تصفح – مخطط الموقع
Varia

L’UGTT et l’UTICA : Entre conflit ouvert et union sacrée

UGTT and UTICA: Between open conflict and sacred union
Hèla Yousfi
p. 379-394

ملخصات

Le rôle joué par l’UGTT et l’UTICA sur la scène politique tunisienne depuis le soulèvement du 17 décembre 2010 jusqu’à aujourd’hui n’a cessé de susciter des débats pour le moins passionnés. Cet article se propose, à partir de leur histoire depuis l’indépendance jusqu’aujourd’hui d’analyser les continuités et les ruptures dans le fonctionnement des deux organisations les plus puissantes en Tunisie, afin de saisir la manière dont l’ère post-Ben Ali a transformé aussi bien leur identité que la nature du rapport qui les lie. Plus particulièrement, il s’agit d’explorer comment les conflits ouverts ou les coopérations négociées qui ont eu lieu à différents moments entre 2011 et 2015 ont reconfiguré la place de ces deux organisations dans un champ politique et social en pleine mutation. Nous nous interrogerons également sur l’impact de ces évolutions politiques sur les rapports entre les deux organisations et les nouveaux défis économiques et sociaux auxquels elles doivent faire face.

أعلى الصفحة

النص الكامل

1Le 9 octobre 2015, le prix Nobel de la paix 2015 est décerné au quartet parrain du dialogue national, regroupant la puissante organisation syndicale, l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) et l’ordre national des avocats. Le quartet a été formé en juillet 2013, à un moment où le processus de démocratisation était en danger en raison d’assassinats politiques – dont celui du député de l’opposition Mohamed Brahmi, le 25 juillet. Le quartet a lancé «un processus politique alternatif, pacifique, à un moment où le pays était au bord de la guerre civile», a rappelé le comité Nobel. Il a donc été «crucial» pour permettre à la Tunisie «d’établir un système constitutionnel de gouvernement garantissant les droits fondamentaux pour l’ensemble de la population, sans condition de sexe, de convictions politiques (et) de croyances religieuses», explique le comité norvégien.

2Cependant, la célébration par le prix Nobel du rôle politique de l’alliance «des ouvriers et des patrons» que représente la collaboration entre les organisations les plus puissantes du quartet, l’UGTT et l’UTICA dissimule mal les conflits et les divergences d’ordre économique et social qui ont marqué leurs relations. Le pacte unitaire entre l’UTICA et l’UGTT dont l’objectif était de sauver le pays du chaos n’a été qu’éphémère. La crise économique, la multiplication des mouvements sociaux, la bataille engagée par les deux organisations pour conserver le pouvoir dans un champ politique en pleine mutation ont fini par faire éclater au grand jour les contradictions et les intérêts divergents ainsi que les différences d’appréciation entre elles. Ce conflit s’est largement cristallisé en 2015 autour des augmentations salariales à accorder aux travailleurs du secteur privé et a atteint son apogée quand Houcine Abassi, le Secrétaire général de l’UGTT, a déclaré dans une interview accordée le 27 avril 2015 à « Alarabi aljadid » :

« La plupart des hommes d’affaires courent derrière les privilèges et fraudent fiscalement. La plupart d’entre eux refusent d’investir dans les régions intérieures. Plusieurs d’entre eux sont dans leur tour d’ivoire et cherchent à privatiser tous les établissements publics afin d’encourager la logique d’exploitation des travailleurs», avant d’ajouter : « Le système privé tunisien exploite le salarié, sans lui fournir de protection sociale, bien plus, la loi fiscale oblige injustement l’employé à payer les impôts alors que le patron fait de la fraude fiscale grâce à ses privilèges (…) Les patrons du secteur privé se protègent derrière l’une des lois fiscales les plus corrompues en Tunisie. »

3La réaction du bureau exécutif de l’UTICA ne s’est pas faite attendre. Il a fustigé ces attaques dans un communiqué qui stipule que les déclarations de l’UGTT « portent atteinte à la relation entre l’organisation patronale et l’UGTT, ce qui pourrait avoir un impact négatif sur la situation sociale dans le pays ». Plusieurs déclarations de différents membres de la centrale patronale se succèdent et accusent l’UGTT de « créer de la pauvreté et du chômage dans le pays » en entretenant l’instabilité sociale et les mouvements de grève depuis plus de quatre ans. La présidente de l’UTICA s’est également exprimée en déclarant « que personne n’est autorisé à mettre en doute le patriotisme des patrons tunisiens ». Pour Wided Bouchemaoui : « La réussite et l’ascension sociale par l’effort et le labeur des hommes d’affaires, ne sont pas un crime. Proférer des contre-vérités sur la probité des hommes d’affaires et leur patriotisme dans cette période cruciale que connait le pays est malvenu. »

4De ce fait, l’union sacrée qui a prévalu lors du dialogue national, au cours duquel les deux organisations se sont donné pour mission de sortir le pays de la crise politique, a cédé rapidement la place à une oscillation régulière entre des moments de conflits ouverts et des moments de négociation autorisant quelques compromis.

  • 1 . Béatrice Hibou, La force de l’obéissance : Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, (...)
  • 2 . L’expression « transition démocratique » répandue dans le langage courant et la science politique (...)

5Cet article se propose, à partir de leur histoire depuis l’indépendance jusqu’aujourd’hui d’analyser les continuités et les ruptures dans le fonctionnement des deux organisations, afin de saisir la manière dont l’ère post-Ben Ali a transformé aussi bien leur identité que la nature du rapport qui les lie. Plus particulièrement, il s’agit d’explorer comment les conflits ouverts ou les coopérations négociées qui ont eu lieu à différents moments entre 2011 et 2015 ont reconfiguré la place de ces deux organisations dans le nouveau champ politique. Nous examinerons ainsi comment l’UTICA, longtemps considérée comme un simple appendice d’un régime autoritaire1, dépourvu de la capacité de mobilisation de l’UGTT, est devenue un acteur central du « dialogue national », permettant au patronat de jouir d’une influence politique grandissante, de défendre les intérêts de la l’élite économique en Tunisie et d’occuper une place de plus en plus importante dans l’arbitrage des dossiers économiques et sociaux d’ordre national. Nous analyserons également l’évolution de l’UGTT, dont le rôle politique joué pendant le processus révolutionnaire et la « transition politique »2 lui a permis de conserver son pouvoir, tout en fragilisant l’équilibre entre ses deux missions, syndicale et politique, qui avait fait sa force par le passé. Enfin, nous nous interrogerons sur l’impact de ces évolutions sur la reconfiguration des rapports entre les deux organisations les plus puissantes du pays.

L’UGTT et l’UTICA sous la tutelle du Parti-État

  • 3 . Le Néo-Destour est un parti politique tunisien fondé le 2 mars 1934 par un groupe de jeunes intel (...)
  • 4 . ACMACO et CEMAREF, Tunisie 2040. Le renouvellement du projet moderniste tunisien, Tunis, Sud Edit (...)

6L’UGTT et l’UTICAont été pendant longtemps les seules organisations professionnelles en Tunisie représentant respectivement les salariés et les employeurs et leurs relations ont évolué d’une union sacrée lors du mouvement de libération nationale à un partenariat soumis à une solide tutelle du Parti-État après l’indépendance (voir encadrés 1 et 2). Le Néo-destour et l’UGTT forme en effet avec le3 et l’UTICA un « Front national » qui s’engage avec des listes communes aux élections de l’assemblée constituante de 1956 et aux législatives de 1959. Parallèlement, en s’appuyant sur la législation coloniale, notamment le décret du 5 novembre 1949 qui soumet l’élaboration des « conventions collectives à une large tutelle étatique », l’État tunisien indépendant va prendre en main les négociations entre salariés et employeurs et, jusqu’en 1973, il fixera lui-même les salaires, faisant échapper cette question centrale à la négociation collective4.

7Le régime de Bourguiba s’apparente, depuis 1956 jusqu’aux années 1970, à une alliance entre son parti (le Néo-Destour) et les dirigeants de l’UGTT. La Centrale syndicale s’engage activement dans la construction de l’État national en jouant un rôle actif dans les différentes réformes sociales et économiques. À titre d’illustration, le programme de la Santé de 1958, le programme de l’Éducation de 1958 et le programme de l’industrialisation de 1964, sont le produit du programme de l’UGTT de 1955 et leur mise en oeuvre est elle-même confiée à des ministres qui avaient été les secrétaires généraux de l’UGTT.

  • 5 . Voir Salah Hamzaoui, Pratiques syndicales et pouvoir politique : pour une sociologie des cadres s (...)
  • 6 . Grève générale 26 janvier à l’appel de l’UGTT : Plusieurs centaines de morts et de blessés. Plusi (...)
  • 7 . « Révolte du pain » du 29 décembre 1983 au 6 janvier 1984. Le pouvoir pilote une scission de l’UG (...)

8Ce n’est qu’avec l’arrivée de Hédi Nouira en novembre 1970, l’abandon de la voie socialisante des années 1960, le désengagement de l’État et l’orientation libérale de l’économie, que la tutelle de l’État sur les deux organisations est renégociée. Les deux centrales deviennent des « partenaires sociaux » engagés dans un dialogue tripartite arbitré par l’État. L’UTICA s’est fortement engagée dans la politique d’ouverture économique menée par Nouira et sera étroitement associée à l’élaboration et à la mise en oeuvre des différentes réformes économiques. Mais, cette orientation libérale de l’économie remet en question le rapport organique post-indépendance qui prévalait entre l’UGTT et le Parti-État. La confédération syndicale devient un acteur majeur dans les luttes pour les revendications sociales et les libertés syndicales. C’est dans un climat social de mécontentement généralisé que s’impose le paradigme de l’indépendance de l’UGTT et se crée grâce aux luttes sociales un espace d’autonomie qui a protégé l’organisation de la mainmise totale du Parti-État5. Les différentes vagues de libéralisation se succèdent et l’UGTT devient le refuge des différents mouvements sociaux et notamment ceux de 19786 et 19847 fortement réprimés par le pouvoir.

  • 8 . « Vers un renouveau syndical : diagnostic quantitatif de l’UGTT par ses cadres », in Opinions Syn (...)

9La période Ben Ali (1987-2011) est caractérisée par la mise au pas de l’UGTT. Alors qu’auparavant les négociations sociales se déroulaient au coup par coup, que les grèves étaient l’instrument privilégié de la lutte syndicale, l’UGTT se trouve désormais engagée dans une politique contractuelle, à travers des négociations périodiques avec l’UTICA parrainées par le gouvernement. La stratégie de « l’État arbitre » a pour conséquence le déplacement des conflits sociaux du terrain politique (privilégié dans les années 1970 et 1980) vers une logique partenariale de négociations administratives tripartites avec une forte implication des différents partenaires dans la mise en oeuvre de la politique économique. Cette conception d’un syndicalisme de négociation a pour effet de réintroduire l’UTICA dans une relation qui devient tripartite. Elle permet également de neutraliser pour un temps le potentiel combatif du mouvement syndical développé dans les années 1970, en reléguant les revendications sociales au second plan au profit du maintien des objectifs de compétitivité8. Parallèlement, les programmes de privatisation ont sérieusement entravé l’action syndicale et la faible présence de l’UGTT dans le secteur privé signifie structurellement l’affaiblissement de la dynamique syndicale. Il en ressort que la quête de l’autonomie par l’UGTT, leitmotiv des luttes des années 1970 et 1980, est de plus en plus remise en question par la confusion entretenue entre représentation des intérêts des salariés, négociation collective et partenariat économique.

  • 9 . Parmi les plus hauts personnages de l’UTICA la présidente Wided Bouchamaoui, les deux vice-présid (...)

10De cette histoire résultent une place différente pour chacune des deux organisations dans le champ politique tunisien. Si l’UTICA a toujours représenté un réseau d’hommes d’affaires étroitement liée à l’élite au pouvoir9, l’UGTT constitue le seul espace d’action collective qui a su, bon gré mal gré, rester à l’abri de la mainmise totale du parti-État, préservant une certaine capacité de mobilisation qui, outre la légitimité historique acquise dans les décennies précédentes, lui confère une place importante dans le champ politique.

Encadré 1. UGTT

Avec sept cent cinquante mille adhérents en 201410, l’UGTT reste la première force syndicale tunisienne après avoir été longtemps la seule. Concentrée dans le secteur public, elle se compose de vingt-quatre unions régionales, dix-neuf fédérations sectorielles et vingt-et-un syndicats de base Elle fédère de nombreuses tendances politiques et compte des membres dans toutes les régions et dans de nombreuses catégories sociales – ouvriers, fonctionnaires, médecins, etc. Fondée en 1946 par Farhat Hached et d’autres syndicalistes tunisiens, l’UGTT est issue d’une rupture avec la Confédération générale de travail (CGT) française autour de la Seconde Guerre mondiale, suite au rejet de la revendication d’indépendance par la CGTT dirigée à l’époque par une coalition regroupant Parti communiste français et la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO). Pierre angulaire du mouvement national du temps de la colonisation, l’UGTT a toujours joué un rôle cardinal dans la vie politique tunisienne. Depuis l’indépendance, en 1956, deux courants coexistent en son sein : l’un, incarné par ce qu’on a coutume d’appeler la « bureaucratie syndicale », de soumission au pouvoir ; et l’autre de résistance. Le second prend le dessus en temps de crise et contrôle certaines fédérations, comme celles de l’enseignement ou des postes et télécommunications, ainsi que certaines unions régionales ou locales. Même si la bureaucratie syndicale entretient une certaine ambivalence, de nombreux mouvements sociaux ont trouvé appui auprès des fédérations et sections de l’UGTT. Plus qu’une centrale syndicale classique défendant exclusivement les intérêts des salariés, elle s’apparente à une organisation où les revendications sociales ont, historiquement, été intimement liées aux mots d’ordre politiques et nationaux.

Encadré 2. UTICA

  • 11 . Voir www.utica.org.tn
  • 12 . Sur l’histoire du mouvement patronal en Tunisie, voir Hèdi Timoumi, 1983, « Les syndicats des pat (...)

Créée en 1947, l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat est la centrale patronale nationale ; elle regroupe les structures professionnelles des différents secteurs économiques non agricoles (industrie, commerce, services, artisanat et petits métiers). L’UTICA représente près de 150 000 entreprises privées issues de tous secteurs d’activité (à l’exception du Tourisme et du secteur bancaire et financier). L’essentiel de ces entreprises membres est constitué de petites et moyennes entreprises. L’UTICA compte plus de 25000 responsables syndicaux. L’UTICA regroupe 17 fédérations, 24 unions régionales, 216 unions locales, 370 chambres syndicales nationales et 1700 chambres syndicales régionales11. Depuis sa création par des militants du « Néo-destour », l’UTICA a toujours entretenu des liens forts avec le Parti-Etat. Elle a apporté un soutien indéfectible à toutes les positions politiques du Néo-Destour et plus tard au RCD. Malgré sa contribution à la lutte pour l’indépendance nationale, sa faible capacité de mobilisation ne lui a pas permis de se prévaloir de la même légitimité historique que l’UGTT12. Malgré, l’hétérogénéité des entreprises et des intérêts sectoriels et entrepreneuriaux représentés au sein de l’UTICA, ce sont surtout les entreprises exportatrices et les grands groupes industriels qui sont bien représentés dans les instances dirigeantes de l’UTICA au détriment du « secteur des PME ». La déconnexion entre les « petits patrons » et la direction de l’UTICA n’est pas de nature à augmenter l’influence de cette organisation. Ainsi, l’UTICA qui ne s’est jamais opposée au pouvoir central n’a pas pu jouer pleinement son rôle de défense des intérêts du patronat. Elle a été souvent perçue comme une intermédiaire au service du Parti-Etat avec peu d’influence sur les politiques économiques et sociales.

L’évolution des relations entre l’UGTT et l’UTICA : Du soulèvement populaire au dialogue national

  • 13 . Pour une analyse du rôle de l’UGTT dans le processus révolutionnaire et la “transition démocratiq (...)
  • 14 . Deux premiers sit-in devant les locaux de l’UTICA les 18 et 19 janvier 2011. Ces deux mobilisatio (...)
  • 15 . Après avoir dirigé de nombreuses entreprises industrielles dans le secteur du textile destiné à l (...)
  • 16 . Voir Hela Yousfi, op.cit., p. 135.

11L’UGTT a joué un rôle décisif dans les grèves, les rassemblements et les manifestations qui ont entraîné la fuite du dictateur. Elle a également largement soutenu les occupations de la place de la Kasbah, qui, en janvier et février 2011, ont fait chuter les deux premiers gouvernements de transition et permis le succès de la revendication d’une Assemblée nationale constituante13. Quant à l’UTICA, dont l’image est intimement liée à celle du régime déchu et qui souffre d’un manque de légitimité auprès des petites entreprises, elle a été la cible de plusieurs mobilisations14 qui ont conduit au départ de son dirigeant Hédi Djilani15, un proche du régime de Ben Ali, à ce poste depuis 1988. Dans la confrontation qui a opposé les différents gouvernements de transition aux partisans d’une rupture radicale avec l’ancien régime, l’UTICA s’est rapidement rangée du côté des défenseurs de la continuité institutionnelle avec l’ancien régime et a multiplié les appels au calme dénonçant les mouvements sociaux qui éclataient un peu partout sur le territoire tunisien. C’est dans ce contexte qu’émergent les premières divergences entre les deux organisations. L’UTICA a accusé l’UGTT d’être responsable de ce que plusieurs acteurs ont appelé « l’anarchie » dans le pays, car elle aurait instrumentalisé les revendications sociales pour jouer un rôle politique de premier plan. Soupçonnés de faire peur aux investisseurs privés locaux et étrangers et d’entraver la marche du pays vers la stabilité politique et économique, les mouvements sociaux encadrés ou non par l’UGTT ont été systématiquement stigmatisés et accusés d’être « incivils ». La criminalisation des mouvements sociaux s’est largement répandue, aussi bien dans les médias que dans le discours de la classe politique qui n’acceptait pas la place que l’UGTT occupait dans le nouveau paysage politique16. Le débat politique s’est vite cristallisé autour de la nécessité de trouver un consensus entre les acteurs politiques sur le calendrier électoral, reléguant au second plan tout autre considération économique ou sociale.

  • 17 . Le Congrès pour la République (al-Mu’tamar min-ajl al-Jumhûriya) est né en 2001. Il regroupe à l’ (...)
  • 18 . Le Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL, Ettakatol), a été fondé en avril 199 (...)
  • 19 . Voir « L’initiative de l’UGTT sur le lancement d’un conseil de dialogue national », UGTT, www.ugt (...)

12Après les élections d’octobre 2011, qui ont amené le parti islamiste Ennahdha à exercer le pouvoir aux côtés de deux formations politiques de gauche, le CPR (Congrès pour la république)17 et le FTDL (le Front démocratique pour le travail et les libertés)18, l’Assemblée nationale constituante et le gouvernement ont été la cible de critiques acerbes de la part de l’opposition. Les assassinats politiques et la crise économique ont nourri une contestation sans précédent, faisant vaciller la légitimité de la troïka. Dans ce contexte de crise politique, l’UGTT a réussi à relancer son initiative du « dialogue national » proposée en juin 201219, mais en s’alliant, cette fois-ci, avec le syndicat patronal et les deux organisations historiques de la société civile que sont la Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’homme (LTDH) et l’Ordre des avocats, obtenant ainsi la reconnaissance locale et internationale nécessaire pour conduire le dialogue national.

  • 20 . Une coalition des anciens du RCD et d’autres formations de « démocrates », regroupés autour de l’ (...)

13La constitution de ce « quartet du dialogue national » a permis d’aboutir à l’adoption de la Constitution et a réussi à éloigner le spectre, réel ou fantasmé, du scénario égyptien. En même temps, il a contribué à un partage du pouvoir entre l’ancienne élite du pouvoir largement représentée dans Nidaa Tounes20 et la nouvelle élite issue des urnes, ce qui explique, en partie, leur alliance actuelle au gouvernement. Si le dialogue national a réussi tant bien que mal à apaiser les tensions politiques grâce à un consensus laborieusement construit, force est de constater que celui-ci a creusé le fossé entre deux visions antagonistes de la démocratie : celle pour lesquelles l’enjeu démocratique se cristallise autour de la représentativité des partis et de la compétition électorale et celle qui considère qu’il n’y a pas de démocratie viable tant que les revendications sociales ne sont pas replacées au centre des priorités et au cœur des alternatives politiques proposées. Ce compromis issu du dialogue national a dès lors légitimement été perçu par les mouvements sociaux et notamment les chômeurs comme le dévoiement des revendications économiques et sociales, pourtant au cœur du processus révolutionnaire.

  • 21 . Voir Juliette Bessis, 1974, « Le mouvement ouvrier tunisien : de ses origines à l’indépendance », (...)

14Le référentiel qui a marqué la conduite du dialogue national est celui de l’engagement unitaire pour sauver le pays du terrorisme et du risque du chaos. Cet engagement unitaire se traduit par un front uni entre la centrale syndicale l’UGTT et l’organisation patronale l’UTICA pour mener le dialogue national. Ce front qui inclut les travailleurs et les patrons rappelle celui qui avait été formé, après l’indépendance du 20 mars 1956, entre l’UGTT, le Néo-destour, et l’UTICA aux élections constituantes de 1956 et législatives de 1959. Au nom de l’impératif unitaire, Bourguiba avait affirmé que les revendications sociales pour l’égalité ne devaient pas se transformer en pression des démunis sur les possédants et que la priorité était la construction de l’État national21. La même rhétorique avait été utilisée auparavant pour obtenir l’adhésion du mouvement ouvrier au mouvement de libération nationale. Cette histoire montre la prééminence des questions politiques sur les enjeux économiques et sociaux dans les débats politiques. Cela a conduit certains analystes critiques à qualifier de « tawâfuk tabaqî » (consensus de classes), l’issue du dialogue national, un consensus entre classes dominantes et couches moyennes salariées qui aurait été réalisé au détriment des chômeurs et des plus démunis.

  • 22 . La Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT) a été fondée en septembre 2011 et (...)

15Il est toutefois important de souligner que le dialogue national a permis aux deux organisations de conserver leur influence et leur pouvoir dans un champ politique en pleine recomposition. En refusant de reconnaitre comme légitimes les nouvelles organisations syndicales22 et arguant leur faible représentativité, les gouvernements successifs ont participé à maintenir l’influence de l’UTICA et l’UGTT ont veillé chacune à préserver la place de leur « partenaire » comme seul représentant légitime dans le dialogue national. Cependant, grâce au dialogue national et son alliance avec l’UGTT, l’UTICA se transmue d’un organe incarnant l’enchevêtrement des intérêts économiques et politiques au service du régime Ben Ali et diffusant sa propagande sur le « miracle économique tunisien », en une organisation influente qui a son mot à dire dans la formation du nouveau « gouvernement de technocrates » issu du dialogue national. Elle se dote ainsi d’une légitimité qu’elle n’avait pas jusque là et se présente dorénavant comme un acteur clé de la construction de la démocratie en Tunisie. L’UGTT, en revanche, se trouve isolée dans la nouvelle composition du parlement alors que l’UTICA était présente à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) massivement avec 21 députés (10% des députés de l’ARP) dont les deux tiers sont affiliés à Nidaa tounes.

  • 23 . Ce projet de loi prévoit l’arrêt des poursuites, des procès ou de l’exécution des peines contre d (...)

16En vertu des résultats des élections d’octobre 2014, Nidaa Tounes largement soutenu par le patronat a pris en charge la formation du nouveau gouvernement. La nouvelle influence de l’UTICA s’est traduite concrètement à travers l’homogénéité des points de vue entre le nouveau gouvernement et l’UTICA autour des dossiers économiques, une influence qui s’est consolidée à travers l’appui apporté par l’organisation patronale aux grandes réformes libérales imposées par les bailleurs de fonds comme les partenariats publics privés (PPP), le nouveau code d’investissement, la réforme fiscale, etc. La nouvelle influence de l’UTICA ne s’est pas réduite aux questions économiques mais s’est élargie en intervenant également dans plusieurs dossiers politiques d’ordre national. Ainsi, sa présidente lance-t-elle début juillet 2015 un projet de réconciliation nationale sous l’appellation « une année pour sauver la Tunisie », incluant entre autres le projet de loi sur « la réconciliation économique et financière »23 qui a fait l’objet d’une importante mobilisation contre appelée « nous ne pardonnerons pas » (manech msamhin).

17De son côté, l’UGTT, en tant que premier artisan du dialogue et leader des différents mécanismes institutionnels mis en place pour gérer la « transition politique », a réussi grâce au dialogue national à consolider son rôle politique tout en conservant sa place comme l’organisation syndicale la plus influente, dans un champ politique en pleine mutation. Ayant accepté de faire un front uni avec le patronat pour pouvoir trouver un équilibre négocié avec les différentes forces politiques et sociales, elle a pris le risque de voir sa capacité d’action sociale s’affaiblir. Plus encore, elle s’est montrée disposée comme par le passé à accepter la nouvelle vague de mesures de libéralisation économique proposée par les bailleurs de fonds, moyennant des augmentations salariales pour les travailleurs. L’UGTT se trouve ainsi confrontée à des défis, sans doute encore plus difficiles que par le passé. D’abord l’union entre, d’un côté, les mouvements sociaux représentant les couches les plus marginalisées comme les chômeurs et, d’un autre côté, l’UGTT, garante des intérêts des salariés du service public - union qui a fait la force et la capacité de mobilisation de l’UGTT lors de l’épisode révolutionnaire - devient de plus en plus difficile à maintenir. Au clivage historique qui opposait, au temps de la dictature, les bases syndicales revendiquant l’autonomie vis-à-vis du régime Ben Ali au Bureau exécutif plus ou moins inféodé au pouvoir, se substitue un clivage qui traverse toutes les structures de l’UGTT et se cristallise autour de la place à accorder aux questions sociales et économiques d’ordre national recouvrant tout autant les enjeux de privatisation du service public que la question de l’annulation de la dette ou encore les problèmes de chômage. La distance se creuse entre les partisans d’une action limitée - négociée à petits pas, arrachant des concessions aux élites économiques et politiques sans pour autant renverser l’ordre économique et social - et ceux qui, parce que la crise économique s’approfondit, parce qu’ils ont confiance dans la force des mouvements sociaux, parce qu’ils croient de moins en moins qu’on peut négocier avec le gouvernement et l’UTICA, veulent une attitude plus ferme de la part de l’UGTT.

  • 24 . 48 pour cent des adhérents sont issus du secteur public (où le taux de syndicalisation des foncti (...)
  • 25 . Le système de dialogue et de concertation entre le personnel et la direction de l’entreprise souf (...)

18Rappelons que le champ d’implantation syndicale de l’UGTT a été historiquement le secteur public24. Le processus de libéralisation économique avec l’essoufflement de l’investissement public et le désengagement de l’État depuis 1986 (PAS) a fortement transformé la structure du marché du travail et les relations de travail sont de plus en plus marquées par l’extension du secteur privé et la précarité de l’emploi. L’UGTT se trouve alors confrontée à l’impératif d’adapter ses structures et ses formes historiques de lutte et de concertation sociale aux nouvelles réalités du marché du travail. L’afflux massif d’adhérents à l’UGTT avec le déclenchement de la révolution, la fragilité des statuts des employés du secteur privé25 rend cette réorganisation urgente. Vue sous cet angle, il n’est pas étonnant que les premiers conflits sociaux qui éclatent entre l’UGTT et l’UTICA après les élections législatives et présidentielles d’octobre 2014, concernent particulièrement la réforme relative au partenariat public privé, l’évasion fiscale et les augmentations salariales dans le secteur privé. Ces conflits rappellent que l’union sacrée entre l’UTICA et l’UGTT ne pouvait être que temporaire et chacune des organisations a repris son rôle et la défense des intérêts de ses affiliés comme l’a déjà prévenu Houcine Abassi lors d’une déclaration dans une émission sur la chaine nationale Wataniyya 1, le 28 octobre 2013 :

« L’UTICA et l’UGTT ont pour destinée commune de se soutenir mutuellement et sont en train de construire une relation de partenariat et ce depuis le contrat social instauré immédiatement après la révolution. Mais ce qui les a unies, aujourd’hui, c’est l’intérêt suprême du pays (…) Pour la centrale syndicale, il n’était plus possible d’être stoïque face à la dégringolade de la situation économique, et vers la fin du dialogue national, chacun reprendra son rôle ».

L’union sacrée UGTT/UTICA à l’épreuve de la divergence des intérêts

19La stratégie de l’UGTT avec les différents gouvernements de transition a été marquée par une oscillation régulière entre pression et négociation. Cette stratégie qui peut paraître ambiguë ou ambivalente, est celle- là -même qui a permis à la centrale de se maintenir en tant qu’acteur politique de premier plan en Tunisie malgré l’instabilité politique. Ainsi, les revendications sociales et économiques sont souvent mises en avant dans le discours des dirigeants de l’UGTT et sont régulièrement subordonnées à la quête d’influence politique de la centrale dans un champ politique en pleine mutation. Ces revendications sont à la fois un moyen de pression sur le gouvernement et une ressource précieuse pour gagner la loyauté des syndicalistes. De ce fait, si les accords sociaux conclus entre l’UGTT et les différents gouvernements ont pu permettre au gouvernement de la Troïka d’assurer un minimum de « paix sociale », ils ont garanti à l’UGTT le maintien de sa légitimité vis-à-vis des syndicats de base et le moyen de renforcer sa capacité de mobilisation. En 2015, l’UGTT s’est occupée du dossier des augmentations salariales dans le secteur public à travers une série de négociations et de grèves sectorielles qui ont dépassé les 150 grèves, selon le ministère des Affaires sociales26. Si les négociations se sont soldées le 22 septembre 2015 par la ratification avec le gouvernement d’un accord qui implique l’augmentation des salaires des ouvriers dans le secteur public pour les trois ans à venir, c’est dans le secteur privé que les négociations avec l’UTICA ont été le plus difficiles à gérer.

  • 27 . Cette augmentation concerne environ 1.3 millions de salariés appartenant à plus de 52 branches (l (...)

20Le secteur privé en Tunisie regroupe plus de 2 millions de salariés, selon le Ministère des affaires sociales, et constitue un des défis majeurs de l’UGTT qui y est faiblement représenté. Celle-ci se devait de répondre aux attentes des travailleurs, exigeant que soit mis fin à la dégradation continuelle de leur pouvoir d’achat et améliorées leurs conditions de travail. Elle s’est en effet attachée tout au long des négociations à réclamer des majorations salariales conséquentes de nature à limiter une baisse du pouvoir d’achat estimée à 40% par des experts mandatés par l’organisation ouvrière. De son côté, le patronat tunisien a persisté à ne pas appliquer une grande partie des accords sectoriels conclus avec la centrale syndicale dans le secteur privé. Invoquant la crise économique et une baisse de productivité, il espérait une paix sociale avec l’UGTT et n’envisageait que des augmentations salariales estimées à 17 dinars (environ 8 euros)27. Les relations entre l’UGTT et le syndicat patronal UTICA n’ont jamais été aussi tendues depuis le soulèvement du 17 décembre 2010. Interrogée par un journaliste quant à une éventuelle grève du secteur privé, si jamais les négociations n’aboutissent pas à un accord, Wided Bouchamaoui avait fait savoir qu’elle ne craignait pas les grèves, en dépit de leurs répercussions sur la production et les intérêts des Tunisiens : « L’UTICA n’accepte pas les menaces et ne négocie pas sous la pression », a-t-elle martelé.

  • 28 . C’est la plus rodée et la plus opérationnelle lors des grandes mobilisations ou grèves. Cela a pa (...)

21Suite au blocage des négociations dans le secteur privé, la Commission administrative nationale de l’UGTT a décidé, le 8 novembre 2015, le déclenchement d’une série de grèves régionales. Ce durcissement est une réponse à ce que le Bureau exécutif élargi de l’UGTT a décrit comme l’ « arrogance et le mépris de l’UTICA envers les revendications des travailleurs et leurs protestations », et ce qu’il considérait comme « une provocation qui frappe les fondements du dialogue social et entrave l’effort de dialogue que l’UGTT œuvre à instaurer et à promouvoir ». Néanmoins, les représentants de l’UGTT ne manquent pas une occasion pour rappeler que leur organisation est toujours prête à dialoguer et à s’asseoir à nouveau à la table des négociations. Celle-ci se retrouve donc dans un mouvement de lutte de grande ampleur. La première de cette série de grèves avait été fixée le 19 novembre 2015 dans la région de Sfax, l’une des régions industrielles les plus importantes du pays, qui jouit d’une grande tradition de combat syndical28. La mobilisation dans le privé s’est adossée sur des secteurs clés, connus pour leurs traditions combatives et militantes, ainsi que par leur poids dans la région : la chimie et le pétrole, le textile, la construction métallique, etc. Ce mouvement a connu un taux important de participation des salariés du secteur privé et d’importantes campagnes de solidarité dans le secteur public. Les grèves suivantes avaient été reportées suite à l’attentat perpétré par un groupe se revendiquant de « Daech » dans la capitale, à la veille de la grève générale prévue le 25 novembre 2015 dans la région de Tunis. Depuis, le patronat a maintenu son refus des revendications présentées par l’UGTT. Lundi 28 décembre 2015, l’UGTT a décidé de reprendre le cycle de grèves générales dans l’ensemble du pays. Son objectif est d’obtenir un rattrapage salarial pour l’année 2015. La première de cette nouvelle série de grèves a été programmée dans le grand Tunis pour le 21 janvier 2015.

22Après environ 4 mois de négociations laborieuses ponctuées de frictions et de nombreuses ruptures largement médiatisées, la centrale syndicale et le patronat sont enfin parvenues à un accord pour des augmentations salariales dans le secteur privé, signé le 19 janvier 2016. L’accord prévoit alors une augmentation de 6% du salaire de base, une hausse de l’indemnité de transport de 10 Dinars (4 euros) et une revalorisation de 3 Dinars (1,25 euros) de la prime de présence. Ainsi, la grève initialement prévue le 21 janvier 2016 a été annulée. Les entreprises qui traversent des difficultés économiques ou techniques pourraient échelonner ces majorations suivant un accord avec les syndicats qui en relèvent. L’UGTT s’est engagée à ne plus réclamer de nouvelles majorations pendant l’application de l’accord. Ces accords sociaux conclus entre l’UGTT et l’UTICA ont non seulement pu permettre d’assurer un minimum de « paix sociale », ils ont garanti également aux deux organisations le maintien de leur légitimité vis-à-vis de leur bases.

  • 29 . L’UGTT a annoncé dans un communiqué publié le vendredi 18 mars 2016, le lancement d’une campagne (...)

23Cet épisode met en lumière trois aspects qui semblent structurer aussi bien l’évolution des deux organisations que les relations qui les lient. D’abord, si l’UGTT a réussi à satisfaire sa base en obtenant les augmentations salariales demandées, son influence sur les choix économiques nationaux semble s’affaiblir. A titre d’illustration, elle n’a pas pu s’opposer à la loi sur les partenariats publics privés ou l’évasion fiscale qui sont supposées être des enjeux de lutte importants dans le discours des dirigeants de l’UGTT. Malgré les références constantes dans le discours syndical à la résistance contre la nouvelle vague de mesures de libéralisation imposée par les bailleurs de fonds, celle-ci peine à être traduite dans les termes d’une véritable alternative économique. Ces références semblent être instrumentalisées au gré de l’évolution des rapports de force entre l’UTICA et l’UGTT et subordonnées à la quête prioritaire de satisfaire les demandes des affiliés à la Centrale, la seule condition pour maintenir le pouvoir de l’UGTT dans un champ politique ou les rapports entre les forces politiques et sociales sont encore instables. Plus encore, les communiqués et les déclarations officielles de l’UGTT dans les moments d’accalmie vont jusqu’à emprunter des références au discours libéral dominant, largement promu par l’UTICA, comme l’importance de la « culture du travail »29, la nécessité d’encourager la productivité ou la priorité accordée au secteur privé pour dynamiser la croissance, reléguant au second plan la remise en question de la nouvelle orientation libérale de l’économie tunisienne.

  • 30 . L’UTICA réclame l’inscription dans la loi d’une notion de « crime économique » sanctionnant judic (...)
  • 31 . Ce projet de PPP prévoit que l’État accorde « des délégations de service public » au secteur priv (...)
  • 32 . Le recours aux “technocrates” est une solution qui a été régulièrement mobilisée pour face aux cr (...)
  • 33 . L’ouverture de l’économie tunisienne et l’accord de libre-échange avec l’Union Européenne en 1995 (...)

24À première vue, l’UTICA semble avoir cédé devant l’UGTT en accordant les augmentations salariales demandées et en renonçant à la remise en question des droits sociaux des travailleurs supposés être une entrave à l’investissement par l’UTICA30. Pourtant, un examen attentif des différentes batailles menées par l’UTICA révèle que sa capacité à imposer les réformes libérales, dont les partenariats publics/privés31, inverse le rapport de domination qu’elle subissait de la part du Parti-Eat. Elle devient progressivement l’interlocuteur incontournable dans la définition des grandes orientations économiques. A la crainte de l’anarchie et de la ruine économique généralisée provoquée par l’affaiblissement de l’État qui a marqué le discours du patronat tunisien en 2011, c’est une reprise en main par les « technocrates 32» qui est désormais prônée par l’UTICA. Cette reprise en main viserait à garantir les intérêts des secteurs les plus influents au sein de l’UTICA (les entreprises exportatrices et les grands groupes industriels) et à soutenir son rôle de leader dans la conduite les réformes libérales imposées par les bailleurs de fonds. La place importante que l’UTICA a occupée dans le débat autour des Partenariats Public/Privé renoue avec le rôle historique qu’elle a joué dans les différentes réformes économiques, comme le plan d’ajustement structurel du FMI en 1986 ou la signature des accords de libre-échange avec l’Union européenne33.

25Deuxièmement, les différents débats politiques et campagnes médiatiques qui ont accompagné le conflit entre l’UTICA et l’UGTT ont fait émerger un discours qui a largement disqualifié les revendications matérielles aussi bien des salariés que des chômeurs, en entretenant l’idée qu’ils répondent uniquement à des intérêts particuliers supposés nuire à l’intérêt général. Ce schisme savamment construit entre intérêts particuliers et intérêt général contribue à occulter la demande de justice sociale et la quête de redistribution des richesses qui sous-tendent tant les revendications des travailleurs que celles chômeurs d’inclusion dans le monde du travail. Ce même discours, qui permet de créer une opposition entre les intérêts des « travailleurs » et ceux des « chômeurs », se fonde sur l’idée selon laquelle l’origine des problèmes du chômage résiderait dans un lieu autonome qui serait le « marché du travail » et que c’est en précarisant et dégradant la situation des « travailleurs » qu’on créera de l’emploi. Cette rhétorique est pratique pour les décideurs politiques car elle permet non seulement d’occulter le rôle des dysfonctionnements structurels de l’économie tunisienne – provoqués par les différentes vagues de la libéralisation – dans l’aggravation du problème de chômage mais elle autorise également à reconduire les mêmes choix économiques, préservant ainsi la rente de l’élite économique et politique gouvernante. Ainsi, il n’est pas étonnant de voir que les mesures préconisées par dialogue national sur l’emploi qui a eu lieu le 29 mars 2016 entre l’UGTT, l’UTICA et le gouvernement ont non seulement consacré le rôle du secteur privé dans la relance économique, au dépens d’une réflexion stratégique sur le rôle de l’État, mais ont soigneusement occulté les relations entre les orientations économiques et les défis de développement et d’emploi.

  • 34 . Le 14 janvier 2014, un contrat social est signé à l’Assemblée Constituante par les trois partenai (...)

26Troisièmement, ce dernier conflit montre que le cadre fixé par le contrat social signé le 14 janvier 201334 par les deux organisations et par le gouvernement qui devait fixer les grandes orientations en matière de réformes économiques et législatives, ainsi que celles relatives au développement futur du pays dans un cadre de consultation et de partenariat n’était pas en mesure de réguler les négociations entre les deux acteurs. Qualifié de « succès historique » à l’époque, ce contrat social supposé réduire la tutelle de l’État, n’a pas pu gérer les antagonismes de classes, ni réduire les conflits d’intérêts économiques entre les différents groupes sociaux. Si les deux organisations ont réussi à trouver un consensus à propos d’enjeux politiques nationaux, la divergence des intérêts particuliers en matière sociale et économique rend l’entente difficile. La défense de ces intérêts est d’autant plus cruciale que les deux organisations doivent faire face à la fois à l’explosion des revendications sectorielles, aux clivages internes et au défi du pluralisme syndical, qui peuvent interroger sur le long terme leur légitimité. La crise de l’autorité qui traverse les différentes institutions de l’État, qui s’ajoute aux tensions sociales et la dépendance accrue vis-à-vis des bailleurs de fonds, n’est pas de nature à faciliter la mise en place d’un cadre stable pour le dialogue social. Vue sous cet angle, l’alternance de déclarations offensives et de discours apaisants de la part des deux directions de l’UTICA et de l’UGTT prend une autre dimension. Elle révèle que les deux organisations évoluent dans un contexte où le rapport de force entre elles est encore fluctuant, raison pour laquelle elles semblent tâtonner dans la gestion des dossiers économiques et sociaux qui les lient. Si la disparition de la tutelle forte de l’État qui prévalait avant la révolution a libéré l’action des organisations et a renforcé leur autonomie, elle ne leur a pas permis pour autant de trouver un cadre de régulation alternatif stable qui puisse garantir les conditions de la négociation.

Conclusion

27Le rôle joué par l’UGTT et l’UTICA sur la scène politique tunisienne depuis le soulèvement du 17 décembre 2010 jusqu’à aujourd’hui montre que par moments ce sont les considérations politiques nationales qui s’expriment et qu’à d’autres moments c’est la défense de l’organisation qui est mise en avant. Tantôt des réactions offensives vont jusqu’à l’affrontement et tantôt la logique de médiation et de négociation l’emporte. Ces tendances qui peuvent s’opposer parfois n’en sont pas moins maîtrisées par l’UGTT et l’UTICA qui arrivent à dominer leurs conflits internes, réussissent à intégrer tant bien que mal leurs intérêts, autant que la volonté de s’en tenir à une action consensuelle recherchant en permanence les voies de la négociation et des compromis. Les transformations qui ont affecté jusque-là la Tunisie n’ont pas opéré une rupture décisive avec ce qui a toujours fait l’identité de l’UGTT, à savoir un front syndical politique et social, ou celle de l’UTICA, à savoir une organisation qui défend d’abord les intérêts des grandes entreprises et qui est le premier artisan des différentes vagues de libéralisation économique en Tunisie.

28Ainsi, malgré la primauté de l’enjeu politique, les conflits opposant l’UTICA à l’UGTT mettent en lumière le fait que leurs comportements restent fortement déterminés aussi bien par des considérations sectorielles que par des enjeux de préservation de leur place dans le champ politique en recomposition. Pourtant, le pluralisme syndical et politique, le désengagement de l’État et l’arrivée de nouveaux acteurs sociaux imposent aux deux organisations une profonde restructuration pour s’adapter aux nouvelles réalités du marché de travail et conserver leur influence. Ces nouveaux défis risquent d’exacerber les tensions entre les deux organisations, prises entre des tentations de conservatisme pour préserver leur place dans le champ politique et des pratiques de rupture imposées ou renforcées par la crise économique et sociale. Un nouveau contrat social stable entre les deux organisations demeure ainsi tributaire aussi bien de l’évolution du champ politique tunisien et du rôle de l’État que du poids des luttes sociales.

أعلى الصفحة

بيبليوغرافيا

ACMACO et CEMAREF, Tunisie 2040, 2012, Le renouvellement du projet moderniste tunisien, Tunis, Sud Editions, p. 418

Amami Mongi, 2008, Les syndicalistes Tunisiens à l’épreuve des changements, Master d’Anthropologie sociale et culturelle. Quelles représentations ? Pour quels enjeux identitaires ?, (Observations du Congrès de Monastir 14 – 15 et 16 décembre 2006), Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis, mars.

Bessis Juliette, 1974, « Le mouvement ouvrier tunisien : de ses origines à l’indépendance », Le Mouvement Social, n° 89, p. 85-108.

Bouvard Davide, 2014, Une histoire de l’UTICA : recompositions d’une organisation et des stratégies patronales de 1947 à 2014, Mémoire de Master II de Science Politique (spécialité Etudes africaines), sous la direction de C. Hmed, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, juin.

Hibou Béatrice, 2006, La force de l’obéissance : Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, Ed. La Découverte, p. 152.

Hamzaoui Salah, 2013, Pratiques syndicales et pouvoir politique : pour une sociologie des cadres syndicaux (cas de la Tunisie), Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris 7.

Rapport de l’organisation internationale du travail, 2011, Tunisie, un nouveau contrat social pour une croissance juste et durable.

Timoumi Hedi, 1983, «Les syndicats des patrons tunisiens», Naqabât al-âraf ettounissyin (1932-1955), Ed Mohammed Ali Hammi, Tunis.

UGTT, 2006, Vers un renouveau syndical: diagnostic quantitatif de l’UGTT par ses cadres, Tunis, Département des études et de la documentation, “Opinions syndicales”.

UGTT, 2012, “L’initiative de l’UGTT sur le lancement d’un conseil de dialogue national”, ugtt.org.tn, 18 juin.

Yousfi Hèla, 2015, L’UGTT, une passion tunisienne, enquête sur les syndicalistes en révolution (2011-2014), Paris, Karthala/IRMC, novembre.

أعلى الصفحة

حواشي

1 . Béatrice Hibou, La force de l’obéissance : Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, Ed. La Découverte, 2006, p.152.

2 . L’expression « transition démocratique » répandue dans le langage courant et la science politique à la fin des années quatre-vingt s’est vite imposée dans le débat politique concurrençant l’expression « révolution » ou « processus révolutionnaire » et révèle des tensions dès le départ ente les différents acteurs sur l’orientation à donner à la transformation politique en cours.

3 . Le Néo-Destour est un parti politique tunisien fondé le 2 mars 1934 par un groupe de jeunes intellectuels dont Habib Bourguiba, Mahmoud El Materi, Tahar Sfar et Bahri Guiga suite à une scission avec le parti libéral constitutionnel (Destour). Son programme est de libérer le peuple tunisien du protectorat français et devient, en 1963, le Parti socialiste destourien (PSD).

4 . ACMACO et CEMAREF, Tunisie 2040. Le renouvellement du projet moderniste tunisien, Tunis, Sud Editions, 2012, p. 418.

5 . Voir Salah Hamzaoui, Pratiques syndicales et pouvoir politique : pour une sociologie des cadres syndicaux (cas de la Tunisie), Thèse de doctorat en sociologie, Paris 7, soutenue en décembre 2013 ; Mongi Amami, Les syndicalistes Tunisiens à l’épreuve des changements, Master d’Anthropologie sociale et culturelle. Quelles représentations ? Pour quels enjeux identitaires?, (Observations du Congrès de Monastir 14 – 15 et 16 décembre 2006), Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis, mars 2008.

6 . Grève générale 26 janvier à l’appel de l’UGTT : Plusieurs centaines de morts et de blessés. Plusieurs syndicalistes dont Habib Achour, sont arrêtés. Le pouvoir met en place une direction « fantoche » à la tête de l’UGTT, tandis que les syndicalistes « légitimes » sont jetés en prison.

7 . « Révolte du pain » du 29 décembre 1983 au 6 janvier 1984. Le pouvoir pilote une scission de l’UGTT qui prend, le 18 février 1984, le nom d’UNTT. Les milices destouriennes s’emparent des locaux syndicaux pour les remettre à la nouvelle organisation qui existera jusqu’en avril 1989.

8 . « Vers un renouveau syndical : diagnostic quantitatif de l’UGTT par ses cadres », in Opinions Syndicales, Publications du département des Etudes et de publications, UGTT, Novembre 2006.

9 . Parmi les plus hauts personnages de l’UTICA la présidente Wided Bouchamaoui, les deux vice-présidents Hichem Elloumi et Samir Majoul, ainsi que six autres membres du Bureau Exécutif actuel, signèrent « l’appel des 1 000 » en 2009 ou plusieurs personnalités tunisiennes appelaient le président Ben Ali à briguer un nouveau mandat en 2014.

10 . Voir www.ugtt.org.tn

11 . Voir www.utica.org.tn

12 . Sur l’histoire du mouvement patronal en Tunisie, voir Hèdi Timoumi, 1983, « Les syndicats des patrons tunisiens », Naqabât al-âraf ettounissyin (1932-1955), Tunis, Ed. Mohammed Ali Hammi.

13 . Pour une analyse du rôle de l’UGTT dans le processus révolutionnaire et la “transition démocratique” en Tunisie, voir Hèla Yousfi, L’UGTT, une passion tunisienne, enquête sur les syndicalistes en révolution (2011-2014), Editons Karthala/IRMC, novembre 2015.

14 . Deux premiers sit-in devant les locaux de l’UTICA les 18 et 19 janvier 2011. Ces deux mobilisations ont été animées par les adhérents les plus précaires de l’UTICA : jeunes entrepreneurs, chauffeurs de taxis et de « louages ».

15 . Après avoir dirigé de nombreuses entreprises industrielles dans le secteur du textile destiné à l’exportation, il devient président de la fédération des exportateurs à partir de 1985. Il prend la direction de l’UTICA en juillet 1988 et en 1989 il devient aussi membre du comité central du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) et de la Chambre des députés.

16 . Voir Hela Yousfi, op.cit., p. 135.

17 . Le Congrès pour la République (al-Mu’tamar min-ajl al-Jumhûriya) est né en 2001. Il regroupe à l’origine, des activistes issus tant de la gauche tunisienne que du nationalisme arabe et de l’islamisme politique.

18 . Le Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL, Ettakatol), a été fondé en avril 1994. Il est affilié à l’Internationale socialiste (IS).

19 . Voir « L’initiative de l’UGTT sur le lancement d’un conseil de dialogue national », UGTT, www.ugtt.org.tn, 18 juin 2012.

20 . Une coalition des anciens du RCD et d’autres formations de « démocrates », regroupés autour de l’ancien Premier ministre Béji Caïd Essebsi

21 . Voir Juliette Bessis, 1974, « Le mouvement ouvrier tunisien : de ses origines à l’indépendance », Le Mouvement Social, n° 89, 85-108.

22 . La Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT) a été fondée en septembre 2011 et peine à briser la position hégémonique qu’à l’UTICA sur le patronat. Deux nouvelles centrales syndicales ont été créées par des anciens de l’UGTT : la Confédération Générale Tunisienne du Travail (CGTT) par Habib Guiza et l’Union des Travailleurs de Tunisie (UTT) par le très controversé Ismaïl Sahbani. Ces organisations ont été exclues du dialogue national.

23 . Ce projet de loi prévoit l’arrêt des poursuites, des procès ou de l’exécution des peines contre des fonctionnaires publics et assimilés ayant commis des malversations financières et des détournements de deniers publics sous le régime de Ben Ali. 

24 . 48 pour cent des adhérents sont issus du secteur public (où le taux de syndicalisation des fonctionnaires est de 31,5 pour cent). Dans le secteur privé, le taux de syndicalisation est inférieur : il se situe à 27 pour cent (avec 14 pour cent pour la production manufacturière et 8 pour cent pour le textile). Par ailleurs, en dépit de l’importance des PME en Tunisie (90 pour cent de l’ensemble des entreprises et plus de 60 pour cent du total des emplois), le taux de syndicalisation y est très faible (moins de 5 pour cent). Voir Rapport de l’organisation internationale du travail (2011), Tunisie, un nouveau contrat social pour une croissance juste et durable.

25 . Le système de dialogue et de concertation entre le personnel et la direction de l’entreprise souffre d’une imprécision des prérogatives attribuées aux structures de représentation des travailleurs et des obligations qui en découlent à la charge de l’entreprise. Il y a aussi une absence d’un statut légal fixant clairement la place et le rôle de l’organe syndical dans l’entreprise. Voir Hèla Yousfi, op. cit., p. 154.

26 . http://www.social.tn .

27 . Cette augmentation concerne environ 1.3 millions de salariés appartenant à plus de 52 branches (les assurances, les banques ou le textile...) qui sont régies par un texte réglementaire de droit du travail appelé « conventions collectives sectorielles ».

28 . C’est la plus rodée et la plus opérationnelle lors des grandes mobilisations ou grèves. Cela a par exemple été le cas lors de la fameuse grève générale régionale du 12 janvier 2011 qui a été un des principaux préludes à la fuite de Ben Ali. L’Union régionale de Sfax est également la pierre angulaire de l’UGTT pour des raisons historiques : c’est le lieu de naissance de l’UGTT et de nombre de ses dirigeants, dont le premier secrétaire général et héros national Farhat Hached. La tradition veut que deux membres du Bureau exécutif de l’UGTT sur treize proviennent de cette région.

29 . L’UGTT a annoncé dans un communiqué publié le vendredi 18 mars 2016, le lancement d’une campagne nationale sur la culture du travail, visant à appuyer la valeur du travail. Selon le même communiqué, cette campagne servira à booster de développement social et économique et à protéger les institutions publiques et privées ainsi que le capital humain.

30 . L’UTICA réclame l’inscription dans la loi d’une notion de « crime économique » sanctionnant judiciairement « toute entrave à la fluidité du transport, des marchandises à la sortie des usines, sur les routes, aux ports et aux aéroports et juger ses auteurs en référé ».

31 . Ce projet de PPP prévoit que l’État accorde « des délégations de service public » au secteur privé, et ce faisant qu’il se désengage d’un certain nombre de secteurs afin de « stimuler le secteur privé par des contrats ». La mission alors conférée à l’État serait qu’il « s’assure du bon déroulement du processus concurrentiel » et d’encadrer la gestion des fonds par la loi.

32 . Le recours aux “technocrates” est une solution qui a été régulièrement mobilisée pour face aux crises politiques et/ou économiques successives. Les tensions provoquées par la compétition politique ont entretenu le mythe selon lequel des compétences qui seraient apolitiques et indépendantes sont la seule garantie pour stabiliser le pays et neutraliser l’agitation provoquée par les mouvements sociaux. Dans les faits, chaque parti s’est évertué à défendre la candidature des compétences qui lui seraient loyales.

33 . L’ouverture de l’économie tunisienne et l’accord de libre-échange avec l’Union Européenne en 1995 ont servi les intérêts des gros industriels de l’UTICA qui détenaient le pouvoir au sein de l’organisation (notamment ceux des membres de la puissante « Fédération des Exportations » et ce au détriment des chefs d’entreprises de petite taille dont beaucoup ne purent survivre à cette ouverture à la concurrence. Voir David Bouvard, Une histoire de l’UTICA : recompositions d’une organisation et des stratégies patronales de 1947 à 2014, Mémoire de Master II de Science Politique (spécialité Etudes africaines), sous la direction de C. Hmed, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, juin 2014.

34 . Le 14 janvier 2014, un contrat social est signé à l’Assemblée Constituante par les trois partenaires sociaux (le gouvernement, l’UGTT et l’UTICA), visant essentiellement à l’instauration de relations professionnelles fondées sur «l’institutionnalisation d’un dialogue social tripartite, permanent, régulier et global» concernant les préoccupations qui unit les trois signataires. Cependant, le projet de loi visant la création d’une institution tripartite de dialogue social n’est pas encore adopté par l’Assemblée des représentants du peuple.

أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

مرجع ورقي

Hèla Yousfi, « L’UGTT et l’UTICA : Entre conflit ouvert et union sacrée », L’Année du Maghreb, 16 | 2017, 379-394.

بحث إلكتروني

Hèla Yousfi, « L’UGTT et l’UTICA : Entre conflit ouvert et union sacrée », L’Année du Maghreb [‏على الإنترنت‎], 16 | 2017, نشر في الإنترنت 11 juillet 2017, تاريخ الاطلاع 20 novembre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/3127 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.3127

أعلى الصفحة