prévoyant la parité verticale avec alternance17. Quant au président de la République, il est élu suffrage universel direct à la majorité absolue des suffrages exprimés.

23À peine la loi électorale est-elle adoptée, que les acteurs de la scène politique doivent trouver un compromis à propos de l’épineuse question de l’organisation conjointe ou séparée de la présidentielle et des législatives. Les divers partis politiques se positionnent autour de cet enjeu en fonction de leurs évaluations respectives des effets possibles des différents calendriers sur leurs résultats électoraux.

24Le président de Nidaa Tounes opte pour la séparation des deux échéances en commençant par l’élection présidentielle. Fort des résultats des sondages qui le placent en tête du scrutin présidentiel, Béji Caïd Essebsi veut capitaliser sur une victoire qui lui semble promise. Il profiterait ainsi de la dynamique électorale présidentielle pour que son parti remporte les élections législatives.

  • 18 . H. Ajroudi, « Séparation ou concomitance ? Enjeu d’un débat », Réalités, 15 mai 2014.
  • 19 . Cf. R. Ben Achour (2014 : 792-793) : « Le régime tunisien n’a du modèle présidentiel que l’électi (...)

25De son côté, le mouvement Ennahdha plaide pour la concomitance des élections législatives et du premier tour de la présidentielle, au motif que cette option permettrait d’économiser 30 % du coût général des élections18. En fait, la direction d’Ennahdha pense qu’elle a tout à gagner d’une organisation conjointe ou de la tenue du scrutin législatif avant la présidentielle. Avec un leader n’ayant pas l’intention de briguer la présidence et une Constitution qui fait de la Tunisie un régime bien plus parlementaire que présidentiel (voir infra)19, Ennahdha considère que l’important est de bien se positionner pour remporter les élections législatives.

  • 20 . K. Euchi, « Les élections législatives d’abord, un compromis autour de la moins mauvaise des solu (...)

26Quant aux petits partis, ils soutiennent l’organisation séparée des deux élections, considérant qu’ils n’ont pas les ressources humaines et matérielles suffisantes pour mener de front une campagne électorale dans le cadre de deux scrutins concomitants20.

  • 21 . A. Dermech, « Ordre de priorité des scrutins législatif et présidentiel. Le Dialogue national a t (...)
  • 22 . S. Soudani, « La Polit-revue : partage du pouvoir à huis clos », http://nawaat.org/portail/2014/0 (...)

27Les divers protagonistes du Dialogue national essaient pendant le mois de mai de faire prévaloir leur point de vue, mais en vain. Au début de juin, Nidaa Tounes, dans une ultime manœuvre, fait une concession à Ennahdha en proposant la simultanéité des 2 scrutins. Mais dans ce cadre, les législatives coïncident, non pas avec le premier tour de la présidentielle, mais avec le second. Cette offre est rejetée par les petits partis du Dialogue national. Face à l’impossibilité de parvenir à un consensus sur l’ordre de déroulement des élections, les participants au Dialogue passent au vote sur la base d’une majorité qualifiée des deux tiers pour avaliser la décision finale. Le 13 juin, l’option de séparer les scrutins avec déroulement des législatives avant la présidentielle est adoptée par 12 voix contre 621. Le 25 juin, l’ANC avalise cette décision en adoptant la proposition de loi fixant la date des élections législatives au 26 octobre et celle du premier tour des présidentielle au 23 novembre. D’aucuns voient dans cette séquence de la fixation du calendrier électoral l’indice d’un partage du pouvoir entre Nidaa Tounes et Ennahdha22. Ce sentiment est par la suite renforcé par l’initiative d’Ennahdha qui propose de placer l’élection du chef de l’État sous le signe du consensus.

Du consensus à la compétition électorale

  • 23 . K. Euchi, « Élections ou consensus ? Caïd Essebsi tire les ficelles (en arabe) », http://nawaat.o (...)

28Dans un entretien à France 24, Rached Ghannouchi, invoque la nécessité de « renforcer l’opération électorale par une opération consensuelle pour que le président ne traduise pas un seul courant mais reflète le plus large consensus dans le pays ». Il n’exclut pas que son mouvement appuie la candidature de Béji Caïd Essebsi, « s’il y a consensus autour de lui »23.

  • 24 . H. Ajroudi, « Candidat consensuel à la présidentielle. Les dessous d’un piège », Réalités, 26 jui (...)

29Cette offre est plutôt mal accueillie par les autres partis, y compris par les 2 anciens alliés d’Ennahdha au sein de la Troïka qui considèrent que l’appel pour un président consensuel est anti-démocratique24. Mais en fait, les esprits sont déjà ailleurs : il s’agit pour les partis de désigner leurs candidats pour les législatives avant la date légale de dépôt des listes électorales fixé au 29 août.

  • 25 . L’UPT est à l’origine une alliance électorale créée le 29 janvier 2013 par Nidaa Tounes, le parti (...)

30Dès la mi-juin, le conseil national de Nidaa Tounes, le regard rivé sur les sondages qui placent le parti en tête des intentions de vote aux législatives, décide de constituer les listes sous son seul label. Ce faisant, il se débarrasse de ses alliés de gauche de l’Union pour la Tunisie (UPT)25, dont l’apport électoral potentiel est désormais considéré comme marginal. Certes, Nidaa Tounes affirme laisser la porte ouverte aux arrangements dans certaines circonscriptions, mais cette offre est perçue par les autres composantes de l’UPT comme largement insuffisante, voire humiliante. Aussi l’UPT, réduite à al-Massar (La Voie démocratique et sociale) et au Parti du travail patriotique démocratique, présente-t-elle ses propres listes.

  • 26 . Ennahdha, n’y a pas échappé non plus. La décision de ne retenir sur la liste des candidats que 33 (...)

31Les divers partis politiques et coalitions ont plus ou moins de difficultés à confectionner les listes de candidats et surtout à désigner la tête de liste, c’est-à-dire la personnalité ayant le plus de chances d’être élue. La palme des dissensions à ce propos revient incontestablement à Nidaa Tounes, qui a du mal à gérer la diversité de ses composantes26.

  • 27 . Kapitalis, « Sondage : Nidaa Tounes creuse l’écart avec Ennahdha », 6 juillet 2014 http://www.kap (...)

32En dépit de ses problèmes internes, le parti de Béji Caïd Essebsi demeure, avec Ennahdha, le favori des élections législatives comme l’accréditent différents sondages publiés en juillet. Ces deux forces politiques sont suivies loin derrière par le Front populaire (entre 6 et 7 % des intentions de vote), alors que les autres partis présents au sein de l’ANC (les alliés d’Ennahdha au sein de la Troïka compris) se voient attribuer de faibles scores oscillant entre 1 et 3,5 %27.

  • 28 . Mission d’observation électorale de l’Union européenne, Tunisie. Rapport final sur les élections (...)

33Une fois le processus de dépôt et de vérification des listes électorales mené à son terme, l’ISIE annonce en avoir retenu 1 326 (361 indépendantes, 804 partisanes et 161 de coalitions)28. Ce nombre élevé, bien qu’il soit en baisse de 20 % par rapport à celui de 2011, témoigne de la persistance de l’émiettement de l’offre politique.

  • 29 . K. Euchi, « Le scandale de la falsification des parrainages : l’ISIE impliquée, alors que son pré (...)

34La pléthore de candidats au scrutin présidentiel participe également à cet émiettement. Pas moins de 70 dossiers de candidature sont déposés à l’ISIE. Sur fond de polémiques autour de listes de parrainage truquées, l’Instance électorale annonce le 30 septembre qu’elle a retenu 27 dossiers29. Outre le favori du scrutin, Béji Caïd Essebsi, on y retrouve certaines figures soutenues par les forces politiques représentées à l’ANC, notamment Moncef Marzouki (CPR) Mustapha Ben Jaâfar (Ettakattol, président de l’ANC), Hamma Hammami (FP), Slim Riahi de l’Union patriotique libre (UPL) et Hechmi Hamdi du Courant de l’amour (voir infra).

35La présence de trois caciques du régime de Ben Ali (Abderrahim Zouari, Mondher Zenaïdi et Kamel Morjane) prouve, s’il en est besoin, que la réinsertion des anciens du RCD sur la scène électorale est désormais actée.

  • 30 . A. Dermech, « Présidentielles – Ennahdha tient au candidat consensuel. Les chances des uns, les a (...)

36Quant au mouvement Ennahdha, il affirme son attachement au candidat consensuel et confirme ainsi que nul ne briguera, au sein du parti, la magistrature suprême. En annonçant début septembre qu’il choisira de soutenir l’un des candidats à la présidentielle après les élections législatives, le parti de Rached Ghannouchi incite les compétiteurs qui s’imaginent déjà présents au second tour à se disputer ses faveurs30.

37À la veille du lancement de la campagne électorale, le champ politique tunisien se structure autour de deux pôles (Nidaa Tounes/Ennahdha), en marge desquels les autres partis et coalitions tentent d’exister.

  • 31 . N. Chahed, « ISIE – Echec de l’opération inscription. La lassitude et le désespoir n’expliquent p (...)
  • 32 . S. Soudani, « La polit-revue : qui a peur des élections ? », http://nawaat.org/portail/2014/07/13 (...)
  • 33 . N. Hajbi, « ISIE – Fin de la deuxième campagne d’inscription des électeurs », La Presse de Tunisi (...)
  • 34 . Mission d’observation électorale de l’Union européenne, op. cit.

38Cette configuration n’incite guère les électeurs à s’inscrire sur les registres électoraux. Entre le 23 juin, date de l’ouverture de la procédure d’inscription des électeurs et le 7 juillet l’ISIE inscrit seulement 108 000 personnes31. En dépit d’une accélération du rythme des inscriptions à partir de cette date, l’ISIE qui, pour certains médias et Nidaa Tounes32, manquerait d’efficacité, décide de prolonger sa campagne d’inscription, initialement prévue du 23 juin au 22 juillet, du 5 au 26 août. Cette prolongation permet d’enregistrer un total de 963 696 nouveaux électeurs33. Les données du registre électoral, ventilées en fonction du sexe et de l’âge, permettent de constater que les jeunes et les femmes sont sous-représentés : les jeunes de 18 à 21 ans qui constituent autour de 10 % la population en âge de voter, mais moins de 5 % des inscrits et ceux situés dans la tranche d’âge 22-30 ans représentent 24 % de l’électorat potentiel, mais seulement 20 % des électeurs. Quant aux femmes, 51 % de la population en âge de voter, elles constituent 46 % des inscrits34.

  • 35 . Entre autres, le Cahier des charges prévoit l’interdiction pour le titulaire d’une licence d’assu (...)
  • 36 . Ce que le tribunal a refusé de faire. Décision du Tribunal administratif du 17 juillet 2014.

39Dans le contexte pré-électoral, l’ISIE n’est pas la seule instance dépositaire d’une « légitimité d’impartialité » (Rosanvallon, 2008) à voir son action critiquée. En mars, le Cahier des charges35 publié par la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) a suscité les réactions acerbes de certains patrons de médias refusant de voir le secteur de l’audiovisuel régulé par une instance indépendante (Chouikha, 2015 : 97). Le Syndicat tunisien des directeurs des médias a d’ailleurs saisi le tribunal administratif pour surseoir à son application36.

  • 37 . Avec l’octroi de ces nouvelles autorisations, le paysage audiovisuel se diversifie et se développ (...)

40La tension monte d’un cran en septembre, lorsque la HAICA rend publique la liste des stations de radios et des chaînes de télévisions – privées et associatives – autorisées à émettre ou à diffuser37. Conformément au Cahiers des charges, la HAICA refuse d’accorder des licences aux dirigeants de partis politiques qui en ont fait la demande.

  • 38 . Ils font valoir que l’autorisation, obtenue sous Ben Ali, court toujours.

41Mais le principal point d’achoppement porte sur le statut des chaînes de radio et de TV créées sous le régime de Ben Ali qui refusent de soumettre leur dossier à la HAICA. Plusieurs chaînes privées, notamment Nessma et Hannibal, particulièrement réfractaires à l’idée de régulation, refusent de signer le Cahier des charges et continuent à émettre illégalement38.

  • 39 . R. Guerfali, « La HAICA et l’Hypocrisie avec un grand “H” de Issam Chebbi », http://nawaat.org/po (...)
  • 40 . Le défi est d’autant plus urgent à surmonter que le chef du Courant de l’amour, Hechmi Hamdi, can (...)

42Mise en difficulté par certains hommes politiques qui, en mal de démagogie électorale, approuvent le viol des dispositions qu’ils ont eux-mêmes votées39, confrontée à la volonté des patrons de l’audiovisuel de la marginaliser et dépourvue de soutien de la part du gouvernement, la HAICA est incapable de faire appliquer les sanctions prises à l’encontre des médias contrevenant à la réglementation de l’audiovisuel. Elle apparaît d’autant plus fragilisée qu’elle est en proie à des dissensions internes et qu’elle doit faire face aux défis que représentent les chaînes de télévision qui diffusent, via les satellites, en dehors de tout cadre légal tunisien, sur le territoire national40.

  • 41 . L’ISIE considère que c’est à elle de faire appliquer les articles 70 et 172 de la loi électorale (...)

43La HAICA s’est heurtée non seulement à certains acteurs des médias qui souhaitent s’affranchir des règles posées par la législation, mais aussi à l’ISIE. Cette dernière a contesté la décision de la HAICA d’autoriser, à l’occasion du premier tour de la présidentielle, la diffusion par les médias des résultats de sondages « sortis des urnes » dès la fermeture des bureaux de vote en Tunisie41.

La Tunisie des élections législatives (26 octobre) au second tour de la présidentielle (21 décembre) : une bipolarisation accrue ?

  • 42 . K. Euchi, « Le vote utile sert Ennahdha et Nidaa, en dépit de leur probable alliance après les él (...)

44En plein débat sur le statut des médias, la campagne électorale des législatives qui débute officiellement le 4 octobre ne suscite guère d’enthousiasme militant. Les programmes électoraux, notamment dans leur dimension économique, sont largement occultés par la problématique de la bipolarisation Nidaa Tounes/Ennahdha. Le parti de Béji Caïd Essebsi excelle d’ailleurs pour cliver la scène politique et faire du vote en sa faveur, un « vote utile ». En proclamant dans ses meetings qu’il n’existe pas de différences entre celui qui ne vote pas Nidaa Tounes et celui qui apporte sa voix à Ennahdha, le premier responsable de Nidaa a bien l’intention de siphonner l’électorat des partis « centristes » ou de gauche opposés au parti islamiste. La rhétorique appelant les électeurs à ne pas disperser leurs voix vers les listes des petits partis, mais à voter en faveur du seul mouvement politique susceptible de faire contrepoids au parti islamiste devient omniprésente dans les jours qui précèdent le scrutin42. Le jour J, le 26 octobre, tous les pronostiqueurs savent depuis longtemps que Nidaa Tounes et Ennahdha seront en tête des législatives, reste à savoir dans quel ordre.

  • 43 . Cf. les rapports de la HAICA sur le pluralisme politique dans le secteur audiovisuel pendant la c (...)
  • 44 . C. Gaddès, « À la lumière des résultats des législatives. Quels éclairages pour la présidentielle (...)

45En dépit de médias audiovisuels qui n’ont pas tous respecté les principes d’équité dans le traitement des candidatures43 et de plusieurs infractions au code électoral (achat de voix, violations du secret du vote, observateurs entravés dans leur mission d’observation, etc.), le scrutin se déroule dans le calme. Il apparaît rapidement que les électeurs ne se sont pas bousculés pour aller voter. Rapporté aux inscrits volontaires, le taux de participation (68 %) est en net recul comparé au scrutin de 2011. Malgré l’inscription de près d’un million d’électeurs en plus, les élections législatives enregistrent 727 816 votants de moins qu’en 201144.

46Les populations de l’intérieur, qui ont fourni le gros contingent de protestataires, lors du soulèvement de l’hiver 2010-2011, se sont moins déplacées que les autres pour aller voter. Le taux de participation à Sidi Bouzid atteint péniblement les 60 %, alors qu’à Kasserine, il s’élève 60,50 %45.

47La faiblesse de l’engagement électoral n’est guère surprenante au regard du déroulement d’un processus de transition politique qui a provoqué une certaine désillusion auprès d’une population tunisienne dont l’horizon économique s’est assombri depuis 2011. Ainsi, à peine a-t-elle gouté aux « délices » de la démocratie électorale, que la Tunisie semble sombrer dans les affres de la « crise de la représentation ».

Des élections législatives entre « vote utile » et « vote sanction »

48Les résultats électoraux du 26 octobre 2014 scellent la victoire de Nidaa Tounes. Avec près de 1 300 000 voix, le parti de Béji Caïd Essebsi obtient 86 des 217 sièges à l’ARP, alors qu’Ennahdha arrivé en deuxième position avec 950 000 voix (27,79 %) se contente de 69 (contre 89 en 2011). Toutefois, le parti vainqueur, qui n’a pas obtenu la majorité absolue des 109 sièges, ne pourra pas gouverner seul.

  • 46 . K. Euchi, « Le vote utile en faveur de Nidaa, le vote sanction contre Ennahdha et le Front popula (...)

49La plupart des journalistes et des hommes politiques présents sur les plateaux de télévisions s’accordent à dire que ces résultats sont la conséquence d’un vote sanction à l’encontre de la Troïka. Le recul d’Ennahdha, la disparation d’Ettakattol du parlement, ainsi que le mauvais résultat du CPR (4 députés et 1,84 % des suffrages exprimés), s’expliqueraient par la présence de ces partis au sein du gouvernement de la Troïka46.

50Toutefois la défaite d’Ennahdha apparaît relative. Certes le mouvement a perdu environ 550 000 voix entre les élections de 2011 et celle de 2014, mais à la différence de ses anciens alliés au sein de la Troïka, il constitue la seule formation politique disposant d’un solide socle de voix.

51Quant aux électeurs de Nidaa, ils auraient effectué un « vote stratégique » qui serait bien plus l’indicateur d’une peur et d’un rejet d’Ennahdha que d’un soutien apporté au parti de Béji Caïd Essebsi47.

  • 48 . Les résultats du sondage sorti des urnes de l’agence Sigma montrent que plus de 40 % des électric (...)

52L’autre fait remarquable des législatives est la bipolarisation régionale des résultats électoraux : Nidaa Tounes s’impose dans le Nord, le Grand Tunis, le Cap Bon et le Sahel, alors que la formation dirigée par Rached Ghannouchi arrive en tête dans les circonscriptions du Sud. Le sexe et l’âge sont également des marqueurs des deux électorats respectifs : celui de Nidaa est féminin et plutôt âgé, alors que celui d’Ennahdha est masculin et plus jeune48.

53L’UPL, parti fondé par l’homme d’affaires Slim Riahi arrive en troisième position avec 7,37 % des suffrages exprimés et 16 sièges à l’ARP. Cette organisation politique apparaît comme une machine clientéliste mise au service de son riche fondateur. Présente aux élections de 2011, l’UPL s’était déjà fait remarquer par une coûteuse campagne électorale qui lui avait valu l’accusation d’acheter ses candidats et ses électeurs. La méthode du parti n’a guère changé depuis 2011, mais cette fois-ci elle s’est avérée plus efficace, puisque l’UPL a quasiment triplé son capital de voix entre 2011 et 2014. Président de l’un des deux clubs de football les plus prestigieux de Tunisie (le Club africain), le « Berlusconi tunisien »49 et son parti ont conduit une campagne électorale dispendieuse dans les zones défavorisées du pays et aurait ainsi fait fi du plafond de dépenses électorales fixé par la loi électorale50.

  • 51 . Sa principale composante, le Parti des travailleurs (ex-Parti communiste des ouvriers de Tunisie) (...)
  • 52 . Fondé en mars 2011, ce parti, composé d’hommes d’affaires et de professions libérales, se réclame (...)

54Derrière l’UPL, la seule formation de gauche qui réussit à tirer son épingle du jeu est le Front populaire qui, avec 6,71 % des voix, obtient 15 sièges51. Regroupant 12 partis, allant de l’extrême gauche aux nationalistes arabes en passant par les écologistes, cette coalition politique anti-nahdhaouie a mis en avant un discours « Ni Ennahdha, ni Nidaa » qui lui a permis d’échapper à la problématique du vote utile. Autre formation politique à connaître une poussée électorale au regard des élections de 2011, Afek Tounes52 remporte 8 sièges (soit 3,68 %) contre 5 en 2011.

  • 53 . C’est au départ une fédération de 26 listes indépendantes parrainées par Hechmi Hamdi ancien mili (...)

55De manière générale, ces élections législatives font ressortir une scène politique en mutation. Né en mai 2013, le Courant de l’amour, héritier de la Pétition populaire53, surprise électorale de 2011 avec 26 députés, n’a pas su réitérer son « exploit » de 2011 : il ne décroche que deux sièges à l’ARP. En 2011, son chef Hechmi Hamdi, originaire de Sidi Bouzid, s’était fait le porte-parole des frustrations des habitants des régions du centre-ouest, berceau de la « révolution » tunisienne en menant une campagne aux connotations populistes. Réduite à la portion congrue à l’ANC après la défection de 19 de ses membres, la formation de Hechmi Hamdi a vu son discours perdre de sa crédibilité. In fine, les sept constituants de l’ex-Pétition populaire se sont fait surtout remarquer par leur rejet de la Constitution tunisienne.

  • 54 . La répartition des sièges entre partis politiques et groupes parlementaires a connu des boulevers (...)

56Ces élections consacrent également la débâcle des partis de l’ANC issus de la transhumance politique54 : le Parti populaire progressiste et le mouvement Wafa n’auront pas de représentants à l’ARP, tandis que l’Alliance démocratique n’obtient qu’un seul siège.

57La thématique du vote utile n’est pas étrangère au net recul électoral des partis politiques qui se sont alliées à Nidaa Tounes au sein de l’UPT. Créditée à l’issue du scrutin d’à peine plus de 27 000 voix et d’aucun siège, la coalition de la gauche « moderniste et démocratique » est en très net recul par rapport aux déjà faibles résultats du Pôle démocratique moderniste en 2011 (plus de 110 000 voix et 5 sièges). Le vote utile explique également le recul de la formation dirigée par Kamel Morjane, l’Initiative nationale destourienne, l’une des émanations du RCD, qui obtient 1,32 % des voix et 3 sièges contre 5 en 2011.

  • 55 . Né le 9 avril 2012, ce mouvement politique est à l’origine le fruit de la fusion de plusieurs par (...)

58Quant au Parti al-Joumhouri55, un seul siège, il a plus particulièrement pâti des ambitions présidentielles de son chef, Ahmed Néjib Chebbi. Se considérant comme le candidat « naturel » de l’opposition à la Troïka, ce dernier a poussé son parti à quitter l’UPT en décembre 2013, puis s’est retrouvé mis au ban du Front du salut national en février 2014. Isolé, le parti n’a pas pu proposer une offre politique alternative à celle de Nidaa Tounes.

  • 56 . Seuls 44 des 150 députés sortants candidats ont été élus le 26 octobre. Cf. K. Euchi, « Les const (...)

59Les résultats de ces élections sont analysés de manière nettement plus univoque par les constituants sortants56. Ils seraient la conséquence quasi-exclusive de la domination de « l’argent politique » :

  • 57 . Idem. Propos du président de l’ANC, Mustapha Ben Jaâfar.

« Pas besoin d’instruments comptables pour évaluer les millions dépensés par certains candidats. Ils ont acheté d’énormes panneaux publicitaires, organisé le transport, loué des espaces luxueux dépassant le plafond des dépenses électorales fixées par l’ISIE, c’est-à-dire 750 000 DT »57.

  • 58 . H. Chennaoui, « ATIDE dénonce le laxisme de l’ISIE face aux infractions électorales », http://naw (...)

60Le président de l’Association tunisienne pour l’intégrité et la démocratie des élections (ATIDE) vient corroborer les allégations des députés sortants. Ainsi, selon Moez Bouraoui « l’argent politique a influencé les élections. Nous avons enregistré l’achat direct de voix. Et je cite en particulier Nidaa Tounes, Ennahdha et l’UPL de Slim Riahi. Nous avons envoyé plusieurs rapports à l’ISIE qui sont restés sans réponse »58.

  • 59 . À l’instar de Seif Soudani l’un des éditorialistes politiques du site Nawaat : « Tunisie : le scr (...)

61Cette analyse des résultats électoraux est également partagée par les tenants de la « révolution confisquée » qui voient dans le nouveau paysage politique un retour vers le passé et le symptôme de « la restauration de l’ordre ancien »59.

62Cette vision constituera tout au long de la campagne présidentielle le leitmotiv du discours de l’un des principaux candidats à la magistrature suprême, Moncef Marzouki, le président sortant.

Un scrutin présidentiel dans les rets de la bipolarisation

  • 60 . ICG, Élections en Tunisie, op. cit.

63Le combat électoral se polarise d’ailleurs rapidement autour de ce dernier et de Béji Caïd Essebsi. Dans ce contexte, le choix d’Ennahdha de soutenir un candidat est particulièrement attendu. Or, le majlis al-choura (le Conseil consultatif, l’instance dirigeante collégiale du parti, l’équivalent d’un comité central) prend la décision de ne pas donner de consigne de vote en vue de la présidentielle. Cette neutralité affichée permet au parti de Rached Ghannouchi de ne pas compromettre une éventuelle alliance gouvernementale et parlementaire avec le vainqueur des législatives, tout en évitant de subir le contrecoup d’une défaite électorale probable du compétiteur de Béji Caïd Essebsi. En dépit de cette prise de position officielle, les dirigeants nahdhaouis savent pertinemment que la base du parti soutient la candidature de Moncef Marzouki, qui incarne auprès d’elle, la défense des droits de l’Homme, une forme d’intransigeance révolutionnaire et la dénonciation sans cesse réitérée des positions éradicatrices de certains adversaires de l’islam politique. Aussi le mouvement envoie-t-il « des milliers d’observateurs électoraux et militants de terrain pour faire contrepoids aux anciennes figures locales du parti de Ben Ali dissous, orientant les électeurs indécis vers Nidaa Tounes »60.

64Progressivement, la campagne électorale se durcit et la bipolarisation s’exacerbe, comme si les enjeux du scrutin présidentiel étaient plus importants que ceux des élections législatives.

  • 61 . Kapitalis, « Présidentielle : L’imam extrémiste Béchir Ben Hassen soutient Marzouki », 11 novembr (...)
  • 62 . Moncef Marzouki dénonce ceux qui ont été « des tyrans sous l’ancien régime et qui veulent revenir (...)
  • 63 . S. Bouroui, « Tunis – Marzouki taxe ses rivaux de “Taghout” », http://www.leconomistemaghrebin.co (...)

65Pour s’assurer le vote des militants et sympathisants nahdhaouis, Moncef Marzouki n’hésite pas, lors de sa campagne, à s’afficher avec le prédicateur salafiste, Béchir Ben Hassen61 et à recourir à des figures rhétoriques à connotations religieuses. Son usage de certains termes du lexique employés par les groupes jihadistes suscite d’ailleurs la polémique. En assimilant de manière implicite, lors d’un meeting, Béji Caïd Essebsi à un taghout62, Moncef Marzouki provoque de vives réactions chez les représentants de Nidaa Tounes et au sein de la gauche tunisienne63.

66Béji Caïd Essebsi et son staff de campagne ne sont pas en reste : ils présentent Moncef Marzouki comme la marionnette des islamistes, un tartour (en tunisien un personnage insignifiant), voire un aliéné mental incapable d’endosser des habits présidentiels trop larges pour lui64. Dans ses discours, Béji Caïd Essebsi réduit ainsi le président sortant à un ghoul (un ogre) et à un mahboul (fou) dont veulent se débarrasser les Tunisiens65.

  • 66 . Y. Bellamine, « Les discours fétides de Marzouki et de Caïd Essebsi, ou comment faire tanguer une (...)

67La stratégie de communication électorale du chef de Nidaa Tounes ne se limite pas au dénigrement de son principal adversaire. En héritier de la geste bourguibienne, Béji Caïd Essebsi se pose comme le père de la nation, en rassembleur du peuple tunisien auquel il propose de restaurer le prestige de l’État (haybat al-dawla). Jouant sur la tenue vestimentaire, le port des lunettes noires et le « langage du corps », il « reprend tous les codes ravivant la figure du combattant suprême dans l’inconscient populaire »66.

  • 67 . J. Heurtaux, op. cit.
  • 68 . H. Ajroudi, « Les discours électoraux vus par des spécialistes », Réalités, 20 novembre 2015.

68Pour sa part, Moncef Marzouki, de concert avec Mustapha Ben Jaâfar, martèle que l’ancien régime est de retour. Le leader de Nidaa Tounes serait le représentant d’une « alliance objective de réseaux politico-affairistes issus du RCD maquillée en parti politique »67. Le président sortant développe un récit qui s’articule autour d’antinomies dont il incarne le pôle positif : à l’ancien régime il oppose la révolution, à la bourgeoisie affairiste, le peuple et aux villes du Sahel les zones rurales marginalisées du Centre et du Sud68.

69Au soir du premier tour, le 23 novembre, malgré l’effondrement aux législatives du parti qu’il avait créé (le CPR), Moncef Marzouki se positionne en deuxième place (1 092 418 voix, soit 33,43 % des suffrages exprimés) et talonne, avec seulement 6 points de retard, Béji Caïd Essebsi (1 289 384 voix, soit 39,46 %). L’ordre d’arrivée n’est pas une surprise, mais l’écart relativement faible étonne plus d’un commentateur politique.

  • 69 . ICG, Élections en Tunisie…, op. cit.
  • 70 . L’électorat de Marzouki est à l’image du vote nahdhaoui, plutôt masculin et jeune : 29 % des élec (...)
  • 71 . Par référence au conflit qui, au sein du Néo-Destour, a opposé au moment de l’indépendance les pa (...)

70Si l’on en croit les experts de l’International Crisis Group, le vote en faveur de Moncef Marzouki « serait celui des “laissés pour compte” » et constitue « presque un marqueur identitaire reflétant des caractéristiques sociologiques »69. Le clivage géographique de l’électorat entre un Sud pro-Marzouki et nahdhaoui et un Nord pro-Béji Caïd Essebsi et Nidaa Tounes et les données des sondages sortis des urnes70 ont tendance à confirmer cette assertion. À travers cette opposition des « deux Tunisie », se rejouerait, de manière euphémisée, un vieil antagonisme entre la Tunisie du pouvoir central et un Sud, supposé frondeur et youssefiste71, ayant historiquement un sentiment d’abandon à l’égard de la capitale et du Sahel.

  • 72 . H. Ajroudi, « Top ten du premier tour de la présidentielle », Réalités, 27 novembre 2014.

71Loin derrière, Hamma Hammami arrive en 3e position avec 255 529 voix (7,82 %), soit le double du score du Front populaire aux législatives. Hechmi Hamdi, qui se place en 4e position avec 5,75 % des voix, a bénéficié du vote régionaliste de sa circonscription d’origine, Sidi Bouzid, où il se place en première position devant Béji Caïd Essebsi avec plus de 58 % des suffrages exprimés. Il est suivi par Slim Riahi, qui, avec 181 407 voix (5,55 %), rassemble sur son nom un peu plus que son parti l’UPL. Les 22 autres candidats récoltent 260 000 voix, soit 8 % des suffrages exprimés. Des figures historiques de l’opposition à Ben Ali comme Ahmed Néjib Chebbi et Mustapha Ben Jaâfar sont complètement marginalisés avec respectivement 1,04 % et 0,67 % des voix72.

  • 73 . T. Mekki, « La jeunesse tunisienne, une force vive condamnée au sommeil », Orient XXI, 17 décembr (...)
  • 74 . L’intérieur et le sud du pays ainsi que certains quartiers périurbains du Grand Tunis. Cf. Union (...)

72Le taux de participation (63 %) est en recul par rapport aux élections législatives et a concerné la quasi-totalité de la Tunisie. Par ailleurs, celui des électeurs de la tranche d’âge 18-40 ans (53 %) est de 10 points inférieur au taux moyen, ce qui confirme le désintérêt des tranches les plus jeunes de la population tunisienne vis-à-vis de la chose politique73. Cet écart est particulièrement prononcé (supérieur à 10 points) dans 12 circonscriptions sur 27 et concerne les zones géographiques les plus défavorisées74.

  • 75 . Al Huffington Post, « Élection présidentielle : Les déclarations de Moncef Marzouki et Béji Caïd (...)
  • 76 . S. Soudani, « Silence, on manifeste dans le sud », http://nawaat.org/portail/2014/11/30/silence-o (...)
  • 77 . À l’exception de Tozeur, lieu de naissance et d’inhumation Abou al Kacem Chebbi, le grand poète n (...)

73In fine, ce résultat, plus serré que prévu, radicalise encore plus le discours des deux derniers candidats en lice. Béji Caïd Essebsi lance la bataille en déclarant que l’électorat de Moncef Marzouki était composé d’islamistes de salafistes, d’extrémistes et de jihadistes75. Les déclarations du chef de Nidaa Tounes sur les ondes de RMC provoquent des manifestations dans le sud-est du pays, à Médénine le 27 novembre, puis dans l’agglomération voisine de Sidi Makhlouf, le lendemain, où le siège de Nidaa Tounes est saccagé. Des marches de protestation se déroulent également à Ben Guerdane, Tataouine et Gabès76. Considérant d’ailleurs le Sud comme électoralement perdu, Béji Caïd Essebsi n’y bat quasiment pas campagne77.

  • 78 . Propos de Moncef Marzouki cité par Y. Bellamine, « Les discours fétides de Marzouki et de Caïd Es (...)

74De leur côté, Moncef Marzouki et son staff convoquent la peur du retour de l’ancien régime. Alors que l’un de ses conseillers qualifie le président de Nidaa Tounes d’« héritier du régime déchu », Moncef Marzouki rajoute qu’« il a toujours été un homme de l’autocratie ». Pour lui, la bataille présidentielle n’est pas tant une « bataille entre islamistes et non islamistes » que « la bataille […] entre l’ancien système qui est en train de revenir et le nouveau système »78.

  • 79 . L’ISIE fixe la date du second tour de la présidentielle au 21 décembre, après que Moncef Marzouki (...)
  • 80 . Le parti dirigé par l’ancien ministre des Affaires étrangères de Ben Ali, Kamel Morjane. Candidat (...)
  • 81 . A. Gharbi, « Les consignes de vote pour Marzouki et Caïd Essebsi : entre soutien actif et positio (...)

75Alors que la campagne électorale se prolonge79, Béji Caïd Essebsi apparaît, au regard des ralliements des autres candidats et partis, mieux placé que Moncef Marzouki pour remporter le scrutin : les dirigeants d’Afek Tounes, du Massar, et du parti de l’initiative80 appellent à voter Béji Caïd Essebsi, alors que pour sa part, Slim Riahi exhorte ses partisans à adhérer à la campagne électorale du président de Nidaa Tounes. Quant à l’absence de consigne de vote de Hamma Hammami, elle revient à soutenir implicitement Béji Caïd Essebsi puisque le président du Front populaire appelle à « barrer la route au retour du candidat effectif d’Ennahdha et de ses alliés »81.

  • 82 . Ahmed Néjib Chebbi déclare, quant à lui, qu’il ne peut pas soutenir la candidature de l’un de ses (...)

76Quant à Moncef Marzouki, il doit se contenter du soutien affirmé du CPR et de ses rejetons du Courant démocratique ou du parti Wafa, c’est-à-dire des mouvements politiques défaits lors des élections législatives. Certes Mustapha Ben Jaâfar lui apporte un soutien implicite en appelant à « voter de façon à empêcher que les pouvoirs ne se retrouvent entre les mains d’un même camp, lors de la prochaine étape », mais son score présidentiel extrêmement bas rend son discours peu audible82. Pour sa part, le mouvement Ennahdha reste fidèle à sa ligne consistant à ne pas donner de consigne de vote. Bien que pouvant tabler à nouveau largement sur les voix des électeurs nahdhaouis, le candidat Marzouki ne paraît pas en position de rattraper ses six points de retard.

  • 83 . Les femmes représentent plus de 57 % de l’électorat de Béji Caïd Essebsi et seulement 23 % de cel (...)

77Marqué par un léger recul du taux de participation (60,34 %), le second tour confirme au soir du 21 décembre les données du premier : le caractère sexué du vote83 et le clivage électoral Nord-Sud. Il consacre l’élection de Béji Caïd Essebsi à la présidence de la République avec 55,68 % des suffrages exprimés.

  • 84 . J. Heurtaux, op. cit.

78Les victoires de Béji Caïd Essebsi et de son parti signifient-elles pour autant le « retour de l’ancien régime » au pouvoir, comme l’ont maintes fois affirmé les partisans de Moncef Marzouki ? Il est difficile donner une réponse a priori à cette question. Toutefois, comme le note le politiste Jérôme Heurtaux, cette perspective apparaît peu probable « si l’on entend le mode de gouvernement spécifique que connaissait la Tunisie du temps de Ben Ali, autour de la triade composée par le parti [quasi]-unique, le Palais présidentiel et le ministère de l’Intérieur et avec le soutien d’une grande partie des élites sectorielles »84.

79En revanche, la mise en place d’une nouvelle forme de présidentialisme, éloignée de la philosophie générale largement parlementariste de la Constitution, apparaît comme un scénario plus plausible. C’est ce qu’il ressort de l’immédiat après élection. Alors qu’à la lecture du texte constitutionnel, il apparaît que le président de la République ne choisit pas le chef du gouvernement, mais se contente de charger « le candidat du parti politique ou de la coalition électorale ayant obtenu le plus grand nombre de sièges au sein de l’ARP de former le gouvernement » (art. 89), Béji Caïd Essebsi a imposé à Nidaa Tounes, en ce début de 2015, son candidat à la primature, en l’occurrence Habib Essid. Économiste de formation, tard venu à la politique, il a derrière lui une carrière d’ingénieur au sein du ministère de l’Agriculture et du ministère de l’Intérieur. Sa pratique des cabinets ministériels lui avaient valu d’être nommé ministre de l’Intérieur dans le gouvernement de transition de Béji Caïd Essebsi (28 mars-24 décembre 2011). Il présente un profil de technocrate plus que de d’homme politique, ce qui fait de lui davantage un chef de cabinet du président de la République qu’un chef du gouvernement.

  • 85 . Larbi Chouikha, « En Tunisie, la peur d’un parlement ingouvernable », 6 octobre 2014, Orient XXI, (...)

80Pour autant, cela ne signifie pas que le président de la République et son gouvernement ont les coudées franches. Ils dépendent de l’existence d’une coalition parlementaire durable, dans une assemblée où aucun parti n’a la majorité absolue des sièges85. En ce début de 2015, les rapports de force issus des élections ont incité le président de la République à se rapprocher d’Ennahdha : deux de ses représentants sont entrés dans le gouvernement Essid, alors que Abdelfattah Mourou, figure historique du parti islamiste, a été élu vice-président de l’ARP. Cette stratégie indispose les courants les plus anti-islamistes de Nidaa Tounes et probablement une partie de l’électorat qui, en apportant sa voix à Béji Caïd Essebsi et à son parti, aurait surtout voté contre Ennahdha. Une telle configuration pourrait mettre à nu les contradictions de Nidaa Tounes, parti hétérogène s’il en est.

Conclusion

  • 86 . C. Gaddes, « La Tunisie n’est pas encore sortie de la transition », Réalités, 5 février 2015.

81Si le scénario électoral prévu à la suite de l’adoption de la Constitution s’est effectivement déroulé sans trop de difficultés, on ne peut pas dire pour autant que la transition est arrivée à son terme. Le chantier institutionnel est loin d’être achevé. Celui de la décentralisation apparaît comme particulièrement délicat, ne serait-ce qu’en raison de ses implications politiques. Certes la Constitution a fixé les grandes lignes d’un cadre institutionnel local articulé autour de trois niveaux (municipalités, sous-régions et régions), mais il reste aux gouvernants à élaborer et à adopter les textes législatifs qui régiront les collectivités décentralisées86. Par ailleurs, les juridictions et autres instances constitutionnalisées, comme par exemple le Conseil supérieur de la magistrature, et la Cour constitutionnelle, sont censées être mises en place au cours de 2015.

82Par-delà ces questions politico-institutionnelles, le processus de stabilisation politique demeure fragile. En premier lieu, les mobilisations sociales se développent. À en croire les statistiques publiées par l’agence de communication Sigma conseil, le nombre de journées de travail perdues serait passé de 224 658 en 2013 à 361 464 en 2014, soit une croissance de 61 %. Impliquant des salariés toujours plus nombreux (155 028 en 2014 contre 79 667 en 2013), le nombre de grèves aurait progressé de 13 %, passant ainsi de 399 à 45187.

  • 88 . F. Cherif, « La Tunisie sous le choc », Réalités, 24 juillet 2014.

83En second lieu, l’année 2014 a été marquée par la multiplication d’actions « terroristes » dont le point d’orgue a été l’attaque menée le 16 juillet dans le Mont Chaâmbi (gouvernorat de Kasserine, à la frontière algérienne) par un groupuscule armée. En provoquant la mort de 15 militaires et en blessant 24 autres, cette action guerrière, revendiquée par la brigade Okba Ibn Nafaa, a marqué tant le monde politique que les médias88. Par-delà les pertes humaines, le développement de cette forme de violence peut toujours susciter des politiques coercitives grosses de danger pour les libertés publiques et une dynamique démocratique fragile.

Haut de page

Bibliographie

Ben Achour R., 2014, « La Constitution tunisienne du 27 janvier 2014 », Revue française de droit constitutionnel, octobre, n° 100, p. 783-801.

Bras J.-P. et Bernard-Maugiron N., à paraître, « Les standards constitutionnels dans les “printemps arabes” ».

Chouikha L., 2015, La difficile transformation des médias : Des années de l’indépendance à la veille des élections de 2014, Tunis, Ed Finzi.

Gobe E. et Chouikha L., 2014, « La Tunisie politique en 2013 : de la bipolarisation idéologique au “consensus constitutionnel” ? », L’Année du Maghreb, Vol. 11, Paris, CNRS Editions, p. 301-322.

Rosanvallon P., 2008, La légitimité démocratique : impartialité, réflexivité, proximité, Paris, Coll. Points, Le Seuil.

Haut de page

Notes

1 . Le gouvernement de coalition composé d’Ennahdha et de ses deux alliés « laïcs », le Congrès pour la République (CPR) fondé par Moncef Marzouki, le président de la République provisoire et le parti Ettakattol, dirigé par Mustapha Ben Jaâfar, le président de l’ANC.

2 . Commission ad hoc créée par l’ANC au début de juillet pour dépasser les divergences des députés sur le texte constitutionnel. Cette dernière institution, présidée par Mustapha Ben Jaâfar, était composée principalement des présidents des groupes parlementaires de l’ANC ou de leurs représentants.

3 . 200 voix pour, 12 contre et 4 abstentions. Cf. Marsad, http://majles.marsad.tn/vote/52e598b212bdaa593ad566f2

4 . Pour une analyse détaillée et circonstanciée de la Constitution tunisienne, nous renvoyons aux articles de R. Ben Achour (2014) et de J.-P. Bras et N. Bernard Maugiron (à paraître), ainsi qu’à notre chronique politique 2013. Cf. E. Gobe et L. Chouikha (2014).

5 . Organisations apparues sur la scène publique en 2012, les LPR sont investies majoritairement par des militants et sympathisants nahdhaouis. Elles soutiennent le gouvernement de la Troïka « au nom de l’islam et de la révolution ». Présentes sur l’ensemble du territoire tunisien, « elles recourent à des actions musclées : intimidation d’hommes d’affaires qu’elles désignent proches de l’ancien régime ; contre-manifestations ou contre-rassemblements qui finissent parfois en affrontements violents lors de mobilisations organisées par des partis sécularistes ou des syndicalistes de l’UGTT ». Cf. ICG, Tunisie : violences et défi salafiste, Rapport Moyen-Orient/Afrique du Nord, n° 137, 13 février 2013, http://www.crisisgroup.org.

6 . L’autre revendication des sécularistes est la neutralisation des mosquées investies au lendemain du départ de Ben Ali par des imams autoproclamés et radicaux.

7 . Al Huffington Post, « La Justice tunisienne décide de dissoudre la “Ligue de protection de la révolution” », http://www.huffpostmaghreb.com/2014/05/26/tunisie-ligue-de-protection-de-la-revolution_n_5392114.html.

8 . Principal parti de l’opposition à Ennahdha, Nidaa Tounes, fondé en juin 2012 par le très bourguibien Béji Caïd Essebsi (88 ans), se pose comme un fédérateur de toutes les sensibilités politiques tunisiennes anti-nahdhaouies. Le mouvement ratisse large rassemblant en son sein des figures politiques proches de feu Habib Bourguiba, des caciques du parti dissous du président déchu, le RCD, des patrons inquiets pour la bonne marche de leurs affaires, mais aussi des anciens militants de gauche venant du mouvement associatif ou transfuges de certains partis politiques représentés à l’ANC.

9 . Directinfo, « 100 jours d’un gouvernement de technocrates », http://directinfo.webmanagercenter.com/2014/05/14/mehdi-jomaa-dresse-le-bilan-des-100-jours-de-son-gouvernement/.

10 . ANC, Rapport de la commission de législation générale concernant la proposition de loi organique relative aux élections et référendums (en arabe), mars 2014,

11 . La multiplication des candidatures indépendantes avait abouti à l’évaporation de près de 1 300 000 voix qui s’étaient portées sur des listes n’ayant envoyé aucun représentant à l’ANC.

12 . Le seuil des 3 % suscite le rejet de l’ensemble des petits partis en raison de leur faible audience populaire et, par conséquent, de leurs difficultés à faire élire leurs représentants. La Presse de Tunisie, « La condition du seuil électoral retirée », 1er mai 2014.

13 . K. Euchi, « Nouvelle crise à propos de la loi électorale en raison du désengagement d’Ennahdha à l’égard de la loi sur l’exclusion politique des Rcédistes (en arabe) », http://nawaat.org/portail/2014/04/03/أزمة-جديدة-في-القانون-الإنتخابي-سببها .

14 . Composé de membres nommés par le Premier ministre selon des logiques corporatiste, associative et individuelle, cette instance a constitué une sorte de mini-parlement qui a fonctionné entre mars et octobre 2011. Elle a élaboré les textes des décrets-lois ayant régi l’élection de l’ANC et ceux organisant un cadre libéral pour la vie politique, associative et médiatique de la transition.

15 . ICG, Élections en Tunisie : vieilles blessures, nouvelles craintes, update briefing, 19 décembre, 2014, http://www.crisisgroup.org.

16 . Il obtient 108 voix sur les 109 requises, c’est-à-dire la majorité absolue des constituants. Cf. le site de Marsad qui répertorie les votes des députés : http://majles.marsad.tn/fr/vote/536af3ae12bdaa078ab825b1.

17 . Dans le cadre d’une parité verticale avec alternance, les listes de candidats comportent autant femmes que d’hommes de sorte que si la tête de liste est un homme, le suivant est une femme, et vice-versa. Quant à la parité horizontale, elle assure une présence féminine plus forte dans les assemblées élues que la parité verticale avec alternance, puisque les listes de candidats, présentés par les mêmes partis politiques doivent avoir le même nombre de têtes de liste au féminin qu’au masculin.

18 . H. Ajroudi, « Séparation ou concomitance ? Enjeu d’un débat », Réalités, 15 mai 2014.

19 . Cf. R. Ben Achour (2014 : 792-793) : « Le régime tunisien n’a du modèle présidentiel que l’élection du président de la République au suffrage universel direct. Il s’agit plutôt d’un régime parlementaire où on a transposé la motion de censure constructive ».

20 . K. Euchi, « Les élections législatives d’abord, un compromis autour de la moins mauvaise des solutions (en arabe) », http://nawaat.org/portail/2014/06/15/الإنتخابات-التشريعية-أولا،-التوافق-ع.

21 . A. Dermech, « Ordre de priorité des scrutins législatif et présidentiel. Le Dialogue national a tranché », La Presse de Tunisie, 14 juin 2014.

22 . S. Soudani, « La Polit-revue : partage du pouvoir à huis clos », http://nawaat.org/portail/2014/06/15/la-polit-revue-partage-du-pouvoir-a-huis-clos.

23 . K. Euchi, « Élections ou consensus ? Caïd Essebsi tire les ficelles (en arabe) », http://nawaat.org/portail/2014/06/23/انتخابات-أم-توافقات-؟-القايد-السبسي-يم

24 . H. Ajroudi, « Candidat consensuel à la présidentielle. Les dessous d’un piège », Réalités, 26 juin 2014.

25 . L’UPT est à l’origine une alliance électorale créée le 29 janvier 2013 par Nidaa Tounes, le parti al-Joumhouri (centre démocrate-libéral) et le mouvement al-Massar (gauche intellectuelle sociale-démocrate), bientôt rejoint le 2 février 2013 par le Parti socialiste et le Parti du travail patriotique et démocratique (PTPD, gauche socialiste).

26 . Ennahdha, n’y a pas échappé non plus. La décision de ne retenir sur la liste des candidats que 33 des députés élus en 2011, la mise sur la touche de certaines figures de l’aile « dure » du parti, comme Sadok Chourou et Habib Ellouze, ainsi que l’inscription de certains hauts cadres du parti en deuxième ou troisième position sur les listes, ont suscité des contestations parmi les militants et chez certains dirigeants. Cf. S. Dami, « Législatives – Mouvement Ennahdha. Les choix sont arrêtés », La Presse de Tunisie, 26 août 2014.

27 . Kapitalis, « Sondage : Nidaa Tounes creuse l’écart avec Ennahdha », 6 juillet 2014 http://www.kapitalis.com/politique/23303-sondage-nida-tounes-creuse-l-ecart-avec-ennahdha.html.

28 . Mission d’observation électorale de l’Union européenne, Tunisie. Rapport final sur les élections législatives et présidentielles 2014, http://eeas.europa.eu/eueom/missions/2014/tunisia/pdf/150313-rapport-final-moeue-tunisie-2014_fr.pdf.

29 . K. Euchi, « Le scandale de la falsification des parrainages : l’ISIE impliquée, alors que son président exhorte les citoyens à barrer la route à la fraude (en arabe) », http://nawaat.org/portail/2014/10/02/فضيحة-تزوير-التزكيات-هيئة-الإنتخابات.

30 . A. Dermech, « Présidentielles – Ennahdha tient au candidat consensuel. Les chances des uns, les atouts des autres », La Presse de Tunisie, 9 septembre 2014.

31 . N. Chahed, « ISIE – Echec de l’opération inscription. La lassitude et le désespoir n’expliquent pas tout », La Presse de Tunisie, 11 juillet 2014. Seules les personnes qui ne se sont pas inscrites sur les listes électorales en 2011 sont obligées de faire la démarche pour s’inscrire en 2014.

32 . S. Soudani, « La polit-revue : qui a peur des élections ? », http://nawaat.org/portail/2014/07/13/la-polit-revue-qui-a-peur-des-elections.

33 . N. Hajbi, « ISIE – Fin de la deuxième campagne d’inscription des électeurs », La Presse de Tunisie, 28 août 2014. Le nombre d’inscrits total sur les listes électorales s’élève à 5 306 324 sur une population potentielle de près de 8 000 000 personnes, soit 66 % des Tunisiens en âge de voter. Cf. Rapport de l’ISIE sur les élections législatives et présidentielle de 2014 (en arabe), téléchargeable sur le site de l’ISIE, http://www.isie.tn/actualites/rapport-de-lisie-pour-les-elections-2014.

34 . Mission d’observation électorale de l’Union européenne, op. cit.

35 . Entre autres, le Cahier des charges prévoit l’interdiction pour le titulaire d’une licence d’assumer des responsabilités partisanes, d’être à la tête d’un institut de sondage ou d’une agence de publicité. Par ailleurs, il ne peut cumuler à la fois les directions de plus d’une station de radio et d’une chaîne de télévision. Le Cahier énonce également un certain nombre de directives en matière de protection des droits de l’Homme. Cf. le site de la HAICA : http://haica.tn/fr/espace-professionnels/cahiers-de-charges.

36 . Ce que le tribunal a refusé de faire. Décision du Tribunal administratif du 17 juillet 2014.

37 . Avec l’octroi de ces nouvelles autorisations, le paysage audiovisuel se diversifie et se développe aujourd’hui, avec, au total, 35 stations de radios et 10 chaînes de télévisions, toutes catégories confondues.

38 . Ils font valoir que l’autorisation, obtenue sous Ben Ali, court toujours.

39 . R. Guerfali, « La HAICA et l’Hypocrisie avec un grand “H” de Issam Chebbi », http://nawaat.org/portail/2014/10/01/la-haica-et-lhypocrisie-avec-un-grand-h-de-issam-chebbi.

40 . Le défi est d’autant plus urgent à surmonter que le chef du Courant de l’amour, Hechmi Hamdi, candidat à l’élection présidentielle, n’a pas hésité, durant la campagne électorale, à mettre la chaîne satellitaire dont il est le propriétaire à son service et à celui de son parti. Cf. Nadia Haddaoui, « Alerte : Les médias sombrent, à nouveau, dans la connivence volontaire ! », http://nawaat.org/portail/2014/12/10/alerte-les-medias-sombrent-a-nouveau-dans-la-connivence-volontaire.

41 . L’ISIE considère que c’est à elle de faire appliquer les articles 70 et 172 de la loi électorale portant sur l’interdiction de la diffusion de sondages électoraux durant les campagne et période électorales. Par ailleurs, alors que la HAICA affirme que l’interdiction de publication des sondages sortis des urnes prend fin à la fermeture du dernier bureau de vote sur le territoire national, l’ISIE considère que c’est le dernier bureau de vote à l’étranger qu’il faut prendre en compte. Pour résoudre ce différend, l’ISIE a saisi le tribunal administratif qui a décidé de surseoir à exécution de la décision de la HAICA en attendant de se prononcer sur le fond. Décision du Tribunal administratif n° 417830 du 17 décembre 2014. Cf. Nawaat, « Les rapports ISIE/HAICA : Rupture ou incident de parcours ? », http://nawaat.org/portail/2014/11/22/les-rapports-isiehaica-rupture-ou-incident-de-parcours.

42 . K. Euchi, « Le vote utile sert Ennahdha et Nidaa, en dépit de leur probable alliance après les élections (en arabe) », http://nawaat.org/portail/2014/10/23/تونس-التصويت-المفيد-النهضة-النداء.

43 . Cf. les rapports de la HAICA sur le pluralisme politique dans le secteur audiovisuel pendant la campagne électorale : http://haica.tn/category/تقارير-الهيئة. Des sanctions, allant de la simple mise en garde à des amendes d’un montant maximum de 20 000 DT (environ 9 500 euros), ont été prises à l’encontre des médias jugés fautifs.

44 . C. Gaddès, « À la lumière des résultats des législatives. Quels éclairages pour la présidentielle ? », Réalités, 20 novembre 2014.

45 . Cf. le site de l’ISIE, http://www.isie.tn/resultats/proces-verbaux-legislatives.

46 . K. Euchi, « Le vote utile en faveur de Nidaa, le vote sanction contre Ennahdha et le Front populaire se surprend lui-même (en arabe) », http://nawaat.org/portail/2014/10/29/تصويت-مفيد-للنداء-عقابي-النهضة.

47 . V. Szakal, « Strategic vote, non-vote, and the relative victor–Nidaa Tounes », http://nawaat.org/portail/2014/11/02/strategic-vote-non-vote-and-the-relative-victor-nidaa-tounes.

48 . Les résultats du sondage sorti des urnes de l’agence Sigma montrent que plus de 40 % des électrices ont voté Nidaa Tounes et qu’elles constituent la majorité de l’électorat du parti de Béji Caïd Essebsi. Plus de la moitié des électeurs âgés de 51 ans ont apporté leurs voix à Nidaa Tounes. Quant à Ennahdha, son électorat est à 60 % masculin et il se recrute majoritairement dans la tranche d’âge des 31-50 ans. Cf. http://www.sigma.tn/upload/1416569052.pdf.

49 . C. Bozonet, « Slim Riahi, le Berlusconi tunisien », http://www.lemonde.fr/tunisie/article/2014/11/22/slim-riahi-le-berlusconi-tunisien_4527785_1466522.html. Il aurait fait fortune en Libye en traitant avec les fils du colonel Kadhafi.

50 . Mais l’UPL n’est pas la seule formation dans ce cas de figure. D’autres partis, notamment les deux plus importants, Nidaa Tounès et Ennahdha, auraient également dépassé les plafonds de dépense fixés par la loi.

51 . Sa principale composante, le Parti des travailleurs (ex-Parti communiste des ouvriers de Tunisie) n’avait obtenu en 2011 que 3 sièges avec 1,57 % des suffrages exprimés.

52 . Fondé en mars 2011, ce parti, composé d’hommes d’affaires et de professions libérales, se réclame du libéralisme économique.

53 . C’est au départ une fédération de 26 listes indépendantes parrainées par Hechmi Hamdi ancien militant d’Ennahdha et propriétaire de la chaîne satellitaire sise à Londres, al-Mustaqilla.

54 . La répartition des sièges entre partis politiques et groupes parlementaires a connu des bouleversements permanents en raison des changements fréquents d’appartenances partisanes des députés.

55 . Né le 9 avril 2012, ce mouvement politique est à l’origine le fruit de la fusion de plusieurs partis centristes et socio-libéraux. Après le retrait de certains de ses membres fondateurs, il se positionne dans la continuité historique du Parti démocrate progressiste, formation sociale-démocrate issue d’une partie de l’extrême gauche tunisienne.

56 . Seuls 44 des 150 députés sortants candidats ont été élus le 26 octobre. Cf. K. Euchi, « Les constituants sortants : l’argent politique et les médias ont corrompu le processus électoral (en arabe) », http://nawaat.org/portail/2014/12/02/نواب-التأسيسي-المغادرون-المال-السّيا/

57 . Idem. Propos du président de l’ANC, Mustapha Ben Jaâfar.

58 . H. Chennaoui, « ATIDE dénonce le laxisme de l’ISIE face aux infractions électorales », http://nawaat.org/portail/2014/11/04/atide-denonce-le-laxisme-de-lisie-face-aux-infractions-electorales. Cf. également le rapport final de l’ATIDE téléchargeable sur son site : http://www.atide.org/wp-content/uploads/2014/11/Rapport-pr%C3%A9liminaire-31102014.pdf.

59 . À l’instar de Seif Soudani l’un des éditorialistes politiques du site Nawaat : « Tunisie : le scrutin de la fracture », http://nawaat.org/portail/2014/10/29/le-scrutin-de-la-fracture.

60 . ICG, Élections en Tunisie, op. cit.

61 . Kapitalis, « Présidentielle : L’imam extrémiste Béchir Ben Hassen soutient Marzouki », 11 novembre 2014, http://www.kapitalis.com/politique/25698-presidentielle-l-imam-extremiste-bechir-ben-hassen-soutient-marzouki.html.

62 . Moncef Marzouki dénonce ceux qui ont été « des tyrans sous l’ancien régime et qui veulent revenir aujourd’hui pour être injustes ». Cf. P. Massy, « Moncef Marzouki : Je reconnais avoir fait une erreur quand j’ai dit taghout », http://www.webdo.tn/2014/12/17/moncef-marzouki-reconnais-avoir-fait-erreur-jai-dit-taghout. En arabe le taghout est celui qui transgresse ou qui détourne les hommes du bien. Chez les jurisconsultes médiévaux, le taghout ressortit à ce qui est adoré en dehors de Dieu et se rapporte aux idoles, aux sorciers et aux devins. Cf. l’article « Tâghoût » dans l’encyclopédie Wikipedia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Tâghoût. Dans le vocabulaire des groupes jihadistes, le taghout désigne le pouvoir tyrannique et impie, ainsi que les agents et forces de sécurité à son service.

63 . S. Bouroui, « Tunis – Marzouki taxe ses rivaux de “Taghout” », http://www.leconomistemaghrebin.com/2014/11/11/tunis-marzouki-rivaux-taghout.

64 . J. Heurtaux, « Combats pour la présidentielle. Comment comprendre et dépasser les peurs réciproques ? », Réalités, 4 décembre 2014.

65 . S. Soudani, « De la restauration démocratique », http://nawaat.org/portail/2014/11/17/de-la-restauration-democratique.

66 . Y. Bellamine, « Les discours fétides de Marzouki et de Caïd Essebsi, ou comment faire tanguer une démocratie fragile », http://nawaat.org/portail/2014/11/28/les-discours-fetides-de-marzouki-et-de-caid-essebsi-ou-comment-faire-tanguer-une-democratie-fragile.

67 . J. Heurtaux, op. cit.

68 . H. Ajroudi, « Les discours électoraux vus par des spécialistes », Réalités, 20 novembre 2015.

69 . ICG, Élections en Tunisie…, op. cit.

70 . L’électorat de Marzouki est à l’image du vote nahdhaoui, plutôt masculin et jeune : 29 % des électrices interrogées par l’agence Sigma affirment avoir voté en faveur de Moncef Marzouki contre 45 % pour Béji Caïd Essebsi. Ce dernier connait ses meilleurs scores auprès des plus de 60 ans (62 %) et de la tranche d’âge des 45-59 ans (49 %), alors que Moncef Marzouki réalise ses meilleurs résultats auprès des jeunes de 18 à 29 ans (33 %) et de la tranche d’âge des 30-44 ans (37 %). Cf. http://www.sigma.tn/Fr/resultat-de-la-presidentielle_11_79.

71 . Par référence au conflit qui, au sein du Néo-Destour, a opposé au moment de l’indépendance les partisans de Salah Ben Youssef à ceux du futur président de la République de Tunisie, Habib Bourguiba. ICG, Élections en Tunisie…, op. cit.

72 . H. Ajroudi, « Top ten du premier tour de la présidentielle », Réalités, 27 novembre 2014.

73 . T. Mekki, « La jeunesse tunisienne, une force vive condamnée au sommeil », Orient XXI, 17 décembre 2014, http://orientxxi.info/magazine/la-jeunesse-tunisienne-une-force,0773.

74 . L’intérieur et le sud du pays ainsi que certains quartiers périurbains du Grand Tunis. Cf. Union européenne. Mission d’observation électorale, op. cit.

75 . Al Huffington Post, « Élection présidentielle : Les déclarations de Moncef Marzouki et Béji Caïd Essebsi ne plaisent pas toujours à tout le monde », http://www.huffpostmaghreb.com/2014/11/28/presidentielle-election-tunisie_n_6231196.html.

76 . S. Soudani, « Silence, on manifeste dans le sud », http://nawaat.org/portail/2014/11/30/silence-on-manifeste-dans-le-sud/.

77 . À l’exception de Tozeur, lieu de naissance et d’inhumation Abou al Kacem Chebbi, le grand poète national.

78 . Propos de Moncef Marzouki cité par Y. Bellamine, « Les discours fétides de Marzouki et de Caïd Essebsi, ou comment faire tanguer une démocratie fragile », op. cit.

79 . L’ISIE fixe la date du second tour de la présidentielle au 21 décembre, après que Moncef Marzouki a été débouté de ses recours auprès du tribunal administratif pour invalidation des résultats du premier tour de l’élection présidentielle.

80 . Le parti dirigé par l’ancien ministre des Affaires étrangères de Ben Ali, Kamel Morjane. Candidat à la présidentielle, il a rassemblé sur son nom 1,27 % des suffrages exprimés.

81 . A. Gharbi, « Les consignes de vote pour Marzouki et Caïd Essebsi : entre soutien actif et positions ambigües », Al Huffington Post, http://www.huffpostmaghreb.com/2014/12/15/vote-consigne-presidentielle_n_6308526.html.

82 . Ahmed Néjib Chebbi déclare, quant à lui, qu’il ne peut pas soutenir la candidature de l’un de ses tortionnaires (Béji Caïd Essebsi). De son côté, Hechmi Hamdi, adresse une lettre à ses électeurs et au peuple tunisien dans laquelle il décrit son candidat idéal. Cf. son message sur https://twitter.com/MALHACHIMI/status/542641006228029440/photo/1.

83 . Les femmes représentent plus de 57 % de l’électorat de Béji Caïd Essebsi et seulement 23 % de celui de Moncef Marzouki. Cf. A. Belhadj Ali, « “Un million de femmes ont voté BCE, c’est le plus grand parti de la Tunisie”, Hassen Zargouni », http://www.webmanagercenter.com/magazine/idees-et-debats/2014/12/26/158556/tunisie-elections-un-million-de-femmes-ont-vote-bce-c-est-le-plus-grand-parti-de-la-tunisie-hassen-zargouni.

84 . J. Heurtaux, op. cit.

85 . Larbi Chouikha, « En Tunisie, la peur d’un parlement ingouvernable », 6 octobre 2014, Orient XXI, http://orientxxi.info/magazine/en-tunisie-la-peur-d-une-chambre,0711.

86 . C. Gaddes, « La Tunisie n’est pas encore sortie de la transition », Réalités, 5 février 2015.

87 . Open sigma 2015, « Tunisie en chiffres », http://www.sigma.tn/Fr/actualites_7_10_D32.

88 . F. Cherif, « La Tunisie sous le choc », Réalités, 24 juillet 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Gobe et Larbi Chouikha, « La Tunisie de la Constitution aux élections : La fin de la transition politique ? », L’Année du Maghreb, 13 | 2015, 261-282.

Référence électronique

Éric Gobe et Larbi Chouikha, « La Tunisie de la Constitution aux élections : La fin de la transition politique ? », L’Année du Maghreb [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2602 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2602

Haut de page

Auteurs

Éric Gobe

Directeur de recherche au CNRS, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC/USR3077), Tunis.

Articles du même auteur

Larbi Chouikha

Professeur à l’IPSI, Université de la Manouba.

Articles du même auteur

Haut de page