تصفح – مخطط الموقع
Varia

« Si vous votez la loi d’exclusion aujourd’hui, c’est vous qui serez exclus demain »

Recomposition de l’élite politique tunisienne (2011-2014) au prisme des révolutions est-européennes
«If You vote the Law of Exclusion Today, You will be excluded Tomorrow.» Recomposition of the Tunisian Political Elite (2011-2014) to the Prism of Eastern European Revolutions
Bilel Kchouk
p. 319-339

ملخصات

Dans le cadre d’une analyse sur les répercussions du soulèvement populaire de 2011, notre enquête prend pour objet l’effet de la chute du régime de Ben Ali sur la place et la trajectoire des élites politiques tunisiennes. Elle a pour ambition d’analyser l’impact du changement institutionnel et les stratégies sous-jacentes au repositionnement des élites tunisiennes, à la lumière des situations est-européennes. À l’instar de processus observés à l’Est, nous défendons l’idée d’un élargissement de l’espace élitaire politique permettant aux nouveaux venus de cohabiter avec d’anciennes élites politiques rapidement replacées. Ce repositionnement s’est fait selon des logiques de sacrifice, de solidarité réseautique et de marchandage témoignant d’une grande circulation et d’une reproduction politique plus légère. La cohabitation entre les élites de Ben Ali et les élites émergentes permet de souligner l’ambiguïté des recompositions et les chevauchements entre l’ « ancien » et le « nouveau » régime.

أعلى الصفحة

النص الكامل

  • 1 . Le coup stratégique se définit comme une « action visant à influencer le choix de l’adversaire en (...)
  • 2 . Définie par Dobry (2009, p. 36) comme « la classe particulière des conjonctures critiques qui cor (...)

1Parmi les changements de régimes arabes post 2011, le cas tunisien semble être le plus abouti en termes de bouleversements institutionnels, d’entrée de nouveaux acteurs jusque-là interdits de concours aux fonctions politiques et d’acquisition de nouvelles libertés collectives et individuelles. Le départ du président Ben Ali, le 14 janvier 2011, a constitué une étape importante dans ce changement de régime, marqué symboliquement, par la promulgation d’une nouvelle constitution (Riahi, 2016) en janvier 2014. Entre ces deux évènements, la Tunisie a vécu un moment politique incertain, durant lequel les élites de l’ancien régime et les nouveaux venus ont cherché, dans un contexte de violence politique et de crise économique, un équilibre permettant au nouveau régime d’exister et de fonctionner. Cet équilibre est le résultat d’un ensemble de coups stratégiques1 provenant, schématiquement, mais pas exclusivement, de ces deux pôles – celui des élites de Ben Ali et celui des élites émergentes –, le tout en « conjoncture politique fluide »2. Cette situation de crise politique a vu les tenants de l’exclusion des précédentes élites être obligés de faire concession sur concession, notamment à cause de la stratégie conciliante du nouveau poids lourd de la scène politique tunisienne, le parti islamiste Ennahdha. En effet, la phobie des membres d’Ennahdha du scenario des années 1990 menant à leur éradication par Ben Ali, a trouvé un écho particulièrement alarmant et contraignant dans l’épisode simultané égyptien (Romani, 2014), voyant les Frères Musulmans au pouvoir être bannis de manière radicale par l’ancien régime de retour aux affaires. La « révolution égyptienne » entre ainsi comme élément d’analyse de la transition politique en Tunisie et surtout comme paramètre de calcul des acteurs impliqués.

  • 3 . Le colloque « Peut-on comparer les ‘révolutions de couleur’ et les ‘printemps arabes’ » qui s’est (...)
  • 4 . Notre qualificatif. Nous remettons en cause cette lecture dans le cas tunisien. À titre d’exemple (...)

2Plusieurs recherches s’intéressent à ces « révolutions arabes » au regard des changements de régimes en Europe de l’Est3. Ces études, souvent comparatives, ont l’avantage d’interroger la supposée exceptionnalité de ces processus régionaux. Par exemple, Kaldor (2011) insiste sur les points de convergence dans le rôle des sociétés civiles arabes et est-européennes. Voeten (2011) revient sur les éléments de similarités – dont la supposée4 défection des élites – et de divergences – dont la primauté des mobilisations populaires sur les ententes élitaires dans les cas arabes – entre le 1989 est-européen et le 2011 arabe. Bellin (2012), se référant, entre autres, à la chute du communisme européen, défend sa célèbre thèse sur le rôle de l’appareil coercitif dans la survie d’un régime. D’autres auteurs ont, de manière hâtive, proposé des résultats qui, malgré cette même intention comparative pertinente, semblent erronés dans leur analyse de la situation tunisienne.

3Parmi eux, Way (2011) focalise sur la loyauté des élites envers le dirigeant et les relations du régime avec l’Occident pour expliquer la chute des autocrates et l’éventuel succès des démocratisations. Trois ans plus tôt, le même auteur exposait sa thèse analysant les « vraies raisons des révolutions de couleur » (Way, 2008). Selon cette approche, les autocrates postcommunistes ont eu tendance à s’accrocher au pouvoir lorsqu’ils avaient accès à au moins l’une de ces sources de pouvoir autoritaire : un parti unique hautement institutionnalisé, un fort appareil coercitif qui a gagné la majorité des conflits violents et un contrôle discrétionnaire de l’État sur l’économie. Cette thèse de Way s’acclimate mal au cas tunisien, malgré la validité de ses hypothèses de départ. En effet, le régime de Ben Ali disposait d’un parti hégémonique maillant tout le territoire, centralisateur et hautement institutionnalisé (Camau et Geisser, 2003 ; Erdle, 2010). Il reposait sur un appareil de sécurité gérant par la coercition et le renseignement la sécurité publique et la vie politique (Bou Nassif, 2015 ; Boumediene, 2016). Enfin il gérait l’économie de manière dirigiste et planifiée (Camau, 2005 ; Hibou, 2006). Pourtant, en 2011, Way insistait pour expliquer le départ du président Ben Ali par un lâchage, selon nos recherches infondé, par ses élites. Autrement dit, la transposition du modèle de Way au cas tunisien pose problème, malgré les tentatives de l’auteur de le faire voyager. Sa conclusion demeure cependant, en partie, valide: « the sudden communist collapse of 1989, like the fall of Ben Ali and Mubarak more recently, shows that even the most extensive and well-established patronage-based regimes are vulnerable to sudden collapse» (Way, 2011, p.19-20). La comparaison resitue ainsi des enjeux géopolitiques, économiques et sécuritaires pertinents pour une analyse qui transcende les restrictions géographiques, « culturelles » ou temporelles ; elle ne prémunit pas contre les contre-sens – ou les précipitations – analytiques.

  • 5 . Rassemblement Constitutionnel Démocratique, le parti hégémonique de Ben Ali. Voir notamment Gharb (...)

4Similairement, lorsque Landolt et Kubicek (2014) analysent le rôle des oppositions dans les processus de démocratisation, ainsi que les limites structurelles de la comparaison transrégionale – en raison de la nature du régime et de l’influence externe –, ils soulignent, à juste titre, que la chambre des députés, la cour constitutionnelle, le parti-État du RCD5 ont été dissouts, et que Ben Ali et son clan ont été écartés du pouvoir. Pour autant, conclure que les élites de l’ancien régime sont absentes des « corridors du pouvoir » (p. 993) revient à confondre le rôle des agents et des institutions formant le régime. Les élites du régime de Ben Ali n’ont pas toutes abandonné, durant le cours de la transition, la voie politique; même si certaines ont été « délestées » par les anciennes nouvelles autorités de 2011, afin de permettre à d’autres de continuer à exister politiquement. En investissant de nouvelles et anciennes formations politiques, certains de ces acteurs ont réussi à se repositionner sur l’échiquier politique tunisien. L’intrication de l’ « ancien » et du « nouveau » régime se comprend ainsi en termes d’agents qui les composent. Elle prend également sens quand on analyse, plus généralement, les propriétés des acteurs qui dirigent le pays, et non pas simplement les noms des personnes en charge des postes décisionnels. Un régime peut ainsi changer d’individus qui animent la vie politique et économique sans pour autant changer les groupes ou clans au pouvoir (en termes d’origine géographique, générationnelle, sectorielle – on pense, au-delà du cas tunisien, à l’armée, au parti hégémonique–, etc.).

  • 6 . En l’occurrence dans les passages vers la république indépendante (1956) et du régime de Bourguib (...)
  • 7 . Dans tout le reste de ce texte, nous désignerons par « anciennes » élites (ou encore élites de Be (...)
  • 8 . D’autant plus que le pouvoir a « changé de camp » suite aux élections législative et présidentiel (...)
  • 9 . A. Mourou, fondateur et vice-président du parti islamiste tunisien Ennahdha, vice-président de l’ (...)

5En nous inspirant de l’approche sociographique utilisée par Emmecey et al. (1975), Charfi (1989) ou encore Sraieb (2003) pour les études des élites politiques tunisiennes dans le passage d’un régime à un autre6, il est possible d’examiner l’effet de la « révolution » tunisienne de 2011 sur les propriétés sociologiques du corps gouvernemental et parlementaire. Dans une perspective comparable, Mink et Szurek (1998) ou encore Wasilewski (1998) ont observé la reconversion d’une certaine nomenklatura vers la sphère économique en Europe centrale. En prenant appui sur leurs résultats, il est possible de dégager certains « patterns » de circulation dans le cas tunisien, bien qu’il soit encore tôt pour tirer des conclusions définitives sur les reconversions inter-champs sociaux. À l’instar de processus observés à l’Est, nous défendons l’idée d’un élargissement de l’espace élitaire politique permettant aux nouveaux venus de cohabiter avec d’anciennes élites à la recherche d’une position nouvelle sur un terrain politique incertain. Ce repositionnement s’est fait selon des logiques de délestage, de solidarité réseautique et de marchandage témoignant d’une grande circulation et d’une plus légère reproduction politique. La cohabitation entre les élites de Ben Ali et les élites émergentes7 permet de souligner l’ambiguïté des recompositions et les chevauchements entre l’ « ancien » et le « nouveau » régime. Indice probant de cet accommodement mutuel des élites « significatives » (Perthes, 2004, p. 5), les islamistes ont très tôt fait le choix, non démenti à ce jour8, de ménager différents acteurs du régime déchu ; ce qu’indique la réflexion d’A. Mourou à l’endroit de ses collègues islamistes : « Si vous votez la loi d’exclusion aujourd’hui, c’est vous qui serez exclus demain »9.

  • 10 . Entrevues réalisées lors de deux séjours de recherche à Tunis, à l’été 2014 et 2015.
  • 11 . Il s’agit ici d’éviter le biais « réputationnel » de l’approche élitiste en optant plutôt pour un (...)
  • 12 . Avec respectivement pour critères (1) l’âge, le sexe et le gouvernorat de naissance ; (2) les fil (...)
  • 13 . En l’occurrence l’âge, le sexe, et la filière professionnelle.

6Notre enquête se base d’une part, sur une série d’entrevues10 avec des acteurs clés du régime de Ben Ali et de la transition politique, et d’autre part sur une recherche quantitative centrée sur les élites politiques de l’avant (1987-2011) et l’après 14 janvier 2011 (jusqu’aux élections d’octobre 2014). Par souci méthodologique11, nous observerons pour l’essentiel les élites politiques de l’exécutif et du législatif. Ont été étudiés (1) les démographies, (2) les formations, (3) les filières professionnelles et (4) les reconversions12, cela pour une cohorte de 226 individus de l’exécutif de Ben Ali et 138 après son départ (ministres, secrétaire d’État, conseillers). De même, les propriétés statistiques générales13 des différents parlements ont été relevées et analysées.

7La suite de cet article est organisée comme suit. Nous exposerons d’abord les stratégies de renouvellement des élites politiques tunisiennes, combinaison de « lustration » apparente, d’ententes avec les élites émergentes, et de rapide repositionnement au prix de sacrifices de certains anciens cadres du régime de Ben Ali. Cette reconversion se double, dans une large mesure, d’une continuité dans les profils sociologiques des élites politiques du nouveau régime. Via une analyse sociologique de cette évolution, il nous sera possible, de souligner, dans une seconde partie, toute l’ambiguïté du changement dès lors qu’aucune rupture significative dans les propriétés des acteurs ne peut être relevée. L’ambition de cette enquête est ainsi double : observer l’effet du changement de régime sur les stratégies de conversion et de positionnement des acteurs de l’ancien régime, et examiner comment cette transformation de régime impacte la composition du corps politique chargé de diriger le pays. Le référent post communiste servira de fil conducteur comparatif tout au long de notre réflexion.

Stratégie de réinvestissement des élites politiques : lustration apparente, ententes avec les néo-élites et rapide repositionnement

  • 14 . Le chiffre de deux millions (sur une population adulte d’environ 8 millions de Tunisiens) d’adhér (...)

8Durant la transition politique (2011-2014), une question a profondément marqué la scène publique tunisienne en termes de débats entre acteurs et formations politiques (Gobe, 2016, p. 78) : l’avenir des élites du régime de Ben Ali. À l’instar des Tchécoslovaques (14%), des Allemands de la RDA (18%), des Polonais (12,5%), des Bulgares (13%), des Hongrois (10%) ou des Roumains (20%), une grande partie de la population adulte tunisienne – environ 25%14 – a été membre du parti-État. « Impossible [donc] de tous les punir » (Smolar, 1999, p. 165). Le départ de Ben Ali et de nombre de ses proches aidant, l’attention politico-médiatique s’est très rapidement concentrée sur les anciens cadres du régime.

Le délestage d’anciens acteurs et la lustration cosmétique

  • 15 . Propos d’un ancien ministre de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.
  • 16 . Nous empruntons aux mathématiques ce concept. Une heuristique se définit comme une méthode «qui p (...)

9« La fuite de Ben Ali [ayant] laissé tout le monde dans le désarroi »15, le manque de coordination qui en découle aboutit à une stratégie heuristique16. Nous définissons une telle stratégie comme un processus de calcul fournissant rapidement une solution efficace mais non nécessairement idéale au problème de survie des élites du régime en décomposition dans un environnement changeant en raison des mobilisations populaires et des enjeux de pouvoir. Cette stratégie heuristique a d’abord reposé sur le délestage de certains individus connus pour être des cadres de long terme du régime.

  • 17 . Jusqu’à la passation de pouvoir vers B.C. Essebsi, le 27/02/2011.
  • 18 . Selon les différentes versions recueillies par nos entretiens avec ces acteurs du régime, entre 3 (...)
  • 19 . Notamment lors des évènements de Kasbah I et Kasbah II, voir Chennaoui (2015). Les revendications (...)
  • 20 . Gendre du président Ben Ali, qui a vu ses biens gelés et confisqués par l’État, avant d’en récupé (...)

10Le lendemain du départ de Ben Ali et pendant quelques semaines17 c’est le dernier Premier ministre de Ben Ali, M. Ghannouchi, dix ans en fonction, qui prend la direction de l’État. Réunis au sein d’un comité très restreint18, M. Ghannouchi et certains acteurs du précédent régime tentent plusieurs coups pour sauver le régime et calmer les manifestants qui demandent toujours sa chute (Dakhli, 2013)19. Cette stratégie est rapidement comprise par certains symboles du régime déchu comme une tentative de sauvetage expéditif des uns aux dépens des autres : « au lendemain de la fuite de Ben Ali, un groupe de trois ou quatre personnes s’est [ainsi] constitué, des proches de Ben Ali. Ils ont fait un plan entre eux : donner en pâture des personnes, pour sauver leur tête. Un deal a été fait, il n’y a même pas eu une enquête»20.

  • 21 . Voir infra la discussion portant sur son passé et son rôle dans la période transitoire.

11La constitution, le 25 février 2011, d’une liste de 110 membres du clan Ben Ali dont les biens ont été gelés fut en effet une première étape dans cette stratégie de délestage. À la dernière minute, les noms d’A. Abdallah, A. Ben Dhia, A. I. Ouederni et A. Kallel, quatre ministres-conseillers de Ben Ali, ont été ajoutés à cette liste, sur des bases obscures. Cet ajout a pour but de donner à la liste initiale des désignés coupables une teneur plus politique et moins familiale. Une telle stratégie de sacrifice dans l’espoir de sauver ceux qui ont pris en main l’après Ben Ali témoigne d’un tâtonnement politique caractéristique de cette première phase d’incertitude politique : tenter un coup, observer la réaction (des manifestants et des acteurs politiques), corriger ou amplifier la direction prise. Face à la pression populaire, le nouveau ministre de l’Intérieur, un ancien magistrat, décide de lui-même de dissoudre le RCD en février 2011, dissolution confirmée par la justice le mois suivant. Geste insuffisant, c’est finalement B.C. Essebsi21 qui est appelé, par F. Mebazaa alors président de la république – les deux hommes étant de la même génération et ayant en commun le métier initial d’avocat – pour remplacer M. Ghannouchi. Cette nomination a été décisive dans le sens où, de par son savoir-faire politique et son image peu connue de la jeunesse tunisienne, B.C. Essebsi réussit à calmer les manifestants et à « transformer la révolution populaire en simple ‘transition démocratique’», c’est-à-dire une « transition dans l’ordre » (Khiari, 2012, p. 104 et 116).

12C’est en effet à ce moment que les élites émergentes et les autorités politiques entrent véritablement en négociation pour définir les lignes de la transition. La création de différentes commissions aboutissant au final à la mise en place de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique (Bras, 2012) – dont l’appellation révèle la confusion du moment politique – apaise significativement la situation de tension politique en permettant à l’opposition d’être active dans le processus de gestion de la transition. La Haute instance sert d’arène de débats, de négociations, et de conflits : si l’amalgame entre révolution et réforme demeure, l’affirmation de la conduite du processus transitionnel par des acteurs politiques réunis au sein de cette Haute instance, se fait de plus en plus clairement. «La réalisation [...] de cette solution [institutionnelle] a pour effet […] de rétrécir le champ des possibles – c’est-à-dire des coups jouables – et contraint ainsi, en tant que définition de la situation objectivée, les appréciations et les tactiques de l’ensemble des acteurs » (Dobry, 2009, p. 222).

  • 22 . Selon l’analyse de Kis (1998), les révolutions est-européennes (1989-1990) prennent parfois la fo (...)
  • 23 . Les hypothèses sous-jacentes à cette idée de transition ordonnée (qui sont explicitées dans les l (...)

13En respectant depuis le départ du Président, et jusqu’aujourd’hui, la continuité du système légal et en institutionnalisant le changement de régime, l’exécutif tunisien et la Haute instance ont géré un transfert de pouvoir qui correspond, conceptuellement, à une transition coordonnée selon la définition qu’en donne Kis (1998) dans son analyse des transformations est-européennes de 1989-199022. Cette notion permet d’éviter les restrictions théoriques liées aux concepts de réforme et de révolution. La transition (co)ordonnée s’effectue sous certaines conditions23, toutes globalement présentes dans le cas tunisien. En effet, comme dans les cas examinés par Kis, en Tunisie la coalition au pouvoir a été divisée sur la question de la légitimité de l’autorité, acceptant le compromis avec de nouveaux groupes. Elle a été dirigée par un personnage jugé capable de contenir la mobilisation sans totalement sacrifier les précédentes élites. Cette phase prend place dans un environnement suffisamment mais pas trop pressurisé, dans lequel aucun groupe (manifestants, nouvelles élites, anciennes élites) ne s’est senti suffisamment puissant pour remporter seul la bataille. Enfin, elle a mené à une option réalisable (les élections, la nouvelle constitution) et acceptée par tous.

  • 24 . Aux dernières élections présidentielles de 2014, B.C. Essebsi (actuel Président), K. Morjane, M. (...)
  • 25 . Cette proportion pourrait être revue à la hausse si l’on élimine de la base de calcul les ministr (...)
  • 26 . La même remarque précédente s’applique : cette proportion chute considérablement si on n’examine (...)

14Cette transition coordonnée permet en définitive la cohabitation de deux groupes élitaires qui se traduit non seulement dans les fonctions officielles, mais aussi dans le concours à ces fonctions24, signifiant par-là l’ouverture de l’espace de concurrence politique. Environ 20% – selon notre enquête – de l’ensemble des ministres (près de 230) ayant officié pour Ben Ali ont ainsi occupé des fonctions gouvernementales après le départ de celui-ci, pour l’essentiel sous la présidence de F. Mebazaa (2011)25. Même si beaucoup de cadres du régime de Ben Ali ont essuyé des complications judiciaires plus ou moins sérieuses – et certains sont toujours sous le coup de poursuites –, on ne peut pour autant parler de « purge ». Car en effet, il importe de souligner qu’environ 25% des anciennes élites gouvernementales tunisiennes26 ont été « ennuyées » par la justice : convoquées par le juge, interdites de voyager, poursuivies, condamnées, souvent innocentées, parfois emprisonnées ou sous le coup de la saisie de leurs biens, la palette des punitions/intimidations est assez large. Un ancien ministre de Ben Ali analysait en ces termes les complications judiciaires qu’il a subies :

  • 27 . Entrevue avec l’auteur, Tunis, 2014.

Personnellement, [en 2011], j’ai été convoqué par le juge comme témoin. Il m’a appelé au téléphone trois jours plus tard pour me transformer en accusé principal. Sans aucune preuve. Le juge me reproche quoi ? Je ne sais pas. Il m’a simplement dit : ‘Le peuple a besoin d’une affaire, on t’en trouvera une’. J’ai toujours mon passeport bloqué au ministère de l’Intérieur, alors que je n’ai aucun problème. Je suis interdit de sortir de Tunisie27.

15Convaincus d’être victimes d’une chasse aux sorcières, beaucoup des anciens acteurs du régime de Ben Ali, interrogés pour cette enquête, se retrouvent, à leur dire, dans une situation d’incertitude judiciaire. Persuadés également d’être innocents et de servir de bouc-émissaires – surtout après la fuite de Ben Ali et d’une partie de son clan –, la dynamique de leur situation témoigne ainsi du passage de positions et de privilèges qui accompagne les changements de régime.

  • 28 . La plus célèbre étant A. Seriati, chef de la puissante garde présidentielle, accusé d’avoir fomen (...)
  • 29 . Environ deux semaines après le départ de Ben Ali, « 35 hauts responsables du ministère de l’Intér (...)

16Dans une perspective sectorielle, quelques figures de premier plan de chaque sphère sociale ont été jugées. Au niveau sécuritaire, certains acteurs ont été condamnés par la justice28. Beaucoup des anciens cadres « dérangeants » du redouté ministère de l’Intérieur et de ses nombreuses branches ont été renvoyés à la retraite (Gobe, 2012, p. 8)29. La « police politique » qui officie au sein de la Direction de la sûreté de l’État est officiellement dissoute. Le ministre de la Défense (R. Grira) et les anciens ministres de l’Intérieur et longtemps conseillers sécuritaires de Ben Ali, R. Bel Haj Kacem et A. Kallel, sont condamnés et emprisonnés.

17Au niveau économique, la politique de stigmatisation du clan Ben Ali/Trabelsi a surtout été le fait des gouvernements de 2011, c’est-à-dire ceux issus du régime renversé. Le décret-loi 2011-13 a procédé à la saisie de 550 propriétés, 48 yachts et bateaux, 40 portefeuilles d’actions, 367 comptes bancaires, et environ 400 entreprises, le tout pour une valeur estimée à 13 milliards de dollars US (Rijkers et al., 2014, p. 5).

  • 30 . Les « mounachidin » sont ces personnalités qui ont appelé, publiquement et à partir de 2009 pour (...)
  • 31 . Selon tous les observateurs internationaux (Union Européenne, Centre Carter, National Democratic (...)
  • 32 . Même si cette coalition est l’héritage de plusieurs années de dialogue entre ces partis, à l’époq (...)

18Au niveau politique, des tractations ont eu lieu pour savoir à partir de quel moment de l’histoire du régime, une personne ayant exercé une fonction à responsabilité devrait être interdite de participer, à nouveau, à la vie politique. Très rapidement le débat a confronté deux positions : les tenants d’une exclusion totale (23 ans de régime) d’un côté; de l’autre, les « modérés » préconisant uniquement la dernière décennie, la pire à leurs yeux en termes de corruption et de violation des droits fondamentaux. Plus précisément, le débat sur l’article 15 du décret-loi sur la loi électorale a opposé des membres de la Haute instance à son comité d’experts, puis le gouvernement de B.C. Essebsi (2011) à la Haute instance. Comme souvent, un consensus sur les modalités d’inéligibilité des « citoyens indignes » prend forme, et c’est finalement la « limite de dix ans [qui] est appliquée et environ huit milles individus [qui] sont interdits de candidature, auxquels il faut ajouter trois mille mounachidin30 » (Gobe, 2016, p. 78-80). Pour autant, les élections « libres » et « transparentes »31 de 2011 pour l’Assemblée Constituante ont porté au pouvoir trois partis aux poids politiques déséquilibrés, et coalisés a posteriori32 : Ennahdha (37% des voix), le parti islamiste, avec à sa tête R. Ghannouchi, parti longtemps interdit et banni par les deux régimes de Bourguiba et Ben Ali; le Congrès Pour la République de M. Marzouki (8.7%) de tendance socialiste et panarabe; Ettakatol (7%) d’obédience socio-démocrate, présidé par M. Ben Jaafar. Cette « Troïka », disposant des pleins pouvoirs, devait, à son tour, décider du sort des anciens cadres du régime de Ben Ali. En face, et suite à la dissolution du RCD, ces mêmes cadres ont cruellement manqué d’organisation et de stratégie, dès lors que la structure qui aurait pu permettre leur solidarité sur la scène politique a été démantelée.

  • 33 . Que l’on peut regrouper sous des labels différents (laïc, moderniste, progressiste, destourien et (...)
  • 34 . Notamment le 14/08/2013 à Paris, en plein cœur d’une crise politique faisant suite à l’assassinat (...)

19Or, comme l’analyse justement A. Smolar pour les pays post communistes, chaque nouveau régime dispose de différentes modalités pour décider du sort de l’élite de l’ancien régime et pour dédommager ses victimes : l’amnistie, le châtiment, la restitution, la restauration de la mémoire collective. La lustration, terme d’origine tchèque signifiant la disqualification, consiste à « adopter une loi privant certaines catégories de collaborateurs de l’ancien régime de responsabilités publiques, d’un statut social ou de prestations» (1999, p. 155). En Tunisie, cette lustration n’a été, en partie, appliquée que pour les élections de 2011. Différents projets de loi ont tout de même servi de menace permanente contre les anciens collaborateurs de Ben Ali, dont le projet de « loi d’immunisation de la révolution » (Gobe, 2016, p. 80). Cette tension, forme d’intimidation, a fait office de jauge pour mesurer la réaction des Tunisiens face à l’éventualité de l’exclusion d’un courant politique important33. Elle a servi, du point de vue stratégique, de carte en main lors de négociations entre adversaires. Sur ce sujet, la position d’Ennahdha a évolué, tantôt soutenant l’exclusion des acteurs de l’ancien régime de la vie politique, tantôt s’y opposant, tantôt soutenant l’adoption d’une loi sur la justice transitionnelle. Une telle évolution témoigne de la recherche d’un équilibre entre impératifs principiels, pragmatisme politique et dynamiques en cours. Elle est aussi paramétrée par le renversement des Frères musulmans égyptiens en juillet 2013 par leur ministre de la Défense, évènement qui a fait peser la balance dans le sens d’une amnistie qui ne dit pas son nom. Le sort des anciennes élites politiques a été décidé, vraisemblablement, lors de différentes rencontres34 entre R. Ghannouchi et B.C. Essebsi. Le vice-président d’Ennahdha justifie cette position en ces termes :

  • 35 . A. Mourou, entretien cité.

Les compétences, on ne peut pas s’en passer. Celui qui est né en 1940 ne pouvait travailler qu’avec Ben Ali. Il n’a pas eu le choix, ce n’est pas de sa faute. Mais ma position a toujours été très claire. Je me suis prononcé contre une loi d’exclusion des anciens cadres du régime ; mais en revanche je suis pour l’exclusion de ceux qui se sont clairement prononcés pour le soutien de ce régime, et qui aujourd’hui ont des velléités politiques. C’est immoral. Mais j’ai toujours prévenu mes collègues d’Ennahdha : ‘si vous votez la loi d’exclusion aujourd’hui, c’est vous qui serez exclus demain’35.

20A. Mourou, par ces propos, associe cette réconciliation feutrée et sélective à une prudence politique relative au devenir de ses troupes. Le choix de ne pas exclure l’adversaire politique actuel relève davantage du pragmatisme et de la projection dans l’avenir que d’un penchant tolérant envers les ennemis d’hier. Mais surtout, par sa position, A. Mourou continue d’essayer de désigner un ennemi (« ceux qui ont soutenu publiquement le régime »), aussi insignifiant en nombre soit-il, pour contenir – et minimalement satisfaire – une base islamiste qui a sacrifié une vie (ou une partie) à un combat qui s’avère aujourd’hui presqu’obsolète au regard des nouveaux équilibres politiques et du contexte régional.

Le progressif repositionnement des anciennes élites

  • 36 . Nidaa Tounes (l’Appel de la Tunisie) est une formation politique créée par B.C. Essebsi en avril (...)

21B.C. Essebsi – à travers la création de son parti Nidaa Tounes36 – a représenté, pour les cadres du précédent régime, une option fédératrice ainsi que la réponse à deux problèmes distincts et successifs: (1) comment rétablir l’ordre social que le gouvernement de la Troïka peine à restituer ; (2) comment offrir une alternative politique à Ennahdha. De ce point de vue, B.C. Essebsi – ancien ministre de l’Intérieur de Bourguiba, Président du parlement en 1994 et Premier ministre qui a permis une première transition « en douceur » en 2011 – a pu faire figure d’option stratégique charismatique «entendue dans le sens particulier de la recherche, au profit d’un individu donné, d’une attestation sociale de sa qualification charismatique ou [autrement dit], de son aptitude personnelle à offrir une issue, un débouché, une ‘solution’ à la crise dans laquelle il intervient » (Dobry, 2009, p. 243). Pour ses opposants, Nidaa Tounes est surtout un parti traversé par de nombreuses lignes idéologiques et qui rallie des acteurs assez hétérogènes. En ce sens il apparaît, à première vue, plus comme une formation regroupant beaucoup d’adversaires que comme un projet clair et transparent.

  • 37 . W. Bannani est un membre fondateur d’Ennahdha qui a dénigré publiquement B.C. Essebssi pour son â (...)
  • 38 . A. Mourou, entretien cité.

L’unique dénominateur commun chez Nidaa Tounes : la haine d’Ennahdha. Et ils ont les moyens de gagner : la machine électorale et l’argent; c’est-à-dire l’ancienne machine du RCD et l’argent des hommes d’affaires. C’est Ennahdha par son attitude qui a construit Nidaa Tounes. Ennahdha n’a pas compris que quand on insulte quelqu’un, on construit un adversaire. Exemple : lorsque Bannani37 dit de Essebsi qu’il est bon pour la maison de retraite, c’est là que les Tunisiens commencent à s’intéresser à lui, c’est là qu’il décolle. Qu’il redevient un héros. Ennadha n’a pas su y faire avec ses adversaires. Mais ce parti [Nidaa] est une agrégation de gens qui n’ont rien à voir les uns avec les autres, idéologiquement. Il y a des socialistes, des gauchistes, des libéraux, des environnementalistes, etc. Ils se réunissent pour le pouvoir et surtout contre Ennahdha38.

  • 39 . Notamment Al Moubadara / l’Initiative - de K. Morjane (ancien ministre des Affaires étrangères et (...)
  • 40 . Émission « Essaraha raha », Hannibal TV, 09/03/2013.
  • 41 . Ancien ministre de l’Industrie de Ben Ali de 2004 à 2011.
  • 42 . Ancien secrétaire d’État à l’Énergie renouvelable de Ben Ali de 2007 à 2011.

22Ce commentaire du vice-président d’Ennahdha est révélateur à plus d’un titre. Il souligne d’abord les lignes de conflit présentes au sein du parti islamiste entre, d’un côté, les membres les plus pragmatiques, réalistes, et conciliants face à des équilibres politiques changeants ; et d’autre part l’aile dure qui refuse le compromis avec les anciennes élites de Ben Ali. Cette aile s’est, en quelque sorte, précipité dans sa lecture triomphante de la nouvelle donne politique, en pariant, trop tôt, sur la fin – sous toutes ses formes – du régime de Ben Ali. La réflexion d’A. Mourou intervient donc à un moment de doute – quelques mois avant les élections de 2014 – sur la force véritable de ce nouvel adversaire qui monte en puissance. Surtout, la lecture d’A. Mourou témoigne d’un malaise à définir ce qu’est exactement Nidaa Tounes, à part être un adversaire politique. S’il regroupe en effet des anti-Ennahdha convaincus, il n’en est pas moins le lieu de rencontre de politiciens de carrière qui ont assez tôt fait le choix d’intégrer un parti dont, quoiqu’en disent ses cadres, repose – en partie et en partie seulement – structurellement et financièrement, sur des éléments du défunt RCD. Malgré donc un premier effort médiatique pour soutenir le contraire, nul doute que nombreux caciques du régime de Ben Ali, après avoir tenté, dans un premier temps, de se regrouper dans différents partis au succès limité39 ont finalement opté pour Nidaa Tounes. Son argentier, F. Elloumi – ancien député RCD et un des hommes d’affaire les plus prospères du pays – reconnaît publiquement que Nidaa Tounes est la réincarnation du RCD40. B.C. Essebsi fait même appel au dernier secrétaire général du RCD, M. Ghariani, comme conseiller au sein de Nidaa Tounes. De nombreuses tentatives d’enrôler d’anciens cadres du régime de Ben Ali ont eu lieu. Certains ont accepté (par exemple A. Chelbi41, A. Rassaa42). D’autres refusent tout simplement de refaire de la politique ou d’occuper des fonctions qu’on leur propose, et cela, selon différentes lignes argumentatives.

  • 43 . Félicitations en dialecte tunisien.
  • 44 . Un ancien ministre de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

- Morjane m’a proposé d’intégrer son parti, Al Moubadara, et je n’ai eu aucune autre proposition. Ma réponse ? Un refus, exprimé par SMS : ‘Mabrouk’43 et pas un mot de plus. Je ne veux pas faire de la politique44.

  • 45 . M. Jomaa a été le Premier ministre technocrate qui a dirigé le gouvernement apolitique jusqu’aux (...)
  • 46 . C. Ayari, ancien ministre de Bourguiba, ancien directeur exécutif à la Banque Mondiale, actuel Go (...)

- Après la révolution quand il y a eu un changement de gouvernement, on m’a approché pour devenir ministre. Avant Mehdi Jomaa45, j’ai reçu une quinzaine de délégations qui m’ont proposé le poste de Premier ministre, j’ai refusé. Pour la présidence de République, des ambassadeurs m’ont suggéré de me présenter. La politique, je résiste, je considère que j’ai fait mon temps sur le plan politique. C’est fini, un moment terminé, je ne me vois pas militer dans un parti, [vu] mon tempérament, mon caractère46.

  • 47 . Ancien ministre-conseiller de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

- J’ai des amis qui m’ont sollicité pour faire de la politique, j’ai refusé47.

  • 48 . Ancien ministre de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

- J’ai été contacté par des partis politiques, deux, après la révolution, pour intégrer leur rang, mais j’ai refusé : je ne veux plus être traîné dans la boue, j’ai suffisamment souffert, je préfère garder ma dignité48.

  • 49 . Ancien ministre de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

- Je suis un technocrate, je n’ai pas voulu refaire de la politique49.

  • 50 . Celles-ci peuvent être amicales, familiales, régionales, professionnelles, estudiantines, etc.

23Ces positions correspondent, globalement, aux différents circuits de contact et raisons invoquées pour justifier un éloignement de la politique. Si les liens professionnels entre élites politiques ont existé sous le régime de Ben Ali, celui-ci a surtout gouverné par cloisonnement et autonomisation des champs sociaux. Dit autrement, les élites sectorielles, en particulier politiques, n’ont pas eu l’opportunité de développer des réseaux pouvant concurrencer la mainmise de Ben Ali sur les sphères de pouvoir. Gérant ses élites par le jeu des chaises musicales, par la diffusion de la peur, la surveillance, la méfiance intra-élitaire et l’isolement, Ben Ali a empêché l’émergence d’entrepreneurs politiques (Camau et Geisser, 2003). La fin de son régime a ainsi vu ses élites constituer, à partir de ce moment qui correspond à la rupture de leur loyauté envers le chef et à un sentiment de libération, de nouveaux réseaux prenant appui sur les affinités préexistantes50.

24En définitive, les marchandages, entre acteurs politiques du nouveau régime – et précédemment exclus – et ceux du régime de Ben Ali, concernant l’avenir de ces derniers ont non seulement permis de « sauver la face, [geste] capital » (Dobry, 2009, p. 226) lors de négociations entre les deux groupes élitaires, mais ont surtout été l’occasion d’une alliance programmée entre les deux groupes antinomiques, aboutissant, en 2015 à leur coalition parlementaire et gouvernementale, au détriment des partisans de l’exclusion. À l’image de certaines expériences est-européennes qui ont vu « plusieurs pays […] clairement montrer que les habitants de la région craignaient plus les projets révolutionnaires que le retour des anciennes élites » (Smolar, 1999, p. 158), les élections tunisiennes – législatives et présidentielles – de 2014 ont certes vu une partie de l’ancien régime revenir au pouvoir, mais les résultats électoraux et les tractations précédentes ont contraint les deux adversaires à s’unir.

25Cette union contre-nature, à première vue, se double en réalité de nombreuses similarités sociologiques entre ces deux adversaires et encore plus entre les deux groupes schématiques auxquels cette enquête se réfère (élites politiques de l’ancien régime ; élites politiques du nouveau régime). L’orientation politique peut les séparer, mais les caractéristiques géographiques, académiques, professionnelles, genrées et générationnelles les rapprochent. Le passage d’un régime à un autre et les dynamiques politiques sous-jacentes ont ainsi brusqué et paramétré les stratégies de replacement des acteurs de l’ancien régime, comme on vient de l’analyser. D’un autre côté, ils ont redéfini le cadre institutionnel de la vie politique, c’est-à-dire la charpente du nouveau régime. Surtout, en ce qui nous intéresse pour la suite de notre réflexion, ils ont eu des effets sur la composition du paysage publique, et plus particulièrement sur les propriétés des acteurs en charge de la conduite des affaires politiques. Ces acteurs, par souci de comparaison, sont regroupés en deux catégories : le corps gouvernemental et le corps législatif. L’examen sociologique de ces groupes permet d’évaluer comment le changement de régime se matérialise en termes de transformation des acteurs politiques qui l’animent. L’illustration comparée avec les régimes communistes est-européens permet de mettre en perspective cette mutation.

Effets du changement de régime sur les propriétés sociologiques du personnel politique

26Un changement de régime se matérialise qualitativement par l’établissement de nouvelles règles politiques et de nouvelles institutions, symboliquement à travers la promulgation d’une nouvelle constitution et la remise en question des pratiques longtemps en usage jusque-là. En tenant compte de deux précautions suggérées par Rouquié, il convient de souligner que (1) le passage d’un régime à un autre ne signifie pas changement radical de tout ce qui existait auparavant, notamment « des comportements, des valeurs et des mentalités qui affectent le politique » (1985, p. 606) et (2) les acteurs définissent, eux-aussi, ce qu’est un régime. Il est ainsi aussi pertinent d’observer, quantitativement, le changement de régime à travers l’analyse de la sociologie de ses agents et son évolution sous l’effet de cette transformation. L’analyse sociologique des élites politiques offre une lecture objective et chiffrée de ceux qui composent la structure politique officielle d’un régime. Elle ne permet pas de situer les enjeux informels ni la nature des relations interpersonnelle. Mais elle offre une photographie – et lorsqu’analysée dynamiquement, un film – de ce dont le régime a besoin en termes de compétences, des opportunités qu’il offre aux acteurs politiques, et de la représentation qu’il se fait de lui-même. La transformation de régime se situe donc, également, dans l’évolution de différentes variables le définissant : la circulation ou la reproduction des élites, leur rajeunissement ou vieillissement, leur éventuelle féminisation, la variation de leur filière de recrutement, le déplacement de leur origine géographique. Répondre à la question « qui sont les élites du nouveau régime comparativement à leurs prédécesseures ?» revient à comprendre l’effet direct de la transition politique sur le « contenu » du régime, qui définit, en partie, son « contenant » (Rouquié, 1985, p. 615).

27Le champ politique, sous le régime de Ben Ali, est constitué de différents pôles, parmi lesquels – outre la présidence au sommet de la structure pyramidale de pouvoir – la sphère exécutive, le parti hégémonique et la sphère législative. Le parti a progressivement perdu de sa capacité d’influence (Murphy, 1999 ; Erdle, 2010 ; Ben Rejeb, 2014). Le parlement, s’il sert à comprendre comment le régime se figure la distribution de la députation – quels groupes sont représentés, le « qui » – et à analyser les mécanismes par lesquels on accède à la fonction – le « comment » –, n’est pas pour autant le lieu du pouvoir effectif, les députés n’étant ni des « decision takers » ni des « decision makers » (Giddens, 1973). L’exécutif est quant à lui composé de deux têtes : un gouvernement régulier, avec un Premier ministre à sa tête, et un gouvernement antichambre, composé d’une douzaine de conseillers siégeant au Palais. Afin d’établir des comparaisons qui font sens, et suite à la réappropriation de l’Assemblée Constituante post Ben Ali de ses « pleins pouvoirs », l’accent sera ici mis sur l’évolution de ces deux secteurs du pouvoir que sont l’exécutif et le législatif, comparant ainsi le régime de Ben Ali (1987-2011) et le régime « transitoire » (2011-2014).

Résultats synthétisés

28Le changement de régime en Tunisie a eu, sur les élites politiques, de rares effets de rupture et des confirmations de tendances lourdes du régime de Ben Ali.

29Les femmes ont perdu 1/5ème de leur poids dans les gouvernements post 14 janvier 2011 (jusqu’en 2014), poids qui était déjà assez relativement faible sous Ben Ali. Elles étaient en effet 10% de femmes ministres en moyenne dans les gouvernements de Ben Ali, elles ne sont plus que 8% dans le régime transitoire. Au parlement, elles ont augmenté leur présence tout en ralentissant leur vitesse de progression : elles ont été respectivement 4%, 7%, 12%, 23% et 28% dans les parlements de 1989, 1994, 1999, 2004 et 2009; puis 31% et 33% dans les Assemblées de 2011 et 2014.

  • 51 . Les 30-40 ans passent de 7% à 4% dans les gouvernements de Ben Ali puis ceux de la transition ; l (...)
  • 52 . Les 60-70 ans passent de 10% à 27%; les plus de 70 ans de 1% à 5%.

30La jeunesse tunisienne est la seconde « perdante », en termes de représentation politique. Le gouvernement a, en moyenne, vieilli de plus de 4,5 ans, passant de 51,4 ans à l’entrée en fonction sous Ben Ali à 55,9 ans dans l’après Ben Ali. Les tranches d’âge les plus jeunes sont soit toujours absentes de l’exécutif (20-30 ans) soit en perte de présence (30-40 ans ; 40-50 ans)51; tandis que les générations les plus avancées (60-70 ans; 70 ans et plus) ont décuplé leur représentativité52. Au parlement, la moyenne d’âge a légèrement baissé – d’un an –, et les classes d’âge extrêmes ont renforcé leur présence.

  • 53 . Sous le régime de Ben Ali, Tunis a fourni 23% de ministres. Après son départ, les différents gouv (...)
  • 54 . Sousse fournissait 13% de ministres sous Ben Ali, elle n’en est plus qu’à 3% après les élections (...)
  • 55 . Les deux présidents, Bourguiba et Ben Ali, ainsi que 6 Premiers ministres (sur 8) sont issus du S (...)
  • 56 . Sfax est le deuxième poumon économique du pays après la capitale ; c’est aussi la deuxième ville (...)

31En termes de représentation géographique, la capitale, Tunis, a consolidé sa domination sur la politique gouvernementale tunisienne en fournissant désormais un tiers des ministres53. Le Sahel en général, mais surtout Sousse54 en particulier ont été pénalisés par le changement de régime, témoignant d’une revanche sur le fief des différents détenteurs du pouvoir depuis l’indépendance55. Sfax continue, quant à elle, d’être tenue à l’écart du centre du pouvoir exécutif, et demeure sous-représentée par rapport à son poids économique et démographique56. Les régions du centre et du sud, continuent, globalement, à ne pas fournir d’élites exécutives.

  • 57 . 43% des ministres de Ben Ali détenaient l’équivalent d’un doctorat ; ils sont environ 50% dans le (...)
  • 58 . La France fournissait 40% des diplômes des élites exécutives de Ben Ali, cette proportion passe à (...)

32Ces élites ont subi, au niveau des formations académiques et des filières de recrutements, des changements plus ou moins brusques. L’arrivée d’un nouveau régime a coïncidé avec l’augmentation de la proportion des ministres diplômés de longue durée (troisième cycle) et la diminution des diplômes de cycle court57 ; ce qui peut être interprété comme la continuité de la tendance à la technocratisation des gouvernements tunisiens initiée sous Ben Ali. Les diplômes sont maintenant plus diversifiés au niveau de leur origine géographique, les quatre continents offrant désormais leur formation académique aux ministres tunisiens. La France perd peu à peu de sa large part comme fournisseur de diplôme aux élites gouvernementales tunisiennes. La Tunisie, elle, confirme sa domination dans ce domaine58.

  • 59 . Ils étaient 4% de journalistes et 4% issus des milieux sécuritaires à occuper une fonction gouver (...)
  • 60 . En multipliant leur poids par trois : de 6% à 14% du corps exécutif.
  • 61 . Passant de 41 à 25% des élites exécutives.
  • 62 . Les universitaires passent de 34 à 36% et les économistes/financiers de 4 à 12%.
  • 63 . L’enseignement, le droit, la santé, le business et l’administration.

33Les filières académiques et professionnelles relatives à la sécurité et au journalisme, ont quasiment disparu du gouvernement avec le changement de régime59: les nouveaux gouvernements préfèrent se passer de ces deux champs sociaux, pour mieux marquer la rupture avec un régime qui reposait sur les deux piliers que sont la maitrise de l’information et de la sureté, avec les abus qui en découlent. Les juristes, de formation ou de métier, s’imposent comme un groupe important60. Les fonctionnaires et les filières administratives ont, eux, perdu significativement de leur présence61. L’augmentation de la proportion des experts se traduit non seulement par des diplômes plus poussés, mais aussi par le renforcement de la part des universitaires et des filières économiques et financières62. Au parlement, les principales filières de recrutement63 évoluent les unes par rapport aux autres, mais à part une percée (celle des juristes) et une fracture (celle d’avec les fonctionnaires), ce sont les mêmes intérêts (ou les mêmes corps de métier) représentés dans les chambres législatives.

34Au final, au moins 1/5èmedes ministres post-Ben Ali a occupé une fonction politique (de « simple » ambassadeur à ministre) dans le régime de celui-ci. Le changement de régime ne s’est pas accompagné d’une tabula rasa du personnel politique. Il est donc légitime d’établir la non rupture totale et une reproduction minimale des élites de l’exécutif. Des figures disparaissent tandis que d’autres sont apparues, mais des liens sanguins, sociologiques et fonctionnels perdurent. Les tendances à exclure les femmes et les jeunes se confirment. Malgré la diversification des diplômes, c’est toujours la France et la Tunisie qui fournissent le gros des titres universitaires. Les filières juridiques, économiques et scientifiques continuent de dominer outrageusement les cursus académiques des élites gouvernementales. Les universitaires sont toujours le groupe dominant des filières de recrutement, suivis, malgré leur recul, par les fonctionnaires. L’expertise est de plus en plus privilégiée (cycle universitaire ou profession d’origine).

35Ainsi, malgré quelques ruptures visibles et singulières, les tendances propres au régime de Ben Ali perdurent. Filières de recrutement, durée du parcours académique, origine des diplômes, proportion des femmes, vieillissement progressif du gouvernement, sont autant de marqueurs de continuité sociologique dans le passage d’un régime à un autre. Pour le dire autrement, la transformation du régime tunisien initiée en 2011, a d’une part signifié une mutation remarquable du cadre général et de l’organisation de la vie politique; mais a d’autre part été accompagnée par une certaine régularité quant à la composition du personnel politique. Il est indéniable que les noms ont, dans une large mesure, changé; en revanche, les caractéristiques individuelles et collectives des acteurs qui conduisent et accompagnent le changement de régime sont, pour l’essentiel, semblables à celles des agents qui dirigeaient le régime précédent.

  • 64 . En l’absence de statistiques définitives.

36Par ailleurs, étant donné qu’une partie importante des acteurs de cet ancien régime n’a pas réinvesti la scène politique – et donc qu’elle ne participe pas à cette imbrication entre ancien et nouveau personnel politique –, il convient de s’interroger sur son devenir. L’analyse sociologique nous vient ici en aide et le référent post-communiste offre des pistes de réflexions pertinentes. Mink et Szurek (1998), tout comme Wasilewski (1998), ont souligné la conversion d’une certaine nomenklatura dans la sphère économique. « Si [cette] nomenklatura se reproduisait de façon si notable, si massive, ce ne pouvait être uniquement en raison de son positionnement politique mais en raison des différents capitaux dont elle était dotée » (Mink et Szurek, 1998, p. 6). En Tunisie, le principal capital dont disposent les élites exécutives de Ben Ali est constitué de leur expertise professionnelle, c’est-à-dire leur savoir et leur savoir-faire. L’analyse sociologique de ce groupe montre qu’à 87% ces élites possèdent un diplôme de second ou troisième cycle, et une petite minorité (13%) se contente d’un diplôme de premier cycle. Dit autrement, Ben Ali a essentiellement compté, pour ses gouvernements, sur des personnes ayant poussé leurs études loin ou très loin. 43% d’entre elles possèdent en effet un doctorat, Ph.D. ou équivalent. La technocratisation du régime se manifeste par la nomination à des fonctions gouvernementales d’élites expertes, pour près de la moitié d’entre elles, dans leur domaine respectif. Par conséquent, après le départ de Ben Ali, ses anciens cadres exécutifs, dotés de ce capital précieux, ont été sollicités dans les domaines économiques (notamment énergétiques et financiers). Nombreux sont donc les anciens ministres à intégrer le secteur du conseil ou des entreprises (publiques ou privées). Notre enquête64 a permis de remarquer différents postes de cette nature dans lesquels ces élites se sont converties : PDG ou membre de conseil d’administration de banque ou de société financière, fondateur/PDG de société privée, PDG/directeur général (ou président de conseil d’administration) d’entreprise publique ou privée, fondateur de groupe de conseil (assez fréquemment), membre de « think tank », chef de projet dans un conglomérat, propriétaire d’hôtel, directeur de chaîne de télévision privée, etc.

37La direction « économique et managériale » prise par ces élites constitue l’un des trois patterns que nous avons pu relever. Outre donc la reconversion dans le secteur économique, la retraite (forcée ou volontaire) représente une seconde option pour ces élites de Ben Ali, option d’autant plus prépondérante si l’on considère ce régime sur la totalité de sa durée (23 ans). La troisième voie la plus présente est celle du retour en politique évoquée précédemment. Wasilewski (1998) situe des trajectoires de (re)conversions relativement proches : la politique, la direction de secteurs publics et le management en Russie ; le business, le management et les retraites anticipées en Hongrie et en Pologne. Le cas tunisien emprunte ainsi des trajectoires similaires en termes de débouchés professionnels pour les cadres de l’ancien régime. Ce qui se joue à la chute d’un régime, ce sont, également, des stratégies de survie et de reconversion qui apparaissent dans un environnement politique instable ; des objectifs de replacement sous contrainte politique et judiciaire permanente – la confiscation de passeport, par exemple, limite significativement les opportunités de travail –; des jeux d’alliances et de trahisons dont les paramètres échappent souvent aux principaux concernés. La configuration du nouveau régime dépend, aussi, de ces relations interpersonnelles et des trajectoires professionnelles choisies et contraintes qu’adoptent les élites de l’ancien système.

Conclusion

  • 65 . Argument récurrent prononcé par nombre d’acteurs des deux camps dans les médias tunisiens pour ju (...)

38Le changement de régime en Tunisie s’apparente davantage à une transition coordonnée, concept développé par Kis (1998), qu’à une révolution ou à une simple réforme par le haut. L’ensemble des coups des deux blocs schématiques que sont les anciennes élites et les élites émergentes obéissent à des stratégies heuristiques des deux parts. Cette heuristique de l’après Ben Ali vient compléter le concept de transition coordonnée pour en signifier les modalités d’actions des élites déployées dans un environnement changeant, dont l’instabilité provient autant des enjeux politiques entre acteurs « qui comptent » que de la pression populaire des manifestants. Les stratégies des deux camps, longtemps en confrontation, ont finalement trouvé un terrain d’entente dans la cohabitation des deux groupes élitaires, matérialisée par la cogestion actuelle de la politique tunisienne : au parlement comme au gouvernement, Ennahdha et Nidaa Tounes se sont alliés pour l’ «intérêt supérieur de l’État »65. Les anciennes élites de Ben Ali ont pourtant employé des tactiques de survie, qui ont au passage sacrifié certains de leurs collègues, afin d’essayer d’abord de sauver le régime, ensuite de minimiser les pertes (en termes politiques, économiques et judiciaires). Certains ont trouvé l’opportunité de poursuivre leur carrière dans le champ politique, d’autres se sont (re)convertis dans le secteur économique – comme une partie de la nomenklatura d’Europe centrale –, et quelques-uns ont simplement pris leur retraite. Il n’y a pas eu, à proprement parler, de disqualification politiquement imposée.

39À l’image de certains pays d’Europe de l’Est, les élites de Ben Ali ont pu, pour certaines, se repositionner sur le nouvel échiquier politique dans les habits de démocrates convaincus et de longue date. De la même manière qu’avec le communisme, trop de personnes étaient actives dans le régime pour permettre une quelconque exclusion juste et générale. Plus étonnant encore, la sociologie des élites politiques post Ben Ali ressemble, malgré certaines nouveautés, assez significativement à celle du précédent régime. Les propriétés (géographiques, professionnelles, académiques, générationnelles) communes de ces individus n’offrent pas un paysage politique de rupture. L’enchevêtrement de l’ancien régime et du nouveau est caractérisé, aussi, par une certaine forme de conservatisme sociologique. À la manière du Premier ministre lituanien, V. Landsbergis, se prononçant sur le passage d’un régime à un autre, il nous est possible de conclure que « le [benalisme tout comme le] communisme est mort, mais qui en a vu le cadavre ? » (Smolar, 1999, p. 158).

أعلى الصفحة

بيبليوغرافيا

Bellin Eva, 2012, « Reconsidering the Robustness of Authoritarianism in the Middle East: Lessons from the Arab Spring», Comparative Politics, Vol. 44, No 2, p. 127-149.

Ben rejeb Riadh, 2014, « Le RCD, les destouriens et la révolution : un trinôme détonnant », Kapitalis [en ligne], 15/01/2014, url : http://www.leaders.com.tn/article/13067-le-rcd-les-destouriens-et-la-revolution-un-trinome-detonant, (page consultée le 10/10/2014).

Bou Nassif Hicham, 2015, « A Military Besieged: the Armed Forces, the Police, and the Party in Bin Ali’s Tunisia, 1987–2011 », International Journal of Middle East Studies, Vol. 47, No 1, p. 65-87. 

Boubekeur Amel, 2015, « Islamists, Secularists and Old Regime Elites in Tunisia: Bargained Competition », Mediterranean Politics, Vol. 21, No 1, p. 1-21.

Boumediene Malik, 2016, « Armée, police et justice dans la Tunisie contemporaine », Pouvoirs, Vol. 156, No 1, p. 107-118.

Bourgois Pierre, 2016, « Les ‘révolutions de couleur’ et les ‘printemps arabes’ chez Francis Fukuyama : mêmes causes, mêmes conséquences ?», 01/2016, Sciences Po [en ligne], url : http://www.sciencespo.fr/ceri/content/dossiersduceri/les-revolutions-de-couleur-et-les-printemps-arabes-chez-francis-fukuyama-memes-causes-memes?d10 (page consultée le 04/04/2017).

Camau Michel, 2005, « Remarques sur la consolidation autoritaire et ses limites » in Camau Michel et Martinez Luis (dir.), L’autoritarisme dans le monde arabe. Autour de Michel Camau et Luis Martinez, Le Caire, CEDEJ, p. 9-51.

Camau Michel et Geisser Vincent, 2003, Le syndrome autoritaire: Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po.

Charfi Mohamed, 1989, Les ministres de Bourguiba (1956-1987), Paris, L’Harmattan.

Chennaoui Henda, 2015, « Kasbah 1 et 2 : Quatre ans après, retour sur une occupation révolutionnaire confisquée », 30/01/2015, Nawaat [en ligne], http://nawaat.org/portail/2015/01/30/kasbah-1-et-2-quatre-ans-apres-retour-sur-une-occupation-revolutionnaire-confisquee/, (page consultée le 13 juin 2015).

Dakhli Leyla, 2013, « Une révolution trahie ? Sur le soulèvement tunisien et la transition démocratique », La vie des idées [en ligne], 19/02/2013, url : http://www.laviedesidees.fr/Une-revolution-trahie.html, (page consultée le 05/01/2014).

Doobry Michel, 2009, Sociologie des crises politiques, Paris, Les Presses de Science Po.

Emmecey Jean, Santucci Jean-Claude et Michel Hubert, 1975, « Les élites politiques du Maghreb » dans Cnrs (dir.), Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine, Paris, Presses du CNRS, p.83-129.

Erdle Steffen, 2010, Ben Ali’s ‘New Tunisia’ (1987–2009): A Case Study of Authoritarian Modernization in the Arab World, Berlin, Klaus Schwarz.

Giddens Anthony (1973), The Class Structure of the Advanced societies, Hutchinson, Hutchinson University Library.

Gobe Éric, 2012, « Tunisie an I: les chantiers de la transition », L’Année du Maghreb, Vol. VIII, p. 433-454.

Gobe Éric, 2016, « Système électoral et révolution: la voie tunisienne », Pouvoirs, Vol. 156, p. 71-82.

Gumenyuk Nataliya, 2016, « How Framing of Revolutions (the Arab Spring and Maidan) Takes Us Away from Their Roots During and After the Protests », 01/2016, Sciences Po [en ligne], url: http://www.sciencespo.fr/ceri/content/dossiersduceri/how-framing-revolutions-arab-spring-and-maidan-takes-us-away-their-roots-during-and-after?d10 (page consultée le 04/04/2017)

Heurtaux Jérôme, 2016, « Comparer ‘transitions’ postcommunistes et révoltes arabes. Un point de vue semi-sceptique», 01/2016, Sciences Po [en ligne], url : http://www.sciencespo.fr/ceri/content/dossiersduceri/comparer-transitions-postcommunistes-et-revoltes-arabes-un-point-de-vue-semi-sceptique?d10 (page consultée le 04/04/2017).

Hibou Béatrice, 2006, « Le libéralisme réformiste, ou comment perpétuer l’étatisme », L’Économie Politique, Vol. 32, No 4, p. 9-28.

Hibou Béatrice, 2011, « Macroéconomie et domination politique en Tunisie : du ‘miracle économique’ benaliste aux enjeux socio-économiques du moment révolutionnaire», Politique africaine, Vol. 124, No 4, p. 127-154.

Icg [International Crisis Group], 2012b, « Tunisie : Lutter contre l’impunité, restaurer la sécurité », Rapport Moyen-Orient/Afrique du Nord, No 123, 09/05/2012, 38 p.

Kaldor Mary, 2011, « Civil society in 1989 and 2011 », 7 février 2011, [en ligne], url : http://www.opendemocracy.net/mary-kaldor/civil-society-in-1989-and-2011 (page consultée le 20 avril 2015)

Khiari Sadri, 2012, « Tunisie: révolution, contre-révolution et transition », Revue marocaine de sciences politiques et sociales, Hors-Série, Vol. 4, p. 100-117.

Kis János, 1998, « Between Reform and Revolution », East European Politics and Societies, Vol. 12, No 2, p. 300-383.

Landolt Laura K. et Kubicek Paul, 2014, « Opportunities and Constraints: Comparing Tunisia and Egypt to the Coloured Revolutions », Democratization, Vol. 21, No 6, p. 984-1006.

Marzouki Nadia, 2016, « La transition tunisienne : du compromis démocratique à la réconciliation forcée», Pouvoirs, Vol. 156, No 1, p. 83-94.

Mink Georges et Szurek Jean-Charles, 1998, « L’ancienne élite communiste en Europe centrale : stratégies, ressources et reconstructions identitaires », Revue française de science politique, Vol. 48, No 1, p. 3-41.

Murphy Emma C., 1999, Economic and Political Change in Tunisia From Bourguiba to Ben Ali, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Murphy Emma C., 2013, « The Tunisian Elections of October 2011: a Democratic Consensus », The Journal of North African Studies, Vol. 18, No 2, p. 231–247.

Pachon Alejandro, 2014, « Loyalty and Defection: Misunderstanding Civil-Military Relations in Tunisia During the ‘Arab Spring’», Journal of Strategic Studies, Vol. 37, No 4, p. 508-531.

Perthes Volker, 2004, « Politics and Elite Change in the Arab World » in Perthes Volker (dir.), Arab Elites: Negotiating the Politics of Change, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2004, p. 1-32.

Riahi Mouldi, 2016, « La constitution : élaboration et contenu », Pouvoirs, Vol. 156, No 1, p. 31-53.

Rijkers Bob, Freund Caroline et Nucifora Antonio, 2014, « All in the Family, State Capture in Tunisia », The World Bank, Middle East and Northern Africa Region, Poverty Reduction and Economic Management Unit and Office of the Chief Economist & Development Research Group Trade and International Integration Team, March 2014, Policy Research Working Paper 6810.

Romani Vincent, 2014, « Transition dictatoriale en Égypte », Relations, No 774, p. 30-31.

Rouquié Alain, 1985, « Changement politique et transformation des régimes », in Grawitz Madeleine et Leca Jean (dir.), Traité de science politique, Tome 2, Paris, PUF, 1985, p. 599-633.

Schelling Thomas C., 1986, Stratégie du conflit, Paris, PUF.

Smolar Alexander, 1999, « Les aventures de la décommunisation », Critique internationale, Vol. 5, No 1, p. 155-166.

Sraïeb Noureddine, 2003, « Le renouvellement du corps ministériel tunisien (1987-1997) », in Sraïeb Noureddine (dir.), Anciennes et nouvelles élites du Maghreb, Aix-en-Provence, Institut de recherche et d’études sur le monde arabe et musulman, 2003, p. 229-237.

Stepan Alfred, 2012, « Tunisia’s Transition and the Twin Toleration», Journal of Democracy, Vol. 23, No 2, p. 89-103.

Voeten Erik, 2011, « Similarities and Differences between Eastern Europe in 1989 and the Middle East in 2011 », Mai 2011, [en ligne], url :http://themonkeycage.org/2011/05/30/similarities-and-differences-between-eastern-europe-in-1989-and-the-middle-east-in-2011/, (page consultée le 25 avril 2015)

Wasilewski Jacek, 1998, « Hungary, Poland, and Russia: The Fate of Nomenklatura Elites», in Dogan Mattei et Higley John, Elites,Crises, and the Origins of Regimes, Lanham, Rowman and Littlefield Publishers, 1998, p. 147-168.

Way Lucan, 2008, « The Real Causes of the Colour Revolutions », Journal of Democracy, Vol. 19, No 3, p. 55-69.

Way Lucan, 2011, « The Lessons of 1989 », Journal of Democracy, Vol. 22, No 4, p. 13-23.

أعلى الصفحة

حواشي

1 . Le coup stratégique se définit comme une « action visant à influencer le choix de l’adversaire en faveur de soi-même en jouant sur l’attente de ce dernier face au choix que l’on fera. Il s’agit, en se contraignant soi-même au choix d’un certain mode d’action, de faire peser sur l’adversaire une contrainte qui l’amènera en retour à résoudre le problème de maximisation auquel il se retrouve confronté dans un sens favorable à soi-même tout en lui interdisant de procéder de même » (Schelling, 1986: 198).

2 . Définie par Dobry (2009, p. 36) comme « la classe particulière des conjonctures critiques qui correspond à des transformations d’état des systèmes complexes lorsque ces systèmes sont soumis à des mobilisations multisectorielles».

3 . Le colloque « Peut-on comparer les ‘révolutions de couleur’ et les ‘printemps arabes’ » qui s’est tenu le 25/09/2015 à Paris à l’Université Sorbonne Paris Cité, et pour lequel cette recherche a été formulée dans sa première mouture, correspond à ces tentatives d’analyses interdisciplinaires et comparatives de deux évènements temporellement et géographiquement éloignés. Parmi les travaux présentés qui offrent une ligne comparative, citons notamment Heurtaux (2016) Bourgois (2016) et Gumenyuk (2016).

4 . Notre qualificatif. Nous remettons en cause cette lecture dans le cas tunisien. À titre d’exemple, Pachon (2014) montre que l’armée et ses dirigeants ont fait preuve de discipline habituelle et donc de soutien au président durant la crise de décembre 2010-janvier 2011. Selon notre enquête et nos entrevues avec les acteurs économiques et politiques qui comptent, c’est-à-dire les « Political Relevant Elites » au sens de Perthes (2004), les élites du régime de Ben Ali n’ont pas abandonné celui-ci avant son départ pour l’Arabie Saoudite.

5 . Rassemblement Constitutionnel Démocratique, le parti hégémonique de Ben Ali. Voir notamment Gharbi (2008) et Ben Aicha (2011) pour un examen du rôle du RCD et de stratégies de survie respectivement durant et après le mandat de Ben Ali.

6 . En l’occurrence dans les passages vers la république indépendante (1956) et du régime de Bourguiba vers celui de Ben Ali (1987).

7 . Dans tout le reste de ce texte, nous désignerons par « anciennes » élites (ou encore élites de Ben Ali), les acteurs ayant exercé une fonction décisionnaire dans les institutions politiques (gouvernement, parlement, parti-État, Palais, etc.) de 1987 à 2011. Certaines d’entre elles ont poursuivi une activité politique après 2011, d’autres non. Par « élites émergentes », nous référons aux acteurs politiques ayant été privés de participation politique institutionnelle au sein de cet ancien régime et qui entrent, depuis 2011, sur la scène politique tunisienne officielle. Il s’agit essentiellement d’acteurs de l’opposition – dans toutes ses variantes structurelles – tolérée ou bannie par Ben Ali.

8 . D’autant plus que le pouvoir a « changé de camp » suite aux élections législative et présidentielle de 2014, sans exclure les islamistes de la coalition gouvernementale. Voir entre autres Boubekeur (2015) et Marzouki (2016) pour une analyse de l’alliance islamiste-séculariste post-élections de 2014.

9 . A. Mourou, fondateur et vice-président du parti islamiste tunisien Ennahdha, vice-président de l’actuelle Assemblée des Représentants du Peuple. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

10 . Entrevues réalisées lors de deux séjours de recherche à Tunis, à l’été 2014 et 2015.

11 . Il s’agit ici d’éviter le biais « réputationnel » de l’approche élitiste en optant plutôt pour une méthode « positionnelle » qui consiste à sélectionner les individus à des postes officiels et comparables à travers les différents régimes.

12 . Avec respectivement pour critères (1) l’âge, le sexe et le gouvernorat de naissance ; (2) les filières académiques, le plus haut degré de diplôme validé, les lieux d’études; (3) le premier emploi; (4) les ennuis judiciaires et les nouveaux métiers occupés.

13 . En l’occurrence l’âge, le sexe, et la filière professionnelle.

14 . Le chiffre de deux millions (sur une population adulte d’environ 8 millions de Tunisiens) d’adhérents revendiqués par le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) revient souvent chez les acteurs, membres du RCD, interrogés pour cette enquête. C’est en tout cas le chiffre retenu par le président Ben Ali lui-même selon son propre conseiller politique. Entretiens avec l’auteur, Tunis, 2014 et 2015.

15 . Propos d’un ancien ministre de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

16 . Nous empruntons aux mathématiques ce concept. Une heuristique se définit comme une méthode «qui procède par approches successives en éliminant progressivement les alternatives et en ne conservant qu’une gamme restreinte de solutions tendant vers celle qui est optimale » selon le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, voir http://www.cnrtl.fr/definition/heuristique (page consultée le 27/08/2015). Dans notre cas, une stratégie heuristique est adoptée en réaction à un environnement incertain et changeant au jour le jour; elle se compose de coups et de tactiques développés sur le tas et contraints par cette incertitude.

17 . Jusqu’à la passation de pouvoir vers B.C. Essebsi, le 27/02/2011.

18 . Selon les différentes versions recueillies par nos entretiens avec ces acteurs du régime, entre 3 et 5 personnes : le Premier ministre (M. Ghannouchi), le chef d’état-major de l’armée (R. Ammar), les ministres de l’Intérieur (A. Friaa) et de la Défense (R. Grira), le président du parlement (F. Mebazaa) font partie de ce comité restreint.

19 . Notamment lors des évènements de Kasbah I et Kasbah II, voir Chennaoui (2015). Les revendications peuvent en effet être résumées par : « on a dégagé le dictateur, dégageons la dictature » (Dakhli, 2013).

20 . Gendre du président Ben Ali, qui a vu ses biens gelés et confisqués par l’État, avant d’en récupérer une large partie. Entretien, Tunis, 2014.

21 . Voir infra la discussion portant sur son passé et son rôle dans la période transitoire.

22 . Selon l’analyse de Kis (1998), les révolutions est-européennes (1989-1990) prennent parfois la forme de réformes, plus ou moins ancrées dans la légalité constitutionnelle. Le processus de changement de régime, s’il peut débuter par une révolution, peut tout aussi bien se poursuivre par des canaux contrôlés. Pour dépasser la contradiction conceptuelle entre révolution et réforme, Kis définit la transition (co)ordonnée comme suit : « Coordinated tran­sition is a multi-actor game that is played with great uncertainty. Its main participants are the emerging progressive sectors of the old, dominant coalition and the emerging extra-institutional oppo­sition. Their cooperation in transforming a situation marked by a legitimation crisis into an ordered transition to a new regime sets the rules for the process of change, guarantees that they are en­acted into law, and makes it clear to everybody that the only game to play is that of competing for power and influence according to the transition scenario» (1998, p. 370).

23 . Les hypothèses sous-jacentes à cette idée de transition ordonnée (qui sont explicitées dans les lignes suivantes) ne garantissent pas son succès, elles en augmentent cependant les chances de réussite. Les conditions de ce type de transition contraignent les acteurs dans leurs coups envisageables. Ainsi, les accords formels et les ententes tacites entre un nombre croissant d’élites envoient un message à tout le monde selon lequel «negotiated transition is the only game in town: that those who compete for their aims outside of the domain delimited by the transition rules inevitably end up on the periphery. Once the rules are made public, everybody knows that attempting to over­turn them does not pay. And everyone knows that everyone else knows this » (Kis, 1998, p. 368).

24 . Aux dernières élections présidentielles de 2014, B.C. Essebsi (actuel Président), K. Morjane, M. Zenaidi, A. Zouari, H. Ben Slama, M. K. Nabli, se présentent … en étant tous des anciens cadres du régime de Ben Ali (tous ministres, sauf B.C. Essebsi ancien Président du parlement de Ben Ali). Le Premier ministre H. Essid (2015-2016) a été membre du gouvernement de Ben Ali aux postes de secrétaire d’État à la Pêche puis à l’Environnement, entre 2001 et 2003.

25 . Cette proportion pourrait être revue à la hausse si l’on élimine de la base de calcul les ministres du début de règne de Ben Ali (1987-1994) appartenant, en grande partie, à la génération de l’Indépendance, et qui en 2011 ne sont plus en mesure d’être appelés à des responsabilités politiques. On retrouve également quelques anciens cadres du régime de Ben Ali dans les gouvernements de 2012 à 2016. Par exemple, le ministre des Affaires religieuses et le secrétaire d’État aux Affaires sécuritaires du gouvernement Essid étaient, respectivement, Mufti de la république et directeur de la sécurité sous Ben Ali ; le ministre de la Défense du gouvernement Jebali était ministre de la Santé en 2001.

26 . La même remarque précédente s’applique : cette proportion chute considérablement si on n’examine que les ministres ayant exercé durant la seconde décennie du régime de Ben Ali (2000-2010) considérée comme la pire en termes de corruption et de népotisme.

27 . Entrevue avec l’auteur, Tunis, 2014.

28 . La plus célèbre étant A. Seriati, chef de la puissante garde présidentielle, accusé d’avoir fomenté un coup d’État. J. Boudriga, redouté chef des brigades de l’ordre public, a vu sa peine passée de 10 à 3 ans de prison, à l’image de la plupart des anciens cadres du régime de Ben Ali condamnés par la justice.

29 . Environ deux semaines après le départ de Ben Ali, « 35 hauts responsables du ministère de l’Intérieur ont été mis à la retraite obligatoire, dont 26 membres de la Direction générale de la Sûreté nationale » (ICG, 2012b, p. 14).

30 . Les « mounachidin » sont ces personnalités qui ont appelé, publiquement et à partir de 2009 pour certains, le président Ben Ali à se présenter aux élections présidentielles de 2014.

31 . Selon tous les observateurs internationaux (Union Européenne, Centre Carter, National Democratic Institute) et locaux. Voir notamment Stepan (2012) et Murphy (2013).

32 . Même si cette coalition est l’héritage de plusieurs années de dialogue entre ces partis, à l’époque, de l’opposition. À ce sujet, voir Stepan (2012).

33 . Que l’on peut regrouper sous des labels différents (laïc, moderniste, progressiste, destourien etc.) mais dont le référent de définition a pour critère commun, entre autres, l’opposition à l’islamisme (pris comme doctrine politique).

34 . Notamment le 14/08/2013 à Paris, en plein cœur d’une crise politique faisant suite à l’assassinat de C. Belaid (le 06/02/2013) et M. Brahmi (le 25/07/2013), deux figures politiques du Front populaire, regroupement de partis de gauche marxiste/panarabiste/écologiste/etc.

35 . A. Mourou, entretien cité.

36 . Nidaa Tounes (l’Appel de la Tunisie) est une formation politique créée par B.C. Essebsi en avril 2012 ; officialisée en juillet 2012. Nidaa Tounes regroupe différentes tendances politiques, mais se réclame essentiellement du Bourguibisme (que l’on pourrait succinctement traduire par une forme de réformisme progressiste et nationaliste). Il fait campagne en 2014 sur deux thèmes : le retour de l’autorité et du prestige de l’État, et la résistance face à la tendance islamiste d’Ennahdha et plus généralement aux courants qui cherchent à modifier le (supposé) style de vie des Tunisiens.

37 . W. Bannani est un membre fondateur d’Ennahdha qui a dénigré publiquement B.C. Essebssi pour son âge avancé.

38 . A. Mourou, entretien cité.

39 . Notamment Al Moubadara / l’Initiative - de K. Morjane (ancien ministre des Affaires étrangères et de la Défense de Ben Ali de 2005 à 2011), le Mouvement Destourien de H. Karoui (ancien ministre de la Justice et Premier ministre de Ben Ali de 1988 à 1999), Al Watan de M. Jegham (ancien ministre de la Défense, de l’Intérieur et du Commerce de Ben Ali entre 1995 et 2011).

40 . Émission « Essaraha raha », Hannibal TV, 09/03/2013.

41 . Ancien ministre de l’Industrie de Ben Ali de 2004 à 2011.

42 . Ancien secrétaire d’État à l’Énergie renouvelable de Ben Ali de 2007 à 2011.

43 . Félicitations en dialecte tunisien.

44 . Un ancien ministre de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

45 . M. Jomaa a été le Premier ministre technocrate qui a dirigé le gouvernement apolitique jusqu’aux élections de 2014.

46 . C. Ayari, ancien ministre de Bourguiba, ancien directeur exécutif à la Banque Mondiale, actuel Gouverneur de la Banque Centrale. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

47 . Ancien ministre-conseiller de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

48 . Ancien ministre de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

49 . Ancien ministre de Ben Ali. Entretien avec l’auteur, Tunis, 2014.

50 . Celles-ci peuvent être amicales, familiales, régionales, professionnelles, estudiantines, etc.

51 . Les 30-40 ans passent de 7% à 4% dans les gouvernements de Ben Ali puis ceux de la transition ; les 40-50 ans de 40% à 27%.

52 . Les 60-70 ans passent de 10% à 27%; les plus de 70 ans de 1% à 5%.

53 . Sous le régime de Ben Ali, Tunis a fourni 23% de ministres. Après son départ, les différents gouvernements ont choisi en moyenne 30% de ministres originaires de la capitale.

54 . Sousse fournissait 13% de ministres sous Ben Ali, elle n’en est plus qu’à 3% après les élections de 2011.

55 . Les deux présidents, Bourguiba et Ben Ali, ainsi que 6 Premiers ministres (sur 8) sont issus du Sahel.

56 . Sfax est le deuxième poumon économique du pays après la capitale ; c’est aussi la deuxième ville en termes d’habitants. Pourtant, au gouvernement seuls 6% (sous Ben Ali) à 8% (après Ben Ali) des ministres sont originaires de cette ville, ce qui, comparé à Tunis (30%) demeure une sous-représentation.

57 . 43% des ministres de Ben Ali détenaient l’équivalent d’un doctorat ; ils sont environ 50% dans le régime transitoire. Les diplômés de premier cycle constituaient 13% des gouvernements de Ben Ali ; ils sont environ 11% après 2011.

58 . La France fournissait 40% des diplômes des élites exécutives de Ben Ali, cette proportion passe à 33% après 2011. La part de la Tunisie passe de 43% à 46%.

59 . Ils étaient 4% de journalistes et 4% issus des milieux sécuritaires à occuper une fonction gouvernementale sous Ben Ali. Ces proportions tombent à 1% et 0% après 2011.

60 . En multipliant leur poids par trois : de 6% à 14% du corps exécutif.

61 . Passant de 41 à 25% des élites exécutives.

62 . Les universitaires passent de 34 à 36% et les économistes/financiers de 4 à 12%.

63 . L’enseignement, le droit, la santé, le business et l’administration.

64 . En l’absence de statistiques définitives.

65 . Argument récurrent prononcé par nombre d’acteurs des deux camps dans les médias tunisiens pour justifier cette collaboration post-électorale.

أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Bilel Kchouk, « « Si vous votez la loi d’exclusion aujourd’hui, c’est vous qui serez exclus demain » », L’Année du Maghreb, 16 | 2017, 319-339.

بحث إلكتروني

Bilel Kchouk, « « Si vous votez la loi d’exclusion aujourd’hui, c’est vous qui serez exclus demain » », L’Année du Maghreb [‏على الإنترنت‎], 16 | 2017, نشر في الإنترنت 10 juillet 2017, تاريخ الاطلاع 21 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/3106 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3106

أعلى الصفحة

الكاتب

Bilel Kchouk

Ph.D. candidate, School of Political Studies, University of Ottawa, Canada.

أعلى الصفحة