تصفح – مخطط الموقع
Chroniques politiques
Maroc

Chronologie Maroc 2015

Thierry Desrues
p. 253-254

مداخل الفهرس

Mots-clés :

chronologie 2015

Géographie :

Maroc
أعلى الصفحة

النص الكامل

17 janvier : suite à l’enquête ordonnée par le souverain après le fiasco de l’organisation de la coupe du monde des clubs de football en décembre 2014 au Maroc, le roi « a décidé de mettre fin aux fonctions de Monsieur Mohamed Ouzzine en tant que ministre de la Jeunesse et des sports ».
23 janvier : les autorités interviennent à Rabat pour empêcher le tournage d’une émission de la chaîne arabophone de France 24, évoquant l’absence d’autorisation.
9 février : le roi Mohamed VI s’entretient avec le président de la République française, François Hollande, à Paris.
14 février : Bernard Cazeneuve, ministre français de l’Intérieur, en visite au Maroc scelle la réconciliation avec son homologue marocain Mohamed Hassad.
16 février : expulsion de deux journalistes de la chaîne de télévision France 3.
9 mars : visite du ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent Fabius, qui «s’inscrit dans la dynamique de renouveau des relations d’amitié qui unissent la France et le Maroc».
13 mars : arrestation de Mustapha Errik, responsable de la section syndicale de l’organisation Justice et Spiritualité, sous l’accusation d’adultère.
17 mars : Abdellatif Hammouchi, patron de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) est décoré par l’Espagne. Hisham Mansouri, membre fondateur de l’Association marocaine des journalistes d’investigation (AMJI) est arrêté sous le chef d’accusation d’adultère et de préparation d’un local pour l’exercice de la prostitution.
30 mars : Hisham Mansouri, membre fondateur de l’AMJI est condamné à 10 mois de prison ferme et 40 000 dirhams d’amendes.
2 avril : conférence sur le salafisme organisée par le Conseil supérieur des Oulémas à Rabat.
12 mai : les démissions de Lahbib Choubani, ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile, Soumia Benkhaldoun, ministre déléguée auprès du ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres ont été acceptées par le roi Mohamed VI. Celles-ci font suite à la fuite dans la presse de la liaison maintenue par ces deux membres du parti du PJD. Abdelaadim El Guerrouj, ministre délégué auprès du ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, chargé de la formation professionnelle, a lui aussi été démis de ses fonctions pour une affaire de factures.
15 mai : Mohammed VI nomme Abdellatif Hammouchi à la tête de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).
28 mai : séminaire intergouvernemental à Paris conduit par le Chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane et le Premier ministre français, Manuel Valls.
3 juin : élections au sein de la fonction publique et des collectivités locales des délégués des travailleurs.
24 juin : Le journaliste Ali Mrabet entame une grève de la faim à Genève (Suisse) face au siège de l’ONU. Il demande à ce que soient renouvelés ses papiers d’identité marocains, et de pouvoir relancer au Maroc, ses journaux satiriques interdits en 2003.
25 juillet : création du parti al-Badil ad-dimucrati Ichtiraki (Alternative démocratique socialiste), emmené par les dissidents de l’USFP, A. Doumou, H. Tariq et T. Kabbage.
27 août : arrestation des deux journalistes français, Éric Laurent et Catherine Graciet à Paris, soupçonnés de chantage contre le roi du Maroc dans le cadre de la préparation d’un ouvrage.
4 Septembre : élections communales et régionales. Aux communales, le Parti authenticité et modernité (PAM) remporte le plus grand nombre de sièges dans le monde rural tandis que le Parti de la justice et du développement (PJD) remporte les principales villes du pays.
14 septembre : suite à l’élection des présidents des conseils régionaux, le PAM s’impose finalement comme le vainqueur des élections régionales en s’assurant la présidence de 5 des 12 régions en jeu.
19-20 septembre : visite officielle du président de la République française, François Hollande, à Tanger.
29 septembre : annulation de l’ouverture du premier magasin IKEA au Maroc. Cette décision serait prise en représailles au dépôt de la part de plusieurs députés suédois du Parti social-démocrate d’une proposition de loi visant la reconnaissance de la République arabe socialiste démocratique (RASD).
2 octobre : élections des députés à la Chambre des conseillers. L’Istiqlal arrive en tête suivi du PAM.
6 octobre : l’historien Maati Monjib, fondateur de l’Association marocaine des Journalistes d’Investigation (AMJI), entame une grève de la faim pour protester contre l’interdiction qui lui est faite de quitter le territoire marocain.
13 octobre : élection du candidat du PAM, Hisham Benchamak, à la présidence de la Chambre des conseillers.
29 novembre : la Confédération Démocratique du Travail (CDT), l’Union Marocaine du Travail (UMT), l’Union Générale des Travailleurs du Maroc (UGTM) et la Fédération Démocratique du Travail (FDT) organisent à Casablanca, une marche pacifique de protestation des travailleurs.
10 décembre : Ilyas El Omari, n° 2 du Parti authenticité et modernité (PAM), lance un groupe de presse avec 6 titres. Appel des principales centrales syndicales à la grève générale dans la Fonction publique et les collectivités locales.

أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Thierry Desrues, « Chronologie Maroc 2015 », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 253-254.

بحث إلكتروني

Thierry Desrues, « Chronologie Maroc 2015 », L’Année du Maghreb [‏على الإنترنت‎], 15 | 2016, نشر في الإنترنت 21 décembre 2016, تاريخ الاطلاع 24 mars 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2902 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2902

أعلى الصفحة

الكاتب

Thierry Desrues

IESA-CSIC, Cordoue. Espagne. Chercheur associé à l’IREMAM (UMR7310, AMU/CNRS/IEP, Aix-en-Provence, France) et Centre Jacques Berque pour les études en sciences humaines et sociales (Rabat, Maroc). Les résultats présentés ici font partie du projet « Problèmes publics et militantisme au Maghreb. La participation sociale et politique des jeunes dans leur dimension locale et transnationale », financé par le Ministère espagnol de l’Économie et de la compétitivité(CSO2014-52998-C3-2-P) (2014-2017).

مقالات للكاتب نفسه

أعلى الصفحة