تصفح – مخطط الموقع
Éditorial

Éditorial : Nouvelles donnes ?

Katia Boissevain و Céline Lesourd
p. 3-5

مداخل الفهرس

أعلى الصفحة

النص الكامل

1C’est avec un grand plaisir que nous accueillons, pour 2017, la première livraison de L’Année du Maghreb. Ce numéro accueille, d’une part, le dossier « États et territoires du politique. La décentralisation en débat » coordonné par Jean-Philippe Bras et Aude Signoles et, d’autre part, la sélection des « varia » sous la direction de Katia Boissevain.

2Alors que la Tunisie s’apprête à passer aux urnes, alors que l’agenda des scrutins au Maroc et en Algérie a rythmé l’année 2016 et l’année 2017, alors que les émeutes du Mzab ont encore marqué le début de l’année 2015 et qu’à l’heure de cette parution, en juin 2017, de violentes mobilisations sociales agitent le Rif, force est de constater que ce dossier « États et territoires du politique. La décentralisation en débat » s’est construit mois à après mois, de l’appel à contribution en 2015 à sa parution en 2017, avec en toile de fond une actualité électorale et des mobilisations sociales particulièrement denses. Dès lors, cet ambitieux numéro qui se propose de mettre en articulations les enjeux de la décentralisation avec ceux des mobilisations sociales et des injonctions politiques nationales et internationales, depuis le début des « printemps arabes », a composé avec une diachronie mouvementée... et stimulante.

3« Décentralisation ». À partir de ce modèle de gouvernance impulsé par les bailleurs de fonds internationaux, visant à une transformation des pouvoirs au niveau national – pour plus de démocratie –, comment s’est opéré le processus, tant dans l’administration centrale que locale, comment s’en sont emparés les acteurs de l’arène décisionnelle ? Par ailleurs, quelles mobilisations sociales (transnationales, nationales, régionales, segmentaires...) a entraîné ce découpage territorial, pour quels enjeux (politiques, financiers, identitaires), pour quelles réponses, en retour, des autorités ? Une telle analyse, dans un jeu d’échelle permanent, pensée au cas par cas et ce sur l’ensemble du Maghreb, avec, en toile de fond, ces événements multi-situés récents et en cours – quel travail ! – constitue bien davantage, selon la rédaction, qu’un dossier spécial sur « La décentralisation en débat » ! Au-delà, les analyses proposées construisent bel et bien des éléments de réflexion qui peuvent offrir un prisme d’analyse pertinent pour la compréhension des nombreux évènements socio-politiques en cours, et à venir, au Maghreb.

  • 1 . À ce propos, nous renvoyons à Frédéric Abécassis et Katia Boissevain, « Éditorial : Le droit, pre (...)

4Pour ce dossier spécial « décentralisation » – comme pour les varia d’ailleurs –, la rédaction relève la forte représentation de la Tunisie : il faut y voir l’expression d’une recrudescence de l’intérêt scientifique pour ce pays, tant en raison de son rôle initiateur dans les « printemps arabes » que de la durée et de la singularité du processus d’établissement des nouvelles institutions au travers d’une mise en débat public qui n’a pas son équivalent ailleurs. De même, il est à noter le regain de recherches présentées sur l’Algérie, regain dont nous nous réjouissons. La présence d’un « intrus » est à souligner dans le dossier sous la forme d’une contribution sur l’Égypte : au-delà d’un tropisme nostalgique pour le vénérable Annuaire de l’Afrique du Nord, on plaidera pour une forme de continuité territoriale, en rappelant le vis-à-vis tuniso-égyptien des premiers temps des « printemps » et en invoquant l’importance du voisinage égyptien dans la lecture de la crise libyenne dans son rapport critique au territoire national. Enfin, à l’inverse, la rédaction ne peut que déplorer l’absence de la Mauritanie, faute de propositions de contributions1 ; il est également à constater que dans ce dernier numéro de la revue – comme sur le précédent consacré aux conditions d’exercice du métier de journaliste, deux dossiers éminemment politiques – le Maroc est fort discret.

5À la suite, comme le laissait déjà entrevoir le numéro de varia de l’an dernier (n°14, 2016 -1), la rédaction constate en effet que les recherches sur les transformations sociales en Tunisie continuent d’être menées à un rythme grandissant. Parmi les articles reçus par L’Année du Maghreb, la rédaction a choisi de rassembler les résultats de quatre de ces recherches portant sur la Tunisie, ainsi que deux articles qui analysent certaines évolutions de modes de gouvernance en Algérie. L’autre continuité à noter entre, d’une part, cette livraison et la précédente et, d’autre part, entre le dossier décentralisation et les varia, est, encore une fois, l’absence de contributions prenant pour terrain le Maroc, en dépit des bouleversements importants qui l’agitent.

6Les articles que nous avons le plaisir de présenter dans cette section s’organisent autour de deux axes. Les textes sur l’Algérie interrogent les relations et les équilibres entre la société civile et les institutions étatiques. Louisa Dris-Aït Hamadouche étudie la place des associations dans la société algérienne, partant de la constatation que malgré leur très grand nombre, elles sont considérées comme ne disposant que de peu de moyens pour contrebalancer la force de l’État. Dalila Senhadji, en tant qu’architecte en prise avec les questions concrètes de mises en œuvre des politiques d’urbanisme, se penche sur les interactions entre acteurs lors de la conception et de l’édification des lieux de cultes en Algérie, en partant de l’exemple de la ville d’Oran. Les discussions qu’elle analyse font écho aux diverses appréciations de ce que serait une « architecture musulmane », et des enjeux de pouvoirs qui se jouent lors d’une négociation sur les caractéristiques architecturales d’une mosquée.

7Les études sur la Tunisie, quant à elles, posent directement ou indirectement les questions de rupture et de continuité de part et d’autre de ce point nodal que constitue l’année 2011. Ainsi, Bilel Kchouk s’intéresse aux évolutions du système élitaire depuis cette date, en comparant le processus tunisien à ceux observés en Europe de l’Est. Il met en lumière les recompositions et chevauchements au sein des élites politiques entre l’avant et l’après Ben Ali. Maaike Voorhoeve et Annabelle Boissier interrogent, l’une et l’autre, la manière dont cet(te) date/évènement agit dans les relectures qu’en font les acteurs sur les évolutions dans des champs aussi éloignés que ceux des pratiques judiciaires en droit de la famille et en droit pénal en ce qui concerne les mœurs sexuelles ou le marché de l’art contemporain. Toutes deux constatent des évolutions plutôt que des transformations radicales. Héla Yousfi, pour sa part, explore la manière dont les conflits ouverts ou les coopérations négociées entre l’UGTT et l’UTICA, qui ont eu lieu à différents moments entre 2011 et 2015, ont reconfiguré la place de ces deux organisations syndicales dans un champ politique et social en pleine mutation.

8Au nom de toute la rédaction de L’Année du Maghreb, permettez-nous de vous souhaiter, chères lectrices et chers lecteurs, une très bonne lecture.

أعلى الصفحة

حواشي

1 . À ce propos, nous renvoyons à Frédéric Abécassis et Katia Boissevain, « Éditorial : Le droit, première écriture de l’histoire ? », L’Année du Maghreb, 13 | 2015, p. 3-5.

أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Katia Boissevain و Céline Lesourd, « Éditorial : Nouvelles donnes ? », L’Année du Maghreb, 16 | 2017, 3-5.

بحث إلكتروني

Katia Boissevain و Céline Lesourd, « Éditorial : Nouvelles donnes ? », L’Année du Maghreb [‏على الإنترنت‎], 16 | 2017, نشر في الإنترنت 03 juillet 2017, تاريخ الاطلاع 23 novembre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2933

أعلى الصفحة

الكُتاب

Katia Boissevain

Rédactrice en chef adjointe (varia), CNRS, IDEMEC.

مقالات للكاتب نفسه

Céline Lesourd

Rédactrice en chef (dossier), CNRS, Centre Norbert Elias.

مقالات للكاتب نفسه

أعلى الصفحة