Navigation – Plan du site
Dossier de recherche : L'espace euro-maghrébin : des hommes au péril des politiques

De l’espace euro-maghrébin à l’espace eurafricain : le Sahara comme nouvelle jonction intercontinentale

Ali Bensaâd
p. 83-100

Texte intégral

1Se déployant de l’Afrique noire jusqu’aux rives sud de la Méditerranée et seprojetant sur l’Europe, les itinéraires de migration transsaharienne émergent comme nouvel itinéraire migratoire et s’imposent comme une voie majeure sur le chemin de l’Europe, même s’ils n’y aboutissent pas si souvent. Ils illustrent les bouleversements qu’introduit la dynamique de globalisation dans le système relationnel international et qui affectent tout autant les configurations migratoires que celles spatiales qui, comme vecteurs et balises, canalisent, impulsent et portent les flux. Itinéraires, carrefours, pôles, frontières et marges sont en rapides et permanentes reconfigurations et, devançant et perturbant, là aussi, les cadrages des décideurs et les représentations des chercheurs, révèlent des flux humains dont les parcours se réalisent avec une part d’inédit toujours plus largement renouvelée. Le « détour » saharien en est un des plus inattendus. Contraints à la clandestinité et revêtant un caractère informel, se déployant par la marge, au travers d’un espace périphérique extrêmement opaque, les itinéraires transsahariens, revivifiés et démultipliés, sont devenus, paradoxalement, en raison même de cette opacité extrême, une des principales voies d’accès à l’Europe. C’est le résultat paradoxal des stratégies de verrouillage du « vieux continent » qui favorisent, en réponse, des stratégies d’opacité et de contournement, et promeuvent le Sahara comme nouveau carrefour migratoire intercontinental. Ses itinéraires drainent dorénavant des flux de toute l’Afrique et étendent leur rayonnement au-delà de ce continent, devenant un détour « facilitateur » emprunté par des filières d’émigration clandestines aussi lointaines que les filières asiatiques ou même, plus récemment, latino-américaines. La conséquence en est que, d’une part, le problème de l’immigration ne se limite plus à l’espace euro-maghrébin mais prend une dimension intercontinentale et, d’autre part, les frontières de l’Europe se trouvent reportées jusqu’aux confins sahariens et se doivent donc d’être franchies beaucoup plus au sud que la ligne de démarcation méditerranéenne traditionnelle.

2Dédoublant la faille méditerranéenne, traditionnelle ligne de rupture entre l’Europe et ses « Sud », et devenant une réplique de celle-ci, le Sahara devient le nouveau théâtre d’irruption des tensions que l’Europe tente de délocaliser de ses frontières, un arrière-pays de la Méditerranée dont il reçoit les ondes de choc des tensions. C’est cette ligne de démarcation, réaffirmée et creusée par le double mouvement d’attraction et de fermeture que l’Europe exerce sur ses « Sud », qui est aujourd’hui transformée en barrière avancée. D’où la volonté des pays européens, en plus de la construction de la frontière électronique à laquelle ils s’activent sur la frontière sud de l’Europe, de faire du Sahara une sorte de « limes » par l’embrigadement forcé des pays maghrébins dans le rôle de « sentinelles avancées », sommées de jouer le rôle de barrages de rétention et de sous-traitant d’une répression délocalisée loin des opinions européennes.

3Le Sahara en acquiert, de ce fait, doublement le caractère de frontière : il l’est par rapport à l’Europe pour laquelle il représente une accentuation, une exacerbation de la ligne de faille avec son Sud, la tranchée ultime, la plus accusée, d’une vaste zone frontière s’étendant depuis les rives de la Méditerranée.

4La faille saharienne fonctionne comme une réplique géographique, un relais et un amplificateur à l’affirmation plus marquée de la faille méditerranéenne. C’est une conséquence de la fermeture plus grande de l’Europe qui révèle les différents paliers différentiels structurant la périphérie dans sa relation à l’« Eurocentre ».

5Au Sud, à l’intérieur de la périphérie, le Sahara est également une ligne de faille, de différenciation et de confrontation. L’accroissement simultané du tropisme de l’Europe et de sa plus large diffusion, d’une part, et de sa fermeture, d’autre part, engendre, entre les différents éléments de sa périphérie, un mouvement de rapprochement et de découverte en même temps qu’une révélation et une exacerbation de leurs différentiels. Espace de transit et de connexion, le Sahara est aussi un terrain porteur de confrontations et de heurts.

6Mais les flux, pourtant, même s’ils se projettent dorénavant sur l’Europe, y parviennent peu. C’est la dangerosité extrême des itinéraires qui, imposant des traversées dans des conditions cauchemardesques menées malgré tout, donne une impression de poussée inexorable et ravive, en Europe, l’angoisse de la forteresse assiégée. Dans les faits, cette dernière est très peu concernée par cette migration, sauf comme projection fantasmée. Le verrouillage de l’Europe la rabat, par défaut, sur le Maghreb. De zone de transit, celui-ci est ainsi en voie de devenir zone tampon pour l’Europe. Mais l’irruption de l’immigration africaine, dans ces terres d’émigration, y pose un problème sociétal inédit à des sociétés en proie, elles-mêmes, aux dysfonctionnements du mal développement et largement déstabilisées par des plans d’ajustement drastiques. Confrontant à l’épreuve déstabilisante d’une altérité nouvelle un Maghreb déjà soumis à de graves tensions identitaires, réintroduisant le cosmopolitisme par la marge, en introduisant un autre « autre », l’immigré, elle stimule et précipite la reformulation d’une interrogation sur soi par les sociétés maghrébines.

7Parallèlement, le renforcement de la fonction répressive des pays maghrébins dans la lutte contre l’immigration, désiré par l’Europe, aboutit à renforcer le caractère répressif de leurs régimes et à creuser un déficit démocratique déjà lourd dans ces pays, alors que les dispositions répressives multiplient les tensions entre pays maghrébins et entre ces derniers et les pays sahéliens et leurs populations.

La réactivation du fantasme d’invasion

8L’émigration africaine vers et par le Maghreb est devenue un fait massif et important dès le début des années 1990, pour atteindre son apogée en 2000. Les refoulements et la répression musclée, côté maghrébin, ainsi que leur corollaire de drames, ne peuvent rien contre des flux qui s’installent dans la permanence, même s’ils connaissent, comme actuellement, des reflux.

  • 1  BENSAÂD Ali, « Agadez carrefour migratoire sahélo-maghrébin », Revue Européenne des Migrations Int (...)

9S’il est difficile de quantifier des flux informels, on peut cependant les estimer. En 2001, nous avions pu évaluer à environ 65 000 migrants le niveau minimal des flux annuels transitant par Agadez, carrefour migratoire captant l’essentiel de ces flux (niveau ayant pu atteindre 100 000) alors que les migrants sont déjà estimés à plus de deux millions dans la seule Libye et à près de 300 000 en Algérie1.

10En même temps que cette immigration a pris de l’importance, l’origine géographique des migrants s’est élargie. Initialement sahélienne, elle est devenue plus largement africaine, s’étendant à toute l’Afrique jusqu’à sa pointe à l’extrême sud. La fonctionnalité du Sahara comme espace de transit est telle qu’il est même utilisé par des filières internationales d’immigration clandestine asiatiques et, depuis peu, latino-américaines.

  • 2  Pour plus de détails, lire Miguel Hernando de Larramendi et Fernando Bravo dans le présent numéro. (...)
  • 3  BIT, Étude sur les migrations irrégulières à travers et vers le Maroc, août 2002.

11Dans la pratique, très peu de ces flux aboutissent en Europe, où le nombre de migrants subsahariens est infime par rapport aux autres migrants, y compris par rapport à ceux en provenance des pays maghrébins de transit2. Cependant, la surmédiatisation des traversées fournissant abondamment l’actualité en images spectaculaires et tragiques, ainsi que la forte opacité naturelle et symbolique des obstacles (le plus grand désert au monde et la mer se relayant) donnent une impression de « poussée inexorable » sous une « pression migratoire » puisant toujours plus loin au sud et se projetant toujours plus loin au nord. Continuant souvent à être expliquées de façon mécaniste par la pauvreté et les conflits qui sévissent en Afrique3, les migrations transsahariennes, plus que partout ailleurs, démentent pourtant largement les « évidences » qui structurent une vision paranoïaque et eurocentrée du phénomène et qui se fondent pour l’essentiel sur le postulat du tropisme de l’Europe et sur celui de la misère comme moteur de la mobilité.

  • 4  BENSAÂD Ali, op. cit., 2002, 2003.

12En premier lieu, ce n’est pas la misère de ces pays de misère qui vient à l’Europe : c’est plutôt parmi les mieux nantis qu’on retrouve le plus souvent les candidats au voyage. Ce n’est pas qu’une question de coût. C’est que « l’aventure », comme la nomment les migrants eux-mêmes, est tentée par les plus entreprenants ; et, parmi eux, les plus instruits, les plus cultivés, les plus ouverts au monde occupent une place importante et de plus en plus croissante : il y a quatre ans4, lors d’une enquête systématique à Agadez, nous avions dénombré que plus de 20 % des migrants clandestins ont une instruction au niveau du supérieur, alors qu’ils viennent de pays où la majeure partie de la population reste analphabète. Des sondages effectués depuis, sur ces itinéraires, tendent à confirmer une augmentation du pourcentage de cette catégorie de migrants. Ce n’est pas tant le marasme et l’impasse du développement des pays africains qui poussent de nouvelles couches à émigrer : c’est surtout l’émergence de la mobilité comme stratégie supplémentaire de développement de ressources et comme esprit et outil d’entreprise.

13Ainsi, il n’est pas fortuit que ce soit le Nigeria qui fournisse la part la plus importante de migrants. L’importance de sa population ne peut expliquer une telle disproportion. Ce qui explique la prépondérance des migrants originaires du Nigeria, c’est, paradoxalement, la relative richesse de ce pays pétrolier (lui-même pays d’immigration), son niveau de développement plus élevé, l’extraversion de son économie et, surtout, la démesure de son urbanisation, qu’illustre bien la tentaculaire Lagos, bien plus peuplée que toute la région Ile-de-France ! Autant d’éléments qui produisent des urbains plus ouverts à la modernité, plus tournés vers l’extérieur et donc plus nourris d’imaginaire migratoire.

14Cependant, il n’en fut pas toujours ainsi. L’évolution actuelle est à l’aune de la mondialisation, où ce sont les individus qui ont le plus de ressources d’ouverture à l’extérieur qui sont le plus susceptibles de mobilité. Malheureusement, la criminalisation de la traversée, et plus encore de l’entrée en Europe, font que ce sont aussi les candidats les mieux connectés aux réseaux mafieux qui ont le plus de chances de réussir : cet « écrémage » est l’un des effets paradoxaux de la fermeture de l’espace européen et de l’arsenal répressif développé en conséquence.

15En second lieu, ce n’est pas l’Europe qui attire plus ou qui accroît sa force d’attraction, mais c’est le monde qui se « contracte » : si, aujourd’hui, une part importante de ces flux finit par être captée par l’Europe et se trouve être tendue vers elle, ils ne sont pas tributaires de la seule attraction européenne.

16En effet, une majorité des migrants abordant le Maghreb – en tant que tel ou en tant que porte d’entrée vers l’Europe – ont déjà été « mis en mouvement » et ont une expérience de mobilité, le plus souvent dans un autre pays africain que le leur : les migrations inter-africaines sont importantes et anciennes. Qu’un pays comme la Côte-d’Ivoire ait pu abriter jusqu’à 1,7 million de travailleurs immigrés et sa capitale en compter jusqu’à 46 % de sa population totale illustre bien l’ampleur de ce phénomène !

17Si effet de l’Europe il y a, c’est donc d’abord dans les bouleversements qu’elle y produit dans les économies de ces pays. Ayant été « mis en mouvement », les migrants continuent à fructifier leur « capital de mobilité », en poussant celle-ci plus loin.

  • 5  GRÉGOIRE Emmanuel, Touaregs du Niger, le destin d’un mythe, Paris, Karthala, 1999.

18Avant de devenir massif au début des années 1990, de se projeter sur l’Europe et de drainer des flux de toute l’Afrique, cette émigration n’avait pour destination que le Sahara maghrébin et ne concernait que les populations voisines (essentiellement les Touaregs du Niger et du Mali)5: le développement du Sahara maghrébin (algérien et libyen surtout), dopé par les revenus pétroliers, a fonctionné comme un appel à l’échelle de tout le Sahara. Cet attrait pour le Sahara a, en outre, été relayé par d’autres pôles mineurs : face à la découverte de ressources minières dans d’autres régions (comme l’uranium au Niger) et aux conflits territoriaux (interétatiques ou interethniques) qui ont concerné tous les territoires sahariens sans exception, les différents États ont, en effet, été incités à développer d’autres pôles d’attraction dans cet espace pour mieux le contrôler.

19C’est paradoxalement le désir d’affirmation du marquage strict de la frontière et son institutionnalisation qui vont être générateurs de flux et fouetter la circulation. C’est au moment où les États affirment le plus leur désir de contrôle de leur espace saharien, qu’ils y réveillent la circulation, dans un espace qui était en latence, marqué tant par la régression démographique et urbaine que par le reflux de toute circulation.

20C’est entre ces pôles que s’est développée la circulation, qu’elle a élargi son échelle et que, de proche en proche, elle a renoué la jonction entre rive sahélienne et rive maghrébine du Sahara, se portant jusqu’aux rives du sud de la Méditerranée. C’est là, à sa porte méditerranéenne, que l’Europe s’impose alors directement à l’horizon de ces migrations et qu’elle les capte ; c’est là que ces migrations se greffent sur la circulation euro-maghrébine pour l’amplifier et constituent un appel à d’autres flux. Reconnectant l’Afrique noire au Maghreb, le Sahara a ainsi connecté directement l’Afrique noire sur l’Europe.

21Ainsi, la mondialisation avance aussi par les marges, comme le Sahara. Mais l’ouverture vers l’espace-monde est également le produit de logiques internes et d’un processus endogène, y compris dans les espaces périphériques comme le Sahara, qui se voient, tout à la fois, plus arrimés aux pôles centraux du Nord et repoussés à des fonctions encore plus périphériques et marginales. Le processus de déconstruction des frontières et l’arrimage aux espaces centraux mondiaux résultent aussi de processus endogènes des espaces périphériques eux-mêmes. Cela passe par des rapprochements, à la base, entre des aires socio-économiques et culturelles plus ou moins voisines et aboutit à une ouverture sur l’espace mondial.

Mondialisation et renouvellement de la circulation transsaharienne : le retour des logiques spatiales refoulées

22En ce sens, le Sahara, terre de transit et d’échange, retrouve sa fonction séculaire ; mais, dans les conditions contemporaines, il l’amplifie et l’exerce à une échelle plus vaste : l’échelle planétaire. Le bouleversement spatial qu’introduisent les connexions transsahariennes actuelles est ainsi comme un écho : au VIIe siècle, le Sahara avait déjà permis d’élargir les « limites » du « monde » avec l’ouverture sur l’Afrique, ignorée, puis avec l’organisation et l’animation du commerce transsaharien, qui allait alimenter, pendant plus de dix siècles, d’intenses échanges entre l’Afrique noire et la Méditerranée, centre du « monde » d’alors. Cette ouverture et cette nouvelle connexion furent, proportionnellement, un bouleversement spatial aussi radical, sinon plus, que celui engendré par les nouvelles routes océanes et la découverte de l’Amérique sept siècles plus tard.

23Le Sahara ne fait donc que réémerger d’une latence où l’avait plongé la concurrence des routes océanes et où il avait fini par être figé avec la colonisation. Le renouvellement de sa fonction de transit prend ainsi le sens d’une reprise d’un processus de mondialisation antérieur : contrarié alors, celui-ci se trouve aujourd’hui revivifié par des dynamiques contemporaines.

  • 6  Grégoire EMMANUEL et Jean SCHMITZ, « Monde arabe et Afrique noire : permanence et nouveaux liens » (...)

24Il est intéressant de noter comment cette circulation est en train de modifier les logiques spatiales, en redonnant vie aux anciens itinéraires et aux anciens centres transsahariens qui avaient été marginalisés par la colonisation laquelle, contre l’organisation spatiale méridienne qui avait prévalu jusque-là, avait institué une organisation zonale, faisant du Sahara un hiatus6. Ce renouvellement de la circulation méridienne, transsaharienne, est en quelque sorte un retour de logiques spatiales refoulées ; comme tout retour de refoulé, il est la source, aujourd’hui, d’inquiétudes, parce que ces logiques ne correspondent pas et brisent les cloisonnements institués pour les brider.

  • 7  BENSAÂD A., op. cit., 2003 ; BLIN Louis, L’Algérie du Sahara au Sahel, Paris, L’Harmattan, 1990 ; (...)

25Le remodelage de l’armature urbaine au profit des anciens centres transsahariens (tel Agadez croissant aux dépens de la capitale Niamey) ou des villes nouvellement créées au Sahara qui se situent sur les axes potentiels d’échanges méridiens (Sebha, Tamanrasset) indique bien le nouvel ancrage méridien des différents espaces nationaux et l’inévitable rapprochement entre Maghreb et Afrique noire. Les routes transsahariennes concurrentes, et en voie d’achèvement, partant du Maroc, de l’Algérie et de la Libye ne vont pas manquer de consolider cet ancrage ; celle, pionnière, partant d’Algérie a déjà joué un rôle considérable dans le développement de la circulation et sa canalisation vers l’axe central, alors même qu’elle n’était qu’à son ébauche7.

26Ces routes dans lesquelles investissent les pays maghrébins et des pays comme le Nigeria, au point de financer des tronçons en dehors même de leurs espaces nationaux (comme le font l’Algérie et le Nigeria pour le tronçon nigérien) seraient alors la réplique des routes qui, concurrentiellement, ont animé pendant des siècles le Sahara et arrimé le Maghreb à l’Afrique noire.

Le Sahara, nouvel enjeu des relations euro-maghrébines

27Alors que depuis des décennies la question de l’immigration maghrébine est un enjeu sociétal et politique majeur en Europe, alimentant des surenchères politiciennes et des phobies sécuritaires, et alors qu’elle continue à être un enjeu très sensible des relations euro-maghrébines, l’apparition de subsahariens, de plus en plus nombreux, parmi les migrants clandestins en provenance du Maghreb, ajoute une nouvelle dimension à la crise et des nœuds de crispation supplémentaires. Pourtant, ces Subsahariens ne sont pas très nombreux proportionnellement aux autres migrants, notamment maghrébins. Ce qui est source d’inquiétudes, c’est le fait que leur nombre ne cesse d’augmenter et, parmi eux, le nombre de ceux qui, à défaut et en attente de rejoindre l’Europe, sont migrants clandestins au Maghreb. Estimés entre 2 et 3 millions, ils sont perçus comme « une armée de réserve » de migrants prête à se déployer vers l’Europe.

  • 8  Groupe composé, côté maghrébin, de la Tunisie, de l’Algérie, de la Libye, du Maroc et de la Maurit (...)

28La question des migrations figure dorénavant en bonne place des conférences des ministres des Affaires étrangères ou de l’Intérieur qui se sont succédé dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen. Elle inclut depuis le début 2000 explicitement la question des migrations transsahariennes pour lesquelles les pays maghrébins sont à la fois « responsabilisés », « culpabilisés » et sollicités comme « sous-traitants ». Le retour de la Libye sur la scène internationale et son raccrochage, indirect, au processus de Barcelone, à travers le groupe des 5 + 58, permet à l’UE de prétendre traiter globalement la question avec les pays maghrébins.

  • 9  El Watan, quotidien, Alger, 26 octobre 2003.

29Le traitement de la question des migrations clandestines, particulièrement subsahariennes, est, de fait, une clause conditionnelle de négociation avec les pays maghrébins même s’il n’affleure pas toujours dans les déclarations officielles. Mais certains « dérapages » verbaux le confirment bien. Nicolas Sarkozy, en tant que ministre de l’Intérieur français, au-delà des rivalités du champ politique intérieur, a, comme d’autres homologues européens, bien montré son poids, au travers de la question migratoire, dans les relations et la coopération avec les pays du Maghreb. Ainsi, commentant et justifiant devant la presse algérienne des accords de coopération policière qui venaient d’être signés, il exprime, à sa façon, cette conditionnalité : « Si l’on est capable de travailler en totale confiance sur les questions de la sécurité, alors ce sera encore plus facile de travailler en totale amitié sur tous les autres sujets ». Et, dans la foulée, il se lance dans un plaidoyer pour une « zone de sécurité sur la Méditerranée occidentale qui associerait l’Espagne, la France et l’Italie au nord aux trois pays du Maghreb au sud9 ».

30Depuis 2002, cette conditionnalité s’exprime explicitement, collectivement et institutionnellement. Si les chefs d’État déclaraient déjà au sommet de Séville (juin 2002) « leur détermination à lutter contre l’immigration illégale, tout en privilégiant la coopération avec les pays d’origine », ils franchissent définitivement le tabou de l’explicite en 2004-2005. Ainsi le sommet européen de Bruxelles des 4 et 5 novembre 2004 déclare vouloir « l’intégration complète de la question de l’immigration dans les relations existantes et futures de l’UE avec les pays tiers » et, souhaitant « le renforcement des capacités aux frontières méridionales de l’UE », promet une aide aux « pays qui font preuve d’une réelle volonté de s’acquitter des obligations qui leur incombent ». Ce que les ministres de l’Intérieur et de la Justice réunis deux mois plus tard, les 27-29 janvier 2005, pour en concrétiser les recommandations, traduisent par une claire conditionnalité : « L’intensification de la coopération avec les pays de transit en matière d’asile devrait être prise en compte dans la politique du nouveau voisinage. » Auparavant la réunion du G5 à Florence avait appelé les 3 pays du Maghreb à « s’associer » pour former une « zone de sécurité ».

31Monnayant le rôle de « sentinelle avancée », les pays maghrébins font de la question des migrations transsahariennes un moyen de négociation et de pression avec les pays européens. La Libye s’en est largement servi pour négocier son retour sur la scène internationale et, avec l’Algérie, pour réclamer la prolongation de la levée de l’embargo à certains instruments militaires de surveillance. De façon plus générale, la question devient un atout pour les pays maghrébins afin de solliciter et marchander les « aides au développement » dans le cadre des rencontres euro-maghrébines sur les migrations du groupe 5 + 5. Si, contrairement au Processus de Barcelone bloqué, ce dernier connaît une réactivation, depuis 4 ans, c’est parce qu’il est centré quasi exclusivement sur la question de « la sécurité et de l’immigration clandestine ». Ce glissement vers l’axe de la Méditerranée occidentale n’est pas un simple glissement géographique, il est surtout un glissement thématique, recentré sur la migration aux dépens du développement, et marque bien qu’à la « conditionnalité démocratique » affichée au début du processus de Barcelone, s’est substituée une « conditionnalité migratoire » se traduisant par un rôle répressif accru des pays maghrébins.

Les « enfermés-dehors » de l’espace Schengen : le Sahara comme espace de relégation

32Si la maîtrise des frontières est devenue une préoccupation essentielle et un dossier des plus prioritaires et des plus sensibles des relations des pays européens avec les pays maghrébins, ceux-ci ne sont pas seulement sommés de surveiller leurs frontières avec l’Europe, ils sont aussi considérés comptables de leurs frontières méridionales en tant qu’elles ouvrent sur des itinéraires migratoires qui les traversent.

33Remontant en « amont », les exigences européennes portent maintenant autant sur le contrôle de leur territoire (les pressions sur l’Algérie et le Maroc pour faire disparaître les camps de migrants, spectaculairement rasés, et leurs occupants raflés dans les deux pays, au cours du premier trimestre 2005) que sur celui des frontières méridionales. Elles concernent aussi, dans une moindre mesure, le contrôle des frontières entre pays maghrébins (notamment la frontière algéro-marocaine). Contraints par les accords d’association de réadmettre les migrants ayant transité par leur territoire, ces pays organisent leur refoulement tandis que les polices européennes les assistent directement dans la surveillance des flux migratoires. Ainsi le Sahara se trouve-t-il transformé en une sorte de « limes » par l’embrigadement forcé des pays maghrébins dans le rôle de « sentinelles avancées » sommées de jouer le rôle de barrage de rétention et de sous-traitant d’une répression « déportée » et « délocalisée » loin des frontières et des opinions européennes.

  • 10  BELGUENDOUZ Abdelkrim, Le Maroc non Africain, gendarme de l’Europe ?, Rabat, 2003.

34Les répressions spectaculaires dont le Maghreb a été le théâtre ces deux dernières années ainsi que la surenchère affichée dans les communiqués des États indiquent bien que ceux-ci ont revêtu l’habit de « supplétif de la répression ». Alors qu’aucune disposition légale ne prenait en compte la réalité migratoire, pratiquement tous les pays maghrébins, entre 2003 et 2004, ont adopté des mesures plus restrictives de circulation sur leur territoire ; mesures servant à couvrir juridiquement des dispositions répressives qui restreignent tout autant les garanties de protection des personnes que celles des libertés publiques des pays légiférant10.

  • 11  Déclaration à La Stampa reprise par Le Monde, 25 août 2004.

35Paradoxalement, ce sont dorénavant les pays maghrébins qui, après s’en être défendu, mettent en exergue la forte présence de migrants sur leurs territoires ainsi que leur proximité avec l’Europe dans un désir de les faire valoir comme une « rente géographique » pour la « protection » de l’Europe. Chacun d’entre eux se présente dorénavant comme « le lieu de passage » privilégié et la plaque tournante des migrations africaines. Renversant la figure de la victime, le discours officiel maghrébin présente les sociétés locales comme victimes de flux migratoires envahissants et, relayant le discours sécuritaire européen, présente l’étranger comme une menace. Les propos de Chalgham, ministre des Affaires étrangères libyen illustrent ce renversement : « Certains quartiers de Tripoli sont entre les mains des immigrés. Ils imposent leurs lois, la drogue et la prostitution sont florissantes. Quand je disais que pour nous, c’est une invasion, c’est exactement ce que je pensais11. »

36La manchette « immigration clandestine » est quasi quotidienne, notamment en Algérie et au Maroc, et se décline sous différents thèmes, depuis les communiqués égrenant les refoulements jusqu’à la diabolisation des migrants les associant à la délinquance ou à la propagation des MST.

37Depuis deux ans, les vagues de répression sont non seulement ininterrompues, importantes et violentes mais elles sont surtout mises en scène médiatiquement pour être données à voir même si les conditions de leur déroulement, elles, continuent à être fortement tues parce que révélant de graves atteintes aux droits des personnes. Les différents corps de sécurité (police et gendarmerie) publient des communiqués égrenant les arrestations, les refoulements et l’abnégation des services de sécurité. Ils sont autant de gages donnés par les pays maghrébins à l’Europe.

38Ce faisant, ils s’acquittent de leur rôle de « barrage de rétention » en amplifiant le caractère répressif caractérisant leur mode de gouvernance. À l’égard des migrants africains, les pays maghrébins ne font qu’amplifier les dépassements et les violations qu’ils exercent déjà aux dépens de leurs citoyens. La répression des migrants devient même une nouvelle ressource pour des fonctionnaires corrompus encouragés par la déliquescence des États et aggravant des conditions de traversée déjà dramatiques. Ainsi en Algérie l’abus des policiers est tel dans le « commerce du refoulement » qu’il a fallu les « doubler » par la gendarmerie, ce qui, selon les migrants, a pour effet de multiplier leur « dîme ». Dans ce pays aussi bien qu’au Maroc, les rackets et la violence des rafles contre les migrants (tabassage, destruction et vols de biens, violations de domiciles) sont tels que, malgré les limites imposées à l’expression publique, associations et presse s’en font l’écho et laissent entrevoir l’émergence de cette question comme l’un des catalyseurs du renforcement du poids des sociétés civiles maghrébines.

39L’effet le plus inquiétant de cette répression est que les expulsions massives consistent pour l’essentiel à se débarrasser des migrants dans des no man’s land désertiques et instaurent au Sahara des espaces de relégation. Les migrants relégués, pour survivre dans ces confins désertiques, y organisent leur propre « enfermement », des « camps d’auto-enfermement » au Sahara, en dehors de l’espace Schengen. Cet « enfermement » se fait au dehors de tout espace répressif fermé. En dehors de l’Europe, En dehors du Maghreb, dans des confins situés pratiquement au dehors de tout cadre territorial étatique, les migrants sont livrés au « dehors » d’une nature dont la seule opacité assure une claustration « ouverte », dans le dehors.

40Ces espaces se déploient selon une ligne discontinue parcourant les confins nigéro-libyens et algéro-maliens. C’est là que sont « lâchés » les migrants raflés et refoulés.

41À Tin Zouatin, à la frontière algéro-malienne, l’un des trois points de refoulement des migrants africains par l’Algérie (les deux autres étant Bordj Moktar à la même frontière, 400 km plus à l’Ouest et In Guezzam à la frontière algéro-nigérienne), nous avons pu vérifier qu’au cours des mois de décembre 2004 et janvier 2005, les refoulements se faisaient au rythme de 300 à 600 personnes, une à deux fois par semaine, une moyenne donc, à ce seul point, de 3 000 personnes par mois (selon les autorités consulaires nigériennes, il y en aurait autant à In Guezzam). Les migrants raflés y sont lâchés, à quelques centaines de mètres d’un lit d’oued marquant la frontière, et rejoignent les ruines d’un village touareg malien détruit où ils organisent leur survie, faisant eux-mêmes de ce village en ruines le lieu d’une « détention ouverte ».

42Si la Libye médiatise des « rapatriements » par avion, l’essentiel des refoulements se fait par camion vers Dirkou à l’intérieur du territoire nigérien et assez souvent à Tumu ou Madama, à proximité de la frontière où ils sont censés être récupérés par des relais africains. Or, dans la pratique, les refoulés s’y entassent dans des conditions déplorables. Dirkou que nous décrivions, il y a cinq ans, comme la ville transit ayant connu une formidable explosion du fait de cette activité, devient une ville de rétention où « s’enferment » les migrants refoulés. La Libye annonce, à elle seule, avoir refoulé 54 000 personnes au cours de l’année 2004 : presque autant qu’il en passait, au moment des plus importants flux, par Agadez qui en canalisait la majeure partie.

43C’est comme si l’on assistait depuis 2003 à une inversion des flux. Or, dans la pratique, il n’en est rien. À part les refoulés par avion (moins d’un dixième des refoulés de Libye), il y a très peu de migrants qui retournent dans leurs pays d’origine. À Tin Zouatin, les transporteurs clandestins, prévenus par leurs complices policiers, devancent même les convois de refoulement pour proposer aux refoulés, parfois à crédit, de les ramener sur Tamanrasset d’où ils venaient de se faire refouler.

  • 12  RODIER, C., « Les camps d’étrangers, dispositif clé de la politique d’immigration et d’asile de l’ (...)
  • 13  BENSAÂD, A., « Avec les clandestins du Sahel », Le Monde diplomatique, Paris, septembre 2001, p. 1 (...)

44Si le débat intervenu en Europe sur l’installation de camps de transit au Maghreb trouve des antécédents dans la gestion européenne des migrations dès 1986 avec les propositions d’externalisation que proposait alors, déjà, le gouvernement danois12, ces pratiques de relégation montrent que le terrain a déjà devancé, dans le pire, les débats. Et elles ne sont pas nouvelles non plus puisqu’au moment même où la Libye se présentait encore comme un « pays d’accueil », il y a 5 ans, nous avions signalé l’existence de camps de rétention avec des conditions d’incarcération moyenâgeuse. Certains se trouvaient emprisonnés dans ces camps depuis 199613 !

45En voulant « déporter » et « délocaliser » les dysfonctionnements de l’espace humain méditerranéen, le risque est grand d’aboutir à une aggravation et une multiplication des facteurs d’instabilité sur le flanc sud de l’Europe.

46Le premier des risques est, qu’en voulant renforcer la fonction répressive des pays maghrébins dans la lutte contre l’immigration, on aboutisse fatalement à renforcer leur caractère répressif alors que le passif démocratique est déjà lourd dans ces pays et qu’il est à la source de leur stagnation. L’accentuation de la répression pourrait déboucher sur plus d’instabilité au Maghreb et une augmentation des flux migratoires.

  • 14  Le trafic des cigarettes, transitant par le Sahara, parce qu’il est l’un des plus juteux et l’un d (...)

47Enfin, en les prenant en étau, on met en difficulté les pays maghrébins. En voulant faire pression sur eux et en voulant les embrigader dans un rôle de supplétifs de la répression, on contribue à vider la notion d’État-nation de sa substance et à amoindrir ses capacités de régulation sociale et spatiale, dont justement le contrôle de son territoire. L’affaiblissement de l’État ne nuit nullement à la perpétuation des groupes qui instrumentent ces flux depuis les agents qui organisent ou sont complices de ce trafic14jusqu’aux dirigeants qui, se légitimant de ce nouveau « risque », négocient, pour se perpétuer, le rôle de « sentinelle avancée » et de « supplétifs de la répression », réduisant l’État au rôle d’interface de négociation et de captage des aides. L’acceptation par la Libye de la présence de militaires italiens sur son sol pour y surveiller les migrants sert surtout à ses dirigeants pour se relégitimer à un niveau international.

De l’espace tremplin à l’espace tampon : le Maghreb nouvel espace d’immigration

48Devant le verrouillage de l’Europe – et à défaut ou dans l’attente d’y accéder –, les candidats à l’émigration deviennent immigrants clandestins au Maghreb. D’espace de transit, celui-ci devient donc, de plus en plus, espace d’immigration. Et c’est dans cet espace que se font surtout ressentir les effets de flux migratoires.

49Ces flux sont à la source de toute une économie de la migration informelle dont les enjeux, très importants, l’enracinent dans la réalité et rendent illusoires l’idée de la combattre.

50Cette économie est génératrice de ressources liées en premier lieu à la phase et à la fonction de transit dans les pays du Sahel. Elle acquiert ainsi une grande importance pour les espaces de transit, en général parmi les plus pauvres au monde, à l’image du Niger, devenu plaque tournante de ce trafic, et où elle est une ressource vitale. Aussi s’y organise et prospère légalement, au grand jour, toute une « économie du voyage » autour d’une émigration pourtant illégale et clandestine.

51L’importance relative de cette ressource est telle que l’État en est le premier organisateur et le bénéficiaire direct à travers un système de « taxes de passage ». En sus, elle lui sert de ressource politique, l’activité liée au transit (notamment le transport des migrants) étant attribuée sur une base politique et clientéliste. C’est jusqu’aux ancestrales tribus nomades (les Touaregs essentiellement) qui, affectées par l’impact de ces flux, renouvellent leurs fonctions de guides et de convoyeurs en se positionnant comme passeurs. Et, renouvelant leur fonction de passage, ces tribus renouvellent, par-là, les pratiques caractéristiques des tribus nomades marquées par le double rôle du « convoyeur/pilleur » : elles s’enrichissent autant du convoyage que du pillage, le pillage renforçant leur fonction de convoyage. Ainsi, parmi les migrants « convoyés », beaucoup sont-ils dépouillés de leurs biens et abandonnés.

52C’est au Maghreb qu’apparaissent mieux les enjeux économiques de cette migration. Les migrants africains y constituent une réserve flottante de main-d’œuvre, dont la faible rémunération et la disponibilité pour les travaux pénibles, notamment en milieu saharien, en font une appréciable source de profits pour les économies locales. Des secteurs entiers de l’économie saharienne – notamment dans le BTP et la mise en valeur agricole – doivent leur rentabilité à cette main-d’œuvre. Mais cette dernière est aussi de plus en plus présente dans le nord du Maghreb, où elle fournit notamment une part croissante de travailleurs à domicile.

53L’importance stratégique du Sahara pour les États maghrébins, l’importance des projets de développements qui y sont initiés et la présence encouragée d’entrepreneurs ont pour conséquence une tolérance à l’égard de ces derniers dans l’utilisation d’une main-d’œuvre qui accroît leur rentabilité. Ces entrepreneurs sont, de fait, des notabilités locales et des relais du pouvoir, qui, en pratique, ont assez de prérogatives pour gérer, localement, la question des migrations dans le sens de leurs intérêts.

54Par beaucoup de ses aspects, cette « immigration clandestine » reproduit, quasi-schématiquement, les caractéristiques et la place qu’occupe celle d’Europe. Ce sont les mêmes secteurs qui l’utilisent et fondent dessus leur prospérité : BTP, agriculture, restauration-hôtellerie, confection et travail à domicile. Concernant la confection, la position des migrants africains est confortée, de plus, par l’évidente tonalité africaine des tenues vestimentaires dans le sud du Maghreb et leur savoir-faire en ce domaine. Pour le travail à domicile, un « irrédentisme social », hérité d’une fiction d’égalitarisme remontant à la guerre d’indépendance et rendant les Algériens, malgré leur évidente paupérisation, réfractaires à ce type de travail, fait des Africains les pourvoyeurs d’un secteur que le creusement des inégalités favorise.

  • 15  RÉA A., « Éclats de frontières », La Pensée de midi, Paris, Actes Sud, 2004.

55On pourrait reprendre à son compte les propos d’Andréa Réa sur le statut de clandestinité et sa pérennisation en Europe : « [elle] est connue de la plupart des acteurs sociaux, économiques et politiques ; [et]… répond aux exigences économiques de certains secteurs d’activité…15 ».

56La présence de ces migrants est tellement inscrite dans les réalités économiques locales des villes sahariennes que même les grandes vagues d’expulsion massives sont, de fait, sélectives. Elles épargnent toujours une bonne partie de ceux qui, dans le moment, sont intégrés à une activité et qui bénéficient, momentanément, de la protection de leur employeur et de ses complicités. Il se met donc en place une véritable économie de la traite, mêlant notables et entrepreneurs locaux, mafias locales et sahéliennes, agents de l’État : traite de main-d’œuvre pour les chantiers et travail à domicile, traite des « Blanches » (en l’occurrence, ici, il s’agit de « Noires ») pour la prostitution, filières de racketteurs et de passeurs pour le transit. Les journaux maghrébins parlent eux-mêmes de « traite des esclaves ». C’est une économie très prospère dans laquelle les représentants de l’État sont largement impliqués ; c’est d’ailleurs dans les pays qui étaient les plus « étatistes », comme la Libye, que ce type de trafic prend les plus grandes proportions. C’est ainsi que les navires récemment naufragés en Méditerranée sont partis de Libye ; et cette éventualité aurait été absolument inenvisageable il y a quelques années, lorsque l’État libyen, affichant une volonté hégémonique, se donnait les moyens d’un quadrillage de son territoire. L’affaiblissement de l’État dans ces régions rend illusoire tout contrôle, parce que ce trafic est source d’une grande corruption.

57Les sociétés maghrébines se retrouvent ainsi confrontées à une réalité autant nouvelle que délicate : l’irruption de l’immigration africaine pose un problème sociétal inédit à des sociétés elles-mêmes en proie aux crises sociales, aux dysfonctionnements du mal développement et largement déstabilisées par des plans d’ajustements structurels drastiques. Relégués à la clandestinité – ou, au mieux, à un statut ambigu –, les migrants sont soumis à l’aléatoire et à des conditions de séjour très précaires. Aux tracasseries policières et aux chantages des employeurs s’ajoute un racisme vécu au quotidien, qui prend même parfois des tonalités d’exclusion violente. Celle-ci a été poussée à l’extrême lors des massacres perpétrés par des Libyens en causant la mort de plusieurs centaines de migrants africains.

58Les réalités de la vie quotidienne sont tout aussi édifiantes quant à la xénophobie et à l’intolérance à l’égard des migrants africains. Les sociétés maghrébines confirment ainsi, à leur tour, qu’aucune société n’a le monopole de l’intolérance.

59Mais au-delà de la précarité de sa situation et de son exploitation, la présence de cette immigration renvoie aux sociétés maghrébines des interrogations essentielles sur leurs fondements. Ainsi en est-il des mariages mixtes d’Algériennes avec des migrants « clandestins » (deux cents environ dans la seule ville de Tamanrasset), des enfants nés en Algérie privés d’existence légale et de scolarisation. Ces phénomènes posent en bloc le problème du statut de l’étranger (aucune disposition légale ne prend en compte et n’ouvre la possibilité d’une régularisation), celui du Code de la nationalité (quasiment inaccessible à un étranger), celui du statut de la femme (le mariage mixte socialement inenvisageable pour une femme et interdit, en tout cas, religieusement pour les femmes avec des non-musulmans, même si la majorité des mariages observés ont eu lieu avec des Africains musulmans ou se déclarant comme tels).

Le Sahara comme terrain de confrontation entre Maghreb et Afrique noire

60À travers ce flux de migrants africains vers le Nord, le contact se densifie et s’élargit entre les aires socio-culturelles, maghrébine et noire africaine ; il redessine des « lignes de front » identitaires et reformule la question de l’altérité en faisant se croiser des regards démultipliés : au regard habituel de l’Occident – miroir dans lequel l’interrogation sur soi a pris l’habitude d’être formulée – s’adjoint le regard d’un autre horizon, celui de l’autre « autre », l’immigré dans ces terres d’émigration.

  • 16  HENRY J.-R. et NACIRI M., « Vers une Europe sans rivage ? », Esprit, Paris, décembre 2003, p. 151- (...)

61Ainsi, au problème sociétal inédit que pose l’immigration africaine s’ajoute l’épreuve doublement déstabilisante de la confrontation à une altérité nouvelle, alors que le Maghreb connaît déjà de graves crises identitaires, enclenchées par l’onde de choc coloniale, prolongées par le tropisme européen (qu’alimente une très forte proximité) et potentialisées par un décalage socio-économique croissant accentuant frustrations et affirmations identitaires16. C’est dans un tel contexte de fragilisation et de crise que les sociétés maghrébines se voient confrontées au défi d’une nouvelle altérité.

62En effet, celle-ci se pose, par rapport à l’Europe, dans une perspective complètement inversée : la remise en contact avec l’Afrique noire, dans les conditions actuelles, pérennise une longue histoire de rapports inégalitaires entre les deux aires. Le migrant africain n’est pas un simple « autre », mais un « autre » qui a déjà une existence dans la mémoire historique et une place assignée dans les représentations. L’inégalité d’aujourd’hui s’ancre, au moins dans les représentations, dans celle d’hier. Elle l’utilise en tout cas pour se justifier.

  • 17  AOUED-BADOUEL Rita, « “Esclavage” et situation des “Noirs” au Maroc dans la première moitié du XXe (...)

63Des rapports inégalitaires ont en effet marqué pendant longtemps, et jusqu’à un passé somme toute récent, les relations entre ces deux aires, à travers notamment la traite esclavagiste pratiquée au Maghreb jusqu’à la fin du XIXe siècle, voire jusqu’au milieu du XXe (même si les formes de cette traite étaient ténues au Maroc). La présence des esclaves – presque exclusivement d’origine noire africaine – jusqu’au début du XXe siècle était forte dans le paysage social : il représentait probablement entre 1 et 7,5 % de la population totale marocaine, et les transactions les concernant s’élevaient à plusieurs milliers par an17. Plus de dix siècles de commerce transsaharien – dont la traite des esclaves a été le principal vecteur avec l’or – ont structuré, au Maghreb et jusqu’au siècle dernier, une représentation de l’Africain construite autour d’un sentiment de supériorité et d’inégalité foncière.

  • 18  Ibid.
  • 19  HARBI Mohamed, Une vie debout, Mémoires politiques, t. 1, Paris, La Découverte, 2001.

64C’est cette inégalité qui fonde la construction et la mémoire historiques des rapports à l’Afrique noire et que restitue en un raccourci édifiant la polysémie du terme « ‘abd », usité autrefois dans le monde arabo-musulman pour désigner une fonction (serviteur-domestique), un statut (esclave) et une couleur de peau (noire, de race noire) et qui confirme la tendance à assimiler statut servile et appartenance raciale18. C’est cette mémoire historique qui est réactivée aujourd’hui lorsque, en Libye par exemple, le terme « ‘abd » est l’identifiant public et quasi unique pour désigner les migrants africains… Ce sont les mêmes constructions mentales, historiquement sédimentées, qui entrent en jeu, encore aujourd’hui, dans l’attitude ambiguë de l’élite citadine marocaine à l’égard des travailleurs domestiques et qui expliquent que perdurent des formes de domesticité dont certains aspects sont dénoncés comme étant des « formes modernes d’esclavage ». Ce sont encore ces constructions mentales qui ont joué dans l’ostracisme à l’égard des populations noires en Algérie – y compris à l’égard des élites – pendant la guerre de libération, dans un mouvement national pourtant radicalement uniciste19. L’armée algérienne, véritable ossature du pouvoir, n’a compté parmi ses dizaines de généraux qu’un seul noir, qui, plus est, fut confiné à un rôle discret, à l’écart des centres décisionnels et opérationnels (attaché militaire d’ambassade puis conseiller à la présidence) ; et parmi les institutions, seule la centrale syndicale a eu un dirigeant noir.

65La stigmatisation par la couleur (noire) de la peau est une pratique qu’illustre le sens injurieux que comporte le mot « Kahlouche »(« noiraud »). Il faut noter à cet égard comment cette même mémoire historique peut s’alimenter aussi dans l’imaginaire européen dont l’irruption est récente, pour mieux asseoir ses propres représentations : ainsi « nigro » (le mot « nègre » créolisé) est une injure réappropriée et doublement chargée. Aussi, ce nouvel « autre », le migrant africain, surgit-il dans un univers où la mémoire historique le confine à une place préalablement forgée et assignée.

  • 20  Lire Claude ARDITI, « les violences ordinaires ont une histoire : le cas du Tchad », Politique afr (...)

66Même si les acteurs actuels n’ont qu’une connaissance approximative de la période de la traite esclavagiste dont la mémoire collective de leurs sociétés n’a conservé que des rudiments simplifiés, elle participe, de façon essentielle, aux conflits qui ont secoué les différents pays de cette zone de contact entre monde arabe et Afrique et dont les acteurs remobilisent, pour disqualifier leurs adversaires, des représentations reconstruites aux regards d’enjeux actuels et ramenées à une simple opposition binaire, reproduisant, à ce sujet le même discours du Tchad à la Mauritanie en passant par le Niger et le Mali20. Et si ces conflits n’ont concerné actuellement que la rive sahélienne du Sahara dans des pays qui ont réuni, souvent artificiellement, des populations très diverses, les migrations africaines et leur gestion portent les ingrédients de cette confrontation à l’intérieur même de pays maghrébins où le mythe de l’homogénéité socioculturelle des populations est un des tabous les plus intouchables. De plus en plus, parmi les migrants, des jeunes, nombreux, ayant acquis dans leurs pays une culture politique et de contestation, refusent frontalement une ségrégation et une répression qu’ils « rationalisent » en référence au passé esclavagiste du Maghreb. Si le terme « ‘abd » est de plus en plus couramment usité au Maghreb pour désigner les migrants africains, ces derniers sont prompts à qualifier les pays maghrébins d’« esclavagistes ». Ils le font avec un comportement résolument frondeur, d’autant plus qu’aussi bien dans les confins désertiques où ils sont relégués, qu’aux marges des villes sahariennes où ils tentent d’échapper aux rafles (par exemple dans les monticules et grottes à la périphérie de Tamanrasset), les migrants n’hésitent plus à s’opposer aux violences policières et à réagir fermement aux sarcasmes des populations. La probabilité que ces tensions à l’intérieur des pays du Maghreb fassent jonction avec des tensions régionales constituées des mêmes ingrédients sur cette « ligne de faille » n’est pas à exclure et explique, par ailleurs, la phobie des autorités maghrébines à laisser filtrer des informations sur le traitement de ces migrants dont elles « marchandent » pourtant la présence.

67En mettant à jour les ambiguïtés de la relation à l’étranger, la présence de ces migrants fait ressortir celles des relations à l’intérieur de la société d’accueil. Leur présence pointe le malaise entourant le statut des Hartanis (descendants de populations serviles). Alors qu’en Algérie et en Libye, ces populations ont bénéficié autant d’un volontarisme des pouvoirs politiques pour leur promotion que de la mise à l’écart volontaire des Touaregs des structures de la modernité et qu’ils ont pu acquérir un statut socio-économique qui surclasse celui de leurs anciens maîtres (la fonction publique est, ainsi, aux mains des Hartanis dans les régions sahariennes où leur présence est notable), la présence des Africains au Maghreb, le rejet et le racisme dont ils sont l’objet, remet à jour la marginalisation symbolique dont continuent à souffrir les Hartanis. Aussi leur volonté de se différencier des migrants africains s’exprime par des rejets violents et une surenchère dans l’affirmation du sentiment national. Ainsi à Tamanrasset, les migrants africains trouvent leurs « niches » d’habitat auprès des Touaregs, alors qu’ils sont totalement absents des quartiers de Hartanis qui leur sont ostensiblement clos. Certes, dans les vieilles villes comme celles de Ouargla (le quartier Soukra) ou de Tripoli, les migrants africains se retrouvent dans les mêmes quartiers que des Hartanis, mais cette proximité physique, qui ne donne lieu à aucun échange, est celle d’une proximité sociale avec les fractions les plus marginalisées. Leur cohabitation est source de tensions où, dans un déni identitaire, les descendants de populations serviles traitent les migrants « d’esclaves » ! Pourtant, c’est dans le milieu hartani que les migrants trouvent les interstices à leur ancrage : ainsi les mariages mixtes qui commencent à prendre de l’importance sont réalisés uniquement avec des personnes de souche hartani.

68Quant aux Touaregs, alors qu’ils pratiquent et se prévalent de conceptions hiérarchiques archaïques pouvant être choquantes dans le contexte maghrébin actuel, ils offrent le paradoxe d’être ceux qui rejettent le plus la xénophobie. Bien que leur volonté de maintenir une distance hiérarchique soit très forte (et elle peut aller jusqu’à l’utilisation d’un esclavage explicite ou déguisé en domesticité), ils sont ceux qui résistent aux clichés et revendiquent explicitement le droit à la présence des Africains. Ainsi, cachant peut-être une autre forme de « racisme » et alors que l’apparition du SIDA est une des « tares » dont sont accusés les migrants aussi bien dans la presse que par l’homme de la rue, les Touaregs (nous avons pu le vérifier dans des entretiens) soutiennent que ce mal ne peut être véhiculé par des Africains qui ont toujours été présents au Sahara, mais qu’il est le fait « d’étrangers » : ceux venus du Nord ! Cela ne peut s’expliquer seulement par le bénéfice que tirent les Touaregs du transit de ces migrants et dont ils sont les principaux organisateurs. L’explication se trouve, peut-être et surtout, dans la familiarité à l’autre construite pendant les siècles de convoyage du commerce transsaharien et qui ont fait l’Africain plus familier que le nouvel arrivé du Nord.

69Les chemins des migrations, en revivifiant les vieilles pistes et en contractant les distances géographiques, reconnectent donc également les fils de l’histoire, passages obligés pour une intégration par le bas, déjà en marche.

Les contours d’un espace possible de confluence, de rencontre et de complémentarités entre « périphéries »

70Alors que le Maghreb est, par effet de retour de l’onde de choc produite par la colonisation, gagné depuis les indépendances par un monolithisme culturel et religieux qui a évacué toute dimension cosmopolite – notamment en Algérie et en Libye (au Maroc et en Tunisie, la présence étrangère, entre autres à travers le tourisme, n’a pas de réelle emprise sociale) –, les migrations transsahariennes réintroduisent un cosmopolitisme par la marge. Ce dernier – réalité évidente dans les grandes villes frontalières sahariennes – diffuse ses ondes, à une échelle beaucoup plus modeste, jusque dans les grandes villes du Nord.

71Le cosmopolitisme, c’est d’abord celui de l’africanité, qui se présente à la fois comme une altérité radicale nouvelle pour des sociétés maghrébines coupées de tout contact avec cette dimension, mais aussi comme une altérité renouvelée, car il y a un passé de contacts et un héritage commun entre les deux aires. L’africanité est, en outre, une dimension sédimentée dans la culture maghrébine, avec certains pans « fossilisés » qui se retrouvent remis brusquement en contact avec leur « source », à l’exemple des anciens et des « nouveaux » griots, le renouvellement des pratiques de « Candomblé » qui existent sous des formes acculturées au Maghreb…

72Mais l’effet le plus inattendu et le plus spectaculaire de ce cosmopolitisme, au-delà de l’africanité, c’est le retour (ou l’introduction), au travers des populations africaines migrantes, de la langue française (et anglaise) et de la religion catholique (et protestante). Cet effet s’exprime déjà dans la réactivation des Églises, réduites jusque-là à des « présences de témoignage » et revitalisées par la présence des migrants dont une grande partie est chrétienne – d’autant qu’elles jouent auprès de ces migrants un rôle caritatif comblant l’absence d’ONG. Cette présence, tout en produisant une sorte de syncrétisme entre les différentes pratiques des migrants venant d’horizons divers et celle des églises « locales », représente également une intrusion dans le paysage culturel et cultuel maghrébin. Une « intrusion » qui, malgré des rejets, est loin de susciter des tensions alors qu’un pays comme l’Algérie, par exemple, est secoué depuis plus d’un an par un débat passionnel autour de conversions au christianisme supposées massives du fait du prosélytisme d’églises évangélistes. Ces dernières profiteraient du reflux de l’islamisme et des désaffections générées par ses pratiques extrêmes. En contrepartie, on observe une diffusion de l’arabe dans les pays du Sahel grâce aux migrations. Symbolisant une expérience et un savoir-faire dans la pratique de la mobilité, cette langue acquiert ainsi une fonction valorisante, aussi bien chez les populations africaines que chez les Touaregs berbères : dans une ville carrefour comme Agadez, l’arabe est devenu une des principales langues d’échange.

73Mais le cosmopolitisme s’insinue aussi sur le terrain des modes de vie : ainsi en est-il de l’exubérance et des façons de vivre tranchant avec la relative austérité maghrébine. L’assimilation hâtive des comportements non conformes au rigorisme ambiant dans la sphère publique maghrébine à la prostitution traduit bien le malaise résultant de la confrontation avec des modes de vie autres. La prostitution, réalité indéniable accompagnant les flux migratoires– et contribuant parfois à les financer –, en est l’aspect le plus volontiers « vu », probablement parce que le plus aisément stigmatisable, notamment en Libye ou en Algérie, où, sous la pression des lobbies d’opinions islamistes, les manifestations publiques des prostitutions ont été gommées. Un tel raccourci permet l’économie d’interrogations sur soi et pèse de façon aiguë sur des jeunes pris dans le carcan du rigorisme.

74Brouillant les lignes de front identitaires, reformulant la question de l’altérité et croisant des regards démultipliés, les migrations transsahariennes, en introduisant au Maghreb, terre d’émigration, un autre « autre », l’immigré, offrent aux sociétés maghrébines l’opportunité d’une acuité du regard sur elles-mêmes. Elles sont une interpellation qui aiguise l’interrogation sur soi et la soustrait au labyrinthe de la posture construite au seul regard habituel venant de la rive nord, miroir auquel s’est habituée à être formulée cette interrogation. Participant à la construction de mixités et de métissages nouveaux, elles déblaient les contours d’un espace de confluence qui, organisant la rencontre et les complémentarités entre « périphéries », conforterait également le voisinage de l’Europe. Mais leur gestion sécuritaire par l’Europe, qui embrigade les pays du Maghreb dans un rôle de sous-traitant d’une répression délocalisée loin des frontières européennes, risque, en accusant plus fortement le caractère répressif de leur régime, en creusant encore plus le déficit démocratique dans cette région et en démultipliant les tensions entre pays et populations diverses, d’aboutir à la réactivation de tensions sur une ligne de faille particulièrement active.

Haut de page

Notes

1  BENSAÂD Ali, « Agadez carrefour migratoire sahélo-maghrébin », Revue Européenne des Migrations Internationales, 2003, (19) 1, p. 7-28, et « La grande migration africaine à travers le Sahara » Méditerranée, Aix-en-Provence, n° 3-4, 2002, p. 41-52.

2  Pour plus de détails, lire Miguel Hernando de Larramendi et Fernando Bravo dans le présent numéro.

3  BIT, Étude sur les migrations irrégulières à travers et vers le Maroc, août 2002.

4  BENSAÂD Ali, op. cit., 2002, 2003.

5  GRÉGOIRE Emmanuel, Touaregs du Niger, le destin d’un mythe, Paris, Karthala, 1999.

6  Grégoire EMMANUEL et Jean SCHMITZ, « Monde arabe et Afrique noire : permanence et nouveaux liens », Autrepart, n° 16, 2000, p. 5-20.

7  BENSAÂD A., op. cit., 2003 ; BLIN Louis, L’Algérie du Sahara au Sahel, Paris, L’Harmattan, 1990 ; CÔTE M., « Ces itinéraires du moyen Âge qui font les flux d’aujourd’hui », in BENSAÂD A. (dir.), « Marges et Mondialisation », numéro spécial n° 185, Maghreb-Machrek, 2005. Voir aussi Grégoire EMMANUEL, op. cit., 1999.

8  Groupe composé, côté maghrébin, de la Tunisie, de l’Algérie, de la Libye, du Maroc et de la Mauritanie et, côté européen, de l’Italie, de la France, du Portugal, de l’Espagne et de Malte.

9  El Watan, quotidien, Alger, 26 octobre 2003.

10  BELGUENDOUZ Abdelkrim, Le Maroc non Africain, gendarme de l’Europe ?, Rabat, 2003.

11  Déclaration à La Stampa reprise par Le Monde, 25 août 2004.

12  RODIER, C., « Les camps d’étrangers, dispositif clé de la politique d’immigration et d’asile de l’Union européenne », in P.-A. PERROUTY, La Mise à l’écart de l’étranger, centres fermés et expulsions, Bruxelles, Labor, 2004

13  BENSAÂD, A., « Avec les clandestins du Sahel », Le Monde diplomatique, Paris, septembre 2001, p. 16-17.

14  Le trafic des cigarettes, transitant par le Sahara, parce qu’il est l’un des plus juteux et l’un de ceux dont la « traçabilité » est la plus aisée, illustre le mieux l’implication des groupes dirigeants, à différents niveaux, dans les trafics transfrontaliers et donne donc une idée de leur instrumentation dans d’autres secteurs : pour plus de détails, lire BENSAÂD A., « Les migrations transsahariennes, une mondialisation par la marge », Maghreb-Machrek, op. cit., 2005.

15  RÉA A., « Éclats de frontières », La Pensée de midi, Paris, Actes Sud, 2004.

16  HENRY J.-R. et NACIRI M., « Vers une Europe sans rivage ? », Esprit, Paris, décembre 2003, p. 151-158.

17  AOUED-BADOUEL Rita, « “Esclavage” et situation des “Noirs” au Maroc dans la première moitié du XXe siècle », in MARFAAING L. et WIPPEL S. (dir.), Les Relations transsahariennes à l’époque contemporaine, Paris, Karthala, 2004.

18  Ibid.

19  HARBI Mohamed, Une vie debout, Mémoires politiques, t. 1, Paris, La Découverte, 2001.

20  Lire Claude ARDITI, « les violences ordinaires ont une histoire : le cas du Tchad », Politique africaine, n° 91, octobre 2003, p. 51-67 ; BADUEL Pierre-Robert, « le territoire d’État, entre impositions et subversion : exemples saharo-sahéliens », in BADIE B. et SMOUTS M.-C., L’International sans territoire, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 41-74 ; BADUEL Pierre-Robert, « Mauritanie ou l’État face à la Nation », REMMM, n° 54, 1989, Aix-en-Provence, p. 11-51 ; STEWART C. C., « Une interprétation du conflit sénégalo-mauritanien », REMMM, n° 54, 1989, Aix-en-Provence, p. 161-170.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Bensaâd, « De l’espace euro-maghrébin à l’espace eurafricain : le Sahara comme nouvelle jonction intercontinentale », L’Année du Maghreb, I | 2006, 83-100.

Référence électronique

Ali Bensaâd, « De l’espace euro-maghrébin à l’espace eurafricain : le Sahara comme nouvelle jonction intercontinentale », L’Année du Maghreb [En ligne], I | 2004, mis en ligne le 05 juillet 2010, consulté le 19 avril 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/284 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.284

Haut de page

Auteur

Ali Bensaâd

Maître de conférences, UFR de Géographie, Université de Provence (Aix-Marseille I) et enseignant-chercheur à l’IREMAM, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page