تصفح – مخطط الموقع
Chroniques politiques
Maroc

Le PJD en ville, le PAM à la campagne. Le multipartisme marocain à l’épreuve de la bipolarisation 

Thierry Desrues
p. 229-254

مداخل الفهرس

Mots-clés :

chronique

Géographie :

Maroc
أعلى الصفحة

النص الكامل

1Après plusieurs reports, les élections communales et régionales se sont finalement tenues le 4 septembre 2015. Elles auraient dû avoir lieu avant la fin de l’année 2012, afin de permettre le renouvellement de la Chambre des conseillers et de conformer les institutions parlementaires aux changements induits par la réforme constitutionnelle de juillet 2011. Ces deux scrutins au suffrage universel direct représentent le moment culminant d’un cycle électoral long et complexe qui a rythmé l’année politique.

2Le cycle électoral a débuté dès le mois de mai avec les élections des délégués des salariés, qui ont été suivies au cours de l’été par les élections des représentants des organisations patronales et des syndicats, ainsi que des membres des chambres professionnelles. Après la formation des conseils communaux, régionaux et provinciaux, le 2 octobre, les représentants des différents collèges électoraux (collectivités locales, travailleurs, entrepreneurs et chambres professionnelles) ont élu les 120 membres de la deuxième chambre du Parlement. Une semaine plus tard, le 9 octobre, le roi inaugurait la nouvelle année législative.

3Si les pouvoirs des communes n’ont pas trop évolué depuis les élections de 2009, ceux des régions s’inscrivent dans la nouvelle réforme symbolisée par l’élection des conseillers au suffrage universel direct. Le poids attribué à ces collectivités locales dans la nouvelle composition de la Chambre des conseillers fait que celle-ci est appelée à représenter les régions au niveau national tandis que la Chambre basse qui détient de véritables pouvoirs législatifs et de contrôle du gouvernement incarne la représentation universelle de la population, corrigée au moyen il est vrai d’un système de quotas pour les femmes et les jeunes.

4Dans le cadre du régime de Monarchie exécutive que le roi, Mohamed VI, a consolidé depuis son avènement en 1999 (Desrues et Kirhlani, 2010 ; Desrues, 2013 : Szmolka, 2015), ces élections territoriales sont censées consacrer l’affirmation d’une citoyenneté locale. Si ces dernières ne jouent qu’un rôle subordonné en termes de redistribution du pouvoir, elles permettent toutefois la circulation des élites en offrant la possibilité notamment à des militants entrepreneurs de causes et des notables de se convertir en intercesseurs de la population et de divers groupes d’intérêts auprès des pouvoirs publics. In fine, pour une minorité d’entre eux, il s’agit d’une première étape pour accéder à la Chambre des conseillers (Desrues, 2004 ; Desrues et Kirhlani, 2010).

  • 1 . La FGD est une coalition qui regroupe des formations issues dans leur majorité de l’USFP, dont le (...)

5Ce cycle électoral est aussi un baromètre inédit de l’opinion publique marocaine depuis la formation du premier gouvernement du Parti de la justice et du développement (PJD) (Hizb al-Adl wal-Tanmia) en janvier 2012. À une année des élections à la Chambre des représentants, ces scrutins permettent de jauger l’état des rapports de force politique : en premier lieu, ils constituent un test du degré d’adhésion des élites et de la population au régime, mesurée respectivement à l’aune du nombre de candidatures et du taux de participation ; ensuite, ils rendent compte de la popularité dont bénéficie le PJD après quatre années de gestion gouvernementale; puis, ils donnent une idée de l’audience des possibles alternatives à la primature actuelle, plus particulièrement le Parti authenticité et modernité (PAM), le Rassemblement national des indépendants (RNI) et l’Istiqlal ; et enfin, ils permettent d’évaluer la résilience des formations de gauche, puisque l’Union socialiste des forces populaires (USFP) a été secouée par une nouvelle scission et que ses concurrents de la Fédération de la gauche démocratique (FGD)1 ont décidé de participer au scrutin après avoir boycotté les élections de 2011 (Desrues, 2012).

  • 2 . Plusieurs dizaines de militants de l’AMDH ont été arrêtés au cours de la campagne pour le boycott (...)
  • 3 . Cf. le communiqué de l’organisation publié sur son site le 23 août 2015 : « C’est pour ces raison (...)
  • 4 . À ce propos, l’arrestation de Mustapha Errik, membre du secrétariat du Cercle politique et respon (...)
  • 5 . La condamnation de Hicham Mansouri, membre de l’association marocaine des journalistes d’investig (...)

6Contrairement à la FGD, la Voie démocratique (Annahj ad-dimucrati), fidèle à sa trajectoire, a tenté de mener une campagne en faveur du boycott du scrutin du 4 septembre, ce qui lui a valu des déconvenues avec les forces de l’ordre2. L’organisation islamiste Justice et Spiritualité (Jamaa al-Adl wal-Ihsan) a appelé elle aussi au boycott des élections communales3. L’attitude du ministère de l’Intérieur à son égard n’a pas été modifiée par l’arrivée du PJD à la tête du gouvernement. Justice et Spiritualité demeure une organisation non reconnue dont les dirigeants font toujours l’objet de harcèlement de la part des services de sécurité. Cela ne l’empêche pas d’émettre périodiquement des avis sur la vie politique marocaine et de rappeler à l’opinion publique nationale ainsi qu’aux observateurs étrangers l’existence d’entraves aux libertés publiques dont elle est l’une des principales victimes4. Ces prises de position gênent d’autant plus le régime qu’elles peuvent influer le taux de participation. En s’inscrivant en porte-à-faux avec la rhétorique officielle sur la libéralisation et la démocratisation de la monarchie, elles mettent en évidence que le caractère hybride du régime politique (mixte de procédures autoritaires et démocratiques) (Desrues, 2013) repose sur la règle du conformisme des élus envers les fondements et l’étendue des pouvoirs du roi. Les lignes rouges imposées par ce consensus font qu’on a affaire au Maroc à un pluralisme contrôlé et limité par la loi et ses praticiens des ministères de la Justice et de l’Intérieur. Les tracasseries, les interdictions, les arrestations et les procès dont sont victimes des journalistes et des militants actifs dans le domaine des libertés publiques5 sont autant d’entraves à la « démocratie d’opinion » (Desrues, 2011) en cette année électorale.

7Bien que l’année politique ait été aussi marquée par ces affaires concernant les libertés publiques, ainsi que par d’autres événements tels que la réconciliation avec le gouvernement français ou les démissions de plusieurs ministres (Cf. la chronologie Maroc 2015 en annexe), ce sont les élections qui ont rythmé les activités des acteurs politiques et accaparé l’attention des analystes. À titre d’exemple, on ne peut comprendre les démissions de Lahbib Choubani, ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile, et de Soumia Benkhaldoun, ministre déléguée auprès du ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres au mois de mai que dans le contexte des enjeux électoraux. Ces départs sont l’aboutissement d’une affaire privée –ie la liaison hors-mariage maintenue par le ministre du PJD avec sa collègue divorcée récemment–, qui a fuité dans la presse au cours du mois d’avril et que les adversaires politiques du PJD ont saisi pour désavouer une formation islamiste prompte à se poser en gardienne de la morale et des mœurs. Seule la proximité des rendez-vous électoraux semble avoir poussé le chef du gouvernement, Abdellilah Benkirane, à prendre une mesure aussi drastique pour mettre fin à la polémique. Quelques semaines plus tard, une fois l’agitation médiatique terminée, Lahbib Choubani pourra se porter candidat aux élections régionales.

Les enjeux de la participation et des candidatures

  • 6 . Le ministère de l’Intérieur a annoncé dès le soir du 4 septembre un taux de participation de 52,3 (...)

8Dans son discours annuel du 20 août, le roi Mohamed VI avait qualifié les élections communales et régionales de scrutin décisif. À lire les déclarations des diverses institutions responsables de l’organisation et du déroulement des élections, il semblerait qu’il ait été entendu, puisque le taux de participation (53,67 %) a été célébré comme un succès par les autorités. Le Conseil national des droits humains (CNDH), qui a supervisé l’observation des élections, y a vu « un intérêt réel porté par les citoyens pour la gestion des affaires publiques au niveau territorial ». En réalité, ce taux de participation n’a progressé que légèrement par rapport à celui de 2009 (52,4 %)6. Dans le contexte de la nouvelle « ère » constitutionnelle et de l’alternance islamiste au gouvernement inaugurée en 2011 (Desrues, 2012), c’est une déception. Il faut se rendre à l’évidence la majorité de la population en âge de voter est restée chez elle.

  • 7 . « C’est un motif de satisfaction que de voir s’accroitre le nombre d’électeurs qui se sont inscri (...)

9Bien que l’inscription sur les listes électorales d’un million de nouveaux électeurs ait été remarquée par le monarque lui-même7, en partant des données du recensement général de la population de 2014, le politiste, Bernabé López García (2016) montre que la population en âge de voter s’élevant à 23 millions de personnes, l’électorat potentiel dépasse très largement le nombre d’inscrits sur les listes électorales (14 303 140). Par conséquent, si on retient cet électorat potentiel le taux de participation de la population en âge de voter oscillerait entre 32,61% et 35,73%. Bien que non officiels, ces deux derniers taux donnent une image plus fidèle de l’attitude politique du pays réel que ceux corrélés au nombre des inscrits (53,67%).

  • 8 . « Le PAM et l’Istiqlal peuvent se rassurer comme ils veulent, ils sont arrivés premiers en termes (...)

10Si la population s’est faiblement mobilisée, par contre le nombre de candidatures a dépassé les 130 000 personnes pour 31 503 sièges, soit une moyenne de plus de quatre candidats pour chaque siège à pourvoir. Cette compétition est la marque d’un multipartisme au sein duquel se côtoient 29 formations politiques, mais dont moins d’une dizaine pèsent vraiment sur le jeu partisan. Le PAM et l’Istiqlal avec respectivement 18 227 et 17 214 candidats, ont couvert la quasi-totalité des 1 503 communes (221 urbaines et 1382 rurales)8. Ils devancent le PJD (16 310) qui a doublé le nombre de ses candidats par rapport à 2009, lui permettant de se situer devant le Rassemblement national des indépendants (RNI) (14 617). Parmi les autres partis politiques qui comptent, on notera que l’Union socialiste des forces populaires (USFP) affiche un nombre de candidatures en retrait (11 685) par rapport à 2009, indice révélateur de son déclin. Le Mouvement populaire (MP) (10.767), le Parti du progrès et du socialisme (PPS) (9 675) et l’Union constitutionnelle (UC) (7 923) accroissent leur présence tout en se situant loin derrière les quatre principales organisations. Malgré la concurrence qui met aux prises plusieurs candidats pour chaque siège, le nombre total de candidatures est en fait semblable à celui de 2009 (130 223). Il convient d’autant plus de relativiser la nouveauté de dudit « engouement » qu’il y a six ans le nombre de sièges en lice pour les conseils communaux (27 795) était nettement inférieur.

  • 9 . « Communales-Régionales 2015: 72 pc des candidats ne s’étaient présentés à aucune échéance électo (...)
  • 10 . On notera que l’élection des conseils communaux a vu une importante augmentation du nombre de siè (...)

11À lire les communiqués du ministère de l’Intérieur et des institutions chargées du suivi des élections, quatre autres indicateurs feraient de ces élections un symbole de la bonne santé « démocratique » du pays. Il s’agit tout d’abord, de l’importance du renouvellement des élites locales9 (respectivement 78,8 % et 64,3 % de nouvelles candidatures aux communales et aux régionales) ; du rajeunissement des candidats (environ 30% des candidats aux deux scrutins ont moins de 35 ans) ; de la compétence des futurs élus (82 % des candidats aux élections régionales disposent d’un diplôme équivalent ou supérieur à l’enseignement secondaire) ; et, in fine, de la féminisation des candidatures10.

  • 11 . Il s’agit de cinq ministres du PJD, trois du MP et du RNI et un du PPS.
  • 12 . L’article 32 de la loi organique 31-065, qui a trait à l’organisation et la gestion des travaux u (...)
  • 13 . Parmi les cas les plus remarqués, le quotidien L’Économiste mentionne Yassine Radi, qui s’est pré (...)
  • 14 . On prend comme référence les modestes salaires des présidents de Rabat (6 000 Dirhams) et de Casa (...)
  • 15 . M. C. « Elections : l’irrésistible montée en puissance… », op. cit.

12Ce faisant, cette image par trop idyllique issue du traitement quantitatif des candidatures a été remise en question par la presse à plusieurs reprises. C’est d’abord la présence apparemment inédite de douze têtes de listes parmi les trente-huit ministres que compte le gouvernement qui a suscité des commentaires11. Il faut se se rappeler que quand le PJD était dans l’opposition, il s’était opposé au cumul des mandats des membres du gouvernement. Or, le 9 février 2015, il a amendé l’article de la loi mentionnant l’incompatibilité de la fonction gouvernementale avec une série de mandats dont la présidence d’une collectivité territoriale ou la qualité de membre de l’une des deux Chambres du parlement12. Ensuite, ce sont les candidatures de rejetons et neveux de ministres ou autres députés qui ont soulevé un certain nombre de questions13. Il va de soi que les rémunérations des présidents et conseillers de communes ne peuvent satisfaire ces enfants de l’élite politique du pays14. D’aucuns évoquent les aubaines qui se présenteront aux nouveaux élus pour faire des affaires, étendre leur réseau de clientèle et servir toute une série d’intérêts locaux qui sauront se montrer généreux le moment venu. D’autres, encore, voient dans ces élus locaux des héritiers placés au cœur de stratégies familiales de transmission du capital politique et de reproduction des élites. À côté de ces spéculations, et sans sous-estimer l’importance des valeurs altruistes et des vocations à servir l’intérêt général, ce phénomène est aussi révélateur des difficultés des partis à recruter des jeunes formés jouissant de la confiance des dirigeants pour intégrer les listes électorales. Par ailleurs, il est à noter que certaines candidatures de jeunes situées en queue de liste ont simplement vocation à les compléter à bon compte15.

  • 16 . Le ministre de l’Intérieur avait promis la publication des résultats détaillés des élections dans (...)

13Finalement, à défaut d’une analyse d’un corpus représentatif des candidats et des élus qui permettrait de nuancer les données brutes16, force est de reconnaître que près de la moitié des édiles (15 028) ont été élus pour la première fois et qu’au niveau des conseils régionaux, la proportion des nouveaux élus (242) atteint le tiers des sièges.

La réforme des collectivités locales : une régionalisation avancée maintenue sous tutelle

14Les élections régionales se déroulent dans le cadre de la réforme de la « régionalisation avancée » qui a été réalisée sur la base d’un rapport de la Commission consultative de la régionalisation (CCR) que le roi, Mohamed VI, avait mise en place le 3 janvier 201017. Celle-ci est censée répondre à une série de lignes directrices posées par le monarque qui doivent structurer à long terme la modernisation de l’Etat et du territoire à travers la décentralisation et la déconcentration ; la démocratie et la participation ; et le développement économique, social et humain. Le nouveau découpage régional obéit aussi à un double impératif de donner une colonne vertébrale aux territoires et d’agréger les populations locales autour de pôles de développement intégré.

  • 18 . Réda Zaireg, « Découpage territorial : un découpage sécuritaire? », Média24, 19 mars 2015, https: (...)
  • 19 . Comme l’écrit Omar Azziman, le président de la CCR dans l’édito du rapport : « les propositions q (...)

15La nouvelle carte du pays comme lors des découpages précédents n’a pas respecté les « frontières » identitaires, – i.e. certaines anciennes solidarités tribales ou terroirs ethnico-linguistiques –, au grand dam des militants de la cause amazighe qui reprochent aux autorités de ne pas avoir consulté les populations18. Or la CCR considère positivement la non-prise en compte de ces revendications, puisque le découpage territorial « « n’a eu à souffrir ni de pesanteurs historiques incontournables, ni de contraintes particularistes préjudiciables à la rationalité et à la fonctionnalité sciemment recherchées ». Certaines réminiscences sécuritaires et des ambitions politiques concernant fondamentalement le Rif central et oriental fournissent des arguments à ceux qui voient dans la nouvelle mouture de la régionalisation un artifice symptomatique de la crainte de l’État face aux forces centrifuges19.

16En ce qui concerne les pouvoirs des régions, les commentaires les plus optimistes ont décrit une véritable reconfiguration de l’architecture institutionnelle et une redistribution des relations entre les conseils élus et l’autorité de tutelle. Ils s’appuient sur la refonte des pouvoirs des conseils qui disposent désormais de la responsabilité d’élaborer et d’exécuter les plans de développement et de gérer les finances. Ils mettent également en exergue le fait que le président de la région aurait vu ses pouvoirs étendus à de nouveaux domaines, que celui-ci met en œuvre les décisions prises après délibérations du Conseil régional et exécute le budget adopté, signe des contrats de commande publique et supervise l’organisation de l’administration de la région dont il est l’autorité hiérarchique la plus élevée. Le président de la région est aussi habilité à gérer le patrimoine de sa collectivité territoriale, à recevoir des dons et des legs au profit de celle-ci et il peut passer des contrats de vente ou de bail du domaine privé au nom de la collectivité.

  • 20 . M.A.M, « Régions : Quels pouvoirs pour les présidents ? », L’Économiste, 11 Septembre 2015, http: (...)

17Les plus sceptiques rappellent que l’autorité de tutelle, à savoir le minisitère de l’Intérieur représenté par les gouverneurs et walis conservent de nombreuses compétences et surtout un droit de regard sur la plupart des décisions prises par les dirigeants des régions20. Celle-ci exerce un véritable contrôle du fonctionnement des conseils régionaux. Elle reçoit les comptes rendus des sessions des conseils et la plupart des décisions du conseil ne peuvent être mises en œuvre qu’après avoir reçu son visa. Quant au budget, il doit passer par le double filtre du ministère des Finances et de l’Intérieur.

  • 21 . Tahar Abou El Farah, « Le PAM dans la région, le PJD à la mairie… Comment vont-ils cohabiter ?”, (...)

18En ce qui concerne les communes depuis la nouvelle réforme de la loi organique des collectivités locales, on ne parle plus de tutelle mais de « contrôle de l’autorité administrative ». Les décisions du président de commune et les finances des collectivités locales sont soumises à un contrôle qui n’est pas clairement défini. Cela laisse la porte ouverte à une reconduite de la tutelle exercée par le passé par les représentants territoriaux du ministère de l’Intérieur. Le politiste, A. Bouz rappelle que « c’est la pratique à elle seule qui pourra dessiner les frontières entre l’élu et l’autorité, entre le pouvoir central et la gestion locale » et « cela dépendra donc aussi bien des agents de l’autorité et le degré de compréhension de leur nouveau rôle, mais également de l’audace et de la personnalité des élus et des élites locales, car « dans un grand nombre de cas, les problèmes qui surgissent ne sont pas posés par la loi, mais par sa mise en œuvre »21.

Élections communales : le PAM en tête mais le PJD fait figure de vainqueur

  • 22 . Mohamed Majdoubi, « Scrutin du 4 septembre : résultats mitigés de l’opposition et déclin de l’USF (...)

19Le Parti Authenticité et Modernité (PAM) a remporté le plus grand nombre de sièges aux élections communales, mais le PJD est le véritable vainqueur de celles-ci. Les autres formations se répartissent en fonction de leur capacité plus ou moins grande à limiter les dégâts électoraux : le Regroupement national des indépendants (RNI), le Mouvement populaire (MP), le Parti du progrès et du socialisme (PPS) et l’Union constitutionnelle (UC) ont fait montre d’une certaine résilience, alors que le recul subi par l’Istiqlal (PI) est avant tout le revers de son leader tandis que celui de l’Union Socialiste des Forces populaire (USFP) est une nouvelle preuve de son déclin22. Quant aux vingt autres formations politiques qui ont pris part au scrutin, elles ont été à peine audibles.

  • 23 . Nadia Lamlili, « PAM – PJD : la bipolarisation en marche de la politique marocaine », Jeune Afriq (...)
  • 24 . En ce qui concerne l’idéologie du PJD, on renvoie aux travaux de Tozy (1999), Zeghal (2005); Pell (...)
  • 25 . À propos de l’idéologie des militants du PAM, on renvoie à Mounia Bennani-Chraïbi (2013).

20La presse en général a donné au PJD et au PAM un statut de formations-phares du paysage politique marocain qui, à la lumière des résultats incarneraient une bipolarisation à la fois territoriale (villes versus campagnes) et idéologique (conservateurs versus libéraux)23. Les deux protagonistes s’accommodent de ce rôle qui sert leurs intérêts mais refusent d’être cantonnés à la réalité de cette bipolarisation idéologique et territoriale. Le PJD invoque une autre forme de bipolarisation entre les partisans de la méthode démocratique (lui-même et les partis issus du mouvement national, ie Istiqlal, USFP, PPS et la gauche en général)24 et ceux du parti hégémonique (attahakoum) incarné par le PAM en connivence avec le Palais et le ministère de l’Intérieur. De son côté, le PAM, qui se proclame tantôt social-démocrate, tantôt social-libéral, dénonce ces accusateurs et agite la menace que représenterait le PJD eu égard à la pluralité sociale du pays et à l’exercice des libertés individuelles dont jouit la société marocaine grâce à l’action de Mohamed VI25.

Tableau 1. Résultats des élections communales au Maroc du 12 juin 2009 et du 4 septembre 2015 (Partis ayant remporté plus de 100.000 voix).

Parti

2015

2009

Nº de voix

Nº de sièges %

Nº de voix

Nº de sièges

%

Parti Authenticité et Modernité

1 333 546

6 655

21,12

1 155 247

6 015

21,15

Parti Istiqlal

1 070 095

5 106

16,22

1 022 662

5 292

19,1

Parti de la Justice et du Développement

1  559 814

5 021

15,94

460 774

1 513

5,5

Rassemblement National des
Indépendants

883 421

4 408

13,99

802 631

4 112

14,8

Mouvement
populaire

646 415

3 007

9,54

488 814

2 213

8

Union socialiste des forces populaires

563 134

2 656

8,43

667 986

8

3 226

11,6

Parti du Progrès et du Socialisme

422 759

1 766

5,61

261 778 4,2

1 102

4

Union constitutionnelle

401 900

1 489

4,73

317 509

1 307

4,7

Fédération de la gauche démocratique

100 259

333

1,06

133 956

475

1,7

Source : élaboration à partir des données du site http://www.maroc.ma/​fr/​content/​elections-communales-et-regionales-du-4-septembre-2015

Le PJD : le parti des villes qui comptent26

  • 26 . Mohamed Chaoui, « PJD : une avancée spectaculaire ! », L’Économiste, 9 septembre 2015, http://www (...)

21Le PJD est arrivé troisième en nombre de conseillers communaux, mais il se place premier en nombre de « suffrages » obtenus : il a décroché 1,5 millions de voix contre 1,33 millions pour le PAM et 1,07 millions pour l’Istiqlal. Il engrange d’excellents résultats dans la mesure où il a quasiment triplé ses résultats de 2009 (Bohkak, 2009 ; Desrues et Kirhlani, 2010) et amélioré ceux des élections législatives de 2011(Desrues, 2012 ; Hernando de Larramendi, 2013 ; Tomé, 2016).

22Avec 168 présidences de conseils communaux (11,71 %), ce scrutin confirme une série de tendances émergentes dès les élections de 2007 (Desrues et López García, 2008 ; Barwig, 2009 ; Tozy, 2010). Tout d’abord, le PJD assoit son ancrage urbain. Il préside aux destinées de plus de la moitié des villes de plus de 100 000 habitants (19 sur 35) et dirige les 9 principales villes où il a obtenu une majorité des sièges souvent sans appel.

  • 27 . Hamza Mekouar, « Mairie : qui est Mohamed Sadiki, le nouveau président du conseil de la ville de (...)

23À Rabat, où le PJD a obtenu 45 % des sièges, Mohamed Sadiki succède à Fathallah Oualalou, dirigeant historique de l’USFP, à la présidence de la capitale en obtenant 59 voix contre 21 pour son rival Ibrahim Joumani du PAM27. À Casablanca, le PJD a obtenu la majorité absolue, même si c’est de justesse, avec 74 sièges sur 147. Sa tête de liste, Abdelaziz El-Omari, est président du groupe parlementaire du parti et son secrétaire régional pour le Grand Casablanca. Il a été nommé ministre des Relations avec le parlement lors du dernier remaniement du 20 mai 2015.

24Après avoir conquis la capitale politico-administrative et la capitale économique, le PJD s’empare de façon éclatante de Fès, où la liste de Driss Azami Idrissi, le ministre du budget a écrasé Hamid Chabat, le leader de l’Istiqlal et maire sortant, en remportant 72 des 97 sièges. Le pari de ce dernier, qui a misé sur la sortie des ministres istiqlaliens du gouvernement en 2013 (Desrues, 2014) et la tension avec Abdellilah Benkirane, est un échec.

25À Marrakech, le PJD a vaincu Fatima-Zohra Mansouri, la maire sortante du PAM, tandis qu’à Agadir, Tariq Kabbaje, figure de proue du courant dissident de l’USFP, Alternative démocratique socialiste lancé par feu Ahmed Zaidi, n’a pu freiner un déclin de la gauche qui était annoncé depuis les élections précédentes (Desrues et Kirhlani, 2009). Dans la ville du détroit, à Tanger, le PJD a défié Ilyas El Omari, Secrétaire général-adjoint du PAM et véritable patron de ce parti, en battant son frère, Fouad El Omari. À Meknès, il revient aux commandes de la ville après un intermède de six ans suite aux déboires du premier maire affilié au PJD élu dans une grande ville (2003-2009) (Desrues, 2010). À Salé et Kénitra, le PJD remporte aussi la majorité absolue.

26En tant que principale force politique urbaine, le PJD se substitue à l’USFP d’avant l’Alternance gouvernementale de 1998. Contrairement aux socialistes, il a réussi à déjouer tous les pronostics qui prédisaient que son passage aux commandes du gouvernement allait éroder sa popularité. Il engrange aussi les fruits de l’apprentissage de la gestion municipale que ce soit au sein de majorités ou des oppositions locales depuis 2003. Le talent de communicateur d’Abdellilah Benkirane, qui s’est jeté corps et âmes dans la campagne électorale a été mis en exergue autant par ses partisans que par ses détracteurs. Ceux-ci lui ont reproché d’avoir abusé de la tribune quotidienne que lui procure sa fonction de Chef du gouvernement dans tous les médias où il excelle à coiffer tour à tour la « casquette » de responsable de la politique de la majorité gouvernementale et celle de « leader d’un parti ». À l’issu de ce nouveau succès, Benkirane explique que « les Marocains ont voulu rendre grâce au PJD pour son action, et (qu’) ils ont voté pour nous parce qu’ils ont de l’admiration pour notre parti et notre travail ».

  • 28 . Charlotte Bozonnet, Maroc : « La progression des islamistes est un sérieux problème pour la monar (...)

27Fort de son soutien populaire dans les villes, le PJD peut désormais dans l’optique des législatives de 2016 porter son regard et ses ambitions vers le milieu rural, chasse-gardée du PAM et du ministère de l’Intérieur28. Nonobstant, il devra résoudre l’épineuse question de la reconduction de Benkirane comme tête de liste aux élections et comme chef du parti. Celui-ci arrive au terme de son second mandat de secrétaire général et les statuts du PJD stipulent que le titulaire de ce poste ne peut remplir que deux mandats consécutifs. En fonction de la solution qui sera adoptée au cours de l’année 2016 –modifications des statuts ; prolongement temporaire du mandat ; bicéphalie, le candidat cohabitant avec un nouveau secrétaire national–, la crédibilité de la formation islamiste, qui se vante de respecter les normes démocratiques de fonctionnement qu’elle s’impose, sera plus ou moins sujette à caution par ses détracteurs.

Le PAM : « roi » des campagnes29

  • 29 . On a rencontré ce titre évocateur dans plusieurs articles de presse, dont Nadia Lamlili, « PAM – (...)
  • 30 . Cf. Rémy Leveau (1976) pour un aperçu historique et Bernabé López García (2016) pour les élection (...)

28Si le PJD est le parti des grandes villes, le PAM confirme, après sa première participation aux élections locales en 2009, qu’il est celui des campagnes. Sa force de frappe a été imposante puisqu’il a couvert l’ensemble des circonscriptions, ce qui lui a permis de recueillir le plus grand nombre de conseillers (6 655 – 21,12 %) et de présidence de conseils communaux (345). Il a été aidé en cela par un système électoral qui depuis l’indépendance du pays privilégie le vote rural au détriment des électeurs urbains30.

  • 31 . Tahar Abou El Farah, « La danse des partis a commencé… », La Vie économique, 31 mai 2015, http:// (...)

29Ces bons résultats engrangés aux communales en termes quantitatifs complètent les succès aux élections professionnelles et présagent un bon positionnement aux élections à la Chambre des conseillers prévues au début du mois d’octobre. Conçu en 2008 pour empêcher la montée en puissance des islamistes et servir de relai partisan aux projets du roi (Desrues et Kirhlani 2009), le PAM a mis en place en quelques années une structure organisationnelle à travers tout le pays. Celle-ci a été complétée plus récemment par des sections parallèles de jeunesse, de femmes et d’étudiants auxquelles se joignent des organisations professionnelles (enseignants, de professions libérales, petits commerçants, etc.). Dans le domaine syndical, le parti a scellé une alliance avec l’Organisation démocratique du travail (ODT)31.

30Malgré tout, le poids du PAM mesuré en nombre de sièges stagne et reste dépendant de son attrait auprès des notables ruraux. En effet, ses bons résultats dans le monde rural contrastent avec ceux récoltés en ville. Le parti n’a obtenu la présidence que de quatre communes de plus de 100 000 habitants (11 %) et il a essuyé des défaites retentissantes ou tout au moins d’une grande portée symbolique à Tanger et Marrakech dont il a perdu les présidences. Bien que le PAM semble avoir surmonté l’épreuve de la contestation du Mouvement du 20 Février de 2011 (Desrues, 2012) et qu’il se présente comme « l’ » alternative au PJD, l’Istiqlal et le RNI n’en sont pas encore réduits au simple rôle de forces supplétives.

L’Istiqlal : un leadership national soumis à rude épreuve

  • 32 . Hamid Chabat avait tenté de récupérer, apparemment sans trop de succès, le vote islamiste déçu pa (...)

31Les résultats de l’Istiqlal sont marqués par un léger recul. Le parti occupe la deuxième et la troisième place respectivement en termes de sièges et de voix. Il obtient 5 106 sièges communaux, 230 présidences de communes (16, 2 %), dont trois de plus de 100 000 habitants, et, partant, montre de nouveau qu’il est toujours une machine électorale, disposant d’une large couverture nationale et d’un électorat plutôt fidèle32. Ce faisant, la perte de la ville de Fès apparaît comme un véritable désaveu pour le maire sortant qui n’était autre qu’Hamid Chabat, le turbulent secrétaire général du parti. Le parti a probablement pâti des frasques de son secrétaire général et de son entourage familial, des dissensions internes et de la sortie du gouvernement en 2013 (Desrues, 2014). 

32Mis sur la sellette, Hamid Chabat n’a pas démissionné, contrairement à ce qu’il avait annoncé au cours de la campagne électorale en cas de revers à Fès. Il rebondit en donnant des gages tous azimuts : il vote pour le PJD à la présidence de la ville de Fès et reçoit en retour l’appui de celui-ci à la Chambre des conseillers, tournant ainsi le dos au PAM et suivant l’opinion de ceux qui au sein de l’Istiqlal préconisent un changement d’attitude vis-à-vis du gouvernement ; il renoue le dialogue avec certains mécontents de l’Istiqlal ; il lance des appels aux salafistes pour qu’ils rejoignent son parti. Cette offensive post-électorale rappelle que l’Istiqlal peut concurrencer le PJD sur le terrain de la défense des « valeurs » et de la « morale » islamique. Toutefois, les soupçons de corruption qui touchent les proches de Chabat et certains édiles du parti risquent de le déstabiliser à l’avenir. En attendant, il contrôle toujours le Conseil national du parti, ce qui lui permet de neutraliser les voix discordantes au sein du comité exécutif. En l’absence d’une alternative consensuelle, son sursis semble assuré jusqu’aux élections à la Chambre des représentants du 7 octobre 2016.

Le RNI : la modularité des opposants naturels placés au sein de la majorité

33Le Rassemblement national des indépendants (RNI) n’est que quatrième en termes de voix (886 433) et de sièges de conseillers communaux (4 416). Cependant, il obtient 230 présidences de communes (15,48 %), dont une ville de plus de 100 000 habitants, et 161 Conseils provinciaux (ce qui le place en 4e position avec 11,79 %). Ses élus ont montré une réelle capacité à nouer des alliances au niveau local tant avec les partis de la majorité gouvernementale qu’avec l’opposition. Les entorses à la solidarité gouvernementale, dont ses élus ont été les promoteurs, ont été largement critiquées par le PJD. Entré au gouvernement en 2013 pour remplacer l’Istiqlal (Desrues, 2014), le parti des indépendants a beau justifié ses choix en rappelant la différence d’échelle territoriale entre la politique locale et la politique nationale et en reprenant à son compte l’argument suranné de l’intérêt supérieur de la commune ou de la région, son action confirme qu’il n’a rejoint la coalition gouvernementale que pour se conformer à la consigne du Palais qui souhaitait que le PJD bénéficie d’un soutien parlementaire suffisant afin d’exercer la primature jusqu’à la fin prévue de la législature.

34Le RNI, qui a été de tous les gouvernements depuis sa création par le beau-frère de Hassan II en 1978 a ainsi confirmé son rôle de faiseur de majorité dans un système politique où la monarchie favorise la constitution de gouvernements reposant sur des coalitions hétérogènes de partis et donc potentiellement instables (Desrues, 2013). Son leader, Salah Eddine Mezzouar, qui aspire à accéder à la primature, ne semble pas avoir su rentabiliser son poste de ministre des Affaires étrangères pour acquérir la stature d’un homme d’État et après plus de 25 années d’existence, le parti ne s’est toujours pas doté d’une structure organisationnelle conséquente. Ce faisant, il reste un label makhzénien qui constitue un véritable réceptacle d’accueil des cadres « indépendants » qui entrent en politique ou pratiquent la « transhumance » d’une formation à une autre. Logiquement, il est plutôt tourné vers les formations qui partagent sa culture de proximité avec le Palais (le PAM, l’UC et le MP) et continue à pâtir auprès de ses détracteurs de son image originelle de parti de « l’administration ».

L’USFP : la fin d’une force populaire33

  • 33 . Laurent De Saint Perier, « Maroc : requiem pour l’Union socialiste des forces populaires », Jeune (...)
  • 34 . Il se console avec quelques présidences de villes moyennes telles que El Jadida.

35En perdant, les présidences d’Agadir et de Rabat, l’USFP est désormais absente de la gestion des grandes villes34. Avec 2 656 sièges communaux, le parti de la rose a été incapable d’enrayer son déclin déjà prononcé en 2009 : il perd encore 100 000 électeurs (passant de 667 986 à 563 134 voix) et n’est plus que la sixième force politique. Entre sa dernière victoire électorale en 2002 et la déroute de 2015, il perd 400 000 voix. Les chocs électoraux de 2007 (Desrues et López García, 2008) et de 2009 (Desrues et Kirhlani, 2010) avaient été suivis de nombreux discours appelant à un sursaut salutaire. En 2011, un nouveau revers avait poussé le parti à rejoindre l’opposition parlementaire après plus de dix ans passés au gouvernement. À chaque fois, les congrès du parti tenus dans le sillage de ces défaites ont apporté un démenti flagrant à l’impératif de refondation. En 2012, en portant l’apparatchik Driss Lachgar au poste de secrétaire national (Desrues et Fernández, 2013) et en refusant la reconnaissance des courants, l’USFP posait les conditions pour de futures scissions.

  • 35 . Le parti jouit encore, – mais pour combien de temps ? –- de l’aura de certains combats menés au c (...)
  • 36 . Lachgar s’est présenté à Taghjijt, commune de la région Guelmim-Oued Noun. Rédaction : « Election (...)
  • 37 . M. C. « Elections : L’irrésistible montée en puissance… », op. cit.

36Avant de voir le groupe « Alternatives démocratiques » se séparer d’elle au cours de l’année, l’USFP pouvait encore prétendre peser sur les alliances politiques et notamment sur une éventuelle refondation de la gauche. Les élections locales, en ne donnant aucune mairie importante et en ne permettant pas à l’USFP de jouer un rôle significatif dans la formation des nouvelles majorités communales, sanctionnent pour plusieurs années la fin de la gauche en tant que force politique organisée autour d’un parti de masse35. Prévoyant ce nouveau recul, le premier secrétaire du parti a abandonné la capitale du royaume pour se porter candidat dans une commune rurale située aux environs de Guelmim36. La transhumance de Lachgar de Rabat aux confins du pays lui a permis d’éviter le sort subi par ses candidats têtes de liste dans la capitale qui ne sont même pas parvenus à dépasser le seuil des 6 %37.

  • 38 . Mohammed Jaabouk, « Elections : La saison de la transhumance des politiques est lancée », Yabilad (...)

37Le parti en est réduit à se concentrer dans des terroirs où on ne vote pas pour un parti ou un programme politique, mais pour des notables ; notables, qu’il a d’ailleurs parfois du mal à retenir dans le contexte actuel de déclin, dès que leurs ambitions dépassent le niveau local. Il en va ainsi de Said Chbaâtou, ancien président de région et ministre de la Pêche, et surtout principal candidat pour présider la région Drâa-Tafilalet, ou de Hassan Derham, député sahraoui membre du bureau politique qui ont quitté le navire pour rejoindre celui du RNI38.

  • 39 . « Contrairement aux fausses assertions du gouvernement, l’argent sale a bel et bien dénaturé l’op (...)
  • 40 . Les lamentations de l’USFP ont été visées dans le discours prononcé par le Roi à l’ouverture de l (...)
  • 41 . D’après le député socialiste sahraoui, Hassan Derham, le parti est encore utile au niveau interna (...)
  • 42 . Le journal Jeune Afrique rapporte que le « 28 septembre, à l’initiative du Palais, le chef du gou (...)

38Le communiqué de presse de l’USFP diffusé au lendemain des élections parle de malhonnêteté et de corruption pour justifier les mauvais résultats aux scrutins qui se sont déroulés depuis le mois de mai39. L’heure n’est donc pas à l’autocritique et encore moins à la démission. Ces lamentations de l’USFP irritent en haut lieu40, mais le Palais a encore besoin de ses services notamment au sein de l’Internationale socialiste pour prendre langue avec des gouvernements de gauche et défendre la cause du Sahara41. Ce faisant, il a pris note du déclin de l’USFP en plaçant Nabila Mounib, la responsable du Parti socialiste unifié (PSU), à la tête de la délégation des partis politiques qui s’est rendue en Suède du 4 au 7 octobre pour ouvrir un dialogue avec les autorités de ce pays après l’annonce de leur intention de reconnaître la République arabe sahraoui démocratique (RASD). Le Maroc, qui n’a plus d’ambassadeur à Stockholm depuis trois ans, est conscient qu’une personnalité jouissant d’un passé militant au sein de la gauche « radicale », – l’Organisation action démocratique et populaire (OADP), puis le PSU – et qui a toujours été dans l’opposition aura des chances d’être écoutée à défaut de convaincre les démocrates sociaux au pouvoir42.

Les diverses stratégies de résilience des autres partis : salafisme, notabilisation et refondation de la gauche

39Parmi les formations de second rang, le Mouvement populaire (MP) peut être satisfait. Il est en progression tant en voix (646 415) qu’en sièges (3 007) après les déconvenues de 2009 dues au débauchage des notabilités rurales réalisé à ses dépens par le PAM. Il remporte 151 présidences de communes (10,52 %) dont six villes de plus de 100 000 habitants et la présidence de la région de Fès-Meknès-Tafilalet qui revient à son secrétaire national, Mohand Laenser. Par rapport à 2009, sa participation au gouvernement depuis 2012 lui a fourni des ressources pour satisfaire sa clientèle.

40Bien avant que Nabil Benabdallah n’arrive aux commandes du PPS, l’équipe dirigeante des anciens communistes avait fait le pari de la participation à la gestion des institutions pour assurer tant leur propre survie politique que celle de leur organisation. Malgré les oppositions internes, les ministres PPS ont joué la carte de la loyauté à la Monarchie qui a trouvé en eux des relais fidèles pour résoudre des conflits mettant aux prises le PJD et certaines minorités agissantes au sein de la société, comme les porteurs du pluralisme linguistique – i.e., la francophonie dans les médias publics –, et les organisations de défense de la condition de la femme – lutte contre la polygamie, droit à l’avortement, etc. Cette stratégie s’est traduite au niveau local par l’investiture de têtes de liste qui n’ont pas toujours d’accointance idéologique ou militante avec le parti, mais qui possèdent les moyens de financer la campagne électorale de celui-ci. Cela a été payant puisque le PPS progresse sur tous les tableaux que ce soit en nombre de voix (422 759), de sièges (1 766) ou de présidences de communes (74). Il devance ainsi l’Union constitutionnelle (UC), qui est le dernier parti qui compte véritablement dans ce scrutin.

41En pleine refondation, depuis son congrès de 2015, l’UC recule d’un cran malgré sa progression en nombre de sièges (1 307 en 2009 contre 1 489 aujourd’hui), tout en obtenant pratiquement le même pourcentage (4,73 % en 2015 contre 4,7 % en 2009). Les 58 présidences de commune obtenues (4,04 %) sont une maigre consolation à côté de la perte de la présidence de la ville de Casablanca.

  • 43 . Ce n’est pas le cas du dernier né des partis marocains ayant participé aux élections communales, (...)
  • 44 . Laurent De Saint Perier, « Maroc : requiem pour l’Union socialiste des forces populaires », Jeune (...)

42Parmi les autres formations politiques qui ont pris part à ces élections, seule la Fédération de la Gauche Démocratique (FGD) a dépassé les 100 000 voix43. Ces résultats sont très modestes (333 sièges) pour une alliance qui jouit d’un capital d’estime au sein du champ politique et médiatique et qui aspire à la refondation de la gauche marocaine autour de l’instauration d’un régime de monarchie parlementaire. Si Nabila Mounib, la présidente du PSU n’a pas été élue à Casablanca, les bons résultats de la liste d’Omar Balafrej, dans l’arrondissement Agdal-Ryad à Rabat où elle se place derrière le PJD, montrent la nécessité d’adapter les candidatures et les messages à la diversité sociologique des circonscriptions44.

  • 45 . Le MDS, quant à lui, incarne le modèle du parti administratif tel qu’il a existé sous le règne de (...)
  • 46 . Le PRV, issu d’une scission du PJD en 2003, regroupe des proches de feu le Docteur Khatib, le fon (...)

43Deux autres partis, le Mouvement démocratique et social (MDS)45 et le parti de la Renaissance et la Vertu (PRV)46 ont défrayé la chronique en accueillant sur leurs listes des salafistes qui avaient été condamnés pendant plusieurs années dans le cadre des attentats terroristes de mai 2003. Cette stratégie n’a pas été payante à la vue des maigres résultats obtenus. Le premier a remporté 70 000 voix, 297 sièges et la présidence de 18 conseils communaux ainsi que deux sièges régionaux. Le second s’en sort beaucoup moins bien avec seulement 54 sièges aux communales. Il faut se rendre à l’évidence que ni la percée salafiste, ni la réédition de l’expérience de la création du PJD semblent d’actualité.

Les élections régionales : le rééquilibrage des grands électeurs en faveur du PAM

44Le nouveau découpage régional compte désormais 12 régions au lieu de 16 et les conseillers régionaux sont pour la première fois élus au suffrage universel. Le PJD ratifie sa victoire en nombre de voix et de sièges obtenue aux élections communales. Or, le vote des grands électeurs aux présidences des régions reflète un rééquilibrage en faveur du PAM. Ce phénomène est aussi bien le résultat de l’arithmétique lorsque d’autres formations ont devancé le PJD et réussi à former des majorités alternatives, qu’une conséquence de la promotion par le PJD des candidatures de ses partenaires au gouvernement.

45Avec 174 sièges (25,66 %) du total à pourvoir, le PJD arrive en tête des élections dans cinq régions. En doublant les scores du PAM à Rabat-Salé-Kenitra et de l’Istiqlal dans la région de Draa-Tafilalet, il s’assure la présidence de celles-ci. Par contre, bien qu’il devance nettement tous les partis à Casablanca-Settat, Fès-Meknès et Souss-Massa la somme des sièges des formations de la majorité gouvernementale ne lui garantit pas la présidence de celles-ci.

  • 47 . « Le PAM remporte cinq régions sur douze », Médias24, 14 Septembre 2015, http://www.medias24.com/ (...)
  • 48 . « Le Bureau politique a passé en revue les dysfonctionnements et les déviations qui ont affecté l (...)

46Quant au PAM, qui arrive second, il a remporté le plus grand nombre de sièges à la région Marrakech-Safi, L’Oriental et Tanger-Tétouan-Al-Hoceima. Dans ces trois régions, il peut compter sur un rapport de force favorable aux partis de l’opposition. Or, à l’issue des élections des présidents de régions, le PAM a fait le plein des voix de l’opposition dans cinq régions, dont celle de Béni-Mellal-Khénifra47 où le Mouvement populaire était arrivé en tête et de Casablanca-Settat aux dépends du PJD. Les islamistes ne dirigeront finalement que deux régions. Ils ont privilégié la stabilité de la coalition gouvernementale en confiant la présidence des régions de Fès-Meknès et de Souss-Massa au MP et au RNI, respectivement. En devenant président de région, le patron du MP, Mohand Laenser, est assuré de figurer pour quelques années encore au premier plan de la politique marocaine et peut donc enfin préparer sa succession au sein du parti. Quant au RNI, au regard de ses résultats en sièges par région, il est le parti qui s’en sort le mieux. Contre toute attente, puisqu’il n’était pas arrivé en tête à l’issu du scrutin, il remporte les présidences du Souss-Massa et de Guelmin-Oued Noun48.

47Enfin, l’Istiqlal, préside les régions sahariennes de Dakhla-Oued Ed-Dahab et Laâyoune-Sakia El Hamra.

Tableau 2 . Résultat des élections régionales (nombre de sièges)

Tableau 2 . Résultat des élections régionales (nombre de sièges)

Source : Médias24, « Le PAM remporte cinq régions sur douze », Médias24, 14 Septembre 2015, http://www.medias24.com/​Les-plus-de-Medias-24/​157894-Elections-presidents-des-regions-Ilyas-El-Omari-a-ete-elu-live.html

  • 49 . Cf. M.A.M., « Elections: Ce « 4 septembre » laissera des traces », L’Économiste, 7 septembre 2015 (...)

48Le rééquilibrage des résultats des présidences des régions en faveur du PAM a été interprété par les victimes de celui-ci, dont le PJD et l’USFP, comme un détournement de la volonté populaire. Des soupçons concernant l’achat des grands électeurs ont circulé. Les auto-proclamés partisans de la « méthodologie démocratique », PPS et PJD, ont agité l’épouvantail de ce qu’ils appellent la menace du parti hégémonique (attahakoum), justifiant ainsi au passage le maintien de leur alliance contre-nature d’un point de vue idéologique. Les positions et la démarche à suivre par les conseillers régionaux et communaux étaient pourtant clairement énoncées par les états-majors nationaux49: d’un côté, dès l’annonce des résultats, les patrons des quatre partis de la majorité (PJD, PPS, MP et RNI) ont adopté la résolution de privilégier des coalitions locales entre les élus de leurs formations, afin d’assurer « une homogénéité des conseils » et de « pouvoir transposer les orientations du programme gouvernemental au niveau local ». De l’autre, les partis de l’opposition ont décidé de ne pas s’allier au PJD pour la conduite des conseils communaux ou régionaux. Les patrons du PAM, de l’Istiqlal, de l’USFP et de l’UC ont annoncé qu’ils écartaient définitivement l’idée d’entrer dans des coalitions conduites par le PJD, à cause « des irrégularités et violations commises lors des élections ».

  • 50 . Certains analystes ont avancé l’existence d’une règle non écrite qui aurait induit un équilibre e (...)

49Des conseillers régionaux ou communaux ont pu, à titre individuel, ne pas suivre ces consignes, tandis que des arrangements entre les forces politiques de l’opposition et celles du gouvernement ont pu se produire à l’échelle locale, mettant en évidence les difficultés à ajuster les intérêts des élites locales à ceux des directions nationales dans un système partisan au sein duquel cohabitent des partis de militants dont les principaux traits idéologiques peuvent être clairement identifiés et des formations qui s’apparentent à des coalitions de notables. Il s’avère impossible de trouver une seule explication à ces votes qui contredisent les consignes des états-majors. Que penser en effet, des élus du RNI, dont l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports et homme d’affaires, Moncef Belkhayat, qui se sont distingués en votant pour le PAM à la présidence des régions de Casablanca-Settat et Tanger-Tétouan-Al-Hoceima ou pour l’USFP à Draa-Tafilalet ? S’agit-il de l’expression publique d’une opposition de principe au PJD, d’un appel du pied au PAM ou d’un pari sur une future rétribution ? Faut-il y voir des relais d’un message envoyé par « l’État profond »50 qui selon certains analystes n’aime que les équilibres instables entre les partis politiques afin de reconduire son rôle de véritable arbitre du jeu politique ? Ce type de polémique a été relayé par les partis lésés par ces entorses aux consignes. Leurs prises de positions ont relancé les spéculations sur la circulation de l’argent et l’achat de voix. Les appels au maintien de la mobilisation des militants pour éviter que ne se produise un prochain dévoiement de la volonté populaire lors des élections de 2016, ont eux aussi contribué à jeter une part d’ombre sur les élections des présidents régionaux.

Les élections à la Chambre des conseillers : du « bicaméralisme correctif » au « bicaméralisme asymétrique »

50C’est une Chambre des conseillers transformée par la constitution de 2011 que les grands électeurs étaient appelés à élire le 2 octobre. Celle-ci a été amputée de plus de la moitié du nombre de ses membres, passant de 270 à 120 élus pour un mandat de six ans. Le corps électoral de la Chambre haute constitué de grands électeurs de différents collèges a été modifié lui aussi. Le collège des collectivités territoriales compte plus des deux tiers des sièges (72) dont la majorité provient à hauteur de 48 sièges distribués à parts égales entre les conseils communaux et provinciaux, tandis que les 24 restants procèdent des conseils régionaux. Les autres collèges des chambres professionnelles et des représentants des salariés disposent chacun de 20 sièges, tandis que le nouveau collège des représentants des entrepreneurs bénéficie de 8 sièges. La prédominance des représentants des collectivités territoriales a conduit certains analystes à présenter l’installation de la deuxième Chambre comme la mise en place d’une « démocratie régionale ».

  • 51 . Tahar Abou El Farah, « La nouvelle Chambre des conseillers voit enfin le jour après 3 ans d’atten (...)

51Dans la philosophie du bicaméralisme institué en 1996, la chambre haute élue au suffrage indirect avait vocation, de par sa composition et ses pouvoirs de contrôle et de censure du gouvernement, à corriger la majorité de la chambre basse élue au sufrage universel direct (Bendourou, 2000). Si les attributions des deux Chambres étaient en partie dupliquées jusqu’en 2011, la nouvelle constitution a réduit celles de la Chambre des conseillers au point que cette dernière ne peut exercer qu’une opposition formelle qui s’exprime notamment lorsque le chef de gouvernement doit répondre, dans le cadre de l’article 100 de la Constitution, une fois par mois, aux questions de politiques générales soulevées par les conseillers51.

52Ce faisant, bien qu’on soit passé de ce qu’on pourrait appeler d’un « bicaméralisme correctif » à un « bicaméralisme asymétrique », les élections à la Chambre des conseillers ont été fortement disputées : en témoignent les critiques et les plaintes qui ont accompagné le déroulement des différents scrutins y afférant.

  • 52 . Comme l’avait annoncé Mohammed Jaabouk, en fin connaisseur de la politique marocaine, les résulta (...)

53Les élections aux Chambres professionnelles qui mettaient en jeu 2 197 sièges au début du mois d’août ont vu la victoire du PAM avec 408 sièges (18,72 %). Celui-ci a été suivi par l’Istiqlal (351 sièges, soit 16,11 %), puis par le RNI qui a recueilli 326 sièges (14,96 %). Loin derrière, on retrouve le Mouvement populaire (202 sièges) qui est talonné par le PJD avec 196 sièges (8,99 %). Classés cinquième, les islamistes sont cependant en nette progression en obtenant 110 élus dans les Chambres de Commerce, d’Industrie et des Services, 60 dans les Chambres d’Artisanat, et, si le PAM a enregistré ses meilleures performances dans les Chambres d’Agriculture52, le PJD y fait son entrée avec 20 élus.

  • 53 . Le PAM a appelé ses élus à l’occasion des élections professionnelles à voter pour la liste ODT. L (...)

54Les performances réalisées par le PAM lui permettaient d’envisager de conserver son rang de première puissance politique de la Chambre haute. Pour accroître ses « chances », le parti a scellé une alliance avec le syndicat Organisation démocratique du travail (ODT) à la veille des élections professionnelles53. Or, il n’est arrivé que second avec 23 conseillers au niveau des collectivités territoriales et l’appui de l’unique siège de l’ODT. Il s’est retrouvé devancé par l’Istiqlal qui a remporté 24 conseillers au collège des collectivités territoriales et peut compter sur les 3 sièges de son bras syndical, l’Union générale du travail du Maroc (UGTM). Quant au PJD, il peut être satisfait. Il entre pour la première fois à la Chambre des conseillers en tant que tel avec 12 élus et son syndicat se maintient avec 4 sièges acquis dans un climat social difficile.

  • 54 . À propos de la fraude, on renvoie à Mohamed Chaoui, « Présidence de la Chambre des conseillers Un (...)

55Malgré l’engagement qu’il a pris avec l’Istiqlal et l’USFP qui stipule que la présidence reviendrait à la formation ayant le plus de sièges, le PAM entend conserver le perchoir. C’est le candidat de ce dernier, Hakim Benchamach, opposé à celui de l’Istiqlal au second tour, qui remporte d’une seule voix la présidence de la Chambre des conseillers. Ni les partis de la majorité gouvernementale, ni ceux de l’opposition n’ont suivi une même consigne. Le MP et le RNI54 ont soutenu le PAM, tandis que le PJD a appuyé l’Istiqlal.

  • 55 . Selon le site d’information en ligne Bladi.net, qui rapporte les données publiées par le quotidie (...)
  • 56 . « Dix parlementaires de la Chambre des Conseillers sont actuellement poursuivis en justice pour a (...)

56L’élection à la Chambre des conseillers n’a pas été épargnée par la polémique sur les pratiques frauduleuses qui auraient entouré l’ensemble des scrutins successifs55. Elle a atteint son paroxysme lorsque dix parlementaires dont les deux fils de Hamid Chabat, le patron de l’Istiqlal, ont été poursuivis en justice pour achat de voix56.

Conclusions

57Les résultats des élections communales et régionales fournissent un certain nombre d’enseignements. D’abord, le PJD fait figure de vainqueur. Même s’il n’arrive qu’en troisième position en nombre de sièges aux communales, il progresse partout et gagne là où les enjeux sont importants, c’est-à-dire les grandes villes. Ensuite, le PAM a surmonté ses déboires de 2011, et s’il peut se présenter comme la principale alternative aux islamistes aux dépends de l’Istiqlal et du RNI, on ne peut perdre de vue qu’il a été favorisé par un scrutin qui privilégie le vote rural et que les élections aux présidences des régions et à la Chambre des conseillers ont ravivé les craintes des autres formations politiques sur ses visées hégémoniques au sein du champ partisan.

58L’hypothèse d’une bipolarisation du panorama partisan opposant le PJD et le PAM a été répétée à l’envie. Ce faisant, il est encore prématuré pour trancher tant qu’on ne dispose pas de données plus précises sur les élections permettant une analyse fine des ancrages locaux et du profil sociologique des élus et des électeurs. Cette hypothèse de la bipolarisation du champ politique et des potentiels clivages sociétaux dont elle est censée être l’expression sert les intérêts du PAM et du PJD en reléguant à la périphérie un multipartisme qui, toutefois, résiste encore tant qu’il permet d’une part, à la Monarchie de jouer un rôle d’arbitre qui se déclare au-dessus des partis et, d’autre part, de multiplier l’offre des franchises politiques au niveau local qui pourront accueillir les nombreux notables nourrissants des ambitions politiques. C’est là le rôle du RNI, du MP, de l’UC et de nombreux petits partis. Ces formations, plus proches du sérail et donc du PAM, peuvent s’accommoder avec quasiment tous les gouvernements, quelle que soit leur couleur idéologique. L’expérience gouvernementale actuelle ne fait que le confirmer.

59Par ailleurs, l’Istiqlal, malgré la déroute de son leader dans son fief de Fès, a obtenu des résultats, certes en recul, mais qui montrent qu’il faut encore compter sur le vieux parti nationaliste. Son rapprochement post-électoral avec le PJD est un nouveau virage pris par un Hamid Chabat, mis en difficultés. Celui-ci revient dans le giron des formations qui prônent le respect de la méthodologie démocratique face aux visées hégémoniques du PAM et laisse miroiter à ses fidèles un retour au gouvernement en cas de nouvelle victoire des islamistes. Partant, ces derniers se voient conforter dans leur capacité à reconduire une majorité parlementaire en 2016.

60Enfin, ces élections sonnent le glas de la gauche en tant qu’alternative politique. L’USFP, qui a subi une énième scission, ne survit que grâce à des stratégies de cooptation de notabilités. Quant à la Fédération démocratique de la gauche (FDG), elle n’a pas réussi à récupérer l’ensemble des électeurs déçus par la gauche qui siège au parlement - ie USFP et PPS.

61Tous ces résultats anticipent les duels qui opposeront les principaux partis lors des prochaines élections à la Chambre des représentants prévues en octobre 2016. Le PJD est le grand favori et une nouvelle victoire de celui-ci serait une première dans l’histoire du Maroc. En effet, aucun parti n’a remporté deux fois de suite les élections législatives. Le PAM se pose en alternative. Le premier doit résoudre la question de la succession de son secrétaire national, tandis que le second doit convaincre que ses scores électoraux ne sont pas l’émanation de l’État profond. Quant à la Monarchie, elle sort renforcée de l’expérience gouvernementale du PJD : elle a su préserver l’étendue de ses attributions et renvoie l’image d’un régime stable qui, contrairement à d’autres pays de la région, respecte la sanction des urnes, quand bien même on peut émettre de sérieux doutes sur la concordance de celle-ci avec les préférences de celle-là.

أعلى الصفحة

بيبليوغرافيا

Barwig Andrew, 2009, « How electoral rules matter: voter turnout in Morocco’s 2007 parliamentary elections », The Journal of North African Studies, 14 (2): 289-307. http://dx.doi.org/10.1080/13629380802563650

Bendourou Omar, 2000, Le régime politique marocain, Dar al-Qalam, Casablanca.

Ben-Layashi Samir, 2007, « Morocco’s 2007 elections: a social reading », The Middle East Review of International Affairs, 11(4). http://meria.idc.ac.il/journal/2007/issue4/jv11no4a6.asp

Bennani-Chraïbi Mounia, 2013, « L’espace partisan marocain : un microcosme polarisé ? », Revue française de science politique, 2013/6 (Vol. 63), p. 1163-1192.

Bohkak Hameed, 2009, « Local Elections in Morocco: The Challenge of Abstention », Arab Reform Initiative, http://www.arab-reform.net/spip.php?article2115&lang=en

Desrues Thierry, 2015, « Le gouvernement Benkirane à mi-mandat : de l’art d’agiter les épouvantails », L’Année du Maghreb [En ligne], 13 |, 19/11/2015, http://anneemaghreb.revues.org/2592 DOI : 10.4000/anneemaghreb.2592

Desrues Thierry, 2014, « La fronde de l’Istiqlal et la formation du gouvernement Benkirane II : une aubaine pour la Monarchie ? »,L’Année du Maghreb, 1/XI, p. 253-272.

Desrues Thierry, 2013, « Mobilizations in a hybrid regime: The 20th February Movement and the Moroccan regime », Current Sociology, 61/4, p. 409-423.http://csi.sagepub.com/content/61/4/409

Desrues Thierry et Kirhlani Said, 2013, « Activism under authoritarianism: young political militants in Meknes », The Journal of North African Studies, 18/5, p. 753-767. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/13629387.2013.849892

Desrues Thierry et Fernández Molina Irene, 2013, « L’expérience gouvernementale du Parti de la Justice et du Développement : les islamistes au pouvoir ? », L’Année du Maghreb, IX, p. 345-365.

Desrues Thierry, 2012, « Le Mouvement du 20 février et le régime marocain : contestation, révision constitutionnelle et élections », L’Année du Maghreb, VIII/2012, p. 359-389. http://anneemaghreb.revues.org/1537 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1537

Desrues Thierry et Kirhlani Said, 2010, « Dix ans de monarchie exécutive et citoyenne : élections, partis politiques et défiance démocratique », L’Année du Maghreb [En ligne], VI | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, URL : http://anneemaghreb.revues.org/920  ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.920

Desrues Thierry et López García Bernabé, 2008, « L’institutionnalisation des élections et la désertion des électeurs : le paradoxe de la monarchie exécutive et citoyenne », L’Année du Maghreb, V/2008, p. 281-307.

Desrues Thierry, 2004, Estado y agricultura en Marruecos: trayectoria de la política agraria y articulación de intereses (1956-2000), Madrid, MAPYA.

Hernando De Larramendi Miguel, 2013, « El islamismo político y el ejercicio del poder tras el Despertar Árabe. Los casos de Egipto, Túnez y Marruecos », Cuadernos de Estrategia, 163, p. 71-116. https://www.researchgate.net/publication/258847867_El_islamismo_poltico_y_el_ejercicio_del_poder_tras_el_Despertar_rabe._Los_casos_de_Egipto_Tnez_y_Marruecos_%28Ejemplar_dedicado_a_Islamismos_en_%28r%29evolucin_movilizacin_social_y_cambio_poltico%29 .

Leveau Rémy, 1976, Le fellah marocain défenseur du trône, Paris, FNSP.

López García Bernabé, 2016, « Las elecciones locales y regionales del 4 de septiembre de 2015 en Marruecos », Revista de estudios internacionales mediterráneos, 20, p. 171-191. http://dx.doi.org/10.15366/reim2016.20.009

Ojeda García Raquel et Suárez-Collado Ángela, 2015, « The Project of Advanced Regionalisation in Morocco: Analysis of a Lampedusian Reform », British Journal of Middle Eastern Studies, Vol. 42, Iss. 1.

Pellicer Miquel et Wegner Eva, 2014, « Socio-economic voter profile and motives for Islamist support in Morocco », Party Politics, January, vol. 20 no. 1, p. 116-133, doi: 10.1177/1354068811436043

Storm Lise, 2008, « Testing Morocco: the parliamentary elections of September 2007 », Journal of North African Studies, 13 (1), p. 37-54. http://dx.doi.org/10.1080/13629380701726804

Tomé Beatriz, 2016, « El PJD en política local: perfil del representante y estrategia electoral. La diferenciación como argumento político », Revista de estudios internacionales mediterráneos, 20, p. 145-170. https://revistas.uam.es/index.php/reim/article/view/4698

Tozy Mohamed, 2010, Élections au Maroc: Entre partis et notables (2007-2009), Casablanca, Centre Marocain des Sciences Sociales/Fondation Konrad Adenauer.

Tozy Mohamed, 1999, Monarchie et Islam politique au Maroc, Paris, Presses de Sciences Po.

Szmolka Inmaculada, 2015, « Introducción : actores y dinámicas de cambio en el Norte de África y Oriente Próximo », Revista CIDOB d’Afers Internacionals, 109, p. 7-22, http://www.cidob.org/es/articulos/revista_cidob_d_afers_internacionals/109/introduccion_actores_y_dinamicas_de_cambio_en_el_norte_de_africa_y_oriente_proximo

Wegner Eva, 2011, Islamist Opposition in Authoritarian Regimes: The Party of Justice and Development in Morocco, Syracuse, NY: Syracuse University Press.

Willis Michael, 2004, « Morocco’s islamists and the legislative elections of 2002: the strange case of the party that didn’t want to win », Mediterranean Politics, 9 (1), p. 53-81. http://dx.doi.org/10.1080/13629390410001679928

Zeghal Malika, 1999, Les Islamistes marocains. Le défi à la monarchie, Paris, La Découverte.

أعلى الصفحة

حواشي

1 . La FGD est une coalition qui regroupe des formations issues dans leur majorité de l’USFP, dont le Parti socialiste unifié (PSU), le Parti de l’Avant-garde démocratique et socialiste (PADS) et le Comité national ittihadi (CNI).

2 . Plusieurs dizaines de militants de l’AMDH ont été arrêtés au cours de la campagne pour le boycott. Cf. Omar Brousky, « Maroc : participer aux élections reste un dilemme pour la gauche », Le Monde, 4 septembre 2015, http://abonnes.lemonde.fr/afrique/article/2015/09/04/maroc-participer-aux-elections-reste-un-dilemme-pour-la-gauche_4745663_3212.html?xtmc=maroc&xtcr=13 . À propos de la question du boycott et de sa légalité, on renvoie à Desrues (2012).

3 . Cf. le communiqué de l’organisation publié sur son site le 23 août 2015 : « C’est pour ces raisons que nous boycottons et appelons à boycotter les élections communales », Secrétariat Général du Cercle Politique du Mouvement Justice et Spiritualité, http://www.aljamaa.net/fr/document/5416.shtml

4 . À ce propos, l’arrestation de Mustapha Errik, membre du secrétariat du Cercle politique et responsable de la section syndicale de Justice et Spiritualité, le 13 mars 2015 sous l’accusation de flagrant délit d’adultère est particulièrement illustratif. Son épouse n’ayant pas déposé plainte, celui-ci a été libéré après plusieurs jours de garde-à-vue.

5 . La condamnation de Hicham Mansouri, membre de l’association marocaine des journalistes d’investigation (AMJI), à 10 mois de prison et 40 000 dirhams d’amende pour « adultère avec une femme mariée et préparation d’un local pour la prostitution » est un indice du renforcement de la gestion coercitive de la contestation par les autorités. Quant au fondateur de l’AMJI, Maati Monjib il n’a d’autres ressources que de recourir à une grève de la faim en octobre pour que cessent les tracasseries administratives à son égard. Cf. « Le militant Hicham Mansouri condamné à 10 mois de prison pour “adultère” », Tel Quel, 31 mars 2015. http://telquel.ma/2015/03/31/dix-mois-prison-ferme-militant-hicham-mansouri_1440455 . Outre l’AMDH qui craint de se voir retirer son statut d’utilité publique et de rencontrer des entraves lors du renouvellement des bureaux de ses sections locales, on notera une autre affaire concernant cette fois le refus des autorités marocaines de renouveler les pièces d’identité du journaliste Ali Mrabet dont la peine de 10 ans d’interdiction d’exercer le journalisme est arrivée à terme en 2015. Il conduira lui aussi une grève de la faim au cours de l’été 2015 avant que l’administration marocaine lui remette son nouveau passeport.

6 . Le ministère de l’Intérieur a annoncé dès le soir du 4 septembre un taux de participation de 52,36%, c’est-à-dire équivalent à celui de 2009. Il a adopté par la suite le taux de 53,67% rendu public par le CNDH (López García 2016).

7 . « C’est un motif de satisfaction que de voir s’accroitre le nombre d’électeurs qui se sont inscrits sur les listes électorales pour la première fois, alors qu’ils boudaient les scrutins précédents, en raison de leur mécontentement du travail des Conseils élus. » Cf. «  Discours intégral de SM le Roi à l’occasion du 62ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple », Maroc.ma, 20 août 2015, http://www.maroc.ma/fr/discours-royaux/discours-integral-de-sm-le-roi-loccasion-du-62eme-anniversaire-de-la-revolution-du-roi .

8 . « Le PAM et l’Istiqlal peuvent se rassurer comme ils veulent, ils sont arrivés premiers en termes de voix uniquement car ils ont présenté le plus grand nombre de candidats dans le pays et particulièrement dans les campagnes. Cependant, en termes d’adhésion, de militantisme ou encore de véritable popularité, le PJD représente maintenant le premier parti du Royaume ». T.G. « Résultats : Le PJD, premier parti du pays », L’Économiste, 10 septembre 2015. http://www.leconomiste.com/article/976929-les-surprises-des-elections#sthash.0AOFpmdv.dpuf

9 . « Communales-Régionales 2015: 72 pc des candidats ne s’étaient présentés à aucune échéance électorale auparavant », maroc.ma, http://www.maroc.ma/fr/content/elections-communales-et-regionales-du-4-septembre-2015 .

10 . On notera que l’élection des conseils communaux a vu une importante augmentation du nombre de sièges obtenus par des femmes passant de 3465 en 2009 à 6 673 en 2015. Cette évolution est rendue possible grâce au quota d’un tiers des sièges réservés aux femmes dans chaque circonscription électorale, conformément à l’article 76 de la loi organique 59-11 relative à l’élection des membres des conseils des collectivités territoriales. « Scrutin du 4 septembre: un pas qualitatif vers le renforcement de la représentation des femmes dans les conseils élus », maroc.ma, http://www.maroc.ma/fr/content/elections-communales-et-regionales-du-4-septembre-2015 .

11 . Il s’agit de cinq ministres du PJD, trois du MP et du RNI et un du PPS.

12 . L’article 32 de la loi organique 31-065, qui a trait à l’organisation et la gestion des travaux u gouvernement et au statut juridique de ses membres, interdisait alors le cumul des mandats. Hassan Tariq, député USFP et rapporteur de la Commission de la justice à la Chambre des représentants avait déclaré alors que « Cet amendement touche à l’essence même de la démocratie. Et à travers cet amendement, qui est contraire aux rapports de la commission, le gouvernement a fait, à la dernière minute, un pas en arrière pour protéger ses ministres ». Wadii Charrad et Mohamed Etayea, « Non-cumul des mandats : le gouvernement fait barrage », Tel Quel, 10 février 2015, http://telquel.ma/2015/02/10/gouvernement-annule-lamendement-cumul-mandats_1433841

13 . Parmi les cas les plus remarqués, le quotidien L’Économiste mentionne Yassine Radi, qui s’est présenté à Sidi Slimane. Fils de Driss Radi, secrétaire adjoint de l’Union constitutionnelle et chef du groupe parlementaire à la Chambre des conseillers, il est également le neveu de Abdelouahad Radi, ancien ministre, patron de l’USFP et président de la Chambre des représentants. Du côté de l’USFP, Hassan Lachgar, fils de Driss Lachgar, secrétaire national du parti, s’est présenté dans la circonscription de Youssoufia à Rabat, tandis que Tarik El Malki, fils de Habib El-Malki, qui a été plusieurs fois ministre, est en deuxième position sur la liste du parti dans l’arrondissement de Souissi. Le PJD n’est pas en reste avec le fils et la fille du chef du gouvernement, Abdellilah Benkirane, qui se présentent respectivement à Agdal-Ryad et Hassan à Rabat. Achour Daoudi, le fils du ministre Lahcen Daoudi, complète la liste du PJD à Béni Mellal. Quant à Hassan Bouhriz, fils de Mohamed Bouhriz, membre du bureau exécutif du RNI, il s’est présenté à Tanger. Last but not least, le fils et la fille d’Ahmed Zaydi, décédé en 2014 et qui avait mené la rébellion contre la direction actuelle de l’USFP, tentent eux aussi leurs chances aux élections communales. M. C. « Elections : L’irrésistible montée en puissance des “ fils de…” », 27 août 2015, http://www.leconomiste.com/article/976179-elections-lirresistible-montee-en-puissance-des-fils-de#sthash.NBsEsh9w.dpuf

14 . On prend comme référence les modestes salaires des présidents de Rabat (6 000 Dirhams) et de Casablanca (7 000 dirhams). Tahar Abou El Farah, « Devenir élu communal, qu’est-ce que ça rapporte ? », La Vie économique, 9 février 2015, www.lavieeco.com .

15 . M. C. « Elections : l’irrésistible montée en puissance… », op. cit.

16 . Le ministre de l’Intérieur avait promis la publication des résultats détaillés des élections dans le sillage du scrutin du 4 septembre. Malgré les réclamations du PJD, il n’avait toujours pas tenu sa promesse en mai 2016.

17 . Le rapport est disponible en ligne : http://www.regionalisationavancee.ma/DefaultFR.aspx . On renvoie aussi à l’analyse de Ojeda García et Suárez Collado (2015).

18 . Réda Zaireg, « Découpage territorial : un découpage sécuritaire? », Média24, 19 mars 2015, https://www.medias24.com/NATION/POLITIQUE/pdf153607-Decoupage-territorial-un-decoupage-securitaire.html . Ojeda García et Suárez Collado (2015) évoquent l’intense activité de groupes politiques et associatifs qui ont refusé de participer aux sessions consultatives organisées par la CCR, considérant que le processus de réforme n’était pas démocratique.

19 . Comme l’écrit Omar Azziman, le président de la CCR dans l’édito du rapport : « les propositions que nous faisons tendent à donner du sens, de la consistance et de la visibilité à des régions résolument inscrites dans le cadre de l’Etat unitaire et dotées des atouts dont elles ont besoin pour construire leur personnalité ainsi que des ressources qui leur sont nécessaires pour faire la preuve de leurs capacités et de leur talent ». Cf. « Edito », http://www.regionalisationavancee.ma/PageFR.aspx?id=7

20 . M.A.M, « Régions : Quels pouvoirs pour les présidents ? », L’Économiste, 11 Septembre 2015, http://www.leconomiste.com/article/977007-regions-quels-pouvoirs-pour-les-presidents

21 . Tahar Abou El Farah, « Le PAM dans la région, le PJD à la mairie… Comment vont-ils cohabiter ?”, La Vie Économique, 20 septembre 2015, http://lavieeco.com/news/politique/le-pam-dans-la-region-le-pjd-a-la-mairie-comment-vont-ils-cohabiter-35325.html#HGfmg0IvAJM1wJHo.99

22 . Mohamed Majdoubi, « Scrutin du 4 septembre : résultats mitigés de l’opposition et déclin de l’USFP et de l’UC », MAPexpress, 6 Septembre 2015. http://www.mapexpress.ma/actualite/opinions-et-debats/scrutin-du-4-septembre-resultats-mitiges-lopposition-declin-lusfp-luc/

23 . Nadia Lamlili, « PAM – PJD : la bipolarisation en marche de la politique marocaine », Jeune Afrique, 7 septembre 2015.

24 . En ce qui concerne l’idéologie du PJD, on renvoie aux travaux de Tozy (1999), Zeghal (2005); Pellicer et Wegner (2014), Wegner (2014) et Willis (2004).

25 . À propos de l’idéologie des militants du PAM, on renvoie à Mounia Bennani-Chraïbi (2013).

26 . Mohamed Chaoui, « PJD : une avancée spectaculaire ! », L’Économiste, 9 septembre 2015, http://www.leconomiste.com/article/976929-les-surprises-des-elections#sthash.0AOFpmdv.dpuf

27 . Hamza Mekouar, « Mairie : qui est Mohamed Sadiki, le nouveau président du conseil de la ville de Rabat? », HuffingtonPost-Maroc, 16 septembre 2015, http://www.huffpostmaghreb.com/2015/09/16/portrait-de-sadiki-maire-de-rabat-pjd_n_8145714.html

28 . Charlotte Bozonnet, Maroc : « La progression des islamistes est un sérieux problème pour la monarchie », Le Monde, 6 Septembre 2015, http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/09/06/maroc-laprogression

29 . On a rencontré ce titre évocateur dans plusieurs articles de presse, dont Nadia Lamlili, « PAM – PJD : la bipolarisation en marche de la politique marocaine », Jeune Afrique, op. cit.

30 . Cf. Rémy Leveau (1976) pour un aperçu historique et Bernabé López García (2016) pour les élections de 2015.

31 . Tahar Abou El Farah, « La danse des partis a commencé… », La Vie économique, 31 mai 2015, http://lavieeco.com/news/politique/la-danse-des-partis-a-commence-34183.html#HV052CZpJJSFB98M.99

32 . Hamid Chabat avait tenté de récupérer, apparemment sans trop de succès, le vote islamiste déçu par l’attentisme du PJD dans les dossiers se rapportant à la libération des salafistes emprisonnés, dans l’amorce d’un dialogue avec Justice et Spiritualité ou avec l’ancien fondateur de la Chabiba islamyia, Abdelkrim Mouti. On trouvera une analyse sous forme de réquisitoire contre l’actuelle direction par un économiste militant de l’Istiqlal : Mohammed Benmoussa, « Tribune : Les conditions du renouveau de l’Istiqlal », Médias24, 30 octobre 2015, http://www.medias24.com/tr15918430102015Tribune-Les-conditions-du-renouveau-de-l-Istiqlal.html

33 . Laurent De Saint Perier, « Maroc : requiem pour l’Union socialiste des forces populaires », Jeune Afrique, 19 novembre 2015, http://www.jeuneafrique.com/mag/275901/politique/maroc-requiem-pour-lunion-socialiste-des-forces-populaires/

34 . Il se console avec quelques présidences de villes moyennes telles que El Jadida.

35 . Le parti jouit encore, – mais pour combien de temps ? –- de l’aura de certains combats menés au cours des premières années de l’indépendance par certaines de ses personnalités historiques. Il pourrait même compter sur une réévaluation à la hausse de l’expérience de l’Alternance gouvernementale (1998-2002) auprès des classes moyennes « laïques », dans la mesure où le PJD a tendance à se montrer belliqueux sur certaines questions sociétales et certains droits acquis par le personnel du secteur public. Plusieurs organes de presse dont l’hebdomadaire La Vie Économique reviendront sur le déclin électoral de l’USFP. Voir Tahar Abou El Farah, « USFP : le début de la décadence d’un grand parti socialiste », La Vie Économique, 18 octobre 2015, http://lavieeco.com/news/politique/usfp-le-debut-de-la-decadence-dun-grand-parti-socialiste-35612.html

36 . Lachgar s’est présenté à Taghjijt, commune de la région Guelmim-Oued Noun. Rédaction : « Elections communales : Driss Lachgar quitte Rabat et se présente à Taghjijt », Yabiladi, 20 Juillet 2015, http://www.yabiladi.com/articles/details/37604/elections-communales-driss-lachgar-quitte.html

37 . M. C. « Elections : L’irrésistible montée en puissance… », op. cit.

38 . Mohammed Jaabouk, « Elections : La saison de la transhumance des politiques est lancée », Yabiladi, 17 août 2015, elections-saison-transhumance-politiques-lancee.html ...Suite : http://www.yabiladi.com/articles/details/38270/elections-saison-transhumance-politiques-lancee.html

39 . « Contrairement aux fausses assertions du gouvernement, l’argent sale a bel et bien dénaturé l’opération électorale », Libération, 20 septembre 2015, http://www.libe.ma/Contrairement-aux-fausses-assertions-du-gouvernement-l-argent-sale-a-bel-et-bien-denature-l-operation-electorale_a66679.html

40 . Les lamentations de l’USFP ont été visées dans le discours prononcé par le Roi à l’ouverture de la session parlementaire du 9 octobre : « […] nous refusons les lamentations a posteriori, comme nous rejetons les accusations infondées portées contre les autorités chargées de l’organisation des élections ». « Discours prononcé par SM le Roi à l’occasion de l’ouverture de la première session de la cinquième année législative de la neuvième législature », Maroc.ma, http://www.maroc.ma/fr/discours-royaux/discours-prononce-par-sm-le-roi-loccasion-de-louverture-de-la-premiere-session-de-la

41 . D’après le député socialiste sahraoui, Hassan Derham, le parti est encore utile au niveau international et rien que pour cela, il sera « alimenté » en notables pour garder un certain rang sur la scène politique. Voir Tahar Abou El Farah, « USFP : le début de la décadence d’un grand parti socialiste », La Vie Économique, 18 octobre 2015, http://lavieeco.com/news/politique/usfp-le-debut-de-la-decadence-dun-grand-parti-socialiste-35612.html#ilzAzG6VlALUQkH2.99

42 . Le journal Jeune Afrique rapporte que le « 28 septembre, à l’initiative du Palais, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, convoque les leaders des principaux partis pour organiser la riposte. [...]. On propose à Nabila Mounib d’accompagner une délégation de partis marocains à Stockholm pour dialoguer avec le Parti social-démocrate (PSD) suédois, au pouvoir. Nabila Mounib accepte, mais exige que seuls les partis de sa famille politique soient du voyage : les socialistes de l’USFP et du PPS. Du 4 au 7 octobre, elle rencontre donc ses camarades suédois et parvient à faire passer le message du Maroc dans un pays où il n’a pas d’ambassadeur depuis trois ans ». Voir Nadia Lamlili, « Maroc : Nabila Mounib, l’émissaire rouge de Sa Majesté au chevet des relations avec la Suède », Jeune Afrique, 23 octobre 2015. http://www.jeuneafrique.com/mag/270972/politique/maroc-nabila-mounib-lemissaire-rouge-de-sa-majeste-au-chevet-des-relations-avec-la-suede/

43 . Ce n’est pas le cas du dernier né des partis marocains ayant participé aux élections communales, le parti des néo-démocrates de l’universitaire et analyste politique, Mohamed Darif, qui n’a remporté que 10 sièges de conseillers sur un total de 1 271 candidatures déposées (0,97 %).

44 . Laurent De Saint Perier, « Maroc : requiem pour l’Union socialiste des forces populaires », Jeune Afrique, 19 novembre 2015, http://www.jeuneafrique.com/mag/275901/politique/maroc-requiem-pour-lunion-socialiste-des-forces-populaires/

45 . Le MDS, quant à lui, incarne le modèle du parti administratif tel qu’il a existé sous le règne de Driss Basri au ministère de l’Intérieur (1985-1999)

46 . Le PRV, issu d’une scission du PJD en 2003, regroupe des proches de feu le Docteur Khatib, le fondateur du Mouvement populaire démocratique et constitutionnel (MPDC) – ancienne formation d’accueil des islamistes – qui se sont sentis marginalisés par l’emprise du Mouvement unicité et réforme (MUR) sur le parti.

47 . « Le PAM remporte cinq régions sur douze », Médias24, 14 Septembre 2015, http://www.medias24.com/Les-plus-de-Medias-24/157894-Elections-presidents-des-regions-Ilyas-El-Omari-a-ete-elu-live.html

48 . « Le Bureau politique a passé en revue les dysfonctionnements et les déviations qui ont affecté la coordination au sein de l’opposition, ce qui a conduit à la perte de régions et de provinces, comme la présidence de la région de Guelmim qui était tranchée suite à une volonté populaire ». Cf. « Contrairement aux fausses assertions du gouvernement, l’argent sale a bel et bien dénaturé l’opération électorale », Libération, 20 septembre 2015, http://www.libe.ma/Contrairement-aux-fausses-assertions-du-gouvernement-l-argent-sale-a-bel-et-bien-denature-l-operation-electorale_a66679.html

49 . Cf. M.A.M., « Elections: Ce « 4 septembre » laissera des traces », L’Économiste, 7 septembre 2015, http://www.leconomiste.com/article/976671-elections-ce-4-septembre-laissera-des-traces

50 . Certains analystes ont avancé l’existence d’une règle non écrite qui aurait induit un équilibre entre les forces politiques à Casablanca, Tanger, Tétouan, Agadir, Marrakech, tandis que Rabat et sa région feraient exception, car l’ordonnateur de paiement de la commune est le wali. Ahmed Bouz, professeur de sciences politiques à l’Université Mohammed V de Rabat, rappelle « la règle non écrite » du consensus à la marocaine, et que « la dominance du PJD dans les villes stratégiques est compensée par une forte présence du PAM dans les Régions leur correspondant. C’est sans doute pour maintenir un équilibre politique entre les grandes villes et les Régions (NDLR : qui détiennent aujourd’hui un pouvoir et des prérogatives importants) ». Ce politologue va plus loin en avançant que « les présidences des Régions pourraient ainsi servir pour freiner les ambitions politiques débridées des présidents des Conseils des villes stratégiques et surtout éviter d’éventuels dérapages et écarts de gestion ». Cf. Tahar Abou Farah, « Le PAM dans la région, le PJD à la mairie… Comment vont-ils cohabiter ? », op. cit.

51 . Tahar Abou El Farah, « La nouvelle Chambre des conseillers voit enfin le jour après 3 ans d’attente », La Vie économique, 5 octobre 215, http://lavieeco.com/news/politique/la-nouvelle-chambre-des-conseillers-voit-enfin-le-jour-apres-3-ans-dattente-35474.html#ej0YEy78dw6XBphX.99

52 . Comme l’avait annoncé Mohammed Jaabouk, en fin connaisseur de la politique marocaine, les résultats des élections aux Chambres professionnelles avaient anticipé que le PAM serait sans doute le premier à l’arrivée, mais que le vainqueur symbolique serait de nouveau le PJD. Mohammed Jaabouk, « Elections », Yabiladi, 8 août 2015, http://www.yabiladi.com/articles/details/38090/chambres-professionnelles-premier-mais-grand.html

53 . Le PAM a appelé ses élus à l’occasion des élections professionnelles à voter pour la liste ODT. Liste qui est conduite par Aziz Benazzouz, responsable du pôle organisation et qui a été également l’artisan de ce rapprochement entre le PAM et l’ODT. Ce dernier était jusque-là le bras syndical du Parti socialiste (PS), né d’une scission du CNI – lui-même issu de l’USFP –, qui a fusionné en 2013 avec l’USFP.

54 . À propos de la fraude, on renvoie à Mohamed Chaoui, « Présidence de la Chambre des conseillers Une élection qui révèle le grand désordre », L’Économiste, 16 octobre 2015, http://www.leconomiste.com/article/978702-presidence-de-la-chambre-des-conseillersune-election-qui-revele-le-grand-desordre#sthash.71TsrACp.dpuf

55 . Selon le site d’information en ligne Bladi.net, qui rapporte les données publiées par le quotidien arabophone Assabah, 30 000 lignes téléphoniques auraient été mises sur écoute par les services du ministère de l’Intérieur. « Élection au Maroc : 30 000 téléphones sous écoute », Bladi.net, 4 septembre 2015, http://www.bladi,net/elections-maroc-telephones-ecoute,42948.html. Selon le CNDH, qui disposait de 474 observateurs électoraux qui ont couvert 22 000 bureaux de vote, la neutralité de l’administration aurait été garantie. Des mesures disciplinaires auraient été prises par le ministère de l’Intérieur à l’égard de 352 agents publics et 1 244 plaintes auraient été déposées auprès des parquets généraux à partir desquelles 258 personnes auraient été poursuivies et 46 arrêtées. Voir « CNDH : le scrutin du 4 septembre s’est déroulé dans un climat offrant les garanties essentielles de liberté, de sincérité et de transparence », maroc.ma, http://fr/content/elections-communales-et-regionales-du-4-septembre-2015

56 . « Dix parlementaires de la Chambre des Conseillers sont actuellement poursuivis en justice pour achat de voix, vient d’indiquer la Commission gouvernementale de suivi des élections. Parmi les personnes poursuivies, les deux fils du secrétaire national de l’Istiqlal, Hamid Chabat, battu le mois dernier lors des élections municipales dans son fief de Fès. Cf. « Maroc : des sénateurs poursuivis pour corruption », Bladi.net, 8 octobre 2015, http://www.bladi.net/senateurs-corruption,43236.html

أعلى الصفحة

جدول الرسومات

عنوان Tableau 2 . Résultat des élections régionales (nombre de sièges)
ائتمان Source : Médias24, « Le PAM remporte cinq régions sur douze », Médias24, 14 Septembre 2015, http://www.medias24.com/​Les-plus-de-Medias-24/​157894-Elections-presidents-des-regions-Ilyas-El-Omari-a-ete-elu-live.html
URL http://anneemaghreb.revues.org/docannexe/image/2901/img-1.jpg
ملف image/jpeg, 127k
أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Thierry Desrues, « Le PJD en ville, le PAM à la campagne. Le multipartisme marocain à l’épreuve de la bipolarisation  », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 229-254.

بحث إلكتروني

Thierry Desrues, « Le PJD en ville, le PAM à la campagne. Le multipartisme marocain à l’épreuve de la bipolarisation  », L’Année du Maghreb [‏على الإنترنت‎], 15 | 2016, نشر في الإنترنت 21 décembre 2016, تاريخ الاطلاع 25 février 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2901 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2901

أعلى الصفحة

الكاتب

Thierry Desrues

IESA-CSIC, Cordoue. Espagne. Chercheur associé à l’IREMAM (UMR7310, AMU/CNRS/IEP, Aix-en-Provence, France) et Centre Jacques Berque pour les études en sciences humaines et sociales (Rabat, Maroc). Les résultats présentés ici font partie du projet « Problèmes publics et militantisme au Maghreb. La participation sociale et politique des jeunes dans leur dimension locale et transnationale », financé par le Ministère espagnol de l’Économie et de la compétitivité(CSO2014-52998-C3-2-P) (2014-2017).

مقالات للكاتب نفسه

أعلى الصفحة