Skip to navigation – Site map
Dossier : États et territoires du politique
Deuxième partie. À la recherche d'un gouvernement local
2.2 La vitalisation du local par les "bas" : mobilisations populaires et participation citoyenne

La municipalisation de la gestion urbaine par la concertation. Le cas du Comité de Concertation de Tabriquet à Salé (Maroc)

The Municipalization of Urban Management through Consultation. The Case of the Tabriquet Concertation Committee in Salé (Morocco)
Coline Mias
p. 269-285

Abstracts

The following article examines the municipal management style of the Justice and Development Islamiste Party (PJD) and its reconfiguration in the light of the late institutional and political reforms that fostered local and participative governance in Morocco. Through a local study case, a Concertation Committee located in one of the electoral bastions of the PJD, Tabriquet’s district in the city of Salé, we intend to analyse the politization displays of this participatory arrangement, depicted as favoring technicians and urban policy experts over local elected representatives. Thus, we aim at underlying the interactions, but also the tensions existing between those political actors in the territorial production. Despite the complex relationship that prevails between the royal palace and the PJD regarding the legalization of a party with an « Islamic » baseline, the later gave substance to the decentralization measures driven by the Moroccan state for years. In fact, the PJD contributed to promote a participatory style in its urban management, enhancing a local system of actors and thereby managing to create, for its own benefit, autonomous spaces distinct from the traditional decisional channels.

Top of page

Full text

  • 1 . Il s’agit de la loi organique 14-113 sur les collectivités territoriales promulguée en janvier 20 (...)
  • 2 . Nous faisons notamment référence à l’amendement de la charte communale de 2002, qui prévoit l’éla (...)
  • 3 . Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) intègre l’échiquier partisan légal à la fin des (...)
  • 4 . Cette municipalité, que l’on peut considérer comme étant l’un des bastions électoraux du PJD, pré (...)

1La récente promulgation de la loi organique marocaine sur les collectivités locales1 de 2015 et la généralisation de la gestion des conseils communaux par le Parti de la Justice et du Développement (PJD) interrogent deux pans de la littérature consacrée au Maroc : celle qui questionne l’émergence d’un « modèle municipal » (Catusse, Cattedra et Idrissi Jinati, 2010) et celle qui cherche à caractériser la gestion urbaine islamiste (Signoles, 2009). D’une part, de nombreuses réformes politiques et institutionnelles sont venues consacrer le paradigme de la gouvernance locale et participative dans les modes de gestion urbaine2. D’autre part, le PJD a contribué à politiser les enjeux locaux en faisant des collectivités territoriales l’échelon idoine de l’action publique légitime alors qu’il se trouvait encore dans l’opposition3. Cette tension apparente entre politics et policies nous amène à étudier la municipalisation « par le bas » afin de ne pas céder au tropisme juridique et normatif. C’est à travers l’observation d’un dispositif de concertation mis en place dans l’un des bastions électoraux du PJD4, l’arrondissement de Tabriquet à Salé, que nous souhaitons en comprendre les ressorts. Une approche localisée du politique fait sens au regard de la trajectoire socio-spatiale singulière de ce territoire. Tabriquet est une ancienne périphérie rurale de Salé, qui a connu une forte croissance démographique et urbaine dans les années 1960 du fait des mobilités interurbaines de nombreux fonctionnaires et artisans. Installée sur des terrains agricoles lotis clandestinement, cette population nouvelle s’est retrouvée en position de dépendance économique, puis politique, vis-à-vis des grands propriétaires fonciers de la localité, qui ont institué des associations d’acquéreurs et les ont présidées tout en investissant le conseil municipal dans les années 1980. Ce faisant, ces notables locaux ont exprimé des velléités d’autonomisation locale vis-à-vis des institutions centrales. En effet, le développement de l’équipement à Tabriquet est entré en contradiction – du moins en tension – avec les règles d’urbanisme conçues par l’État central (Abouhani, 1988). Cette périphérie devenue commune urbaine, puis arrondissement de la ville de Salé en 2003, semble ainsi cristalliser, jusqu’à aujourd’hui, les rapports de pouvoir en matière foncière et d’aménagement urbain, notamment les formes actualisées de contournement ou d’assimilation des normes étatiques.

  • 5 . Handicap International, Action Nord-Sud et ENDA Maghreb sont intervenus dans la commune de Salé-T (...)
  • 6 . Sur le même sujet, appliqué au cas tunisien, voir les contributions de Manuel Goehrs et Joseph-Dé (...)

2La création dans les années 2000 du Comité de Concertation de Tabriquet (CCT) renvoie à une autre réalité du territoire : celle des premiers moments de la diffusion de l’approche participative par les bailleurs de fonds internationaux et certaines ONG marocaines5 pour réformer l’action publique (Cheynis, 2016)6. Ces incitations s’inscrivent dans un contexte de réinvestissement du quartier comme cadre du mouvement associatif depuis les années 1990 (Ameur, 1999), pour pallier notamment la « défaillance publique en termes de gestion urbaine » (Berriane, 2013). Le Comité de Concertation de Tabriquet a ainsi eu pour vocation initiale d’associer les acteurs associatifs et représentants élus aux programmes de développement. La charte du Comité, élaborée en 2004, le présente comme un moyen « d’éclairer la décision de la collectivité locale sur les enjeux économiques, environnementaux et sociétaux et sur les différentes initiatives complémentaires existantes sur le territoire ». Ainsi, sa mise en place a précédé de peu l’adoption d’un programme royal de lutte contre la pauvreté, l’Initiative Nationale de Développement Humain, lancé en 2005, qui a donné l’occasion à l’État marocain de se réapproprier l’impératif participatif dans la gestion territoriale.

3Toutefois, ces dispositifs ont largement été dépeints comme favorisant les techniciens et experts du développement sur la figure du représentant élu. Notre étude propose de prolonger les questionnements émis sur la « politisation par le bas » de ces dispositifs (Allal, 2007) et d’envisager que la promotion de « l’activisme associatif » (Bono, 2010) et l’articulation des enjeux locaux aux normes néolibérales de la gestion publique puissent se retrouver en filigrane sur des programmes de développement ultérieurs portés par un autre acteur : les collectivités locales dirigées par le PJD.

4Au-delà du registre de la gestion urbaine concertée et apolitique, ce dispositif permet, dans le même mouvement, d’étudier l’action publique locale en train de se faire et de rendre visible les tensions et interactions qui s’opèrent lors de la production du territoire. En d’autres termes, de faire une sociologie de l’action publique et une sociologie des pratiques politiques qui apparaissent en creux.

5Ce dispositif, s’inscrivant pour partie dans des logiques de planification urbaine, interroge la continuation de la concurrence entre deux types d’institutions : les communes d’un côté et les services délégués de l’administration centrale de l’autre. L’effectivité de la décision ayant longtemps échappé aux collectivités (tutelle financière et administrative des autorités déconcentrées, l’avis conforme des agences urbaines), la planification urbaine a même été considérée comme un « levier de centralisation des pouvoirs » à disposition de l’administration (Hanzaz, Sitri, 2016).

6Par ailleurs, porter la focale sur le Comité de Concertation de Tabriquet nous permet d’observer au plus près la configuration d’acteurs engagés dans ce dispositif. On ne saurait oublier l’impact sur la gestion locale des grands projets d’aménagement urbains initiés par le Palais, à l’image de la « mise à niveau intégrée » de la ville de Salé, bénéficiant de plus d’un milliard de dirhams pour 2014-2016. Toutefois, l’analyse serait moins aisée puisque les acteurs et intentionnalités sont beaucoup plus nombreux et impliquent un partenariat entre les différents ministères, le conseil provincial, le conseil de région, l’INDH ainsi que des acteurs privés comme REDAL, OZONE...

7Finalement, articuler ces mécanismes de démocratie participative aux processus décisionnels (Mazeaud, Sa Vilas Boas et Berthomé, 2012) nous permet de déceler les considérations tactiques sous-jacentes liées au champ politique (Nez, Talpin, 2010). En effet, ceux-là se traduisent par des dynamiques plurielles de coopération et de concurrence entre les acteurs du développement (Gourgues, 2012). Dans un pays où la compétition politique est limitée et l’usage du référentiel islamique monopolisé par le Roi, « commandeur des croyants », la réappropriation des modes consacrés de la gestion urbaine (privatisation de l’action publique, transparence, redevabilité, participation citoyenne) peut devenir un atout dans la reconfiguration des rapports de force et permettre des changements incrémentaux.

8Nous aborderons tout d’abord la reproduction du registre de la « bonne gouvernance » et l’inclusion des associations dans la gestion locale du PJD, afin de comprendre dans quelle mesure ces dispositifs de concertation consacrent la création de nouveaux lieux du politique. Nous verrons ensuite la manière dont ces nouveaux canaux d’autorité contribuent à mettre à distance la tutelle traditionnelle des autorités déconcentrées.

9Les conditions de possibilité de l’enquête sont toutefois à préciser. En effet, notre appréhension du développement territorial au Maroc et des enjeux socio-politiques qui s’y rapportent a initialement concerné l’Initiative Nationale de Développement Humain et les stratégies notabiliaires engagées par les représentants élus et responsables associatifs de quartiers dits « populaires » à Rabat (Mias, 2015). Cette première entrée nous a conduit à questionner les programmes locaux de développement, en l’occurrence le Comité de Concertation de Tabriquet porté par le PJD, et nous a permis de saisir les formes de mimétisme ou de distanciation qui s’opèrent. L’accueil enthousiaste des membres du Centre d’Appui au Développement Local (CADEL), chargé du soutien technique au Comité, mais également des responsables des associations membres de différents groupes de travail, ainsi que des élus locaux PJD et des fonctionnaires de l’arrondissement, est révélateur de leur souci de rendre visible et crédible cette expérience de concertation locale. Ce climat favorable m’a ainsi permis de réaliser une quinzaine d’entretiens semi-directifs entre avril et mai 2016, mais également de mener des observations participantes lors de diverses réunions du Comité. Cette expérience de terrain fut – en elle-même - le théâtre de ce premier faisceau d’indices m’indiquant la volonté qu’ont ces acteurs et actrices de la gestion urbaine de se référer aux normes de transparence et de bonne gouvernance dont nous allons parler.

Les normes de « bonne gouvernance locale » au service du territoire… et du Parti ?

Les associations : ces « agents de développement » garants d’une gestion urbaine rationalisée

10Le « nouveau concept d’autorité » promu par Mohammed VI charrie avec lui une reconfiguration des espaces légitimes de production des politiques publiques et l’imposition du paradigme de la gouvernance locale et participative. On assiste ainsi à la « technicisation du gouvernement » au détriment de la compétition politique, en d’autres termes à la valorisation des policies, outillées par les bailleurs de fonds internationaux sur le politics, inapte à conduire des politiques modernes de développement (Catusse, Karam, 2009). Bien que le principe d’unicité de la ville, prévu par la Charte communale de 2002, permette de consacrer la figure du « maire », le processus de déconcentration simultané accordant au Wali des prérogatives en termes de « développement économique et social local » n’est pas anodin (Catusse, Cattedra et Idrissi Jinati, 2010). Ainsi, le PJD s’évertue à devenir une figure de la gestion urbaine en suivant à la lettre les normes de « bonne gouvernance », tout en se prévalant d’un atout majeur qu’est la « mise en participation » de l’action publique locale afin de légitimer sa gestion urbaine.

11Le parti et ses instances locales élues à Tabriquet valorisent ainsi les formations promues par l’INDH, l’édiction de manuels de procédures, la production de diagnostics participatifs ainsi que la promotion des logiques de réseau comme autant de modes d’appréhension techniciste et performative du « management urbain ». En faisant passer les intérêts du territoire avant ceux du parti, qui sera ainsi associé à la « dynamique exemplaire » de la gestion urbaine, il s’agit de promouvoir un « référentiel » islamiste plus que des mesures issues de l’islam politique

  • 7 . Malika Zeghlal relève dans son ouvrage les propos de Saadeddine el Othmani (alors vice-
    secrétaire (...)
  • 8 . Entretien avec la présidente du conseil d’arrondissement de Tabriquet, réalisé le 17 mai 2016.
  • 9 . Lors d’un entretien avec deux fonctionnaires de la Division des Affaires Sociales (DAS) de la pré (...)
  • 10 . Nous avons assisté à une réunion de formation intitulée « redevabilité financière des association (...)
  • 11 . Entretien avec le président du Centre d’Appui au Développement Local (CADEL) le 28 avril 2016.
  • 12 . Entretien avec le président d’une association membre du groupe de travail sport, le 20 mai 2016.
  • 13 . Entretien avec le coordinateur du Comité de Concertation de Tabriquet, le 20 avril 2016.

12En effet, l’euphémisation du caractère « islamiste » de la gestion urbaine du PJD a longtemps été une condition de sa participation au système politique légal (Zeghlal, 2005)7, et a ainsi laissé place à une rhétorique de la probité et de la moralité (Smaoui, 2009) qu’il fait aujourd’hui concorder avec une gestion pragmatique des affaires locales sensible aux injonctions néolibérales. Le Comité de Concertation de Tabriquet doit ainsi permettre de réaliser le « diagnostic intégré des enjeux de l’arrondissement, la participation à la mise en place des actions territoriales et le suivi de ces actions »8. Ainsi, à la suite de la désignation employée par les membres de la Division de l’Action Sociale à Salé, notamment pour désigner les Equipes d’Animation de Quartier (EAQ) et les associations réalisant les diagnostics participatifs prévus par l’INDH, les collectivités locales gérées par le PJD commencent à considérer les associations comme les nouveaux « agents de développement »9. Cette appellation consacrée désigne surtout les associations locales formées à la « bonne gestion administrative et financière »10 et porteuses d’un projet social « réel »11. Dans le cas de Tabriquet, il s’agit des associations membres des Groupes de Travail du Comité de concertation de Tabriquet (CCT) qui œuvrent à la formulation de « plans d’action concertés », considérés comme des recommandations pour le développement local. Dans ce dispositif de participation, le comité de Pilotage, constitué de représentants des Groupes de Travail et de l’arrondissement, doit ensuite « étudier les projets présentés par les Groupes de Travail et les appuyer pour améliorer leur rendement »12. Ce vocabulaire empreint d’une conception économiciste de l’action locale renvoie à un autre aspect du dispositif : la mise en réseau des associations dans le but de rationnaliser et de spécialiser l’action associative autour de projets communs. Le coordinateur du Comité affirme d’ailleurs que leur objectif « est de mettre toutes ces synergies en réseaux pour qu’ils [les responsables associatifs] travaillent en coordination, que l’un facilite le travail pour l’autre » 13.

De la minha (bourse) au financement par projet : le localisme sans le clientélisme

13L’insistance du passage d’un régime de bourse, dépeint comme le subventionnement arbitraire des associations locales sur critère politique, à un régime de financement par projet, est centrale dans la rhétorique portée par les élus du PJD à l’arrondissement. Cet argumentaire abonde dans le sens d’une gestion locale voulue rationnelle et transparente.

  • 14 . Ibid.

14Dans un contexte où les arrondissements ne bénéficient pas de la personnalité morale ni d’une dotation budgétaire conséquente, le financement par projet permet de remplir les critères d’éligibilité à l’appui de bailleurs extérieurs. Ce faisant, le parti s’aligne sur les manières de procéder de l’INDH dans l’attribution de fonds aux associations locales. In fine la collectivité, partie prenante du dispositif de concertation, peut ainsi se délester d’une partie de la charge financière liée à la mise en œuvre de ces projets, tout en y apportant son appui symbolique. La procédure prévoit ainsi que les plans d’actions non pris en charge par l’arrondissement soient adressés à d’autres bailleurs de fonds en fonction de la thématique […] On peut proposer les plans d’action des groupes de travail aux conseils d’arrondissement, aux ONG, aux organismes ressources et aux services extérieurs »14. Ce phénomène rappelle les analyses d’Irène Bono et la création par les présidents de communes rurales d’associations visant à capter les financements INDH afin de pallier aux défaillances budgétaires de celles-ci et de mener une action locale (Bono, 2010).

  • 15 . Entretien avec l’un des vice-président du Conseil d’arrondissement de Tabriquet, élu du Parti de (...)
  • 16 . Ibid.
  • 17 . Ibid.

15D’autre part, le financement par projet permet à la mairie d’arrondissement de reconfigurer les formes que prend la manifestation de son soutien aux associations, de se prémunir contre les accusations de clientélisme et de pallier à l’idée selon laquelle « les associations qui ne travaillent pas avec la vision de la commune ne bénéficient pas de subventions »15. Cela permet de marquer une rupture avec la gestion locale antérieure, où « les élus considéraient les associations comme des porte-paroles, les utilisaient lors de leurs campagnes électorales »16. Ainsi, la commune entend bénéficier de la légitimité que lui procure la mise en concertation d’une partie de la gestion urbaine, et de l’inclusion supposée de toutes les formations politiques au sein du CCT. Ce dispositif de concertation permet aussi de justifier l’attribution - ou non - de subventions à destination de certaines associations au moyen de critères censés être objectivables et rationnels. Les critères sont alors intimement liés à la transparence promue par le parti, pour « intervenir sans avoir des réclamations (contradictoires) » 17 dans leur gestion de l’urbain.

16Toutefois, au-delà des choix procéduraux, l’examen des thématiques sur lesquelles les groupes de travail peuvent plancher, sont révélatrices du caractère « non subversif » imposé au dispositif.

  • 18 . Entretien avec le président du CADEL, op. cit.

17En effet, les membres du dispositif se prévalent d’une forme de « neutralité » politique, tant dans le choix des sujets (l’environnement, le handicap, l’alphabétisation, etc) que dans l’inclusion théorique de toutes les formations politiques et la valorisation de l’intérêt général « local » (Rangeon, 2005). Le choix du développement durable comme l’une des premières thématiques abordées au moment de la création du dispositif serait d’ailleurs dû à une volonté explicite d’éviter le « chaos » et de rassembler les associations du territoire afin de « s’entendre sur différentes réflexions, différentes appartenances politique, [et de] chercher la neutralité. Et ce, dans le but de créer une dynamique exemplaire »18.

  • 19 . Entretien avec l’un des vice-président du Conseil d’arrondissement de Tabriquet, op. cit.

18D’ailleurs, « l’amélioration des conditions de vie des habitants de Tabriquet » serait l’objectif principal du CCT, puisque « une association civile doit travailler avec n’importe quel parti ». En affirmant cela, l’un des vice-président de l’arrondissement de Tabriquet fait porter l’opprobre sur les « associations politisées qui ne veulent pas travailler » et ce, pour ne pas valoriser l’action locale du PJD19.

  • 20 . Entretien avec un conseiller de l’arrondissement de Tabriquet, également membre du conseil de la (...)
  • 21 . La commune urbaine de Salé compte 5 arrondissements : Lmrissa, Bettana, Hssain, Tabriquet et Laay (...)
  • 22 . Entretien avec le coordinateur du Comité de Concertation de Tabriquet, op. cit.

19La primauté de l’intérêt de l’arrondissement sur celui du parti politique est évoquée par plusieurs élus : « avant on était membre du parti, maintenant on est membre de l’arrondissement et n’importe qui présentant une initiative pouvant améliorer l’image de l’arrondissement, du travail de l’arrondissement, on l’accepte »20. L’échec de la création des comités de concertation dans d’autres arrondissements, notamment ceux de Bettana et de Lmrissa dans les années 200021, est également expliqué par la politisation de ses membres, qui auraient fait le « travail du politique », alors que « le principe, c’est le développement, pas le parti, pas l’arrondissement »22.

20Ces éléments discursifs s’accompagnent toutefois du registre de l’exemplarité de la gestion locale par le PJD, qui fait du développement à Tabriquet un étendard de la gestion municipale du Parti.

L’exemplification de la gestion municipale de Tabriquet 

  • 23 . Au Maroc, les partis politiques ont tous un symbole permettant de les distinguer et celui du Part (...)

21Le Comité de Concertation est véritablement porté en modèle de la gestion locale du Parti de la lampe23. Il lui permet de valoriser le territoire, d’entretenir une certaine compétition territoriale entre les arrondissements de la ville et même, d’affirmer l’originalité de l’expérience de Tabriquet au niveau national.

  • 24 . Entretien avec un fonctionnaire de la Division des affaires sociales, culturelles et sportives, l (...)

22Alors que la loi organique 14-113 impose en principe aux villes de procéder à la création de comités incluant des élus et des représentants associatifs, les structures existantes du CCT constituent une opportunité pour le parti d’exemplifier leur gestion locale. Un fonctionnaire de la division des affaires sociales, culturelles et sportives de Tabriquet nous indique en ce sens que le Comité de Concertation donne « un autre poids, une valeur ajoutée au niveau national parce que maintenant des communes sollicitent l’arrondissement pour présenter l’expérience de la concertation au sein de ces villes pour qu’elles travaillent avec la société civile ». Il mentionne même l’hypothèse de « diffuser l’expérience au niveau national »24. La présidente du conseil d’arrondissement de Tabriquet considère, quant à elle, que « l’expérience du CCT marque son caractère leader au niveau du Maroc et surtout, au niveau de la commune ». Ces entrepreneurs de la participation contribuent ainsi à « labelliser » l’expérience et son outillage participatif tout en le rapprochant de la gestion PJD de la ville.

23L’insistance sur le caractère précurseur du Comité de Concertation est remarquable en ce qu’elle valorise une initiative autonome des réformes législatives – et notamment, du mouvement de décentralisation.

24Qu’ils se réfèrent à l’amendement de la charte communale de 2009, à la réforme constitutionnelle de 2011 ou à la dernière loi organique sur les collectivités locales de 2015, les différents acteurs du CCT affirment que les principes sur lesquels ils se sont mis d’accord - via la signature d’une charte « éthique » qui définit les prérogatives des associations, représentants élus et responsables administratifs – incluent des principes de cogestion urbaine bien avant que le législateur ne le fasse et avant même que l’INDH n’engage un « tournant participatif ».

  • 25 . Entretien avec la présidente du Conseil d’arrondissement de Tabriquet, op. cit.

25Ainsi, le modèle promu précède les réformes royales et accrédite l’affairisme du PJD dans son bastion électoral, puisque « c’est plus qu’une loi, plus qu’une Constitution, c’est une volonté personnelle »25, celle de Jamaâ Mouatassim, qui a permis sa mise en œuvre. On retrouve là la morale et l’éthique, présentées comme des composantes essentielles de la politique locale du PJD.

  • 26 . Entretien avec le coordinateur du Comité de Concertation de Tabriquet, op. cit.

26Si la constitutionnalisation de l’impératif participatif est une aubaine pour faire circuler l’expérience de Salé Tabriquet, le passage de la « charte éthique » à l’obligation juridique est l’occasion, pour le PJD  d’afficher sa défiance vis-à-vis du droit positif. Pour un texte législatif donné, seule l’éthique serait garante d’une application effective des principes édictés. Le coordinateur du CCT abonde en ce sens, en affirmant que « tout le monde fait des comités parce que la loi le dit. Ça vide la concertation de son sens […] ; un comité ou un cadre comme ça c’est le résultat d’une consultation de deux ou trois ans ! »26.

  • 27 . Entretien avec un membre du CADEL et fonctionnaire à l’arrondissement de Tabriquet, le 20 avril 2 (...)

27On suppose alors que la défiance vis-à-vis des textes législatifs est également le signe d’une méfiance plus systématique de certains principes édictés par l’État central. Ainsi, les membres du dispositif, et notamment les élus PJD, se prévalent d’une connaissance minutieuse des textes – qu’ils nous ont régulièrement cité en détail – tout en redoutant que la généralisation du dispositif ne constitue une reprise en main de l’État sur les spécificités de la concertation locale. C’est dans le silence de la loi, l’absence de décrets organiques permettant l’application de la charte communale et de la Constitution, que ces acteurs font prévaloir « la chance de Tabriquet d’avoir une histoire […] qui leur a permis d’avoir des outils très développés »27. Désignant par-là les multiples interactions entre les acteurs associatifs et politiques, ces affirmations semblent prolonger les analyses d’Abdelghani Abouhani, pour qui la maîtrise de l’espace urbain de Tabriquet a été au fondement d’un pouvoir local autonome de la production normative de l’État central (Abouhani, 1988).

La constitution de nouveaux espaces et lieux d’entendement du politique

Le Comité de Concertation de Tabriquet, un dispositif d’intéressement et de légitimation de la gestion locale du parti

28Les atours moraux de la gestion locale du PJD sont associés à la politique de « proximité » promue par le parti (Tozy, 2002), primant sur la représentativité comme principes d’action publique légitime (Catusse, 2004). Ainsi, nous supposons que le Comité de Concertation de Tabriquet constitue, pour le PJD, un outil de « médiation sociale et institutionnelle » (Catusse, Zaki, 2009), en plus d’être un gage de bonne gestion locale et de visibilisation de ses modes de gestion « exemplaires ». Ce Comité lui permet notamment de densifier les échanges et la communication entre la société civile et les élus et de créer une « impression de proximité » (Le Bart, Lefebvre, 2005).

29En mettant en œuvre un « développement local intégré », c’est la contractualisation de la relation entre associations et collectivités qui est recherchée. Dès l’investiture des nouveaux élus PJD à l’arrondissement, ceux-ci ont initié l’amendement de certains points de la Charte de Concertation et la définition de nouvelles règles de travail. Les conclusions ont ensuite été présentées publiquement aux associations lors d’une réunion générale le 26 mars 2016.

30Cette contractualisation de la relation passe notamment par la professionnalisation des associations qui ne peuvent participer qu’à deux des six groupes de travail afin de se spécialiser et de produire une expertise sur un nombre restreint de thématiques. Les « plans d’action concertés » qui en ressortent sont d’ailleurs formellement indexés à la budgétisation de l’arrondissement, puisqu’ils doivent être remis avant le mois de septembre de chaque année.

  • 28 . Entretien avec le président d’une association membre du groupe de travail sport, op. cit.

31Entre diagnostic participatif du territoire et propositions d’action locale transmises aux services de l’arrondissement, les dispositifs d’intéressement à l’action publique locale sont nombreux. La « politique du guichet » pratiquée par le PJD dans d’autres municipalités (Signoles, 2009) trouve ici son application, puisque les associations sont invitées à remettre des « propositions » au personnel de l’arrondissement, fonctionnaires ou élus : « la division des affaires sociales, culturelles et sportives a demandé aux associations de faire des propositions afin d’animer le territoire de Salé dans les domaines culturels et sportifs ». Pour ce responsable associatif, « c’est la première fois que la commune ou qu’un service de la commune demande ça »28.

32Les effets d’une telle densification des échanges entre élus et responsables associatifs sont d’ailleurs analysés par la présidente du conseil d’arrondissement, qui souligne que « la confiance des associations [en l’arrondissement] est palpable » depuis la réunion tenue le 26 mars, puisqu’elle reçoit davantage d’associations à son bureau.

33Cette proximité politique, au fondement d’un univers rhétorique commun, semble être due au multipositionnement de certains élus et fonctionnaires, également investis dans le milieu associatif. À ce titre, l’un des conseillers à l’arrondissement Tabriquet, en charge du service des affaires culturelles et sportives et qui valorise l’instauration de « propositions » à l’arrondissement, a été membre d’une association locale pour l’éducation et la culture.

  • 29 . Ibid.

34Ainsi, alors que le « projet » doit être déposé au bureau d’ordre de l’arrondissement, un responsable associatif nous indique que les « propositions peuvent être déposées dans le service ou directement à l’élu » et ce, « afin d’améliorer les activités de l’arrondissement et de la commune ». Les finalités d’une telle entreprise seraient de diversifier et de faire connaitre le service de l’arrondissement. Le responsable affirme ainsi que « ça aide ce service et le responsable à donner des activités diversifiées […] si vous êtes le responsable dans un service et que vous demandez aux associations de vous aider pour que votre service soit célèbre, on vous propose des idées, amicalement »29.

35Ce rapprochement entre les services de l’arrondissement et les associations locales peut être appréhendé comme une véritable « politique du faire » (Goirand, 2000) qui, au-delà des idéologies politiques, valorise la gestion locale de proximité et favorise des espaces de sens partagés ou, tout au moins, négociés au sein de l’arrondissement.

De la personnalisation du dispositif de participation locale à la reconfiguration des figures légitimes de notabilité

36Le phénomène concomitant à la captation des associations du territoire est la personnalisation du dispositif et son association à l’action locale du PJD. Ainsi, le Comité semble être perçu comme intimement lié à la carrière de l’ancien président de l’arrondissement, Jamaâ Mouatassim, devenu président de la commune de Salé. La personnalisation de l’initiative est évidente, dès lors que la durée du mandat de Jamaâ Mouatassim à la présidence de l’arrondissement (de 2003 à 2012) concorde avec la construction du dispositif. La présidente de l’arrondissement de Tabriquet présente ainsi l’actuel maire de Salé comme le « professeur de la concertation locale ».

  • 30 . Entretien avec un conseiller de l’arrondissement de Tabriquet, du 18 mai 2016, op. cit.
  • 31 . Ce commentaire est formulé par l’un des vice-président à l’arrondissement, lors d’une visite guid (...)

37La participation est supposée être l’« héritage » du travail politique du PJD, puisque la nomination de Salmi Larbi membre du parti Authenticité et Modernité, proche du Palais, est considérée comme un moment de « rupture politique ». Cette nomination fait suite à la démission de Jamaâ Mouatassim en 2012, lorsqu’il fut nommé Directeur de cabinet du chef de gouvernement. Ce changement de Présidence de l’arrondissement aurait mis un coup d’arrêt à la concertation et dans le même temps, au financement du CCT. Ce qui est d’ailleurs présenté par une association comme étant la conséquence du changement politique car ce dernier n’aurait pas souhaité continuer l’expérience de consultation locale « de peur de favoriser le PJD »30. Cette mise en exergue d’une action locale rationalisée fait également écho à la critique d’un foncier « non maitrisé » et de pratiques clientélaires dans la gestion urbaine de l’ancien président de la commune de Salé Tabriquet qui « aurait donné des autorisations de construire […] et bénéficié ainsi de la sympathie des habitants »31. Cette énonciation renvoie à la figure du propriétaire foncier ne respectant pas les règles d’urbanisme en vigueur et participe de la distanciation du parti avec ce type de ressource notabiliaire. Cet argumentaire de transparence et de bonne gestion actuelle du PJD doit être mis en perspective avec la poursuite judiciaire intentée contre Jamaâ Mouatassim en janvier 2011 dans l’affaire Noureddine Lazrak - Maire de salé de l’époque et dont il était le premier vice-président – où il est accusé d’avoir contribué au « détournement de deniers publics » et de « création de groupes d’habitats en violation des normes en vigueur et complicité » (Transparency Maroc, 2011). Accusation que la mise en concertation de la gestion de l’arrondissement de Tabriquet et éventuellement de la ville de Salé semble devoir atténuer.

  • 32 . Afin de préserver son anonymat, le nom de la personne a été changé.

38Ainsi, la formalisation du dispositif de concertation donne à penser à une reconfiguration des figures légitimes de la notabilité locale et des modes de personnalisation du lien politique. En effet, l’observation menée lors de l’élection des nouveaux représentants des groupes de travail du Comité, en mai 2016, nous a permis de noter la mise en valeur du Parti au sein de ces instances, notamment par la surreprésentation de ses élus et leur rôle prédominant dans la gestion des séances. En effet, seuls les élus PJD ont eu pour charge d’inaugurer et de clore les débats. Et si deux élus du Mouvement populaire étaient présents, ils n’ont pas pris la parole. A la fin de la réunion, un conseiller de l’arrondissement a procédé au remerciement d’un ensemble de personnes au nom de la présidente de l’arrondissement : ses adjoints, les associations présentes, le Président du Comité culturel, ainsi que d’autres élus PJD et les fonctionnaires de l’administration présents, ont été mis à l’honneur. Lorsqu’il s’est agi de remercier un élu du Mouvement Populaire, il a alors été question de « Monsieur Mustapha»32 - sans mention de son statut politique. Ainsi, cette redéfinition de la hiérarchie et de ce que le dispositif doit à la volonté politique des islamistes est à l’œuvre dans cette énumération.

39Les éléments langagiers ne sont pas en reste dans cette réappropriation du dispositif par les élus du PJD. En effet, la paternité islamiste du dispositif s’effectue par un usage répété de termes comme « Ikhwân wa akhawât » pour signifier mes « frères et sœurs » tout au long des déclarations faites par les élus dans les groupes de travail. Le Comité de Concertation permet ainsi la valorisation des personnalités phares du PJD et du rôle du parti dans la concrétisation du dispositif participatif.

La concertation, vecteur de nouveaux canaux d’autorité locale

L’affirmation du caractère nodal du Comité et d’un système d’acteur centré sur la collectivité locale

40La notion de « canaux d’autorités » a été employée par Mohamed Tozy et Béatrice Hibou pour caractériser la disjonction croissante entre les politiques économiques et sociales du gouvernement et le programme INDH (Hibou, Tozy, 2009). Nous souhaitons ainsi faire référence à ce terme heuristique pour cette fois affirmer que le dispositif de concertation étudié favorise l’apparition de nouveaux espaces légitimes du politique qui déjoueraient les canaux d’autorité traditionnels que sont les autorités de tutelle et, plus généralement, les services déconcentrés de l’État .

41Cette dimension nodale du Comité de Concertation de Tabriquet produit un phénomène d’inclusion -mais aussi d’exclusion - de certains acteurs du territoire, engendrant l’appropriation et la distribution d’un certain nombre de ressources sociales et politiques en son sein.

  • 33 . Entretien avec la présidente du Conseil d’arrondissement de Tabriquet, op. cit.

42Tout d’abord, nous avons relevé que la collectivité envisage de créer un système de subventionnement différencié selon qu’il s’agit d’associations membres du dispositif ou bien qui en sont extérieures. La mesure de différenciation est d’ailleurs clairement énoncée par la présidente de l’arrondissement de Tabriquet lorsqu’elle affirme : « on essaie de donner plus de soutien aux associations intégrées dans ce dispositif »33.

43Ces modes d’intéressement des associations et la valorisation du dispositif passent également par son inclusion dans d’autres programmes de développement sur le territoire communal, notamment l’INDH. Ainsi, les représentants du CCT sont intégrés au Comité Local de Développement Humain (CLDH) et occupent le tiers réservé aux représentants associatifs. D’autre part, les principales mannes financières à destination des associations, à savoir les subventions versées par les collectivités et l’INDH, sont conditionnées par la participation au Comité, ce qui permet à l’arrondissement de Tabriquet d’exercer son droit de regard sur les associations financées sur son territoire.

44Ces différents indices nous amènent à comprendre la manière dont l’arrondissement contribue à recentrer la gestion urbaine locale autour de ce nouvel espace d’entendement du politique, ainsi qu’à engager une reconfiguration des canaux d’autorité locaux en se démarquant des agents déconcentrés. Il s’agit, entre autres, d’exclure le pouvoir déconcentré de tout rôle dominant dans l’organigramme du Comité et de redéfinir les enjeux de l’action publique locale en termes transversaux, et non pas sectoriels.

  • 34 . Mentionné lors d’un entretien avec le coordinateur du Comité de Concertation, op. cit. et par ail (...)

45Ainsi, la structuration des organes décisionnels du Comité de Concertation, notamment le comité de pilotage, donne à voir une première tentative d’évitement des formes de tutelle politique et administrative existantes. En effet, selon son organigramme, le comité comprend deux membres élus représentant des groupes de travail et deux représentants de l’arrondissement (un élu et un administrateur), tandis que « des représentants des autres services (services extérieurs) peuvent être invités en cas de besoin ». Ils sont ainsi mis au même plan que les « organismes ressources » que sont les Organisations Non Gouvernementales extérieures, et ont pour rôle l’appui technique sur des sujets spécifiques. L’établissement de rapports égalitaires est d’ailleurs décliné par une formule entendue plusieurs fois sur le terrain, à savoir la présence simultanée du « pouvoir politique, du pouvoir associatif et du pouvoir administratif »34.

46La mise à distance des services extérieurs de l’État est également exprimée par l’administration locale. Cela témoigne du consensus qui émerge sur la nécessité de définir les politiques publiques par le bas, au sein d’un système d’acteurs qui comprendrait les élus locaux et l’administration de la collectivité territoriale.

  • 35 . Entretien avec un fonctionnaire de la Division des affaires culturelles, sociales et sportives de (...)

47Les services extérieurs sont également considérés comme trop peu au fait des problématiques du territoire en raison de la rotation des fonctionnaires-interlocuteurs à ces postes. Les changements récurrents de personnel au sein des services de l’administration déconcentrée sont d’ailleurs dépeints par un fonctionnaire de l’arrondissement de Tabriquet comme une entrave au bon déroulement de l’action publique locale : « vous travaillez avec un délégué pour une année. Puis, il est remplacé par quelqu’un d’autre et vous devez attendre pour qu’il comprenne bien [son nouveau poste]. A contrario, le Conseil [d’arrondissement] est élu pour six ans. Si on étale le travail, on peut arriver à nos objectifs, mais le changement des gestionnaires des services extérieurs nous pose problème »35.

48Les lenteurs de l’administration centrale sont également relevées, ainsi que les difficultés de financement des initiatives : « lorsqu’on passe à la participation, on doit avoir l’accord de l’administration centrale, on va attendre l’accord et il peut venir ou ne pas venir. Et même s’il vient, le gestionnaire ou le chargé du service extérieur va être remplacé par quelqu’un d’autre ». La controverse engagée à Tabriquet, en 2016, concernant l’attribution du budget pour la construction d’une piscine semi-olympique amène un employé municipal à s’indigner d’« une administration officielle, gouvernementale, qui vous dit : ‘Non, je ne peux pas faire mieux que ça’ ». Cela pousse l’employé à ironiser : « Est ce que je peux préparer cette piscine et la donner au Ministère de la Jeunesse et des Sports ? ». Cette franche remise en question des agents d’autorité centrale est significative de la défiance partagée par les fonctionnaires du Conseil d’arrondissement et les élus locaux du PJD. Ainsi, elle donne à comprendre leur volonté de mettre en place un pouvoir décentralisé.

La maïeutique des textes : faire advenir la collectivité locale et donner corps aux réformes de décentralisation

  • 36 . Entretien avec la présidente du Conseil de l’arrondissement de Tabriquet, op. cit.

49Afin de contourner ces autorités tutélaires, les représentants PJD se saisissent alors du droit. La nécessité de faire émaner la gestion urbaine du pouvoir politique élu localement est, pour ces derniers, justifiée par le contenu même de la réforme constitutionnelle. En effet, la constitutionnalisation de la participation renvoie à une « obligation de mettre en œuvre des programmes de développement locaux intégrés »36. La présidente du Conseil de Tabriquet souligne à cet égard que « l’article 139 de la Constitution de 2011 stipule directement le rôle des responsables des collectivités locales dans la mise en œuvre des dispositifs de concertation ». Elle se réapproprie ainsi les dispositions de la Constitution, en affirmant que l’obligation vise à mettre en valeur l’échelon local - l’arrondissement - dans le développement du territoire. Par ailleurs, elle considère que cette évolution pourrait contribuer à la reconfiguration des rapports hiérarchiques entre élus et autorités locales. Tout d’abord, cela faciliterait « le contact avec les services extérieurs, avec les organismes d’État, [et] toutes les parties prenantes » et d’autre part, cela permettrait de renvoyer ces instances étatiques au statut « d’aide pour la collectivité ». Cette mise à distance de la tutelle contraignant les représentants élus dans leur gestion urbaine locale en se saisissant du droit est remarquable et prolonge la rhétorique sur l’exemplarité de l’expérience de concertation de Tabriquet.

  • 37 . Entretien avec un fonctionnaire de la ville de Salé et membre du CADEL, le 26 mai 2016.

50Ce processus de redéfinition de l’action publique légitime est rendu visible par la structuration interne du Comité de Concertation ainsi que par la valorisation des approches transversales sur « les travaux sectoriels et de régie » qui sont associés à un mode de gestion urbaine considéré comme révolu37. Ces normes de « bonne gouvernance », promues par les institutions internationales, ont circulé par le biais de formations universitaires et constituent des ressources rhétoriques importantes. Les membres du CADEL, organisme d’appui technique au Comité, sont ainsi titulaires de diplômes de Licence et de Master en développement de la Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales de Salé. Leur formation et connaissance de la littérature grise des bailleurs de fonds leur donnent les moyens de légitimer la transversalité et multisectorialité des actions publiques entreprises. En d’autres termes, cette connaissance leur permet de valoriser un ensemble hétérogène d’acteurs qui font de la municipalisation et de la décentralisation des impératifs dans la gestion des politiques publiques.

  • 38 . Ibid.

51En creux, s’opère également une critique de l’INDH, taxée de « fonds » et non de « mécanisme d’action collective », comme pourrait l’être le Comité de Concertation. Cela participe de cette dissociation entre des « programmes nationaux » largement budgétisés mais qui ne s’insèrent pas forcément dans les problématiques prioritaires du territoire et des initiatives intégrant les enjeux politiques locaux. Ainsi, selon un fonctionnaire en charge de la mission « concertation » à la ville de Salé, deux approches de la participation sur le territoire de la ville se dégagent : « l’approche créée par la volonté politique et les acteurs sociaux et celle de l’INDH qui est un programme national ». Selon lui, « le développement local réussit toujours lorsqu’il vient du bas ». Le « fonds » et « l’approche » sont ainsi distingués - « l’outil » que représente le CCT étant de produire des politiques locales à la fois « transversales et verticales »38. L’idée sous-jacente est ainsi que le Comité de Concertation permet de dégager une position médiane entre l’action publique sectorielle de l’État et la transversalité permise par une appréhension du territoire par le bas.

Conclusion

52Les rapports complexes entretenus entre le Palais et le Parti de la Justice et du Développement, notamment les implicites de la légalisation d’une formation politique au « référentiel » islamique, ont eu un impact profond sur l’univers des possibles de sa gestion politique locale. De l’euphémisation de la rhétorique religieuse à la nécessité de se référer à la « bonne gouvernance » pour justifier de la légitimité de sa gestion urbaine, le PJD a pourtant influencé les lieux de l’action publique en contribuant à valoriser l’échelon municipal.

53La primauté accordée à l’intérêt de la collectivité sur celui du parti, ainsi que la mise sous silence du politique dans des programmes de développement locaux, permet de prôner une formulation « ascendante » des enjeux de territoire. L’investissement du Comité de Concertation de Tabriquet par le parti islamiste nous a ainsi donné à voir une reconfiguration progressive des canaux d’autorité locaux par l’instauration de nouveaux espaces d’entendement du politique autour d’un système d’acteur centré sur la collectivité locale.

54Cette étude souligne, plus largement, les rapports ambigus qu’entretiennent les pouvoirs locaux avec la production normative étatique. L’oscillation des parties prenantes au Comité de Concertation, entre la nécessaire légalisation du dispositif, mais également des bénéfices tirés de son informalité, nous apparait fortement liée à l’histoire socio-spatiale de l’arrondissement - dont la gestion urbaine a longtemps été le fait des grands propriétaires fonciers qui entretenaient une autonomie relative vis-à-vis des autorités centrales. Toutefois, les élus locaux du PJD semblent prompts à se saisir du texte de loi pour défendre l’exercice de certaines prérogatives, en propre, par les collectivités locales, tel que prévu par la charte communale de 2002.

55Par ailleurs, la mise à distance par ces élus de la figure du notable propriétaire foncier en charge de la gestion municipale, nous incite à nous interroger sur la reconfiguration des formes légitimes de la notabilité locale. Quelle est la part des ressources proprement partisanes, mais également associatives, voire familiales, des élus locaux du PJD dans leur accès aux fonctions électives ? La pluralisation des figures élitaires de l’arrondissement de Tabriquet à Salé soulève, en effet, la question de l’imbrication des ressources d’éligibilité au pouvoir municipal.

Top of page

Bibliography

Abouhani Abdelghani, 1988, Le pouvoir local et l’espace urbain au Maroc, le cas de Tabriquet Nord à Salé, Thèse de doctorat d’État en Droit Public, Université de Rabat.

Allal Amin, 2007, « « Développement international » et « promotion de la démocratie » : à propos de la « gouvernance locale » au Maroc », L’Année du Maghreb, p. 293.

Ameur Mohamed, 1999, « Les associations de quartier, nouveaux acteurs en milieu urbain marocain », in Signoles Pierre et al. (dir.), L’Urbain dans le monde arabe : politique, instruments et acteurs, Paris, CNRS, p. 339-354.

Berriane Yasmine, 2013, Femmes, Associations Et Politique À Casablanca, Rabat, Centre Jacques-Berque, p. 171-212.

Bono Irène, 2010, « L’activisme associatif comme marché du travail. Normalisation sociale et politique par les « Activités génératrices de revenu » à El Hajeb », Politique africaine, p. 25-44.

Catusse Myriam, 2004, « Les coups de force de la représentation », in Bennani-Chraïbi Mounia, Catusse Myriam et Santucci J.C. (dir.), Scènes et coulisses de l’élection au Maroc. Législatives 2002, Paris, Karthala, p. 69-104.

Catusse Myriam, Cattedra Raffaele et Idrissi Jinati M’hammed, 2010, « Changer d’échelles de gouvernance ? Réflexions autour de la promulgation de la Charte communale de 2002 au Maroc », in Miossec Jean-Marie (dir.), Terrains et échelons de la gouvernance: expériences en France et au Maghreb, Paris, L’Harmattan.

Catusse Myriam, Karam Karam, 2009, « le développement contre la représentation : la technicisation du gouvernement local au Liban et au Maroc », Démocraties et autoritarismes. Fragmentation et hybridation des régimes, Paris, Karthala, p. 85-86.

Catusse Myriam, Zaki Lamia, 2009, « Gestion communale et clientélisme moral au Maroc : les politiques du Parti de la justice et du développement », Critique internationale, 1/2009, p. 82.

Cheynis Éric, 2016, « Les pionniers de la participation au Maroc. Espace de reclassement et constitution d’un savoir autonome », Participations 2016/1 (n°14), p. 44. `

Goirand Camille , 2000, La politique des favelas, Paris, Karthala-CERI, 373 p.

Gourgues Guillaume, 2012, « Des dispositifs participatifs aux politiques de la participation. L’exemple des conseils régionaux français. », Participations, p. 30-52.

Hanzaz Mohamed, Sitri Zineb, 2016, « Pouvoirs et contre-pouvoirs en matière de planification urbaine au Maroc : pour une nouvelle régulation des pouvoirs de décision », Revue Internationale d’Urbanisme (RIURBA), p. 23.

Hibou Béatrice, Tozy Mohammed, 2009, L’INDH entre charité institutionnalisée, réallocation des ressources et fabrique des élites, Fonds d’Analyse des Sociétés Politiques (FASOPO), p. 24.

Le Bart Christian, Lefebvre Remi , 2005, « Une nouvelle grandeur politique ? », in Le Bart Christian, Lefebvre Rémi (dir.), La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 11-30.

Mazeaud Alice, Sa Vilas Boas Marie-Hélène et Berthomé Guy-El-Karim, 2012, « Penser les effets de la participation sur l’action publique à partir de ses impensés », Participations, p. 5-29.

Mias Coline, 2015, Les stratégies notabiliaires à l’épreuve du développement territorial, le cas de quartiers populaires de Rabat au Maroc, mémoire de master II à l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence, 127 p.

Mohsen-Finan Khadija, Zeghal Malika, 2006, « Opposition islamiste et pouvoir monarchique au Maroc. Le cas du Parti de la Justice et du Développement », Revue française de science politique, p. 79-119.

Nez Héloise, Talpin Julien, 2010, « Généalogies de la démocratie participative en banlieue rouge : un renouvellement communisme municipal en trompe-l’œil ? », Genèses, p. 97-115.

Rangeon François, 2005, « Peut-on parler d’intérêt général local ? », in Le Bart Christian, Lefebvre Remi (dir.), La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 45-65.

Signoles Aude, 2009, « Les municipalités islamistes » (dossier), Critique Internationale, n°42.

Smaoui Sélim, 2009, « la probité comme argument politique : la campagne du PJD à Hay Hassani, Casablanca », in Lamia Zaki (dir.), Terrains de campagne au Maroc. Les élections législatives de 2007, Paris, Karthala.

Tozy Mohamed, 2012, « la première force politique du PJD s’appelle la proximité », Le journal.

Transparency Maroc, Rapport de juillet 2011 de l’Observatoire de la corruption au titre des actes de corruption et infractions traités par la justice durant le premier trimestre 2011 : http://transparencymaroc.ma/TM/sites/default/files/Publication%20trimestrielle%20de%20Transparency%20Maroc%20du%20premier%20trimestre%202011.pdf

Zeghlal Malika, 2005, Les islamistes marocains. Le défi à la monarchie, Paris, éditions le Fennec, 327 p.

Top of page

Notes

1 . Il s’agit de la loi organique 14-113 sur les collectivités territoriales promulguée en janvier 2015. La réforme constitutionnelle de 2011 a consacré le rôle des collectivités dans la mise en place de mécanismes de concertation participatifs et la loi organique 14-113 de janvier 2015 prévoit à son tour que les arrondissements doivent initier des projets de développement participatifs.

2 . Nous faisons notamment référence à l’amendement de la charte communale de 2002, qui prévoit l’élaboration de diagnostics participatifs dans la conception des Plans Communaux de Développements (PCD). Mentionnons également la réforme constitutionnelle de 2011, qui consacre le rôle des collectivités locales dans la mise en place de mécanismes participatifs de dialogue et de concertation (article 139), ainsi que la loi organique 14-113 qui dispose, dans son article 231, que le conseil d’arrondissement participe à « l’initiation de projets de développement participatif ».

3 . Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) intègre l’échiquier partisan légal à la fin des années 1990, à l’issue d’un rapprochement entre le Mouvement populaire démocratique et constitutionnel (MPDC) et le Mouvement Unicité Réforme (MUR). Il devient alors une organisation bicéphale qui, parallèlement à la participation au jeu politique légal, poursuit une action sociale sur tout le territoire du Royaume par l’intermédiaire du MUR et de ses quelques centaines d’associations islamistes (Mohsen-Finan, Zeghlal, 2006). Cette stratégie de conquête du pouvoir par le truchement d’associations affiliées, puis par une gestion municipale présentée comme pragmatique dans plusieurs villes du Maroc et ce, dès 2003, témoigne de l’accent mis sur l’échelon local. Doté d’une forte légitimité populaire du fait de son implantation territoriale et de son investissement dans le champ social et caritatif, le Parti a toutefois toujours fait preuve de prudence dans la conquête des postes de direction politique à l’échelon national. Malgré une autolimitation nécessaire à son acceptation par le régime en place, il obtient la majorité des suffrages à l’Assemblée lors des élections législatives anticipées de 2011. La nomination d’Abdelilah Benkirane au poste de chef de gouvernement consacre ainsi une période de cohabitation forcée avec le Palais et ses relais politiques et administratifs. Depuis lors, l’action publique locale et la « modération » en politique constituent deux des caractéristiques les plus emblématiques du PJD.

4 . Cette municipalité, que l’on peut considérer comme étant l’un des bastions électoraux du PJD, présente un intérêt électoral majeur, puisque le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane a été élu à la circonscription Salé Medina lors des élections législatives de 2016 aux côtés de son directeur de Cabinet et actuel président du conseil de la ville, Jamaâ Mouatassim.

5 . Handicap International, Action Nord-Sud et ENDA Maghreb sont intervenus dans la commune de Salé-Tabriquet pour la réalisation du projet de Développement Local Urbain (DLU) et dans le cadre du Programme Concerté Maroc financé par le Ministère des Affaires étrangères français dès 1999.

6 . Sur le même sujet, appliqué au cas tunisien, voir les contributions de Manuel Goehrs et Joseph-Désiré Som/Damiano dans ce dossier.

7 . Malika Zeghlal relève dans son ouvrage les propos de Saadeddine el Othmani (alors vice-
secrétaire général du PJD) prononcés en 2003 dans une interview pour le Journal Hebdomadaire. Il avait affirmé que le PJD « n’était pas un parti islamiste mais un parti à référentiel islamiste ». Nous nous proposons ainsi d’étudier ce qui est porté comme « référentiel » et mobilisé par le parti dans sa gestion municipale.

8 . Entretien avec la présidente du conseil d’arrondissement de Tabriquet, réalisé le 17 mai 2016.

9 . Lors d’un entretien avec deux fonctionnaires de la Division des Affaires Sociales (DAS) de la préfecture de Salé le 22 novembre 2015, ces « nouveaux acteurs du développement » sont décrits comme des relais de l’État dans la lutte contre la pauvreté. En revanche, nous déveleppons dans cet article ce que revêt ce terme pour les représentants élus de la collectivité locale.

10 . Nous avons assisté à une réunion de formation intitulée « redevabilité financière des associations » à la maison des jeunes de Salé Tabriquet, le 18 mai 2016.

11 . Entretien avec le président du Centre d’Appui au Développement Local (CADEL) le 28 avril 2016.

12 . Entretien avec le président d’une association membre du groupe de travail sport, le 20 mai 2016.

13 . Entretien avec le coordinateur du Comité de Concertation de Tabriquet, le 20 avril 2016.

14 . Ibid.

15 . Entretien avec l’un des vice-président du Conseil d’arrondissement de Tabriquet, élu du Parti de la Justice et du Développement, le 16 mai 2016.

16 . Ibid.

17 . Ibid.

18 . Entretien avec le président du CADEL, op. cit.

19 . Entretien avec l’un des vice-président du Conseil d’arrondissement de Tabriquet, op. cit.

20 . Entretien avec un conseiller de l’arrondissement de Tabriquet, également membre du conseil de la ville, le 18 mai 2016.

21 . La commune urbaine de Salé compte 5 arrondissements : Lmrissa, Bettana, Hssain, Tabriquet et Laayada.

22 . Entretien avec le coordinateur du Comité de Concertation de Tabriquet, op. cit.

23 . Au Maroc, les partis politiques ont tous un symbole permettant de les distinguer et celui du Parti de la Justice et du Développement est une lampe.

24 . Entretien avec un fonctionnaire de la Division des affaires sociales, culturelles et sportives, le 12 mai 2016.

25 . Entretien avec la présidente du Conseil d’arrondissement de Tabriquet, op. cit.

26 . Entretien avec le coordinateur du Comité de Concertation de Tabriquet, op. cit.

27 . Entretien avec un membre du CADEL et fonctionnaire à l’arrondissement de Tabriquet, le 20 avril 2016.

28 . Entretien avec le président d’une association membre du groupe de travail sport, op. cit.

29 . Ibid.

30 . Entretien avec un conseiller de l’arrondissement de Tabriquet, du 18 mai 2016, op. cit.

31 . Ce commentaire est formulé par l’un des vice-président à l’arrondissement, lors d’une visite guidée de Tabriquet, le 11 mai 2016.

32 . Afin de préserver son anonymat, le nom de la personne a été changé.

33 . Entretien avec la présidente du Conseil d’arrondissement de Tabriquet, op. cit.

34 . Mentionné lors d’un entretien avec le coordinateur du Comité de Concertation, op. cit. et par ailleurs, lors d’un entretien avec un fonctionnaire de la Division des affaires culturelles, sociales et sportives de Tabriquet, op. cit.

35 . Entretien avec un fonctionnaire de la Division des affaires culturelles, sociales et sportives de l’arrondissement de Tabriquet, op. cit.

36 . Entretien avec la présidente du Conseil de l’arrondissement de Tabriquet, op. cit.

37 . Entretien avec un fonctionnaire de la ville de Salé et membre du CADEL, le 26 mai 2016.

38 . Ibid.

Top of page

References

Bibliographical reference

Coline Mias, « La municipalisation de la gestion urbaine par la concertation. Le cas du Comité de Concertation de Tabriquet à Salé (Maroc) », L’Année du Maghreb, 16 | 2017, 269-285.

Electronic reference

Coline Mias, « La municipalisation de la gestion urbaine par la concertation. Le cas du Comité de Concertation de Tabriquet à Salé (Maroc) », L’Année du Maghreb [Online], 16 | 2017, Online since 10 July 2017, connection on 22 September 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/3080 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3080

Top of page

Author

Coline Mias

Laboratoire CHERPA à l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence.

Top of page