Skip to navigation – Site map
Éditorial

Éditorial

Frédéric Abécassis and Éric Gobe
p. 3-5

Full text

1Cette quinzième livraison de L’Année du Maghreb du second semestre 2016 propose un dossier : « Profession journaliste » et les chroniques politiques, pays par pays, de l’année 2015, assorties de quelques gros plans sur des faits marquants de l’actualité de cette année. Les contextes révolutionnaires et post-révolutionnaires ont toujours suscité des interrogations sur le rôle des médias et des circulations d’informations dans les processus de mobilisation. Les révolutions constitutionnelles du début du XXe siècle correspondent ainsi, au Moyen-Orient et au Maghreb, à l’émergence de l’imprimé et à la diffusion de la presse écrite constitutives d’une opinion publique. On a souligné à juste titre que les mobilisations des années 1950 et 1960 s’étaient accompagnées de la massification du transistor, Sawt-al-‘Arab pouvant s’incarner aussi bien dans la voix d’Oum Kalsoum que dans celle de Gamal ‘Abd el Nasser. Avec la révolution iranienne de 1979, c’est le rôle de la cassette audio qui a été mis en avant, dans la possibilité qu’elle offrait d’apporter à domicile une prédication échappant aux monopoles des États sur la radiodiffusion et la télévision. Les « printemps arabes » n’ont pas échappé à la règle, si l’on en juge d’après le nombre de publications qui ont souligné le lien intime entre internet, les réseaux sociaux et les téléphones mobiles transformés en caméras et brandis comme autant d’armes de dissuasion à l’encontre des pouvoirs et de leurs pratiques.

2La mise en avant des médias ne dit pour autant rien des médiateurs. Si, dans le sillage de Marshall Mc Luhan, elle permet de pointer l’émergence de nouvelles arènes et d’un « village planétaire », elle tend néanmoins à privilégier le médium sur le message et ceux qui le portent, et à estomper le rapport entre l’espace des positions des journalistes et celui de leurs prises de position. La conception de ce dossier, coordonné par Larbi Chouikha, Chérif Driss, Dominique Marchetti et Belkacem Mostefaoui, est partie de cette réflexion et de ce besoin d’aller à la recherche de perspectives autres que surplombantes. Comme pour le dossier Villes et urbanités, il s’agissait d’étudier le fonctionnement des médias des pays du Maghreb à partir d’études de cas, de construire les systèmes médiatiques en les considérant du point de vue des acteurs. La position des journalistes est apparue comme le point central où s’exercent les tensions de ces systèmes, ce point de convergence entre « l’abus de pouvoir » et « l’abus d’obéissance », selon la formule d’un des journalistes du film Contre-Pouvoirs, sorti sur les écrans français au début de l’année 2016.

3Le cheminement de ce dossier, engagé depuis deux ans au sein de la rédaction de L’Année du Maghreb, a rencontré celui de Malik Bensmaïl, cinéaste documentariste, qui a posé sa caméra au sein de la rédaction du quotidien El Watan au début de 2014, au moment où le débat sur le quatrième mandat du président Bouteflika faisait rage. Cette coïncidence de calendrier n’est sans doute pas totalement fortuite, tant elle témoigne de l’acuité de l’enjeu de maintenir une presse libre et indépendante et des difficultés à y parvenir. Les quatre coordonnateurs du présent dossier, suivis en cela par la rédaction de L’Année du Maghreb ont unanimement souhaité signifier, en reprenant une partie de l’affiche du film en couverture, le lien entre les préoccupations de l’édition scientifique et celles du journalisme quotidien. Nous tenons, en leur nom et en celui de la rédaction, à remercier Malik Bensmaïl et Omar Belouchet, directeur d’El Watan, de nous avoir autorisés à la reproduire sur la couverture.

4L’accompagnement de ce dossier a été, pour la rédaction de L’Année du Maghreb, une expérience particulièrement heureuse de collégialité et de collaboration entre laboratoires. Né d’une idée de Chérif Driss présentée au Conseil scientifique de la revue du 15 octobre 2014, la proposition a su rallier à elle un autre membre de la rédaction, Larbi Chouikha, professeur à l’Institut de Presse et des Sciences de l’Information (IPSI) de l’Université de la Manouba, spécialiste des médias et de la vie politique tunisienne. Elle a pu associer deux autres éminents chercheurs : Belkacem Mostefaoui, professeur lui aussi à l’École nationale supérieure de Journalisme d’Alger et Dominique Marchetti, sociologue des médias alors en poste au Centre Jacques Berque de Rabat.

5Le soutien du LARHRA a permis la tenue d’une réunion à Lyon des porteurs du dossier le 30 janvier 2015. Enrichie de la présence virtuelle mais néanmoins efficace et constructive de Tourya Guaaybess, du Centre de recherche sur les médiations de l’Université de Lorraine, cette journée d’étude a posé les bases de la problématique développée dans l’appel à contribution, publié quelques semaines plus tard. Tout le travail de sélection des propositions, d’envoi des textes en évaluation et de suivi des auteurs s’est ensuite effectué à distance, en visio-conférence ou sur documents partagés. Il faut saluer l’engagement des auteurs, des coordonnateurs de ce numéro et des responsables de chaque article au sein de la rédaction pour avoir œuvré avec ténacité, malgré ces conditions difficiles, à l’amélioration des contributions qui leur étaient proposées. Mais il faut aussi remercier la direction du LARHRA d’avoir permis la tenue de la réunion initiale qui a facilité le lancement du numéro dans d’excellentes conditions.

6Les articles retenus au terme d’un processus toujours rigoureux d’évaluation se conjuguent pour donner une idée assez précise de l’univers de contrainte dans lequel évoluent les journalistes du Maghreb. Celles-ci ne sont pas seulement politiques, mais aussi économiques et fortement liées aux mutations de l’emploi dans un environnement très mouvant. La question des identités professionnelles dans un contexte de grande diversification des pratiques, des qualifications et des statuts est sans doute celle qui apparaît le plus problématique. Au moment où les campagnes électorales bruissent de rumeurs sur de fausses informations propagées sans contrôle sur les réseaux sociaux, la nécessité d’un espace médiatique fiable et disposant d’une certaine autonomie, jamais acquise, paraît plus que jamais lié aux aspirations démocratiques.

7Les chroniques par pays montrent, année après année, combien les trajectoires politiques des États et des sociétés maghrébines ont de fortes spécificités. En Algérie, la mise à l’écart en 2015 de Mohamed Lamine Mediène, l’indéboulonnable chef depuis 25 ans du fameux Département de renseignement et de sécurité (DRS), conduit Cherif Driss à s’interroger sur les effets de la restructuration de l’appareil militaro-sécuritaire sur la redistribution du pouvoir parmi les élites gouvernementales algériennes.

8En Libye, en dépit de la signature le 17 décembre 2015 à Skhirat (Maroc) d’un accord entre les acteurs de la guerre civile, l’horizon de la fin du conflit apparaît lointain. Négocié sous la pression de l’ONU et de puissances occidentales inquiètes de l’expansion de l’Organisation de l’État islamique sur le territoire libyen, ledit accord ne peut occulter les fractures politiques profondes existant entre les coalitions parties prenantes des négociations (Saïd Haddad).

9La Mauritanie, à un bien moindre degré que la Libye, est également source d’inquiétudes pour les puissances occidentales, ne serait-ce qu’en raison de la présence d’un important courant salafiste sur son territoire (Abdoulaye Diagana, Alain Antil, Céline Lesourd). Les affaires liées à l’esclavage ne contribuent pas redorer le blason du pays : les collectifs de haratines (les descendants des esclavages affranchis) investissent régulièrement la rue pour revendiquer reconnaissance sociale et fin des pratiques esclavagistes. L’accumulation des mauvaises nouvelles économiques et les mobilisations dans le monde du travail n’arrangent pas les affaires du Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz qui tente d’occulter les tendances autoritaires de son régime en proposant un nouveau dialogue politique qui ne fait que s’ajouter aux précédents.

10Le contraste est patent avec la monarchie exécutive marocaine qui renvoie l’image d’un régime politique stable. Elle a organisé, en 2015, sans réelles anicroches, des élections communales et régionales qui avaient été plusieurs fois reportées. Toutefois, comme le note Thierry Desrues, les excellents résultats des islamistes du Parti de la justice et du développement inquiètent un Makhzen toujours désireux de contrôler le degré d’ouverture du champ politique.

11Last but not least, la « mère » des printemps arabes, la Tunisie semble, quant à elle, empêtrée dans une crise aux multiples facettes, économique, sociale, voire politique. 2015 donne le sentiment d’avoir été l’année de l’impuissance politique et, plus précisément, celle de l’impuissance présidentielle (Éric Gobe). Le retour de l’Exécutif présidentiel sur le devant de la scène, après trois ans d’effacement, lui-même accompagné de la réintégration d’une partie du personnel de l’ancien régime aux commandes de l’appareil d’État, n’a pas signifié la mise en place d’un mode de gouvernement efficace dans la conduite de l’action publique : les failles de l’appareil de sécurité et l’incapacité présidentielle, tant à imposer son projet de réconciliation économique qu’à empêcher une scission au sein de Nidaa Tounes, le parti politique qu’il avait lui-même fondé en 2012, en sont des illustrations patentes.

Top of page

References

Bibliographical reference

Frédéric Abécassis and Éric Gobe, « Éditorial », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 3-5.

Electronic reference

Frédéric Abécassis and Éric Gobe, « Éditorial », L’Année du Maghreb [Online], 15 | 2016, Online since 15 December 2016, connection on 25 May 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2766 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2766

Top of page

Authors

Frédéric Abécassis

Rédacteur en chef (dossier), ENS de Lyon, LARHRA.

By this author

Éric Gobe

Rédacteur en chef adjoint (chroniques), directeur de recherches au CNRS, IRMC, Tunis, USR3077.

By this author

Top of page