تصفح – مخطط الموقع
Varia

La société civile vue à l’aune de la résilience du système politique algérien

Civil Society seen in the Light of Resilience of the Algerian Political System
Louisa Dris-Aït Hamadouche
p. 289-306

ملخصات

منذ استقلال الجزائر حرية المجتمع المدني متناسبة عكسا مع قوة الدولة الرعاية ولم تغير كل من التعديدية وتزايد عدد الجمعيات في هذه العلاقة شيئا. على هذا الأساس يعتبر المجتمع المدني ضعيفا إن لم يكن جنينيا، يرتبط بموضوع اجتماعي-سياسي أكثر من فاعل اجتماعي كامل. وعليه، يطرح السؤال نفسه: كيف أصبح المجتمع المدني طرفا في مناعة النسق السياسي الجزائري؟

للجواب على هذا السؤال سيتم تفكيك خصائص الجمعيات الجزائرية من حيث عدم اكتمال نضج الاستقلالية الفردية للمواطن، التسييس المفرط والإغراء المرتبط بتوزيع الريع. في مرحلة ثانية، سيتم تحليل سياسة احتواء المجتمع المدني من طرف الحكام وهذا من خلال ترسانة قانونية مقيدة وشيطنة انتقائية وتقسيم.

أعلى الصفحة

حواشي الكاتب

L’opportunité de cet article a été offerte par GIGA (German Institute of Global and Area Studies, Hambourg) dans le cadre d’une étude comparative plus large menée sur le rôle de la société civile dans les systèmes autoritaires, dans trois pays : l’Algérie, le Mozambique et le Vietnam. L’étude a été financée par le German Research Foundation (DFG), projet de recherche KO 3513/5-1.

النص الكامل

1L’association, terme utilisé aujourd’hui en Algérie pour désigner une organisation non gouvernementale (ONG), partie prenante de la société civile, est un phénomène ancien. Depuis des siècles, la population s’est organisée sous forme de « Zaouia », la confrérie religieuse, ayant une fonction de socialisation religieuse et d’éducation, ou encore à travers la «Djemâa ou tadjmaath» qui, possédant un ancrage local fort, gère les affaires du village comme un comité des sages. À ces deux formes traditionnelles d’organisation sociale, s’ajoutent les corporations qui relèvent des corps de métiers (Izarouken, 2014). Relevons qu’un courant de chercheurs remet en cause la possibilité d’intégrer les organisations traditionnelles dites « authentiques » (assila) dans la catégorie des ONG dites modernes, estimant qu’elles obéissent à une historicité et à une organisation sociale spécifique. D’autres en revanche, réfutent cette dissociation (El Iyachachi, 2012, p. 13-14). En effet, les organisations qui caractérisent la période coloniale sont de deux types. Les organisations dites « authentiques » à connotation sociologique, religieuse, se sont caractérisées par leurs actions d’ordre social (entraide, actions de charité, d’éducation…). Elles ont évolué en parallèle avec des organisations élitistes mixtes (avec des membres algériens et européens), présentes en milieux urbains, humanistes, libéraux et intégrationnistes (Izerrouken, 2012, p. 79). Ce sont d’ailleurs des organisations qui ont constitué le terreau et le cadre d’actions des militants politiques revendiquant l’égalité des droits entre les Algériens et les européens. Ce type d’associations regroupe les Amicales d’anciens élèves, les anciens combattants, les syndicalistes…

  • 1 . Au moment où le printemps arabe commence, l’Algérie compte 93 654 associations officiellement enr (...)

2L’évolution du système associatif depuis l’indépendance montre bien un rapport inversement proportionnel entre la force de l’État providence et la marge de manœuvre laissée au monde associatif. De l’indépendance au milieu des années 1980, les associations sont soumises à une double autorité contraignante : l’autorité légale représentée par le ministère de l’Intérieur et les autorités locales (mairies, wilayas) ; l’autorité politique personnifiée par les organisations de masse que le FLN, le parti unique, contrôlait. Cette période voit l’apparition d’un double phénomène lié par une relation de cause à effet : l’affaiblissement de l’efficience du tissu associatif et la montée de la contestation non organisée. Au milieu des années 1980, les autorités accordent quelques espaces de liberté, ce qui permet l’émergence d’associations comme la Ligue algérienne des droits de l’Homme et l’Association algérienne de planification familiale (AAPF) en 1987. Puis arrive la crise d’octobre 1988 et avec elle une nouvelle législation consacrant la liberté d’association. Leur nombre va littéralement exploser pour avoisiner les 100000 ces dernières années.1 Cela signifie qu’il s’est créé six à sept fois plus d’associations en quelques années qu’en 30 ans (Izerrouken, 2012, p. 88).

3Malgré une présence numérique pléthorique, la société civile reste faible, au mieux embryonnaire. Aussi s’apparenterait-elle davantage à un objet qu’à un sujet social. À ce titre, cette situation serait, en premier lieu, le résultat d’une conjonction de facteurs impactant, à un degré ou à un autre, l’efficacité des organisations non gouvernementales. Ces facteurs inhérents au corps des associations ne sont, toutefois, pas le seul facteur explicatif. Le deuxième facteur à examiner est le contexte politique dans lequel ces associations sont créées, puis évoluent. Un contexte marqué par la résilience du système politique. Ce dernier a mis en place une stratégie qui lui permet de contourner les chocs, en laissant à la société des espaces de pluralisme limité, qui lui permettent de s’adapter sans remettre en cause sa spécificité. Ainsi et malgré la succession des facteurs internes et régionaux à forte capacité de déstabilisation, la stabilité reste la caractéristique principale du système politique algérien. Une stabilité qui relève de sa capacité à résister et/ou contourner les chocs internes et externes, d’une part, et à les transformer en ressources, d’autre part (Dris Aït Hamadouche, 2015, p.119). Cette résilience est une réalité ancrée complexe et autorégénérative : ancrée car elle remonte à l’indépendance du pays en 1962 ; complexe car elle mixe les instruments de la gouvernance autoritaire et ceux de l’ouverture politique ; et autorégénérative dans la mesure où le maintien du pouvoir discursif et infra-étatique de l’élite dirigeante doit beaucoup à la capacité du système à adapter et réactualiser ses ressources internes. L’hypothèse que nous discuterons dans cet article consiste à inclure les organisations de la société civile dans les éléments que le système se réapproprie et met sous contrôle pour les inclure dans les ressources facilitant le maintien du statu quo politique.

4Pour analyser le rôle de la société civile dans la résilience du système politique algérien, cet article s’articulera autour de deux axes. Le premier analysera pourquoi et comment les caractéristiques inhérentes à la société civile favorisent l’autoreproduction du système politique algérien ; tandis que le second axe abordera les instruments de la politique d’endiguement menée par les gouvernants et dont la société civile est la cible.

Quand la société civile alimente la résilience politique

5La résilience politique évoquée plus haut n’aurait pas été possible sans l’appui, volontaire ou pas, de la société civile algérienne qui compte plusieurs dizaines de milliers d’associations d’ordre national et local et qui finalement jouent le rôle d’acteurs consolidateurs du système et d’alliés complémentaires aux détenteurs du pouvoir (Dris Aït Hamadouche, 2015, p. 125).

6Les difficultés qu’elle rencontre à jouer son rôle de médiateur, de régulateur et de courroie de transmission sont notamment liées aux caractéristiques inhérentes à ces organisations dont le seuil critique d’autonomisation n’est pas atteint. Plusieurs raisons l’expliquent : la non autonomisation de l’individu, la surpolitisationet l’attrait de la rente.

L’autonomisation inachevée de l’individu

  • 2 . Sondage effectué par RAJ (Rassemblement Action Jeunesse) en 2012, sur un échantillon de 1 200 son (...)

7L’adhésion à une association et l’engagement personnel dans un groupe sont les expressions d’une décision individuelle reflétant une certaine perception de l’espace public et une autonomisation vis-à-vis de l’État (providence, omniprésent). Partant de ces principes simples, nous constatons que l’engagement des Algériens aux réseaux associatifs est faible. À titre d’exemple, 4,7% des jeunes algériens (18-35 ans) sont membres d’une association, 1,7% sont membre d’un parti politique et un tout petit 1,5% d’un syndicat.2 Quels sont les mécanismes responsables de cette autonomisation individuelle inachevée ?

8Commençons notre analyse par les aspects historico-économiques. La longue colonie de peuplement (132 ans), suivie d’une décolonisation brutale (une guerre de libération) et soudaine (l’Algérie est encore colonisée en 1954 puis acquiert son indépendante en 1962) ont fait que l’Indépendance de l’Algérie s’est faite dans un vacuum ponctué de destructions matérielles, humaines et symboliques immenses. Or, la victoire historique contre la puissance coloniale fera des victimes parmi les Algériens. Les dissensions internes sont telles que le tout premier coup d’État aura lieu l’été 1962, altérant ainsi l’image des héros de la libération. Pour éviter les questions délicates, les dirigeants trouvent la parade dans un slogan qui fera date : « un seul héros, le peuple ». L’idée d’individus (héroïques, autonomes, leaders) s’efface pour très longtemps, au profit de celle d’une nation unie, d’un collectif soudé vers un destin commun.

9À l’Indépendance, ce destin commence par le constat d’un désastre dont l’ampleur est telle que la priorité est la (re)construction-édification-organisation tous azimuts : construire des infrastructures (écoles, hôpitaux, routes…), édifier une administration, organiser les villages, les hameaux et les villes… À l’époque, le reflexe qui consiste à mimer le système de la métropole coloniale (jacobinisme, centralisation), pour répondre à une situation d’urgence, fait que toutes ces missions sont dévolues à l’État, ou du moins l’idée que les dirigeants de l’époque ont de cette notion. Puisqu’il faut éduquer une population illettrée à 85% (APS, 2012) l’État pourvoira en fournissant les écoles gratuites. Puisque la population a été privée des soins élémentaires, l’État pourvoira en construisant les hôpitaux et les dispensaires et en fournissant médecins et matériels. Puisque la population avait été privée de sa liberté de circuler dignement, l’État fournira des allocations de devises confortables, permettant une mobilité digne. Puisque la population avait été privée d’un emploi régulièrement rémunéré, l’État fonctionnarisera des pans entiers de secteurs d’activité.

  • 3 . SoumiaSalhi, syndicaliste et activiste féministe, Rencontre débat avec l’auteur, CREAD, 06/06/201 (...)

10L’État omniprésent s’impose comme un acteur indispensable grâce à la mobilisation de moyens conséquents, issus de l’exportation des richesses naturelles. Car, ni les grands projets d’industrie industrialisante des années 1960 et 1970, ni la politique de promotion de la consommation des années 1980, ni même le lancement des grands projets d’infrastructure ainsi que les transferts sociaux de ces dernières années n’auraient été possibles sans les ressources issues de l’exportation des hydrocarbures. Or, cette activité étant exclusivement une activité étatique, l’amalgame entre ressources publiques, ressources gouvernementales et politique gouvernementale a toujours servi à maintenir et à consolider le sentiment de dépendance à l’égard de « l’État-pourvoyeur ». Le résultat est « une difficile pour ne pas dire impossible autonomisation de l’individu vis-à-vis de l’État avec des individus qui restent dépendants des décisions que prendra l’État et des projets individuels invisibles, car collés à l’État»3. Il en ressort une dépendance à l’égard, non pas des services « publics » mais des services « gouvernementaux ». En effet, l’instrumentalisation politicienne des ressources de l’État, additionnée à l’absence d’alternance politique, font que dans l’imaginaire collectif, l’État = gouvernement = administration = espace public.

  • 4 . Tajout, syndicaliste, Rencontre débat avec l’auteur, CREAD, 06/06/2015.
  • 5 . Sondage Arabtrans, 2015.

11La non-autonomisation organisée et pensée vis-à-vis de l’État est également liée à la difficulté que rencontrent les Algériens à s’approprier l’espace public en tant qu’espace commun de vie, régi par des règles et des lois appliquées sur tous, et dans lequel chaque individu profite de droits certains et est soumis à des devoirs connus. Le but étant de créer un climat de coexistence pacifiée. Cet espace existe peu. Sur le plan de la sécurité, par exemple, si l’espace public est jalonné par la force publique (barrages routiers de la police et la gendarmerie, présence policière au moindre carrefour…), la puissance publique est, quant à elle, faible4. En d’autres termes, la présence matérielle des agents de la sécurité ne produit pas le sentiment de sûreté. Preuve en est, lorsqu’ils sont interrogés sur la question, les Algériens répondent que la sécurité est en constante amélioration, et que paradoxalement ils ne sentent pas en sûreté5.Une sûreté faisant référence à un certain bien-être et à la satisfaction d’un certain nombre de besoins dans l’espace public. Or, si les hôpitaux sont gratuits, la qualité des soins laisse à désirer ; si les administrations sont présentes, la bureaucratie est écrasante ; si la scolarisation est généralisée, l’éducation est déficiente… Puisque les algériens ne se sont pas approprié tous ces espaces comme des espaces publics, ils se retrouvent dans l’incapacité d’en contester les dysfonctionnements de façon citoyenne, en s’organisant dans des associations par exemple. La boucle du cercle vicieux est donc bouclée.

  • 6 . La DGSN (Direction générale de la sûreté nationale) révèle que lors du premier semestre 2015, 700 (...)
  • 7 . Discussion informelle avec l’auteur.

12Conséquemment, le non-achèvement de l’autonomisation de l’individu à l’égard de l’État renforce deux phénomènes, et en premier lieu les comportements violents. À ce propos, ce n’est pas la somme d’actes violents qui interpelle (Chafa, 2015)6, mais la banalisation et la glorification de la violence. Le recours à la violence comme moyen de revendiquer un droit, ou de contester une situation injuste peut même s’ériger en acte héroïque. Se plaignant des dysfonctionnements d’une administration dans la capitale, un citoyen relève que dans une autre wilaya (district), les citoyens ont bloqué et fermé l’administration coupable. « Eux au moins, ce sont des hommes ! », a-t-il conclu…7 De fait, si l’individu n’a pas parachevé son autonomisation vis-à-vis de l’État-gouvernement, c’est dans le cadre de la foule qu’il fait la démonstration de sa présence et qu’il exprime ses désirs. La foule étant un réceptacle spontané des désirs et des frustrations communs accumulés, elle ne requiert aucun effort de mise sous contrôle des pulsions, d’organisation et d’intellectualisation. Or, se sont précisément ces caractéristiques-là qui font que les forces de sécurité redoutent les mouvements de foule, d’où les moyens mobilisés pour les prévenir ou les calmer quand ils surviennent. Partant de cette réalité, les revendications violentes apparaissent comme un moyen plus efficace de revendication que les associations légalistes et pacifiques.

  • 8 . Entretien de l’auteur avec Mehdi Larbi, professeur de sociologie à l’université d’Oran. Oran, 17/ (...)

13Le non-achèvement de l’autonomisation de l’individu à l’égard de l’État renforce un second phénomène à savoir la double dépendance de l’individu, vis-à-vis de l’association ou de l’État. C’est le cas notamment des organisations activant dans le domaine social et caritatif, finançant des soins, et fournissant des médicaments ou des produits alimentaires… L’exemple de l’association Zouhour (fleurs en arabe), implantée à Oran (capitale de l’Ouest) est tout à fait illustratif dans la mesure où il s’agit d’une association dotée d’un réseau lui permettant de fournir des prestations de service dignes d’un service public parallèle (fourniture de médicaments, conventions avec des laboratoires d’analyse médicale, actions auprès de la sécurité sociale…)8. Nonobstant le caractère louable et utile de ces actions destinées aux familles démunies, en l’occurrence parfaitement identifiées, il semble difficile d’envisager un processus d’autonomisation à travers ce type d’aide. Le principe selon lequel il ne faut pas donner un poisson à celui qui a faim mais lui apprendre à pêcher, est loin de sous-tendre l’action de Zouhour. À contrario, une autre philosophie peut guider l’action associative. Toujours à Oran, l’association FARD (Femmes Algériennes Revendiquant leurs Droits) s’inscrit dans une démarche d’autonomisation individuelle des femmes. Son créneau est, en effet, de former les femmes à un métier afin de leur donner les moyens de se prendre en charge et d’assurer leur autonomie. Lorsqu’elles parviennent à cet objectif, une petite entreprise par exemple, elles contribuent à renflouer les ressources de l’association qui s’autofinance.

14Au problème originel, lié à l’autonomisation de l’individu, s’ajoute une difficulté de parcours, d’où découle la tentation de la politisation.

La société civile dans le piège de la politisation

  • 9 . 31% des associations se déclarent totalement indépendantes des pouvoirs publics et de la politiqu (...)

15À la question récurrente de savoir s’il existe une société civile en Algérie, une autre question pourrait s’ajouter à la liste des interrogations non encore tout à fait élucidées : les organisations de la société civile maitrisent-elles les tenants et les aboutissants de leur propre rôle ? De fait, les frontières entre parti politique et ONG sont parfois plus que difficiles à cerner, même si au niveau statutaire et juridique, les frontières sont limpides. D’autant plus difficiles que parfois même les analyses académiques placent le curseur de la contestation-opposition sur la société civile, alors que cette fonction n’est originellement pas la sienne (Thieux, 2009). Le discours, la posture et les messages peuvent être tellement proches que la tentation de se demander « qui est qui ? » est inévitable (Derras, 2012, p. 39)9.

  • 10 . L’UNFA a proposé l’instauration d’un régime semi-présidentiel, l’élargissement des prérogatives d (...)

16À l’indépendance déjà, le FLN érigé en parti unique crée une pléthore d’organisations de masse dans tous les secteurs socio-économiques (étudiants, travailleurs, femmes, anciens combattants, enfants des martyres,…). Depuis l’avènement du multipartisme, chaque période électorale est marquée par des dizaines d’organisations sectorielles et corporatistes qui montent au créneau politique pour appeler les abstentionnistes à voter ou pour réclamer la candidature de telle personnalité à tel poste. À titre d’illustration, un grand nombre de syndicats et d’associations patronales (la CAP, le CNPA, la CGEA, la CIPA, le SEVE et l’UGTA) ont tous soutenu le 3ème mandat en 2009 (Berkouk, 2014). En dehors des rendez-vous électoraux, des organisations proches des autorités politiques contribuent d’une façon ou d’une autre à remplir une fonction. Ainsi de nombreuses organisations ont accepté de participer aux consultations décidées par le Président de la République en 2012 puis en 2014 en vue de la réforme constitutionnelle. À titre d’illustration l’Union nationale des femmes algériennes (UNFA) a non seulement pris part à ses consultations, mais a fait des propositions politiques, d’ailleurs, sans grand rapport avec son domaine de compétence10.

  • 11 . En 2014 et 2015, la vallée du Mzab a été en proie à des troubles relativement violents entre popu (...)

17Dans le second cas, le glissement entre ONG et politique est plus rare mais n’est pas absent. Ainsi la défense d’une cause ou d’un dossier précis peut-elle tourner au réquisitoire contre le système politique en place dans sa totalité. À titre d’illustration, la tendance vers la politisation des dossiers qui ne le sont pas forcément (même si la politique est, dit-on, partout) est notable sur le dossier identitaire. Le Mouvement Culturel Berbère (MCB) était déjà actif déjà au temps du parti unique, dans la clandestinité. Il s’est illustré par des actions de revendications identitaires qui ont mobilisé malgré l’interdiction. Il a formé des générations de militants à la cause amazigh. Paradoxalement, la légalisation du pluralisme a progressivement affaibli le MCB jusqu’à son implosion pure et simple. La cause ? La surpolitisation du mouvement en raison de la rivalité entre les courants affiliés à deux partis politiques frères ennemis, le RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie) et le FFS (Front des Forces Socialistes). Un autre exemple de politisation d’une organisation de la société civile concerne le RAJ (Rassemblement Action Jeunesse) qui comme son nom l’indique, s’intéresse aux questions liées à la jeunesse. Or, le RAJ prend des positions tranchées sur des dossiers qui ne sont liés à son domaine d’activité. Le cas de sa position sur la situation de Ghardaïa11 est parlant :

  • 12 . Communiqué 08/07/2015, https://www.facebook.com/pages/RAJ-Algerie/325639970801796

« La défaillance dans la gestion de la crise à tous les niveaux de l’État n’est un secret pour personne, « le tout sécuritaire » avec la politiquede la fuite en avant et des solutions hasardeuses ne peuvent que produire méfiance et crise de confiance. Réduire la crise de Ghardaïa à une crise sécuritaire démontre encore une autre foi l’entêtement et l’incapacité des pouvoirs publics à comprendre et à écouter les aspirations des Algériennes et des Algériens à construire un État de droit et de justice sociale…» (RAJ, 2015)12.

  • 13 . Achour Idir, président du CLA (Conseil des Lycées d’Algérie), Rencontre débat en présence de l’au (...)

18Les termes de cette déclaration officielle n’ont pas besoin d’être commentés et pourraient aisément être assimilés à un parti politique d’opposition, faisant ainsi oublier qu’il s’agit d’une association, par définition apolitique. Un troisième exemple peut servir à compléter la confusion identitaire des acteurs de la société civile ; il concerne un syndicat sectoriel défendant les intérêts des professeurs de l’enseignement du secondaire, dont le président affirme que si son syndicat parvient à imposer un rapport de forces favorable, il sera prêt à prendre et à exercer le pouvoir politique13.

19Si les cas de surpolitisation des associations non politiquement affiliées au pouvoir politique sont moins nombreux, la raison est moins due à un processus de maturation desdites organisations qu’au strict contrôle exercé par les autorités sur leurs actions. Ce contrôle s’effectue, d’abord en amont, avec de longues démarches et de nombreuses conditions à remplir avant l’obtention de l’agrément. En aval, les actions sont contrôlées à travers les aspects techniques tels que le financement, l’octroi d’un siège, les autorisations administratives, l’accès aux médias publics. De fait, 68% des associations sont financées par les autorités locales, et 80% de ces associations sont sportives (Derras, 2012, p. 35). Relevons que la question des subventions est, en soi, problématique, au point que certaines les rejettent,considérant qu’elles visent à les coopter et les « clientéliser ».

  • 14 . Fortement soupçonné de soutenir Ali Benflis, le challenger de Abdelaziz Bouteflika, Tayeb Houari (...)
  • 15 . L’UGEA aura même deux secrétaires généraux à sa tête. Certains cadres rejoindront le candidat, Al (...)

20Ajoutons à la confusion régnante un troisième cas de figure, celui où la politisation de l’association est une bipolarisation interne conduisant à un clivage destructeur.Du côté des organisations de masse activant dans le sillage du pouvoir politique, l’option du quatrième mandat a fractionné, pour ne pas dire déchiré certaines organisations, dont les membres et les militants étaient divisés entre partisans et opposants à la candidature du président, diminué par un état de santé visiblement détérioré et critiqué en raison de son choix de se faire élire en tant qu’indépendant. C’est le cas de l’Organisation nationale des enfants de Chouhada (Martyres de la guerre de libération, ONEC), traversée par une crise interne et un mouvement de redressement14. L’UNJA (Union nationale des jeunes algériens) et l’UNEA (Union nationale des étudiants algériens) dont l’affiliation au FLN est de notoriété publique, ont toutes deux connu des divisions internes, en raison de la présence de partisans de Ali Benflis, rival du président candidat et néanmoins ancien secrétaire général du FLN. Quant à l’UGEA (Union générale des étudiants algériens), connue pour être proche du RND (Rassemblement national pour la démocratie), elle a, elle aussi, connu une crise interne15.

21Dans le sillage des organisations politisées car proche de l’opposition et bipolarisée à l’occasion de la présidentielle de 2014, citons l’Union générale des étudiants libres (UGEL). Connue pour sa proximité avec les islamistes du MSP, l’UGEL ne sera pas épargnée par les courants qui traversent ce parti dont la direction menée par AbdelrazakMokri a appelé au boycott de l’élection. Ainsi l’UGEL se retrouvera avec un secrétaire général soutenant le président-candidat et une direction collégiale suivant la ligne du MSP.

  • 16 . Le discours officiel parle de terrorisme résiduel et évoque à la moindre occasion la nécessité vi (...)
  • 17 . GIGA, workshop, Oran, 17/10/2015

22À la politisation de type opposition versus alliance, s’ajoute la politisation sous-tendue par des considérations idéologiques de type islamiste/moderniste et conservateur/libéral. Généralement, ce sont les organisations dites laïques ou modernistes qui justifient leur soutien à une force politique par la peur de voir ré-émerger la menace extrémiste qu’elle considère comme latente16. À titre d’illustration, c’est à partir de ce type de considérations que l’association NADA (Réseau Algérien pour la Défense des Droits des Enfants) estime compréhensibles les restrictions introduites dans la dernière loi sur les associations, eut égard aux besoins de sécurité17. Cette dichotomie idéologique conduit à un clivage qui non seulement empêche toute coopération entre organisations d’intérêts communs, mais les dresse les unes contre les autres, ce qui implique des alliances -déclarées ou non- avec les autorités politiques. Partant de ce constat, il est légitime de se demander s’il n’existe pas une volonté d’alimenter de faux clivages pour maintenir de vraies divisions.

23Au piège de la politisation qui dévoie, divise et affaiblit les associations, ajoutons le piège issu de la redistribution de la rente.

La société civile et l’appât de la rente : le cas du FCE

  • 18 . Les plus importantes sont : Confédération Générale des Entreprises Algériennes (CGEA), Confédérat (...)

24Le pouvoir infrastructurel (Dris Aït-Hamadouche, 2015) des autorités politiques passe par une stratégie douce dont la sphère économique et la ressource financière sont le fer de lance. L’économie algérienne est une économie anciennement dirigée, présentement rentière et mono-exportatrice, dans laquelle le secteur privé prospère. Il existe plusieurs organisations patronales18 en Algérie, mais il en est une, le Forum des chefs d’entreprises (FCE), dont la visibilité et le dynamisme politique sont grandissant. Or, si le FCE symbolise l’ascension de l’acteur patronal dans le jeu politique, cette ascension reflète-t-elle l’émergence d’un acteur associatif autonome ou l’éruption d’un énième acteur-facteur de la résilience autoritaire ?

25La première hypothèse est soutenue par la montée en puissance du Forum. Lorsqu’il est créé en 2000, le FCE veut fédérer toutes les entreprises algériennes, publiques et privées, dans une sorte de corporation destinée à défendre leurs intérêts et promouvoir l’esprit d’entreprenariat. Au bout de quinze années d’existence, cette organisation compte 800 entreprises membres, emploie plus de 250 000 salariés et réalise un chiffre d’affaires dépassant 25 milliards de dollars. La marge d’évolution est encore large, car le secteur privé est en plein essor. En 2011, plus de 600000 entreprises privées contribuaient à 70% du PIB hors hydrocarbures (Grim, 2012).

  • 19 . Entretien avec le vice-président du FCE Brahim Benabdeslam, Alger le 11/03/2015.

26Par ailleurs, la création du FCE intervient dans un contexte extrêmement favorable, marqué par un retour progressif de la paix et la remontée des prix du pétrole. Cette remontée booste la dépense publique, notamment les commandes et les investissements publics, moteurs de la croissance. Or, les entreprises du FCE se positionnent sur ce marché et profitent des contrats et des commandes publiques. C’est la raison pour laquelle il privilégie les contacts formels et informels avec les ministres du gouvernement qui prend les décisions, plutôt que l’Assemblée populaire nationale qui vote les lois19. Tranchant avec la démarche suivie par l’ancienne direction menée par Réda Hamiani, la direction que mène Ali Haddad opte pour une démarche offensive. Elle critique ouvertement le gouvernement sur sa politique fiscale (l’IBS entre autres) et s’illustre à travers une nouvelle diplomatie économique (Latrous, 2015) en recevant des ambassadeurs, en prenant part aux visites effectuées par le Premier ministre, en ouvrant des représentations à l’étranger et en organisant un forum international destiné à relancer la coopération entre l’Algérie et l’Afrique.

  • 20 . Amendements contenus dans la nouvelle constitution 2016.

27L’hypothèse selon laquelle le FCE peut devenir le symbole d’une société civile décomplexée et dynamique rejoint l’idée développée précédemment sur le caractère inéluctable de l’autonomisation de l’individu par le recul de l’État providence. Dans le domaine économique, ce rééquilibrage pourrait s’imposer de façon plus rapide et plus forte encore si la baisse des ressources issues des hydrocarbures se poursuit. Ce scénario prévoit des réformes libérales favorables à une montée en puissance du FCE qui demande l’ouverture du marché algérien et la levée du monopole de l’État sur un très grand nombre de segments de l’économie algérienne (FCE, 2015, p.4).Pour illustrer l’impact des recommandations du FCE sur les décisions gouvernementales, signalons la décision de mise en conformité volontaire des volumes financiers circulant dans l’informel et qui répond à la demande du FCE, avec une seule nuance ; le FCE demandait une taxe de 10% (FCE, 2015, p.19), alors que le gouvernement en a institué une de 7%. Relevons également la constitutionnalisation du droit à entreprendre et à investir, de la promotion des mesures visant l’amélioration du climat des affaires et de l’interdiction des monopoles20.

28Si la situation financière continue de se détériorer, des réformes impliquant un plan de sortie de l’économie rentière deviendra incontournable. Or, un plan de promotion de la diversification de l’économie algérienne ne fera pas l’économie des entreprises du FCE, présentes dans des domaines économiques variés (Mebtoul, 2015). Elle ne fera pas, non plus, l’économie du rajeunissement de l’élite dirigeante, une nécessité sur laquelle insiste Ali Haddad, quadragénaire (Abdelbari, 2015). Cette hypothèse est lourdement tributaire d’une véritable volonté politique de libérer le monde économique des chaînes qui entravent l’émergence de patrons d’entreprises puissants par la richesse qu’ils créent et qui voudront entrer en politique par la grande porte et non par la petite porte dérobée du clientélisme et de la cooptation.

  • 21 . Officiellement, le différend concerne l’importation par Issad Rebrab des équipements pour l’usine (...)

29Établir le poids économique potentiel du patronat algérien, dont le FCE, équivaut-il à établir son émergence en tant qu’acteur autonome des pouvoirs publics ? En d’autres termes, quel est le rôle politique du FCE ? La réponse à cette question est dans la seconde hypothèse de cet argumentaire, laquelle soutient que le poids du FCE n’est pas celui d’un acteur autonome et que, par conséquent, il participe à la consolidation autoritaire dans le cadre d’un échange politique (Bosc, 1996).L’échange politique est simplement défini comme la relation dans laquelle deux acteurs politiques ont des besoins et des objectifs dont la réalisation dépend des ressources (matérielles et symboliques) que l’autre acteur possède et que ce dernier est disposé à échanger, dans une sorte de troc des ressources.Quels sont les termes de l’échange politique entre les autorités en place et les patrons du FCE? Cet échange se situe à deux niveaux, conjoncturel et structurel. Les grands rendez-vous politiques constituent le premier niveau dans lequel l’échange politique se fait entre les autorités politiques et le FCE. Ce dernier s’affiche et affiche, sans relâche, son soutien aux présidents Bouteflika depuis 2004. Un soutien politique et financier, puisque chaque patron s’est officiellement engagé à financer la campagne du président sortant avec des contributions allant de « 500.000 et 50 millions de DA » (Hallas, 2014). En plus des rendez-vous électoraux, les débats publics sont aussi l’occasion de voir le FCE défendre les positions du pôle présidentiel. Ainsi note-t-on le soutien du FCE à l’Armée Nationale Populaire (état-major) après le limogeage du patron des services de renseignements, le général de corps d’armées, Mohammed Mediene. Un positionnement similaire est observé en faveur du ministre de l’industrie et des mines, AbdeslemBouchouareb, dans son bras de fer l’opposant à l’homme d’affaires IssadRebrab.21

  • 22 . Le groupe est actif dans l’hydraulique, le bâtiment, l’électricité, les travaux publics et le gén (...)

30Sur le plan structurel, les termes de cet échange sont importants puisque l’ascension de certaines entreprises est intimement liée aux positionnements politiques de leurs patrons, pour ne pas dire à leur « subordination » et « vassalisation » (Grim, p. 167-168). Rappelons à titre d’illustration que la création de l’ETRHB remonte aux années 80, mais que son développement fulgurant (c’est aujourd’hui premier groupe de travaux publics du pays) coïncide avec l’arrivée d’Abdelaziz Bouteflika au pouvoir. D’ailleurs le groupe a bénéficié de contrats issus de la commande publique à hauteur de 2,5 milliards de dollars (Hallas, 2014). Autres exemples, même ascension avec le groupe Kouninef, patron du Groupe KOUGC22, qui réalise une croissance annuelle de 10 %, ainsi que le groupe SIM de Laid Benamor dont le capital social a été multiplié par 500 entre 1996 et 2013, passant de 105 000 $ à 51 millions $ (Hallas, 2014).

  • 23 . Terme employé par le Parti des Travailleurs.

31Un soutien aussi ostentatoire est relativement nouveau. Il suscite des réactions allant de la circonspection interrogative de type « d’où viennent ces fortunes qui ont droit au chapitre dans le discours et l’échiquier politique ? », à la critique acerbe dénonçant la « berlusconisation »23 du système. L’émergence des puissances de l’argent dans la vie politique fait craindre une restructuration interne des rapports de forces qui passeraient d’une alliance politico-militaire à une alliance politico-affairiste avec une connotation fortement péjorative. Pour Nacer Hamdadouche du MSP, ces hommes d’affaires représentent un véritable danger pour le pays parce qu’ils agissent sans rendre de compte à personne, façonnent les décisions politiques en fonction de leurs intérêts et bénéficient de l’absence d’institutions fortes et de l’État de droit capables de les contrôler (Nahal, 2014). L’absence de contrôle institutionnel signifie-t-elle que les acteurs économiques sont réellement autonomes ?

  • 24 . Mouloud Hamrouche, ancien premier ministre, Forum El Hiwar, 10/10/2015.

32L’autonomisation du patronat vis-à-vis de la sphère gouvernementale est impossible dans une « économie à signatures autorisantes » (Henni, 2015) c’est à dire un système dans lequel les autorités politiques octroient des ouvertures sélectives et contrôlées24. Elles freinent l’émergence d’acteurs économiques autonomes, en usant, en l’occurrence, de quelques armes tels que les agréments, les licences, les crédits, les contrats publics, d’une part, les harcèlements judiciaires, les blocages bureaucratiques et la loi interdisant à un député de pratiquer une profession libérale, d’autre part. Ainsi la chute de groupes privés comme le groupe Kalifa, Tonic-Emballage et Blanky sont souvent cités en exemple pour illustrer le sort réservé aux patrons qui ne sont pas suffisamment « subordonnés » au pouvoir politique.

33En conséquence, le contrôle des acteurs économiques est maintenu car leur mise sous dépendance est une condition sine qua non au maintien de l’échange politique. Dès que le contrôle recule, l’équation n’est plus d’actualité.

L’endiguement de la Société civile au service de la résilience politique

34Conformément à la logique de la résilience politique impliquant que le système politique absorbe les chocs et les contraintes pour les transformer en ressources, la société civile est devenue une ressource. Cette stratégie consiste non seulement à endiguer la société civile afin de la contrôler, mais surtout d’éviter le recours à la répression, devenue contre-productive. Parmi les instruments utilisés pour cet endiguement, outre le verrouillage juridique (Dris, Dris-Aït Hamadouche, 2012), nous citerons la diabolisation, le clonage et la promotion d’acteurs concurrentiels.Pour des contraintes d’espace, nous nous concentrerons sur les deux derniers aspects.

La diabolisation ciblée

35Le pluralisme associatif remonte à la loi n° 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations, consacrant l’émancipation du mouvement associatif vis-à-vis de l’État (Derras, 1999). Le phénomène n’est donc pas nouveau et s’inscrit dans la logique des réformes politiques initiées à la fin des années 1980. Plus de 20 ans plus tard, un nouvel arsenal juridique est mis en place pour, officiellement, parachever le processus des réformes visant la consécration des libertés collectives. Or, le cadre réglementaire régissant les organisations non gouvernementales n’est pas assoupli en 2012. Bien au contraire, l’obsession de la stabilité trouvant dans la conjoncture régionale un argument supplémentaire aux restrictions liberticides.

36Durant cette période, la méfiance traditionnelle des dirigeants algériens à l’égard des acteurs autonomes, s’ajoute la suspicion relative aux doubles liens des acteurs associatifs. Le premier lien incriminé implique les acteurs étrangers, gouvernementaux ou non gouvernementaux accusés de promouvoir l’ingérence dans les affaires internes des pays.

  • 25 . Loi n° 12-06 du 12 janvier 2012 relative aux associations.
  • 26 . Loi n° 12-06 du 12 janvier 2012 relative aux associations.

37Le premier aspect de cette méfiance à l’égard de l’étranger est contenu dans la loi de 2012 sur les associations. Ainsi l’article 22 stipule-t-il que «les associations agréées peuvent, dans le respect des valeurs et des constantes nationales et des dispositions législatives et réglementaires en vigueur, adhérer à des associations étrangères poursuivant les mêmes buts ou des buts similaires »25.Or, non seulement le ministre de l’Intérieur et des Affaires Étrangères doivent être informés, mais ils sont seuls juges à même de déterminer si cette coopération s’inscrit dans « le respect des valeurs et des constantes nationales et des dispositions législatives et règlementaires en vigueur »26. Aussi toute subvention étrangère doit impérativement être dument autorisée.

  • 27 . L’opinion publique est fortement influencée par le discours selon lequel le « printemps arabe » e (...)
  • 28 . L’idée selon laquelle le « printemps arabe » est un complot ourdi par des ONG proches des chancel (...)

38Un second aspect sur lequel se focalise ces ramifications est les liens qui relierait les acteurs associatifs avec des ONG internationales, activant dans la formation des militants contestataires et dans la promotion des actions de contestation politique27. Les révoltes dans le monde arabe ont considérablement réactualisé ce débat en Algérie28. Quant au second lien, il concerne les liens de ces associations avec des cercles internes « occultes », motivés par la déstabilisation du pouvoir en place. En fait, il s’agit de l’usage consacré de la rhétorique de l’ennemi intérieur et extérieur. Le cas du mouvement Barakat (ça suffit ! en arabe) est révélateur. Le mouvement apparaît comme la réaction spontanée d’un groupe de militants-intellectuels s’opposant au quatrième mandat du président Bouteflika dont l’état de santé parait extrêmement détérioré. Rapidement, le mouvement se dote d’un symbole, d’un leadership, d’une vitrine virtuelle et parvient à tenir plusieurs rassemblements fortement médiatisés à Alger.

  • 29 . Les médias ont alimenté un débat important sur les organisations étrangères soutenant les militan (...)

39La rapidité de l’organisation et l’ampleur de la médiatisation facilitent une campagne de dénigrement et de diabolisation tout aussi rapide. Elle met en avant le fait que l’organisation apparaît subitement, et bénéficie d’un fort soutien médiatique, réel et virtuel. Fruit du hasard ou calcul ? Quoi qu’il en soit, Barakat tient son premier rassemblement devant la faculté des sciences humaines, à Alger, le jour même de l’annonce de la candidature du président sortant. Cette coïncidence est présentée comme un premier élément à charge, mis en avant pour jeter le doute sur l’indépendance du mouvement des cercles décisionnels que l’on disait divisés sur le quatrième mandat. D’autres arguments s’ajoutent au réquisitoire, à savoir, les correspondances entre les slogans que Barakat brandit et ceux des organisations politiques ayant conduit à la chute de régimes en place avec le soutien d’ONG spécialisées dans la formation au militantisme politique moderne29. Troisième argument de diabolisation, le caractère antidémocratique du mouvement à partir du moment où il conteste au président sortant le droit de se présenter à une élection. Un droit, consacré par l’amendement constitutionnel de 2008, lequel amendement à fait sauter le verrou de la limitation des mandats.

40Enfin, il semble clair que la diabolisation ciblée des organisations de la société civile à travers l’argument de lutte contre toute forme d’ingérence étrangère dans les affaires internes cache mal la détermination des autorités politiques à maintenir les associations locales sous contrôle et à les isoler du reste de la société qui est leur champs d’action par excellence.

La technique du clonage

41« Diviser pour régner » est une stratégie dont la redoutable efficacité n’est plus à démontrer et a fait ses preuves sous tous les cieux. En Algérie, l’hyperinflation des associations, plus de 100.000 officiellement répertoriées en 2013 n’est pas le fruit du hasard. Elle n’est pas non plus le résultat d’un sur-engagement des Algériens pour l’action associative. En revanche, une partie de l’explication réside dans le fait que de nombreuses associations se sont démultipliées en raison de scissions internes ayant conduit une partie de leurs leadership à créer une autre association, agissant dans le même domaine et avec globalement les mêmes revendications, sans pour autant que les deux associations s’engagent dans une relation de coopération (Meddi, Matared, 2013). D’ailleurs, il est légitime de se demander si le nombre exponentiel d’associations n’est pas, en bonne partie, dû à la démultiplication des associations issues de scissions internes. En 2006, l’ancien ministre de l’Intérieur, Yazid Zerhouni, révèle que « sur les 73 000 associations reconnues officiellement, seules 5000 ont de réelles activités. Les 68 000 autres bénéficient de subventions mais sont totalement inutiles à la société ». Deux ans plus tard, il poursuit affirmant que « 95% des associations agréés n’ont jamais présenté de rapport moral et financier » (Irnatene, 2009).

42Le SNAPAP (Syndicat national autonome du personnel de l’administration publique) illustre parfaitement la technique du clonage, puisqu’en 2002, un SNAPAP-bis voit le jour à la suite d’un congrès conduit par des dissidents et appuyé par l’administration. Ce congrès consacrera l’émergence politique, juridique et économique du syndicat au détriment des structures originelles (Irnatene, 2009). Dans le même ordre idée, il est intéressant de noter l’existence du CNAPEST (Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique) aux côtés du SNAPEST (Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique). En effet, le premier a été le premier à occuper le terrain sans agrément de la part l’administration. Lorsque celle-ci décide de reconnaitre l’existence légale du CNAPEST, en 2007 soit après sept ans son existence de facto,elle octroie le même titre au SNAPEST.

43La stratégie du clonage n’a pas pour but l’anéantissement de la société civile, mais son endiguement et sa mise sous contrôle afin que son existence soit fonctionnellement opérante. En d’autres termes, pour les besoins de sa résilience, le système politique a besoin de ces organisations afin qu’elles compensent ses déficiences et comblent les vides. D’où l’explosion du nombre d’associations entre 1990 et 1995, considérée comme la période la plus critique. Aussi, au lieu d’éliminer une association par les pressions juridiques, financières ou par l’intimidation, il s’avère plus efficace et moins couteux d’affaiblir l’association sans renoncer à sa fonction.

44L’analyse de l’efficacité de cette stratégie qui consisterait à diviser les organisations considérées comme gênante serait incomplète si elle se contentait de mettre en lumière l’action du diviseur. En effet, la tâche serait sans doute plus difficile si ces organisations avaient réussi à développer des « anticorps », des mécanismes de résilience capables de résister à ce type de pressions. De fait, les divisions-implosions sont aussi la conséquence de trois tares extrêmement nuisibles : d’abord, l’absence ou le refus d’institutionnaliser les mécanismes de résolution des différends à travers les débats contradictoires, les règles simples de votes à la majorité et le respect des résultats de ce vote ; ensuite la multiplication des situations où les protagonistes succombent à la tentation de la clientélisation ; enfin, la lutte pour le leadership, conçu comme un tremplin. De nombreuses associations sont confrontées à ce type de conflits internes. Le FCE, par exemple, a connu de nombreuses défections et le départ de chefs d’entreprises influents, pour cause de désaccord avec la ligne choisie par le chef du forum. Les divergences d’opinion étant un phénomène normal, c’est l’incapacité des associations à absorber ces divergences qui est en cause ainsi que la reproduction d’une certaine culture autoritaire. Cette incapacité est d’autant plus grave qu’elle débouche souvent sur l’implosion de l’association et qu’elle aboutit toujours au renforcement du statu quo politique.

Tableau : Exemples de clonage d’acteurs de la société civile

Syndicats*

Partis politiques

Associations

Syndicat d'origine

Le syndicat des dissidents

Le parti d’origine

Le parti des dissidents

Associations d’origine

Associations Dissidentes

SNAPAP (Syndicat national autonome du personnel de l'administration publique ; président : Rachid Malaoui

SNAPAP- bis (dirigé par BelkacemFelfoul, ex-député retraité)

FLN (Front de Libération Nationale)

RND (Rassemblent national pour la démocratie)

La Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme Hocine Zehouane

La Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme BOUCHACHI

CNAPEST (Conseil national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique; coordonnateur : Larbi Nouar)

SNAPEST (Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique) dirigé par Mériane Meziane)

MSP (Mouvement de la société pour la paix)

TAJ (Rassemblement algérien pour l’espoir)

CNDDC

(Comité national pour la défense des droits des chômeurs), Tahar Belabbès,

CNDDC Dechache Abdelkader,

SATEF (Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation ; secrétaire général : Mohand-Salem Sadali )

SATEF- bis (dirigé par Abdelmadjid Basti)

FFS

Union démocratique et sociale (UDS)

Le Mouvement des journalistes algériens MJA,

AJA ; SNJA ; SNJ ; FNJA

CNES (Conseil national des enseignants du supérieur ; Abdelmalek Azzi)

CNES-bis (AbedlhafidMilat)

RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie

MPA (Mouvement pour le Peuple Algérien

RAJ (Rassemblement Action Jeunesse)

RAJA (Rassemblement Action Jeunesse Algérienne)

SNTE (Syndicat national des travailleurs de l'éducation ; secrétaire général : Mohamed Bennoui )

SNTE- bis (dirigé par AbdelkimBoudjnah)

Ennahda

El Islah

UNPEF (Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation ; son président est conseiller du ministre de l'Éducation)

Intersyndicale de la fonction publique (IAFP) Coordination des syndicats de la fonction publique

El Islah

FJD (Front pour la Justice et le développement

*« Entre répression et manipulations : le courageux combat des syndicats autonomes algériens », Comité international de soutien au syndicalisme autonome algérien – CISA, 15/11/2009.

Conclusion

  • 30 . Entretien avec Chérif Dris, maitre de conférences à l’école supérieure de sciences de l’informati (...)

45« Le régime crée sa propre société civile »30, « le régime n’occupe pas le domaine de la société civile, il s’en occupe » et « en Algérie, ne parlons pas de société civile, mais servile », sont quelques formules exprimant en termes simples l’idée que les associations entretiennent des relations de clientèles avec les autorités politiques qui les instrumentalisent dans le but de renforcer la résilience du système politique.

46La question du rôle de la société civile en Algérie interroge deux problématiques : la résilience du système politique algérien depuis plus d’une cinquantaine d’années d’une part, et l’existence d’acteurs associatifs dont l’existence précède le retour au multipartisme à la fin des années 1980, d’autre part.

47Or, si les associations existaient déjà au temps du parti unique, cela signifie que leur existence a toujours rempli une fonction, quelle que soit la nature du régime en place. Le passage d’une dictature classique dans les années 1960 et 1970, à un régime autoritaire, puis semi-autoritaire depuis une vingtaine d’années est un processus de réajustement qui a parfaitement intériorisé les fonctions de la société civile (de même d’ailleurs que les partis politiques). Ainsi le passage du parti unique au multipartisme a été accompagné de la levée du monopole des associations organiquement liées au FLN et à la famille révolutionnaire et la reconnaissance légale des organisations plurielles, dont certaines étaient liées à des partis politiques.

48En quoi la société civile est-elle nécessaire ? L’une des missions reconnues et dévolues aux organisations de la société civile est de servir de courroie de transmission entre la population et les autorités politiques. Toutes les politiques publiques, à l’échelle nationale ou locale, ont besoin de s’appuyer sur des acteurs bien implantés dans le champ d’action afin de s’appuyer sur des informations fiables, choisir les bonnes alternatives et maximiser l’efficience des décisions prises. De ce point de vue, la situation de la société civile en Algérie n’est pas radicalement différente. L’instrument est comparable, la mécanique également ; seuls diffèrent les objectifs. Pour illustrer ce parallélisme, prenons en exemple la colère de l’ancien ministre de l’Intérieur, Yazid Zerhouni, contre les associations sportives locales à Oran à qui il a reproché leur incapacité à empêcher des émeutes. Cet épisode très significatif résume brillamment les contours des fonctions que les autorités politiques assignent aux dizaines de milliers d’associations activant en Algérie. Par ailleurs, en plus d’accorder des espaces de liberté auxquels les Algériens sont désormais habitués, ces associations sont destinées à compenser les insuffisances de l’administration publique et à compléter ses missions. Cet argument est valable dans tous les domaines, du sécuritaire comme l’atteste l’exemple suscité, aux actions sociales (aides aux démunis…), économiques (formations des femmes à certains métiers. Même les domaines liés à l’éducation, l’environnement et la santé sont désormais occupés par le tissu associatif.

49Cette tendance est d’ailleurs appelée à se consolider davantage du fait que l’État, omniprésent grâce à ses ressources financières, connait de plus en plus de difficultés à assumer les missions de l’État pourvoyeur de tout. Ces difficultés ont aussi comme corolaire une nécessaire autonomisation individuelle qui prendra sans doute du temps pour s’instituer. En attendant, les instruments de contrôle et d’endiguement continuent de conférer au système politique les moyens de contrôler l’espace public. Si la situation économique continue de se détériorer, ce contrôle deviendra aussi vital que difficile.

أعلى الصفحة

بيبليوغرافيا

Abdelbari Tewfik, 2015, « Haddad rend hommage à Bouteflika, demande aux politiques de laisser la place aux jeunes », Tout sur l’Algérie, 03/10/2015.
http://www.tsa-algerie.com/20151003/haddad-rend-hommage-a-bouteflika-demande-aux-politiques-de-laisser-la-place-aux-jeunes .

Bosc Christel, 1996, « L’Échange politique », Baraize François (dir.), Négociations, Pôle Sud, n°4, p. 123-128. www.persee.fr/doc/pole_1262-1676_1996_num_4_1_936 .

Chafa Massissilia, 2015, « Plus de 700 000 Algériens ont protesté dans la rue en 2015 », TSA, 25 juin, http://www.tsa-algerie.com/20150625/plus-de-700-000-algerins-ont-proteste-dans-la-rue-en-2015/.

Comité international de soutien au syndicalisme autonome algérien, 2009, « Entre répression et manipulations : le courageux combat des syndicats autonomes algériens », NOUR, 19 novembre, http://initiativerd.blogspot.com/2009/11/entre-repression-et-manipulations-le.html

Derras Omar, 1999, « Le fait associatif en Algérie. Le cas d’Oran », Insaniyat, n°8, mai-août, p. 95-117. http://www.crasc-dz.org/article-527.html consulté le 14-02-2012. 

Derras Omar, 2012, « Le phénomène associatif dans le cadre des réformes », Insaniyat Books, CRASC, n°3, p. 30, (en arabe).

Dris-Aït Hamadouche Louisa, 2009, « Régime et islamistes en Algérie : un échange politique asymétrique? », Maghreb-Machrek, p. 29-44.

Dris Louisa, Dris Chérif, 2012, « De la résilience des régimes autoritaires : La complexité Algérienne », L’Année du Maghreb, VIII, p. 279-301.

Dris-Aït Hamadouche Louisa, 2015, « Au cœur de la résilience algérienne », in Hasni Abidi (dir.), Monde Arabe. Entre transition et implosion, Genève, Erick Bonnier, Université de Genève, p. 118-139.

El Iyachachi Ansar, 2012 « Qu’est-ce que la société civile. L’Algérie comme modèle », Insaniyat Books, CRASC, n°3, p. 13-14 (en arabe).

Forum des Chefs d’Entreprise, 2015, « Pour l’Emergence de l’Economie Algérienne », juin, http://www.fce.dz/phocadownload/plaidoyerfcefr.pdf .

Grim Nordine, 2012, Entrepreneurs, pouvoir et société en Algérie, Alger, Casbah.

Hallas Lyas, 2014, « Les patrons qui financent Bouteflika ne cachent plus leur connexion », Maghreb-Emergeant, 11 mars, http://lequotidienalgerie.org/2014/03/11/les-patrons-qui-financent-bouteflika-4-ne-cachent-plus-leur-connexion/ .

Henni Ahmed, 2015, « Algérie : retour sur l’éviction d’un seigneur militaire et la rébellion d’un patron », Maghreb Emergent, 12 octobre.

Irnaten Fouad, 2009, « Zerhouni compte assainir le tissus associatif », 11 aout, http://www.algerie360.com/algerie/zerhouni-compte-le-mouvement-associatif/

Izerrouken Arab, 2012, « Mouvement associatif en Algérie : vers un nouveau départ ? », in Remaoun Hassan (dir.), L’Algérie aujourd’hui : Approches sur l’exercice de la citoyenneté, Oran, CRASC, p. 75-96.

Izarouken Arab, 2014, « Le mouvement associatif en Algérie : Histoire et réalités actuelles », NOUR, 25 février. http://anadde.blogspot.com/2014/02/le-mouvement-associatif-en-algerie.html

Latrous Naila, 2015, « Que cache la diplomatie économique du FCE ? », Tout Sur l’Algérie, 27 avril, http://www.tsa-algerie.com/20150427/que-cache-la-diplomatie-economique-du-fce/ , Consulté le 24/09/2015.

Mebtoul Abderrahmane, 2015, « Le FCE a-t-il les capacités de relancer l’économie algérienne ? », Le Matin, 30 juillet, http://www.lematindz.net/news/18169-le-fce-a-t-il-les-capacites-de-relancer-leconomie-algerienne-document.html

Meddi Adlène, Matarese Mélanie, 2013, « Chômeurs : le régime fantasme sur un scénario à la arouch », El Watan, 22 mars, http://www.algeria-watch.org/fr/article/pol/administration/noyautage.htm

Nahal Souad, 2014, « Comment l’argent sale impacte la décision politique », Ennahar, 22 septembre, http://www.altahrironline.com/ara/?p=81605 (en arabe).

NB, 2014, « Les associations et organisations sont de plus en plus divisées par la présidentielle », 11 mars, http://www.algerie360.com/algerie/election-presidentielle-malaise-au-sein-des-organisations-de-masse/

Safia Berkouk, 2014, « Lorsque le pouvoir convoque ses organisations de masse », El Watan, 17 février.

Thieux Laurence, 2009, « Le secteur associatif en Algérie : la difficile émergence d’un espace de contestation politique », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 12 septembre 2015. URL : http://anneemaghreb.revues.org/545 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.545.

أعلى الصفحة

حواشي

1 . Au moment où le printemps arabe commence, l’Algérie compte 93 654 associations officiellement enregistrées (92 627 associations locales et 1 027 associations nationales, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur).

2 . Sondage effectué par RAJ (Rassemblement Action Jeunesse) en 2012, sur un échantillon de 1 200 sondés et dans 35 wilayas. Rencontre débat avec l’auteur, Alger, 04/07/2015.

3 . SoumiaSalhi, syndicaliste et activiste féministe, Rencontre débat avec l’auteur, CREAD, 06/06/2015.

4 . Tajout, syndicaliste, Rencontre débat avec l’auteur, CREAD, 06/06/2015.

5 . Sondage Arabtrans, 2015.

6 . La DGSN (Direction générale de la sûreté nationale) révèle que lors du premier semestre 2015, 700 000 Algériens ont pris part à plus de 60 000 mouvements sociaux.

7 . Discussion informelle avec l’auteur.

8 . Entretien de l’auteur avec Mehdi Larbi, professeur de sociologie à l’université d’Oran. Oran, 17/10/2015.

9 . 31% des associations se déclarent totalement indépendantes des pouvoirs publics et de la politique, 43% se considèrent comme médiateurs et 36% sont dans une situation confuse.

10 . L’UNFA a proposé l’instauration d’un régime semi-présidentiel, l’élargissement des prérogatives du Conseil de la nation (élu au suffrage indirect), la constitutionnalisation du Conseil national économique et social (CNES) et les organisations de masse.

11 . En 2014 et 2015, la vallée du Mzab a été en proie à des troubles relativement violents entre populations Chaambas arabophones et les mozabites ibadhites et berbérophones. Malgré les apparences communautaires, ces affrontements sont intimement liés à des questions socio-économiques.

12 . Communiqué 08/07/2015, https://www.facebook.com/pages/RAJ-Algerie/325639970801796

13 . Achour Idir, président du CLA (Conseil des Lycées d’Algérie), Rencontre débat en présence de l’auteur, Alger, 03/10/2015,

14 . Fortement soupçonné de soutenir Ali Benflis, le challenger de Abdelaziz Bouteflika, Tayeb Houari est destitué de son poste de SG de l’ONEC par des « redresseurs » menés par Hadj Abdelkader Mokhtari, en mars 2014.

15 . L’UGEA aura même deux secrétaires généraux à sa tête. Certains cadres rejoindront le candidat, Ali Benflis, c’est le cas d’Ahmed Boubrik, membre du Conseil national, alors que la direction assurée par Abdelkader Bensalah, soutiendra le candidat Bouteflika

16 . Le discours officiel parle de terrorisme résiduel et évoque à la moindre occasion la nécessité vitale de ne pas retomber dans l’engrenage des années 90.

17 . GIGA, workshop, Oran, 17/10/2015

18 . Les plus importantes sont : Confédération Générale des Entreprises Algériennes (CGEA), Confédération Nationale du Patronat Algérien (CNPA), Fédération Nationale des Travailleurs des Textiles –Cuirs – Habillement, Union Générale des Entrepreneurs Algériens (UGEA), Union Nationale des Entrepreneurs Publics (UNEP),

19 . Entretien avec le vice-président du FCE Brahim Benabdeslam, Alger le 11/03/2015.

20 . Amendements contenus dans la nouvelle constitution 2016.

21 . Officiellement, le différend concerne l’importation par Issad Rebrab des équipements pour l’usine d’électroménagers basée à Sétif. Officieusement, l’objet de ce différend est la position de l’industriel à l’égard du quatrième mandat du président.

22 . Le groupe est actif dans l’hydraulique, le bâtiment, l’électricité, les travaux publics et le génie civil pétrolier.

23 . Terme employé par le Parti des Travailleurs.

24 . Mouloud Hamrouche, ancien premier ministre, Forum El Hiwar, 10/10/2015.

25 . Loi n° 12-06 du 12 janvier 2012 relative aux associations.

26 . Loi n° 12-06 du 12 janvier 2012 relative aux associations.

27 . L’opinion publique est fortement influencée par le discours selon lequel le « printemps arabe » est un complot occidental visant l’affaiblissement des États arabes à travers l’exacerbation des conflits internes.

28 . L’idée selon laquelle le « printemps arabe » est un complot ourdi par des ONG proches des chancelleries occidentales, dans le seul but de déstabiliser, de diviser et d’affaiblir le monde arabe, est très répandue.

29 . Les médias ont alimenté un débat important sur les organisations étrangères soutenant les militants et mouvements visant la démocratisation des régimes politiques comme Avaaz, Open Society, les institutions républicaines et démocrates américaines…

30 . Entretien avec Chérif Dris, maitre de conférences à l’école supérieure de sciences de l’information et de la communication.

أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « La société civile vue à l’aune de la résilience du système politique algérien », L’Année du Maghreb, 16 | 2017, 289-306.

بحث إلكتروني

Louisa Dris-Aït Hamadouche, « La société civile vue à l’aune de la résilience du système politique algérien », L’Année du Maghreb [‏على الإنترنت‎], 16 | 2017, نشر في الإنترنت 10 juillet 2017, تاريخ الاطلاع 25 juillet 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/3093 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3093

أعلى الصفحة

الكاتب

Louisa Dris-Aït Hamadouche

Maître de conférences à la Faculté des sciences politiques et des relations internationales, Alger 3.

مقالات للكاتب نفسه

أعلى الصفحة