Skip to navigation – Site map
Dossier : États et territoires du politique
Deuxième partie. À la recherche d'un gouvernement local
2.1 La représentation du local par l'élection

« Se situer » dans le nouveau système décisionnel au Sahara Occidental. Les élections régionales à Dakhla-Oued Eddahab

«To be located» in the New Decision-Making System in Western Sahara. Regional Elections in Dakhla-Oued Eddahab
Victoria Veguilla del Moral
p. 171-188

Abstracts

In the 2000s, the issue of decentralization re-emerged in Morocco following some events on the international agenda: the acceptance of the Baker II Plan by the Polisario Front (2002) and the presentation of the Advanced Autonomy Plan by Morocco (2007). Those have indeed updated the link between the files of « decentralization » and those of Western Sahara. This paper addresses the singularities of the implementation process of « decentralization » in this particular space, Western Sahara, taking as an angle of analysis the elections in Dakhla-Oued Eddahab, one of the three territorial and administrative regions planned by Morocco. More specifically, we propose to analyze struggle between the main local political actors in order to invest a regional institutional position capable of linking the Sahara policy with a conflict of sovereignty.

Top of page

Author's notes

La recherche a été réalisée dans le cadre du projet financé par le conseil régional d’Andalousie : « Persistencia del autoritarismo y procesos de cambio político en el Norte de África y Oriente Próximo : consecuencias sobre los regímenes políticos y el escenario internacional » (La persistance de l’autoritarisme et les processus de changement politique en Afrique du Nord et au Moyen-Orient : conséquences sur les régimes politiques et la scène internationale) (P12-SEJ-3118).

Full text

  • 1 . Cette loi constitue un nouvel épisode de la régionalisation marocaine qui débute avec la création (...)
  • 2 . La création en 2002 des Centres Régionaux d’Investissent (CRI) a constitué une dynamique « re-cen (...)
  • 3 . La Marche Verte, en référence à la couleur de l’Islam, désigne une marche de 350 000 Marocains pa (...)

1Les élections régionales du 4 septembre 2015 sont inédites. Le suffrage direct des conseillers régionaux fait partie des changements introduits par la réforme administrative consacrée par la nouvelle constitution marocaine de 2011, développée dans la Loi organique du 7 juillet 2015, relative aux Régions1. Cette réforme s’inscrit dans un processus complexe de décentralisation/déconcentration de l’administration marocaine – non exempte de contradictions2 – qui viendrait imposer une conception économique des collectivités locales par leur contribution au développement socioéconomique des territoires. La mise en œuvre de ce processus et les réformes entamées ont été menées par un acteur principal : la monarchie ; Hassan II a d’abord bénéficié du consensus national autour du dossier du Sahara Occidental suite à la Marche Verte (19753) pour imposer le contenu et le rythme des réformes concernant la distribution territoriale du pouvoir.

  • 4 . Le Sahara Occidental est considéré par les Nations Unies comme un « territoire non autonome ». Ce (...)

2Durant les années 2000, le dossier « décentralisation » a ressurgi à la suite d’évènements inscrits à l’agenda international. La ratification, par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, du Plan Baker II (2002) et son acceptation par le Front Polisario comme la voie pour la résolution du conflit du Sahara Occidental oblige à une réaction de la part du Maroc, laquelle est concrétisée dans sa proposition par un Plan d’Autonomie Avancée en 20074. Le lien entre les dossiers de la « décentralisation » et celui du Sahara a alors été réactualisé, donnant lieu à une réappropriation par le monarque Mohamed VI de la réforme de l’administration marocaine (Ojeda y Suárez, 2017). De plus, les analyses des chercheurs sur les protestations sociales marocaines dans le contexte des printemps arabes dévoilent une « autolimitation » (Vairel, 2014) de la part des acteurs protestataires concernant tout ce qui a trait à l’intégrité territoriale, un sujet qui demeure une compétence constitutionnelle du monarque (art. 42).

  • 5 . Dakhla-Oued Eddahab est la région la plus méridionale du Sahara Occidental et Dakhla est la ville (...)
  • 6 . Il est à noter que la nouvelle institution n’a ni les pouvoirs exécutif et législatif proposés da (...)
  • 7 . L’analyse s’appuie sur des données ethnographiques recueillies en août-septembre 2015 (durant les (...)

3Dans ce travail, il s’agit d’interroger cette réforme territoriale marocaine dans le cas particulier du « Sahara Occidental ». Il s’agit de donner à comprendre les particularités du processus de mise en œuvre de la « décentralisation » dans cet espace particulier en prenant comme angle d’analyse les élections dans une des trois régions territoriales et administratives aménagées par le Maroc au Sahara Occidental : Dakhla-Oued Eddahab (Rio de Oro)5. Il nous semble en effet pertinent d’analyser ici les confrontations entre les principaux acteurs politiques locaux pour investir une position institutionnelle régionale qui lierait éventuellement la politique au Sahara avec un conflit de souveraineté6. Dans ce cadre, plus spécifiquement, nous proposerons de mettre en avant la victoire de Khatta Yanja du Parti Istiqlal, un candidat sahraoui venu s’installer à Dakhla depuis les camps de réfugiés de Tindouf durant les années 1990. Dans notre objectif d’identification des variables de lecture et d’analyse de ces élections, ce succès de Khatta Yanja questionne : est-il susceptible d’être étudié aux lumières du clivage nationaliste ? Ou faisons-nous face à un phénomène qui renvoit à d’autres clivages et mobilise d’autre types de variables – institutionnelles, par exemple ? Notre travail s’inscrit plutôt dans cette dernière hypothèse : selon nous, les élections organisées par le Maroc dans ce territoire évacuent les discours nationalistes (le Royaume a interdit d’y faire référence) et l’ensemble des acteurs connaissent bien les limites du vote dans un contexte autoritaire7.

  • 8 . Notre analyse s’inscrit dans l’articulation de ces différents scrutins.

4En 2015, les élections des conseillers communaux (urbains et ruraux) et des conseillers régionaux sont organisées selon un mode de scrutin par liste dans les cas de la commune urbaine de Dakhla et des élections régionales ; dans les cas des communes rurales et de la commune urbaine de Lagouira, moins peuplées, l’organisation est construite sur un mode de scrutin uninominal. Néanmoins, et en dépit de cette distinction, la division administrative et les données démographiques officielles de cette région (et des deux autres régions du Sahara Occidental) ne correspondent pas aux réalités de terrain : la population est majoritairement concentrée dans les principales villes (Laâyoune, Dakhla, Smara et Boujdour), bien qu’elle soit inscrite dans différents types de communes et appartient, de ce fait, à différentes circonscriptions électorales. Toutes les activités électorales (campagnes, vote) liées aux élections communales et régionales se tiennent à Dakhla où la quasi-totalité des votants résident. Ainsi, l’observation des élections dans la ville de Dakhla permet de suivre les campagnes électorales pour l’élection des membres des douze conseils communaux ruraux (avec certaines limitations étant donné le nombre de candidats, car chaque commune est divisée en onze arrondissements dans lesquels, dans la plupart des cas, deux candidats sont en lice), de la municipalité de Dakhla (commune urbaine) et du conseil de la Région8.

  • 9 . Pour une analyse du multipartisme marocain, voir Szmolka (2009).

5Les élections sont structurées en deux étapes : d’abord, l’élection directe des conseillers communaux et régionaux, ensuite l’élection indirecte des présidents des conseils communaux et du conseil régional. Cette distinction est importante dans le contexte électoral où se tiennent ces élections, car le système multipartiste marocain rend difficile la constitution de majorités claires9. En ce sens, les partis construisent des alliances pré- et post- électorales visant à acquérir une majorité au sein des conseils afin de briguer les postes de président des différentes institutions. Le contrôle de ces institutions dépendrait de ces dynamiques d’alliances qui peuvent reproduire, ou non, les alliances des partis créées au sein des institutions nationales marocaines. L’analyse des élections régionales est ainsi difficilement dissociable d’une analyse des élections communales. Les partis politiques auraient planifié des stratégies d’ensemble, concernant les candidatures, les alliances et la distribution des éventuels postes (présidences des différents conseils et vice-présidences) entre les candidats têtes de liste des organisations politiques qui appartiennent à une même alliance.

  • 10 . L’enquête a donné la priorité aux individus qui se considèrent et qui sont considérés comme des S (...)
  • 11 . Par stratégies de proximité, nous faisons référence aux contacts répétés entre les électeurs et l (...)

6Néanmoins, dans ces stratégies d’ensemble, des choix ont été faits : la majorité des secrétaires régionaux des partis politiques – qui sont souvent des notables, c’est-à-dire des personnes connues dans la ville que les électeurs associent davantage aux sigles partisans) a opté pour se porter candidat dans la circonscription électorale de la municipalité de Dakhla, laissant ainsi la tête de liste pour le conseil régional à un autre membre du parti. Ces choix seraient les résultats de calculs individuels et collectifs (à l’intérieur des partis politiques et selon les alliances entre partis constitués), mais ils nous renseignent aussi sur une éventuelle priorisation de l’institution municipale par rapport à l’institution régionale. Cette préférence, nous l’avons repérée au cours de nos entretiens à l’évocation, par les personnes interviewées, des enjeux des « élections »10 : alors que les affinités ou inimitiés envers le maire de Dakhla, à nouveau candidat à son poste, sont dites et affirmées bien volontiers, les enjeux électoraux de la Région soulèvent, eux, moins de commentaires. Les stratégies adoptées pour la répartition des candidats entre les différentes circonscriptions, favorables à la municipalité, et les discours priorisant les enjeux des élections municipales auraient aussi, à leur tour, favorisé une hiérarchisation de la part des électeurs inscrits à Dakhla. Pour ceux qui sont inscrits dans les communes rurales (mais qui habitent en milieu urbain, à Dakhla, car la région est quasiment inhabitée), les stratégies de proximité11 des candidats des différents partis ont aussi joué dans cette hiérarchisation des deux types d’élection (communale rurale et régionale). Dans les communes rurales, les partis qui ont obtenu le plus de voix ont également développé une stratégie de captation des candidats. Enfin, la modalité de vote à « bulletin unique » et l’ordre de présentation des choix sur celui-ci (la commune d’abord, la Région ensuite) auraient aussi favorisé un « vote à l’identique ».

Les candidatures et les alliances des partis politiques en 2015

7L’Istiqlal (PI) est le parti ayant recueilli le plus de voix aux régionales avec 13 postes sur les 33 à pourvoir ; il est également celui qui a obtenu le plus de sièges dans les communes rurales (108 sur 180). L’Istiqlal occupe également la deuxième position dans la commune urbaine de Dakhla (10 sur 39).

8Derrière l’Istiqlal arrive le Mouvement Populaire (MP) avec 9 postes aux régionales. Ce parti est celui qui a remporté le maximum de voix dans la commune urbaine de Dakhla (15 sur 39) et il occupe la seconde position dans l’ensemble des communes rurales avec 41 postes sur 180 (voir tableaux 1 et 2).

9Ainsi, l’Istiqlal a remporté le poste de présidence de la Région (occupé depuis 2003 par un membre de l’Union Socialiste des Forces Populaires, USFP) tandis que le PM, lui, a gagné, pour la troisième fois, la présidence de la municipalité de Dakhla. Pour comprendre ces résultats, nous tenons à analyser les stratégies des principaux partis politiques relatives à la « ventilation » des candidats entre les différentes élections et circonscriptions, ainsi que les stratégies d’alliances entre partis. Ces choix de positionnement ont révélé une préférence des principaux leaders pour la municipalité de Dakhla, dans des manœuvres qui combinent calculs individuels et collectifs.

10Les secrétaires régionaux des deux partis qui sont arrivés en tête – Mohamed Lamine Hormatallah pour l’Istiqlal et Sidi Sloh El Joumani pour le MP – se sont porté candidats à la municipalité de Dakhla et non à la Région.

11Mohamed Lamine Hormatallah (Istiqlal) a été député de la circonscription d’Aousserd-Lagouira entre 2002 et 2016, il a été président du conseil communal de Bir Gandouz dès 2003 et jusqu’aux élections de 2015, où il se présente à la municipalité de Dakhla. Ce choix de briguer la municipalité pourrait être tributaire d’une volonté du candidat de continuer à investir la scène politique nationale – le cumul de la présidence du conseil régional avec un mandat national (député) est incompatible d’après la nouvelle loi des Régions (art. 17). Rappelons, en effet, qu’en 2016, il a cherché à renouveler son mandat parlementaire ... sans succès.

12Dans le cas de Sidi Sloh El Joumani, le candidat aurait eu pour objectif d’enchainer un troisième mandat à la tête de la mairie de Dakhla. Face à lui, le secrétaire régional de l’USFP (Sliman Derhem) et le secrétaire à l’époque du parti à référence islamiste, Mohamed Mbarek (du Parti de la Justice et du Développement, PJD), ont aussi choisi de se porter candidat à la municipalité de Dakhla. Sliman Derhem a été député de la circonscription de Oued Eddahab entre 2002 et 2011 et il a été élu à nouveau en 2016 ; lors des élections législatives de 2011, il avait refusé de se porter candidat en faveur de son frère Hassan qui a été élu malgré son inscription politique à Laâyoune – ce qui vraisemblablement a constitué une stratégie électorale familiale (Veguilla, 2017, p. 458). L’incompatibilité entre la présidence de la Région et le mandat parlementaire contribuerait aussi à expliquer le choix du candidat socialiste, Sliman Derhem, en faveur de la municipalité de Dakhla, puisqu’il a été effectivement élu un an plus tard au parlement. Pour sa part, Mohamed Mbarek a fait le choix de continuer à investir l’institution municipale (il est conseiller municipal depuis 2009). En revanche, le secrétaire régional du Parti Authenticité et Modernité (PAM), créé en 2008 par Fouad Ali El Himma et très proche de la monarchie, ainsi que le leader du Rassemblement National des Indépendants (RNI), ont opté, eux, pour se porter candidat à la Région : le premier (PAM) a obtenu trois postes et le second (RNI) deux au Conseil de Région. Le RNI n’a pas obtenu de représentant au Conseil municipal, le PAM en a obtenu 4 et chacun des deux a obtenu 8 postes sur les 180 à pourvoir dans les communes rurales. Ni le RNI ni le PAM ne font partie des partis politiques qui ont traditionnellement investis les divisons des circonscriptions de la région Dakhla-Oued Eddahb. Leurs leaders ont récemment assumé la direction régionale de leur parti.

Tableau 1. Résultats des élections régionales de 2015 à Dakhla-Oued Eddahab

Parti Politique

Candidat
tête de liste

Origine

Conseillers

Parti Istiqlal (PI)

Khatta Yanja

Awlâd Dlaym

13

Mouvement Populaire (MP)

Bakar Sid’Ahmed

Awlâd Dlaym

9

Parti Authenticité et Modernité (PAM)

Mouna Chagaf

Awlâd Dlaym

3

Union Socialiste des Forces Populaires (USFP)

El Mami Boussif

Awlâd Dlaym

3

Parti de la Justice et du Développement (PJD)

Laghdaf ahl Baba

Aït Lahsen

3

Rassemblement des Indépendants (RNI)

Hassan Talbi

Marocain
(originaire du Nord)

2

Total : 33

Source personnelle, enquête de terrain.

Tableau 2. Résultats des élections communales de 2015 à Dakhla-Oued Eddahab

Parti Politique

Conseillers-élus aux Communes rurales

Conseillers-élus à la Municipalité Dakhla

Parti Istiqlal (PI)

108/180

10/39

Mouvement Populaire (MP)

41/180

15/39

Parti Authenticité et Modernité (PAM)

8/180

4/39

Union Socialiste des Forces Populaires (USFP)

6/180

6/39

Parti de la Justice et du Développement (PJD)

6/180

4/39

Rassemblement des Indépendants (RNI)

8/180

Source: http://www.medias24.com/​slides/​2015/​election/​flash.html#/​8/​

  • 12 . L’achat de voix est une stratégie utilisée par certains partis politiques au Maroc. Dans les circ (...)

13À la Région, les deux partis politiques qui ont dominé la scène électorale de 2015 (Istiqlal et MP) ont choisi de mettre en lice deux candidats aux profils différents, même si les deux hommes appartiennent à la tribu sahraouie des Awlâd Dlaym – qabîla majoritaire dans la région. Le premier, Khatta Yanja (Istiqlal), se présente pour la première fois tandis que le second, Bakar Sid’Ahmed (MP) a déjà été membre du conseil de Région. Tous les deux ont participé au « marché local du vote »12, mais le candidat MP a préféré une campagne discrète, à savoir sans photo, en s’appuyant sur la connaissance populaire du symbole de son parti (un épi de maïs), parti dont est issu Joumani, maire de la ville de Dakhla depuis 2003. Ce dernier, Joumani, est originaire de la ville de Laâyoune et est venu s’installer à Dakhla pour y gérer l’entreprise familiale d’unités de congélation de poisson (Arter Congel, notamment). Son père est Jatri ould Joumani, le dernier président de la Yamâa (assemblée consultative durant l’époque coloniale espagnole) qui avait alors décidé de soutenir la voie de l’annexion au Maroc.

14Pour sa part, l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) a présenté comme candidat à la Région El Mami Boussif, de la tribu, lui aussi, des Awlâd Dlaym. El Mami Boussif est le président de la Région depuis 2003, grâce aux votes des conseillers régionaux du Mouvement Populaire de Joumani et grâce aussi à l’appui financier de ce politicien. Néanmoins, le changement de stratégie de l’USFP, qui a décidé de s’allier en 2015 au Parti Istiqlal et non plus au Mouvement Populaire, a limité les possibilités d’El Mami Boussif de renouveler son siège : l’accord entre l’Istiqlal et l’USFP réservait la candidature à la présidence de la Région (une fois les conseillers élus) au candidat tête de liste de l’Istiqlal.

  • 13 . Entretiens avec différents candidats du PJD (à la Région, à la municipalité de Dakhla et aux comm (...)

15Laghdaf Ahl Baba, le candidat du Parti de la Justice et du Développement (PJD), appartient à la tribu Aït Lahsen, il est propriétaire d’une école privé à Dakhla. Il a été choisi comme le candidat du parti à référentiel islamiste, car il a été élu par les militants13.

16Le Rassemblement National des Indépendants (RNI) a présenté son secrétaire régional, Hassan Talbi, un ancien marin d’origine marocaine (ou « nordiste »), leader de l’Association des Propriétaires de Barques Artisanales (APBA). Il est l’un des acteurs privés qui a participé aux décisions sur les licences de pêche à l’époque de la restructuration du secteur de la pêche dans la région.

17Si l’on s’intéresse plus particulièrement aux pactes entre les différentes organisations politiques, on constate que les deux partis ayant remporté le plus de postes, l’Istiqlal et le MP, ont été les partis dominants dans les alliances créées. D’une part, l’Istiqlal s’est allié à l’USFP et au PJD, tandis que le MP s’est allié au Parti Authenticité et Modernité (PAM) et également, dans le cas des élections régionales, au RNI. En ce sens, l’USFP, auparavant alliée du MP dans la course aux régionales, aurait modifié les rapports de forces préexistants et aurait ainsi contribué à une restructuration du champ politique local et régional qui bénéficie davantage à l’Istiqlal.

18Ces alliances se sont configurées avant le vote et se sont prolongées jusqu’à l’élection des présidents des conseils, avec quelques exceptions qui, dans le cas de la municipalité de Dakhla, ont bouleversé les résultats présumés. A Dakhla, où l’accord PI-USFP-PJD aurait permis au candidat de l’USFP de devenir maire de la ville grâce à la somme des postes obtenus entre les trois partis (20 face aux 19 de l’alliance MP-PAM), les « trahisons » d’un candidat socialiste et d’un candidat du parti au référentiel islamiste ont permis à Joumani du MP de s’emparer de la mairie pour un troisième mandat.

19Joumani a ainsi renouvelé son poste de Maire face à Sliman Derhem (USFP), candidat de l’alliance PI-USFP-PJD. L’appui de l’Istiqlal et du PJD à Derhem lors des élections pour le poste de maire (voir tableau 2) était conditionné au vote favorable des conseillers élus de l’USFP au candidat istiqlanien lors du vote pour la présidence de Région. Pour sa part, le PJD avait accordé au sein de l’alliance un poste de vice-président au sein du Conseil municipal (Mohamed Mbarek, son candidat et secrétaire régional, ce qui n’a pas été possible car Joumani a été finalement élu maire) et au sein du Conseil régional (Laghdaf ahl Baba, son candidat aux élections régionales a finalement occupé ce poste).

20Quant à L’alliance MP-PAM-RNI, elle s’est configurée autour du MP, le parti dominant. L’accord sur les candidatures a été fondé sur l’appui des quatre élus du PAM au candidat du MP pour renouveler son poste à la tête de la mairie de Dakhla. En revanche, le MP aurait offert la possibilité à Mouna Chagaf (secrétaire régionale du PAM) de postuler au fauteuil de présidente de Région. Un échange qui a été convenu avant la tenue des élections et qui aurait eu des conséquences sur les enjeux des élections régionales – tels qu’ils ont été perçus par les personnes interviewées durant la campagne, nous y reviendrons.

Les enjeux des élections de 2015 : « Joumani out ! »

  • 14 . Le taux de participation de 85 % lors des premières élections tenues dans la région d’Oued Eddaha (...)

21Durant ces élections, le clivage nationaliste reste marginal suite à l’interdiction du Maroc d’en faire une quelconque référence publique. Les candidats ne se positionnent donc pas sur le conflit qui demeure entre le Maroc et le Sahara Occidental. Les électeurs sahraouis interviewés durant les campagnes électorales que nous avons eues l’occasion de suivre (2002, 2003, 2007, 2011, 2015 et 2016) dénouent enjeux nationalistes et enjeux électoraux locaux - bien que, sur la scène publique marocaine et sur la scène internationale, le Maroc utilise les données sur la (forte) participation électorale dans les circonscriptions du Sahara Occidental (qui dépassent les moyennes nationales) comme argument allant dans un sens favorable à sa position dans le conflit14. En effet, les acteurs qui participent au vote connaissent bien les limites autoritaires de leur choix : ils font preuve d’un certain autocontrôle (Veguilla, 2009 et 2016) ou d’une autolimitation (Vairel, 2014). Néanmoins, ces élections sont révélatrices des processus sociaux et politiques dans lesquels les groupes (tribus, partis politiques) et les individus (politiciens, électeurs) se situent dans la structure du pouvoir local, voire régional ; elles permettent de « se situer » par l’accumulation de ressources de pouvoir, dont le capital politique et économique fait évidemment partie.

  • 15 . Après la réforme, les compétences propres à la Région incluent le développement économique, la fo (...)
  • 16 . En fait, le quartier Hay El Hassani, la première phase des nouvelles constructions, est nommé par (...)

22Avant la réforme administrative de 2015, l’organisation administrative place le roi au sommet des systèmes décisionnels régionaux du Sahara Occidental par la voie des walis (gouverneurs) qui sont nommés par décision royale (dahir) et sont traditionnellement chargés des domaines considérés sensibles, comme la sécurité ou le « développement ». Les walis s’inscrivent en force dans ces systèmes grâce à leur statut de représentant du roi et à une indéfinition des normes qui leur octroie des avantages face aux institutions électives (Catusse et Karam, 2009). La « décentralisation » de 2011, développée en 2015, vient restructurer ces systèmes décisionnels par le renforcement de la Région qui a vu ses compétences être élargies15. En contrepartie, le wali perd du pouvoir dans les domaines qui deviennent aujourd’hui compétences du conseil régional : les décisions du conseil ne peuvent désormais plus être contestées que pour des raisons légales devant le tribunal administratif. Il s’agit d’une limitation du rôle de tutelle que ce représentant du roi et du ministère de l’Intérieur a longtemps exercé sur l’institution régionale. Le président de Région devient ainsi un acteur renforcé dans cette nouvelle architecture institutionnelle, dans le sens où il est chargé des compétences exécutives pour que les décisions du conseil soient mises en œuvre, comme par exemple les plans de développement régional (PDR). Dans ce domaine, le Président doit travailler avec le ministère de l’Intérieur et les ministères sectoriels déconcentrés et d’autres acteurs, telles que les communes et les provinces et, éventuellement, des institutions régionales non représentatives comme l’Agence pour la Promotion et le Développement Economique et Social des Provinces du Sud, créée suite au discours de Mohamed VI du 26 mars 2002. Cette institution a participé au financement et à la mise en œuvre du Plan « Villes sans bidonvilles » de 2008-2009 à Dakhla16. Pourtant, le rôle du Président s’est nettement élargi par rapport à la législation antérieure qui lui consacrait le statut d’un exécuteur des décisions des walis et, en cas de relations fluides entre ces deux acteurs, de consultant. Dans le domaine des finances, les transferts intergouvernementaux vers les régions devraient augmenter de dix fois en dix ans (Bergh, 2016: 10).

23La pluralité d’acteurs et la confusion entre les normes (il existe trois lois organiques, celles des régions, des communes et des provinces) constituent le prélude de luttes de pouvoir fondées sur l’ambiguïté et les différentes interprétations des textes. Ces confrontations favoriseraient un renforcement de l’institution royale qui participerait aux processus en qualité d’arbitre (Bergh, 2016: 10), de même qu’elles pourraient désigner un scénario à géométrie variable, selon les personnalités des acteurs concernés, leurs relations, les intérêts en jeu et les éventuels liens entre les décisions à prendre et le dossier du Sahara (sur la gestion des ressources naturelles, par exemple).

24Dans ce contexte, deux dynamiques se croiseraient, à nos yeux : d’une part, l’élargissement des compétences de la nouvelle Région et sa portée symbolique analysée du fait des liens entre le dossier « décentralisation » et une éventuelle résolution du conflit de souveraineté ; d’autre part, l’éventuel autocontrôle/autolimitation de la part des acteurs issus de cette institution (par ces liens, justement) et la conséquente réduction de leurs marges de manœuvre.

25Effectivement, lors des entretiens, il a été plus évident de repérer les enjeux des élections à la Mairie de Dakhla que les enjeux des élections à la Région, les acteurs interviewés nous parlant plus spontanément des premiers, pour lesquels l’objectif prioritaire des détracteurs de Joumani consiste au non-renouvellement de son mandat. Ainsi, à Dakhla, les candidats de l’alliance PI-USFP-PJD (mais surtout Mohamed Lamine Hormatallah de l’Istiqlal) ont construit un discours sur « la nécessité de changement » et la volonté d’en finir avec une gestion archaïque des dossiers municipaux. Joumani est en effet accusé par ses adversaires de diriger une administration peu efficace ; ses détracteurs lui reprochent également de travailler « à l’ancienne » (sans ordre ni planification), mode de faire qui ne correspondent plus, selon eux, aux besoins d’une ville comme Dakhla. Dans le cas des candidats et des partisans du parti de l’Istiqlal, appartenant à la tribu des Awlâd Dlaym, l’origine exogène de Joumani est aussi beaucoup mentionnée. Ces deux registres (gestion « à l’ancienne » et allochtonie du candidat – l’allochtonie pouvant signifier : « il n’est pas un Awlâd Dlaym ») ont mobilisé le vote des électeurs qui appartiennent à différentes tribus, et surtout, des électeurs Awlâd Dlaym. Différents registres sont mobilisés par les candidats sahraouis et revendiqués par les électeurs sahraouis interviewés - dont l’appartenance à une qabîla (« c’est ma famille »). Si certains interlocuteurs minimisent une justification du vote fondée sur l’appartenance tribale, la plupart d’entre eux - surtout s’ils appartiennent à la tribu majoritaire - continuent à voter pour un candidat qui leur est proche (en termes communautaires) même s’ils ne se privent pas de le critiquer si celui-ci ne tient pas ses promesses. A l’inverse, les électeurs sahraouis qui n’appartiennent pas à la tribu majoritaire et qui n’appartiennent pas aux couches privilégiées de la société locale dénoncent les discours communautaires des candidats et les attentes de leurs partisans ; ces électeurs interprètent ce type de discours et de pratiques sociales comme symptomatiques d’une société « peu moderne » et y voient une contrainte à l’acceptation des candidats de l’Istiqlal, pour les élections municipales et celles de la Région.

26Du point de vue des enjeux des élections, tels qu’ils ont été repérés en 2015, ceux liés à la municipalité de Dakhla auraient été considérés prioritaires pour la majorité des électeurs interviewés, par rapport aux enjeux régionaux. Quant aux partis politiques, l’importance accordée à un type ou à un autre d’élections a été variable. Entre tous ces partis politiques qui ont investi en force la scène électorale régionale, l’Istiqlal mérite selon nous une mention particulière. En effet, la stratégie de ce parti politique est caractérisée par une diversification des modes de faire qui s’est révélée efficace pour atteindre le sommet de l’institution régionale : à la modalité « vote en échange d’argent » s’est ajoutée une stratégie discursive « sur le changement ». Mohamed Lamine Hormatallah, le secrétaire régional du Parti Istiqlal, a aussi opté pour un candidat « indépendant » à la tête de la liste du parti aux élections régionales, comme nous l’aborderons par la suite, ce qui lui a permis de se confronter à la candidate du PAM, considérée comme proche de l’État. Ce parti (Istiqlal) a, de même, développé une stratégie claire de recherche d’hégémonie dans les communes rurales - ce qui aurait contribué, d’après les témoignages recueillis et comme nous le montrerons plus loin, à la victoire de l’Istiqlal dans la Région. En ce sens, l’Istiqlal s’est érigé comme un acteur qui a cherché - avec succès - à « se situer » dans un système régional en voie de construction dans la nouvelle donne constitutionnelle et législative.

Un « indépendant » face à une « femme d’État »

27Bien avant le jour du scrutin, les acteurs interrogés considèrent que la compétition électorale à venir oppose principalement le candidat de l’Istiqlal à la candidate du PAM. Les deux candidats se présentent à la Région pour la toute première fois. Ils appartiennent à la tribu majoritaire de la région (Awlâd Dlaym) et ont, tous deux, participé au « marché local du vote ».

  • 17 . Terme désignant les personnes qui sont venues s’installer au Maroc depuis les camps de réfugiés d (...)
  • 18 . Entretiens réalisés avec différents électeurs (tous sahraouis) en août-septembre 2015.
  • 19 . Entretien réalisé le 2 septembre 2015 auprès d’un entrepreneur de la pêche qui connait bien les l (...)

28Khatta Yanja est considéré comme un « retourné »17 ; installé à Dakhla durant les années 1990, il est un entrepreneur qui a réussi dans le secteur local de la pêche. C’est un candidat qui bénéficie d’une bonne réputation auprès de la population sahraouie : « c’est une très bonne personne », « il aide les jeunes, les personnes qui ont besoin d’aide », « il est honnête ».18 Issu de la tribu Awlâd Dlaym, il appartient à la même branche (fraction de tribu) que le secrétaire régional de l’Istiqlal (Tagadi). C’est justement cette proximité qui aurait favorisé la candidature de cet homme d’affaire pour représenter le parti19. Sur sa liste, à la deuxième place, on trouve Amar Cheikh, des Awlâd Dlaym fraction Khaliga (très nombreuse dans la région), lequel a occupé de multiples fonctions : il a été le premier président de la Région (1997-2003), conseiller municipal et ancien député pour l’Istiqlal jusqu’en 2011.

29Quant à son adversaire du PAM, Mouna Chagaf, elle est aussi issue des Awlâd Dlaym, mais est originaire de la ville de Tan Tan. C’est la fille d’un des premiers agents d’autorité de l’État marocain (le premier pacha) après l’annexion de cette région en 1979. Mouna Chagaf est l’épouse de Mohamed Salah Tamek, ancien militant et détenu politique sahraoui, ancien wali de la région et gouverneur de la province d’Oued Eddahab et actuel délégué général de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion. Mouna Chagaf est désignée comme « une femme proche de l’État », ou du moins, c’est ainsi qu’elle est perçue ; des rumeurs ont d’ailleurs circulé sur un éventuel financement et appui des autorités marocaines à la candidate - le Maroc, disait-on, souhaitant contrôler celui ou celle qui occuperait le poste convoité, et hautement sensible, de la présidence de la Région. Ces rumeurs font écho à d’autres bruits relatifs, cette fois, au pouvoir de son mari :

« Les gens disent que si Mouna Chagaf réussit au poste du conseil régional (avec un seul poste pour le tracteur [le symbole du PAM]), elle va devenir la présidente de la Région, parce que son mari cherchera à faire pression sur les autres candidats pour qu’ils accordent leur vote à sa femme. Il est quelqu’un de très puissant au Maroc » (Électeur sahraoui et fonctionnaire. Entretien 1er septembre 2015).

« Je ne sais pas qui va gagner dans la Région, la bataille est rude entre plusieurs candidats. Je pense que ce sont l’Istiqlal et le tracteur [le PAM] qui ont le plus de chance. L’Istiqlal compte beaucoup d’appuis, même dans les communes rurales, mais Mouna Chagaf est une femme très proche de l’État. Le poste [de président de la Région] est un poste sensible, cette fois avec plus de pouvoir pour décider certaines choses, et je crois que le Maroc va vouloir s’assurer que le gagnant soit de sa confiance ». (Sahraoui, politicien. Entretien du 29 août 2015)

30Pour ces électeurs, comme pour d’autres interviewés, il est alors clair que la candidate du PAM deviendrait la candidate à la présidence de la Région pour l’alliance MP-PAM-RNI. Pour ces électeurs, comme pour d’autres, la candidate du PAM est celle privilégiée par l’« État », que ce soit grâce à l’intérêt et l’influence de son mari que grâce aux liens de confiance et de contrôle nécessaires d’avoir sur la question du dossier « Sahara » pour briguer la présidence de Région. Pourtant, les résultats électoraux n’ont pas reflété ces clivages de campagne : la candidate du PAM, avec quatre postes d’élus, est demeurée loin de la victoire, derrière Khatta Yanja, le candidat de l’Istiqlal, qui récolte le plus de voix, suivi de Bakar Sid’ Ahmed, le candidat du MP.

  • 20 . Nous empruntons la notion de « trajectoire de notabilité » au comité éditorial de la revue Politi (...)
  • 21 . Voir à ce sujet, Veguilla (2017a).

31Comprendre la victoire de Khatta exige de mobiliser différents arguments qui vont au-delà des caractéristiques de sa trajectoire de notabilité20, de sa bonne réputation ou de son appartenance à la tribu majoritaire dans la région. D’une part, la structure sociale de la ville a subi une transformation extraordinaire depuis le milieu des années 1990 et, aujourd’hui, les électeurs sahraouis sont une minorité face aux électeurs migrants (ou « colons ») ou à leurs descendants21. D’autre part, Khatta n’est pas le seul candidat Awlâd Dlaym à s’être présenté à ces élections (voir tableau 1). Dans un contexte où l’argent est largement utilisé pour capter le vote des personnes qui sont hors des réseaux clientélistes (à l’exception du PJD, du moins dans les circonscriptions plus grandes comme la Région ou Dakhla), la stratégie menée par l’Istiqlal dans les communes rurales aurait finalement fait basculer le vote.

32Il s’agit désormais de saisir les facteurs qui permettent de comprendre la victoire conséquente de l’Istiqlal dans les communes rurales : 108 des 180 postes à pourvoir dans les douze communes rurales de la région.

L’Istiqlal se positionne au Sahara Occidental

33Depuis les premières élections marocaines dans le territoire (1981), l’Istiqlal a toujours compté avec un élu, au moins, dans la seconde chambre du Parlement marocain. Mais son intérêt pour les circonscriptions de la Région Dakhla-Oued Eddahab s’est étendu depuis les élections législatives de 2007 : l’Istiqlal recrute alors Mohamed Lamine Hormatallah, un jeune élu qui avait remporté à l’époque l’un des deux postes lors des législatives précédentes (2002) sous l’étiquette des Forces Citoyennes (FC). Le recrutement de ce candidat s’inscrit dans une stratégie de « notabilisation » de ses candidats (Bennani-Chraïbi 2008, Desrues 2008, Parejo et Veguilla, 2008). Depuis 2007, Mohamed Lamine Hormatallah et presque tous les candidats issus de sa famille élargie (Awlâd Dlaym, fraction Tagadi) se sont présentés sous les mêmes sigles dans les communes rurales de la province d’Aousserd. Il a été le président du conseil de Bir Gandouz dès 2003 jusqu’à ces dernières élections où son frère est venu le remplacer.

  • 22 . Hamdi Ould Errachid est le frère cadet de Khalihenna Ould Errachid, le président du Conseil Royal (...)

34En 2015, cette stratégie s’est renforcée – cette fois-ci appuyée par l’action du maire de Laâyoune (Istiqlal), Hamdi Ould Errachid22. Ce politicien aurait contribué à financer les campagnes des candidats de l’Istiqlal, y compris dans les communes rurales. D’après plusieurs témoignages, en amont de la désignation des candidatures, il a organisé une réunion avec les présidents des communes rurales pour que ces derniers, ainsi que ceux faisant partie de leurs alliances au sein des conseils communaux, changent leurs appartenances partisanes au profit de l’Istiqlal. L’« incitation » principale pour que ceux-ci réalisent le changement de bannière demandé a consisté à « avertir » les participants à cette rencontre d’un éventuel financement des campagnes de leurs adversaires s’ils ne faisaient pas le bon choix... ce qui aurait rendu leur réélection plus difficile.

« Hamdi est en train de subventionner les candidatures de l’Istiqlal. Il est en train de dépenser beaucoup beaucoup d’argent. Il est en train de s’impliquer dans la politique de Dakhla, parce qu’il veut que l’Istiqlal gagne ici. Pour cela, il a même organisé des réunions avec les présidents des communes pour qu’ils changent de parti politique. S’ils refusent, ils peuvent avoir des soucis pour être réélus par la voie du financement des candidats qui sont leurs concurrents » (Électeur sahraoui dans une commune rurale. Entretien du 27 août 2015).

« Ce parti [l’Istiqlal] va faire un tabac dans les communes rurales, parce que Hamdi est venu et a obligés les élus en poste à changer de parti. Ces candidats ne veulent pas prendre de risques, même s’ils sont restés longtemps au conseil, parce qu’ici, tout est assez instable, et ils se méfient du fait que Hamdi, qui offre finalement beaucoup d’argent, pourraient finir par leur faire perdre leurs postes. Ceux qui vont gagner seront plus ou moins les mêmes personnes, mais ce qui change ce sont les sigles du parti sous lequel ils se présentent. Le but [pour Hamdi], je pense, est d’occuper un poste important au sein du prochain gouvernement, car l’Istiqlal va avoir beaucoup de postes au Sahara grâce à lui » (Candidat sahraoui dans une commune rurale. Entretien du 27 août 2015).

  • 23 . Le nomadisme partisan est une pratique courant au Maroc (Catusse 2004, Bennani-Chraïbi 2008, Desr (...)

35Ce changement de couleur politique a été effectivement repéré durant l’enquête menée. A la commune de Tichla, par exemple, un candidat élu en 2009 sous les couleurs du MP s’est présenté en 2015 sous l’étiquette de l’Istiqlal. De même pour un candidat élu en 2009 sous le sigle de l’USFP23. Ces changements ont été plus nombreux dans les communes qui appartiennent à la province d’Aousserd où Mohamed Lamine Hormatallah (Istiqlal) et l’ensemble de ses réseaux familiaux (directs ou appartenant à la fraction Tagadi) ont plus de poids. Ce sont donc dans ces communes que l’Istiqlal a obtenu 67 des 90 postes à pourvoir (41 des 90 dans les communes rurales de la province d’Oued Eddahab) et cinq des huit postes à pourvoir aux élections régionales.

36Les résultats des élections à la Région Dakhla-Oued Eddahb se lisent donc à travers cette stratégie régionale du candidat istiqlanien à la mairie de Laâyoune, Hamdi Ould Errachid. La réussite de ce parti dans les communes rurales aurait fortement influencé les résultats des régionales par l’effet « bulletin unique ».

Les choix dans les communes influencent les élections régionales. Peut-on parler d’un effet « bulletin unique » ?

  • 24 . Lors des élections au Conseil communal de Bir Gandouz en 2003, deux candidats pour un poste de co (...)
  • 25 . Nous avons été témoin de la joie des partisans des vainqueurs des élections (les membres de la fa (...)

37Un flou persiste pour identifier les électeurs dans les communes rurales, car ils habitent, presque tous, à Dakhla. Nous l’avons dit, la division administrative du Sahara Occidental ne correspond pas à la réalité démographique. Les bâtiments des institutions électives se trouvent à Dakhla, où est organisée la quasi-totalité des activités de campagne et de vote. Cet électorat des communes rurales appartient majoritairement à une même « famille », directe ou élargie (lignagère), car les enfants s’inscrivent dans la commune où leurs parents sont inscrits et, de ce fait, se conforment aux mêmes réseaux sociaux et politiques que leurs aînés. En dehors de ces réseaux lignagers, d’autres électeurs sont inscrits comme, par exemple, des fonctionnaires rattachés à des institutions publiques, ou encore des personnes qui, à certains moments, ont donné suite à la demande de candidats aux élections qui cherchaient à se garantir des appuis24. Ce sont ces derniers électeurs, ceux qui n’appartiennent pas à la « famille » politique de la localité en question, ni même à la « famille  des potentiels adversaires politiques (un cousin, dans un nombre important des cas), que les candidats doivent identifier et contacter pour gagner de nouveaux soutiens. Cette identification permet aux candidats qui se disputent un poste de conseiller dans un même arrondissement de faire des calculs sur leurs possibilités de réussite, en comptabilisant le nombre de personnes « acquises » parce qu’elles appartiennent à leur lignage (par rapport aux nombre de personnes qui appartiennent au lignage de leur adversaire) et en y ajoutant le nombre de personnes « identifiées » dans le village comme étant sensibles à d’autres stratégies de séduction. Ces stratégies de séduction, variées, répondent à plusieurs logiques : arguments sur l’action (ou l’inaction) des adversaires politiques, sur les qualités du candidat, marchandisation du vote, etc. . Dans ce contexte, les candidats aux conseils communaux mènent une importante activité de mobilisation auprès des électeurs qui appartiennent à leur groupe familial et qui sont censés appuyer l’un des leurs, ainsi qu’auprès de ceux qui sont en dehors des réseaux familiaux constitués, et qui sont sollicités durant toute la campagne (demande de vote, concrétisation de l’accord, rappel du pacte accordé) et jusqu’au jour du vote (le candidat peut conduire le votant au bureau afin de conclure l’engagement). En ce sens, l’agent qui mobilise dans les communes rurales serait le candidat aux élections communales, et non celui à la Région25.

38C’est à partir de ces constats que nous pouvons saisir l’importance et l’ampleur de la stratégie menée par l’Istiqlal dans les communes rurales de la région : le choix des électeurs ayant d’abord élu leur candidat aux élections communales rurales a, en effet, influencé les résultats des élections régionales par le biais du « bulletin unique de vote ». Cette modalité de vote, implique que l’électeur signale son choix par des croix, deux, sur un même bulletin : une croix devant le symbole du parti choisi pour l’élection communale et une autre face au symbole du parti choisi pour le scrutin régional. Dans l’hypothèse où le vote dual (l’électeur réalise un choix différencié sur le même bulletin) est marginal, cette modalité peut favoriser un vote identique pour les deux scrutins :

« Je crois que les élections régionales vont être gagnées par l’Istiqlal, parce que ce parti va avoir de très bons résultats dans les communes rurales. Les gens sont assez ignorants et analphabètes, et ne savent pas lire ou sont mal informés ; si le candidat [à la commune] leur dit de marquer la balance [symbole de l’Istiqlal], alors ils vont le faire aussi pour la Région » (candidat à une commune rural, sahraoui. Entretien du 27 août 2015).

39Par ailleurs l’ordre de présentation des choix sur le bulletin (les élections communales d’abord, les régionales ensuite) favorise aussi un potentiel « vote à l’identique ». L’Istiqlal et le Mouvement Populaire (MP) sont les deux partis ayant obtenu le plus de voix dans les communes (rurales et urbaines) et, de fait, aux régionales (voir tableaux 1 et 2). La seconde position du MP aux élections régionales pourrait s’expliquer également par une stratégie de financement des candidatures de certains candidats aux communes rurales et par cet effet « bulletin unique ». Le PAM, en revanche, se démarque par une faible assise dans les circonscriptions analysées. Dès lors, la candidature au poste de présidente de Région de Mouna Chagaf n’a été possible que par son alliance avec le MP de Joumani.

40Pour conclure, il est important de souligner que les leaders des partis politiques qui ont obtenu une inscription territoriale importante dans les circonscriptions analysées ont choisi majoritairement de se porter candidat à la municipalité de Dakhla (plutôt qu’à la Région). Ce choix stratégique et politique a influencé les électeurs qui ont vu dans ce mode de faire de la politique une hiérarchisation des enjeux des élections, avec, comme point de mire, l’opportunité d’en finir avec l’« ère Joumani » à la municipalité.

41Parallèlement, le Parti Istiqlal a mis en place une stratégie de recherche d’hégémonie dans les communes rurales – stratégie financée par l’un des plus importants politiciens du Sahara Occidental : Hamdi Ould Errachid. Celle-ci s’est appuyée sur la modalité de vote à bulletin unique qui a favorisé un choix identique pour les deux scrutins. Les décisions individuelles et collectives sur les candidatures, les alliances ou l’agenda électoral, contribuent ainsi à une certaine hiérarchisation des deux types d’élections tenues en 2015. La modalité du vote et la proximité entre candidats et électeurs dans les communes rurales donnent à lire aussi clairement les stratégies des partis et les résultats électoraux dans la région. 

42Les réformes introduites dans la Constitution nécessitent ainsi une mise en œuvre effective autour de dossiers spécifiques, pour que les partis politiques et les électeurs perçoivent l’institution régionale comme une institution clé dans les systèmes décisionnels régionaux. C’est d’autant plus le cas dans un territoire (le Sahara Occidental) sur lequel le président de Région se heurte à de multiples contraintes dans l’exercice de ses fonctions. Malgré les compétences attribuées par la loi, la marge de manœuvre de ce dernier est, en effet, conditionnée par son insertion dans une configuration complexe d’acteurs, dont la structuration varie selon les dossiers.

  • 26 . Dans le cas de la municipalité de Dakhla, un élu de l’USFP et un autre du PJD ont voté pour Jouma (...)
  • 27 . Il est habituel que les entrepreneurs de la pêche à Dakhla réalisent des voyages fréquents à Noua (...)

43En l’espèce, les stratégies mises en place par les différents partis pour obtenir une majorité à la mairie (de Dakhla) et à la Région ont engendré des relations tendues et méfiantes entre les membres des deux alliances électorales que sont l’Istiqlal, l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), le Parti de la Justice et du Développement (PJD) d’une part, et le Mouvement Populaire (MP), le Parti Authenticité et Modernité (PAM) et le Rassemblement Nationale des Indépendants (RNI), d’autre part. Les « trahisons » se sont nouées autour de l’offre d’argent et de privilèges politiques à destination des élus des partis issus d’alliances contraires26. Aussi après l’élection du président de Région, le PAM a réagi et contesté l’élection de Khatta Yanja en vertu de l’article 72 de la nouvelle Loi : un procès a été ouvert contre Khatta Yanja, accusé de résider en Mauritanie27.

  • 28 . Entretien à un candidat aux élections communales un an après sa ténue, le 8 octobre 2016. L’inter (...)

44À ces contraintes juridico-politiques s’ajoute le rôle que le président de Région est censé jouer dans la défense de la position du Maroc dans le dossier du Sahara Occidental. Sa participation aux commissions internationales créées à ce sujet pourrait miner sa propre trajectoire de notabilité, aussi bien que les représentations sociales concernant le poste de président et au-delà, l’ensemble de la réforme administrative. Le risque serait qu’il apparaisse alors -, comme l’ont pointé du doigt certains de nos interlocuteurs - davantage « comme un ministre des Affaires Extérieures que comme un président de Région »28.

Top of page

Bibliography

Bennani-Chraïbi Mounia, 2008, « «Hommes d’affaires» versus «profs de fac». La notabilisation parlementaire d’un parti de militants au Maroc », Revue internationale de politique comparée, 15(2), p. 205-219.

Bergh Sylvia I., 2016, Public sector governance reforms and ‘advanced regionalization’ in Morocco: What role for the European Union?, Working papers, European University Institute.

Catusse Myriam, 2004, « Les Coups de force de la représentation », in M. Bennani-Chraïbi, M. Catusse et J. C. Santucci (dir.), Scènes et coulisses de l’élection au Maroc. Législatives 2002, Karthala, p.69-104.

Catusse Myriam, Cattedra Raffaele et Idrissi Janati M’Hammed, 2007, « Decentralization and its paradoxes in Morocco », in B. Driesken, F. Mermier et H. Wimmen (dir.), Cities of the South, London, Saqi Books, p. 113-135.

Catusse Myriam et Karam Karam, 2009, « Le “développement” contre la représentation? La technicisation du gouvernement local au Liban et au Maroc », in Camau Michel et Massardier Gilles (dir.), Démocraties et autoritarismes. Fragmentation et hybridation des régimes, Paris, Kharthala, p. 85-120.

Cohen Anouk, 2011, « La langue du silence dans le Maroc urbain contemporain », Revue de l’histoire des religions, 2, p. 245-263.

Desrues Thierry, 2008, « L’emprise de la monarchie marocaine entre fin du droit d’inventaire et déploiement de la «technocratie palatiale» », L’Année du Maghreb, Éditions CNRS, p. 231-273.

López García Bernabé, 2000, Marruecos Político. Cuarenta años de procesos electorales (1960-2000), Madrid, CIS.

MAP (Agence Marocaine de Presse), « Le dossier du Sahara marocain devant la 4ème Commission de l’Assemblée générale de l’ONU à New York », le 14 Octobre 2015. Available at http://www.maroc.ma/fr/actualites/le-dossier-du-sahara-marocain-devant-la-4eme-commission-de-lassemblee-generale-de-lonu (accessed 21 July 2015).

Ojeda Raquel et Suárez Ángela 2017, « Western Sahara in the Framework of the New Moroccan Advanced Regionalization Reform », in Ojeda-García et al. (dir.), Global, Regional and Local Dimensions of Western Sahara’s Protracted Decolonization. When a Conflict Gets Old, New York, Palgrave Mcmillan, p. 189-211.

Parejo María Angustias et Veguilla Victoria, 2008, « Elecciones y cambio político. Análisis diacrónico de los procesos electorales en Marruecos », Awraq, XXV, p. 11-40.

Szmolka Inmaculada, 2009, « Fragmentación de partidos en Marruecos: análisis de la oferta partidista y el sistema electoral », Revista Española de Ciencia Política, 20, p. 9-46.

Vairel Frédéric, 2014, Politique et mouvements sociaux au Maroc, Paris, Presses de Sciences Po.

Veguilla Victoria, 2004, « Le pourquoi d’une mobilisation «exceptionnelle» : Dakhla », in Bennani-Chraïbi M., Catusse M. et Santucci J-C (dir.), Représentations et mobilisations électorales au Maroc (Les législatives de septembre 2002), Paris, Ediciones Karthala, p. 235-264.

Veguilla Victoria, 2009, « L’articulation du politique dans un champ protestataire en recomposition. Les mobilisations des jeunes Sahraouis à Dakhla », L’Année du Maghreb, p. 95-110.

Veguilla Victoria, 2010, « Un estudio comparado de los procesos electorales en una ciudad sahariana (Dakhla) », in Parejo M.A. (dir.), Los procesos electorales como elemento democratizador en el Magreb, Barcelone, Editorial Bellaterra, p. 335-364.

Veguilla Victoria, 2011, Politiques du poulpe à Dakhla. Action publique, ressources naturelles et dynamiques sociales, Thèse de doctorat, Institut d’études politiques/Université de Grenade, Aix-en-Provence.

Veguilla Victoria, 2016, « Social protest and nationalism in Western Sahara: struggles around fisheries and housing in El Ayun and Dakhla », Mediterranean Politics, DOI:10.1080/13629395.2016.1215046

Veguilla Victoria, 2017a, « Changes in Moroccan Public Policies in the Western Sahara and International Law: Adjustments to a New Social Context in Dakhla », in Ojeda-García R. et al. (dir.), Global, Regional and Local Dimensions of Western Sahara’s Protracted Decolonization. When a Conflict Gets Old, New York, Palgrave Mcmillan, p. 235-255.

Veguilla Victoria, 2017b, « Fin de l’hégémonie des Awlâd Dlaym à Dakhla ? », in Boulay S. et Freire F. (dir.), Culture et politique dans l’Ouest Saharien, Paris, L’Étrave, p. 445-470.

Top of page

Notes

1 . Cette loi constitue un nouvel épisode de la régionalisation marocaine qui débute avec la création des régions économiques en 1971 et continue durant les années 1990 avec les deux réformes constitutionnelles (1992 et 1996) et avec la Loi relative à l’organisation de la région (1997). D’après cette dernière, les conseils régionaux se composent : 1. de représentants des conseils des communes et des assemblées préfectorales et provinciales, élus au niveau de chaque préfecture et province, par un collège électoral composé des membres élus desdits conseils et assemblées ; 2. de représentants des chambres professionnelles élus par un collège électoral composé des membres élus desdites chambres ou de leurs sections ; et 3. des représentants des salariés.

2 . La création en 2002 des Centres Régionaux d’Investissent (CRI) a constitué une dynamique « re-centralisatrice », d’après Catusse et al. (2007).

3 . La Marche Verte, en référence à la couleur de l’Islam, désigne une marche de 350 000 Marocains partant de Tarfaya le 6 novembre 1975, et allant jusqu’à Laâyoune, distante d’une centaine de kilomètres, visant – de la part du Maroc – à (re)prendre possession du territoire du Sahara Occidental qu’il revendique comme sien depuis 1956 et que l’Espagne a colonisé. Elle fait suite à un avis de la Cour Internationale de Justice, qui reconnaît un lien d’antériorité de ce territoire avec le Maroc, mais non pas un principe de souveraineté territoriale.

4 . Le Sahara Occidental est considéré par les Nations Unies comme un « territoire non autonome ». Cette ancienne colonie espagnole n’a toujours pas trouvé de statut définitif sur le plan juridique.

5 . Dakhla-Oued Eddahab est la région la plus méridionale du Sahara Occidental et Dakhla est la ville-phare de cette région où se concentre plus du 90 % de la population. Le secteur de la pêche reste le moteur principal de l’économie locale, même si une importante diversification des activités est observable depuis quelques années grâce au tourisme et à l’agriculture. Voir à ce sujet Veguilla (2011).

6 . Il est à noter que la nouvelle institution n’a ni les pouvoirs exécutif et législatif proposés dans le Plan Baker II, ni ceux proposés dans le Plan d’Autonomie Avancée. Dans ce dernier cas, par exemple, il s’agissait d’un exécutif pour l’ensemble du territoire disputé, tandis que dans le texte de la réforme de 2015, le Sahara continue à être divisé en trois régions. Sur ce point, le lien entre les processus électoraux analysés et le conflit de souveraineté serait plus symbolique que réel.

7 . L’analyse s’appuie sur des données ethnographiques recueillies en août-septembre 2015 (durant les élections communales et régionales) et en octobre 2016. Elle s’appuie aussi sur un travail de longue durée mené à Dakhla depuis le début des années 2000, qui nous a permis de suivre des acteurs tout en en incorporant, d’années en années, de nouveaux - et ce, jusqu’à ce dernier terrain.

8 . Notre analyse s’inscrit dans l’articulation de ces différents scrutins.

9 . Pour une analyse du multipartisme marocain, voir Szmolka (2009).

10 . L’enquête a donné la priorité aux individus qui se considèrent et qui sont considérés comme des Sahraouis, ce qui marginalise en partie la majorité des « migrants/colons » (selon que l’interlocuteur est nationaliste marocain ou sahraoui) et leurs descendants qui constituent un pourcentage très important de l’électorat. Les catégories de « candidats », d’« élus » et de leurs proches, catégories majoritairement sahraouies ont également été privilégiées. Par exemple, sur les six partis politiques analysés, cinq ont présenté un candidat sahraoui comme tête de liste. Pour aborder les stratégies des candidats auxquels nous n’avons pas eu accès directement, nous avons eu recours à un rapprochement par détournement, à partir d’entretiens réalisés avec leurs adversaires politiques, les partisans de leurs adversaires, leurs propres réseaux de partisans ainsi qu’avec les personnes qui n’appartiennent pas à ces groupes mais qui connaissent bien ces politiciens. Cette priorisation des acteurs (Sahraouis, candidats ou proches des différentes candidats) ne veut pas dire que les électeurs lambda ont été ignorés dans cette recherche. En effet, nous avons aussi eu des contacts avec des électeurs qui affirmaient ne pas être intéressés par les élections, ou qui prétendaient voter pour un candidat qui n’appartient pas à leur groupe tribal (qabîla) ; de même nous avons mené des entretiens avec des personnes issues de groupes plus favorisés dans la hiérarchie sociale mais qui jamais ne se sont porté candidats à l’occasion d’élections.

11 . Par stratégies de proximité, nous faisons référence aux contacts répétés entre les électeurs et le(s) candidat(s) aussi bien parce qu’ils partagent des liens lignagers que parce qu’ils ont entretenu des relations directes durant la campagne (étant donné le nombre réduit d’électeurs concernés par l’élection dans un arrondissement). Il ne s’agit donc pas d’une proximité géographique exclusivement, car, comme nous l’avons dit plus haut, les électeurs inscrits dans les différentes circonscriptions habitent presque tous à Dakhla.

12 . L’achat de voix est une stratégie utilisée par certains partis politiques au Maroc. Dans les circonscriptions analysées, et depuis les premières élections observées sur le terrain (législatives de 2002), la stratégie de marchandisation du vote a été largement repérée. Voir Veguilla (2004, 2011 et 2017b).

13 . Entretiens avec différents candidats du PJD (à la Région, à la municipalité de Dakhla et aux communes rurales). Entretiens réalisés en août-septembre de 2015.

14 . Le taux de participation de 85 % lors des premières élections tenues dans la région d’Oued Eddahab a été interprété par Mustapha Sehimi (envoyé par le journal Le Matin du Sahara) comme un geste de la population sahraouie pour souligner son attachement au Maroc (López García, 2000: 72-73). En 2015, Omar Hilale, le Représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies, a affirmé lors de la 70ème session de la Quatrième Commission de l’Assemblée Générale, que « [les élections du 4 septembre de 2015] ont été l’occasion pour les populations des provinces du Sud de démontrer, avec force et détermination, leur attachement indéfectible à leur mère patrie, le Maroc, en participant massivement à ces élections, rappelant que la région du Sahara a connu, avec 79 %, le taux de participation le plus élevé au niveau national » (MAP, 2015). Pour une analyse critique de ces thèses, voir Veguilla (2004, 2010 et 2011). Nous ne sommes pas en mesure de formuler de conclusions sur les motivations des électeurs d’origine marocaine ni sur un éventuel lien entre leur participation aux processus électoraux et la stratégie marocaine dans le conflit.

15 . Après la réforme, les compétences propres à la Région incluent le développement économique, la formation professionnelle et l’emploi, le développement rural non agricole, les transports régionaux, la culture, l’environnement, l’aménagement du territoire et le développement, ainsi que les partenariats économiques. De même, les compétences partagées et transférables ont été élargies et clarifiées, même si le principe de subsidiarité mentionné dans la Constitution de 2011 n’a pas été appliqué par les lois organiques. Voir à ce sujet, Bergh (2016).

16 . En fait, le quartier Hay El Hassani, la première phase des nouvelles constructions, est nommé par les habitants de Dakhla « Wakala » (Développement), en référence à cette institution qu’est l’Agence pour la Promotion et le Développement Economique et Social des Provinces du Sud. Pour en savoir plus, voir Veguilla (2017a).

17 . Terme désignant les personnes qui sont venues s’installer au Maroc depuis les camps de réfugiés de Tindouf.

18 . Entretiens réalisés avec différents électeurs (tous sahraouis) en août-septembre 2015.

19 . Entretien réalisé le 2 septembre 2015 auprès d’un entrepreneur de la pêche qui connait bien les liens des candidats de l’Istiqlal avec ce secteur stratégique de la ville (Khatta Yanja et Mohamed Lamine Hormatallah ont des entreprises de congélation de poisson).

20 . Nous empruntons la notion de « trajectoire de notabilité » au comité éditorial de la revue Politix, volume 17, n°65 (2004), pour qui il s’agit de s’attacher « aux pratiques de la notabilité, aux trajectoires et aux processus de la notabilisation – plus qu’à la catégorie de «notables» » (2004 : 12).

21 . Voir à ce sujet, Veguilla (2017a).

22 . Hamdi Ould Errachid est le frère cadet de Khalihenna Ould Errachid, le président du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes (CORCAS), un des premiers Sahraouis à avoir déclaré son allégeance au roi Hassan II, au moment du départ de l’Espagne du territoire.

23 . Le nomadisme partisan est une pratique courant au Maroc (Catusse 2004, Bennani-Chraïbi 2008, Desrues 2008) et au Sahara Occidental (Veguilla 2011).

24 . Lors des élections au Conseil communal de Bir Gandouz en 2003, deux candidats pour un poste de conseiller se disputaient les voix des 70 électeurs inscrits. En 2015, dans le même arrondissement, le chiffre est passé à 120 inscrits.

25 . Nous avons été témoin de la joie des partisans des vainqueurs des élections (les membres de la famille du candidat) le jour du scrutin, au moment de la proclamation des résultats dans les différents arrondissements. Ces derniers ont coupé la rue en klaxonnant, chantant, criant, portant aussi le vainqueur au-dessus d’eux Or, de l’autre côté, dans le même quartier, les partisans des candidats perdants se lamentaient du résultat.

26 . Dans le cas de la municipalité de Dakhla, un élu de l’USFP et un autre du PJD ont voté pour Joumani, ce qui a rendu possible sa réélection comme maire. Dans le cas du conseil de la Région, un élu de l’USFP a voté à Mouna Chagaf (PAM).

27 . Il est habituel que les entrepreneurs de la pêche à Dakhla réalisent des voyages fréquents à Nouadhibou.

28 . Entretien à un candidat aux élections communales un an après sa ténue, le 8 octobre 2016. L’interlocuteur faisait allusion au voyage de Khatta Yanja au siège de NU en avril de 2016 pour défendre la position marocaine.

Top of page

References

Bibliographical reference

Victoria Veguilla del Moral, « « Se situer » dans le nouveau système décisionnel au Sahara Occidental. Les élections régionales à Dakhla-Oued Eddahab », L’Année du Maghreb, 16 | 2017, 171-188.

Electronic reference

Victoria Veguilla del Moral, « « Se situer » dans le nouveau système décisionnel au Sahara Occidental. Les élections régionales à Dakhla-Oued Eddahab », L’Année du Maghreb [Online], 16 | 2017, Online since 10 July 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/3032 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3032

Top of page

Author

Victoria Veguilla del Moral

Professeure en Sciences Politiques, Universidad Pablo de Olavide.

Top of page