Navigation – Plan du site
Migrations

Avant-propos : l’immigration des uns, des unes et des autres

Kamel Chachoua
p. 579-583

Texte intégral

1Dans les pays d’émigration aujourd’hui, le phénomène migratoire touche toutes les couches sociales ainsi que les individus des deux sexes et de tous les âges : émigrer est un projet indépendant aussi bien du statut marital, de l’obtention d’un diplôme que du métier exercé. Cet avant-propos se veut aussi l’occasion de s’interroger, à partir des pays d’émigration, sur les motivations objectives et subjectives qui suscitent les projets migratoires. Il s’intéresse également à leurs impacts sur les sociétés de départ et sur les relations entre pays d’émigration et d’immigration.

2L’explication du phénomène migratoire longtemps admise selon laquelle les migrants sont avant tout des chômeurs et des pauvres et que l’émigration est une émigration de travail, est encore moins pertinente aujourd’hui qu’hier pour comprendre le phénomène. Cette analyse « matérialiste » des motivations des émigrés occulte toutes les stratégies et les motivations symboliques et subjectives du migrant. Celles-ci sont pourtant centrales dans le raisonnement et le calcul marchand de celui qui décide de quitter son pays.

3D’une certaine façon l’argument économique et matérialiste arrange bien les protagonistes impliqués dans le processus migratoire, i.e. les pays d’émigration et d’immigration ainsi que l’émigré lui-même avec son groupe et sa famille. Tous participent à la confection d’une illusion et d’un « mensonge sociologique » collectif.

4Les indépendances des pays du Sud ont – malgré elles – achevé le processus de « déracinement » : le désir de se moderniser et de constituer des nations comme les autres a, paradoxalement, malgré une politique nationaliste sourcilleuse, rendu le fait de travailler, d’étudier ou simplement de vivre à l’étranger plus prestigieux qu’au sein du pays d’origine. Au tournant de la fin du XXe siècle on est passé du « tout national » au « tout étranger ». À une croissance des demandes et des candidats au départ à l’émigration s’ajoute la réduction du nombre de retours des vieux immigrés ayant vécu et travaillé à l’étranger et qui avaient jusqu’alors toujours espéré rentrer au pays pour y jouir de leur retraite et y mourir. Les deux contributions de cette rubrique « migration » rendent compte justement des mutations des logiques migratoires.

5S’ils n’ont pas été au départ conçus pour être lus ensemble, l’un après l’autre, il n’en demeure pas moins qu’ils tiennent les deux bouts de la chaîne migratoire : résultat d’enquêtes fines, ces deux articles portent respectivement sur les jeunes étudiants algériens ayant un projet migratoire et sur le vieillissement des immigrés en France. La boucle est bouclée, on est face à deux populations qui, pour l’une, aspire à partir et, pour l’autre, souhaite rentrer, les deux ayant pour idéal de ne pas être là où elles sont. Aussi les articles de Richard Couëdel et de Sylvie Emsellem sont-ils au cœur du paradoxe et du paradigme de la migration.

6Les étudiantes et les étudiants interrogés par Richard Couëdel sur le campus universitaire de Tizi-Ouzou pourraient être les fils ou les filles des hommes interrogés par Sylvie Emsellem à Strasbourg ou à Paris dans un foyer Sonacotra. Ces deux générations séparées par deux ou trois décennies sont à la fois très proches et très distantes. Le rapport des uns, des unes et des autres à l’émigration (et à leur propre émigration), ainsi qu’aux façons de voir et de concevoir le projet d’émigrer et la vie en immigration (en France) semble tout différent, voire opposé d’une génération à l’autre.

7Entre ces deux populations, on voit bien comment l’émigration, en trente ans, est passée du statut d’acte subi à acte choisi pour les émigrés. Seuls les hommes les plus démunis, les moins qualifiés choisissaient d’émigrer à contrecœur en prévoyant un retour rapide et si possible aisé dans le pays d’origine. Aujourd’hui l’émigration concerne aussi bien les filles que les garçons. Par ailleurs, elle touche les plus diplômés, notamment les plus qualifiés. Comme le souligne Richard Couëdel, émigrer est, aujourd’hui pour tous, un projet social total. À travers l’émigration les jeunes envisagent non seulement d’étudier, de travailler mais aussi de vivre, de fonder un foyer, une famille et de devenir ainsi, en optant pour la nationalité de l’État d’accueil, des Français juridiquement et sociologiquement. L’on devine derrière leur discours que le retour n’est envisagé qu’en tant que faire valoir de leur réussite et de leurs mérites aux yeux de leur famille, leur village, leurs anciens amis et surtout auprès de leurs ennemis et concurrents.

8Pour les jeunes étudiants le choix des filières et des disciplines est entièrement orienté par et en fonction du projet d’émigration. L’objectif n’est pas d’assurer son avenir professionnel en Algérie seulement. Émigrer devient souvent le seul mobile de la volonté d’excellence scolaire. Beaucoup souhaitent intégrer, dès leur baccalauréat en poche, des filières scientifiques, internationales et françaises afin d’ajuster leur carrière scolaire à leur désir d’émigrer après leurs études en France ou au Canada. On voit comment ces jeunes universitaires algériens essaient non seulement d’anticiper leur départ et de le réussir mais aussi de se former et de se conformer aux règles de l’offre et de la demande du marché de l’emploi français. C’est ainsi que les émigrés eux-mêmes, avant d’être des immigrés et de fouler la terre du pays d’immigration répondent « positivement » au désir de politique d’immigration choisie formulée par les autorités françaises.

9Ces jeunes cherchent à émigrer proprement, honorablement et pour certains luxueusement. En tous cas, tous veulent quitter l’Algérie en utilisant les procédures légales : ils cherchent une immigration qui pourra être « là bas », en France, durable et convenable pour eux. Leur projet reçoit l’assentiment de leurs parents, amis, ainés, sœurs et frères. En fait, seuls leurs concurrents directs ou leurs ennemis souhaiteraient faire échouer leur projet et les dissuader d’être candidats à l’émigration.

10Beaucoup ont déjà « émigré » avant même de partir et ont déjà parcouru un chemin non négligeable dans le processus qui doit les conduire à quitter leur pays. Certains ont noué des relations avec des amis déjà partis ; d’autres, sont parvenus, au prix d’inlassables tentatives de recherche par le biais d’internet et d’un suivi assidu de l’actualité politique, scolaire, universitaire française à accumuler une connaissance appréciable du fonctionnement de la bureaucratie préfectorale et des lois qui régissent la délivrance des cartes de séjour. Ils se sont également renseignés sur le passage du statut d’étudiant à celui de salarié ainsi que sur les dispositions du code de la nationalité et des lois concernant la naturalisation. Certains ont tenté d’entrer en contact avec des individus du sexe opposé de l’autre côté de la Méditerranée et sont prêts à mettre leur avenir conjugal et matrimonial, voire leurs vies entre les mains d’un(e) immigré(e) qui accepterait de contracter mariage.

11Armé de ce stock de connaissances et d’un embryon de capital social, le candidat guette en permanence toute nouvelle information qui pourrait rendre crédible son projet et l’aider à le concrétiser ou l’amender.

12Les Algériennes dont le taux de réussite au Baccalauréat (60 %) est plus fort que chez les garçons accèdent en masse à l’université : les institutions d’enseignement supérieur se féminisent et pour les filles en Algérie et au Maghreb en général, le diplôme devient la seule garantie et le sésame qui est censé permettre d’échapper à la domination masculine, qu’elle soit sociale ou sexuelle.

13Les femmes sont devenues ainsi tout naturellement aussi nombreuses que les garçons à caresser le projet d’émigration après leurs études. Il y a trente ans cela aurait fait sourire ou provoqué la colère des parents et de la famille. Aujourd’hui face à la crise de l’emploi et du logement et de son corollaire le célibat, l’émigration des filles ou des femmes est perçue par la famille en général comme une double délivrance et, parfois même, comme une aubaine. Ainsi la famille, loin d’être un frein, est devenue un tremplin pour le projet migratoire du jeune. C’est ce que mettent en exergue certains entretiens effectués par Richard Couëdel.

14Si l’émigration des « jeunes » s’est transformée, celle de leurs ainés de trente ans a changé de caractéristique du fait même du vieillissement : on a désormais affaire à des « immigrés du troisième âge ». Leur nombre et leur visibilité s’accroient d’année en année. Sylvie Emsellem fait comprendre au lecteur combien les émigrés âgés ont changé la vie de leurs enfants, de leur femme et de leur famille. Et inversement, elle montre comment la vie familiale en immigration modifie la vie des « vieux immigrés » et aussi la manière de vieillir hors de leur pays d’origine. Le vieillissement de l’immigré n’a pas la même signification selon que celui-ci vieillit seul ou en famille. Bien que tous souhaitent vieillir et mourir sur leur terre natale, force est de constater que depuis deux ou trois ans beaucoup d’immigrés âgés meurent dans le pays d’accueil. En fait, un nombre de plus en plus élevé de ces « immigrés du troisième âge » accepte la perspective de vieillir et d’être enterré en France, en immigration : d’une part, ils préfèrent vieillir dans le pays d’accueil afin de bénéficier d’une plus grande sécurité et de services médicaux efficaces et, d’autre part, ils préfèrent être enterrés en immigration (surtout les femmes) pour y demeurer auprès de leurs enfants comme l’affirment certains enquêtés de Sylvie Emsellem.

15Ces évolutions dans le rapport au pays d’origine et au pays d’accueil finiront par remodeler entièrement la famille immigrée et aussi par avoir un impact sur le paysage politique et démographique français, ne serait-ce qu’en raison de l’élévation de l’espérance de vie en France.

16Sylvie Emsellem montre bien que la principale variable explicative des modalités du « vieillir » se trouve dans la présence ou non du reste de la famille en France. L’implantation de cette dernière dans le pays d’accueil protège l’immigré âgé qui peut bénéficier des acquis de la politique sociale. En revanche, les individus qui vivent seuls sont davantage victimes de la précarité.

17À ces deux catégories, il faut en ajouter une troisième constituée de ceux qui vieillissent auprès de leur famille dans le pays d’origine et qui font des allers-retours ainsi que des séjours réguliers en France afin de toucher leur pension et de faire face à leurs besoins de santé.

18La retraite et la vieillesse ne mettent pas un terme à l’immigration comme l’ont toujours souhaité et cru les émigrés eux-mêmes. Elles constituent parfois un moment de décisions salutaires jamais osées auparavant, comme celle de prendre la nationalité française.

19Les immigrés âgés et le vieillissement en immigration induisent d’épineux changements dans la vie de l’immigré et, également, par une sorte d’effet « de boules de billard » dans le champ mental, politique, culturel et social du pays d’immigration. Ce n’est pas par hasard que les questions du voile, de l’organisation du culte musulman en France, de l’apparition médiatique du rituel de pèlerinage à la Mecque, ainsi que celles de la célébration des fêtes de Ramadan et de l’Aïd ont désormais une dimension de fait social et politique total. Ces questions ont émergé concomitamment à l’apparition en France des « immigrés du troisième âge ». Le moment de retraite est aussi celui ou l’immigré se tourne vers la religion : si au Maghreb en général, il est admis d’avoir une pratique religieuse lâche durant sa vie d’adulte, l’approche de la mort donne du sens à un affichage de preuves de piété et de pratiques religieuses publiques et scrupuleuses destinées à rassurer les autres. C’est aussi un moment où l’homme ou la femme bénéficie d’une immunité morale et sociale. Bref, la retraite est une période remplie de temps vide et libre qui fait que l’on se tourne vers des activités cultuelles, culturelles, politiques, touristiques, artistiques et mentales différentes de celles que l’on exerçait pendant la vie active. Elles recouvrent des pratiques que l’immigré devait par politesse s’abstenir d’afficher publiquement, car de son point de vue, comme de celui du pays ou du groupe de départ et bien sûr aussi du point de vue du pays d’accueil, il n’était pas censé – ni à vrai dire autorisé –, jouir de son immigration. Aussi devait-il se contenter d’en souffrir.

20La majorité des immigrés âgés placés en foyer ou dans des structures médicales ou sociales ne sont pas le produit d’une déchéance physique et/ou mentale dûe à des accidents familiaux, conjugaux, etc. Beaucoup de ces immigrés sont en conflit – peut-on dire – avec eux mêmes. Certains d’entre eux venus seuls, comme tous les autres, ont refusé pour des raisons morales ou financières de ramener leurs femmes ou leurs familles. Ce sont ceux qui, petit à petit, en raison de l’existence d’une seconde « épouse clandestine », de l’alcoolisme, du chômage, ou encore du jeu ont jugé inopportun de renouer des contacts avec la famille restée là-bas. Deux ou trois années passées sans avoir reçu de messages, de courriers, ou de mandats postaux conduisent le groupe et la famille à classer leurs émigrés dans la catégorie des amjahs, c’est-à-dire des poltrons ou des gredins (jayahs) qui ont succombé au charme de l’exil et se sont laissés « manger » par « el-ghorba (l’exil) ». Quinze à vingt ans après avoir rompu avec sa famille, l’émigré est souvent sans ressources et sans force. Les enfants qui ont grandi comme des orphelins et les épouses qui ont vécu comme des veuves ont surmonté leurs peines et oscillent entre le pardon et le reniement. En attendant le vieux jayah a honte de lui et peur des siens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kamel Chachoua, « Avant-propos : l’immigration des uns, des unes et des autres », L’Année du Maghreb, III | 2007, 579-583.

Référence électronique

Kamel Chachoua, « Avant-propos : l’immigration des uns, des unes et des autres », L’Année du Maghreb [En ligne], III | 2007, mis en ligne le 01 novembre 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://anneemaghreb.revues.org/400 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.400

Haut de page

Auteur

Kamel Chachoua

Chercheur à l’IREMAM/CNRS

Haut de page