Navigation – Plan du site
Maroc
Gros plan

Femmes et marché du travail au Maroc

Rajaa Mejjati Alami
p. 287-301

Entrées d'index

Géographie :

Maroc
Haut de page

Texte intégral

1Dans le sillage des politiques macro-économiques de stabilisation des années 1980, l’approfondissement des mesures de libéralisations économiques et commerciales a modifié profondément les structures de l’économie marocaine. Les mutations produites touchent le marché du travail et, au sein de celui-ci, le rôle et la place des femmes. Depuis lors, le marché du travail est soumis à des déséquilibres et des pressions croissants, qui se traduisent par de nouveaux réajustements tels que la régression relative du salariat stabilisé, la montée de l’activité des femmes sous des statuts précaires, l’ascension du secteur informel ainsi que l’accroissement du chômage avec comme corollaire la montée de la pauvreté sur le marché du travail. Même si les disparités selon le genre sont structurelles et antérieures à la crise et à l’ajustement, les femmes sont les premières victimes de cette fragilisation ce qui a accentué leur exclusion sociale. Finalement, si le modèle dominant de développement néo-libéral a eu des incidences sur l’ensemble de la population, c’est surtout pour les femmes que les conséquences sont les plus fâcheuses.

2L’objet de cet article est de mettre l’accent sur les principales caractéristiques de l’activité des femmes sur le marché de l’emploi au Maroc afin de montrer que la vulnérabilité est un des traits majeurs de cette activité. Le faible accès des femmes au marché du travail formel et les stratégies familiales de recherche de compléments de revenus dans les secteurs d’activités les plus soumis à l’informalisation renvoient, bien sûr, à la situation professionnelle des femmes. Toutefois, nous avançons l’hypothèse que l’étude de la situation des femmes sur le marché du travail ne se rapporte pas uniquement à leur situation professionnelle, mais aussi à la conception et la réalité de leur place dans la société.

3Le travail des femmes au Maroc occupe une place très importante qui est sous-estimée dans les statistiques de la main-d’œuvre et de la comptabilité nationale. Les limites à l’étude du travail des femmes au Maroc sont d’abord d’ordre méthodologique : d’une part, les statistiques de la main-d’œuvre sont peu fiables et d’autre part, elles ont été conçues principalement pour recueillir des données sur les activités économiques rémunérées stabilisées et formelles dont sont exclues la grande majorité des femmes. Qui plus est, l’activité des femmes est souvent saisonnière, partielle ou à domicile et, dans certains cas, cachée ou peu visible et donc d’appréhension difficile et délicate. Dès lors, il n’est pas étonnant que les données soient quasi inexistantes.

4Si le secteur informel par définition pose un problème d’évaluation, les difficultés sont renforcées lorsqu’il s’agit de comptabiliser le travail non rémunéré des femmes opérant dans des activités informelles (travail occasionnel, indépendant, saisonnier, aides familiaux, auto-emploi, pluriactivité, travail à domicile des femmes). Ceci est dû au fait qu’au sein de ces activités les rapports de travail revêtent des formes particulières et des statuts de travail hybrides où s’entremêlent salariat et non-salariat. Au-delà du problème d’évaluation, c’est le fonctionnement « classique » du marché de l’emploi et sa définition qui sont remis en cause. C’est pourquoi les données que nous allons utiliser pour illustrer notre propos sont à prendre avec précaution.

5En raison de l’enchevêtrement entre les logiques sociales, économiques et culturelles qui sont au cœur du travail des femmes, la compréhension de celui-ci et de leur place sur le marché du travail requiert l’introduction dans l’analyse de dimensions autres que la dimension économique. Pour ce faire, il faut prendre en compte les formes institutionnelles et les modes de régulation sociale du marché du travail, ainsi que la dimension du « hors travail », pour ainsi réintroduire dans l’analyse la position des femmes dans l’échelle sociale, les rapports de pouvoir au sein de l’unité de production, de la famille et de la société. En fait, il s’avère nécessaire d’adopter une approche qui fasse appel à plusieurs champs théoriques permettant d’appréhender, au-delà de l’économique, la dimension sociale.

L’accès limité des femmes à l’emploi

  • 1  Les données qui suivent proviennent des sources suivantes : du « Recensement général de la Populat (...)

6Les données relatives à la population active urbaine font apparaître un accroissement régulier du taux d’activité des femmes et un chômage de plus en plus important1. Il en ressort un des paradoxes de la situation des femmes sur le marché de l’emploi : la montée de leur activité ne s’accompagne pas d’une baisse des inégalités entre hommes et femmes en termes de statut et face au chômage (Maruani, 2000). Cela nous amène à poser la question de la nature et la portée de la mutation que représente la montée de leur activité.

7L’évolution du taux d’activité féminin (le rapport de la population active féminine à la population active totale) permet d’apprécier les transformations du positionnement des femmes sur le marché du travail et de poser la question de leur rôle et de leur attitude à son égard. Cette dernière est déterminée par les possibilités que le marché de l’emploi leur offre. Au niveau national, l’examen des données fait apparaître que, si la proportion des femmes dans la population active n’a pas cessé de croître au cours de la décennie 1980 (20 % en 1982 et 29 % en 1990), la fin des années 1990 marque un certain recul du taux de féminisation (23,2 % en 1998 et 25,3 % en 1999). Si on décompose, en distinguant le milieu urbain du rural, on observe qu’en milieu urbain, là où les séries sont relativement disponibles, le taux d’activité des femmes a connu une croissance plus prononcée, le taux de féminisation ayant doublé entre 1982 (8 %) et 1990 (16,8 %). Quant aux années 1990 et 2000, la tendance à la croissance est tempérée par une évolution irrégulière oscillant entre 20 et 24 %. On constate ainsi une difficulté à franchir définitivement le seuil des 23 % : 23,6 % en 1997, 22,8 % en 1999, 21,3 % en 2000, 20,3 % en 2002 et 23,4 % au premier trimestre 2004. Or, selon les projections du Bureau international du travail (BIT) (1986), ce seuil devrait être dépassé pour atteindre 30,9 % en 2010.

8Si ces données peuvent révéler une avancée des normes sociales qui régissent le comportement vis-à-vis du travail des femmes, il n’en demeure pas moins que l’accès à l’activité demeure l’apanage des hommes (74 % en 2000, 72,1 % en 2002 et 73 % en 2004). En fait, la croissance du taux d’activité féminin peut s’interpréter différemment. Elle est révélatrice de l’importance de la mobilisation de la main-d’œuvre féminine pour contrecarrer les effets de la crise économique et sociale, qui est elle-même déterminée par les opportunités qui leur sont offertes sur le marché du travail. Elle s’explique également par les progrès réalisés en matière d’accès des femmes à l’instruction (PNUD, 2002) les qualifications professionnelles acquises leur permettant de prétendre à de meilleurs emplois. La féminisation de la population active est largement obérée par les inégalités persistantes avec les hommes en matière de chômage.

9Le taux de chômage – indice le plus significatif des difficultés d’insertion sur le marché de l’emploi – s’est accru durant les années 1980 et 1990, passant en milieu urbain, de 9 % en 1980 à 20,6 % de la population active en 1991 et à 21,5 % en 2000. Depuis lors, on constate une évolution inégale (19,5 % en 2001 et 18,2 % en 2002, 20,4 % en 2003 et 19,8 % au premier trimestre 2004). Force est de constater que le chômage touche des catégories jusque-là épargnées.

10Les données disponibles montrent qu’il existe une corrélation négative entre l’âge et le chômage, ce dernier baissant au fur et à mesure que l’on se situe dans les tranches d’âge supérieures. Contrairement à la thèse selon laquelle les jeunes sont plus vulnérables en raison de leur manque d’expérience professionnelle, un examen attentif de plusieurs indicateurs suggère que les nouveaux arrivés sur le marché du travail affrontent des difficultés non plus transitoires, mais permanentes. D’abord, le type de chômage qui se développe est de longue durée (douze mois et plus). Ensuite, la part des chômeurs de longue durée ne cesse d’augmenter devenant ainsi prédominante (passant de 54,7 % en 1984 à 65 % en 1992 et 74,2 % en 2002). Le chômage révèle des déséquilibres profonds et structurels sur le marché de l’emploi. De manière générale, les catégories les plus touchées sont les jeunes et les diplômés, et au sein de ces catégories, les femmes.

11En 1976, le taux de chômage féminin s’établit à 12,3 % en milieu urbain, contre 10,1 % pour les hommes. En 2004, l’écart entre les sexes s’est creusé puisque le taux de chômage urbain est de 28,4 % pour les femmes contre 16,9 % pour les hommes.

12La montée du chômage des femmes est le signe d’une plus grande fragilité de leur insertion. En effet, la conception sociale dominante qui situe la place des femmes dans la sphère domestique et l’inadéquation structurelle entre la demande et l’offre d’emplois féminins sont des facteurs explicatifs de cette difficulté. La reproduction de ces derniers est liée en grande partie à la nature du système productif dont la caractéristique principale est d’entretenir la précarité de l’activité féminine, sous la forme d’une main-d’œuvre occasionnelle circulant entre pôles formel et informel en fonction des aléas des principaux secteurs productifs qui les emploient (textiles, cuir et confection). Qui plus est, ces aléas sont marqués par la dépendance de ces secteurs à l’égard des marchés extérieurs. La concentration sectorielle de la main-d’œuvre féminine explique que les variations de l’emploi féminin suivent celles de ces secteurs. Ainsi, les chutes de l’emploi dans les secteurs du textile-bonneterie (– 7 %) et de l’agriculture (– 14,2 %) en 2001 et 2002 ont annulé la légère embellie de l’évolution générale de l’emploi observée au cours de ces deux années en milieu urbain. Dans le milieu rural, la situation demeure sinistrée.

13Le chômage continue à toucher particulièrement les jeunes femmes entre 20 et 24 ans. Même si on constate une légère baisse depuis une décennie (36 % en 1984 et 33,9 % en 1997), le taux relatif à cette catégorie est largement supérieur aux autres tranches d’âge et à la moyenne nationale. La décomposition selon le sexe confirme une plus grande vulnérabilité des femmes de cette tranche d’âge face au chômage que les hommes (35,5 % contre 33,1 %) et bien que l’écart entre les sexes soit faible, c’est dans cette catégorie que le chômage est le plus préoccupant, car le taux d’occupation féminin y est traditionnellement élevé.

14Par ailleurs, si, quel que soit le sexe, les taux de chômage croissent avec le niveau d’instruction (voir tableau 1), il faut admettre que la situation des femmes est beaucoup plus problématique, notamment pour les diplômées du supérieur qui rencontrent de grandes difficultés à s’insérer dans le marché de l’emploi (Mejjati Alami, 2000). En 2002, le taux de chômage des femmes diplômées du supérieur en milieu urbain s’élève à 34,9 %, contre 31,1 % pour les diplômées de niveau moyen et 11,6 % pour les sans diplômes. Le taux de chômage des femmes est supérieur à celui des hommes ayant un même niveau de diplôme et croît avec le niveau d’instruc-tion dans des proportions encore plus considérables que les hommes. Il s’agit d’une tendance lourde, observable depuis une vingtaine d’années : en 1985, 83 % des femmes diplômées du supérieur travaillaient contre seule-ment 47 % en 2001. Qui plus est, comme nous le verrons plus loin, les femmes demeurent sous représentées dans les secteurs et dans les postes de prise de décision.

15La vulnérabilité des femmes face au chômage de longue durée (78,2 %) par rapport aux hommes (72,5 %) montre que leur chômage est plus structurel (Direction de la Statistique, 2002, p. 112). Ce chômage élevé fait ressortir un grave problème d’insertion puisqu’il atteint les tranches d’âge où le taux d’occupation est traditionnellement le plus élevé. La structuration du chômage féminin indique à la fois l’existence d’une traditionnelle ségrégation horizontale (concentration sectorielle) et d’une ségrégation verticale (difficulté d’accès aux emplois hautement qualifiés).

Tableau 1 : Taux de chômage selon le sexe, le niveau de diplôme et le milieu de résidence (2002)

Taux de chômage (en %)

Sexe

Sans diplômes

Niveau moyen

Niveau supérieur

Urbain

Rural

Ensemble

Urbain

Rural

Ensemble

Urbain

Rural

Ensemble

Masculin

10,2

3,2

6,2

23,9

11,1

20,8

21,5

27,4

22,0

Féminin

11,6

1,0

4,0

31,1

12,2

29,3

34,9

51,0

35,2

Ensemble

10,4

2,6

5,6

25,3

11,2

22,4

26,2

30,4

26,5

Source : Direction de la Statistique, 2002.

Statuts précaires : ségrégation sur le marché du travail

16Les formes d’emplois précaires et non salariales telles que travail indépendant ou à domicile, l’aide familiale et l’apprentissage concernent davantage les femmes que les hommes. Leur développement est révélateur des modalités de réponse de l’économie marocaine à la crise de l’emploi, mais également s’enracine dans des pratiques culturelles et sociales. C’est pour-uoi, l’augmentation du taux d’activité des femmes ne s’est pas toujours accompagnée d’une amélioration réelle de leurs conditions de vie et de leur statut sur le marché du travail.

  • 2  Données procédant des Enquêtes nationales sur la population active urbaine (ENPAU) produites par l (...)

17Alors que la décennie 1970 fut marquée par un accroissement de la proportion des salariés au sein de la population active urbaine, durant les années 1980 et 1990, la salarisation, synonyme de revenu stable, a reculé et la part du travail salarié dans l’emploi total a chuté (de 69,3 % en 1982, à 60,3 % en 1990 et 59 % en 1992)2. Le fait que le salariat occupe la première place au sein de la population active, ne doit pas faire illusion, puisqu’au niveau national, la proportion des salariés dans la population active de 15 ans et plus est passée de 43,3 % en 1987 à 39 % en 2002. Il faut ajouter que le salariat dont il est question, en dehors d’une minorité, se caractérise par une forte instabilité et une grande mobilité. Non seulement le salariat régresse, mais il contribue de moins en moins aux nouveaux emplois qui se créent. Ainsi, parmi « les 60 000 emplois créés entre 1986 et 1990, seuls 30 % sont des postes salariés, le reste étant imputable à l’expansion de l’emploi informel » (Banque mondiale, 1993). La tendance qui se dessine est bien celle de l’effritement de la relation salariale, signe de l’informalisation de l’emploi. La restructuration du marché du travail a induit l’expansion de relations d’emploi atypiques dont les femmes pâtissent le plus. La montée de formes d’emploi précaire non salarié peut être repérable à travers les statuts dans la profession (voir tableau 2).

Tableau 2 : Évolution de la structure de la population active selon la situation professionnelle (en %)

Statut professionnel

1982

1985

1989

1990

1997

1999

Salariés

69,3

65,5

60,0

60,3

64,6

63,2

Indépendants

21,7

17,0

17,4

17,6

20,2

27,2

Employeurs

4,3

2,6

3,6

3,7

3

Travailleurs à domicile

6,0

7,3

7,0

4

Aides familiaux

4,7

2,9

4,5

4,8

6,8

7,2

Apprentis

3,3

3.,8

3,5

Associés ou membres d’une coopérative

1,7

2,7

3,4

Autre statut

1,2

2,4

Source : « Enquêtes population active urbaine » et rapports « Activité, emploi et chômage » produits annuellement par la Direction de la Statistique, Rabat.

18La montée des travailleurs indépendants est incontestable, puisqu’ils constituent la deuxième catégorie en importance de la population active urbaine, contribuant de la sorte à 99,3 % de l’ensemble des créations d’emploi tous statuts confondus, entre 1991 et 1992 (annexe 1) ! Le taux d’emploi indépendant passe de 28,2 % en 1985 à 32,8 % en 1993. L’augmentation du nombre des apprentis, des aides familiaux, des travailleurs à domicile révèle la précarisation du marché de l’emploi. Par ailleurs, il ne faut pas oublier de prendre en compte le phénomène de la pluriactivité, difficilement quantifiable et qui n’est pas appréhendé par les enquêtes ; le cumul d’une activité salariée et non salariée, souvent indépendante dans le secteur informel, suit, en effet, une évolution semblable aux catégories décrites. Il est souvent lié à la régression des niveaux de vie des ménages urbains et à la montée de l’emploi temporaire qui tend à devenir une pratique courante (Charmes, 2003 ; Mejjati Alami, 1994).

19L’accroissement des formes non salariales des femmes est symptomatique du caractère de plus en plus précaire de l’emploi féminin. Elle reflète également la montée de la pauvreté vu la corrélation entre statuts précaires et faiblesse des revenus.

20Les femmes sont plus concernées que les hommes par le travail à domicile (CERED, 1995) et par les emplois d’aide familiale (Direction de la Statistique de 2002) : 52,5 % des femmes actives sont aides familiales contre 22,2 % pour les hommes. Ces proportions sont encore plus significatives en milieu rural où les femmes sont mises à contribution dans l’artisanat, les travaux de la laine, la poterie et la vannerie dans le cadre d’une relation non marchande (gratuité de la main-d’œuvre).

Tableau 3 : Emploi selon le statut professionnel, le sexe et le milieu de résidence (en %) au Maroc (2002).

Urbain

Rural

Ensemble

Statut professionnel

Masc.

Fém.

Masc.

Fém.

Masc.

Fém.

Ensemble

Salariés

56, 3

75,9

22,0

4,9

39,5

33,4

38,0

Indépendants

27,5

14,9

34,4

10,3

30,8

12,1

26,1

Employeurs

4,7

1,3

1,2

0,0

3,0

0,5

2,3

Aides familiaux

5,6

5,1

39,7

84,1

22,2

52,5

29,9

Apprentis

2,2

1,4

0,7

0,2

1,5

0,7

1,3

Associés ou membres d’une coopérative

3,7

1,1

1,9

0,4

2,8

0,7

2,3

Autre statut

0,1

0,2

0,1

0,0

0,1

0,1

0,1

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Source : Direction de la Statistique, Activité, emploi et ch™mage, Rabat, 2002, p. 18.

21Le travail à domicile qui n’apparaît que dans l’enquête sur la Famille (CERED, 1995), reste quasi exclusivement réservé aux femmes (9,2 % contre 0,3 % pour les hommes). De tradition ancienne, le travail à domicile des femmes semble se redéployer avec vigueur dans un contexte de crise de l’emploi se confondant avec l’activité informelle : broderie, couture, petite confection, tissage de tapis sont le fait de femmes citadines mais aussi de femmes rurales et de fillettes (Mejjati Alami, 2003). Mais le travail à domicile est mal évalué car il est considéré comme ne faisant pas partie du champ de l’économique et demeure en dehors des définitions traditionnelles du travail. Ainsi, le travail à domicile des ménagères n’est pas inclus dans la comptabilité nationale. Or, le domicile espace traditionnellement non marchand devient aussi un lieu de travail marchand. L’existence de cette ambivalence révèle le caractère extrêmement précaire de cette forme de mise au travail. En fait, le travail à domicile est considéré non pas comme une activité, mais comme un moyen d’obtenir un revenu supplémentaire.

22Quant à l’emploi indépendant des femmes, il ne doit pas faire illusion. Il correspond à des formes d’auto-emploi liées à un impératif de survie et à la montée des activités informelles. Dans un contexte marqué par une diminution de la part des emplois salariés et par la dégradation des niveaux de vie, la recherche d’un complément de revenu à travers l’exercice d’une activité à compte propre constitue de plus en plus un palliatif au chômage. Les travailleuses indépendantes sont plus fortement présentes dans les activités demandant peu de capital de départ et peu ou aucune formation. C’est pourquoi on les retrouve plutôt dans les services, le commerce et l’artisanat que dans les activités de production, en particulier, industrielle où seulement 4,6 % de cette catégorie exercent. En fait, très souvent le statut de travailleuse indépendante se confond avec celui de travailleuse à domicile notamment pour les artisanes (couture, tissage, broderie).

23Quant au statut d’employeur, dont les attributs sont les capacités de gestion, d’autonomie et de responsabilité, il ne concerne qu’une infime minorité de femmes majoritairement urbaines.

24La participation des femmes s’accompagne donc d’un mode d’insertion spécifique qui relève d’une organisation du travail aux marges du salariat et dans la tendance à la montée des formes d’emplois vulnérables. En somme, c’est le secteur informel qui devient le réceptacle privilégié de l’activité pour les femmes. Le repli sur les activités indépendantes à domicile, de rue ou de petite production, constituent des modalités qui se redéploient, manifestant de la sorte un changement dans la structure du travail des femmes. Si celles-ci montrent ainsi une grande capacité à créer leur propre emploi, il n’en demeure pas moins qu’elles acceptent des conditions des plus précaires, les activités informelles ayant un caractère « flexible ».

Les secteurs réceptacles : ségrégations horizontale et verticale

25Les enquêtes nationales montrent que les poches du travail féminin se concentrent dans certaines branches et secteurs. La ségrégation constitue une caractéristique du monde du travail. Au Maroc, le prototype de la femme au travail est constitué par la femme de ménage, la couturière et la travailleuse de la confection.

26La « ségrégation horizontale » propulse les femmes dans des secteurs d’activités déjà fortement féminisés. Il s’agit des branches de production qui font appel à une main-d’œuvre jeune et peu qualifiée telles que le textile– confection et l’agroalimentaire : 69 % de la main-d’œuvre féminine se concentre dans le textile et cuir, mais également dans les activités de production telles que le travail des tapis, de la broderie et la couture à domicile et l’habillement (couture traditionnelle). Dans la sous-branche habillement-confection, les femmes représentent 87 % de la main-d’œuvre totale. La main-d’œuvre féminine dans le textile-confection est mobilisée sous forme d’une main-d’œuvre occasionnelle et saisonnière fonctionnant selon les aléas des marchés extérieurs. Si l’offre d’emploi réservée par les branches textile-confection et la spécialisation de celles-ci en emploi féminin ont été un des facteurs de l’accroissement du taux d’activité des femmes au cours des dernières décennies, cette forte concentration a eu pour revers la plus grande vulnérabilité de l’emploi des femmes aux crises conjoncturelles. La polarisation s’opère tout autant dans les services d’entretien (domestiques, travaux ménagers) qui constituent le déversoir par excellence des femmes (20,6 % des emplois féminins et 3,1 % des emplois masculins) (Direction de la Statistique, 1992). Enfin, l’emploi féminin se concentre dans les activités de commerce où les effectifs ont augmenté de 80 % et où, par rapport aux hommes, les femmes sont surreprésentées, notamment dans le micro-commerce tel que le négoce d’articles de contrebande, de tissu et de produits alimentaires.

27La « ségrégation verticale » montre que, malgré une tendance récente positive, les possibilités d’accès à des postes élevés de la hiérarchie professionnelle restent limitées. Une étude menée sur l’accès des femmes fonctionnaires aux postes de responsabilité en 1996 le confirme (Direction de la Statistique, PNUD, UNIFEM, ESCWA, 2003) : seulement 9 femmes ont pu accéder à des postes de directeur (contre 321 hommes), 39 à celui de chef de division (838 hommes) et 163 à celui de chef de service (2 199 hommes). En 2001, seulement 17 femmes ont accédé à des postes de directeur sur 163 et seulement 67 à celui de chef de division sur 522. La comparaison entre 1996 et 2001 indique que la part des femmes est en progression, mais celles-ci demeurent largement discriminées par rapport aux hommes. Dans quelle mesure ces données sont révélatrices des mutations en cours ? La question reste ouverte : certes ces données laissent entrevoir l’existence d’un changement, toutefois celui-ci ne peut être considéré comme structurel et représentatif d’une nouvelle situation des femmes marocaines. Il est néanmoins significatif d’une évolution au sein des emplois hautement qualifiés ; évolution qui demandera à être suivie avec attention afin de vérifier s’il s’agit d’un indicateur de tendances à venir plus profondes et plus étendues. En effet, bien que l’accès des femmes au travail se soit élargi, il reste largement circonscrit dans les emplois les plus modestes de la hiérarchie professionnelle et les secteurs les plus « informalisés ».

Les femmes dans l’informel

28Conséquence des programmes d’ajustements structurels, de l’urbanisation, de la dégradation des revenus des ménages et de l’impuissance du secteur formel à absorber le surplus de main-d’œuvre, les activités informelles permettent aux ruraux migrants, aux rejetés du système scolaire, aux femmes et aux enfants de se procurer du travail et des revenus hors du circuit officiel (Mejjati Alami, 2000). L’informel, qui concerne tous les pays en voie de développement, se rapporte à des emplois familiaux dans l’artisanat, à l’emploi indépendant, à des qualifications acquises sur « le tas », à des salaires irréguliers, ainsi qu’à une absence de protection sociale et de législation du travail (Mejjati Alami, 1994).

29Les études internationales et comparatives sur le secteur informel dans les pays en développement relèvent, qu’à l’exception des pays d’Amérique latine, les femmes sont proportionnellement plus nombreuses que les hommes dans ce secteur. De nombreuses statistiques montrent aussi que l’emploi des femmes à l’intérieur du secteur informel est plus élevé que dans le secteur formel, y compris dans les pays où ce dernier est relativement important (United Nations, 1999). En Afrique, le petit commerce de rue, les services à domicile, la petite restauration et les activités de petite production au sein de micro-entreprises ou à domicile (broderie, petite confection…) mobilisent nombre de femmes et de fillettes dans la sphère urbaine. Ajoutons que les coûts sociaux des politiques macro-économiques de stabilisation menées au cours des années 1980-90 ont affecté d’abord les femmes qui, compte tenu de la ségrégation dans l’emploi qui caractérise le secteur formel, ont été les principales victimes des licenciements opérés. Certaines d’entre elles ont dû se replier sur le secteur informel, se contentant d’emplois précaires mal rémunérés. D’autres sont entrées dans le secteur informel tout en gardant un pied dans le secteur formel développant ainsi la pluriactivité.

30Au Maroc, bien qu’il soit difficile d’évaluer précisément les activités des femmes dans ce secteur, selon l’Enquête nationale sur le secteur informel (Direction de la Statistique, 2000), les femmes représentent 12,7 % des emplois occupés dans ce secteur. C’est dans l’artisanat que les femmes sont les plus nombreuses (textile, broderie, habillement, tissage de tapis à domicile) et 10,2 % d’entre elles sont à la tête d’une micro-entreprise de service (voir tableau 4). Elles sont aussi fortement présentes dans les activités de services domestiques et dans les micro-commerces où elles interviennent comme le maillon le plus vulnérable de la chaîne commerciale des produits de contrebandes (tissus, produits alimentaires) qu’elles transportent depuis le nord du pays.

Tableau 4 : Unités de production informelles selon le sexe du chef de l’unité et les secteurs d’activités économiques

Secteur d'activité

Sexe du chef de l'unité informelle

Masculin

Féminin

Total

Effectifs

%

Effectifs

%

Effectifs

%

Industrie et artisanat

162 267

63

95 452

37

257 719

100

Commerce et réparation

619 326

95

31 574

4,9

650 900

100

Service

222 646

89,8

25 242

10,2

247 706

100

Construction

76 339

99,3

576

0,7

76 915

100

Source : Direction de la Statistique, 2000, p. 92.

31Le travail domestique ou le tissage de tapis touche nombre de fillettes d’origine rurale, analphabètes, occupées à des travaux subalternes et dangereux, non protégées et faiblement rémunérées. La précarité juridique des travailleuses informelles est la règle (inexistence de contrat de travail, durée du travail supérieure à celle fixée par la réglementation, absence de protection sociale). Le secteur informel devient un déversoir pour les femmes qui, pour créer leur propre emploi, doivent accepter les conditions les plus précaires à travers des formes d’emplois vulnérables.

La question des salaires : un indicateur de la position de la femme

  • 3  Par discrimination salariale on entend traitement inégal envers certaines catégories en raison de (...)

32La grande majorité des femmes demeure exclue du salariat. En 1998, la part des femmes dans la population salariée âgée de 15 à 50 ans ne dépasse pas 29 % et l’inégalité devant le salariat est une donnée structurelle. Par ailleurs, les secteurs où les salariés sont le plus concentrés, recourent peu à la main-d’œuvre féminine, à l’exception de l’industrie. L’inégalité devant le salariat s’accompagne d’écarts de salaires entre hommes et femmes. De plus, même quand elles sont salariées, leur emploi est plus vulnérable et les branches les plus féminisées proposent les salaires les plus bas (Direction de la Statistique, 1999). Dans le secteur textile-cuir et, en particulier, dans la confection, les impératifs de productivité élevée, de respect des délais de livraison, de réduction des coûts ont amené à introduire plus de flexibilité, induisant une précarisation de plus en plus poussée de l’emploi, des salaires, du statut, et de la durée de travail ; une situation dont les femmes sont les premières à subir les conséquences. Plusieurs exemples peuvent être identifiés, tels que la flexibilité et le non-respect de la réglementation de la durée de travail, la non-observation du paiement des heures supplémentaires, l’introduction du salaire à la pièce et le recours à des fillettes comme apprentis, le recours à des contrats à durée déterminée sans protection sociale, etc. (Mejjati Alami, 2003a). Dans la confection, branche où les femmes sont surreprésentées, les salaires se situent entre 660 et 750 dh, contre 1 400 et 2 150 dh dans l’industrie mécanique où les hommes sont largement majoritaires. Par ailleurs, il apparaît que, dans le milieu urbain, la discrimination selon le genre explique près de 63,8 % de l’écart de salaire estimé entre hommes et femmes âgés de 15 à 50 ans3. Dans 92 % des cas, elle se rapporte essentiellement à ce qu’il est convenu d’appeler le « désavantage féminin », c’est-à-dire le sous-paiement dû au fait que le salarié est une femme (Soudi, 2003). Enfin, il faut signaler que la discrimination salariale touche massivement le secteur privé où elle explique 87,5 % de l’écart salarial (contre 44,9 % dans le secteur public). Cette discrimination se retrouve plutôt dans le bas de l’échelle de la distribution que dans le haut où les différences salariales tendent à se réduire avec la participation des femmes au travail rémunéré. Ainsi la norme sociale faisant du salaire des femmes un appoint résiste fortement.

L’inadéquation de la notion de marché du travail face aux logiques sociales et à l’accentuation de la pauvreté

  • 4  Les proportions sont respectivement de 36,6 %, 2,7 %, 10,7 % et 6,1 % au sein des 20 % des ménages (...)

33Entre 1982 et 1999, l’incidence de la pauvreté est passée de 14,6 à 19 % de la population totale (Banque mondiale, 2001). Les statistiques montrent que la pauvreté est un phénomène rural (six pauvres sur dix sont des ruraux) et que les femmes sont davantage frappées que les hommes. Sans limiter la pauvreté à la seule dimension des revenus, les dysfonctionnements du marché du travail ont un impact sur celle-ci. Les données de l’Enquête nationale sur les niveaux de vie des ménages (Direction de la Statistique, 1999) confirment cette corrélation entre la pauvreté et certains types d’emplois. Les travailleurs indépendants, à domicile, les aides familiaux et les apprentis sont plutôt localisés dans les ménages pauvres (quintile 1 des dépenses) que parmi les 20 % les plus favorisés4. En revanche le salariat féminin suit le mouvement inverse puisqu’il est largement dominant dans le quintile supérieur (73 %) et minoritaire parmi les pauvres (42,6 %). Les professions se situant au sommet de la hiérarchie professionnelle (administration, professions scientifiques et libérales) sont quasiment inaccessibles aux 20 % des plus pauvres. Par ailleurs, la mise au travail des femmes, comme corollaire de leur pauvreté, peut être appréciée eu égard à l’importance de l’activité des femmes dans les ménages les plus pauvres et la montée sans précédent des femmes chefs de ménages au cours des dernières années. En l’espace de dix ans (1991-1999), le taux de pauvreté au sein des ménages dirigés par des femmes s’est accru de 72 % contre 14,1 % pour les ménages dirigés par des hommes.

34Pour nombre de femmes, les mécanismes d’insertion dans le marché du travail ne sont pas toujours la résultante de décisions individuelles. Ils s’inscrivent dans le cadre de stratégies familiales plus complexes d’acquisition des revenus et des qualifications. Face à la crise de l’emploi et à la régression des niveaux de vie, des stratégies sont adoptées par les ménages des groupes vulnérables pour endiguer partiellement les effets de la chute des revenus. C’est souvent par la mobilisation et l’intensification du travail de la main-d’œuvre familiale, auprès des femmes, voire des enfants, que s’opère le repli. Partant, l’insertion dans l’activité et l’accès au marché du travail répondent moins à un choix voulu, en raison des avantages que l’activité procure, qu’à une contrainte familiale. Ainsi 79 % des femmes dans le milieu urbain relient leur première insertion dans l’activité à des stratégies familiales (Direction de la Statistique, 1999, p. 56). Le taux de femmes contraintes par la recherche de complément de revenu liée à des « conditions difficiles » (49,1 %) contraste avec celui des femmes moins nombreuses qui invoquent soit la « fin des études ou de la formation » (22,7 %) soit « l’atteinte de l’âge d’activité » (14 %).

35Les mécanismes de recrutement des femmes, non seulement dans le secteur informel ou dans le statut d’aides familiaux et apprentis, mais aussi dans le cadre salarial, relèvent moins de la logique marchande que de logiques de recrutement hors marché. Ils s’appuient sur des contacts personnels, des appartenances familiales ou de groupe utilisant des normes et des valeurs sociales concrètes. Le marché de l’emploi est régulé à la fois par des logiques de marché et « hors marché ». Les femmes sont insérées dans des réseaux complexes qui font que les rapports sociaux, bien qu’associés à une structure économique, continuent à relever de multiples règles et organisations non marchandes. Des règles sociales, des normes, des codifications, des réseaux non marchands liés à des stratégies de groupes interviennent dans la structuration du marché du travail. Dès lors, le marché de l’emploi, en tant qu’institution autorégulée et qui soumettrait à sa logique les différentes sphères de la société, n’a pas d’existence concrète. Il s’ensuit que la catégorie de marché du travail est impropre, puisque l’économique dans cette situation reste « enchâssé », selon la formule de K. Polanyi (1972), plus que jamais dans le social et l’institutionnel. Au Maroc, les rapports de travail revêtent ainsi diverses caractéristiques sociales et institutionnelles, que la notion de marché du travail, autonome, homogène et segmenté ne peut épuiser.

Haut de page

Bibliographie

BANQUE MONDIALE, 2001, Mise à jour de l’évaluation de la pauvreté, Royaume du Maroc, Rabat, vol. I, rapport principal.

BANQUE MONDIALE, 1994, Poverty, Adjustment, & growth, Royaume du Maroc, juillet, rapport nº 11918-MOR.

BENERIAT Lourdes, 1999, « Le travail non rémunéré : le débat n’est pas clos », Revue Internationale du Travail (RIT), vol. 138, n° 3, p. 317-342.

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL, 1986, Population active 1950-2025, Genève, Bureau International du Travail. CERED, 1995, Enquête nationale sur la famille, Rabat, Centre d’études et de recherches démographiques.

– 1998a, Genre et développement : Aspects socio-démographiques et culturels de la différenciation sexuelle, Rabat, Centre d’études et de recherches démographiques, Série études.

– 1998b, Population, environnement et pauvreté, Rabat, Actes du Séminaire international, Centre d’études et de recherches démographiques, Série études.

CHARMES Jacques, 2003, « Progrès récents et lacunes persistantes dans la mesure de l’économie informelle », communication au colloque L’économie informelle au Maroc : évaluation, articulation avec le secteur formel et modes de financement, Université Hassan II. Ain Chock-Casablanca, 17-18 avril.

C. LUCIE, 2000, « La mondialisation et le travail des femmes, l’exemple de l’Asie », Problèmes Économiques, Paris, La Documentation française, n° 2655, mars, p. 11-17.

DIRECTION DE LA STATISTIQUE, 2004a, Activité, emploi et chômage 2002, Rabat, rapport de synthèse.

– 2004b, Activité, emploi et chômage, Rabat.

– 18-19 mars, 2003, PNUD, UNIFEM, ESCWA, « Analyse de la situation et de l’évolution des écarts dans une perspective genre », Atelier femmes et hommes au Maroc, Rabat.

– 2000a, Enquête nationale sur le secteur informel non agricole (ENSINA), Rabat.

– 2000b, Éducation, formation et opportunités d’emploi, Rabat.

– 1999a, Enquête nationale sur le niveau de vie des ménages au Maroc 1998/99, Rabat.

– 1999b, Conditions socio-économiques de la femme au Maroc. Enquête nationale sur le budget temps des femmes (1997/1998), Rabat, rapport de synthèse, vol. 1 et 2.

– 1998, Activités emploi et chômage, Rabat, rapport de synthèse.

– 1992, Enquête nationale sur les niveaux de vie des ménages 1990-91. Rabat, rapport de synthèse.

– 1998,Enquête nationale sur les entreprises non structurées localisées (milieu urbain), Rabat.

– 1976 à 1982, Enquête sur l’emploi urbain (annuelle), Rabat.

– 1971, 1982 et 1994, Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH). Caractéristiques socio-économiques de la population, Rabat.

Annuaire Statistique du Maroc, (annuel) Rabat. HIRATA Helena, 1988, « Restructuration industrielle et division sexuelle du travail » Revue Tiers-Monde, nº 154, t. XXXIX, p. 381-402.

LACHAUD Jean-Pierre (dir.), 1999, Pauvreté et marché du travail urbain en Afrique subsaharienne : analyse comparative, Genève, Institut international d’études sociales.

LALLEMENT Michel, 1990, « Travail à domicile et marges du salariat », Économies et

Sociétés, Série économie du travail, n° 16, p. 16-81. MARUANI Margaret, 2000, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte.

MINISTÈRE DE L’EMPLOI DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ, 1999, Enquête sur le secteur informel localisé en milieu urbain (ESILMU), Rabat.

MINISTÈRE DU PLAN, 1986 à 1999, Population active urbaine (annuel), Rabat.

MEJJATI ALAMI Rajaa, 2003a, Fair Trade, Gender and Labour Rights in Morocco, Madrid, OXFAM-Intermon.

– 2003b, « Femmes et marché du travail au Maroc : vulnérabilité et régulations sociales », communication au colloque Marché du travail et genre dans les pays du Maghreb, CNRS-INSEA-DULBEA, Rabat, 11 et 12 avril.

– 2002, « Pauvreté des femmes sur le marché du travail au Maroc », Revue de Droit et d’Économie, Université Mohamed Ben Abdellah, Faculté des sciences juridiques économiques et sociales, nº 19, p. 143-157.

– 2001, « État, marché et micro entreprises », in Quel État pour le XXIe siècle ? Ali Sedjari, Paris, L’Harmattan-GRET, p. 219-235.

– 2000a, « Femmes et vulnérabilité sur le marché du travail au Maroc », SADIKI, F. (dir.), Feminist Movement : Origins and orientations, Actes du colloque, Université Mohamed Ben Abdellah, et Centre d’études et de recherches sur la Femme, Fès, p. 15-27.

– 2000b, « L’Ajustement structurel et la dynamique de l’emploi informel au Maroc », Revue Critique économique, nº 2, Rabat, p. 81-97.

– 1994, Dynamique des activités informelles au Maroc : mode de développement, rationalités et réseaux, Fès, thèse de doctorat d’État en économie, Faculté de droit et d’économie, Université Mohamed Ben Abdellah.

MORISSON C. et al., 1994, Micro entreprise et cadre institutionnel dans les pays en développement, Paris, OCDE.

M’RABET M., 1984, « L’emploi au Maroc : sources d’information, niveaux, structures et difficultés d’approches », communication au Séminaire sur les statistiques de l’emploi et du secteur non structuré, Rabat, INSEA.

SECRÉTARIAT D’ÉTAT CHARGÉ DE LA PROTECTION SOCIALE, DE LA FAMILLE ET DE L’ENFANCE, 1999, Plan d’action national pour l’intégration de la femme au développement, Rabat.

PNUD, 2002, Rapport mondial sur le développement humain 2002, Paris, Économica.

POLANYI Karl, 1972, La Grande Transformation, Paris, La Découverte.

SOUDI Khalid, 2003, La Discrimination salariale entre hommes et femmes au Maroc urbain : une autre dimension de la question gendorielle sur le marché du travail, communication au colloque « Marché du travail et genre dans les pays du Maghreb », CNRS, INSEA, ULB, Rabat, consultable sur http :/www.erf.org.eg/tenthconf/Labor_background/Khalid_Soudi.pdf, 12 juin 2005.

UNITED NATIONS, 1999, Word Survey on the Role of Women in Development, Globalisation, Gender and Work, New York, United Nations Publications.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Emplois créés selon la situation dans la profession

1991

1992

Emplois créés au cours de la période ( %)

Emplois crées 1996-1997

Indépendants

593 582

687 285

+ 99,3

8,1

Salariés

2 098 831

2 089 831

– 9,5

+ 6,5*

Travailleurs à domicile

200 747

159 300

– 43,9

+ 2,5

Employeurs

131 074

150 146

+ 20,2

+ 12,4

Aides familiaux

145 844

147 667

+ 1,9

– 10,8

Apprentis

107 733

131 466

+ 25,1

Membres d’une coopérative

117 974

125 572

+ 8,1

-

Non déclarés

– 1,1

– 76,1

Source : Direction de la Statistique, 1992.

* Source : Banque mondiale, 1993.

Annexe 2 : Répartition de l’emploi féminin par grands secteurs en 2000

Secteurs

Agroalimentaire

Textile et cuir

Chimique et para-chimique

Mécanique et métallurgique

Électrique et électronique

Total

Effectifs féminins

33 944

143 185

14 970

8 338

8 155

208 592

 %

16 %

69 %

7 %

4 %

4 %

100 %

Source : Les Industries de transformations, ministère de l’Industrie du Commerce, de l’Énergie et des Mines, exercice 2000, décembre 2001, p. 47.

Haut de page

Notes

1  Les données qui suivent proviennent des sources suivantes : du « Recensement général de la Population et de l’Habitat » de 1971 et de 1982, des Enquêtes nationales sur la population active urbaine (ENPAU) et des rapports annuels « Activités, emploi et chômage » que réalise la Direction de la Statistique.

2  Données procédant des Enquêtes nationales sur la population active urbaine (ENPAU) produites par la Direction de la Statistique, Rabat.

3  Par discrimination salariale on entend traitement inégal envers certaines catégories en raison de leur sexe, âge, origine sociale, etc., indépendamment de leurs caractéristiques productives.

4  Les proportions sont respectivement de 36,6 %, 2,7 %, 10,7 % et 6,1 % au sein des 20 % des ménages les plus pauvres contre 13,6 %, 1 %, 5,8 % et 1,8 % dans le quintile supérieur des classes de dépenses. Direction de la Statistique (1992, p. 69).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rajaa Mejjati Alami, « Femmes et marché du travail au Maroc », L’Année du Maghreb, I | 2006, 287-301.

Référence électronique

Rajaa Mejjati Alami, « Femmes et marché du travail au Maroc », L’Année du Maghreb [En ligne], I | 2004, mis en ligne le 05 juillet 2010, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://anneemaghreb.revues.org/318 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.318

Haut de page

Auteur

Rajaa Mejjati Alami

Faculté des Sciences juridiques, économiques et sociales, Fès, Maroc, rmejjati@hotmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page