تصفح – مخطط الموقع
Chroniques politiques
Algérie

Algérie politique 2015 : Mise à la retraite du général Médiene et restructuration du DRS

Des effets collatéraux du quatrième mandat
Cherif Dris
p. 185-202

مداخل الفهرس

Mots-clés :

chronique

Géographie :

Algérie
أعلى الصفحة

النص الكامل

  • 1 . La presse algérienne et internationale a usé de plusieurs termes pour qualifier la mise à l’écart (...)

1Un séisme politique. Le qualificatif ne semble pas inapproprié ou exagéré pour qualifier le limogeage – ou le départ à la retraite – selon les diverses interprétations1, du général de corps d’armée, Mohamed Lamine Mediene, dit Toufik, de son poste de chef de Département de renseignement et de sécurité (DRS). Le mot séisme n’est pas trop fort, convenons-en, et pour cause : le général Mediene a dirigé ce département pendant 25 ans, une période suffisamment longue pour justifier le qualificatif utilisé. Ce qualificatif n’est pas le seul usité, pour la simple raison qu’au-delà du poste visé et de celui qui l’a occupé un quart de siècle durant, c’est toute la problématique du pouvoir en Algérie, de ses référents constitutifs et de sa perception par ceux qui le détiennent, qui est posée.

  • 2 . Amar Saidani, « Nous voulons un État civil, un pouvoir civil et des institutions civiles », http: (...)

2La mise à l’écart du général Toufik doit-elle être interprétée comme la fin d’un cycle et le début d’un autre qui verrait l’émergence d’un État civil2, entendu comme un pouvoir désormais dévolu aux civils et consacrant la primauté du droit sur toute autre considération ? Serait-ce le début d’une ère où l’accès à la Présidence de la République par les chars serait révolu ? Ou bien ne peut-on pas penser, in fine, que ce départ et les restructurations dans l’appareil de renseignement ne sont que des effets collatéraux du quatrième mandat d’avril 2014 ?

3Dans un pays où l’appareil militaire et sécuritaire a, depuis l’indépendance de l’Algérie, été au cœur du pouvoir politique, restructurer le DRS et mettre à la retraite son premier responsable n’est pas un fait anodin. Toutefois, il serait prématuré de parler d’un avènement de l’État civil. Au demeurant, un État civil est-il synonyme d’État de droit ou d’État démocratique ? Toujours est-il que la mise à l’écart du général Mediene et la restructuration du DRS doit être replacée dans le contexte du début du quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika. C’est, au demeurant, un processus qu’il faut analyser dans la durée, ponctué par des évènements sociaux, économiques et politiques, expressions d’un malaise profond mais aussi de tensions au sein d’un bloc politique qui éprouve de plus en plus de mal à arbitrer les contradictions entre ses différentes composantes.

De Ghardaïa à In Salah (janvier-mai) : la contestation ne faiblit pas

  • 3 . Ahmed Guerroua, « À qui profitent les évènements de Ghardaïa ? », Le Quotidien d’Algérie, 17/07/2 (...)
  • 4 . Rachid Tlemçani, « La crise de l’État-nation au Maghreb : Défis et enjeux », Recherches Internati (...)

4Enclenchés en 2014, les troubles dans la wilaya de Ghardaïa se sont poursuivis durant l’année 2015. Le 12 janvier, une grève des commerçants mozabites a démarré à la suite du décès de trois jeunes gens lors d’affrontement entre gendarmes et des jeunes Ibadites. Les efforts entrepris, de part et d’autre, pour apaiser les tensions n’ont pas eu de grands résultats. En effet, les déplacements du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en 2014, celui de l’Intérieur et les médiations effectuées par des hauts gradés de l’armée, n’ont pu avoir raison de tensions aux causes profondes. S’agit-il d’un conflit intercommunautaire où le paramètre confessionnel et ethnique (Chaamba contre Mozabites) est prégnant ? Dans quelle mesure peut-il s’agir d’un conflit né d’une fracture entre citadinité et ruralité3 ? Enfin, cet antagonisme ne relève-t-il pas de réactions à des visées économiques liées à une libéralisation économique hybride et à l’appropriation, à titre privé, du patrimoine national ? Certains auteurs défendent cette thèse et vont jusqu’à soutenir que le conflit cultuel ne serait que l’aspect visible des affrontements opposant les Mozabites, de rite ibadite, et les Chaambas, de rite malékite. De fait, l’économie de bazar a attisé les tensions intercommunautaires au sein de la société précaire4. Une image réduite mais qui reflète les transformations à l’échelle macro de toute l’Algérie, avec une nouvelle catégorie d’acteurs économiques de plus en plus agressifs. Quelles que soient les raisons à l’origine de ces tensions, le conflit dans la vallée du Mzab est révélateur de cette distance qui s’est créée entre le centre (le gouvernement central) et sa périphérie, les wilayas du sud notamment, en proie à problèmes multiformes.

5Plus expressive, cette distance s’est révélée aussi, le 25 janvier, à In Salah lorsque 25 000 personnes ont manifesté contre l’exploitation du gaz de Schiste. Une première en Algérie. Car au-delà de la dimension écologique qui sous-tend cette action, la charge symbolique est très forte. Jamais, en effet, une manifestation n’a eu lieu à l’extrême sud algérien, et qui plus est, dans une région connue pour la richesse de son sous-sol en gaz et pétrole. L’on s’étonne, à ce propos, que des populations à l’extrême sud algérien expriment leur mécontentement contre des projets d’exploitation gazière, elles qui sont connues pour leur calme et leur retenue. On s’étonne d’autant plus que depuis l’attentat terroriste contre le site gazier de Tigentourine en janvier de l’année 2013, le dispositif sécuritaire dans cette région a été renforcé. Le fait que des populations se soulèvent pour exprimer leur mécontentement contre les projets de la Sonatrach révèle-t-il l’émergence d’une société civile du sud, moins encline à accepter que les richesses du sous-sol profitent aux populations du nord ?

In Salah : une société civile du sud ?

6De prime abord, il est important de souligner que ce mouvement a mobilisé toutes les composantes de la société dans cette région, avec une participation féminine des plus actives. Ce qui constitue en soi une particularité et en même temps une confirmation paradoxale du rôle éminent des femmes dans cette région, réputée pourtant pour son conservatisme.

  • 5 . Leila Berrato, « Exploitation du gaz de schiste en Algérie : les raisons de la colère », Radio Fr (...)
  • 6 . Hocine Malti, « Le gaz de schiste en Algérie : un mouvement de contestation inédit », Le Matin, 2 (...)
  • 7 . Anouar Boukhars, « In the Eye of the Storm : Algeria’s South and its Sahelian Borders », in Luis (...)

7L’ampleur prise par la manifestation du 25 janvier et des jours suivants donnerait à penser qu’un mouvement social est en voie de formation dans cette région du pays. Dans le sillage des manifestations des chômeurs à Ouargla en 2011 et 2013, le mouvement anti-gaz de schiste a été interprété comme l’amorce d’un mouvement civil dans une région réputée pourtant paisible et calme, pour ne pas dire passive. Les préoccupations environnementales constituent certes la trame de l’action de ce mouvement anti-gaz de schiste, en ce sens que la pollution des nappes phréatiques est un souci majeur dans une région où l’eau douce est rare mais où le tri sélectif des déchets existe déjà depuis longtemps5. De surcroit, comme l’explique Hocine Malti6, l’exploitation du gaz de schiste réveille de vieux traumatismes liés aux expériences nucléaires françaises en 1960, notamment dans la région de Reggan. L’opération Gerboise bleue, nom de code de la bombe lancée en 1960, reste profondément gravée dans la mémoire collective. Toutefois, d’aucuns voient dans ce mouvement les prémices d’un réveil du sud7 (Boukhars, 2015), contre la marginalisation imposée par le nord. Ce réveil est révélateur, argue-t-on, du malaise que vivent les populations du sud, frustrées de voir leurs richesses profiter au Nord. Doit-on, pour autant, conclure qu’une rupture entre le Nord et le Sud est en train de se produire ? Le mouvement ne s’est pas installé dans la durée. L’ampleur de ces manifestations a fini par s’émousser ; de 25 000 en janvier, le nombre des manifestants est passé à 3 000 au mois de mars de la même année. La raison tient au fait que les autorités algériennes, certes soumises à des pressions internationales, ont réussi à contenir ce mouvement, en se gardant de faire usage de la force, et en recourant la médiation : celles menées par le chef de la police, le général major Abdelghani Hamel mais aussi d’autres conduites par le chef de la 4e région militaire, le général major Abderazak Cherif.

Pouvoir et opposition dos à dos

  • 8 . « L’opposition dénonce la répression de la manifestation anti-gaz de schiste à In Salah »,
    http:/ (...)

8La levée de bouclier provoquée par cette manifestation a fait réagir les acteurs de la classe politique. Pour l’opposition et certains acteurs de la société civile, ces manifestations traduisent le malaise sociopolitique vécu par l’Algérie depuis que Abdelaziz Bouteflika est arrivé au pouvoir en 1999. Ainsi, pour le président du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) Mohcen Belabes, « La stratégie de répression/corruption a fait son temps. Seule une scène publique assainie, restituée à la transparence et l’arbitrage citoyen peut éviter le pire à la nation ». Quant à Ali Benflis, président du parti Tala’i‛ el Houriyat (Avant-gardes des Libertés), « les événements de Ain Salah ne sont que la conséquence directe et logique de ces pratiques et de ces comportements qui ne prennent en ligne de compte ni les mises en garde de l’expertise nationale, ni les préoccupations et les inquiétudes exprimées par les citoyens »8. Même tonalité de réaction de la part du mouvement Barakat (ça suffit !) et du parti Djil el Djedid (Nouvelle Génération) dont une délégation a été empêchée de rencontrer les manifestants de In Salah.

  • 9 . Sellal, « L’exploitation du gaz de schiste n’est pas à l’ordre du jour du gouvernement »,
    http:// (...)

9Du côté du gouvernement et des partis alliés au pouvoir, l’exploitation du gaz de schiste est une opportunité que l’Algérie doit saisir, compte tenu du recul des prix du pétrole et des risques que cela pourrait engendrer sur l’économie algérienne. Tout au long de la campagne menée par les partis de l’opposition et certains acteurs de la société civile, les affidés du pouvoir ont mobilisé leurs appareils et leurs bases pour appuyer la démarche gouvernementale, non sans pourfendre l’action de l’opposition. Ainsi, au fil de leurs sorties médiatiques, le Premier ministre Abdelmalek Sella et le ministre de l’Énergie Youcef Yousfi, ont-ils martelé que l’exploitation du gaz de schiste était une nécessité, en raison du tarissement des réserves en gaz et en pétrole et de l’accroissement de la demande interne. Se voulant plus rassurant, le Premier ministre affirma que l’exploitation du gaz de schiste n’était pas à l’ordre du jour du gouvernement et que cette exploitation ne se ferait pas avant 20209. Lors de la célébration, le 24 février, du 44e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, le FLN, le RND, le TAJ et le MPA organisèrent des rencontres dans le sud de l’Algérie pour sensibiliser les populations de ces régions à l’intérêt pour l’Algérie d’exploiter le gaz et le pétrole de schiste, non sans fustiger l’opposition, accusée d’induire les habitants d’In Salah en erreur et de vouloir « récupérer cette affaire pour des objectifs politiciens ».

Des manifestations sans incidences politiques pour un remaniement sans portée

10Les manifestations d’In Salah n’ont pas eu l’impact politique que certains attendaient. Le gouvernement algérien a réussi à les contenir, en réduisant leur étendue dans le temps, mais aussi et surtout dans l’espace, faisant en sorte que le spectre géographique de ce mouvement ne dépasse pas les frontières de la ville d’In Salah. Toutefois, le dossier d’exploitation du gaz de schiste a fait ses premières victimes en la personne du ministre de l’Énergie Youcef Youcefi. Ce dernier a-t-il payé son incapacité à vendre le projet ? Est-il le fusible que le gouvernement a utilisé pour minimiser tout impact politique et social que l’exploitation du gaz de schiste pourrait provoquer ? Au-delà des réponses que ces questions suggèrent, force est de reconnaitre que le pouvoir politique a, encore une fois, démontré une certaine résilience, préférant jouer l’apaisement au lieu d’aller vers la confrontation. Dans ce registre, le remaniement opéré n’a pas de portée politique et ne dénote en aucun cas un changement d’orientation. Bien au contraire, l’exploitation du gaz de schiste demeure à l’ordre du jour et la nomination de Salah Khobri à la tête du département de l’énergie, un fervent partisan du pétrole et gaz de schiste, traduit cette détermination des hautes autorités politiques algérienne à aller vers cette option.

Le démantèlement du DRS et la restructuration des services de renseignement (été 2015) 

  • 10 . Sur ce point, voir notre chronique politique : « Le quatrième mandat d’Abdelalaziz Bouteflika : L (...)

11Si les évènements de Ghardaïa et d’In Salah n’ont pas débouché sur les changements que certains auraient souhaités, la restructuration des services de sécurité reste à bien des égards l’évènement que les partisans d’un État civil espéraient ardemment. C’est le tournant majeur, avec comme point d’orgue le départ à la retraite en cette année 2015du général Mohamed Mediene. Il reste bien entendu que ce tournant est l’aboutissement d’un travail de fond opéré par le Président Abdelaziz Bouteflika, tout particulièrement après le troisième mandat. Notre propos ici n’est pas de revenir sur la genèse de cette restructuration, étape indispensable sur le chemin menant vers le quatrième mandat et la sanctuarisation du pouvoir présidentiel10. Il semble plus intéressant de se focaliser sur les signes avant-coureurs de la restructuration des services de renseignements. Les plus saillants restent la mise à la retraite de certains hauts officiers de ces services et les procès relatifs aux affaires de détournement de deniers publics et de corruption.

La purge au sein du DRS

  • 11 . Fayçal Hamdani, « Restructuration des services secrets : comment la DCSA a supplanté le DRS », ht (...)
  • 12 . L’ancien colonel du DRS Mohamed Khalfaoui : « L’armée algérienne subit une guerre d’usure », Algé (...)

12En 2013, le Président Abdelaziz Bouteflika a procédé à des mises à la retraite au sein du DRS, une façon pour lui de démontrer sa puissance mais aussi de faire basculer davantage le rapport de forces en sa faveur. Les premiers à faire les frais de cette manouvre étaient les généraux Mhena Djebar, directeur de la Direction centrale de la Sécurité de l’Armée (DCSA), Ahmed Kherfi de la Direction du Contre-espionnage, du général Rachid Lalali dit Attafi de la Direction de la Sécurité extérieure et du colonel Fawzi, Direction du service de communication au sein du DRS. Si le départ à la retraite du général Lalali était prévisible, compte tenu de son âge, celui de Djebar, de Kherfi et de Fawzi suscitent des interrogations. Commençons par le général Mhena Djebar. Acteur clé dans la lutte antiterroriste durant les années 1990, Mhena Djebar a été promu comme directeur de la DCSA, une structure très sensible au sein du DRS. Sa mise à la retraite n’est pas un fait anodin pour deux raisons au moins. La première tient à la proximité de Mhena Djebar avec le général Mediene. Éradicateur convaincu, le général Djebar s’est fait aussi remarquer pour son opposition au quatrième mandat d’Abdelaziz Bouetflika. La seconde tient à la nature de la structure qu’il dirigeait. La DCSA constituait l’une des forces de frappes du DRS, notamment durant les années 1990 lorsque la lutte antiterroriste exigeait une maîtrise du travail de renseignement sur le terrain. À travers les Centres de Traitement du Renseignement (CTRI), la DCSA assurait le contrôle sur toutes les activités liées à la collecte et au traitement du renseignement relatif à la lutte contre le terrorisme. À cela, s’ajoute sa mission de veiller au moral des troupes au sein de l’armée. À travers ces deux fonctions, le DRS était en mesure de contrebalancer le poids de l’état-major de l’armée et gérer la lutte anti-terroriste selon sa vision. Or, avec le limogeage de Mhena Djebar, c’est tout un chapitre qui vient de se fermer. Cela d’autant plus que la DCSA a été tout simplement rattachée en 2013 à l’état-major de l’armée, avec des missions plus élargies et prenant désormais la dénomination de Direction Centrale de la Prévention et de la Sécurité de l’Armée (DCPSA). Une telle transformation ne pouvait être interprétée que comme un signe annonciateur du crépuscule de l’ère Médiene. Cela se vérifie quelques semaines plus tard, lorsque l’état-major récupère, en sus de la DCSA, certaines directions rattachées auparavant au DRS, telles le Centre de Communication et de Diffusion (CCD) au mois de juillet, et crée en juin 2014 le Service d’Investigation Judiciaire, après avoir dissous en septembre 2013, la Direction Centrale de la Police Judicaire (DCPJ). De surcroit, et pour conforter davantage sa préséance sur le DRS, l’état-major a renforcé les prérogatives de la DCPSC en promouvant, en aout 2015, le Centre principal militaire d’investigations (CPMI) au rang de Service central opérationnel militaire d’investigations (Scomi)11. À cela s’ajoute, l’accréditation des journalistes étrangers, une prérogative dévolue autrefois dévolue au DRS. Enfin, le Groupe d’Intervention Spéciale (GIS), le bras armé du DRS et le service d’intelligence économique ont tous été dissouts et les membres du GIS affectées aux différentes directions de l’armée12.

13Le fait que l’état-major de l’armée ait réussi à phagocyter des services sensibles appartenant au DRS traduit le bouleversement des rapports de forces au sein de l’ordre militaro-sécuritaire au profit de l’armée. Un bouleversement accéléré par le quatrième mandat dans la mesure où le chef d’état-major de l’armée, le général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah a été l’un des fervents partisans de ce quatrième mandat. Il était d’ailleurs très attaché à cette restructuration en raison de l’importance de ces structures. La DCSA (devenue DCPSC) mise à part, il n’est pas inutile de s’attarder sur les trois autres structures, à savoir la DCPJ, le CCD et le GIS, tombées sous le contrôle de l’état-major de l’armée.

14La DCPJ tout d’abord. Cette direction centrale de la Police judiciaire a joué un rôle clé dans les enquêtes de corruption et la traduction devant la justice d’un nombre importants de cadres civils et militaires pour des affaires de détournements et de malversations. Travaillant en étroite collaboration avec les procureurs généraux, les officiers de cette direction jouissent de prérogatives assez élargies pour enquêter sur toute affaire de détournement, de malversation et corruption. Le travail de limier qu’ils effectuaient était adossé à celui effectué par les cadres du service d’intelligence économique du DRS, dissout à son tour dans la mesure où sont rôle dans le dévoilement des dysfonctionnements relatifs aux passations de contrats dans les projets lancés par Sonatrach ou ceux relatifs à la réalisation de l’autoroute est-ouest, a été déterminant.

  • 13 . Annonces et Publicité d’Entreprises Publiques : l’ANEP, Support exclusif. Instruction du chef de (...)

15Quant au Centre de Communication et de Diffusion, qui nous amène à évoquer le limogeage du colonel Fawzi, son rattachement à l’état-major dénote l’importance des médias, un levier utilisé systématiquement par le DRS, et la détermination de l’état-major et du cercle présidentiel d’avoir ce dernier sous leur contrôle. En effet, le CCD pouvait contrôler les médias à travers les autorisations de création de journaux, d’accès aux sources d’informations mais aussi et plus important, l’accès à la publicité. L’Agence Nationale d’Edition et de Publicité (ANEP) contrôlait la publicité institutionnelle et la distillait en fonction des orientations politiques de chaque journal. La directive signée par Ahmed Ouyahia13, en 2004, lorsqu’il était premier ministre confortait l’ANEP dans son rôle et donne à la publicité institutionnelle une dimension politique. Dans les faits, c’est le CCD, dirigé par le colonel Fawzi, qui veillait à la ventilation de cette manne publicitaire, assurant ainsi la fidélité de certains journaux. Avec la mise à la retraite du colonel Fawzi et la dissolution du CCD, devenu service de presse rattaché à l’état-major en 2015, c’est tout un chapitre des rapports presse-DRS qui se ferme. Toutefois, il ne s’agit point d’une émancipation totale de ces médias, mais plutôt d’une redéfinition des rapports entre le quatrième pouvoir et l’institution militaire. Le fait que l’état-major récupère le secteur des médias précédemment sous le contrôle du DRS dénote plutôt une intention de reproduire le même schéma.

16Enfin, il n’est pas inutile de s’attarder quelque peu sur la dissolution du Groupe d’interventions spéciales, le 8 août de cette année 2015. C’est loin d’être un évènement anodin tant était crucial le rôle que cette structure assumait dans la lutte anti-terroriste. Considéré comme l’élite au sein du DRS, les éléments du GIS se sont fait une réputation dans la lutte contre le terrorisme, notamment dans le sud de l’Algérie, lorsqu’ils étaient chargés de pourchasser les éléments de l’Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI). Ce sont les éléments du GIS qui sont intervenus à Tiguentourine en janvier 2013 pour mettre un terme à la prise d’otages au sein du site gazier. La décision de les rattacher à l’armée et la dispersion de ses éléments entre les différentes unités de l’armée (marines et armée de terre) et de la gendarmerie nationale ne saurait être interprétée autrement que comme une volonté de priver le DRS de tout levier lui permettant de façonner l’ordre sécuritaire, selon sa vision. Il est vrai dans ce registre que le GIS a, depuis sa création durant les années 1990, et tout particulièrement sous le commandement du général Abdelakader Ait-Ouarabi dit Hassan, été le bras armé qui a permis au DRS de peser de tout son poids dans la lutte antiterroriste. Les missions délicates relatives à la libération des otages, la garde rapprochée ou encore la traque des groupes terroristes étaient l’apanage de ce groupe, dont les éléments disposent de qualifications opérationnelles certaines. Dissoudre ce groupe, recentre la lutte anti-terroriste exclusivement autour de l’état-major de l’armée et prive ainsi le DRS de moyen de pression.

  • 14 . Farid Alilat, « Algérie : les habits neufs des services secrets », Jeune Afrique, 14/03/2016, htt (...)
  • 15 . Le 5 juillet 2015, le général Ben Ali a été promu au rang de général de corps d’armée, devenant a (...)

17Cependant, l’effeuillage du DRS14 ne pouvait avoir de signification en se limitant uniquement au rattachement de ses importantes directions à l’état-major de l’armée. La mise à l’écart de certains de ses hauts gradés conforte cette stratégie. C’est ainsi qu’au mois de juillet de cette année 2015 trois éléments clés de cette structure sont mis à la retraite. Il s’agit en l’occurrence d’Ali Bendaoud, directeur de la Sécurité Intérieure (DRS) remplacé par le général Abdelkader, du général Djamel Lakhal Majdoub, directeur de la Direction Général de Sécurité et de la Protection Présidentielle (DGSPP), avec rattachement de cette dernière à l’état-major de l’armée et enfin du général Ahmed Moulay Meliani, premier responsable de la garde républicaine, remplacé par le général-major Ben Ali Ben Ali, patron de la cinquième région militaire15.

18S’agissant des généraux Meliani et Mejdoub, l’épisode des coups de feu tirés devant la résidence du Président Abdelaziz Bouteflika à Zeralda le 16 juillet 2015, serait, vraisemblablement, la raison expliquant leur limogeage suivi de leur mise à la retraite. La mise à l’écart du général-major Ali Bendaoud, suscite quant à elle moult interrogations. L’ancien patron de la DSI paye-t-il sa proximité avec le général Toufik ? En apparence, la réponse est affirmative. Cependant, l’on ne peut écarter l’hypothèse d’un réajustement des alliances, une opération imposant la mise au pas de la Direction de la sécurité intérieure à travers le changement de son titulaire. De par son importance, cette direction, anciennement dénommée direction du contre-espionnage, est l’une des pièces maitresses du dispositif sécuritaire interne en raison de son maillage vertical et horizontal. Le fait de mettre à la retraite le général-major Ali Bendaoud, connu aussi pour sa proximité avec le Premier ministre Abdelmalek Sellal, préfigure une banalisation du rôle de ce service et son cantonnement à des missions très techniques. Cela d’autant qu’avec la dissolution de certains services comme les écoutes téléphoniques et l’intelligence économique, la capacité de réseautage du DRS au sein de l’État et de la société se trouve fortement affaiblie.

19Ces mises à la retraite seront suivies par d’autres comme nous le verrons plus loin. En parallèle, les procès enclenchés simultanément à ce processus de restructuration-démantèlement du DRS apparaissent cruciaux. Des rapprochements entre les deux démarches sont à établir tant il est vrai que dans certaines affaires, c’est le procès du DRS qui est fait.

Les scandales de corruption ou l’autre procès du DRS

20En termes de préjudices sur l’économie algérienne et de manque à gagner pour le Trésor public, des affaires comme El Khalifa Banque, Sonatrach ou l’Autoroute Est-Ouest, pour ne citer que ces trois-là, resteront dans les annales. La réouverture de ces procès en mars et en mai de cette année 2015 intervient dans un contexte d’accélération du processus de restructuration de l’ordre économique et de l’ordre politico-sécuritaire dont le point focal est le démentiellement du DRS. Quels sont les griefs retenus dans ces trois affaires ?

  • 16 . « Procès de l’affaire de l’autoroute est-ouest : le “projet du siècle” qui est devenu un scandale (...)
  • 17 . Id.

21Dans l’affaire relative à la réalisation de l’autoroute Est-Ouest, les accusations portent essentiellement sur « le non-respect de la règlementation relative aux change et mouvement des capitaux de et vers l’étranger » et de « dilapidation de deniers publics »16. Les vingt-trois mis en cause dans l’arrêt de renvoi, sont en majorité des fonctionnaires du ministère des Travaux publics et des membres de consortiums étrangers. Ils ont tous été poursuivis pour corruption, quatre d’entre eux ont été arrêtés, dix ont comparu en liberté provisoire et deux étaient en fuite17. Ces griefs renseignent sur la gravité des préjudices causés, mais aussi sur la nature des connexions qui se sont établies tout au long du processus de négociations des contrats de réalisation de ce projet. Des sociétés et des consortiums internationaux chinois, suisse, japonais, portugais, espagnol, canadien et italien sont accusés d’avoir versés des pots-de-vin à des intermédiaires, dont le plus cités est Pierre Falcone, le marchand d’armes français, connu notamment à travers son implication dans l’affaire Angola Gate. La seule personne épargnée dans ce procès est le ministre des travaux publics, Amar Ghoul, cité à comparaitre en tant que témoin. Ce dernier s’est contenté de faire une déclaration écrite lue par son avocat.

  • 18 . Condamné à trois de prison ferme, Mohamed Ouazzine, dit Khaled, est décédé d’une crise cardiaque (...)

22Quant à l’affaire Sonatrach, les accusations sont constitution « d’association de malfaiteurs, passation illégale de marchés et corruption ». Au total dix-neuf accusés, dont douze en liberté, comparaissaient devant le tribunal à l’instar de l’ancien PDG de Sonatrach, Mohamed Meziane et son chef de cabinet Réda Hemch, de Chani Mjdoub et de Mohamed Ouazzine dit Khaled, un ancien colonel du DRS.18Contrairement à l’affaire de l’autoroute est-ouest, le nom du ministre de l’énergie, Chakib Khalil en l’occurrence, n’a pas été cité, pas même en tant que témoin.

23Des dénominateurs communs existent entre ces deux affaires. Le premier est cette prédation avérée perceptible à travers les surfacturations, les commissions et rétro-commissions dans la passation de marchés. Lors des deux procès, les accusés, ont levé le voile sur des mécanismes complexes de prédation, reposant sur des accointances endogènes et exogènes. Les détournements et les dilapidations des deniers publics n’ont pas été possibles sans l’implication de réseaux internationaux avec des complicités internes. Au fait, ces deux affaires ont révélé l’existence d’un système de gouvernance des projets d’équipements que le journaliste El Kadi Ihsan résume en ces termes :

  • 19 . El Kadi Ihsane, « Hamch, Medjdoub, Khelladi, la primauté de l’informel coûte un quart d’Algérie a (...)

« dans le traitement des marchés d’équipements, comme dans la gouvernance des projets, deux chaines de décisions se superposent dans l’Algérie des années Bouteflika. La première est officielle, formelle, et ne décide de rien d’important. La seconde est parallèle, informelle, et décide de tout ce qui est important »19.

24Or, dans les deux cas, c’est la chaine informelle qui s’est révélée être la colonne vertébrale de ce système de dilapidation. La part invisible de l’iceberg. Mais de qui s’agit-il en fait ? Qui sont les donneurs d’ordre qui se cachent derrière les exécutants et les intermédiaires ?

  • 20 . Salima Tlemçani, « Kheladi : Bedjaoui et Ghoul ont touché des pots-vins », El Watan, 29/04/2015
  • 21 . El Kadi Ihsane, op.cit.

25Les deux procès, et c’est le second dénominateur commun, sont l’expression parlante du poids des cercles décisionnels non visibles. Dans le cas d’espèces, les regards se tournent vers l’appareil sécuritaire. Les témoignages des accusés et autres intermédiaires, convergent pratiquement tous vers une seule direction : le DRS a fomenté ces procès et certaines affaires sont l’œuvre du DRS. Ainsi, lors du procès de l’autoroute Est-Ouest, certains accusés n’ont pas hésité à parler de caisses noires que le DRS avait créées pour financer ses opérations à l’extérieur. Le principal accusé, non présent cependant lors de ce procès, est le général Hassan à qui a été reproché le transfert (détournement) d’une partie des commissions versées par les Chinois pour alimenter une caisse noire servant à financer les opérations des services de renseignement à l’extérieur20. Il s’agirait donc d’une gouvernance informelle21 dont le maitre d’ouvrage n’était autre que le DRS. Le ministère des travaux publics semble avoir délaissé sa mission au profit de service dénotant ainsi un dysfonctionnement caractérisé de certaines institutions de l’État. Dans le cas de l’affaire Sonatrach II, les accusations ne sont pas moins graves, tant il est question du mode opératoire utilisé par le service de la police judiciaire du DRS pour obtenir les informations et surtout des aveux ayant conduit à la mise en accusation d’un certain nombre d’acteurs.

  • 22 . Le 6 décembre, le général Mohamed Médiene sort de son silence et publie une lettre dans laquelle (...)

26Que ces accusations soient fondées ou non, les procès tenus en 2015 avaient, selon toute vraisemblance, pour objectif d’épargner les principaux instigateurs et enterrer ainsi des affaires qui ont terni l’image de l’Algérie et celle du pouvoir politique et parallèlement de discréditer le DRS et à sa tête le général de corps d’armée Mohamed Mediene. Il s’agit dans le cas d’espèce de mettre en cause une certaine gouvernance des affaires économiques, énergétiques en premier lieu, dans laquelle le DRS avait son mot à dire. Toutefois, démanteler un système qui existe depuis plus de trente ans, et dans lequel Mohamed Mediene et Larbi Belkheir (Malti 2010) ont joué un rôle majeur, n’est pas chose aisée. Le démantèlement s’opère à partir du sommet. À l’évidence, la tournure prise par ces deux procès, et par celui de la banque el Khalifa, annonçait la fin d’un cycle. Celui du général Mediene et du département qu’il a dirigé au cours des 25 années parmi les plus pénibles de l’histoire de l’Algérie. Les choses vont s’accélérer vers la fin du mois d’août, le 29 plus précisément, quand le chef du SCORAT, le général Abdelakader Ait-Ouarabi, dit Hassan, est arrêté par la gendarmerie nationale et transféré devant le tribunal militaire. Les chefs d’inculpations retenus sont : « infractions aux consignes militaires » et « destruction de documents ». Des infractions pour lesquelles il sera condamné, le 26 novembre, à cinq années de prison ferme par le tribunal militaire d’Oran22. Cette condamnation va précipiter les choses, puisque moins d’un mois après, le général Médiene quitte son poste, ouvrant ainsi la voie à une restructuration du mythique département.

Le départ du général Mediene et le décès d’Ait-Ahmed (septembre-décembre)

Mediene à la retraite : la fin d’un mythe

27Le 13 septembre 2015, Mohamed Lamine Mediene, dit Toufik, quitte le département du Renseignement et de Sécurité après l’avoir dirigé pendant 25 ans. Son départ ne passe pas inaperçu. Ce n’est pas un épiphénomène, tant le personnage a, durant toute la période citée, imposé son empreinte comme l’un des faiseurs de Présidents. A-t-il été limogé ? Est-il parti à la retraite de son propre chef ? Pour les journalistes et les commentateurs politiques, ces questions trouvent toute leur pertinence, quand elles sont placées dans le contexte de l’après-quatrième mandat et surtout dans celui des luttes entre acteurs décisionnels et autres groupes d’intérêts au sein des hautes sphères du régime politique algérien. Il est vrai, dans cette veine, que les scandales de corruption et de détournements constituaient, comme nous l’avons souligné plus haut, les signes-avant-coureurs d’une déchéance à laquelle Mohamed Mediene est exposé depuis quelques années. Mais cette déchéance signerait la fin d’un ordre et l’émergence d’un nouvel ordre dans lequel les services secrets algériens n’auront plus voix au chapitre des désignations des présidents. S’il est possible de souscrire à la thèse d’un nouvel ordre en émergence, il serait toutefois prématuré de se prononcer sur la mise entre parenthèse de tout rôle politique des services secrets en Algérie. Aussi est-il nécessaire de placer ce départ dans une perspective analytique qui va au-delà du factuel. Dans cette perspective, nous retiendrons trois paramètres.

  • 23 . Voir le livre de Mohamed Sifaoui, Histoire secrète de l’Algérie. L’État-DRS, Editions Nouveaux Mo (...)
  • 24 . Nouredine Boukrouh, a été le fondateur du Parti du Renouveau Algérien et ancien ministre du Comme (...)
  • 25 . Nourdine Boukrouh, « Le général Toufik, pour ceux qui ne le connaissent pas », Ennahar, 18/09/201 (...)
  • 26 . Hichem Aboud, « La surpuissance du général Toufik est un mythe », http://www.elwatan.com/images/2 (...)
  • 27 . Voir Nacer Boudiaf, « Mon père a été assassiné parce qu’il voulait éliminer les mafias », Algérie (...)

28En premier lieu, le paramètre micro ou ce qui peut se rapporter au personnage lui-même, à savoir le général Toufik. À défaut d’une biographie retraçant sa vie et son parcours professionnel, il est difficile de brosser le portrait de l’homme mystérieux. Les seules informations distillées sur lui, que ce soit des articles de presse ou des livres écrits sur les services secrets algériens23, le décrivent comme un personnage très secret et très réservé. D’autres, comme Nouredine Boukrouh24 le dépeignent comme un homme humble, très posé et doté d’un sens très aigu du patriotisme25. Moins élogieux, certains minimisent sa puissance et vont jusqu’à la qualifier de mythe26, tandis que d’autres pointent du doigt sa responsabilité dans des drames, à l’image de « l’assassinat de l’ancien Président Mohamed Boudiaf » et de celui des « cadres emprisonnés et des dossiers truqués »27. Au-delà des portraits dressés par les uns et par les autres, et au-delà de la véracité des descriptions faites, il ressort un fait incontestable, à savoir la totale juxtaposition entre la personne et l’institution qu’il dirigeait. Au point qu’il est quasi certain que l’histoire retiendra la personnification du DRS à travers la personne de Mohamed Mediene de même que l’histoire a retenue la personnification de la sécurité militaire par feu Kasdi Merbah et le MALG par Abdelhafidh Boussouf.

29Quant au paramètre méso ou intermédiaire, il concerne l’institution elle-même. La confusion entre la personne et l’institution qui la dirige est un trait saillant de la gouvernance politique en Algérie. Aussi, quand on accole le sobriquet de « Rab Dzair » (le dieu de l’Algérie) au général Mediene, cela dénote une personnification de la fonction, mettant ainsi le DRS au-dessus des autres institutions de la République. En la matière, le rôle politique, sécuritaire et économique du DRS était tel que d’aucuns n’hésitaient pas à parler d’un État dans l’État. Les farouches opposants au général Médiene, dont le secrétaire général du FLN, Amar Saadani, parlent d’une pieuvre qui étend ses tentacules sur tous les rouages de l’État et de la société. Est-ce à dire que le DRS serait l’incarnation de cet État sécuritaire dont les révoltes arabes ont fini par révéler la fragilité ? Le DRS avait certes des pouvoirs très étendus, lui permettant d’avoir un droit de regard sur la gouvernance sécuritaire, politique et économique, voir socioculturelle de l’Algérie. Si au sein de l’organigramme officiel de l’Armée Nationale Populaire, le DRS est une arme parmi d’autres, dans les faits, son influence outrepasse celles des autres secteurs. Le général Mohamed Mediene avait fait en sorte que son département échappe à l’emprise des autres structures. Car, outre le renseignement, ce département s’est adjugé la mission sécuritaire, ce qui lui a valu un rôle majeur dans la lutte antiterroriste durant les années 1990 au point d’entrer parfois en rivalité avec l’état-major de l’armée dirigé à l’époque par feu le général Mohamed Lamari.

  • 28 . Cette opération de restructuration des services de renseignement a été suggérée par feu Larbi Bel (...)

30On le voit donc, ce département a été façonné, depuis 199028 de manière à opérer comme un électron libre, échappant au contrôle du chef d’état-major de l’armée, et même parfois à celui du président de la République. Ceci ouvre la voie au troisième paramètre relatif à la variable macro, en l’occurrence la spécificité du régime algérien et la place que Mohamed Mediene y a occupée à travers le DRS.

31En effet, l’État algérien est une création issue d’un long combat violent pour l’indépendance. S’ensuit la mise en place d’un régime au sein duquel l’armée occupe une place centrale dans la gestion des affaires de la cité. Les premières années ont été marquées par des luttes acharnées pour l’accaparement du pouvoir : entre, d’une part, le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (GPRA) et, d’autre part, l’état-major de l’armée, plus connu sous le nom de l’armée des frontières, dirigé par le colonel Houari Boumediene. Cette lutte s’est soldée par le renversement du GPRA et la désignation d’Ahmed Ben Bella comme Président, avec l’appui de l’état-major. Mais le 19 juin 1965, le colonel Houari Boumediene renverse le Président Ben Bella et s’installe au pouvoir jusqu’à sa mort le 28 décembre 1978. Tout au long de son règne, Houari Boumediene s’est employé à imposer son autorité en limitant l’influence des autres structures qui pouvaient remettre en cause cette autorité. La marginalisation d’Abdelhafid Boussouf, l’un des fondateurs du Ministère de l’armement et des liaisons générales (MALG), ancêtre du DRS, et l’accaparement du poste du ministre de la Défense sont les marqueurs d’une volonté de sanctuarisation d’un pouvoir et la centralisation du pouvoir décisionnel. L’on comprend aisément, dans ce registre, que le successeur de Ben Bella ne voulait pas d’un pouvoir parallèle, aussi bien dans l’armée que dans les services de renseignement. D’ailleurs, ces derniers ont été sciemment rattachés à l’armée, une manière de mieux les contrôler et d’éviter toute intrusion dans le processus décisionnel. Après la mort de Boumediene et la venue de Chadli Ben Djedid, cette centralité s’est fragilisée. Les signes d’un délitement commencent à apparaitre lors du processus de succession présidentielle, entre décembre 1978 et janvier 1979, quand l’armée et les services de renseignement ont tranché en faveur du colonel Chadli Ben Djedid, au détriment d’Abdelaziz Bouteflika et de Mohamed-Salah Yahiaoui. Commence alors l’ère de la collégialité où le Président n’est plus qu’un décisionnaire parmi d’autres, à savoir l’armée et les services de renseignement. Cette collégialité se consolide durant la décennie 1990 lorsque la lute anti-terroriste impose l’instauration de l’état d’urgence, basculant ainsi la balance en faveur des militaires, les services de renseignement compris, au détriment des politiques. Aussi est-il important dans ce registre de souligner que l’impératif sécuritaire a permis au DRS de prendre une autre dimension, tant il est vrai que la lutte contre le terrorisme reposait pour une large partie sur un travail de renseignement à la fois interne et externe. De ce fait, les services secrets sont parvenus à instaurer un certain équilibre des forces avec l’autre segment de l’appareil de défense, en l’occurrence l’état-major.

  • 29 . Voir à ce sujet notre chronique : « Quatrième mandat de Bouteflika : Le parachèvement de la sanct (...)

32Avec le Président Bouteflika, la donne changera quelque peu. En premier lieu, l’ancien ministre des Affaires étrangères a fait en sorte d’imposer un réajustement dans la configuration des rapports de forces en s’appuyant davantage sur le DRS et son chef le général Médiene. Neutraliser l’état-major et dépolitiser sa fonction étaient les objectifs recherchés. Mais ce ne sont que des objectifs intermédiaires car le but ultime était la centralisation du processus décisionnel autour du chef de l’État29. Le DRS devait donc subir le même sort à travers la fragilisation, puis l’affaiblissement de son chef avec sa destitution.

  • 30 . Avant d’occuper ce poste, Athman Tartag a fait toute sa carrière dans les services de renseigneme (...)

33En second lieu, Abdelaziz Bouteflika a conçu la pratique du pouvoir comme un temps long. Ce qu’il a entrepris est la continuation d’un processus commencé en 1962, quand l’état-major a neutralisé l’aile politique puis marginalisé le MALG avant de parachever le travail après le coup d’état du 19 juin 1965. Par instinct politique sans doute, et par calcul assurément, le Président Abdelaziz Bouteflika, avec l’appui de son cercle, a compris que la consolidation de son pouvoir passait nécessairement par la subordination du gestionnaire de la violence. Dans le cas d’espèce, le DRS, plus que l’état-major de l’armée, doit redevenir un service technique, dénué de toute velléité politique. La nomination du général Athmane Tartag30 à la place de Mohamed Médiene participe, vraisemblablement, de cette volonté.

34In fine, et au-delà des réajustements des alliances à l’intérieur du pouvoir politique, ce qui est en jeu c’est la consolidation d’un régime où la domination de l’individu prime sur celle des institutions. La déchéance du général Médiene, si elle consacre en apparence la primauté de l’institution sur celle de l’individu, est, en réalité, l’expression d’une crise profonde à l’intérieur dun régime politique, en quête permanente de ressources de légitimation. Le dernier fait marquant de 2015 atteste précisément de cette nécessité.

Le décès de Hocine Ait Ahmed : le roi est mort, vive le roi !

  • 31 . Nourdenine Boukrouk, cité par Farid Alilat, « Hocine Ait Ahmed : le dernier exile », Jeune Afriqu (...)

35Dernier des historiques algériens, Hocine Ait-Ahmed est décédé le 23 décembre 2015. À 89 ans, celui qui est considéré comme l’un des premiers opposants au pouvoir politique, a refusé les honneurs que le gouvernement algérien a voulu lui faire en l’enterrant dans le carré des martyrs au cimetière d’El Alia. Ce refus, une volonté exprimée par le défunt avant sa mort, n’est pas seulement un geste symbolique. C’est aussi un acte politique dont la signification ne peut être, pour certains, que de vouloir partir « en infligeant un dernier camouflet au régime : être l’unique “historique” à refuser d’être enterré au cimetière officiel d’El-Alia pour s’en démarquer jusqu’à la fin des temps »31.

36Fait inédit donc, Hocine Ait-Ahmed, fondateur du plus vieux parti d’opposition en Algérie, le Front des Forces Socialistes (FFS) en 1963, a préféré être enterré parmi les siens dans son village natal d’Ait Yahia à Ain El Hamam, à 150 km d’Alger, sans doute par souci d’éviter toute récupération politique. En effet, la mort du fondateur du FFS n’a pas laissé indifférents ses plus farouches opposants au sein du pouvoir politique. Entre le dénigrement et la glorification, les tenants du pouvoir ont opté pour la seconde. Pouvait-il en être autrement quand on connait l’héritage politique et historique de l’homme ? Dans le cas d’espère, cependant, la reconnaissance de l’État à l’homme d’État que fut Ait-Ahmed ne semble pas antinomique d’une récupération à des fins politiciennes. Cela d’autant plus que le contexte s’y prêtait bien : mise à la retraite de Médiene et processus de révision de la constitution que ses partisans défendent alors en grande pompe et présentent, non sans un certain enthousiasme, comme l’avènement de l’État civil. Les quelques extraits que nous présentons ci-dessous confortent cette thèse. Pour le chef du cabinet du président Abdelaziz Bouteflika et Secrétaire Général par intérim du Rassemblement National Démocratique (RND) :

« Aït Ahmed est l’un des pères de la guerre de libération et premier militant pour la liberté et la démocratie depuis 1963 après l’indépendance. Il distinguait entre la confrontation légitime avec le système en tant qu’opposant et l’Algérie ». Plus tranchant et plus direct, Amar Saâdani, le secrétaire général du FLN parle d’Ait Ahmed comme « l’un des symboles de l’Algérie…Un moudjahid qui a vécu pour l’Algérie. Mais malheureusement il a été confronté à ce qu’aucun moudjahid ou militant n’a été confronté. C’est-à-dire de l’injustice. Il faut que les Algériens libres lèvent cette injustice et le reconsidèrent. Il ne s’est pas opposé à l’État algérien mais aux personnes qui ne voulaient pas d’État démocratique. Il était démocrate et il voulait la démocratie que nous revendiquons aujourd’hui et que nous cherchons ». Djamel Ould Abass, ex-ministre et membre du Bureau politique du FLN : « C’est un géant qui vient de disparaître. Hocine Ait Ahmed faisait partie de l’opposition propre… »32.

37De ces quelques extraits, émerge une instrumentalisation qui charrie plusieurs messages. En premier lieu, Ait-Ahmed représentait « l’opposition propre » par opposition à une opposition qui serait « sale », incarnée par certains partis dont la Coordination Nationale pour les Libertés et la Transition Démocratique (CNLTD). En effet, les partisans du pouvoir accusent la CNLTD de vouloir entraîner l’Algérie dans une spirale de changement qui serait porteuse de grands dangers. Ils mettent à cet effet en garde contre la réédition des scénarios libyens et syrien en Algérie. En second lieu, le pouvoir politique réaffirme, à travers Ait-Ahmed, sa détermination à conserver l’histoire comme une ressource de sa propre légitimité. En troisième lieu, il tente de se réapproprier le discours du fondateur du FFS relatif à l’État civil dans le double but de conforter le processus de « civilianisation » du pouvoir présidentiel et la mise à l’écart des services de renseignement.

38On le voit donc, le pouvoir politique en Algérie n’éprouve aucun scrupule à se réapproprier l’héritage de Hocine Ait-Ahmed pour servir son besoin d’alimenter ses sources de légitimités. Même s’il a été ostracisé de son vivant, récupérer Ait-Ahmed mort se justifie pour revigorer une légitimité mise à rude épreuve. Cependant, l’ampleur de la mobilisation et du consensus populaire autour de la dépouille d’Ait-Ahmed atteste que le sens originel des valeurs de novembre 1954 est resté vivace malgré leur instrumentalisation et la récupération politique dont ces valeurs font l’objet depuis des décennies.

أعلى الصفحة

حواشي

1 . La presse algérienne et internationale a usé de plusieurs termes pour qualifier la mise à l’écart du Général Médiene. À titre d’exemple : « Limogeage de Toufik : la fin d’une ère », http://www.tsa-algerie.com/20150913/limogeage-de-toufik-l-fin-dune-ere/  ; « Le départ programmé du vrai patron de l’Algérie, le général Mediene » www.mondafrique.com/le-depart-programme-du-vrai-patron-de-lalgerie ; « Algérie – Départ de Toufik : la fin d’une époque mais pas celle d’un ... » http://afrique.lepoint.fr/actualites/algerie-depart-de-toufik-la-fin-d-une-epoque-mais-pas-celle-d-un-systeme-14-09-2015-1964623_2365.php ;« Algérie : Mohamed Mediène, la chute de Mystère T. », JeuneAfrique.com http://www.jeuneafrique.com/.../algerie-mohamed-mediene-la-chute-de-myster ; « Algérie : limogeage du général « Toufik », puissant chef, http://www.lemonde.fr/.../algerie-abdelaziz-bouteflika-limoge-le-puissant-chef- ..

2 . Amar Saidani, « Nous voulons un État civil, un pouvoir civil et des institutions civiles », http://www.tsa-algerie.com/20151004/amar-saadani-fln/

3 . Ahmed Guerroua, « À qui profitent les évènements de Ghardaïa ? », Le Quotidien d’Algérie, 17/07/2015.

4 . Rachid Tlemçani, « La crise de l’État-nation au Maghreb : Défis et enjeux », Recherches Internationales, octobre-décembre 2015, n° 105, p. 170-183.

5 . Leila Berrato, « Exploitation du gaz de schiste en Algérie : les raisons de la colère », Radio France Internationale, 20-03-2015, http://www.rfi.fr/hebdo/20150320-algerie-colere-exploitation-gaz-schiste-energie-europe-sonatrach-sahnoun-sellal , consulté le 20/06/2016 à 10.38.

6 . Hocine Malti, « Le gaz de schiste en Algérie : un mouvement de contestation inédit », Le Matin, 21/06/2015. http://www.lematindz.net/news/17790-le-gaz-de-schiste-en-algerie-un-mouvement-de-contestation-inedit.html, consulté le 20/06/2016 à 11.20.

7 . Anouar Boukhars, « In the Eye of the Storm : Algeria’s South and its Sahelian Borders », in Luis Martinez and Ramus Alenius Boserup (dir.), Algeria Modern. From Opacity to Complexity, Hurt & Company, London, 2016, p. 111-126.

8 . « L’opposition dénonce la répression de la manifestation anti-gaz de schiste à In Salah »,
http://www.algerie-focus.com/2015/01/lopposition-denonce-la-repression-de-la-manifestation-anti-gaz-de-schiste-a-in-salah/, consulté le 26/26/2016 à 10.56

9 . Sellal, « L’exploitation du gaz de schiste n’est pas à l’ordre du jour du gouvernement »,
http://www.algerie1.com/actualite/sellal-lexploitation-du-gaz-de-schiste-nest-pas-a-lordre-du-jour-du-gouvernement/, 16/01/2015, consulté le 27/06/2016 à 14.23

10 . Sur ce point, voir notre chronique politique : « Le quatrième mandat d’Abdelalaziz Bouteflika : La sanctuarisation du pouvoir présidentiel », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS Editions, n °11, 2014, p. 215-228.

11 . Fayçal Hamdani, « Restructuration des services secrets : comment la DCSA a supplanté le DRS », http://www.tsa-algerie.com/20150812/restructuration-des-services-secrets-comment-la-dcsa-a-supplante-le-drs/, consulté le 25/07/2016 à 20.02.

12 . L’ancien colonel du DRS Mohamed Khalfaoui : « L’armée algérienne subit une guerre d’usure », Algérie patriotique, 12/08/2015, http://www.algeriepatriotique.com/fr/article/l%E2%80%99ancien-colonel-du-drs-mohamed-khalfaoui, Consulté le 25/07/2016 à 20.11.

13 . Annonces et Publicité d’Entreprises Publiques : l’ANEP, Support exclusif. Instruction du chef de gouvernement Ahmed Ouyahia, datée du 18/08/2004.

14 . Farid Alilat, « Algérie : les habits neufs des services secrets », Jeune Afrique, 14/03/2016, http://www.jeuneafrique.com/mag/307555/politique/algerie-habits-neufs-services-secrets/, consulté le 25/07/2016 à 20.26.

15 . Le 5 juillet 2015, le général Ben Ali a été promu au rang de général de corps d’armée, devenant ainsi avec le général Gaid Ahmed, après la mise à la retraite du général Mediene, les seuls hauts gradés au sein de l’ANP.

16 . « Procès de l’affaire de l’autoroute est-ouest : le “projet du siècle” qui est devenu un scandale », 24/03/2015. http://www.huffpostmaghreb.com/2015/03/24/proces-de-laffaire-de-lautoroute-est-ouest--le-projet-du-sieclequi-est-devenu-un-scandale-_n_6932704.html, consulté le 14/06/2016 à 10.44.

17 . Id.

18 . Condamné à trois de prison ferme, Mohamed Ouazzine, dit Khaled, est décédé d’une crise cardiaque le 17mai 2016.

19 . El Kadi Ihsane, « Hamch, Medjdoub, Khelladi, la primauté de l’informel coûte un quart d’Algérie aux Algériens », Al Huffington Post. Maghreb-Algérie, 10/05/2015.

20 . Salima Tlemçani, « Kheladi : Bedjaoui et Ghoul ont touché des pots-vins », El Watan, 29/04/2015

21 . El Kadi Ihsane, op.cit.

22 . Le 6 décembre, le général Mohamed Médiene sort de son silence et publie une lettre dans laquelle il exprime « sa consternation » suite à la condamnation de son ancien bras droit et fustige le verdict prononcé par la justice. Il va plus loin, en défendant le général Hassan en soutenant que ce dernier agissait sur ordres. Pour consulter le contenu intégral de cette déclaration, voir / https://fr.scribd.com/doc/292592830/Declaration-integrale-du-general-a-la-retraite-Mohamed-Mediene.

23 . Voir le livre de Mohamed Sifaoui, Histoire secrète de l’Algérie. L’État-DRS, Editions Nouveaux Mondes, Paris 2012. 375 p.

24 . Nouredine Boukrouh, a été le fondateur du Parti du Renouveau Algérien et ancien ministre du Commerce durant le premier mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

25 . Nourdine Boukrouh, « Le général Toufik, pour ceux qui ne le connaissent pas », Ennahar, 18/09/2013, consulté le 21/07/2016 à 22.23

26 . Hichem Aboud, « La surpuissance du général Toufik est un mythe », http://www.elwatan.com/images/2013/04/23/hichem-aboud-ph-souhil-02_1531204_465x348.jpg 24.04.13.

27 . Voir Nacer Boudiaf, « Mon père a été assassiné parce qu’il voulait éliminer les mafias », Algérie Focus, 29/06/2015. http://www.algerie-focus.com/2015/06/nacer-boudiafmon-pere-a-ete-assassine-parce-quil-voulait-eliminer-les-mafias/Consulté le 26/07/2016 à 19.21. Achira Maamri, « Saâdani réagit à la lettre du général Toufik », TSA, 08/12/2015, http://www.tsa-algerie.com/20151208/saadani-reagit-a-la-lettre-du-general- Toufik/, consulté le 26/07/2016 à 19.30.

28 . Cette opération de restructuration des services de renseignement a été suggérée par feu Larbi Belkheir et imposé au Président Chadli Bendjedid.

29 . Voir à ce sujet notre chronique : « Quatrième mandat de Bouteflika : Le parachèvement de la sanctuarisation du pouvoir présidentiel », L’Année du Maghreb, Paris, CNRS Editions, n° 11, 2014-II.

30 . Avant d’occuper ce poste, Athman Tartag a fait toute sa carrière dans les services de renseignement algériens depuis son recrutement au début des années 1970 après avoir obtenu une Licence en géographie. Durant les années 1990, Athman Tartag dirige le Centre d’Investigation Militaire, l’un des fers de lance de la lutte anti-terroriste. En 2011, il est nommé à la tête de la sécurité intérieure, en remplacement du général Ahmed Kherfi. Il est remercié quelques temps après l’assaut donné contre les preneurs d’otages à la base de Tiguentourine, en janvier 2013, puis nommé en 2014, conseiller à la Présidence de la République pour les affaires de sécurité et de défense.

31 . Nourdenine Boukrouk, cité par Farid Alilat, « Hocine Ait Ahmed : le dernier exile », Jeune Afrique, 16/01/2016, http://www.jeuneafrique.com/mag/292461/politique/algerie-hocine-ait-ahmed-dernier-exil/, consulté le 24/07/2016 à 17.18.

32 . « Mort de Hocine Aït Ahmed : les réactions », http://www.tsa-algerie.com/20151223/mort-de-hocine-ait-ahed-les-reactions/, consulté le 24/07/2016 à 20.54.

أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Cherif Dris, « Algérie politique 2015 : Mise à la retraite du général Médiene et restructuration du DRS », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 185-202.

بحث إلكتروني

Cherif Dris, « Algérie politique 2015 : Mise à la retraite du général Médiene et restructuration du DRS », L’Année du Maghreb [‏على الإنترنت‎], 15 | 2016, نشر في الإنترنت 21 décembre 2016, تاريخ الاطلاع 24 mai 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2896 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2896

أعلى الصفحة

الكاتب

Cherif Dris

Maître de conférences à l’École Supérieure de Journalisme et des Sciences de l’Information d’Alger (ENSJSI).

مقالات للكاتب نفسه

أعلى الصفحة