Skip to navigation – Site map
Dossier : Profession journaliste
1. Les économies de la production de l'information

Le développement de la presse électronique en Algérie : Des dispositifs aux pratiques journalistiques

Étude d’un échantillon de journaux en ligne
The Development of On-line Press in Algeria: The Devices and Journalistic Practices. An Empirical Study of a Sample of On-line News Papers
Fatima Zohra Taiebi Moussaoui
p. 61-76

Abstracts

This study presents and analyses the place of the on-line press in Algeria through an empirical approach. Our research discusses the different factors (legal, economic, politic…) affecting the emergence of these news web sites of information. In order to response to our interrogations and hypotheses about this new media and their professionals we have practice an empirical investigation using a qualitative approach (interview and observation) with editor in chiefs for online newspapers.

Top of page

Full text

  • 1 . En France c’est à partir de 1995 que plusieurs journaux ont créé leur site sur Internet par exemp (...)

1Parce qu’il est le média de tous les médias, Internet a révolutionné les formes de conception, de diffusion et de réception de l’information. De nouvelles industries de la culture voient le jour à travers la presse en ligne, la télévision sur le web, la radio numérique, etc. La presse en ligne est devenue un média concurrent des autres médias existants à partir de la deuxième moitié de la décennie 1990 aux États-Unis et en France1. L’objet de cet article consiste à s’interroger sur la place de cette nouvelle presse dans le paysage médiatique algérien contemporain, c’est-à-dire à la fois son rapport avec la presse traditionnelle et son modèle économique, notamment la gratuité de l’information en temps réel. Le pays a connu la création de plusieurs sites d’information en ligne : certains ont réussi et continu l’expérience ; d’autres ont échoué face à l’impossibilité de trouver un modèle viable sur Internet. Cette étude synthétique apporte un éclairage général sur la presse électronique en Algérie. Elle tente d’analyser en premier lieu les éléments du contexte sociopolitique et institutionnel ayant contribué à la naissance de la presse électronique. Ensuite, elle présente les caractéristiques économiques, politiques et réglementaires de ce nouveau média dans un environnement en perpétuelle mutation. Ce travail consiste enfin à étudier la profession du journalisme en ligne : le profil des professionnels algériens pionniers de la presse électronique, leurs formations, leurs domaines de spécialisation et les nouvelles pratiques journalistiques.

  • 2 . Nous tenons à remercier vivement tous les responsables de journaux en ligne (El Watan, Maghreb Em (...)
  • 3 . L’étude repose sur des entretiens semi-directifs avec les responsables de journaux en ligne pour (...)

2En effet, nous avons effectué au cours de l’année 20152des entretiens semi-directifs avec les responsables des principaux journaux en ligne sur cinq grands thèmes : les conditions de création du journal, le modèle économique, les professionnels de la presse électronique, les pratiques journalistiques et les principales contraintes de ce nouveau média3.

De la presse écrite traditionnelle à la presse électronique

3Pour cerner l’évolution des organes de presse et de la profession en Algérie, il est indispensable de présenter les différentes mutations liées aux changements de l’environnement politique, institutionnel, économique et culturel du pays. Et cela à travers trois grandes périodes depuis l’indépendance du pays jusqu’aujourd’hui.

La période de gestion – fortement – centralisée des médias de 1962 jusqu’à 1989 

4Au lendemain de l’indépendance, l’État prône l’idéologie socialiste, les moyens de production et de diffusion culturelle (presse écrite, radio-télévision, cinéma, photographie et publicité) étant sous le monopole de l’Etat et du Front de libération nationale (FLN). Le modèle de « politique de l’information » a été adopté afin de créer des médias qui sont tout à la fois des instruments de propagande, d’enseignement et de préservation de la souveraineté nationale (Mostéfaoui, 2013, p. 21). La première loi sur l’information n’arrive qu’à travers le code du 6 février 1982, dont l’article 1er consolide la gestion politique des médias : « le secteur de l’information est un des secteurs de souveraineté nationale ». Ce texte exige le contrôle de la collecte et de la diffusion de l’information par le ministère de l’Information, et le respect des orientations politiques et idéologiques découlant de la charte nationale mise en place par la Direction politique du pays à cette période.

5Le confinement de l’activité des organes de presse et des journalistes sous le monopole du parti unique impose un rôle prédéfini aux médias comme moyen de propagande et de défense des principes socialistes.

La période de transition de 1990 jusqu’à 2000 

6Vers la fin des années 1980, l’Algérie a connu un très fort mouvement social « les évènements du 5 octobre 1988 ». Ce contexte de forte mobilisation a conduit à des transformations du système politique et médiatique marquant l’histoire contemporaine algérienne avec l’adoption par référendum de la nouvelle constitution du 23 février 1989 prévoyant le multipartisme et la libéralisation de l’économie, l’ouverture médiatique et le pluralisme de l’information. L’adoption d’une nouvelle loi sur l’information -(loi 90-07 du 03 avril 1990)- s’est inscrite dans le cadre de « l’ouverture politique », en cohérence avec la nouvelle idéologie de l’État. Cette nouvelle période marque la fin du monopole et donne plus de liberté aux médias.

7Comme les acteurs privés ont désormais la possibilité de créer leur propre journal, plusieurs titres émergent. L’article 4 de la présente loi définit ainsi les principaux éditeurs de presse :

« l’exercice du droit de l’information est assuré notamment par : les titres et organes de l’information du secteur public, les titres et organes appartenant ou crées par les associations à caractère politique, les titres et organes crées par les personnes physiques ou morales de droit algérien, il s’exerce par tout support médiatique écrit, radiophonique, sonore ou télévisuel ».

  • 4 . Source : Office de justification de la diffusion (OJD).

8Autrement dit, le secteur de presse est partagé entre l’État, le parti FLN, les nouveaux partis et entrepreneurs indépendants. De nombreux journalistes de la presse étatique ont créé, avec leurs confrères, des quotidiens privés grâce à l’aide de l’État par le versement à l’avance de trois ans de salaires. Le nombre de journaux n’a alors cessé d’augmenter, certains étant devenus des quotidiens à très grands tirage comme par exemple, le quotidien arabophone Ech Chourouk El Yaoumi qui préserve la première place avec un tirage de 500 000 exemplaires4, El Khabar (400 000 ex), An Nahar El Djadid (300 000 ex), El Watan (150 000 ex), etc. Dès lors, le véritable acquis grâce à cette loi, reste celui de l’article 14 « l’édition de toute publication périodique est libre ».

9Par le biais de cette loi, les organes de presse sont devenus des entreprises économiques à caractère industriel et commercial. Ils ont bénéficié d’aides directes et indirectes de l’Etat, comme par exemple la réduction des frais d’impression et de location des locaux. Le pluralisme médiatique instauré par le code de 1990 reflète une ouverture contrôlée, malgré les avantages qu’il présente. C’est pourquoi, il a été qualifié par la majorité de journalistes comme un code pénal bis (Brahimi, 2002, p. 156). Mais le travail des journalistes est devenu très compliqué à partir de l’instauration de l’état d’urgence en février 1992 et du contrôle de l’information sécuritaire à partir de juin 1994.

  • 5 . 140 titres de presse est le chiffre qui correspond à la période de juin 2016.
  • 6 . L’édition 2015 du rapport mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières, classe (...)

10En Algérie, on compte plus de 140 titres de presse5 entre entreprises de droit public et privé. Malgré les contraintes rencontrées, la presse écrite maintient sa liberté de ton6. La presse privée a été non seulement très fortement marquée par les assassinats de journalistes durant la décennie noire (1990), mais aussi par les arrestations, le harcèlement judiciaire et les pressions économiques : répartition inégale de la publicité entre les différents journaux, augmentation des frais d’impression et parfois le blocage de l’imprimerie des journaux qui publiaient des informations compromettantes.

  • 7 . L’Algérie a été connectée au réseau internet depuis 1993 via le CERIST (centre de recherche sur l (...)

11Dans le contexte de censure sous différentes formes, le web devient une alternative au journal imprimé7 ; comme l’explique un responsable du quotidien El Watan qui a été le premier journal algérien à avoir investi le web en 1997.

« La version électronique du journal El Watan a été créée en 1997. Le site représentait une vitrine électronique pour présenter le sommaire, les titres et l’éditorial de la version print (…) Depuis 1998 la version PDF du journal est téléchargeable. À partir de 2006 le site du journal en ligne est devenu un moyen de diffusion de l’information en continu. La création de la version électronique avait pour but de toucher le maximum de lecteurs et de garder le lien avec les lecteurs en Algérie et ailleurs. Par exemple lors de la suspension du papier en 1998 pendant un mois Internet est devenu une alternative pour mettre le journal en ligne et permettre au lecteur d’accéder à l’édition du jour » (Hachid Mourad responsable de la version web du journal El Watan, entretien réalisé à la maison de la presse le 14/10/2015).

12L’internet devient un moyen pour échapper à la censure imposée. L’adoption de nouveaux dispositifs techniques dans la diffusion des informations est une action permettant de faire face aux différentes contraintes (matérielle, financière, …etc.) que rencontrent les rédactions des journaux imprimés. La mise en ligne de la version électronique des journaux représente une première étape marquant une nouvelle configuration de la presse écrite. Ce nouveau mode de production de la presse façonne de nouvelles pratiques du journalisme. Les concepteurs du Monde.fr en France résument bien cette nouvelle donne : « Cet univers de pionniers qui façonnent eux-mêmes leurs outils n’est encore que la somme de pratiques qui y sont mises en œuvre. La nouvelle presse est si jeune qu’elle n’a ni théorie, ni histoire, ni manuel à jour de ses innovations. Des convictions convergentes n’en rapprochent pas moins les responsables des sites d’information» (Fogel, Patino, 2005, p.11).

13En Algérie, de fait, durant ce « premier âge », les contenus rédactionnels sont essentiellement, voire exclusivement, ceux produits par l’équipe rédactionnelle du journal imprimé et pour cette version.

14Après le journal El Watan, d’autres quotidiens de la presse écrite étatique et privée ont créé leur site en ligne pour publier la version PDF et la version HTML du journal imprimé. On peut citer par exemple les quotidiens étatiques Horizons, El Moudjahid en 1998, El Massa en 2000 ainsi que les quotidiens privés : La Tribune et Le Matin en 1998 ou encore Liberté en 1999. Actuellement la majorité de journaux imprimés disposent de leur propre site sur Internet. Quelques quotidiens ont pris la décision de mettre la version du jour en ligne à partir de 10h pour préserver le marché de la presse imprimée.

  • 8 . Ihsane Kadi, responsable du site d’information Maghreb Emergent, entretien réalisé au siège du jo (...)

15Cependant, le premier journal électronique en Algérie est Algéria Interface, créé par une équipe de journalistes de la presse privée en 1998 avec le soutien l’agence « Interface média ». Si l’expérience s’est arrêtée en 2003, la même agence a lancé en 2010 le site d’information Maghreb Emergent, éditant aussi depuis 2013 une web radio, « la radio M » 8.

La période de développement des pure players de l’an 2000 jusqu’aujourd’hui

  • 9 . Depuis le lancement du réseau de la 3G, l’Algérie compte plus de 8 millions d’abonnés.

16La décennie 2000 a connu une large diffusion de l’Internet, sous l’effet de l’ouverture à la concurrence du secteur de la poste et des télécommunications, de l’augmentation du nombre des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) et de la multiplication des cybercafés (Taiebi, 2011, p. 95). Le pays fait partie de la catégorie des pays à accès moyen avec un taux de pénétration de 17% selon les statistiques de l’Union internationale des télécommunications. Le déploiement du réseau 3G9, depuis la fin 2013, est un autre facteur contribuant à la nette augmentation du nombre des utilisateurs de l’Internet. L’Algérie compte actuellement plus de 11 millions d’internautes selon les statistiques de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications algérienne, contre 6.8 millions en 2011. La généralisation de l’Internet et de la 3G favorise le développement de nouveaux territoires de la communication, de l’information et de journalisme (Pélissier et Chaudy, 2009, p. 89). D’autre part, l’insertion sociale des TIC a encouragé le développement de l’individualisation des pratiques informationnelles et communicationnelles à travers les nouvelles médiations (Miège, 2008).

17Si la presse en ligne est devenue un moyen convoité par les professionnels de la presse écrite en Algérie, c’est parce que la création d’un site d’information demeure plus facile et permet d’éviter une série de lourdeurs bureaucratiques (par exemple, la demande de l’agrément qui est la principale condition pour créer un journal papier), et d’obstacles économiques liés à l’impression et la diffusion du journal. De plus, les journaux en ligne bénéficient de plus de liberté dans le traitement et la diffusion de l’information en instantanée.

18Le tableau ci-dessous, présente les principales éditions en ligne objet de notre étude et le parcours professionnel des responsables qui ont pour la majorité plus de 10 ans d’expérience dans le domaine de la presse écrite.

Nom du
responsable du journal

Titre du journal
électronique

Date de
création

Années d’expérience professionnelle

Parcours professionnel du responsable dans la presse

Ihsane KADI

Maghreb Emergent disponible sur le site :

www.maghrebemergent.com

Avril 2010

31 ans

Journaliste pour Algérie Actualité, Horizon, directeur de publication du quotidien La Tribune, …

Farid ALILAT

Dernières nouvelles de l’Algérie « DNA »

Juin 2010-
Février 2013 ; en France

25 ans

Directeur de publication du quotidien Le Matin puis Liberté. Journaliste pour Jeune Afrique

Mourad HACHID

Responsable de la version électronique du quotidien El Watan. www.elwatan.com/

1997

23 ans

El Watan

Louanes GUEMACHE

Tout sur l’Algérie TSA. Le site

www.tsa-algerie.com

08 juin 2007 en France

13 ans

Pigiste : Le Quotidien d’Oran et en France pour les journaux : La Croix, Journal de dimanche,…

Hafid TAREK

Impact 24

www.impact24.info

12 octobre 2014

14 ans

Le Soir d’Algérie

Abdou SEMMAR

Algérie Focus

www.algerie-focus.com

2008

10 ans

El Watan, Le Matin

Nassim LAKHAL

Responsable de la version web du quotidien « Ech-Chourouk online ».

www.echoroukonline.com

2005

15 ans

Ech Chourouk El- yaoumi

Hamza HOUARI

Al- Djazair 24

http://aljazair24.com

2012

4 ans

Journal El Adjawa, El Watani, El Houria,

La presse électronique en Algérie : vers la genèse d’un nouveau média

Les conditions de création des journaux électroniques 

  • 10 . Entretien réalisé au siège du journal à Alger centre, le 20/10/2015.

19L’émergence de la presse électronique témoigne d’une mutation dans le système médiatique et d’une prise de conscience par rapport à l’importance du numérique comme l’indique Louanes Guemache, responsable du journal électronique Tout sur l’Algérie, un site d’information généraliste sur l’Algérie et un média de droit français, devenu TSA à la suite de son piratage. Il souligne ainsi « le manque d’informations sur l’actualité économique et politique sur le pays chez la communauté algérienne en France ». Selon lui, « les grands responsables des multinationales, les géants producteurs de contenus, -à l’époque-, ont anticipé et ils voyaient que l’avenir de la presse écrite est sur Internet, ce qui nous a motivé à créer le site Tout sur l’Algérie »10.

  • 11 . Entretien téléphonique réalisé avec Mr Farid ALILAT, le 11 novembre 2015. Responsable du journal (...)

20Dans le même temps, une sorte de socialisation aux nouvelles formes de production de l’information s’opère grâce à l’informatisation et la modernisation des procédés de fabrication. En effet, le web a été intégré par les entreprises de la presse écrite en Algérie selon deux modèles. Le premier, celui qui était très répandu au début de lancement des sites de la presse écrite, consiste à mettre en ligne la version intégrale informatisée du journal dans le but de faire connaitre la marque du journal, dans le cadre de la communication institutionnelle de la firme. Les quotidiens francophones El Watan, El Moujahid incarnent notamment ce cas de figure. Le deuxième modèle revient à mettre en format électronique la version portable document format (PDF) ou HTML, avec un fil d’information sur l’actualité, en diffusant des informations en continu. La création d’un site d’information en ligne est pour les enquêtés une expérience moins coûteuse que de créer un journal papier, comme le souligne le responsable du journal électronique « DNA »11 : « Au départ on voulait créer un journal papier,… tenter une expérience dans la presse écrite, le journal papier nécessite beaucoup de moyens financiers : la location d’un local, chercher la publicité, la distribution, il faut avoir l’agrément ; le site Internet est moins coûteux ».

21Plusieurs facteurs ont motivé les professionnels de la presse traditionnelle à se lancer dans la nouvelle expérience de journalisme via le web. Tout d’abord, le travail journalistique en ligne offre plus de liberté dans le traitement de l’information, loin de la pression des rédactions des journaux papier comme l’affirme certains interviewés.

22Le besoin en termes d’informations sur l’Algérie pour les lecteurs à l’intérieur et à l’extérieur du pays représente une autre motivation majeure dans la création des sites de presse électronique. L’offre de l’information est devenue de plus en plus personnalisée, tente de répondre aux attentes des publics à travers la diversification de contenu, l’utilisation des vidéos, l’intégration des citoyens dans la production de l’information et faire face à la concurrence des autres médias. Comme le souligne Jean-Marie Charon (2010, p. 260) « la mutation dans laquelle sont engagés les médias ne se limite pas à la question de la concurrence d’Internet. La place et le rôle social de l’information évoluent. Davantage recentré sur l’individu, le débat public se transforme. Les usages en matière de médias et de pratiques culturelles se segmentent selon les âges, les catégories sociales, etc. ».

23Dans ce sens le responsable du journal TSA précise :

« La création de TSA était au départ dans le but de répondre à un besoin en termes d’informations pour la communauté algérienne (…) on privilégiait l’information économique, à partir de 2008, dans un contexte marqué par plusieurs transformations économiques et politiques comme les projets du Président Bouteflika. Les grands projets, l’infrastructure, le débat sur l’investissement des étrangers, la révision de la constitution, le troisième mandat, sont des enjeux qui méritent d’être traités dans le journal, donc on est devenu un site généraliste ».

24La presse électronique présente également plusieurs avantages par rapport à la presse traditionnelle en termes d’immédiateté de transmission de l’information :

  • 12 . Entretien téléphonique réalisé le 19/10/2015.

« J’avais une frustration, je vous donne un exemple durant les élections de 2014, j’étais sur le terrain pour couvrir le meeting d’un candidat le mercredi après-midi, pour certains journaux (...) l’information était sur le site quelques heures après, mon papier a été publié dans le journal deux jours après », explique ainsi Hafid Tarek, responsable du site d’information en ligne Impact 2412.

25La dématérialisation des modes de production de l’information a révolutionné sa diffusion via les nouveaux supports puisque la presse électronique n’a pas un rythme de parution précis comme les médias traditionnels (tv, radio, presse écrite), l’information étant diffusée en temps réel (Zouari, 2007, p.3).

26En plus des titres francophones, la presse électronique algérienne a bénéficié, à partir de 2012, de nouveaux sites d’information arabophones développés par des jeunes journalistes comme le journal Al Djazair 24 et le journal Sabkpress.

« Les sites d’information en arabe n’existent pas [avant l’année 2012], notre objectif était de créer un site d’information compétitif, à l’image des sites francophones connus dans le domaine de la presse électronique en Algérie », explique le responsable du journal électronique Al Djazair 24.

  • 13 . Alexa est un site américain qui présente des informations pratiques à travers des statistiques su (...)

27Trois types de sites d’information en ligne se dégagent désormais en Algérie. Il y a tout d’abord les sites d’information généralistes qui sont en concurrence permanente pour attirer l’audience et préserver leur place face aux différents sites d’information et les grands géants producteurs de contenus. « Il ne faut pas suivre la même logique d’un journal écrit sur internet c’est autre chose, la concurrence ne se fait pas sur un plan local (avec les acteurs locaux) il y a une concurrence avec les géants mondiaux Apple, Microsoft, Google, Yahoo, de nouveaux éditeurs de contenus qui achètent toutes les informations», affirme le responsable du journal TSA. Les sites d’information généralistes regroupent à la fois les pure players et les journaux avec une version imprimée, par exemple le quotidien en français El Watan et le journal arabophone Ech Chourouk online qui occupe la première place en termes de visites par les internautes selon les statistiques d’Alexa13.

28Ensuite, les sites d’information spécialisés qui abordent des sujets d’actualité sur une thématique précise (économie, sport, politique, culture, etc.). Parmi les expériences qui ont réussi en Algérie, on peut citer le journal électronique Maghreb émergent, un site d’information économique sur le Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie). Enfin, les sites d’information locales s’intéressent à l’information de proximité, le développement local, sans négliger l’actualité politique et économique du pays. C’est le cas par exemple du Journal de l’oranais, de Djelfa.info, de Ouarsenis.com, etc.

  • 14 . Nassim Lakhal, directeur de la version web du journal Ech Chourouk El Yaoumi, entretien électroni (...)

29Ce développement du champ médiatique algérien s’explique par l’émergence de groupes multimédias (presse écrite, sites d’information électroniques, chaines de télévision privées). Il en va ainsi par exemple du groupe Ech Chourouk, dont le site a connu une importante transformation sur le plan de la forme et de contenu. Il devient une interface trilingue (arabe, français, anglais) qui abrite dix autres sites spécialisés dans le commerce électronique, Ech Chourouk politique, Ech Chourouk sportif, un site destiné aux femmes (cuisine, beauté, parcours des femmes qui ont réussi), etc.14. L’interface permet également d’accéder au « direct » des deux chaines télévisées appartenant au même groupe Ech Chourouk TV et Ech Chourouk News. Ces firmes médiatiques productrices de biens et services entretiennent de rapports multiples avec les différents acteurs (annonceurs, publics, sources d’information,..).

Une expérience embryonnaire et un cadre réglementaire inachevé 

30Ce n’est que plus de dix ans, après la création du premier site d’information en ligne en Algérie, c’est-à-dire en 2012, que le législateur algérien a adopté un premier texte réglementaire sur la presse électronique à travers la loi organique 12-05 du 12 janvier 2012 relative à l’information (Journal officiel, 2012, p. 23). Cette loi reconnait l’existence de la presse électronique à travers l’article 3 qui stipule que : « par activités d’information, il est entendu au sens de la présente loi organique, toute publication ou diffusion de faits d’actualité, de messages, d’opinions, d’idées et de connaissances, par tout support écrit, sonore, télévisuel ou électronique, à destination du public ou d’une catégorie de public ».

31Les articles 66, 67, 68, 71 évoquent l’activité de la presse électronique d’une manière superficielle. Ainsi l’article 66 insiste sur la liberté de l’exercice de l’activité de l’information en ligne et l’obligation pour le directeur responsable de l’organe de presse en ligne une déclaration dont les modalités seront fixées ultérieurement par voie réglementaire.

32L’article 67 définit la presse électronique comme « tout service de communication écrite en ligne destiné au public ou une catégorie de public, édité à titre professionnel par une personne physique ou morale de droit algérien qui a la maitrise de la ligne éditoriale de son contenu ». Autrement dit, la loi insiste sur le caractère professionnel des éditions électroniques et le traitement de l’information par des journalistes professionnels afin de développer un contenu original, d’intérêt général, tout en respectant les dispositifs liés à la souveraineté, l’identité nationale, le service public ainsi que les libertés individuelles et collectives, (articles 68 et 71). Le texte s’intéresse à la presse électronique comme média à part entière et exclut les journaux papier qui développent une version en ligne identique à la version imprimée. La même législation prévoit la création de l’autorité de régulation de la presse écrite dont les missions sont étendues à l’activité de la presse écrite par voie électronique (article 40).

33Actuellement, le développement et la diffusion des TIC (équipements et contenus) a encouragé le modèle horizontal de production et de réception de l’information dans le cadre du web collaboratif et participatif de « tous journalistes » (Mathien, 2007, p. 160), qui a marqué la mutation des pratiques des usagers. Les représentants de la profession réclament la mise en place d’un cadre juridique pour préserver l’activité des journalistes professionnels qui collaborent pour un média en ligne.

34Les responsables des journaux électroniques soulignent l’importance d’établir une réglementation complète afin d’organiser leur activité et de bénéficier des mêmes avantages que ceux qui exercent dans les médias traditionnels (les aides, la publicité), notamment le droit à une reconnaissance officielle à travers l’octroi de la carte professionnelle de journaliste. Créer un journal en ligne est devenu possible pour toute personne dans la mesure où il n’existe pas des critères définis dans un cadre réglementaire précis. En effet, il suffit de fonder une agence de communication inscrite au registre de commerce pour gérer le financement de l’activité, la publicité, les salaires et d’employer un technicien pour la mise en ligne des informations et des collaborateurs.

  • 15 . Entretien réalisé le 22/10/2015.

« Il n’existe aucun texte réglementaire, le vide juridique laisse place à l’anarchie »15, explique un responsable d’un site d’information en ligne. « La loi organique de 2012, (…) l’article 66 reconnait la presse électronique mais il n’y a pas de textes réglementaires qui permettent de déclarer le média électronique, l’absence d’un décret concernant le dépôt de dossier de création d’un média électronique, on a créé une agence de communication pour pouvoir lancer le journal. Il y a un vide juridique qui empêche l’exercice légal de la profession, (…) je suis journaliste professionnel, je ne bénéficie pas de la carte professionnelle parce que le média n’est pas reconnu sur le plan réglementaire. Le média n’existe pas, donc le journal ne bénéficie ni de la publicité de L’ANEP, ni d’aides du fond d’aide aux médias », ajoute un autre responsable d’un journal électronique.

La gestion technique et financière des sites d’information en ligne 

L’hébergement des journaux électroniques 

  • 16 . Deux responsables de journaux en ligne ont refusé de préciser la ville d’hébergement de leur site (...)

35La majorité des journaux sujets de notre enquête sont hébergés à l’étranger et principalement en France (Strasbourg, Lille, Nice, etc.) et en Suisse16. Les frais d’hébergement et de maintenance varient d’une société à une autre, 2500 euros mensuel en moyenne tandis que d’autres sites d’information payent uniquement les frais d’hébergement qui se situent entre 100 et 300 euros par mois.

36Pour les responsables des sites d’information en ligne, le choix d’héberger leur site à l’étranger s’explique tout d’abord par des raisons techniques, pour éviter les pannes récurrentes à cause de la lenteur de la connexion à Internet. D’autres arguments sont présentés par les enquêtés concernant la protection du site d’éventuelles tentatives d’arrêt en cas de publication de certains types d’informations. Quelques responsables ont opté pour l’hébergement du site d’information en Algérie et à l’étranger pour assurer plus de sécurité. L’hébergement au niveau national présente des avantages par rapport au prix qui reste moins onéreux et la possibilité de payer en dinar algérien.

Le modèle économique de la presse électronique 

37Les ressources financières demeurent un obstacle majeur face au développement et à la pérennité de la presse électronique en Algérie et ailleurs. La plupart des journaux en ligne ont commencé avec des fonds propres, comme les sites de TSA, Maghreb Emergent, Al-Djazair 24, etc. « Le financement est la plus grosse contrainte. Au départ, on a utilisé des fonds propres, on est une société par action et au fur et à mesure, on est devenu un modèle ouvert dont les revenus proviennent de la publicité », déclare le responsable du site d’information Maghreb Emergent.

38La publicité est pour la plupart des journaux une ressource financière très importante pour couvrir les frais d’hébergement, le nom du domaine et payer les collaborateurs. La part de la publicité dans le financement global des journaux peut arriver jusqu’à 60% pour les journaux électroniques ayant un format imprimé comme par exemple le site du journal El Watan qui bénéficie des recettes de la version imprimée. C’est aussi le cas du quotidien Ech Chourouk El-Yaoumi qui profite de financement du groupe Ech Chourouk pour régler les charges de fonctionnement de site. Cette diversification des ressources financières les poussent à diminuer les tarifs de la publicité en ligne. Cette pratique est préjudiciable pour les sites d’information dont le financement par la publicité est de 100%. Les tarifs publicitaires sur Internet sont 25 fois inférieurs à ceux de la presse papier, pour une audience équivalente (Agence française de coopération média, 2015, p. 19).

  • 17 . Google ad sense est un programme mis en place par Google aux éditeurs des sites web pour générer (...)
  • 18 . Entretien téléphonique réalisé le 09/11/2015.

39À part quelques publicités des acteurs économiques privés comme les opérateurs téléphoniques, les banques et les constructeurs d’automobile, les sites d’information en ligne ne bénéficient pas des publicités distribuées par l’Agence nationale d’édition et de publicité (Anep). Ces sites ne sont pas reconnus par la tutelle, comme l’explique le responsable du journal Maghreb Emergent : « Pour eux on est une presse off-shore qu’on ne peut pas maîtriser donc il faut la contenir. Pour eux la pub est un moyen qui permet de pérenniser l’activité ». Quelques nouveaux sites d’information bénéficient uniquement de la publicité de Google ad sense17, qui rapporte entre 150 et 200 dollars. La publicité est le seul contenu générateur de revenus pour les journaux en ligne. Les organes de presse objet de notre étude ont souhaité appliquer le système de e-payement pour un contenu spécifique du journal (enquêtes, contenus premium, archives classées, etc.). Cependant, la concrétisation est difficile à cause des lourdeurs bureaucratiques et l’absence d’une assise juridique. Comme l’explique Abdou Semmar, le rédacteur en chef du journal électronique Algérie Focus18 :

« À part la publicité, aucun contenu n’est payant, (…) ils ont décidé de commencer avec les grands facturiers comme Sonelgaz [les grandes entreprises publiques] et, pour les autres (…) c’est qu’à partir de la fin 2016, Satim [banque] a exigé le dépôt d’une caution de 2 millions de dinars. Il n’y a que les abonnés de la banque avec laquelle ils ont signé le contrat qui peuvent payer en ligne, il n’y a pas un payement interbancaire ».

40Parmi les pure players étudiés, certains ont développé un modèle économique hybride, combinant plusieurs sources de revenus (CFI, 2015, p. 25). Il en va ainsi de l’agence Interface média qui a lancé le pure player Maghreb Emergent, développant de nouveaux services pour fournir d’autres ressources financières par exemple les relations publiques, le conseil, le monitoring, lancer une version papier, une web radio (Radio M), fournir le supplément économique du journal Le Quotidien d’Oran, organiser des conférences. Le responsable de l’agence et du site Maghreb Emergent raconte ainsi cette expérience :

« On a lancé une agence média, de métiers connexes, du conseil, graphisme, monitoring de la presse, nous conseillons des clients dans le RP, si on ne fait que l’édition électronique on n’arrive pas ».

La presse en ligne et les acteurs du marché publicitaire 

41Le nombre d’annonceurs en ligne est en progression mais il reste insuffisant à cause de l’absence d’une culture publicitaire sur Internet, selon les chefs des éditions en ligne : « Les annonceurs n’ont pas encore compris l’intérêt du web », affirme le responsable de TSA.

42Le rapport entre annonceurs et journaux électroniques est très compliqué. Certains acteurs économiques retirent leur publicité aux sites qui publient des informations qui les gênent (transferts illicites des fonds, évasion fiscale, etc.), Il en va de même quand ils trouvent la ligne éditoriale du journal très critique, comme les opérateurs téléphoniques qui n’hésitent pas à bloquer ou à retirer la publicité du média indésirable. Pour éviter ce type de réactions, certains responsables d’édition ne publient pas les informations embarrassantes pour des financeurs, tandis que d’autres publient le contenu critique que quand il l’a été préalablement diffusé par d’autres médias quelques jours avant.

Éléments de profils des journalistes en activité dans les rédactions web 

43La majorité des professionnels des éditions en ligne sont des journalistes ayant travaillé dans la presse écrite. Il convient de souligner les différenciations qui existent entre les professionnels des journaux électroniques en ligne, qu’il s’agisse de leur nombre au niveau des rédactions web, de leur expérience, des conditions de travail, de l’âge, et du statut de chacun dans la rédaction (journalistes permanant, pigistes, stagiaires, etc.).

Le profil des journalistes dans les rédactions web

44Les journaux en ligne produisant avec une réelle rédaction web restent rares. On peut citer Ech Chourouk online qui dispose d’une équipe web composée de 20 journalistes, produisant un contenu développé et diversifié en comparaison avec la version imprimée du même journal. Ce nombre élevé par rapport aux autres rédactions s’explique par le fait que le groupe dispose des fonds financiers de l’entreprise éditrice du quotidien éponyme et des chaines de télévision. En effet, il a contribué à bouleverser profondément l’espace médiatique algérien depuis les années 1990, créant en 2005 le site d’Ech Chourouk online et, à partir de 2011, trois chaines de télévision privées (une généraliste et deux spécialisées l’une dans l’information et l’autre dans l’art culinaire). Ces types d’acteurs médiatiques ont saisi l’importance du web en tant qu’outil de convergence et de diffusion des différents contenus multimédias. Quant au site d’information TSA, il emploie 15 journalistes et des stagiaires pour produire et publier un contenu enrichi. Ce média de droit français développé depuis juin 2007 compte parmi les expériences remarquables dans le domaine de la presse électronique en Algérie. Le quotidien El Watan a mis en place depuis 2010, un site dynamique et compétitif, qui repose sur la rédaction du journal imprimé, la version web fonctionnant uniquement avec le rédacteur en chef et trois journalistes qui alimentent le site avec des informations d’actualité. Les autres journaux sujets de notre enquête mobilisent un nombre plus restreint de journalistes permanents entre 4 et 8, auxquels s’ajoutent les stagiaires, les pigistes et les contributeurs (spécialistes, experts).

45Les salaires de journalistes est une autre variable importante. Si certaines rédactions délivrent des salaires entre 60 000 et 100 000 DZD (500 et 1000 euros environ) et que des stagiaires sont payés jusqu’à 40 000 DZD (300 euros environ), c’est une exception. Le salaire médian se situe entre 40 000 et 60 000 DZD (300 et 500 euros environ). Les quelques sites d’information qui n’ont pas de revenus publicitaires ne payent pas leurs journalistes et fonctionnent selon le principe du volontariat. De nombreux journalistes de la presse électronique, face à la précarité de leur situation socioprofessionnelle, travaillent aussi pour des quotidiens imprimés, des radios en utilisant un pseudo. D’après les résultats de notre enquête, les jeunes journalistes sont la catégorie la plus présente dans les rédactions web, dont la tranche d’âge se situe entre 22 et 35 ans. Ils sont encadrés par les anciens journalistes de la presse écrite qui gèrent les journaux électroniques. Les jeunes professionnels de la presse en ligne ont la maitrise technique des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ils sont familiarisés avec les techniques de recherches d’information à travers les différentes plateformes virtuelles.

46Un autre élément essentiel du profil des professionnels de l’information en ligne tient à la centralisation de la production dans la capitale, Alger. Les journaux en ligne n’échappent pas à cette tendance, même si la plupart des responsables sont originaires des autres villes du pays comme Bejaia, Chlef, Batna, Sétif, etc. Cependant, ils ont choisi la capitale pour développer leur activité.

La formation des journalistes 

  • 19 . La formation en journalisme est assurée par l’École Nationale Supérieure de Journalisme et des Sc (...)

47Une autre caractéristique du profil dominant des journalistes algériens tient au fait que le métier lui-même reste jusqu’à présent relativement ouvert, puisque la formation au journalisme19 n’est pas requise pour exercer dans les médias (audiovisuels, presse écrite, web). Les journalistes qui travaillent pour les journaux électroniques sont majoritairement diplômés dans des spécialités différentes des sciences humaines et sociales (langues, lettres, sciences économiques, sciences politiques, journalisme, interprétariat, etc.).

48Par-delà les titres scolaires, les responsables des journaux en ligne évoquent d’autres conditions essentielles dans le recrutement de leurs journalistes : la maitrise des langues (français ou arabe), l’aisance à utiliser Internet (blogs, réseaux sociaux numériques, etc.), l’expérience professionnelle, la maitrise des techniques journalistiques, la connaissance précise d’un domaine étant exigée dans les rédactions qui fournissent un contenu spécialisé (économique, culturel, etc.). Par ailleurs, le caractère polyvalent des journalistes en ligne reste dominant dans la majorité de rédactions étudiées dans notre enquête.

49Parmi les journaux étudiés, ils sont très peu à s’intéresser à la formation des journalistes. Par exemple, si des journalistes d’El Watan bénéficient des formations sur le journalisme à l’ère du numérique de l’École supérieure de Journalisme de Lille (ESJ), l’apprentissage des techniques de journalisme en ligne (agrégation-recherche d’informations personnalisées, recoupement, vérification…) s’effectue « sur le tas », c’est à dire dans les rédactions à travers l’encadrement et les consignes des responsables des journaux.

Les pratiques des professionnels de la presse électronique

50Les entretiens permettent également d’appréhender plusieurs tendances dans les pratiques des journalistes de la presse électronique. Force est de constater qu’il s’agit très souvent d’un travail de desk, c’est-à-dire de réécriture et de publication des dépêches d’agence. La professionnalisation des pratiques de journalistes en ligne est également relativement faible, la majorité ne maitrisant pas les techniques de mise en ligne des données. C’est pourquoi, ce sont souvent les techniciens qui exportent les articles.

51Par ailleurs, certains sites de presse électronique en Algérie ne vérifient pas leurs informations, sans compter qu’ils ne respectent pas les règles des droits d’auteurs en s’appropriant des informations publiées dans d’autres journaux en ligne et en utilisant des photos et des vidéos sans en indiquer la source.

52Les enquêtés soulignent aussi le manque d’un contenu développé et approfondi comme les enquêtes et le data journalisme. En effet, l’ère numérique modifie et transforme le travail journalistique à travers le renforcement du journalisme assis et du diktat de la vitesse à publier et à poster. L’immédiateté est un facteur important face à la concurrence pour la clientèle et le changement des modes de consommation de l’information, comme le soulignait Pierre Bourdieu :

« Dans la logique spécifique d’un champ orienté vers la production de ce bien hautement périssable que sont les nouvelles, la concurrence pour la clientèle tend à prendre la forme d’une concurrence pour la priorité, c’est-à-dire pour les nouvelles les plus nouvelles (le scoop), — et cela d’autant plus, évidemment, que l’on est plus proche du pôle commercial » (Bourdieu, 1994, p.5).

53La logique de production de l’information tient de plus en plus compte de l’importance des plateformes numériques (réseaux sociaux numériques, blogs, forums) comme sources d’information, à travers le modèle du lecteur source ou « la curation sociale » qui permet aux citoyens de participer dans la production de l’information. Comme l’explique le responsable de la version web du journal El-Watan :

« Le lecteur devient une source d’information, par exemple via la page Facebook du journal, pour obtenir des informations sur les réactions des citoyens concernant le retrait du permis de conduire, le journaliste a posé la question ; on a eu plus de 1200 témoignages, un nombre qu’on ne peut pas obtenir sur le terrain avec une telle rapidité. Avant c’était les cafés pour récolter les infos, actuellement c’est les réseaux sociaux numériques ».

54La contribution citoyenne s’articule également à travers les commentaires et les observations des lecteurs sur le site électronique ou sur la page Facebook du journal. Les sites d’information électroniques ont une très grande popularité parmi les lecteurs. Le site de Google analytics, spécialisé dans l’analyse de l’audience des sites en ligne, fournit des statistiques détaillées sur le profil, le nombre et la zone géographique des lecteurs de la presse électronique en Algérie. D’après les résultats de notre enquête, les sites sont consultés par un nombre important de lecteurs qui varie entre 50.000 et 150 000 par jour pour les pure players (en octobre 2015). La tranche d’âge la mieux représentée se situe, dans la majorité des journaux en ligne, entre 18 et 44 ans. Il y a également un pourcentage des lecteurs qui accèdent aux versions en ligne via les terminaux mobiles (smartphones, tablettes, etc.). Cela signifie une transformation dans les modalités de réception et de consommation de la presse écrite.

55D’après les observations effectuées sur les sites de la presse en ligne, il existe une dissemblance en termes de présentation des informations, des rubriques et des vidéos. Tandis que, l’écriture en ligne est commune, elle se caractérise par l’utilisation croissante du rich media (le son, les images, les vidéos, les hypertextes). De plus, il y a moins d’énergie consacrée à la rédaction du corps du texte quand il s’agit d’un évènement évolutif, ou le journaliste se contente de mettre à jour l’article publié la première fois en rajoutant des éléments nouveaux provenant de plusieurs sources sans toucher au reste du texte.

56Pour conclure, la presse électronique demeure un acquis important pour la presse en Algérie. La multiplication des sites d’information en ligne (généralistes et spécialisés) participe au développement de l’offre de contenus médiatiques sur l’actualité nationale et internationale dans les différents domaines politique, économique, culturel et social. Si le nombre des pure players reste faible pour l’instant en comparaison avec les autres pays, l’existence de rédactions structurées montre que ce nouveau média commence à s’imposer dans le champ journalistique algérien malgré les multiples contraintes persistantes et pénalisantes : techniques (problème de connexion, l’alphabétisme numérique, le hacking, etc.), réglementaires (cadre réglementaire inachevé, manque de reconnaissance professionnelle), financières (manque d’aides et de publicité). Les professionnels de la presse en ligne ou les acteurs innovants ont contribué à la diversification de l’offre de l’information et les produits éditoriaux (versions multilingues, web radio, web Tv, podcasts). En effet, ils ont encouragé la transformation des pratiques culturelles et sociales de production et de réception des contenus médiatiques. La pérennisation de cette activité reste une interrogation principale qui dépend en partie des conditions de la régulation du secteur.

Top of page

Bibliography

Agence française de coopération média (CFI), 2015, « Panorama des médias en ligne ».

Bourdieu Pierre, 1994, « L’Emprise du journalisme », Actes de la Recherche en sciences sociales, vol 101/102, p. 3-9.

Brahimi Brahim, 2002, Le droit de l’information à l’épreuve du parti unique et de l’Etat d’urgence, Alger, SAEC Liberté.

Charon Jean-Marie, 2010, « De la presse écrite à la presse numérique. Le débat français », Réseaux, n°160- 161, p. 255- 281.

Deliou Fodile, 2014, L’histoire de la presse écrite algérienne 1830- 2013, Alger, Dar Houma.

Fogel Jean-François, Patino Bruno, 2005, Une presse sans Gutenberg, Paris, Grasset & Fasquelle.

Journal officiel du 21safar 1433, 15 janvier 2012 relative à la loi organique n°12-05 sur l’information.

Mathien Michel, 2007, Les journalistes histoire, pratiques et enjeux, Paris, Ellipses.

Miège Bernard, 2008, « Médias, médiations et médiateurs, continuités et mutations », Réseaux, n°148-149, p. 117-146.

Mostefaoui Belkacem, 2013, Médias et liberté d’expression en Algérie : Repères d’évolution et éléments d’analyse critique, Alger, El dar El-Othmania.

Pelissier Nicolas et Chaudy Serge, « Le journalisme participatif et citoyen sur Internet : un populisme dans l’air du temps ? », Automne 2009, consulté le 09 décembre 2012.

Taiebi Fatima Zohra, 2011, La publicité virtuelle en Algérie : enjeux, usages et effets, thèse de doctorat, Université de Paris VIII.

Zouari Khaled, 2007, « la presse en ligne vers un nouveau média », Les Enjeux de l’information et de la communication, n°1, p. 81- 92.

Top of page

Notes

1 . En France c’est à partir de 1995 que plusieurs journaux ont créé leur site sur Internet par exemple : Libération, Le Monde, L’Humanité, etc.

2 . Nous tenons à remercier vivement tous les responsables de journaux en ligne (El Watan, Maghreb Emergent, TSA, Impact 24, Al Djazair 24, Dernières Nouvelles de l’Algérie DNA, Algérie Focus, Ech Chourouk El Yaoumi) qui nous ont accordé des entretiens et nous ont donné des informations détaillées qui enrichissent ce travail.

3 . L’étude repose sur des entretiens semi-directifs avec les responsables de journaux en ligne pour recueillir des données liées aux thématiques étudiées. Fautes de moyens et de temps nous n’avons pas pu réaliser des questionnaires sur un échantillon représentatif de journalistes exerçant dans le domaine de la presse électronique.

4 . Source : Office de justification de la diffusion (OJD).

5 . 140 titres de presse est le chiffre qui correspond à la période de juin 2016.

6 . L’édition 2015 du rapport mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières, classe l’Algérie à la 119e place, devant la Tunisie (126), le Maroc (130) et l’Egypte (158).

7 . L’Algérie a été connectée au réseau internet depuis 1993 via le CERIST (centre de recherche sur l’information scientifique et technique), elle a été raccordée au RINAF (le réseau pour la société de l’information en Afrique) pendant la même année. Actuellement le pays est relié à l’Europe au niveau de Marseille à travers un câble d’une capacité de 425 Go, et au niveau de Palerme (Italie) avec un câble de secours d’une capacité de 80 Go.

8 . Ihsane Kadi, responsable du site d’information Maghreb Emergent, entretien réalisé au siège du journal le 26/10/2015. L’équipe de journalistes qui a contribué dans la création du premier journal électronique se compose d’Ihsane Kadi, Ali Boudoukha, Said Djaafer, Yassine Tamlali et Daikha Dridi.

9 . Depuis le lancement du réseau de la 3G, l’Algérie compte plus de 8 millions d’abonnés.

10 . Entretien réalisé au siège du journal à Alger centre, le 20/10/2015.

11 . Entretien téléphonique réalisé avec Mr Farid ALILAT, le 11 novembre 2015. Responsable du journal électronique -Dernières nouvelles de l’Algérie- DNA, le site est arrêté en Février 2013 (2 ans et 9 mois après son lancement) pour des problèmes financiers.

12 . Entretien téléphonique réalisé le 19/10/2015.

13 . Alexa est un site américain qui présente des informations pratiques à travers des statistiques sur le taux de navigation et de téléchargement des sites internet par les usagers à travers le monde. Il présente également un classement des sites visités par domaine. Nous nous sommes basés sur le classement de mois de novembre 2015. Disponible sur le site : http://www.alexa.com/topsites/countries/DZ

14 . Nassim Lakhal, directeur de la version web du journal Ech Chourouk El Yaoumi, entretien électronique réalisé le 10/11/2015.

15 . Entretien réalisé le 22/10/2015.

16 . Deux responsables de journaux en ligne ont refusé de préciser la ville d’hébergement de leur site à l’étranger par peur de Hackers, les sites des journaux en ligne subissant plusieurs attaques par jour.

17 . Google ad sense est un programme mis en place par Google aux éditeurs des sites web pour générer des revenus publicitaires.

18 . Entretien téléphonique réalisé le 09/11/2015.

19 . La formation en journalisme est assurée par l’École Nationale Supérieure de Journalisme et des Sciences de l’information d’Alger et les départements des Sciences de l’Information et de la communication présents dans les universités algériennes.

Top of page

References

Bibliographical reference

Fatima Zohra Taiebi Moussaoui, « Le développement de la presse électronique en Algérie : Des dispositifs aux pratiques journalistiques », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 61-76.

Electronic reference

Fatima Zohra Taiebi Moussaoui, « Le développement de la presse électronique en Algérie : Des dispositifs aux pratiques journalistiques », L’Année du Maghreb [Online], 15 | 2016, Online since 21 December 2016, connection on 25 March 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2796 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2796

Top of page

Author

Fatima Zohra Taiebi Moussaoui

Maitre de Conférences à l’École Supérieure de Journalisme et des Sciences de l’Information d’Alger, fatimataiebi@hotmail.fr

Top of page