Navigation – Plan du site
Dossier : Profession journaliste
3. Un groupe professionnel en pleine transformation

La quête d’identité professionnelle des journalistes de la presse en ligne en Algérie : Pratiques, compétences et profils

Search for Professional Identity of Online Press Journalists. The Case of Algeria: Practices, Competences and profiles
Aissa Merah
p. 159-174

Résumés

Nous abordons ici la question de l’identité professionnelle des journalistes de la presse en ligne en Algérie. Il s’agit de souligner, dans un premier temps, la pertinence sociale et scientifique du sujet, puis de mobiliser les éléments théoriques qui permettent de comprendre la transition professionnelle des journalistes en ligne et la nature dynamique de leur identité. Après avoir exposé la démarche méthodologique, nous revenons sur le contexte d’émergence de cette presse en Algérie, tout en insistant sur ses caractéristiques en relation avec l’identité professionnelle. L’enquête empirique scrute les profils sociaux et les compétences des web-journalistes, avant de conclure sur les principaux résultats de l’étude.

Haut de page

Texte intégral

1La vague du « Printemps arabe » a certainement accéléré le double processus de reconfiguration du paysage informationnel et de fragmentation de l’espace public médiatique en Algérie. D’ailleurs, le développement que connaît le journalisme en ligne depuis 2011 est un indicateur de cette mutation, aussi bien pour l’offre que pour la demande d’informations. Cet essor transforme plusieurs aspects du métier qui se décline sur les supports « mis en ligne » (MEL) ou « nés en ligne » (NEL). Le web-journalisme se caractérise en effet par la diversité des formes, la multiplication des titres, l’augmentation des lectorats et l’émergence de nouvelles compétences et pratiques journalistiques. Nous abordons ici la question de l’identité professionnelle des journalistes algériens de la presse en ligne à travers, d’une part, la pertinence sociale et scientifique du sujet et, d’autre part, les éléments théoriques qui permettent de comprendre la transition professionnelle des web-journalistes ainsi que la nature dynamique de leur identité. Après l’exposé de la démarche méthodologique, nous revenons sur le contexte d’émergence de cette presse en Algérie, tout en insistant sur ses principaux caractères en relation avec l’identité professionnelle. L’étude empirique se concentre ainsi sur les questions d’identité, de profils socioprofessionnels et de compétences des web-journalistes en matière numérique.

2Le journalisme en ligne a impliqué de nouvelles pratiques journalistiques qui nécessitent des compétences professionnelles spécifiques. Comme le soulignent Éric Dagiral et Sylvain Parasie, « l’essor des salles de rédaction web s’accompagne d’une variété de pratiques expérimentales et d’innovations » (2011, p. 144). L’appropriation et la stabilisation de ces pratiques numériques ont justifié la question du renouveau des profils et des identités professionnelles. Cette mutation suscite l’interrogation des chercheurs sur la légitimité de ce métier réinventé. Pour reprendre la question de Denis Ruellan, il s’agit de savoir si le journaliste en ligne est un journaliste comme les autres (1998). En effet, si les journaux électroniques ont conquis une visibilité et une légitimité en tant qu’organes d’informations consultés, qu’en est-il pour les auteurs ? Sont-ils et se sentent-ils reconnus comme journalistes ? Qu’ont-ils de commun ou de différent avec leurs collègues de la presse écrite ? Cette question de la reconnaissance s’impose du fait surtout de l’amalgame qui s’opère souvent entre les journalistes en ligne et les journalistes amateurs (Pignard-Cheynel, 2010), citoyens (Ruellan, 1997 ; Tredan, 2007), cyber-activistes ou blogueurs (Matheson, 2004 ; Le Cam, 2006). Certes l’introduction du journalisme en ligne s’est réalisée avec des rythmes et à des degrés différents, selon les systèmes informationnels des pays et leurs politiques publiques en matière de technologies de l’information et de la communication (TIC). Mais le mouvement de professionnalisation suit toujours les logiques liées au double processus de production et de diffusion de l’information, adaptée aux attentes du contrat de lecture.

3À ce sujet, Florence Le Cam qualifie l’identité professionnelle des web-journalistes de transnationale. Elle souligne que les résultats d’enquêtes sur le sujet « montrent une construction des traits identitaires communs révélés au travers de la matérialité vécue par les journalistes dans des contextes de travail distincts et à des époques différentes » (2012, p. 62). Dans ses enquêtes, elle s’est focalisée sur l’organisation, la réalisation concrète du métier et sur la matérialité de l’identité. Mais le caractère transnational dépasse selon elle les particularités contextuelles liées au métier. Elle explique notamment que les « nœuds identitaires forts » sont suffisamment catégorisés en trois traits principaux portant sur le métier du journaliste en ligne. Ces « trois aspects saillants qui illustrent cette hypothèse d’une certaine homogénéisation » sont les suivants : la dispersion au travail par la polyvalence et la pluriactivité du journaliste ; le rapport à la temporalité par l’instantanéité et le continuel dans la production et la diffusion de l’information ; le sens du travail collectif et hiérarchisé visible dans la configuration de l’exercice du métier. Abordant leur profil socioprofessionnel, elle souligne que les occurrences observées et comparées dans les effectifs des équipes web révèlent les profils suivants : de jeunes journalistes, diplômés en journalisme, ayant une solide formation théorique, débutants dans le métier mais capitalisant une courte expérience professionnelle, tout en jouissant d’une maîtrise de la culture numérique (Le Cam, 2012, p. 68). À partir des nombreuses figures de journalistes et de pratiques d’un métier en recomposition, Nicolas Pélissier et Mamadou Diouma Diallo soulignent deux traits représentatifs de cette reconfiguration : « l’élasticité identitaire du journalisme » et « la diversité et la plasticité des usages des technologies par les journalistes » (2015).

4En transposant cette hypothèse au contexte algérien, nous envisageons d’analyser la transnationalité de l’identité professionnelle sur le terrain. Pour cela, nous avons interrogé les acteurs et leur hiérarchie sur la formation, la socialisation, la pluriactivité et la polyvalence des web-journalistes. Nous avons aussi questionné leurs activités façonnées par les spécificités du journalisme en ligne : logique de flux, temporalité accélérée, écriture numérique, vérification des sources, hyperliens et écriture collaborative. Notre exploration du terrain à partir d’entretiens, de l’exploitation des résultats empiriques déjà réunis (Ardjoun, 2014) et de l’usage professionnel de l’information en ligne par les journalistes (Merah, 2014), nous a permis d’aborder la question suivante : comment se présente l’identité professionnelle des journalistes de la presse électronique en Algérie ? Par identité professionnelle, nous entendons les formations, les compétences et les pratiques du métier. Cette étude s’inscrit dans une perspective théorique relevant de la sociologie du journalisme en adoptant le modèle de la « dynamique identitaire globale de l’acteur » (Sardas, 1994).

Journalistes de la presse en ligne à la recherche d’une identité professionnelle

5Pour comprendre l’identité professionnelle des web-journalistes, nous mobilisons un cadre théorique décrivant les modalités d’accompagnement, d’appropriation et de contextualisation réalisées. En examinant ces difficultés subies par les journalistes, nous constatons une véritable situation de « transition professionnelle contrainte » (Sardas et Gand, 2011). Ce cas de restructuration du métier et de la posture agissante du professionnel nécessite une approche permettant « une modélisation de la dynamique d’un acteur au travail, qui questionne la place de celui-ci dans l’organisation en articulant représentation subjective et enjeux objectifs de la situation, et en croisant l’échelle individuelle avec celle des collectifs » (idem, p. 27).

6Cette problématique d’adaptation aux situations nouvelles du travail a été traitée sous l’angle de l’identité professionnelle du salarié. À ce propos, Anne Carbonnel et Arnaud Mercier écrivent : « Des crises identitaires professionnelles ont été identifiées dans la littérature tant sous l’effet des mutations de l’emploi que de celles du travail » (2011, p. 7). L’inventaire critique des approches fournies par la sociologie du travail nous a permis de choisir le modèle de la « dynamique identitaire globale de l’acteur » (Sardas, 1994). Cette approche est aussi adoptée par Nicolas Pélissier dans son texte « La plume dans la toile : l’identité des journalistes à l’épreuve des réseaux numériques » (2002). Partageant la même vision, Anne Carbonnel et Arnaud Mercier précisent que ce modèle « résulte de l’interaction des dynamiques des connaissances, du statut et de l’investissement subjectif dans le travail », avant de le qualifier de « pertinent pour étudier les équilibres identitaires des web-journalistes dans la mesure où il procède au croisement de l’offre identitaire organisationnelle avec, d’autre part, la demande identitaire des individus » (2011, p. 8).

7Ce modèle cadre avec les mutations du métier du journalisme par le fait que « toute son histoire montre ainsi que l’identité journalistique est modulaire, rarement stable, que ses frontières apparaissent toujours en mouvement » (Pélissier, 2002, p. 45). L’idée fondatrice du modèle consiste en la nature dynamique de l’identité de l’acteur en examinant ses trois caractéristiques en interaction. Les deux premières portent sur sa nature processuelle et évolutive. Quant à la troisième, elle vise le positionnement dans son contexte global. Cette posture dynamique de l’identité de l’acteur prend en considération trois dimensions dépassant le critère subjectif de la représentation du soi. Chacune de ces dimensions partitives en interaction correspond à une sous-dynamique constituant la dynamique globale. Les critères objectifs de la qualité de l’identité d’un acteur et de son rôle dans l’organisation se mesurent en interrogeant trois dimensions : 1) le savoir comme ressources cognitives objectives dont l’acteur, ici le journaliste, dispose pour l’exercice de son métier, 2) le pouvoir en ressources stratégiques et relationnelles objectives dont le journaliste tire profit au sein de l’organisation et 3) le plaisir escompté présentant les ressources de motivation et de réalisation symboliques.

Identité professionnelle dynamique des journalistes en ligne

8L’introduction des dispositifs sociotechniques de l’information et de la communication (DISTIC) dans le travail des journalistes a non seulement influencé leurs pratiques professionnelles mais elle a reconfiguré à la fois la représentation du journalisme en tant qu’activité et celle des journalistes dans leur identité professionnelle (Mercier, Pignanrd-Cheynel, 2014, p. 14).

9Une revue des travaux réalisés sur le sujet repose avec acuité la question du statut professionnel ou, comme l’explicite Florence Le Cam, « sur le fond, [le problème de] l’authenticité («est-ce un vrai journaliste ?») ». Dans cette vision dynamique de l’identité, la chercheuse explique notamment que le processus d’ajustement constant des journalistes face aux mutations du métier est une recomposition nécessaire. Cet ajustement découle des rapports des journalistes à trois types de facteurs contextuels liés au métier, dans l’ordre économique, social et technique. Sa reconfiguration s’opère de manière relativement homogène et « donne à voir des caractéristiques professionnelles communes liées au travail, au savoir-être et à la représentation de la temporalité. Ces trois portes d’entrée nous permettent d’esquisser certaines des particularités qui caractérisent les journalistes en ligne et qui commencent à fonder une identité » (Le Cam, 2012, p. 62). Contraints par les nouvelles exigences du métier, les journalistes ont actionné des processus d’adaptation au nouveau contexte de production et de diffusion de l’information par l’appropriation de nouvelles compétences techniques. Ces processus peuvent correspondre à des stratégies pensées ou non pensées de valorisation et de légitimation du métier et de l’identité professionnelle.

10Le poids des transformations sur une activité et des profils déjà flous a ainsi opéré un nouveau « brouillage des repères professionnels et [a contribué] en conséquence à bouleverser les catégories identitaires qui hier faisaient référence » (Carbonnel et Mercier, 2011, p. 7). Un brouillage qui peut aussi constituer pour les acteurs un « risque de fragilisation des identités de métier » (idem, p. 4). Il s’agit d’une situation de crise d’identité professionnelle pour les journalistes. Au cours et au terme de ce processus, quels profils personnels et quelles pratiques professionnelles les distinguent des autres journalistes de la presse écrite traditionnelle ? Ces distinctions sont-elles suffisantes pour légitimer un nouveau type d’identité professionnelle ? Ce concept d’identité a été défini par Alex Mucchielli qui y voit « un ensemble de critères, de définitions d’un sujet et un sentiment interne […] d’unité, de cohérence, d’appartenance, de valeur, d’autonomie et de confiance organisés autour d’une volonté d’existence » (2013, p. 39).

11Dans un texte consacré à « l’identité des journalistes du web dans des récits de soi », Nathalie Pignard-Cheynel et Brigitte Sebbah reviennent sur l’évolution du profil de ces web-journalistes, en scrutant leurs pratiques professionnelles et leurs rapports avec la rédaction en matière de travail individuel et collectif (2013). Quatre éléments caractérisent et donnent du sens au « métier » selon Claude Dubar et Pierre Tripier (2005) : 1) le métier décliné selon l’autoreprésentation subjective des journalistes (sens identitaire) ; 2) le métier rémunéré selon le principe d’exercice d’activité génératrice de revenu (sens économique) ; 3) le métier positionné selon la place occupée dans l’organigramme de l’entreprise (sens organisationnel) ; et enfin 4) le métier commun selon l’appartenance à un groupe ayant des compétences et des savoirs-êtres partagés par un groupe (sens social). L’analyse du métier se fait donc en le considérant « comme un apprentissage constant, permanent, alimenté tout autant par les autres que par soi-même et donc profondément collectif » (Le Cam, 2012, p. 61). Toujours dans cette vision collective négociée, Anne Carbonnel et Arnaud Mercier écrivent : « confrontée aux mutations numériques des entreprises de presse depuis quelques années, la profession de journaliste tend à évoluer tant en ce qui a trait aux pratiques qu’aux représentations » (2011). L’identité professionnelle se décline ainsi sur deux niveaux : individuel (par sa propre représentation) et collectif (par la représentation d’autrui). Le journaliste à la fois se construit « une identité pour soi » et gère « les identités attribuées par les institutions et les acteurs extérieurs à son groupe » (Le Cam, 2005).

Focus sur le web-journalisme en Algérie

12Pour l’analyse, nous nous sommes intéressé aux indicateurs révélant l’identité professionnelle des web-journalistes, en considérant donc celle-ci comme une composition négociée entre la posture du professionnel actif et la position de travail acquise au regard des collègues et de la hiérarchie. Les données collectées portant sur cette identité expriment à la fois la représentation de soi et celle d’autrui, c’est-à-dire pour cette dernière celle entretenue par les collègues, les responsables rédactionnels et éditoriaux. Nous avons utilisé la technique de l’entretien semi-directif à l’aide de deux guides similaires.

13Le premier est destiné aux web-journalistes et vise à sonder leur propre stratégie d’identification professionnelle et celle de leurs collègues en scrutant leurs représentations du métier. Le second est plutôt destiné à leurs responsables et porte sur leurs représentations de l’identité de leurs employés. Quatre parties structurent ces questionnaires : 1) le statut professionnel (à partir de la formation reçue et des ressources cognitives mobilisées), 2) les compétences envisagées sous l’angle des savoirs-faires journalistiques, 3) les relations de travail (positions de pouvoir dans les rédactions, distribution des tâches et des prérogatives), et 4) la satisfaction professionnelle des journalistes (indicateurs de motivation et de réalisation symboliques au travail).

14Notre échantillon est composé de 20 journalistes en ligne ; il a été pensé de manière à y inclure plusieurs critères personnels et professionnels. L’échantillon représente en particulier les rédactions des deux types de journalisme en ligne (MEL et NEL). Nous avons ensuite demandé aux directeurs de nous indiquer, au sein de leur rédaction, les journalistes les plus représentatifs. Pour les responsables rédactionnels et éditoriaux, nous avons retenu un échantillon de dix responsables. Les résultats des entretiens ont été recoupés par des observations non participantes dans les rédactions et les lieux de couverture. De même avons-nous exploité les propos des journalistes et des responsables de la presse en ligne qui avaient été rapportés dans des travaux de recherche et d’expertise antérieurs.

L’émergence de la presse en ligne

15Par anticipation et sous la pression des événements du « Printemps arabe », l’Algérie était contrainte de réformer le secteur des médias de manière à permettre et à promettre l’ouverture de l’espace public et la consécration de la liberté d’expression. Ces promesses ont été suivies par une série de décisions en matière de textes législatifs dont celui de la loi organique n° 12-05 du 12 janvier 2012 relative à l’information. Mais quatre ans après, le constat demeure décevant : le régime autoritaire a réussi son mécanisme de résilience et de réinvention en imposant un régime médiatique néo-autoritaire. Les indicateurs de liberté et de diversité sont au rouge. Les rapports de Reporters Sans Frontières (RSF) confirment cette tendance au durcissement. La politique d’usure pratiquée à l’encontre des mouvements de mobilisation a abouti à la normalisation d’une situation de statu quo. Les démarches de domestication et de marchandisation entreprises à l’égard des médias privés ont engendré un paysage médiatique reconfiguré et hybride : une pléthore de titres mais un pluralisme de façade.

16Pour paraphraser Cherif Dris, mis à part une ouverture « bizarre » de l’audiovisuel privé et l’émergence d’une presse en ligne dynamique, les évolutions permises ou « arrachées » peuvent être résumées dans le glissement d’une situation de pluralisme contrôlé à celle d’une ouverture contrôlée (2012). En effet, devant l’incapacité avérée des médias traditionnels publics et privés de répondre aux besoins d’information des citoyens, les journaux électroniques nouvellement créés ont présenté l’une des sources principales d’information et fournissent des espaces d’expression et de discussion politiques de prédilection (Merah, 2014, p. 194). Pour certains observateurs du secteur, la presse en ligne constitue l’exception et annonce un créneau prometteur en innovations et professionnalisation du métier de journaliste. En effet, devant les conditions frustrantes empêchant celui-ci d’exercer son droit à l’expression et privant le citoyen de son droit à l’information, un type alternatif de média échappant à ces contraintes s’est imposé : la presse en ligne. D’ailleurs, pour Samir Ardjoun, auteur d’une thèse sur le sujet, la presse en ligne est aussi considérée comme une activité parallèle et secondaire de l’édition papier et « n’a [donc] jamais suscité autant l’attention du législateur algérien que ces dernières années, suite à la montée en puissance des nouveaux dispositifs d’information » (2014, p. 162). Dans son rapport pour l’Agence française de coopération et d’aide au développement des médias du Sud, intitulé Panorama des médias en ligne, Laurent Giacobino souligne que « le boom des pure players » s’explique avant tout par « l’incapacité des médias traditionnels à s’adapter aux contraintes du web et à exploiter les possibilités qu’il offre » (2015, p. 16). D’ailleurs les journaux traditionnels présents en ligne ont pu maintenir leur lectorat en le faisant déplacer vers leurs versions électroniques sur internet. Ce transfert des pratiques informationnelles a permis à ces journaux de figurer parmi les sites d’information les plus consultés et les mieux classés.

Les caractéristiques du web-journalisme

17Les caractéristiques du secteur mises en exergue dans le même rapport renseignent sur le malaise dans lequel évolue ce nouveau métier. Toutefois, des indicateurs d’effervescence sont présents et peuvent constituer dans l’avenir des atouts pour sa professionnalisation. Ceux-ci peuvent être résumés en une série d’indicateurs.

1. La notoriété des sites d’information

18Certes le classement de 2015 d’Alexa reflète « un paysage des médias en ligne relativement pauvre, avec seulement sept médias en ligne dans le top 50 […] (dont deux sites sportifs) » (Giacobino, 2015, p. 15-16). Pour Ardjoun, « l’augmentation du nombre d’utilisateurs d’internet attribue à une catégorie sociale intellectuelle la force de s’accaparer des opportunités offertes, pour fondre un modèle d’information pratique et original » (2014, p. 162). Mais ce résultat est déjà significatif compte tenu de la courte expérience algérienne dans ce domaine et la prégnance du facteur de résistance aux innovations en matière d’écriture, de lecture et de publicité en ligne.

2. L’investissement des journaux traditionnels

19Pour les grands journaux de référence, la version numérique est une diversification de la forme d’écriture mais aussi une nouvelle offre de contenu pour les lecteurs de plus en plus connectés et usagers des TIC. Le retard accusé dans la mise en ligne des titres traditionnels a été rattrapé par l’installation des versions électroniques voire des équipes rédactionnelles web. D’ailleurs, les sept premières places des sites d’information sont les versions électroniques de journaux traditionnels : Ech Chourouk, El Khabar, Ennahar, El Watan.

3. Profusion en titres

20Le paysage informationnel est reconfiguré par l’émergence de nouveaux organes et sites d’information en ligne. Cette multiplication des organes de presse est le résultat de la diversification des typologies des supports et contenus généralistes ou thématiques. D’ailleurs, la presse en ligne qui se spécialise et se diversifie davantage a réussi là où les médias traditionnels ont échoué. Cependant, aucun organisme n’est en mesure de fournir des statistiques sur le nombre de visiteurs ou lecteurs et se contenter des évaluations réalisées par les organes eux-mêmes serait risqué.

4. Institutionnalisation de presse en ligne

21La loi organique de l’information de 2012, dans son 5e chapitre intitulé « des médias électroniques », reconnaît un double statut juridique, jusqu’ici inexistant, aux organes en ligne et aux web-journalistes. Ainsi, la presse électronique a été officiellement admise par son inscription explicite. L’article 67 la désigne comme « tout service de communication écrite en ligne ». Par ailleurs, l’article 73 souligne que la profession de journaliste s’applique aussi à celui qui travaille pour le compte d’un « moyen d’information électronique ».

5. L’enjeu croissant de la presse en ligne

22La croissance du nombre de lecteurs et la montée en visibilité de certains titres en ligne, dont le contrôle échappe aux acteurs institutionnels et aux diffuseurs, a été vue avec méfiance. Sans l’avoir démontré dans son dernier rapport, RSF déplore les pressions de l’État sur les journalistes et sur les blogueurs qui les contraignent à l’autocensure et à la domestication.

Les journalistes de la presse en ligne

23Le degré de professionnalisation de tout métier est déterminé par celui de ses acteurs. C’est pourquoi, le profil des web-journalistes constitue un des facteurs d’explication sur l’état actuel du développement de la presse en ligne. Les insuffisances qui caractérisent le secteur ne peuvent se résumer à la formation de ses journalistes et à leurs performances professionnelles. D’autres paramètres difficilement maîtrisables méritent l’attention : le poids de la résistance au changement, l’absence de modèle économique, le manque de professionnalisme dans la gestion des institutions médiatiques et le faible taux de connectivité. En évoquant les effets d’internet sur la presse en Algérie, Samir Ardjoun insiste sur la transformation significative du métier de journaliste et des modes de fonctionnement des rédactions. Pour lui, « cette situation a réussi à bousculer les habitudes professionnelles et les méthodes traditionnelles du travail journalistique » (2014, p. 158). La montée en puissance de la presse électronique a imposé « le débat sur les représentations des groupes professionnels, la redéfinition du travail journalistique et la perte du prestige d’informer » (idem, p. 178). Face à ce risque d’une perte d’identité des journalistes algériens, ces derniers ont réagi en résistant au changement ou en composant avec le nouveau contexte technico-professionnel pour s’adapter aux nouvelles formes de production et de diffusion de l’information. Quand il a lieu, le réajustement de l’exercice du métier s’effectue par expérimentation ou appropriation des DISTIC.

24L’activité de journaliste a toujours posé le problème de la qualité de la formation au niveau des techniques de rédaction, de la compréhension du fonctionnement du secteur, de la culture générale ou de l’éthique. Devant l’absence de formation au journalisme en ligne, ce problème se pose avec d’autant plus d’acuité. D’ailleurs, les critiques formulées à l’encontre des web-journalistes s’expliquent par les difficultés de procéder à l’évaluation et à la vérification des informations et des sources. Ces réserves trouvent leur légitimation dans le manque de formation spécialisée qui permettrait d’apprendre les pratiques et les responsabilités professionnelles. Aussi les manquements au professionnalisme et à la déontologie sont-ils courants. Cette situation peut être due à l’amalgame qui s’opère souvent entre journalisme citoyen, cyber-activisme et journalisme en ligne. Dans son rapport pour l’Agence française de coopération et d’aide au développement des médias du Sud, Laurent Giacobino estime que « ce manque de formation a un impact direct sur la qualité des médias sur internet, souvent critiqués pour leur pratique de vérification des faits plus que ténue et leur propension à la «re-publication» au détriment de toute investigation, voire leur rôle actif dans la propagation de rumeurs et autres actualités superficielles et racoleuses destinées à faire du buzz et à générer du trafic depuis les réseaux sociaux » (2015, p. 9). La situation se complique avec le manque de maîtrise des plateformes numériques d’écriture et de diffusion qu’investit l’e-journalisme. Ces difficultés techniques pourraient réduire les chances d’acquisition des compétences et des pratiques du journalisme en ligne.

25Certes la question de la qualité de la formation et du professionnalisme est aussi posée pour la presse traditionnelle. Mais, dans un entretien réalisé le 17 novembre 2015, Mourad Hachid, responsable d’elwatan.com, reconnaît que « le respect des règles d’éthique et de déontologie est un vrai problème pour tous les médias algériens, et plus encore pour les médias en ligne ».

Profils socioprofessionnels des web-journalistes

26La cartographie des profils socioprofessionnels des journalistes en ligne montre que la quasi-totalité des journalistes membres de l’échantillon ne possède pas de carte de presse. Il est vrai que la commission nationale permanente qui les délivre a été créée en 2016 et qu’elle en a distribuées pour le moment un nombre réduit. Cette situation prévaut aussi dans la presse écrite et touche la quasi-totalité des effectifs des rédactions. Les journalistes interviewés estiment que tous leurs collègues du web sont confrontés à ce problème. Pour eux, l’absence de carte est un handicap supplémentaire pour accéder à l’information alors qu’ils souffrent déjà d’un problème de reconnaissance parmi les acteurs institutionnels et politiques. Les rares journalistes détenteurs de carte sont d’anciens journalistes traditionnels, capitalisant plus de vingt ans d’expérience, reconvertis dans la presse en ligne.

27Plus de la moitié de notre échantillon est constituée de femmes journalistes. Ce phénomène de féminisation de la profession est visible dans les salles de rédaction. Cette tendance augmente selon les responsables des journaux en ligne, surtout dans les effectifs des versions web des journaux traditionnels de référence. Les femmes exercent majoritairement les tâches de traitement des dépêches, de mise en ligne et de veille informationnelle. Leur présence des femmes n’a cependant pas débouché sur un accès croissant aux responsabilités rédactionnelles ou éditoriales, contrairement à la situation dans la presse écrite où de nombreuses femmes y sont arrivées.

  • 1 . Entretien en ligne du 03/01/2016.

28Concernant l’âge des web-journalistes, les réponses fournies et les observations effectuées sur le terrain convergent : les jeunes dominent largement, la moyenne d’âge dépassant rarement la trentaine. Cet indicateur s’explique par l’arrivée massive de jeunes diplômés à la recherche d’emploi. Pour certains, cette caractéristique est due à l’hésitation des anciens journalistes papier à se convertir, soucieux de conserver une plus grande stabilité professionnelle. D’ailleurs, les rares cas de web-journalistes relativement âgés sont des responsables ou des pigistes expérimentés. Il est à noter que les responsables des journaux en ligne privilégient aussi les jeunes pour leur capacité à apprendre rapidement. Un directeur explique ainsi : « ils affichent plus de disponibilité à l’apprentissage rapide des pratiques du métier, ils maîtrisent mieux l’outil informatique et ses fonctionnalités utilisées dans le journalisme en ligne ». Yacine Barbouche, 27 ans, travaillant pour tsa-algerie.com (TSA), confirme cette idée : « Leur background est diversifié, mais ce sont en général de jeunes personnes motivées, capables de maintenir un rythme intense »1.

  • 2 . Entretien en ligne du 17/11/2015.

29Autrement dit, ils s’adaptent mieux au changement imposé par les exigences du numérique. Si certains interviewés ont considéré ce profil comme un atout pour le métier, d’autres l’ont au contraire interprété comme une forme d’exploitation. Ces jeunes, expliquent-ils, évoluent dans la précarité : faibles salaires, charges de travail élevées, statut professionnel non reconnu. Cette préoccupation est surtout visible chez les correspondants locaux chargés de la collecte de l’information brute et de la vérification des faits sur le terrain. Les jeunes web-journalistes interrogés appréhendent rarement la question de l’âge sous cet angle. Comme le résume l’un d’entre eux, « apprendre le métier et se professionnaliser sont les clés de la reconnaissance des chefs et de notre stabilité ». Responsable d’elwatan.com, Mourad Hachid ajoute qu’« il n’y a pas de formation spécifique. On leur apprend à utiliser le back office du site : comment copier un texte, l’arranger, lui mettre des liens hypertexte, une photo ou plusieurs, ou d’autres contenus en rapport »2.

30Les perceptions différentes autour du jeune âge des web-journalistes reviennent quand il est question du statut définissant la relation de travail. Certes la plupart des entretiens ont eu lieu avec des titulaires, membres des rédactions centrales. Mais il est clair que la majorité des web-journalistes, composée de pigistes, de stagiaires, surtout parmi les localiers et les jeunes diplômés, ne bénéficient pas d’une telle stabilité. Leur lien avec le journal se résume à un ordre de mission, généralement limité dans la durée. Pour les stagiaires, le rythme d’apprentissage détermine souvent le changement de statut ou la rupture de la relation de travail. Quant aux pigistes, ils sont essentiellement des « correspondants travaillant pour plusieurs titres papiers, électroniques et même pour des chaînes de télévision », reconnait un web-journaliste. Il approuve néanmoins cette situation de cumul, synonyme à ses yeux de polyvalence et d’accélérateur dans le processus d’apprentissage. Abordant la question du recrutement, plusieurs responsables rejoignent cet avis d’un directeur qui assure que les longs stages, en particulier ceux de pigistes, « nous permettent de former à notre manière et selon nos besoins ».

  • 3 . Entretien en ligne du 18/12/2015.

31Or la stabilité dans l’entreprise peut représenter un indicateur de satisfaction professionnelle. Les personnes interrogées ont eu des périodes de travail allant d’un à cinq ans avec une moyenne de deux ans. Ces chiffres peuvent apparaître insignifiants au regard des moyennes habituelles pour qualifier un emploi de stable. Mais la moitié des web-journalistes sont issus de la presse écrite et capitalisent une moyenne de 5 à 10 ans d’expérience. Ces reconversions datent essentiellement de 2011, année dite du « Printemps arabe », marquée par les mobilisations informationnelles sur les réseaux sociaux numériques. Cette même année, les journaux en ligne, surtout TSA, Dernières Nouvelles d’Algérie (DNA) et Algérie-Express, ont accompagné les révoltes populaires et les manifestations de l’opposition politique en leur consacrant des couvertures en direct. Une deuxième vague de reconversions a eu lieu à la veille des élections présidentielles de 2014. De nombreux journalistes ont rejoint les journaux en ligne et animé les mouvements de cyber-activistes sur les RSN, les blogs et forums de discussion, ainsi que sur les sites de journalistes citoyens. Ces transferts vers le web sont beaucoup plus fréquents chez les jeunes ayant une maîtrise des DISTIC et surtout des fonctionnalités appliquées au web-journalisme. À ce sujet, le directeur d’algeriepatriotique.com, Ait Amara, considère que « les journalistes de la presse électronique sont tous issus de la presse écrite, mais ceux qui sont actifs sur les réseaux sociaux présentent un meilleur profil pour réussir dans la presse électronique »3.

32On retrouve trois disciplines principales dans leur formation initiale, d’après les propos recueillis auprès des web-journalistes et de leurs responsables : les sciences de l’information et de la communication, les langues étrangères (français/anglais) et les sciences économiques. Quant aux formations complémentaires liées à leur nouvelle activité, nombreux sont ceux qui ont suivi des cours sur les techniques de rédaction (en français et surtout en informatique) en insistant sur les applications utilisées dans la presse en ligne. Les responsables de la presse en ligne complètent de façon critique le profil et l’identité générale des web-journalistes en insistant généralement sur les caractères suivants : ils sont davantage militants que professionnels ; ils exercent le journalisme assis ; ils privilégient plus le lien avec le lecteur qu’avec la hiérarchie ; ils sont indifférents à la rentabilité du journal ; leur instabilité professionnelle les rend « difficiles à manager ».

Compétences professionnelles des web-journalistes en Algérie

  • 4 . Entretien en ligne du 17/11/2015.
  • 5 . Entretien en ligne du 11/01/2016.

33En interrogeant également leurs compétences et leurs pratiques professionnelles, notre objectif est double : établir un état des lieux du secteur et mesurer le degré de maîtrise des indicateurs de la professionnalisation du métier. Les personnes interrogées témoignent souvent de leur insatisfaction à l’égard des web-journalistes en matière de ressources et de pratiques professionnelles. Ils reconnaissent que leurs savoirs et savoir-faire demeurent insuffisants pour profiter de toutes les possibilités offertes par le numérique. Ils soulignent encore que l’acquisition de ces diverses compétences n’est pas chose aisée. Pour cela, l’accent est mis sur l’apprentissage en situation souvent accompagné de courtes formations pratiques assurées par des collègues. C’est ce que propose le directeur d’El Goual, Mohamed Benhalma, qui précise : « j’ai organisé quelques séances pour certains journalistes de mon équipe afin de leur expliquer la manière avec laquelle on met les articles en ligne. Pour cela, nous avons choisi un CMS (système de gestion de contenu) facile à utiliser »4. Les web-journalistes reconnaissent malgré tout que leurs compétences à l’écrit, ou encore pour diffuser l’information et interagir, restent en-deçà des applications et formes multimédias caractérisant la presse en ligne. Ils remettent en cause unanimement la formation initiale, l’absence de parcours universitaire en journalisme électronique et le caractère théorique de l’enseignement traditionnel du journalisme. C’est pourquoi, ils refusent généralement toute comparaison avec les journaux considérés comme modèles, qualifiant leurs pratiques d’amateurs. Cette vision globalement négative est seulement nuancée par l’évocation « d’individualités », susceptibles de revaloriser progressivement la profession, d’autant plus qu’ils estiment que les profils de jeunes web-journalistes sont propres à surmonter un certain nombre de difficultés. Farouk Khedir, responsable d’elkhabar.com, se rappelle par exemple des débuts « sans formation » au sein de sa rédaction, puis de l’organisation de stages pour ses équipes (y compris à l’étranger) qui ont permis d’améliorer sensiblement la situation5.

34En effet, le retour sur l’évolution des trajectoires ou des carrières dites mobiles permet de mettre en avant plusieurs ressources cognitives et comportementales propres à améliorer les compétences professionnelles : maîtrise de l’outil informatique, culture numérique, capitalisation des pratiques et capacité d’adaptation. Un web-journaliste interrogé souligne que le métier « s’apprend et se professionnalise aussi sur le terrain en l’exerçant ». En adoptant cette posture dynamique, beaucoup reviennent sur le début de leur carrière, moment où ils ont découvert de nouvelles modalités de production et de diffusion de l’information. Les web-journalistes interviewés se disent tous habitués à l’outil informatique et à internet, se présentant volontiers comme de la génération X. Ceux issus de la presse écrite utilisaient déjà l’ordinateur depuis des années comme machine à écrire et comme source d’informations sur le web. Quant aux nouveaux, quels que soient leur formation d’origine et leur itinéraire professionnel, ils savent utiliser et parfois maîtriser la palette des possibilités offertes par le numérique, en particulier les jeunes citadins diplômés.

35Certes leur familiarité initiale avec l’ordinateur ne coïncidait que rarement avec celle exigée de professionnels producteurs et diffuseurs de contenus. D’ailleurs, certains reconnaissent n’avoir jamais parcouru ni même connu avant 2011 l’existence des sites de presse en ligne. Depuis cette date, le passage du statut d’usager lecteur à celui de producteur « a nécessité des efforts pour répondre aux exigences du métier surtout [pour] chercher l’information, la sélectionner, l’évaluer, la traiter, la diffuser et l’actualiser », explique un journaliste. Un autre enquêté se souvient « des difficultés dans la nature du travail demandé, dans le mode de fonctionnement de la rédaction et le rythme de réalisation ». Mais, ajoute-t-il, « la maitrise des logiciels [a facilité] l’adaptation et donc l’apprentissage du métier ». Beaucoup précisent avoir recouru aux tutoriels d’écriture numérique et de mise en ligne. Quant aux formes rédactionnelles et aux montages multimédias, un directeur insiste sur « la comparaison avec ce qui se fait ailleurs […] [d’autant plus que] la veille et la recherche informationnelles sur le net le permettent facilement ». Avant d’ajouter : « les pré-requis en compétences d’usage ont souvent accéléré la socialisation avec le métier et l’organisation ».

36La majorité des journalistes interrogées considèrent la formation des web-journalistes comme inexistante. Aucun parcours universitaire ne prépare à l’exercice de métier, répètent-elles, y compris au sein des formations au journalisme. La critique récurrente est celle du caractère jugé trop « théorique » de ces formations, même si les responsables des journaux en ligne estiment que la presse dans sa totalité souffre de ce problème. D’ailleurs, ils notent que les recrutements se font sur la base des capacités en écriture journalistique, sur le degré de maîtrise des fonctionnalités techniques, sur la disposition à l’apprentissage et aux stages de terrain. Les directeurs de sites d’information et leurs journalistes s’accordent généralement pour considérer cette phase d’imprégnation comme déterminante pour décider d’un recrutement mais aussi du positionnement des salariés dans la rédaction. Pour les journaux traditionnels ayant adopté une version web, leurs équipes sont constituées essentiellement de journalistes maîtrisant l’environnement technologique, la recherche internet mais aussi, pour la presse arabophone, la langue française utilisée dans les dispositifs informatiques (logiciels, tutoriels, etc.). La conversion des journalistes issus de la presse écrite s’est donc réalisée sur le tas, avec l’aide seulement des informaticiens présents. Ces derniers s’occupaient au début de toutes les activités relevant de l’aspect technique du métier. Puis ils se sont graduellement retirés pour céder aux journalistes l’écriture électronique, la mise en ligne, la diffusion et l’actualisation.

37Les compétences professionnelles incontournables, selon les web-journalistes, sont donc en priorité : l’accès aux sources, l’écriture avec hyperliens, la vérification et l’évaluation de l’information, la recherche de l’information. Ces pratiques relèvent de la rédaction ou de la production en ligne. Pour les responsables des journaux électroniques, ces tâches sont déterminantes pour la réussite de tout journaliste. S’agissant des capacités de mise en ligne, d’insertion de vidéos, d’exercice du journalisme de données et du web-documentaire, elles relèvent de la diffusion numérique et sont moins souvent citées comme décisives par les journalistes interrogés. Certains rédacteurs de sites, notamment ceux proposant la version numérique des journaux papiers, estiment que de ces dernières compétences sont toujours du ressort des informaticiens.

  • 6 . Entretien en ligne du 04/01/2016.

38Les responsables des journaux n’en témoignent pas moins de la pluriactivité et de la polyvalence des web-journalistes, aussi bien sur le terrain qu’en ligne. Ces derniers insistent également sur cette dimension de leur métier qui nécessite la maîtrise minimale des aspects techniques, tant informatiques qu’audiovisuels, en particulier pour la prise de son, le traitement d’images, le montage et la lecture. Ils valorisent cette polyvalence exigée par la spécificité de l’information électronique et par le caractère généraliste des sites. Pour Zahra Rahmouni de TSA, cette polyvalence est même une clé de la professionnalisation : « Les outils en ligne et les logiciels qui permettent de créer des infographies ou des timelines (chronologies) » sont à maîtriser surtout pour permettre « l’accès à une information plus visuelle et interactive. En utilisant aussi beaucoup les réseaux sociaux pour la veille (notamment sur Twitter), nous vérifions ensuite les informations »6. Autres pratiques couramment mentionnées : le fil info, le fil d’actu, le direct, l’actualisation de l’info et la veille informationnelle. Toutes ces activités d’écriture et de diffusion de l’information portent sur le rapport au temps, véritable obsession des web-journalistes. La maîtrise du temps court renseigne sur la capacité de réaction, une qualité particulièrement valorisée au sein du web-journalisme qui reste conditionné par le scoop, l’instantanéité du traitement, le suivi des évolutions des sujets et le renvoi aux archives. Elle est aussi indissociable de la pluriactivité et de la polyvalence, propres aux acteurs du secteur qui travaillent à un rythme accéléré, se doivent d’être joignables et disponibles à tout moment, de conduire rapidement toutes les étapes du processus d’écriture et de diffusion en ligne. Cela implique une forte endurance s’ils souhaitent garder la cadence et leur emploi.

39L’interactivité avec les lecteurs et les acteurs sources vient s’ajouter aux autres qualités attendues. Il s’agit de savoir animer des réseaux sociaux, en réunissant les compétences du community manager et de la gestion du commentaire d’actualités. Même les interviewés reconnaissant être moins à l’aise dans ces fonctions soulignent les opportunités de la presse en ligne pour la participation du public aux traitements informationnels et pour la prise en considération de ses attentes. C’est pourquoi, « nous sommes attentifs aux articles les plus lus, les plus commentés et les plus partagés », déclare l’un d’eux.

40La dernière compétence souvent évoquée est celle du travail collectif pour l’efficacité et l’harmonie des équipes. Certes elle renseigne surtout sur l’organisation du travail et sur le respect de la hiérarchie, malgré la dispersion et la multiplication des interventions. À ce sujet, Ait Amara d’algeriepatriotique.com estime que « fixer des règles liées à la ligne éditoriale et à certaines contraintes, disons d’ordre technique (délais de remise des articles, longueur des papiers, méthodes de traitement de l’information, etc.) », est essentiel. La difficulté du travail collectif le désigne souvent comme un idéal chez les acteurs interrogés. Un constat qui renvoie à la diversité des profils professionnels et au caractère individuel des compétences du web-journalisme. Chacun est bien conscient du fait que cela pèse sur l’ambiance des rédactions et sur les conditions optimales pour le travail d’équipe. Beaucoup estiment cependant qu’il serait une solution pour mieux appréhender les interactions entre journalistes et lecteurs, gérer le rapport au temps et à l’apprentissage, respecter le devoir d’objectivité, la ligne éditoriale et une certaine éthique du métier.

41Le processus d’expérimentation et d’appropriation du journalisme en ligne en Algérie, initié et soutenu par les entreprises de presse, a pu offrir aux lecteurs la « diversité » et la « liberté » dont souffrent les médias traditionnels. Ce processus a favorisé celui de l’apprentissage en fournissant aux journalistes un terrain d’expériences fertile. Les données empiriques confirment l’adhésion agissante des web-journalistes à ce projet éditorial et professionnel, surtout chez les jeunes débutants.

42L’observation des modalités d’insertion des TIC dans les salles de rédaction souligne l’adoption « instantanée » de la presse électronique bien qu’elle réinvente le métier de journaliste. Il est certain que cette reconversion a été facilitée par la prégnance de l’internet dans les activités de recherche, de production, de diffusion et d’usage de l’information. Certes, nous ne pouvons ni généraliser sur le degré d’intégration du web-journalisme dans les entreprises de presse traditionnelles, ni aligner les niveaux de professionnalisation des sites informationnels. Il sera également difficile de mobiliser les mêmes facteurs pour dresser un état des lieux du secteur. D’ailleurs les disparités dans les niveaux de formation technique et journalistique conditionnent les représentations du métier et l’identité professionnelle des acteurs de la presse en ligne. Nous pouvons néanmoins retenir les paramètres que les responsables des journaux en ligne considèrent comme pertinents pour expliquer l’évolution du journalisme en ligne : le réajustement des modalités de travail, la reconfiguration des habitudes de lecture, la diversification des offres en information et la nouvelle visibilité offerte par le numérique.

43L’enquête montre une identité professionnelle dominante qui valorise la mobilisation de ressources cognitives et techniques pour se mettre rapidement à niveau. La figure du journaliste en ligne en Algérie est plutôt celle d’un homme (mais les femmes sont loin d’être absentes), jeune, diplômé, cultivé, technophile, connecté et engagé. Certes les jeunes journalistes sont des débutants sans formation initiale adéquate ni expérience pratique mais leur apprentissage est, selon eux et surtout selon leurs employeurs, suffisamment rapide et efficace. Quant aux compétences professionnelles, elles se résument essentiellement dans les postures professionnelles : de maîtrise de la production en ligne, de polyvalence, de pluriactivité, de permanence au travail et d’interactivité avec les lecteurs.

Haut de page

Bibliographie

Ardjoun Samir, 2014, La presse en ligne algérienne et les modalités d’insertion des NTIC dans les organisations de presse en Algérie, Thèse de doctorat, Université Nice Sophia Antipolis.

Cabrolie Stéphane, 2010, « Les journalistes du parisien.fr et le dispositif technique de production de l’information », Réseaux, n° 160-161, p. 79-100.

Carbonnel Anne et Mercier Arnaud, 2011, « Web-journaliste : une identité fragile dans un contexte de mutations professionnelles », 22e Congrès de l’AGRH, article en ligne consulté le 31/05/2016, URL : http://www.academia.edu/1983234.

Carbonnel Anne, Dollander Thibaut et Sebbah Brigitte, 2011, « Quelle GRH pour les web-journalistes ? », 11èmes rencontres sur la prospective des métiers, Paris, ESSEC.

Charon Jean-Marie, 2010, « De la presse imprimée à la presse numérique. Le débat français », Réseaux, n° 160-161, p. 255-281

Dris Cherif, 2012, « La nouvelle loi organique sur l’information de 2012 en Algérie : vers un ordre médiatique néo-autoritaire ? », L’Année du Maghreb, n° 8, p. 303-320.

Dagiral Éric et Parisie Sylvain, 2011, « Portrait du journaliste en programmeur : l’émergence d’une figure du journaliste «hacker» », Les Cahiers du journalisme, n° 22-23, p. 144-153.

Dubar Claude et Tripier Pierre, 2005, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin (2e édition).

Dupuy Camille, 2013, « Les travailleurs du web : innovation et catégories professionnelles dans la presse en ligne », La Revue de l’Ires, n° 77, p. 107-127.

Giacobino Laurent, 2015, Panorama des médias en ligne. Algérie, Égypte, Jordanie, Liban, Maroc, Palestine, Syrie, Tunisie, Paris, CFImédias, rapport en ligne consulté le 31/05/2016, URL : http://www.cfi.fr/sites/default/files/panorama-medias-version-longue-BD_5.pdf.

Le Cam Florence, 2005, L’identité du groupe des journalistes du Québec au défi d’internet, Thèse de doctorat, Université Rennes I.

Le Cam Florence, 2012, « Une identité transnationale des journalistes en ligne ? », in Degand Amandine et Grevisse Benoît (dir.), Journalisme en ligne, pratiques et recherches, Bruxelles, Éditions De Boeck, p. 61-86.

Merah Aissa, 2014, « Usage professionnel de l’information sur internet. Cas des journalistes de santé », French Journal for Media Research, article en ligne mis à jour le 08/01/2014, consulté le 31/05/2016, URL : http://frenchjournalformediaresearch.com/index.php?id=227.

Merah Aissa, 2015, « Discours de changement dans les discussions juvéniles en ligne : cas des commentaires de l’actualité », in Amsidder Abderrahmane, Daghmi Fathallah et Toumi Farid (dir.), Médias et changements. Formes et modalités de l’agir citoyen, Paris, L’Harmattan, p. 197-212.

Mercier Arnaud et Pignard-Cheynel Nathalie, 2014, « Mutations du journalisme à l’ère du numérique : un état des travaux », Revue française des sciences de l’information et de la communication, article mis en ligne le 17/07/2014, consulté le 31/05/2016, URL : http://rfsic.revues.org/1097.

Muchielli Alex, 2013, L’identité, Paris, Presses universitaires de France (9e édition).

Pélissier Nicolas, 2002, « La plume dans la toile. L’identité des journalistes à l’épreuve des réseaux numériques », Médiamorphoses, n° 4, p. 45-50.

Pélissier Nicolas et Diouma Diallo Mamadou, 2015, « Le journalisme à l’épreuve des dispositifs socio-numériques d’information et de communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication, article mis en ligne le 03/02/2015, consulté le 31/05/2016, URL : https://rfsic.revues.org/1449.

Pignard-Cheynel Nathalie et Sebbah Brigitte, 2013, « L’identité des journalistes du web dans des récits de soi », Communication, vol. 32/2, article mis en ligne le 09/04/2014, consulté le 31/05/2016, URL : https://communication.revues.org/5045.

Ruellan Denis, 1998, « En ligne : un journaliste comme les autres ? », Les Cahiers du journalisme, n° 5/12, p. 82-84.

Sardas Jean-Claude, 1994, « Comprendre et gérer les mutations professionnelles : cohérences fonctionnelles et dynamiques d’acteurs », Performances humaines et techniques, n°72, septembre.

Sardas Jean-Claude et Gand Sébastien, 2011, « Les transitions professionnelles contraintes par des restructurations dynamiques individuelles et d’accompagnement », Annales des Mines. Gérer et comprendre, n° 103/1, p. 26-37.

Severo Marta, « L’information quotidienne face au web 2.0. La stratégie multiplateforme de six quotidiens nationaux français », Études de communication, n° 41, article mis en ligne le 01/12/2013, consulté le 31/05/2016, URL : http://edc.revues.org/5399.

Smyrnaios Nikos, 2008, « Journalisme et innovation sur l’internet », Jurnalism si
Comunicare, Annul III, n° 1-2, p. 3-10.

Haut de page

Notes

1 . Entretien en ligne du 03/01/2016.

2 . Entretien en ligne du 17/11/2015.

3 . Entretien en ligne du 18/12/2015.

4 . Entretien en ligne du 17/11/2015.

5 . Entretien en ligne du 11/01/2016.

6 . Entretien en ligne du 04/01/2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aissa Merah, « La quête d’identité professionnelle des journalistes de la presse en ligne en Algérie : Pratiques, compétences et profils », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 159-174.

Référence électronique

Aissa Merah, « La quête d’identité professionnelle des journalistes de la presse en ligne en Algérie : Pratiques, compétences et profils », L’Année du Maghreb [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 21 décembre 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2880 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2880

Haut de page

Auteur

Aissa Merah

Maître de Conférences HDR. Université de Béjaia. Laboratoire usages et réception des produits médiatiques et culturels, LabRUPMC Alger3.

Haut de page