تصفح – مخطط الموقع
Chroniques politiques
Tunisie

La Tunisie en 2015 : La présidentialisation de l’impuissance politique ?

Éric Gobe
p. 281-307

مداخل الفهرس

Mots-clés :

chronique

Géographie :

Tunisie
أعلى الصفحة

النص الكامل

  • 1 . Les résultats présentés dans cet article sont issus du projet « Problèmes publics et militantisme (...)
  • 2 . J. Laroche, « Passage au crible n° 137 – L’engagement du Nobel contre l’islamisme », Chaos intern (...)

1La Tunisie a baigné cette année dans un climat anxiogène. Les opérations terroristes d’envergure inégalée, qui ont frappé cette année la Tunisie, y ont largement contribué. Dans ce contexte, la décision du comité Nobel d’accorder au quartet du Dialogue national1 le prix Nobel de la paix est apparue comme un message politique d’encouragement envoyé aux autorités tunisiennes pour qu’elles demeurent résolument engagées dans la voie d’un processus de démocratisation et de construction d’un État de droit. Autrement dit, l’objectif implicite du comité Nobel est d’éviter que le développement de la violence terroriste ne provoque des dérapages de l’appareil répressif d’État, gros de dangers pour les libertés publiques et le respect des droits humains. De ce point de vue, après trois attentats massifs, la Tunisie est sur la corde raide2.

  • 3 . R. Lahmar, « 2016 : entre espoirs et appréhensions », Réalités, 1/01/2016

2Par ailleurs, ces opérations terroristes ont eu un fort impact négatif sur le secteur touristique, l’un des piliers de l’économie du pays qui a vu le nombre de nuitées diminuer de 45 % par rapport à 20143, ce qui n’a pas manqué de se répercuter négativement sur le climat économique général et sur un taux croissance en baisse par rapport à 2014 (0,5 contre 2,5 %).

  • 4 . M. S. Okkez, « Les artisans de la paix confrontés à de graves contradictions (en arabe) », Nawaat (...)

3Sur le front social, les négociations salariales lancées au dernier trimestre de 2015, dans le secteur privé entre l’UTICA (l’organisation patronale) et la principale centrale syndicale, l’UGTT, ont été particulièrement tendues et n’avaient toujours pas abouti à la fin de l’année. Quelques mois auparavant l’accord triennal sur l’accroissement des salaires dans le secteur public avait fait l’objet d’âpres négociations, marquées par une série de grèves sectorielles particulièrement « dures »4.

4Alors que les inégalités économiques régionales demeurent inchangées depuis la chute du régime de Ben Ali et que se développe la contrebande aux frontières libyennes et algériennes, le malaise social est palpable chez les jeunes des régions périphériques et défavorisées du pays. Le début de l’année 2015 a d’ailleurs été marqué par des émeutes et des mouvements de protestation dans le Sud, notamment à Dhiba et Ben Guerdane, où les manifestants exigeaient l’annulation de la taxe de sortie imposée par les pouvoirs publics aux Libyens non-résidents, mesure prise par un État désireux de tirer des revenus des flux de contrebande avec son voisin…

5Sur ce fond économique et social particulièrement morose, se sont déployées une vie politique et une action publique marquées par la présidentialisation du régime. Ce retour de l’Exécutif présidentiel, après trois ans d’effacement, sur le devant de la scène, lui-même accompagné de la réintégration d’une partie du personnel de l’ancien régime aux commandes de l’appareil d’État n’a pas pour autant signifié la mise en place d’un mode de gouvernement efficace dans la conduite de l’action publique. Les failles de l’appareil de sécurité et l’incapacité présidentielle, tant à imposer son projet de réconciliation économique qu’à empêcher une scission au sein du parti politique qu’il avait lui-même fondé en 2012, en sont des illustrations patentes.

Vers une présidentialisation du régime ?

  • 5 . Principal parti de l’opposition au mouvement islamiste Ennahdha et au gouvernement de la Troïka d (...)
  • 6 . Pour affirmer le caractère parlementaire des institutions, la terminologie officielle consacre l’ (...)

6La logique parlementaire des institutions tunisiennes aurait voulu que le dirigeant du parti vainqueur des élections législatives, devienne le chef du gouvernement. Or, l’élection, le 21 décembre 2014, de Béji Caïd Essebsi, le leader de Nidaa Tounes5, à la présidence de la République a contribué à déplacer le centre de gravité du pouvoir du Premier ministre6 vers le chef de l’État.

7Dès le début de l’année, la présidentialisation du régime s’affirme avec le choix de la personnalité qui doit occuper la primature. Alors qu’à la lecture du texte constitutionnel, le président de la République ne choisit pas le chef du gouvernement, mais se contente de charger « le candidat du parti politique ou de la coalition électorale ayant obtenu le plus grand nombre de sièges au sein de l’ARP de former le gouvernement » (art. 89), Béji Caïd Essebsi impose à Nidaa Tounes son candidat, Habib Essid.

Les difficultés du gouvernement Essid entre « partage partisan » et présidentialisme

  • 7 . Universitaire, ancien secrétaire général de l’UGTT, il a longtemps été proche du Parti communiste (...)
  • 8 . N. Fatnassi, « Choix du chef de gouvernement. Accouchement difficile », Réalités, 8/01/2015.

8Réunie à Hammamet les 3 et 4 janvier, la direction du parti entérine le choix présidentiel, ce qui n’est pas sans engendrer des dissensions en son sein. L’« aile gauche du parti », en la personne de Taïeb Baccouche7, candidat à la primature, envisageait la formation d’un gouvernement de coalition placé sous sa direction, incluant le Front populaire et les libéraux tout en excluant le mouvement islamiste Ennahdha8.

  • 9 . La Presse de Tunisie, « Crise et scission à Nida Tounes - Entretien avec M. Hatem M’rad », 5 /11/ (...)

9Mais pour Béji Caïd Essebsi, le choix de Habib Essid, personnalité non élue qui présente plus un profil de technocrate que d’homme politique, a répondu à la nécessité de mettre en place un gouvernement de coalition, de bâtir une majorité parlementaire et d’envoyer un signal politique positif en direction d’Ennahdha9.

  • 10 . Chef de cabinet auprès des ministres de l’Agriculture et de l’Intérieur dans les années 1990, il (...)

10Certes Habib Essid a servi le régime de Ben Ali10, mais sa nomination au poste de conseiller chargé des affaires de sécurité auprès du Premier ministre nahdhaoui, Hamadi Jebali (2012-2013), après avoir été le ministre de l’Intérieur du gouvernement de transition de Béji Caïd Essebsi en 2011, font de lui une personnalité de compromis.

  • 11 . N. Fatnassi, op. cit., p. 9.

11Le parti islamiste ne s’y trompe pas. Par le biais de son porte-parole, Zied Laadhari, Ennahdha affirme être prêt à collaborer avec le nouveau chef du gouvernement et appelle à la formation d’un gouvernement d’unité nationale pour affronter les défis économiques et sécuritaires que traverse la Tunisie. Toutefois, le mouvement précise que sa position définitive vis-à-vis du chef du gouvernement ne sera arrêtée qu’une fois connues la composition de l’équipe gouvernementale et sa feuille de route11.

12Tant le choix du Premier ministre que l’appel à un gouvernement d’unité nationale est rejeté par la principale formation de gauche au parlement, le Front populaire. La coalition partisane dirigé par Hamma Hammami dénonce la réalité d’une hégémonie présidentielle qui voit le centre de gravité de l’Exécutif passer de la Kasbah (le lieu du siège du gouvernement) au palais Carthage.

  • 12 . S. Soudani, « L’absurde gouvernement Essid », Nawaat, 25/01/2015, <http://nawaat.org/portail/2015 (...)
  • 13 . Telle est l’analyse de Aziz Krichen (ancien conseiller du président de la République, Moncef Marz (...)

13Après trois semaines de consultation des partis politiques susceptibles de constituer une coalition, l’annonce de la composition du gouvernement Essid suscite les réactions négatives d’Ennahdha. Le gouvernement désigné, dans lequel Nidaa Tounes et l’Union patriotique libre (UPL) de l’homme d’affaires Slim Riahi se partagent les postes ministériels aux côtés des « compétences », est rejeté par la deuxième force politique au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Le Majles al-Choura (le Conseil consultatif, l’équivalent d’un comité central) d’Ennahdha du 25 janvier décide de ne pas accorder sa confiance au gouvernement. Sans le soutien des 69 députés d’Ennahdha, l’équipe gouvernementale apparaît difficilement viable. Les 16 voix de l’UPL ajoutées aux 86 voix de Nidaa Tounes ne permettent pas d’atteindre la majorité absolue des 109 sièges à l’ARP12. D’aucuns voient dans l’annonce de la constitution de cet improbable cabinet tripartite une manœuvre visant à montrer aux adversaires de l’intégration de ministres nahdhaouis dans le gouvernement « l’impossibilité pratique d’obtenir l’investiture du parlement en procédant de la sorte »13.

  • 14 . H. Ajroudi, « Vote de confiance du gouvernement. Le oui… mais de l’ARP », Réalités, 12/02/2015.

14Aussi, Habib Essid s’engage dans de nouvelles négociations afin de constituer une coalition sur des bases plus larges. C’est un gouvernement pléthorique de 41 membres, dominé par la logique du « partage partisan » (al-mouhassassa al-hizbiyya) et celle de l’affichage de ministres « technocrates », qui est formé14. Si Nidaa Tounes est le parti le plus représenté avec 6 ministres et 3 secrétaires d’État, l’UPL, tout comme Afek Tounes, obtient trois portes-feuilles ministériels. Quant à Ennahdha, il fait son entrée discrète au sein du gouvernement avec 1 ministre et 3 secrétaires d’État. Le mouvement islamiste s’installe ainsi dans une position attentiste et discrète qui lui permet de participer au pouvoir, sans pour autant être aux avant-postes.

15Ainsi se met en place un quartet gouvernemental. Aux côtés des représentants des partis politiques, les « compétences nationales », c’est-à-dire des personnalités sans appartenance politique connue – plus de la moitié des postes ministériels (21) – sont censées apporter la technicité et la « neutralité » qui doit permettre de faire avancer les principaux dossiers gouvernementaux

  • 15 . 167 voix pour, 30 contre, 8 abstentions. Voir le site Marsad Majles, <http://majles.marsad.tn/201 (...)
  • 16 . Comme la promesse d’augmenter l’allocation mensuelle versée aux familles des plus démunies de 120 (...)

16In fine, c’est sans surprise que ce gouvernement obtient le 5 février la confiance de l’ARP à une large majorité de plus des trois-quarts15. Ce vote massif s’accompagne d’une certaine déception vis-à-vis du programme politique présenté par Habib Essid, au sein même des organes de presse plutôt favorables au président de la République et au gouvernement. Les propositions formulées par ce dernier sont assimilées à des « mesurettes » plus ou moins urgentes16 et à des déclarations d’intention. D’ailleurs, les divers engagements pris par le gouvernement pour accélérer la mise en place des institutions constitutionnelles, mettre au point une réforme du système éducatif, élaborer un nouveau code d’investissements ne vont être que très vaguement respectés. Quant à la priorité accordée par Habib Essid à la lutte contre le terrorisme, elle débouchera sur le vote d’une loi anti-terroriste, mais n’empêchera pas à trois reprises la Tunisie d’être frappée par des attentats sanglants massifs (voir infra).

  • 17 . Ancien coordinateur régional de Nidaa Tounes, ce dernier est accusé d’avoir « un passé RCdiste ». (...)

17En fait, les représentants des partis politiques au sein du gouvernement apparaissent aux yeux de la majeure partie la presse tunisienne surtout préoccupés par le partage des postes au sein de la haute administration. Le 10 avril, la nomination de six gouverneurs débouche d’ailleurs sur la première crise du quartet gouvernemental. Afek Tounes dénonce le fait ne pas avoir été consulté à propos de la désignation des gouverneurs, alors qu’Ennahdha critique le recours à « certains visages de l’ancien régime », notamment la nomination de Chokri Belhassen à Kairouan17.

  • 18 . A. Dermech, « Le gouvernement Essid sous pression », La Presse de Tunisie, 21/04/2015.

18Pour éviter que se renouvelle un épisode du même genre, les membres du quartet conviennent de mettre en place « un mécanisme de communication et de coordination continue entre les partis au pouvoir » dont l’objectif affiché est de superviser l’action gouvernementale et surtout de « discuter les nominations avant qu’elles ne soient annoncées »18.

  • 19 . M. S. Okkez, « Nomination des gouverneurs : le retour de l’État-Parti », Nawaat, 10/09/2015, <htt (...)
  • 20 . L’équivalent du sous-préfet français.
  • 21 . D. Hafsa, « Révision de certains noms de la première liste des délégués (en arabe) », Al-
    Maghreb
    ,
    (...)

19Ce dispositif est toutefois incapable de prévenir le même type de crise : les nominations de 11 nouveaux gouverneurs à la fin août, dont certains sont d’anciens cadres du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), le parti-État de l’ère Ben Ali, provoquent de nouvelles réactions négatives d’Afek Tounes19, alors que la publication, le 12 octobre, d’une liste officieuse de 80 délégués20 désignés par le chef du gouvernement suscite un tollé chez les partenaires de Nidaa Tounes. Ces derniers formulent de concert la même critique : les nominations ne respectent pas les « critères de compétences et d’honnêteté » sur lesquels se sont mis d’accord Habib Essid et les représentants du mécanisme de coordination du quartet. Ennahdha, Afek Tounes et l’UPL estiment que la liste de délégués diffusée par le chef du gouvernement s’assoit sur le principe de répartition proportionnelle et partisane des postes : l’UPL n’a obtenu qu’un délégué, Afek deux et le mouvement Ennahdha, trois21.

  • 22 . Y. Essid, « Qui est derrière les dernières nominations de délégués ? (en arabe) », Al-Fajr, 23/10 (...)

20Ce dernier affirme, par le biais de son organe de presse, Al-Fajr, que les désignations de délégués se sont opérées selon des logiques népotiques et clientélistes, la plupart des délégués nouvellement nommés étant des serviteurs du régime déchu22.

21Quant à l’UPL, il menace de quitter le gouvernement, puis suspend sa participation au mécanisme de coordination. Son président, Slim Riahi, accepte de revenir sur sa décision après avoir rencontré le chef du gouvernement et le président de la République qui lui promettent d’établir une nouvelle liste de délégués permettant d’accroître la quote-part de son parti.

  • 23 . « La grande erreur de Béji Caïd Essebsi, déclare-t-il à l’hebdomadaire Réalités, a été de se prés (...)

22Ces débats ont lieu sur fond de crise de la principale force de la coalition, Nidaa Tounes. Les luttes de factions en son sein se traduisent au niveau gouvernemental par la démission de Lazhar Akrémi. S’estimant marginalisé, ce dernier, proche du secrétaire général du parti, Mohsen Marzouk, quitte le gouvernement de manière fracassante. Dans la lettre de démission adressée au chef du gouvernement, il dénonce l’absence de volonté de combattre la corruption et s’en prend à la dérive présidentialiste du régime23.

  • 24 . S. Soudani, « Éviction du ministre de la Justice : la tentation autoritaire », Nawaat, 25/10/2015 (...)
  • 25 . Id.

23À ces diverses polémiques autour du gouvernement, s’ajoute le limogeage du ministre de la Justice, Mohamed Salah Ben Aïssa, dans lequel certains journalistes, proches de l’extrême gauche voient le symptôme d’une « tentation autoritaire »24. En effet, cet universitaire de profession, aurait fait œuvre d’un volontarisme et d’une indépendance d’esprit incompatibles avec « l’hyper-présidentialisme » de l’Exécutif tunisien. Il est vrai que Mohamed Salah Ben Aïssa a affiché un positionnement mitigé vis-à-vis du projet de loi présidentiel sur la réconciliation économique (voir infra). Par ailleurs, il aurait exprimé des divergences à propos du texte de loi sur la création du Conseil supérieur de la magistrature et s’est « dit favorable à l’abrogation de l’article 230 du code pénal qui sanctionne l’homosexualité de trois ans de prison ». Ce dernier positionnement n’aurait pas été du goût de Béji Caïd Essebsi qui a désavoué le ministre de la justice « dont les propos n’engagent que sa personne »25.

24Alors que le pays s’enfonce dans la crise économique, démissions, révocations, menaces des partis de la coalition de quitter le gouvernement et, last but not least, l’attentat contre un bus de la garde présidentielle à Tunis le 24 novembre entretiennent un climat politique délétère qui pousse le chef du gouvernement à annoncer à la fin novembre un remaniement ministériel.

25Cette dernière opération terroriste, qui fait suite à deux autres attentats d’envergure, a contribué à mettre le traitement de la question sécuritaire au cœur des discours publics.

Attentats terroristes : la Tunisie entre le retour de la rhétorique sécuritaire et l’application de l’état d’urgence

26Trois attaques terroristes d’une ampleur inédite, perpétrées par des individus se réclamant de groupes jihadistes armés, ont frappé la Tunisie en 2015. Les deux premiers attentats, celui du musée du Bardo, le 18 mars et celui de Port al-Kantaoui dans la zone touristique de Sousse sur la côte est, le 26 juin, ont provoqué le décès de 62 personnes dont 59 vacanciers étrangers26. Le troisième, perpétré le 24 novembre sur l’avenue Mohamed V à Tunis a causé la mort de 12 membres de la garde présidentielle.

27La première action terroriste a vu l’irruption de deux assaillants armés de Kalachnikovs dans un haut lieu du tourisme culturel en plein cœur de Tunis, tandis que la deuxième est l’œuvre d’un jeune homme qui a mitraillé des touristes occidentaux sur la plage de l’hôtel Imperial Marhaba. Quant à la troisième attaque, elle est officiellement le fait d’un kamikaze solitaire qui s’est fait sauter dans un bus de la garde présidentielle27.

  • 28 . Deux principaux groupes jihadistes dont la base arrière se situe dans la Mont Chaambi à la fronti (...)

28Au regard de ces trois attaques, revendiquées par l’Organisation de l’État islamique, la stratégie des groupes jihadistes apparaît clairement. À ce jour, seuls ont été visés les touristes occidentaux et les membres des services de sécurité, ce qui signifie que les commanditaires des attentats ne veulent pas se mettre à dos la population tunisienne, réservoir potentiel d’un recrutement plus large28.

  • 29 . Magazine en ligne créé par des jeunes militant et journalistes de « gauche » transfuges du site N (...)
  • 30 . L’ouvrage en question définit cinq étapes pour prendre le pouvoir : la première, plutôt quiétiste (...)
  • 31 . Id.

29Serions-nous entrés dans la phase des « actions d’immergées » (al-amaliyât al-inghimâssiya) pour reprendre la formulation du jihadiste Abû BakrNâjî dans son opuscule « La gestion de la sauvagerie, l’étape la plus cruciale par laquelle passera la communauté » (Idârat al-tawahhuch, akhtar marhala satamurr bihâ al-umma) ? À la lecture du dossier sur la propagande et la stratégie des groupes jihadistes proposé par le site du magazine web Inkyfada29, la correspondance entre les étapes du jihâd définies par Abû Bakr Nâjî et les formes prises par les actions terroristes en Tunisie apparaît troublante (tout au moins pour les trois premières étapes)30. En s’attaquant aux touristes et aux membres de la garde présidentielle, conformément aux principes de « la gestion de la sauvagerie », l’objectif des jihadistes serait de montrer qu’ils sont capables d’affaiblir l’État au point de provoquer son effondrement31.

  • 32 . H. Chennaoui, « Attaque du Bardo : un laxisme sécuritaire dont personne ne parle », Nawaat, 20/03 (...)

30Certes, à la suite de ces attaques meurtrières, les institutions politiques tunisiennes ne se sont pas effondrées, mais certains dysfonctionnements sécuritaires, notamment la faiblesse des dispositifs de sécurité autour des lieux sensibles, ont été mis en avant par une partie de la presse et certains experts internationaux, notamment ceux de l’International Crisis Group32.

  • 33 . Id.
  • 34 . La Tunisie a également entrepris la construction d’un mur sur la frontière tuniso-libyenne, en fa (...)
  • 35 . La présidence charge également le ministre de l’Intérieur et les gouverneurs du contrôle administ (...)

31La réponse des autorités aux attentats est également apparue comme exclusivement répressive. À la suite de l’opération de Sousse, le président de la République a décrété l’état d’urgence pendant 30 jours, ce qu’il fait à nouveau à la suite de l’attaque du bus de la garde présidentielle avec un couvre-feu en sus. Ce décret permet à l’Exécutif de suspendre les manifestations, publications, réunions ou toutes autres activités jugées « dangereuses pour la sécurité et l’ordre public »33. D’autres mesures sont annoncées après l’attentat de novembre, telles que la fermeture pendant 15 jours de la frontière terrestre avec la Libye34, l’activation d’un plan national global pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme (sans que l’on sache ce qu’il recouvre), la fermeture des sites internet en lien avec le terrorisme (sans plus de précisions sur les moyens techniques dont disposent les autorités pour le faire), l’activation de la loi contre le terrorisme (qui a pourtant déjà été promulguée) ou encore la création de 3 000 postes au ministère de l’Intérieur et dans les forces armées tunisiennes35.

  • 36 . Inkyfada, « État d’urgence : ni droits, ni lois », 10/12/2015, <https://inkyfada.com/2015/12/terrorisme-excuse-droit-liberte-atteinte-police-tunisie/>

32Le recours à des mesures d’exception et la violence des forces de sécurité incitent diverses associations de défense des droits de l’Homme à dénoncer leur caractère abusif et liberticide36.

  • 37 . N. Fatnassi, « Droits de l’Homme et lutte contre le terrorisme. L’impossible compatibilité », Réa (...)

33En effet, la rhétorique sécuritaire a envahi la plupart des médias qui se sont fait, à la suite de l’attentat du Bardo, les chantres de l’impossible compatibilité entre le respect des droits de l’Homme et la sécurité postulant qu’il convenait sacrifier les premiers au profit de la seconde37.

  • 38 . Texte reproduit sur le site d’Amnesty International, « Tunisie. La loi antiterroriste met en péri (...)
  • 39 . Id.

34La réponse législative des autorités tunisiennes pour lutter contre le terrorisme a également suscité critiques et réprobations de la part de la presse d’opposition et d’ONG internationales de défense des droits de l’Homme qui considèrent que les dispositions de la loi organique relative à la lutte contre le terrorisme et à la répression du blanchiment d’argent, votée le 25 juillet par l’ARP, « mettent en péril les droits fondamentaux »38. Elles critiquent en premier lieu la définition « trop vague et ambiguë du terrorisme donnée dans la loi ». En effet, le texte répertorie dans les infractions terroristes le fait de « porter préjudice aux biens privés et publics, aux ressources vitales, aux infrastructures, aux moyens de transport et de communication, aux systèmes informatiques ou aux services publics » (article 13). Rédigé ainsi, cet article permettrait de réprimer « certains actes qui ne sont pas de nature terroriste au regard du droit international. De simples manifestations se déroulant dans un certain désordre pourraient être qualifiées d’actes de terrorisme »39.

  • 40 . Id.

35Les ONG dénoncent également les conditions de la garde à vue considérée comme trop longue (cinq jours, renouvelable deux fois) et violant le droit des prévenus d’avoir accès à un avocat immédiatement après leur arrestation, conformément au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifié par la Tunisie. L’intégration dans la loi de la peine de mort pour « les personnes déclarées coupables d’un acte terroriste ayant entraîné la mort ou le viol » est également fustigée par ces ONG qui la considèrent comme une régression, alors que la Tunisie appliquait, depuis 1991, un moratoire de facto en la matière40.

36D’aucuns voient dans cette politique répressive l’illustration d’un retour de l’ancien régime. Cette affirmation paraît excessive, mais elle a le mérite d’attirer l’attention sur le fait que le gouvernement tend à restreindre certaines libertés publiques, tout comme il tente de réhabiliter une partie des séides de l’ancien régime. Ce dernier aspect est particulièrement bien illustré par l’initiative présidentielle de projet de loi de réconciliation économique et financière.

Présidentialiser la justice transitionnelle : le projet de loi de réconciliation économique

  • 41 . Le président Béji Caïd Essebsi cité par O. Belhassine, « Tunisie : le Président contre la justice (...)

37Béji Caïd Essebsi avait pendant sa campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2014 insisté sur la nécessité de tourner la page du passé et de promouvoir la réconciliation nationale. L’anniversaire de l’indépendance, le 20 mars, lui donne l’occasion d’annoncer son intention de présenter un projet de loi de réconciliation économique en vue de « pacifier le climat des affaires et rendre la confiance aux investisseurs ». Au motif de la dégradation des indicateurs économiques, le président de la République considère qu’« il faut tourner la page des poursuites et faire en sorte que les Tunisiens qui ont de l’argent se remettent à investir en Tunisie et soient utiles à leur pays »41.

38S’appuyant sur l’article 62 de la Constitution qui donne l’initiative des lois au président de la République, concurremment au chef du gouvernement et à 10 députés, Béji Caïd Essebsi présente, le 14 juillet, un projet de loi organique se rapportant aux mesures relatives à la réconciliation dans le domaine économique et financier.

  • 42 . Cette autorité indépendante de la justice transitionnelle, créée par la loi organique du 24 décem (...)
  • 43 . Ces deux institutions ont été respectivement créées en mars et novembre 2011 par décrets lois.
  • 44 . Réalités, « Réconciliation nationale. Une nouvelle pomme de discorde », 23/07/2015.
  • 45 . Id.
  • 46 . O. Belhassine, « Tunisie : le Président contre la justice transitionnelle (2/3), l’Instance s’ins (...)

39Conçu sans avoir consulté les institutions concernées par la lutte contre la corruption (l’Instance Vérité et Dignité42, la Commission de confiscation des biens mal acquis et l’Instance nationale de lutte contre la corruption43) et rédigé sous la houlette de Ridha Belhaj, chef du cabinet présidentiel, le projet est présenté par les conseillers du président de la République comme consacrant les principes mêmes de la justice transitionnelle44. Il viserait à réaliser l’une de ses principales composantes, la réconciliation et sa force viendrait précisément de l’éviction de l’IVD présentée comme une institution « dont l’intervention continue à soulever appréhensions et craintes de longueurs inutiles »45. Pour Lotfi Dammak, conseiller auprès du président de la République, l’initiative présidentielle « se propose de faire une justice transitionnelle accélérée, spécifique et appropriée aux dossiers économiques »46.

  • 47 . Projet de loi organique se rapportant aux mesures relatives à la réconciliation dans le domaine é (...)

40Précisément, l’article 12 du projet de loi prévoit que « sont abrogées toutes les dispositions liées à la corruption au détournement de fonds publics contenus dans la loi organique n° 53 du 24 décembre 2013 relative à l’instauration de la Justice transitionnelle et à son organisation »47.

  • 48 . Id.

41Selon le projet, trois catégories de personnes sont éligibles à la réconciliation économique : « les fonctionnaires publics et assimilés ayant commis des malversations financières et des détournements d’argent publics, à l’exception d’actes de corruption et à l’extorsion de l’argent public » bénéficient de « l’arrêt des poursuites, des procès ou l’exécution des peines » (article 2) ; toute personne ayant obtenu un avantage de la corruption financière et du détournement de fonds publics pourra présenter une demande de réconciliation à la commission créée à cet effet, (article 3) ; toute personne coupable d’infractions de change pourra bénéficier d’une amnistie. Elle verra sa situation régularisée moyennant le paiement d’un montant de 5 % de la valeur des avoirs qui la libèrera « du paiement de l’impôt sur le revenu, ou de l’impôt sur les sociétés et des pénalités de retard y afférentes » (article 8)48.

42Pour statuer sur les dossiers de demande de réconciliation, évaluer les fonds détournés ou les gains réalisés, le texte prévoit la création d’une commission au sein de la présidence du gouvernement composée de six membres qui, à l’exception des deux représentants de l’IVD, sont rattachés au gouvernement.

  • 49 . Id.

43Cette commission a pour mission l’amnistie en contrepartie de la restitution des montants détournés et des bénéfices générés majorés de 5 % par année à compter de la date où l’infraction a été commise (article 5)49.

  • 50 . O. Belhassine, « Tunisie : le Président contre la justice transitionnelle (2/3), op. cit.

44Dès sa publication, le projet présidentiel provoque l’ire de l’IVD. Sa présidente Sihem Ben Sédrine dénonce un texte dont l’objectif est moins la réconciliation que « l’amnistie des corrompus ». Dans la mesure où la commission de conciliation ne rendra pas publics ses actes, elle violerait le principe de la justice transitionnelle selon lequel l’établissement des faits est censé prévenir le retour des mauvaises pratiques. Et dans une critique frontale adressée à Béji Caïd Essebsi, elle considère que « l’initiative présidentielle valide et reconduit le mode de gouvernance autoritaire et mafieux d’avant le 14 janvier 2011 »50. De surcroît, instrument visant à retirer à l’Instance une partie de ses attributions, le projet de loi violerait l’article 148 de la Constitution selon lequel « L’État s’engage à appliquer le système de la justice transitionnelle dans l’ensemble de ses domaines et dans la période fixée par la législation qui y est relative ».

  • 51 . Id.

45Côté opposition politique, les réactions les plus véhémentes viennent du Front populaire. Par la voix de Mongi Rahoui, ce dernier appelle les Tunisiens à manifester dans tout le pays contre un texte présidentiel qui constitue selon lui « un coup d’épée dans le dos de la révolution et pouvant mettre en péril la sécurité du pays »51.

  • 52 . Voir la déclaration du 9 août de Rached Ghannouchi : « Nous sommes pour la réconciliation, quant (...)
  • 53 . S. Soudani, « L’arbitrage économique, ou l’arbre qui cache la forêt », Nawaat, 16/08/2015, <https (...)

46Quant au mouvement Ennahdha, il paraît divisé face à la réconciliation économique. La direction du parti, en la personne de Rached Ghannouchi, apporte son soutien au principe du projet de loi52. Une partie du bloc nahdhaoui à l’assemblée semble réticente face à un projet de loi présidentiel perçu comme vidant la justice transitionnelle de sa substance. La visite de courtoisie à l’IVD d’une délégation de quatre députés du mouvement islamiste, le 11 août, met en exergue les divisions du parti face à l’initiative du président de la République. Si Yamina Zoghlami, impliquée dans la rédaction de loi sur la justice transitionnelle tient à signaler que les membres de la délégation sont là « à titre individuel et non pour représenter le bloc parlementaire Ennahdha », Meherzia Laabidi, ex vice-présidente de l’Assemblée constituante, affirme que « tous les scénarios restent envisageables, y compris le rejet de ce projet ou son renvoi au gouvernement ». Toutefois, elle tempère immédiatement son propos en expliquant que le texte présidentiel pourrait être « un complément à la loi actuelle moyennant quelques amendements »53.

  • 54 . O. Belhassine, « Tunisie : le Président contre la justice transitionnelle (3/3), la société civil (...)

47Dans la torpeur de l’été, l’IVD entend mobiliser les opposants au projet de loi. Elle organise le 14 août un débat autour du projet de réconciliation. Y sont invités le professeur de droit public Jawhar Ben Mbarek, fondateur de l’association Doustourna (notre constitution), et le blogueur Azyz Amami, connu pour sa participation au soulèvement de décembre 2010-janvier 2011 contre le régime de Ben Ali. L’intervention de ce dernier pendant le débat ne passe pas inaperçu : il s’en prend violemment au projet de Béji Caïd Essebssi et proclame « Non, je ne pardonnerai pas ! Cette loi ne passera pas…Nous mettrons le feu à l’Assemblée des représentants du peuple s’il le faut ! »54.

  • 55 . S. Chellali, « Tunisie : Sihem Bensedrine et Azyz Amami, premiers à tomber sous le coup de la loi (...)

48La diatribe Azyz Amami produit son effet tant chez les partisans du projet présidentiel que chez ses opposants. Le 20 août, 14 députés de Nidaa Tounes portent plainte contre le bloggeur et Sihem Ben Sédrine (pour complicité) en vertu de la loi antiterroriste entrée en vigueur le 7 août. Pour l’avocat des plaignants, les propos du bloggeur, reviennent à faire l’apologie du terrorisme et à menacer de faire un attentat, ce que l’article 222 de la loi punit de six mois à cinq ans d’emprisonnement55.

  • 56 . N. Fatnassi, « Réconciliation économique et financière. Les raisons de la discorde », Réalités, 2 (...)

49Le secrétaire général de Nidaa Tounes, Mohsen Marzouk, monte au créneau pour appeler à « l’opposition à ne pas organiser des manifestations de protestation dans la rue vu que le pays est en état d’urgence ». Déclaration que ne manque pas de fustiger l’opposition : Maya Jribi, secrétaire générale du parti Al Joumhouri (1,47 % des voix aux élections législative de 2014), se dit prête à « descendre dans la rue » s’il le faut. Elle renvoie le discours de Mohsen Marzouk aux pires heures de « l’ère Ben Ali » et des « gouvernements de la Troïka ». L’opposition de gauche à l’ARP, quant à elle, organise une conférence de presse durant laquelle elle appelle au retrait d’un projet inconstitutionnel56.

  • 57 . Gh. Ben Khelifa, « La société civile se prépare à faire front contre le projet de loi de réconcil (...)
  • 58 . Plate-forme de la coalition, téléchargé sur le site de Nawaat, <https://nawaat.org/portail/2015/0 (...)
  • 59 . Id.
  • 60 . O. Belhassine, « Tunisie : le Président contre la justice transitionnelle (3/3) », op. cit. Il s’ (...)

50La contestation du projet présidentiel s’organise au niveau associatif. Le 21 août, à l’initiative du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), de la Coordination nationale indépendante pour la justice transitionnelle (CNIJT), de « personnalités » du monde judiciaire57 et de militants associatifs, est créée une « Coalition civile contre le projet de loi organique se rapportant aux mesures relatives à la réconciliation dans le domaine économique et financier »58. Cette nouvelle organisation publie le 24 août une plate-forme dans laquelle elle dénonce la violation de certaines dispositions de la constitution et des atteintes aux principes d’égalité, de transparence, de séparation des pouvoirs et de bonne gouvernance59. La coalition se propose de « faire du lobbying auprès des députés pour les inciter à boycotter le projet »60.

  • 61 . Id.
  • 62 . Le 27 août 2015, de jeunes activistes lancent la campagne Manich Msemeh en formant des coordinati (...)

51Sur le front des réseaux sociaux, de jeunes internautes militants s’emparent de la « menace-devise »61 de Azyz Amami, « je ne pardonnerai pas ! » (Manich Msemeh en arabe) pour créer une page Facebook, préalable à la constitution d’un mouvement et au déroulement de mobilisations contre le projet de réconciliation62.

  • 63 . D. Tolbert, « Tunisia’s “Reconciliation Bill” threatens Gains of the Révolution », <https://www.i (...)

52Pour déconsidérer le projet présidentiel et pousser Béji Caïd Essebsi à y renoncer, l’IVD tente également de mobiliser les acteurs internationaux promoteurs de la démocratie et des droits de l’Homme. À la mi-août, elle obtient le soutien de David Tolbert, le président de l’International Center for Transitional Justice (ICTJ), la principale ONG de Justice transitionnelle, qui se positionne contre le projet de réconciliation économique et financière63.

53Par ailleurs, Sihem Ben Sédrine a adressé, dès le 22 juillet, un courrier à la Commission européenne pour la démocratie par le droit (dite Commission de Venise) dans lequel elle lui demande de préparer un avis sur le projet de loi de réconciliation économique et financière. Elle espère ainsi que l’instance européenne montrera le caractère inconstitutionnel du texte et rendra illégitime l’initiative de Béji Caïd Essebsi.

  • 64 . Commission européenne pour la démocratie par le droit, « Avis intérimaires sur les aspects instit (...)

54L’avis de la Commission tombe le 27 octobre. Sa principale recommandation conforte la position de l’IVD et de sa présidente : « la Commission de réconciliation ne présente pas les garanties d’indépendance suffisante à pouvoir affirmer que la procédure de justice transitionnelle se déroulant devant elle serait équivalente à celle se déroulant devant l’IVD ». Et d’ajouter « le transfert des compétences de l’IVD à la Commission de réconciliation ne semble dès lors pas compatible avec l’article 148 de la constitution ». Toutefois, certains des arguments développés donnent de la légitimité à d’éventuelles initiatives visant à créer d’autres organes susceptibles d’« accélérer les procédures en cours », d’autant que « le mandat de l’IVD est extrêmement étendu et ses prérogatives presque uniques dans un État de droit ». Dans ses conditions « la création d’une commission spécialisée chargée de s’acquitter des dossiers financiers serait en soi-même positif »64.

  • 65 . M. S. Okkez, « L’article 61 : une fenêtre d’opportunité pour le retour de la loi sur la réconcili (...)

55Face à un avis qui met en doute le caractère constitutionnel du projet de réconciliation, la présidence semble temporiser. À la fin de l’année, l’Exécutif tente, en vain, de faire passer à travers la loi de finance 2016 les dispositions du projet de réconciliation économique se rapportant à l’amnistie des infractions de change65.

56L’épisode de la réconciliation économique constitue l’un des révélateurs d’un présidentialisme qui peine à s’imposer. L’interventionnisme de Béji Caïd Essebsi a montré également ses limites à l’occasion de la crise frappant Nidaa Tounes.

57En fait, tant l’opposition de gauche que le parti islamiste ne se sont pas saisis des conflits frappant le parti fondé par le président de la République, pour déstabiliser l’Exécutif.

Vers un champ politique en recomposition ? Des effets politiques de la crise de Nidaa Tounes

58A priori, on aurait pu penser que la victoire électorale de Nidaa Tounes aux élections législatives d’octobre 2014 serait le ciment unificateur d’un parti marqué par une forte hétérogénéité politique. Il n’en a rien été. L’ampleur du factionnalisme y a débouché sur une scission à la fin de 2015. Toutefois, le départ de certains leaders du parti n’a pas provoqué l’éclatement de la coalition au pouvoir, le parti Ennahdha s’efforçant de ménager son partenaire-adversaire.

La crise de Nidaa Tounes : factionnalisme et lutte pour le pouvoir

  • 66 . A. Ltifi, « Nidaa entre la rationalité du projet et la rationalité du parti instrument », Al-
    Magh
    (...)

59La dynamique des conflits au sein de Nidaa Tounes est le résultat du croisement de plusieurs lignes de clivage recoupant des facteurs idéologiques, des logiques personnelles et clientélaires que le départ de son fondateur vers le palais de Carthage a contribué à exacerber. À sa naissance, Nidaa Tounes s’est constitué comme le fédérateur de personnalités d’horizons divers dont le dénominateur commun était leur opposition à l’islam politique incarnée par le parti Ennahdha, victorieux des élections du 23 octobre 2011. Des syndicalistes, des bourguibistes, des anciens membres du RCD, des militants de gauche se sont rassemblés au sein de Nidaa Tounes pour défendre ce qui leur paraissait remis en cause : l’État national et républicain fondé par Habib Bourguiba. La personne de Béji Caïd Essebsi, cacique du régime issu de l’indépendance, a représenté, auprès d’une large frange de l’électorat, l’incarnation d’un État bourguibien menacé par l’islam politique66.

60Une fois la personnalité unificatrice du mouvement partie, les questions de la succession, du contrôle de l’appareil et de l’organisation d’un congrès constitutif ont pris immédiatement un caractère fortement agonistique. Le Comité constitutif de Nidaa Tounes a vu s’éroder d’autant plus rapidement sa légitimité « historique » que le parti n’a pas tenu de congrès fondateur. En effet, en l’absence d’institutions élues, ce dernier assure la direction du mouvement depuis sa naissance, ce qui n’est pas sans susciter les critiques de certains hauts cadres du parti qui se considèrent indument écartés des centres de décision de Nidaa.

61Au début du mois de mars, le renouvellement et l’élargissement des instances dirigeantes du parti, consécutifs aux diverses nominations au sein de l’Exécutif, donnent lieu à une guerre de positions entre les deux principales factions en compétition pour le contrôle du mouvement. Ses dissensions et la dynamique factionnelle vont faire ressortir tout au long de 2015 les modalités selon lesquelles les cadres dirigeants du parti, ont fait évoluer leur allégeance en fonction de leurs objectifs politiques et de leur évaluation des rapports de force.

62L’évocation des deux principaux acteurs de cette lutte permet de comprendre les différents épisodes qui ont émaillé l’histoire du parti en 2015.

  • 67 . Ses adversaires politiques considèrent qu’il n’a guère été un militant actif des droits de l’Homm (...)
  • 68 . S. Ghorbel, « Tunisie : Mohsen Marzouk, l’éminence grise de BCE », Jeune Afrique, 21/01/2015, htt (...)

63On citera d’abord Mohsen Marzouk. Jeune militant actif dans le mouvement d’extrême-gauche des démocrates patriotes (watad), au milieu de la décennie 1980, il s’est reconverti, dans les années 1990-2000, selon sa biographie officielle, dans les ONG de promotion de la démocratie67. Membre du Comité constitutif de Nidaa Tounes, il en est l’un des 11 fondateurs et apparaît comme le tenant d’une ligne politique séculariste68. Il bénéficie, tout au moins dans un premier temps, du soutien de la majorité du Comité constitutif. Directeur de la campagne électorale de Béji Caïd Essebsi, il a été promu le 1er janvier 2015 au poste de ministre-conseiller politique au cabinet présidentiel.

  • 69 . Les structures régionales et locales de Nidaa Tounes se sont constituées autour de « coordination (...)

64Le second protagoniste principal de la lutte pour le pouvoir au sein de Nidaa Tounes n’est autre que le fils de son fondateur, Hafedh Caïd Essebsi. Nommé par son père en mai 2014 à la direction des structures régionales de Nidaa Tounes69, il dispose ainsi d’un positionnement stratégique au sein de l’appareil du parti. Proche de Mohamed Ghariani, l’ancien secrétaire général du RCD, il a su créer tout un réseau d’allégeances au sein des structures régionales de Nidaa, sur lequel il compte bien s’appuyer pour museler le Comité constitutif et contrôler le parti.

65Tout d’abord, il s’agit pour Hafedh Caïd Essebsi, qui n’est pas membre fondateur de Nidaa, de prendre pied au sein dudit Comité et de revendiquer, avec d’autres, une participation élargie à la prise de décision au sein du parti. Il peut compter sur l’appui de personnalités qui n’ont pas été retenues au sein du gouvernement : les députés, Abdelaziz Kotti, Khemaïes Ksila et Khaled Chouket, qui voient en lui le moyen de réaliser leurs ambitions politiques frustrées, constituent ainsi sa « garde rapprochée ». Ils investissent très largement les plateaux de la chaîne privée Nessma TV, dirigée par Nabil Karoui, soutien de Hafedh Caïd Essebsi, pour dire tout le mal qu’ils pensent du fonctionnement du Comité constitutif et de ses membres promus ministres ou conseillers.

  • 70 . Businessnews, « Walid Jalled ramène une note d’écoute et appelle à l’ouverture d’une enquête », <(...)
  • 71 . S. Ghorbal, « Règlements de compte à Nidaa Tounes », Jeune Afrique, 22/11/2015.

66Caïd Essebsi junior bénéficie également du soutien politique et financier de certains hommes d’affaires de Nidaa plus ou moins sulfureux. L’un de ses partisans les plus actifs est Abderraouf Khammassi : ancien membre du comité central du RCD, le parti du président déchu, et homme d’affaires ayant développé ses activités en Allemagne, il propose l’institutionnalisation d’un front politique rassemblant Nidaa Tounes et Ennahdha, placé sous la figure historique tutélaire de Abdelaziz Thaalbi, fondateur du Destour et présenté comme l’homme de la synthèse identitaire tunisienne entre islam et nationalisme. Avec un autre soutien controversé du fils du président, l’homme d’affaires Chafik Jerraya, proche du mouvement islamiste libyen Fajr Libya et soupçonné de s’adonner à la contrebande70, il s’en prend régulièrement à Mohsen Marzouk, présenté comme un dangereux gauchiste éradicateur71.

La création d’un bureau politique au sein de Nidaa : un instrument de rééquilibrage des pouvoirs entre factions ?

67Fort de ces soutiens, le fils du président semble bien positionné pour partir à la conquête de Nidaa Tounes. Il dispose à la fois d’un réseau de clientèles au sein des structures régionales et locales, des moyens financiers pour les alimenter grâce aux hommes d’affaires qui lui sont acquis, une chaîne de télévision pour porter sa propagande, et des députés ambitieux se considérant comme injustement marginalisés tant au sein du parti que de l’Exécutif.

  • 72 . Taïeb Baccouche, ministre des Affaires étrangères ; Slim Chaker, ministre des Finances ; Lazhar A (...)
  • 73 . B. Oueslati, « Nida Tounès ou la recherche de l’unité perdue… », La Presse de Tunisie, 01/03/2015

68Par ailleurs, en ce début d’année, la position de la majeure partie des députés converge avec celle de Hafedh Caïd Essebsi. Ils veulent eux-aussi avoir leur mot à dire dans la conduite du parti et expriment leur mécontentement et leur défiance vis-à-vis du Comité constitutif, d’autant que la plupart de ses membres sont entrés soit au gouvernement, soit à la présidence72. Les négociations sont alors engagées entre les différents protagonistes pour définir les modalités de l’élargissement de la sphère de décision dans le parti. Les cadres des instances de Nidaa Tounes (Comité constitutif, Bureau exécutif, coordinateurs régionaux) et ses députés se mettent d’accord pour élire un Bureau politique. Composé de 30 personnalités, il se répartirait entre les 14 membres du Comité constitutif, préalablement élargi et 16 autres élus, à parts égales, parmi les députés et les membres du Bureau exécutif73.

  • 74 . Ancien militant du Parti communiste tunisien, puis de ses successeurs (le mouvement Ettajdid, le (...)
  • 75 . L’article 2 de la loi organisant les partis, exige l’accord unanime des membres du Comité constit (...)
  • 76 . M. Jaibi, « Nida Tounes : ça tourne en rond », La Presse de Tunisie, 8/03/2015 ; N. Fatnassi, « C (...)

69L’élargissement du Comité constitutif avait été suggéré, peu avant sa démission de la présidence du parti, par Béji Caïd Essebsi lui-même. Il avait proposé d’y faire entrer trois nouveaux membres : son fils, Mohamed Ennaceur, vice-président du parti et futur président par intérim, ainsi que Fadhel Omrane, président du groupe parlementaire et ancien membre du comité central du RCD. Il est également prévu que Boujemaa Remili74, membre fondateur, succède au poste de directeur exécutif à Ridha Belhaj, nommé directeur du cabinet présidentiel. Mais la situation s’envenime entre les partisans de Hafedh Caïd Essebsi et ceux de Mohsen Marzouk. Au motif de l’absence de la signature de Taïeb Baccouche au bas du document officialisant la nomination de ces trois membres, Lazhar Akrémi, proche de Mohsen Marzouk, affirme le 7 mars que les nominations de Hafedh Caïd Essebsi, Mohamed Ennaceur et Fadhel Omrane sont illégales75. Et d’accuser Hafedh Caïd Essebsi, qu’il surnomme « Monsieur successeur » (al-sayyid al-warîth en arabe) d’« ourdir un complot » pour mettre la main sur le parti, d’autant plus que Nabil Karoui annonce sa candidature au Comité constitutif au motif qu’il aurait participé à la fondation de Nidaa et contribué à sa victoire électorale76.

70Nessma TV se positionne sans complexe en partisan déclaré de Hafedh Caïd Essebsi. Le 8 mars, dans une émission spéciale sur la crise de Nidaa, Khemaïes Ksila lit une pétition dans laquelle un « courant correctif » (Tayyâr tashîhî en arabe) composé de députés, de membres du Bureau exécutif et des coordinateurs régionaux, appelle à l’élection du Bureau politique et dénonce la confiscation du pouvoir par le Comité constitutif. Celui-ci, « incapable d’assumer ses responsabilités doit être dissous » et doit voir ses « responsabilités transférées au Bureau politique »77.

  • 78 . B. Oueslati, « Veillée d’armes et possible sortie de crise », La Presse de Tunisie, 11 mars 2015

71Bien évidemment, derrière ce mouvement « correctif », qui appelle également la tenue d’une réunion exceptionnelle d’un Conseil national « afin de débattre de la crise » et « adopter une nouvelle feuille de route », se trouve Hafedh Caïd Essebsi78.

  • 79 . S. Soudani, « Comment Nidaa Tounes en est-il arrivé là ? », Nawaat, 16/03/2015, <https://nawaat.o (...)
  • 80 . Le 13 mars, le comité constitutif publie un communiqué dans lequel il considère que la tenue dudi (...)
  • 81 . Businessnews, « Le Conseil national de Nidaa Tounes recommande d’intégrer Nabil Karoui à l’instan (...)

72Mis ainsi sous pression, le Comité constitutif fixe la date de l’élection du Bureau politique au 22 mars79. Afin d’établir un rapport de force décisif en leur faveur, Hafedh Caïd Essebsi et ses partisans maintiennent l’idée d’organiser le 14 mars un Conseil national contre la volonté du Comité constitutif80. Le rassemblement remporte, semble-t-il, un franc succès : 800 cadres et militants du partis (des députés, des membres du Bureau exécutif et des coordinations régionales) y assistent. Hafedh Caïd Essebsi et ses affidés y expriment leurs revendications : transférer les prérogatives de Comité constitutif à un Bureau politique composé de ses membres et de 30 autres choisis après élection ou accord entre les membres du Bureau exécutif ; intégrer Nabil Karoui dans le Comité constitutif ; inclure tous les députés du bloc de Nidaa Tounes dans le Bureau exécutif ; intégrer les 24 coordinateurs régionaux dans le corps électoral habilité à élire le Bureau politique ; interdire aux membres du parti exerçant une fonction au sein du gouvernement ou à la présidence d’assumer une responsabilité au sein du Bureau politique, réunir périodiquement le Bureau politique en tant que Bureau élargi aux coordinateurs régionaux et aux membres du gouvernement adhérents du parti81.

  • 82 . Selon la nomenclature de la journaliste Donia Hafsa les 20 élus se répartissent de la manière sui (...)

73Les médiations effectuées par certains députés débouchent sur un compromis entre Hafedh Caïd Essebsi et le Comité constitutif. Ce dernier accepte de coopter Hafedh Caïd Essebsi, Mohamed Ennaceur et Fadhel Omrane, ainsi que d’opérer un élargissement mesuré du Bureau politique. Celui-ci comprendra 34 hauts cadres du parti dont les 14 membres du Comité constitutif, dix représentants du Bureau exécutif et dix députés du parti. Les élections se déroulent effectivement le 22 mars, mais les résultats sont une déception pour le courant correctif : aucun de ses candidats n’est élu. En revanche, le scrutin consacre la victoire d’une majorité de cadres du RCD dissous et d’une minorité de syndicalistes et de personnalités de gauche82.

  • 83 . Peu après sa désignation à la tête du parti, Mohsen Marzouk accompagne Béji Caïd Essebsi lors de (...)
  • 84 . Homme d’affaires et ancien député du RCD, Faouzi Elloumi est le principal mécène du parti. Dans l (...)
  • 85 . N. Fatnassi, « Nidaa Tounes. La fin des dissensions ? », Réalités, 21/05/2015.

74Aussi cette élection ne signifie aucunement la fin de la compétition pour le contrôle du parti. Les membres du Bureau politique doivent désigner un secrétaire général, mission dont ils s’acquittent sans trop de difficultés. La fonction échoit le 13 mai à Mohsen Marzouk qui est alors soutenu par président de la République83. Mais il a dû accepter la présence à ses côtés de trois vice-présidents, en l’occurrence Hafedh Caïd Essebsi, Taïeb Baccouche et l’homme d’affaires Faouzi Elloumi qui affirme représenter son propre courant politique dans le parti84. Par ailleurs, le Bureau politique ayant consacré le principe de « non-cumul des fonctions exécutives au sein de l’État », le nouveau secrétaire général doit renoncer à sa fonction de conseiller du président de la République85.

Un congrès pour la maîtrise du parti

75Cette désignation s’avère être une victoire à la Pyrrhus pour Mohsen Marzouk. Dans l’optique de l’organisation du congrès et de la prise de contrôle du parti, Hafedh Caïd Essebsi n’a pas renoncé à isoler son adversaire.

  • 86 . Au mépris de l’article 76 de la Constitution qui prévoit dans son dernier alinéa que « le préside (...)

76Alors que Mohsen Marzouk repousse plusieurs fois la date du congrès du parti initialement prévu le 15 juin, le fils du président insiste sur la nécessité de tenir rapidement ledit congrès, officiellement pour donner la parole à la base du parti. Après l’échec d’une tentative de conciliation sous la houlette du président de la République entre les deux adversaires86, Hafedh Caïd Essebsi propose la tenue à Djerba les 17 et 18 octobre, d’une « conférence » des militants du parti pour accélérer la marche de Nidaa Tounes vers son premier congrès.

  • 87 . B. Oueslati, « Réunion du Bureau exécutif de Nida Tounes. Des décisions et des attentes », La Pre (...)

77En fait, cette réunion constitue l’occasion pour Caïd Essebsi junior de compter ses partisans et d’établir un rapport de force numérique en sa faveur. Mohsen Marzouk l’a bien compris et tente de faire avorter le rassemblement de Djerba en convoquant le 16 octobre une réunion du Bureau exécutif à Gammarth. Présidée par Mohamed Ennaceur, ladite réunion, est boycottée par Hafedh Caïd Essebsi. Les membres présents saisissent l’occasion pour dénoncer « toute velléité de dissidence » et pour « lancer un rappel à l’ordre aux frondeurs […] qui continuent de bouder les réunions des structures exécutives du parti pour organiser des activités parallèles »87.

  • 88 . Salwa Elloumi, Anis Ghadira, Slim Chaker, puis Lazhar Karoui Chebbi. Tous ces membres du Comité c (...)

78Mais peine perdue, le constat est plutôt cruel pour Mohsen Marzouk qui sort de cette épreuve de force affaibli et isolé : une bonne partie de l’équipe gouvernementale des ministres Nidaa et certains conseillers à la présidence, dont Ridha Belhadj, ont répondu présent à Djerba. Avec le ralliement de ce dernier, Caïd Essebsi junior a fait éclater le noyau des fondateurs. Ridha Belhadj est d’ailleurs bientôt rejoint par d’autres figures du Comité constitutif88.

  • 89 . A. Dermech, « Crise à Nida Tounes, La guerre jusqu’au bout », La Presse de Tunisie, 31 octobre 20 (...)
  • 90 . Outre Hafedh Caïd Essebsi, Ridha Belhaj, Mohamed Fadhel Ben Omrane, Samah Damak, Anis Ghedira , S (...)
  • 91 . En l’occurrence celles des huit membres cités ci-dessus aux côtés de celle de Taïeb Baccouche, al (...)
  • 92 . H. Ayadi, « Nidaa Tounes après les évènements de Hammamet : la mort clinique en attendant la réun (...)

79Les participants à la conférence de Djerba adoptent une série de propositions baptisées « feuille de route du congrès constitutif du parti » dans laquelle ils exigent, entre autres, la fixation de la date définitive du congrès, ainsi que la création d’un comité d’organisation, composé de six membres élus ou nommés par les structures du parti qui auront à préparer le congrès et à déclarer le Bureau exécutif dissous89. Dans la foulée, ils revendiquent la tenue d’un Comité constitutif où désormais Hafedh Caïd Essebsi détient la majorité avec huit membres acquis90. Pour forcer la main à Mohsen Marzouk, une convocation du Comité constitutif portant 9 signatures91 est envoyée par le biais d’un huissier de justice à cinq de ses membres (Mohsen Marzouk, Lazhar Akremi, Mohamed Ennaceur, Boujemâa Remili, Lazhar Karoui Chebbi) pour leur demander de convoquer le 3 novembre une réunion urgente dudit comité. Lazhar Akrémi répond par une fin de non-recevoir à l’exigence de Caïd Essebsi junior au motif que l’organe fondateur de Nidaa a été dissous et que ses compétences ont été transférées au Bureau politique élu. En revanche, les cinq dirigeants concernés par la convocation décident de la tenue, le 1er novembre à Hammamet, d’un Bureau exécutif. Mais ce dernier dégénère rapidement. En effet, le comité d’organisation interdit à des dizaines de membres des structures régionales de pénétrer dans l’hôtel où se déroule la réunion, au motif de leur absence de la liste des invités. Ces derniers, armés de bâtons et de barres de fer, réagissent en formant un barrage pour empêcher par la force le restant des membres du Bureau exécutif, notamment les partisans de Mohsen Marzouk, d’entrer sur le lieu de la réunion92. Alors que les deux camps se rejettent l’un sur l’autre la responsabilité des violences, une trentaine de députés (dénommé le groupe des 32, mais dont le nombre est fluctuant) ayant refusé de rencontrer le président de la République qui, la veille, avait proposé sa médiation, annoncent le gel de leur adhésion au groupe parlementaire et font porter la responsabilité de la dégradation de la situation sur Hafedh Caïd Essebsi.

Congrès constitutif ou congrès électif ?

  • 93 . B. Oueslati, « Crise à Nida Tounes. Mohamed Ennaceur, médiateur avec obligation de résultat », La (...)

80Les médiations se succèdent entre les différents protagonistes au cours de novembre, mais butent sur la question de la conduite et de l’organisation du congrès de Nidaa. Le « clan » Hafedh Caïd Essebsi, revendique la tenue d’un congrès dit constitutif avec la participation des représentants des structures régionales et locales, alors que la « faction » Mohsen Marzouk, tient à la tenue d’un congrès dit électif dans lequel le Bureau exécutif et le Bureau politique joueraient les premiers rôles93.

  • 94 . Elle comprend le groupe des 32, les fidèles de Fawzi Elloumi, le Bureau exécutif et les plus proc (...)

81Cependant, les soutiens de Mohsen Marzouk n’en sont pas réellement. Ils constituent plus une nébuleuse94 qu’un « clan » : ce qui les unit se résume à leur opposition à « Monsieur successeur ».

  • 95 . À l’occasion des journées de l’entreprise organisées par l’Institut arabe des chefs d’entreprise, (...)
  • 96 . S. Ben Farhat, « La bataille de Verdun à Nida », La Presse de Tunisie, 12/11/2015.

82Face à l’enlisement du conflit et l’échec des négociations entre les deux principales factions, le président de la République, sous la pression des États-Unis et du FMI95, met tout son poids dans la balance pour résoudre la crise de Nidaa Tounes aux dépens de… Mohsen Marzouk. Il est vrai que ses propos, lors d’un meeting à Sousse, dénonçant la « corruption », la « dérive dynastique » et la « mafiaisation » de la vie politique n’ont guère été appréciés au Palais de Carthage96.

83Dans une allocution télévisée prononcée le 29 novembre, Béji Caïd Essebsi propose la constitution d’un comité des treize ayant « pour mission de rapprocher les deux ailes en conflit »97. En cas d’échec de la médiation de ce comité, un conseil national décidera de la forme que prendra le congrès.

  • 98 . Il minimise les déséquilibres de représentativité des différents courants au sein du comité des 1 (...)
  • 99 . H. Ayadi, « Crise de Nidaa Tounes : cinq remarques du groupe des 32 compliquent le travail du com (...)

84Or, ce comité des 13 est composé de 8 membres partisans de Caïd Essebsi junior. Mal accueillie par Mohsen Marzouk, qui évoque sur les réseaux sociaux des décisions douloureuses à prendre, l’initiative présidentielle est en revanche approuvée par Boujemaa Rémili nommé dans le comité98. De son côté, le groupe des 32, représenté par seulement deux membres, émet quelques réserves sur la composition de l’instance et sur ses attributions, mais salue la forme de la médiation proposée par Béji Caïd Essebsi99. Quant à Fawzi Elloumi, il loue l’initiative du président de la République tout en se réservant la possibilité de refuser les propositions présentées par le comité.

  • 100 . La Presse de Tunisie, « Une feuille de route en neuf points », 11/12/2015.
  • 101 . Lazhar Akrémi et Mohsen Marzouk étaient absents.

85Sans surprise, la feuille de route proposée par le comité des 13 le 10 décembre porte la marque du « clan » Hafedh Caïd Essebsi. Elle prévoit pour le début de 2016, la tenue d’un congrès consensuel (suivi d’un congrès électif le 31 juillet) auquel assisteront un millier de cadres du parti issus du Bureau exécutif, du conseil national, ainsi que des coordinateurs régionaux et locaux100. Les événements s’accélèrent : le 15 décembre Mohsen Marzouk remet sa démission ; le lendemain, le Comité constitutif réduit à 12 membres approuve la feuille de route101. Le 28 décembre, celle-ci est avalisée par le Bureau exécutif, alors que Mohsen Marzouk ne cache plus sa volonté de créer un nouveau parti.

  • 102 . A. Dermech, « La feuille de route des 13 avalisée », La Presse de Tunisie, 28/12/2015.

86Fin 2015, la victoire de Caïd Essebsi junior semble totale. Certes le groupe des 32 a boycotté le Bureau exécutif, mais en cette fin d’année, seuls trois députés ont signé leur lettre de démission du bloc Nidaa à l’Assemblée, en dépit des menaces réitérées d’une démission collective102.

Une opposition politique atone, un mouvement islamiste en position d’attente

87On notera que, tout au long des épisodes qui ont ponctué la crise du parti, non seulement l’opposition ne s’est guère montrée offensive, mais le mouvement Ennahdha a ménagé Nidaa Tounes et le gouvernement de Habib Essid.

88La faiblesse de l’opposition apparaît flagrante à l’ARP. Le Front populaire première force d’opposition ne compte que 15 sièges, suivi de loin par le Congrès pour la République (4) et le Courant démocrate (3). Le Mouvement dirigé par Hamma Hammami s’est surtout fait entendre au moment des débats de la loi de finance de 2016, décrite comme un texte portant la marque de l’ultralibéralisme et visant à blanchir des hommes d’affaires de l’ancien régime. Pour le reste, le mouvement a surtout été marqué par les invectives échangées entre la veuve de Choukri Belaïd, Basma Khalfaoui et le président du Front, Hamma Hammami103.

  • 104 . S. Soudani, « Naissance d’al-Irada, scission de Nidaa, le chassé-croisé qui bouleverse la donne p (...)
  • 105 . Kapitalis, « Le torchon brûle déjà entre le CPR et le Harak », <http://kapitalis.com/tunisie/2016 (...)

89Ce n’est pas la naissance à la fin de l’année du nouveau parti de Moncef Marzouki qui change la donne. Certes, lorsque l’ancien président de la République, lance, le 20 décembre, le Mouvement Tunisie Volonté, il entend bien capitaliser sur les échecs de l’Exécutif et sur les luttes factionnelles au sein de Nidaa Tounes : dénonçant la volonté d’amnistier les fraudeurs et les corrompus de l’ancien régime, le nouveau parti se présente comme l’alternative à la « restauration » et à la « normalisation de la corruption »104. Mais peine perdue, le mouvement est dès le début de 2016 marqué par des départs et le refus de dirigeants du CPR, anciens compagnons de route de Moncef Marzouki, d’unir leur parti au destin du Mouvement Tunisie volonté105.

  • 106 . S. Soudani, « 2015, année de l’apathie politique », op. cit.

90Quant au mouvement Ennahdha, dont on aurait pu penser qu’il se saisirait des faiblesses de Nidaa Tounes pour revendiquer une part plus grande du pouvoir, il « s’est comporté tel un fidèle figurant capable même de jeu passif pourvu que son allié ne s’écroule pas »106.

  • 107 . À titre d’exemple, voir Al-Dhamîr, « Khaled Chouket à Al-Dhamîr : l’initiative du président de la (...)

91Le parti n’a pas pour autant affiché une neutralité bienveillante vis-à-vis des acteurs du conflit de Nidaa Tounes. Par son organe de presse, Al-Fajr, et à travers le quotidien Al-Dhamîr, Ennahdha a apporté son soutien aux partisans de Hafedh Caïd Essebsi107. Tout au long de l’année, le parti islamiste n’a pas perdu une occasion de rappeler son rapprochement avec Nidaa Tounes, fruit du « consensus » tunisien.

92Le gendre de Rached Ghannouchi et ancien ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem, a fait grand bruit en révélant, dans une interview donnée à la radio nationale tunisienne, que le leader d’Ennahdha avait voté en faveur de Béji Caïd Essebsi, au motif qu’« il avait la conviction que l’intérêt national nécessitait l’entente entre eux deux »108. Il a également affirmé avoir organisé, avec le concours de Hafedh Caïd Essebsi et de Raouf Khammassi, la rencontre de Paris d’août 2013, entrevue entre Rached Ghannouchi et Béji Caïd Essebsi qui allait ouvrir la voie au retrait d’Ennahdha du gouvernement début 2014 et à son entrée dans celui de Habib Essid l’année suivante. Aussi Rached Ghannouchi s’est-il fait en 2015 le meilleur défenseur de Béji Caïd Essebsi apportant sa caution à l’action politique du président de la République.

93Les prises de position du fondateur d’Ennahdha donnent ainsi le sentiment à certains organes de presse, résolument inscrits dans une posture oppositionnelle à l’égard des gouvernants, de l’existence d’une sorte de condominium Béji Caïd Essebsi/Rached Ghannouchi sur le pouvoir politique en Tunisie. Le « consensualisme » affiché par les fondateurs des deux plus grandes formations politiques du pays serait alors le symptôme d’une « régression démocratique »109. À la présidentialisation du régime politique correspondrait une forme de présidentialisation du pouvoir au sein d’Ennahdha, autour de la figure historique de Rached Ghannouchi. Cette convergence présidentialiste pourrait in fine déboucher sur un unanimisme politique, antinomique d’un exercice pluraliste de la démocratie.

  • 110 . F. Dahmani, « Ennahdha fait sa mue », Jeune Afrique, 14/06/2015.
  • 111 . Id.

94De manière générale, le mouvement de Rached Ghannouchi a largement lissé son image et s’affiche comme un parti respectable et respectueux des règles du jeu : les « faucons » du parti, en l’occurrence Sadok Chourou et Habib Ellouze, ont été écartés du Bureau politique et désormais les interventions des députés nahdhaouis à l’ARP sont soigneusement calibrées pour éviter tout dérapage110. Pour autant, le Bureau politique du parti, tout à la préparation de son 10e congrès prévu pour 2016 ne peut pas négliger l’avis du Majles al-Choura « caisse de résonance des militants, dont certains ont du mal à accepter l’actuelle alliance avec Nidaa Tounes et estiment qu’Ennahdha a déjà fait trop de concessions »111. Par conséquent, sur certaines questions sociopolitiques, notamment celle de la gestion de la sphère religieuse, la direction du mouvement doit donner des gages à ses bases militantes.

  • 112 . F. Frégosi, « Bourguiba et la régulation institutionnelle de l’islam. Les contours audacieux d’un (...)

95Aussi la seule pierre d’achoppement entre Ennahdha et le gouvernement en 2015 a-t-elle concerné la politique menée par le ministre des Affaires religieuses, Othman Battikh, ancien mufti de la République sous Ben Ali. Ce dernier s’est vu confié par le chef du gouvernement la mission de renouer avec une forme de « gallicanisme » bourguibien qui subordonne la sphère religieuse à l’État112. L’objectif est alors de reprendre le contrôle de l’ensemble des mosquées investies par des prêcheurs auto-proclamés, accusés par les autorités de faire l’apologie du jihad.

  • 113 . F. Ksibi, « Protestations des imams limogés. Les jérémiades des “inchâtiés” », La Presse, 19/10/2 (...)

96Pour ce faire le ministère des Affaires religieuses décide, à la mi-octobre, d’écarter de la direction de la prière certains imams controversés. Trois figures sont particulièrement visées : Noureddine Khademi, prêcheur de la mosquée El Fath, pour avoir permis à la chaîne satellitaire Al-Jazeera de transmettre en direct la prière de l’Aïd ; Chihâb Eddîne Tlîch de la mosquée de Montfleury, secrétaire général du syndicat des imams et des cadres des mosquées, affilié à la Fédération tunisienne du travail, l’une des organisations concurrentes de l’UGTT, accusé de développer ses activités syndicales sur les lieux de culte ; last but not least, Ridha Jaouadi, prêcheur de la mosquée Al-Lakhmi à Sfax, pour avoir organisé une réunion syndicale dans ladite mosquée113.

  • 114 . H. Ayadi, « Lajimi Lourimi : “les affaires religieuses ne sont pas le monopole d’Ennahdha”, “le d (...)
  • 115 . M. Dhifallah, « Le ministre Battîkh face aux protestations (en arabe) », Al-Fajr, 23/10/2015.
  • 116 . F. Ennaceur, « L’imamat et la politique. L’imamat est-elle une simple fonction administrative ? L (...)

97Ces affaires ont provoqué les interventions de plusieurs cadres dirigeants d’Ennahdha qui ont pris la défense des imams « révoqués » et soutenu leurs manifestations de protestations. Alors que le député nahdhaoui, Imed Hammami, voit dans ces imams « injustement sanctionnés » les garants de la « sécurité spirituelle » des croyants, Lajmi Lourimi, responsable de la communication d’Ennahdha, en appelle à la tenue d’un dialogue national religieux afin de d’organiser au mieux les rapports entre État et religion114. La presse nahdhaouie monte au créneau pour appuyer les revendications du syndicat des imams qui exigent le limogeage de Othman Battikh115. Par un argumentaire à front renversé, elle s’en prend à un gouvernement qui intervient dans le domaine religieux pour imposer aux croyants des imams dont ils ne veulent pas. Ce sont les adeptes d’une forme de « laïcité » qui violeraient allègrement ses principes : « Par un paradoxe étrange, les tenants d’un raisonnement qui consiste à afficher le slogan “pas de religion en politique” et “pas de politique en religion” sont les mêmes qui aujourd’hui tentent de domestiquer la religion et d’imposer leur hégémonie dans les affaires spirituelles à travers l’appareil d’État et ses institutions »116.

98La campagne menée par Ennahdha contre Othman Battikh ne sera pas sans effet, puisque celui-ci sera l’une des victimes du remaniement ministériel du début de 2016.

Conclusion

  • 117 . S. Soudani, « 2015, l’année de l’apathie politique », op. cit.
  • 118 . P. Rosanvallon, « Le bon gouvernement », Seuil, Paris, 2015.

99L’année 2015 a-t-elle été l’année de « l’apathie politique »117 ? Certes l’ARP a pu apparaitre comme une simple chambre d’enregistrement, se contentant d’approuver les projets de loi gouvernementaux. Mais cette caractéristique n’est pas le propre de la Tunisie, certaines vieilles démocraties représentatives ayant elles-mêmes sacrifié à l’existence d’un « Exécutif fort » depuis la seconde moitié du XXe siècle118. En fait, 2015 donne plutôt le sentiment d’avoir été l’année de l’impuissance politique et, plus précisément, celle de l’impuissance présidentielle. Les médiations de Béji Caïd Essebsi au sein de Nidaa Tounes n’ont pas empêché la sécession de Mohsen Marzouk et de ses partisans. L’ambition présidentielle de créer un parti hégémonique dans la société tunisienne à l’image de ce qu’étaient le Néo-Destour, voire le RCD, apparaît de plus en plus difficile à réaliser. Le projet de loi présidentiel de réconciliation économique et financière n’a pas été voté, comme prévu, par l’ARP au dernier trimestre 2015. Le président de la République semble désormais attendre des jours meilleurs pour relancer une initiative.

100Le chef du gouvernement n’a pas été logé à meilleure enseigne au cours de cette année 2015. Il a dû chercher, en étroite association avec le président de la République, l’établissement d’un consensus entre les quatre partis de la coalition, notamment en ce qui concerne les nominations dans la haute fonction publique. Le remaniement ministériel du début de l’année 2016 a donné à penser à la majeure partie de la presse tunisienne, quelle que soit ses options politiques, qu’il avait été pensé bien plus à Carthage qu’à la Kasbah, selon des quotas répartis entre les participants à la coalition gouvernementale119.

101Ces jeux institutionnels et ces compétitions pour le partage des postes ministériels ne créent pas les conditions d’une reprise de la croissance économique. Les politiques publiques conduites par les autorités n’ont fait reculer ni les disparités régionales, ni le chômage, deux phénomènes gros des futures tensions sociales, politiques et sécuritaires que pourrait connaître la Tunisie.

أعلى الصفحة

حواشي

1 . Les résultats présentés dans cet article sont issus du projet « Problèmes publics et militantisme au Maghreb. La participation sociale et politique des jeunes dans leur dimension locale et transnationale », financé par le Ministère espagnol de l’Économie et de la compétitivité (CSO2014-52998-C3-2-P) (2014-2017). Pour faire sortir de l’ornière une transition politique tunisienne embourbée dans une bipolarisation « islamiste/séculariste » génératrice de violences, l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), de concert avec l’Union tunisienne de l’artisanat et du commerce (UTICA), la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme et l’Ordre national des avocats de Tunisie, avait proposé en 2012, puis en 2013, de parrainer un Dialogue national. Ce quartet d’organisations allait faire adopter par les principales formations politiques représentées à l’ANC et regroupées au sein du Dialogue national – sorte de mini-parlement informel – une feuille de route destinée à parachever la transition par l’organisation, au plus tard fin 2014, des élections législatives et présidentielle.

2 . J. Laroche, « Passage au crible n° 137 – L’engagement du Nobel contre l’islamisme », Chaos international, < http://www.chaos-international.org/pac-137-lengagement-du-nobel-contre-lislamisme/ >

3 . R. Lahmar, « 2016 : entre espoirs et appréhensions », Réalités, 1/01/2016

4 . M. S. Okkez, « Les artisans de la paix confrontés à de graves contradictions (en arabe) », Nawaat, 13/10/2015, < https://nawaat.org/portail/2015/10/13/صنّاع-السلام-في-مواجهة-التناقضات-الك/ >

5 . Principal parti de l’opposition au mouvement islamiste Ennahdha et au gouvernement de la Troïka de 2012 à 2013, Nidaa Tounes, fondé par le très bourguibien Béji Caïd Essebsi en juin 2012, s’est posé jusqu’aux élections de 2014 comme un fédérateur de toutes les sensibilités politiques tunisiennes anti-nahdhaouies.

6 . Pour affirmer le caractère parlementaire des institutions, la terminologie officielle consacre l’usage de l’expression chef du gouvernement. Par commodité de langage nous utiliserons également la locution Premier ministre.

7 . Universitaire, ancien secrétaire général de l’UGTT, il a longtemps été proche du Parti communiste tunisien.

8 . N. Fatnassi, « Choix du chef de gouvernement. Accouchement difficile », Réalités, 8/01/2015.

9 . La Presse de Tunisie, « Crise et scission à Nida Tounes - Entretien avec M. Hatem M’rad », 5 /11/2015.

10 . Chef de cabinet auprès des ministres de l’Agriculture et de l’Intérieur dans les années 1990, il a été successivement secrétaire d’État auprès des ministres de l’Agriculture et de l’environnement entre 2001-2003. Nawaat, « Habib Essid, l’homme des trois ères, chef du gouvernement » (en arabe), 5/01/2015, <http://nawaat.org/portail/2015/01/05/الحبيب-الصيد-رجل-العهود-الثلاثة-رئيسا/ >

11 . N. Fatnassi, op. cit., p. 9.

12 . S. Soudani, « L’absurde gouvernement Essid », Nawaat, 25/01/2015, <http://nawaat.org/portail/2015/01/25/labsurde-gouvernement-essid/ >

13 . Telle est l’analyse de Aziz Krichen (ancien conseiller du président de la République, Moncef Marzouki) dans son ouvrage La promesse du printemps, Tunis, Script Editions, 2016, p. 37.

14 . H. Ajroudi, « Vote de confiance du gouvernement. Le oui… mais de l’ARP », Réalités, 12/02/2015.

15 . 167 voix pour, 30 contre, 8 abstentions. Voir le site Marsad Majles, <http://majles.marsad.tn/2014/fr/vote/54d3755f12bdaa7fd95ef795 >

16 . Comme la promesse d’augmenter l’allocation mensuelle versée aux familles des plus démunies de 120 à 150 dinars et l’effacement de la dette pour les petits agriculteurs, à condition que celle-ci ne dépasse pas 2 000 dinars.

17 . Ancien coordinateur régional de Nidaa Tounes, ce dernier est accusé d’avoir « un passé RCdiste ». S. Soudani, « Première crise du quartet gouvernemental », Nawaat, 16/04/2015, <https://nawaat.org/portail/2015/04/16/premiere-crise-du-quartet-gouvernemental/ >

18 . A. Dermech, « Le gouvernement Essid sous pression », La Presse de Tunisie, 21/04/2015.

19 . M. S. Okkez, « Nomination des gouverneurs : le retour de l’État-Parti », Nawaat, 10/09/2015, <https://nawaat.org/portail/2015/09/10/tunisie-nomination-des-gouverneurs-le-retour-de-etat-parti/ >

20 . L’équivalent du sous-préfet français.

21 . D. Hafsa, « Révision de certains noms de la première liste des délégués (en arabe) », Al-
Maghreb
, 23/10/ 2015.

22 . Y. Essid, « Qui est derrière les dernières nominations de délégués ? (en arabe) », Al-Fajr, 23/10/2015.

23 . « La grande erreur de Béji Caïd Essebsi, déclare-t-il à l’hebdomadaire Réalités, a été de se présenter à la présidence de la République à un moment crucial de l’existence de Nidaa Tounes […]. Il a quitté le navire pour aller dans un yacht. C’est impardonnable » : « Lazhar Akremi s’indigne », 22/10/2015.

24 . S. Soudani, « Éviction du ministre de la Justice : la tentation autoritaire », Nawaat, 25/10/2015, <https://nawaat.org/portail/2015/10/25/eviction-du-ministre-de-la-justice-la-tentation-autoritaire/ >

25 . Id.

26 . ICG, « Réforme et stratégie sécuritaire en Tunisie », 23/07/2015, <http://www.crisisgroup.org/fr/regions/moyen-orient-afrique-du-nord/afrique-du-nord/Tunisia/161-reform-and-security-strategy-in-tunisia.aspx >

27 . W. Mejri, « Attentats de Tunis : l’enquête perturbée », Inkifada, 30/11/2015, <https://inkyfada.com/2015/11/attentat-de-tunis-lenquete-perturbee/ >

28 . Deux principaux groupes jihadistes dont la base arrière se situe dans la Mont Chaambi à la frontière algérienne séviraient en Tunisie. Le premier, Okba Ibn Nafa est, selon Michaël Béchir Ayari, allié avec al-Qaïda au Maghreb islamique, alors que le second Jounoud al-khilafa se serait rapproché de l’organisation de l’État islamique. Ces groupes seraient désireux de voir la situation se détériorer en Libye afin de faire une jonction avec les jihadistes de ce pays et déstabiliser ainsi la Tunisie par « une série d’attaques spectaculaires ». Constitués d’environ 200 membres, ils recruteraient et bénéficieraient de réseaux de soutiens dans une population péri-urbaine déshéritée : « La Tunisie saura-t-elle montrée l’exemple ? », Le Monde, 02/12/2015.

29 . Magazine en ligne créé par des jeunes militant et journalistes de « gauche » transfuges du site Nawaat. Son titre construit à partir du substantif anglais ink (encre) et du verbe arabe fadha (déborder) signifie « l’encre déborde ».

30 . L’ouvrage en question définit cinq étapes pour prendre le pouvoir : la première, plutôt quiétiste, vise à développer la prédication et l’action sociale, la deuxième, est celle de l’évaluation de la situation et de l’état du rapport de force, la troisième consiste à multiplier les attentats politiques et attaques ciblées, la quatrième est l’étape dite des faux barrages et des ceintures explosives et la cinquième, celle de l’immersion a pour objectif l’effondrement de l’État impie. Voir W. Mejri, « Stratégie terroriste en Tunisie : de la propagande à l’immersion », Inkifada, 27/06/2015, <https://inkyfada.com/2015/06/strategie-terroriste-tunisie-propagande-immersion/ >

31 . Id.

32 . H. Chennaoui, « Attaque du Bardo : un laxisme sécuritaire dont personne ne parle », Nawaat, 20/03/2015, <https://nawaat.org/portail/2015/03/20/attaque-de-bardo-un-laxisme-securitaire-dont-personne-ne-parle/ > ; « Après l’attentat de Sousse, quand la guerre contre le terrorisme rime avec restriction des libertés », Nawaat, 12/07/2015, <http://nawaat.org/portail/2015/07/12/apres-lattentat-de-sousse-quand-la-guerre-contre-le-terrorisme-rime-avec-restriction-des-libertes/ >

33 . Id.

34 . La Tunisie a également entrepris la construction d’un mur sur la frontière tuniso-libyenne, en fait un rempart de sable de 2 mètres de haut avec des tranchées remplies d’eau salé. Cet ouvrage, voué à s’étendre le long de 168 Km sur les 520 que compte la frontière, est censé prévenir l’infiltration de jihadistes venant de Libye. M. Galtier, « Frontière tuniso-libyenne :“Ce mur empêchera surtout les citoyens de vivre”», Libération, 30 septembre 2015,<http://www.liberation.fr/planete/2015/09/30/ce-mur-empechera-surtout-les-citoyens-normaux-de-vivre_1394511 >

35 . La présidence charge également le ministre de l’Intérieur et les gouverneurs du contrôle administratif des personnes suspectées de terrorisme. Gh. Ben Khelifa, « Décisions et réponses officielles à la suite de l’opération de l’avenue Mohamed V (en arabe) », Nawaat, 25/11/2015, <https://nawaat.org/portail/2015/11/25/قرارات-وردود-الفعل-الرسميّة-على-إثر-عم/ >

36 . Inkyfada, « État d’urgence : ni droits, ni lois », 10/12/2015, <https://inkyfada.com/2015/12/terrorisme-excuse-droit-liberte-atteinte-police-tunisie/>

37 . N. Fatnassi, « Droits de l’Homme et lutte contre le terrorisme. L’impossible compatibilité », Réalités, 16/04/2015.

38 . Texte reproduit sur le site d’Amnesty International, « Tunisie. La loi antiterroriste met en péril les droits fondamentaux, il faut adopter des garanties », <http://www.amnesty.fr/Presse/Communiques-de-presse/Tunisie-La-loi-antiterroriste-met-en-peril-les-droits-fondamentaux-il-faut-adopter-des-garanties-15773>

39 . Id.

40 . Id.

41 . Le président Béji Caïd Essebsi cité par O. Belhassine, « Tunisie : le Président contre la justice transitionnelle (1/3) », Justiceinfo.net, 24/08/2015, <http://www.justiceinfo.net/fr/component/k2/1729-tunisie-le-vieux-président-contre-la-justice-transitionnelle.html >

42 . Cette autorité indépendante de la justice transitionnelle, créée par la loi organique du 24 décembre 2013, est censée établir les responsabilités des exactions commises par le régime politique issu de l’indépendance.

43 . Ces deux institutions ont été respectivement créées en mars et novembre 2011 par décrets lois.

44 . Réalités, « Réconciliation nationale. Une nouvelle pomme de discorde », 23/07/2015.

45 . Id.

46 . O. Belhassine, « Tunisie : le Président contre la justice transitionnelle (2/3), l’Instance s’insurge », Justiceinfo.net, 28 août 2015, <http://www.justiceinfo.net/fr/component/k2/1780.html?Itemid=102 >

47 . Projet de loi organique se rapportant aux mesures relatives à la réconciliation dans le domaine économique et financier (en arabe), téléchargé sur le site de Nawaat, <https://nawaat.org/portail/2015/07/24/المصالحة-الوطنيّة-تدعيم-للمسار-الانت/ >

48 . Id.

49 . Id.

50 . O. Belhassine, « Tunisie : le Président contre la justice transitionnelle (2/3), op. cit.

51 . Id.

52 . Voir la déclaration du 9 août de Rached Ghannouchi : « Nous sommes pour la réconciliation, quant aux détails, ils peuvent être discutés. Le projet peut être amendé, mais il passera », Tuniscope, « Rached Ghannouchi : Le projet de réconciliation passera », <http://www.tuniscope.com/article/75779/actualites/partis/ghannouchi-reconciliation-285117 >

53 . S. Soudani, « L’arbitrage économique, ou l’arbre qui cache la forêt », Nawaat, 16/08/2015, <https://nawaat.org/portail/2015/08/16/larbitrage-economique-ou-larbre-qui-cache-la-foret/ >

54 . O. Belhassine, « Tunisie : le Président contre la justice transitionnelle (3/3), la société civile contre-attaque », Justiceinfo.net, 31/08/2015, <http://www.justiceinfo.net/fr/component/k2/1816-tunisie-le-président-contre-la-justice-transitionnelle-3-,-la-société-civile-contre-attaque.html >

55 . S. Chellali, « Tunisie : Sihem Bensedrine et Azyz Amami, premiers à tomber sous le coup de la loi antiterroriste », Jeune Afrique, 24/08/2015, <http://www.jeuneafrique.com/259177/politique/tunisie-sihem-bensedrine-azyz-amami-premiers-a-tomber-coup-de-loi-antiterroriste/ >

56 . N. Fatnassi, « Réconciliation économique et financière. Les raisons de la discorde », Réalités, 20/08/2015.

57 . Gh. Ben Khelifa, « La société civile se prépare à faire front contre le projet de loi de réconciliation économique » (en arabe), Nawaat, 25/08/2015, <https://nawaat.org/portail/2015/08/25/المجتمع-المدني-يُعِدّ-نفسه-للتصدّي-لم/>

58 . Plate-forme de la coalition, téléchargé sur le site de Nawaat, <https://nawaat.org/portail/2015/08/25/المجتمع-المدني-يُعِدّ-نفسه-للتصدّي-لم/ >

59 . Id.

60 . O. Belhassine, « Tunisie : le Président contre la justice transitionnelle (3/3) », op. cit. Il s’agit de faire capoter le projet présidentiel en collectant, comme le précise l’avocat Omar Safraoui, « les trente signatures des députés qui désapprouvent l’initiative pour appeler à sa révision devant l’Instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des lois ».

61 . Id.

62 . Le 27 août 2015, de jeunes activistes lancent la campagne Manich Msemeh en formant des coordinations régionales au niveau des gouvernorats. Des rassemblements réunissant de quelques dizaines à quelques centaines de personnes sont organisés dans les différents centres urbains du pays entre le 27 août et le 17 octobre. Voir H. Chennaoui, « Retour de Manich Msamah contre le projet du président », Nawaat, 19/10/2015, <https://nawaat.org/portail/2015/10/19/retour-de-manich-msamah-contre-le-projet-du-president/ >

63 . D. Tolbert, « Tunisia’s “Reconciliation Bill” threatens Gains of the Révolution », <https://www.ictj.org/news/tunisia-reconciliation-bill-danger-gains-revolution >

64 . Commission européenne pour la démocratie par le droit, « Avis intérimaires sur les aspects institutionnels du projet de loi sur les procédures spéciales concernant la réconciliation dans les domaines économique et financier », Conseil de l’Europe, <http://www.venice.coe.int/webforms/documents/default.aspx?pdffile=CDL-AD(2015)032-f>

65 . M. S. Okkez, « L’article 61 : une fenêtre d’opportunité pour le retour de la loi sur la réconciliation économique » (en arabe), Nawaat, 11/12/2015, <https://nawaat.org/portail/2015/12/11/الفصل-61-شبّاك-العودة-لقانون-المصالحة-ا/>. Les dispositions en question ont été censurées par l’Instance provisoire de contrôle de constitutionnalité des lois (IPCC).

66 . A. Ltifi, « Nidaa entre la rationalité du projet et la rationalité du parti instrument », Al-
Maghreb
, 3/11/2015.

67 . Ses adversaires politiques considèrent qu’il n’a guère été un militant actif des droits de l’Homme en Tunisie même.

68 . S. Ghorbel, « Tunisie : Mohsen Marzouk, l’éminence grise de BCE », Jeune Afrique, 21/01/2015, http://www.jeuneafrique.com/34666/politique/tunisie-mohsen-marzouk-l-minence-grise-de-bce/

69 . Les structures régionales et locales de Nidaa Tounes se sont constituées autour de « coordinations », elles-mêmes représentées par un « coordinateur » par région, choisi par le Comité fondateur du parti et son président, Béji Caïd Essebsi. Selon M’hamed Jaibi les coordinateurs régionaux ont été chargés de désigner le Bureau de leur « coordination », puis de choisir les coordinateurs au niveau local. Nominations sur lesquelles serait intervenue par la suite la commission des structures que préside Hafedh Caïd Essebsi. Voir M. Jaibi, « Sous le signe de la “coordination” », La Presse de Tunisie, 26/04/2015. Par ailleurs, selon l’historien Adel Ltifi, les membres de ces structures sont des anciens cadres de 3e et 4e rang du RCD, pour la plupart ex-coordinateurs des cellules du parti présidentiel dissous, op. cit.

70 . Businessnews, « Walid Jalled ramène une note d’écoute et appelle à l’ouverture d’une enquête », <http://www.businessnews.com.tn/walid-jalled-ramene-une-note-decoute-et-appelle-a-louverture-dune-enquete,520,54201,3 >

71 . S. Ghorbal, « Règlements de compte à Nidaa Tounes », Jeune Afrique, 22/11/2015.

72 . Taïeb Baccouche, ministre des Affaires étrangères ; Slim Chaker, ministre des Finances ; Lazhar Akrémi, ministre auprès du chef du gouvernement chargé des Relations avec l’Assemblée des représentants du peuple ; Anis Ghedira, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire chargé de l’Habitat ; Ridha Belhadj, chef du cabinet du président de la République et Mohsen Marzouk.

73 . B. Oueslati, « Nida Tounès ou la recherche de l’unité perdue… », La Presse de Tunisie, 01/03/2015.

74 . Ancien militant du Parti communiste tunisien, puis de ses successeurs (le mouvement Ettajdid, le Pôle démocratique moderniste), il a été le secrétaire général adjoint de la voie démocratique et sociale (parti de gauche né de la fusion entre Ettajdid, le Parti du travail tunisien et des indépendants du Pôle démocratique moderniste), avant de participer à la création de Nidaa Tounes.

75 . L’article 2 de la loi organisant les partis, exige l’accord unanime des membres du Comité constitutif pour toute cooptation au sein de la direction officielle d’un parti.

76 . M. Jaibi, « Nida Tounes : ça tourne en rond », La Presse de Tunisie, 8/03/2015 ; N. Fatnassi, « Crise au sein de Nidaa Tounes. Règlement de comptes post-élections », Réalités, 12/03/2015.

77 . Voir l’émission sur le site Youtube, < https://www.youtube.com/watch?v=iEtTeJRYEEc >

78 . B. Oueslati, « Veillée d’armes et possible sortie de crise », La Presse de Tunisie, 11 mars 2015

79 . S. Soudani, « Comment Nidaa Tounes en est-il arrivé là ? », Nawaat, 16/03/2015, <https://nawaat.org/portail/2015/03/16/comment-nidaa-tounes-en-est-il-arrive-la/ >

80 . Le 13 mars, le comité constitutif publie un communiqué dans lequel il considère que la tenue dudit conseil national est considérée « comme une activité parallèle hors de la décision légitime du parti et dangereux par rapport à l’unité du mouvement ». Voir L. Weslaty, « Guerre de succession à Nidaa Tounes : La division est officielle », Webdo, 13/03/2015, <http://www.webdo.tn/2015/03/14/tunisie-guerre-de-succession-a-nidaa-tounes-entre-laile-du-comite-constitutif-et-celui-de-hafedh-caid-essebsi/ >

81 . Businessnews, « Le Conseil national de Nidaa Tounes recommande d’intégrer Nabil Karoui à l’instance constitutive », 14/03/2015, <http://www.businessnews.com.tn/le-conseil-national-de-nidaa-tounes-recommande-dintegrer-nabil-karoui-a-linstance-constitutive,520,54328,3 >

82 . Selon la nomenclature de la journaliste Donia Hafsa les 20 élus se répartissent de la manière suivante : 12 « destouriens », 3 « syndicalistes », 3 « représentants de la gauche » et 4 « indépendants » : « Après son échec aux élections du bureau politique du parti, la faction du mouvement correctif s’oriente vers la création d’un nouveau parti présidé par Hafedh Caïd Essebsi (en arabe) », Al-Maghreb, 24/03/2015.

83 . Peu après sa désignation à la tête du parti, Mohsen Marzouk accompagne Béji Caïd Essebsi lors de sa première visite aux États-Unis en tant que président de la République (20-22 mai). C’est lui, et non Béji Caïd Essebsi ou le ministre des Affaires étrangères, qui signe le mémorandum d’entente entre la Tunisie et les États-Unis le 20 mai à Washington. Businessnews, « Signature d’un mémorandum d’entente entre la Tunisie et les Etats-Unis », 20/05/2015, <http://www.businessnews.com.tn/signature-dun-memorandum-dentente-entre-la-tunisie-et-les-etats-unis,520,56070,3 >

84 . Homme d’affaires et ancien député du RCD, Faouzi Elloumi est le principal mécène du parti. Dans le cadre de la préparation aux élections législatives de 2014, alors qu’il occupait la fonction de président de la commission électorale du parti, il s’est opposé à Hafedh Caïd Essebsi pour l’obtention de la tête de liste dans la circonscription de Tunis I, ce qui a poussé le président du parti à les écarter tous les deux.

85 . N. Fatnassi, « Nidaa Tounes. La fin des dissensions ? », Réalités, 21/05/2015.

86 . Au mépris de l’article 76 de la Constitution qui prévoit dans son dernier alinéa que « le président de la République ne peut cumuler ses fonctions avec toute responsabilité partisane ».

87 . B. Oueslati, « Réunion du Bureau exécutif de Nida Tounes. Des décisions et des attentes », La Presse de Tunisie, 17/10/2015.

88 . Salwa Elloumi, Anis Ghadira, Slim Chaker, puis Lazhar Karoui Chebbi. Tous ces membres du Comité constitutif se seraient ralliés à Caïd Essebsi junior pour se rapprocher de Caïd Essebsi senior : Y. Nabli, « La carte des divisions à Nidaa Tounes : les batailles pour le leadership du parti de sa fondation à nos jours (en arabe) », Nawaat, 18/01/2015, <https://nawaat.org/portail/2016/01/18/خارطة-الإنقسامات-في-نداء-تونس-معارك-ال/>

89 . A. Dermech, « Crise à Nida Tounes, La guerre jusqu’au bout », La Presse de Tunisie, 31 octobre 2015.

90 . Outre Hafedh Caïd Essebsi, Ridha Belhaj, Mohamed Fadhel Ben Omrane, Samah Damak, Anis Ghedira , Slim Chaker, Salma Elloumi et Wafa Makhlouf. Voir H. Ayadi, « Nidaa Tounes : Après le round du bloc parlementaire qui sortira victorieux du round du comité constitutif (en arabe) » Al-Maghreb, 24/10/2015.

91 . En l’occurrence celles des huit membres cités ci-dessus aux côtés de celle de Taïeb Baccouche, alors en voyage à l’étranger. D. Hafsa, « Aggravation de la crise à Nidaa Tounes. Appel à la tenue de l’Instance constitutive par voie d’huissier. Réunion d’urgence du Bureau exécutif demain (en arabe) », Al-Maghreb, 31/10/2015.

92 . H. Ayadi, « Nidaa Tounes après les évènements de Hammamet : la mort clinique en attendant la réunion du Comité constitutif (en arabe) », Al-Maghreb, 3/11/2015,

93 . B. Oueslati, « Crise à Nida Tounes. Mohamed Ennaceur, médiateur avec obligation de résultat », La Presse de Tunisie, 7/11/2015

94 . Elle comprend le groupe des 32, les fidèles de Fawzi Elloumi, le Bureau exécutif et les plus proches partisans de Mohsen Marzouk. H. Ayadi, « Nidaa Tounes, Le coup porté par le boss a-t-il détruit le clan de Gammarth ? », Al-Maghreb, 1er décembre 2015.

95 . À l’occasion des journées de l’entreprise organisées par l’Institut arabe des chefs d’entreprise, Béji Caïd Essebsi déclare, quelques jours après son intervention télévisée, que de « nombreux pays amis », dont les États-Unis, ont fait pression pour qu’il intervienne et résolve la crise au sein de Nidaa Tounes, sinon ils seraient amenés à « revoir leurs engagements ». Voir Y. Bellamine, « Tunisie : Béji Caïd Essebsi avoue que les Américains et le FMI ont fait pression pour qu’il règle les conflits au sein de Nidaa Tounes »,

Al Hunfington Post, 5/12/2015, <http://www.huffpostmaghreb.com/2015/12/05/beji-caid-essebsi-discours_n_8726758.html>

96 . S. Ben Farhat, « La bataille de Verdun à Nida », La Presse de Tunisie, 12/11/2015.

97 . Voir l’allocution présidentielle sur Youtube, <https://www.youtube.com/watch?v=3M1N7S6V9Es >

98 . Il minimise les déséquilibres de représentativité des différents courants au sein du comité des 13 et voit dans ce dernier l’ultime occasion d’empêcher une scission au sein du parti. H. Ayadi, « Nidaa Tounes, Le coup porté par le boss… », op. cit.

99 . H. Ayadi, « Crise de Nidaa Tounes : cinq remarques du groupe des 32 compliquent le travail du comité des 13 », Al-Maghreb, 2 décembre 2015.

100 . La Presse de Tunisie, « Une feuille de route en neuf points », 11/12/2015.

101 . Lazhar Akrémi et Mohsen Marzouk étaient absents.

102 . A. Dermech, « La feuille de route des 13 avalisée », La Presse de Tunisie, 28/12/2015.

103 . S. Soudani, « 2015, l’année de l’apathie politique », Nawaat, 4/01/2016 <http://nawaat.org/portail/2016/01/04/2015-annee-de-lapathie-politique/ >

104 . S. Soudani, « Naissance d’al-Irada, scission de Nidaa, le chassé-croisé qui bouleverse la donne politique ? », Nawaat, 31/12/2015, <https://nawaat.org/portail/2015/12/21/naissance-dal-irada-scission-de-nidaa-le-chasse-croise-qui-bouleverse-la-donne-politique/ >

105 . Kapitalis, « Le torchon brûle déjà entre le CPR et le Harak », <http://kapitalis.com/tunisie/2016/02/14/le-torchon-brule-deja-entre-le-cpr-et-le-harak,14/02/2015 >

106 . S. Soudani, « 2015, année de l’apathie politique », op. cit.

107 . À titre d’exemple, voir Al-Dhamîr, « Khaled Chouket à Al-Dhamîr : l’initiative du président de la République est peut-être la dernière solution pour régler la crise de Nidaa (en arabe) », 1/12/2015 ; « Marzouk démissionne de Nidaa Tounes et fonde une nouvelle entité politique. Khammassi et Chouket le décrivent comme un amoureux du pouvoir (en arabe) », 22/12/2015.

108 . S. Soudani, « Ennadha l’art de la cohabitation passive », Nawaat, 27/12/2015, <https://nawaat.org/portail/2015/12/27/ennahdha-et-lart-de-la-cohabitation-passive/ >

109 . S. Soudani, « Le remaniement de la dernière chance », Nawaat, 10/01.2016, https://nawaat.org/portail/2016/01/10/le-remaniement-de-la-derniere-chance/

110 . F. Dahmani, « Ennahdha fait sa mue », Jeune Afrique, 14/06/2015.

111 . Id.

112 . F. Frégosi, « Bourguiba et la régulation institutionnelle de l’islam. Les contours audacieux d’un gallicanisme à la tunisienne », in M. Camau et V. Geisser (dir.), Habib Bourguiba, la trace et l’héritage, Paris-Aix-en-Provence, Karthala, 2004, p. 79-99.

113 . F. Ksibi, « Protestations des imams limogés. Les jérémiades des “inchâtiés” », La Presse, 19/10/2015.

114 . H. Ayadi, « Lajimi Lourimi : “les affaires religieuses ne sont pas le monopole d’Ennahdha”, “le dossier des imams doit être réglé dans le calme entre les deux parties” (en arabe) », Al-Maghreb, 29/10/2015.

115 . M. Dhifallah, « Le ministre Battîkh face aux protestations (en arabe) », Al-Fajr, 23/10/2015.

116 . F. Ennaceur, « L’imamat et la politique. L’imamat est-elle une simple fonction administrative ? L’imam s’impose-t-il aux croyants ? (en arabe) », Al-Dhamîr, 27 octobre 2015.

117 . S. Soudani, « 2015, l’année de l’apathie politique », op. cit.

118 . P. Rosanvallon, « Le bon gouvernement », Seuil, Paris, 2015.

119 . S. Soudani, « Le remaniement de la dernière chance », Nawaat, 10/01/2016, <https://nawaat.org/portail/2016/01/10/le-remaniement-de-la-derniere-chance/ > ; H. Bourial, « Entre périls sécuritaires et incertitudes politique », Réalités, 22 janvier 2016.

أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Éric Gobe, « La Tunisie en 2015 : La présidentialisation de l’impuissance politique ? », L’Année du Maghreb, 15 | 2016, 281-307.

بحث إلكتروني

Éric Gobe, « La Tunisie en 2015 : La présidentialisation de l’impuissance politique ? », L’Année du Maghreb [‏على الإنترنت‎], 15 | 2016, نشر في الإنترنت 21 décembre 2016, تاريخ الاطلاع 18 août 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2908 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2908

أعلى الصفحة

الكاتب

Éric Gobe

Directeur de recherche au CNRS, IRMC Tunis, USR 3077.

مقالات للكاتب نفسه

أعلى الصفحة