تصفح – مخطط الموقع
Dossier : États et territoires du politique
Deuxième partie. À la recherche d'un gouvernement local
2.2 La vitalisation du local par les "bas" : mobilisations populaires et participation citoyenne

Revendications morales et politiques d’une révolte. Les émeutes du Mzab en Algérie (2013-2015)

Moral and Political Claims of a Revolt. The Riots of the Mzab in Algeria (2013-2015)
Laurence Dufresne Aubertin
p. 209-222

ملخصات

À partir des représentations ordinaires du politique et de la production locale du sentiment d’injustice, cet article s’intéresse au sens de l’engagement émeutier au Mzab, qui dépasse la lecture communautariste. En s’appuyant sur des registres moraux, les habitants formulent des demandes de répartition des ressources matérielles et de reconnaissance plurielle qui visent à rectifier des situations sociales et politiques jugées inégalitaires. Ces représentations sont formulées autour de récits de marginalisation – ethnique, religieuse, économique et territoriale –, qui attestent des désirs de reconnaissance des spécificités ainsi qu’une exigence d’accession à des droits égaux. Cette tension alimente un rapport ambivalent au centre politique, qui traduit des demandes, éventuellement contradictoires, d’un « plus » d’intégration et d’autonomie.

أعلى الصفحة

النص الكامل

  • 1 . Par ce terme, j’entends un mode de participation politique où s’exprime « une critique sociale di (...)
  • 2 . Ce terme signifie le désordre, l’anarchie. D’autres qualificatifs sont également invoqués, tel qu (...)
  • 3 . Les « jeunes », renvoient au terme arabe « shebab », et fait référence à des univers sociaux dive (...)

1Entre décembre 2013 et juillet 2015, la région du Mzab, située au centre de l’Algérie, a été le théâtre d’émeutes1 d’une ampleur inédite. Ces mobilisations sont qualifiées par les habitants de « faw»2. Ce terme désigne tantôt une séquence temporelle historiquement située (2013-2015), entendue comme le « basculement » dans une situation de conflit ; tantôt un mode d’action (« faire la fawa ») assimilé à la convergence de populations dans la rue où des « jeunes » 3 hommes s’affrontent à l’aide d’armes artisanales et s’opposent aux forces de l’ordre.

  • 4 . Des émeutes, récurrentes au cours des 20 dernières années, se sont déroulées au Mzab en 1975, 198 (...)
  • 5 . Le malékisme est l’une des quatre écoles classiques du sunnisme, qui prédomine en Algérie, aux cô (...)
  • 6 . En l’absence d’observation des émeutes in situ, cet article n’a pas pour objectif d’analyser les (...)

2En vertu de la diversité ethno-confessionnelle de la région et de l’histoire locale ponctuée de heurts sporadiques4, ces actions protestataires sont interprétées comme la résurgence d’un conflit communautaire qui opposerait des « Arabes » de rite malékite à des « Berbères-mozabites » de confession ibadite5. Or, l’explication par le communautarisme s’avère lacunaire lorsqu’il s’agit de comprendre ces émeutes, tant elle renvoie les individus à une identité collective substantielle et tend à essentialiser leurs revendications. Les mouvements d’action collective révèlent plutôt l’implication de catégories sociales variées6 qui croisent diverses appartenances sociopolitiques et attestent du caractère composite des groupes communautaires.

  • 7 . Bien que je souligne le caractère conjoncturel des « marges », j’entends par ce terme une situati (...)
  • 8 . Cet article est tiré d’un mémoire de Master 2 intitulé Fabrique des citoyennetés et des territoir (...)
  • 9 . Pour des approfondissements sur les émeutes et la « politique du sensible », voir l’article de Ha (...)
  • 10 . L’apathie politique est considérée comme inhérente aux situations autoritaires d’une part, (Linz, (...)

3Cette contribution explore les processus d’identification et les usages du référent communautaire, entendu comme une valeur sociale, qui renvoie à des dimensions économiques, culturelles et politiques. La conjonction, au cours des émeutes, entre la construction de l’altérité et les registres contestataires s’appuie sur la perception des populations locales de constituer des « marges »7, tant à l’échelle locale que nationale. À partir de l’observation et de l’étude d’expériences sensibles issues d’une enquête de terrain réalisée à Ghardaïa8 en mars 2016, je propose d’interroger les représentations ordinaires du politique, ainsi que la production locale du ressentiment et de l’injustice, qui sous-tendent les registres de revendication9. À l’encontre des travaux postulant l’apathie politique des populations algériennes10, cet article s’intéresse aux sens de l’engagement émeutier au Mzab et à la politisation, en creux, des populations de la région.

4Ainsi, j’étudierai les pratiques et processus de différenciation sociale et territoriale des groupes communautaires au cours des émeutes, avant de m’intéresser aux demandes de reconnaissance (Honneth, 2013) formulées par les populations locales à partir de registres de droits moraux.

Les émeutes : vecteurs et pratiques de différenciation communautaire

La dynamique des émeutes

  • 11 . Division administrative correspondant à un gouvernorat.
  • 12 . Le FLN est un parti fondé en 1954 afin d’obtenir l’indépendance de l’Algérie, avant de s’intronis (...)
  • 13 . Le 13 octobre 2014, 1500 policiers ont pris part à une manifestation pacifique devant le siège de (...)

5Le 15 décembre 2013, des « jeunes » manifestent devant le siège de la wilaya11 à Ghardaïa afin de contester les listes des bénéficiaires des logements sociaux, considérées par les « Arabes » comme privilégiant les membres de la communauté mozabite. Ils bloquent pendant trois jours les artères principales du centre-ville d’où ils érigent des barricades à l’aide de pneus en feu. Des commerçants, majoritairement mozabites, sont sommés par les groupes mobilisés de fermer leur boutique, avant que des dizaines de magasins ne soient saccagés et incendiés. Une grève des commerçants est alors déclarée afin de dénoncer le « climat d’insécurité ». Le 26 décembre 2013, le cimetière mozabite Sidi ‘Aisa est profané et le mausolée de ‘Ammi Sa‘id détruit, sans que les forces de l’ordre présentes sur place n’interviennent. Des heurts entre des membres des différentes communautés, augmentant en fréquence et variant en intensité, se produisent par intermittence pendant dix-huit mois à Ghardaïa et s’étendent sporadiquement à d’autres localités du Mzab. Plusieurs centaines de blessés et une quarantaine de morts sont recensés, tandis que nombre de maisons, de magasins ainsi que de terres agricoles sont pillés et incendiés. Des dégradations sont aussi perpétrées à l’encontre d’une zone industrielle et de bâtiments publics, dont le siège local du Front de libération nationale (FLN)12, incendié en mai 2014 – soit un mois avant la tenue des élections présidentielles. Des actions protestataires fragmentées, telles que des manifestations ou des grèves de commerçants, d’établissements scolaires et de policiers13, se produisent également au cours de cette période.

  • 14 . Propos du Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, le 22 janvier 2014.
  • 15 . Le déploiement des policiers s’est fait en plusieurs étapes, on recense 6000 policiers en octobre (...)
  • 16 . L’autonomie du Mzab a été promue pendant les émeutes par divers mouvements, tel que le Mouvement (...)

6À ces émeutes, les autorités algériennes répondent d’abord par un réflexe rentier à travers l’octroi d’aides à la construction, ainsi que par la distribution de 30 000 terrains dans la wilaya, dont 9 000 assignés à la commune de Ghardaïa. Puis, elles tentent de minimiser les affrontements en les assimilant à de « petites altercations entre jeunes »14. Elles recourent également à un registre discursif qui vise à décrédibiliser l’action protestataire : les participants sont assimilés à des délinquants, qui agissent sous l’influence de drogues et d’alcool et sont suspectés de vouloir déstabiliser la région pour le compte de puissances étrangères ou pour le bénéfice de groupes mafieux. Parallèlement, les autorités algériennes tentent de désamorcer ces émeutes en sollicitant la médiation des élites locales et communautaires. Dans le même temps, elles font en sorte d’augmenter les coûts de la mobilisation, en recourant à un dispositif répressif qu’elles exercent par le biais d’un renforcement de la présence policière (10000 policiers assurent le maillage du territoire local15), ainsi que par des arrestations massives des « jeunes » mobilisés et activistes politiques. En juillet 2015, à la suite d’une nuit d’affrontements à Guerrara causant 22 victimes, l’armée est déployée dans la région. Le renforcement de la répression et la désignation comme boucs émissaires des membres d’un collectif berbériste appelant à l’autonomie du Mzab16 signent la fin des mobilisations et permettent aux autorités algériennes, par la même occasion, de se présenter comme garantes de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale.

Mobilisation des appartenances et différenciation socio-territoriale

  • 17 . Alphabet utilisé dans les langues amazigh.

7L’observation des usages du territoire, et notamment des modifications des pratiques citadines au quotidien, souligne la consolidation des systèmes d’interrelations communautaires au cours des émeutes. L’utilisation des « ressources de la cohésion communautaire » (Picard, 1991) comme ressort des actions collectives s’accompagne d’une inflation des rhétoriques identitaires, à travers un double processus d’affirmation et d’assignation des identités qui actualisent une différenciation sociale et territoriale entre les groupes d’appartenance. À cet égard, le marquage du territoire révèle une « mise en scène identitaire » (Bennafla et Peraldi, 2009) qui consiste à identifier des cibles au moyen de symboles – les biens mozabites sont marqués par des signes tifinagh17 ou des inscriptions sur les murs des maisons, tels que « habité par une famille arabe ». Ces pratiques précèdent parfois les assauts. Ils servent un objectif d’exclusion, mis en visibilité par des messages comme « Dégages ! », mais aussi d’appropriation du territoire, dès lors que les murs de la ville – qui alternent entre « Vive les Arabes » et « Vive le Mzab » – servent à afficher la prédominance ethnique de la population du quartier.

  • 18 . Au moment de l’enquête de terrain, soit huit mois après la fin des émeutes, ces pratiques de cont (...)

8De leur côté, les attaques à l’encontre des personnes physiques génèrent une modification des représentations sécuritaires de la ville et concourent à une transformation des pratiques urbaines. La perception de la menace est transposée spatialement et le risque est interprété en fonction de la prédominance communautaire des lieux. Des stratégies de contournement visant à éviter les espaces considérés comme dangereux sont adoptées par les habitants et perdurent au-delà des affrontements18 – que ce soit la modification des trajets quotidiens, des modalités de transport public, ou des itinéraires routiers de taxis. Ces logiques d’évitement, joint au confinement spatial des populations lors des émeutes, engendrent un dédoublement des lieux d’approvisionnement, tels qu’en atteste la récente implantation de marchés informels, de stations-services et de puits hydrauliques qui assurent des services de proximité. La différenciation communautaire des pratiques commerçantes – par le refus d’acheter à l’Autre – témoigne d’une recomposition des rapports sociaux et d’un repli identitaire. Les pratiques quotidiennes des habitants se réorganisent ainsi autour de « stratégies de protection » (Tratjnek, 2009) qui visent à produire une distanciation avec l’Autre désormais perçu comme menaçant.

  • 19 . La distinction identitaire des quartiers tient à la structuration des villes du Mzab, construites (...)
  • 20 . Berriane est une ville du Mzab située à 45 km de Ghardaïa. Les émeutes de 2008-2009 y ont entraîn (...)

9Les multiples incendies, pillages et attaques envers des maisons, contribuent au sentiment d’insécurité. Les mobilités résidentielles se réalisent par le truchement d’échanges de maisons et de parcelles foncières entre habitants résidant dans des quartiers où prédomine l’« autre communauté ». Bien que la distinction spatiale des groupes sociaux ne soit pas inédite au Mzab19, les émeutes accroissent l’homogénéisation ethno-confessionnelle des quartiers. Déjà, des émeutes à Berriane, en 2008 et 200920, avaient occasionné des recompositions socio-spatiales au moyen de transactions foncières. Les émeutes révèlent ainsi un processus de délimitation de frontières qui, en réorganisant la ville en quartiers « communautaires », contribue à la différenciation entre les groupes sociaux et à maintenir ces derniers dans des « lieux assignés » (Mussard, 2017).

  • 21 . Cette prérogative semble être une réactivation de pratiques auparavant exercées par les
    jema’a lo (...)

10La succession d’affrontements localisés engendre des lignes de confrontation qui correspondent aux espaces de « chevauchement » et de « passage » d’un quartier à un autre ; celles-ci suivent les points d’intersection et d’accès aux différents espaces en voie de communautarisation. De même, le dispositif sécuritaire mis en place par les autorités algériennes – qui consiste en un quadrillage de la ville – entérine un verrouillage spatial à l’échelle du quartier. Ce dernier devient, de fait, un espace de mobilisation où s’actualisent et se renforcent des mécanismes de solidarité assurés par un ensemble de réseaux locaux plus ou moins structurés. À titre d’illustration, des membres des communautés mozabites ont mis en place un « comité de coordination et de suivi » (CCS) qui repose sur des réseaux de solidarité antérieurs. Des acteurs déjà mobilisés dans diverses associations de quartier et organisations communautaires s’y engagent : encadrant des actions protestataires et assurant la défense des quartiers par le biais de patrouilles21.

11L’organisation d’une défense propre aux groupes mozabites s’appuie, en outre, sur un sentiment de persécution de la part des autorités algériennes. La perception d’une « réticence » des policiers à intervenir lors des émeutes et la participation de certains des agents de la police nationale à des assauts contre des biens et quartiers mozabites sont interprétées comme une volonté de « mater » la communauté. De nombreuses vidéos ont été brandies comme preuves d’un tel état de fait et soulignent le caractère raciste des interventions de la police, perçue comme agissant en connivence avec des groupes de « jeunes » arabes qualifiés de « terroristes ». La dénonciation de la stigmatisation est mise en visibilité lors de manifestations par le biais de slogans tels que : « Arrêtez la persécution des Mozabites »22 et : « Pouvoir algérien, pouvoir assassin »23. La répression des émeutes alimente le processus de différenciation communautaire et conduit les groupes sociaux à se présenter respectivement comme les « véritables » victimes des pratiques coercitives de l’État.

  • 24 . L’inflation des rhétoriques communautaires est attribuée, par la population, à différentes notabi (...)

12Bien que les liens communautaires se consolident lors des émeutes, les habitants de Ghardaïa contestent l’explication ethno-confessionnelle et critiquent, en sus, l’instrumentalisation politique des appartenances par des entrepreneurs de cause24. L’utilisation des catégories usuelles communautaires comme expression du sentiment d’appartenance au groupe doit davantage être rapportée aux situations d’inégalités ainsi qu’aux « attentes normatives » (Honneth, 2013) formulées au cours des émeutes, qui confèrent à ces identifications une signification sociale.

Revendication de droits moraux et demandes de reconnaissance

13Les sentiments d’injustice alimentent les émeutes et articulent une contestation de l’ordre social et politique, qui, au Mzab, concerne aussi bien les relations entre les groupes communautaires que leur rapport à l’État. Contrastant avec la pléthore de policiers déployés dans la région, les habitants de Ghardaïa déplorent l’« absence » de l’État. Attendant de sa part un rôle protecteur et redistributeur, qui contraste avec les réalités qu’elles vivent au quotidien, les populations locales expriment un sentiment d’abandon et de « délaissement » de la région de la part des autorités publiques. Mais, au-delà de la répartition des ressources matérielles, la revendication des droits s’inscrit dans des conceptions morales qui ont trait à des expériences de mépris. Les (ré)interprétations des émeutes par les habitants présentent ainsi des luttes de sens qui se cristallisent sur des injustices fortement ressenties. En s’appuyant sur ces registres, les habitants formulent des demandes de reconnaissance plurielles qui visent à rectifier des situations sociales et politiques jugées inégalitaires.

Ancrage et appartenance locale : « Les Mozabites, ils disent que Ghardaïa leur appartient » 

  • 25 . Le gaz naturel de Hassi R’Mel et le pétrole de Hassi Messaoud ont été découvert en 1956. Pour une (...)

14Les villes du Mzab connaissent d’importantes mutations socio-urbaines depuis la découverte des hydrocarbures dans la région25. Ces transformations témoignent de la modification des rapports de pouvoir avec le centre politique qui renvoient, d’une part, à la territorialisation accrue de l’État dans les régions du Sud et, d’autre part, à des changements démographiques d’ampleur engendrés par la sédentarisation des populations arabes nomades et l’installation de populations, issues des régions rurales avoisinantes, à la recherche d’emploi (Dris-Aït Hamadouche et Zoubir, 2009).

  • 26 . Entretien avec Oum Nora, 61 ans, résidente de Hay el-Moudjahidin, mars 2016.

15Décrites comme une « arabisation » de la région par les communautés mozabites, ces évolutions fomentent leur crainte d’une assimilation culturelle. Les populations arabes soulignent, en retour, leurs difficultés d’insertion dans une localité longtemps dominée par les communautés mozabites. Ces récits correspondent à des concurrences relatives à l’ancrage des groupes sociaux dans un même territoire et révèlent leur capacité différenciée à « se dire la ville » (Belguidoum et Mouaziz, 2010). Formulés au cours des émeutes, ces discours énoncent, de part et d’autre, la montée d’un sentiment d’exclusion et des demandes de reconnaissance et d’appartenance à la localité. Oum Nora, retraitée de soixante ans, relocalisée à Hay el-Moudjahidin à la suite du second incendie de sa maison dans un quartier « mixte », évoque ce qui constitue pour elle le déclenchement des tensions : « Les Mozabites ont dit : « Ghardaïa nous appartient, on ne veut pas qu’il y ait des Arabes qui restent ici ». […] Les Arabes ils disent : « On est là. Si tu es capable de me faire sortir de ma ville natale, approche ! »26

  • 27 . Ces deux épellations diffèrent de l’officielle. Le découpage administratif de 1985 standardise l’ (...)
  • 28 . Pour une description détaillée de ces enjeux toponymiques et des « mythes des origines », voir Ch (...)
  • 29 . À titre d’exemple, les émeutes de 1988 à Ghardaïa ont été déclenchées à l’occasion de l’inaugurat (...)

16Les luttes de reconnaissance et d’arrimage au lieu s’expriment par des registres d’appropriation symbolique et mémorielle de la ville. Elles visent à faire valoir l’ancienneté du groupe et son ancrage dans la localité. À cet égard, l’usage d’épellations distinctes de la ville de Ghardaïa – l’une en dialecte berbère tumzabt retranscrite en arabe et l’autre en arabe27 – permet aux groupes sociaux de faire valoir leur autochtonie par la référence à des « mythes des origines » différents28. La nomination des bâtiments publics, honorant une histoire locale mozabite, est vécue par les populations arabes comme une exclusion symbolique de la mémoire régionale et est dénoncée au moyen d’émeutes29. La toponymie et la mémoire orale portant sur les délimitations des propriétés collectives des tribus sont employées dans des objectifs symbolique et politique (Cherifi, 2003) et permettent, en cela, de valoriser ou de contester l’ancrage local des groupes.

  • 30 . Entretien avec Fatiha R., 58 ans, résidente de Hay el-Moudjahidin, mars 2016.

17Les attaques envers des cimetières mozabites, tels que ceux de Melika et du Cheikh ‘Ammi Sa’id maintes fois profanés, fournissent un exemple de l’imbrication des revendications identitaire et territoriale. Fatiha, habitante à Hay el-Moudjahidin, relate le sens qu’elle donne à l’assaut des « jeunes » de son quartier à l’encontre d’un cimetière : « Ils ont cassé le mur du cimetière, ils sont rentrés et ont dit : ‘On est chez nous’. Parce que les Mozabites, ils avaient fait un barrage, ils avaient fait un barrage pour que les Arabes ne rentrent pas. ».30 En constituant un repère visuel et mémoriel de l’ancrage des ancêtres dans un lieu, les destructions de sépultures sont interprétées par les populations mozabites comme une volonté de les déraciner de leur territoire « ancestral » et de porter atteinte à leur patrimoine.

18Néanmoins, les cimetières ne sauraient être uniquement envisagés comme un « support identitaire » (Grangaud, 2015) : ils s’inscrivent également dans des demandes d’accès à la terre. Consubstantielle à la citoyenneté locale, la distribution des biens fonciers permet l’ancrage des groupes sociaux dans le lieu par l’accès à la propriété (Jacob, Le Meur, 2010). Dans un contexte de saturation spatiale de la vallée du Mzab, les compétitions pour l’accaparement des parcelles bâtissables participent à l’accentuation des tensions sociales. La construction de murs autour des cimetières mozabites vise à les préserver de l’étalement des habitations informelles issues des quartiers où prédominent des populations arabes, et résultent en des heurts entre « jeunes » des différents groupes sociaux, ainsi qu’avec les forces de police. La ville s’impose ainsi comme un espace de lutte pour l’ancrage des communautés et un territoire à défendre contre un processus d’« acculturation ».

Inégalités territoriales et économiques : « On est algérien, on a le droit, ça se finance par la rente pétrolière » 

19Dans un contexte de régression du rôle social de l’État algérien, les politiques de développement et de distribution des ressources publiques sont décrites comme productrices des conditions de possibilité des émeutes au Mzab. Déclenchées avec l’affichage des listes des bénéficiaires des logements sociaux, les émeutes témoignent d’attentes envers l’État en matière de redistribution des ressources. De multiples clivages socio-économiques, territoriaux et générationnels alimentent des registres revendicatifs ambivalents à l’égard de l’État, où sont alternativement mobilisées des demandes accrues d’intégration et d’autonomie régionale.

  • 31 . Le nord de la wilaya de Ghardaïa est à 50 km des puits de pétrole de Hassi R’Mel.

20La contestation des conditions d’attribution des logements sociaux s’inscrit dans l’histoire des mobilisations du Sud algérien. Depuis la fin de la guerre civile, les manifestants défendent l’idée d’un droit d’accès prioritaire aux emplois et ressources publics pour les populations locales (Bennadji, 2006). À l’origine de ces demandes réside le constat du caractère régional des richesses économiques de la Nation, à savoir l’exploitation des hydrocarbures.31 Les mobilisations locales relaient des demandes de réajustement de la distribution de la rente pétrolière, perçue par les « Sudistes » comme bénéficiant disproportionnellement aux régions et populations du Nord. Les critiques s’en prennent à la verticalité descendante des processus de décision et dénoncent, par-là même, l’inégalité des rapports de force entre les régions du Nord et du Sud algérien. Ces manifestations protestataires contribuent depuis lors, par la violence émeutière et les mobilisations de chômeurs (Belakhdar, 2015), à la construction d’un problème public qui renvoie à l’existence d’un fort sentiment d’injustice. Celui-ci prend sa source dans ce que les populations du Sud construisent comme un paradoxe – à savoir, la richesse du sous-sol de leur région et leur situation de pauvreté.

21Au Mzab, ce désaveu du système de gouvernance publique s’inscrit dans des concurrences socio-économiques locales, qui s’énoncent par la construction d’un Autre privilégié par l’État. La dénonciation de l’injustice dans la distribution des ressources publiques locales comme nationales s’exprime, d’un côté, par une mise en récit de la paupérisation des populations arabes. Les propos d’un représentant de l’association du quartier Hay el-Moudjahidin mettent en scène une conscience collective qui dénote l’émergence d’une « communauté-classe » (Picard, 1985) : « Ils [les Mozabites] ont de l’argent, ils sont éduqués, ils contrôlent tout. Nous, on a la pauvreté et le chômage ».32 Le recours à ces représentations culturalistes à propos du statut économique des Mozabites est fréquent pour contester leur « droit » et légitimité à obtenir des ressources publiques. En ciblant le siège de la wilaya et les commerces mozabites au cours des émeutes, les « jeunes » arabes s’attaquent à la représentation du pouvoir politique régional et économique local, perçu comme tenue par les Mozabites. Ce faisant, ils réclament leur « dû », dont ils fondent la légitimité sur leur situation économique précaire et dénoncent leur exclusion des réseaux de redistribution locaux et nationaux.

  • 33 . Pour une lecture de cas similaires, voir l’article de Allal et Bennafla (2011).

22De l’autre côté, les revendications d’accès aux logements sociaux portés par les « jeunes » mozabites s’appuient sur la construction d’un Autre (« arabe ») représenté comme « assisté » et « privilégié » par l’obtention des ressources publiques. Cette représentation de l’Autre se fonde sur une identité sociale forgée autour d’une « tradition » d’autonomie des populations mozabites, qui convoque, d’une part, une histoire régionale idéalisée33 et, d’autre part, des mécanismes différenciés d’intégration dans la communauté politique nationale. Alors qu’au lendemain de l’indépendance, les populations arabes locales s’insèrent dans le jeu institutionnel algérien à travers le FLN, les élites réformistes ibadites optent pour une représentation unique qui s’appuie sur les institutions communautaires. En se positionnant comme les seuls représentants de la communauté auprès des autorités publiques, ces notables mozabites posent les conditions d’une préservation de leur autorité locale et de l’autonomie régionale (Jomier, 2012). Cette stratégie se consolide lors de l’« ouverture au pluralisme » en 1989 par le recours à une liste indépendante édictée par un conseil de notables locaux (el-Kourti), qui positionne la communauté mozabite comme un « acteur à part entière » du jeu électoral (Hachemaoui, 2003). Ce discours d’autonomie de la communauté mozabite prend ancrage, au quotidien, dans la critique du centralisme d’État, ainsi que dans la remise en cause du mode de domination « paternaliste » imposé aux habitants de la région. Les mécanismes de redistribution des ressources publiques sont ainsi dénoncés comme des dispositifs d’assujettissement qui, sous des airs « protecteur », participent à maintenir de larges pans de la société algérienne en situation de dépendance envers l’État. À ce titre, les systèmes de solidarité communautaire et de redistribution propre aux Mozabites sont présentés par les représentants du groupe comme le moyen de se soustraire aux logiques clientélistes et, par-là même, au contrôle des autorités étatiques.

23Or, la sollicitation par les « jeunes » mozabites des notables locaux pour l’obtention des logements sociaux, atteste vraisemblablement d’une modification de cette identité sociale. En effet, ces derniers fondent leurs revendications sur une volonté de recevoir leur « juste part » et de faire valoir leurs droits à obtenir, de la part de l’État, des aides équivalentes aux populations « arabes ». Les demandes de distribution « équitable » entre populations du Mzab s’appuient ainsi sur le principe d’une priorité d’accès aux ressources pour les populations locales, mais surtout, sur la mise en avant d’une « algérianité » mozabite qui légitime leurs doléances. Par conséquent, les concurrences relatives à l’obtention des logements sociaux ne sauraient être cantonnées à de pures logiques économiques et stratégiques d’acquisition de la rente pétrolière. Les revendications des droits réfèrent à des implications d’ordre moral, qui adressent à l’État des demandes de justice et d’équité, et témoignent d’une volonté d’inclusion et de reconnaissance de l’appartenance des populations du Mzab à l’ensemble national.

Insertion dans la communauté nationale : « Les Mozabites sont des Algériens ! »

  • 34 . Par exemple, l’institution des Cha‘anba pour l’enracinement et le développement (mu’asasa al-cha‘ (...)

24Au Mzab, les populations formulent à l’État des demandes de reconnaissance quant à la contribution de la région à l’économie nationale et, au-delà, cherchent à être inclues dans l’imaginaire national. L’appartenance à la Nation s’affirme par la mobilisation de symboles, de reconstructions narratives et de luttes mémorielles. Elle s’exprime par une valorisation de la participation des populations locales à la guerre anticoloniale, au travers de Collectifs mozabites et arabes34, qui mettent en évidence leur célébration de l’indépendance - photos d’époque à l’appui. Ces différentes manifestations s’accompagnent d’une dénonciation de l’exclusion des régions sahariennes de l’écriture de l’Histoire nationale et révèlent des revendications communes de reconnaissance de l’« algérianité » des populations du Mzab.

  • 35 . L’auteur, Moufdi Zakaria, est un Mozabite né à Beni Isguen.

25En dépit de ce sentiment commun d’exclusion régionale, les demandes d’intégration à la communauté nationale traduisent également des concurrences locales autour de la contribution des différentes communautés à la guerre d’indépendance. La célébration des nombreux martyrs et combattants des tribus arabes est utilisée afin de se présenter comme la figure locale du résistant nationaliste. Marginalisant la participation des populations mozabites, ces discours sont utilisés lors des émeutes pour disqualifier leur attachement à la Nation. De leur côté, les populations mozabites contestent leur évincement de la mémoire nationale et exacerbent leur allégeance en s’appropriant des symboles nationaux, tels que l’hymne national35, et en intégrant le drapeau algérien dans les manifestations, lors des enterrements ou pavoisant aux fenêtres des maisons et sur les mosquées.

  • 36 . Pour une étude détaillée, voir la thèse de Jomier (2015).
  • 37 . Le kharijisme est une branche de l’islam dont est issu l’ibadisme.
  • 38 . La religion officielle du Sultanat d’Oman est l’islam ibadite.

26Ces discours revendicatifs s’inscrivent dans une trajectoire complexe de l’intégration territoriale de la région à l’espace national36, dont les émeutes soulignent, à certains égards, la permanence de dissensions locales relatives à l’appartenance nationale. Depuis l’indépendance, les notables locaux issus du mouvement réformiste ibadite cherchent à ancrer la région dans le narratif national par des reconstructions historiographiques. Ils visent à intégrer les élites dans « la geste nationaliste » (Jomier, 2012) par une réécriture de soi qui articule les caractéristiques communautaires mozabites aux attributs nationaux. Ce processus consiste notamment à « faire accepter les ibadites comme musulmans et non comme kharidjites » et à « penser l’arabité des berbérophones du Mzab » (Jomier, 2015). À ce titre, la désignation des populations mozabites comme « kharijites »37 lors des émeutes est interprétée comme une contestation de leur insertion dans les contours de la citoyenneté nationale. Le registre religieux est utilisé en tant que mécanisme d’exclusion pour rejeter l’appartenance des Mozabites à la communauté de croyance, par le biais de slogans tel que : « Il n’y a de Dieu que Dieu, les Ibadites sont les ennemis de Dieu », scandés au cours des manifestations. De même, l’invocation du rite ibadite est employée pour souligner une origine mythifiée des populations mozabites, localisée à Oman38 qui, en construisant une figure de l’étranger, sert les luttes d’autochtonie locale.

Légitimité institutionnelle et contestation de l’ordre politique

  • 39 . Sans être exhaustif, nous avons identifié des membres du CCS, des notables issus du conseil des s (...)

27Les émeutes témoignent d’une rupture de légitimité entre la population et les agents d’autorité qui s’ancre, dans les discours des acteurs mobilisés, par des critiques relatives aux mécanismes de neutralisation de la contestation39. Certains Collectifs, tels que des membres du CCS, dénoncent le contournement des revendications portées par des associations locales et le recours, par les pouvoirs publics, aux agents de l’intermédiation communautaire pour gouverner. Ces critiques trouvent leur prolongement dans la contestation de la stratégie de « représentation unique », perçue par de nombreux mozabites mobilisés comme permettant le contrôle de leur communauté par les autorités algériennes à travers la cooptation des représentants locaux. Si les conseils de notables demeurent des acteurs centraux du jeu politique local et jouissent d’une légitimité auprès de franges de la communauté mozabite, ils sont perçus, par les acteurs mobilisés au cours des émeutes, comme des agents d’un régime politique corrompu. Souffrant de discrédit, particulièrement auprès des « jeunes » générations, leurs tentatives de médiation sont dénoncées, d’une part, comme portant l’« empreinte » des pouvoirs publics et visant, d’autre part, à empêcher la revendication de droits, tels que la sécurité et l’égalité entre les citoyens algériens.

  • 40 . Pour une lecture critique des discours sur l’« alternance associative » dans le monde arabe, voir (...)

28Le sentiment d’injustice ressenti au cours des émeutes par les acteurs mobilisés suscite une remise en cause de la légitimité des institutions locales et nationales. La contestation de l’ordre institutionnel puise notamment ses ressorts dans la dénonciation de l’accaparement des conseils « traditionnels » par un groupe de notables en perte de légitimité. En revendiquant un processus démocratique de sélection des représentants et davantage de transparence dans la gestion des affaires de la communauté, les Collectifs qui ont pris part aux émeutes relaient des demandes de participation politique « directe » et une contestation d’un « système » politique corrompu et verrouillé. La mobilisation de ces Collectifs s’accompagne toutefois d’un processus d’autolimitation qui circonscrit les demandes de changement politique aux institutions locales et vise à en assurer la préservation. En effet, les acteurs mobilisés craignent de porter atteinte aux conseils de notables locaux qui sont perçus comme le rempart à l’assimilation de la communauté. S’ils aspirent à redéfinir les rapports qu’entretiennent les institutions locales avec les pouvoirs publics, de manière à préserver l’autonomie de ces institutions et à favoriser le développement d’une « alternative associative » (Camau, 2002)40, ils ne souhaitent pas pour autant mettre fin à leur existence.

  • 41 . On recense par exemple des sit-in, effectués par les épouses et les enfants des détenus à Alger, (...)

29Ainsi, les acteurs mobilisés contestent un système de gouvernance qui prend appui sur la répression et tend à assurer la reproduction d’élites locales vues, par eux, comme illégitimes. À ce titre, la réaffirmation de la légitimité politique des notables par les autorités algériennes au sortir de la crise alimente les discours contestataires. La dénonciation des pratiques coercitives de l’État s’exprime par de multiples affrontements avec la police lors des arrestations de « jeunes » ou de militants politiques et se prolongent, postérieurement aux émeutes, par des mobilisations pour la libération des prisonniers politiques41.

Conclusion

  • 42 . Notons toutefois que les logiques d’identification et de classification sont multiples et varient (...)

30En analysant les représentations ordinaires du politique au Mzab, cet article traite des multiples sens de l’engagement des populations locales au cours des émeutes. Si ces dernières donnent lieu à des interprétations concurrentes, leur compréhension ne saurait être réduite à un simple conflit ethno-confessionnel. L’identification communautaire, au cours et au-delà des émeutes, correspond à la fois à un système local de classification42 et à des expériences collectives de marginalisation et de violence.

31Les sentiments de déni de reconnaissance et d’oppression mis en visibilité lors des révoltes reposent sur des rapports quotidiens entre les habitants et avec les autorités publiques. Ils renvoient à des déficits d’intégration sociale et politique qui, articulés à une sémantique identitaire, s’appuient sur des dimensions ethnique, religieuse, socioéconomique et territoriale. La mobilisation du registre de l’appartenance relaie des demandes de redéfinition des contours de la « mozabité » et de l’« algérianité », qui attestent des exigences de reconnaissance des spécificités et d’accession à des droits égaux. Cette tension alimente un rapport ambivalent au centre politique, qui traduit des demandes, éventuellement contradictoires, d’un « plus » d’intégration et d’autonomie. Les habitants de Ghardaïa énoncent des attentes d’inclusion et d’équité, qu’ils adressent aux autorités publiques par le recours à des registres d’ordre moral et de revendication de droits. En dénonçant l’injustice d’État et les pratiques corruptrices de celui-ci, les registres protestataires s’inscrivent, en creux, dans une contestation d’un ordre politique autoritaire.

أعلى الصفحة

بيبليوغرافيا

Allal Amin, Bennafla Karine, 2011, « Les mouvements protestataires de Gafsa (Tunisie) et Sidi Ifni (Maroc) de 2005 à 2009. Des mobilisations en faveur du réengagement de l’État ou contre l’ordre politique ? », Revue Tiers Monde 2011/5 (HS), p. 27-45.

Belakhdar Naoual, 2015, « « L’éveil du Sud » ou quand la contestation vient de la marge. Une analyse du mouvement des chômeurs algériens », Politique africaine n°137, p. 27-48.

Belguidoum Saïd, Mouaziz Najet, 2010, « L’urbain informel et les paradoxes de la ville algérienne : politiques urbaines et légitimité sociale », Espaces et sociétés n° 143, p. 101-116.

Bennafla Karine et Peraldi Michel, 2008, « Introduction. Frontières et logiques de passage : l’ordinaire des transgressions », Cultures & Conflits, 72, p. 7-12.

Bennadji Chérif, 2004, « Algérie : la fin de la crise politique ? », L’Année du Maghreb, I, p.175-206.

Briquet Jean-Louis, Sawicki Frédéric, 1989, « L’analyse localisée du politique », Politix, vol. 2, n°7-8, Octobre-décembre, p. 6-16.

Camau Michel, 2002, « Sociétés civiles “réelles” et téléologie de la démocratisation », Revue internationale de politique comparée, vol. 9, (2), p. 213-232.

Cherifi Brahim, 2003, Études d’anthropologie historique et culturelle sur le Mzab, doctorat en anthropologie, Paris 8.

Dris-Aït Hamadouche Louisa, H. Zoubir Yahia, 2009, « Pouvoir et opposition en Algérie : vers une transition prolongée ? », L’Année du Maghreb, V, p. 111-127.

Grangaud Isabelle, 2015, Citoyennetés locales au Maghreb : les perspectives de la longue durée, Demande d’affectation IRMC- Tunis (UMIFRE 1), p. 1-28.

Hachemaoui Mohammed, 2003, « La représentation politique en Algérie entre médiation clientélaire et prédation (1997-2002) », Revue française de science politique, Vol. 53, p. 35-72.

Hadj-Moussa Ratiba, Wahnich Sophie, 2013, « Les émeutes : contestation de la marge ou la marge de la contestation ? », L’Homme et la société, n° 187-188, p. 9-14.

Honneth Axel, 2013, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Gallimard, Folio-Essais.

Jacob Jean-Pierre et Le Meur Pierre-Yves, 2010, « Citoyenneté locale, foncier, appartenance et reconnaissance dans les sociétés du sud », in ibid. (dir.), Politique de la terre et de l’appartenance. Droits fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud, Paris, Karthala, p. 5-58.

Jomier Augustin, 2012, « Islah ibadite et intégration nationale : vers une communauté mozabite ? (1925-1964) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, [En ligne] 132, décembre.

Jomier Augustin, 2015, Un réformisme islamique dans l’Algérie coloniale : oulémas ibadites et société du Mzab (c. 1880 - c.1970), Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université du Maine.

Le Saout Didier, Rollinde Marguerite, 1999, Émeutes et mouvements sociaux au Maghreb. Perspective comparée, Paris, Karthala.

Linz Juan J., 2000, Régimes totalitaires et autoritaires, Paris, Armand Colin.

Mussard Christine, 2017, « Du déni de citoyenneté au refus de propriété. L’administration locale et la question de l’accès à la terre des Algériens naturalisés dans les centres de colonisation », in Didier Guignard, 2017, Propriété et société en Algérie contemporaine. Quelles approches ?, IREMAM, Aix-en-Provence.

Neveu Catherine, 2004, « Les enjeux d’une approche anthropologique de la citoyenneté » Revue européenne des migrations internationales [En ligne], Vol. 20, n°3 

Picard Elizabeth, 1991, « Critique de l’usage du concept d’ethnicité dans l’analyse des processus politiques dans le monde arabe », Dossier du CEDEJ, p. 71-84

Picard Elizabeth, 1985, « De la « communauté-classe » à la résistance « nationale ». Pour une analyse du rôle des Chiites dans le système politique libanais (1970-1985) », Revue française de science politique, 35e année, n°6, p. 999-1028.

Raymond Josse, 1970, « Croissance urbaine au Sahara : Ghardaïa », Extrait de la revue Les cahiers d’outre-mer , Tome XXIII – n°89.

Tratnjek Bénédicte, 2009, «La ville, la guerre et la géographie», blog « Ville en guerre » < http://geographie-ville-en-guerre.blogspot.fr/p/la- ville-la-guerre- et-la- geographie.html >, dernière consultation le 10 mai 2016.

أعلى الصفحة

حواشي

1 . Par ce terme, j’entends un mode de participation politique où s’exprime « une critique sociale dirigée contre les représentants d’un État, ou encore plus largement de puissances, politiques, sociales, économiques […], qui tire sa particularité de la violence de l’événement protestataire, de la soudaineté et de la brièveté de son expression mais aussi de sa non-préparation et de sa non-revendication par des organisations d’un mouvement social » (Le Saout et Rollinde, 1999, p.13).

2 . Ce terme signifie le désordre, l’anarchie. D’autres qualificatifs sont également invoqués, tel que celui de « fitna », qui désigne un désaccord politico-religieux entre les musulmans et présente une lecture confessionnelle des émeutes.

3 . Les « jeunes », renvoient au terme arabe « shebab », et fait référence à des univers sociaux diversifiés.

4 . Des émeutes, récurrentes au cours des 20 dernières années, se sont déroulées au Mzab en 1975, 1985, 1988, 1991, 2008, 2009, 2010, 2013, 2014 et 2015. Celles de 2008-2009 à Berriane sont fréquemment comparées, par ses habitants, à celles qui ont eu lieu à Ghardaïa, du fait de leur ampleur, de leur durée et de leurs effets sociaux et territoriaux.

5 . Le malékisme est l’une des quatre écoles classiques du sunnisme, qui prédomine en Algérie, aux côtés de l’hanafisme, du shafiisme et de l’hanbalisme. L’ibadisme est un courant d’interprétation de l’islam qui ne relève ni du chiisme, ni du sunnisme et constitue une troisième branche de l’islam.

6 . En l’absence d’observation des émeutes in situ, cet article n’a pas pour objectif d’analyser les trajectoires de mobilisations, les temporalités et les logiques d’actions contestataires. Si je ne dispose pas de données suffisantes afin de cerner de manière exhaustive les acteurs, il est toutefois possible d’identifier certains groupes au nombre desquels on compte des activistes de la cause berbère, des « jeunes chômeurs », des « jeunes » issus du milieu associatif, des notables locaux exclus des conseils locaux, des militants des droits de l’Homme ou dans des partis politiques, sans qu’une affiliation partisane ou syndicale ne soit mise en visibilité au cours des émeutes.

7 . Bien que je souligne le caractère conjoncturel des « marges », j’entends par ce terme une situation de périphérie culturelle (ethnique et religieuse), socioéconomique et territoriale.

8 . Cet article est tiré d’un mémoire de Master 2 intitulé Fabrique des citoyennetés et des territoires en marges. Ancrage, appartenance et pouvoir local à Ghardaïa, Aix-en-Provence, sous la direction d’Aude Signoles, 2016. La réflexion se nourrit d’un matériau empirique s’appuyant sur une enquête de terrain réalisée en mars 2016 à Ghardaïa, ville dans laquelle la majorité des mobilisations a eu lieu. Des entretiens semi-directifs et des observations ex post ont été effectués auprès d’habitants de deux quartiers centraux de la ville, à savoir Hay el-Moudjahidin, à prédominance arabe, et à Melika, ancienne ville fortifiée peuplée de Mozabites. Un travail d’analyse des discours et des vidéos portant sur les émeutes complète les conclusions tirées du travail de terrain.

9 . Pour des approfondissements sur les émeutes et la « politique du sensible », voir l’article de Hadj-Moussa et Wahnich (2013).

10 . L’apathie politique est considérée comme inhérente aux situations autoritaires d’une part, (Linz, 2000) et au contexte rentier de l’économie algérienne d’autre part.

11 . Division administrative correspondant à un gouvernorat.

12 . Le FLN est un parti fondé en 1954 afin d’obtenir l’indépendance de l’Algérie, avant de s’introniser en parti unique jusqu’à la révision constitutionnelle de 1989 qui instaure le multipartisme. Le champ politique algérien demeure contrôlé par le FLN et le Rassemblement national démocratique (RND).

13 . Le 13 octobre 2014, 1500 policiers ont pris part à une manifestation pacifique devant le siège de la wilaya à Ghardaïa afin de protester contre leurs conditions de travail et demander le départ d’Abdelghani Hamel, le chef de la police nationale. Ces mobilisations et revendications se sont ensuite déplacées et ont pris de l’ampleur à Alger. Pour un compte rendu : http://www.humanite.fr/protestation-et-greve-de-la-matraque-des-policiers-algeriens-554787 consulté le 7 mai 2016.

14 . Propos du Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, le 22 janvier 2014.

15 . Le déploiement des policiers s’est fait en plusieurs étapes, on recense 6000 policiers en octobre 2014, renforcés par 4000 supplémentaires en mars 2014.

16 . L’autonomie du Mzab a été promue pendant les émeutes par divers mouvements, tel que le Mouvement pour l’autonomie du Mzab. L’un des porte-paroles, Kamel Ezzedine Fekhar, par ailleurs militant des droits de l’Homme, a été arrêté le 9 juillet 2015. Il est, depuis lors, considéré comme un prisonnier d’opinion par certaines ONG nationales et internationales, telles Amnesty International et la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme. Des mobilisations sont fréquemment organisées par des groupes berbéristes afin de demander sa libération. Lui-même proteste contre son incarcération par des grèves de la faim.

17 . Alphabet utilisé dans les langues amazigh.

18 . Au moment de l’enquête de terrain, soit huit mois après la fin des émeutes, ces pratiques de contournement demeuraient d’actualité.

19 . La distinction identitaire des quartiers tient à la structuration des villes du Mzab, construites autour d’enclaves fortifiées, ainsi qu’aux périodes de sédentarisation différenciées des populations mozabites et arabes.

20 . Berriane est une ville du Mzab située à 45 km de Ghardaïa. Les émeutes de 2008-2009 y ont entraîné une séparation spatiale des communautés selon un axe Est-Ouest autour de la Route Nationale. Cette frontière a été réactivée comme lieu d’affrontement lors des émeutes de 2013-2015.

21 . Cette prérogative semble être une réactivation de pratiques auparavant exercées par les
jema’a locales.

22 . Communiqué du conseil Kourthi : http://www.mzab.eu/communique-du-conseil-des-notables-kourthi-stopez-la-persecution-des-mozabites/ consulté le 6 mai 2016.

23 . http://www.tamurt.info/lunion-des-imazighen-pour-la-liberation-des-detenus-mozabites/ consulté le 6 mai 2016.

24 . L’inflation des rhétoriques communautaires est attribuée, par la population, à différentes notabilités locales, mais aussi aux pouvoirs publics, accusés d’alimenter les tensions entre les groupes afin de légitimer leur autorité dans la région en se présentant comme arbitre.

25 . Le gaz naturel de Hassi R’Mel et le pétrole de Hassi Messaoud ont été découvert en 1956. Pour une étude détaillée des transformations urbaines et démographiques au Mzab, voir l’article de Raymond (1970).

26 . Entretien avec Oum Nora, 61 ans, résidente de Hay el-Moudjahidin, mars 2016.

27 . Ces deux épellations diffèrent de l’officielle. Le découpage administratif de 1985 standardise l’épellation en arabe « Ghardâyya », perçue comme neutre puisque ne choisissant ni le nom tumzabt « Taghardayt », ni le nom arabe « Ghârdâyya ».

28 . Pour une description détaillée de ces enjeux toponymiques et des « mythes des origines », voir Cherifi (2003).

29 . À titre d’exemple, les émeutes de 1988 à Ghardaïa ont été déclenchées à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau lycée, nommé en l’honneur du Cheikh Bayyoud, une importante personnalité de l’histoire politique locale et du réformisme ibadite au Mzab.

30 . Entretien avec Fatiha R., 58 ans, résidente de Hay el-Moudjahidin, mars 2016.

31 . Le nord de la wilaya de Ghardaïa est à 50 km des puits de pétrole de Hassi R’Mel.

32 . Redjem Abderahmane, propos recueillis : http://www.humanite.fr/ghardaia-la-question-identitaire-au-coeur-dun-feuilleton-de-violence-sans-fin consulté le 10 juin 2016.

33 . Pour une lecture de cas similaires, voir l’article de Allal et Bennafla (2011).

34 . Par exemple, l’institution des Cha‘anba pour l’enracinement et le développement (mu’asasa al-cha‘ānba lilt’ail wa al-tanmia).

35 . L’auteur, Moufdi Zakaria, est un Mozabite né à Beni Isguen.

36 . Pour une étude détaillée, voir la thèse de Jomier (2015).

37 . Le kharijisme est une branche de l’islam dont est issu l’ibadisme.

38 . La religion officielle du Sultanat d’Oman est l’islam ibadite.

39 . Sans être exhaustif, nous avons identifié des membres du CCS, des notables issus du conseil des sages de Melika marginalisés par les conseils locaux, des élus sur la liste indépendante ainsi que des « jeunes » politisés au sein d’associations, pour la plupart non accréditées par l’État, probablement afin de se soustraire à ses mécanismes de cooptation. Des contestations similaires ont été enregistrées de manière plus diffuse auprès des populations arabes.

40 . Pour une lecture critique des discours sur l’« alternance associative » dans le monde arabe, voir Camau (2002).

41 . On recense par exemple des sit-in, effectués par les épouses et les enfants des détenus à Alger, de même que des manifestations de rues afin de dénoncer les détentions « arbitraires », c’est-à-dire sans procès, des prisonniers « d’opinion », enfermés depuis près de deux ans.

42 . Notons toutefois que les logiques d’identification et de classification sont multiples et varient selon les contextes d’action.

أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Laurence Dufresne Aubertin, « Revendications morales et politiques d’une révolte. Les émeutes du Mzab en Algérie (2013-2015)  », L’Année du Maghreb, 16 | 2017, 209-222.

بحث إلكتروني

Laurence Dufresne Aubertin, « Revendications morales et politiques d’une révolte. Les émeutes du Mzab en Algérie (2013-2015)  », L’Année du Maghreb [‏على الإنترنت‎], 16 | 2017, نشر في الإنترنت 10 juillet 2017, تاريخ الاطلاع 23 novembre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/3051 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3051

أعلى الصفحة

الكاتب

Laurence Dufresne Aubertin

Doctorante à l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence et à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM), Aix Marseille Université, Cnrs, Aix-en-Provence, France.

أعلى الصفحة