تصفح – مخطط الموقع
Dossier : Profession journaliste
1. Les économies de la production de l'information

Liberté de presse écrite au Maroc : L’évolution au regard de l’évaluation

Freedom of the Press in Morocco: Evolution with Regard to Evaluation
Mohamed Naimi
p. 45-60

ملخصات

يسعى المقال الذي بين أيدينا إلى دراسة وضعية حرية الصحافة بالمغرب وتطورها منذ 2011، مقارنة مع نتائج تقييمها على المستويين الدولي و الوطني. ففي الوقت الذي يدان فيه المغرب من طرف المنظمات الدولية غير الحكومية المتخصصة في المجال ، وخاصة "فريدوم هاوس" و"مراسلون بلا حدود"، تتبنى المؤسسات المغربية الرسمية خطابا تمجيديا و تقدم، كرد فعل على ذلك، صورة صحافة حرة .

و من أجل مقاربة الوضعية الحقيقية لحرية الصحافة بالمغرب، يبدو لنا أنه من الأهمية بمكان أن نتعرف أولا على الاختلافات الموجودة بين هذه التقييمات من حيث أهدافها و مناهجها. ثم نقوم ثانيا بعرضها على محك الممارسة لدى الصحافيين المغاربة. و هكذا، فإن تقييم تطور هذه الحرية، يعني القيام بفحص كل من نظامي التقييم الدولي و الوطني، على ضوء نتائج البحث الميداني الذي أنجزناه حول ممارسة الصحافيين المغاربة و آرائهم.

أعلى الصفحة

النص الكامل

1Beaucoup de travaux de recherche ont été réalisés dans les pays du Maghreb sur les médias, les transformations du paysage audiovisuel, l’irruption des chaînes satellitaires et d’Internet, via notamment les réseaux sociaux et la diffusion de médias électroniques. Par ailleurs, les révolutions et soulèvements des « printemps arabes » ont offert une occasion inédite pour hisser les médias au rang d’acteur incontournable dans les mobilisations sociales. Mais le journalisme, en tant que profession, n’a peut-être pas assez suscité l’attention qu’il mérite, eu égard aux enjeux sociaux, politiques et économiques qu’il représente. Parmi ces enjeux figure la liberté de la presse.

2De ce fait, le présent article vise à examiner la situation de la liberté de presse au Maroc et son évolution depuis 2011, au regard de son évaluation aux niveaux international et national. Alors que les ONG internationales spécialisées dans ce domaine, notamment Freedom House (FH) et Reporters sans frontières (RSF), accablent le Maroc, les instances marocaines officielles (en particulier le ministère de la Communication) tiennent un discours plutôt apologétique et affichent par réflexe l’image d’une presse libre.

3Pour approcher la situation réelle de la liberté de presse au Maroc, il semble intéressant de saisir les différences d’objectifs et de méthodes de ces évaluations, avant de les confronter aux pratiques et ressenti des principaux intéressés : les journalistes marocains. Évaluer l’évolution de cette liberté revient donc à examiner tour à tour, à la lumière de l’enquête menée auprès des journalistes, les deux systèmes d’évaluation, celui établi par les instances internationales et celui fourni par les autorités marocaines.

4Le choix de l’année 2011 est justifié par les réformes politico-institutionnelles que le Maroc a connues dans le contexte de son « printemps arabe ». Contrairement à d’autres pays touchés par ces mouvements de révolte, il a débouché sur des réformes politiques et institutionnelles qui comprennent entre autres des avancées législatives. De ce fait, les grandes mobilisations menées par le Mouvement du 20 février (M20F) ont créé une nouvelle situation sociopolitique et un climat de liberté relative, surtout au niveau de la presse et de l’expression sur le Net. Par ailleurs, la publication d’un rapport annuel relatif à la liberté de la presse est une première gouvernementale dans le sillage de la constitution de juillet 2011 (ministère de la Communication, 2013, p. 7).

5Ce faisant, la question centrale est d’étudier de manière analytique et critique comment s’effectuent les évaluations et les classements dans le domaine de la liberté de presse. D’où le questionnement suivant : quelle est la nature des critères qui fondent les systèmes d’évaluation et de classification adoptés par le gouvernement marocain, d’un côté, par FH et RSF, de l’autre ? Comment les interpréter pour décider de l’état des lieux et du rang de la presse au Maroc par rapport à ceux d’autres États ? Existe-t-il des croisements et recoupements entre les évaluations de ces deux types d’instances ? Comment sont-elles reçues au Maroc dans le champ journaliste notamment ?

  • 1 . 2M est la deuxième chaîne de télévision généraliste et publique au Maroc, créée le 4 mars 1989.

6Notre principale hypothèse est l’existence d’un décalage entre l’optimisme des autorités marocaines et les réalités observées sur le terrain. Ce décalage s’élargit ou se rétrécit en fonction de l’état des rapports de forces politiques au Maroc. Il est donc supposé que le pays a connu, de 2011 jusqu’à la mi-2013, une ouverture limitée de la presse électronique, écrite et même audiovisuelle. Par exemple, Abdelhamid Amin, vice-président de l’Association marocaine des droits de l’homme, a ainsi, pendant une émission diffusée en direct par 2M1 en 2011, fustigé le baisemain au roi en le qualifiant d’acte « honteux », assimilé à l’« esclavage ».

7L’état réel de la liberté de presse ne peut être approché qu’en opérant une lecture critique des rapports tant internationaux que nationaux, mais aussi en écoutant les journalistes parler de leurs pratiques et expériences. À cette fin, le choix méthodologique adopté se veut surtout qualitatif. Il s’agit de recourir à l’observation, à l’analyse de contenu, à des entretiens semi-directifs pour recueillir des témoignages. L’analyse technique des critères/items d’évaluation se double d’une enquête sociologique auprès des professionnels de la production de l’information.

8Nous allons nous arrêter, dans un premier temps, aux critères d’évaluation de la liberté de presse chez RSF et FH et à leur application au cas marocain (I) ; ensuite, nous reviendrons sur les réactions officielles du gouvernement marocain à propos de ces évaluations et classements (II) ; pour, enfin, analyser et discuter ces deux positions antagonistes, à la lumière des données empiriques issues des observations faites sur le terrain et des entretiens avec des journalistes marocains (III).

Discours d’experts : la liberté de presse compromise

9Il s’agit ici de l’évaluation de la liberté de presse effectuée par des instances internationales expertes produisant un discours entendu comme dispositif communicationnel spécifique. En ce sens, la production des discours d’experts est envisagée en relation avec une situation d’énonciation bien définie, d’où l’importance d’articuler la question des relations entre pouvoir et savoir (ou savoir-faire) avec celle de la crédibilité construite en discours (Léglise et Garric, 2012, p. 7).

Critères d’évaluation de RSF et de FH

10Plusieurs éléments de réponse pourront être développés après avoir passé en revue le corpus établi par notre étude. Néanmoins, mesurer la liberté de presse n’est pas chose facile. Actuellement, il n’en existe que deux indicateurs principaux (Guseva et al., 2007, p. 15). Le premier a été mis au point par FH : seule source d’informations régulière sur le sujet depuis 1979, son classement est le plus répandu et utilisé. Le second a été mis au point par RSF en 2002. Ces deux instances internationales publient chacune un rapport annuel sur l’état de cette liberté dans le monde. Ces rapports contenant un classement des pays a, selon RSF, un objectif pédagogique qui incite à la concurrence entre pays voisins de chaque région du monde (Lordet, 2012, p. 24). Par exemple, la situation au Maroc peut être confrontée à celle d’autres pays arabes et, en particulier, ceux du Maghreb. Mais ce classement produit des réactions de la part des pays mal classés qui remettent en question ces évaluations en critiquant leur subjectivité.

11Dans ce cadre, l’ouverture de la presse marocaine est plus ou moins remise en cause par ces instances internationales. Un exemple concret et très récent témoigne des entraves à la liberté de presse au Maroc. Le 19 novembre 2015, sept militants, dont cinq journalistes et collaborateurs de médias, ont comparu devant le tribunal de première instance de Rabat, pour « atteinte à la sécurité et à l’intégrité de l’État » et « financement étrangers illégaux ». Il s’agit de journalistes ou contributeurs réguliers dans des médias marocains comme Lakome2 ou Zamane : Maâti Monjib, Samad Ayach, Maria Moukrim, Rachid Tarik et Hicham El Mansouri, tous membres de l’Association marocaine du journalisme d’investigation (AMJI). Dans son plan d’action de 2014, l’association s’était donnée pour objectifs de former à l’investigation et de proposer des bourses et des prix pour les meilleures enquêtes. Leur procès, qui devait avoir lieu le 27 janvier, et qui a été reporté au 23 mars puis au 29 juin , vient d’être reporté une nouvelle fois au 26 octobre 2016. Une sorte d’épée de Damoclès est ainsi maintenue au-dessus de leur tête, accentuant le mécanisme assez généralisé d’autocensure. Le procès concernera aussi Hicham Al-Miraat, ancien directeur de l’Association des droits numériques (ADN), et Mohamed Essabeur, président de l’Association marocaine pour l’éducation de la jeunesse (AMEJ). Les autorités marocaines reprochent à ces derniers le non-respect des normes professionnelles de « rigueur » et de « déontologie » du journalisme d’investigation, contribuant à travers leurs publications à ternir l’image du pays. Or RSF demande l’abandon de leur poursuite : « Il est urgent que le Maroc cesse le harcèlement politico-judiciaire à l’encontre des journalistes, visant ainsi à décourager toute voix critique », déclare ainsi Yasmine Kacha, responsable du bureau Maghreb de l’ONG (Reporters sans Frontières, 2015a).

  • 2 . Le classement de FH range les pays du monde en trois catégories : libres, partiellement libres et (...)

12Selon RSF, la liberté de presse au Maroc n’a avancé que de 8 places entre 2011/2012 (138e) et 2015 (130e sur 180 pays). Durant les années 2013 (136e) et 2014 (136e toujours), elle n’a fait que stagner. FH, de son côté, place le Maroc dans la catégorie des pays « non libres »2. La liberté de presse au Maroc n’a progressé que de 5 places dans son classement entre 2011 (150e sur 196) et 2015 (145e sur 199). Durant les années 2012 (153e sur 197), 2013 (149e sur 197) et 2014 (147e sur 197), cette ONG considère également qu’elle a stagné. Ces mauvais points sont souvent confirmés par le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM). Bien que souvent moins critique, cette institution appelle aussi à plus de liberté pour la presse dans son dernier rapport annuel, présenté le 2 mai 2014 à Rabat. Son président a qualifié de négatif le bilan législatif qui doit garantir celle-ci au Maroc. Il en veut pour preuve la non-promulgation du code de la presse et de l’édition, du statut du journaliste professionnel ou encore de la loi sur l’accès à l’information.

Le classement de RSF 

13Le classement de RSF est né en 2002 et porte sur 180 pays. Jusqu’en 2002, RSF ne produisait que des rapports quantitatifs. L’organisation développe ensuite des bilans qualitatifs, mettant en avant les différents types de violations de la liberté de presse. Depuis quelques années, le classement annuel (ou index) est devenu un outil de référence pour juger de la « bonne gouvernance » dans ces pays. Il est utilisé par les agences de notation et même les gouvernements concernés en tiennent compte, réagissant aux jugements négatifs ou positifs portés par l’ONG. Le classement est ainsi devenu le rapport le plus médiatique de RSF puisqu’il est suivi et rapporté par l’ensemble de la presse mondiale et des journaux nationaux.

« Il est le moyen pour l’organisation de faire un travail de pédagogie sur beaucoup de pays sur lesquels nous sommes rarement interrogés, de revenir sur l’importance de la liberté de la presse pour la démocratie, et d’expliquer les nouveaux moyens de censure et de coercition des journalistes développés par les régimes répressifs, sur toutes les techniques, parfois élaborées, par les groupes hostiles à la liberté d’informer, pour étouffer l’information indépendante » , explique le coordinateur de la recherche de l’organisation (Lordet, 2012, p. 24).

14Quant à la méthodologie suivie par RSF, le questionnaire a pour ambition de couvrir l’ensemble des problématiques qui se posent aux journalistes dans l’exercice de leurs activités. L’enjeu est donc d’avoir un questionnaire unique pour des situations pourtant très différentes. L’idée dominante étant que les principes qui régissent la liberté de presse et la démocratie sont des principes universels, établis par des standards internationaux, comme la Déclaration universelle des droits de l’homme. Les questions couvrent l’ensemble des exactions contre la liberté de presse : censure, violences physiques, encadrement légal, environnement économique, mécanismes institutionnels, etc. Il est aussi important de pouvoir évaluer comment la notion de liberté de la presse, qui est une composante essentielle de la démocratie, évolue dans le monde, parallèlement aux transformations sociétales, institutionnelles et économiques. C’est ici que l’expertise de RSF, qui travaille avec des journalistes directement confrontés au terrain, permet d’établir un questionnaire pertinent bien que non différencié entre les pays. Une carte mondiale est élaborée et publiée à partir du classement et permet de visualiser facilement, grâce à une répartition par couleurs, les « bons » et les « mauvais » élèves.

  • 3 . Note méthodologique accompagnant le Classement mondial de la liberté de la presse de RSF pour 201 (...)
  • 4 . Ibid.
  • 5 . Ibid.

15Le questionnaire utilisé pour la compilation du classement est adressé aux organisations partenaires de RSF (18 associations de défense de la liberté d’expression dispersées sur les cinq continents), à son réseau de 150 correspondants, à des journalistes, chercheurs, juristes ou militants des droits de l’homme. La méthodologie utilisée pour établir le classement de la liberté de la presse enregistre une évolution importante grâce à l’adoption d’un nouveau questionnaire. Les questions chiffrées permettant de comptabiliser les exactions sont désormais traitées par les équipes de RSF3 : nombre de journalistes, collaborateurs des médias et net-citoyens emprisonnés et tués dans l’exercice de leurs fonctions ; nombre de journalistes enlevés ou en exil ; nombre d’agressions et d’interpellations ; nombre de médias censurés sur la période donnée. Le reste du questionnaire, soumis à des experts extérieurs et au réseau de RSF, se concentre sur des problématiques difficilement quantifiables : degré d’autocensure affectant les producteurs d’information, ingérence du pouvoir dans le contenu éditorial, transparence des dispositifs gouvernementaux, performance du cadre légal, concentration économique affectant les médias, favoritisme dans l’attribution des subventions ou la répartition de la publicité publique. Ces critères sont attachés à six grandes thématiques4 : 1) pluralisme ; 2) indépendance ; 3) environnement et autocensure ; 4) cadre légal ; 5) transparence ; 6) infrastructures5. À l’aide d’un système de pondérations affectées à chaque réponse possible, les pays obtiennent une note sur 100 pour chacune des 6 thématiques. Ces notes sont les indicateurs utilisés pour mesurer le score final de chaque pays.

Le classement de FH

16Le classement de FH se réfère à trois critères pour évaluer la liberté de la presse dans 194 pays : l’environnement légal, l’influence politique et les pressions économiques. L’indice obtenu par un pays varie de 0 à 100, selon l’importance des contraintes pesant sur la liberté de la presse : un indice situé entre 0 et 30 indique que la presse est libre ; un indice compris entre 31 et 60 indique que les médias ne sont que partiellement libres ; enfin, lorsque l’indice est supérieur à 61, cela signifie qu’ils ne sont pas libres.

17L’indice de RSF adopte une approche d’évaluation différente de celle de FH. Il se focalise surtout sur les attaques et menaces à l’encontre des journalistes (emprisonnements, tortures, meurtres) ou des médias (censures et confiscation). Néanmoins, RSF prend en compte, tout comme FH, le cadre juridique et le comportement politique de l’État. Le classement de RSF est donc relatif : il évalue la plus ou moins grande liberté du système médiatique d’un pays par rapport aux autres et évite ainsi les travers du classement de FH, qualifié d’arbitraire. Par ailleurs, la liste dressée par RSF se démarque des travaux de FH par sa réalisation à partir des réponses à un questionnaire distribué aux correspondants de RSF dans chaque pays du classement, ce qui diffère profondément de ce que fait FH : une analyse menée exclusivement en interne.

18En fin de compte, les classements obtenus par les deux instances internationales d’évaluation sont différents mais relativement proches (Guseva et al., 2007, p. 15-16). Et, au-delà de la méthode employée ou des moyens déployés, l’objectif reste le même : placer les États face à leurs responsabilités en matière de liberté d’expression et de droit à l’information (Lordet, 2012).

Le discours politique officiel : une liberté de presse en progression

19Ces critères d’évaluation de RSF et FH sont remis en cause par les institutions marocaines officielles. La dernière prise de position remonte au mois de février 2015 lors d’un point presse tenu par le ministre de la Communication évoquant le rapport tout juste publié par RSF. Le Maroc vient alors de gagner six places (130e sur 180 pays) dans le classement mondial de la liberté de presse.

20RSF constatait effectivement que le Maroc avait accompli des avancées, en insistant sur les trois projets de loi qui concernaient la presse et l’édition, le statut de journaliste professionnel et le Conseil national de la presse. Pour RSF, « ces textes présentent une certaine avancée notamment en ce qui concerne l’abandon des peines de prison pour les infractions de presse » (2015). Toutefois, dans ce même rapport, l’ONG regrette le fait que

« la liberté de l’information reste entravée dans les textes et dans la pratique par des lignes rouges que sont la monarchie, l’islam et l’intégrité territoriale, ainsi que les interdictions de publication pour délit de blasphème […]. Plusieurs amendements sont nécessaires afin de respecter les standards internationaux en matière de liberté d’information ».

  • 6 . Discours du 12 février 2015.

21Mais le ministre de la Communication préfère retenir du rapport qu’il n’est pas question de « régression mais plutôt d’une avancée, malgré le fait qu’il y ait encore d’autres défis à relever ». Il souligne qu’aucun emprisonnement de journalistes marocains n’a eu lieu en 2014. Il ajoute par ailleurs que « ce rapport ne reflète pas la réalité de la presse qui est actuellement en évolution »6.

  • 7 . D’après un article du site d’information Telquel.ma du 12 février 2015.

22Selon ce rapport de RSF (2015), le Maroc a obtenu une note de 39,19 et a gagné 6 places en comparaison avec les années 2012, 2013 et 2014. Classé 36e sur le continent africain, il est dépassé notamment par la Namibie (17e), le Ghana (22e), le Cap-Vert (36e), la République centrafricaine (110e) ou le Soudan du Sud (125e). À l’échelle du Maghreb, le royaume est encore devancé par la Mauritanie (55e), l’Algérie (119e) et la Tunisie (126e). Seule la Libye est moins bien classée. Le Maroc souffre également de la comparaison avec d’autres pays du Moyen-Orient comme le Koweït (90e), le Liban (98e), le Qatar (115e), les Émirats arabes unis (120e) et l’Afghanistan (122e)7. Cependant, le ministère de la Communication considère que le communiqué relatif à la liberté de presse au Maroc et publié par RSF, le 5 mars 2015,

  • 8 . Communiqué de presse du 6 mars 2015.

« est injuste, injustifié, et ne reflétant pas la réalité de la liberté de la presse au Maroc […]. Du point de vue méthodologique, RSF n’a pas pris la peine de contacter les autorités marocaines, se limitant à présenter une seule version de faits isolés, alors qu’elle est censée, en tant qu’organisation de défense de la liberté de la presse, vérifier les informations et données sur les cas qu’elle adopte »8.

23Les rapports de 2012, 2013 et 2014 publiés sur le site officiel du ministère de la Communication ont pour objectif de faire l’état des lieux de la liberté de presse sur la base de divers indicateurs : le respect de la règle de droit régissant le secteur de la presse, le degré de liberté de la pratique journalistique, le droit d’accès à l’information relevant du domaine public. Mais ces indicateurs, identiques aux normes internationales dans leur formulation, s’en éloignent quant à leur application. Ils ne servent pas non plus les mêmes objectifs.

24Ces rapports officiels reviennent sur la place qu’occupe la liberté de la presse et sa promotion dans la constitution de 2011. Ils rappellent les principes et engagements stipulés dans son préambule, afférents notamment aux droits humains en général, y compris à travers un certain nombre de titres de la constitution. Ils affichent aussi la place que le gouvernement donne à la promotion de cette liberté dans son programme pour la période 2012-2016 : mise en place du code de la presse et de l’édition, mise en place de mécanismes d’autorégulation de la profession. Cependant, le décalage reste important entre les textes et la pratique et le ministère de tutelle reconnaît que des enjeux et défis persistent.

25Une nette progression est enregistrée en 2013 au vu, d’une part, de la situation de la presse, des médias, de l’ensemble des indicateurs utilisés au plan international et, d’autre part, des progrès réalisés en comparant les indicateurs de 2013 avec ceux de 2012. L’impulsion donnée par le nouveau gouvernement a certes été décisive. Mais ces progrès sont surtout dus à la dynamique sociopolitique née du M20F. Au cours de l’année 2013, les indicateurs de la liberté de la presse et des médias au Maroc ont été marqués par la poursuite du chantier d’adoption d’un code moderne de la presse et de l’édition, la validation juridique de la presse électronique, la diminution des cas de restriction à la liberté de presse, l’absence de toute confiscation de journaux nationaux, ainsi que par une régression du nombre de poursuites judiciaires contre des journalistes (ministère de la Communication, 2013). Mais ce code de la presse tarde encore à être promulgué à cause du changement survenu dans les rapports de forces.

26Le ministère de la Communication prétend que la liberté de presse a connu une nette progression en 2013. Cependant on ne parle encore que de parachèvement du projet relatif à l’élaboration d’un code moderne de la presse et de l’édition, sans peine privative de liberté. En réalité, le harcèlement des journalistes continue malgré la baisse du nombre de cas concernés : 14 journalistes arrêtés en 2013 contre 20 en 2012, selon le rapport du SNPM. Dans le rapport officiel, c’est en effet le SNPM qui devient une référence. En outre, des agressions contre des journalistes sont enregistrées même si leur nombre a baissé là aussi : 9 cas en 2013 contre 15 en 2012. S’agissant des indicateurs de violence grave contre des journalistes, RSF, dans son rapport de 2014, n’a relevé aucun cas de torture, d’enlèvement, d’emprisonnement ou de fuite pour cause de menaces. RSF devient ici l’autre référence des autorités marocaines.

  • 9 . Lakome est l’un des sites d’information en langues arabe et française les plus suivis du Maroc. I (...)

27Le ministère de tutelle prétend encore qu’aucun site électronique n’a fait l’objet de fermeture administrative en 2013, ni même n’a été rendu inaccessible par des mesures de filtrage. Cependant la fermeture de la première version du site Lakome cette année-là ainsi que l’arrestation d’Ali Anouzla, son principal animateur, est passée sous silence. En effet, c’est à peu près l’unique site à défendre une ligne éditoriale totalement libre, critique et indépendante9.

28De plus, malgré l’absence de tout arrêt définitif d’emprisonnement contre des journalistes, il existe toujours des poursuites judiciaires contre la presse : 98 affaires impliquant des journalistes en 2013, contre 106 en 2012 et 119 en 2011. S’agissant du directeur du site Lakome, Ali Anouzla, il a été remis en liberté provisoire, le 25 octobre 2013. Néanmoins, il est toujours poursuivi pour « apologie du terrorisme » après avoir déposé sur son site un lien vers une vidéo d’Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI). Son procès, reporté à plusieurs reprises, est une épée de Damoclès qui pèse sur le journaliste et, plus généralement, sur l’ensemble de la presse au Maroc.

29Au niveau des textes officiels, le rapport annuel du ministère de la Communication repose depuis 2014 sur divers indicateurs liés à la liberté de la presse et répartis en quatre axes adoptés par l’UNESCO : liberté, pluralisme, indépendance et sécurité (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, 2014). Il rend compte, de façon apologétique, des efforts déployés pour la promotion de la liberté de la presse au Maroc. Il ne s’agit encore une fois que de principes affichés, théoriques, que la réalité de la pratique journalistique ne cesse d’infirmer. Par exemple, concernant la liberté d’expression, le rapport affirme que le processus législatif a été poursuivi en 2014, en associant les professionnels du secteur. Mais cette participation ne dépasse pas le seuil de la consultation, laissant aux autorités le soin de décider. De même, ce projet stipule la nécessité de garantir juridiquement le secret des sources, d’assurer l’accès à l’information, de protéger efficacement les journalistes contre les agressions, d’abolir toute peine privative de liberté liée à leurs publications, de limiter enfin la compétence territoriale des tribunaux dans les contentieux relatifs à la presse. Ce ne sont là que de bonnes intentions puisque le droit d’accès à l’information n’existe pas en pratique. Alors de quelles sources d’information parle-t-on dans ce rapport ?

30À propos du pluralisme, le même ministère prétend que le Maroc se distingue par l’absence de monopole et par la diversité des structures de propriété des médias. Certes, en 2014, pour faire face à d’importants déficits, la chaîne Medi1TV est rachetée par des fonds émiratis (à hauteur de 90 millions de dollars US). Elle redevient alors privée, ce qu’elle avait été avant d’être nationalisée. Mais la minorité de blocage conservée par le gouvernement marocain ne permet pas aux investisseurs d’assurer l’autonomie de la ligne éditoriale. Par ailleurs, le rapport de 2014 a tendance à confondre le pluralisme et la pluralité des médias, d’après nos observations sur le terrain et la majorité des journalistes que nous avons interviewés. Voilà par exemple ce que l’on peut lire dans ce rapport :

« Afin d’asseoir les bases du modèle économique dans le secteur de l’information, l’année 2014 a été aussi marquée par la mise en œuvre du nouveau contrat-programme d’aide à la presse écrite, s’étalant sur la période 2013-2017. Pour ce qui est de la presse écrite, celle-ci comprend 488 titres nationaux dont 364 en langue arabe, cinq dédiés aux affaires amazighes, 93 en français, 32 publiés en arabe et en français en plus de 12 autres titres en d’autres langues. Ce paysage comprend aussi 171 titres régionaux dont 148 sont publiés en arabe, quatre dédiés aux affaires amazighes, quatre en langue française et dix en langue arabe et française. S’agissant du secteur de la presse électronique, le paysage médiatique comprend 500 sites d’information » (ministère de la Communication, 2015, p. 4).

31Il est vrai que, quantitativement, la diversité existe mais, qualitativement, il y a toujours une homogénéisation des lignes éditoriales.

32Sur le plan de l’ingérence ou de l’atteinte à l’indépendance des médias par l’autorité exécutive, aucun cas n’a été enregistré au Maroc au cours de l’année 2014. Le projet de code de la presse et de l’édition stipule l’engagement de l’État à respecter cette indépendance, quelle que soit l’aide publique attribuée. Mais ces textes ne sont encore que des projets de lois dont la promulgation tarde à devenir effective.

33Enfin, la sécurité des journalistes est encore loin d’être assurée en 2014. Quatorze agressions ont été recensées cette année-là par le SNPM. S’agissant des indicateurs relatifs aux violences graves contre des journalistes, le rapport ministériel souligne que le Maroc n’a enregistré en 2014 aucun cas de torture, d’enlèvement ou de fuite pour cause de menaces, de cessation d’activités professionnelles à la suite à de pressions politiques, d’empêchement de journalistes à exercer leur métier en raison de leur sexe, origine ou religion. De plus, aucun journaliste n’a été tué, emprisonné (avec ou sans procès), ni n’a eu recours à l’exil pour fuir la répression ou une instance judiciaire en relation avec son activité. Cependant, on recense encore 30 poursuites judiciaires donnant lieu à une condamnation dans des affaires de presse(ministère de la Communication, 2015, p. 6-7).

Ouverture de la presse marocaine : oui, mais…

34Le travail sociologique – à partir d’observation et d’entretiens semi-directifs entrepris auprès de journalistes critiques et d’associations autonomes de défense de la liberté de presse – peut aider à jeter un nouveau regard sur la réalité de celle-ci au Maroc.

  • 10 . Il s’agit d’entretiens semi-directifs, de témoignages et parfois d’interviews de journalistes qua (...)

35Il faut pour cela aller au-delà des condamnations des instances internationales et des réactions des institutions officielles du pays. Les premières sont par nature exigeantes et critiques ; elles plaquent des modèles figés sur des sociétés très différentes. Les secondes affichent par réflexe l’image d’une presse libre alors que la censure est toujours possible. Aux chiffres qui cachent souvent la réalité et aux discours des autorités, nous avons préféré donner la parole aux journalistes indépendants, plus ou moins critiques, acteurs des associations de défense de la liberté de presse10. Cela ne signifie pas pour autant qu’ils soient les seuls à détenir la vérité contre les politiques et surtout contre les experts.

36Dans un Maroc qui se déclare en transition, le respect le plus élémentaire de la part du pouvoir devrait être, à l’égard de la presse, la reconnaissance de sa liberté d’expression, sans l’épée de Damoclès d’une censure insidieuse et menaçante. Le changement, la réforme et l’ouverture démocratique ne seront crédibles qu’avec la reconnaissance de la liberté d’expression et la séparation effective entre pouvoirs exécutif et judiciaire (Ben Abdallah el Alaoui, 2013).

37Pour mener à bien notre enquête, nous avons repris les indicateurs de la liberté de presse faisant consensus entre diverses instances internationales et nationales : le pluralisme, l’indépendance, la censure et l’autocensure, l’aide financière et la transparence, le cadre légal, les exactions.

La question du pluralisme

38Les propos recueillis lors des entretiens sont quasi unanimes sur l’absence de pluralisme dans la presse marocaine. Malgré le nombre élevé des titres de journaux et des sites d’information (plus de 100 dans la presse écrite et environ 500 sites d’information), la pluralité l’emporte sur le pluralisme, dans la mesure où tous ces supports de presse adoptent une ligne éditoriale presque unanimiste.

« On nous objectera que le Maroc d’aujourd’hui est témoin de la multiplication des médias, de l’apparition de nouveaux titres. Mais qui dit démultiplication ne dit pas forcément diversification. Le gouvernement contrôle les médias par une multitude de moyens allant de l’intimidation et de la censure au boycott publicitaire, aux amendes arbitraires et sans appel, à des campagnes de calomnie et de mise au pas d’une presse aux ordres », estime le prince Moulay Hicham, cousin du roi Mohammed VI (Ben Abdallah el Alaoui, 2013).

  • 11 . Entretien avec H.M., journaliste dans un quotidien francophone, le 7 novembre 2015.

39Cette pluralité médiatique ou pluralisme de façade, comme la qualifie le journaliste H.M, a selon lui un parallèle au niveau du champ politique. Le multipartisme (33 partis existants) n’est en effet nullement synonyme de pluralisme politique. « Il n’existe pas de pluralisme de la presse. Il est à l’image du multipartisme. Si dans le premier cas nous sommes devant une pluralité de journaux et de sites d’informations, ni plus ni moins, dans le second cas, il ne s’agit que de multipartisme et non de pluralisme politique. La pluralité des journaux n’est pas un indice de pluralisme de la presse car ces journaux disent tous la même chose »11.

  • 12 . Interview de Yassari Sanae avec Aboubakr Jamaï, le 8 novembre 2015.
  • 13 . Ibid.
  • 14 . Entretien avec Mohamed El Aouni, journaliste et président de l’OLIE (Hatim en arabe), le 10 novem (...)

40Toutefois le Maroc a connu entre 1998 et 2010 un certain pluralisme et une presse « indépendante » avec des journaux comme Assahifa, Telquel, Al Jarida Al Oula, Demain et Doumane12. Cette parenthèse d’ouverture a rapidement atteint ses limites. En effet, le paysage médiatique marocain reflète aujourd’hui une impression de pluralisme – par la multiplication des titres et des sites d’information – alors que persiste une homogénéisation des lignes éditoriales. La presse traditionnelle est presque totalement apprivoisée après avoir connu un sérieux revers en 2011. L’État contrôlait la presse à travers la publicité et la distribution. Il contrôle toujours les médias par une multitude de moyens allant de l’intimidation et de la censure au boycott publicitaire, aux amendes arbitraires. Plusieurs journaux ont été fermés comme Demain, Le Journal Hebdo, Assahifa ou Al Jarida Al Oula et certains journalistes ont dû quitter la presse écrite pour rejoindre la presse électronique13. Dans le même ordre d’idées, Mohamed El Aouni, journaliste et président de l’Organisation pour les libertés d’information et d’expression (OLIE), affirme qu’il s’agit de pluralité de presse et non de pluralisme. Pluralité qui ne reflète pas la profondeur qualitative du pluralisme sociétal14.

  • 15 . Entretien avec B. A., journaliste indépendant dans un quotidien arabophone, le 9 décembre 2015.
  • 16 . Entretien avec un responsable du SNPM, le 9 novembre 2015.

41Contrairement à la majorité des journalistes interviewés, B. A.15 croit en l’existence d’un pluralisme de la presse écrite du fait du grand nombre de journaux publiés. Moins critique à son tour, un dirigeant du SNPM estime que la constitution de 2011 reconnait le pluralisme linguistique, culturel, politique et médiatique. Après 2011, disait-il, il y avait une évolution, un progrès, une mutation, un foisonnement de titres, de sites d’information et de radios16. Mais, la vision d’un kiosque à journaux marocain est trompeuse. À contempler cette variété de quotidiens et de magazines, on serait tenté de penser que les médias marocains sont libres. Mais ce pluralisme formel cache un unanimisme éditorial sur les questions politiques les plus importantes, un trompe-l’œil digne d’un régime autoritaire et des élites qui le soutiennent (Jamaï, 2013).

Le degré d’indépendance

  • 17 . Entretien avec H.M., le 7 novembre 2015.

42La décennie 1998-2010 représente l’âge d’or de la presse « indépendante » au Maroc. Il y avait beaucoup d’engagement et d’audace. « Aujourd’hui, nous n’avons plus besoin d’une presse indépendante et libre, disent les autorités, qui incitent leurs pions à créer des journaux à l’image des partis administratifs »17. Le « printemps » de la presse marocaine semble définitivement terminé.

« Quelques rares journaux-phares survivent, se battant au mieux de leurs faibles moyens pour conserver leur indépendance face à un pouvoir cynique, des annonceurs timorés, des investisseurs échaudés, un lectorat désabusé et de plus en plus réduit. Parmi les jeunes pionniers des années 2000, beaucoup ont jeté l’éponge et quitté le pays, laissant derrière eux un paysage médiatique de plus en plus atone. Certains ont cherché à se reconvertir dans la presse en ligne mais avec un succès relatif car quel que soit son support, le journalisme de qualité aura toujours besoin d’argent », explique l’ancien fondateur de TelQuel, Ahmed Réda Benchemsi (2013) (Benchemsi, 2013).

Censure et autocensure

  • 18 . Interview de Yassari Sanae avec Aboubakr Jamaï, le 8 novembre 2015.

43En réalité, l’autocensure est quasi générale au Maroc car les journalistes intériorisent les sujets sensibles, ceux qu’ils n’abordent pas pour éviter les foudres du pouvoir. Par ailleurs, l’autocensure ne concerne pas seulement les sujets politiques, mais aussi les sujets sociétaux et culturels comme la sexualité et la religion. En effet, « le degré de censure grimpe et les multiples condamnations prononcées ces derniers temps nous confirment qu’au royaume du Maroc la liberté des médias n’est toujours pas reconnue et respectée »18. « Sur les sujets sensibles, comme la monarchie, la presse écrite ne franchit pas certaines lignes rouges, explique Aboubakr Jamaï. Ces lignes rouges sont l’islam, l’intégrité territoriale et la monarchie […]. Pour trouver une certaine liberté de ton sur ces sujets sensibles, c’est sur Internet, dans les nouveaux médias online, qu’il faut chercher » (Jamaï, 2013). Si la presse écrite est en général facile à contrôler,

« le problème qu’a le gouvernement avec les médias électroniques, c’est que ceux-ci sont très difficiles à contrôler, dans la mesure où ils n’ont aucune existence juridique au Maroc. Mais on peut interdire l’accès du site aux internautes marocains. Si les autorités font cela, c’est de la censure directe. Nous avons la chance que le régime ait encore besoin de donner une image d’ouverture, alors nous profitons de la marge de manœuvre que cela nous laisse. Le régime est bien moins susceptible de nous persécuter dans les médias électroniques que dans les médias traditionnels comme la presse, pour laquelle il dispose de nombreux moyens de censure », ajoute encore l’ancien cofondateur du Journal hebdomadaire Aboubakr Jamaï (Ankal, 2012).

  • 19 . Entretien avec B.A., journaliste indépendant, le 9 décembre 2015.
  • 20 . Entretien avec Maâti Monjib, le 9 décembre 2015.

44Par ailleurs, Freedom Now-Maroc, nouvelle ONG particulièrement critique, considère que le champ de la liberté de presse et d’expression au Maroc est caractérisé par une logique de contrôle absolu, qu’il soit direct sur les médias publics ou indirect sur la presse privée. Les médias publics, toujours contrôlés par le pouvoir, sont utilisés pour la propagande officielle et censurent toutes les voix dissidentes. Quant aux médias privés (presse radio, écrite ou numérique), ils manquent de professionnalisme dans leur majorité. Leur dépendance à l’égard du pouvoir provient également des subventions directes, du contrôle public des sources de financement privé et de la publicité (Freedom Now-Maroc, 2014). Cette ONG conclut son premier rapport en affirmant que les principales caractéristiques de la scène médiatique marocaine aujourd’hui sont : l’expansion de l’autocensure, l’apparition de nouvelles formes de violations de la liberté d’expression par le silence imposé aux voix dissidentes et par la célébration unanime du pouvoir en place. Si la censure à l’ancienne est dépassée, l’autocensure l’a très largement relayée19. Maâti Monjib, président de Freedom Now-Maroc, l’observe au sein même de la profession lorsque des journalistes, osant transgresser certaines lignes rouges, se voient stigmatiser par leurs collègues. Ces derniers les accusent d’être des « militants » et non des « professionnels » de la presse20.

Aide financière et transparence

45Identifiant l’argent comme le véritable point faible de la presse indépendante, le pouvoir marocain a changé graduellement de stratégie. Au lieu d’actions policières fracassantes, les journaux indépendants ont fait de plus en plus l’objet de procédures civiles se concluant par des amendes prohibitives. Plus déterminant encore a été le boycott publicitaire. Les holdings du roi – puis, progressivement, tous les grands annonceurs nationaux – reçurent l’ordre plus ou moins direct de cesser d’acheter des pages de publicité dans les journaux indépendants (Benchemsi, 2013). Concernant l’aide financière directe,

  • 21 . Entretien avec H.M, le 7 novembre 2015.

« l’État est intelligent et le ministère de la Communication prône l’impartialité : respect des lois du marché, transparence pour lutter contre la rente médiatique. Mais le soutien indirect de l’État à travers la publicité n’est pas du tout impartial. Pas de publicité par exemple pour le magazine francophone TelQuel qui vend 10 000 exemplaires par semaine »21.

Le cadre légal

  • 22 . Entretien avec N. A. S. du SNPM, le 4 décembre 2015.

46Le SNPM a largement contribué aux débats concernant ces projets de lois. Ses propositions ont été en partie prises en compte. Le CNP est un mécanisme qui pourrait encourager les professionnels à s’autogérer. Mais il doit être révisé puisque la constitution parle d’autorégulation des professionnels, et partant, il est inconcevable que le nombre des éditeurs soit égal à celui des journalistes22.

  • 23 . Idem.

« Le plus important des textes de lois, c’est le code de la presse qui élimine les sanctions privatives de liberté. Mais […] le ministère de tutelle veut d’abord faire passer le projet de loi concernant le Conseil national de la presse (CNP) pour y intégrer ses alliés, puis viendra la loi régissant le secteur de la presse. Or c’est l’inverse qui devrait être fait ! Le code d’abord, ensuite le Conseil et la loi du journaliste professionnel. Le SNPM soutient le ministère. Le corps médiatique est tellement faible qu’on ne prend pas en compte ses points de vue. L’essentiel c’est la liberté de la presse. La constitution de 2011 est une constitution de droits et libertés, l’article 27 garantit la liberté de la presse. Mais il y a toujours ces reports vers des lois organiques »23.

  • 24 . Entretien avec B.A., le 9 décembre 2015.
  • 25 . Entretien avec Mohamed El Aouni, président de l’OLIE, le 10 novembre 2015.

47Le cadre légal actuel est dépassé et il y a unanimité sur le fait de devoir le réformer. Le débat actuel porte sur un nouveau projet de loi sur la presse et l’édition qui éliminerait les peines privatives de liberté et adopterait le principe de la « bonne intention » dans les rapports avec le journaliste devant la justice24. Mais ce genre de projet consacre l’absence de pluralisme et de liberté. La presse reste ainsi sous le contrôle de l’État25.

Atteintes et violations

48Ainsi s’exprimait un journaliste privé avec d’autres de sa liberté d’informer à l’occasion d’un sit-in protestataire du M20F à Casablanca, le 13 mars 2011.

« Je voudrais partager avec vous une petite expérience pratique du journalisme dans mon pays, vécue ce matin. Au moment de la répression du sit-in du M20F de ce matin à Casablanca, plusieurs journalistes ont été arrêtés et on leur a confisqué leur matériel. C’était mon cas. Au moment de mon arrestation, je prenais des photos de blessés graves transportés par ambulance. J’ai eu beau expliquer à la police que j’étais journaliste, ils n’ont rien voulu savoir. L’un deux m’a confisqué l’appareil photo du boulot et mon téléphone. On m’a embarqué dans une estafette, menotté, frappé, insulté […]. Par la suite, on a été transféré vers la wilaya de police. Après deux heures de détention, j’étais libéré, un peu plus tôt que les autres personnes. Le chef de la PJ commença à se montrer plus respectueux quand il a su que j’étais journaliste. Avec une grande difficulté, j’ai pu récupérer l’appareil photo, car l’équipe de l’estafette n’a pas déclaré le matériel confisqué et a préféré le garder pour elle. D’autre part l’intervention de ce matin était atroce et le traitement réservé aux 62 personnes arrêtées est dégradant » (Lemaizi, 2011).

  • 26 . Idem.
  • 27 . Entretien avec un responsable du SNPM, le 9 novembre 2015.
  • 28 . Déclaration de Freedom Now-Maroc du 12 février 2015.

49Au niveau des atteintes et violations de la liberté de presse, l’OLIE a enregistré 22 cas lors des protestations contre le « Danielgate », le 2 août 201326. Ces atteintes et violations ne sont isolées. Le SNPM les dénonce, exige leur disparition, en vain27. Par ailleurs, Freedom Now-Maroc dans la rédaction de son rapport, en se référant à la « Déclaration conjointe relative aux crimes contre la liberté d’expression » adoptée le 25 juin 2012, s’est appuyé sur l’observation des cas de violation. L’ONG a évalué la situation de la liberté de presse et d’expression en interpellant la réalité marocaine et en rappelant au pouvoir en place les contours de cette liberté et de ses limites, tels qu’ils sont définis en principe par les déclarations universelles et par la législation nationale. Le nombre de violations recueillies auprès de différents organes de presse ou des victimes elles-mêmes atteint 20 cas dont 13 concernent directement des journalistes28.

Comment les journalistes marocains évaluent les rapports des instances internationales

50À l’exception d’un dirigeant du SNPM adoptant le point de vue du ministère de la Communication, tous les journalistes rencontrés s’accordent sur la crédibilité des évaluations internationales qui mériteraient néanmoins quelques corrections dans leur élaboration.

  • 29 . Entretien avec N. A. S. du SNPM, le 4 décembre 2015.

« À ce propos, le SNPM a organisé un colloque international dont les travaux ont porté sur l’étude des rapports internationaux. Ses conclusions se sont arrêtées sur la nécessité d’adopter des critères diversifiés et globaux comme ceux de l’UNESCO. Les classements établis par les ONG internationales, notamment RSF et FH, sont simplistes, réducteurs et reposent sur des questionnaires non scientifiques et sur des correspondants non objectifs »29.

  • 30 . Entretien avec Mohamed Salmi, le 9 décembre 2015.

51Cependant, Mohamed Salmi, membre du bureau exécutif de Freedom Now-Maroc et président d’une ONG de droits de l’Homme affiliée au mouvement islamiste d’Al Adl Wal Ihsane, considère que la plupart des rapports de ces ONG internationales reposent sur des fondements objectifs. Ces rapports tirent leur valeur et leur crédibilité de ces fondements. Il conclut en disant que l’État marocain accepte ces rapports lorsqu’ils sont d’accord avec sa politique et les rejettent quand ils critiquent la réalité de la liberté de presse30.

Conclusion

52À l’issue cette étude, l’idée centrale qui ressort de l’analyse de notre corpus et de la confrontation entre ses trois composantes (discours politiques officiels, évaluations internationales et enquêtes sociologiques) est que la liberté de presse au Maroc se trouve dans une situation fragile. La presse se caractérise par sa nature hybride, à la fois libre et non libre, à l’image du régime politique marocain lui-même (Michel Camau, 2006).

53Nous avons par ailleurs constaté qu’un décalage persiste entre le discours politique officiel d’une part et la pratique d’autre part. Ce décalage, comme le montre le travail de terrain effectué auprès des journalistes et associations de défense de la liberté de presse, est tributaire de l’évolution des rapports de forces autour du changement démocratique. On a vu ce phénomène depuis 2011 jusqu’à la moitié de 2013. Les grandes mobilisations du M20F et la dynamique sociopolitique qui a suivi ont infléchi les positions en faveur de l’ouverture. Mais après cette parenthèse qui a profité entre autres à la liberté de presse, le rapport de forces a basculé de l’autre côté et a conduit au verrouillage de l’espace public et au muselage des journalistes.

54Dans ce contexte, la promulgation des textes de loi pouvant garantir la liberté de presse tarde. Les principes affichés dans la constitution ne sont pas suffisants, il faut encore les traduire aux niveaux juridique et judiciaire. Enfin, il y a le risque de faire entrer par la fenêtre du code pénal les peines privatives de liberté, après les avoir fait sortir par la porte du code de la presse.

أعلى الصفحة

بيبليوغرافيا

Ankal Hasna, 2012, « Seuls les médias en ligne sont libres », Entretien avec Aboubakr Jamaï publié le 5 novembre sur le site www.courrierinternational.com [consulté le 06.04.2016].

Ben Abdallah el Alaoui Hicham, 2013, « Liberté de presse au Maroc : une dérive de plus… la dérive de trop ? », Publication du 27 septembre 2013 sur le site www.huffingtonpost.fr [consulté le 06.04.2016].

Benchemsi Ahmed Réda, 2013, « Presse : le printemps perdu », Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n° 145, p. 99-103.

Freedom Now-Maroc, 2014, État de la liberté de presse et d’expression au Maroc. Liberté sous surveillance, Publication sur le site https://www.facebook.com/freenowma [consulté le 06.04.2016].

Guseva Marina et al., 2007, Liberté de presse et développement : une analyse des corrélations entre la liberté de la presse et les différentes dimensions du développement, de la pauvreté, de la gouvernance et de la paix, Paris, Institut d’études politiques.

Jamaï Aboubakr, 2013, « La monarchie, tabou absolu de la presse marocaine », Publication du 28 octobre sur le site www.courrierinternational.com [consulté le 06.04.2016].

Léglise Isabelle et Garric Nathalie (dir.), 2012, Discours d’experts et d’expertise. Berne, Peter Lang.

Lemaizi Salaheddine, 2011, « Répression de ce matin : témoignage d’un journaliste », Note facebook du 13 mars reprise sur le site www.mamfakinch.com [consulté le 06.04.2016].

Lordet Gilles, 2012, « Aperçu sur l’Index de Reporters sans Frontières : historique, méthodologie et perspectives », ESSACHESS. Journal for Communication Studies, vol. 5, n° 1(9), p. 23-28.

Ministère de la Communication, 2013, Les efforts pour la promotion de la liberté de la presse. Rapport annuel 2012, Publication sur le site http://moroccoonthemove.com [consulté le 06.04.2016].

Ministère de la Communication, 2015, Résumé du rapport sur les efforts pour la promotion de la liberté de la presse au titre de l’année 2014, Publication sur le site http://www.mincom.gov.ma [consulté le 06.04.2016].

Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, 2015, Tendances mondiales en matière de liberté d’expression et de développement des médias. Regards sur le numérique 2015, Publication sur le site http://unesdoc.unesco.org [consulté le 06.04.2016].

Reporters sans Frontières, 2015a, « RSF appelle à un non-lieu dans le procès de cinq journalistes marocains », Publication du 19 novembre sur le site https://rsf.org/fr [consulté le 06.04.2016].

Reporters sans Frontières, 2015b, Classement mondial de la liberté de la presse 2015 : une détérioration générale, Publication sur le site https://rsf.org/fr [consulté le 06.04.2016].

أعلى الصفحة

حواشي

1 . 2M est la deuxième chaîne de télévision généraliste et publique au Maroc, créée le 4 mars 1989.

2 . Le classement de FH range les pays du monde en trois catégories : libres, partiellement libres et non libres.

3 . Note méthodologique accompagnant le Classement mondial de la liberté de la presse de RSF pour 2014.

4 . Ibid.

5 . Ibid.

6 . Discours du 12 février 2015.

7 . D’après un article du site d’information Telquel.ma du 12 février 2015.

8 . Communiqué de presse du 6 mars 2015.

9 . Lakome est l’un des sites d’information en langues arabe et française les plus suivis du Maroc. Il s’est surtout distingué par la rédaction d’éditoriaux aussi critiques que percutants sur le pouvoir en place. Par exemple, Lakome serait à l’origine des révélations sur Daniel Galvan, pédophile espagnol gracié par le roi (scandale connu dans la presse sous le nom de « Danielgate »). Cette affaire a fait le tour du monde à l’été 2013 et a provoqué une indignation générale dans le pays. Le site s’est aussi fait connaître par la publication d’enquêtes sans concession sur la corruption et les dysfonctionnements de l’État.

10 . Il s’agit d’entretiens semi-directifs, de témoignages et parfois d’interviews de journalistes quand l’entretien n’était pas possible, surtout dans le cas de ceux vivant à l’étranger et souvent victimes de répression dans leur pays.

11 . Entretien avec H.M., journaliste dans un quotidien francophone, le 7 novembre 2015.

12 . Interview de Yassari Sanae avec Aboubakr Jamaï, le 8 novembre 2015.

13 . Ibid.

14 . Entretien avec Mohamed El Aouni, journaliste et président de l’OLIE (Hatim en arabe), le 10 novembre 2015.

15 . Entretien avec B. A., journaliste indépendant dans un quotidien arabophone, le 9 décembre 2015.

16 . Entretien avec un responsable du SNPM, le 9 novembre 2015.

17 . Entretien avec H.M., le 7 novembre 2015.

18 . Interview de Yassari Sanae avec Aboubakr Jamaï, le 8 novembre 2015.

19 . Entretien avec B.A., journaliste indépendant, le 9 décembre 2015.

20 . Entretien avec Maâti Monjib, le 9 décembre 2015.

21 . Entretien avec H.M, le 7 novembre 2015.

22 . Entretien avec N. A. S. du SNPM, le 4 décembre 2015.

23 . Idem.

24 . Entretien avec B.A., le 9 décembre 2015.

25 . Entretien avec Mohamed El Aouni, président de l’OLIE, le 10 novembre 2015.

26 . Idem.

27 . Entretien avec un responsable du SNPM, le 9 novembre 2015.

28 . Déclaration de Freedom Now-Maroc du 12 février 2015.

29 . Entretien avec N. A. S. du SNPM, le 4 décembre 2015.

30 . Entretien avec Mohamed Salmi, le 9 décembre 2015.

أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Mohamed Naimi, « Liberté de presse écrite au Maroc : L’évolution au regard de l’évaluation », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 45-60.

بحث إلكتروني

Mohamed Naimi, « Liberté de presse écrite au Maroc : L’évolution au regard de l’évaluation », L’Année du Maghreb [‏على الإنترنت‎], 15 | 2016, نشر في الإنترنت 21 décembre 2016, تاريخ الاطلاع 24 mai 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2786 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2786

أعلى الصفحة

الكاتب

Mohamed Naimi

Centre d’études et de recherches en sciences sociales (CERSS). Faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales Université Mohammed V, Rabat (Maroc).

أعلى الصفحة