تصفح – مخطط الموقع
Dossier : Profession journaliste
3. Un groupe professionnel en pleine transformation

Les journalistes des télévisions privées algériennes en 2015 : Nouvelles figures, nouvelles pratiques

Algerian private television channels Journalists in 2015: new figures, new practices and complex alterities
Nabila Aldjia Bouchaala
p. 145-158

ملخصات

يتعرض هدا المقال للظروف المهنية و الإجتماعية لصحفيي القنوات التلفزيونية الخاصة في الجزائر، و التي ظهرت في سياق معقد و ذلك من خلال التمثلات التي يعرضها الصحفيون لممارساتهم المهنية و كذلك على ضوء التطورات التي يقدمها بورديو بشأن مفهوم الحقل الإعلامي. و قد هدف التحقيق الذي أجري مع عشرين صحفي من ستة قنوات مختلفة إلى وضع الممارسات المهنية في سياق نشأة هذه القنوات، خاصة و أن هدف هذه الدراسة يكمن في فهم مشهد السمعي البصري و الدور الذي يقوم به الصحفيون في صياغته.

أعلى الصفحة

النص الكامل

1Les productions scientifiques, nombreuses et convergentes (Champagne, 2006) sur la profession de journaliste proposent des lectures de groupes professionnels flexibles, précaires, hétérogènes et aux contours identitaires flous. Ces catégories d’analyse qui constituent un socle scientifique sur lequel repose des travaux de recherche sur la sociologie des journalistes marquent une rupture épistémologique avec la conception canonique de ce métier. Le flou des règles du métier, pour ne citer que cette caractéristique, est « en soi une culture de production, une manière d’être et de faire propre au journalisme, une modalité fondamentale de l’identité » (Ruellan, 2007, p. 28). À cela s’ajoute également l’imprécision et l’incertitude du groupe professionnel dont l’avantage, selon Denis Ruellan, est de rendre les journalistes insaisissables, au sens où elles leur procurent plus d’autonomie, ce qui leur permet d’assurer ce dont ils se prévalent : la fonction sociale de médiation.

  • 1 . Ces conceptions comme le précise Denis Ruellan (2007) font l’impasse sur les stratégies individue (...)

2Un tel postulat fait courir le risque de revenir aux définitions fonctionnalistes1 qui approchent le journaliste au seul regard de ses fonctions sociales. Néanmoins, la sociologie fonctionnaliste présente l’avantage d’observer un nombre de conditions de travail qui cadrent les pratiques professionnelles. Erik Neveu (2004, p.18) les regroupe en quatre critères : « les conditions formelles d’accès à l’activité comme le diplôme, la représentation monopolistique de l’activité, le cadrage du métier par les règles d’éthique, la défense des intérêts de la corporation par ses représentants ».

3Dans ce type de perspective, le danger est de négliger les autres indicateurs qui permettent de mieux saisir le métier. Car au-delà de ces critères normatifs, applicables surtout aux professions instituées, force est de constater que des modalités entrepreneuriales participent de plus en plus à la redéfinition du métier de journaliste. En effet, les mutations économiques et techniques des entreprises de presse ont donné lieu à l’articulation de nouvelles relations de travail (paiement à la pige ou à la tâche, flexibilité de l’emploi, etc.). Les rédactions sont désormais soumises aux « impératifs commerciaux » (Rieffel, 2001), à travers à la fois la montée de la logique de profit et la dépendance des études de sondage. Non seulement cette tendance ne semble pas décroitre, mais elle se répand de plus en plus dans les pays dits du Sud. Seydou Sall (2009) révèle à travers une thèse de doctorat sur Religions et presse au Sénégal : débat sur la laïcité, l’emprise du commercial (pression exercée par les annonceurs sur les rédactions) sur la profession dans une société où l’islam confrérique domine tous les pans de la société. Allant à l’encontre des idées reçues sur les confréries religieuses qui demeurent, selon l’auteur « un vrai lieu de pouvoir », l’élément économique est de loin le plus déterminant dans la configuration du métier.

  • 2 . Nous pensons notamment aux difficultés juridiques, politiques et économiques dont souffrent tous (...)

4C’est au regard de ces quelques éclairages théoriques que nous interrogerons les conditions de travail des journalistes de l’audiovisuel privé en Algérie. Dans cette étude, il s’agit d’apporter des éléments de réponse à la question suivante : quelle est la perception que se font les journalistes de l’audiovisuel de leurs structures d’organisation professionnelle ? En nous situant dans le champ de la sociologie des journalistes, notre attention portera d’abord sur la compréhension de la structure professionnelle. Ensuite, nous analyserons les relations de conflits qui s’expriment au sein du groupe professionnel. L’approche objectiviste et relationnelle du champ médiatique, au sens de Pierre Bourdieu, permet de restituer la complexité du travail des journalistes et le fonctionnement de cet espace professionnel. Néanmoins cette approche présente des limites dans notre contexte, qui sont liées à la structuration/ déstructuration de ce champ. Le contexte d’évolution professionnelle des journalistes et de leurs représentations s’articule ici autour de deux axes : le premier est endogène, au sens où il est lié aux conditions de travail au sein de l’entreprise. Quant au second, il est exogène dans la mesure où il reflète les difficultés objectives2 liées au contexte local du champ journalistique.

  • 3 . Ce groupe médiatique, qui détient aujourd’hui un quotidien d’information arabophone, quatre impri (...)
  • 4 . Abed Charef pense que le succès de ce ralliement vient du fait que cet homme d’affaires a comme a (...)

5Ainsi, la limite que nous nous sommes imposée consiste à se concentrer davantage sur la compréhension des conditions internes de la structure sans perdre de vue l’influence de l’écosystème. L’idée est de définir le profil des journalistes de l’audiovisuel privé en Algérie, de connaître leur formation, de saisir les conditions qui concourent à leur autonomie ou leur dépendance, de mieux saisir leurs positions sociale et professionnelle. Il s’agira aussi de voir quelles sont les concessions, ou quels sont les « jeux », pour reprendre Pierre Bourdieu, qui permettent qu’ils défendent leur position professionnelle et au-delà, la position de leur organe d’appartenance. Nous pouvons illustrer cette interrogation par l’affaire qui oppose actuellement l’homme d’affaires Rebrab Issaad au ministère de la Communication. Lorsque la tutelle a décidé d’intenter, au mois d’avril 2015, une action en justice pour geler la transaction commerciale qui a permis à ce chef d’entreprise le rachat du groupe médiatique El Khabar3, les journalistes ont pris la défense de l’entrepreneur. Une position qui n’a pas manqué de faire réagir une catégorie4 de la corporation qui a proposé une lecture critique de ce conflit, où le journaliste apparaît comme acteur secondaire. Alors que les journalistes d’El Khabar sous la pression des conditions économique et politique (perte de l’emploi et d’un espace d’expression) sont passés du stade de la prise de position à celui de l’action, à travers des sit-in qu’ils ont observés lors du procès de ce dossier. Ces réactions interrogent sur le type de contraintes qu’ils subissent. En énonçant que « le journaliste est le maillon le plus visible mais sans doute le moins déterminant, d’un système global qui, à la limite, s’étend à la société toute entière » (2006, p. 204), Patrick Champagne nous invite à penser le journalisme comme faisant partie d’un ensemble de micro-pouvoirs qui structurent la société, et c’est seulement à partir d’une telle posture qu’il serait possible de comprendre ce groupe professionnel.

De la notion de champ journalistique

  • 5 . Sur la notion de champ journalistique, voir Bourdieu, 1997 et Champagne, 2006.

6Ainsi approcher notre objet à partir de la notion de champ5 « invite à penser l’espace du journalisme comme un univers structuré par des oppositions à la fois objectives et subjectives, à percevoir chaque titre et chaque journaliste dans le réseau des stratégies, des solidarités et des luttes qui le lient à d’autres membre du champ » (Neveu, ibid, p. 35). Autrement dit, les journalistes sont aussi bien situés dans des luttes externes, relatives aux conditions d’expression, de production et de diffusion (politiques, économiques et juridiques), mais ils sont aussi dans des luttes internes au sein des institutions médiatiques, en équipe de rédaction et de production surtout, soit dans le processus de négociations économiques (salaire, statut), des conditions d’expression imposées par les limites de leur ligne éditoriale, de démarcation des pouvoirs économiques et politiques.

7Pour Patrick Champagne, le journalisme est situé dans une lutte qui oppose les différents espaces sociaux, l’information co-produite par de multiples agents sociaux n’étant que le reflet des conflits autour de la représentation et de la construction de la réalité sociale. En effet, les productions médiatiques sont le produit de relations complexes, structurées ou non, explicites ou implicites qui se nouent dans l’espace public. Le travail journalistique est en effet façonné par l’intervention souvent subie du champ politique, économique, intellectuel…et de leurs logiques internes. Si dans ce texte nous n’aborderons pas la question du public, il est présent en filigrane, tant il participe à la production journalistique à travers la fonction d’agenda, le contrat de lecture, les attentes des publics et leurs pratiques médiatiques. Les thèmes porteurs en matière de réception du public pèsent fortement sur la sélection et la hiérarchisation journalistiques des évènements.

Caractéristiques de l’audiovisuel privé en Algérie

  • 6 . Dans ce discours prononcé le 11 avril 2011, le président Bouteflika annonce la nécessité d’ouvrir (...)
  • 7 . Nous pensons notamment à la coordination de la société civile pour le changement et la démocratie (...)
  • 8 . L’article 5 de la loi sur l’activité audiovisuelle énonce que les services de communication audio (...)
  • 9 . Les cinq ramifications de la chaîne « unique » donnent le schéma suivant : la première, hertzienn (...)

8La libéralisation du secteur en Algérie s’est concrétisée par l’adoption de la loi sur l’activité audiovisuelle, trois ans après le discours6 d’Abdelaziz Bouteflika. Celui-ci préfigurait d’importants bouleversements sociaux et politiques dans un contexte de « révolutions arabes », marqué par les premières actions citoyennes7. Seulement, si cette loi sur l’activité audiovisuelle consacre l’entreprenariat privé, le discours informationnel reste largement sous le contrôle des pouvoirs publics. Les nouvelles chaînes de télévisions ne peuvent être que thématiques et l’information n’en fait pas partie8. Elle demeurera l’activité exclusive de la chaîne publique9, qui a connu de 1994 à 2009 plusieurs restructurations (Chabani, 2014).

  • 10 . Ce chiffre a été fourni par le président de l’autorité de régulation de l’audiovisuel lors d’une (...)
  • 11 . Rares sont les chaînes qui disposent de bureaux à l’échelle nationale et encore moins à l’échelle (...)

9Mais avant que cette loi ne soit mise en application, des chaînes de télévisions privées algériennes ont entamé à partir de novembre 2011 la diffusion de leurs programmes depuis l’étranger. On recense aujourd’hui 46 chaînes de télévision par satellite10, qui émettent de Bahreïn, la Jordanie, la France, la Grande Bretagne et la Suisse. Ces chaînes à contenu algérien sont, certes, de droit étranger ; toutefois elles exercent et diffusent sur le territoire algérien. Elles ont confectionné des rédactions locales11 et se sont dotées de studios audiovisuels et de moyens techniques dont l’importance varie selon les capacités financières de leurs propriétaires.

  • 12 . Media Survey, Enquête mesure d’audience des programmes de télévision pour le mois de ramadhan 201 (...)
  • 13 . Nous pensons notamment aux équipes d’El Khabar, Ennahar, Echourouk, du Temps d’Algérie, El Bilad.
  • 14 . http://www.unicef.org/french/infobycountry/algeria_statistics.html. Consulté le 20 juin 2016.
  • 15 . Il s’agit en l’occurrence du propriétaire de la chaîne El Watan.

10Quant au profil de ces entrepreneurs, les données disponibles font ressortir trois catégories d’investisseurs. La première, la plus importante probablement au regard de son audimat12, est celle des professionnels des médias. Leur investissement s’inscrit dans le prolongement de ce qu’ils considèrent comme leur terrain de prédilection, le journalisme13. D’ailleurs, ces investisseurs n’ont pas manqué de puiser dans le capital financier et humain de leurs entreprises pour lancer leurs nouveaux projets. Le capital acquis à travers l’expérience dans la presse écrite a été d’un grand appui dans la rapide notoriété de certaines chaînes. La seconde catégorie représente des investisseurs qui émanent de l’entreprise économique dans un sens large. La presse audiovisuelle constitue leur première expérience et l’imaginaire associé au pouvoir des médias audiovisuels serait en partie un moteur de leur entreprise. C’est particulièrement vrai en Algérie que le taux total d’alphabétisation des adultes s’élevait à 72,6%14 entre 2008 et 2015. La troisième catégorie d’entrepreneurs est représentée par des hommes politiques, certains ayant déjà l’expérience de la presse écrite alors que d’autres15 sont à leur premièr investissement dans ce domaine.

  • 16 . Sahar Ali, Projet de collecte de données statistiques sur les marchés cinématographiques et audio (...)
  • 17 . L’absence d’un marché publicitaire concurrentiel réduit considérablement les sources de financeme (...)

11Cette segmentation est bien évidemment pédagogique, puisqu’on retrouve dans chaque projet des relations entre les trois catégories. L’agenda politique n’est en effet pas sans lien avec l’agenda médiatique ou économique. Le cas le plus révélateur est celui de la chaîne Elwiam, qui a été financée à hauteur de 180 milliards de centimes (15 millions d’euros) par deux hommes d’affaires Ali Haddad16 et Amor Benamor. Lancée pour faire la campagne d’Abdelaaziz Bouteflika, cette chaîne a été reprise par Ali Haddad qui l’a rebaptisée Dzair news. Le dénominateur commun de ces trois catégories est de garantir des sources17 de financement pour la pérennité de l’activité, d’autant plus que leur mode de financement contraste avec le modèle développé par les premières entreprises du pluralisme politique et médiatique des années 1990 : aides de l’État, locaux gratuits, publicité gouvernementale, exonération d’impôts sur l’importation de matériel informatique (Ancer, 2001).

12D’ailleurs, l’intérêt du public algérien à leurs programmes est souvent mobilisé par ces entreprises pour attirer des annonceurs. Les mesures d’audience réalisées par Media Survey montrent que les chaînes privées qui émanent des rédactions papiers figurent parmi les premières regardées par le public algérien et que, parmi les cinq premières chaînes de télévision regardées par les Algériens, quatre appartiennent au secteur privé. L’intérêt pour l’actualité nationale figure parmi les premières motivations affichées par ce public.

Démarche méthodologique et techniques de travail

Tableau des entretiens réalisés du 10 septembre au 28 octobre 2015

Profil
Identité*

Formation

Statut formel

Intitulé du poste

Expérience Média

Salaire(SMIG**)

L’organe de travail

Malika (F. 38)

Bac+4. Sciences po

CDI

Chef de rubrique+journaliste

9 ans / écrit

6 fois

EnnaharTV

Mahfoud (M. 33)

Ingénieur en électronique

CDI

Présentateur JT

4 ans /radio

4 fois

Dzair TV

Samira (F. 32)

Doctorante en SIC

CDD

Chef de rubrique +présentatrice JT+rédactrice

5 ans /écrit

5 fois

Dzair news

Hamza (M. 31)

Master en journalisme

CDI

Journaliste+présentateur de JT

-

4 fois

Elwatan

Ahmed (M. 30)

Bac+4 Langue arabe

CDD

Reporter

4 ans/ écrit

4 fois

KBC

Salah (M. 29)

Bac+4. SIC

CDD

Journaliste+ chef de rubrique

3 ans/écrit

3 fois

EnnaharTV

Fares (M. 28)

Bac+4 SIC

CDI

Reporter

-

2 fois

Dzair TV

Sara (F. 28)

Master en journalisme

CDI

Journaliste

-

2 fois

El Watan

Lahauari (M. 28)

Doctorant en SIC

CDD

Webmaster + journaliste

2 ans/écrit

3 fois

KBC

Rafik (M. 28)

Bac+4 sociologie

CDI

Reporter

2 ans/écrit

3 fois

Echourouk TV

Nadir (M. 27)

Bac+ SIC

CDD

Reporter

-

2 fois

Dzair TV

Athmane (M. 27)

Master journalisme

CDI

Reporter

1 an /radio

3 fois

Echourouk TV

Mouloud (M. 26)

Doctorant SIC

CDD

Présentateur JT

-

3 fois

Dzair News

Amel (F. 25)

Bac+4 Anglais

CDD

Présentatrice JT

-

2 fois

Elwatan

Radia (F. 27)

Master journalisme

CDI

Journaliste

3 ans/écrit

2 fois

Ennahar TV

Farah (F. 25)

Bac+4 sociologie

CDD

Reporter

-

2 fois

Echourouk TV

Lylia (F. 25)

Bac+SIC

CDD

Reporter

-

2 fois

Ennahar TV

Reda (M.25)

Bac+Littérature arabe

CDD

Reporter

-

2 fois

Dzair News

Kamel (M.24)

Bac+4 SIC

CDI

Reporter

3 ans/Radio

3 fois

KBC

Fella (F. 24)

Bac +4 langues

CDD

Reporter+Webmaster

-

2 fois

Echourouk

TV

*Dans cette présentation succincte de l’identité du journaliste apparaît le prénom, le sexe et l’âge.

**Le salaire national minimum garanti SMIG est de l’ordre de 18 mille DA (150 euros).

13Les questions soulevées s’ajoutent aux difficultés théoriques de divers ordres et à la rareté de la littérature sur la sociologie des journalistes algériens. Les travaux de Belkacem Mostefaoui (1998) et d’Achour Cheurfi (2010) font figure d’exception. En outre, nous sommes face à un phénomène nouveau dont l’existence remonte aux cinq dernières années ; il nous manque en réalité la stabilité dans les pratiques pour mieux les saisir. L’autre fait singulier est que non seulement ce groupe professionnel est constituée en grande partie de jeunes diplômés mais il ne dispose pas également de structures de représentation (syndicats ou associations) qui permettent l’autonomisation de la profession (Mostefaoui, 2015) et l’accès aux données relatives à la situation socioéconomique et professionnelles des journalistes.

  • 18 . Dzair News et Dzair TV appartiennent à l’homme d’affaire Ali Haddad, président du forum des chefs (...)
  • 19 . Cette chaîne a été fermée par le wali (préfet) d’Alger suite à la diffusion d’une interview avec (...)

14C’est pourquoi, nous avons opté pour des entretiens semi-directifs. Un échantillon de 20 journalistes a été constitué sur la base des critères suivants : diversité des statuts dans l’entreprise, la rémunération, la formation, l’expérience professionnelle, l’âge et le sexe. Ainsi, nous avons réalisé des interviews avec des journalistes appartenant à deux catégories différentes d’entreprises ; selon le type d’actionnariat. Trois entreprises médiatiques ont été constituées par des journalistes (Echourouk TV, Ennahar TV et KBC), adossées à des entreprises éditrices de quotidiens. Les trois autres appartiennent à des hommes d’affaires, mêlés aux affaires politiques (Dzair news18, Dzair TV. El Watan19). Ne disposant pas de statistiques fiables sur le nombre de journalistes par chaîne, nous avons opté pour un échantillonnage ciblé en privilégiant les journalistes ayant affiché plus de coopération.

15Les entretiens se sont articulés autour de cinq axes de réflexion complémentaires : les conditions formelles d’accès au métier (formation, stage, recrutement, etc.) ; le statut, réel et contractuel, du journaliste au sein de l’entreprise (l’intitulé du poste occupé, type de contrat) ; les conditions économiques du journaliste (type de rémunération, montant du salaire) ; la structuration des journalistes (charte de déontologie interne, syndicat) ; la réflexivité des journalistes (conscience de leur condition).

Analyse qualitative des données

Hybridation dans la profession de journaliste

16Par la question relative aux tâches que le journaliste assure au sein d’une rédaction, nous avons cherché à connaître les profils professionnels construits par ces employeurs. Les réponses des journalistes en montrant que les chaînes de télévision adossées à des rédactions papiers ont converti un nombre important de leurs journalistes aux métiers de l’audiovisuel. Les journalistes de KBC affirment par exemple que leur rédaction a tenu à leur dispenser une formation afin de s’adapter à leurs nouvelles activités. En même temps, une catégorie de journalistes de l’audiovisuel privé travaille à la fois pour le journal écrit et le journal télévisuel. Malgré les différences que présentent le dispositif technique de chaque support médiatique, ces journalistes s’adaptent pour répondre aux besoins de leurs rédactions. Une seconde catégorie assume au sein de la même chaîne plusieurs fonctions, entre présentateur, journaliste/reporter, et même web journaliste ou webmaster de site.

17D’ailleurs, il existe une ambigüité dans la dénomination de certains postes dans les contrats puisque, pour des postes différents (journaliste, reporter, rédacteur), les journalistes accomplissent les mêmes tâches (travail de terrain, journalisme assis, traitement de dépêches, etc.). L’homme (et la femme) à tout faire est l’expression qui caractérise le mieux les journalistes des nouvelles télés commerciales algériennes. C’est d’autant plus vrai que ces rédactions fonctionnent avec des équipes très réduites, ne dépassant pas les 30 journalistes dans la quasi-majorité de notre échantillon, et qui sont à cheval sur deux services (information et production). L’autre pratique à relever ici est celle qui consiste à faire accéder des jeunes sans expérience à des responsabilités comme le montre le cas de Salah (voir le tableau) : il occupe le poste de chef de rubrique avec une expérience de trois ans dans la presse écrite.

  • 20 . Un dispositif incitatif pour les jeunes en chômage qui permet à l’employeur de payer une partie d (...)

18Cependant, Salah est passé par une période de stage d’une année, comme pour l’ensemble de l’échantillon, dont six mois sans rémunération. Bien plus encore, les données recueillies auprès des journalistes interviewés font état de quelques pratiques qui sont dans les limites du Code de travail : stages non rémunérés, prolongation de la période de stage, non reconduction des contrats à durée déterminée, recrutement dans le cadre du dispositif emploi de jeunes20, etc.. Celles-ci semblent être acceptées par les journalistes débutants qui la considèrent comme une condition d’entrée dans la vie professionnelle.

19Cette situation est probablement imputable à leur formation universitaire qui constitue le premier obstacle sur lequel achoppent leurs ambitions. L’absence de structures de formation en journalisme audiovisuel accentue cette fragilité chez les jeunes journalistes. Les offres de formation dans les métiers de communication émanent des instituts de sciences de l’information et de la communication. S’ils disposent d’une spécialité dans l’audiovisuel, celle-ci demeure en réalité à vocation académique et théorique. En effet, la plupart de ces instituts ne se sont dotés de studios pour l’audiovisuel que récemment, alors que le marché est de plus en plus demandeur de spécialisation. En même temps, les quelques écoles privées d’audiovisuel, dont les diplômes ne sont pas reconnus par l’État, dispensent des formations de courte durée et peu qualifiantes. Ces mêmes écoles sont décriées par la corporation et sont même rendues responsables des irrégularités enregistrées dans le paysage médiatique algérien. Mais elles facilitent de fait l’accès aux métiers qu’elles proposent.

20En réalité, le nouveau paysage audiovisuel a créé une dynamique dans le secteur fortement appréciée par les jeunes journalistes. Cette dynamique est tellement prégnante qu’elle a produit un grand mouvement au sein de certaines rédactions, et n’a pas manqué de faire bouger un autre secteur stable, mais qui stagne à la fois, celui de la presse écrite privée. Belkacem Mostefaoui (2013) parle de marécage du champ de l’édition en référence au foisonnement d’une presse écrite sans qualité.

Le primat du « réseautage » dans le recrutement

21S’agissant des conditions d’accès aux médias, il semble qu’aucune condition n’est posée au préalable. Les journalistes accentuent les faiblesses structurelles de leurs rédactions dans ce cas précis. Lorsqu’on sait que tous les journalistes interviewés n’ont pas passé de casting et que l’entretien d’embauche s’est limité à des questions relatives à l’expérience professionnelle, on saisit mieux le niveau d’exigence posé. Il faut dire que les journalistes qui arrivent dans les rédactions sont généralement recommandés et la courte durée de l’entretien n’est qu’une étape procédurale pour entériner la recommandation. La majorité des journalistes interviewés affirment avoir accédé au poste via une « connaissance d’une des personnes actionnaires » de l’entreprise de télé.

  • 21 . L’école nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information, qui dépend du minis (...)

22C’est dans ce sens qu’on se rend compte que la plupart des nouveaux recrutés sont des jeunes de moins de 28 ans, fraichement diplômés des universités algériennes, toutes disciplines confondues (sciences humaines et sociales, sciences de l’information et de la communication et sciences techniques essentiellement). Les diplômés des instituts des sciences de l’information et de la communication présents à travers 18 universités (Chaouche-Ramdane, 2015) ne sont pas majoritaires. Le même constat est valable pour l’école supérieure de journalisme21 laquelle a ouvert une filière en journalisme audiovisuel en septembre 2015.

23En outre, le fort recrutement des jeunes est expliqué par les journalistes interviewés comme une démarche qui se veut pragmatique, dans la mesure où il est plus aisé de gérer des journalistes sans expérience. Les journalistes rôdés aux règles de travail pourraient porter des germes de contestations internes surtout que les conditions s’y prêtent.

24En même temps, l’absence de critères de recrutement chez les employeurs renvoie à la faiblesse de l’offre du marché de l’emploi. Depuis l’indépendance du pays, la chaîne publique est l’unique structure qui forme et emploie des journalistes de l’audiovisuel. Ces derniers affichent un désintérêt pour le travail dans le secteur privé. Ils le perçoivent comme secteur réunissant tous les facteurs d’instabilité plutôt qu’une opportunité de faire le journalisme autrement. Les rares cas de journalistes qui ont déserté le secteur public pour rejoindre le privé sont ceux qui ont eu des avantages autres que ceux du secteur public : poste de responsabilité supérieure, salaire élevé, etc.

25En somme, l’absence de politique de recrutement doublée d’un encadrement faible donne un contenu informationnel disqualifié, selon une bonne partie de la corporation. Si on rajoute à cela la difficulté d’accéder à l’information, qui caractérise le paysage médiatique algérien et dont souffrent les journalistes des autres médias, on saisit mieux les obstacles rencontrés par ces chaînes.

Un système de strates

  • 22 . À titre d’illustration, Samira nous a affirmé qu’elle gagne 5 fois le SMIG.

26Lorsqu’on observe la grille des salaires adoptée par ces rédactions naissantes, on constate de fortes variations. Pour les mêmes conditions statutaires, de formation et d’expérience, certains journalistes gagnent deux fois plus que leurs collègues au sein de la même chaîne. Ces différences deviennent plus significatives lorsqu’on compare le poste du présentateur à celui du reporter, d’autant plus que, dans le second cas, les statuts précaires dominent. Les salaires élevés des journalistes-présentateurs22 concourent aussi à déceler cette idée chez les responsables des médias qui pensent que l’image dans l’audiovisuel est ce qu’il y a de plus important alors que le journaliste de l’écrit est déclassé dans leur perception des choses, comme le soulignent certains journalistes. Le mouvement de grève des journalistes du quotidien El Khabar en 2014, inédit d’ailleurs dans l’histoire de ce journal, et qui a fait suite aux conditions économiques de recrutement de leur collègue de la chaîne de télévision KBC appartenant au même groupe, est significatif à cet égard.

  • 23 . Entretien réalisé le 15 septembre 2015 avec une journaliste/présentatrice et responsable de journ (...)

27Les écarts de rémunérations sont mis en avant par Samira23, qui pense que « les critères esthétiques priment sur l’intellectuel, en plus du fait que la présentation soit réduite à cet élément qui fait parfois capoter le travail de toute l’équipe ». Cette situation a déjà été constatée dans le contexte médiatique français : « La féminisation massive récente des médias audiovisuels, et notamment des présentatrices de journaux télé ou radio, s’explique aussi parce que les voix et/ou les critères esthétiques sont devenus déterminants dans le recrutement, même si ce n’est jamais dit très explicitement » (Marchetti, 2002, p. 42).

  • 24 . Entretien réalisé le 23 octobre 2015 avec un journaliste contractuel, âgé de 27 ans, diplômé en M (...)

28Ces rapports de pouvoir ont en effet accentué les inégalités professionnelles surtout que ce nouveau secteur a absorbé quelques déçus de la presse écrite privée et qui travaillaient pour un salaire qui n’égalerait même pas le salaire minimum garanti. D’ailleurs, certains journalistes interrogés pensent que l’accès de cette catégorie à un salaire stable s’est fait sur la base d’une concession d’une partie de leurs droits (de longues heures de travail, des salaires faibles, etc.). Ils affirment que cette situation a diminué en partie la capacité d’agir du reste des journalistes de l’audiovisuel. « Ils ont cassé les salaires en acceptant de travailler dans des conditions misérables, ce qui affecte le travail journalistique », dit Athmane24.

Malaise structurel et situationnel

29Les premiers malaises ressentis par les journalistes de l’audiovisuel privé relèvent de la faiblesse de leur structure d’appartenance et de la fragilité du champ lui-même dans le contexte algérien. D’ailleurs peu d’éléments d’information sont fournis sur ce secteur. Ainsi, le ministère de la Communication qui est chargé de l’attribution de la carte de journaliste ne dispose pas de statistiques sur le nombre de journalistes de l’audiovisuel privé. Parmi les 4000 cartes délivrées par ce département, un nombre limité de journalistes de cette presse y figurent, ce qui soulève une autre interrogation quant à l’identité de ces journalistes : représentent-ils une presse étrangère ou algérienne ?

  • 25 . Entretien réalisé le 10 octobre 2015 avec un journaliste contractuel, âgé de 25 ans et titulaire (...)

30L’autre malaise dont sont conscients les journalistes est en rapport avec la chaîne de production du secteur de l’audiovisuel qui fait intervenir plusieurs corps de métier. Alors que le déficit de structure de formation dans le contexte algérien oblige les entreprises à employer des effectifs sous-formés, « il y a plusieurs métiers qui interviennent dans la confection d’un produit audiovisuel. Le journaliste à lui seul ne peut pas faire fonctionner ce média et lorsqu’on observe le niveau des techniciens, on comprend la qualité du produit audiovisuel », précise Réda25.

  • 26 . Entretien réalisé le 26 septembre 2015 avec un journaliste contractuel, âgé de 28 ans, titulaire (...)

31Ces difficultés deviennent plus significatives lorsqu’elles sont aggravées par les réalités du terrain. Il est probable que le malaise le plus profond se rapporte à la gestion de la relation commerciale. En effet, les annonceurs constituent une autre limite pour les journalistes qu’ils intègrent dans leur fonctionnement au point de s’abstenir d’aborder les thèmes potentiellement conflictuels. C’est à ce propos que Rafik26 nous dit : « Je pratique l’autocensure sans que je me pose de questions. Certains secteurs échappent à la clairvoyance journalistique ». Cela devient plus important lorsqu’on sait que des interrogations commencent à surgir sur les sources de financement de ces entreprises commerciales d’un nouveau type – si proche des frontières du marché informel.

32Cette dimension dans la relation presse/annonceurs est nuancée par certains chercheurs, qui considèrent qu’elle détermine en partie seulement le fonctionnement des entreprises de presse. En attribuant un rôle moins déterminant que ne l’affirment certains dans la fabrique de l’information, Éric Maigret précise que : « L’influence des annonceurs, enfin, est contrebalancée par le caractère aléatoire de l’activité médiatique qu’ils ne maîtrisent certainement pas plus que les programmateurs et les rédacteurs » (Maigret, 2014, p. 158).

33Cela étant dit, les annonceurs qui sont au fait de la fragilité des entreprises naissantes parviennent à influer sur le travail des rédactions, surtout dans un marché non encore régulé, comme c’est le cas en Algérie. Des espaces publicitaires sont alors cédés à des prix très faibles, voire dérisoires, par rapport à ce qui se pratique par les rédactions écrites et par la chaîne publique, l’ENTV. Une situation qui n’est pas sans avoir de conséquences sur les journalistes. Si on rajoute à cela la difficulté d’accéder à l’information sans disposer de la carte professionnelle, on saisit mieux le travail produit par ces journalistes. D’ailleurs, certaines administrations publiques sont interdites à la majorité de ces journalistes à l’exception de quelques chaînes de télévision, connues pour leur proximité avec le pouvoir politique et qui bénéficient de cette relation. La source officielle n’est pas pour ces journalistes la source directe, mais ce qui est proposé à la lecture par l’agence de presse officielle ou la presse étatique comme le quotidien francophone El Moudjahid qui constitue, à travers son agenda quotidien, une source d’information non seulement pour cette presse jeune mais aussi pour l’ensemble de la presse privée.

Une conscience professionnelle en construction

  • 27 . Le premier ministre a ordonné le 23 mai 2016 au ministre de la communication de fermer ces chaîne (...)
  • 28 . Entretien réalisé le 28 octobre 2015 avec un journaliste contractuel, âgé de 26 ans, doctorant en (...)

34L’avenir pour les journalistes de cette presse semble incertain, ce dont sont conscients les journalistes interrogés. La situation juridique27 et financière de ces entreprises est tellement fragile qu’elles risquent de disparaitre du jour au lendemain : « Les journalistes de l’audiovisuel privé, psychologiquement sont instables, d’où cette migration d’un organe vers un autre en peu de temps », explique ainsi Mouloud28.

  • 29 . La corporation des journalistes a élu en avril 2000 un conseil supérieur d’éthique et de déontolo (...)
  • 30 . Entretien réalisé le 3 octobre 2015 avec un journaliste contractuel, âgé de 31 ans, doctorant en (...)

35Cela n’empêche ces jeunes de porter un regard critique sur leur métier et de se montrer dans l’ensemble insatisfaits de ce qu’ils produisent. Certains sont d’ailleurs précis dans leurs critiques lorsqu’ils énumèrent les dysfonctionnements dont souffre ce champ professionnel : non-respect des règles déontologiques régissant le secteur de l’information audiovisuelle29, absence du débat contradictoire dans le contenu diffusé, pratique de la censure, proximité avec les milieux d’affaires et le milieu politique. D’autres failles sont constatées dans la structure du contenu informationnel qui réunit des genres hybrides. Certains journalistes attribuent ces problèmes aux responsables des chaînes de télévision : « On nous demande de faire un reportage TV en une journée et avec peu de matériel. Vous pouvez alors imaginer la qualité d’un produit réalisé dans des conditions pareilles », précise Hamza30. D’ailleurs la faiblesse des ressources humaines et matérielles est un mal partagé par toute la corporation quel que soit le support. Cette disparité dans le traitement médiatique a déjà été constatée dans la presse écrite à travers l’analyse proposée par Aissa Merah (2009) qui signale par ailleurs la faiblesse des fonctions des médias hormis probablement celle d’informer.

Conclusion

36Notre recherche permet de dégager deux principaux résultats sur les journalistes des chaînes de télévision privées en Algérie. Le premier est relatif à leur absence de professionnalisme, qui est accentuée par le faible niveau de leur formation d’origine, participant ainsi à la précarisation du groupe professionnel des journalistes. De plus, le métier est pris dans la tourmente des mutations et des requalifications de ses outils de travail. D’ailleurs un certain nombre de journalistes de la presse écrite, essentiellement ceux du secteur privé, frappent aux portes des médias audiovisuels qui semblent constituer un attrait, notamment en raison des avantages financiers qui y sont proposés. En même temps, la morphologie de la corporation se caractérise par une forte proportion des jeunes, qui malgré la conscience des faiblesses du journalisme en Algérie, peinent à se structurer afin de se positionner comme un acteur principal dans la transformation de cet univers professionnel. La double lutte qu’ils pourraient conduire (aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur) est freinée par ces obstacles structurels qui sont tellement réels que nombre d’entre eux ont intégré le dysfonctionnement comme une sorte de fatalité.

37Le second point que cette étude a tenté d’éclairer est la relation d’interdépendance entre la structure d’appartenance des journalistes, à savoir les rédactions, et la superstructure sociale, en ce sens que le développement du secteur de l’audiovisuel est déterminé, en partie, par la politique publique d’information. La fragilité du secteur ne peut en effet pas se comprendre si on n’intègre pas dans l’analyse les limites, voire les limitations, du processus d’ouverture du champ de l’audiovisuel.

أعلى الصفحة

بيبليوغرافيا

Bibliographie

Ancer Ahmed, 2001, Encre rouge : Le défi des journalistes algériens, Alger, Elwatan.

Bourdieu Pierre, 2008, Sur la télévision, Paris, Raisons d’Agir.

Bourdieu Pierre (dir.), 1993, La Misère du monde, Paris, Édition du Seuil.

Bourdieu Pierre, 1994, Raisons pratiques, Paris, Édition du Seuil.

Bourdieu Pierre, 1997, Les usages sociaux de la science, pour une sociologie clinique du champ scientifique, Paris, INRA.

Chabani Said, 2013, « La problématique de l’ouverture de l’audiovisuel en Algérie, 50 ans de médias algériens (histoire, réalités et défis de liberté d’expression) », Actes du colloque en hommage à Abdelhamid Benzine, Alger, ENAG, p. 131-138.

Champagne Patrick, 2006, « À propos du Champs Journalistique », Questions de communication, p. 197-210.

Chaouche-Ramdane Zoubir, 2012, « La formation en journalisme et en sciences de l’information et de la communication à l’épreuve des règles d’éthique et de déontologie de la profession », Multimed, n°1.

Cheurfi Achour, 2010, La presse algérienne, genèse, conflits et défis, Alger, Édition Casbah.

Loi organique n° 12-05 du 18 Safar 1433 correspondant au 12 janvier 2012. http://www.joradp.dz/HFR/Index.htm. 14-04 du 24 Rabie Ethani 1435 correspondant au 24 février 2014 relative à l’activité audiovisuelle. http://www.joradp.dz/FTP/JO-FRANCAIS/2014/F2014016.pdf.

Maigret Éric, 2014, Sociologie de la communication et des médias, 2e édition, Paris, Armand Colin.

Marchetti Dominique, 2002, « Les sous-champs spécialisés du journalisme. », Réseaux, n° 111, p. 22-55.

Merah Aissa, 2009, « Les sujets sociaux dans les médias en Algérie, Pour une sociomédiatique professionnelle », Communiquer, mis en ligne le 21 avril 2015.

Mostefaoui Belkacem, 1998, « Algérie : l’espace du débat médiatique. Conditions d’exercice du journalisme et réception des télévisions nationale et étrangères », Réseaux, volume 16, n°88.

Mostefaoui Belkacem, 2013, Médias et liberté d’expression en Algérie, Alger, Édition El Dar Othmania.

Mostefaoui Belkacem et Hadj-Allal Fadila, 2015, « Traitement du coup d’État du 5 juillet 2013 en Égypte. Regards croisés des quotidiens El Watan (Alger) et la Presse (Tunis) », in Guaaybess Tourya (dir.), Cadrages journalistiques, des « révolutions arabes » dans le monde, Paris, L’Harmattan.

Neveu Erik, 2004, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte.

Rieffel Rémy, 2001, « Vers un journalisme mobile et polyvalent ? », Quaderni, volume 45, n° 1, p. 153-169.

Ruellan Denis, 2007, Le journalisme ou le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses de l’université de Grenoble.

Sahar Ali, Projet de collecte de données statistiques sur les marchés cinématographiques et audiovisuels dans 9 pays méditerranées. Monographies nationales : 6. Algérie, Euromed audiovisuel, 25 mars 2014. http://www.obs.coe.int/documents/205595/412951/Rapport_Alg%C3%A9rie_FR_21-05-2014.pdf/22cf4634-dd56-47c5-be36-df08d8cb426a. Consulté le 03 octobre 2015.

Sall Seydou, 2009, Religions et presse au Sénégal : débat sur la laïcité, Thèse de doctorat, MICA, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3.

أعلى الصفحة

حواشي

1 . Ces conceptions comme le précise Denis Ruellan (2007) font l’impasse sur les stratégies individuelles ou collectives des journalistes (l’ambition sociale, l’argent, le pouvoir, la célébrité).

2 . Nous pensons notamment aux difficultés juridiques, politiques et économiques dont souffrent tous les médias en Algérie (absence d’une loi régissant la publicité, le retard dans l’installation de l’autorité de régulation de la presse écrite, etc.).

3 . Ce groupe médiatique, qui détient aujourd’hui un quotidien d’information arabophone, quatre imprimeries et trois sociétés de diffusion en plus de la chaîne de télévision KBC, est le fruit d’une association de 20 journalistes qui a lancé un quotidien d’information le 1er novembre 1990 dans le contexte du pluralisme politique et médiatique.

4 . Abed Charef pense que le succès de ce ralliement vient du fait que cet homme d’affaires a comme adversaire le pouvoir « qui traîne probablement l’image la plus négative depuis l’indépendance du pays » (Source : http://abedcharef.wordpress.com/2016/05, consulté le 20 juin 2016).

5 . Sur la notion de champ journalistique, voir Bourdieu, 1997 et Champagne, 2006.

6 . Dans ce discours prononcé le 11 avril 2011, le président Bouteflika annonce la nécessité d’ouvrir le champ de l’audiovisuel. Cette promesse politique a été consignée, une année après, dans la loi organique sur l’information : loi organique n° 12-05 du 18 Safar 1433 correspondant au 12 janvier 2012 (http://www.joradp.dz/HFR/Index.htm).

7 . Nous pensons notamment à la coordination de la société civile pour le changement et la démocratie qui a regroupé plusieurs ONGs nationales et quelques militants politiques algériens ainsi que le collectif de citoyen Barakat.

8 . L’article 5 de la loi sur l’activité audiovisuelle énonce que les services de communication audiovisuelle autorisés sont constitués de chaînes thématiques. Loi 14-04 du 24 Rabie Ethani 1435 correspondant au 24 février 2014 relative à l’activité audiovisuelle. http://www.joradp.dz/FTP/JO-FRANCAIS/2014/F2014016.pdf

9 . Les cinq ramifications de la chaîne « unique » donnent le schéma suivant : la première, hertzienne est la chaîne terrestre. Les quatre autres sont diffusées par satellite : Canal Algérie d’expression française, A3, TV4 d’expression amazigh et TV5, la chaîne du Coran.

10 . Ce chiffre a été fourni par le président de l’autorité de régulation de l’audiovisuel lors d’une conférence organisée le 7 décembre 2015 à l’école supérieure de journalisme d’Alger.

11 . Rares sont les chaînes qui disposent de bureaux à l’échelle nationale et encore moins à l’échelle internationale.

12 . Media Survey, Enquête mesure d’audience des programmes de télévision pour le mois de ramadhan 2015. http://www.mediasurvey-dz.com/etudes-conseil-sondage-et-mesure-daudience/ Consulté le 10 octobre 2015.

13 . Nous pensons notamment aux équipes d’El Khabar, Ennahar, Echourouk, du Temps d’Algérie, El Bilad.

14 . http://www.unicef.org/french/infobycountry/algeria_statistics.html. Consulté le 20 juin 2016.

15 . Il s’agit en l’occurrence du propriétaire de la chaîne El Watan.

16 . Sahar Ali, Projet de collecte de données statistiques sur les marchés cinématographiques et audiovisuels dans 9 pays méditerranées. Monographies nationales : 6. Algérie, Euromed audiovisuel, 25 mars 2014. http://www.obs.coe.int/documents/205595/412951/Rapport_Alg%C3%A9rie_FR_21-05-2014.pdf/22cf4634-dd56-47c5-be36-df08d8cb426a consulté le 03 octobre 2015.

17 . L’absence d’un marché publicitaire concurrentiel réduit considérablement les sources de financement de ces entreprises. Ce marché est estimé à 350 millions de dollars, selon Boucedjra (2016) dont 84,2 pour cent des parts sont attribué à la télévision publique.

18 . Dzair News et Dzair TV appartiennent à l’homme d’affaire Ali Haddad, président du forum des chefs d’entreprises (FCE). Cette organisation patronale est la plus importante dans le contexte économique algérien, puisqu’elle regroupe les grandes entreprises économiques. L’homme est connu pour sa proximité avec le pouvoir politique en place et considéré comme le premier donateur de la campagne du président Bouteflika. Quant à la chaîne El Watan, elle est la propriété de Djafar Cheli, militant du parti islamiste, le mouvement pour la société de paix (MSP).

19 . Cette chaîne a été fermée par le wali (préfet) d’Alger suite à la diffusion d’une interview avec Mezrag Madani, ancien membre d’un groupe terroriste.

20 . Un dispositif incitatif pour les jeunes en chômage qui permet à l’employeur de payer une partie du salaire alors que l’autre partie est assurée par la caisse de chômage.

21 . L’école nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information, qui dépend du ministère de l’enseignement supérieur, a délivré en 6 ans d’existence 400 diplômes en master journalisme spécialisé.

22 . À titre d’illustration, Samira nous a affirmé qu’elle gagne 5 fois le SMIG.

23 . Entretien réalisé le 15 septembre 2015 avec une journaliste/présentatrice et responsable de journal télévisé, contractuelle, doctorante en sciences de l’information et de la communication âgée de 32 ans.

24 . Entretien réalisé le 23 octobre 2015 avec un journaliste contractuel, âgé de 27 ans, diplômé en Master en sciences de l’information et de la communication.

25 . Entretien réalisé le 10 octobre 2015 avec un journaliste contractuel, âgé de 25 ans et titulaire d’une licence en littérature arabe.

26 . Entretien réalisé le 26 septembre 2015 avec un journaliste contractuel, âgé de 28 ans, titulaire d’une licence en sociologie.

27 . Le premier ministre a ordonné le 23 mai 2016 au ministre de la communication de fermer ces chaînes un mois avant l’installation de l’autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV).

28 . Entretien réalisé le 28 octobre 2015 avec un journaliste contractuel, âgé de 26 ans, doctorant en sciences de l’information et de la communication.

29 . La corporation des journalistes a élu en avril 2000 un conseil supérieur d’éthique et de déontologie. Elle a voté le même jour pour un code de déontologie comprenant 18 devoirs et 8 droits. En même temps, certains titres de la presse écrite ont signé la charte maghrébine de la déontologie de la presse.

30 . Entretien réalisé le 3 octobre 2015 avec un journaliste contractuel, âgé de 31 ans, doctorant en sciences de l’information et de la communication.

أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Nabila Aldjia Bouchaala, « Les journalistes des télévisions privées algériennes en 2015 : Nouvelles figures, nouvelles pratiques », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 145-158.

بحث إلكتروني

Nabila Aldjia Bouchaala, « Les journalistes des télévisions privées algériennes en 2015 : Nouvelles figures, nouvelles pratiques », L’Année du Maghreb [‏على الإنترنت‎], 15 | 2016, نشر في الإنترنت 21 décembre 2016, تاريخ الاطلاع 24 mai 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2867 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2867

أعلى الصفحة

الكاتب

Nabila Aldjia Bouchaala

Maître de conférences à l’école nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information.

أعلى الصفحة